Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

L’émigration féminine de Gênes au Proche-Orient au xve siècle

Laura Balletto

Texte intégral

  • 1 Le sujet de l’émigration de Gênes au Proche-Orient se rattache à celui de la population dans les c (...)

1Jusqu’à présent, les historiens n’ont pas prêté beaucoup d’attention au problème de l’émigration féminine dans les comptoirs génois du Proche-Orient au bas Moyen Âge, et cela pour deux raisons : soit parce que le thème du déplacement de la femme d’un pays à l’autre — surtout sur de grandes distances, et à plus forte raison pour la période médiévale — n’a pas suscité d’intérêt général à cause de la conviction implicite et inexprimée que la femme reste dans son milieu familial. Soit parce que, en ce qui concerne une ville comme Gênes, qui connut une diaspora très étendue vers ses comptoirs d’outre-mer, le phénomène est, dans les sources, nettement moins visible et perceptible que l’émigration masculine ; car les hommes, dans la majorité des cas, sont les acteurs des documents1.

2Nous allons donc tenter une enquête à ce sujet dans la documentation notariale génoise qui nous est parvenue, en majorité des actes rédigés par des notaires génois et/ou ligures dans les comptoirs génois du Proche-Orient, laquelle n’a été éditée qu’en partie et dont la plus grande part, inédite, est conservée aux Archives d’État de Gênes. Il convient de souligner au préalable que dans cette même documentation il y a une très grande disproportion entre les différents comptoirs et qu’elle est beaucoup plus riche pour l’île de Chio. Mis à part le caractère aléatoire des pertes archivistiques, il faut tenir compte du fait que l’île de Chio — après le passage de Péra sous la domination turque en 1453 et la chute de Caffa en 1475 — est restée pendant près d’un siècle la dernière tête de pont chrétienne dans une mer Égée réduite à un lac turc.

Gênes

3La période la plus prospère pour Gênes au Proche-Orient — soit pour ce qui concerne ses comptoirs en mer Égée soit pour les comptoirs en mer du Levant et en mer Noire va du milieu du xive siècle au milieu du xve, après que la Superbe eut réussi à construire — ou directement, ou indirectement par l’intermédiaire de ses représentants, c’est-à-dire des Génois qui avaient créé des seigneuries personnelles — un système économico-politique ainsi que militaire entre la mer Égée et la mer Noire, fondé sur trois points d’appui essentiels : l’île de Chio, en mer Égée ; le comptoir de Péra, en face de Constantinople (entre la mer Égée et la mer Noire) ; Caffa, en Crimée. Ce système résista pendant plus d’un siècle, puis il se morcela en trois parties, passées l’une après l’autre sous domination turque : d’abord Péra, en 1453, puis, inévitablement, Caffa, en 1475, et enfin Chio, en 1566, après que l’île fut restée — comme nous l’avons déjà dit — la dernière tête de pont chrétienne en mer Égée.

4On note un flux considérable d’émigration vers tous les comptoirs génois d’outremer, où se déplacèrent des gens provenant non seulement de Gênes et de la Ligurie, mais également, par l’intermédiaire de Gênes — car la ville ne comptait pas un nombre d’habitants propice à alimenter aussi aisément une grande diaspora — ou d’autres régions, surtout celles limitrophes de la Ligurie actuelle. Ces immigrés — bien qu’avec des différences d’un lieu à l’autre — comptaient parfois des femmes.

Péra

  • 2 A. Roccatagliata, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, 1, Pera. 1408-1490, (...)

5Évoquons Péra, sur le Bosphore, en face de Constantinople, en nous référant aux actes notariés qui y ont été rédigés entre les années quarante et les années quatre-vingt-dix du xve siècle, pour la plupart publiés, mais encore partiellement inédits2.

  • 3 Le phénomène de l’esclavage présente à Péra, plus qu’ailleurs, le même caractère qu’à Gênes, et es (...)

6Péra est le comptoir génois, parmi tous ceux que Gênes possède au Proche-Orient, dont la situation ressemble davantage à celle de la mère patrie ; il applique les statuts génois (avec seulement quelques suppléments ou modifications), et surtout la population y est constituée presque exclusivement par des Génois et/ou des Ligures (comprenant également ceux qui pro Ianuensibus distringuntur, c’est-à-dire les assimilés)3 parmi lesquels figurent également des représentants du sexe féminin, bien plus nombreux pourtant que ce que l’on pourrait supposer. Les raisons semblent en être les suivantes : en premier lieu, le peu d’habitants de Péra (pas plus de 6 000 à 7 000 personnes) ; comme Péra est surtout une base économique et un carrefour entre la mer de Marmara et la mer Noire, elle assume une fonction administrative et financière ; enfin, la proximité de Constantinople a eu une mauvaise influence sur le comptoir génois d’en face, très actif du point de vue économique, mais très faible quant à la population. Il ne faut pas oublier la chronologie de notre documentation, qui remonte à une période durant laquelle le péril turc dans tout le Proche-Orient s’est fait de plus en plus menaçant, jusqu’au moment où sont survenus les événements bien connus qui en ont changé l’histoire.

  • 4 ASG, Notai Antichi, liasse 764 cit., doc. n° 328.
  • 5 Ibid., doc. n° 324, 325, 326, 327 ; édition du premier et du deuxième dans Balletto, Piemontesi de (...)
  • 6 Roccatagliata, « Pera (1453) », op. cit., doc. n° 4, 5, 6.
  • 7 ASG, Notai Antichi, liasse 764 cit., doc. n° 352, 354. Nicolosia accorda un legs de 100 hyperpères (...)

7Malgré cela on note à Péra la présence de quelques femmes d’origine génoise et/ou ligure. Par exemple Antonina, fille de Colombo de Recco et femme d’Antonio Ponsono laquelle, le 8 août 1442, non valens tanquam mulier in iudicio assistere, nommait procureur le notaire Giovanni di Valditaro4 ; ou Marieta, fille de feu Giovanni de San Vincenzo et de feue Caterina, femme de Nicolò de Asti, qui a hérité de sa mère des biens meubles et immeubles pour la valeur approximative de 920 hyperpères (somme investie partiellement par son mari, probablement faber de profession) et dont la fille, Ginevra, épousa Brunoro Salvago5 ; ou encore Benedetta, fille de feu Corrado de Pastino et femme d’Antonio Spinola, laquelle, le 31 janvier 1453, disposait d’un crédit considérable sur son mari (1 552 hyperpères et 10 carats, qu’elle avait partiellement hérités de sa propre mère, Isabeta), tout en étant également héritière de son père, dans la maison duquel elle vivait avec son mari6. Il subsiste quelques doutes sur d’autres cas, comme celui de Nicoloxia, fille de feu Antonio Dardi, habitant de Péra, et femme du bourgeois de Péra Nicolò molinarius (les deux conjoints firent leur testament le 19 février 1441 dans leur maison in contrata Filatorum en se nommant réciproquement héritiers), parce que Nicoloxia, comme sa mère, portait le nom de Prepo et pouvait être née à Péra d’un mariage mixte7.

  • 8 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 50.
  • 9 Ibid., doc. n° 65.
  • 10 Ibid., doc. n° 66. Meliaduce Spinola — et donc selon toute probabilité aussi Giorgieta, si elle ét (...)

8Tous les cas cités se réfèrent à la période précédant la conquête turque de Constantinople, mais nous possédons également quelques exemples pour la période suivante. Ainsi, Caracosa, fille de feu Italiano Cattaneo et veuve de Nicola de Carmadino, qui, le 20 juillet 1453, affranchit son esclave Margherita, d’origine russe, à condition qu’elle la serve fidèlement pendant encore les trois années à venir en quelque lieu qu’elle se trouve8 ; Isabeta, fille d’Antonio Ponsono — mort à cette date — et veuve du bourgeois de Péra Guglielmo de Lucho, qui, le 2 septembre 1458, a nommé procureur le bourgeois de Caffa Battista de Sagiano pour récupérer sa quote-part de l’héritage paternel9 (il pourrait toutefois s’agir d’une femme — Isabeta — née à Péra, étant donné que s’y trouvait, comme nous l’avons déjà dit, sa mère Antonina, fille de Colombo de Recco) ; et Giorgieta, fille de feu Imperiale de Grimaldis laquelle, en 1466, était la femme — iam diu transducta — de Meliaduce Spinola, fils de feu Giacomo, auquel elle avait apporté 2 500 ducats de Chio en dot, équivalant à 2 000 ducats de Venise10.

