Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Les espaces Balkaniques et Anatoliens

Le rachat des Notaras après la chute de Constantinople ou les relations « étrangères » de l’élite byzantine au xve siècle

Thierry Ganchou

Texto completo

  • 1 Cette affirmation se retrouve chez tous les spécialistes des érudits byzantins exilés après 1453, e (...)
  • 2 L’arrivo di letterati bizantini non va confuso con quello dell’intera popolazione. I fondi archivis (...)
  • 3 La seule reference bibliographique sur cette question, peu etudiee jusqu’ici, reste celle de A. Vac (...)

1Longtemps il a été admis par l’historiographie traditionnelle que la chute de Constantinople (1453) fut l’occasion d’une importante migration de population, d’Orient vers l’Occident : en mettant un terme à l’existence de l’Empire byzantin, l’armée de Mehmed II aurait du même coup provoqué l’exode « massif » des Constantinopolitains en Europe occidentale. Massif ? L’affirmation est très discutable, et force est de reconnaître d’ailleurs que les historiens partisans de cette thèse n’avaient guère, hormis la mention d’une poignée d’érudits byzantins bien connus, de quoi la fonder sérieusement1. En réalité, peu de Constantinopolitains prirent dès 1453 le chemin de l’Occident avec l’intention de s’y installer définitivement, et il est intéressant de constater à cet égard que la communauté grecque de Venise, constituée comme telle bien avant 1453, n’enregistra pas à l’époque un gonflement subit de sa population2. Au contraire, ceux qui, en réalité peu nombreux, choisirent alors de délaisser les rives du Bosphore, optèrent pour un exil moins lointain, à la fois géographiquement et culturellement, puisqu’ils s’installèrent en priorité dans les îles grecques anciennement possessions byzantines, et à l’époque sous domination vénitienne - la Crète, Corfou, Nègrepont (Eubée) - et, dans une moindre mesure, génoise – Chio3.

  • 4 Lorsque l’emigration n’est pas volontaire, il est difficile d’emigrer hors de ses frontieres cultur (...)
  • 5 Voir notamment J. Harris, Creek Emigrees in the West 1400-1520, Camberley, 1995, en particulier p. (...)
  • 6 C’est le dilemme qui se posait ainsi a Georgios Sphrantzes, choniqueur et familier du basileus Cons (...)

2Mais doit-on s’en étonner ? Si quelques érudits grecs pouvaient espérer trouver très vite à s’employer en Italie, où leur réputation les avait précédés, il n’en allait pas de même pour les anciennes classes dirigeantes byzantines, dont on voit mal comment elles auraient pu d’emblée s’insérer dans l’oligarchie de la péninsule. Quelle place en effet cette aristocratie déchue pouvait-elle revendiquer au sein de la haute société italienne de l’époque ? Certes, son statut social prééminent y était reconnu, et de fait les actes notariaux continuent de qualifier souvent nos réfugiés de nobiles viri de Constantinople. Mais pour combien de temps encore ? Sans solidarités anciennes sur place, et compte tenu de profondes divergences culturelles, linguistiques, voire religieuses, parvenir à y tenir durablement son rang était bien entendu illusoire4. Surtout si la fortune n’était pas au rendez-vous, ce qui était évidemment le lot de la grande majorité. Car, si l’on trouve effectivement un certain nombre d’aristocrates byzantins pour sillonner l’Europe en tous sens dans les années immédiatement postérieures à 1453, et en priorité en Italie, c’est avant tout pour mendier de quoi racheter leurs parents prisonniers des Turcs, charité sollicitée parce que ces malheureux, disent les textes, « ont tout perdu lors de la prise de Constantinople »5. Et cela pour retourner en Orient une fois les fonds collectés, sinon dans leur ancienne capitale, devenue Istanbul l’ottomane, du moins dans les îles de l’Egée sous protection italienne. D’ailleurs, quitte à devoir avouer désonnais une misère noire, ne valait-il pas mieux encore la cacher dans un monastère de Crète ou de Corfou, au sein d’un milieu « grec » où, de plus, les solidarités pourraient jouer6 ? Ainsi, à la lumière de la documentation archivistique inédite, on constate que c’est en priorité dans ces deux îles-là que se retrouvèrent bientôt les survivants de toutes les grandes familles qui avaient eu un nom à la XI.

3Il y eut bien sûr quelques exceptions, notamment celle, célèbre, des Notaras. Car les membres de cette famille s’installèrent directement en Italie, quoiqu’en ordre dispersé et selon une chronologie variable. Mais justement, il s’agit là d’une exception très remarquable au regard de ce qui vient d’être dit. Car cette translation fut grandement facilitée par les liens très étroits que cette famille avait préalablement tissés avec les oligarchies des puissances maritimes italiennes présentes sur le sol byzantin, Venise et Gênes. Surtout, le choix de l’Italie ne lui fut pas difficile, dans la mesure où, une fois parvenue là-bas, elle était assurée d’y trouver ce qui précisément manquait si cruellement aux autres pour ne point déroger : les fonds déposés depuis plusieurs générations dans les banques italiennes. Du reste, comme on le verra, ce sont les gestionnaires italiens de cette fortune eux-mêmes qui furent, certes indirectement, à l’origine de cette installation, en intervenant pour permettre leur rachat des mains des Ottomans, rachat financé... par les propres deniers de la famille !

  • 7 L’utilisation constante qui sera faite ici de ces documents latins inédits a réclamé de procéder à (...)
  • 8 Une bibliographie si abondante que l’on ne peut ici que procéder à des choix. Pour ne citer que les (...)

4La reconstitution présentée ici se fonde sur des documents entièrement inédits découverts dans les archives d’État de Gênes et de Venise7, dans le cadre d’une thèse sur les classes dirigeantes byzantines avant et après la chute de Constantinople. Tout en travaillant actuellement à leur publication, il m’a semblé opportun de livrer dès à présent un épisode méconnu, et crucial, de l’histoire de cette famille. Car si cette dernière, célèbre entre toutes par la prééminence dont elle jouissait à Constantinople à la veille de la catastrophe, dispose déjà d’une abondante bibliographie8, on ne savait rien jusqu’ici des conditions de son installation en Italie, et encore moins de celles du rachat de ses membres survivants après la chute.

Les Notaras et la chute de Constantinople : mai-juin 1453

  • 9 Mésazôn et mégas doux réclament évidemment quelques explications. Le mésazôn, soit en grec μεσάζων, (...)
  • 10 C’est à dessein que. tout au long de cette étude, on a préféré la graphie originale du mot « saray  (...)

5Non que les sources grecques soient totalement muettes sur les conséquences de la chute pour la famille. Après avoir narré les circonstances de l’exécution par le sultan du mégas doux et mésazôn Loukas Notaras 9 et de ses deux fils aînés, ainsi que l’envoi immédiat dans le saray du plus jeune10, le chroniqueur Doukas rapporte que lorsque

  • 11 Doukas, Ducas, Istoria Turco-Bizantinã (1341-1462), éd. V. Grecu, Bucarest, 1958, XLII, 4, p. 3951- (...)
  • 12 J. Darrouzès, « Lettres de 1453 », REB, 22 (1964), lettre 5, p. 90-92. Voir plus loin.
  • 13 Sp. Lambros, Ecthesis Chronica and Chronicon Athenarum, Londres, 1902, p. 171-7 : Κα πεκεφάλισεν (...)
  • 14 Pour une biographie d’Anna Notara ainsi que la bibliographie traditionnelle : D. M. Nicol. The Byza (...)
  • 15 K. D. Mertzios, Ή διαθήκη τς Άννας Παλαιολογίνας Νοταρ, Αθην 53 (1950). ρ. 18-19. Sur cette Ph (...)
  • 16 Un document publié dans C. Desimoni. « Della Conquista di Costantinopoli per Maometto II nel MCCCCL (...)

6Mehmed II regagna Andrinople le 18 juin 1453, il traînait avec lui un long cortège formé de toutes les dames de l’aristocratie prisonnières et de leurs filles. Et il ajoute que parmi elles se trouvait la plus illustre, la veuve de Loukas Notaras ; et de raconter que cette dernière, de santé fragile et très éprouvée par ses malheurs, mourut avant de parvenir au terme de son triste voyage et fut enterrée à l’endroit même où elle avait succombé, près du village de Messénè11. Une lettre contemporaine, qui peut être datée du mois de septembre 1453, nous apprend aussi qu’à cette époque, une fille du mégas doux s’occupait de racheter d’autres prisonniers, peut-être directement à Andrinople12. Enfin, toujours à propos de l’exécution de Notaras et de ses fils, la chronique tardive de l’Ekthésis Chronikè précise que le plus jeune, un certain Isaakios, fut placé dans le saray d’Andrinople mais que, un peu plus tard, il s’échappa de ce saray, se cacha quelque temps et gagna ensuite Rome où il retrouva sa sœur, que leur père avait envoyée là-bas avec de grandes richesses, avant même la chute de Constantinople 13 Les sources latines exhumées ont révélé l’identité de cette fille, dont le rôle joué plus tard au sein de la communauté grecque de Venise a consacré la figure, la fameuse Anna Notara14. Son testament, daté de 1493 et rédigé à Venise, apprend également l’existence de deux sœurs inconnues, l’une décédée et l’autre encore vivante à l’époque, respectivement nommées Phrosynè et Théodôra 15 Quant au dernier frère survivant, évoqué par l’Ekthésis Chronikè, ces mêmes sources latines ont permis de rectifier son prénom, qui n’était pas Isaakios, mais Iakôbos : déjà décédé en 1493, on le trouvait en Italie dès 1468, date du premier document le concernant16.

  • 17 Les informations suivantes sont tirées en priorité des actes du procès intenté par Anna Notara aux (...)
  • 18 Kritoboulos d’Imbros, Critobuli, Imbriotae Historien, éd. D. R. Reinsch, Berlin. 1983, p. 101 25-10 (...)
  • 19 Th. Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina d’Ainos et le Sankt Petersburg Bibl. Publ. gr. 243 », RE (...)
  • 20 Doukas. éd. Grecu, XL, 7, p. 38314-17. Le chroniqueur ne livre pas le nom du mégas domestikos Kanta (...)
  • 21 Ce Théodôros [Palaiologos] Kantakouzènos correspond donc à l’entrée Καντακουζηνός, PLP 10949. Douka (...)
  • 22 L’ambassade est narrée par Sphrantzès, éd. Maisano, XXXI, 10, p. 11216-20, XXXII, 8, p. 1181-4. Cf. (...)
  • 23 Mais laissons parler les documents génois de 1459 (cf. réf. supra, n. 17) : Item quod supersunt tan (...)

7L’enquête plus approfondie menée dans les archives italiennes, et en priorité génoises, a permis de préciser et de revoir la composition exacte de la famille de Loukas Notaras à la veille de 1453. Le mégas doux avait bel et bien trois fils, mais Anna avait non pas deux sœurs, mais trois, Maria venant s’ajouter aux Théodôra et Phrosynè nommées dans son testament17. C’est surtout sur la biographie de cette Phrosynè que les documents génois ont permis d’apporter des renseignements surprenants. En l’évoquant sous ce prénom en 1493, sa sœur Anna la nommait en fait d’après son nom monastique. Car, en 1459. Phrosynè s’appelait encore Héléna et était dite alors veuve de Giorgio Gattilusio, dominas Ennii. En croisant ce renseignement avec la chronique de Kritoboulos d’Imbros, il est devenu possible de mettre en valeur la figure de la dernière souveraine d’Ainos, dont ce chroniqueur narrait les tribulations autour de 1455/56 sans pour autant en dévoiler l’identité18 : née Héléna Notara, la fille aînée du mégas doux était connue en son temps comme « Héléna Gateliousaina, grande dame d’Ainos »19. Pour ce qui est de ses trois sœurs, Doukas rapporte que lorsque fut décrétée l’exécution de Loukas Notaras et de ses deux fils, l’un des gendres de Loukas, « Kantakouzènos », fils du mégas domestikos de la cour impériale, fut décapité avec eux. Et d’expliquer la présence du jeune homme aux côtés de sa belle-famille par le fait que son père, le mégas domestikos (grand domestique), soit Andronikos Palaiologos Kantakouzènos, avait été tué précédemment dans les combats du 29 mai20. Si les choses ne se passèrent pas exactement ainsi, les documents génois de 1459 confirment les dires de Doukas sur l’appartenance familiale de ce gendre : ce « Kantakouzènos » avait pour nom Theodorus Catacoxino21, et son épouse était cette Maria Notara jusqu’ici inconnue. Quant à Théodôra Notara, elle avait échu à un certain Manoli Paleologo, que l’on identifierait volontiers au jeune diplomate Manuel Palaiologos chargé par Constantin XI en 1451 d’une ambassade en Serbie22. Récapitulons. Entre, disons, 1445 et 1453, trois des filles du mégas doux avaient été mariées : la première, Héléna, au co-souverain d’Ainos Giorgio Gattilusio, disparu dès 1449 ; la seconde, Théodôra, à un Manuel Palaiologos ; la troisième, Maria, à l’un des fils du mégas domestikos de la cour impériale, Théodôros Palaiologos Kantakouzènos23.

  • 24 Ganchou, « Sur quelques erreurs », op. cit., p. 70-71.
  • 25 La précision, qui émane de Doukas et se trouve confirmée par l’Ekthésis Chronikè, est importante. C (...)
  • 26 Voir en dernier lieu l’excellente mise au point de H. Inalcik, « The Policy of Mehmed II towards th (...)
  • 27 Vu sous cet angle, il apparaît clairement que c’est par parti pris politique et. pour la plupart d’ (...)
  • 28 Chalkokondylès, Laonici Chalcocandylae historiarum demonstrationes, éd. E. Darko, III, Budapest, 19 (...)
  • 29 Les documents génois ne donnent pas le prénom de ces deux jeunes hommes, pour lesquels leur père am (...)
  • 30 L’âge de douze ans de Iakôbos en 1453, donné par Chalkokondylès mais contredit par Doukas qui le cr (...)

8En 1459 à Gênes, comme sa sœur Maria, Théodôra Notara est elle aussi dite veuve. Qu’était-il advenu entre temps à son époux ? La réponse se laisse clairement deviner grâce à une lecture attentive des sources grecques relatives à la chute. Lorsque Mehmed II, cinq jours après la chute selon l’Ekthésis Chronikè, trois selon Isidore de Kiev, procéda à l’exécution des Notaras, il ne se contenta pas de supprimer ceux-là, mais décréta l’exécution générale de tous les grands dignitaires byzantins. A cet égard, il faut préférer, aux témoignages de Niccolò Barbaro, Nikolaos Sékoundinos, Doukas ou Chalkokondylès, trop polarisés sur le sort des Notaras, ceux d’Isidore de Kiev, de Kritoboulos d’Imbros et de l’Ekthésis Chronikè, qui rapportent, eux, une exécution générale24. Il n’y a pas lieu de s’attarder ici à une confrontation des divers témoignages pour établir une reconstitution minutieuse de ce qui se passa en réalité entre le 29 mai 1453 et les premiers jours de juin, et tenter en particulier d’expliquer les raisons qui motivèrent le changement d’attitude du jeune sultan à leur égard. De ce qui peut en être déduit, il ressort bien qu’au lendemain de la chute, Mehmed II se montra d’abord magnanime. Comme tout un chacun, ces hauts dignitaires avaient été capturés par les soldats turcs, qui s’étaient partagé anarchiquement les membres de leurs familles. Tous se trouvaient donc dispersés dans le campement ou sur les navires turcs et soumis à rançon. Le sultan ne tarda pas à s’enquérir de leur sort et fit procéder méthodiquement à leur recherche. Petit à petit ils furent localisés, et Mehmed II les racheta à ses soldats, en commençant par les Notaras. Pour faciliter des recherches rendues difficiles par les circonstances, chaque dignitaire ainsi racheté était d’ailleurs invité à établir une liste des membres de sa famille afin d’être réuni à eux, et Doukas rapporte que c’est Notaras qui fut chargé d’établir ces listes. C’est ainsi que la fine fleur de l’aristocratie constantinopolitaine, et en priorité ceux qui avaient servi au palais impérial, parés d’un titre aulique25, se retrouva bientôt libérée. Le dessein de Mehmed II était clair : en faisant des avances à leur ancienne classe dirigeante, il rassurerait les Constantinopolitains afin que ces derniers, une fois leurs rançons payées, ne désertent pas Constantinople en masse. Pour éviter cet exode, il pensait même confier à Loukas Notaras, « premier médiateur » du défunt basileus, l’administration de la ville, et ces affirmations concordantes des chroniqueurs sont trop conformes à ce que l’on sait par ailleurs des méthodes de conquête ottomanes pour ne pas être prises au sérieux26. Toujours dans cette perspective, Mehmed II aurait déclaré aux grands dignitaires qu’ils étaient désormais « libres », leur permettant de regagner leurs demeures constantinopolitaines. Mais les négociations avec Notaras devaient se solder par un échec. L’obstacle le plus sérieux vint bien entendu de l’entourage turc de Mehmed - mais aussi grec semble-t-il, si on en croit Kritoboulos d’Imbros et Chalkokondylès - qui, bien peu sensible aux arguments politiques de son chef, comprenait surtout que les desseins de son souverain allaient le priver des fruits d’une victoire chèrement acquise. Il semblerait aussi que l’intransigeance de Notaras ait joué son rôle dans le tragique dénouement final. Comme base de leur accord, le sultan exigea qu’en gage de sa bonne foi, le mégas doux consentît à ce que son plus jeune fils soit placé dans son saray. Au vu des circonstances, l’initiative du sultan se comprend parfaitement, et Mehmed II ne faisait là que se conformer à une tradition politique dictée par la prudence la plus élémentaire. Une tradition qui avait vu, pour ne parler que de l’époque la plus récente et sans entrer dans les détails, maints fils de princes vaincus réinstallés sur leur trône, tels Georges Skanderbeg, Vlad Tepes ou son frère Radu le Beau, élevés à la cour ottomane en garantie des accords passés entre Andrinople et leurs pères. Autrement dit, il ne s’agissait là que d’une simple, et très habituelle, réclamation d’otage27. Mais l’exemple de Skanderbeg montrait à Notaras que, tout en n’étant pas une conséquence inévitable, il y avait un gros risque que l’otage en question soit forcé à se convertir à l’Islam. De plus, cette nouvelle exigence du sultan pouvait apparaître au mégas doux comme un abus de pouvoir en complète contradiction avec sa situation présente. Sa famille avait été libérée par Mehmed lui-même : le sultan ne pouvait donc se comporter maintenant vis-à-vis de ses fils comme s’il s’était agi d’enfants d’esclaves, et Chalkokondylès rapporte que Notaras s’insurgea en effet contre cette demande en déclarant ne pas comprendre ce dont il s’était rendu coupable pour qu’on lui imposât maintenant cette mesure vexatoire, quand le rachat dont il venait de faire l’objet aurait dû les soustraire précisément, lui et les siens, à une mesure de ce genre28. Devant cette impasse, et prenant acte des positions hostiles de son entourage, Mehmed II ordonna alors l’exécution de tous les hauts dignitaires et de leurs fils adultes. Quant à leurs femmes, filles, et ceux de leurs fils n’ayant pas dépassé l’adolescence, leur sort était clair : ils retombaient en esclavage, devenant propriété personnelle du sultan. Il ressort de cette analyse que les deux fils aînés de Notaras29, mais également ses deux gendres, Théodôros et Manuel, furent du nombre des exécutés, et que, dans le lamentable cortège des dames de l’aristocratie s’acheminant vers Andrinople le 18 juin 1453, se trouvaient au moins trois veuves : l’épouse du mégas doux et ses deux filles, Théodôra Palaiologina et Maria Kantakouzènè. Quant au jeune Iakôbos, âgé de douze ans à l’époque des faits30, séparé de ses sœurs, il fut destiné au service personnel du souverain en son saray en qualité de page, comme nombre de fils adolescents des dignitaires tombés.

  • 31 Ex ipso domino Luca, credimus superesse filium et filias duas, que dicuntur posite in maxima calami (...)
  • 32 Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 143, 153-154.

9Cette analyse se trouve confirmée par un document latin d’une importance capitale pour comprendre la suite des événements. Dans ses instructions aux ambassadeurs chargés de négocier la paix avec les Ottomans, le 11 mars 1454, le doge de Gênes Pietro Campofregoso les engageait à s’informer du sort des survivants de la famille Notaras, déclarant savoir qu’avaient survécu à la tragédie un fils et deux filles du mégas doux, qui se trouvaient « en grande ruine et servitude »31. Il n’est pas douteux que le doge ait désigné par là Iakôbos et ses sœurs Maria et Théodôra, et cette pièce constitue un élément important de notre dossier car ses données sont en complète contradiction avec un autre document latin relatif au rachat de la famille - que l’on examinera plus loin - disant les quatre sœurs Notaras alors prisonnières des Turcs. Or, il apparaît clairement que c’est bien la version donnée par les instructions ducales du 11 mars 1454 qui doive être privilégiée. A l’époque de la chute, en effet, l’aînée des sœurs, Héléna Notara Gateliousaina, se trouvait à l’évidence à Ainos aux côtés de son beau-père, le souverain de la ville Palamede Gattilusio. Quoique veuve depuis 1449, sa position dans cette principauté génoise était en effet garantie par les dispositions testamentaires de Palamede, inspirées par le gouvernement de Constantinople en 1450, qui stipulaient qu’après la mort de ce dernier, elle gouvernerait Ainos au nom de ses enfants mineurs, aux côtés du dernier fils de Palamede, Dorino32 : il n’y a donc aucune raison de penser qu’au lendemain de son veuvage, elle ait pu quitter la principauté pour regagner sa ville natale et s’y installer dans quelque monastère. Moyennant quoi, se trouvant à Ainos le 29 mai 1453, elle ne put être faite prisonnière.

  • 33 Et elle ne le fut jamais. Lorsqu’en 1459, on voit à Gênes Anna réclamer que l’on procède au partage (...)
  • 34 Ce qui, de toute façon, serait tout aussi incorrect puisque Héléna Gateliousaina se trouvait non pa (...)
  • 35 Et les documents génois de 1459 créditant, avant 1453, Loukas Notaras de quatre filles, ne sont pas (...)
  • 36 Dans le même ordre d’idée, Notaras pouvait se permettre à la rigueur de faire quitter la ville assi (...)
  • 37 Aucun des documents du dossier d’inédits que j’ai pu réunir ne permet en effet de reconstituer la t (...)

10En revanche, déterminer où se trouvait en 1453 la plus jeune fille de Loukas, Anna, non mariée alors33, est une tâche plus difficile. Certes, tant le document du 11 mars 1454 que le témoignage de l’Ekthésis Chronikè incitent à penser qu’elle ne se trouvait pas à Constantinople au moment de la chute. Et de fait, il est assez logique qu’en prévision du siège, Loukas Notaras ait cherché à mettre en lieu sûr la dernière fille qui lui restait en lui faisant quitter la ville avec, comme le dit l’Ekthésis, une partie de sa fortune. Mais il ne l’envoya certainement pas à Rome, et l’Ekthésis ne peut absolument pas être suivie sur ce point. L’idée que Notaras ait pu expédier directement en Italie une jeune fille non mariée et sans protection est déjà, convenons-en, bien invraisemblable. Surtout, les documents ultérieurs disant les quatre filles de Notaras prisonnières des Turcs émanent précisément, comme on le verra, de Rome, Gênes et Venise. Autrement dit, si Anna s’était alors trouvée en Italie, et a fortiori à Rome, avant comme immédiatement après la chute, une telle erreur d’arithmétique n’aurait pas été commise : les documents auraient parlé de trois filles, et non de quatre34. En outre, c’est Anna elle-même qui aurait initié les tractations pour faire libérer ses sœurs, ou du moins cela se serait-il fait en son nom ; ce qui ne fut pas le cas35. Dans ces conditions, et si, comme il semble, Anna ne se trouvait pas à Constantinople lors de sa chute, le seul endroit vraisemblable où Loukas Notaras pouvait penser la mettre en sûreté, elle et une partie de ses richesses, était à l’évidence la ville d’Ainos, où il avait l’assurance que ces précieux dépôts seraient sous la protection de sa fille aînée Héléna. Cette destination pour Anna avait aussi l’avantage de dédramatiser singulièrement l’initiative de Notaras auprès de l’opinion publique constantinopolitaine, qui aurait pu s’offusquer, et plus encore s’alarmer de constater combien, en éloignant sa fille jusqu’en Italie, son mésazôn même semblait douter des chances de la Ville à surmonter victorieusement le siège. En ces circonstances dramatiques, eût-il été d’ailleurs bien politique de la part du second homme d’État après le basileus de donner aux Constantinopolitains un si fâcheux exemple de désertion36 ? Ainos, certes cité « italienne », restait relativement proche de Constantinople ; de plus, le maître des lieux, le Génois Palamede Gattilusio, était le sympenthéros du mégas doux, ce qui était de nature à ramener l’affaire à des proportions strictement familiales : en fin de compte, Anna était tout simplement envoyée passer quelque temps chez sa sœur... La vraisemblance incite à privilégier ce scénario. Il n’en reste pas moins que la présence d’Anna Notara à Ainos en 1453 n’est pour lors qu’une hypothèse que rien n’est encore venu confirmer37.

  • 38 Une attitude « spartiate » qui a beaucoup frappé l’imagination des contemporains, qu’ils soient enn (...)
  • 39 Chalkokondylès. op. cit., II, p. 165 : ...Kα ο μν παδες αὐτο ϰαταδείσαντες τòν θάνατον δοντο (...)

11Narrant l’exécution de Notaras, le chroniqueur Chalkokondylès rapporte une anecdote très significative. Il confirme que le mégas doux demanda au bourreau que ses fils soient décapités avant lui, afin d’être sûr que, lui exécuté, les malheureux jeunes n’en profiteraient pas pour se déclarer prêts à embrasser aussitôt la foi musulmane dans le but d’échapper au supplice38. Mais il ajoute que, craignant la mort, les fils de Notaras « prièrent leur père de dire aux préposés à l’exécution qu’il y avait moyen de leur faire livrer les richesses qu’ils possédaient en Italie, afin de n’être pas tués »39. Vraie ou fausse, l’anecdote prouve en tout cas que Chalkokondylès croyait en l’existence de placements italiens de la famille et l’enquête menée dans les archives de la péninsule a amplement démontré qu’il n’avait pas tort de le croire. Mieux, l’admirable état de conservation des archives du « Banco di San Giorgio » à Gênes permet même d’évaluer très précisément le montant des dépôts génois de la famille en 1453, et cela au denier près...

Genèse d’une ascension sociale exemplaire, et placements occidentaux de plus d’un demi-siècle

  • 40 Aussi n’ai-je pas, dans cette partie, multiplié les références en note. Mais hormis quelques inédit (...)
  • 41 U. Pusculo, Constantinopolis, éd. A. S. Ellissen, dans Analekten dermittel- und neugrie-chischen Li (...)
  • 42 P. Schreiner, « Bizantini e Genovesi a Caffa : Osservazioni a proposito di un documento latino in u (...)

12Il ne saurait être question de revenir ici en détail sur l’histoire de la famille antérieurement à 1453, mais simplement d’en rappeler tout ce qui est de nature à expliquer la genèse de ses placements financiers40. Son ascension au plus haut degré de l’aristocratie byzantine fut assurée par la réussite économique du grand-père et plus encore par celle du père du mégas doux, le fameux Nikolaos Notaras. C’est dire combien elle fut fulgurante : en deux générations à peine. Famille de petite noblesse provinciale, sinon de simple notabilité, les Notaras étaient originaires de Monembasia - la Malvasia des Italiens -, place commerciale byzantine située à la pointe sud-est du Péloponnèse. Le père de Nikolaos, Geôrgios, est assurément le premier membre de la famille à être « monté » à Constantinople : des documents inédits le disent explicitement Malvaxiotus. Et cette installation dans la capitale byzantine remonte très certainement aux années 1340-50, époque durant laquelle on sait que le basileus Jean VI Kantakouzènos, désireux de restaurer le commerce byzantin vis-à-vis des Italiens, encouragea à cette fin l’établissement d’une forte communauté monembasiote dans la capitale, familière des techniques commerciales italiennes en raison du commerce actif de Monembasia avec la Crète vénitienne, et de tous temps pourvoyeuse en excellents marins. Avec une pointe de mépris, l’humaniste brescian Ubertino Pusculo laisse entendre que Geôrgios Notaras commença sa carrière en qualité de marchand de poisson41. Un document de 1398 le met en relation avec Caffa42, et il n’est pas du tout invraisemblable en effet de penser que notre Monembasiote ait pu assidûment fréquenter les colonies italiennes des rives de la Mer Noire, Caffa et Tana, y pratiquant à grande échelle l’exportation vers Constantinople de poissons séchés, d’esturgeons, de caviar, etc. Sans parler d’une implication plus naturelle, dans le même temps, dans le commerce égéen, et en particulier avec la Crète, Chio, et bien sûr le Péloponnèse natal. Quoi qu’il en soit, c’est bien la carte commerciale en collaboration avec les Italiens que joua, d’entrée, Geôrgios Notaras.

  • 43 Un Konstantinos Notaras de Monembasia était, en 1328 et 1333, propriétaire d’un navire avec lequel (...)
  • 44 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), I-II, Rome-Gênes, 1978,1, p. 347.
  • 45 Cette fonction, qui consacrait si vite l’entrée de la famille à la cour, fut du reste confisquée pa (...)
  • 46 Outre Nikolaos Notaras, les plus fameux de ces ex-Monembasiotes avaient pour noms Jane et Michael E (...)
  • 47 Sur Nikolaos Notaras, voir l’entrée Νοταρς Νιϰόλαος, PLP 20733. Cette date de 1386 est tirée d’iné (...)
  • 48 D’après un document publié par J. W. Barker, « John VII in Genoa : a Problem in Late Byzantine Sour (...)
  • 49 Sur tout cela, voir Balard, La Remanie génoise, op. cit., I, p. 347. Pour l’entrée en banque enregi (...)
  • 50 Pour une raison inexpliquée, les scribes qui ont rédigé le Manuale dei luoghi de Nikolaos ont fait (...)
  • 51 Voir références supra, n. 49.
  • 52 Balard, La Romanie génoise, I, p. 347-349.
  • 53 Un document publié dans J. W. Barker, Manuel II Palaeologus (1391-1425): A Study in Late Byzantine (...)
  • 54 Quoiqu’il soit possible, à partir de documents vénitiens plus tardifs, de donner une estimation bas (...)

13Mais ne faisait-il pas là en définitive qu’exporter sur les rives du Bosphore ce qui, à l’évidence, était une tradition familiale déjà séculaire43 ? De ce point de vue, sa réussite n’aura peut-être jamais consisté qu’à savoir habilement tirer parti de ses compétences « provinciales », servi en cela par les bouleversements politiques et économiques très profonds que connaissait alors l’Empire byzantin, et qui imposaient une nouvelle donne. Car ce qui apparaissait comme une banale constante chez les notables de la lointaine Monembasia commençait à avoir son prix dans la Constantinople du temps, où la conjoncture forçait les autorités à tenir de plus en plus compte du commerce maritime, ne serait-ce que pour assurer le ravitaillement d’une énorme capitale privée d’hinterland. L’heure était de toute façon à l’ascension au sein de la haute société « d’hommes entreprenants », pour reprendre l’heureuse formule de Michel Balard44, et dont la fortune et la puissance financière naissante compensaient, aux yeux d’une vieille aristocratie ruinée, la « roture » originelle. Dans ce contexte favorable, « l’ancêtre » sut admirablement saisir les occasions offertes, et pas seulement en s’associant étroitement avec les Génois de Péra ou les membres de la colonie vénitienne de la capitale pour le grand bénéfice de ses affaires. En effet, devenu rapidement un homme d’affaires aisé, il trouva le moyen de forcer les portes de la cour impériale elle-même, en y occupant précisément la fonction à laquelle, mieux que quiconque, ses origines monem-basiotes le prédestinaient : celle de diermeneutès, interprète impérial pour les langues italiennes45. Il semblerait que Geôrgios Notaras ait commencé cette carrière palatine, non à la cour de Jean V Palaiologos, mais à celle de son fils et éternel concurrent au trône, Andronic IV, et qu’il ait dû recevoir la charge de diermeneutès à la faveur du règne de ce dernier à Constantinople, entre 1376 et 1379, ou entre 1379 et 1385, lorsqu’il ne fut plus que le basileus de Sélymbria. Ce jeune basileus, en lutte constante contre son père, avait su s’assurer en effet l’appui efficace du milieu d’affaires grec de la capitale, au sein duquel les Monembasiotes brillaient particulièrement, un milieu d’affaires composé d’hommes « jeunes » étroitement liés aux Génois de Péra, éternels supporters d’Andronic46. L’installation de la « cour dissidente » d’Andronic, puis de son jeune fils Jean VII - à partir de 1385 -, à Sélymbria, resserra encore les liens du milieu d’affaires grec soutenant la branche aînée des Palaiologoi avec l’oligarchie marchande de Péra, point de départ de tous les complots qui assombrirent les dernières années du règne du vieil empereur. C’est en tout cas dans cette ambiance que le jeune Nikolaos Notaras fit ses premières armes, dès 1386 au moins47. En 1390, dit burgensis de Péra et Ianuensis, on le trouve étroitement associé à une importante livraison de blé appartenant au basileus Jean VII vers Gênes, livraison entièrement assurée par l’entourage d’affaires grec du turbulent prétendant au trône de Constantinople48. Car à l’époque, le fils du diermeneutès de la petite cour de Sélymbria réside surtout à Péra pour ses affaires, et il s’est fait accorder, outre les privilèges de bourgeoisie dans cette colonie, la naturalisation génoise à part entière. En 1391, il acquiert aux enchères le sixième de la gabelle pesant sur les opérations de courtage pérotes. La même année, il fait ouvrir deux comptes à Gênes même, dans les compere mutui : 1 032 livres 10 sous dans la compagna Regiminis de la compera nova Sancti Pauli49 ; 600 livres dans la compagna Magnus Burgo (Magna Venetorum) de la compera vetus Sancti Pauli50. C’est là le début de placements ininterrompus sur lesquels renseigne son Monnale dei luoghi51, conservé aux archives de Gênes et étudié par Michel Balard, et qui, au moment de sa mort, devaient constituer un joli portefeuille52. On ne sait quel rôle joua Nikolaos Notaras en 1390 lors du coup d’État avorté de Jean VII. Mais à partir de 1391, l’oncle et concurrent au pouvoir de ce jeune basileus. Manuel II, eut l’habileté de savoir attirer Nikolaos dans son camp : jusqu’à la fin du siècle, ce dernier fut ainsi invité à mettre ses relations italiennes au service de la cause d’un Empire aux abois, du fait du siège de Constantinople par le sultan Bayezid Ier, en sillonnant l’Europe occidentale en qualité d’ambassadeur impérial. Il est vrai que ces ambassades comportaient un important volet financier - il s’agissait entre autres d’acheminer jusqu’à Constantinople les subsides des indulgences consenties par la papauté -, tâche pour laquelle le réseau pérote de Nikolaos s’avérait fort utile. La France et l’Angleterre le virent passer, et dès 1397, il avait saisi l’occasion d’un passage à Venise pour ajouter la citoyenneté vénitienne à la naturalisation génoise53. Il en profita également pour coupler les parts de la dette publique génoise qu’il détenait déjà aux emprunts d’État vénitiens, les fameux imprestiti, pour un montant cependant inconnu, en raison de la perte complète des archives relatives à cette institution bancaire54. Mais il n’est pas douteux que, comme le montre la documentation conservée auprès de « l’Archivio di San Giorgio » de Gênes relative à ses placements génois, l’administration vénitienne des prestiti n’ait vu elle aussi la part des avoirs de Nikolaos grimper tout aussi régulièrement au fil des années.

14Parallèlement, à Constantinople, la position des Notaras gagnait en prestige, et ils prenaient définitivement rang au sein de la plus haute aristocratie. Celle-ci avait alors terminé son processus de lent remodelage, amorcé un demi siècle auparavant : la conquête ottomane, inexorable, du territoire byzantin, en privant les anciennes familles de leurs assises territoriales traditionnelles, avait précipité leur disparition au profit d’une petite noblesse, parvenue à l’aisance non par la rente foncière, mais par l’activité commerciale et financière. Une réussite que le pouvoir impérial, qui avait bien besoin de l’appui de ces classes riches dans un contexte d’appauvrissement général des ressources publiques, s’était empressé d’entériner par l’octroi d’offices, de dignités, et d’alliances matrimoniales prestigieuses.

  • 55 Sans entrer dans les détails, disons que le terme sympenthéros désignait traditionnellement à Byzan (...)
  • 56 Sur ce frère aîné de Loukas Notaras, ἐπ τς τραπєζης, voir l’entrée ΝοταρςΙωάννης, PLP 20729.
  • 57 ... διὰ πολλν ϰεντηναρων, Doukas, éd. Grecu, XIX, 9, p. 129 9 ; A. Acconcia Longo, « Versi di Ioa (...)

15De ce point de vue, rien ne manqua aux Notaras, qui apparaissent comme l’archétype même de cette nouvelle classe dirigeante ; aucun des signes extérieurs d’appartenance à la très haute aristocratie ne leur fut marchandé : un monastère impérial comme nécropole familiale ; un palais somptueux ; un poste au sénat pour Nikolaos ; le titre envié de sympenthéros du basileus et celui de gambros pour ses deux fils, qui attestaient d’une union au sein même de la famille impériale55. L’aîné, Iôannès Notaras, fut tenu sur les fonts baptismaux par un basileus - assurément Jean VII -. fit un beau mariage et obtint à quinze ans à peine la charge palatine d’épi tès trapézès, spécialement préposé au service impérial lors de la réception des officiels génois et vénitiens au palais56. Car les liens avec la colonie de Péra, en face de la Corne d’Or, qui s’étaient révélés si essentiels pour l’ascension de la famille, n’étaient pas rompus. En 1403 Nikolaos obtint la naturalisation génoise pour ses fils ; en 1416, ce fut la naturalisation vénitienne. Désormais la fortune de la famille était devenue proverbiale à Byzance, et l’occasion d’en prendre la mesure se fit jour lorsque Iôannès Notaras mourut, en 1411. Le jeune homme tomba lors d’une sortie contre les Ottomans de Musa, qui assiégeaient la capitale ; décapité, son corps seul fut récupéré par les Byzantins. Alors, par l’intermédiaire de ses associés pérotes, son vieux père négocia avec les Turcs le rachat de la tête du jeune héros, qu’il récupéra au prix d’une énorme somme57.

16Il est cependant impossible de se faire une idée du montant exact de la fortune que Nikolaos laissa à son fils Loukas, son héritier universel, lorsqu’il mourut en 1423. Car les dépôts du « Banco di San Giorgio » de Gênes et ceux des « prestiti » vénitiens n’en constituent jamais qu’une partie. Des documents inédits montrent que Nikolaos avait également placé de gros capitaux dans les colonies italiennes de la mer Noire, tant génoises que vénitiennes : dans la compera Caffe, dans la camera Tane. Et si rien ne vient l’attester formellement, il est évident que, a fortiori, dirait-on même, il détint des « luoghi » (loca) de la compera Pere. Et que penser de son patrimoine mobilier et immobilier à Constantinople, sinon que, sans parler du palais familial, attesté par d’autres sources, il devait être conséquent ? Combien d’entrepôts, de maisons, de terrains à Péra. Caffa. Tana ? Si peu de documents contemporains les évoquent formellement, des documents ultérieurs, au détour d’une phrase, montrent toujours Nikolaos à l’origine de ces avoirs. En réalité, c’est bien à son grand-père qu’Anna Notara dut de pouvoir vivre très confortablement à Venise durant un demi-siècle, et non à son père, comme on le croit généralement.

  • 58 En fait, la seule contribution personnelle de Loukas aux placements génois de son père vient de ce (...)

