Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Les Cibo de Gênes, un réseau méditerranéen au Moyen Âge

Georges Jehel

Texto completo

  • 1 C’est, en effet ce à quoi renvoie l’expression de mouvement brownien.

1Le terme de migration comporte une pluralité de connotations qui méritent d’être explicitées. Pour tenter une caractérisation générale, on pourrait dire que le phénomène migratoire renvoie à une dynamique sociale, démographique, économique, voire culturelle ou politique, qui est une des constantes sinon de toutes les civilisations, en tout cas de la civilisation méditerranéenne. Il traduit sous les modalités les plus diverses ce que Marc Bloch désignait pour caractériser le monde médiéval par l’expression de « mouvement brownien ». Il voulait de cette manière signifier la mobilité, l’agitation qui, au contraire de ce que l’on avait tendance à penser, animait la société que l’on considérait alors comme figée et statique. Cette interprétation ne doit pas inciter à supposer que ce mouvement perpétuel était aléatoire, anarchique, irréductible à une norme1. Il est bien évident qu’il n’en est rien. La mobilité et la dynamique des sociétés médiévales répondent à des conjonctures, à des motivations, à des nécessités qui ont été bien souvent mises en évidence.

  • 2 C’est le mot que l’on emploie à propos des Hilaliens par exemple qui représentent aussi une forme (...)

2Toutefois le terme de migration recouvre une terminologie où se juxtaposent des mots comme déplacements, transferts, déportations, diaspora, peuplement, pourquoi pas aussi invasion2. On passera sur les composés du vocable : immigration, émigration, qui correspondent à des processus bien typés.

3Sur cette base un peu schématique on peut distinguer deux grandes catégories.

  • 3 A. Ducellier, B. Doumerc, B. Imhaus, J. de Miceli, Les chemins de l’exil, bouleversements de l’Est (...)
  • 4 Entre autres exemples, rappelons celui d’Anselme Adorno d’origine génoise incontestable, citoyen d (...)

4D’abord les mouvements de masse, ceux qui portent sur des populations nombreuses mais que l’on a du mal à quantifier. Encore faudrait-il considérer les circonstances de ces mouvements qui sont parfois spontanés, motivés par des contraintes éthologiques ou issues du milieu naturel. Ils peuvent être imposés sur le mode autoritaire de la déportation ou correspondre à des stratégies visant à satisfaire des intérêts politiques ou économiques. En ce qui concerne l’aire géographique de ces mouvements, on privilégie les mouvements méditerranéens, mais il faut également penser aux rapports avec la périphérie. Les « chemins de l’exil » si bien étudiés dans l’espace Adriatique3, l’ont aussi été entre l’Italie et la Flandre ou l’Angleterre4. Il faut ensuite distinguer des formes d’insertion définitive dans le milieu d’accueil, les déplacements temporaires avec faculté de retour qui caractérisent les milieux d’affaires entretenant un mouvement pendulaire entre métropole et colonie. Il faut enfin distinguer la migration et le nomadisme, qui définit une relation particulière à la territorialité, mais la distinction n’est peut-être pas toujours facile à faire.

  • 5 Parmi les travaux récents qui portent sur des groupes familiaux génois implantés dans des établiss (...)

5L’autre catégorie concerne les mouvements de faible ampleur de groupes parfois réduits à quelques individus qui, à partir d’une origine commune, se dispersent et font souche d’une manière durable ou au moins significative. C’est à ce type de diffusion en réseau que je m’attacherai avec l’exemple des Cibo, qui est loin d’être unique pour ce qui est, au moins, de la société génoise. On a déjà étudié d’autres groupes familiaux éminents qui ont essaimé dans l’espace économique euro-méditerranéen : les Giustiniani, les di Negro, les Venti, les Grimaldi, et bien d’autres pourraient être pris comme autant d’exemples5.

6Les Cibo appartiennent à ces groupes dominants qui tiennent le haut du pavé à Gênes et qui rayonnent à travers tout le bassin méditerranéen. Attirer l’attention sur eux est une nouvelle occasion de mettre en évidence le poids des situations tenues en métropole par ces groupes qui pour leurs intérêts confondus avec ceux de la République tiennent des postes et des magistratures dans la cité mère et dans les comptoirs. Autour d’un noyau central bien implanté en métropole et qui est sans doute le centre de gravité du réseau, ils se répartissent en cellules dynamiques qui, par intérêt et par stratégie d’expansion, se répandent aux quatre coins du monde méditerranéen, avec des éléments stables que l’on peut suivre sur plusieurs générations, et des éléments plus mouvants dont les déplacements sont difficiles à saisir. Sans être au plus haut niveau de la hiérarchie génoise comme les Spinola, les Grimaldi, les Doria, ou les Fieschi, les Cibo font incontestablement partie de l’élite politique et sociale de Gênes, qui anime ces groupes de pression, dont l’influence s’exerce sur les orientations de la République. Ils offrent un bon exemple d’une symbiose entre la métropole et les comptoirs d’outre-mer, où ils sont bien représentés et où ils servent peut-être d’intermédiaires entre les différentes communautés génoises disséminées dans l’espace méditerranéen.

7Il faut avant tout les saisir à Gênes dans leurs caractéristiques politiques, sociales et économiques.

  • 6 E. Bach. La cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955. Toutefois les Cibo font partie des ins (...)
  • 7 Une dynastie Cibo associée aux Malaspina règne sur la seigneurie de Massa jusqu’en 1731. Cf. T. O. (...)

8L’apparition des Cibo dans la vie politique de Gênes est relativement tardive. On ne les voit pas intervenir parmi les premiers clans fondateurs de la Commune6, ils ne sont pas signalés dans les Annales avant 1241. C’est donc au cours de la deuxième moitié du xiiie siècle qu’ils connaissent une promotion de plus en plus affirmée et qui ne se dément pas jusqu’au xviiie siècle au moins7.

9Telle qu’on peut l’esquisser à travers la documentation, la liste des magistratures exercées et des charges publiques remplies par les Cibo à Gênes est impressionnante mais non limitative. Elle permet de mesurer leur poids dans la vie politique et administrative de la cité.

  • 8 C. Imperiale di Sant’Angelo et L. T. Belgrano. Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori, (...)
  • 9 A. Ferretto, Codice diplomatico delle relazioni fra la Liguria, la Toscana e la Lunigiana ai tempi (...)
  • 10 Archivio Storico di Genova (cité infra A.S.G.) Notai Antichi, min. 193, fol. 1r.
  • 11 A.S.G., Archivio Segreto (cité infra A.S.), n° 497, fol. 13r.
  • 12 A.S.G., A. S., Materie Politiche, fasc. 2729, n° 62.

10Lanfranco Cibo est membre du Conseil des Huit en 12418. Guglielmo Cibo fait partie du Conseil des Huit de la Commune de Gênes en 12659. Antonio Cibo est membre du Conseil des Anciens en 130510, Thédisio Cibo en 138211, Badasale Cibo en 139812.