  • 11 ASG. notaio Oberto Foglietta iunior 1455-56 ; édition dans L. T. Belgrano. « Prima serie di docume (...)

9D’une autre femme — la domina Marieta fille de feu dominus Gaspare de Pagana-nous ignorons à quel moment elle s’établit à Péra, mais on sait qu’elle quitta Péra et rentra à Gênes après la chute de Constantinople. Le 17 janvier 1456, après son retour de Péra propter discrimina in eo loco interventa, elle donna à l’église Saint-Dominique de Gênes de nombreux parements et objets de culte, destinés précédemment à l’église Sainte-Claire de Péra, qu’elle avait fait construire avec son argent : argent qui lui serait restitué si l’ oppidum Pere reduceretur ad pristinum statum ac dominationem Ianuensium, prout erat11.

  • 12 Ibid., édition dans Belgrano, « Prima serie », op. cit., doc. n° CLVII, p. 274.

10En relation avec la situation de Péra après la chute de Constantinople — c’est-à-dire ob discrimina et excidium ac calamitatem in dicto loco interventa — nous pouvons signaler la perte de l’acte dotal de Nicoloxia, fille de Geronimo Vento et femme du civis génois Antonio Pansano de feu Antonio qui, le 24 septembre 1457, renouvelle ledit acte12.

11Dans la plupart des cas il semblerait s’agir de femmes qui s’étaient établies à Péra avec leur famille d’origine et qui ensuite s’étaient mariées in loco, probablement sans jamais revenir dans leur patrie : cette hypothèse vient du fait que, pour la plupart, leurs parents moururent à Péra ; qu’à Péra se trouvait leur famille même si, certainement, leurs maris étaient amenés à bouger fréquemment pour leurs affaires. Quelques-unes d’entre elles semblent avoir été particulièrement liées à leur mari, sans doute leur unique point de repère après le décès de leurs parents. Ce pourrait être le cas de Nicoloxia, laquelle, avant de faire son testament, déclara que son mari, retroactis temporibus, avait dépensé varias et diversas peccunie quantitates in infirmitatibus per ipsam passis.

  • 13 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 92.

12Les exemples diminuent toutefois avec le temps et il est fort probable que quelques-unes des femmes dont nous avons parlé se trouvaient in loco depuis longtemps, ou qu’elles étaient nées sur place, le déplacement au Proche-Orient remontant à l’époque de leurs parents voire de leurs aïeux. Il en est sans doute ainsi pour Argentina, fille de feu Silvestro de Franchis de Pagana et de feu Catarineta, femme de Pelegro de Franchis, olim civis Caffe. Sa mère, restée veuve de son premier mari, avait épousé en secondes noces Gaspare Giudice et en 1472, nommait pour héritiers, chacun pour un tiers, son deuxième mari et ses deux filles : la susdite Argentina et Mariola (veuve de Marco Gentile et femme d’Ambrogio Giudice), sans que l’on sache si cette dernière était fille du premier ou du deuxième mari, et par conséquent si elle était sœur ou demi-sœur d’Argentina. Le document étant sans eschatocole, l’éditrice en situe la date, par hypothèse, après le 6 juin 1475 — donc après la chute de Caffa, étant donné que Pelegro de Franchis, procureur d’Argentina, y est dit olim civis Caffe13.

  • 14 Cf., par exemple, S. Karpov, L’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma. 1204-1461. Rapporti p (...)
  • 15 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 124. Cf. aussi G. Pistarino, I Gin dell’Oltre-ma (...)

13Encore plus significatif est le cas de Primofiore, fille de feu Demetrio de Telicha et petite-fille de feu Theodoroca de Telicha (jadis habitant de Soldaïa) ; en 1490, après être restée veuve de Giovanni Battista Campofregoso, elle devint la femme de Luciano Squarciafico, fils de feu Giuliano. Sans doute Primofiore ne vécut-elle jamais à Gênes, ni même sa mère d’ailleurs, étant probablement née en Orient si l’on se réfère à son prénom : Catimyhia. Toutefois le père de Catimyhia — et donc le grand-père de Primofiore — Geronimo de Alegro, était un Génois. Il s’était probablement marié au Proche-Orient, peut-être à Caffa ou à Trébizonde, où l’on sait que quelques membres de la famille De Alegro atteignirent des positions prestigieuses14. Le 1er février 1490 Primofiore, par un acte rédigé à Péra, près de la maison de Limbania, olim uxor de Ottaviano Adorno, renonça aux créances qu’elle avait sur le notaire Nicolò di Torriglia, grâce aux droits que son grand-père Theodoroca lui avait cédés (elle fait également référence à sa dot de 400 sommi d’argent de Caffa), contre versement de 150 lires génoises que Nicolò di Torriglia aurait à lui payer en trois versements avant l’échéance du 1er janvier 1492. Primofiore précisa — en mettant en évidence la difficulté de la situation — que Nicolô di Torriglia (précédemment habitant de Caffa et qui se trouvait alors à Chio) s’était trouvé dans des conditions économiques précaires — post perdi-cionem Caffe, pervente, ut publicum est, in dictione regis Turcorum —, après avoir perdu tous les biens qu’il y possédait15.

  • 16 À propos d’Adornino de Elianis ou de Illianis de Ovada, et en général à propos de la famille à laq (...)

14Adornino de Elianis de Ovada, speciarius de profession, se trouvait à Péra dans les premiers mois de 1453, sans que l’on sache à quel moment il y était arrivé. Il s’était ensuite installé à Chio, probablement peu avant la conquête turque de Constantinople, vu que le 18 juin de cette même année Adornino (dit olim burgensis Pere, nunc habitator Chii dans des documents postérieurs) était très actif dans l’île, dans une boutique propriété de Giovanni Bartolomeo de Podio, également propriétaire de la maison louée par Adornino. Le testament d’Adornino, rédigé à Chio le 23 mars 1460, nous apprend qu’il était marié avec Smeralda, fille de feu Pietro de Lavagna, et qu’il avait une fille et trois garçons, fils légitimes et illégitimes. Sa femme se trouvait à Gênes au moment où il rédigea son testament mais, vu une mention relative à sa dot de 1 800 hyperpères au poids de Péra, l’on peut supposer qu’elle avait séjourné un temps auprès de son mari avant de décider de rentrer à Gênes — soit directement de Péra soit de Chio — en raison de la situation instable, voire dangereuse, qui y régnait16.

  • 17 Cf. la lettre des Mahonais de Chio au doge de Gênes, citée par G. Pistarino, « Chio dei Genovesi » (...)

15Quoi qu’il en soit à propos d’Adornino et Smeralda, on sait que bien des gens quittèrent plus ou moins précipitamment le comptoir génois de Péra au moment de la conquête turque de Constantinople pour aller s’établir à Chio, excellent point d’observation pour attendre l’évolution des événements. Nous n’avons malheureusement trouvé trace d’aucune des femmes mentionnées comme résidentes de Péra à ce sujet. Il ne fait pas de doute, en contrepartie, que l’île — qui dans un document génois de l’époque est définie caput et praecipua sedes omnium lanuensium in terris transmarinis17 — ait été le comptoir génois au Proche-Orient ayant accueilli le plus de femmes génoises.

L’île de Chio

  • 18 Pour les recueils de documents édités, cf. Ph. P. Argenti, The occupation of Chios by the Genoese (...)
  • 19 À propos de Chio génoise il existe une vaste bibliographie. Nous nous limitons donc à rappeler le (...)