17Car durant les trente années que dura sa carrière politique, éclatante, Loukas Notaras ne fit que jouir de la fortune paternelle. Il ne fut pas un investisseur, et il est faux de dire que c’est lui qui, en déposant sa fortune en Italie, y assura le devenir de ses enfants après la chute. En réalité, il se contenta sa vie durant de profiter des investissements paternels : il en recueillait chaque année les dividendes, mais il n’en grossit pas le capital58.

  • 59 Que ces paghe n’aient pas été investies dans le « Banco » semble clair, sauf en 1424 (cf. n. précéd (...)
  • 60 G. Badoer. Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440), éd. U. Dorini-T. Bertel (...)
  • 61 Outre les allusions répétées de K.-P. Matschke à ce propos, je pense notamment aux réflexions du re (...)

18Il se garda cependant aussi de l’aliéner, assurant ainsi la pérennité de la fortune de son père Nikolaos jusqu’à la chute. Son rôle financier se borna pour l’essentiel à choisir les procureurs, génois et vénitiens, chargés d’administrer cette fortune. Ce respect intangible de l’héritage paternel de si longues années, amène à plusieurs réflexions. Loukas aurait-il été persuadé que ces placements étrangers pourraient se révéler utiles pour lui ou ses enfants en cas de catastrophe, et qu’ils devaient donc être conservés tels quels ? Mais ce faisant, pourquoi ne se soucia-t-il pas de les grossir ? Il aurait pu le faire par exemple à moindres frais, c’est-à-dire en choisissant, comme tant d’autres petits détenteurs génois, de réinvestir systématiquement en « luoghi » les intérêts annuels versés par le « Banco ». Or, il apparaît que ses « paghe » annuelles étaient effectivement retirées, et tout donne à penser qu’elles lui parvenaient jusqu’à Constantinople au lieu d’être investies dans le « Banco », ou même dans le circuit commercial et financier génois59. Du reste, pour augmenter ce capital placé de manière plus conséquente, ne lui aurait-il pas fallu continuer à s’adonner activement à la « marchandise » en collaboration étroite avec les Italiens, comme l’avait fait son père ? Il est possible que le mésazôn des derniers basileis ait jugé cette activité, certes utile pour arriver, désormais incompatible avec sa haute position politique à Constantinople et son état de très grand aristocrate. Ou tout simplement qu’il n’en ait pas eu le goût... Quoi qu’il en soit, on n’a pu jusqu’ici retrouver un seul document montrant Loukas Notaras, à titre privé, en relation d’affaires avec les financiers ou marchands génois et vénitiens en Orient ; et ce ne sont certes pas les quelques achats qu’il fit à Giacomo Badoer entre 1436 et 1440 à Constantinople60, qui peuvent raisonnablement être apportés au crédit de l’image de Loukas Notaras « homme d’affaires », qui pourtant a la vie dure61. Ses relations avec le marchand vénitien sont essentiellement celles de fournisseur (Badoer) à client-consommateur (Notaras), Badoer lui vendant parfois des étoffes, assurément réservées à l’usage personnel de Loukas et de sa famille. Des documents inédits, évoqués en partie ici, montrent bien entendu Loukas en rapport avec des hommes d’affaires vénitiens et génois de Constantinople/Péra. Mais ce sont des documents postérieurs à la chute. Et si le défunt mégas doux y apparaît comme le débiteur de ces Italiens de la capitale, l’origine de ces dettes n’est pas précisée. Moyennant quoi il est possible que ces derniers n’aient été que de simples fournisseurs de Loukas en biens de consommation courante : le mégas doux aura eu des comptes chez eux, que la chute de Constantinople et sa mort l’empêchèrent de solder. A moins de penser que ces dettes étaient très récentes, et concernaient la défense de Constantinople, c’est-à-dire que Loukas aura, comme il le fit auprès de bourgeois de Péra, sollicité des prêts auprès de Vénitiens de la capitale en vue du financement de la défense de Constantinople au nom de son basileus, prêts gagés sur ses imprestiti vénitiens comme les prêts génois l’étaient, entre autres, sur ses loca de « San Giorgio ». On ne sait ce qu’il en est au juste, mais il apparaît difficile de qualifier ces marchands italiens de « partenaires d’affaires » avérés de Loukas, comme son père Nikolaos en eut tant. Surtout, les archives notariales Crétoises, abondantes et consultées dans leur globalité, ne mentionnent jamais Loukas sa vie durant, alors qu’elles montrent nombre d’autres Constantinopolitains « entreprenants » en rapport d’affaires avec des marchands crétois tels, par exemple, un parent évoqué par Badoer, Dèmètrios Notaras. En conséquence, rien ne permet de voir dans le puissant ministre des basileis Jean VIII et Constantin XI un véritable « homme d’affaires ». Dans ces conditions, comment expliquer ce strict respect des placements génois et vénitiens paternels, qui réclamèrent tout de même un minimum de gestion de sa part, sa vie durant ?

  • 62 Camere de Venise comme camere des établissements orientaux vénitiens. Le change entre le ducat véni (...)
  • 63 La dette publique administrée par les compere génoises était divisée en un certain nombre de parts (...)
  • 64 Sur le « Banco di San Giorgio », son fonctionnement et son évolution financière, l’excellente mise (...)
  • 65 Et le placement dans les imprestiti vénitiens ne s’est pas révélé, au fil du temps, plus rentable q (...)

19Assurément, par le seul souci de pouvoir disposer de fonds placés « à l’étranger » en cas de catastrophe. Loukas n’a pas grossi les placements de Nikolaos, mais il ne les a pas dilapidés non plus : il est vrai que les conserver en l’état lui coûtait peu, car cela ne handicapait nullement son train de vie à Constantinople. Lorsque, entre 1445 et 1453, il maria ses trois filles aînées, il déboursa, et cela pour chacune d’elles, 20 000 hyperpères, sans pour autant toucher à aucun de ses placements étrangers. Qui d’autre que lui à Constantinople pouvait, à cette époque, verser la somme énorme de 60 000 hyperpères (soit quelques 20 000 ducats vénitiens) en dots pour ses filles ? Dans son budget, la contribution des versements des « paghe » annuelles des compere génoises ou ceux des camere vénitiennes 62 devait être bien secondaire, et tous ces capitaux familiaux gelés hors de Constantinople rien d’autres que des valeurs refuges pour les siens en cas d’exil forcé. N’était-ce pas du reste cette fonction même de « refuge » qui faisait, aux yeux de leurs souscripteurs nationaux, le principal, sinon le seul intérêt des « luoghi » génois et des « prestiti » vénitiens ? Car il ne s’agissait pas là de placements très intéressants financièrement parlant, propices à de fructueux profits. C’était même se contenter en l’espèce de revenus singulièrement faibles, comparés en particulier à ceux que pouvait offrir le marché privé. Lorsque Nikolaos commença ses dépôts génois, reversés dans le « Banco di San Giorgio » à partir de sa création, en 1407, le locum (« loco »)63, qui avait une valeur nominale de 100 livres, se négociait déjà sur le marché pour une valeur réelle inférieure, mais qui restait encore intéressante. En outre, le taux d’intérêt oscillait alors entre 7 et 8 %. Dès les années 1420 cependant, le cours des titres baissa à 70 livres ; quant au taux d’intérêt, il tombait dans le même temps à 5,25 % pour se stabiliser, à partir de 1441, à 4 % à peine64. En 1453 nous le verrons, la « paga » (intérêt), calculée sur une base de 20 sous, n’était plus que de 17 sous de monnaie courante, tandis que la vente du locum se négociait au-dessous de 56 livres (pour une valeur nominale de 100 livres). C’est un fait : en laissant dormir trente ans durant les capitaux de son père à San Giorgio, Loukas leur fit perdre près de la moitié de leur valeur initiale65. Convenons que cette constatation fait déjà peu pour accréditer l’image d’un Loukas Notaras « manieur d’argent ». Car même si son souci principal était de laisser ces dépôts en place pour sa famille en cas de chute de Constantinople, comme il semble, restait toujours la possibilité d’engager ces capitaux, via des facteurs ou ses procureurs latins habituels, dans des affaires plus rentables. Mais cela impliquait alors le risque de « hasarder » cette fortune, compte tenu de la difficulté de dénicher à tous les coups des entreprises profitables. Et il semble qu’à ce risque-là, Loukas ait préféré la bonne vieille sécurité de banques de dépôts, quitte à voir fondre inexorablement ce capital.

  • 66 Balard, La Romanie génoise, op. cit., I, p. 348. La date de la mort de Nikolas est donnée par un do (...)

20Tout bien considéré, seule l’obsession d’avoir, coûte que coûte, de l’argent déposé à l’extérieur de Constantinople dans des endroits sûrs, afin d’être à l’abri du besoin si la capitale venait à tomber, est de nature à expliquer cette résignation. Loukas n’est d’ailleurs pas seul en cause, et il semblerait bien qu’en choisissant de concentrer ses dépôts dans « San Giorgio » comme dans les emprunts d’État vénitiens, Nikolaos lui-même n’ait pas obéi à une autre préoccupation. Après tout, il ne mourut qu’en 1423, donc assez tard pour que ce financier avisé ait eu tout le loisir de se rendre compte combien un investissement dans « San Giorgio » et dans la Camera Imprestitorum montrait déjà une tendance très nette à la baisse des profits ; or non seulement il ne vendit pas alors ses « luoghi » et « prestiti » pour les réinvestir ailleurs, mais ses dernières années enregistrent encore - le fait est prouvé pour « San Giorgio » 66- des dépôts conséquents. Or, si l’on peut douter des compétences financières de Loukas, celles de son père sont plus difficilement contestables. Et puis, reconnaissons-le : compte tenu de ce qui apparaît comme leur seule motivation, il faut convenir que les banques de dépôts occidentales du temps - puisque banques de dépôts il fallait -, n’offraient pas, dans l’ensemble, des opportunités beaucoup plus intéressantes.

  • 67 Pour les cartulaires concernés, voir les références archivistiques infra, n. 76.
  • 68 Dans sa fameuse lettre du 23 juin 1453, l’ex-podestat de Péra Angelo Giovanni Lomellino écrivait qu (...)
  • 69 Jusqu’en 1475, car la compera Caffe ne survécut pas elle non plus à la chute de Caffa. Faute sans d (...)
  • 70 La mention date de 1454. Le fait que le compte soit encore au nom de Nikolaos à cette date montre c (...)

21Quoi qu’il en soit, lorsqu’à la veille de leur exécution en 1453 ses fils pensaient à la fortune familiale italienne, celle-ci, pour le seul « Banco di San Giorgio », se montait à un total de 323 loca et 39 livres, soit très exactement 32 339 livres 19 sous. Cette somme se trouvait dispersée sur trois comptes. Pour distinguer chacun de ces comptes, les scribes choisissaient pour chacun d’entre eux une titulatio légèrement différenciée. Dans la compagna Burgo, le compte Notaras s’intitulait : D[ominus] Lucas Notaras miles domini Nicole. Dans la compera Regiminis : D[ominus] Lucas Natara miles quondam domini Nicole. Dans la compagna Suxilie cependant, le compte n’était pas au nom de Loukas Notaras, car il s’agissait en fait d’un des nombreux comptes des frères Baldassare et Paolo Vivaldi, celui intitulé : Badasar et Paulus de Vivaldis fratres, heredes testamentarii cum beneficio inventarii quondam Raffaelis de Vivaldis, pourvu de 25 « luoghi » et 90 livres (soit 2 590 livres). Loukas Notaras, créditeur des deux frères pour on ne sait quel motif, se remboursait directement sur les intérêts produits par 23 « luoghi » et 40 livres, jusqu’à ce que ces intérêts cumulés aient atteint la somme de 4 406 livres et 6 sous. La créance Notaras mangeait donc à elle seule plus de 90 % des intérêts dûs aux deux frères. Elle est attestée dans les années 1430 sans qu’il soit possible de remonter en arrière pour en déceler l’origine. Mais il ne faut pas y avoir là non plus l’indice d’un lien d’affaires direct entre Loukas et ces Vivaldi. En effet, de nombreux documents montrent que leur père, Raffaele Vivaldi, avait autrefois été un partenaire étroit de Nikolaos Notaras, gérant notamment ses intérêts à San Giorgio, et au vu de l’intitulé de ce compte, qui désigne avant tout Baldassare et Paolo comme « héritiers testamentaires sous bénéfice d’inventaire de feu Raffaele Vivaldi », tout porte à croire qu’il s’agissait là d’une dette ancienne de Raffaele vis-à-vis de Nikolaos. Quoi qu’il en soit, Loukas Notaras jouissait donc dans la compagna Suxilie des revenus - pour un temps déterminé dont le terme n’était pas encore échu en 1453 - de 23 loca et 40 livres (soit 2 340 livres). Mais il détenait en propre 256 loca et 19 livres (soit, dans le détail 25 619 livres 17 sous 1 denier) dans la compagna Burgo ; et 43 loca et 80 livres (soit 4 380 livres 1 sou 11 deniers) dans la compera Regiminis67. Quant aux loca des Notaras de la compera Pere, dont le montant nous reste inconnu, elles disparurent complètement à l’occasion de la chute de Péra aux mains des Ottomans68. Restaient encore les valeurs dans la compera locorum Caffe69, qui se montaient, elles, à 37 loca et 2 sommi, et se trouvaient encore « inscrites » (scripta), à l’époque, in ratione et columna quondam domini Nicole Natara, patris dicti quondam domini Luce70.

  • 71 Car ce chiffre est celui du montant de la vente, illégale, dont firent l’objet les imprestiti quond (...)

22Comme on l’a vu, la disparition des documents relatifs à la gestion des prestiti vénitiens interdit jusqu’à présent toute évaluation précise de la fortune des Notaras à Venise en 1453. Cependant, un document judiciaire ultérieur parle de ducatos 10 050 impres-titorum, somme très conséquente là aussi, mais dont on ne saurait dire si elle concerne la somme totale des placements, ou seulement une partie d’entre eux71. Il faut y ajouter aussi des placements, d’un montant également inconnu, effectués dans la camera Tane, et qui furent initiés très probablement là encore par Nikolaos. Chaque année, les procureurs génois et vénitiens de Loukas Notaras devaient lui faire parvenir à Constantinople les intérêts de ces placements : de Gênes ceux du « Banco di San Giorgio », de Venise ceux des « prestiti ». Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce soient ces personnages qui, les premiers, aient alerté les autorités lorsque parvint à Gênes et Venise la nouvelle de la catastrophe du 29 mai 1453 : car à qui, désormais, fallait-il s’adresser pour reverser les intérêts des capitaux Notaras ?

Gênes et Venise à l’épreuve de la chute de Constantinople et du « cas » Notaras (juin-décembre 1453)

  • 72 Pelegro di Promontorio devint procureur de Loukas vigore publici instrumenti manu lohannis Mussi iu (...)
  • 73 L’année où il fut commandant d’une flotte génoise, en 1438, Pelegro se fit remplacer par son cousin (...)
  • 74 ASG, AS, Diversorum Communis Ianue 3030, doc. 94 bis (31/03/1438).
  • 75 Voir les instructions ducales : ASG. SG, Instructiones et Relationes, 2707 A, doc. 91 ( = 399-402).
  • 76 Burgo : 1 024 livres et 16 sous, cf. ASG, SG, Cartularii delle colonne (CC), Compagne Porta Nuova / (...)

23À Gênes depuis 1433, soit tout juste vingt ans, c’était le nobilis vir Pelegro di Promontorio quondam Dominici qui faisait office d’homme de confiance de Loukas Notaras et qui, chaque année, retirait en son nom les intérêts de « San Giorgio »72. Grand marchand ayant de gros intérêts en Orient, Promontorio était également un homme influent à Gênes, où il remplit des charges administratives, diplomatiques et militaires importantes73. En 1438, il assuma ainsi le commandement d’une flotte de combat chargée de nettoyer la Méditerranée des pirates catalans de Naples74. Plusieurs fois ambassadeur auprès du duc de Milan, Pelegro fut également envoyé à la cour de Naples avec Francesco Lomellino, en janvier 144475. Les registres des « cartolarii delle colonne » le montrent, le 7 juin 1453, prélever comme chaque année vers la même période les intérêts Notaras du « Banco », qui se montent très exactement cette année-là à 1 283 lb. 12 s. et 1 d.76. C’est que la nouvelle de la chute de Constantinople, tombée le 29 mai précédent, n’était toujours pas parvenue à Gênes en ce 7 juin 1453.

  • 77 Archivio di Stato di Firenze (ASF), Archivio della Republica (AR), Dieci di Balia. Carteggi Respons (...)
  • 78 « La lettera che due genovesi, dimoranti a Venezia, avevano inviato al doge di Genova, Pietro Campo (...)
  • 79 Une lettre signée en effet : « Ex Venetiis, adi XXVIIII a hore XIIII. Devoti servidori Baptista de (...)
  • 80 C’était déjà le cas de la lettre Pietro Stella et Battista di Franchi : « El Signore de Turchi, adî (...)
  • 81 L’agression de cette nave - survenue le 24 juin mais dont la nouvelle toucha Gênes le 4 juillet, so (...)
  • 82 « Da li nostri non avemo menzione, né de Pera, né da Sio, né da alcuno patrum de galera, del che è (...)
  • 83 Il ne faudrait pas pour autant en conclure un peu vite que, forte de cette supériorité, Venise aura (...)
  • 84 Lettre de Niccolò Soderini du 20 juillet 1453 : ASF, AR, CR, n° 22, fol. 267r = Iorga. Notes et Ext (...)
  • 85 Soderini, fol. 308v= Iorga, II, p. 493.

24En fait la métropole ligure n’en fut informée que le 6 juillet suivant, par une lettre écrite depuis Venise au doge Pietro Campofregoso, le 29 juin précédent, par deux compatriotes installés dans la cité de la lagune. C’est l’ambassadeur florentin en poste à Gênes Niccolò Soderini qui s’en faisait l’écho : « Venerdi mattina, adì sei, a hore XIIII, due Genovesi che sono a Vinegia scripsono una lettera qui allo ill. Doge, di che vi mando la copia in questa, della perdita di Pera et Costantinopoli, che non vi potrei dire e pianti et le disperationi ci sono state ; et, benchè sia paruto duro a credere a ogniuno per moite ragioni, pure le passioni ch’egliono n’anno non si potrebbe scri-vere, et per insino a questa mattina, adî octo, non c’è altro da gniuna parte. Et per molti si stà in pensiero et credenza che non sia vero. Anno facto frà venerdi et sabato più consigli, et in ultimo deliberato che prestamente si metta in punto tutte le navi che gli anno, ο potranno avere.77 » Or, contrairement à ce que l’on croyait depuis A. Pertusi, la lettre de ces deux Génois que Soderini disait joindre à la sienne ne s’est nullement perdue78, et il se trouve qu’elle émanait d’un certain Pietro Stella et d’un Battista di Franchi79, personnage que l’on va retrouver au cœur de l’affaire qui nous occupe. Et encore « informée » est-il un bien grand mot... Car cette lettre du 6 juillet n’était jamais que le prélude à la réception, à Gênes, d’une avalanche d’informations contradictoires qui se succèdent jusqu’à la fin du mois d’août suivant : toutes, certes, rapportent la chute de la capitale impériale, mais certaines disent Péra prise d’assaut par le Turc et ses habitants passés entièrement par les armes80, d’autres que la colonie génoise, nullement inquiétée, a négocié avec le sultan la pérennité de son indépendance ; quelques-unes enfin, mais ce ne sont pas celles que la population et les autorités retiennent comme les plus vraisemblables, croient savoir que la colonie s’est rendue sans condition et est passée sous la domination ottomane. Les missives régulières de l’ambassadeur florentin en poste à Gênes, Niccolò Soderini, montrent surtout combien l’ambiguïté de ces nouvelles permit à des autorités génoises déjà prises à la gorge par la nouvelle de l’arraisonnement de la nave Squarciafica par les Napolitains - une agression qui équivalait en l’espèce à une déclaration de guerre de la part de l’Aragonais 81 -de se conforter dans un refus obstiné de croire que le pire avait pu également survenir sur le front oriental. On y était en particulier persuadé que le souverain ottoman, dont les aïeux avaient si souvent bénéficié de l’aide génoise, aurait respecté la tradition de bonne entente en épargnant à Péra le sort infligé à la colonie vénitienne de la capitale. C’est ainsi que durant près de deux mois, on s’y berça d’illusions, et cela d’autant plus facilement que, du fait du blocus décrété à Chio suite à l’agression napolitaine, aucun Génois témoin de la catastrophe ne parvint jusqu’en métropole pour rapporter des informations plus sûres, ce dont le doge « s’émerveillait » grandement82 : Gênes était entièrement tributaire des canaux d’informations vénitiens83. Aussi le 20 juillet encore, notre ambassadeur écrivait pour sa part que les Génois « pure anno buona speranza che Pera et la loro natione si sara accordata col Turco, et il Doge mi disse hieri, ragionando insieme, moite cose, come egli aveva scripto et mandato a dire a messer Giovanni Giustiniani suo cognato a Scio, et insino in Pera, et dove egli fussi »84. Ce n’est que le 30 août que, devant la concordance de plus en plus flagrante des rapports, Gênes accepta enfin de se rendre à l’évidence, « lequali cose danno a molti di costoro grandissimo spavento et turbatione, che non ci hanno pensato insino ad hora, credendosi ch’el Turcho gli tractasse meglio »85.

  • 86 G. Balbi, L’epistolario di Iacopo Bracelli, Gênes, 1969, Lettre 48 (16/08/1453), adressée à Ciprian (...)
  • 87 « ...De Levante a Venexa era de per le galee zunto uno Nicolo Mucianigho Venetiano, cha parti la no (...)

25Les illusions dont se bercèrent les Génois à propos du sort de Péra se doublèrent de nouvelles très optimistes à propos de Loukas Notaras. On a conservé à cet égard une missive, d’autant plus significative qu’elle émane de celui qui, par sa fonction, était pourtant l’oreille même du doge : le chancelier de la République Jacopo Bracelli. Le 16 août 1453, soit tout de même près de trois mois après la catastrophe, Bracelli écrivait à l’un de ses correspondants, fort inquiet, pour le rassurer, disant combien on avait exagéré dans un premier temps l’ampleur du désastre oriental : le sultan avait en réalité fait « un sage usage de sa victoire », puisque notamment, Mehmed II Lucam Nataram, virum primarium inter proceres aule, dignitati restituit86 ! De prime abord surprenante, cette affirmation du chancelier génois est en réalité explicable. Si l’on croyait savoir, le 16 août encore, que Mehmed II « avait rendu ses dignités » à Loukas Notaras, au lieu de parler de son exécution, c’est tout simplement parce que les auteurs de ce rapport avaient fui la capitale byzantine soit « la nocte vegnente cha fo lo caxo de Constantinopoli »87, soit le lendemain. Car Notaras en faveur auprès du sultan, c’était vrai le 29 et 30 mai, voire encore le 1er juin, mais certes plus les jours immédiatement postérieurs. Ce qui signifie bien qu’avant l’extrême fin du mois d’août, l’entourage ducal se trouvait également trompé sur le sort du mégas doux par des nouvelles émanant d’Italiens ayant quitté Constantinople à un moment où l’attitude du sultan vis-à-vis de Notaras laissait tant à espérer, et avant que la situation ne bascule, deux ou trois jours plus tard à peine, dans la tragédie. Par conséquent celui qui, à Gênes, devait être le plus intéressé à connaître la vérité, à savoir Pelegro di Promontorio - ne serait-ce que parce que, depuis le 7 juin, il se trouvait en possession des intérêts de Saint-Georges à reverser au mégas doux -, était lui aussi aux prises avec des rumeurs qui, les unes, faisaient état de l’exécution de Notaras, tandis que les autres rapportaient qu’il s’était vu confirmer dans ses dignités anciennes par le vainqueur de Constantinople, et se portait donc on ne peut mieux...

  • 88 Lettre du Sénat vénitien au pape Nicolas V (30/06/1453) : Pertusi, La caduta, op. cit., II, p. 20 = (...)
  • 89 G. Valentini, Acta Albaniae Veneta saeculorum XIV et XV, 25 vol. , Munich, 1967-1977, 22 (1975), do (...)
  • 90 Ibid., doc. 6034, p. 104-105.
  • 91 Cela prouve bien que les Vénitiens ne profitèrent pas de la suprématie de leurs canaux d’informatio (...)

26Et à Venise ? Il ne semble pas que l’on y ait été beaucoup mieux renseigné. Certes la nouvelle de la chute y fut connue plus tôt, ce même 29 juin où les Génois présents dans la ville, Pietro Stella et Battista di Franchi, sitôt informés, prirent sur eux d’expédier à Gênes une lettre qui n’arriva que le 6 juillet suivant. Mais les erreurs contenues dans cette lettre ne font jamais que reprendre fidèlement des informations parvenues au Sénat vénitien, comme on peut s’en rendre compte à la lecture des rapports sur l’événement envoyés par le Sénat au pape Nicolas V et à Alphonse d’Aragon dès le lendemain88. Est-ce à dire que pour le sort des Notaras, les Vénitiens furent également dans l’expectative jusqu’à la fin du mois d’août ? 11 semble bien que oui. Venise fut dès le début plus encline que sa rivale à accorder crédit aux versions catastro-phistes, pour des raisons évidentes : sa colonie à Constantinople se trouvait dans la ville même, et non en face, comme Péra ; et si les rapports se montraient contradictoires quant au sort subi par Péra, ils étaient concordants à propos de la prise de la capitale byzantine. Par conséquent, il était plus difficile à Venise de s’illusionner sur le destin de ses ressortissants : au mieux la capture et le pillage, au pire... Pourtant, il suffit d’examiner ses initiatives vis-à-vis de son baile Girolamo Minoto, exécuté sur l’ordre du sultan, pour se rendre compte que, si elle disposait de moyens d’informations plus directs et plus fournis que Gênes, la Sérénissime n’en était pas moins tout aussi tributaire de la qualité de ses informations. Car le 17 juillet, Venise n’était toujours pas informée de l’exécution de Minoto, puisque, à cette date, le Sénat facilitait l’embarquement de l’un de ses fils qui se proposait d’aller en Orient pour racheter son père, captivus in Turchia cum uxore et uno filio89. Et elle ne le sut que très peu de temps avant le 28 août, jour où le Sénat accordait des pensions aux enfants et à la veuve du baile, attendu que le sultan fecit ipsum baiulum nostrum cum filio suo cru-deliter trucidari90. C’est donc à n’en pas douter vers la même époque que, comme à Gênes, on fut également fixé à Venise sur le sort de Loukas Notaras, si comparable à celui de Minoto, et sur celui de sa famille91.

  • 92 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Senato Terra 3, fol. 74r : Reperiuntur ad cameram nostram Impre (...)
  • 93 Ibid. : Vadit pars, quod omnes denarii tam capitalis quam prodis qui scripti sunt ad cameram nostra (...)
  • 94 Le fait que des bourgeois de Péra, donc des Génois, aient pu détenir des « prestiti » à Venise n’a (...)
  • 95 Tous les documents du Sénat vénitien relatifs aux Notaras qui sont utilisés dans la présente étude (...)

27Entre-temps cependant, le Sénat avait pris une décision qui s’imposait en effet dès le moment où l’on avait appris à Venise la chute de la capitale byzantine, sans qu’il ait été besoin d’attendre pour cela des informations supplémentaires. Cette décision est capitale pour la compréhension de la suite des événements, et le document est passé jusqu’ici inaperçu. Le 20 août 1453, le Sénat ordonnait que l’on protège les « prestiti » mis aux noms des monastères de Constantinople et de Péra, ainsi qu’à ceux des nobles et citoyens de ces deux villes, dont on pouvait légitimement douter de la survie, propter deversam novitatem92. Tant le capital que les intérêts de ces comptes ne pourraient être vendus, ou aliénés. Il fallait au contraire les geler, jusqu’à ce que l’on ait retrouvé soit les titulaires de ces comptes soit, s’ils avaient disparu dans la tourmente, leurs héritiers93. La proposition fut adoptée par 137 oui, 2 non et 2 indécis. Pour ce qui est des nobiles et cives de Constantinople et Péra, la mesure visait donc uniformément aristocrates byzantins, bourgeois génois de Péra et Vénitiens de la colonie de Constantinople94. Importante était également la précision suivante : toute tentative d’aliéner ou de vendre tam capitalis quam prodis de ces « prestiti » devrait en conséquence faire l’objet d’une permission expresse du Sénat : ce qui revenait à soumettre désormais l’examen de toute éventuelle réclamation devant le Sénat lui-même. Comme le confirment amplement des documents ultérieurs, la décision du 20 août concernait bien sûr, entre autres, les « prestiti » de la famille Notaras95.

  • 96 Du reste un doge vénitien a souvent été auparavant Procurator Sancti Marci. Sur l’institution: R. C (...)
  • 97 Citation tiré du document du 02/04/1454 (cf. infra, n. 146).
  • 98 ASV, Senato Terra 3, fol. 87r : Quoniam sicut diversis modis habetur tam ante, quam post casum ammi (...)

28Mais ce n’est qu’à partir du mois d’août que l’on eut, à Venise, la certitude que ces « prestiti » Notaras ne seraient jamais réclamés par Loukas Notaras en personne, exécuté par le sultan, et qu’il fallait en conséquence continuer à les protéger, mais pour le compte d’héritiers dont, à n’en pas douter, le sort exact faisait encore l’objet de spéculations diverses. La loi vénitienne prévoyait une disposition dans ce genre de cas : confier aux Procurateurs de Saint-Marc, la plus prestigieuse magistrature de la République après le dogat96, le soin d’administrer et de protéger la fortune des morts intestats. Aussi n’est-on pas surpris d’apprendre que les nobiles viri Procuratores Sancti Marci furent très vite deputati per Dominium, defensores bonorum domini Luce Notara de Constantinopoli97. D’autant que Loukas Notaras avait joui du privilège de citoyenneté vénitienne, élargi aux fils de Nikolaos en 1416. Malheureusement, le document entérinant une mesure prise par les plus hautes instances de la Seigneurie (Dominium) - soit le « Minor Consiglio », composé du doge, de six conseillers et de trois « capi dei XL » -, n’a pu être retrouvé dans les archives, et notamment dans celles relatives au Collegio, où il devrait se trouver en priorité. Il est donc vraisemblable que la mesure put faire l’objet d’une décision du doge lui-même, Francesco Foscari, dont le texte, émanant de sa chancellerie propre, ne s’est pas conservé. Elle fut probablement prise en octobre ou novembre 1453, mais je pencherais plutôt pour ce dernier mois. En effet, le 5 novembre très précisément, le Sénat prenait une décision très similaire : attendu que, avant comme après la chute de Constantinople, de nombreux Grecs de la capitale byzantine avaient confié à des citoyens et marchands vénitiens de fortes sommes, des bijoux et autres biens, on exigeait des Vénitiens, alors détenteurs de ces biens ou débiteurs vis-à-vis de Byzantins, qu’ils en soumettent l’inventaire aux Procurateurs de Saint-Marc de Supra dans les trois jours. Puis, dans le délai des six jours suivants, qu’ils remettent le tout entre les mains des dits Procurateurs, sous peine d’amende98. Là encore, les documents ultérieurs ne laissent aucun doute sur le fait que parmi ces biens, se trouvaient des res confiées par Loukas Notaras.

  • 99 Sauf pour les débiteurs génois des Grecs ou ceux qui se seraient vu confier leurs biens, puisqu’auc (...)
  • 100 Cf. par ex. ASG, SG, CC, PNB n° 177 (anno 1453), fol. 565r : MCCCCLIII, die prima octobris. Mandato (...)
  • 101 Voir la liste des Protecteurs de Saint-Georges de 1452 dans A. Vigna, Codice diploma-tico delle col (...)

29Ces décisions vénitiennes eurent leurs pendants à Gênes, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu de la situation absolument parallèle de la métropole ligure vis-à-vis des détenteurs de « luoghi » des rives du Bosphore99. L’administration de la Banque de Saint-Georges fit, elle aussi, procéder à la protection des « luoghi » détenus par les monastères, les bourgeois génois et les nobles grecs de Constantinople et Péra. Mais là encore, la décision officielle, certainement prise à la suite d’une délibération de l’Officium Sancti Georgii, n’a pas laissé de traces dans la documentation génoise. Heureusement, la conservation des « cartolarii delle colonne » permet de pallier cette perte. En effet, sur la colonne de chacun des comptes de Loukas Notaras en 1453, on fit porter un ordre de gel, et cela le 1er octobre 1453 : interdiction formelle de toucher à ces « luoghi » ou à leurs intérêts sans permission expresse de Saint-Georges100. Pelegro di Promontorio fut-il pour quelque chose dans cette décision ? L’homme de confiance de Notaras depuis si longtemps était de fait très influent au sein du « Banco » : il en avait été, l’année précédente, le prieur, c’est-à-dire le membre le plus éminent du collège des huit Protecteurs composant alors l’Officium Sancti Georgii de LII101. Dans l’immédiat en tout cas, la décision mettait un terme à vingt ans de services personnels rendus à la famille Notaras, puisqu’il n’était pas invité à retirer la « paga » de l’année 1454. Mais restait en suspens le problème des intérêts recueillis par lui en juin 1453 : qu’était-il advenu au juste des enfants du mégas doux, auxquels il convenait de les remettre ? Peut-être est-ce dès ce moment que germa dans l’esprit de Promontorio, de plus en plus troublé par les bruits disant ces héritiers prisonniers des Turcs, l’idée de consacrer ces sommes à leur rachat.

Sur le front oriental : les démarches d’Héléna Gateliousaina d’Ainos et l’ambassade du Vénitien Bartolomeo Marcello (juin-décembre 1453)

30On devine toutefois que la première initiative visant à racheter les filles survivantes du mégas doux, Théodôra Palaiologina et Maria Kantakouzènè, ne vint pas d’Italie, mais d’Orient. Car la première personne qui se préoccupa de négocier leur rachat ne put être, très logiquement, que leur sœur aînée Héléna Gateliousaina, la souveraine d’Ainos.

  • 102 Le Sénat vénitien savait déjà le 9 octobre 1453, puisqu’il l’annonçait ce jour-là aux cardinaux rom (...)
  • 103 Sur l’épisode : Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 164.

31Kritoboulos d’Imbros rapporte que dès le lendemain de la chute de Constantinople, soit dans le courant du mois de juin, les pouvoirs voisins, terrorisés, s’empressèrent d’adresser des ambassadeurs au nouveau maître de Constantinople afin de le féliciter de sa splendide conquête. Ce faisant, il s’agissait surtout de garantir leur sécurité, désormais sérieusement compromise, par la ratification des traités précédents, fût-ce au prix de l’augmentation substantielle des tributs que les circonstances laissaient clairement prévoir. Compte tenu de la proximité de sa principauté avec Constantinople, qui rendait d’ailleurs sa position plus périlleuse encore que celle des autres puissances, Palamede Gattilusio d’Ainos fut nécessairement le premier souverain dont la délégation toucha Andrinople, vers juin 1453 102. Les négociations s’annonçaient serrées : outre une garantie pour les territoires qu’il possédait en propre, Palamede entendait négocier la reconduction de son gouvernement sur des îles qui, sans jamais cesser d’appartenir formellement au basileus de Constantinople, lui avaient été confiées par les Palaiologoi au fil des années pour en assurer la sécurité. De fait, le sultan ottoman ayant pris à Constantinople la succession du basileus, la démarche avait en effet sa logique. Mais ces négociations comportaient certainement un volet encore plus délicat : obtenir de Mehmed II le rachat des survivants de la famille Notaras. Palamede avait été le sympenthéros du mégas doux exécuté, et sa bru, Héléna ne dut pas manquer d’insister auprès de lui pour obtenir ce rachat. Sans doute l’ambassade en question comptait-elle même un envoyé personnel de la fille aînée de Notaras. Les événements de 1455/56 narrés par Kritoboulos montrent que la co-souveraine d’Ainos n’hésitait pas à en adresser à Andrinople lorsque ses intérêts étaient en jeu : et en 1453, la nécessité en était encore plus preignante pour elle. Dans l’immédiat, il ne pouvait s’agir cependant que de tâter le terrain : avoir confirmation sur place des bruits concernant son frère et ses sœurs, les localiser et tenter de savoir si le sultan envisageait leur libération comme une chose possible103.

  • 104 Citation tirée du procès de 1459, voir références supra, n. 17.
  • 105 Des documents inédits tirés des notaires de Candie sont formels à ce sujet.
  • 106 J. Darrouzès, « Lettres de 1453 », REB, 12 (1964), p. 72-127.

32Si elle s’était fait des illusions quant à la possibilité de racheter son jeune frère, Héléna dut vite déchanter. Le sort de Iakôbos, lui, n’était pas négociable, et de cela il ne pouvait être question. Moins d’ailleurs parce qu’il était désormais page au saray et esclave personnel du sultan (kul), que parce qu’il était devenu entre-temps musulman. Sur cette conversion, qu’aucun document jusqu’ici n’est venu attester formellement, le doute, on le verra, n’est plus permis. Comme quoi, si Loukas Notaras, au moment de son exécution, avait refusé l’éventualité pour ses fils aînés d’une conversion qui leur aurait sauvé la vie, le sultan l’avait imposée au trop jeune Iakôbos : l’adolescent était désormais infidelis, et abnegavit fidem Christi et sequit sectam Mahometi, ac est in manibus et potestate ac captivus Regis Turcorum104, et son cas était désormais sans appel. En revanche Héléna pouvait, en théorie, racheter ses sœurs : elles n’avaient pas été forcées d’embrasser l’Islam et leur condition présente de prisonnières du sultan lui-même n’interdisait nullement à ce dernier de consentir à les libérer contre le versement d’une rançon. Mais la décision lui revenait entièrement. S’il refusait, il n’y avait bien entendu rien à faire, sauf à tenter de l’amener à changer d’avis en proposant pour ce rachat un prix tel qu’une reprise des négociations redevienne envisageable d’elle-même. Cela exigeait aussi d’intéresser le maximum de hauts personnages de l’entourage sultanien à la question, pour qu’ils intercèdent auprès de Mehmed : c’est-à-dire acheter certaines personnes influentes qui ne dédaignaient pas ce genre de profits. Il ne fait aucun doute que les mois qui suivirent se passèrent ainsi pour Héléna d’Ainos. Dans sa principauté on ne cessait du reste de s’intéresser au sort des Constantinopolitains réduits en esclavage, et la souveraine au premier chef : la population d’Ainos, grecque, se sentait solidaire de leur malheur. D’ailleurs, quoi de plus naturel que le fait que les malheureux Constantinopolitains aient sollicité les habitants de ce territoire indépendant si proche de Constantinople et d’Andrinople pour hâter leur rachat, d’autant qu’y régnait la fille de leur ancien mésazôn ? Et de fait, nombreux furent les habitatores de Eno, sollicités par des amis, des parents, afin qu’ils envoient de l’argent à Andrinople en vue de rachats105. Ce faisant, ils relayaient sur place les efforts des Grecs de la capitale ottomane, dont la personnalité la plus influente, le ϰρ Ίσιδώρω τ κριτ ϰα μεγάλω μίνητο μεγάλου αὐϑεντός, soit le Grec Nikolaos Isidôros, « juge et grand émin » du sultan, devait à sa position de faire figure de protecteur laïque de ses compatriotes, et à son imposante fortune d’être, depuis la chute, l’objet privilégié des sollicitations en vue du rachat de tel ou tel. On a conservé à ce propos des lettres particulièrement éclairantes106. La souveraine d’Ainos ne pouvait bien entendu qu’entrer en rapport étroit avec l’influent Isidôros.