11Les fonctions d’ambassade sont celles dans lesquelles on retrouve le plus souvent les Cibo, ce qui tend à leur attribuer une compétence dans le domaine international, orientée d’ailleurs surtout vers le Maghreb.

  • 13 Le texte est dans L. de Mas Latrie. Traités de paix et de commerce concernant les relations des Ch (...)
  • 14 A.M., vol. VII, p. 14.
  • 15 A. M., vol. VIII, p. 210 et V. Vitale, Breviario della storia di Genova, lineamenti storici e orie (...)

12Guglielmo Cibo, en qualité d’ambassadeur conduit la délégation génoise chargée de négocier le traité de 1250 avec Tunis13. En 1267, il fait partie de la délégation envoyée auprès du pape et de Charles d’Anjou pour faire lever l’interdit prononcé contre Gênes. Cette délégation comprend Nicola Cigala, Ansaldo de Mari, Lanfranco Gattilusio14. Les Cibo sont donc bien reconnus dans l’élite politique génoise. Ils sont dès cette époque fortement engagés dans la parte guelfe. En 1289, ils participent à une conjuration contre le podestat Enrico Bruxamantica. dans laquelle on retrouve les Grimaldi, plusieurs Fieschi, les di Negro, les di Castello, les Malloni, les Fallamonica, les Piccamilli, les Guisulfi. Cette conjuration, organisée par Opizzo Fieschi, patriarche d’Antioche, avait pour objectif de renverser les Gibelins au pouvoir et pour mobile la succession de l’archevêque de Gênes que visaient les Fieschi. Celle-ci échoit à Jacopo da Varagine, à la suite d’un conflit qui se prolonge jusqu’en 129715.

  • 16 A.S.G., Mat. Pol., AS 2724, n° 45, 6 sept. 1262.

13En 1262, Guglielmo Cibo est désigné avec Giovanni Ugolino par la commune de Gênes pour diriger une ambassade à Ceuta en vue d’obtenir réparation de dommages subis et de rétablir la paix. Si l’on en juge par le nombre de participants à l’assemblée délibérative qui a approuvé l’initiative, on en connaît 133 parmi lesquels plusieurs Doria, Cigala, Grilli, Grimaldi, etc. On mesure la signification du choix d’un Cibo pour diriger cette ambassade16.

  • 17 E. Jarry, Les origines de la domination française à Gênes (1392-1402), Paris. 1896, p. 22.

14En 1382, Tisio Cibo est mentionné parmi les seize signataires des lettres de soutien à Nicolas Fieschi, animateur d’une révolte contre le gouvernement populaire, adressées au comte de Savoie. C’est un indice de plus de l’engagement direct des Cibo dans le clan aristocratique guelfe dirigé par les Fieschi17.

  • 18 Ch. E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xivesiècles, de la bataille de Las (...)
  • 19 A.S.G.. Materie Politiche, AS 2729, n° 36, publié dans L. de Mas Latrie, Traités de paix et de com (...)

15Guglielmo Cibo avec le qualificatif d’alcayto, qui correspond plutôt à une titula-ture catalane pour désigner le chef de la milice chrétienne18, fait partie de la délégation qui négocie au nom de la Commune le traité de 139319.

  • 20 Jarry, Les origines..., op. cit., p. 572.
  • 21 Ibid., p. 332. Les Cibo n’apparaissent pourtant pas parmi les grandes familles nobles guelfes sur (...)
  • 22 Jarry. Les origines..., op. cit., p. 342.

16Badassal Cibo fait partie du Conseil des Anciens qui délibère sous l’autorité du gouverneur français de Gênes en 139820. En mai 1399, il participe au financement de la flotte organisée par la France et dirigée par Boucicault en Orient. C’est un signe de haut niveau de standing mais encore une fois de l’engagement des Cibo dans le clan guelfe qui soutient la remise au roi de France de la seigneurie de Gênes21. Il fait d’ailleurs partie de l’ambassade envoyée à Paris en novembre de la même année22.

  • 23 A.S.G. Notai Antichi, min. 193, fol. 192v, 193r-v, 194r. L’acte n’est pas daté mais on peut le sit (...)
  • 24 Il s’agit en particulier de la chambre à coucher : lectum meum quo cum ea utor cum omnibus his que (...)

17En ce qui concerne le milieu social dans lequel évoluent les Cibo à Gênes, on peut en saisir certains aspects dans la documentation notariée. Le testament d’Oddoardo Cibo23 nous renseigne sur l’environnement et le niveau social d’un représentant des Cibo à Gênes au début du xive siècle. Petit-fils de Guglielmo et fils de Domenico, il déclare après une invocation à la Vierge, à saint Jean Baptiste et aux évangiles, vouloir être enterré dans le caveau familial qui se trouve dans l’église des Frères Mineurs. Il donne pour cela 10 livres, et précise qu’au cas où il décéderait hors de Gênes et de son district, ce qui laisse entendre qu’il appartient bien à cette catégorie de marchands itinérants susceptibles de disparaître loin de la métropole, il souhaite être inhumé dans l’église des Frères Mineurs la plus proche. Il fait à l’église San-Marcellino les donations habituelles, deux fois 20 sous pour des messes chantées (missis canendis), 20 autres pour des messes sans chant (missis dicendis) et autres œuvres pieuses. 25 livres sont à répartir par l’intermédiaire de son épouse Béatrice, fille de Nicola de Auria et petite-fille de Babillano. Il reconnaît avoir reçu en dot de celle-ci 700 livres, avec un antefactum de 100 livres. Ses biens et ses avoirs doivent revenir à Béatrice afin qu’elle les gère. Les immeubles qu’il possède à Gênes et hors de Gênes, stallum, habitacionem, villa, qu’elle occupera avec leurs fils, ainsi que le matériel et les locaux professionnels (totum asnisium et massaricum), lui reviendront également. Le reste des biens ira aux fils, Giovannino et Jane. En plus de la dot et de l’antefactum, l’épouse recevra 200 livres et du mobilier24. Béatrice sera tutrice des enfants avec les conseils de son frère évêque et de l’oncle du testataire, Francesco Cibo. Parmi les témoins on relève deux Cibo, Gaspale et Giuliano.

18Quelques indices notariés permettent de saisir les relations entretenues par les Cibo dans les milieux génois :

  • 25 G. B. Richieri, Bibliothèque Berio, Gênes, section manuscrits, Foliatium Notariorum, t. I (cité in (...)
  • 26 G. B. Richieri, t. I, n° 8736, not. Bartolomeo de Fornario, 28 février 1263.
  • 27 G. B. Richieri, t. I, n° 7554, notaire Bartolomeo de Fornario, acte du 15 mars 1253.
  • 28 G. B. Richieri, t. II, n° 3907, notaire Angelino de Sigestro, acte du 29 janvier 1291.
  • 29 G. B. Richieri, t. 1, n° 5712, notaire Bartolomeo de Fornario, daté du 23 février 1250.
  • 30 G. B. Richieri, t. II, n° 4141, notaire Giuliano Canellae, acte du 27 octobre 1412.