16L’abondante documentation qui nous est parvenue pourrait expliquer l’ampleur de cette présence féminine18 ; mais il est plus probable qu’elle est favorisée par la position juridique de l’île, qui appartenait à la Mahone génoise, c’est-à-dire à une société constituée d’armateurs ayant participé à sa conquête — ou mieux, à sa reconquête — en 1346, par une action militaire sous couvert d’une expédition entreprise par des particuliers de manière occasionnelle pendant une croisade chrétienne contre l’Islam de l’Anatolie. L’île avait déjà été une seigneurie de la famille génoise des Zaccaria, du début du xive siècle à l’an 1329, avec le consentement de l’empire byzantin, et ensuite avait été réoccupée par l’empire même, à l’échéance de l’investiture : à partir de 1346 elle était donc à nouveau entre les mains de Gênes. Celle-ci, conformément à son usage de construire son système colonial au travers d’actions d’entrepreneurs privés, en avait confié la gestion à la Mahone, avec la tâche d’en assurer l’administration civile, la défense militaire, l’organisation économique et spécifiquement commerciale, le réseau des rapports — très intenses — à brève et à longue distance, soit avec les autres comptoirs génois au Proche-Orient, soit avec la mère patrie, soit avec les places marchandes de tout le monde méditerranéen, même au-delà des Colonnes d’Hercule jusqu’en Angleterre. L’élément porteur d’un tel développement et réseau d’affaires était représenté par deux matières premières essentielles, abondamment demandées sur le marché international : le mastic et l’alun ; le premier, produit à Chio était amplement utilisé en artisanat, en médecine, en parfumerie et pour la fabrication des liqueurs ; le second, produit principalement par les mines de Phocée, sur la côte turque d’en face, et entassé dans l’île, était indispensable pour le tannage et la teinture des tissus19.

17Les Génois et les « assimilés » étaient arrivés à Chio beaucoup plus nombreux que dans les autres comptoirs du Proche-Orient et là, beaucoup plus souvent qu’ailleurs, y avaient leurs femmes. L’impression que l’on tire de la documentation est qu’il s’agit — peut-être en raison de la situation juridique particulière de l’île sous le gouvernement de la Mahone, dont les membres appartenaient pour la plupart, mais non exclusivement, à l’albergo des Giustiniani — de femmes de haut niveau social, appartenant au cercle de la classe dirigeante (dont une partie des membres résidait à Gênes et une partie dans l’île avec ses adhérents, se déplaçant entre les deux lieux) ou de toute façon apparentées à des personnages importants.

  • 20 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 80, 91. 117. 121, 122, 123, 129 ; ASG, Notai Anti (...)

18A ce propos nous pourrions citer à titre d’exemple la présence in loco de quelques membres de la famille Pallavicino, dont trois membres devinrent au xve siècle, l’un après l’autre, évêques de l’île. Le premier d’entre eux, Tommaso, était en effet sans doute à Chio au début du xve siècle, avec son frère Battista, père d’Antonio, qui commença son mandat en 1450, succédant à son oncle Leonardo, frère de Tommaso et de Battista. Il est probable que Battista a amené sa femme Clara avec lui dans l’île (ou qu’elle l’a rejoint à un certain moment), à moins qu’elle ne se soit déjà trouvée là-bas avec sa famille d’origine (dont nous ne trouvons aucune trace dans les documents). De toute façon Clara, le 26 septembre 1450, désormais veuve et ayant un fils évêque, donna plusieurs biens à un autre de ses fils, Nicolô, déclarant l’avoir poussé à se mettre au service de son oncle Leonardo, qui n’avait jamais récompensé Nicolò malgré son engagement à le faire, parce qu’il était mort ab intestato. Outre Antonio et Nicolò, Clara avait également une fille, mariée en 1450 avec Leonardo Spinola, et peut-être Francesco, à qui la mère avait déjà donné quelques biens. Peut-on alors supposer que les fils de Clara étaient nés à Chio ? Toutefois il semble que Clara n’avait pas l’intention de s’éloigner de Chio, car son fils Nicolò (dont la présence dans l’île est encore attestée en mars 1456, lorsqu’il achète à Gregorio Giustiniani, fils d’Oberto, un viridarium, in contrata Varvasii, pour 200 ducats d’or de Chio) s’engagea, en échange des biens susdits qui lui avaient été donnés (parmi lesquels une maison in contracta Episcopatus, qui revenait à sa mère iure dotium suarum), à l’entretenir bene et decenter sa vie durant, même en cas de maladie, selon ses possibilités économiques20.

19Les exemples relatifs à des femmes apparentées par naissance ou par mariage avec des personnages de haut niveau sont nombreux. Malheureusement il est pratiquement impossible d’établir, même de façon approximative, le moment de leur déplacement, parce que les données sont sporadiques, fragmentaires, reliées à quelques événements spécifiques de l’île. Quoi qu’il en soit, ces femmes, tout du moins quelques-unes d’entre elles (parce que parfois il pourrait s’agir de femmes nées dans l’île, après le déplacement de leurs parents ou d’ascendants plus lointains), avaient à un certain moment effectué le long voyage de Gênes à Chio.

  • 21 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 61, 65, 116.
  • 22 Roccatagliata, Chio, op. cit. cit., doc. n° 22, 31, 32, 33, 34 ; ASG, Notai Antichi, liasse 847 ci (...)

20Rappelons en premier lieu Giorgio Paterio, appartenant à l’une des familles de la Mahone de Chio. À sa mort, en 1450, se trouvent à Chio soit sa mère Marieta, soit sa veuve — Catoihia ou Caterina -, fille d’Antonio Sagimben, et appartenant elle aussi à une famille dont beaucoup de membres se trouvaient à Chio. Concernant son père Antonio, par exemple, l’on sait qu’au début du xve siècle il était burgensis de Chio et était en rapports d’affaires avec les Paterio21. Catoihia (ou Caterina), peut-être arrivée à Chio avec son père ou son mari, s’engagea le 22 mai 1450 à payer une partie de la dot de sa fille Marietina, femme de Galeazzo Giustiniani (1 000 ducats d’or de Chio sur un total de 4 000 qui lui reviendraient personnellement). D’autres fils de Giorgio Paterio et de Catoihia (ou Caterina) se trouvaient à Chio : Giuliano Paterio, lui aussi Mahonais de Chio, qui fit son testament le 9 avril 1460 à Gênes, où évidemment il se rendait souvent : il demanda toutefois à être enterré à Chio, in ecclesia maiori episcopali, qu’il considérait désormais comme sa patrie. Marietina, sa sœur, fut l’un des exécuteurs testamentaires qu’il désigna conjointement à son oncle paternel Giovanni Paterio, son oncle maternel Giovanni Sagimben, sa femme Peregrina, ipsa stante in abito viduali et non aliter, ainsi que Nicolò Paterio et Giorgio Giustiniani de Banca fils de feu Andriolo (on doit remarquer à quel point les familles notables de Chio sont étroitement liées entre elles). Le testament n’indique pas où se trouvaient effectivement tous ces personnages : il est toutefois évident qu’ils voyageaient souvent — au moins certains d’entre eux — entre Chio et la mère patrie. Notre Marietina, toutefois, se trouvait sans doute à Chio à ce moment-là, puisque c’est dans l’île qu’elle rédigea son testament l’année suivante : non pour raison de santé, mais parce qu’elle était en état de grossesse et désormais proche de l’accouchement. Elle aussi demanda à être enterrée à Chio, in ecclesia episcopatus, dans la chapelle des Paterio. Au cas où son mari mourrait à Chio avant elle et y serait enterré, elle souhaitait alors à être inhumée in capella et monumento dicti domini Galeatii, dans l’église ou dans le lieu où serait enterré le corps de son mari22.

  • 23 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 56, 90, 113, 118, 139 ; ASG, liasse 847 cit., doc (...)