  • 107 Ibid., Lettre 5 (Andrinople ; 06/09/1453), adressée à Ainos à Manuel Christônymos par « Dèmètrios l (...)
  • 108 Ibid., Lettre 8 (Kalokampos ; 27/09 ?/1453), adressée à Andrinople au didaskalos Dèmètrios par Niko (...)
  • 109 Ibid., ρ. 124.
  • 110 C’est aussi la remarque faite par Matschke, « Die Notaras im späten Byzanz », op. cit., p. 807.
  • 111 Évidemment on peut penser aussi à Anna. D’autant que l’expression « fille du mégas doux » peut semb (...)

33L’un des « émins » de ce dernier, le Grec Andronikos, faisait ainsi la navette entre Andrinople et Ainos à cette époque107. Mais il y a mieux : ayant quitté Andrinople pour affaires et se trouvant alors à Kalokampos, sur la route de Philippopoli, Isidôros écrivait le 27 septembre ( ?) 1453 à l’un de ses familiers resté sur place, le didaskalos Dèmètrios, lui demandant de saluer de sa part le papas Galinas, et de lui transmettre le message suivant : qu’il aille voir « nos » captifs et « se rende auprès de la fille du mégas doux pour lui dire de donner l’argent des fillettes »108. Dans son commentaire de cette lettre, l’éditeur remarquait que la fille de Notaras en question, quoique prisonnière, semblait toutefois « jouir d’une certaine liberté »109. Mais il n’y a là qu’une contradiction apparente : la θυγατέρα το μεγάλου δουκòς dont voulait parler Isidôros n’était tout simplement pas l’une des deux sœurs Notaras prisonnières, mais à l’évidence l’une des deux autres sœurs libres110, et en priorité la dame d’Ainos, Héléna Notara Gateliousaina111.

  • 112 Après tout, on sait par Kritoboulos d’Imbros qu’elle n’hésita pas à emprunter elle-même le chemin d (...)
  • 113 Ces faits inconnus sont tirés d’un traité inédit de l’archevêque de Mytilène Leonardo di Chio adres (...)
  • 114 Darrouzès, « Lettres de 1453 », op. cit., Lettre 3 (Anchialos ? ; 26/09/1453), adressée à Andrinopl (...)
  • 115 Les documents de 1453/1454 publiés par Valentini n’ont ainsi pas été mis à contribution par A. Pert (...)

34La formulation d’Isidôros est trop imprécise pour que l’on puisse déterminer si le papas Galinas, basé lui à Andrinople, devait aller trouver « la fille du mégas doux » à Ainos, ou simplement à Andrinople même. Mais rien n’empêche de penser qu’Héléna, désespérant de faire avancer la cause de ses sœurs depuis Ainos, ait pu se résoudre à venir en personne dans la capitale ottomane pour parlementer, munie d’un sauf-conduit. Ainos venait de signer un traité de paix avec le sultan, et la souveraine pouvait donc, théoriquement, se rendre dans l’Empire ottoman sans crainte112. Entra-t-elle également en contact avec Iôannès Basilikos et son associé Thomas Pyropoulos, deux autres financiers grecs très en cour auprès de Mehmed II ? Après une vie passée au service des princes Palaiologoi, ces deux hommes d’affaires, déjà familiers de la capitale ottomane avant 1453, avaient choisi leur camp à la veille de la chute de Constantinople. Un peu par force du reste, car Constantin XI, doutant de leur loyauté, les avait condamnés par contumace et avait fait procéder, très spectaculairement, à la destruction de leurs demeures constantinopolitaines à la veille du siège. Depuis, ils participaient avec le « grand émin » Isidôros au rachat du moine Gennadios (alias Geôrgios Scholarios) et s’apprêtaient à profiter de leur faveur auprès de Mehmed II pour le pousser au Patriarcat de Constantinople113. Relevons simplement à cet égard le fait qu’un des correspondants d’Isidôros mentionne bien opportunément, à la date du 26 septembre 1453, le κύρ Θωμς του Πυροπούλου114. Héléna essaya-t-elle de mettre de son côté les ambassadeurs vénitiens adressés au sultan ? C’est que l’ambassade vénitienne conduite par Bartolomeo Marcello, célèbre, exige d’être réexaminée de près à la lumière des actes vénitiens publiés par G. Valentini en 1975, et inconnus de ses prédécesseurs115.

  • 116 Pertusi, La caduta, I (Cronologia), p. LXXX-LXXXI. L’ambassadeur vénitien Bartolomeo Marcello ne fa (...)
  • 117 Le 7 mai 1453. Pour l’attitude vénitienne vis-à-vis des Ottomans à l’époque, je renvoie à la très s (...)
  • 118 Valentini, Acta Albaniae Veneta, 22, doc. 5997 (05/07/1453), p. 62.
  • 119 Les négociations furent en effet longues et difficiles, ne serait-ce qu’en raison des délais imposé (...)
  • 120 Ibid., 22, doc. 6114 (15/01/1454), p. 174 : Ordinetur quoque Capitaneo nostro Generali Maris quod, (...)
  • 121 Ibid., 22, doc. 6119 (04/02/1454), p. 182 : Et [mandetur] dare nostro oratori ad Teucrum ducatos II (...)
  • 122 Ibid., 22, doc. 6003 (17/07/1453), p. 71-72 : Captivi detineantur per Teucros ut scitis nonnulli no (...)
  • 123 Depuis 1416 on l’a vu, lorsque Nikolaos Notaras avait demandé, et obtenu, de la République que la n (...)
  • 124 Tant le témoignage du doge Pietro Campofregoso - filium et filias duas, que dicuntur posite in maxi (...)

35On sait que dès qu’elle eut appris la chute de Constantinople, la très pragmatique République de Venise - tout en donnant bien hypocritement le change au pape - prépara aussitôt l’envoi d’une ambassade au Conquérant afin de chercher à renouveler le plus vite possible le précédent traité vénéto-ottoman de 1451. Il est vrai que l’ambassadeur qu’elle désigna alors, Bartolomeo Marcello, se trouvait déjà à Nègrepont depuis des mois, chargé dès le 8 mai 1453 d’une ambassade auprès du sultan dont le but était de l’inviter à cesser ses provocations vis-à-vis du basileus de Constantinople ( !) : elle n’eut donc qu’à « actualiser » les termes de la mission en fonction de la nouvelle donne...116. Et elle le fit avec une promptitude remarquable, puisque dès le 17 juillet 1453, ses instructions à Marcello étaient déjà rédigées et que, douze jours auparavant, elle avait déjà écrit à Jacopo Loredan, son « capitaine général », pour l’en informer. Ce dernier se trouvait également à Nègrepont, à la tête de la flotte vénitienne que le Sénat avait, bien tard, décidé d’envoyer au secours de Constantinople assiégée117. Elle lui annonçait la mission nouvelle de Marcello, et lui demandait de procurer à ce dernier un sauf-conduit, soit per viam Galipoli, soit per viam Eni vel Folearum et per quam-cumque aliam118. Autrement dit soit par Gallipoli, soit par Ainos ou Nouvelle et Vieille Phocée, soit par toute autre voie. Or non seulement ce fut bien la via Eni que résolut de privilégier alors Loredan, mais tout indique que ce fut à Ainos même que, fin 1453 et début 1454 - et après avoir eu une première entrevue avec le sultan et ses vizirs à Andrinople -, Marcello choisit d’attendre tout à la fois que le Sénat lui fasse parvenir ses instructions en réponse aux exigences sultaniennes, et que la cour turque l’avise de ses conditions de paix119 ! Le 15 janvier 1454 en effet, le Sénat enjoignait à son capitaine général de se transporter, lui et sa flotte, à Ainos120. Le 4 février suivant, ce même Sénat ordonnait que l’on fasse parvenir à Marcello 300 ducats « afin qu’il puisse quitter Ainos et aller remplir sa mission »121, autrement dit retourner auprès du sultan, soit à Andrinople, soit à Constantinople. Puisqu’il bénéficia longuement à Ainos de l’hospitalité de Palamede Gattilusio, Marcello eut donc tout le temps de s’entretenir avec lui et avec sa bru Ἑλέυη Κατελούζενα ϰύρα μεγάλη Αΐνου des tractations qu’ils menaient de leur côté pour libérer les sœurs Notaras. A l’évidence, les premières ouvertures des Gattilusii au sultan sur ce sujet n’avaient pas été acceptées. Palamede et Héléna persuadèrent-ils Marcello de tâcher d’en toucher deux mots lorsqu’il reverrait Mehmed II, en sa qualité d’ambassadeur de Venise ? Il se trouve que les lettres que le Sénat faisait parvenir dans le même temps à Marcello ne cessaient par ailleurs de lui demander de s’occuper de la libération des citoyens vénitiens prisonniers122. La Sérénissime l’exhortait à consacrer accuratissimam operam et à faire par tous les moyens le siège tam apud Dominum Teucrum quam aliter, pour parvenir à faire libérer les marchands vénitiens, mais également alii subditi nostri. Or justement, Notaras pouvait être rangé dans cette dernière catégorie des subditi nostri, puisqu’il avait joui de la naturalisation vénitienne123. La lettre d’Isidôros montre qu’Héléna d’Ainos pouvait s’occuper alors du rachat d’autres prisonniers, mais il est manifeste que, pour ce qui est de celui de ses sœurs Théodôra et Maria, elle se heurta à l’inflexibilité du sultan et ne put rien faire pour elles, sinon peut-être adoucir leurs conditions de détention124. Si la demande était réitérée au nom de Venise, le sultan serait-il toujours aussi inflexible ? La balle était de toute façon, désormais, dans le camp de l’Occident.

Nikolaos Sékoundinos, ou une « oratio » aux conséquences italiennes décisives (décembre 1453-avril 1454)

  • 125 Pertusi date simplement ce départ « prima dell’ottobre » (Pertusi, La caduta, II, p. 126). Mais le (...)
  • 126 Écrivant à Marcello le 15 janvier 1454, le Sénat lui rappelait le prudens vir Nicolaus Sagudino que (...)
  • 127 Il manqua toutefois l’occasion, au contraire de son compagnon Bartolomeo Marcello, d’entrer alors e (...)

36C’est à la faveur du retour à Venise d’un des membres de l’ambassade vénitienne que l’on commença à s’émouvoir, en Italie, du sort des enfants Notaras. Lorsqu’elle avait résolu d’envoyer cette ambassade et d’en confier le soin à Bartolomeo Marcello, la République avait aussitôt décidé de lui adjoindre les services d’un de ses sujets grecs, le fameux écrivain Nikolaos Sékoundinos (Sagundino) de Nègrepont, attendu que ce dernier était persona fida et docta et in Curia Teucri pratica. Les deux hommes quittèrent Nègrepont vers la fin du mois d’août ou le début du mois de septembre 1453125. Ils eurent alors un premier entretien avec Mehmed II, probablement à Andrinople et, ayant pris acte de ses conditions de paix, Marcello résolut aussitôt de dépêcher Sékoundinos à Venise pour en informer de vive voix le Sénat, dès le début du mois de novembre suivant126. Débarquant dans la lagune dans les premiers jours de décembre 1453, ce dernier avait donc fort peu résidé à Andrinople, mais il y avait immanquablement recueilli des témoignages de première main auprès des Grecs du lieu127.

  • 128 Et res ista ob importantiam suam summam celeritatem requirit... : ibid., 22, doc. 5995 (04/07/1454) (...)
  • 129 Il est troublant de constater à ce propos que lorsque, en 1461, Nikolaos Sékoundinos fit une nouvel (...)

37Était-il passé à Ainos et y avait-il aussi rencontré la dame du lieu ? Nous avons vu qu’il est sûr que Marcello passa, seul, l’hiver 1453-1454 à Ainos. Toute la question est de savoir par quel endroit, au mois d’août précédent, Sékoundinos et Marcello pénétrèrent alors en Thrace pour rejoindre Andrinople. Comme le confirme la lettre du Sénat citée précédemment, il y avait trois voies de pénétration possibles depuis l’embarquement de Nègrepont. La via Folearum (Vieille et Nouvelle Phocée, sur la côte d’Asie Mineure), est à éliminer d’entrée : ce n’est certes pas en débarquant là-bas que l’on choisit le plus court chemin pour atteindre Andrinople, puisqu’elle contraint celui qui l’emprunte à un long voyage par voie de terre avant d’arriver au détroit des Dardanelles pour passer en Thrace. Restent donc la via Galipoli (détroit du même nom) et la via Eni (Ainos, ville côtière de Thrace sise sur l’embouchure de la Maritza). Mais débarquer à Gallipoli, c’était devoir s’engager dans le détroit des Dardanelles, accoster au beau milieu de la flotte turque, puis emprunter une route jusqu’à Andrinople qui n’est vraiment ni commode, ni rapide. Or, les instructions du Sénat étaient claires à cet égard : « une affaire de cette importance requerrait la plus grande célérité » de la part de l’ambassadeur128. Il suffit dès lors de consulter une carte : depuis Nègrepont, seul un débarquement à Ainos permet de gagner le plus commodément et le plus rapidement Andrinople. Les deux villes ne sont qu’à environ 120 km de distance, et pour y parvenir, il faut simplement suivre la vallée de la Maritza, qui y conduit tout droit. Et puis, souvenons-nous des circonstances. N’était-il pas également fort opportun que nos deux Vénitiens choisissent d’accoster dans une principauté dominée par des Italiens, afin de se renseigner auprès d’eux sur l’état d’esprit du moment d’un souverain ottoman qu’ils allaient devoir approcher, au lieu d’entrer directement en territoire turc par la via Galipoli ? D’autant que l’on se rappellera aussi que ces princes venaient justement d’échanger des ambassades et de conclure un traité avec Mehmed. Par conséquent, l’hypothèse que Sékoundinos et Marcello aient déjà emprunté alors la via Eni pour se rendre à Andrinople est bien, de toutes, la plus plausible129. Sékoundinos a donc, tout comme Marcello, très certainement rencontré alors sa « compatriote », la grande dame d’Ainos.

  • 130 Exponam praetera genus piissimum mords maxima auctoritate et prudentia viri Lucae, cui Magnus Dux h (...)
  • 131 131.... Animadvertit vir prudentissimus filiolum ad nefandum expeti flagitium ; quamobrem diu recus (...)
  • 132 ... timensfiliis generoque, ne, per aetatem et mollitiam animi, patre mortuo, vitae indulgentes, ad (...)
  • 133 Il n’y a qu’à lire la liste des biens dont la perte brutale devait résigner les jeunes à la mort. O (...)
  • 134 Hac exortatione vir gravissimus ita animavit filios, generumque ita affecit, ut laeto animo et hila (...)
  • 135 Et pas seulement italien ! Personne ne s’est en effet aperçu que le texte de Sékoundinos a servi au (...)
  • 136 Sur le succès éditorial du discours de Sékoundinos – on ne compte pas moins de 21 manuscrits pour l (...)

38Le 16 décembre 1453 en tout cas, il prononça devant le Sénat vénitien un long discours dans lequel il brossait un état préoccupant de la puissance turque pour l’Occident. Et, relatant la prise de Constantinople par le menu, il évoquait en particulier très longuement les circonstances « très pieuses » de la mort de Loukas Notaras, « cet homme doté d’un si grand prestige et d’une telle sagesse que, selon une coutume locale, une décision impériale l’avait honoré du titre de grand duc »130. Nul doute que le récit pathétique qu’il en fit n’ait troublé alors la digne assemblée. Dans son réquisitoire contre l’Ottoman, Sékoundinos avait en effet choisi de faire de Notaras le contre exemple même des vices du jeune sultan, opposant en un violent contraste la noblesse et l’imperturbable rigueur morale du vaincu à l’emportement sauvage et barbare du vainqueur. A l’en croire, en effet, la fin du mégas doux avait été digne de celle d’un héros antique doublé d’un martyr de la foi : de quoi plaire uniformément à un auditoire pétri de valeurs chrétiennes teintées d’un vernis d’humanisme. Sékoundinos campait ainsi avec quelque complaisance la noble figure d’un père véritablement « romain » qui, comprenant que la demande du sultan de lui livrer son plus jeune fils ne cachait que des desseins « infâmes », refuse d’obéir à cet ordre, en pleine connaissance de cause131 ; qui, une fois condamné avec ses fils, préfère encore les voir immolés sous ses yeux de peur que, lui mort, « ils ne se laissassent glisser vers l’atroce forfait et la répudiation de leur très sainte foi »132, et les exhorte à accepter le supplice avec des paroles inspirées où les accents dignes d’un Plutarque le disputent à ceux d’un martyr des premiers siècles133, les encourageant « si bien que c’est l’âme en joie et le sourire au visage qu’ils tendirent leurs cous à la hache et confièrent pieusement leur esprit au Créateur, sous les yeux d’un père qui, ne se contentant pas de les y inciter, était même transporté d’une félicité incroyable »134. Bien entendu, pour bâtir un héros aussi hybride, Sékoundinos avait pris quelques libertés avec la réalité historique, puisque la demande du sultan concernant le jeune Iakôbos, authentique, obéissait comme nous l’avons vu à de tous autres motifs. Il n’empêche qu’un tel discours rappelait opportunément aux dignes sénateurs que ce « héros » tombé au nom de la foi, de surcroît citoyen vénitien, avait laissé une progéniture dont la détresse présente exigeait peut-être de la République un peu plus que la préservation scrupuleuse de leur héritage matériel. Cela dit, la version écrite du discours qui nous a été conservée incite peu à penser que Sékoundinos évoqua devant le Sénat le malheureux sort des enfants Notaras : en effet il n’y est aucunement fait allusion. Dans l’immédiat, le Sénat invita en tout cas chaleureusement le lyrique orateur à aller resservir son discours au pape Nicolas V et au roi Alphonse d’Aragon. Sékoundinos s’exécuta avec empressement : le 27 décembre 1453 il était devant le pape à Rome, et le 24 janvier 1454 à Naples devant l’Aragonais, qui l’invita lui-même à en écrire une composition en latin plutôt qu’en italien, afin d’en assurer une plus grande diffusion. L’oratio définitive contribua grandement à aviver l’intérêt « italien » pour la famille Notaras135, d’autant que son auteur ne manqua pas d’en adresser des copies à ceux qui n’avaient pas eu le privilège d’assister à ses auditions publiques, tandis que le succès éditorial de l’œuvre, étonnamment rapide, faisait le reste136. Il est difficile en tout cas de ne pas faire le lien avec la soudaine prise de conscience dont on recueille, les mois suivants, les échos à la fois à Gênes, Venise et Rome : diffusée à partir de 1454, l’oratio de Sékoundinos n’apprit certes à personne l’exécution de Notaras et l’esclavage de ses enfants, mais elle poussa ces puissances à s’informer de leur sort, et à envisager les manières de leur venir en aide.

  • 137 Scitis preterea quondam dominum Nicolam Nataram et quondam dominum Lucam, eius filium, fuisse lanue (...)
  • 138 Sur le piteux échec de cette ambassade : G. Olgiati, « Diplomatici ed ambasciatori della Repubblica (...)
  • 139 « Aluvixe Benbo fu Bianco » : Badoer, on. cit., p. 416, 512, 4221, 4628, 4723, 5510, 6517, 17851, 1 (...)
  • 140 Les noms de Lodovico Bembo et Nicolo Contarini comme patrons convoyeurs de la délégation grecque on (...)
  • 141 N. Barbaro, éd. E. Cornet, Giornale dell’assedio di Costantinopoli 1453 di Nicolò Barbaro P. V. cor (...)
  • 142 Ainsi lors du conseil du 14 décembre 1452, réuni « in la giexia de San Marco » et parmi dix-neuf au (...)
  • 143 ...a turri vero Phanarii usque ad Basiliscam, idest Imperialem, portam Lodovicus et ntonius Bembo f (...)
  • 144 Barbaro, éd. Cornet, op. cit., p. 61. Cela dit. il les fait figurer aussi dans sa liste des « nobel (...)
  • 145 Les actes de ce procès sont malheureusement perdus. C’est d’ailleurs la perte de tous les registres (...)
  • 146 ASV, Senato Terra, 3, fol. 108r : Cum nobiles viri Procuratores Sancti Marci deputati per Dominium (...)
  • 147 Il y eut deux votes. Le premier donna 51 oui, 32 non, et 29 non sinceri. Le second fut plus net : 4 (...)

39C’est ainsi que très peu de temps après, le 11 mars 1454, le doge de Gênes invitait les ambassadeurs qu’il adressait au sultan, Baldassare Marruffo et Luciano Spinola, « d’abord au nom de Dieu, puis pour l’honneur de notre patrie », à s’enquérir du sort du fils et des deux filles de Loukas Notaras que l’on disait prisonniers, et à chercher à améliorer leurs conditions de détention dans la mesure du possible, vu que leurs père et grand-père avaient été Ianuenses137. Ce beau geste resta cependant sans effet, pour la bonne raison que Marruffo et Spinola n’atteignirent jamais les rives du Bosphore. Le premier n’était déjà pas très rassuré lorsqu’il partit de Gênes, puisqu’il prit la précaution de rédiger auparavant son testament, tant la perspective d’être orator profecturus fore ad serenissimum dominum Regem Teucrorum lui donnait de l’appréhension. En quoi il n’avait pas tout à fait tort : les navires affrétés par « San Giorgio » qui transportaient nos ambassadeurs furent apparemment victimes d’une attaque turque, et Marruffo mourut sur ces entrefaites. Moyennant quoi son collègue Spinola, réfugié à Chio, refusa désormais obstinément d’en bouger, en dépit des objurgations de la République lui ordonnant d’accomplir sa mission138. Aucun résultat de ce côté-là donc ; mais l’impulsion décisive était donnée. Pas uniquement d’ailleurs en faveur des Notaras. Car la publicité récente qui leur avait été faite éveilla également l’intérêt des créanciers du défunt mégas doux. C’est ainsi qu’à Venise, le 2 avril 1454, le Sénat fut invité à examiner la requête des frères Lodovico (ou Alvise) et Antonio Bembo. Ces derniers, réfugiés de Constantinople, avaient perdu leur fortune dans la chute de la ville, au terme de laquelle l’un d’entre eux avait même été fait prisonnier. Un « Aluvixe Benbo fu Bianco » apparaît souvent dans les comptes du marchand vénitien Giacomo Badoer, soit à Constantinople entre 1436 et 1440139. En 1437, un « Ludovico Bembo », qui est à n’en pas douter le même que le précédent, était l’un des patrons des deux galées qui, venant de Tana, convoyèrent jusqu’à Venise les membres de la délégation byzantine se rendant au concile de Ferrare-Florence140. Il est probable qu’il s’agissait là de l’oncle ou du grand-père des frères Lodovico et Antonio Bembo qui comparaissaient devant le Sénat en 1454. Car si l’on se fie au témoignage de Niccolò Barbaro, les « fradeli Aluvixe e Antonio Bembo » présents au siège de Constantinople étaient fils « de ser Benetin », dans lequel on ne reconnaît pas le « fu Bianco » de Badoer. Il s’agissait en tout cas de deux personnalités de relief au sein de la communauté vénitienne de la capitale. L’acte du Sénat les dits nobiles viri, et Barbaro les compte en effet parmi les « nobeli de Venexia i qual se truova a esser al prexente in questa zitade de Constantinopoli al combater so de Machomet Bei »141, et en particulier comme membres du conseil vénitien entourant le baile durant cette période142. Mais c’est au témoignage de l’archevêque de Mytilène Leonardo di Chio qu’il faut avoir recours pour apprendre quelle était la zone de combat réservée aux deux frères durant le siège : Lodovico et Antonio Bembo reçurent la garde de la muraille maritime de la Corne d’Or allant de la tour de Phanari jusqu’à la Porte Impériale, à la tête d’un contingent de 150 Vénitiens143 Barbaro les place dans la liste de ceux qui, le 29 mai 1453, « romaxe prexoni in tera in man de Turchi », précisant que « in men de uno ano tuti si fo tornado a Venexia »144, ce que confirment les documents du Sénat présentés ici. Or, à peine retournés à Venise, ils se trouvaient poursuivis par leurs créanciers et en pleine déroute financière. Ils se souvinrent alors très opportunément qu’à Constantinople, Loukas Notaras avait contracté une dette de quelques 2 200 ducats auprès d’eux. L’idée leur vint aussitôt de se rembourser sur les « prestiti » Notaras, et comme cette fortune se trouvait sous la garde des Procurateurs de Saint-Marc, ils leur intentèrent un procès auprès de la magistrature compétente en la matière, celle des Juges du Procurateur, procès qu’ils gagnèrent145. Restait cependant l’obstacle le plus difficile à franchir pour parvenir à leurs fins : obtenir d’un Sénat qui se rappelait que huit mois auparavant, « par une décision prise en ce Conseil, il avait été prescrit que l’on ne pouvait toucher à l’argent Notaras sans permission de ce Conseil », la dérogation nécessaire à la saisie de ces « prestiti » jusqu’à concurrence des 2 200 ducats en cause146. Or, lorsque le Sénat, en ce 2 avril 1454, statua sur ce problème, il choisit finalement de repousser la demande des frères Bembo, et cela à une forte majorité147.

  • 148 La date de l’investiture de Grègorios Mammas en qualité de patriarche de Constantinople. habituelle (...)
  • 149 L’Ekthésis Chronikè rapporte en effet l’appui de Notaras dans la nomination de Grègorios au patriar (...)

40Dans le même temps, on commençait aussi à s’agiter à Rome, et en premier lieu dans l’entourage du patriarche de Constantinople en exil, l’unioniste Grègorios III Mammas. Ce dernier, qui s’y était installé depuis 1451, avait été un ami proche de feu Loukas Notaras. C’est même à cette amitié, si l’on en croit l’Ekthésis Chronikè, que le confesseur du basileus Jean VIII avait dû d’être élevé à la dignité patriarcale, en 1444 ou 1445 148. Dans les derniers temps de son règne cependant, Notaras n’avait pas su le défendre assez vigoureusement des attaques anti-unionistes, devenues si insupportables que le patriarche avait préféré fuir Constantinople, refusant d’y retourner en dépit des prières du mégas doux et du nouveau basileus Constantin XI. Mais il n’avait jamais cessé d’être considéré par l’empereur et son premier ministre comme le patriarche légitime, puisqu’il ne lui fut pas donné de successeur : lorsque les Turcs s’emparèrent de Constantinople, le trône patriarcal était vide. En tout cas, l’émotion du patriarche en exil à la nouvelle de l’exécution de Notaras et de la détresse de ses enfants n’est pas douteuse, d’autant qu’il semble avoir été le parrain de l’un des enfants149. Mais comment profiter des effets du discours de Sékoundinos devant la Curie (27 décembre 1453), pour inviter son protecteur, le pape Nicolas V, à obtenir leur libération des Turcs ?

Les atouts des Génois Pelegro di Promontorio et Niccolò Grimaldi Cebà et leurs démarches romaines (juillet 1454)

  • 150 Sur Niccolò Grimaldi olim Cebà quondam Thome, voir M. Palma, « Cebà (Grimaldi), Niccolò », Dizionar (...)
  • 151 Et il est significatif à cet égard que dans une lettre adressée le 11 juillet 1446 à Loukas Notaras (...)
  • 152 F. Scalamonti, Vita et viri clarissimi et famosissimi Kyriaci Anconitani, éd. C. Mitchell et E. W. (...)
  • 153 B. de la Broquière, Le Voyage d’Outre-mer, éd. C. Schefer, Paris, 1892, p. 202.
  • 154 Balbi, L’epistolario, op. cit., lettre 9 (14/07/1443), p. 34-36.
  • 155 Ainsi, appelé à donner son opinion le 5 mars 1455 sur des lettres fort alarmantes reçues de Chio à (...)
  • 156 Outre Niccolô Grimaldi, VOfficium Provisionis Romanie de 1452, abrégé le plus souvent dans les sour (...)
  • 157 C’est le doge Pietro Campofregoso qui nous l’apprend lui-même, par sa lettre adressée au reverendis (...)
  • 158 Sur ces événements, voir le document publié dans Vigna, Codice diplomatico, op. cit., I, doc. IV (1 (...)

41Fort opportunément, la solution fut offerte à Mammas par une initiative venue de Gênes. C’est dans les mois précédents que Pelegro di Promontorio dut commencer à entretenir ses amis génois de son projet. Il réussit notamment à s’assurer le concours étroit de l’influent Niccolò Grimaldi olim Ceba. Homme de lettres et très grand marchand, Cebà s’était définitivement fixé à Gênes en 1445, après une vie passée en Orient entre Péra, Andrinople et Brousse150. A Constantinople, il avait souvent été reçu en ami au palais Notaras151, ce qui peut aussi expliquer le choix de Pelegro. Au gré des recoupements de témoignages, il est d’ailleurs fascinant de voir à quel point Niccolò Cebà fut lié de près au gratin politico-littéraire de son temps. Parmi ses amis, Loukas Notaras donc ; mais aussi le gendre de Iôannès Chrysoloras, le fameux Francesco Filelfo, - qui l’ayant beaucoup fréquenté à Constantinople dès la fin des années 1420, lui écrivit souvent tout au long de sa vie ; Leonardo Bruno, qui admirait son latin et lui réclamait l’envoi de manuscrits grecs, et Cyriaque d’Ancône, qui le rencontra à Andrinople en 1430 et pensait alors faire un voyage en Perse avec Nicolaum Ziba, Genuensem, virum doctum et negociatorem praestantem, qui semper inter Persas, Hircanosque et Parthos versatus in mercemonialibus152. Le voyageur bourguignon Bertrandon de La Broquière, lui, fit la connaissance de Niccolò à Sofia en 1433153. Dix ans plus tard, le chancelier de Gênes Jacopo Bracelli, qui appréciait également sa prose, le pressait de quitter enfin Péra pour revenir dans la métropole, « où ses dons profiteraient mieux à l’État »154. Et de fait, depuis son retour à Gênes, Cebà jouissait d’une considération politique particulière, en tant que « spécialiste » des questions orientales, à l’avis duquel on avait recours en priorité pour toute décision sur le sujet. Ce qui ne veut pas dire pour autant que cet avis, fréquemment requis en effet - et qui pesa d’un poids indiscutable dans les décisions génoises regardant l’Orient à partir de 1445 -, ait toujours été très judicieux. Familier des Ottomans depuis longtemps, le vieillissant Niccolò Cebà ne se rendit pas compte que les temps avaient bien changé depuis son retour de Romanie, et notamment que, depuis 1451, le souverain turc n’était plus le « pacifique » Murad II qu’il avait fréquenté dans les années 1430-1440 à Andrinople, mais son fils, le redoutable et peu scrupuleux Mehmed II. Aussi n’avait-il que trop tendance à manifester au sein des conseils génois un angélisme aveugle face aux menaces turques qui pesaient sur les colonies, ironisant volontiers contre ceux qui se laissaient épouvanter à tout instant par les faits et gestes du Turc155. En 1452/53 cependant, il comprit l’urgence de la situation et joua un rôle considérable dans l’organisation de l’effort militaire génois pour aider à la défense de Constantinople et de Péra, en sa qualité de membre le plus éminent de l’Officium Provisionis Romanie, la magistrature chargée du gouvernement des colonies156. Ainsi est-ce lui qui fut chargé de négocier avec le patron Giorgio Doria, en avril 1452, le montant du nolis dû par le cardinal Isidore de Kiev pour être mené jusqu’à Constantinople où il se rendait en qualité de légat pontifical chargé de proclamer officiellement l’Union des Églises tout en convoyant des renforts pour la capitale menacée...157. Encore en poste le 2 janvier 1453, il céda sa place à son frère Babilano avant le 20 mars suivant. Mais l’ironie veut qu’il ne cessa pas pour autant de s’occuper de la gestion des colonies orientales. Il intégra en effet aussitôt le « Banco di San Giorgio », puisqu’on trouve son nom cette même année 1453 parmi ses huit Protecteurs. Or, le 15 novembre 1453, il avait été procédé officiellement à la suppression de l’Officium Provisionis Romanie, justement au profit du « Banco », à l’occasion de la vente des colonies par le gouvernement génois à Saint-Georges. Ainsi la puissante banque qui venait de l’admettre en son sein se retrouvait-elle désormais à la tête de l’administration coloniale... Pour cette séance historique du 15 novembre 1453, qui signait vraiment la fin d’une époque, ce furent d’ailleurs les Protecteurs de « San Giorgio » de 1452 et 1453 qui siégèrent : Niccolò et Pelegro di Promontorio - prieur du collège des Protecteurs en 1452 - furent donc ensemble de ceux qui acceptèrent la cession158.

42Ancien homme d’Orient, ex-ami de Loukas Notaras, spécialiste à Gênes en Turco-Byzantina res, et de surcroît désormais Protecteur d’un « Banco di San Giorgio » depuis peu maître des colonies ; voilà quel était l’homme choisi par Pelegro di Promontorio dans ces premiers mois de 1454 pour l’assister dans la mise au point d’un projet ambitieux : racheter les enfants Notaras, avec l’argent de la famille elle-même.

  • 159 Pour un document inédit tronqué sine date, mais dont le contexte indique clairement l’année 1441 et (...)
  • 160 Sur ce cartel génois de l’alun, on consultera en priorité l’article de Giustina Olgiati. « Il comme (...)
  • 161 Cum ex Pera perveneritis ad eam urbem in qua Rex ipse fuerit, utile pulamus ut Ianuenses qui ibi fu (...)
  • 162 C’est en sa qualité de Pérote installé à Andrinople que le 15 septembre 1449, Filipus Demelode serv (...)
  • 163 Un document exceptionnel dû au notaire génois Lorenzo Calvi et « égaré » depuis sa publication part (...)
  • 164 ...promissionis et obligationis facte in Peira sive in Constantinopoli per dictum quondam dominum L (...)

43L’idée de consacrer à cette fin les sommes provenant directement des intérêts des « luoghi » de la famille dut venir tout naturellement à Pelegro du fait qu’il avait déjà en souffrance ceux de 1453. Mais Pelegro et Niccolò comprirent très vite qu’un tel dessein dépassait leurs seules compétences s’ils voulaient en assurer la réussite. Certes, sur le plan logistique et financier, ils pouvaient déjà compter sur leur réseau oriental, très fourni. C’est qu’après plus de vingt-cinq années passées entre Andrinople et Péra, Niccolô connaissait intimement tous les grands marchands de Chio, ceux de Péra, pour la plupart alors réfugiés dans cette île, et plus encore ceux avec qui il avait longtemps fait affaire à Andrinople même : Filippo Demerode, et surtout le fameux Francesco Draperio159. Si lui-même avait cessé de fréquenter la capitale ottomane après 1445, il n’en avait pas été de même de ces deux marchands. Depuis cette époque, la faveur et l’influence de Draperio n’avaient fait que grandir auprès de Murad II, et il avait su les conserver auprès de son fils et successeur, Mehmed II. Il était devenu en outre immensément riche, grâce aux fructueux profits d’un cartel de l’alun dont il était le socius le plus important - moins par le nombre des parts qu’il y détenait que parce que lui seul représentait directement les intérêts du groupe auprès du sultan à Andrinople -, cartel formé des apaltatores alumeriarum Grecie et Turchie, autrement dit fermiers, ou adjudicataires, des mines d’alun sises en territoire ottoman160. Depuis au moins une quinzaine d’années, Draperio était à ce titre un familier de la cour d’Andrinople et de ses sultans, et donc l’introducteur privilégié de tout Génois auprès d’eux. D’ailleurs, dans ses instructions à ses ambassadeurs de mars 1454, le doge de Gênes n’avait pas manqué de leur demander d’entrer en contact avec lui sitôt parvenus en territoire turc161. Aux yeux de Cebà et Promontorio, il ne pouvait donc apparaître que comme leur futur interlocuteur privilégié à Andrinople. L’autre grand familier de la capitale ottomane, Filippo Demerode, quoique d’une influence moins prépondérante, n’était pas non plus à négliger pour la réussite de leur plan162. D’autant que, tout comme les Vénitiens Lodovico et Antonio Bembo, Demerode pouvait trouver un intérêt tout personnel à servir des négociations concernant la famille Notaras. En effet, au début de l’année 1453, et en prévision d’un siège inévitable, Constantin XI avait sollicité plusieurs prêts auprès de marchands pérotes et des autorités de la colonie, afin d’acheter des munitions. C’est ainsi qu’autour du mois de janvier 1453, un groupe de huit marchands s’était réuni dans le palais Notaras à Constantinople et avait consenti au basileus le versement de 9 000 hyperpères, à raison de 1 125 hyperpères par « bourgeois », contre la mise en gage d’un rubis balai fourni par Constantin XI et à eux remis à cette occasion par le mégas doux en personne163. Filippo Demerode n’était pas du nombre, mais il y eut d’autres prêts, car un document ultérieur fait allusion « aux promesses et engagements pris autrefois à Péra ou à Constantinople par ledit feu seigneur Luca Notara, au nom du seigneur basileus de Constantinople d’alors, vis-à-vis du défunt Angelo Giovanni Lomellino alors podestat de Péra, de Bartolomeo Gentille et certains autres membres de l’Officium Bayle Pere d’alors, et cela pour et à l’occasion [de l’achat ?] de bombardes, poudres et flèches de balestres ». Et la suite du document renseigne sur ce que furent alors les « promesses » faites par Notaras au nom de son basileus pour emporter l’adhésion à de nouveaux prêts : le gage n’était plus cette fois un simple rubis balai, mais bel et bien la fortune privée du mégas doux en personne, éparpillée un peu partout dans les colonies et à Gênes dans le « Banco »...164. Or,

  • 165 Sur Filipo de Molde, dit olim officialis Bailie terre Pere à Péra le 8 août 1453, voir aussi Roccat (...)
  • 166 Des frères Paolo, Troilo et Antonio Bocchiardi. seuls Paolo et Troilo sont présents dans Badoer, ma (...)

44Filippo Demerode, justement l’un de ces Officiales Baylie Peire, fut de ceux qui consentirent à l’époque à un prêt personnel165. Pour espérer récupérer un jour sa mise de fonds en se servant sur la succession Notaras, gelée, quelle meilleure manière en effet que d’accepter de participer aux négociations de rachat de ses héritiers ? Cebà escomptait peut-être mettre également à contribution les frères Bocchiardi, ces Vénitiens de naissance devenus Génois par mariage, qu’il avait autrefois bien connus à Constantinople166.

  • 167 Voir les allusions élogieuses de Pusculo, Constantinopolis. op. cit., p. 80949-950, de l’Anonimo Ve (...)
  • 168 C’est l’ex-podestat Angelo Giovanni Lomellino qui, dans sa fameuse lettre de Péra du 23 juin 1453, (...)
  • 169 Niccolò Cebà n’en avait pas moins de cinq : Federico, Babilano, Antonio, Geronimo et Domenico. Voir (...)
  • 170 Roccatagliata, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, I, Pera, 1408-1490, Gêne (...)
  • 171 Iohannes Iustinianus quondam domini Danielis et Nicolaus de Grimaldis quondam Thome, cives et merca (...)
  • 172 ASG, AS, Litterarum 1794, fol. 269v, doc. 1142 (31/07/1452). La démarche du doge prouverait à elle (...)
  • 173 L’affaire est rapportée par le Florentin Soderini, auquel je laisse la parole : « ...adì IIII di no (...)
  • 174 Un document en date du 15 avril 1456 publié par Assini, « La "compera Metilini" e la difesa genoves (...)