19Lanfranco Cibo intervient avec Lanfranco de Guisulfo comme conciliateur dans un litige25. Il agit en tant que procurateur de Giacobino Cigala26. Guisulfo Cibo est en affaires avec Andriolus Pallavicinus27. Cibo de Cibo est en affaire avec Montano de Marino28. Lanfranco Cibo reconnaît Thomas Lavaggio tuteur des enfants de Vivaldi Lavaggi29. Montano de Mari est procurateur de Catherine, fille de Percivale Cibo et épouse d’Oberto Cattaneo30.

  • 31 Sur les agissements de ce personnage mêlé à d’obscures tractations diplomatiques à Rapallo, voir B (...)
  • 32 P. Gioffredo. « Storia delle Alpi Maritime », Monumenta Historiae Patriae, Scriptores, II, col. 71 (...)

20L’insertion dans le haut clergé est bien mise en évidence par Giovanni Battista Cibo qui régna sous le nom d’Innocent VIII de 1484 à 1492. Son neveu, Nicola Cibo, fut archevêque de Cosenza31. Un Cibo (Federico) fut évêque de Savone32. On a vu précédemment que le frère de l’épouse d’Oddoardo Cibo était évêque.

  • 33 A.S.G., acte du 14 décembre 1239 du notaire Bonvassali de Cassina, répertorié par Richieri dans Fo (...)
  • 34 Parentino de Quinto, 12 février 1276 d’après G. B. Richieri, op. cit.. t. I, n° 5381.
  • 35 Ferretto, Codice..., op. cit., t. II, p. 401.
  • 36 E. Poleggi et L. Grossi Bianchi, Una città portuale del Medioevo, Genova nei secoli X-XVI, Gênes, (...)

21Les bases foncières de la fortune des Cibo peuvent également être esquissées grâce à la documentation notariale. En 1239, Lanfranco Cibo déclare posséder une terre à Sampierdarena33. Pietrone Cibo de San Donato prend en location une maison dans la paroisse de San Donato34. Giacobino, fils de feu Lanfranco Idoneo Cibo, possède une maison dans le quartier de Campo, à Gênes35. Les Cibo sont pourtant durablement localisés du xiie au xive siècle dans le quartier de San Siro, à proximité de la Porta dei Vacca36.

  • 37 A.S.G., Notai Antichi, minutier 313, fol. 32v, acte du 30 avril 1393.
  • 38 A.S.G., Notai Antichi, min. 313, fol. 194v, acte du 13 août 1393. Le même jour (fol. 196r), il reç (...)

22Comme la plupart des investisseurs génois, les Cibo participent aux mécanismes financiers sur lesquels repose l’assise budgétaire de la cité. Domotus Cibo a des parts dans la compera salis. En 1393, il reçoit d’Hostiano Basso un reliquat de 4 livres sur le produit d’investissements divers d’un montant de 800 livres engagé dans cette institution37. Les Cibo tirent une partie au moins de leur richesse du commerce maritime. Giuliano Cibo reçoit de Badassale Cibo 1 000 livres en commende qui s’ajoutent à un capital de 4 000 livres déjà investi38.

  • 39 Ferretto, Codice..., op. cit. t. II, p. 246.
  • 40 G. B. Richieri, t. n° 5688 et 5692. Les textes viennent du notaire Bartolomeo de Fornario. Ils son (...)

23Les relations avec le Maghreb sont particulièrement développées, la référence monétaire suffit parfois à le déceler. Musso et Manuele Cibo achètent 21 sacs de lana sucida à Bougie par l’intermédiaire d’Ambrogio Signorando39. Lanfranco Cibo est partenaire de Lanfranco Usodimare et de Grimaldo pour un prêt de 1 000 besants de miliares d’argent. La finalité de l’opération paraît être un achat de marchandises non précisées, provenant du Maghreb, compte tenu de la monnaie de référence40.

  • 41 G.B. Richieri. t. I, n° 7640. Texte du notaire Bartolomeo de Fornario daté du 14 juillet 1253.
  • 42 G. B. Richieri, F. N., t. II, n° 3775, notaire Angelino de Sigestro, acte du 18 mars 1287.

24Enrico Cibo participe au nolisement pour l’outre-mer d’une nave avec Guglielmo Lercario, Simone Lomellino, Giacomo Boccanegra, Bonifacio de Nigro, Giovannino Spinola41. Manuele Cibo reçoit de Franceschino de Revello 100 carlins et 10 tarins de bon or représentant 100 doubles d’or de miro. Cette transaction intéresse certainement la Sicile ou le Maghreb, voire les deux42.

  • 43 Cibono Cibo reçoit de Bonaccorso de Lucques 65 livres correspondant à un transfert de fonds (lettr (...)
  • 44 Ibid., t. II. p. 70. 123. 216.
  • 45 Ibid., t. II. p. 357.

25Les autres secteurs ne sont pas absents des centres d’intérêt des Cibo. L’Occident est bien représenté. Les réseaux Cibo ne semblent pas bien introduits dans les marchés du Nord43. Ils sont beaucoup plus actifs dans l’espace méridional et interviennent sur le marché languedocien. Guglielmo Cibo réalise un change en monnaie de Melgueil sur une somme remise à l’un de ses associés à Montpellier, Faziolo de Mari. Guglielmo Cibo agissant au nom de trois marchands placentins, Tado et Safo de Tadi, ainsi que Pietro Rondano, reçoit de Guigno de Florence 394 livres 10 sous de Gênes sur un change en monnaie de Melgueil. Gabriele Cibo réalise une opération de change avec Giliberto de Narbonne le 1er juillet 127844. Guglielmo Cibo en association avec Percivale de Mari possède une nave, la Bonaventura qu’ils utilisent pour des échanges avec Majorque. Le 15 mars 1281, ils procèdent à un change correspondant à 156 doubles d’or et demi de Majorque avec Oberto Stancone. Franceschino, fils de Guglielmo Cibo, reçoit 50 livres en commende d’Antonio de Guisulfo pour l’Espagne, le 4 mars 128145.

  • 46 Ibid., t. II, p. 396.
  • 47 Ibid., t. II, p. 363.
  • 48 G. B. Richieri. t. I, n° 3841, notaire Angelino de Sigestro, acte du 7 octobre 1287.
  • 49 A.M., vol. 11, p. 48. On remarquera que les Grimaldi sont généralement donnés comme guelfes.
  • 50 A.S.G., Notai Antichi : min. 313, fol. 185v. acte du 8 janvier 1393.
  • 51 G.B. Richieri. t. II, n° 6364, acte du 9 avril 1393. Il est possible que la transaction ait eu lie (...)
  • 52 A.S.G.. Notai Antichi, min. 313, fol. 8v, acte de 1393. Dans l’acte suivant, il s’engage à rendre (...)