21Le cas de Bianchina, fille de feu Edoardo Grillo et veuve, en 1450, de Raffaele Giustiniani de Furneto, est tout aussi intéressant. Nous n’avons pas trouvé trace de son père et il est probable qu’elle est arrivée au Proche-Orient avec son mari, déplacement qui remontait probablement à plusieurs années, s’il est vrai que son mari (s’il ne s’agit pas d’un cas d’homonymie) est qualifié de consiliarius du podestat de Chio Dexerino de Podio le 7 janvier 1404. Il était l’un des Mahonais de Chio et en juillet de cette même année 1404 il avait été gubernator de la Mahone avec Corrado Giustiniani. En 1450, après la mort de Raffaele, étaient présents à Chio, outre sa femme Bianchina, leurs trois fils : Ottaviano, Paolo et le premier-né, Pasquale, dans la maison duquel, in contracta Episcopatus, Bianchina fit son testament le 30 mai 1456 : elle désirait être enterrée in ecclesia episcopatus Chii, in monumento suo et suorum de Furneto, accordait quelques legs — dont un ante partent —, d’un montant de 400 lires génoises, à son fils Pasquale (sans doute parce qu’il l’hébergeait) et désignait ses trois fils légataires universels. Le jour suivant elle ajouta un codicille, par lequel elle accordait un legs de 400 lires génoises à son petit-fils Ciprianino, fils d’Ottaviano23. Nous n’avons aucune autre trace de Bianchina, mais il est très probable qu’elle passa pratiquement toute sa vie dans l’île de Chio.

  • 24 ASG, liasse 848 cit., doc. n° XVIIII, LIII ; édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, (...)

22Nous trouvons des traces éparses d’autres femmes — toujours d’un haut niveau social — qui se déplaçaient parfois entre Gênes et Chio. Rappelons à ce propos ce que l’on peut tirer du testament du 27 juin 1456 de Maria, fille de feu Pietro Giustiniani de Rocha et veuve de Napoleone Giustiniani, fils de feu Ottobuono. Elle résidait à ce moment-là à Chio, dans la maison de ses fils Giovanni et Ottobuono, où elle gardait le lit. Peut-être était-elle tombée rapidement malade, ce qui la contraignit à faire son testament et à choisir d’être enterrée dans l’île (elle indique l’église Sainte-Marie des Frères Prêcheurs, et plus spécifiquement le monument de son beau-père Ottobuono et des fils de celui-ci, où se trouvait peut-être aussi le tombeau de son propre mari). Marie devait être très attachée à Gênes puisqu’elle disposa que l’on devait y célébrer mille messes pour le repos de son âme ; l’exécution de cette disposition est intéressante quant à son exécution, puisque Marie se préoccupa de voir cette tâche dévolue à sa sœur Benedetta et à sa belle-sœur Pometa, femme de Giustiniano Giustiniani, et seulement à Benedetta au cas où Pometa serait absente de Gênes au moment opportun. Maria confia au mari de Benedetta (Pietro Giustiniani) et à son fils Giovanni — les deux se trouvaient déjà à Chio — la tâche de décider des frais relatifs à ses obsèques, en évitant toutefois une pompe excessive. Le fait que Maria prévoyait l’éventualité que sa belle-sœur Pometa pouvait ne pas se trouver à Gênes pour exécuter ses dispositions testamentaires nous porte à croire qu’il arrivait à celle-ci de se déplacer entre Gênes et Chio ; et l’ on pourrait penser la même chose de Benedetta, sœur de la testatrice, qui se trouvait à Gênes au moment de la rédaction du testament, alors que son mari était présent à Chio. L’on peut ajouter que le mari de Pometa possédait à Chio un viridarium (qu’il vendit en 1455 à Gregorio Giustiniani, fils d’Oberto) et qu’en 1478 il est au nombre des Mahonais de Chio24. Sa femme Pometa le suivait-elle parfois dans ses déplacements ?

  • 25 ASG, liasse 848 cit., doc. n° 163.1 ; liasse 944, doc. du 13 décembre 1461. Marieta légua 10 ducat (...)

23Un autre témoignage nous est apporté par Marieta, fille de feu Giovanni de Luna ou de la Luna et veuve de Frediano Imperiale : en octobre 1459, agissant en son propre nom ou en qualité d’héritière d’Argenta (fille de feu Raffaele de Cazali et veuve de Boruele de Boruelis) et de sa fille Argentina (femme de Pietro de Santo Stefano), Marietta nomma procureur le citoyen génois Andrea de Spigno, fils de feu Giovanni, afin qu’il s’occupât de ses affaires. Deux ans plus tard, rédigeant son testament dans une chambre de sa domus terranea, située in Lo Varvasio, elle désigna ce même Andrea de Spigno, légataire universel, lui confiant parallèlement la tâche de décider où l’enterrer si elle mourrait à Gênes aut alibi seu alio loco ; en revanche si son décès survenait à Chio, elle désirait être enterrée dans l’église Sainte-Marie des Prères Prêcheurs, in sepoltura antecessorum suorum)25. Toutes ces dispositions testamentaires ne nous expliquent pas quels rapports liaient Marieta à Andrea de Spigno, mais il est incontestable qu’elle n’écartait pas l’hypothèse de s’éloigner de Chio.

24Dans la plupart des cas, toutefois, le déplacement d’une femme dans les comptoirs entraînait la résidence de sa famille sur place, surtout s’il naissait des enfants, qui à leur tour pouvaient rester là-bas et fonder une famille sur place.

  • 26 Roccatagliata, Chio, op. cit., doc. n° 35, 37, 139 ; S. Origone, « Chio nel tempo », op. cit., doc (...)

25Ceci pourrait être le cas de la famille De Bozollo, dont la première notice concernant sa présence à Chio, d’après la documentation repérée, se réfère à Antonio, qui en 1450 y possédait plusieurs biens immobiliers et qui sept ans plus tard était déjà mort. Nous ne savons rien sur la femme d’Antonio, mais il est évident qu’elle devait vivre à Chio avec son mari, car leurs fils in loco sont trop nombreux pour que l’on puisse penser que la mère était restée à Gênes ou qu’il s’agissait seulement de fils naturels. On connaît Sobrana, qui en 1451 est veuve de Pietro Giustiniani de Campis ; Isolta, veuve en 1456 de Melchione Iosep — sans doute un juif — et dont les deux filles, Pereta et Diamante, épousèrent respectivement Leonardo de Pornassio et Anfreono Cattaneo dans l’île ; nous connaissons au moins cinq fils — Benedetto, Francesco, Giovanni, Paolo e Pietro —, à propos desquels les actes rédigés à Chio fournissent beaucoup d’informations, soit sur leur vie privée soit sur leur activité économique. Pour quelques-uns d’entre eux nous possédons un testament, toujours rédigé dans l’île de Chio, qui était donc devenue la deuxième patrie de tout le noyau familial, ainsi que son lieu d’inhumation. Citons pour exemple Pietro lequel, en faisant son testament en 1460 avant d’entreprendre un voyage commercial ad quasvis mondi partes Deus administraverit, choisit d’être inhumé — s’il mourrait à Chio — dans l’église Sainte-Marie, videlicet in sepoltura antecessorum ; pour ce qui concerne Benedetto, mort avant 1461, nous ne possédons que le testament de sa femme Plorencia, fille de feu Marino Usodimare ; quant à Francesco, nous savons qu’en 1470, au moment de son décès, vivait dans l’île son fils Nicolô, qui très probablement y était né26.

26Les exemples sont donc très nombreux. Citons-en seulement un autre, parce qu’il se réfère à une femme de niveau social moins élevé (bien que non modeste) et qui – d’après ce que nous en savons — se trouvait seule à Chio. Il s’agit d’Isabella de Valencia qui, en raison du cercle de gens qui l’entourait, devait être originaire de Valenza, près d’Alessandria de Piémont, plutôt que de Valence. Isabella décida de faire son testament le 3 octobre 1488, parce qu’elle était malade et résidait alors dans une domus terranea, située in burgis Chii, dans la rue Sotiria, près du rivage de la mer (la maison appartenait à Antonio de Asornio et abritait également Maria de Mytilène, veuve d’un certain Giorgio ; nous pouvons d’ailleurs noter l’incertitude du notaire quant à l’identité des résidents de la maison et, au contraire, les informations très précises à propos de l’emplacement de la maison même).