45Habitatores de la capitale byzantine durant près de 20 ans, Paolo, Troilo et Antonio Bocchiardi avaient eux aussi brillamment participé à la défense de « leur » ville durant le siège167. Véritable « tête » de la fratrie, Paolo avait en l’espèce réussi à sauver la sienne en cachant son identité au lendemain de la prise par les Turcs. Car ayant appris avec fureur sa présence aux côtés des défenseurs, Mehmed II l’avait fait rechercher activement parmi les prisonniers afin de lui faire un sort, attendu que Paolo, associé de Draperio, faisait partie du fameux cartel de « ses » mines d’alun168. Blessé sérieusement, et fait prisonnier avec ses frères, mais non reconnu, Paolo parvint à se racheter de suite, se cacha quelques temps à Péra avant de réussir à gagner Chio, comme la plupart des Pérotes de relief. Mais son itinéraire, à compter de ce moment, n’est pas très clair. De toute façon il était fort douteux que, devenu persona non grata dans l’Empire ottoman, il acceptât de seconder Cebà à visage découvert. Restaient toujours ses deux frères, moins compromis que lui : en théorie donc, la collaboration des Bocchiardi était envisageable. Mais en matière de réseau oriental, Niccolò Cebà pouvait compter plus sûrement sur l’un de ses propres frères169 : Antonio Grimaldi Cebà. Antonio avait séjourné à Péra en 1452170, une annus horribilis pour les affaires des frères Cebà, car placée décidément sous le signe de la piraterie catalane. A Gênes, le 31 juillet 1452, Niccolô Grimaldi Cebà et son associé Giovanni Giustiniani Longo quondam Danielis nommaient des procureurs afin de récupérer l’alun qu’ils avaient fait charger ensemble quelques mois plus tôt à Gênes sur trois navires en direction d’Agde et d’Aigues-Mortes, navires qui s’étaient trouvés arraisonnés en route par des pirates catalans171. Le même jour, le doge Campofregoso écrivait lui-même à la reine de Sicile pour la prier d’intervenir afin que soient restituées aux cives nostros Iohannem Iustinianum et Nicolaum de Grimaldis leurs cargaisons dérobées par ses sujets172. Et voilà que, le 15 décembre suivant, Niccolò apprenait que son frère Antonio avait vu sa nave, qui se dirigeait vers Constantinople-Péra avec l’intention d’y apporter du grain chargé en Romanie en raison de la « grande disette » régnant là-bas, arraisonnée au large de Modon par d’autres pirates catalans173 ! Peut-être la récupéra-t-il finalement et est-ce la même nave, « di botti quatrocento », avec laquelle Antonio s’engagea, en 1456, à convoyer au nom de la commune de Gênes 200 fantassins destinés à la défense de Mytilène contre les Turcs, Niccolô acceptant à cette l’occasion d’être garant de son frère en versant 1 800 livres174. Durant ces années 1454-1456, le propre frère de Niccolô, Antonio Grimaldi Cebà, se trouvait en tout cas plus souvent à Chio et en Égée qu’à Gênes même.

  • 175 Pour la période caffiote de Domenico di Promontorio : M. Balard, « Les milieux dirigeants dans les (...)
  • 176 Gabriele di Promontorio domini Pelegri se trouvait déjà à Caffa le 15 décembre 1452 : ASG. AS, Fram (...)
  • 177 Toute une série de documents notariés inédits, et quelques-uns publiés, montrent Francesco comme un (...)
  • 178 Spectabilis dominus Galeacius Iustinianus, tamquam fideicommissarius testamentarius quondam spectab (...)

46Quant à Pelegro di Promontorio, il n’était pas, lui non plus, sans contacts utiles. De ses trois fils, Domenico, Francesco et Gabriele, gros marchands eux aussi, deux au moins vivaient alors en Orient. Son aîné Domenico demeurait à Gênes, où il fit auprès de Pelegro une brillante carrière à Saint-Georges. Mais la décennie antérieure l’avait trouvé à Caffa, où en 1442 il percevait les loyers dûs à la commune, et en 1446 affermait la gabelle du vin ainsi que les taxes pesant sur la traite des esclaves175 Il semblerait que ce soit justement le retour de Domenico en métropole qui ait décidé de l’établissement à Caffa de son frère, Gabriele di Promontorio, qui devait y rester, lui aussi, une dizaine d’années au moins176. Quant au dernier fils de Pelegro, Francesco, il se trouvait lui, dans le même temps, installé dans l’île de Chio, où il devait demeurer jusqu’en 1460 au moins177. Ainsi apprend-on que, le 22 juillet 1454, à Chio, « le citoyen de Gênes Francesco di Promontorio fils de Pelegro » venait de rembourser la dette de « 260 hyperpères d’argent de Péra que le dit Francesco avait contracté auprès de l’honorable et défunt seigneur Giovanni Giustiniano »178. Il rendait l’argent au fidéicommissaire de feu Giovanni Giustiniani, son frère, le podestat de Chio Galeazzo Giustiniani [Longo]. On ne sait au juste à quel moment Francesco di Promontorio avait emprunté cet argent au héros du siège de Constantinople - car il s’agit bien ici de Giovanni Giustiniani Longo Bartholomei - : comme il est question d’hyperpères de Péra, il semblerait que la dette ait été contractée après le 10 juin 1453, date à laquelle Giovanni accosta à Chio après la catastrophe, et avant le 1er août suivant, qui le vit expirer suite à ses blessures.

47Quoi qu’il en soit, le fait que Pelegro ait eu alors un fils établi dans l’île pouvait toujours s’avérer utile, car il était clair que pour acheminer l’argent de la rançon jusqu’à Andrinople ou Péra, Chio ferait figure de plaque tournante. Au point de vue « logistique » donc, les deux compères étaient au point.

  • 179 Sur ce contexte, voir Olgiati, « I Genovesi in Oriente dopo la caduta », op. cit., p. 45-59.
  • 180 Les instructions ducales génoises ne datent ainsi que du 11 mars 1454 quand Venise avait donc déjà (...)

48Mais tout cela ne saurait être suffisant, et Promontorio et Cebà le comprirent très vite. C’est que l’on n’avait pas affaire là à une redemptio classique comme les hommes d’affaires d’Orient en avaient depuis longtemps l’habitude avec les Turcs : la situation des enfants Notaras les apparentait peu aux très habituels et très vagues pauperi oma-loti captivi in manibus Turchorum et detinentur in partibus Turchie qui reviennent comme un leitmotiv dans les documents notariés de cette époque. Certes « pauvres esclaves », les enfants du mégas doux se trouvaient très précisément, eux, détenus à Andrinople, et cela in manibus Regis Turchorum en personne. Il y avait donc là à prendre en compte un volet politique incontournable. Or, tant le « Banco di San Giorgio » que le gouvernement génois venaient de faire l’expérience du peu de cas que faisait d’eux le sultan. En bon analyste politique, Mehmed II avait compris combien, en proie à la guerre civile et paralysé par une guerre contre l’Aragon qui mobilisait ses maigres ressources, l’État génois déjà si peu centralisé ne constituait pas pour la puissance turque une menace sérieuse, ni maintenant, ni même demain. Aussi s’était-il donné le luxe d’ignorer superbement les demandes réitérées émanant de la métropole génoise relatives à des négociations concernant le statut de Péra : il se contenta d’exiger directement des autorités de ses colonies orientales d’écrasants tributs en échange de leur tranquillité179. En revanche, et avec raison, il redoutait la puissance vénitienne, et à ce titre se comportait avec elle de manière nettement moins cavalière. Il est vrai aussi que Venise et l’Empire ottoman avaient une frontière commune en Albanie, ce qui faisait de toute façon de la Sérénissime un partenaire diplomatique de fait. Aussi Mehmed II accepta-t-il de se lier avec Venise par un traité, que Marcello réussit enfin à lui faire signer le 18 avril 1454. Mais il négligea totalement d’en négocier un avec la métropole génoise qui, il est vrai, s’y était prise un peu tard180. Donc, en 1454, la seule puissance italienne en position de dialoguer avec le sultan pour l’affaire Notaras et d’en être écoutée était Venise, et non Gênes ou le « Banco di San Giorgio », qui venait de prendre en charge le gouvernement des colonies ligures. Une autre considération a également dû jouer, financière celle-là : attaché à la gestion de la fortune génoise des Notaras depuis tant d’années, Pelegro di Promontorio ne pouvait ignorer que la famille détenait également des « prestiti » à Venise. La somme de 1 283 livres, et encore seulement en « lire di paghe » qu’il avait en main, serait-elle suffisante pour le rachat d’aussi illustres prisonniers ? Puisque collaboration politique vénitienne il fallait, n’était-il pas judicieux de solliciter dans le même temps une collaboration financière, à savoir réclamer de la camera Imprestitorum les facilités qu’il faudrait bien obtenir du « Banco di San Giorgio » ?

49Or, là était bien la principale difficulté à surmonter : en Italie, quelle autorité était assez puissante ou du moins assez universellement respectée pour que ces deux institutions financières acceptent sans chicanes de lever simultanément l’ordre de gel que, chacune de leur côté et presque concomitamment, elles avaient émis concernant les fonds des Constantinopolitains en leur possession ? C’est alors que Pelegro et Niccolô pensèrent à contacter le patriarche de Constantinople en exil, Grègorios Mammas, dans l’espoir de toucher, à travers lui, le pape Nicolas V.

  • 181 Grimaldi Cebà et Goano devaient d’abord se rendre à Naples pour discuter avec Alphonse d’Aragon de (...)
  • 182 Si Gotardo di Sarzana, chancelier de la République génoise, se rendit bien à Rome en qualité d’amba (...)
  • 183 Sur cette affaire, voir J. Paviot, « Gênes et les Turcs (1444-1453) : sa défense contre les accusat (...)
  • 184 C’est le doge qui le dit lui-même dans ses lettres adressées aux Génois de Londres et de Bruges : V (...)
  • 185 Une lettre qui aura donc pu être envoyée entre fin janvier et juin 1454.
  • 186 Je ne crois pas en effet que l’on ait écrit, de Gênes, directement au pape pour qu’il promulgue sa (...)

50On ignore lequel des deux fit le voyage de Rome, si tant est même qu’ils y vinrent en personne pour solliciter le pape ou le patriarche. En qualité d’ambassadeur du gouvernement génois, Niccolô Cebà s’était bel et bien rendu à Rome l’été 1453 pour rencontrer Nicolas V, avec le legumdoctor Battista di Goano ; mais s’il en connaissait le chemin, rien ne dit qu’il l’ait à nouveau emprunté au printemps suivant181. Il semble toutefois impossible que ce soit uniquement par des lettres personnelles envoyées de Gênes par Promontorio et Cebà que nos deux compères aient pu persuader dans un premier temps Mammas de saisir le pape de l’affaire, et dans un second de rédiger un acte de procuration en leur faveur, comme on le verra. Si aucune ambassade génoise ne toucha Rome durant cette même période 182 on sait en revanche que le doge de Gênes, Pietro Campofregoso, était alors en contact avec Isidore de Kiev. Courant janvier 1454, il sollicita en effet du cardinal la rédaction d’une lettre par laquelle Isidore était invité à prendre la défense de l’attitude génoise durant la chute de Constantinople, lettre que Campofregoso entendait joindre ensuite aux propres missives qu’il comptait destiner aux souverains d’Europe, afin de couper court à une violente campagne internationale de désinformation visant à présenter les Génois comme responsables et complices de la chute de Constantinople aux mains des Turcs, une campagne peut-être orchestrée depuis Venise, mais plus sûrement depuis Naples. Le cardinal « grec » s’exécuta le 22 février 1454 en adressant au duc de Bourgogne une lettre dans laquelle, relatant la chute de Constantinople et se posant en témoin direct du drame - ce qu’il avait été -, il soulignait avec force l’attitude impeccable des Génois en cette occasion, et dénonçait les calomnies dont ils faisaient l’objet183. Or, la missive témoignant de la démarche de Campofregoso envers Isidore, dont l’existence est certaine184, ne s’est pas conservée : sans doute parce qu’elle se trouvait recopiée dans le volume - ou fragment de volume -, des Litterarum qui manque dans les archives de Gênes pour l’époque. Campofregoso y parlait-il également de la nécessité d’appuyer, à Rome, les projets de Promontorio et Cebà en faveur des Notaras ? Ou doit-on penser que le doge s’adressait, dans une autre lettre qui aura également été conservée dans ce registre perdu, au patriarche Mammas afin qu’il s’occupât de cette affaire185 ? A ma connaissance, ce serait bien la première fois que les autorités génoises se seraient adressé directement à Mammas. Elles préféraient, en matière de prélats romains natione Greci, écrire aux cardinaux Bessarion et Isidore de Kiev, bien plus connus, influents à la Curie et mieux insérés dans la vie politique italienne d’alors que le très discret Grègorios. Voilà pourquoi j’opterai plus volontiers pour une démarche génoise dirigée en priorité vers Isidore de Kiev, avec lequel la République était déjà en contact à l’époque. D’ailleurs, quoique sollicités personnellement, Isidore comme Bessarion n’en étaient pas moins tenus protocolairement de réserver à Mammas, patriarche de Constantinople, l’initiative concernant les Notaras auprès du pape. Et cela d’autant que des trois, Mammas avait été le plus attaché à la famille186. Une démarche personnelle du doge de Gênes, dont on a vu que, le 11 mars suivant, il invitait ses ambassadeurs adressés à Mehmet II à s’enquérir du sort des enfants Notaras, ne peut certes être assurée. Mais, en l’absence d’une preuve de la présence à Rome d’un Promontorio ou d’un Cebà en juin-juillet 1454, ce serait bien là l’hypothèse la plus plausible, en attendant mieux.

  • 187 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne 3630 (anno 1454), doc. sine numero (08/08/1454) : ...litteris sanc (...)
  • 188 Ibid. : ...quibus [les lettres] mandat [Nicolas V] de dictis bonis ut illi vel illis quem seu quos (...)
  • 189 Une accusation proférée par Doukas (éd. Grecu, XXXVII, 10, p. 3298-9) et qui se révèle en contradic (...)

51Quoi qu’il en soit, le fait est que le 11 juillet 1454 Nicolas V promulguait trois bulles qu’il adressait respectivement au patriarche de Venise, à l’archevêque de Gênes et à l’évêque de Caffa ainsi qu’à leurs vicaires187. Lesdits ecclésiastiques étaient invités à seconder le ou les envoyés choisis par le patriarche de Constantinople Grègorios Mammas dans leur tâche de collecter, dans leur juridiction, les revenus Notaras destinés au rachat des filles du mégas doux188. Faite par Grègorios, la démarche auprès de Nicolas V fut assurément inspirée par Promontorio, bon connaisseur de la fortune Notaras. Car l’initiative du pape était remarquablement bien ciblée. L’archevêque de Gênes, le patriarche de Venise, l’évêque de Caffa : autrement dit les responsables religieux de trois des villes dans lesquelles les Notaras comptaient des valeurs mobilières, sinon immobilières ! Remarquons également au passage que le geste de Nicolas V permet une fois encore de concevoir de sérieux doutes à propos de l’opinion traditionnelle qui voudrait que Loukas Notaras ait été, à Constantinople, le chef de file intransigeant et farouche du parti anti-unioniste : imagine-t-on le pape Nicolas accepter de promulguer des bulles pour faciliter le rachat des enfants de celui qui aurait été le chef laïque des anti-unionistes à Constantinople et, à ce titre, le « complice » du moine Gennadios Scholarios189 ?

  • 190 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne (cf. réf. supra, n. 187) : ...spectabilibus viris dominis Pelegro (...)
  • 191 Ibid. : ...cum bailia exigendi dictos proventus aliaque quecumque bona mobilia et immo-bilia ubicum (...)
  • 192 Les archives notariales romaines accusent en effet pour la période des pertes plus grandes encore q (...)
  • 193 En dépit de longues recherches, il ne m’a pas été possible de mettre en effet la main sur cette bul (...)
  • 194 Ibid. : ...in et ad finem ac effectus, ut de predictis bonis ac rebus necnon fructibus, redditibus (...)

52Or, le 22 juillet 1454, Promontorio et Cebà se voyaient nommés procureurs du patriarche Grègorios lui-même190. Et cela par un acte notarié dûment rédigé, à Rome, in domibus residencie prefati reverendissimi domini Patriarce, manu Bernardi Rode clerici Monasteriensis diocesis, publici imperiali auctoritate notarii, hoc anno die vigesima secunda mensis iulii. Mammas les chargeait en l’espèce d’exiger en son nom auprès du « Banco di San Giorgio » les intérêts des « luoghi » Notaras de Saint-Georges et de la compera Caffe ainsi que « tous les biens meubles et immeubles où qu’ils se trouvassent du grand duc arabidis Luca de bonne mémoire, mis à mort par les perfides Turcs »191. Le document émis par le patriarche n’a pu être retrouvé, ce qui n’est guère surprenant192 - comme la bulle de Nicolas V, ce qui en revanche l’est plus193 -, mais l’acte génois qui nous apprend toute l’affaire en a retranscrit heureusement très scrupuleusement la teneur. Le but de l’opération y était également précisé : employer ces sommes au rachat et à la libération des mains des Turcs des quatre filles du mégas doux194. Et c’est là que l’on s’interroge, car la confusion est de taille. Comment en effet expliquer que Mammas - qui confronta assurément les rumeurs sur la situation des quatre filles Notaras parvenues jusqu’à lui avec celles reçues par Promontorio et Cebà, directement ou non -, ait pu faire écrire à l’époque que toutes les filles du mégas doux, à savoir Héléna Notara Gateliousaina, Théodôra Notara Palaiologina, Maria Notara Kantakouzènè et Anna Notara, se trouvaient en captivité ? On l’a vu, la chose est de fait impossible, et il faut rejeter ce témoignage au profit du document émanant de Pietro Campofregoso du 11 mars 1454 parlant de deux filles, assurément Théodôra et Maria, qui s’accorde, lui, parfaitement avec nos sources annexes. Mais si pour Campofregoso, il n’y avait à prendre en compte que deux filles, est-ce à dire qu’à Gênes les bruits étaient encore si contradictoires que Promontorio et Cebà aient pu tenir, eux, pour quatre ? Et encore n’est-ce pas là le plus troublant ! C’est à Rome que venaient en premier lieu les rares aristocrates constantinopolitains déjà rachetés, puisqu’ils étaient sûrs de pouvoir y compter sur la sollicitude de trois de leurs plus illustres compatriotes, de surcroît riches et influents en Italie : le patriarche Grègorios bien sûr, mais aussi et surtout Isidore de Kiev, titré cardinal de Sainte-Sabine, et Bessarion, ex-métropolite de Nicée alors cardinal des Saints-Apôtres. On sait la présence continue d’Isidore de Kiev à Constantinople en qualité de légat pontifical de la période allant du 26 octobre 1452 jusqu’à la chute, puis sa captivité, les circonstances de son rachat et son difficile retour jusqu’à Rome. Durant ses huit longs mois, il avait forcément approché de près la famille Notaras. Il en connaissait donc parfaitement la composition à Constantinople le 29 mai 1453, et pouvait en conséquence donner à ce propos à Grègorios des éclaircissements de première main. La présence d’Isidore est formellement attestée à Rome en février 1454 tandis que Grègorios qui, lui, vivait très retiré, n’en bougeait jamais : c’est vraiment à se demander de quoi les deux hommes parlaient lorsqu’ils se voyaient... Cela dit, ce n’est jamais que le seul document du dossier à évoquer quatre filles prisonnières, car les suivants parleront désormais des « filles du mégaduc » au pluriel, mais sans précision de nombre. Si le fait est donc là, assez inexplicable, il reste en définitive isolé.

53Quoi qu’il en soit, tant l’initiative du pape Nicolas que celle du patriarche Grègorios — la première assurément motivée par une démarche personnelle du second, contrairement à ce que la chronologie de nos documents laisse suggérer - furent directement inspirées par l’action de nos deux Génois, la bulle de Nicolas V portant clairement des indices sur la localisation de la fortune Notaras que seul Pelegro di Promontorio était en mesure de fournir.

Les conséquences des initiatives romaines à Gênes et Venise (août-novembre 1454)

  • 195 Pour l’identité de l’episcopus Saonensis d’alors, Valerio Calderini, voir C. Eubel, Hierarchia cath (...)
  • 196 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne (cf. réf. supra, n. 187) : De mandato reverendi patris domini Epis (...)
  • 197 On se souvient que depuis fin 1453, la gestion des colonies génoises avait été confiée au « Banco »
  • 198 Ibid. : ...respondeatis et respondere debeatis de proventibus omnium suprascriptorum locorum et lib (...)
  • 199 Ibid. : ...in comperis quorum videlicet vestrarum Sancti Georgii, scripta reperiuntur in compagna B (...)

54Le temps de parvenir à leurs illustres destinataires, ces bulles pontificales allaient imprimer un tour décisif à la suite des événements. A Gênes, leurs effets ne tardèrent pas, non de la part de l’archevêque du lieu Paolo Campofregoso, frère du doge Pietro - nommé par Rome mais non encore consacré -, mais de la part de son locumtenens, l’évêque de Savone Valerio Calderini195. Dès le 8 août 1454, celui-ci prenait acte en effet tout à la fois de la bulle pontificale de Nicolas V et de la procuration émise par Mammas en faveur de Promontorio et Cebà. Et, convoquant le notaire Giovanni de Logia196, il lui fit rédiger un acte ad instantiam et requisitionem prefatorum domi-norum Pelegri et Nicolai dictis sindicario et procuratorio nominibus, par lequel il ordonnait aux consules, officiales et scribe comperarum Sancti Georgii et penes quos compera locorum Caffe apodiata est197, soit les fonctionnaires du « Banco di San Giorgio », d’avoir à remettre désormais les intérêts annuels des placements Notaras génois à Promontorio et Cebà, et cela jusqu’à concurrence de 3 000 ducats génois198. Il est difficile de dire si ce chiffre énorme de 3 000 ducats fut fixé de manière conventionnelle ou s’il correspondait à des bruits ayant couru sur la rançon exigée par le sultan pour la libération « des quatre filles » Notaras. Quant on sait que les intérêts annuels des « luoghi » Notaras à Saint-Georges se montaient « seulement » à 1 293 livres de « paghe », soit environ 517 ducats vénitiens, le rachat des malheureuses pouvait prendre encore bien des années... En tout cas la fortune génoise du mégas doux déposée dans les compere y était scrupuleusement énumérée et détaillée, sans toutefois la précision au denier près que seule permet la confrontation avec les « cartolarii delle colonne »199. Et pour l’heure, Promontorio allait donc pouvoir renouer avec sa vieille fonction de gestionnaire des comptes Notaras, et mettre en branle avec son ami Cebà leurs réseaux génois orientaux.

  • 200 Ibid. : ...dictum quondam dominum Lucam Natara predictum Magnum Ducem arabidis, ut predicitur fore (...)
  • 201 Ibid. : ...et hoc pro iuramentum Manuelis Rali Melici, Theodori Spandoni, Andronici Spandoni ac Bar (...)
  • 202 Par des documents inédits que je réserve à une étude spécifique sur la famille. Théodôros Spandounè (...)
  • 203 Je me demande en définitive si l’erreur ne serait pas venue tout simplement d’une fâcheuse confusio (...)

55Et l’infortuné Iakobôs, dans tout cela ? On ne l’oubliait pas, mais l’évêque Valeriano prenait justement le soin d’établir qu’il n’était question de s’occuper là que du rachat des quatre filles, attendu que « du feu le seigneur Luca Natara susdit grand duc arabidis, mort comme dit précédemment dans la cité de Constantinople, il ne restait plus qu’un unique fils mâle qui, au mépris et sans souci de la foi chrétienne avait embrassé la foi juive ( !) ou mahométane, et ces quatre filles chrétiennes captives auprès de ces Turcs »200. En feignant ainsi de croire à une adhésion « volontaire » de Iakôbos à l’Islam, le bon évêque de Savone évacuait bien commodément le problème que posait le cas de ce malheureux. Comment croire en effet que Iakôbos, adolescent d’à peine 12 ans lorsqu’il vit son père et ses frères aînés exécutés sur l’ordre du sultan, eut tellement le choix de sa conversion, alors qu’il était si jeune encore, et totalement soumis à la volonté des meurtriers de sa famille ! Manifestement, Calderini, comme sans doute Nicolas V et Mammas - mais on n’a pas le texte de leurs documents pour s’en assurer -, se retranchaient derrière un principe ecclésiastique intangible, à savoir la déchéance des droits à l’hérédité paternelle de tout individu pour cause d’apostasie, sans prendre en compte la contrainte subie. En réalité, en brandissant cet argument déjà douteux, ils s’évitaient surtout d’avoir à reconnaître leur impuissance. Car même s’ils avaient émis le désir de racheter aussi Iakôbos, l’affaire échappait complètement à leurs possibilités : jamais les Turcs ne permettraient le rachat d’un nouveau musulman. Et plus encore dans le cas de Iakôbos, dont le sultan voulait faire l’un des futurs cadres de son administration, et auquel il faisait donner dans ce but l’éducation appropriée : pour l’héritier Notaras, le veto venait de Mehmed II en personne. Et cela, ces hauts ecclésiastiques ne l’ignoraient nullement, mais ils préférèrent ériger d’emblée en principe personnel ce qui, en réalité, leur était interdit par le perfidus Teucer. Cependant, toutes ces affirmations, Calderini les fit confirmer par serment par trois citoyens de Constantinople, dont il n’est pas dit qu’ils aient été par ailleurs témoins de la chute201. Et pour cause : il y a ainsi toutes les raisons de croire que l’un de ces trois Constantinopolitains au moins, Théodôros Spandounès, ne se trouvait pas dans la capitale byzantine le 29 mai 1453, à la différence de sa femme et des enfants202, et il en était certainement de même pour les deux autres. Ils pouvaient donc certifier sous serment que ne demeuraient en vie, des enfants Notaras, qu’un fils et quatre filles. Mais quant à assurer qu’elles se trouvaient toutes les quatre présentes à Constantinople le 29 mai 1453, et donc prisonnières des Turcs...203. En tout cas, ces trois-là n’étaient pas à Gênes par hasard. Comme nous l’avons dit plus haut, un distingué Constantinopolitain se trouvant en Italie, et à qui un retour dans sa ville était interdit depuis la chute, allait chercher refuge en premier lieu auprès de la petite cour de compatriotes entourant Mammas, Isidore et Bessarion. Ou à la rigueur il se rendait à Venise, en raison de l’importante communauté grecque de cette ville. Mais certainement pas à Gênes. Plusieurs inédits attestent qu’au moins à partir de 1458, les Spandounès étaient à Rome des familiers d’Isidore de Kiev. Dans ces conditions, serait-il présomptueux de penser que, présents à Gênes le 8 août, ces Byzantins arrivaient directement de Rome, ayant convoyé eux-mêmes une procuration de Mammas en date du 22 juillet précédent, et peut-être aussi la bulle pontifïcale ? Quoi qu’il en soit, on soupçonne que dans toute cette affaire, la contribution de Spandounès alla bien au-delà de ce que les maigres documents en notre possession cachent.

  • 204 Cette fois-ci le Sénat était même plus précis sur l’étendue des malheurs dont les frères avaient ét (...)
  • 205 La somme était décidément très conséquente, et fait penser à un prêt négocié par Notaras au nom de (...)
  • 206 ASV, Senato Terra 3, fol. 126r : Si intra terminum duorum annorum, aliquis appareret qui contradice (...)

56Ce 8 août 1454, la bulle pontificale adressée au patriarche de Venise avait également dû parvenir à son destinataire, mais nous ignorons si le patriarche, en l’occurrence Lorenzo Giustinian (f 1456), contacta aussitôt les Procurateurs de Saint-Marc. Car si l’on s’occupa effectivement, à quelque temps de là, d’écorner un peu la fortune vénitienne des Notaras, ce ne fut pas du tout au bénéfice des « pauvres orphelines », mais bien indépendamment de l’affaire qui nous occupe. C’est que les frères Lodovico et Antonio Bembo, nullement découragés d’avoir été déboutés le 2 avril précédent, déposèrent en effet une nouvelle demande le 28 août 1454 devant le Sénat vénitien204. On se souvient qu’ayant gagné un procès contre les Procurateurs de Saint-Marc, ils avaient réclamé du Sénat de pouvoir se servir sur les imprestitis et bonis quondam Megaduche pour se rembourser d’une dette de 2 200 ducats contractée à leur encontre par Loukas Notaras, ce que le Sénat avait alors refusé205. Or, voilà que quatre mois plus tard, ce même Sénat revenait sur sa précédente décision et accédait à leur requête ! Il est vrai que les frères Bembo eurent cette fois l’habileté d’informer les sénateurs qu’outre le fait qu’ils aient été débiteurs auprès de privés, ils se trouvaient également débiteurs de l’Etat vénitien lui-même. Il est significatif à cet égard de constater que les deux questions, soit l’examen des facilités à eux offertes pour régler leurs dettes vis-à-vis des offices vénitiens, et la question de la dette Notaras, aient été examinées en même temps, tout en faisant l’objet de deux votes distincts. Mais ils n’emportèrent la décision sur ce dernier volet qu’à seulement une voix de majorité : 58 oui et 23 non pour 34 non sinceri. Et encore le Sénat prenait-il des précautions. Si, dans le terme des deux prochaines années, quelqu’un se présentait pour contredire la sentence favorable aux Bembo rendue autrefois par les juges du Procurateur, celle-ci serait cassée. Par la même occasion se voyaient soumis aux mêmes conditions tous ceux qui, à l’avenir, obtiendraient également des sentences de justice contre la succession Notaras pour le même motif206.

  • 207 ...habuerim noticiam qualiter per aliquas personas qui dicunt se esse creditores de bonis dicti ser (...)

57Lorsque la nouvelle de la victoire des Bembo parvint ainsi jusqu’en Crète, elle fit effectivement naître des espoirs parmi d’autres créditeurs des Notaras, mais le naufrage tant du fonds des « Giudici del Procurator » que de celui de la camera Imprestitorum, ne permet pas de savoir si leurs prétentions furent reçues. C’est ainsi que de Candie, le 3 janvier 1455, une ancienne figure de la colonie vénitienne de Constantinople, le Crétois Nicolo Polo, se décidait lui aussi à tenter sa chance en envoyant des procureurs à Venise, attendu que « j’ai eu certaine connaissance, par quelques personnes qui se disaient créditrices des biens du dit feu ser Luca que, suite à des pétitions de ces personnes, il fut procédé à l’interdiction, sous condition, de certains « prestiti » dudit ser Luca ». Car Polo déclarait être « créditeur sur les biens de ser Luca autrefois grand duc de Constantinople, de la somme d’environ 1 072 hyperpères de Romanie et 40 karats », et il ajoutait du reste cette précision étonnante : « ce que ser Luca lui-même, ayant fait ses comptes avec moi un jour avant la capture de Constantinople par les Turcs, reconnut devoir me donner »207. Imagine-t-on vraiment Loukas Notaras, le 28 mai 1453, délaisser momentanément la garde des remparts maritimes pour accepter de s’attabler quelques minutes avec son créditeur quelque peu intempestif, et faire ensemble leurs comptes ?

  • 208 Et cela pour se voir forcés depuis quelque temps de livrer une partie de ces biens à l’appétit des (...)
  • 209 ASV, Senato Mar 5, fol. 64v : Comparens ad presentiam Dominii vir nobilis Andreas Donato, Procurato (...)
  • 210 Ibid. : Et propterea ipsi Procuratores petebant provideri, cum non habeant libertatem opportunam ci (...)

58Du reste, tout cela n’était que péripéties. Le 4 novembre suivant, soit tout de même près de trois mois après que les choses se soient réglées à Gênes, le Sénat statuait enfin sur notre affaire. Ce jour-là en effet l’un des trois « Procuratori di San Marco de Sopra », dont on se souvient qu’ils avaient été institués defensores bonorum domini Luce Notara de Constantinopoli208, le nobilis vir Andrea Donado, se présentait devant l’auguste assemblée, ayant une importante déclaration à faire. Tout récemment annonçait-il, lui et ses collègues de la Procuratia, « tuteurs des enfants et héritiers de feu le grand duc cruellement tué par le Turc », avaient reçu la visite « d’un certain procureur des filles du grand duc tenues captives par les Turcs qui les avait exhortés que, sur les emprunts d’Etat, revenus et biens de feu kyr Nikolaos, père du dit feu grand duc et revenant à ce dernier, il lui soit donné autant d’argent que nécessaire pour les racheter et les libérer de leur captivité »209. Aussi, considérant combien « ce serait œuvre pie que de pourvoir à la libération des dites filles du dit feu grand duc des mains des Turcs au moyen de leur propre argent » ( !), et attendu qu’ils n’en avaient pas eux-mêmes la liberté, les Procurateurs réclamaient maintenant du Sénat qu’il leur en donnât l’autorisation210. Manifestement satisfaits de pouvoir faire ainsi « œuvre pie » sans avoir à dépenser l’argent du contribuable vénitien, c’est avec un réel enthousiasme que les braves sénateurs acceptèrent de souscrire aux vœux des Procurateurs : 120 oui, 0 non et 0 indécis... Une unanimité dont les annales de la République enregistrent peu d’exemples.

  • 211 Ibid. : Vadit pars, quod Procuratores nostri, tutores suprascripti, habeant auctoritate huius Consi (...)
  • 212 La principauté des Gattilusii comptait à la fois des notaires génois écrivant en latin et des tabel (...)
  • 213 Car il n’y avait pas, à Andrinople, de notaires latins. Cf. supra, n. 162, à propos de l’apodixia r (...)
  • 214 Mais à Andrinople, capitale ottomane, tolérait-on l’activité de tabelliones greci ?
  • 215 Et un contact établi, à mon avis, postérieurement aux actes romains et génois des 11, 22 juillet et (...)
  • 216 Car comment imaginer les prisonnières faire une telle démarche à l’insu de celui qui les détenait ?

59Les Procurateurs de Saint-Marc de Supra Andrea Donado, Michele Venier et Lodovico Loredan recevaient donc du Sénat « pleine et entière liberté pour vendre tant capital qu’intérêts des susdits emprunts d’Etat, ainsi que tous les biens pouvant en quelque manière revenir au feu grand duc, et toutes les provisiones qu’il leur semblerait bon de faire, pour la libération desdites dames »211. Une décision découlant logiquement, dira-t-on, de la « machine » mise en branle quelques mois plus tôt de Rome et de Gênes. Malheureusement cela n’est pas si simple, et ce document comporte bien des énigmes. En premier lieu, remarquons qu’il n’y est fait aucunement mention d’une démarche du patriarche de Venise, et partant, de la bulle pontificale du 11 juillet. Et puis, qu’était-ce donc que ce quidam procurator filiarum ipsius Megaduche que captive tenentur per Teucros ? Un Vénitien, un Génois, un Grec ? L’imprécision du document est à cet égard bien irritante. Il ne peut cacher en tout cas Pelegro di Promontorio ou Niccolò Grimaldi : ces deux-là étaient procureurs du patriarche de Constantinople Grègorios Mammas, aucunement procureurs des filles Notaras. Or, qui dit procureur dit acte de procuration, c’est-à-dire un personnage désigné officiellement devant notaire par les parties émettrices, en l’occurrence ici les filles Notaras. Et encore, si l’acte en question avait émané d’Héléna et Anna Notara, les filles libres du mégas doux212 ! Mais le document révèle que ledit procureur était celui des filles Notaras prisonnières. Cela signifie obligatoirement qu’à Andrinople, où elles étaient retenues captives, Maria et Théodôra Notara, soit choisirent un procureur en rédigeant elles-mêmes une simple apodixia latine authentifiée par leurs signatures et celles de témoins213, soit firent rédiger une procuration en bonne et due forme, en grec, par un tabellio grecus214. Quoi qu’il en soit, et si les déclarations d’Andrea Donado au Sénat ont été bien comprises par le rédacteur de la délibération sénatoriale, il n’y a pas d’autre interprétation possible à donner : à Andrinople, les filles de Notaras prisonnières désignèrent un procureur - qui n’avait pas, lui, à être forcément sur place -, pour lever l’argent de la famille en Italie en vue de réunir la rançon réclamée par le sultan. Et l’identité de ce procureur nous reste pour lors inconnue. Est-ce à dire que c’est indépendamment de l’action de Promontorio, Cebà, Mammas et Nicolas V, que ce procureur se présenta devant le Sénat ce 4 novembre 1454 ? Compte tenu des dates des actes romains et génois précédents, il est difficile de ne pas voir un lien entre toutes ces démarches. Cet acte vénitien montrerait plutôt qu’un contact direct venait d’être établi avec celles dont on préparait la libération215, et forcément avec l’approbation du sultan216.

Une étroite collaboration vénéto-génoise et un personnage-clé à Venise : le Génois Battista di Franchi (1455-1456)

  • 217 Ce qui signifie que sur les comptes Notaras des « cartolarii delle colonne » de l’année 1454, la pa (...)
  • 218 Année 1454 dans Burgo : 1 024 lb. 15 s. 11 d. (ASG, SG, CC, PNB n° 182, fol. 564r) ; dans Regiminis (...)
  • 219 Voir supra, n. 76.
  • 220 Exactement 3 298 lb. 13 s. 8 d. Pour le rapport entre le ducat venitien et la livre de Genes, voir (...)
  • 221 Il est possible de le savoir non en raison des « cartolarii » de la compera Caffe, qui ne se sont p (...)
  • 222 Je n’ai pas trouve ainsi d’acte de procuration de Pelegro di Promontorio en faveur de son fils Gabr (...)

60Le dénouement allait encore prendre du temps. Du reste, on n’est guère renseigné sur la suite des événements à partir de là. Une chose est sûre, c’est la mise en place dès lors d’une collaboration étroite entre Génois et Vénitiens, mais dans lequel le rôle dévolu aux uns et aux autres est bien distinct : à Venise la tâche de négocier avec le sultan ; à Gênes celle d’assurer l’acheminement de l’argent de la rançon. Car ce n’est pas de Crète, possession vénitienne, que l’argent va transiter, mais de Chio, possession génoise. Mais cette rançon, ce sont les Procurateurs de Saint-Marc qui devront la régler. Est-ce à dire que Promontorio et Cebà auraient renoncé à prélever les intérets Notaras du « Banco di San Giorgio » ? Ils ne le font pas en tout cas en 1454. Mais il est vrai que le document leur en donnant le droit datait du 8 août de cette année, soit trop tard pour retirer les « paghe » de 1454. La consultation des comptes Notaras montre qu’ils le firent l’année suivante : le 4 novembre 1455. Ce jour-là, les deux hommes retirèrent ensemble les « paghe » de 1454 et celles de 1455217. Le montant en était identique pour les deux années : 1 293 lb. 12 s218. Soit, pour le cumul des « paghe » de 1454 et 1455, la somme de 2 597 lb. 4 s., compte tenu du fait que, suite à une erreur comptable, 10 lb. avaient manqué sur le versement de la « paga » du compte Suxilie de 1453 : Pelegro les récupéra dès le 22 mai 1455219. Ajoutées aux 1 283 lb. 12 s. 1 d. prélevées en 1453, c’était donc 3 880 lb. 16 s. 1 d. de lires de « paghe » collectées. Et en monnaie courante, attendu que 20 sous de « paghe » équivalaient à peu près dans la période à 17 sous monete currentis, cela donnait une somme effective de 3 300 lb. génoises, ou 1 320 ducats vénitiens220. C’était bien là d’ailleurs la somme maximale que l’on put réunir à Gênes, car on ne toucha pas aux intérêts des 37 loca et 2 sommi caffiotes comme il en avait été décidé à l’origine221. Pas plus qu’il ne parut nécessaire de se servir sur les biens immeubles des Notaras en terres orientales génoises222.

  • 223 À en croire ce qu’ecrivait a son gouvernement, le 29 juin 1453, l’ambassadeur florentin Soderini, u (...)

