Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Les phénomènes migratoires entre les musulmans soumis à la couronne catalo-aragonaise pendant le Moyen Âge

Maria Teresa Ferrer i Mallol

Texte intégral

  • 1 Sur la reddition des Sarrasins restés en Catalogne : J. M. Font i Rius, « La reconquista de Lleida (...)

1Depuis le xiie siècle la progression chrétienne vers le sud n’a pas imposé un exode complet de la population musulmane des terres conquises pour les repeupler avec des chrétiens ; une bonne partie de la population islamique vaincue, généralement celle qui a signé une reddition, a pu rester dans le pays1.

  • 2 Cf. sur ce thème D. Bramon, « La reconquesta valenciana i els orígens del problema morisc », Argume (...)

2Chez les chrétiens, la cause de ce changement de stratégie a été conjoncturelle et due à trois causes : le désir de faire des progrès territoriaux plus rapides et moins coûteux en vies et en argent et la nécessité, donc, d’accepter des capitulations conditionnées, l’absence de potentiel humain pour repeupler avec des chrétiens le pays conquis, la nécessité de maintenir productives les terres conquises2.

  • 3 M.T. Ferrer i Mallol, Els sarraïns de la Corona catalano-aragonesa en el segle XIV. Segregació i di (...)

3Les capitulations accordées aux Sarrasins soumis comprenaient trois droits fondamentaux : le droit de rester, le droit d’émigrer, le droit de conserver leur religion, leur droit, leurs coutumes, leur organisation et, bien sûr, leurs biens3.

4Pourquoi les Sarrasins sont-ils restés ? Leur religion les obligeait en théorie à ne pas vivre soumis à l’infidèle humiliant l’Islam ; mais l’amour de la terre qui les avait vus naître, l’attachement à leurs biens, acquis avec tant de travail, et la tolérance que les rois chrétiens leur témoignaient ont incité beaucoup d’entre eux à demeurer au pays sous domination chrétienne. Les poètes andalous ont recueilli cette angoisse face à l’exil, à la perte des biens et de la terre aimée :

5« Allons-nous abandonner nos demeures et nous enfuir alors que nous ne possédons de l’autre côté de la mer point de demeure [...] L’ombre abondante et le murmure de l’eau y sont si bénéfiques que l’on n’y souffre ni du froid ni de la chaleur ».

6Les poètes ont également commenté la clémence des rois chrétiens et l’un d’eux dit : « L’ennemi nous tente par un traitement clément tant que des hommes riches et pauvres se sont laissés tenter ».

  • 4 D. Cheika, « L’écho de la tragédie des mudéjars et des morisques dans la poésie andalouse », dans L (...)

7Un autre dit encore : « Ils [les rois] sont les plus indiqués pour assurer notre protection et celle de nos biens, ce sont nos maîtres et notre clan4 ».

  • 5 Ferrer i Mallol, Els sarraïns, op. cit., p. 147-148 et La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 1-2, e (...)

8Pour les rois chrétiens de la Couronne catalano-aragonaise, le choix de laisser les Sarrasins rester a comporté un problème évident de sécurité. L’importance de la population musulmane, la proximité de la frontière terrestre avec Grenade et la fragilité défensive du littoral, surtout de la côte valencienne, ont fait redouter un soulèvement sarrasin concerté avec une attaque extérieure, par terre ou par mer, de Grenade ou de quelque pays maghrébin. Seule une population homogène chrétienne pouvait garantir la sécurité du territoire ; c’est la raison pour laquelle les rois n’ont pas opposé d’obstacles, dans un premier temps, à l’émigration des Sarrasins, laquelle rapportait en outre des bénéfices fiscaux importants5.

9En effet, pour émigrer il fallait demander une licence et payer les impôts de sortie, ainsi qu’une dîme sur les biens emportés ; cette procédure nous permet aujourd’hui de mesurer l’ampleur de l’émigration des Sarrasins de la Couronne catalano-aragonaise.

  • 6 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 148-150 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 19.

10L’intérêt pour la Couronne de favoriser l’émigration lente de ses sujets sarrasins, au moins jusqu’aux premières années du xive siècle, explique que les musulmans se seraient davantage préoccupés d’assurer leur droit à demeurer au pays qu’à le quitter. Pendant la négociation de Jacques II avec le Saint-Siège ayant abouti à la paix d’Anagni de 1295, la rumeur avait couru parmi les Sarrasins qu’une des conditions de l’accord était leur expulsion du royaume de Valence, puisqu’ils savaient que les papes étaient réfractaires à leur présence dans les royaumes chrétiens. Le roi fut contraint de les rassurer et de leur dire qu’ils pouvaient continuer à rester dans ses royaumes6.

L’émigration vers les pays musulmans au cours de la première moitié du xive siècle

11Nous disposons de peu d’informations relatives aux chiffres de l’émigration des Sarrasins pour cette époque. Les livres de recettes et dépenses de la « batllia » générale de Valence de ces années n’ont pas été conservés. Or, ils contenaient les enregistrements des montants payés pour les impôts de départ ; une source indispensable pour évaluer l’émigration de manière continue nous manque donc. Les livres de la « batllia » générale de Catalogne sont conservés, mais l’on y relève peu de données concernant l’émigration. La plus grande partie des départs de Sarrasins ont eu pour destination l’Orient, ce qui laisse penser qu’il s’agissait de pèlerins à destination de la Mecque, puisque cette destination précise apparaît quelquefois dans les livres de la « batllia » générale d’Aragon, qui ne contiennent toutefois pas d’informations relatives à ces impôts.

12Nos renseignements proviennent de données éparses décelées dans les registres de la chancellerie royale : deux licences d’émigration concédées à des personnes recommandées par le roi de Grenade en 1305 ; une licence pour un Sarrasin du faubourg de Valence, exempté du droit de sortie, en 1308 ; l’ordre au « baille » du territoire frontalier, au sud du royaume de Valence, de ne pas empêcher le départ des Sarrasins de Crevillent et de la vallée d’Elda et Novelda qui voulaient partir pour l’Ultramar.

  • 7 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 150-151.

13Même les préparatifs pour la croisade contre Grenade de 1309 n’ont pas interrompu l’émigration. Bien au contraire, Jacques II a mis sous sa protection tous les Sarrasins émigrants menacés par les corsaires ayant armé des vaisseaux dans un but de guerre et fixé les impôts à acquitter par les émigrants du territoire du sud du royaume de Valence7.

  • 8 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 155 et doc. 20. Pour plus d’informations sur ce forgeron, cf. J. M (...)
  • 9 Ferrer i Mallol, Els sarraïns, op. cit., p. 180.

14Parfois, une licence déjà concédée a ensuite été révoquée. C’est le cas de la licence en faveur d’Ali de Pastanyes, alias Ali Abinaraps ou Abinarab, sa femme Mariam et sa nièce Amarona, octroyée à la demande de l’ambassadeur de Tunis en 1314 ; la licence a été révoquée en 1315 lorsque le roi a appris qu’Ali de Pastanyes était un forgeron spécialisé dans la manufacture d’épées, couteaux et autres armes, Jacques II ne voulant pas accroître les capacités militaires des pays islamiques8. Le même scénario s’est produit beaucoup plus tard, en 1401 : la licence d’émigration pour la Berbérie confiée à Abdorramen, un Sarrasin de Valence, a été révoquée peu après, lorsque le roi a appris qu’il était un expert en fabrication de viretons et autres armes, et qu’il pouvait enseigner son art en pays musulman9.

15Entre 1322 et 1324, les pertes par émigration à Elx ont été à ce point importantes que les officiers du roi dans cette ville ont redouté une baisse significative des revenus. Raison pour laquelle le roi avait recommandé de promettre aux Sarrasins un bon traitement et des moratoires fiscaux pour les inciter à demeurer, refusant pourtant d’interdire l’émigration, comme le voulaient ses officiers, puisque les traités de 1321 et de 1326 avec Grenade garantissaient l’émigration des Sarrasins de ses États, toujours en contre-partie du paiement des droits habituels.

  • 10 Ead., op. cit., p. 151-152 et L’emigració deh sarraïns, op. cit., p. 20.