27Nous ignorons tout de la vie d’Isabella, quand ou comment elle arriva dans l’île de Chio, et encore moins la raison de son déplacement. Elle ne devait pas avoir de parents in loco puisqu’elle désigna comme légataire de ses biens l’hôpital local Saint-Antoine ou, au cas où la domination de Gênes sur la civitas de Chio venait à tomber, l’hôpital génois de Pammatone. Elle choisit comme dernier lieu l’église Sainte-Marie-des-Grâces des Frères Mineurs, en déléguant à son fidéicommissaire l’initiative du montant des frais d’enterrement et affecta un legs de 20 aspres turcs pour la célébration de messes à son intention dans l’église Sainte-Marie de Coronato au moine qui à ce moment-là dirigerait cette église. Elle destina un autre legs, matérialisé par une courtepointe, à Maria de Mytilène, qui sans doute l’avait assistée durant sa maladie.

28Le testament énumère ensuite la liste de certains biens de la testatrice, qui se trouvaient entre les mains de diverses personnes : une cateneta et deux bracelets entre les mains du podestat de Chio, mais sous le nom de Franco Spinola ; deux petits anneaux entre les mains du capsiarius Costantino, dit Farinada ; huit bracelets d’argent entre les mains de Giuliano de Rapallo ; quatre bracelets d’argent et deux scolarigia d’or avec quatre perles entre les mains du caligarius Bertino de Anea de Pegli. S’agissait-il de gages ? Sinon, comment expliquer cette dispersion entre toutes ces mains ? Le texte testamentaire fait ensuite référence à la livraison par le susdit Giuliano de Rapallo à Antonio de Bargagli d’une série de vêtements et de linge et stipule que d’autres biens de la testatrice, qui étaient entre les mains d’Antonio Magnono, manquent en partie (suit une liste détaillée).

29Isabella de Valenza était peut-être une femme relativement notable à Chio : elle choisit pour fidéicommissaire et exécuteur testamentaire Franco Spinola, fils de feu Pietro, auquel elle confia la tâche de réclamer tous ses biens, d’en rédiger l’inventaire et de les vendre, d’employer la somme gagnée à l’achat de « luoghi » des Compere de San Giorgio de Gênes, dont les bénéfices iraient à perpétuité à l’hôpital Saint-Antoine de Chio (si ce dernier était en situation de recevoir l’héritage). À Franco Spinola, son fidéicommissaire sa vie durant, elle disposa que resteraient la cateneta et les deux bracelets d’or qui étaient entre les mains du podestat de Chio.

  • 27 ASG, Notai Antichi, liasse 944 cit., doc. n° DXXI. 1, DXXI.2. Cf. Balletto, « Piemontesi nell’isol (...)

30Isabella surmonta pourtant rapidement la maladie qui aurait dû l’emporter, quitta la maison d’Antonio et alla s’établir dans une maison appartenant à Stefano Sezegna, située elle-même in burgis Chii, dans la rue Neacorio. De là le 27 octobre — donc un peu plus de vingt jours après la rédaction de son testament — elle décida un nouveau transfert — de Antonio de Bargagli au capsiarius Costantino, dit Farinada — de la susdite série de vêtements et de linge, ce qui fut régulièrement exécuté27.

31Subsistent plusieurs curiosités à propos de cette femme, dont nous espérons retrouver d’autres éléments pour comprendre comment elle était arrivée à Chio et quel genre de vie elle y menait. Était-elle émigrée de longue date dans l’île avec sa famille, venait-elle directement d’Occident — et plus particulièrement de Gênes —, et y était-elle restée seule ensuite ? Ou s’était-elle établie dans l’un des autres comptoirs génois au Proche-Orient avant de se déplacer dans l’île après la conquête turque de Constantinople ? Exerçait-elle un métier ? Et dans ce cas lequel ? Peut-être celui de merçaria — qui parfois était exercé par des femmes ou alors celui de la tabernaria —, vu les bijoux, vêtements et lingerie qu’elle possédait ?

L’île de Chypre

  • 28 ASG, Notai Antichi, liasse 843 (où il y a les actes rédigés par le notaire Antonio Foglietta soit (...)

32L’île de Chypre fut un autre des comptoirs génois au Proche-Orient où la république de Gênes avait instauré au xve siècle une vraie suprématie sur la base du traité conclu en 1374 avec la dynastie régnante des Lusignans, à la suite des expéditions navales de 1373, financées par une Mahona Cypri, spécialement constituée pour venger les mouvements anti-génois qui eurent lieu à Famagouste lors du couronnement du roi Pierre II. Les Génois — qui avaient imposé au roi de Chypre des conditions draconiennes — eurent leur quartier à Pamagouste, où ils jouissaient d’une vraie position de monopole et dont l’administration, en 1447, fut cédée à l’Office de Saint-George. C’en était fini de l’époque de grande splendeur, à laquelle succédait une période de décadence de ce qui avait été l’un des plus florissants ports de commerce de la République, même si l’on pouvait noter quelque sursaut de vitalité résiduelle malgré le péril turc, qui se faisait toujours plus pressant. Les Archives d’État de Gênes ont conservé une belle série d’actes notariés qui remontent chronologiquement aux années 1445-1458 et que l’on doit à la plume d’Antonio Foglietta, qui occupa la charge d’écrivain du magnifiais dominus capitaneus génois de Famagouste durant plusieurs années28.

  • 29 Balletto, « Note sull’isola di Cipro ». op. cit., p. 131-132.

33Par rapport à notre étude, la documentation examinée donne l’impression d’une prédominance d’hommes qui, s’ils avaient une famille, l’avaient laissée dans leur pays d’origine. Un cas emblématique pourrait être celui d’Antonio Cigala, qui n’avait à ses côtés à Chypre que son fils Lanzaroto, tandis que sa femme Tedora et ses deux autres fils légitimes, Galeoto et Meliaduce, étaient restés à Gênes, et qui, comme il arrivait souvent en ces cas-là, avait fondé à Famagouste un noyau familial alternatif et avait eu d’autres fils naturels, dont deux de son esclave circassienne Maria29.

  • 30 ASG, Notai Antichi, liasse 843, doc. n° 74.

34Il ne manque toutefois pas à Famagouste d’exemples d’émigration féminine, comme celui de Lorenza, veuve de Pietro Belogio, laquelle, en 1454, habitait la maison où Iofrino Aicardo de Portomaurizio, fils de feu Stefano, fit son testament et désigna Bianchina, la mère du même Iofrino, héritière, et dont le frère, Damiano Boterigo de Diano, se trouvait également à Famagouste30.

35Mais nous voulons citer surtout un cas, qui à notre avis est particulièrement intéressant. Il s’agit du civis génois Agostino Ternazio et de sa femme Pometa, fille de Raffaele de Recco. Malheureusement nous ne savons rien de leur déplacement à Chypre ; le choix de l’île trouva peut-être sa motivation dans la profession d’Agostino, qui était seaterius ; le document le plus ancien le concernant remonte au 11 décembre 1453 alors qu’il était déjà mort à cette date ; y est cité pour la première fois, à titre de témoin, son fils Barnaba, médecin de profession et qualifié lui aussi de civis génois. A Famagouste vivaient également la femme d’Agostino — la domina Pometa Ternazia — et plusieurs de ses fils, de sorte que l’on peut faire remonter leur déplacement à peu de temps auparavant. La famille continua toutefois à entretenir des rapports étroits avec la mère-patrie ; le 19 juin 1456, par exemple, Pometa nomma procureurs son frère Geronimo de Recco, son beau-frère Francesco Seresia et son fils Giovanni Andrea, tous les trois cives génois, les chargeant de se présenter aux autorités de Gênes pour demander l’héritage de son fils Battista (lui aussi résidant à Chypre), l’accepter sous bénéfice d’inventaire et en faire l’inventaire. Pometa agit avec le consentement de son gendre Cristoforo de Vignana et de son fils Barnaba, dans la maison duquel l’acte fut rédigé et où la même Pometa habitait probablement, étant donné qu’elle y fit son testament le 27 septembre suivant.