26Ils participent également à des transactions à plus grand rayon d’action. Percivale Cibo donne 40 pièces d’étoffe de Lombardie, estimées à 543 hyperpères, pour les porter à Mesembria. L’affaire est traitée à Pera par le représentant de Percivale, Giacomino Squarzafico, l’acte est établi à Péra46. Manuele Cibo investit 50 livres en commende outre-mer47. Musso Cibo vend deux loca navis à la Commune de Gênes. Son fidéjusseur est Ciborio Cibo, fils émancipé de Guglielmo Cibo48. Daniele Cibo participe au grand commerce international ; une galée lui appartenant, chargée de pièces d’étoffes et de marchandises diverses d’une valeur estimée à 60 000 livres et, venant de Flandre, tombe aux mains de pirates à la solde de Luciano de Grimaldi en 134449. Badassale Cibo donne procuration à Giuliano Cibo avec lequel il est en affaires, pour le représenter à Chio, Péra, Cafta et en Gazarie50. Gioffredo Cibo vend une quantité non précisée d’hyperpères, à vingt sous l’un51 et s’engage envers Antonio de Sarzana à lui rendre à Caffa 17 sommi d’argent et 26 sagios52.

  • 53 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux. Paris. 1962. p. 124-125.

27Sorleone Cibo est détenteur d’une part de gabelle de 4 deniers 2/9 et 1/60 gérée par la Casa di San Giorgio au xve siècle. C’est une grosse part, si l’on considère que les plus grosses parts sont détenues par des alberghi et que trois seulement dépassent 20 deniers. Les Cibo sont comptés parmi les plus gros détenteurs avec les Spinola, les Vedereto, les de Marinis et de Mari53.

  • 54 Il s’agit d’un type de soie originaire d’Asie et probablement de Kars, en Arménie caucasienne, con (...)
  • 55 A.S.G, Notai Antichi, min. 193, fol. 188v-189r, acte du 28 juin 1320.

28Quelques exemples permettent de saisir les mécanismes de fonctionnement, les caractéristiques et l’extension des réseaux dans lesquels les Cibo sont insérés à partir de Gênes. En 1320. Benedicto de Guisulfo donne procuration à Mirualdo Cibo, citoyen et marchand de Gênes, pour recevoir de Babillano Piccamiglio, citoyen et marchand de Gênes, six fardelli de soie gireli54 que Babillano a reçus pour le compte de Benedetto de son neveu Leonardo ou de celui qui agirait pour Leonardo à Péra. Les modalités de la transaction ont été définies devant les officiers de la cour de l’empereur de Trébizonde, les fardelli ont été portés à Pise puis réexpédiés. Quatre d’entre eux ont été vendus et, selon l’acte établi à Gênes, le produit de la vente est destiné à être remis à Babillano ou à ses héritiers, à Messine55.

  • 56 A.S.G., Notai Antichi, min. 193, fol. 189r-v. L’acte, interrompu en fin de rédaction, n’est pas da (...)
  • 57 Ce poivre pourrait avoir été négocié pour le compte de Guglielmo Cibo ou de Bartolomeo de Guisulfo

29Luchino Basso et Nicolo de Grimaldi, citoyens et marchands de Gênes, sont procurateurs de Guglielmo Cibo par acte établi à Tunis par le notaire Daniele Stangere, le 10 mai 1320. Guglielmo Cibo est donc en résidence à Tunis. D’après cette procuration, visée par le notaire à Gênes, Guglielmo promet de payer 4 167 livres 18 sous et 7 deniers à Giovannino de Oliverio56. La reconnaissance de dette a été instrumentée à Tunis en deux actes par Daniele Stangere, le 8 juin 1318, le remboursement de celle-ci doit être exécuté à la demande de Daniele de Guisulfo, curateur des biens de Bartolomeo de Guisulfo et des héritiers de Leonardo de Guisulfo. Les procurateurs transfèrent sur Giovannino les créances de Leonardo et de Bartolomeo, en particulier celles qu’ils avaient sur Nicolino Basso concernant 20 pondera de poivre que Nicolino ou Raffo Basso avaient envoyés en Flandre par l’intermédiaire de Conradino de Moneglia57 sur des galères vénitiennes.

30Ces activités, qui ont pour point d’appui la place de Gênes, sont complétées et relayées par celles des Cibo installés hors de la métropole, un peu partout sur le pourtour méditerranéen.

  • 58 M. Balard. La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes, 1978, I, p. 235.
  • 59 A. Roccataglia, Notai Genovesi in Oltremare, Atti rogati a Pera e Mitilene, t. I, Pera, 1408-1490, (...)
  • 60 M. Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. II, p. 610.
  • 61 Ibid., t. I, p. 183-184.
  • 62 Ibid., t. I, p. 236.
  • 63 Ibid., I, p. 259.
  • 64 Ibid., I. p. 441.
  • 65 M. Balard, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto e Giovanni de (...)
  • 66 L. Balletto, Piemontesi del Quattrocento nel Vicino Oriente, Alexandrie, 1992, p. 125.

31Bien qu’en nombre plus limité que les Cigala, Lercari, Mallone et autres grandes familles génoises, les Cibo sont attestés à Péra en 128158. Ils se sont maintenus durablement puisqu’on trouve encore trace de leur résidence fixe à la fin du xve siècle. Une transaction entre Fieschi, Vivaldi et Spinola est réalisée à Péra en 1475 dans la maison de Battista Cibo, qu’il occupe avec Giovanni Spinola59. L’un d’entre eux au moins occupe une position notable : Luchino Cibo qui participe à une importante société au capital de 14 000 hyperpères dont il en détient 2 000 et qu’il augmente de 1 200 un peu plus tard60. Un Cibo, prénommé Giovanni, est repéré comme marchand d’épices à Galata au début du xive siècle61. Ils paraissent plus nombreux à Caffa où l’on en dénombre dix à la fin du xiiie siècle62. En 1361, plusieurs Cibo sont désignés bourgeois de Caffa auprès de Fieschi et Camilla63. En 1374, Tedisio Cibo, ancien consul de Caffa, approvisionne la ville en armes au cours de cette période troublée qui menace la communauté génoise64. Les mentions de Cibo en Chypre ne sont pas très abondantes : Sorleone Cibo est cité comme procurateur d’un Génois à Famagouste en 131065 et sans que l’on puisse être assuré de sa présence effective, Franco Cibo est impliqué dans une transaction sur une vente de vin sur cette place, en 145666.

  • 67 Balard, La Romanie génoise, op. cit., I, p. 524.
  • 68 Ibid., I, p. 593. Cet épisode survenant dans la guerre qui oppose à cette époque les Guelfes et le (...)
  • 69 Ibid., I, p. 587.
  • 70 Ibid., I, p. 423-428.
  • 71 Ibid., II, p. 747.
  • 72 Ibid., II, p. 798.
  • 73 Voir G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », Studi Stor (...)