16Le roi Alphonse (III de Catalogne et IV d’Aragon) a poursuivi la politique de son père et a permis l’émigration des Sarrasins de ses royaumes, même pendant la croisade de 1329 contre Grenade. Peut-être les départs pour ce royaume ont-ils été interdits, mais ils sont restés autorisés vers le Maghreb. Et puisque la mer était infestée de corsaires catalans en raison de la guerre contre Grenade et contre Gênes, en 1333, le roi a placé les émigrants sarrasins sous sa protection particulière, promettant de châtier avec rigueur ceux qui les attaqueraient. Les rentrées fiscales ont constitué l’une des raisons de cette politique permissive, le roi avouant qu’il ne voulait pas voir diminuer ses revenus à cause de l’arrêt de l’émigration10.

  • 11 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995, p. (...)
  • 12 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 152-153 et L’emigració deh sarraïns, op. cit., p. 20. López Pére (...)

17De la même manière Pierre le Cérémonieux, dans les premières années de son règne, a confirmé la protection des Sarrasins voulant émigrer, malgré l’hostilité avec le Maroc, devenue guerre ouverte après 133911 ; l’interdiction de commercer avec le Maghreb ne s’appliquait en effet pas aux émigrants sarrasins, mais ils ne pouvaient emporter que leurs biens et non des marchandises. En 1339, quand a été déclarée la guerre, le roi a réglementé quelques aspects de la perception des impôts sur l’émigration, ainsi que des officiers chargés de les percevoir, etc.12.

18Nous trouvons à cette époque des marchands chrétiens de Barcelone, Valence, Lleida ou Tortosa qui s’occupaient d’organiser le voyage des Sarrasins vers le Maghreb ou vers l’Orient. Ils obtenaient une concession du roi et payaient un impôt pour le navire, tandis que les Sarrasins payaient leurs impôts de sortie.

DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DE CHYPRE, ALEXANDRIE ET BEYROUTH (1329-1347)

DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DE CHYPRE, ALEXANDRIE ET BEYROUTH (1329-1347)

* D. Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes en la Barcelona de los siglos xiv-xv », Al Anda-lus, 41 (1976), p. 49-87. Il manque l’indication de la destination de la coca d’Arnau Guillem Sabastida, mais nous savons par la chancellerie qu’il est parti pour Alexandrie : ACA, C, reg. 858, fol. 7r.-8r. Il manque aussi la destination dans quelques autres cas, mais on peut supposer qu’il s’agissait également de l’Ultramar.
** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 155. Dans ce cas, le chiffre de soixante-dix Sarrasins est celui de la concession ; nous ne disposons pas de mention de sortie réelle par Barcelone, qui est le port indiqué dans la concession.
*** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 155-156. Dans ce cas, le chiffre de la concession est de 100 Sarrasins ; nous ne disposons pas de mention de sortie réelle par Barcelone ; le départ a pu s’effectuer par Tortosa.
**** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 68-73.
***** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 156. Nous ne savons s’il s’agissait d’un renouvellement de la concession de 1342 ou d’une nouvelle concession.
****** Ibid., p. 156-157.

  • 13 Ibid., p. 156.

19Nous savons qu’un Sarrasin de Saragosse, Hamet Alquir, a tenté de faire appel aux services de Pasqual de Vilafranca pour partir vers l’Ultramar en 1346, mais il a été arrêté par ordre royal à la demande de sa femme, Mariem d’Alcadi, au motif que, profitant de son absence, il avait vendu tous leurs biens et l’avait abandonnée sans lui restituer sa dot13.

DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DU MAGHREB (1343-1347)

DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DU MAGHREB (1343-1347)

* Ibid., p. 153-154. Martín de Gurrea ne pouvait utiliser pour le transport que des llenys de tonnage inférieur à 400 quintaux, probablement parce que ceux de tonnage supérieur étaient réservés à la guerre.
** Ibid„ p. 157.
*** ACA, C, reg. 884, fol. 109v (1347, juillet, 11).

20Martí de Gurrea, de Valence, l’un des organisateurs de ces voyages, avait obtenu l’autorisation royale de transporter également quelques marchandises : glaise, poil de chèvre, lavande, huile, cumin, henné, savon mou, figues et raisins secs. Pour chacun de ces llenys il devait payer 150 sous de Barcelone au roi.

  • 14 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 153-154 et doc. 52. Cf. aussi L’emigració dels sarraïns, op. cit (...)

21Sans doute ce système a-t-il permis le départ d’un nombre de Sarrasins très supérieur à celui atteint par l’émigration individuelle. Peut-être est-ce là une des raisons ayant amené les nobles valenciens à demander la suspension des licences d’émigration. Les nobles se justifiaient en expliquant que les émigrants sarrasins apportaient dans les pays où ils s’installaient les cultures du pays valencien telles que le lin, le henné, le riz, etc., et que cette nouvelle concurrence limitait leurs exportations ; ils se plaignaient aussi de ce que l’émigration des Sarrasins laissait leurs terres incultes et qu’ils pâtissaient ainsi d’un grand préjudice économique. Les nobles ont donc réussi à faire arrêter temporairement l’émigration des Sarrasins valenciens en 134514.

La réglementation fiscale de l’émigration en 1347

22La suspension temporaire de l’émigration des Sarrasins valenciens a été brève, car en 1347 le roi Pierre le Cérémonieux publiait une réglementation complète relative aux impôts imputés aux émigrants, ainsi qu’aux officiers devant autoriser la sortie et encaisser ces droits. Le plus haut responsable de l’émigration des Sarrasins était le « batlle » général. Il devait veiller personnellement à ce qu’une double imposition sur les Sarrasins, dans le lieu d’origine et dans celui de départ, ne soit pas perçue et à ce que d’autres abus, auxquels les Sarrasins émigrants pouvaient se trouver exposés, n’aient pas lieu.

23Le principal impôt sur l’émigration des Sarrasins était la dîme, c’est-à-dire, la dixième partie de tous les biens meubles que l’émigrant emportait. Des frais administratifs grevaient ensuite le reste des biens des émigrants : le droit d’albarà et de sceau pour obtenir le document qui confirmait que les impôts avaient bien été acquittés et dont le montant était proportionnel à la richesse de l’émigrant. Venait ensuite le droit prévu pour l’évaluation des biens, environ 0,10 % de leur valeur. Les Sarrasins devaient encore payer un denier par personne pour la fouille, destinée à s’assurer qu’ils ne cachaient pas de biens et, enfin, pour les émoluments journaliers destinés à l’officier chargé de la perception de la dîme, si cette opération avait lieu hors de la ville de Valence.

24Les Sarrasins qui émigraient par voie maritime payaient en plus le « besant », qui atteignait 4 sous par personne. Les patrons des bateaux acquittaient encore la moitié d’une double d’or (équivalant à 8 sous) par tête de Sarrasin embarqué qu’ils répercutaient bien sûr ensuite sur les mêmes Sarrasins émigrants. Les Sarrasins qui émigraient par voie terrestre étaient généralement accompagnés par un eixea ou alfaquec, c’est-à-dire un rédempteur de captifs, responsable du groupe et médiateur dans les relations avec les autorités ou leurs agents sur les routes, dans les ports ou aux frontières. Le salaire de ces conducteurs constituait une affaire privée et n’était pas abordé par le règlement. Lors des opérations de sortie l’intervention d’un torsimany, ou traducteur, était fréquente, notamment au moment de la perception de la dîme sur les biens.

  • 15 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 157-162 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 20-21.
  • 16 Pour ce thème cf. M.T. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius : mostolafs, eixees o alfaquecs (...)
  • 17 J. Hinojosa. « Las relaciones entre los reinos de Valencia y Granada durante la primera mitad del s (...)

25Cette réglementation a été créée pour le royaume de Valence. En Catalogne, les Sarrasins payaient — par personne — le dret de porta, équivalant à 10 sous de Barcelone, ainsi que le droit de mostalafia, équivalant à 5 sous, soit 15 sous au total. On ne trouve aucun témoignage relatif au paiement de la dîme ; peut être était-elle acquittée dans le lieu d’origine ? Il n’y a pas trace non plus de réglementation pour la Catalogne, où le système semble pourtant bien établi. En revanche, la réglementation pour le royaume de Valence a été reportée dans les livres du « batlle » général de Catalogne, peut-être avec l’intention de l’y imposer15. Il est utile de préciser que nous ne parlons ici que de l’émigration des Sarrasins autochtones et non des anciens captifs16. Je ne m’occupe pas non plus des voyages, hormis ceux pour la Mecque, d’où les pèlerins ne revenaient pas toujours. Ces voyages étaient très fréquents dans le cadre des affaires commerciales, familiales, d’héritages, mais également d’études, notamment des études d’arabe effectuées à Almeria, au royaume de Grenade17.