36Entre autres dispositions, elle choisit d’être inhumée dans l’église Saint-François de Famagouste, où seraient célébrées des messes à l’intention de son âme et de celle de son fils Battista ; elle dressa la liste de ce qu’elle possédait en argent comptant (50 ducats de Venise, 1 double de Castille et 1 ducat turc), qu’elle confia à Barnaba ; elle accorda un legs ante partem à sa fille Mariola, ad eius maritare, de 50 ducats de Venise, tous ses vêtements — soit en laine soit en lin —, quelques perles et une petite broche ; un autre legs de 5 sous de Gênes était attribué à l’hospitale Scarii de Gênes et le dixième des legs pour l’Opus portus et moduli de Gênes, secundum consuetudinem ordinamentorum de la ville ; elle nomma fidéicommissaire testamentaire son fils Barnaba qui, afin d’éviter des frais, devrait dresser l’inventaire de tous les biens et en organiser la vente à l’encan sans l’autorisation du magistrat, sur simple parole ; elle nomma également légataires universels, à parts égales, ses fils Antonio, Barnaba, Giovanni Andrea, Perroihino et Rafelino et sa fille Mariola.

37Le testament ne fait aucune allusion, ne serait-ce que pour un moindre legs, à au moins trois autres filles : la femme du susdit gendre Cristoforo de Vignana ; Luchineta, femme de Carlo Caneto de Pieve di Teco (dont le contrat de dot, pour un montant de 580 lires génoises, fut conclu le 7 décembre 1465, soit après l’établissement du testament de sa mère ; mais, comme nous le savons, l’usage de la rédaction du contrat de dot longtemps après le mariage, parfois même juste avant de tester était d’un usage courant) ; et Batestola laquelle, en 1465, est dite filia quondam domini Augustini Traynatii seaterii, civis lanue, et ultimo uxor Andree de Conrado, oriundi Pere, et qui donc, neuf ans plus tôt, au moment de la rédaction du testament de Pometa, était probablement mariée avec un autre homme. Pour Luchineta et Batestola il pourrait s’agir de deux filles naturelles d’Agostino, mais ceci paraît moins plausible pour la femme de Cristoforo de Vignana. Il est donc probable qu’elles n’ont pas été citées dans le testament de leur mère tout simplement parce que, étant mariées, elles avaient déjà reçu leur part.

38Tous les membres de la famille de feu Agostino Trainazio résidaient donc à Famagouste, et quelques-uns d’entre eux s’y trouvaient avec leurs familles. Parmi ces derniers le personnage le plus éminent paraît être le médecin Barnaba Ternazio ou Trainazio, qui avait avec lui sa femme Isabella, fille de feu Nicola lordani. Barnaba. qui à un certain moment commença à être qualifié de burgensis Famagouste, est avec sa femme, propriétaire à Famagouste de plusieurs biens immobiliers, maisons et terrains. Il alla s’établir ensuite à Chio, où il exerça sa profession et où sa présence est mentionnée au moins à partir de décembre 1462. Sa femme resta toutefois à Famagouste, car en janvier 1464 Barnaba confia certa victualia (c’est-à-dire du grain, du biscuit, des fèves, des haricots, du fromage et autre, qui se trouvaient dans une veges et dans un baril, et de plus un baril avec environ 18 metrete de bon vin rouge) à un certain Carlo de Novara (qui s’embarquait sur un navire pour Famagouste), pour que celui-ci les lui livrât.

  • 31 ASG, Notai Antichi, liasse 843 cit., doc. n° 44 (édition dans Balletto, Piemontesi del Quattrocent (...)

39La présence de Barnaba Trainazio à Chio est également attestée au cours des années suivantes31, mais nous ignorons s’il y fut rejoint par sa femme ou s’il rentra à Famagouste à un certain moment ou encore s’il fit la navette d’une île à l’autre. Peut-être qu’en raison des événements convulsifs de Chypre (qui en 1447 était passée du gouvernement direct de Gênes à celui de la Banque de Saint-Georges et ensuite sous la domination de Venise), la première hypothèse est plus probable. Hypothèse qui pourrait être également valable — mais il s’agit seulement d’une conjecture — pour la susdite Isabella de Valenza. C’est en effet dans l’île de Chio qu’est certifiée la plus importante présence de femmes occidentales, qui pouvaient également venir, non pas directement de Gênes, mais d’autres comptoirs génois du Proche-Orient à la suite de conditions difficiles. En effet, lorsque le ciel s’obscurcit et devient menaçant, la première composante à être frappée est justement la présence féminine, qui représente sans doute le maillon le plus faible de la chaîne historique.

Caffa

  • 32 Pistarino, Genovesi d’Oriente, op. cit., p. 477-518.
  • 33 Cf. Pistarino, I Gin dell’Oltremare, p. 447-452 op. cit., L. Balletto. « Il mondo del lavoro », op (...)

40Jetons à présent un regard sur Caffa, la lanuensis civitas in extremo Europe, dont la situation est complètement différente de celle des autres comptoirs génois du Proche-Orient. Il ne s’agit pas d’une base économico-financière, limitée du point de vue démographique, comme Péra, ni d’un comptoir occidental constitué de plusieurs ethnies, mais lié pour l’essentiel aux systèmes et aux méthodes de l’Occident, en raison de la présence d’une famille régnante de provenance occidentale, comme sur l’île de Chypre ; pas plus qu’une situation de totale domination génoise, comme à Chio. Caffa était une grande ville, avec une population considérable ; c’est une ville multiethnique dans laquelle cohabitent, aux côtés des Occidentaux européens, des Orientaux Grecs, Arméniens, Tatars, Turcs, Kalmouks et autres ethnies du groupe mongol32. Surtout au xve siècle — et tout spécialement après la chute de Constantinople en 1453 — Caffa connut une période dangereuse, preuve en est qu’il n’était pas toujours aisé de trouver des fonctionnaires prêts à s’y rendre ; à plus forte raison les Génois, minoritaires, naturellement hostiles à emmener avec eux femme et famille, préféraient entretenir des liaisons avec des autochtones ou se servir — plus qu’ailleurs — de la présence d’esclaves, lesquels ne manquaient pas puisqu’il s’agissait d’un grand centre de traite. Ainsi le notaire Nicolô de Torriglia, déjà cité (présent à Caffa de 1459-60 à la fin de 1475, aliquando scriba curie, cdiquando mercando et negociando), eut-il pour concubine une jeune fille d’origine gothe, Benedetta — dite Sosia —, juridiquement libre, de laquelle il eut plusieurs fils et filles et qu’ensuite il maria à un affranchi, en célébrant la cérémonie nuptiale dans sa maison33.

  • 34 À propos des actes notariés rédigés à Caffa au xve siècle, voir les communications de A. Assini. L (...)

41En raison de ces circonstances, la présence de femmes génoises et/ou ligures et/ou assimilées à Caffa fut très rare, sinon complètement inexistante, surtout à mesure que le xve siècle avançait. Un déplacement à Caffa, plus que vers d’autres comptoirs génois du Proche-Orient, signifiait non seulement affronter les inconvénients d’un très long voyage, mais courir des risques beaucoup plus graves. En outre, la documentation notariale est tout à fait insuffisante34 et ne nous donne donc pas la possibilité d’étendre nos recherches.

  • 35 ASG, Notai Antichi, liasse 719, doc. n° 48.

42Signalons un seul document, rédigé à Gênes en 1458, qui nous paraît significatif parce qu’il se réfère à un voyage dans le sens contraire, c’est-à-dire de Caffa à Gênes. Le 2 mars 1458, à Gênes, une certaine Brigida, dont nous ne savons absolument rien, s’engage à stare et perseverare pour sept ans avec le civis génois Filippo Iavroia pro sua serva et sclava. Il pourrait s’agir d’un accord normal de travail ; quoi qu’il en soit les attendus de cet accord sont très intéressants. Cette femme avait en effet demandé trois ans plus tôt à Paolo Giusto, avec lequel elle était à Caffa, de la conduire à Gênes en lui promettant le remboursement de tous les frais. Paolo Giusto l’avait satisfaite et jusqu’alors assumé plusieurs dépenses pour elle, sans toutefois recevoir aucun remboursement. C’est alors que Filippo Iavroia lui aurait versé la somme de 60 lires génoises occaxione ipsarum expensarum35.