32Cette position quelque peu en retrait en Orient explique peut-être que les Cibo occupent une place modeste dans le commerce romaniote au départ de Gênes67, mais certains n’y sont pas moins directement impliqués. En 1325, les marchandises de Carlo Cibo, transportées en Orient sont saisies par des Gibelins68. Agamelone Cibo possède une coque qui est capturée par des pirates au cours d’un voyage en Orient en 137469. Plusieurs Cibo sont signalés comme ayant pris à ferme des parts de la taxe portuaire de Péra (Karati Pere), Francesco, Brancaleone, Badasale, Anfreone, Gotifredo, Luchino, en 135570. Badasale Cibo, homonyme du précédent, à moins qu’il ne s’agisse de la même personne, s’est introduit dans le groupe des adjudicataires de la vente du mastic de Chio, où il occupe en 1395 une place importante dans les échanges avec l’Egypte et la Syrie71. On le retrouve à Gênes en 1405, impliqué dans une affaire d’affranchissement d’esclave72. À la différence des Vénitiens, la communauté génoise est peu développée à Alexandrie d’Egypte, où elle n’acquiert une certaine consistance qu’au xve siècle. Peu documentée, la présence des Cibo y est tout de même notable : Benedetto Cibo est consul des Génois à Alexandrie en 140773.

  • 74 Ch. Verlinden, « Le registre du marchand brugeois, Martin Van Der Beurse, aux archives de Valence (...)
  • 75 Heers, Gênes..., op. cit., p. 299.
  • 76 Petti Balbi, Mercanti e nationes nelle Fiandre, op. cit., Pise, 1996.

33Plus consistante en Occident, la présence des Cibo est médiocre en Angleterre et en Espagne. Un Cibo de Gênes est signalé à Valence d’Espagne en 141574 ; en décembre 1445, Baldasare Cibo est mentionné au départ d’Angleterre pour un voyage en mer75. On note qu’il n’est mentionné aucun Cibo dans l’enquête de G. Petti Balbi sur la Flandre76.

  • 77 H. Bresc. Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile, 1350-1450, 1986. t. I, p. 415 et (...)

34Il en va autrement pour le bassin méditerranéen central : plusieurs mentions de Cibo sont relevées parmi les grands alberghi génois présents à Païenne entre 1340 et 1409. notamment dans le commerce des draps77.

  • 78 G. Petti Balbi, « Il consolato genovese a Napoli alla fine del Duecento », dans Mediterraneo medie (...)
  • 79 On remarque toutefois que le clivage guelfe-gibelin n’est pas toujours pertinent. Les de Mari ou l (...)
  • 80 Les autres sont Pietro de Mari, Raynerio Bochanigra, Sorleone de Grimaldo. Pascale de Albaro, Boni (...)
  • 81 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 420.
  • 82 Ibid., p. 422. En 1443, il avait effectué une ambassade auprès d’Alphonse d’Aragon pour défendre l (...)
  • 83 L’insertion dans les milieux ecclésiastiques qu’il faut relier sans doute à l’appartenance guelfe (...)
  • 84 Cf. supra n. 7.

35Mais c’est surtout à Naples et au Maghreb que leur présence prend tout son relief. Le consulat génois de Naples a été longuement étudié78. Selon l’interprétation la plus récente, le fait que le consul soit un Guelfe, Bonifacio Lercari, à la fin du xiiie siècle, s’explique comme le résultat d’une concession des Gibelins aux Angevins pour ne pas perturber l’approvisionnement en blé de Gênes dont une grande part vient en effet d’Italie du Sud et de Sicile. Que les Cibo s’y retrouvent avec des de Mari, Guisulfi et de Grimaldi ne fait que vérifier leur enracinement dans la parte guelfe79. À l’occasion d’un débat sur la légitimité du consul, une assemblée des notables génois de Naples se tient en août 1297. Seuls les partisans de Lercari se présentent ; parmi eux se trouvent deux Cibo : Percivale et Antonio80. Tout en étant bien installés à Naples, il est certain qu’au moins en raison de sa proximité, beaucoup de ces Génois restaient attachés à la métropole où ils continuaient à résider. C’est ce qui ressort de cette procuration donnée par Percivale Cibo à son frère Antonio et à son fils Leonardo pour le représenter à Naples le 18 octobre 1297. Ce qui n’exclut pas qu’à cette époque la communauté génoise de Naples constitue une natio forte d’au moins une quarantaine de noms liés à l’aristocratie génoise, dont plusieurs sont durablement fixés. Cette situation perdure jusqu’au xve siècle avec une représentation notable des Cibo. En 1445, ils participent depuis Naples à un commerce de draps catalans qu’ils reçoivent par l’intermédiaire de Paride Cattaneo et qui transitent par Palma de Majorque81. Aaron Cibo, né à Rhodes, occupe une position eminente à Naples ; après une carrière militaire, il fut podestat et « castellano » d’Albenga, en 1438. En 1440, il est chargé de la défense de Naples pour le compte des Angevins et est nommé gouverneur de la ville et vicaire du roi par René d’Anjou. Il reste en relation avec Gênes puisqu’il obtient en 1449 un sauf-conduit du doge en tant que conseiller du roi de Naples. En 1455, il est Conseiller du roi d’Aragon pour les affaires de Naples et reçoit une pension de 300 onces d’or par an82. Son fils Giovanni-Battista fut évêque de Savone en 1464, puis cardinal et pape sous le nom d’Innocent VIII de 1484 à 149283. C’est cette branche des Cibo qui occupa la seigneurie de Massa jusqu’au xviie siècle84.

  • 85 A.S.G., Mat. Pol., B.5/2.
  • 86 Qui témoigne à Tunis lors du traité signé par Gênes en 1272, A.S.G., Mat. Pol., B./5-59.
  • 87 G. Petti Balbi, Una città e il suo mare, Genova nel Medioevo, Bologne, 1991. p. 222.
  • 88 Jehel, Les Génois.... op. cit., p. 332.
  • 89 A.S.G. Notai Ignoti. B. 3. fr. 32, n° 100. L’acte est publié par J. A. Cancellieri dans Économie g (...)