Les effets de l’émigration légale et clandestine et des fuites en masse

26J’ai déjà fait état des lacunes en matière de chiffres relatifs à l’émigration légale pendant la première moitié du xive siècle, mais nous pouvons supposer que, même si celle-ci n’était pas très importante chaque année, elle représentait tout de même un écoulement constant qui se faisait sentir à la longue.

27Aux effets de l’émigration légale il faut ajouter ceux de l’émigration clandestine qui, bien que difficile à mesurer, était importante, en particulier à la suite des incursions de l’armée de Grenade dans le royaume de Valence en 1304, 1331 et 1332, provoquant les fuites en masse de quelques milliers de Sarrasins des contrées méridionales de ce royaume.

28Ces Sarrasins ont quitté le pays sans payer d’impôts, profitant de la protection de l’armée nasride. En 1303, la présence d’une compagnie de mercenaires marocains commandés par Alabbàs ben Rahu (descendant de la maison royale des Bénimérides de Fez, qui se trouvait au service de Jacques II pour faire la guerre contre la Castille) eut pour conséquence une grande effervescence religieuse et politique parmi les Sarrasins des contrées méridionales du royaume de Valence. Tandis que ce capitaine était cantonné à Xàtiva, il recevait des visites de deux cents à trois cents Sarrasins valenciens par jour, qui lui apportaient des cadeaux. On disait que tous les alamins des aljames valenciennes lui avaient rendu visite. Les officiers royaux avaient noté en cette année 1303 une forte augmentation de la vente de propriétés appartenant aux Sarrasins, comme si nombre d’entre eux pensaient émigrer. La fuite de l’année suivante, dont nous avons parlé plus haut, explique ces mouvements. L’incursion nasride de 1304 fut brève, mais elle suffit pour assiéger et détruire Cocentaina et menacer Alcoi, deux villes quelque peu éloignées de la frontière. Selon les sources chrétiennes, les Sarrasins établis aux alentours ont aidé l’armée nasride dans ces opérations militaires et un grand nombre d’entre eux est parti vers Grenade à la suite de l’armée. Les autorités n’ont pas pu empêcher que les propriétés des fugitifs fussent saccagées par les chrétiens.

  • 18 Ferrer, La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 84-90 et L’emigració deis sarraïns, op. cit., p. 21.

29Les fugitifs ont rencontré à Grenade plus de difficultés qu’ils ne le pensaient pour s’adapter, et peu après ils ont commencé à revenir vers leurs terres d’origine. Mais une fois encore, ils ont été confrontés à des difficultés en raison de l’illégalité de leur départ : leurs biens furent confisqués et eux-mêmes réduits en captivité. Quelques-uns avaient trouvé la protection de nobles, comme Roger de Llúria ou Bernat de Sarrià, qui avaient envoyé des messagers à Grenade pour convaincre les fugitifs de revenir afin de repeupler les terres vides. Guillemó de Bellvís obtenait une licence pour le retour de cinquante-trois familles. Les chiffres des retours nous donnent la mesure de l’ampleur de la fuite. Entre 1305 et 1306, vingt-trois Sarrasins revenus à Elx ont été emprisonnés après avoir fui. En 1306, Gombau d’Entença en avait emprisonné quatre cent cinquante sur le seul territoire du royaume de Valence au nord de Xixona18.

30Près de trente ans après, une nouvelle incursion nasride, qui prit et détruisit Guardamar, en 1331, était suivie d’une fuite semblable. Selon le lieutenant du procureur du royaume de Valence, quatre cents Sarrasins d’Elx ont suivi l’armée nasride dans sa retraite, et selon un chroniqueur du xvie siècle, Mossèn Bellot, un total de mille cinq cents Sarrasins ont suivi l’armée commandée par Ridwan, dont une grande partie provenait de la vallée d’Elda. Cette fois encore, une part de ces fugitifs revenait un an après, disant qu’ils avaient été emmenés de force par l’armée nasride. Les voisins de la Daia furent autorisés à se réinstaller, ainsi que vingt-trois Sarrasins d’Elx.

  • 19 Ead., La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 128-129 et 133-134. Cf. aussi L’emigració dels sarraïns (...)

31En 1332 la fuite se répétait après une nouvelle incursion de l’armée nasride de Ridwan, qui cette fois assiégeait Elx sans succès. Dans la retraite, des Sarrasins d’Elx, de Crevillent et des alentours d’Oriola avaient suivi l’armée nasride et, comme auparavant, beaucoup d’entre eux demandèrent leur retour. Ceux d’Elx et de Crevillent, accusés d’avoir favorisé l’attaque de la ville et d’avoir quitté le pays avec leurs familles et leurs biens meubles à la suite des envahisseurs, étaient autorisés à revenir sans crainte de se faire châtier, à la demande du frère du roi, l’infant Ramon Berenguer, seigneur des deux localités. La même concession était accordée aux Sarrasins de la Daia récidivistes, puisqu’ils étaient partis pour Grenade en 1331, puis revenus et repartis en 133219.

32Malgré les nombreux retours, nous pouvons supposer qu’une bonne partie des fugitifs était restée à Grenade et que chacune de ces migrations avait entraîné une diminution très importante de la population sarrasine valencienne.

L’émigration au cours de la seconde moitié du xive siècle

33Vers le milieu du xive siècle l’attitude de la Couronne à l’égard du problème de l’émigration des Sarrasins commença à changer et à devenir plus contraignante. Jusqu’alors les rois avaient vu dans l’émigration une source de revenus et une façon d’améliorer la sécurité du royaume de Valence, surtout grâce à la substitution de la population musulmane par la population chrétienne.

34Les pressions de la noblesse ont sans doute provoqué un changement de la politique royale. Comme je l’ai déjà souligné, en 1345 la noblesse valencienne a commencé à s’inquiéter de l’émigration sarrasine et du dépeuplement possible des terres qui lui appartenaient. L’émigration légale et surtout clandestine, en particulier les fuites en masse de 1331 et 1332, avait entraîné une certaine pénurie de main-d’œuvre agricole. La diminution de la population due aux grandes catastrophes du milieu du siècle, la peste noire et les autres épidémies, les disettes et surtout la guerre avec la Castille, atteignant tout particulièrement la communauté sarrasine, ont aggravé ce problème ; ce qui donna plus d’ampleur aux effets de l’émigration sarrasine, peut-être de façon disproportionnée par rapport à son effet réel sur la population.

35Vers 1357 le roi avait probablement déjà restreint l’émigration, puisque le sultan du Maroc faisait demander, par voie d’ambassadeur, la liberté de départ pour le Maghreb en faveur de tous les Sarrasins de la Couronne catalano-aragonaise.

  • 20 J. Boswell, The royal treasure : Muslim Communities under the Crown of Aragon in the Fourteenth Cen (...)

36Entre 1360 et 1361, le roi Pierre le Cérémonieux avait facilité l’émigration des Sarrasins valenciens, parce qu’il désirait percevoir de l’argent pour subvenir aux frais d’une ambassade à Grenade ; seuls ceux qui avaient été compromis dans la sédition du pseudo prophète Cilim, survenue à cette époque, en étaient exclus. Boswell estimait que pendant la période où l’émigration était autorisée, quelque cent cinq Sarrasins avaient émigré ; c’est une moyenne établie à partir des revenus payés par les émigrants et sur le modèle de ce que nous savons pour les années postérieures20 ; mais il s’agit d’une moyenne fort hypothétique, puisque la dîme sur les biens emportés par les Sarrasins était très variable. L’accroissement de l’émigration inquiéta les nobles qui avaient des vassaux sarrasins, qui s’en plaignirent auprès du roi et accusèrent le « batlle » général de pousser les Sarrasins à quitter le pays ; il est probable qu’ils s’étaient également adressés au gouverneur général du royaume de Valence, puisque nous savons qu’il avait confisqué les biens des Sarrasins candidats à l’émigration en Berbérie avec licence du « batlle ». Le roi donnait son accord à ce dernier, mais la nouvelle des entraves à l’émigration des Sarrasins arriva probablement à Grenade. Cela expliquerait le désir de Muhammad VI, le roi Bermejo, d’insérer dans le traité de paix et d’alliance signé en 1360 une clause garantissant aux Sarrasins valenciens le droit d’émigrer vers les pays musulmans. Le roi Pierre le Cérémonieux, en raison de la guerre l’opposant à la Castille, avait besoin de l’alliance de Grenade et n’a ainsi vu aucune objection à l’insertion de la clause.