61Pour convoyer cette somme à Venise, et de manière générale pour dialoguer avec les autorités locales, Promontorio et Cebà collaboraient avec des Génois résidant à Venise même223. Leur interlocuteur privilégié n’était autre que Battista di Franchi

  • 224 Voir ainsi par exemple la lettre du 08/08/1453 adressée à l’egregio viro Baptiste de Franchis de Bu (...)
  • 225 Lettre du 16/07/1453 : Petrus etc., Dux. Illustrissimo ac clarissimo principi domino Francisco Fusc (...)
  • 226 Ainsi devant le Sénat, le 4 août 1454 : Quoniam Baptista de Franchis civis et mercator lanuensis hi (...)
  • 227 Une instructio qui commence par ses mots : Dux Ianuensium et cetera. Cum audiremus carissime civis (...)
  • 228 Nobili viro Angelo Iohanni Lomellino, Potestati nostro Pere nobis carissimo. Nobilis vir nobis cari (...)
  • 229 C’est en 1470 que Battista di Franchi faisait cette révélation à propos de Varna : Aderam ego ! Il (...)
  • 230 « Aluvixe Burgaro » : Badoer, p. 7024,27,28, 7117, 9113, 9322, 9414, 994, 13921, 17821, 18219,29, 1 (...)
  • 231 Du moins si « Aluvixe de Franchi » (Badoer, p. 10036, 25223, 25 322, 35219, 4654) ne fait pas qu’un (...)
  • 232 ... specialiter et expresse ad habendum, petendum, recipiendum et recuperandum pro ipsis constituen (...)
  • 233 Ambrogio à Péra : Roccatagliata, Fera, op. cit., doc. 37 (06/04/1453), p. 114 ; à Chio : A. Roccata (...)
  • 234 Dans la somme de documents publiés ou inédits que j’ai pu collecter les concernant, il n’est presqu (...)
  • 235 Un document important, et inédit, pour les institutions du commerce oriental postérieurement à la c (...)
  • 236 Ce qui occasionna, à Gênes, une controverse entre Carlo Bozolo et Francesco di Promontorio fort lon (...)
  • 237 ASV, Notatorio del Collegio 9, fol. 53r.
  • 238 Ainsi, le 19 aout 1454, les Protecteurs ecrivaient-ils une missive a l’egregio et prestanti viro Ba (...)
  • 239 ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1826 (03/10/1453), fol. 436r : un sauf-conduit pour lenobili Salvagi (...)

62Bulgaro Bartholomei, celui-là même qui avait informé sa métropole de la chute de Constantinople sitôt la nouvelle parvenue à Venise. De nombreux documents génois et vénitiens renseignent sur le statut très particulier qui était celui de ce personnage dans la cité de la lagune. Certes civis et mercator Icinuensis, l’homme était en réalité beaucoup plus que cela : avant tout le représentant permanent officieux du gouvernement génois à Venise, et en premier lieu du doge Pietro Campofregoso, dont il était par ailleurs l’affinis. Campofregoso l’utilisait en effet pour sa diplomatie secrète avec le doge Francesco Foscari dans le but de rallier alors la Sérénissime à la ligue formée par Gênes, Milan et Florence ; aussi lui écrivait-il souvent224, s’adressant dans le même temps très régulièrement à Foscari pour qu’il accorde à Battista la reconduction de son sauf-conduit225. Cela n’empêchait pas la République ligure de dépêcher sur place des ambassadeurs dûment mandatés, mais toujours après avoir consulté d’abord Battista, qui transmettait ordinairement lui-même les doléances génoises226. Lorsqu’il écrivit de Venise, avec Pietro Stella, sa fameuse lettre sur la chute de Constantinople, le 26 juin 1453, Battista s’y trouvait depuis fort peu de temps. Le fonds génois des instructions d’ambassade a conservé à cet égard une simple instructio Baptiste Burgari en date du 14 mai 1453, rédigée par Pietro Campofregoso, et qui fait du reste la lumière sur la mission politique qui lui était confiée227. Il semble que Battista se trouvait encore à Gênes le 20 mai suivant, jour où le doge écrivait au podestat de Péra Angelo Giovanni Lomellino pour lui ordonner de revenir sur l’interdiction que ledit podestat et les autorités pérotes avaient signifiée au patron Gabriele Picco de ne pas quitter Péra sans leur autorisation expresse. Car Campofregoso déclarait avoir appris l’affaire par Pelegro di Promontorio et Battista di Franchi, qui étaient spécialement venus le trouver pour l’en informer228. Personnage-clé à Venise pour la diplomatie génoise, Battista l’était donc devenu depuis peu. Son choix, par le doge Pietro Campofregoso, s’explique certes par leur parenté, mais aussi par les atouts, personnels et familiaux de Battista, qui le mettaient en relation étroite avec l’Orient. Battista était du reste lui-même un ancien homme d’Orient. Au soir de sa vie, dans une lettre qui trahit la plume d’un homme frotté d’humanisme, le patricius Genuensis Battista di Franchi Bulgare confiait ainsi s’être trouvé en Romanie au moment de la croisade de Varna (1444) ; ce qui lui donnait le droit de s’élever avec force contre l’assertion développée par Pie II dans son « De Europa », selon laquelle ce furent les Génois qui assurèrent alors le transport des forces ottomanes en Europe, et provoquèrent ainsi la défaite des armées chrétiennes229. Mais sans doute y demeura-t-il peu de temps, peut-être seulement les quelques années réglementaires d’apprentissage du métier aux côtés de l’oncle Lodisio di Franchi Bulgare, déjà attesté dans la colonie en 1424, et dans lequel il faut reconnaître « Aluvixe Bulgare », marchand connu à Péra entre 1436 et 1440 par Badoer230. A cette époque-là justement, se trouvaient également dans cette colonie ses propres frères et cousins germains : Lodisio, Agostino et Bartolomeo231. Quoi qu’il en soit, quelques documents notariés montrent que, par leur intermédiaire, Battista commerçait avec l’Orient. Le 11 mars 1452, à Gênes, Lodisius et Batista de Franchis de Burgaro, cives et mercatores lanuenses, nommaient des procureurs à Naples afin de récupérer en leur nom tout le coton leur appartenant, et dont s’était emparé à quelque temps de là le pirate catalan Lodisius Torreles, tant par terre que par mer, in partibus Foliarum Turchie, soit Vieille et Nouvelle Phocée232. En 1453, Agostino di Franchi Bulgaro résidait encore à Péra, flanqué d’un cousin germain, Ambrogio di Franchi Bulgaro quondam Leonardi, et tous deux se replièrent après la catastrophe sur Chio, suivant ainsi l’exemple de tant de Pérotes233. Même s’il n’est guère aisé de faire le tri entre ceux qui étaient, à Chio, ses frères ou ses cousins germains234, il est indubitable que Battista y avait alors des parents très proches. Le fait est d’ailleurs confirmé par un document important, une lettre adressée le 20 novembre 1454 au doge de Venise par son homologue de Gênes où, évoquant le projet d’installer un consul des Vénitiens à Chio, Campofregoso lui signalait qu’il pouvait étudier la question avec Battista di Franchi, vu que ce dernier avait des propinqui dans l’île 235 Que Battista di Franchi soit resté, à Venise, en rapports étroits avec ses parents et compatriotes de Chio est donc clair. Mais qu’il en ait été de même à Gênes avec Pelegro di Promontorio et Niccolo Cebà ne fait aucun doute non plus. C’est ainsi qu’à Venise, fin 1454 ou début 1455, Battista se vit chargé par le marchand chiote Francesco di Promontorio, autrement dit le propre fils de Pelegro, de réceptionner sur place, dès l’arrivée de la nave sur laquelle elles étaient embarquées, les vegetes viginti in circa moronarum appartenant à Francesco, et de les remettre à l’ex-marchand pérote Carlo Bozolo, qui les avait achetées auparavant, à Chio même, à Promontorio. Le problème étant que lorsque Carlo arriva pour les récupérer, il se trouva que ledit poisson, conservé dans un magasin situé dans la « contracta » où demeurait Battista à Venise, était largement avarié236. De même voit-on, toujours à Venise, les « Provveditori di Comun » permettre à Battista, le 21 juillet 1455, de récupérer une partie des marchandises génoises séquestrées par le gouvernement vénitien à la suite de la capture, à Chio, de la nave crétoise « Zancarola » marchandises qui lui étaient originellement destinées237. Ces contacts étroits de Battista di Franchi avec Chio étaient aussi encouragés par le gouvernement génois : Battista était à Venise tout autant le réceptionnaire attitré des marchandises chiotes que « la boîte à lettres » privilégiée du doge Campofregoso et des Protecteurs de Saint-Georges pour que soient acheminées dans l’île leurs directives à la Mahone238. Pour l’assister dans la cité de la lagune, Battista avait également à ses côtés un autre marchand génois dont il serait peut-être injuste de sous-estimer le rôle dans l’affaire, faute de documents aussi éclairants : Salvagio Vivaldi quondam domini Lazard. Associé d’affaires de Battista, Salvagio Vivaldi avait fait l’objet auprès de Foscari, au même titre que lui, de demandes du doge Campofregoso visant l’octroi de sauf-conduits pour prolonger son séjour à Venise : d’abord le 3 octobre 1453, puis le 21 mai 1454239.

63Il n’en reste pas moins que la cheville ouvrière du réseau que l’on voit ainsi se mettre en place entre 1454 et 1456 apparaît bien avoir été Battista di Franchi. Déjà intermédiaire à Venise entre les doges Foscari et Campofregoso, Battista pouvait faire aussi le lien entre d’une part Promontorio et Cebà et les Procurateurs de Saint-Marc, et d’autre part entre ces derniers et les marchands de Chio, via ses frères et cousins Agostino et Ambrogio, qui se chargeraient sur place du dernier maillon, essentiel celui-là : Chio-Péra-Andrinople.

Retour sur le front oriental : Héléna Notara Gateliousaina et le baile vénitien Bartolomeo Marcello (1455-1456)

  • 240 La lettre où l’archevêque Leonardo di Chio reproche à Gennadios II de continuer à supporter l’empri (...)
  • 241 Pour Thomas Katabolènos, qui devait finir tragiquement sa carrière au service des Ottomans, empalé (...)
  • 242 Le secrétaire Dèmètrios Chrysobergès, attesté par des documents vénitiens (cf. plus loin), est pass (...)
  • 243 Ce Mehmed, un renégat grec fils d’un Mandromènos et ayant reçu le prénom de Mehmed à l’occasion de (...)

64C’est sur cet axe Chio-Péra-Andrinople que nous manquons cruellement d’informations, et de manière générale, sur ce qui se passait alors en Romanie à propos de notre affaire. On a vu qu’un contact direct avec les prisonnières avait été établi, ce qui laisse supposer en dernier lieu que Mehmed II n’était plus, sur le principe, hostile à une initiative occidentale visant à libérer ses illustres détenues, et donc qu’il rendait possible des négociations avec les Italiens à ce propos. On doit supposer également, faute de mieux, que ces négociations furent surtout conduites de manière plus active tout au long de l’année 1455. Mais le degré d’implication d’Héléna Notara Gateliousaina dans celles-ci reste inconnu, de même que l’action menée par ses « alliés » grecs d’Andrinople dans le même temps. On sait que les financiers Iôannès Basilikos et Thomas Pyropoulos réussirent à placer Gennadios Scholarios à la tête du Patriarcat de Constantinople rétabli par les soins du Conquérant (4 janvier 1454), et qu’ils recueillaient alors les fruits de leur entreprise240, eux et les puissants Grecs qui entouraient Mehmed avant la chute même : les secrétaires Thomas Katabolènos, Dèmètrios Apokaukos Kyritzès241, Dèmètrios Chrysobergès242, un Mehmed « Mandromènos »243.Les premiers signes de ce qui devait devenir une des caractéristiques de l’époque phanariote étaient déjà en place : la mise en coupe réglée du Patriarcat par les Grecs riches et influents de l’entourage sultanien. Du « juge et grand émin » du sultan à Andrinople, Isidôros, on n’a plus alors d’informations. De toute façon, à partir de la seconde moitié de l’année 1455, et si jamais Héléna Notara Gateliousaina espérait encore parvenir elle-même à faire libérer ses sœurs, la dégradation de sa position politique à Ainos la mit, apparemment, définitivement hors course.

65Il faut dire que l’on est alors à une époque charnière où la donne change très rapidement, et cela d’abord du fait du sultan lui-même. En reconduisant les traités avec les puissances égéennes, balkaniques et vénitienne au lendemain de la prise de Constantinople, Mehmed II ne s’était assuré jamais que la tranquillité nécessaire à la construction de la flotte qui lui manquait alors pour poursuivre sa politique de conquête sur le front maritime. Dès que cette dernière fut prête, en 1455, les gouvernants latins des îles de l’Égée purent constater combien ils s’étaient fait berner : les importants tributs versés, les traités signés n’étaient que leurres et chiffons de papier, et si ils avaient cru acheter ainsi de longues années de statu quo, le réveil n’en fut que plus rude. Passé maître dans l’art de saisir les prétextes les plus spécieux pour donner à ses agressions le vernis de la légitimité, Mehmed II changea en effet radicalement de politique dès que le port de Gallipoli fut en mesure d’accueillir une armada capable de rivaliser avec les flottes vénitienne et génoise. Ce qui fut le cas à partir de la seconde moitié de 1455. Or les premiers à en souffrir furent les possessions génoises égéennes et, outre Chio, celles des Gattilusi de Mytilène et d’Ainos.

  • 244 On ne peut être plus précis faute de sources.
  • 245 Le bien-fondé des accusations d’Héléna contre son beau-frère concernant une trahison de ce dernier (...)
  • 246 Un oncle qui demeure bien mystérieux...
  • 247 Tout ce qui précède n’est en effet raconté que par un seul chroniqueur, Kritoboulos d’Imbros : éd. (...)

66Le beau-père et protecteur d’Héléna, Palamede Gattilusio mourut vers la mi-1455244. Les conséquences de cette disparition ne tardèrent pas. Son seul fils légitime survivant, Dorino, s’empara aussitôt de la succession et écarta brutalement sa belle-sœur et les enfants de cette dernière, un coup de force que le sultan avalisa tout d’abord. Non seulement Héléna échoua dans sa tentative de recouvrer ses droits sur Ainos - par une négociation avec Dorino qui l’occupa tout entière jusqu’aux approches de l’hiver -, mais elle n’obtint même pas de lui la restitution de ses biens personnels, qu’il avait fait saisir. Désormais obnubilée par le désir de les recouvrer, et peut-être aussi désireuse d’exercer à l’encontre de Dorino une vengeance qu’elle était dans l’incapacité d’obtenir seule, Héléna imagina alors de mêler le sultan, suzerain suprême, à l’affaire. Et, comprenant combien ses mésaventures personnelles auraient peu de chances d’émouvoir Mehmed II, elle résolut de monter contre son beau-frère un dossier accablant d’où il ressortait que, félon vis-à-vis d’elle, Dorino ne l’était pas moins vis-à-vis de son suzerain, préparant activement armements et négociations avec les Italiens dans le but de se dégager de sa tutelle, et s’apprêtant manifestement à entrer en rébellion ouverte245. Dans un premier temps, elle dépêcha d’abord à Andrinople un ambassadeur - son oncle, si l’on en croit Kritoboulos d’Imbros 246 -, puis se résolut à venir elle-même trouver celui qu’elle avait pourtant toutes les raisons d’exécrer. Espérait-elle jouer de la faveur, que l’on disait grandissante, de son jeune frère Iakôbos auprès du Grand Seigneur ? Quoi qu’il en soit, l’effet de ses déclarations fut radical. Le sultan entra, ou plutôt feignit d’entrer, dans une violente colère à l’enonciation de ces faits, sans chercher d’ailleurs à en vérifier l’exactitude, trop content qu’Héléna vienne ainsi lui offrir le prétexte qu’il attendait pour pouvoir mettre fin à l’indépendance d’une ville dangereuse à tous points de vue. Accessoirement, il se déclara tout aussi scandalisé de l’injustice perpétrée par Dorino à l’encontre d’Héléna et de ses enfants, et on espère au moins en effet que cette dernière eut sa part de récompense matérielle dans ce qui allait suivre : la conquête d’Ainos par le Conquérant en personne. De fait, la riposte de Mehmed II ne se fit pas attendre. Tandis qu’il envoyait sa flotte assiéger la ville, il se mit à la tête des contingents basés à Andrinople et, en plein cœur d’un hiver particulièrement rigoureux, marcha sur Ainos, dont les habitants capitulèrent avant même l’encerclement définitif, en janvier 1456. L’historien Kritoboulos, qui raconte les faits, ne dit cependant pas ce que fut ensuite le destin d’Héléna247. Désormais sous la protection directe du sultan, il est fort possible qu’elle se soit alors résolue à aller retrouver ses sœurs dans leur « résidence surveillée » d’Andrinople, en attendant que les négociations en vue de leur libération aboutissent enfin. Dans les doléances qu’elle vint présenter au souverain en décembre 1455, on imagine mal que les discussions sur son avenir n’aient pas englobé le cas de ses sœurs prisonnières. Puisqu’il se campait à son égard dans la position du justicier prenant la défense de la veuve et des orphelins spoliés, et qu’il lui devait en effet une rétribution pour avoir pu, grâce à elle, couper court à une « trahison » d’un vassal dangereux à terme, Mehmed II n’était-il pas dans l’obligation morale de faire un geste de ce côté-là ? Héléna négocia-t-elle alors avec lui, déclarant qu’elle irait s’installer auprès de ses sœurs le temps que l’argent de leur rançon arrive d’Occident, et qu’ensuite elles escomptaient bien obtenir le droit de quitter l’Empire ottoman ? Autant d’interrogations qui, pour l’instant, demeurent sans réponse.

  • 248 Valentini, Acta Albaniae Veneta, op. cit., 22, doc. 6203 (28/06/1454), p. 265-267. L’ulufecibaşi ét (...)
  • 249 Le conditionnel est en effet de rigueur car ce que nous avons, ce sont seulement les lettres par le (...)
  • 250 ASV, Senato Terra 3, fol. 122v : Die sexto iulii. Per virum nobilem Bartholomeum Marcello, qui fuit (...)
  • 251 Ibid., fol. 124r : Die XXX iulii. Cum vir nobilis Bartholomeus Marcello, qui fuit orator noster ad (...)
  • 252 Ibid., fol. 125r: Die octavo augusti. Cum vir nobilis Bartholomeus Marcello, qui fuit orator noster (...)
  • 253 Sur « Nichola Sofiano, nievo de Luca Notara » : Badoer, p. 58514, 78426, 78520, 79611,25. On sait q (...)
  • 254 Toute l’affaire nous est connue par la seule décision du Sénat vénitien visant à forcer les autorit (...)
  • 255 Cette correspondance n’est conservée correctement qu’à partir de l’extrême fin du xve siècle : R. M (...)

67Mais nous constatons par ailleurs qu’en cette première moitié de 1456, les choses avançaient enfin à grand pas. Le volet politique des tractations était, on l’a vu, entre les mains de Venise. « L’affaire Notaras » constituait désormais un des multiples points d’achoppement des relations diplomatiques entre les deux puissances, et une question dont l’état d’avancement devait faire l’objet des très réguliers rapports adressés à la Sérénissime par ses fonctionnaires sur place, et en premier lieu par le baile vénitien de Constantinople de l’époque. Or ce dernier n’était autre alors que ce Bartolomeo Marcello dont on se souvient qu’il avait été en 1453/54, aux côtés de Sékoundinos, ambassadeur de Venise auprès du sultan. C’est donc lui qui, dans la période que dura son baiulatus (fin 1454-début 1456), fut en première ligne. On a vu qu’il eut l’occasion de rencontrer déjà Héléna Notara Gateliousaina durant l’hiver 1453/54. Et à y regarder de près, il est intéressant de constater combien il fut souvent amené à nouer des contacts avec des gens qui, soit avaient tenu de près à Loukas Notaras, soit étaient directement mêlés à l’affaire du rachat de ses filles. C’est le 28 juin 1454 qu’il rentra à Venise après son ambassade, muni du traité signé le 18 avril précédent à Constantinople par Mehmed II. Ce faisant, il emmenait aussi deux ambassadeurs du sultan, le secrétaire grec Dèmètrios Chrysobergès (ser Dimitri Ghrusovergi scrivan) et l’ulufecibaşi Ahmed (Allofacibassi Achmet), un curieux attelage qui devait finalement repartir avec lui248. Comme il était de rigueur, il remit d’entrée aux Officiâtes Rationum Novarum de la métropole les comptes de son ambassade, dont lesdits magistrats contestèrent bien des points. C’est que les dépenses faites par Marcello in partihus Turchie avaient été en effet imposantes, et cela en dépit des fortes sommes que, très régulièrement, le Sénat lui aurait fait parvenir249 : tout indique en particulier que dans les derniers temps de son séjour, Marcello avait eu des besoins pressants, sollicitant du tout venant de nombreuses lettres de change. Néanmoins, dès le mois de juillet 1454, le Sénat décidait de rembourser les créanciers de celui qui fuit orator noster ad Imperatorem Turchorum, d’autant que ces derniers faisaient le siège du Sénat omni hora. Le 6 juillet, le Sénat commençait par un créancier qui avait fourni 375 ducats, et qu’il s’agissait en effet de satisfaire en premier lieu puisqu’il n’était autre que l’un des ambassadeurs de Mehmed II, à savoir son secrétaire grec Dèmètrios Chrysobergès250. Comme cet ambassadeur du terrible sultan avait un besoin urgent de cette somme pour maintenir son train à Venise, on comprend l’empressement du Sénat à le satisfaire... Le 30 juillet suivant, c’était la requête du Grec Kaloianès Konstantinos - soit un ex-Constantino-politain inconnu par ailleurs, soit un Crétois -, qui était reçue. Par lettres de change, ce dernier avait consenti à Marcello un prêt de 166 ducats 2/3, et il en réclamait instamment le remboursement attendu qu’il avait besoin de cette somme pour racheter sa famille des mains des Turcs251. Le 8 août, le Sénat examinait le remboursement de deux nouvelles lettres de change, l’une de 150 ducats et demi, l’autre de 346 ducats, à régler à Venise à... Battista di Franchi252. Sans doute ces deux lettres de change furent-elles écrites par des Génois d’Orient évidemment connus de Battista, et on aimerait bien savoir leurs noms, ainsi que le lieu où elles furent émises : Péra, Ainos, ou Andrinople même ? Quoi qu’il en soit, elles ne pouvaient concerner l’affaire Notaras, la chronologie l’interdisant puisqu’on a vu plus haut que la collaboration vénéto-génoise en vue du rachat de la famille ne se mit en place qu’à partir de la fin de cette année 1454, soit après le retour de Marcello en métropole. Au moins montrent-elles que, dès le début de 1454, le réseau financier qui servira plus tard le rachat était déjà organisé. Mais c’est un document plus tardif qui nous apprend l’identité du créancier de Marcello le plus intéressant de tous : Théodôros Drymalès. Ce n’est en effet que le 6 mai 1455 que le Sénat envisageait le remboursement des 309 ducats que ce personnage avait consenti à avancer à Marcello, à Constantinople même. C’était en mai 1454 que ce prêt avait eu lieu - soit alors que Marcello s’apprêtait à retourner à Venise muni d’un traité signé le 18 avril précédent -, prêt garanti par une lettre de change remboursable auprès du Regimen de Crète. La carrière de Théodôros Drymalès, marchand originaire de Coron, installé dans la capitale byzantine depuis le début des années 1440 pour ses affaires et jusqu’ici inconnu, peut être reconstituée par un certain nombre d’inédits. Il avait bien connu le mégas doux puisqu’il avait servi à Tana de procureur à Loukas Notaras en 1442. Et on voit à Constantinople, le 31 mars 1446, Théodôros Drymalès nommer à son tour comme procureur un ser Nicola Sofiano campsor de Constantinopoli, quand Badoer nous apprend l’existence dans la capitale, début 1440, d’un « Nichola Sofiano » qui était le « nievo » de Loukas Notaras253. La chute de Constantinople trouva Théodôros à Manfredonia, dans les Pouilles, où il s’occupait à faire charger du blé en direction de la capitale assiégée. Le désastre l’amena alors en Crète, où une affaire judiciaire consécutive à cette cargaison de blé le retint au moins jusqu’à la fin d’octobre 1453, avant qu’il ne puisse regagner Constantinople en vue de racheter sa famille. Si, à Constantinople en mai 1454, il accepta de se séparer de ces 309 ducats si nécessaires à la libération de sa femme et de ses enfants, prisonniers des Turcs depuis le 29 mai 1453, c’est à l’évidence parce qu’il escomptait qu’en échange, Marcello accepterait avant de partir de mettre à profit son récent succès diplomatique auprès des autorités turques pour intercéder en faveur de la libération de sa famille. Il est tout aussi probable que Kaloianès Konstantinos avait consenti à se défaire de ses 166 ducats en faveur de Marcello pour les mêmes raisons. Or, ce 6 mai 1455, la famille de Drymalès était toujours prisonnière : les autorités crétoises avaient refusé d’honorer les lettres de change en réglant la dette de Marcello, ce qui contraignit Théodôros à faire cette fois le voyage de Venise afin de solliciter du Sénat qu’il fasse pression sur le Regimen de Crète254. Tout cela montre bien en tout cas que l’ambassadeur Bartolomeo Marcello, déjà invité par le Sénat à faciliter le rachat de nombre de sujets vénitiens, et dont on a supputé à l’époque des contacts directs avec Héléna d’Ainos et son beau-père Palamede Gattilusio, fut approché par d’autres Grecs ayant eux aussi des membres de leurs familles à racheter. A partir de la fin de 1454, le baile de Constantinople Bartolomeo Marcello, désormais en place au cœur même de la capitale ottomane, ne put qu’être pareillement sollicité, et d’abord par sa métropole, de faciliter les négociations avec la Porte en vue du rachat Notaras. Malheureusement, on sait le naufrage général pour la période des fameux « dispacci », rapports réguliers des bailes de Constantinople aux autorités vénitiennes...255.

  • 256 Valentini, Acta Albaniae Veneta, op. cit., 22, doc. 6207 (8/07/1454), p. 269-270.
  • 257 Ibid., 22, doc. 6232 (16/08/1454), p. 296-299 : Sicut scis restant adhuc captivi in mani-bus Teucro (...)
  • 258 Ibid, 22, doc. 6228 (16/08/1454), p. 291-292.

68Dès le 8 juillet 1454. Marcello fut élu baile de Constantinople par le Sénat256 ; il reçut sa commissio le 16 août suivant, s’y voyant entre autres recommander d’œuvrer au rachat nonnulli Veneti et fidèles nostri encore prisonniers des Turcs257. Embarqué sur la galée d’Alessandro Duodo tandis que les deux ambassadeurs de Mehmed II empruntaient celle de Bernardo Capello258, Marcello commença donc son mandat vers la fin septembre 1454 : celui de premier baile vénitien dans une Constantinople devenue ottomane.

  • 259 Ibid, 23, doc. 6412 (29/04/1456), p. 124.
  • 260 Ibid., 23, doc. 6422 (19/05/1456), p. 132: Quod oratori illustrissimi Domini Teucri, qui venit ad p (...)
  • 261 ASV, Senato Secreta 20, fol. 90r : Ad partem autem Teucri, qui suis demeritis per Baylum nostrum Ni (...)
  • 262 Ibid.. fol. 90r : Ut ergo illustrissima Dominacio Sua clare intelligat ea que contra dictum Teucrum (...)
  • 263 Ibid., fol. 90r. Suit le vote, de 150 oui, 1 non et 3 nonsinceri, publié cette fois par Valentini d (...)

69Il devait durer un peu moins de deux années, et prendre fin aux alentours de mars 1456. C’est en effet à partir du 29 avril 1456 que l’on enregistrait le retour de Marcello à Venise, flanqué de nouveau d’un ambassadeur turc dont, hélas, l’identité n’est cette fois pas connue259. Le 19 mai 1456, le Sénat rédigeait la commissio du nouveau baile de Constantinople, Lorenzo Vitturi, et le même jour examinait la manière de répondre au discours fait par l’ambassadeur ottoman. Le Sénat conseillait de commencer d’abord par souligner la grande affection qu’il nourrissait vis-à-vis du Turc, et donc tout l’intérêt avec lequel il avait écouté son ambassadeur, égal à celui qu’il avait toujours témoigné vis-à-vis de tout orator du sultan envoyé par le passé. Et cela d’autant que les sénateurs avaient constaté avec satisfaction, par les paroles de l’ambassadeur, combien Mehmed II était tout aussi attaché au respect de la paix entre les deux puissances que ne l’était Venise elle-même, et attentif à ne rien permettre qui puisse nuire à ces relations d’amitié260. Puis il passait à l’évocation d’une bien déplaisante affaire, celle d’un Turc qui avait été condamné à mort par le baile de Nègrepont (Eubée). En termes quelque peu alambiqués, et visiblement embarrassés, le Sénat entendait assurer l’ambassadeur que, sur cette question, il ne doutait pas que si le sultan avait su les méfaits commis par ce Turc dans l’île, lui qui se montrait si sourcilleux en matière de droit et de justice n’aurait pas manqué de commander lui-même au baile de châtier ce mauvais sujet261. D’ailleurs, afin de donner au sultan des éclaircissements définitifs sur cette affaire, l’ambassadeur devait être informé que le Sénat dépêcherait à Mehmed II le baile de Constantinople nouvellement nommé, qui l’approcherait dès son arrivée à cette fin. Bien entendu, les biens du dit Turc seraient restitués à celui que le sultan désignerait, et présentement, il fallait que le Collège s’exprime sur cette affaire devant l’ambassadeur ottoman de manière assez convaincante pour que, suffisamment édifié, ce dernier consente à abandonner le sujet. De même, si l’orateur turc revenait sur l’affaire de la galiote ottomane naufragée à Nègrepont. il fallait lui répondre que l’on avait déjà ordonné que ce qui en avait été récupéré serait restitué à celui que choisirait son maître262. Et c’est en manière de conclusion que le Sénat abordait enfin l’affaire qui nous occupe ici, en des termes hélas bien sibyllins : Et si de negotiis Megaduche et Ianuensis, aliquam mentionem faceret, iustificentur et hones-tentur causa predicte sicut melius, utilius et pertinentius videbitur Collegio...263.

  • 264 Il faut convenir du reste que sans cet éclairage, cette unique mention de l’affaire Notaras dans le (...)

70Au vu du dossier précédent, les « négociations menées avec les Génois relatives au mégas doux » s’expliquent aisément. Le Sénat faisait évidemment allusion là « à l’affaire Notaras », autrement dit la collaboration vénéto-génoise mise en place pour racheter les filles du mégas doux264. Mais pourquoi s’en justifier auprès de l’ambassadeur turc dans le cas où celui-ci demanderait des explications ? L’état de la documentation ne permet guère d’y voir clair. Peut-être cela signifie-t-il tout simplement que le sultan se déclarait surpris du vif intérêt montré par les puissances génoise et vénitienne pour cette entreprise, et désirait en comprendre les motivations. Après tout, qu’est-ce qui justifiait en effet que Gênes et Venise s’associent si étroitement pour le rachat d’aristocrates byzantins, et l’importunent de concert à ce sujet ? Dans ce cas, les justifications à apporter par le Collège étaient simples : il fallait seulement signaler que Venise et Gênes s’employaient à racheter les Notaras parce que le mégas doux avait joui des naturalisations génoise et vénitienne, ce qui avait fait de lui un subditus de ces deux puissances. Ce rappel pouvait seul suffire en effet à fonder la légitimité de l’entreprise présente. Mais il est également fort possible que le litige ait porté sur une autre considération, dont la justification s’avérait plus gênante pour Venise : les options choisies par les puissances occidentales à propos de la dévolution de l’hereditas Megaduche.

71Il est difficile en effet de penser que Mehmed II ait pu ignorer que les Notaras avaient beaucoup d’argent placé à Gênes et Venise. Tout un chacun le savait en Orient, comme en témoigne Chalkokondylès. Et depuis les premiers placements de Nikolaos Notaras, la rumeur publique en avait même considérablement exagéré le montant, la fortune des Notaras étant réputée fabuleuse. D’ailleurs il est fort probable que Mehmed II en ait su également quelque chose de la bouche des Génois et Vénitiens qui s’occupaient de ce rachat, si même ce n’était pas là l’une des explications que le Sénat entendait servir à cet ambassadeur ottoman le 19 mai 1456 : outre les naturalisations italiennes, le mégas doux avait laissé à Gênes et Venise une fortune appartenant désormais à ses héritiers, dont ceux qui se trouvaient être ses prisonniers ; voilà pourquoi il semblait légitime aux deux Républiques que cet argent serve en premier lieu à payer leurs rançons.

  • 265 Car trois des sœurs Notaras avaient été dotées, et une fois accordée à la seule non mariée, Anna, l (...)
  • 266 Outre la date des lettres de change examinées plus bas, il n’est que de voir que la commissio rédig (...)

72Or, de ce point de vue, on ne pouvait manquer du côté ottoman de pointer quelques contradictions dans le discours italien. Puisque Gênes et Venise entendaient si fort conserver l’héritage du mégas doux en leur possession pour en faire bénéficier ses héritiers, pourquoi envisager seulement le droit à cet héritage des « filles Notaras » quand le seul véritable héritier, du fait de son statut d’unique fils mâle survivant, n’était autre que le jeune Iakôbos, que justement les deux puissances excluaient ouvertement de la succession ? Le sultan pouvait à bon droit se targuer d’une position de tuteur vis-à-vis de l’adolescent et prendre la défense de ses intérêts lésés : nonobstant son statut présent de musulman, Iakôbos n’était-il pas, après tout, et cela au regard des lois italiennes elles-mêmes, celui des enfants Notaras à qui devait revenir l’entier héritage paternel, puisqu’il était le seul mâle survivant265 ? Or on voit mal évidemment les autorités génoises et vénitiennes aller répliquer froidement au sultan que c’est justement parce qu’il était devenu musulman que Iakôbos se voyait déchu de ses droits... Quoi qu’il en soit, les explications que l’on s’attendait à devoir fournir à Venise à l’ambassadeur turc n’étaient pas de nature à remettre alors en question le processus de libération. Tout montre au contraire que non seulement le principe, mais également les modalités du rachat des filles Notaras étaient décidés et amorcés depuis déjà plusieurs mois. Mieux, l’affaire arrivait enfin à son terme266.

Épilogue à Venise : lettres de change de Chio per « il recatto de le fie quondam el spectabel meser Luca Natara » (juin 1456)

  • 267 Ambrogio di Franchi Bulgaro quondam Leonardi était à n’en pas douter un fils de Leonardus de Franch (...)
  • 268 Compte tenu des délais exigés par la navigation de l’époque entre Venise et Chio, un peu moins d’un (...)
  • 269 Cette première lettre se présentait ainsi : ...a parte exteriori huius tenons, videlicet : « Magnif (...)
  • 270 La seconde était libellée comme suit : ...a parte exteriori huius tenons, videlicet : « Magnificis (...)

73Le 5 juin suivant, deux lettres de change étaient rédigées à Chio, et adressées à Venise aux Procurateurs de Saint-Marc « di Sopra » par le Génois Ambrogio di Franchi quondam Leonardi, dont on a vu que, ex-Pérote installé depuis à Chio, il était le cousin germain de Battista di Franchi, basé lui à Venise267. Or ces deux lettres de change étaient destinées à rembourser les frais du « recatto de le fie quondam el spectabel meser Luca Natara ». On y apprend que sur l’ordre des Procurateurs, Battista di Franchi avait réclamé de ses compatriotes génois de Chio, par une lettre probablement adressée directement à Ambrogio di Franchi, qu’ils déboursent à cette fin la somme de 700 ducats vénitiens. C’est donc qu’à l’époque, le prix fixé par le sultan pour le rachat des filles Notaras avait été enfin signifié aux autorités vénitiennes, et en particulier aux Procurateurs de Saint-Marc. Compte tenu de ce que l’on sait de l’arrivée à Venise de l’ambassadeur de Mehmed II, survenue peu avant le 29 avril 1456 avec celle de l’ex-baile Bartolomeo Marcello, il est plus que probable que ce soit l’ambassadeur lui-même, ou Marcello, qui les en ait informés, les Procurateurs demandant alors aussitôt à Battista di Franchi d’activer les facilités financières offertes par son réseau chiote268. Par la première lettre de change, Ambrogio di Franchi demandait aux Procurateurs de régler à Salvagio Vivaldi, l’associé de Battista installé comme lui à Venise, la somme de 339 ducats et un gros vénitien correspondant à 407 ducats de Chio - sur la base de 120 ducats de Chio pour 100 ducats vénitiens - qui avaient été avancés sur place par le mahonais Giacomo Giustiniani269. Par la seconde, Ambrogio réclamait que l’on versât au même Salvagio Vivaldi la somme de 421 ducats et 7 gros, soit 505 ducats et 5 gigliati de Chio, avancés cette fois par un autre Génois de Chio, le mahonais Giacomo Salvago270.

  • 271 Voir plus loin le cas de Niccolò Polo.
  • 272 Le taux de change entre le ducat vénitien et la livre de Gênes s’établissait en effet à l’époque à (...)

74Ces documents appellent quelques réflexions. D’abord, 339 ducats 1 gros et 421 ducats 7 gros ne font pas 700 ducats, mais beaucoup plus : 760 ducats et 8 gros. Pourquoi ? On ne peut s’empêcher de penser que lorsque le chiffre de 700 ducats fut fixé par Mehmed II, il n’était nullement tenu compte des frais annexes, et inévitables, d’une telle transaction. Comme par exemple ceux occasionnés par les traditionnelles manzarie, autrement dit bakchichs, dont il fallut immanquablement arroser vizirs et proches du sultan pour acheter tant leur bienveillance que leur collaboration271. Ainsi, la lettre de change adressée environ un mois auparavant de Venise par Battista di Franchi, et qui portait sur 700 ducats, ne prévoyait pas que les Procurateurs devraient délester encore la succession Notaras d’un peu plus de 60 ducats. On se souvient que cet argent provenait des intérêts produits par les capitaux Notaras tant dans le « Banco di San Giorgio » de Gênes que dans la « Camera dei Prestiti » de Venise. À Gênes, Pelegro di Promontorio et Niccolò Cebà avaient pu réunir jusque-là 3 300 livres génoises de monnaie courante, soit environ 1 320 ducats vénitiens272. A Venise, si toutefois le montant des « prestiti » Notaras s’élevait bien à 10 050 ducats impres-titorum, et à raison d’un intérêt de 2 ducats pour 100 par an, les Procurateurs purent donc an moins dégager, à compter de 1453. une somme avoisinant les 804 ducats de « prestiti », soit environ 690 ducats de monnaie courante. La rançon des filles Notaras, qui s’éleva finalement à 760 ducats et 8 gros, s’avéra donc largement inférieure à l’argent que l’on put rassembler en totalisant avoirs génois et vénitiens : les intérêts produits par les seuls capitaux génois auraient suffi, sans qu’il soit nécessaire, comme le crurent Promontorio et Cebà, d’associer les fonds vénitiens. Mais il faut se rappeler qu’à l’époque, en 1454, nos deux Génois pensaient que les prisonnières Notaras étaient au nombre de quatre. De plus, en fait d’intérêts, Promontorio et Cebà n’avaient alors en main que la « paga » de 1453, soit 1 283 lb. 12 s., tout en sachant pouvoir compter sur celle de 1454, de 1 293 lb. 12 s. : mais ils ne pouvaient deviner à l’époque que le rachat n’aurait lieu qu’en 1456, et qu’ils pourraient alors disposer aussi des « paghe » de 1455 et 1456. En 1454, ils tablaient donc seulement sur une somme de 2 577 lb.

  • 273 Elles ne seront de fait retirées que par Anna Notara elle-même en 1459, avec celles de 1457 et 1458
  • 274 J’ai pensé dans un premier temps que Promontorio et Cebà n’avaient pas retiré les « paghe » de 1456 (...)