36La fréquence des participations de membres du clan Cibo dans les ambassades et délégations diverses envoyées à Tunis ou à Ceuta pour traiter avec les autorités locales est un signe évident de leur familiarité avec le Maghreb. Si ces indices vont dans le sens d’une présence régulière de Cibo dans au moins deux des établissements maghrébins où les Génois ont une communauté importante, ils n’apportent pas nécessairement la preuve d’une présence directe au Maghreb. Il en est de plus significatifs, comme par exemple lorsque Guglielmino Cibo est cité comme témoin dans le traité signé par Gênes à Tunis en 125085 ou, dans les mêmes conditions, Musso Cibo en 127286 ou encore les deux Cibo en 134387. Sans qu’il nous en soit parvenu de traces probantes, il est vraisemblable que les Cibo ont participé au grand mouvement d’échanges entre Gênes et le Maroc à partir du xiiie siècle, par l’intermédiaire de Ceuta88. Nous avons au moins l’indice de la présence effective d’un Cibo ayant résidé dans cette importante place commerciale : le 18 janvier 1251 Giovannino Cibo, agissant pour le compte de son frère Marchesino, donne à Guglielmo Caxinius à Gênes 27 livres 2 sous 11 deniers représentant 79 besants de milarès d’argent, solde d’une somme de 322 besants dus à Ceuta au frère de Guglielmo Caxinius pour du lin acheté à Ceuta par un groupe de marchands génois dont Enrico Cibo ; il se trouve donc à Ceuta, en résidence au moins temporaire.89

  • 90 Ferretto, Codice..., op. cit., t. II, p. .383.

37Le rôle des Cibo au sein de la communauté génoise en résidence dans le fondouk génois de Tunis est bien attesté. Le 3 avril 1281, Antonio Cibo reçoit procuration de Percivalle et Raffaele de Mari agissant au nom de leur oncle Marcoaldo pour vendre la maison de celui-ci située in fundico veteri Januensi90.

  • 91 A.M., vol. 11, p. 48.

38En 1283, Musso Cibo agissant pour le compte du roi de Tunis avec le soutien de la commune de Gênes arme une galée sous le commandement de Rolando Ascherio pour attaquer les Pisans. Un combat naval a lieu au large de l’île Zembra, la galée est arraisonnée et remise aux Tunisiens91.

  • 92 Jehel, Les Génois..., op. cit.

39Il faut insister sur le rôle de ce Cibo qui exerce autour de 1289 une fonction sociale et politique importante à Tunis où est sa résidence ordinaire, tout en étant en étroite relation avec l’Italie. Il possède un bateau et travaille avec des Florentins, en particulier dans un commerce de laines et de soie. On peut identifier trois générations de Cibo à Tunis au xiiie siècle92.

  • 93 Le texte est publié par L. de Mas Latrie, Traités..., op. cit., « Documents », p. 64-65, avec la t (...)
  • 94 Guglielmo Cibo qui a été témoin signataire du traité du 17 octobre 1391 entre Gênes et Tunis, fait (...)

40En 1353, Rainero Porcellini, l’ambassadeur de Pise, rencontre à Tunis les représentants du sultan. Dans la délégation des résidents européens, parmi des Catalans et des Pisans, se trouve Andreuccio Cibo, qui porte le titre d’alcayt93. Il est désigné comme fils de Guglielmino, dont on peut vraisemblablement penser qu’il est lui aussi présent à Tunis. Les Cibo sont toujours présents à Tunis au moins jusqu’à la fin du xive siècle94.

41Telles sont les caractéristiques d’un groupe d’agents socio-économiques bien inséré dans la haute aristocratie, qui a assuré la continuité de la présence génoise sur les principales places du bassin méditerranéen, illustrant ce phénomène de diaspora tout en restant inscrit dans la société de la métropole.

Notas

1 C’est, en effet ce à quoi renvoie l’expression de mouvement brownien.

2 C’est le mot que l’on emploie à propos des Hilaliens par exemple qui représentent aussi une forme de peuplement selon une interprétation que l’on peut tirer de l’étude de r. Daghfous, « Aspect de la situation économique de l’Égypte au milieu du ve siècle-milieu du xie siècle : contribution à l’étude des tribus arabes (Hilal et Salaym) en Ifriqiya », Cahiers de Tunisie, XXV (1977), n° 97-98, p. 23-50, tendant à interpréter ce déplacement comme résultant de contraintes économiques internes à l’Egypte plutôt que d’une décision à visée punitive.

3 A. Ducellier, B. Doumerc, B. Imhaus, J. de Miceli, Les chemins de l’exil, bouleversements de l’Est européen et migrations vers l’ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, 1992.

4 Entre autres exemples, rappelons celui d’Anselme Adorno d’origine génoise incontestable, citoyen de Bruges, qui découvre l’Italie au cours d’un voyage d’agrément en forme de pèlerinage, cf. J. Heers-G. de Groer, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte, 1470-1471, Paris, 1978. La présence de communautés italiennes durablement implantées en France est diversement perceptible. A Aigues-Mortes, par exemple, une communauté génoise a fait souche au xiiie siècle, cf. G. Jehel, Aigues-Mortes, un port pour un roi, les Capétiens et la Méditerranée, Roanne, 1985, p. 141-143. La présence d’Italiens à Paris sous l’appellation générique de Lombards a souvent été mise en évidence, cf. R. H. Bautier, « Le marchand lombard en France aux xiiie et xive siècles », dans Le marchand au Moyen Âge, Actes du XIXecongrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Saint-Herblain, 1992, p. 63-80 ; P. Racine, « es marchands placentins dans le royaume de France », dans Precursori di Cristoforo Colombo, mercanti e banchieri piacentini nel mondo durante il medioevo. Plaisance. 1994, p. 153-167. Ils sont également présents en Angleterre, cf. P. Racine « Prêteurs et marchands, les hommes d’affaires de Plaisance en Angleterre », ibid., p. 139-152. Il s’en trouve dans d’autres conjonctures, par exemple des Florentins exilés un peu partout en Europe (Espagne, Flandre, Angleterre) à la suite de guerres civiles cf. Ch. de La Roncière, « L’exil de Filippo et Lorenzo de Matteo Strozzi d’après les lettres de Monna Alessandra Macinghi degli Strozzi, leur mère (1441-1466) », dans Exil et Civilisation en Italie xiie-xvie siècles, J. Heers-Ch. Bec dir., Nancy, 1990. p. 67-93.

5 Parmi les travaux récents qui portent sur des groupes familiaux génois implantés dans des établissements d’Outre-Mer, mentionnons les études de S. Origone, « Dalla Liguria all’Oltremare : i problemi dell’emigrazione », dans Mediterraneo Genovese, Storia e Architettura, Atti del Convegno Internazionale di Genova, 1992, Gênes, 1993, p. 29-36 ; G. Petti Balbi, Mercanti e nationes nelle Fiandre : i Genovesi in età bassomedievale, Pise, 1996, et de S.P. Karpov, « Una famiglia nobile del mondo coloniale genovese : I Di Negro, mercanti e « baroni » dei Grandi Comnei di Trabizonda », dans Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età Moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, L. Balletto éd., Acqui Terme, 1997, vol. II, p. 587-603.

6 E. Bach. La cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955. Toutefois les Cibo font partie des instances politiques génoises auprès du podestat en 1193, cf. M. G. Canale, Nuova Istoria della Repubblica di Genova, t. II, Gênes, 1868, p. 668.

7 Une dynastie Cibo associée aux Malaspina règne sur la seigneurie de Massa jusqu’en 1731. Cf. T. O. de Negri, Storia di Genova, Milan, 1968, p. 734.