37En outre, pour démontrer sa bonne volonté, il fit publier un ban en février 1361, autorisant les Sarrasins désireux d’émigrer vers Grenade à quitter le pays, soit à la suite de l’ambassadeur de ce royaume, soit individuellement, puisqu’ils étaient sous sa protection par terre et par mer, moyennant bien sûr, le paiement des droits habituels.

  • 21 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 162-179 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.

38Le ban entraîna une vive réaction à Valence et le roi, qui ne pouvait prohiber l’émigration des Sarrasins parce qu’il aurait enfreint une clause du traité avec Grenade et les privilèges des Sarrasins valenciens, ordonna une restriction de l’émigration de façon détournée, interdisant par exemple les départs par terre vers Grenade sous prétexte que les émigrants étaient obligés de passer par le domaine du roi de Castille, son ennemi, et qu’ils pouvaient fournir des renseignements stratégiques. Cette seule mesure limitait déjà les départs en grand nombre, puisque les bateaux ne pouvaient pas transporter des foules ; il aurait fallu en louer beaucoup ou bien établir des navettes régulières, solutions toutes deux compliquées et exigeant d’importants moyens financiers. La voie maritime d’émigration fut également restreinte par ordre du roi, jusqu’à ce que le malaise se soit calmé à Valence. Finalement, une suspension temporaire de l’émigration des Sarrasins du royaume de Valence a été décrétée. Nous savons que l’émigration a repris les années suivantes dans le royaume de Valence, mais il y eut une nouvelle interruption temporaire en 1363 21. Dans la Catalogne, une tendance à restreindre l’émigration s’est également manifestée, mais elle n’a pas été interdite jusqu’en 1363 comme à Valence.

39L’émigration légale a donc été interrompue en pratique pendant les années les plus dures de la guerre avec la Castille, tant dans le royaume de Valence qu’en Catalogne, et en raison peut-être de ces interdictions, quelques aljames sarrasines valenciennes, occupées par les Castillans, parvinrent-elles à introduire dans les capitulations de retour au pouvoir de Pierre le Cérémonieux la demande de confirmation de leur droit d’émigrer vers les pays musulmans.

40Mais la guerre avec la Castille terminée, le roi Pierre le Cérémonieux adopta une politique contraignante à l’égard de l’émigration, probablement pour ne pas accentuer la dépopulation causée par la guerre. Pendant les négociations de paix avec Grenade, entre 1367 et 1369, Pierre le Cérémonieux refusa d’insérer dans le traité une clause de garantie de la liberté d’émigration des Sarrasins.

41En 1370, les trois bras ou états des Corts de Valence demandaient l’interdiction de l’émigration des Sarrasins, puisque les terres des ecclésiastiques, des nobles et des chevaliers restaient dépeuplées ; le roi accorda ainsi l’arrêt de l’émigration pour dix ans. Mais en 1377, Pierre le Cérémonieux se vit contraint d’admettre l’insertion d’une clause dans le traité de Grenade, par laquelle il promettait de ne pas interdire ces départs. En 1378 la « batllia » générale de Valence commença à nouveau à expédier des licences d’émigration, à raison de quatre cette année-là, quatorze en 1379 et quarante-six en 1380.

42Cet accroissement suffit à alarmer la noblesse, qui se disait lésée par l’émigration des Sarrasins. Celle-ci profita du fait que le roi Pierre le Cérémonieux avait demandé de l’aide aux Corts pour une expédition en Sicile et en Sardaigne pour la conditionner à la suspension de l’émigration. Le roi céda ainsi à cette pression. Mais en 1381, 1382 et 1383 il y eut de nouveaux départs de Sarrasins, dix-huit la première année, cinquante la seconde et quarante et un la troisième. C’était peu, mais ces effectifs pouvaient représenter un impact local, car vingt personnes quittant une petite localité constituent un désastre économique pour cet endroit et pour son propriétaire. L’attitude de refus des membres de la noblesse, qui craignaient de pâtir de cette fièvre de départs, est donc compréhensible.

43Les informations nous font défaut pour les années 1384 et 1385, mais en 1386, quatre-vingt-trois Sarrasins sont partis du royaume de Valence, et vingt en 1388.

44En 1392, l’arrivée d’un ambassadeur de Grenade à Valence provoqua une grande émotion, puisque le bruit courut qu’il venait demander la liberté d’émigration pour les Sarrasins. Du coup, le roi Jean Ier se trouvait forcé de révoquer les licences d’émigration déjà accordées.

45On peut supposer que ceux qui s’étaient déjà acquittés des impôts de départ avaient pu s’en aller, soit cinquante et un émigrés du royaume de Valence, trente-quatre du royaume d’Aragon et un de Navarre, donc quatre-vingt-dix personnes au total. La présence de cet ambassadeur de Grenade favorisait les départs vers l’« Espagne », c’est-à-dire vers le royaume nasride, pour cinquante-deux personnes, soit bien plus que vers la Berbérie qui normalement constituait la destination privilégiée.

46L’année suivante, la révocation fut à son tour cassée à la demande du « batlle » général de Valence, qui réussit à convaincre le roi que l’arrêt de l’émigration faisait diminuer les revenus fiscaux, empêchait la population chrétienne du royaume d’augmenter et contredisait les dispositions de ses prédécesseurs. Mais un mois plus tard, les représentants de la noblesse réussissaient à obtenir une nouvelle fois de Jean Ier l’interruption, pour cinq ans, des licences d’émigration accordées aux Sarrasins de leurs domaines, en échange de leur service militaire pendant une durée de quatre mois, à leurs propres frais, lors de l’expédition en Sardaigne. Il fallait ajouter ces cinq ans à cinq autres années que le roi avait déjà concédées aux bras ecclésiastique et militaire réunis en Parlement, lorsqu’il leur avait demandé de l’aide pour cette même expédition.

  • 22 ACA, C, reg. 1994, fol. 171v (1391, juillet, 8) pubi, par J. Vincke, « Königtum und Sklaverei im ar (...)

47Comme on peut le constater, il n’y avait pas de ligne politique claire dans cette affaire, la Couronne oscillant entre des intérêts divers. À la demande de la ville de Majorque, qui constituait souvent une escale pour les Sarrasins émigrant vers la Berbérie, le roi Jean Ier interdit en 1391 l’émigration de tous ceux qui pouvaient accroître les moyens de la marine barbaresque et constituer ainsi un danger pour la sécurité du royaume : matelots, pêcheurs, menuisiers, calfats, armuriers, etc.22.

  • 23 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 169-179 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.
  • 24 M. de Epalza, « Dos textos moriscos bilingues (arabe y castellano) de viajes a Oriente (1395 y 1407 (...)

48Durant ces années, l’émigration des Sarrasins n’avait pas été interdite en Catalogne, mais on ne trouve plus de concessions aux marchands pour organiser des voyages en Orient. Les départs des Sarrasins enregistrés entre 1368 et 1410 sont rares et même inexistants sur quelques années. Ils étaient peut-être plus nombreux à Tortosa. En 1372, soixante ou soixante-dix familles sarrasines devaient partir de cette ville, mais ce nombre fut considéré comme excessif, ce qui entraîna l’ordre de suspension des licences d’émigration concernant les domaines royaux23. Le port de Tortosa était probablement le plus utilisé par les Sarrasins catalans et aragonais embarqués pour la Berbérie ou le royaume de Grenade, puisque ce port fluvial était un débouché naturel pour ces Sarrasins, établis majoritairement dans la vallée de l’Ebre et du Segre ; malheureusement nous ne disposons d’aucune information concernant des départs les Sarrasins à partir de ce port. En revanche, nous avons quelques renseignements par d’autres sources, exemple cet alfaquí, de nom inconnu, parti de ce port pour la Berbérie en 1396. Il a visité les villes de Tunis et de Bougie, puis a gagné Alexandrie à bord d’un grand bateau chrétien afin de continuer après son voyage vers La Mecque. Au retour, il a écrit un récit de son voyage, que nous avons conservé24.

DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE BARCELONE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1358-1409)

DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE BARCELONE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1358-1409)

* Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81. Boswell, The royal treasure, op. cit., p. 463-464 et p. 303. Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 169. Départ effectif en 1361.
** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 164.
*** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.
*** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 145.
***** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.
****** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 145. Ils avaient l’intention de revenir.
******* Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.
******** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 170.

* Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.
** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 145, 173, 145, 174, 145-146, 146 et 177.

* Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.
** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 146.
*** Ibid., p. 182 et doc. 155. Cf. aussi, J. M. Madurell Marimon, « Notas documentales del reino de Granada (1392-1499) », Cuadernos de Estudios Medievales, 2-3 (1974-1975), p. 233-244, doc. 8.
**** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 146.

DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE VALENCE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1372-1392)

DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE VALENCE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1372-1392)

* Ibid., p. 171, 175. 169 et 175.
** ACA, RP, MR, reg. 1720. ff. 17v, 21 v, 21v-22r, 22r, 22v, 22v-23r, 23r-v.

* ARV, MR, 1, ff. 19r-21r, 22r, 22v.
** ACA, RP. MR, reg. 1716. ff. 14r. 14vv, 15r, 16r. 16v, 17r, 18v ;et un double à : ARV, MR, 2, ff. 16r-v, 17r, 18r - 19r, 20v - 21r.

* ARV, MR. 5, ff. 19r-v., 20r-v, 21v ; 22r-v ; 23v, 24r-v, 25v, 26r-v ; ACA, RP, MR, reg. 1717. ff. 19r, 19v, 20r, 21r-v, 21v, 21v.-22r, 22r et Ferrer, Els sarraïns. op. cit., p. 176-177.
** ARV, MR, 9, ff. 15r-v., 17v-18r-v.

* ARV, MR, 10, ff. 17r-18r, 19r-v, 20r-v., 21r-v, 22r-v, 23r-v., 24r-v, 25r-v., 26r, 28r.
** ARV. MR. 10, fol. 28r. M. Ruzafa « La frontera de Valencia con Granada : La ruta terrestre (1380-1440) », dans Andalucía entre Oriente y Occidente (1236-1492). V Coloquio Internacional de Historia Medieval de Andalucía, Córdoba, 1988, p. 666.
*** Ferrer, Els sarraïns, op. cit.. p. 182.

  • 25 Ead., La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 25.

49Si nous examinons ces départs par lieu d’origine, nous pouvons constater de brusques augmentations des effectifs d’émigrants. Prenons l’exemple de la moreria de Valence, la capitale du royaume : quatre personnes en 1379, quatorze en 1380, cinq en 1381, trois en 1382, douze en 1386, seize en 1388 et soixante et une en 1392. Ces variations sont normales, mais la dernière est à ce point spectaculaire qu’il faut en chercher la cause ; elle est dans ce cas bien évidente puisque, au mois de juillet de 1391, la moreria de Valence était attaquée, après le sac du « call » ou quartier juif. La population musulmane n’a pas souffert autant que les juifs, car l’infant Martin avait pu arrêter les violences contre le quartier musulman ; les Sarrasins pourtant quittèrent la ville par peur et se cachèrent dans les montagnes ou à la campagne ; puis, certains d’entre eux décidèrent, comme on le voit, d’émigrer en pays musulman, vers le Maghreb ou Grenade25.

  • 26 Ibid., p. 24-25.
  • 27 Ferrer, « La moreria de Xàtiva segles XIV-XV », dans Xàtiva. Els Borja. Una projecció europea. 1. C (...)

50À Xàtiva on peut aussi noter des oscillations, de moindre ampleur qu’à Valence, mais intéressantes parce qu’elles témoignent manifestement de malaises. De Xàtiva sont parties deux personnes en 1379, dix en 1381, seize en 1382, onze en 1386 et une en 1392. L’augmentation de 1386 peut s’expliquer par l’assaut de la morería de Xàtiva au mois de février de cette même année26. Pour le moment nous ne connaissons pas la cause exacte de l’augmentation de 1381 et de 1382. Elle peut être mise en rapport avec les accusations proférées au cours des années antérieures contre les Sarrasins de Xàtiva, accusés de collaborer avec des bandits musulmans frontaliers ; pour cette raison, ils avaient subi des procès27.

51À Cocentaina, on ne trouve de traces d’émigration qu’en 1386 ; vingt personnes ont alors quitté la ville et ses alentours ; or, c’était justement en février de cette même année que les Sarrasins de Cocentaina avaient été attaqués par les chrétiens des villes voisines de Biar, Ontinyent et Bocairent, alors qu’ils faisaient partie de la troupe du procureur de la reine à Cocentaina, qui se rendait à Elda à la suite d’un incident de banditisme frontalier. Nombre de ces musulmans sous les ordres du procureur furent tués. Ainsi, dans ce cas, un incident grave entre chrétiens et Sarrasins servit de prétexte à un petit mouvement migratoire, motivé en partie par la peur et par la conviction que la cohabitation avec les chrétiens n’était pas possible.

52Dans d’autres cas, même en l’absence d’informations concrètes, nous pouvons supposer que des raisons similaires, ou des désaccords avec le seigneur du village, ont entraîné de nouvelles migrations. Il est vrai qu’en règle générale, il ne s’agissait que du départ de trois ou quatre familles ; mais leur ampleur au cours de certaines années, et ainsi la provenance de ces familles de petits villages incitent à penser qu’une cause bien précise les avait poussées à s’en aller.

53En 1386, année de troubles contre les Sarrasins du royaume, vingt personnes quittaient le petit village de Vilallonga ; il faut noter que cette localité n’apparaît plus ensuite dans les registres relatifs aux départs des Sarrasins, au cours des années étudiées. Dans le cas de Castellnou, dix-neuf personnes ont quitté le village en 1383, contre seulement quatre en 1386. Vingt et une personnes partaient de la localité de Beniarjó, en 1382 ; on ne trouve pas d’autres départs enregistrés excepté quatre personnes en 1388.

  • 28 4. E. Guinot Rodríguez, « El modelo de feudalismo repoblador: renta y señoríos en la Valencia medie (...)

54En 1380, deux familles de dix-sept individus au total ont quitté Xelva, ainsi que d’autres, de la seigneurie de Joan Alfonso de Xèrica, expulsés par ce noble sous l’accusation de collaboration avec l’ennemi pendant la guerre contre la Castille. Peu après, en 1390, sa veuve Bonaventura d’Arborea a tenté de repeupler Xelva par l’installation de Sarrasins, mais le roi interdit leur établissement à l’intérieur du village, au motif que, la région étant frontalière avec la Castille, l’on doutait de leur loyauté ; finalement quarante-deux familles furent installées aux alentours du village28 ; quelques-unes connurent probablement des difficultés pour s’adapter aux nouvelles conditions de vie.

55Les licences de départ payées par les Sarrasins valenciens au « batlle » général nous offrent des indications très intéressantes sur la richesse des émigrants, ainsi que sur les vêtements, le linge et autres biens qu’ils emportaient au moment de commencer la grande aventure. Tous ces effets, décrits dans le détail (leur matière pour les vêtements – lin, soie, coton, etc. –, leur couleur et leur aspect – neufs ou vieux) nous informent précieusement sur la valeur des biens, grâce au coût détaillé pour chaque pièce, en plus du prix de l’ensemble, nécessaire pour fixer la dîme qu’ils avaient à acquitter.

  • 29 ACA, RP, MR, reg. 1714, fol. 22v (1378).

56Quelques émigrants se trouvaient dans la misère et ne possédaient rien de plus que les vêtements qu’ils portaient, comme, par exemple, Hamet Abenmahomat Alfayat, de Castelló, émigré à Grenade avec seulement ses vêtements : une gonella ou tunique de drap burell, c’est-à-dire un drap de laine grossière, une chemise, une culotte, un caperó ou couvre-tête et une cape de drap de laine grossière ; le tout évalué à 50 sous. Bien sûr, il emportait un peu d’argent pour payer les impôts de départ, 13 sous au total, mais qui n’apparaissent pas dans les biens estimés29.