754 s. équivalant à 2 192 lb. de monnaie courante, soit à peu près 877 ducats vénitiens. Or une telle somme serait-elle suffisante pour racheter les « quatre » filles du mégas doux ? Le montant final du rachat de Maria et Théodôra montre de fait que, effectivement suffisante pour le rachat de deux filles Notaras, cette somme ne l’était pas s’il avait fallu en libérer quatre. Or il semble bien que Pelegro et Niccolô s’aperçurent dès 1455 que, compte tenu du fait qu’elles n’étaient en réalité que deux à être prisonnières, l’argent collecté jusque-là serait de toute façon suffisant. On constate ainsi qu’ils renoncèrent, en 1456, à leur droit de retirer les « paghe » Notaras de San Giorgio273. Du reste, ces « paghe » se retirant chaque année aux alentours des mois de juin-juillet, sans doute savaient-ils déjà, en mai 1456 - ne serait-ce que par une missive adressée de Venise par Battista di Franchi -, que le prix du rachat finalement fixé par Mehmed II, non seulement n’excédait pas le montant des sommes réunies par eux et leurs homologues vénitiens, mais que la libération des filles Notaras était désormais acquise, via Chio, et par l’intermédiaire des Procurateurs de Saint-Marc. A cette date, la procuration du patriarche Grègorios Mammas visant à leur permettre de retirer les « paghe » chaque année n’avait donc en effet plus de raisons d’être, la rançon ayant déjà été réunie274.

  • 275 ASG, notaio Tommaso di Recco, filza 847 et 848 ; ASG, notaio Bernardo di Ferrari, filza 764, 765, 8 (...)
  • 276 Son père et homonyme, Giacomo Giustiniani quondam Antonii, fut d’un tout autre relief puisqu’il fut (...)
  • 277 ASG, notaio Giovanni Battista di Ferrari-Cristoforo Sisto (Bernardo di Ferrari), filza 886, doc. 23 (...)
  • 278 Où les Mahonais de Chio s’étaient transportés en raison de la peste ravageant alors Chio. Le 30 déc (...)
  • 279 Ils se voyaient chargés notamment de préparer l’imposition d’un drictus à Chio afin de permettre le (...)
  • 280 Ibid., doc. 13, p. 272 :...ut eligantur commissarii in Chyo nobiles et prestantes viri Vescontes et (...)
  • 281 ASG, notaio Tommaso Recco, filza 848, doc. 81 (13/05/1458).
  • 282 ASG, notaio Bernardo di Ferrari, filza 764, doc. 390: ... audito oretenus lohannem Baptistam Lomell (...)
  • 283 Le vague du témoignage de Lomellino est pour le moins confondant : il ne dit pas quand les lettres (...)

76Les prêteurs de Chio étaient Giacomo Giustiniani et Giacomo Salvago. Sur ces deux personnages, on n’a pu réunir que fort peu d’informations en général, et aucune en rapport direct avec notre affaire. Les deux lettres de changes de Chio que l’on vient d’examiner ayant été préservées en fait par la documentation vénitienne, une recherche approfondie dans le fonds, assez conséquent, des notaires génois ayant instrumenté à Chio dans la période s’imposait. Mais cette recherche parmi les actes d’un Tommaso di Recco, Bernardo di Ferrari ou Cristoforo da Rapallo - dans les « filze » à leur nom comme dans celles où certains de leurs actes se trouvent placés par erreur -, n’a absolument rien donné de plus sur l’histoire de ce rachat Notaras275. Le premier prêteur était très certainement le mahonais Giacomo Giustiniani quondam domini Iacobi, dont il y a peu à dire, sinon qu’on le voit prendre part aux conseils de la Mahone dans la période276. Ainsi le 31 janvier 1455, le 22 février 1457277, de même à Mytilène en décembre 1458 278. L’année qui nous occupe, Giacomo fut choisi comme l’un des quatre commissaires désignés par la République et spécialement chargés de dialoguer avec les autorités métropolitaines afin de pourvoir sur place à la défense de Chio et de Mytilène menacés par les Turcs, les trois autres étant alors Giovanni Paterio, Lazzaro Doria et Barnaba Grimaldi. Giacomo Giustiniano devait conserver ce poste au moins jusqu’au 27 janvier 1458279. Mais cette année-là il était le seul membre de l’ancien collège des commissaires à être resté en place, l’un des trois autres se voyant remplacé par Giacomo Salvago quondam Alarame, qui n’était autre que notre second prêteur280. Le 4 mai de cette même année, dans l’île, un Pietro Lomellino, débiteur du défunt Galeazzo Pallavicino pour 400 ducats de Chio bone monete, se voyait contraint par une décision du podestat de Chio de les reverser à sa veuve en les déposant in banco lacobi Salvaygi banchieri281. Mais c’est un acte supplémentaire qui nous apprend des choses fort intéressantes sur notre Giacomo Salvago quondam Alarame. Il était déjà mort en 1460, et cette année-là le civis lanue Giovanni Battista Lomellino quondam Thobie se pourvoyait alors en justice devant le podestat de l’île, Tommaso Giustiniani, pour une affaire de lettres de change non réglées avec le défunt Giacomo Salvago. On y apprend qu’à quelques temps de là, alors que Lomellino se trouvait « à Péra ou à Brousse », Giacomo Salvago lui avait adressé de Chio une lettre de change d’un montant de 57 000 aspres ottomanes que Lomellino avait alors accepté de régler pour lui. Et Giacomo étant mort sur ces entrefaites, Lomellino se retourna alors, en pure perte, contre le frère du défunt, Alarame, administrateur des biens de Giacomo, afin qu’il le rembourse de ces 57 000 aspres ottomanes, à raison de 35 aspres pour un ducat de Chio282. Lomellino ne dit pas quand il régla les lettres de Salvago. Mais il ne semble pas qu’il ait fait allusion là à une certaine affaire, de quatre ans antérieure, relative au rachat des filles de Loukas Notaras. Car 57 000 aspres ottomanes équivalaient, selon ses propres données de taux de change, à un peu plus de 1 628 ducats de Chio - soit entre parenthèses une somme énorme -, quand le montant de la lettre de change réglée en 1456 par Giacomo Salvago pour les Notaras portait sur 505 ducats et 5 ziliati et demi, donc de beaucoup inférieur283. Mais le document confirme en tout cas que le banquier Giacomo Salvago était familier des transactions financières entre Chio et l’Empire ottoman, et cela sur des sommes très conséquentes.

  • 284 ASV, Giudici dei Procurator, Sentenze a legge 4, fol. 108r : Die VIIII octobris. Coram nobilibus do (...)
  • 285 Ibid. : ...contra spectabiles dominos Procuratores de Supra, tutores pupillarum seu filia-rum quond (...)
  • 286 Ibid. : ...quibus literis sic presentatis, requisivit ab eodem domino Andrea, pro se et sociis suis (...)
  • 287 Peut-être ce refus avait-il à voir avec le fait que les Procurateurs, conformément au prix de racha (...)
  • 288 Ibid. : ...in Veneciis secundum usum de ducali mandata recommendatione MCCCCLVI die VII octobris ad (...)
  • 289 Ibid. : ...ad que dictus spectabilis dominus Andreas, pro se et sociis suis, respondit lectis propr (...)
  • 290 Absence temporaire ou définitive ? Le 25 octobre 1456, soit à peine vingt jours après qu’il se fût (...)
  • 291 La conservation de ce document est, on l’a dit, d’autant plus providentielle que les registres du f (...)

77Si la teneur de ces lettres de change Notaras est parvenue jusqu’à nous, c’est que leur règlement occasionna quelques frictions entre ces Chiotes et les Procurateurs de Saint-Marc. Le 9 octobre 1456, un certain Riccardo Saraceno de Sienne se présenta à Venise devant les juges du Procurateur au nom de Salvago Vivaldi, dont il était le procureur par un acte rédigé à Bassano le 5 octobre précédent284. Il entamait une action en justice contre les Procurateurs de Saint-Marc de Supra en leur qualité de « tuteurs des pupilles, c’est-à-dire des filles, de feu l’honorable Loukas Notaras », soit Andréa Donado et ses deux collègues, à savoir Michèle Venier et Lodovico Loredan285, présentant lesdites lettres de change et réclamant instamment leur paiement de la part des dits Procurateurs286. L’impatience de Salvago Vivaldi se comprend : rédigées à Chio le 5 juin précédent, ces deux lettres avaient dû parvenir à la Procuratia dans le courant du mois de juillet suivant. Plus de trois mois s’étaient donc écoulés. Dans l’intervalle, les Procurateurs avaient en effet refusé ces lettres, pour une raison inconnue287, et les avaient rendues à Vivaldi, lequel avait dû se transporter à Bassano pour affaires, non sans avoir auparavant entamé une action en justice contre les Procurateurs. Apparemment sans nouvelles depuis sur la suite des événements à Venise, il avait donc chargé le 5 octobre, de Bassano, Riccardo de Saraceno de presser les choses. Saraceno fit vite : l’acte de procuration en sa faveur fut « recommandé » à Venise dès le 7, et il se présentait donc devant les Juges du Procurateur à peine deux jours plus tard288. C’est alors que, sommé de s’expliquer, le Procurateur Donado répliqua que lui et ses collègues se refusaient en effet à les régler, attendu que ces sommes étaient sur le point d’être payées par Battista di Franchi, ex determinatione facta per presens iudicium289. C’est donc qu’entre-temps les Procurateurs s’étaient vu signifier par la justice l’obligation de procéder au règlement desdites lettres, et c’est sans doute parce que Vivaldi se trouvait, temporairement290, hors de Venise, que Donado et ses collègues chargèrent en fait Battista di Franchi de s’en occuper. Un quiproquo était donc intervenu entre nos deux Génois de Venise, un quiproquo aux incidences mineures mais qui a toutefois le grand mérite de nous faire connaître la date, les circonstances, les acteurs - et surtout le montant... - du rachat de Maria et Théodôra Notara291.

  • 292 Mais il disparut manifestement très vite après.
  • 293 Dux Ianuensium et cetera, et populi defensor ac Officium Balie. Spectatis civibus nos-tris Baptiste (...)
  • 294 Pusculo montre en effet Nikolaos Goudélès et Paolo Bocchiardi combattre côte-à-côte au moment du si (...)
  • 295 L’affaire est rapportée par une lettre du doge Campofregoso aux autorités de Chio, un doge qui n’av (...)
  • 296 Puisqu’à cette date il était donné à Benedicti, filii et heredis in solidum abintestato cum benefic (...)
  • 297 Doukas, éd. Grecu, op. cit., XLIII, 4-14, p. 40328-41127.

78Une grosse inconnue demeure cependant. Quels furent donc, à Péra et Andrinople, les nécessaires correspondants génois des Chiotes Ambrosio di Franchi, Giacomo Giustiniani et Giacomo Salvago dans cette affaire ? En 1454, Pelegro di Promontorio et Niccolo Grimaldi Cebà savaient pouvoir compter, à Andrinople, sur Francesco Draperio, Filippo Demerode, et dans une moindre mesure sur l’un des frères Bocchiardi. En 1456, Paolo Bocchiardi était encore en vie292, et était censé se trouver alors à Modon, possession vénitienne en Péloponnèse. En effet, le 16 juillet 1456, le doge de Gênes Pietro Campofregoso écrivait à Venise aux spectatis civibus nostris Baptiste de Franchis de Burgaro et Salvagio de Vivaldis, afin qu’ils trouvent le moyen d’adresser aux autorités de Chio la lettre, délivrée en plusieurs exemplaires, par laquelle le doge entendait informer ces autorités du nouveau danger naval que représentait pour Gênes et ses colonies la flotte catalane d’Alphonse d’Aragon, leur demandant en outre de faire écrire à Paolo Bocchiardi à Modon afin que ce dernier prêche la prudence aux naves génoises qui y accosteraient293. En rapport donc avec Battista di Franchi et Salvago Vivaldi, le Vénéto-Génois Paolo Bocchiardi pouvait théoriquement jouer un rôle dans l’affaire. Mais on a vu que, devenu indésirable à Andrinople, il avait difficilement la possibilité de s’y rendre en personne. Ses frères Troilo et Antonio, plus libres de leurs mouvements, s’impliquèrent-ils dans la libération des filles Notaras comme ils le firent pour d’autres aristocrates byzantins ? Ainsi d’une Iagarina, de plusieurs membres de la famille Goudélès, et probablement d’autres encore. Les Bocchiardi avaient beaucoup perdu lors de la chute de Constantinople, puisqu’ils habitaient la capitale byzantine même, et si un sentiment de solidarité vis-à-vis de ces aristocrates byzantins aux côtés desquels ils avaient combattu durant le siège a certainement joué294, il n’en reste pas moins que racheter ces Byzantins constituait également une activité lucrative dont les profits, en ces moments douloureux pour leur confratemitas, n’étaient pas à dédaigner. En effet, et comme si les pertes dues au malheur commun ne suffisaient pas, ils venaient en outre d’être frappés par une catastrophe inattendue, la capture de leur nave, la « Boiarda », une catastrophe d’autant plus dure à avaler que leur vaisseau avait été pris non par les Turcs ou les Catalans, mais par un de leurs concitoyens même. Partie de Venise vers la mi-1454 avec à son bord des draps de Florence destinés à Chio, la nave avait été en effet arraisonnée et pillée par le podestat de l’île en sortie de charge Galeazzo Giustiniani Longo, qui, délivré de cet office public, n’avait rien trouvé de mieux que de se lancer aussitôt dans la piraterie qui avait déjà fait les beaux jours de son défunt frère Giovanni, avant que ce dernier ne devienne généralissime des troupes défendant Constantinople en 1453 295. Dans l’état présent de la documentation toutefois, rien ne permet de soutenir l’idée d’une participation Bocchiardi au rachat Notaras. Quant à Filippo Demerode, il mourut peu de temps avant le 26 novembre 1455, on ne sait où, si bien que l’on ne peut assurer qu’il ait continué à fréquenter physiquement Péra ou Andrinople après 1453296. En ce qui concerne le flamboyant Francesco Draperio, le problème était tout autre : sa position à la cour de Mehmed II avait bien vacillé depuis 1455. L’été de cette année-là, ne pouvant s’acquitter auprès du sultan d’une énorme dette, et étant créditeur auprès de la Mahone de Chio d’une somme à peu près équivalente pour des livraisons d’alun, il se vit forcé d’embarquer sur la galère amirale conduite par l’amiral ottoman Hamza, à la tête d’une flotte chargée par le sultan d’aller porter la terreur à Rhodes et Chio, et de réclamer plus particulièrement de la Mahone de cette île le règlement des sommes dues à Draperio. L’affaire ayant échoué, Draperio dut retourner à Andrinople les mains vides, y essuyant une violente colère de la part de Mehmed II tandis que l’amiral défaillant se voyait durement châtié. L’historien Doukas a magistralement raconté ces péripéties297, sans toutefois révéler le sort ultérieur de Draperio. Il n’en reste pas moins qu’il mourut sur ces entrefaites, car il disparaît mystérieusement des sources après cet épisode : probablement dans les derniers mois de 1455. Du reste, eût-il été encore en vie en 1456 qu’il est douteux que, dans sa disgrâce présente, il ait pu lui aussi jouer un rôle dans l’affaire qui nous occupe. Alors ?

  • 298 C’est du reste cette double identité qui a empêché jusqu’ici les historiens de retracer correctemen (...)
  • 299 Outre le fait que « ser Jachomo e ser Zuan Andrea da Chanpi » sont abondamment cités par Badoer ent (...)
  • 300 En 1475, « Jacopo di Promontorio di Campi » révélait qu’il avait été « per spatio de anni XVIII [.. (...)
  • 301 « ...ala quale impresa [di Belgrado] et zuffa col dicto Gran Turcho era présente in per-sona lo pre (...)
  • 302 Attendu que sumus in locis Saracinorum in quibus minime confficiuntur instrumenta, deffectu notario (...)
  • 303 Ibid., p. 214.
  • 304 Paride Ardimento n’était autre que le procureur désigné à Andrinople en 1449 par l’apodixia manu pr (...)
  • 305 Le 9 mai 1445, à Gênes, les autorités examinaient la requête des parents des frères Dexe-rini et Pe (...)
  • 306 Tout en réservant le rôle possible joué par les frères Bocchiardi, plus particulièrement spécialisé (...)

79Alors on ne peut que relever la présence à Andrinople, l’année 1456 - et formellement les 26 et 28 octobre 1456 -, de deux frères dont le nom de famille ne manque pas d’intérêt, puisqu’il s’agissait de Giovanni-Andrea et Giacomo di Promontorio quon-dam Thome. Ils n’étaient pas, certes, des parents de sang de Pelegro di Promontorio, mais ils se trouvaient liés à lui par des liens qui, en affaires, associaient les Génois plus étroitement encore que ceux du sang : ceux nés de l’agrégation. Car leur véritable nom n’était pas Promontorio, mais Campi298. Et c’est sous ce premier nom que tant Badoer que d’autres documents contemporains les montrent installés à Andrinople dans les années 1436-1440299. Et comme il est clair que Giacomo di Campi ne fait qu’un avec le patricien génois « Jacopo di Promontorio de Campis », le célèbre auteur, en 1475, de « Recollecta » destinées à faire connaître à l’Occident le « Stato del Gran Turco », il faut admettre désormais que la fréquentation d’Andrinople par les deux frères s’échelonna entre 1433 et 1458, une période dans laquelle les documents d’archives collectés jusqu’ici s’insèrent parfaitement300. On ignore en revanche quand les frères Campi furent accueillis à Gênes au sein de l’albergo des Promontorio par les membres de souche de cette famille, dont notre Pelegro. Mais en 1456, cette agrégation était certainement encore récente. En entrant dans cet « albergo », les frères Campi étaient assurés de trouver auprès des Promontorio les liens de solidarité, d’assistance et aussi de partenariat d’affaires qui manquaient tant désormais, aux deux frères à Gênes : et il y a fort à parier que Pelegro, gros et influent marchand si attaché lui-même à la Grecia par son rôle d’homme de confiance de Loukas Notaras à Gênes durant vingt années, ait parrainé tout particulièrement ces deux nouveaux « parents ». Aussi est-ce pour cette raison que l’on peut s’interroger sur un possible rôle joué par Giovanni-Andrea et Giacomo di Promontorio di Campi, à Andrinople, dans l’affaire du rachat Notaras. Giacomo reconnaissait lui-même avoir été, des deux sultans successifs, assez proche, « suo mercatante » dit-il, et de fait il raconte avoir accompagné Mehmed II au siège de Belgrade, ce qui nous place en juillet 1456301. Or, dès le 26 octobre suivant, Giacomo et son frère Giovanni-Andrea se trouvaient ensemble à Andrinople. Ce jour-là, Giovanni-Andrea, s’apprêtant à gagner Chio et de là Gênes, les deux frères rédigeaient eux-mêmes une apodixia 302 par laquelle ils faisaient l’inventaire de leurs biens communs, mobiliers et immobiliers, dont une partie se trouvait d’ailleurs à Gênes - y compris une esclave nommée Anna, apparemment une Grecque - afin d’effectuer un partage équitable entre eux, mettant ainsi une fin provisoire à leur communauté d’intérêts. Et pour authentifier ce document, ils firent appel au témoignage et à la signature de deux marchands génois présents eux aussi à Andrinople : Paride Ardimenti et Dexerino Pallavicino303. Le 13 décembre 1456, conformément à la clause voulant que, dès qu’il aurait débarqué à Chio, il fasse ratifier l’apodixia par un notaire patenté, Giovanni-Andrea s’adressait dans l’île au notaire Cristoforo da Rapallo, qui recopia le texte de l’apodixia d’Andrinople de verbo ad verbum. Sans pouvoir jusqu’à présent en apporter formellement la preuve, comment ne pas voir dans les frères Giacomo et Giovanni-Andrea di Promontorio di Campi, marchands si bien en cour à Andrinople dans la période, et dans une moindre mesure dans les Paride Ardimenti 304 et Dexerino Pallavicino 305 précités, les derniers maillons d’une chaîne financière ayant relié Gênes - soit les Protecteurs du « Banco di San Giorgio », Pelegro di Promontorio et Niccolo Cebà -, à Venise - les Procurateurs de Saint-Marc, Battista di Franchi, Salvago Vivaldi -, jusqu’à Chio - Ambrogio di Franchi, Giacomo Giustiniani et Giacomo Salvago -306 ?

Interrogations autour du montant d’une rançon « princière »

80Le montant du rachat des deux sœurs Notaras appelle aussi quelques réflexions, et l’enquête se terminera sur cette note. Hors manzaria, le prix fixé pour leur libération était donc de 700 ducats, soit 350 ducats chacune. Il est indéniable que c’était là un montant singulièrement élevé lorsqu’on le compare à ceux exigés pour d’autres captifs constantinopolitains, prix que nous ont conservés de nombreux documents notariés inédits, évidemment plus fiables que les mentions analogues que l’on peut trouver dans les chroniques contemporaines. Encore convient-il d’être très circonspect quant à leur utilisation, puisqu’ils concernent des personnes de statut social différent, qu’il faut compter avec le moment du rachat - attendu que ceux qui réussirent à se racheter dans les premiers jours de la chute de Constantinople purent le faire à frais moindres -, et que surtout il faut distinguer entre ceux qui devinrent propriété de Turcs ordinaires et ceux que détenaient directement le sultan et ses hauts dignitaires, ces prisonniers-là étant généralement plus élevés socialement.

  • 307 Pour la rançon du Catalan lohannes de Splana : ASV, Notai di Candia (désormais NC) busta 2, notaio (...)
  • 308 Darrouzès, « Lettres de 1453 », op. cit., Lettre 2 (sine date), p. 80-84. J’utilise ici un change c (...)
  • 309 Un document publié à la fois par H. Noiret, Documents pour servir à l’histoire de la Crète sous la (...)
  • 310 Micaeli Grito (04/12/1453): ASV, NC, busta 2, notaio Francesco Avonale, 1, fol. 45r. Georgius Gulia (...)

81Dès le lendemain de la chute, le noble catalan dominus lohannes de Splana fut racheté sur place pour 36 ducats 1/2 et 18 sous tournois. De Crète, le 5 août 1453, le compagnon de toujours du cardinal Isidore de Kiev, l’abbé Grègorios du monastère Saint-Dèmètrios de Constantinople, versait 200 ducats pour le rachat groupé de sa sœur, du mari de celle-ci, et de leurs deux enfants, soit 50 ducats chacun307. Autour de septembre 1453, le clergé de Gallipoli suppliait l’émin d’Andrinople Nikolaos Isidôros de racheter kyr Iôannès Magistros, « personnage respectable et de famille considérée, modeste dans ses réussites et chantre excellent », qui avait servi au sein du clergé du palais impérial, et dont le maître musulman entendait tirer 2 000 aspres et demie, soit la jolie somme d’un peu plus de 57 ducats vénitiens308. Le 26 février 1463, l’important marchand crétois établi dans la colonie vénitienne à Constantinople dont il a déjà été parlé, Nicolò Polo, rappellera que pour se racheter, lui, sa femme et les siens, il avait dû débourser 1 000 ducats ultra manzarias ei factas, soit 35 000 aspres309. Ce chiffre est certes énorme, mais comme Polo ne dit pas à combien de personnes se montaient les membres de sa familia, on n’est guère avancé. On est surtout renseigné d’ailleurs sur le prix de rachat de Crétois de moindre envergure, petits marchands, mercenaires ou membres d’équipage, capturés dans la capitale byzantine. Fin 1453, Micaeli Grito était racheté pour 25 ducats. En 1454, Georgius Guliarmo l’était pour 19 ducats ; Georgius Sangunaçio pour 40 ; Nicolaus Orfanello pour 35 ; Bartholomeus Boni pour 14, via Ainos ; Herini, l’épouse de Leonardo Vlago, pour 10 ; le marinarius Nichitas de Rodo pour 40, DhimitriuS Ercoleo pour 30. Début 1455, Nicolô Avonale restait encore à racheter pour 30 ducats, Hemanuel Cassali pour 16310.

  • 311 Puisque 120 ducats de Chio font 100 ducats vénitiens, du moins en 1456. La mention et les circonsta (...)
  • 312 Sur Frossini Iagarina et sa fille Philipa : ASV, NC, busta 106, notaio Nicole Gradenico, vac. 10, f (...)
  • 313 Puisqu’il fut déboursé en tout pour les deux 760 ducats vénitiens et 8 gros.
  • 314 On a vu qu’en 1456, le ducat vénitien se négociait contre 36 aspres, tandis que le ducat de Chio va (...)
  • 315 En imposant le prix, pour les deux Notaras, de 700 ducats, Mehmed II ne dut pas penser en ducats vé (...)

82En définitive donc, rien de vraiment comparable aux 350 ducats sine manzaria d’une Notara. Mais il est vrai que les exemples précités ne concernent pas la fine fleur de la haute aristocratie constantinopolitaine prisonnière au saray. D’autres documents inédits nous apprennent que deux sœurs appartenant à la famille Goudélès, d’un niveau social comparable aux Notaras furent rachetées par les frères Troilo et Antonio Bocchiardi, via Chio, fin 1455 début 1456, pour 640 ducats de Chio tout compris, soit un peu plus de 533 ducats vénitiens311, ce qui implique pour chaque Goudélina le prix de 266 ducats de Venise et demi. En octobre 1454, de Crète, l’archontissa Euphrosynè Iagarina, elle aussi membre d’une famille aristocratique constantinopolitaine distinguée, chargeait le même Troilo Bocchiardi du rachat de sa fille Philippa pour une somme comprise entre 10 000 et 12 000 aspres, soit cette année-là - 1454 - entre 280 et 330 ducats vénitiens :312. On voit donc par là qu’une rançon de 380 ducats vénitiens tout compris pour une Théodôra ou une Maria Notara en 1456313, soit 13 680 aspres chacune - contre un peu moins de 10 000 aspres pour une Goudélina rachetée la même année -, outrepassait bel et bien les prix du marché en vigueur314. Et si l’on s’en tient au prix que, fin mai début juin 1456 - donc hors manzaria -, l’ambassadeur ottoman anonyme ou l’ex-baile Bartolomeo Marcello signifièrent à Venise aux Procurateurs de Saint-Marc, soit 700 ducats vénitiens, cela donne de fait une rançon fixée par Mehmed II à quelques 12 600 aspres per testant315. En définitive, Mehmed II exigea pour leur libération un prix digne des princesses impériales que la chute de Constantinople, qui fit de lui le plus grand souverain du temps, ne lui avait cependant pas permis de faire figurer en bonne place dans son saray, faute de descendance de Constantin XI.

83Mais ne s’agissait-il pas là après tout des filles du mésazôn et mégas doux Loukas Notaras, qui avait été le premier personnage de l’État byzantin après le basileus ? Rien d’étonnant en définitive à ce que, compte tenu de cette illustre ascendance, le saray ait fixé pour les deux sœurs un prix de rachat nettement plus élevé que pour les autres jeunes filles de l’aristocratie byzantine prisonnières, d’autant que l’on disait la famille fabuleusement riche de ses dépôts dans les banques italiennes. Or, pour le sultan et ses vizirs, ces bruits se trouvaient largement confirmés par le zèle avec lequel les plus hautes autorités vénitiennes, et de façon moins officielle les Génois, se démenaient pour faire libérer les sœurs Notaras, le Sénat vénitien faisant même du règlement de la question l’un des points de sa diplomatie d’alors avec l’Empire ottoman. Cet intérêt occidental manifesté au plus haut niveau ne pouvait que faire monter les enchères du côté turc. D’autant que l’on savait à Andrinople combien les Vénitiens et Génois manifesteraient peu, de toute façon, le désir de marchander le montant de leur rançon, puisque ce n’était pas l’argent de ces puissances qui était en jeu, mais celui des Notaras eux-mêmes. Dans ces conditions, Mehmed II, en tenant longtemps la dragée haute aux Italiens, aurait été bien sot de ne pas en profiter pour exiger un montant bien supérieur aux tarifs habituels !

  • 316 En raison du temps passé dans les archives génoises, vénitiennes et romaines à compulser le maximum (...)

84Voilà ce que furent, du moins à la lumière de la documentation disponible pour l’instant316, les longues péripéties du rachat des filles Notaras, et par voie de conséquence, les circonstances qui présidèrent à l’émigration des membres survivants de la famille en Italie après la chute de Constantinople. Cette émigration fut permise par l’argent de la famille placé à Gênes et à Venise bien avant 1453, et s’il n’y avait pas eu cet argent, on peut douter que ces deux puissances se seraient tant préoccupées de leur sort. De même qu’il est probable que ce furent ces placements qui décidèrent de l’installation consécutive de la famille en Italie, et certainement aussi les liens noués à l’occasion de leur rachat avec des personnalités génoises, vénitiennes et romaines. Totalement ignorée jusqu’ici, l’affaire mobilisa en effet côte-à-côte face à Mehmed II, Gênes, Venise et le pape de Rome. De quoi surprendre, quand on songe combien les deux Républiques maritimes italiennes furent toujours incapables après 1453 d’accorder leurs politiques vis-à-vis des Ottomans, et a fortiori de monter conjointement une expédition contre eux. C’est ainsi qu’à l’époque même de la libération des filles Notaras, l’armata galearum Summi Pontificis contra Teucros de Calixte III se retrouvait seule - hormis l’assistance de quelques naves catalanes - à combattre en Égée : Gênes et Venise avaient en effet refusé de se joindre à elle, ce qui réduisit à néant les bénéfices des premières victoires de l’escadre pontificale commandée par le légat Lodovico Scarampi, cardinal et patriarche d’Aquilée.

85Il est certes d’usage, après un récit du genre, qu’avant d’abandonner définitivement ses héros, l’auteur brosse pour son lecteur un bref aperçu de leur carrière ultérieure. Mais c’est à dessein que l’on a choisi de s’en tenir à l’année 1456 sans évoquer le devenir des membres de la Cà Notara de Venise. Du reste, on aura déjà deviné - ne serait-ce que par les multiples allusions à des faits ultérieurs auxquelles l’état de sa documentation contraint inévitablement l’historien - que le désir de confisquer les bona mobilia et immobilia Megaduche de Venise et de Gênes donna largement par la suite aux héritiers Notaras l’occasion de se déchirer entre eux. Mais cela est une autre histoire.

*Nota bene

86Alors que la présente étude était encore sous presse, K.-P. Matschke a fait paraître un article où le rachat des Notaras se trouve évoqué à la lumière de quelques-uns des documents génois mis à contribution ici : K.-P. Matschke, « Der Fall von Konstantinopel 1453 in den Rechnungs-buchern der genuesischen Staatschuldenverwaltung », dans ΠΟΑΥΠΑΕΥΠΟΣΝΟΥΣ NOYE, Miscellanea fur Peter Schreiner zu seinem 60. Geburtstag, éd. C. Scholz-G. Makris, Leipzig, 2000, p. 204-220. Nombre d’inexactitudes contenues dans l’article de notre collègue allemand s’expliquent certes par l’absence de la documentation vénitienne réunie ici, mais elles sont dues également à une utilisation parfois surprenante des informations livrées par les « cartolarii delle colonne ». Il n’est pas question de les relever toutes ici, ni de s’attarder sur le fait que, faisant référence à nos travaux en cours (p. 219), cet article les signale de manière anonyme, alors qu’ils se trouvaient annoncés dans une étude parue en 1998 dans la REB (Th. Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina d’Ainos », op. cit., p. 154, n. 54), une étude qui, il est vrai, ne s’y trouve pas citée. Une erreur en particulier est lourde de conséquences : K.-P. Matschke affirme, sur la base du cartulaire des colonnes (évoqué ici pour notre part à la note 216) : ASG, SG, CC, PNB n° 182, fol. 564r (et non fol. 568r) que le patriarche de Constantinople dont les Génois Pelegro di Promontorio et Niccolo Grimaldi Cebà furent procureurs en vue du rachat Notaras, fut Gennadios Scholarios (p. 210). Déjà, l’idée que les Génois aient pu donner à Gennadios du reverendissimus in Christo pater et dominus dominus Patriarcha Constantinopolitanus est à rejeter absolument, puisqu’ils le considéraient comme illégitime, un Patriarcha intrusus : ils ne reconnaissaient, comme du reste tous les pouvoirs occidentaux, que l’autorité toute relative de l’unioniste

87Grègorios Mammas, réfugié à Rome auprès de Nicolas V depuis 1451. En outre, en croyant lire Georgius sur le document. K.-P. Matschke se trompe doublement puisque, s’ils avaient voulu parler de Scholarios, les Génois l’auraient nommé de toute façon Gennadius et non Georgius : c’est sous le nom de Gennadios qu’il fut connu comme patriarche, le prénom Georgius-Georgios n’ayant été sien qu’avant d’embrasser l’état monastique. En publiant un fac-similé de ce document (p. 221), K.-P. Matschke a toutefois permis au lecteur de redresser lui-même l’erreur, puisque tout un chacun peut y lire assez distinctement qu’il y est écrit en réalité : ...sindicis et procuratoribus reverendissimi in Christo patris et domini domini Gregorii Patriarce Constantinopolitani...

Notas

1 Cette affirmation se retrouve chez tous les spécialistes des érudits byzantins exilés après 1453, et l’avis de ces historiens a d’autant fait autorité qu’ils furent longtemps les seuls à aborder la question de cette émigration byzantine. Voir par exemple les publications de D. J. Geanakoplos, Greek Scholars in Venice, Cambridge-Massachusetts, 1962, p. 1. 53; Id.. Byzantine East and Latin West, Two Worlds of Christendom in Middle Ages and Renaissance, New York. 1966, Part II, « The Greco-Byzantinc Colony in Venice and its Significance in the Renaissance », p. 112-137; « La Colonia Greca di Venezia e il suo significato per il Rinascimento », dans Venezia e l’Oriente fra Tarda Medioevo e Rinascimento, Venise, 1966, p. 183-204.

2 L’arrivo di letterati bizantini non va confuso con quello dell’intera popolazione. I fondi archivistici, pure con le loro lacune, sono testimonianze inconfutabili difronte ad affermazioni fondate su tradizioni culturali : B. Imhaus, Le minorante orientait a Venezia. 1300-1510, Rome, 1997, p. 73. n. 5, et p. 42. Une constatation fondée enfin sur un examen des seules sources vraiment autorisées : les archives vénitiennes.

3 La seule reference bibliographique sur cette question, peu etudiee jusqu’ici, reste celle de A. Vacalopoulos. « The Flight of the Inhabitants of Greece to the Aegean Islands, Crete, and Mane, during the Turkish Invasions (Fourteenth and Fifteenth Centuries) », dans Charanis Studies. Essays in honor of Peter Charanis, New Brunswick-New Jersey, 1980, p. 272-283.

4 Lorsque l’emigration n’est pas volontaire, il est difficile d’emigrer hors de ses frontieres culturelles propres. C’est ce qu’Alain Ducellier, a propos de l’emigration albanaise du Moyen Age, a bien mis en evidence : A. Ducellier, « Aux frontieres de la Romanie et de l’Orthodoxie au Moyen Age, le cas de l’Albanie », dans Actes du Colloque International entre l’Occident et l’Orient. Minorites, echanges, populations, Nice, 1983, p. 129-150 ; Id., « Demographie, migrations et frontieres culturelles de la fin du Moyen Age a l’epoque moderne », TA IΣETOPIKA 1985, p. 19-45.

5 Voir notamment J. Harris, Creek Emigrees in the West 1400-1520, Camberley, 1995, en particulier p. 18-21.

6 C’est le dilemme qui se posait ainsi a Georgios Sphrantzes, choniqueur et familier du basileus Constantin XI, apres la chute du Peloponnese ou il s’etait refugie apres la catastrophe de 1453. Constatant le bilan desastreux de ses finances, il envisageait trois possibilites : soit se retirer a Berrhoia – donc dans l’Empire ottoman - , ou il possedait un monastere autrefois fonde par son grand-pere maternel, soit s’installer en Crete, soit rester a Corfou aupres du despote Thomas et de sa cour en exil. Cf. G. Sphrantzes, Giorgio Sfranze. Cronaca, ed. R. Maisano, Rome, 1990, XL, 13, p. 164/20-24. Il se decida finalement pour la retraite dans un monastere de Corfou. Cela dit, n’etait le lieu choisi - un monastere situe dans une ile sous domination venitienne –, Sphrantzes ne faisait la que souscrire a une option assez commune a Byzance pour quelqu’un de son age, soixante ans a l’epoque. Les notaires cretois rendent compte, pour la generation plus jeune, de choix plus dynamiques : en quelques annees, d’anciens rejetons des grandes familles aristocratiques constantinopolitaines s’autoriserent une insertion reussie dans la societe cretoise, devenant des commercants d’envergure.

7 L’utilisation constante qui sera faite ici de ces documents latins inédits a réclamé de procéder à des distinctions entre citations ou transcription française du grec, citations latines et citations italiennes. Les citations latines, de même que les transcriptions françaises du grec, sont en italique ; celles en italien uniquement entre guillemets.

8 Une bibliographie si abondante que l’on ne peut ici que procéder à des choix. Pour ne citer que les dernières études : K. P. Matschke. « The Notaras Family and Its Italian Connections ». DOΡ 49 (1995). p. 59-72: ld.. « Personengeschichte. Familiengeschichte, Sozialgeschichte: die Notaras im späten Byzanz ». dans Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna, Studi in onore di Geo Pistarino, II. Gênes, 1997, p. 787-812. D’ores et déjà, ce sont 96 documents nouveaux sur la famille, échelonnés entre 1335 et 1514. qui sont prêts pour une édition.

9 Mésazôn et mégas doux réclament évidemment quelques explications. Le mésazôn, soit en grec μεσάζων, haut fonctionnaire en charge du mésastikion, devrait être traduit en français, en toute rigueur, par « médiateur » plutôt que par « premier ministre ». D’autant qu’au xve siècle, le basileus en nommait habituellement deux, l’un étant le « premier » et l’autre le « second » mésazôn. On aura compris toutefois qu’en gros, le mésazôn remplissait à Byzance les fonctions d’un premier ministre tel qu’on l’entend aujourd’hui. Quant à mégas doux, soit en grec μέγας δούξ (megaduca, magnus dux, pour les chancelleries latines), il s’agissait d’un titre de la hiérarchie aulique, qui en occupait alors le deuxième rang, et qui fut décerné à Notaras par Constantin XI en 1449 ou 1450.

10 C’est à dessein que. tout au long de cette étude, on a préféré la graphie originale du mot « saray » à sa transcription française « sérail ». qui a pris dans notre imaginaire culturel une signification par trop réductrice et orientée. Dans l’Empire ottoman, le mot « saray » désigne avant tout le complexe palatial sultanien.

11 Doukas, Ducas, Istoria Turco-Bizantinã (1341-1462), éd. V. Grecu, Bucarest, 1958, XLII, 4, p. 3951-5.

12 J. Darrouzès, « Lettres de 1453 », REB, 22 (1964), lettre 5, p. 90-92. Voir plus loin.

13 Sp. Lambros, Ecthesis Chronica and Chronicon Athenarum, Londres, 1902, p. 171-7 : Κα πεκεφάλισεν παντας, τòν δ μέγαν δούκαν σφαξε τος υος ατο μπροσθεν αύτο, τòν δ νεώτερον υίòν αύτο τòν Ισαάκιον βαλεν ν τ σαραγίω. Καὶ ώς ν ὀλίγῳ άπέδρασεν εκ τοῦ σαραγιου έν τῆ ’Αδριανουπόλει καὶ έγένετο ἀφανής ὔστερον δὲ ευρέθη έν ’Ρώμν τῆ ἀδελφ αὑτοῦ, σταλεῖσα ὑπò τοῦ πατρòς αύτῆς πρò τῆς άλώσεως μετὰ πλούτου ὰπείρου.

14 Pour une biographie d’Anna Notara ainsi que la bibliographie traditionnelle : D. M. Nicol. The Byzantine Lady: Ten Portraits, 1250-1500, Cambridge, 1994, § 8, p. 96-109: Anna Notaras Palaiologina, Died 1507. Cf. également l’entrée ’Άννα du Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit (PLP), éd. E. Trapp et alii. Vienne, 1976-1995, PLP 91222.

15 K. D. Mertzios, Ή διαθήκη τς Άννας Παλαιολογίνας Νοταρ, Αθην 53 (1950). ρ. 18-19. Sur cette Phrosynè et sa sœur Théodôra Notara, cf. les entrées Φροσύνη, PLP 30187, et Θεοδώρα, PLP 91993.