43L’émigration de l’élément féminin de Gênes vers les comptoirs du Proche-Orient résulte donc de conditions très diversifiées, soit du point de vue numérique, soit du point de vue socio-économique, soit en référence aux situations spécifiques de chaque femme concernée (âge, mariage ou non, veuvage, etc.) et n’est pas documentée avec la même ampleur que celle de l’élément masculin, en raison sans doute de la discrétion relative à la présence de la femme dans la société médiévale (et pas seulement médiévale) par rapport à l’homme. De la documentation pauvre (parfois très pauvre) qui nous est parvenue, il résulte toutefois de manière évidente que l’élément féminin représenta une constante dans le processus de dilatation de la Communitas génoise au Proche-Orient durant le Moyen Âge : une constante qui. bien que limitée, contribua, peut-être de façon plus déterminante que ce qui résulte des documents, au phénomène à propos duquel l’Anonyme affirmait au début du xive siècle, que les Génois sont si nombreux que und’eli van e stan, un’atra Zena ghe fan. Cette expression n’est pas donc simplement une expression de manière ; mais, en réalité, l’Anonyme sait très bien que la femme constituait un élément effectif considérable, sinon essentiel, dans la constitution de la Communitas de la Superbe éparpillée dans le monde.

Notes

1 Le sujet de l’émigration de Gênes au Proche-Orient se rattache à celui de la population dans les comptoirs génois. Cf., à ce propos, entre autres — avec d’autres références qu’au xve siècle -, M. Balard, La Romanie Génoise (xiie-début du xve siècle), Gênes-Rome, 2 vol. , 1978, t. 1, p. 229-289 ; Id., « La popolazione di Famagosta all’inizio del secolo xiv », La storia dei Genovesi. 4. Gênes, 1984, p. 27-40 ; M. Balard-G. Veinstein. « Continuité ou changement d’un paysage urbain ? Caffa génoise et ottomane », dans Le paysage urbain au Moyen Âge. Actes du XIe Congrès des Historiens Médiévistes de l’enseignement supérieur, Lyon, 1981. p. 79-31 ; L. Balletto, Piemontesi del Quattrocento nel Vicino Oriente, Alexandrie, 1992 (Biblioteca della Società di Storia Arte e Archeologia per le Province di Alessandria e Asti, 26) ; M. Balard, « Les Génois à Famagouste (xiiie-xve siècles) », Sources et Travaux Historiques, 43-44 (19), p. 85-93 ; Id., « L’emigrazione monferrino-piemontese in Oriente (secoli xii-xiv) », Atti del Congresso Internazionale « Dai feudi monferrini e dal Piemonte ai Nuovi Mondi oltre gli Oceani » (Alessandria, 2-6 aprile 1990), éd. L. Balletto, Alexandrie. 1993 (Biblioteca della Società di Storia Arte e Archeologia per le Province di Alessandria e Asti, 27), p. 249-261 : S. Bliznjuk. « Genovesi e Piemontesi a Cipro dal XIII all’inizio del xiv secolo », ibid., p. 307-317 : S. P. Karpov. « Genovesi e Piemontesi nell’Impero di Trebisonda (sec. xiii-xv) », ibid., p. 369-376; N. Bogdanova, « The Latins in Cherson (13th-15th centuries) », ibid., p. 377-391; S. Origone, « Dalla Liguria all’Oltremare : i problemi dell’emigrazione », dans Mediterraneo Genovese. Storia e Architettura, éd. G. Airaldi-P. Stringa, Gênes, 1995, p. 29-37.

2 A. Roccatagliata, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, 1, Pera. 1408-1490, Gênes, 1982 (Collana Storica di Fonti e Studi, 34.1) ; Ead., « Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera (1453) », Atti della Società Ligure di Storia Patria, 39.1 (1999), p. 101-160. Les actes inédits sont du notaire Bernardo de Ferrariis : Archivio di Stato di Genova (ASG), Notai Antichi, liasse 764 : quatre d’entre eux sont édités dans Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit.. Appendice, doc. n° 1-4.

3 Le phénomène de l’esclavage présente à Péra, plus qu’ailleurs, le même caractère qu’à Gênes, et est peut-être en apparence plus marqué, parce que la population est moins nombreuse (environ 6 000-7 000 Pérotes face à environ 70 000 Génois dans la capitale). En conséquence, l’esclavage à Péra est presque exclusivement féminin et presque intégralement adonné aux activités domestiques. Les Génois et les Ligures, qui travaillent à Péra, sont pour la plupart des entrepreneurs et des artisans, de sorte que l’esclavage y est utilisé presque exclusivement pour la gestion familiale et pour l’assistance des émigrés de la Superbe.

4 ASG, Notai Antichi, liasse 764 cit., doc. n° 328.

5 Ibid., doc. n° 324, 325, 326, 327 ; édition du premier et du deuxième dans Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit., Appendice, doc. n° 2, 3. Cf. aussi, ibid., p. 14-15. Sur la signification du terme faber, parfois confondu avec ferrarius et qu’au contraire l’on doit entendre comme aurifaber, c’est-à-dire comme 1’« orefice, argentiere e gioielliere al tempo stesso », cf. G. Pistarino, « La civiltà dei mestieri in Liguria (sec. xii) », Saggi e Documenti II, t. 1, Gênes, 1982 (Civico Istituto Colombiano, Studi e Testi-Serie Storica, 3), p. 48-49.

6 Roccatagliata, « Pera (1453) », op. cit., doc. n° 4, 5, 6.

7 ASG, Notai Antichi, liasse 764 cit., doc. n° 352, 354. Nicolosia accorda un legs de 100 hyperpères ad sagium Pere à sa mòre (si elle lui survit) et un autre de 10 hyperpères à sa sœur Agnese.

8 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 50.

9 Ibid., doc. n° 65.

10 Ibid., doc. n° 66. Meliaduce Spinola — et donc selon toute probabilité aussi Giorgieta, si elle était encore en vie — est présente à Péra même en 1478 (ibid., doc. n° 106).

11 ASG. notaio Oberto Foglietta iunior 1455-56 ; édition dans L. T. Belgrano. « Prima serie di documenti riguardanti la colonia di Pera », Atti della Società Ligure di Storia Patria, 13.1 (1877), doc. n° CLVI, p. 272-273.

12 Ibid., édition dans Belgrano, « Prima serie », op. cit., doc. n° CLVII, p. 274.

13 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 92.

14 Cf., par exemple, S. Karpov, L’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma. 1204-1461. Rapporti politici, diplomatici e commerciali, trad. italienne par E. Zambelli, Rome, 1986, p. 159 ; Id., « Genovesi e Piemontesi », op. cit., p. 372-373 ; Id., « Una famiglia nobile del mondo coloniale genovese : i Di Negro, mercanti e « baroni » dei Grandi Comneni di Trebisonda », dans Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età Moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, 2 vol. , éd. L. Balletto, Acqui Terme, 1997, 2 (Università degli Studi di Genova-Sede di Acqui Terme, Collana di Fond e Studi, I), p. 592-594.

15 Roccatagliata, Pera. 1408-1490, op. cit., doc. n° 124. Cf. aussi G. Pistarino, I Gin dell’Oltre-mare, Gênes, 1988 (Civico Istituto Colombiano, Studi e Testi-Serie Storica, 11), p. 451-452.

16 À propos d’Adornino de Elianis ou de Illianis de Ovada, et en général à propos de la famille à laquelle il appartenait, l’on trouve plusieurs documents dans les Archives d’État de Gênes, dont quelques-uns ont été édités par Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit., Appendice, doc. n° 25, 28, 29, 31, 33, 34, 35. À propos de la famille, cf. Ballctto, Piemontesi de ! Quattrocento, op. cit., p. 20, 29-36 ; Ead., « Piemontesi nell’isola di Chio nel xv secolo », dans Stranieri in Piemonte e Piemontesi all’estero nel medioevo. Atti del Convegno di studi. Asti, 1999, p. 22-32 ; Ead., « Nuclei familiari da Genova a Chio nel Quattrocento », Due popoli-una storia. Studi di storia italo-ellenica, éd. N. Moskonas (sous presse).