57Bien plus riche est l’ensemble de biens de Mahomat Benjucef - l’alfaquí d’Eslida, parti pour la Berbérie en 1372 avec sa femme et trois fils en bas âge (çubays) - évalué à 1 667 sous, mais qui parallèlement constitue un trousseau modeste. Ils portaient pour le voyage des vêtements usagés, même déchirés, pour ne pas abîmer les plus neufs, mais ils emportaient tous leurs vêtements, le linge de maison, le nécessaire pour la cuisine (mais pas de vaisselle en raison de sa fragilité), deux chaînes d’argent, les douze livres de l’alfaquí et une quantité d’argent appréciable, 600 sous, constituant probablement le produit de la vente de leurs biens immeubles en prévision de leur départ. Une partie de ces revenus était réinvestie dans des marchandises pour en tirer profit sur les lieux de destination. Voici la liste des biens inventoriés, avec une description simplifiée :

58Vêtements de départ :

  • Mahomat Benjucef : 2 gonelles ou tuniques de drap de laine catalan déchirées, de couleur bleue, un manteau de drap de laine burell (grossier), déchiré, de couleur noire, un chapeau et une ceinture.

  • Sa femme portait une vieille aljuba de drap de laine catalan, de couleur bleue (tunique longue jusqu’aux genoux), une almeixia de drap de coton (tunique avec manches portée par-dessus les vêtements) et un couvre tête.

  • Axa, leur fille, portait une aljuba de drap de lin, 1 couvre tête et des boucles d’oreille d’argent.

  • Hamet, l’un des fils, portait deux vieilles chemises de lin, une ceinture, une gonella de couleur bleue, déchirée, et une cape de drap de laine burell.

  • Abdalla, l’autre fils, portait deux culottes, l’une de lin blanc et l’autre de lin bleu, une gonella de drap de laine burell, une autre gonella bleue déchirée, une cape bleue usagée et une ceinture.

59Vêtements emportés parmi les bagages :

  • 1 aljuba de femme en coton.

  • 5 almeixies de lin, quelques-unes vieilles, 1 de soie mais percée, 1 de laine.

  • 1 alhamia de femme en soie.

  • 11 alquinals de lin (coiffe féminine).

  • 3 chemises, une de lin.

  • 1 culotte.

  • Linge de maison, matelas, coussins, etc. :

  • 1 sobreperxe de lin ouvragé de soie.

  • 1 nappe morisque de coton.

  • 2 alhirem de lin, un plus court et fin (l’alhirem ou alfirem servait à couvrir tables ou autres objets, selon la documentation catalane).

  • draps de lit : 1 vieux drap de lin morisque ouvragé de soie ; 2 vieux draps de petite taille ;

  • 2 vieux draps de lin, deux vieux morceaux de drap de lin, 4 pièces de lin ouvragées.

  • 1 couvre-lit.

  • 2 couvertures de laine, petites et usagées.

  • 1 màrfega (paillasse).

  • 1 matelas de laine morisque.

  • 2 petits matelas morisques de bourre.

  • 3 capçals (oreiller de lit), deux ouvragés en coton.

  • 1 morceau de travesser ouvragé de soie aux extrémités (traversin).

  • 2 coussins ouvragés de soie.

  • 4 petits coussins morisques avec ouvrages de soie.

  • 1 rideau de lin et coton percé.

  • 1 rideau de soie, dit murante.

  • pièces de drap de lin et autres draps.

60Ustensiles de cuisine :

  • 1 chaudière, 1 poêle, 1 trépied, 1 broche.

61Autres objets :

  • 2 chaînes en argent.

  • 12 livres de letra morischa (il ne faut pas oublier que Mahomat était alfaqui, donc homme d’études juridiques et religieux).

62Marchandises :

  • 2 arrobes et demi de lin espadat (échanvré), 4 livres de lin filé ; 6 livres de lin peigné ;

  • 4 livres d’étoupe,

  • 5 aunes de drap burell (grossier) noirâtre ; 12 aunes de drap de lin ; 9 aunes de drap de lin étroit.

    • 30 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., doc. 102.

    nourriture : 2 quintaux et demi de figues noires et 6 arrobes de raisin sec30.

  • 31 ARV, MR. 10, fol. 28r ; Ruzafa, La frontera de Valencia con Granada, op. cit., p. 666.
  • 32 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., doc. 155 ; Ferrer, La frontera, op. cit., p. 182, 186.
  • 33 Le document a été publié par W. Hoenerbach, « Cuatro documentos mudéjares originarios de Cataluña y (...)

63Les biens de Mahomat Benjucef étaient d’une valeur moyenne. Sur les cent deux émigrants ou groupes d’émigrants dont les biens sont évalués, trente et un ne possédaient pas 500 sous ; vingt-six autres possédaient entre 500 et 1 000 sous ; trente et un d’entre eux disposaient de biens compris entre 1 000 et 5 000 sous et seulement cinq possédaient plus de 5 000 sous. Dans ce dernier groupe de riches se trouvaient Abrahim Abdalla, de Valence, ainsi que sa famille et une domestique, qui emportaient des bagages et des biens pour une valeur de 17 249 sous, Hamet Aceyen et sa famille, 18 883 sous, Çaat Abenxernit et sa famille, 20 700 sous ainsi qu’Ali Barramoni qui, avec onze membres de sa famille, est parti en 1 392 vers Grenade en emportant des bagages et des biens pour une valeur de 49 480 sous de Barcelone. Ali Albarramoni appartenait à l’une des familles les plus riches de la moreria de Valence31. Il s’est bien intégré à la cour nasride et est devenu ambassadeur du roi de Grenade auprès du roi Martin entre 1405 et 140932. Il semblerait qu’il ait été le rédacteur à Barcelone en 1409 ou 1410 d’un document en arabe dans lequel on incitait les Sarrasins de la Couronne d’Aragon à quitter le pays au nom du roi Yusuf III33.

Prohibition de l’émigration des Sarrasins du royaume de Valence

64Après la mort du roi Jean Ier, en 1396, les nobles valenciens ont profité de l’absence du nouveau roi Martin l’Humain pour obtenir de la reine régente, Marie de Luna, la suspension des licences d’émigration jusqu’au retour du roi, bien que cette disposition ait vite été annulée, probablement sur le conseil du « batlle » général. A peine le roi Martin fut-il de retour dans ses royaumes péninsulaires, que les nobles valenciens réussissaient à obtenir une nouvelle suspension de l’émigration des Sarrasins, en 1397 ; mais peu de temps après, le roi, sans doute mieux informé, révoquait cette concession, affirmant qu’elle portait atteinte à ses droits régaliens, lésait les droits des Sarrasins du royaume de Valence et n’avait été accordée que sur l’insistance des nobles.

65Loin d’être découragés par cet échec, ces derniers s’obstinèrent aux fins d’éviter le départ de leurs vassaux sarrasins et y parvenaient en 1403. Cette même année, aux Corts de Valence, Martin l’Humain avait accepté l’interdiction pour les Sarrasins du royaume d’émigrer vers Grenade, la Berbérie ou, en général, en dehors de ses royaumes, même si les intéressés disposaient d’une licence aux fins d’émigration obtenue par le biais de quelque officier royal.

66Les Sarrasins protestèrent et rappelèrent que leurs ancêtres, en faisant soumission au roi Jacques Ier, avaient obtenu la liberté de rester ou de quitter le pays. Le roi Martin fit rechercher ces chapitres dans les archives royales de Barcelone, mais, s’ils furent examinés, ils furent sans doute considérés valables uniquement pour les émigrations ayant eu lieu immédiatement après la conquête, ou en tout état de cause annulés par les soulèvements postérieurs. Les protestations des Sarrasins échouaient donc provisoirement.

  • 34 Hinojosa, Las relaciones entre los reinos de Valencia y Granada, op. cit., p. 110.
  • 35 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 179-182, et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.