16 Un document publié dans C. Desimoni. « Della Conquista di Costantinopoli per Maometto II nel MCCCCLIII, opusculo di Adamo di Montaldo », Atti della Società Ligure di Storia Patria (ASLI) X, 3, 1874, p. 299-300. Seul, et cela en dépit des témoignages absolument concordants des documents d’archives italiens qui tous appellent ce fils survivant de Notaras, « lacobus », D. M. Nicol, The Byzantine Lady, op. cit., p. 97, 99, 107-108, continue à préférer celui, erroné, de l’Ekthésis Chronikè, en le nommant Isaakios. Les rédacteurs du PLP, eux, en ont pris acte (entrée Νοταρς Ιάκωβος PLP 94334) à la faveur de la publication, intervenue entretemps, d’une notice financière vénitienne rédigée en grec et concernant Anna et Iakôbos en 1470-1471 : P. Schreiner, Texte zur spätbyzantinischen Finanz - and Wirtschaftsgeschichte in Handschriften der Biblioteca Vaticana, Rome-Cité du Vatican, 1991 (Studi e Testi, 344), Text 4, p. 107-123.

17 Les informations suivantes sont tirées en priorité des actes du procès intenté par Anna Notara aux Protecteurs de la banque génoise de San Giorgio pour recouvrer les avoirs de la famille, procès qui se déroula à Gênes de mai à octobre 1459 : Archivio di Stato di Genova (ASG), Archivio di San Giorgio (SG), Primi Cancellieri, busta 99, doc. 97. En raison d’un étal de conservation médiocre, l’édition du document exige une patiente reconstruction des parties endommagées. Mais les extraits cités dans cette étude ont été allégés de l’apparat critique.

18 Kritoboulos d’Imbros, Critobuli, Imbriotae Historien, éd. D. R. Reinsch, Berlin. 1983, p. 101 25-103 15.

19 Th. Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina d’Ainos et le Sankt Petersburg Bibl. Publ. gr. 243 », REB. 56 (1998), p. 141-168. Dans la note qui fait d’elle la première propriétaire de ce manuscrit, commandé à Constantinople à son intention par son père en 1450, la souveraine d’Ainos apparaît ainsi : ‘Ελένη Κατελούζενα, κύρα μεγάλη Ανοΐυ. Comme il y a identité de personne entre Héléna Gateliousaina d’Ainos et Phrosynè Notara, les entrées ‘Ελένη Γατελιούζαινα, Herrscherin von Ainos/Thrakien, PLP 3581, et Θροσύνη, PLP 30187, doivent être fondues.

20 Doukas. éd. Grecu, XL, 7, p. 38314-17. Le chroniqueur ne livre pas le nom du mégas domestikos Kantakouzènos en question, mais on n’en connaît qu’un seul pour l’époque, Andronikos, et l’identification ne souffre aucun doute. Sur lui, voir l’entrée Καντακουζηνός, Ανδρόνικος Παλαιολόγος, PLP 10957.

21 Ce Théodôros [Palaiologos] Kantakouzènos correspond donc à l’entrée Καντακουζηνός, PLP 10949. Doukas se trompe toutefois lorsqu’il dit que le père du jeune homme, le mégas domestikos Kantakouzènos, avait succombé lors des combats du 29 mai. L’information contraire donnée par l’Ekthésis Chronikè selon laquelle Andronikos Palaiologos Kantakouzènos aurait été exécuté en même temps que Loukas Notaras cinq jours après la chute (p. 1626), est confirmée par le témoignage du cardinal Isidore de Kiev, fort autorisé, qui précise qu’il fut alors décapité avec ses trois fils. Cf. Th. Ganchou, « Sur quelques erreurs relatives aux derniers défenseurs grecs de Constantinople en 1453 », Θησαυρίσματ, 25 (1995), p. 70-76. Théodôros était l’aîné des fils du mégas domestikos (1er rang), comme le montre le fait qu’il portait, selon la coutume en usage alors, le prénom de son grand-père paternel, le fameux diplomate homonyme de Manuel II.

22 L’ambassade est narrée par Sphrantzès, éd. Maisano, XXXI, 10, p. 11216-20, XXXII, 8, p. 1181-4. Cf. l’entrée Παλαιολόγος Μανουήλ, PLP 21512. Ce jeune diplomate est dit neveu de la prôtostratorissa Kantakouzènè (3e rang). Cette dernière était la bru du premier mésazôn Dèmètrios Palaiologos Kantakouzènos, qui fut le collègue au mésastikion de Loukas Notaras jusqu’à sa mort, en 1450. Sur cette identification : Th. Ganchou, « Le mésazon Démétrius Paléologue Cantacuzène a-t-il figuré parmi les défenseurs du siège de Constantinople (29 mai 1453) ? », REB, 52 (1994), p. 245-273. Si les « Manuel Palaiologos » sont trop nombreux à l’époque pour que l’on puisse aller au-delà des simples hypothèses, il n’en reste pas moins que, pour que Loukas Notaras consente à donner une de ses filles à un « Manuel Palaiologos », c’est que ce dernier devait avoir une certaine position à la cour impériale, surtout si l’on songe que sa fille aînée avait rang de souveraine, et que la dernière avait vocation à le devenir. Je pense qu’il devait s’agir d’un Manuel Palaiologos [Métochitès].

23 Mais laissons parler les documents génois de 1459 (cf. réf. supra, n. 17) : Item quod supersunt tantummodo exfiliis et filiabus dicti quondam domini Luce quatuor filie femine, vide-licet dicta domina Anna, domina Maria uxor quondam domini Theodori Catacoxino, domina Theodora uxor quondam domini Manoli Paleologo, et domina Elena uxor quondam domini Georgii Gatiluxii, et nulli alii filii aut filie dicti quondam domini Luce necque descendentes ex eo, exceptis dicto lacobo et dictis filiabus.

24 Ganchou, « Sur quelques erreurs », op. cit., p. 70-71.

25 La précision, qui émane de Doukas et se trouve confirmée par l’Ekthésis Chronikè, est importante. Ce sont en fait tous les dignitaires revêtus d’une charge aulique éminente avec la titulature afférente qui bénéficièrent du rachat sultanien, ainsi que leurs familles immédiates. Cela explique pourquoi certains, comme Geôrgios Sphrantzès - qui n’était que prôtovestiaritès à l’époque, la fonction de mégas logothètos (respectivement 19e et 4e rang) ne lui ayant pas encore été confirmée officiellement en raison des événements - ou Geôrgios Palaiologos Kantakouzènos, ou encore Manuel Goudélès, ne firent pas l’objet de ce rachat par Mehmed II. Un manque de considération qui leur permit en dernier lieu d’échapper à l’exécution collective finale.

26 Voir en dernier lieu l’excellente mise au point de H. Inalcik, « The Policy of Mehmed II towards the Greek Population of Istanbul and the Byzantine Buildings of the City », DOP 23/24 (1969/1970), p. 231-249, et également E. A. Zachariadou, Τ λόγια ϰα θάνατος το Λουκ Νοταρ, Ροδωνιά, Τιμ στòν M. I. Μανούσαϰα, I, 1994, p. 136-146.

27 Vu sous cet angle, il apparaît clairement que c’est par parti pris politique et. pour la plupart d’entre eux, avec une belle mauvaise foi, que les chroniqueurs latins et grecs ont répandu complaisamment la légende selon laquelle, en exigeant de Notaras la personne de son plus jeune fds, le sultan ne visait en fait qu’à satisfaire sa concupiscence.

28 Chalkokondylès, Laonici Chalcocandylae historiarum demonstrationes, éd. E. Darko, III, Budapest, 1922-27, II, p. 165.

29 Les documents génois ne donnent pas le prénom de ces deux jeunes hommes, pour lesquels leur père ambitionnait les plus hautes distinctions à la cour, mais que Constantin XI, si l’on en croit Sphrantzès, tenait en piètre estime, les qualifiant de « jeunes veaux » (μουσκαράκιά) : Sphrantzès, éd. R. Maisano, XXXIV, 8, p. 1282-6. Le Vatic. 1732, qui contient l’œuvre de Chalkokondylès, porte, fol. 305rv, une mention marginale au récit de l’exécution des Notaras disant que les trois fils du mégas doux avaient noms Isaakios, Iôannès, et Iakôbos. Le renseignement vient de A. Sideras, Die byzantinistichen Grabreden. Prosopographie, Datie-rung, Uberlieferung, Vienne, 1994 (Wiener byzantinische Studien, 19), p. 391, n. 17, et j’ai pu en vérifier l’exactitude sur le manuscrit même. La mention d’un Isaakios et d’un Iakôbos distincts expliquerait la confusion de l’Ekthésis Chronikè, qui aura donné au dernier fils de Loukas le prénom d’un aîné. Mais que faire alors du Nikolaos Notaras connu en 1438/39 à Constantinople comme le fils aîné de Loukas, sur la base d’une lettre, et enregistré comme tel sous l’entrée Νοταρς Νιϰόλαος, PLP 20732 ? Serait-il mort entre 1439 et 1453 ?

30 L’âge de douze ans de Iakôbos en 1453, donné par Chalkokondylès mais contredit par Doukas qui le crédite de quatorze ans à l’époque, est confirmé par des documents latins ultérieurs inédits.

31 Ex ipso domino Luca, credimus superesse filium et filias duas, que dicuntur posite in maxima calamitate et servitute... : L. T. Belgrano, « Prima Serie di documenti riguardanti la colonia di Pera », ASLI, XIII (1877), doc. CLIV, p. 270. Voir l’édition du passage entier, revu d’après l’original, infra, n. 137.

32 Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 143, 153-154.

33 Et elle ne le fut jamais. Lorsqu’en 1459, on voit à Gênes Anna réclamer que l’on procède au partage de l’héritage paternel déposé dans la banque de Saint-Georges, elle exige d’être reconnue prioritaire sur cette succession, vu que n’ayant pas été mariée elle n’avait pas eu droit, comme ses trois sœurs, à un capital de 20 000 hyperpères en guise de dot. Il semble bien que Loukas Notaras ait retardé l’établissement de sa dernière fille parce qu’il ambitionnait pour elle une union prestigieuse : faire d’Anna une despoina (impératrice) de Constantinople en lui faisant épouser le basileus Constantin XI. Cette prétention, qui découle de documents latins ultérieurs qualifiant explicitement Anna de olim sponsa quondam Imperatoris Constantinopolis, a été souvent mise en doute, à mon avis à tort. Pourquoi ne pas admettre qu’Anna ait pu faire figure un temps de fiancée de Constantin avant que ce dernier ne se décide à rompre sa promesse de mariage au profit d’une union princière, plus avantageuse diplomatiquement pour l’État byzantin ? On sait par Sphrantzès que l’union géorgienne ne se trouva complètement négociée qu’à peine quelques mois avant le siège, qui empêcha seul l’arrivée à Constantinople de la princesse de Géorgie : la précipitation des événements n’expliquerait-elle pas du reste que, pris au dépourvu par le refus de Constantin XI, Notaras n’ait pas eu le temps de trouver pour Anna une union de rechange ? Installée plus tard à Venise, celle qui avait été un temps la fiancée d’un basileus ne consentit jamais à déroger en acceptant un autre mariage, forcément moins glorieux. Et cela d’autant plus facilement que l’habileté avec laquelle elle sut s’emparer de la fortune paternelle, en lui garantissant l’aisance matérielle, lui épargna de rechercher le mariage comme une protection indispensable tant pécuniairement que socialement.

34 Ce qui, de toute façon, serait tout aussi incorrect puisque Héléna Gateliousaina se trouvait non pas à Constantinople, mais à Ainos en 1453.

35 Et les documents génois de 1459 créditant, avant 1453, Loukas Notaras de quatre filles, ne sont pas sujets à caution car cette liste émane du témoignage d’Anna. C’est donc bien que Notaras en eut seulement quatre : Héléna, Théôdora, Maria et Anna, comme le précise explicitement l’extrait du document donné supra, n. 23.

36 Dans le même ordre d’idée, Notaras pouvait se permettre à la rigueur de faire quitter la ville assiégée ou près de l’être à une de ses filles, surtout s’il s’agissait d’une jeune fille non mariée comme c’est le cas ici. mais il aurait été très mal vu, en cette période d’union sacrée, qu’il cherchât à mettre également en sûreté l’un de ses fils, fût-il encore un enfant, comme c’était le cas de Iakôbos.

37 Aucun des documents du dossier d’inédits que j’ai pu réunir ne permet en effet de reconstituer la trajectoire d’Anna entre 1453 et 1459.

38 Une attitude « spartiate » qui a beaucoup frappé l’imagination des contemporains, qu’ils soient ennemis ou panégyristes du mégas doux, puisque peu de chroniqueurs omettent de la rapporter.

39 Chalkokondylès. op. cit., II, p. 165 : ...Kα ο μν παδες αὐτο ϰαταδείσαντες τòν θάνατον δοντο το πατρός, ϰα σα νν σφίσι χρήματα έν τ Ιταλί, παραδόντας περιποισαι σφς, στε μ άποθανείν.

40 Aussi n’ai-je pas, dans cette partie, multiplié les références en note. Mais hormis quelques inédits dont je réserve la publication à plus tard, on trouvera de manière générale les références nécessaires dans la bibliographie existante, en particulier dans les articles de K. P. Matschke précités.

41 U. Pusculo, Constantinopolis, éd. A. S. Ellissen, dans Analekten dermittel- und neugrie-chischen Literatur, III, Leipzig, 1857, Livre IV, p. 219-15 : Lucas Notarus [...] Barbarus hic ; sed opum fama, quas lurpiter ipse, I Et pater ad summum cumulum corraserat : olim/Pisciculos ven-debat avus... En dépit de l’injustice de la critique, il n’en reste pas moins qu’à la lumière des documents d’archives, le raccourci proposé par Pusculo de la carrière de la famille, de Georgios à Loukas Notaras, est assez bien vu.

42 P. Schreiner, « Bizantini e Genovesi a Caffa : Osservazioni a proposito di un documento latino in un manoscritto greco », Mitteilungen des Bulgarischen Forschunginstitutes in Osterreich, 2/6 (1984), p. 96-100.

43 Un Konstantinos Notaras de Monembasia était, en 1328 et 1333, propriétaire d’un navire avec lequel il conduisait plusieurs voyages commerciaux entre Monembasia et Candie : Ch. Gasparis, « Ή ναυτιλιαϰή ϰίνηση πό τήν Κρήτη πρός τήν Πελοπόννησο ϰατά τόν 14ο αίώα », Historica, IX (1988), ρ. 294 et 296.

44 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), I-II, Rome-Gênes, 1978,1, p. 347.

45 Cette fonction, qui consacrait si vite l’entrée de la famille à la cour, fut du reste confisquée par les Notaras à chaque génération, puisqu’elle échut ensuite au fils de Geôrgios, Nikolaos, et que le mégas doux Loukas la détenait encore au début de sa carrière, dans les années 1430. Elle s’identifia même si étroitement à la famille que dans son exil vénitien, Anna Notaras se faisait parfois appeler Anne Paleologine Hermineutine, et son frère Iacobus Diermenesti Notara.

46 Outre Nikolaos Notaras, les plus fameux de ces ex-Monembasiotes avaient pour noms Jane et Michael Eudaimonôioannès, Nikolaos, Geôrgios et Iôannès Sophianos.

47 Sur Nikolaos Notaras, voir l’entrée Νοταρς Νιϰόλαος, PLP 20733. Cette date de 1386 est tirée d’inédits.

48 D’après un document publié par J. W. Barker, « John VII in Genoa : a Problem in Late Byzantine Source Confusion », OCP, 28 (1962), p. 238. Je me réserve de faire enfin la lumière, ailleurs, sur la fameuse « affaire Kabasilas » et le voyage de Jean VII à Gênes, à la faveur de nouveaux documents génois.

49 Sur tout cela, voir Balard, La Remanie génoise, op. cit., I, p. 347. Pour l’entrée en banque enregistrée dans le « Manuale dei luoghi » de Nikolaos Notaras : ASG, San Giorgio 33/47, fol. 2v. Le compte est ouvert le 18 mai 1391 sous le vocable D. Nicola Notara fillius Georgii, burgensis Peyre.

50 Pour une raison inexpliquée, les scribes qui ont rédigé le Manuale dei luoghi de Nikolaos ont fait démarrer ce compte-là à l’année 1393, Ibid., fol. 16v. Or il apparaît déjà dans le registre de ladite compagna pour l’année 1392, cf. ASG, Compere e mutui (CM), compera magna Venetorum Sancti Pauli (CMVSP), n° 1045 (anno 1392), fol. 171 ν : Nicola Noctarafilius Georgii Malvaxioti, burgensis Peyre. Libras sexcentas, sive I. DC. Le registre de l’année 1391 n’a pas été conservé mais il est sûr que le compte fut bien ouvert cette année-là : d’abord parce que le registre de 1390, conservé, n’enregistre pas encore Nikolaos Notaras : ASG. CM. CMVSP, n° 1044 (anno 1390). Ensuite parce que la manière dont est libellé le compte en 1392 (cf. supra), prouve à elle seule que son ouverture était antérieure à 1392. Et qu’elle se place donc forcément en 1391.

51 Voir références supra, n. 49.

52 Balard, La Romanie génoise, I, p. 347-349.

53 Un document publié dans J. W. Barker, Manuel II Palaeologus (1391-1425): A Study in Late Byzantine Statesmanship, New Brunswick, 1969, p. 486-487.

54 Quoiqu’il soit possible, à partir de documents vénitiens plus tardifs, de donner une estimation basse. Voir plus loin.

55 Sans entrer dans les détails, disons que le terme sympenthéros désignait traditionnellement à Byzance le lien familial unissant deux personnages depuis le mariage de leurs enfants, soit les beaux-parents entre eux, lien de parenté qui n’a pas donné en revanche en Occident la création d’un vocable comparable. On considère ainsi que Nikolaos Notaras est dit sympenthéros du basileus parce que ses deux fils étaient les gambroi (gendres ou beau-frères) du basileus. Mais il est exclu que les deux jeunes gens aient pu épouser des filles du basileus en personne, et cela signifie simplement qu’ils épousèrent des dames apparentées à l’empereur.

56 Sur ce frère aîné de Loukas Notaras, ἐπ τς τραπєζης, voir l’entrée ΝοταρςΙωάννης, PLP 20729.

57 ... διὰ πολλν ϰεντηναρων, Doukas, éd. Grecu, XIX, 9, p. 129 9 ; A. Acconcia Longo, « Versi di Ioasaf ieromonaco e grande protosincello in morte di Giovanni Notaras », Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici, 14-16 ( 1977-1979), p. 249-279.

58 En fait, la seule contribution personnelle de Loukas aux placements génois de son père vient de ce que, après la mort de ce dernier, et seulement pour faciliter le transfert de propriété des comptes de son père à son profit, il fit procéder, en 1424, à l’ouverture de comptes à son nom dans les compagne où se trouvaient les comptes paternels. Mais pour des sommes modestes : 390 Ib. 1 s. 11 d. dans l’un, et 2 000 Ib. dans l’autre. Moyennant quoi, en 1429, on procéda à la fermeture des comptes de Nikolaos, dont les avoirs furent enfin reversés sur ceux de son fils. C’est donc là en définitive tout ce qui peut justifier l’affirmation de K.-P. Matschke selon laquelle in any case, the Notaras deposits to the Genoese governments deht or in private Genoese accounts were continued by his son Loukas : Matschke, « The Notaras Family », op. cit., p. 65. De plus, ces 2 390 lb. qui permirent à Loukas d’ouvrir ces deux comptes personnels ne furent même pas envoyées de Constantinople : elles provenaient simplement des intérêts cumulés produits par les capitaux de son père en 1423 et 1424. C’est en fin de compte la seule période où, de 1423 à 1453, on peut penser que ces intérêts ne lui furent pas transmis directement à Constantinople.

59 Que ces paghe n’aient pas été investies dans le « Banco » semble clair, sauf en 1424 (cf. n. précédente). Et que, une fois retirées, leur produit n’ait pas été destiné à fructifier dans des affaires commerciales - ne serait-ce que par les soins des procureurs génois de Notaras chargés de les retirer du « Banco » en son nom, après tout hommes d’affaires eux-mêmes -, semble également clair.

60 G. Badoer. Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440), éd. U. Dorini-T. Bertelè, Rome, 1956, p. 13517, 13520, 22919, 4102, 4112, 4802, 78426.

61 Outre les allusions répétées de K.-P. Matschke à ce propos, je pense notamment aux réflexions du regretté N. Oikonomidès sur Loukas Notaras dans son petit livre, par ailleurs remarquable : N. Oikonomidès. Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (xiiie-xve siècles), Montréal-Paris, 1979, p. 20-21, qui presque toutes portent à faux.

62 Camere de Venise comme camere des établissements orientaux vénitiens. Le change entre le ducat vénitien et l’hyperpère de Constantinople est ici celui le plus fréquemment donné par Badoer entre 1436 et 1440 : 1 ducat vénitien = 3 hyperpères.

63 La dette publique administrée par les compere génoises était divisée en un certain nombre de parts d’une valeur nominale de 100 livres. C’est cette part qui est dite en latin locum (pluriel : loca), et en italien « loco » (pluriel : « luoghi »).

64 Sur le « Banco di San Giorgio », son fonctionnement et son évolution financière, l’excellente mise au point de J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, dans son chapitre IV, « San Giorgio », p. 97-190, est en définitive plus profitable que le toujours très autorisé H. Sieveking, Studio sulle fïnanze genovesi nel Medioevo e in par-ticolare sulla Casa di San Giorgio, dans ASLI 35, I-II, Gênes, 1905-1906, dans la mesure ou Heers a eu plus systématiquement recours aux très nombreux registres comptables, ignorés par son devancier.

65 Et le placement dans les imprestiti vénitiens ne s’est pas révélé, au fil du temps, plus rentable que les « luoghi » de « San Giorgio ». Quant aux placements orientaux génois ou vénitiens, la situation politique et donc économique, de ces colonies au xve siècle, de plus en plus catastrophique au fil des années, amène à ne pas se faire également beaucoup d’illusions quant à l’état de leurs compere et camere.

66 Balard, La Romanie génoise, op. cit., I, p. 348. La date de la mort de Nikolas est donnée par un document inédit.

67 Pour les cartulaires concernés, voir les références archivistiques infra, n. 76.

68 Dans sa fameuse lettre du 23 juin 1453, l’ex-podestat de Péra Angelo Giovanni Lomellino écrivait que les loca comperarum amissa sunt (cf. désormais la nouvelle édition de cette lettre par G. Olgiati, « Angelo Giovanni Lomellino : Attività politica e mercantile dell’ultimo podestà di Pera », La Storia dei Genovesi 9, Gênes, 1989, p. 194-196). Traduisant ce passage, A. Pertusi l’a commenté en soulignant que le podestat voulait parler des loca comperarum Sancti Georgii, ce qui est invraisemblable puisqu’on ne voit pas comment, écrivant de Péra et évidemment sans nouvelles de la métropole depuis longtemps, Lomellino aurait pu prétendre informer le doge de Gênes du cours des loca de Saint-Georges ( !). En outre, lorsqu’il dit que ces « luoghi » de la compera Pere « amissa sunt », le podestat veut dire, en toute rigueur, « qu’elles sont perdues », et cela définitivement, et non « qu’elles ne valent plus rien » : A. Pertusi, La caduta di Costantino-poli. Le testimonianze dei contemporanei, Milan, 1976,1, p. 48-49.

69 Jusqu’en 1475, car la compera Caffe ne survécut pas elle non plus à la chute de Caffa. Faute sans doute d’une documentation archivistique spécifique, il n’existe aucune étude consacrée explicitement aux compere Pere et Caffe. pas même en annexe ou en marge des travaux généraux sur la question des compere génoises. Aussi c’est seulement à partir de la documentation notariale que l’on prétend ici, d’abord que ces deux compere, créées par ces colonies pour leurs besoins spécifiques, étaient gérées par elles-mêmes sur place, avec leurs propres Protecteurs ; ensuite qu’elles disparurent avec leur chute.

70 La mention date de 1454. Le fait que le compte soit encore au nom de Nikolaos à cette date montre clairement que Loukas n’y fit aucun dépôt personnel. Car pour que ce compte ait porté son nom, il aurait fallu que, comme pour « San Giorgio », il en ouvrît un personnel, fût-il modestement pourvu, pour que l’on puisse procéder alors au versement définitif des avoirs de son père sur le sien. Cela dit, que cela n’ait pas été fait ne l’empêchait nullement de percevoir, en sa qualité de seul héritier de son père, les intérêts de ce compte depuis 1423.

71 Car ce chiffre est celui du montant de la vente, illégale, dont firent l’objet les imprestiti quondam Megaduche vers 1460, et rien ne dit que cette fraude porta alors sur l’ensemble des « prestiti » Notaras. Cependant, à la lumière de documents annexes découverts depuis, je suis de plus en plus fondé à le croire.

72 Pelegro di Promontorio devint procureur de Loukas vigore publici instrumenti manu lohannis Mussi iudicis ordinarii et notarii publici, M°CCCCXXXII, die XV octobris, acte qui ne s’est pas conservé. Mais ce n’est qu’à partir de l’année suivante qu’il commença à gérer les comptes Notaras, d’abord conjointement avec Manuele Cataneo olim Bustarino, l’ancien homme de confiance de Nikolaos Notaras, puis seul à partir de 1436.

73 L’année où il fut commandant d’une flotte génoise, en 1438, Pelegro se fit remplacer par son cousin Odoardo di Promontorio, qui retira à sa place les intérêts Notaras. En 1453, Pelegro devait avoir à peu près le même âge que Loukas Notaras, soit approcher de la soixantaine ; il mourut entre 1460 et 1464, après avoir beaucoup contribué à la confiscation par Anna Notara de l’héritage paternel génois au détriment de son frère Iakôbos, en 1459.

74 ASG, AS, Diversorum Communis Ianue 3030, doc. 94 bis (31/03/1438).

75 Voir les instructions ducales : ASG. SG, Instructiones et Relationes, 2707 A, doc. 91 ( = 399-402).

76 Burgo : 1 024 livres et 16 sous, cf. ASG, SG, Cartularii delle colonne (CC), Compagne Porta Nuova / Burgo (PNB), n° 177 (anno 1453), fol. 565r : Eidem MCCCCLIII die VII iunii, accipiente Peregro de Prementorio in se ipso : lb. ΜΧΧΠΠ s. XVI. Regiminis : 175 livres 4 sous I denier (le « cartulario » Regiminis de l’année 1453 n’est pas conservé, mais le montant des intérêts perçus cette année-là est calculable à partir du taux, qui fut en 1453 de 4 %). Suxilie : 83 livres et 12 sous, cf. ASG, SG, CC, Compagne Porta / Suxilie (PS), n° 175 (anno 1453), fol. 259v : Item die VII° iunii accipiente Peregro de Prementorio pro domino Luca Natara : lb. LXXXIII s. XII. Mais si Pelegro perçut, le 7 juin 1453, 83 lb. 12 s., ce fut suite à une erreur, car il aurait du percevoir 93 lb. 12 s., comme on peut s’en rendre compte à partir du taux de 4 %. L’erreur était imputable aux scribes de San Giorgio, qui délestèrent ainsi Pelegro de 10 lb. Comme le montre le même registre, il finit bien par récupérer les 10 lb. manquantes, mais deux ans plus tard seulement : Item MCCCCLV die XXII maii accipiente dicto Peregro in se ipso : lb. X.

77 Archivio di Stato di Firenze (ASF), Archivio della Republica (AR), Dieci di Balia. Carteggi Responsive (CR), n° 22, fol. 263r. (08/07/1453). Ce fragment a été publié d’abord par N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, II, Paris, 1899, p. 489, puis par A. Pertusi, Testi inediti e poco noti sulla caduta di Costantinopoli, éd. A. Carile, Bologne, 1983, p. 62. Les légères divergences de l’édition présente par rapport aux précédentes viennent de la consultation du document original. Il est manifeste d’ailleurs que A. Pertusi s’est contenté de reproduire l’édition de N. Iorga, comme le montre aussi le fait que la foliota-tion donnée (fol. 237 sg.) est non seulement vague, mais erronée.

78 « La lettera che due genovesi, dimoranti a Venezia, avevano inviato al doge di Genova, Pietro Campofregoso, informando della notizia corsa in Venezia (29 giugno) sulla perdita di Pera e di Costantinopoli e che l’ambasciatore fiorentino Nicolò Soderini aveva allegato ad una lettera inviata poco dopo il 7 luglio, è purtroppo perduta », Pertusi, Testi inediti e poco noti, op. cit., p. 61. Une affimation surprenante puisque la lettre en question (29/06/1453) se trouve bien dans le manuscrit incriminé (cf. réf. n. précédente), au fol. 261 r.

79 Une lettre signée en effet : « Ex Venetiis, adi XXVIIII a hore XIIII. Devoti servidori Baptista de Franchi et Piero Stella con humile racomandatione ». Cf. réf. supra, n. 77.

80 C’était déjà le cas de la lettre Pietro Stella et Battista di Franchi : « El Signore de Turchi, adî XXVIII di maggio, avendo avuto Pera per forz.e alle XIIII hore et amazato ogniuno et maschi et femine excepto che i fanciulli piccoli. Et adὶ XXVIIII del decto mese, avendo avuto Costantinopoli et nel medesimo modo amazato ogniuno ». La soi-disant prise de Péra était même considérée comme antérieure à celle de Constantinople.

81 L’agression de cette nave - survenue le 24 juin mais dont la nouvelle toucha Gênes le 4 juillet, soit deux jours à peine avant la réception de la lettre de di Franchi et Stella annonçant la catastrophe du 29 mai 1453 -, fit dans la métropole ligure l’effet d’un véritable coup de tonnerre.

82 « Da li nostri non avemo menzione, né de Pera, né da Sio, né da alcuno patrum de galera, del che è maravilgia... ». Voir la lettre de Pietro Campofregoso du 29 juillet 1453 adressée à Benedetto Doria et Tommasino Campofregoso : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1695, fol. 404v-405r.

83 Il ne faudrait pas pour autant en conclure un peu vite que, forte de cette supériorité, Venise aurait cherché à en profiter pour entretenir sciemment sa rivale dans la confusion. Comme on le verra plus loin, ce n’était du reste ni la première ni la dernière fois que Gênes empruntait les canaux d’information vénitiens, déjà les meilleurs d’Europe.

84 Lettre de Niccolò Soderini du 20 juillet 1453 : ASF, AR, CR, n° 22, fol. 267r = Iorga. Notes et Extraits, II, p. 491. Le « Giovanni Giustiniani » en question n’est autre que le chef de la défense de Constantinople Giovanni Giustiniani Longo fils de Bartolomeo, effectivement beau-frère du doge Pietro Campofregoso, et qui décéda à Chio en septembre, des suites de ses blessures.

85 Soderini, fol. 308v= Iorga, II, p. 493.

86 G. Balbi, L’epistolario di Iacopo Bracelli, Gênes, 1969, Lettre 48 (16/08/1453), adressée à Cipriano de Mari, p. 103-104 : Quod ad te scripsi Peram incolumen esse, indubitatum est : sunt enim ex Venetiis litterarum exempla Chii datarum ad nos missa, que nuntiant plerosque eorum qui, in medio illo Constantinopolitane cladis terrore, a Pera Chium profugerunt, Peram reverti. Rex enim Turcorum, tam preclara urbe positus, miti sane Victoria usus esse dicitur : nam et diripiende urbis licentiam, quam militi promiserat, die secunda inihibuit ; Lucam Nataram, virum primarium inter proceres aule, dignitati restitua ; cives iure belli captos magna diligentia conquisitos propriis rex peccuniis redemit, ita ut videatur non incolumitati tamen, sed amplificationi quoque civitatis studere... Les informations de Bracelli venaient donc, via Venise, de lettres écrites de Chio par des Pérotes réfugiés dans l’île au lendemain de la catastrophe : comme quoi Gênes avait enfin reçu de cette île les lettres que le doge s’étonnait de ne pas recevoir le 29 juillet précédent (cf. supra, n. 82). Mais leurs informations n’étaient pas plus fiables, sur tous les aspects de l’événement, que les précédentes. Cela dit tout n’y était pas faux, et le témoignage de Bracelli, jusqu’ici ignoré des chercheurs, vient même très à propos confirmer les assertions des chroniqueurs sur bien des aspects de la politique de Mehmed II au lendemain même de la chute de Constantinople.

87 « ...De Levante a Venexa era de per le galee zunto uno Nicolo Mucianigho Venetiano, cha parti la nocte vegnente cha fo lo caxo de Constantinopoli et venne cum la nave de Zorzo Doria et quella de Zohane Iustiniano, le quale arivono a X de zugno a Sio... » : lettre du doge Pietro Campofregoso du 29 juillet 1453 dans ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1644, fol. 391 v. Soit le Vénitien Nicolo Mocenigo, et les Génois Giorgio Doria et Giovanni Giustiniani Longo, généralissime des troupes qui défendirent la Ville (cf. supra, n. 84), dont les naves parvinrent à Chio le 10 juin 1453.

88 Lettre du Sénat vénitien au pape Nicolas V (30/06/1453) : Pertusi, La caduta, op. cit., II, p. 20 = Valentini, Acta Albaniae Veneta (cf. n. suiv.), 22, doc. 5989, p. 57 : Sumus variis modiis facti certiores Teucrum ipsum Crucis persecutorem, XXVIII maii nuper efluxi civitatem Pere post asperrimum bellum illatum suo imperio subiugasse, omnibus Christicolis ab annis sex supra in ea repertis gladio nequiter interemptis, die vero sequenti, videlicet XXVIIII, debellato portu Constantinopolis omnique genere tormentorum bellicorum mari terraque civitate ipsa expugnata, tandem eam incredibili clade devicit ; pari modo omnibus Christianis ab annis sex supra ubique inventis crudelissime trucidatis. À comparer avec la lettre de nos deux Génois : supra, n. 80.

89 G. Valentini, Acta Albaniae Veneta saeculorum XIV et XV, 25 vol. , Munich, 1967-1977, 22 (1975), doc. 6001, p. 67.

90 Ibid., doc. 6034, p. 104-105.

91 Cela prouve bien que les Vénitiens ne profitèrent pas de la suprématie de leurs canaux d’informations sur ceux de Gênes, paralysés, pour « intoxiquer » sciemment par de faux rapports leur rivale dans le but de la prendre de vitesse dans l’ouverture de tractations de paix avec le sultan.

92 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Senato Terra 3, fol. 74r : Reperiuntur ad cameram nostram Imprestitorum scripta multa imprestita nonnullis nobilibus et civibus Constantinopo-litanis ac monasteriis eiusdem civitatis, et similiter civibus et monasteriis Pere. de quorum vita, propter deversam novitatem, satis dubitandum est...

93 Ibid. : Vadit pars, quod omnes denarii tam capitalis quam prodis qui scripti sunt ad cameram nostram Imprestitorum et reperientur quocumque modo spectare nobilibus et civibus Constantinopolitanis ac monasteriis eiusdem civitatis et similiter civibus et monasteriis Pere, depositata conservari debeant, qui nullo modo vendi, alienari, aut sub aliquo pretextu tangi non possint, sine expresso mandato et licentia huius Consilii, ut illi quorum reperiuntur esse, aut heredes et successores sui, de illis disponere possint in omni tempore, sicut eis videbitur et placuerit...

94 Le fait que des bourgeois de Péra, donc des Génois, aient pu détenir des « prestiti » à Venise n’a rien qui doive étonner : sans doute s’agissait-il des mêmes que l’on retrouve dans la période comme détenteurs de « luoghi » de Saint-Georges.

95 Tous les documents du Sénat vénitien relatifs aux Notaras qui sont utilisés dans la présente étude n’ont jamais été édités, ni même seulement signalés par aucun chercheur, quoiqu’il s’agisse là des registres des archives vénitiennes les plus « balisés » qui soient et qui, logiquement, ont été en priorité mis à contribution par les byzantinistes pour la chute de Constantinople : pour n’en citer que quelques-uns, pensons aux éditions ou régestes de K. Hopf, N. Iorga, F. Thiriet, A. Pertusi, et plus récemment à A. Valentini qui, dans ses éditions de documents relatifs à l’Albanie, n’a pas renoncé à publier, voire republier, des actes du Sénat relatifs à la Chute, un énorme travail d’édition qui a beaucoup aidé à la reconstruction proposée ici. Cela montre en dernier lieu qu’en dépit de multiples éditions partielles ou totales, régestes, mentions, tous les documents renfermés par les séries du Sénat sont loin d’avoir été scrutés à la loupe, et qu’il faut toujours y revenir.

96 Du reste un doge vénitien a souvent été auparavant Procurator Sancti Marci. Sur l’institution: R. C. Mueller, The Procuratori di San Marco and the Venetian Credit Market, New York, 1977; Id., « The Procurators of San Marco in the thirteenth and fourteenth centuries: a Study of the Office as a Financial and Trust Institution », Studi Veneziani, 13 (1971), p. 105-220.

97 Citation tiré du document du 02/04/1454 (cf. infra, n. 146).

98 ASV, Senato Terra 3, fol. 87r : Quoniam sicut diversis modis habetur tam ante, quam post casum ammissionis urbis Constantinopolis, multi tam Greci quam alii, tunc ibidem exis-tentes, dederunt et consignaverunt in manibus quamplurium civium et mercatorum nostrorum, multas pecunias, iocalia et alia bona sua, que non curaverunt nec curant, aliter manifestare, sitque super hoc honore nostri Dominii, et omni alio bono respectu necessario providendum. Vadit pars, quod omnes predicti, tam nobiles quam populares, et alii cuiuscumque conditionis existant, qui tam ante quam post dictum casum Constantinopolis, habuissent in manibus pecunias, iocalia et alias quascumque res Grecorum et aliorum predictorum, teneantur et debeant omni causa et exceptione remota, infra terminum trium dierum incohandorum, a die publica-tionis presentis partis, manifestasse Procuratoribus nostris de Supra, totum id quod sicut prefertur habuissent in manibus suis, tam in pecuniis et iocalibus, quam aliter quovismodo, seu etiam si debitores eunt sicut prefertur. Et successive, infra terminum aliorum sex dierum secu-torum, cum effectu presentasse et consignasse ad ipsam Procuratiam, totum id quod habuissent seu essent debitores ut supra, sub pena tantundem eius, quod non manifestarent et presenta-rent sicut predictum est... La décision fut acceptée par 122 oui, 7 non et 5 nonsinceri. Lorsque j’en ai réalisé la transcription d’après l’original, j’ignorais que le document avait été déjà publié : Valentini, Acta Albaniae Veneta, 22, doc. 6077 (05/11/1453), p. 136-138. Les divergences entre l’édition donnée ci-dessus et celle de Valentini sont minimes.

99 Sauf pour les débiteurs génois des Grecs ou ceux qui se seraient vu confier leurs biens, puisqu’aucun Génois d’Orient ne parvint, on l’a vu, à revenir en métropole avant longtemps.

100 Cf. par ex. ASG, SG, CC, PNB n° 177 (anno 1453), fol. 565r : MCCCCLIII, die prima octobris. Mandato Officii Sancti Georgii de LIII est quod, de locis et proventihus scriptis super dictum Lucam, nulla fiat novitas sine expressa licentia et mandato prefati Officii.

101 Voir la liste des Protecteurs de Saint-Georges de 1452 dans A. Vigna, Codice diploma-tico delle colonie tauro-liguri, t. I (1453-1459), in ASLI, VI, Gênes, 1868, doc. XX, p. 86.

102 Le Sénat vénitien savait déjà le 9 octobre 1453, puisqu’il l’annonçait ce jour-là aux cardinaux romains, que lanuenses vero Chii, Metelini et Eni, et similiter Despoti Amoree illi [de Mehmed II] subditi facti sunt, et de maximo tributo annuatim ei dando convenerunt... : Valentini, Acta Albaniae Veneta, 22, doc. 6069, p. 128.