17 Cf. la lettre des Mahonais de Chio au doge de Gênes, citée par G. Pistarino, « Chio dei Genovesi », Studi Medievali, 3a série, 10.1 (1969), p. 62.

18 Pour les recueils de documents édités, cf. Ph. P. Argenti, The occupation of Chios by the Genoese and their administration of the island. 1346-1566, 3 vol. , Cambridge, 1958, t. 3 ; A. Roccatagliata, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1471), Gênes, 1982 (Collana Storica di Fonti e Studi, 35) ; S. Origone, « Chio nel tempo délia caduta di Costantinopoli », Saggi e Documenti 11, t. I, Gênes, 1982 (Civico Istituto Colombiano, Studi e Testi-Serie Storica, 3), Appendice, doc. n° 1-6 ; Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit., Appendice, doc. n° 5, 19-21, 24-49 ; P. Piana Toniolo, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Gregorio Panissaro (1403-1405), Gênes, 1995 (Accademia Ligure di Scienze e Lettere, Série Fonti, 2). La très vaste documentation inédite est conservée dans plusieurs liasses de la série Notai Antichi des Archives d’État de Gênes.

19 À propos de Chio génoise il existe une vaste bibliographie. Nous nous limitons donc à rappeler le livre récent de G. Pistarino, Chio dei Genovesi nel tempo di Cristoforo Colombo, Rome, 1995 (Ministere per i Beni Culturali e Ambientali, Comitato per la Celebrazione del V Centenario della Scoperta dell’ America, Nuova Raccolta Colombiana, XII).

20 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 80, 91. 117. 121, 122, 123, 129 ; ASG, Notai Antichi, liasse 847, doc. n° CCLXXXXVIII, CCC.l. CCC.2, CCCXXXXVII. 1, CCCXXXXVII.2 ; liasse 848, doc. XVIIII (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3. doc. n° 262) ; filza 765. doc. n° 168 ; (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 120). Cf. aussi L. Balletto, « Il mondo del lavoro a Chio intorno alla metà del xv secolo », dans Simposio Internazionale « Ricchi e Poveri nella società dell’Oriente greco-latino », éd. Ch. Maltezou. Venise, 1998 (Biblioteca dell’Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini di Venezia, 19), p. 143-144 ; Ead., « Nuclei familiari », op. cit. (sous presse). Cf. aussi C. Eubel, Hierarchia Catholica medii aevi, MDCCCCXIII-MDCCCCXIV (Chios). Tous les documents édités par Argenti, auxquels nous faisons allusion ici. ont été collationnés avec les originaux conservés aux Archives d’État de Gênes, afin de corriger les quelques erreurs que l’on relève parfois dans l’édition elle-même.

21 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 61, 65, 116.

22 Roccatagliata, Chio, op. cit. cit., doc. n° 22, 31, 32, 33, 34 ; ASG, Notai Antichi, liasse 847 cit., doc. n° CCLXVIII, CCCXIIII.l, CCCXXV, CCCXXXVI, CCCXXXVIIII, CCCXXXXVII.1, CCCXXXXVII.2 ; liasse 764 cit., doc. n° 435 (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 251), 475 ; liasse 765 cit., doc. n° 157 (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 108) ; filza 923, doc. n° 86.

23 Piana Toniolo, Notai Genovesi, op. cit., doc. n° 56, 90, 113, 118, 139 ; ASG, liasse 847 cit., doc. n° CCXXIIII.l, CCXXIIII.2, CCXXXIII, CCLI.l, CCLV.l, CCLXII.2, CCLXVIII.l, CCCXXXIII.1, CCCXXXIII.3, CCCXXXXVII.l, CCCXXXXVII.2, CCCLXXXI ; liasse 764 cit., doc. n° 229 (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 228).

24 ASG, liasse 848 cit., doc. n° XVIIII, LIII ; édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 261, 262, 267. Cf. aussi Argenti, The occupation, op. cit., t. 2, p. 255. La présence dans l’île du père de Maria, Pietro Giustiniani de Rocha, lui aussi un Mahonais de Chio, est mentionnée par exemple, en 1424 : ASG, Sala 34, 1308/2, c. 14v.

25 ASG, liasse 848 cit., doc. n° 163.1 ; liasse 944, doc. du 13 décembre 1461. Marieta légua 10 ducats et 1 ducat pour son âme respectivement à l’église Sainte-Marie et à l’hôpital Saint-Antoine de Chio ; elle disposa en outre du dixième des legs pour l’Opus portus et moduli de Gênes et autant pour la cabella defunctorum, secundum formant capitulorum, clausularum et ordinamentorum civitatis Ianue.

26 Roccatagliata, Chio, op. cit., doc. n° 35, 37, 139 ; S. Origone, « Chio nel tempo », op. cit., doc. n° 5 ; ASG, Notai Antichi, liasse 847 cit., doc. n° CCXXVIII, CCLXXI.1, CCLXXXXII. CCCXX.I, CCCXXI, CCCXXIII.2, CCCXXVIIII, CCCXXXXVIII1, CCCLXXXII ; liasse 848 cit., doc. n° LII.1, LII.2, LXXXII.2, CXXXI.2, CLXXXXV (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 276), 179 (édition dans Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit., Appendice, doc. n° 28) ; liasse 765 cit., doc. n° 174, 292, 309, 346, 349 (édition du premier et du deuxième dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 131, 203) ; liasse 843, doc. n° 61. Cf. aussi Balletto, « Nuclei familiari », op. cit. (sous presse).

27 ASG, Notai Antichi, liasse 944 cit., doc. n° DXXI. 1, DXXI.2. Cf. Balletto, « Piemontesi nell’isola di Chio », op. cit, p. 19-21.

28 ASG, Notai Antichi, liasse 843 (où il y a les actes rédigés par le notaire Antonio Foglietta soit dans l’île de Chypre soit dans l’île de Chio). Sur l’île de Chypre pendant les xive et xve siècles il existe une vaste bibliographie : cf., entre autres, G. Pistarino, Genovesi d’Oriente, Gênes, 1990 (Civico Istituto Colombiano, Studi e Testi-Serie Storica, 14), p. 421-476 ; P. W. Edbury, The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374, Cambridge, 1991 ; L. Balletto, « L’isola di Cipro nell’anno della caduta di Costantinopoli », Anuario de Estudios Medievales, 22 (1992). p. 709-728 ; Ead., « Note sull’isola di Cipro nel secolo xv », La storia dei Genovesi, 12.1, Gênes, 1994, p. 119-144 (et la bibliographie citée) ; M. Balard, « Les Génois dans le royaume médiéval de Chypre » (en grec), Historia tès Kyprou, éd. Th. Papadopoullos, 4, Leukosia, 1995, p. 259-332.

29 Balletto, « Note sull’isola di Cipro ». op. cit., p. 131-132.

30 ASG, Notai Antichi, liasse 843, doc. n° 74.

31 ASG, Notai Antichi, liasse 843 cit., doc. n° 44 (édition dans Balletto, Piemontesi del Quattrocento, op. cit., Appendice, doc. n° 8), 62, 74, 81, 85, 102.1, 102.2, 150, 154, 164, 171, 190 (actes rédigés à Famagouste), 290. 307.1 (édition dans Argenti, The occupation, op. cit., t. 3, doc. n° 294), 307.2 (actes rédigés à Chio). Cf. aussi Balletto, « Note sull’isola di Cipro », op. cit., p. 124-125 ; Ead., « Il mondo del lavoro », op. cit., p. 128-129.

32 Pistarino, Genovesi d’Oriente, op. cit., p. 477-518.

33 Cf. Pistarino, I Gin dell’Oltremare, p. 447-452 op. cit., L. Balletto. « Il mondo del lavoro », op. cit., p. 124-125.

34 À propos des actes notariés rédigés à Caffa au xve siècle, voir les communications de A. Assini. L. Balletto et E. Basso au Congrès « Bulgaria Pontica Medii Aevi. VI » (Nessebar, 1995).

35 ASG, Notai Antichi, liasse 719, doc. n° 48.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540