67En 1405, le sultan de Grenade tenta de les aider lors des négociations en vue d’un nouveau traité de paix. Profitant sans doute de ces négociations, quarante-trois Sarrasins de la localité de Torres quittaient le pays pour Grenade entre 1405 et 140634. Le sultan, qui souhaitait obtenir davantage, insista pour insérer une clause assurant la liberté d’émigration des Sarrasins résidant dans les États de la Couronne catalano-aragonaise, si bien que dans un premier temps le roi Martin se laissa convaincre d’accorder cette clause, malgré la concession faite aux Corts de Valence en 1403 ; mais comme il n’était pas possible de concilier les deux engagements, le traité fut finalement signé sans la clause sujette à discussion35.

  • 36 E. Salvador, « Sobre la emigración mudejar a Berbería. El tránsito legal a través del puerto de Val (...)
  • 37 A. Díaz Borrás, « La paradoja de la emigración mora en Valencia durante el siglo xv. Expatriación m (...)

68Même si elles n’avaient pas été révoquées, les lois non ratifiées perdaient souvent leur caractère effectif avec le temps, si quelque institution ou groupe social ne veillait à les faire appliquer. Dans ce cas, il semble évident que les rois et les « batlles » généraux avaient intérêt à oublier la loi de 1403 ; bien qu’elle ait été ratifiée en 1418, puis en 148836, elle fut oubliée bien plus souvent. Nous savons que pendant ce siècle une émigration légale des Sarrasins avec licences du « batlle » général fut tolérée37, mais nous ne pouvons pas suivre ces mouvements aujourd’hui. Aussi l’émigration clandestine continua-t-elle de croître, à tel point que les autorités en arrivèrent à interdire aux Sarrasins du royaume de Valence de voyager ou de s’installer dans les contrées méridionales du royaume, proches de la frontière avec le royaume de Grenade, parce qu’ils fuyaient alors par les montagnes.

69Après tant d’efforts pour éviter l’émigration des Sarrasins, ceux-ci furent finalement expulsés, comme on le sait, en 1609-1610, dans la plus grande migration du siècle, qui fit quitter la péninsule Ibérique à un demi-million de personnes.

Notes

1 Sur la reddition des Sarrasins restés en Catalogne : J. M. Font i Rius, « La reconquista de Lleida y su proyección en el orden jurídico », rééd. dans Estudis sobre els drets i institutions locals en la Catalunya medieval, Collectànea de treballs amb motiu de la seva jubilació acadèmica, Barcelone, 1985, p. 5-73 ; Id., « La carta de seguridad de Ramon Berenguer IV a las morerías de Ascó y Ribera del Ebro (siglo xii», rééd. dans Estudis sobre els drets, op. cit., p. 561-576. Cf. la capitulation de Tortosa dans P. Bofarull, Colección de documentos inéditos del Archivo de la Corona de Aragón, IV, Barcelone, 1849. p. 130-135. Sur les conquêtes chrétiennes en Aragon : A. Ubieto, Historia de Aragón. La formación territorial, Saragosse, 1981 ; M. J. Viguera, Aragón musulmán, Saragosse, 1988, p. 228-240 ; C. Stalls, Possessing the Land. Aragon s Expansion into Islam’s Ebro Frontier under Alfonso the Battler, 1104-1134, Leiden, 1995. Pour les documents : J. M. Lacarra, Documentos para el estudio de la reconquista y repoblación del valle del Ebro, Saragosse, 1982 ; M. L. Ledesma Rubio, Cartas de población del Reino de Aragón en los siglos medievales, Saragosse, 1991, doc. 180, 186, 210, 219, 229, 231, 233, 237, 243 ; M.T. Ferrer i Mallol, « La capitulación de Borja en 1122 », dans Aragón en la Edad Media, 10-11. Homenaje a la profesora emérita María Luisa Ledesma Rubio, Saragosse, 1993, p. 269-280. Pour le royaume de Valence : M. Sanchis Guarner, « Època musulmana », dans Història del País Valencià, I, Barcelone, 1965, p. 316-333 ; R.I. Burns, Islam under the crusaders : Colonial Survival in the Thirteenth-Century Kingdom of Valencia, Princeton, 1974 ; Id., Medieval Colonialism : Postcrusade Exploitation of Islamic Valencia, Princeton, 1975, etc. ; P. Guichard, « La conquista militar y la estructuración del Reino », dans Nuestra Historia, III, Valence, 1980, p. 13-107, et Id., Les musulmans de Valence et la Reconquête, xie-xiiie siècles, Damas, 1990-1991. Pour les documents, cf. M. V. Febrer Romaguera, Cartas pueblas de las morerías valencianas y documentación complementaria, I 1234-1372, Saragosse, 1991. E. Guinot. Cartes de poblament medievals valencians. Valence, Generalitat Valenciana, 1991. Cf. une vision d’ensemble dans M.T. Ferrer i Mallol, « Les mudéjars de la Couronne d’Aragon », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 63-64 (1992) ; Ead., Minorités religieuses dans l’Espagne médiévale, p. 179-194.

2 Cf. sur ce thème D. Bramon, « La reconquesta valenciana i els orígens del problema morisc », Arguments 3 (1977), Valence, p. 49-62 et Contra moros i jueus, Valence, 1981, ainsi que M.T Ferrer i Mallol, La frontera amb l’Islam en el segle XIV. Cristians i sarraïns al País Valencia, Barcelone, 1988, p. 1-5.

3 M.T. Ferrer i Mallol, Els sarraïns de la Corona catalano-aragonesa en el segle XIV. Segregació i discriminadó, Barcelone, 1987. La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la liberté religieuse des Sarrasins et la troisième à la liberté de mouvement. Même s’il s’intéresse surtout au xve siècle, voir aussi M.C. Barceló Torres, Minorías islámicas en el País Valenciano. Historia y dialecto, Valence, 1984.

4 D. Cheika, « L’écho de la tragédie des mudéjars et des morisques dans la poésie andalouse », dans L’expulsió dels moriscos. Conseqüències en el món islàmic i en el món cristià. Congrés Internacional 380è aniversari de l’expulsió dels moriscos (1990), Barcelone, 1994, p. 207-208.

5 Ferrer i Mallol, Els sarraïns, op. cit., p. 147-148 et La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 1-2, et aussi Ead., « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País Valencia durant la baixa edat mitjana », dans L’expulsió deis moriscos, op. cit., p. 19-26, concrètement p. 19.

6 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 148-150 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 19.

7 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 150-151.

8 Ead., Els sarraïns, op. cit., p. 155 et doc. 20. Pour plus d’informations sur ce forgeron, cf. J. Mutgé i Vives, L’aljama sarraïna de Lleida a l’Edat Mitjana. Aproximació a la seva història, Barcelone, 1992, p. 48, 96, 123 et doc. 60.

9 Ferrer i Mallol, Els sarraïns, op. cit., p. 180.

10 Ead., op. cit., p. 151-152 et L’emigració deh sarraïns, op. cit., p. 20.

11 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995, p. 58-84.

12 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 152-153 et L’emigració deh sarraïns, op. cit., p. 20. López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb, op. cit., p. 90-91.

13 Ibid., p. 156.

14 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 153-154 et doc. 52. Cf. aussi L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 20.

15 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 157-162 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 20-21.

16 Pour ce thème cf. M.T. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius : mostolafs, eixees o alfaquecs (segles XII-XIII) », Medievalia, 9 (1990). Estudios dedicados al profesor Frederic Udina i Martorell, III, p. 85-106 et « La redempció de captius a la Corona catalano-aragonesa (segle XIV) », Anuario de Estudios Medievales, 15 (1985), p. 237-297, ainsi que Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit.

17 J. Hinojosa. « Las relaciones entre los reinos de Valencia y Granada durante la primera mitad del siglo XV », dans Estudios de Historia de Valencia, Valence, 1978, p. 91-160. spécialement p. 107-111 et appendice 1.

18 Ferrer, La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 84-90 et L’emigració deis sarraïns, op. cit., p. 21.

19 Ead., La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 128-129 et 133-134. Cf. aussi L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 21.

20 J. Boswell, The royal treasure : Muslim Communities under the Crown of Aragon in the Fourteenth Century, New Haven-Londres, 1977, p. 489-490.

21 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 162-179 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.

22 ACA, C, reg. 1994, fol. 171v (1391, juillet, 8) pubi, par J. Vincke, « Königtum und Sklaverei im aragonischen Staatenbund während des 14 Jahrhunderts », Gesammelte Aufätze zur Kulturgeschichte Spaniens, 25 (1970), p. 95. Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 177-178.