8 C. Imperiale di Sant’Angelo et L. T. Belgrano. Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori, 5 vol. , Rome, 1890-1929. trad. italienne C. Roccataglia Ceccardi-G. Monleone, 11 vol. , Gênes, 1923-1972 (cité infra A.M.), vol. 5, p. 6.

9 A. Ferretto, Codice diplomatico delle relazioni fra la Liguria, la Toscana e la Lunigiana ai tempi di Dante, 1275-1281, ASLi, XXXI, Gênes, 1901-1903, t. I, p. 2.

10 Archivio Storico di Genova (cité infra A.S.G.) Notai Antichi, min. 193, fol. 1r.

11 A.S.G., Archivio Segreto (cité infra A.S.), n° 497, fol. 13r.

12 A.S.G., A. S., Materie Politiche, fasc. 2729, n° 62.

13 Le texte est dans L. de Mas Latrie. Traités de paix et de commerce concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Âge, Introduction et Documents, 2 vol. , Paris. 1866-1872, vol. 2, p. 118.

14 A.M., vol. VII, p. 14.

15 A. M., vol. VIII, p. 210 et V. Vitale, Breviario della storia di Genova, lineamenti storici e orientamenti bibliografici, 2 vol. , Gênes, 1955, p. 94.

16 A.S.G., Mat. Pol., AS 2724, n° 45, 6 sept. 1262.

17 E. Jarry, Les origines de la domination française à Gênes (1392-1402), Paris. 1896, p. 22.

18 Ch. E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles, de la bataille de Las Navas de Tolosa, 1212, à l’avènement du sultan mérénide Abou l’Hassan, 1331, Paris. 1966, p. 101-104. La présence de Génois est extrêmement rare dans cette milice qui paraît être une création catalane.

19 A.S.G.. Materie Politiche, AS 2729, n° 36, publié dans L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce, op. cit., vol. 2. p. 13

20 Jarry, Les origines..., op. cit., p. 572.

21 Ibid., p. 332. Les Cibo n’apparaissent pourtant pas parmi les grandes familles nobles guelfes sur les listes établies, cf. A. Agosto, « Nobili e Popolari : l’origine del dogato », dans La storia dei Genovesi, vol. I. Gênes, 1981, p. 91-120, mais ils figurent parmi les principaux alberghi génois, avant et après 1528, ibid., p. 115 et 116.

22 Jarry. Les origines..., op. cit., p. 342.

23 A.S.G. Notai Antichi, min. 193, fol. 192v, 193r-v, 194r. L’acte n’est pas daté mais on peut le situer en 1320.

24 Il s’agit en particulier de la chambre à coucher : lectum meum quo cum ea utor cum omnibus his que cum ipso ledo parata sunt et alios lectos furnitos pro pedisecis suis.

25 G. B. Richieri, Bibliothèque Berio, Gênes, section manuscrits, Foliatium Notariorum, t. I (cité infra G.B. Richieri) : t. I., n° 8663 acte du 20 février 1263, notaire Bartolomeo de Fornario.

26 G. B. Richieri, t. I, n° 8736, not. Bartolomeo de Fornario, 28 février 1263.

27 G. B. Richieri, t. I, n° 7554, notaire Bartolomeo de Fornario, acte du 15 mars 1253.

28 G. B. Richieri, t. II, n° 3907, notaire Angelino de Sigestro, acte du 29 janvier 1291.

29 G. B. Richieri, t. 1, n° 5712, notaire Bartolomeo de Fornario, daté du 23 février 1250.

30 G. B. Richieri, t. II, n° 4141, notaire Giuliano Canellae, acte du 27 octobre 1412.

31 Sur les agissements de ce personnage mêlé à d’obscures tractations diplomatiques à Rapallo, voir Bartholomei Senaregae, « Commentaria de rebus genuensibus ab anno MCDLXXXVIII usque ad annum MDXIV », E. Pandiani éd., Rerum Italicarum Scriptores, Raccolta degli Storici Italiani dal Cinquecento al millecinquecento, t. XXIV, partie VIII, p. 8.

32 P. Gioffredo. « Storia delle Alpi Maritime », Monumenta Historiae Patriae, Scriptores, II, col. 713.

33 A.S.G., acte du 14 décembre 1239 du notaire Bonvassali de Cassina, répertorié par Richieri dans Foliatium notariorum, t. I, n° 5286.

34 Parentino de Quinto, 12 février 1276 d’après G. B. Richieri, op. cit.. t. I, n° 5381.

35 Ferretto, Codice..., op. cit., t. II, p. 401.

36 E. Poleggi et L. Grossi Bianchi, Una città portuale del Medioevo, Genova nei secoli X-XVI, Gênes, 1980, p. 44 et 200.

37 A.S.G., Notai Antichi, minutier 313, fol. 32v, acte du 30 avril 1393.

38 A.S.G., Notai Antichi, min. 313, fol. 194v, acte du 13 août 1393. Le même jour (fol. 196r), il reçoit pour la même opération 500 livres de Gotifredo Cibo. Le caractère familial de l’entreprise est évident. La destination de l’opération qui n’est pas indiquée est très certainement l’Orient.

39 Ferretto, Codice..., op. cit. t. II, p. 246.

40 G. B. Richieri, t. n° 5688 et 5692. Les textes viennent du notaire Bartolomeo de Fornario. Ils sont datés des 13-15 février 1250.

41 G.B. Richieri. t. I, n° 7640. Texte du notaire Bartolomeo de Fornario daté du 14 juillet 1253.

42 G. B. Richieri, F. N., t. II, n° 3775, notaire Angelino de Sigestro, acte du 18 mars 1287.

43 Cibono Cibo reçoit de Bonaccorso de Lucques 65 livres correspondant à un transfert de fonds (lettre de change ?) au profit de ses associés à Provins, le 16 septembre 1272, cf. Ferretto, Codice., op. cit., t. I, p. 269.

44 Ibid., t. II. p. 70. 123. 216.

45 Ibid., t. II. p. 357.

46 Ibid., t. II, p. 396.

47 Ibid., t. II, p. 363.

48 G. B. Richieri. t. I, n° 3841, notaire Angelino de Sigestro, acte du 7 octobre 1287.

49 A.M., vol. 11, p. 48. On remarquera que les Grimaldi sont généralement donnés comme guelfes.

50 A.S.G., Notai Antichi : min. 313, fol. 185v. acte du 8 janvier 1393.

51 G.B. Richieri. t. II, n° 6364, acte du 9 avril 1393. Il est possible que la transaction ait eu lieu à Pera.

52 A.S.G.. Notai Antichi, min. 313, fol. 8v, acte de 1393. Dans l’acte suivant, il s’engage à rendre 1919 hyperpères dans les mêmes conditions, avec les mêmes partenaires.

53 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux. Paris. 1962. p. 124-125.