23 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 169-179 et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.

24 M. de Epalza, « Dos textos moriscos bilingues (arabe y castellano) de viajes a Oriente (1395 y 1407-1412) », Hesperis-Tamuda, XX-XXI (1982-83), Rabat, p. 25-112.

25 Ead., La frontera amb l’Islam, op. cit., p. 25.

26 Ibid., p. 24-25.

27 Ferrer, « La moreria de Xàtiva segles XIV-XV », dans Xàtiva. Els Borja. Una projecció europea. 1. Catàleg de l’exposición Xàtiva, 1995, p. 190.

28 4. E. Guinot Rodríguez, « El modelo de feudalismo repoblador: renta y señoríos en la Valencia medieval », dans Señorío y feudalismo en la Península Ibérica ss. XII-XIX, 1993, vol. 3, p. 159. Febrer Romaguera, Cartas pueblas de las morerías valencianas, op. cit., doc. 213 et 214.

29 ACA, RP, MR, reg. 1714, fol. 22v (1378).

30 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., doc. 102.

31 ARV, MR. 10, fol. 28r ; Ruzafa, La frontera de Valencia con Granada, op. cit., p. 666.

32 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., doc. 155 ; Ferrer, La frontera, op. cit., p. 182, 186.

33 Le document a été publié par W. Hoenerbach, « Cuatro documentos mudéjares originarios de Cataluña y de Levante », dans Homenaje al Prof. Darío Cabanelas Rodríguez OFM. con morivo de su LXX aniversario, I, Grenade, 1987, p. 369-379. Cf. aussi M. T. Ferrer i Mallol, « Évolution du statut de la minorité islamique dans les pays de la Couronne catalano-aragonaise au xve siècle », dans Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, éd. M. Balard-A. Ducellier, Paris, 1998, p. 444 ; R. Salicrú, El sultanat de Granada, Barcelone, 1998, p. 39, 58-61.

34 Hinojosa, Las relaciones entre los reinos de Valencia y Granada, op. cit., p. 110.

35 Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 179-182, et L’emigració dels sarraïns, op. cit., p. 22-23.

36 E. Salvador, « Sobre la emigración mudejar a Berbería. El tránsito legal a través del puerto de Valencia durante el primer cuarto del siglo xvi », Estudis, 4 (1975), p. 39-68, concrètement p. 42.

37 A. Díaz Borrás, « La paradoja de la emigración mora en Valencia durante el siglo xv. Expatriación musulmana en época de Honorat Mercader (1467-1481) », Cuadernos de Estudios Medievales y Ciencias y Técnicas Historiográficas, 16 (1991), p. 37-58 et Ferrer, L’emigració deis sarraïns, op. cit., p. 23-26. Cf. aussi Salvador, « Sobre la emigración mudejar a Berbería », p. 39-68. Hinojosa Montalvo, Las relaciones entre los reinos de Valencia y Granada, op. cit., 107-111. Ruzafa García, La frontera de Valencia con Granada : la ruta terrestre (1380-1440), op. cit., p. 659-672. M. L. Orteils, « Los mudejares de Valencia en el siglo xv a través de los Delmaments dels sarrahins », dans Actas del V Simposio Internacional de Mudejarismo (1990), Teruel, 1991, p. 135-145 ; J. Hinojosa, « Desplazamientos de mudéjares valencianos entre la gobernación de Orihuela y Granada durante el siglo xv : la ruta legal », dans Aragón en la Edad Media, XIV-XV. Homenaje a la profesora Orcástegui Gros, Saragosse, 1999, p. 743-757.

Table des illustrations

Titre DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DE CHYPRE, ALEXANDRIE ET BEYROUTH (1329-1347)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-1.jpg
Fichier image/, 64k
Légende * D. Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes en la Barcelona de los siglos xiv-xv », Al Anda-lus, 41 (1976), p. 49-87. Il manque l’indication de la destination de la coca d’Arnau Guillem Sabastida, mais nous savons par la chancellerie qu’il est parti pour Alexandrie : ACA, C, reg. 858, fol. 7r.-8r. Il manque aussi la destination dans quelques autres cas, mais on peut supposer qu’il s’agissait également de l’Ultramar.** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 155. Dans ce cas, le chiffre de soixante-dix Sarrasins est celui de la concession ; nous ne disposons pas de mention de sortie réelle par Barcelone, qui est le port indiqué dans la concession.*** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 155-156. Dans ce cas, le chiffre de la concession est de 100 Sarrasins ; nous ne disposons pas de mention de sortie réelle par Barcelone ; le départ a pu s’effectuer par Tortosa.**** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 68-73.***** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 156. Nous ne savons s’il s’agissait d’un renouvellement de la concession de 1342 ou d’une nouvelle concession.****** Ibid., p. 156-157.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-2.jpg
Fichier image/, 140k
Titre DÉPARTS DE SARRASINS À DESTINATION DU MAGHREB (1343-1347)
Légende * Ibid., p. 153-154. Martín de Gurrea ne pouvait utiliser pour le transport que des llenys de tonnage inférieur à 400 quintaux, probablement parce que ceux de tonnage supérieur étaient réservés à la guerre.** Ibid„ p. 157.*** ACA, C, reg. 884, fol. 109v (1347, juillet, 11).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-3.jpg
Fichier image/, 76k
Titre DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE BARCELONE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1358-1409)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-4.jpg
Fichier image/, 72k
Légende * Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81. Boswell, The royal treasure, op. cit., p. 463-464 et p. 303. Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 169. Départ effectif en 1361.** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 164.*** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.*** Ferrer. Els sarraïns, op. cit., p. 145.***** Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.****** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 145. Ils avaient l’intention de revenir.******* Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.******** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 170.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-5.jpg
Fichier image/, 136k
Légende * Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 145, 173, 145, 174, 145-146, 146 et 177.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-6.jpg
Fichier image/, 152k
Légende * Romano, « Musulmanes residentes y emigrantes », op. cit., p. 74-81.** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 146.*** Ibid., p. 182 et doc. 155. Cf. aussi, J. M. Madurell Marimon, « Notas documentales del reino de Granada (1392-1499) », Cuadernos de Estudios Medievales, 2-3 (1974-1975), p. 233-244, doc. 8.**** Ferrer, Els sarraïns, op. cit., p. 146.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-7.jpg
Fichier image/, 72k
Titre DÉPARTS DE SARRASINS DU PORT DE VALENCE POUR LE MAGHREB, GRENADE ET L’ULTRAMAR (1372-1392)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-8.jpg
Fichier image/, 100k
Légende * Ibid., p. 171, 175. 169 et 175.** ACA, RP, MR, reg. 1720. ff. 17v, 21 v, 21v-22r, 22r, 22v, 22v-23r, 23r-v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-9.jpg
Fichier image/, 212k
Légende * ARV, MR, 1, ff. 19r-21r, 22r, 22v.** ACA, RP. MR, reg. 1716. ff. 14r. 14vv, 15r, 16r. 16v, 17r, 18v ;et un double à : ARV, MR, 2, ff. 16r-v, 17r, 18r - 19r, 20v - 21r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-10.jpg
Fichier image/, 192k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-11.jpg
Fichier image/, 204k
Légende * ARV, MR. 5, ff. 19r-v., 20r-v, 21v ; 22r-v ; 23v, 24r-v, 25v, 26r-v ; ACA, RP, MR, reg. 1717. ff. 19r, 19v, 20r, 21r-v, 21v, 21v.-22r, 22r et Ferrer, Els sarraïns. op. cit., p. 176-177.** ARV, MR, 9, ff. 15r-v., 17v-18r-v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-12.jpg
Fichier image/, 204k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-13.jpg
Fichier image/, 196k
Légende * ARV, MR, 10, ff. 17r-18r, 19r-v, 20r-v., 21r-v, 22r-v, 23r-v., 24r-v, 25r-v., 26r, 28r.** ARV. MR. 10, fol. 28r. M. Ruzafa « La frontera de Valencia con Granada : La ruta terrestre (1380-1440) », dans Andalucía entre Oriente y Occidente (1236-1492). V Coloquio Internacional de Historia Medieval de Andalucía, Córdoba, 1988, p. 666.*** Ferrer, Els sarraïns, op. cit.. p. 182.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2238/img-14.jpg
Fichier image/, 102k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540