54 Il s’agit d’un type de soie originaire d’Asie et probablement de Kars, en Arménie caucasienne, connue sous différentes appellations : gella, gelina, gilana, djilana, gerelia. Sur ce point précis, cf. G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale, ébauche d’une stratégie pour un empire (fin xie-début xivesiècle), Centre d’Histoire des Sociétés, Amiens-Paris, 1993, p. 327, 349, 350. Sur la place de Gênes dans l’économie de la soie voir en dernier lieu D. Jacoby, « Genoa, silk manufacture in the mediterranean région (ca. 1100-1300) », dans Tessuti, oreficerie, miniature in Liguria xiii-xv secolo, Atti del convegno internazionale di studi Gênes-Bordighera, 22-25 mai 1997, A.R. Calderoni-Masetti, C. Di Fabio, M. Marcenaro dir., Bordighera, 1999, p. 11-40 et P. Racine, « Les Polo et la route de la soie », Byzantinische Forschungen, XXV (1999), p. 204-220.

55 A.S.G, Notai Antichi, min. 193, fol. 188v-189r, acte du 28 juin 1320.

56 A.S.G., Notai Antichi, min. 193, fol. 189r-v. L’acte, interrompu en fin de rédaction, n’est pas daté (il est vraisemblablement de 1320) et précise que le terme du paiement est échu.

57 Ce poivre pourrait avoir été négocié pour le compte de Guglielmo Cibo ou de Bartolomeo de Guisulfo.

58 M. Balard. La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes, 1978, I, p. 235.

59 A. Roccataglia, Notai Genovesi in Oltremare, Atti rogati a Pera e Mitilene, t. I, Pera, 1408-1490, Gênes, 1982, p. 221-222.

60 M. Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. II, p. 610.

61 Ibid., t. I, p. 183-184.

62 Ibid., t. I, p. 236.

63 Ibid., I, p. 259.

64 Ibid., I. p. 441.

65 M. Balard, Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto e Giovanni de Rocha, Gênes, 1984, p. 43.

66 L. Balletto, Piemontesi del Quattrocento nel Vicino Oriente, Alexandrie, 1992, p. 125.

67 Balard, La Romanie génoise, op. cit., I, p. 524.

68 Ibid., I, p. 593. Cet épisode survenant dans la guerre qui oppose à cette époque les Guelfes et les Gibelins génois n’a rien de surprenant.

69 Ibid., I, p. 587.

70 Ibid., I, p. 423-428.

71 Ibid., II, p. 747.

72 Ibid., II, p. 798.

73 Voir G. Petti Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento », Studi Storici, avril-juin 1997, p. 339-353.

74 Ch. Verlinden, « Le registre du marchand brugeois, Martin Van Der Beurse, aux archives de Valence (1414-1417) », dans Les Espagnes médiévales, aspects économiques et sociaux, Mélanges offerts à Jean Gautier Dalché, Nice, 1984, p. 155.

75 Heers, Gênes..., op. cit., p. 299.

76 Petti Balbi, Mercanti e nationes nelle Fiandre, op. cit., Pise, 1996.

77 H. Bresc. Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile, 1350-1450, 1986. t. I, p. 415 et 496.

78 G. Petti Balbi, « Il consolato genovese a Napoli alla fine del Duecento », dans Mediterraneo medievale, Scritti in onore di Francesco Giunta, Catanzaro, 1989. p. 983-995.

79 On remarque toutefois que le clivage guelfe-gibelin n’est pas toujours pertinent. Les de Mari ou les Guisolfi ont souvent œuvré chez les Gibelins. Il reste que l’incidence politique n’est pas indifférente aux modes de répartition des zones d’influence des réseaux génois. La Corse et la Sardaigne sous forte influence gibeline par l’intermédiaire des Doria tiennent les Cibo à l’écart. On n’en rencontre pas, ou très peu. Cf. J. Heers, « Pisani e Genovesi nella Sardegna medioevale : vita politica e sociale (x-xv° secolo) », dans Storia dei Sardi e della Sardegna, vol. II, Il Medioevo, Milan, 1988, p. 231-250. Notons toutefois la participation de Daniele Cibo à l’Offìcium Corsice et recuperanda et habenda tota insula créé en 1347 pour une expédition militaire en Corse, cf. G. Petti Balbi, Genova e Corsica nel Trecento, Rome, 1976, p. 23.

80 Les autres sont Pietro de Mari, Raynerio Bochanigra, Sorleone de Grimaldo. Pascale de Albaro, Bonicacio Principe, Jacobo de Guisolfo, Bonifacio Guaraco, Manuele Malocello, Francesco de Mari, cf. A.S.G., Notai Antichi, min. 193, fol. 3r.

81 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 420.

82 Ibid., p. 422. En 1443, il avait effectué une ambassade auprès d’Alphonse d’Aragon pour défendre les intérêts génois lors d’une négociation de paix entre les deux États, cf. G. Olgiati, « I Gattilusio », dans G. Pistarino dir., Dibattito su Famiglie nobili del mondo coloniale Genovese nel Levante, Atti del convegno, Montoggio, Gênes, 1994, p. 85-99, en particulier p. 92.

83 L’insertion dans les milieux ecclésiastiques qu’il faut relier sans doute à l’appartenance guelfe est l’un des éléments du standing des Cibo et de l’influence qu’ils exercent dans les milieux dirigeants. Elle remonte au moins au xiiie siècle. Guglielmo Cibo est élu recteur du patrimoine de Saint-Pierre à Florence le 27 septembre 1290. Cf. Ferretto, Codice..., op. cit., t. II, p. xxiv. Au début du xiiie siècle, l’épouse d’Oddoardo Cibo avait un frère évêque. cf. supra.

84 Cf. supra n. 7.

85 A.S.G., Mat. Pol., B.5/2.

86 Qui témoigne à Tunis lors du traité signé par Gênes en 1272, A.S.G., Mat. Pol., B./5-59.

87 G. Petti Balbi, Una città e il suo mare, Genova nel Medioevo, Bologne, 1991. p. 222.

88 Jehel, Les Génois.... op. cit., p. 332.

89 A.S.G. Notai Ignoti. B. 3. fr. 32, n° 100. L’acte est publié par J. A. Cancellieri dans Économie génoise et or du Soudan aux xiieet xiiie siècles, Rome, 1982, p. 140.

90 Ferretto, Codice..., op. cit., t. II, p. .383.

91 A.M., vol. 11, p. 48.

92 Jehel, Les Génois..., op. cit.

93 Le texte est publié par L. de Mas Latrie, Traités..., op. cit., « Documents », p. 64-65, avec la traduction de la version arabe par Amari qui propose « chevalier » pour alcayt.

94 Guglielmo Cibo qui a été témoin signataire du traité du 17 octobre 1391 entre Gênes et Tunis, fait partie de l’importante communauté européenne qui s’y trouve à cette époque, cf. Jehel, « Une ambassade génoise à Tunis (1391-1392) », dans Oriente ed Occidente tra Medio Evo ed Età Moderna, op. cit., p. 541-579, en particulier p. 550.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540