103 Sur l’épisode : Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 164.

104 Citation tirée du procès de 1459, voir références supra, n. 17.

105 Des documents inédits tirés des notaires de Candie sont formels à ce sujet.

106 J. Darrouzès, « Lettres de 1453 », REB, 12 (1964), p. 72-127.

107 Ibid., Lettre 5 (Andrinople ; 06/09/1453), adressée à Ainos à Manuel Christônymos par « Dèmètrios l’infortuné », p. 90-91 : « Si kyr Andronikos, l’émin de mon seigneur l’archonte, le juge, [Nikolaos Isidôros], est là [à Ainos], il me les enverra [les aspres] au plus vite... »

108 Ibid., Lettre 8 (Kalokampos ; 27/09 ?/1453), adressée à Andrinople au didaskalos Dèmètrios par Nikolaos Isidôros, p. 100-102 : ... ϰα ν πάγει ες το μεγάλου δουϰòς- τν θυγατραν, ν εί’πει ν δώσει τ στάμνα τν ϰοπελούδων των...

109 Ibid., ρ. 124.

110 C’est aussi la remarque faite par Matschke, « Die Notaras im späten Byzanz », op. cit., p. 807.

111 Évidemment on peut penser aussi à Anna. D’autant que l’expression « fille du mégas doux » peut sembler à première vue cavalière pour désigner une femme qui avait rang de souveraine, tandis qu’elle conviendrait mieux pour Anna, après tout non mariée. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’une lettre familière où l’on ne se soucie pas de questions protocolaires ; de plus, il est assez logique que pour ses compatriotes grecs Héléna Gateliousaina, veuve de surcroît, soit restée avant tout la « fille du mégas doux », toute « grande dame d’Ainos » qu’elle fut devenue. Enfin, il est douteux qu’Héléna ait laissé sa jeune sœur se rendre ainsi dans la capitale ottomane à sa place, quand son statut de souveraine d’un territoire avec lequel un accord venait d’être passé, en obligeant les Ottomans à certains égards, la mettait mieux à l’abri des mésaventures possibles, lui permettant déjà, plus prosaïquement, l’obtention d’un sauf-conduit en territoire turc.

112 Après tout, on sait par Kritoboulos d’Imbros qu’elle n’hésita pas à emprunter elle-même le chemin d’Andrinople fin 1455 début 1456 pour aller trouver Mehmed II en personne (cf. plus loin) : pourquoi ne l’aurait-elle pas fait déjà en 1453 ?

113 Ces faits inconnus sont tirés d’un traité inédit de l’archevêque de Mytilène Leonardo di Chio adressé, le 1er octobre 1455, au patriarche Gennadios II, traité dont l’édition et le commentaire, réalisées en collaboration avec L. L. Calzimiglia, éditeur déjà de plusieurs autres œuvres inédites de Leonardo découvertes par lui dans le même manuscrit, aurait dû trouver sa place dans la livraison de la REB 2000, mais a été retardée. En attendant, sur Iôannès Basilikos, voir PLP 2465, entrée Βασιλιϰòς Ιωάννης, mais aussi PLP 2466, puisque les deux entrées concernent en fait la même personne. Pour Thomas Pyropoulos, voir PLP 23920, entrée Πυρόπουλος Θωμς. Voir surtout les paragraphes qui leur sont consacrés par K.-P. Matschke, « Zum Anteil der Byzantiner an der Bergbauentwicklung und an den Bergbauerträgen Südosteu-ropas im 14. und 15. Jahrhundert », BZ, 84-85/1 (1991-1992), p. 67, n. 120; Id., « Some Merchants Families in Constantinople before, during and after the Fall of the City 1453 », Balkan Studies, 38/2 (1997), p. 231.

114 Darrouzès, « Lettres de 1453 », op. cit., Lettre 3 (Anchialos ? ; 26/09/1453), adressée à Andrinople à Nikolaos Isidôros par Dèmètrios Doukas Mandromènos, p. 86.

115 Les documents de 1453/1454 publiés par Valentini n’ont ainsi pas été mis à contribution par A. Pertusi dans La caduta, ouvrage paru en 1976.

116 Pertusi, La caduta, I (Cronologia), p. LXXX-LXXXI. L’ambassadeur vénitien Bartolomeo Marcello ne fait certainement qu’un avec le nobilis vir Bartholomeus Marcello quondam domini Benedicti, marchand de grain que l’on trouve actif à Constantinople en 1423 : ASV, Archivio notarile, busta 83 II, quaderno 5, doc. sine numero.

117 Le 7 mai 1453. Pour l’attitude vénitienne vis-à-vis des Ottomans à l’époque, je renvoie à la très synthétique analyse de Pertusi, La caduta, I (Cronologia), p. lxxx ; II, p. 18-19.

118 Valentini, Acta Albaniae Veneta, 22, doc. 5997 (05/07/1453), p. 62.

119 Les négociations furent en effet longues et difficiles, ne serait-ce qu’en raison des délais imposés par la distance. Il fallait d’abord que les lettres où Bartolomeo informait Venise des exigences turques arrivent en métropole, ensuite qu’il reçoive les réponses des autorités vénitiennes. C’est notamment à cette fin qu’il dépêcha directement à Venise son compagnon d’ambassade Sékoundinos, dès novembre 1453. Voir plus avant.

120 Ibid., 22, doc. 6114 (15/01/1454), p. 174 : Ordinetur quoque Capitaneo nostro Generali Maris quod, cum omnibus galeis sibi commissis, portare debeat Enum, si ita cum securitate facere posse videbit literas nostras directivas oratori nostro ad Dominum Teucrum, iuxta deli-berationem istius Consilii.

121 Ibid., 22, doc. 6119 (04/02/1454), p. 182 : Et [mandetur] dare nostro oratori ad Teucrum ducatos IIIe, ut de Eno levare possit et ire ad exequendum nostra mandata, in casu quo alias pecunias non habuisset, sicut captum est in isto Consilio.

122 Ibid., 22, doc. 6003 (17/07/1453), p. 71-72 : Captivi detineantur per Teucros ut scitis nonnulli nostri cives mercatores ac alii subditi, quorum liberatione summe exortamus propterea confisi de prudentia vestra, contenu sumus ac singulariter nobis placebit, ut tam si fiet pax quam treugua, cum illis prudentibus modis qui videbuntur, des operam per recatum et omnibus modis possibilibus quos utiliores iudicabitis procurandi ipsorum libertatem... ; ibid., 22, doc. 6114 (15/01/1454), p. 173 : Quoniam prout noscis vir nobilis Alvisius Contareno captivus est in seraleo Teucri, ubi crudelissime tractatur. Sunt etiam multi nostri nobiles, cives ac subditi, miserabili captivitate detenti in diversis locis illarum partium, mandamus vobis quod, per omnes illos prudentes modos et vias quas magis utiles iudicabitis. detis accuratissimam operam et faciatis omnimodam instantiam et experientiam, tam apud Dominum Teucrum quam aliter, pro liberatione votiva dicti Alvisii Contareno et aliorum captivorum suprascriptorum, quam summum in modum audire desideramus. Avec des variantes de lecture dûes à une consultation de l’original : ASV, Senato Secreta 20, fol. 5r.

123 Depuis 1416 on l’a vu, lorsque Nikolaos Notaras avait demandé, et obtenu, de la République que la naturalisation dont il bénéficiait jusqu’ici seul soit étendue à ses fils.

124 Tant le témoignage du doge Pietro Campofregoso - filium et filias duas, que dicuntur posite in maxima calamitate et servitute... (cf. infra, n. 137) -, que celui du Sénat vénitien relatif à la présence in seraleo du jeune Ludovico (ou Alvise) Contarini - ubi crudelissime tractatur (cf. supra, n. 122) -, donnent en effet à penser que les conditions de détention des prisonniers du saray étaient assez dures.

125 Pertusi date simplement ce départ « prima dell’ottobre » (Pertusi, La caduta, II, p. 126). Mais le Sénat, dès le 9 octobre 1453, déclarait au capitaine général Jacopo Loredan que « per la via de Modon havemo habudo vostre lettere de di XXV e XXVI avosto e tre de setembrio passado, per lequal de tute nove occorse e de l’andada del nostro ambasiador al Turco semo romaxi copiosa e particularmente informadi... » : Valentini, Acta Albaniae Veneta, 22, doc. 6068 (09/10/1453), p. 125-126. C’est donc bien que Marcello et Sékoundinos se mirent en route dès le mois d’août.

126 Écrivant à Marcello le 15 janvier 1454, le Sénat lui rappelait le prudens vir Nicolaus Sagudino quem ad nos misistis... : ibid., 22, doc. 6114 (15/01/1454), p. 171-172.

127 Il manqua toutefois l’occasion, au contraire de son compagnon Bartolomeo Marcello, d’entrer alors en contact avec quelqu’un qui avait bien connu Loukas Notaras : Théodôros Drymalès. Voir plus loin.

128 Et res ista ob importantiam suam summam celeritatem requirit... : ibid., 22, doc. 5995 (04/07/1454), p. 61.

129 Il est troublant de constater à ce propos que lorsque, en 1461, Nikolaos Sékoundinos fit une nouvelle ambassade auprès de Mehmet II, le Sénat vénitien lui précisa expressement dans sa commissio qu’il devrait voyager jusqu’à Andrinople per viam maris cum una ex dictis nostris triremibus, que Enum te conducere habeat, afin de se rendre de là celerite versus illum locum ubi dominum Turcum repperire posse : ibid., 24, doc. 7011 (02/03/1461), p. 267. On sait que Marcello envoyait des rapports très réguliers au Sénat, où il relatait par le menu la progression de ses tractations avec la cour ottomane. Il écrivit ainsi une lettre le 25 septembre 1453 : habuimus litteras vestras datas XXV septembris preteriti ex quibus intelleximus omnia per vos gesta, usque ad expeditionem earum in executionem mandatorum nostrorum : ibid., 22, doc. 6114 (15/01/1454), p. 171. Malheureusement le Sénat ne dit pas d’où la lettre fut écrite. En définitive, seule la découverte de ces lettres permettrait d’être fixé non seulement sur le lieu de débarquement choisi par Marcello et Sékoundinos, mais peut-être même sur la teneur de leurs entretiens avec Palamede Gattilusio et Héléna Notara Gateliousaina.

130 Exponam praetera genus piissimum mords maxima auctoritate et prudentia viri Lucae, cui Magnus Dux honoris causa cognonem erat pro more patrio decreto regio condonatum... Le passage relatif à la mort de Loukas Notaras est absent dans la publication partielle de l’Oratio donnée par Pertusi, La caduta, II, p. 128-141. Elle a été éditée entièrement par V. V. Makusev en 1874, et partiellement par N. Iorga, Notes et extraits, III, en 1902 (cf. les références de ces éditions dans Pertusi, La caduta, II, p. 127). L’édition choisie ici est celle, récente, de S. J. Carmelo Capizzi, « L’Oratio ad Alphonsum Regem Aragonum (1454) di Nicola Sagundino, riedita secondo un ms. finora ignoto », OCP, 64 (1998), p. 329-357 (extrait ci-dessus p. 350151-153). Pour la genèse de l’œuvre, voir Pertusi, La caduta, II, p. 126-127 ; Capizzi, p. 329-344.

131 131.... Animadvertit vir prudentissimus filiolum ad nefandum expeti flagitium ; quamobrem diu recusavit dixitque male se mori quam filiolum flagitio subiicere tali : Capizzi, p. 350157-159.

132 ... timensfiliis generoque, ne, per aetatem et mollitiam animi, patre mortuo, vitae indulgentes, ad tetrum facinus et fidei sacratissimae declinarent mutationem, praecibus a spiculatore impetravit, ut filios et generum prius, se deinceps trucidaret : ibid., p. 350164-167.

133 Il n’y a qu’à lire la liste des biens dont la perte brutale devait résigner les jeunes à la mort. Où étaient passées, en une seule journée : ...rege, regno, patria nobilissima, templis, civibus, aequalibus truculenter extinctis ; honoribus patriis, vetustissimis moribus ritibusque funditis sublatis : laribus, focis, domesticis parietibus, suavissimis omnibus penitus pariterque eversis, fortunis in praedam et direptionem hosti datis ? : ibid., p. 351 174-|178. Imagine-t-on un Loukas Notaras évoquer les laribus, focis, domesticis parietibus, les templis ?

134 Hac exortatione vir gravissimus ita animavit filios, generumque ita affecit, ut laeto animo et hilari vultu colla securi porrexerint, et spiritus Creatori pie commiserint, patre non modo spectante atque hortante, verum etiam laetitia incredibili exultante : ibid., p. 35l188-191.

135 Et pas seulement italien ! Personne ne s’est en effet aperçu que le texte de Sékoundinos a servi au chroniqueur Doukas pour écrire sa propre relation de la mort de Notaras (éd. Grecu, XL, 6-7, p. 38116 - 3852), ce que je prouverai ailleurs.

136 Sur le succès éditorial du discours de Sékoundinos – on ne compte pas moins de 21 manuscrits pour le seul xve  siècle à avoir conservé le texte de l’Oratio –, voir Capizzi (liste), p. 332-334. Sur l’œuvre de cet humaniste en général, voir l'ouvrage de P. A. Mastrodimitris, Νικόλαος Σεϰουνδινòς (1402-1464). Βίος ϰαὶ ἔpγoν, Athènes, 1970, p. 56-59, 124-128, et l’article toujours utile de F. Babinger, «Nikolaos Sagoundinos, ein griechich-venedischer Humanist des 15. Jhts.», Χαριστήριον εὶς Aναστάσιον Oρλάνδον, I, Athènes, 1964, p. 198-212.

137 Scitis preterea quondam dominum Nicolam Nataram et quondam dominum Lucam, eius filium, fuisse lanuenses. Ex ipso domino Luca, credimus superesse filium et filias duas, que dicuntur posite in maxima calamitate et servitute ; ex quo volumus, ut intuitu Dei primum, deinde pro honore patrie, inquiratis ubi ille puelle sint, et si aliqua ratione prodesse poteritis eis, enitamini verbo et opera ac studio pro omni commodo earum, et si fieri poterit, incumbite ut meliorem aliquam condictionem assequantur ; et quoniam id est opus summe misericordie, cavete ne in hoc sitis negligentes. Quod autem de puellis diximus, hoc idem de filio dicimus, si egebit presidio vestro. Les variantes de cette présente édition par rapport au texte de l'édition Belgrano (cf. réf. supra, n. 31), proviennent de la consultation du document original, conservé dans ASG, AS, Instructiones et Relationes, 2707 A, doc. 181, fol. 3v (= 741). Outre les félicitations à adresser au sultan pour sa victoire sur Constantinople, les ambassadeurs devaient exiger également le retour de Péra sous l'autorité de la République, ce qui était faire preuve d'une grande naïveté.

138 Sur le piteux échec de cette ambassade : G. Olgiati, « Diplomatici ed ambasciatori della Repubblica nel Quattrocento », Storia dei Genovesi, XI (1991), p. 357-358 ; Ead., « I Genovesi in Oriente dopo la caduta di Costantinopoli », Studi Balcanici, 1989, p. 54-55. Baldassare Marruffo avait été podestat de Péra neuf années auparavant, en 1445-1446 : Belgrano, Secundo serie, doc. XVIII, p. 979. D’où peut-être ses appréhensions.

139 « Aluvixe Benbo fu Bianco » : Badoer, on. cit., p. 416, 512, 4221, 4628, 4723, 5510, 6517, 17851, 17939, 20529,35,40, 2384, 2398, 2417, 24518, 24817, 24930, 25018, 2561,10, 26411, 2653,7, 2685, 2776, 3029, 31539,41, 31611,17, 3223,6, 3274,18, 6125,6.

140 Les noms de Lodovico Bembo et Nicolo Contarini comme patrons convoyeurs de la délégation grecque ont été conservés par des paiements de la Chambre Apostolique datés de l’année suivante : N. Iorga, Notes et extraits, II (doc. du 30 mai 1438), p. 8 : ...solutis per eum Venetiis, per litteram cambii, nobilibus viris Nicolao Contareno et Ludovico Bembo, patronis galearum, quibus conducti fuerunt Greci pro galeis de Tana que associaverunt galeas serenis-simi domini Imperatoris Grecorum.

141 N. Barbaro, éd. E. Cornet, Giornale dell’assedio di Costantinopoli 1453 di Nicolò Barbaro P. V. corredato di note e documenti, Vienne, 1856. p. 16.

142 Ainsi lors du conseil du 14 décembre 1452, réuni « in la giexia de San Marco » et parmi dix-neuf autres noms, on repère : « Ser Alvixe Bembo fo de ser Benettin », et « ser Antonio Bembo fo de ser Benetin » : ibid., p. 6. Barbaro recopie du reste une délibération prise ce jourlà, et signée par « nui Aloise Bembo e Antonio Bembo fo de miser Benetin » : ibid., p. 10. C'est pourquoi, pour ce qui est de l'identité de nos deux frères, je préfére son témoignage à celui de Magno, qui les dit « Alvise Bembo quondam ser Piero, Antonio Bembo quondam ser Piero », Iorga, Notes et extraits, op. cit.. III, p. 299.

143 ...a turri vero Phanarii usque ad Basiliscam, idest Imperialem, portam Lodovicus et ntonius Bembo fratres, magni egregiique animi viri cum centum quinquaginta Venetiis vivacissime defensabant : Leonardo di Chio, éd. Pertusi, La caduta, I, p. 150. Pour la zone allant dela Φανάρι πόρτα (ou πύργος) à la Βασιλιϰὴ πόρτα, non loin des Blachernes et distantes l'une de l'autre d'un peu plus de 600 mètres, cf. R. Janin, Constantinople byzantine, développement urbain et répertoire topographique, Paris, 1964, p. 288-289 et plan n° I.

144 Barbaro, éd. Cornet, op. cit., p. 61. Cela dit. il les fait figurer aussi dans sa liste des « nobeli morti da poi la prexa de la zitade de Constantinopoli... » (p. 63).

145 Les actes de ce procès sont malheureusement perdus. C’est d’ailleurs la perte de tous les registres des « Giudici del Procurador » pour les années 1450 qui est à déplorer, hormis celui de l’année 1456. Cf. plus loin. C’est d’autant plus regrettable que l’origine de la dette contractée par le mégas doux y était immanquablement évoquée. Toute l’affaire est donc reconstituable seulement à partir de la délibération du Sénat citée ci-dessous.

146 ASV, Senato Terra, 3, fol. 108r : Cum nobiles viri Procuratores Sancti Marci deputati per Dominium defensores bonorum domini Luce Notara de Constantinopoli fuerint per iudicium sententiati dure, debere et solvere nobilibus viris Lodovico et Antonio Bembo, ducati.IIm . IIc. vel circa, sed quia per partem captam in isto Consilio denarii dicti Notara non possunt tangi sine licentia istius Consilii, vadit pars, quod pro debito iusticie, talis sententia auctoritate istius Consilii mitti possit executioni in bonis dicti Notara, non obstante parte predicta...

147 Il y eut deux votes. Le premier donna 51 oui, 32 non, et 29 non sinceri. Le second fut plus net : 43 oui, 52 non, 34 non sinceri.

148 La date de l’investiture de Grègorios Mammas en qualité de patriarche de Constantinople. habituellement fixée, sur la foi du récit de Georgios Sphrantzès, à 1445, ne me semble pas en effet solidement fondée. Sur le personnage, entrée PLP 4591.

149 L’Ekthésis Chronikè rapporte en effet l’appui de Notaras dans la nomination de Grègorios au patriarcat, ainsi qu’un étrange récit d’où il ressort qu’avant de quitter Constantinople, Mammas, σύντεϰνος το μεγάλου δουϰός, aurait prédit à Notaras la chute prochaine de la Ville et sa mort tragique avec ses fds : Ekthesis Chronica, op. cit., p. 722,29. Cela dit, σύντεκνος, mot ambigu (« compère ») peut signifier ou bien que Grègorios Mammas était parrain de l’un des enfants Notaras, ou qu’il avait été le témoin de Loukas à l’occasion de son mariage.

150 Sur Niccolò Grimaldi olim Cebà quondam Thome, voir M. Palma, « Cebà (Grimaldi), Niccolò », Dizionario Biografico degli Italiani, t. 23, Rome, 1979, p. 186-187. C’est le 25 octobre 1448 seulement que les Cebà s’agrégèrent à « l’albergo » des Grimaldi. « Nicoloxo Ziba (Ciba) » est bien entendu très présent dans le livre de comptes de Badoer (1436-1440) : p. 93, 1796, 20433, 25918, 30316, 3916, 4255,12, 4627, 46411,12, 5886, 5919,12, 6647, 6656, 75714, 80221. Il y est dit « cugnado de Branca Spinola », autre Pérote. Et de fait on sait que Niccolò avait épousé une Maria Spinola, dont il pleurait la mort justement fin 1453-début 1454.

151 Et il est significatif à cet égard que dans une lettre adressée le 11 juillet 1446 à Loukas Notaras pour le remercier des bontés du gouvernement byzantin envers les Pérotes, le doge Raffaele Adorno ait précisé en savoir long sur le sujet grâce à la relation orale que venait de faire devant le « Consiglio degli Anziani » le nobilis ac prestantis viri Nicolai Cebe, qui, cum de vestris virtutibus summa cum laude multa disseruisset, patefecit insuper nobis rectum affec-tum quo Vestra Magnificentia in nos animata est, quod certe non sine ingenti voluptate audire potuimus : ASG, AS, Litterarum 1789, doc. 75, fol. 34v-35r = Desimoni, « Della conquista », op. cit., p. 299. C’est toutefois dans un document inédit de 1467 que Niccolô Grimaldi olim Ceba évoque plus particulièrement, trente ans après, les conversations familières qu’il eut à Constantinople avec feu Loukas Notaras. Si seulement ses œuvres - on sait par Filelfo qu’il travaillait à l’écriture d’une œuvre intitulée Turco-Byzantias res... -, ou à tout le moins son abondante correspondance, avaient pu nous parvenir !

152 F. Scalamonti, Vita et viri clarissimi et famosissimi Kyriaci Anconitani, éd. C. Mitchell et E. W. Bodnar, Philadelphie, 1996, § 75, p. 57.

153 B. de la Broquière, Le Voyage d’Outre-mer, éd. C. Schefer, Paris, 1892, p. 202.

154 Balbi, L’epistolario, op. cit., lettre 9 (14/07/1443), p. 34-36.

155 Ainsi, appelé à donner son opinion le 5 mars 1455 sur des lettres fort alarmantes reçues de Chio à propos de l’éventualité d’une attaque de l’île par la flotte ottomane - bruits qui devaient s’avérer parfaitement fondés quelques mois plus tard -, Niccolô commença d’abord par douter de l’objectivité même de leur auteur, attendu que ille qui scribit fuerit ipse et fuerint fratres eius in manu Turcorum et eum adhuc ex metu fugere, après quoi idem Nicolaus, ad consolationem eorum qui aderant multum argumentus est hoc ipsum periculum non adeo ingens esse quam littere lecte memorant, l’argument massue étant à ses yeux que morem esse Turcorum ut eos tueantur et protegant qui sibi tributarii facti sint ( !), ce qui était faire montre, vis-à-vis d’un Mehmed II, d’un optimiste exagéré. Voir l’édition d’une partie de ce document dans A. Assini, « La "compera Metilini" e la difesa genovese dei Gattilusio dopo la caduta di Costantinopoli », Πραϰτιϰά Συνεδρίου : « Οι Γατελούλοι της Λέσβου », éd. Α. Mazarakis, Μεσαιωνιϰὰ Τετράδια 1, Athènes, 1996, ρ. 231, n. 17.

156 Outre Niccolô Grimaldi, VOfficium Provisionis Romanie de 1452, abrégé le plus souvent dans les sources en Officium Romanie, comprenait Giovanni Piccamiglio, Damiano Giustiniani et Geronimo de Domoculta. Une délibération au sein du « Banco di Giorgio » du 9 décembre 1452 a conservé les paroles prononcées alors par Niccolô en faveur des efforts financiers à consentir pour la défense urgente de Péra : ASG, SG, 2241, fol. 144v. Ces nombreux inédits attestant de l’action de Niccolô au sein de l’Officium seront publiés par Giustina Olgiati dans son recueil de documents sur les Génois en Orient autour de la chute de Constantinople, à paraître prochainement dans la collection des Atti della Società Ligure di Storia Patria. En attendant, sur cet effort génois trop longtemps méconnu - et bien plus substantiel et précoce que l’effort vénitien, trop tardif pour être efficace -, on consultera avec profit : G. Olgiati, « Genovesi alla difesa di Costantinopoli », Atti dell’Accademia ligure di scienze e lettere, 46 (1990), p. 492-503.

157 C’est le doge Pietro Campofregoso qui nous l’apprend lui-même, par sa lettre adressée au reverendissimo in Christo patri nostro singularissimo domino Ysidori Episcopo Sabinensi, Cardinali Rutheno, le 21 avril 1452 : Ex litteris quas Summo Domino nostro scribimus, videbit reverendissima pater vester quod fieri a nobis potuerit in facto navis nobilis Georgii de Auria, que et si diu ad iter Orientis destinata nunc ita parata esset, ut omnis mora sit sibi et rebus propter quas mittitur periculosa contemplatione tamen Sanctissimi Domini nostri, dedimus operam quod ea navis Portum Pysanum profectura istic, usque in diem decimam maii proxime futuri remoretur, ut si eo tempore, reverendissima pater vester istic erit possit illam conscendere navi, quantum ad naula pertinet nobilis civis noster Nicolaus de Grimaldis Cebba cum patrono honeste convenu... : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 942, fol. 220r. Sur le patron Giorgio Doria, qui parvint à quitter Constantinople avec sa nave après la catastrophe : supra, n. 87.

158 Sur ces événements, voir le document publié dans Vigna, Codice diplomatico, op. cit., I, doc. IV (15/11/1453), p. 32-43, et l’analyse p. 7-14.

159 Pour un document inédit tronqué sine date, mais dont le contexte indique clairement l’année 1441 et mettant aux prises à Péra Niccolô Cebà et Francesco Draperio à propos d’une contrefaçon de sauf-conduit : ASG, notaio Bernardo de Ferrari, filza 764, n° 33.

160 Sur ce cartel génois de l’alun, on consultera en priorité l’article de Giustina Olgiati. « Il commercio deU’allume nei domini dei Gattilusio nel xv secolo », Πραϰτιϰά Συνεδρίου : « Οι Γατελούλοι της Λέσβου », op. cit., ρ. 373-398, où le rôle de Draperio au sein de ce cartel et le fonctionnement du cartel lui-même sont réexaminés depuis l’étude de M.-L. Heers. « Les Génois et le commerce de l’alun à la fin du Moyen Âge », Revue d’histoire économique et sociale, 32 (1954), p. 31-53. Sur Francesco Draperio lui-même, voir L. Balletto, « Draperio, Francesco », Dizionario Biografico degli Italiani. t. 23. Rome, 1979, p. 186-187. Le « banchier Franzesco di Drapieri » est bien sûr très présent dans le livre de comptes de Badoer, trop même pour qu’il soit possible d’en donner ici toutes les références.

161 Cum ex Pera perveneritis ad eam urbem in qua Rex ipse fuerit, utile pulamus ut Ianuenses qui ibi fuerint ad vos vocatis. Presertim si tune erit spectatus Franciscus de Draperiis, qui maximam solet habere cognitionem rerum curialium... : Belgrano, Prima Serie, op. cit., p. 263. Au moment du siège de Constantinople, Draperio ne se trouvait pas à Péra, où il possédait une très belle demeure, contrairement à Filippo Demerode. Et il ne semble pas qu’il se soit trouvé non plus alors à Chio, où sa présence est encore attestée fin octobre 1452. Était-il à Andrinople en 1453 ?

162 C’est en sa qualité de Pérote installé à Andrinople que le 15 septembre 1449, Filipus Demelode servait de témoin à la rédaction d’un acte composé manu propria par Francesco Draperio attento quod hic in Turchia non sunt notarii publici : Olgiati, « Il commercio dell’allume », op. cit., p. 391-392. Je ne m’explique pas du tout que Demerode n’apparaisse pas une seule fois chez Badoer alors qu’il n’y a aucune raison de douter qu’il se trouvait soit à Andrinople soit à Péra dans la période 1436-1440.

163 Un document exceptionnel dû au notaire génois Lorenzo Calvi et « égaré » depuis sa publication partielle par T. Bertelè, « Costantino il Grande e S. Elena su alcune monete bizan-tine », Numismatica, XIV, 4-6 (1948), p. 100-101, puis « retrouvé » à ma demande aux archives de Gênes. Il vient de faire l’objet d’une publication par A. Roccatagliata, « Notai Genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera (1453) », ASLI, nuova serie, XXXIX (CXIII), 1999, fasc. 1 (désormais Roccatagliata, « Pera »), doc. 12 (07/08/1453), p. 145-148. Vu qu’il constitue une des pièces les plus importantes du dossier de documents d’archives que j’ai pu réunir sur les Notaras, je me réserve de le republier à l’occasion d’une édition complète.

164 ...promissionis et obligationis facte in Peira sive in Constantinopoli per dictum quondam dominum Lucham pro dicto domino tunc Imperatore Constantinopolitano versus dictum quondam Angelum Iohanem Lomellinum tunc Potestatem Peire ac Bartholomeum Gentillem et certos alios tunc Officiales dicte Bailie Pere, causa et ocaxione bonbardarum, pulveris et veretono-rum... : ASG, notaio Branca Bagnara, filza 14, doc. XXX. Ibid. : ...pro predictis et occasione eorum extimum seu dationem insolutum et solutionem in quibuscumque locis, proventibus, pec-cunia et bonis dicti quondam domini Luce et hereditatis sue seu sibi spectantibus tam existentibus in Caffa quam alibi ubicumque sit... Un document qui, lui aussi, trouvera sa place dans la monographie de Giustina Olgiati. Comme quoi on sait désormais ce qu’il faut penser de l’accusation traditionnelle selon laquelle Loukas Notaras. en dépit de son imposante fortune, « n’aurait rien fait » pour venir en aide aux finances impériales en ce moment critique...

165 Sur Filipo de Molde, dit olim officialis Bailie terre Pere à Péra le 8 août 1453, voir aussi Roccatagliata, « Pera », op. cit., doc. 13 (08/08/1453), p. 148-150.

166 Des frères Paolo, Troilo et Antonio Bocchiardi. seuls Paolo et Troilo sont présents dans Badoer, mais s’y trouve également leur père, le très mystérieux Tommaso Bocchiardi. Pour « Tomà Buzardo » : Badoer p. 34020, 3812. Pour « Polo Buzardo » : Badoer p. 1925, 8619, 8710, 9030, 9123, 954, 29918. Pour « Troilo Buzardo » : Badoer p. 9320, 23820, 28333 ; 3534,7,9,10, 39719, 41019, 4588 ; 46534, 47420, 4832, 50615, 50713, 53529, 58013, 5909,10,14, 61024, 61113. C’est que, dans la tradition commerciale du temps, Antonio se trouvait lui le plus souvent en Flandre, à l’Écluse, afin de réceptionner là-bas l’alun envoyé par ses frères, et les fournir en retour en denrées occidentales. Rien de plus capricieux que la graphie du nom de cette famille au xve siècle : Buzardi, Bocciardi. Bocchiardi, Boihardi, Boiardi, etc..

167 Voir les allusions élogieuses de Pusculo, Constantinopolis. op. cit., p. 80949-950, de l’Anonimo Veneto. Niccolô Barbaro et Leonardo di Chio, dans Pertusi, La caduta, op. cit., p. 304 (où les « ch » entre guillemets pour « Bo<ch>iardi » sont décidément inutiles), p. 148282-283, p. 152331. Et Olgiati, « Genovesi alla difesa di Costantinopoli », op. cit., p. 497, 500-501.

168 C’est l’ex-podestat Angelo Giovanni Lomellino qui, dans sa fameuse lettre de Péra du 23 juin 1453, raconte les recherches de Mehmed II : ...[Dominus Teucer] inquisivit Mauritium Cattaneum et Paulum Boccardum, qui si occultaverunt... : Pertusi, La caduta, op. cit., I, p. 46-48. Si le sultan désirait tout autant se saisir de Maurizio Cataneo, c’est que ce dernier avait infligé à sa flotte une bien humiliante défaite devant les murs de Constantinople, le 20 avril 1453. Sur Paolo Bocchiardi socius de Francesco Draperio dans l’affermage des mines d’alun, attesté encore comme tel fin 1452, voir Olgiati, « Il commercio dell’allume », op. cit., p. 379 et n. 20, p. 382.

169 Niccolò Cebà n’en avait pas moins de cinq : Federico, Babilano, Antonio, Geronimo et Domenico. Voir G. Balbi, L’epistolario di lacobo Bracelli, op. cit., p. 34, n. 2. Sur Antonio et Babilano Grimaldi Cebà, voir note suivante.

170 Roccatagliata, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, I, Pera, 1408-1490, Gênes, 1982 (désormais Roccatagliata, Pera), doc. 49 (Péra, 18-07-1453), p. 130-132. Antonius Ceba de Grimaldis y est dit avoir assisté à un contrat de mariage anno proxime pre-terito, de mense madio, in Pera. Et de fait, une lettre de change écrite de Gênes le 20 décembre 1452 par Babilano Grimaldi, l’un des frères de Niccolô et Antonio, atteste également de la présence à Péra, peu de temps auparavant, d’Antonio de Grimaldis, fratre nostro : Ead., « Pera », op. cit., p. 150-152.

171 Iohannes Iustinianus quondam domini Danielis et Nicolaus de Grimaldis quondam Thome, cives et mercatores ianuensses, nommaient procureurs Leonardum lmperialem et Paulum de Serra cives et mercatores ianuensses, afin de récupérer omnem quantitatem aluminium violenter captorum per certes pirratas catalanos de navigiis seu sagiteis tribus patronizatis una videlicet per Vincentium de Albino, alia per Badaserem de Montano, et alia per Francis-cum de Montano, onustorum in civitate Ianue per dictos Iohannem et Nicolaum super dictis navigiis seu sagiteis, causa deferendi ad partes Ade et in Aquis Mortiis... : ASG, notaio Antonio Fazio, filza 588, doc. 283 (31/07/1452). Giovanni Giustiniani Longo quondam Danielis est à distinguer de son homonyme, le héros de la chute de Constantinople, qui lui était fils d’un Bartolomeo.

172 ASG, AS, Litterarum 1794, fol. 269v, doc. 1142 (31/07/1452). La démarche du doge prouverait à elle seule, s’il en était encore besoin, l’influence à Gênes de Niccolô Grimaldi Cebà.

173 L’affaire est rapportée par le Florentin Soderini, auquel je laisse la parole : « ...adì IIII di novembre, si trovò a Modone, che v’era una nave di Catelani, di botti quatrocento, armata di circa dugento huomini, et dice che haveva preso una nave di Genovesi di botti quatrocento, che andava a caricare di grani per portare in Constantinopoli et Pera, che v’è grandissima carestia, che n’era padrone uno Antonio Siba, Genovese. Enne paruto et pare a costoro molto maie... », ASF, AR, CR, n° 22, post-scriptum du 15/12/1452 d’une lettre du 08/12/1452, fol. 232v = Iorga, II. p. 480. Au moment de la prise de sa nave, Antonio résidait à Péra, comme il ressort des documents publiés par Roccatagliata : voir supra n. 170.

174 Un document en date du 15 avril 1456 publié par Assini, « La "compera Metilini" e la difesa genovese dei Gattilusio », op. cit., doc. 3, p. 258-259.

175 Pour la période caffiote de Domenico di Promontorio : M. Balard, « Les milieux dirigeants dans les comptoirs génois d’Orient (xiiie-xve siècles) », dans La Storia dei Genovesi, I, 1981, p. 180 n. 39, d’après des documents de la Massaria de Caffa. Pour sa carrière ultérieure à San Giorgio : Vigna, Codice diplomatico, op. cit., 1, doc. LUI (11/12/1454), p. 142, où il faut lire bien sûr Dominicus de Prementorio d. Pelegri, au lieu de d. Pelagii. Élu commissaire adjoint aux Protecteurs en janvier 1457 (ibid., p. 712), il devint Protecteur à part entière en 1459 (ibid., p. 850).

176 Gabriele di Promontorio domini Pelegri se trouvait déjà à Caffa le 15 décembre 1452 : ASG. AS, Frammenti di Diversorum, 712 A, doc. sine numero. Il y occupa tour à tour diverses charges, consul de Copa en 1455, responsable des grains, etc. Cf. Vigna, Codice diplomatico, op. cit., I, doc. XCVIII (29/01/1455), p. 280-281. Les registres de la massaria de Caffa des années 1450/60 le mentionnent souvent. Ainsi, fin 1462, il fut ambassadeur des autorités caffiotes auprès du souverain de Teodoro-Mangoup aux côtés de Gregorio de Pinu, ASG, SG, Caffa Massaria, n° 1242, fol. 76r.

177 Toute une série de documents notariés inédits, et quelques-uns publiés, montrent Francesco comme un marchand actif à Chio durant les années 1450. Le 26 janvier 1459, les autorités de Gênes faisaient de lui l’un des quatre membres de l’Officium Maris nouvellement organisé à Chio, et en janvier de l’année suivante, il était l’un des deux capitaines du port : Ph. Argenti, The Occupation of Chios bv the Genoese and their Administration of the Island (1346-1566), I-III, Cambridge, 1958, I, p. 186 n. I, p. 400; II, p. 306.

178 Spectabilis dominus Galeacius Iustinianus, tamquam fideicommissarius testamentarius quondam spectabilis domini lohanni lustiniani fratri sui, [...] confessus fuit et in veritate publice recognovit Francisco de Prementorio civi lanue domini Pelegri, presenti, stipulanti et recipienti pro se et heredibus ab eo tamen se ab ipso Francisco habuisse et recepisse perperos ducentos septuaginta argenti de Pera ad quos ipsum Franciscum te[ne]batur dicto quondam spectabili domino Iohanne... : ASG, notaio Cristoforo Sisto-Battista di Ferrari (Bernardo di Ferrari), filza 886, doc. 139 (22/07/1454).

179 Sur ce contexte, voir Olgiati, « I Genovesi in Oriente dopo la caduta », op. cit., p. 45-59.

180 Les instructions ducales génoises ne datent ainsi que du 11 mars 1454 quand Venise avait donc déjà son traité signé le 18 avril de la même année !

181 Grimaldi Cebà et Goano devaient d’abord se rendre à Naples pour discuter avec Alphonse d’Aragon de la restitution possible de la nave « Squarciafica », puis aller trouver Nicolas V à Rome pour voir si Gênes pouvait espérer le soutien du pape dans cette affaire. Les instructions aux deux hommes sont conservées dans ASG, AS, Diversorum Communis Ianue 3040, et le document est entièrement publié dans G. Olgiati, Classis contra regem Aragonum (Genova 1453-1454). Organizzazione militare ed economica della spedizione navale contro Napoli, Cagliari, 1990, doc. 8, p. 420-425.

182 Si Gotardo di Sarzana, chancelier de la République génoise, se rendit bien à Rome en qualité d’ambassadeur cette année-là, ce ne fut qu’à la fin de l’année 1454 : Olgiati, Classis contra regem Aragonum, op. cit., p. 376, 378. Du reste, c’est sciemment que le gouvernement génois se refusa à mander un ambassadeur à Rome entre janvier et octobre 1454 : Ead., p. 101.

183 Sur cette affaire, voir J. Paviot, « Gênes et les Turcs (1444-1453) : sa défense contre les accusations d’une entente », Storia dei Genovesi, IX (1989), p. 129-137. Pietro Campofregoso avait déjà profité de la présence à Gênes, début janvier 1454, du cardinal de Fermo et légat pontifical Domenico Capranica - qui y prêchait la nécessité de la paix en Italie pour le plus grand bénéfice de cette croisade contra Turcos que le pape appelait alors de ses vœux -, pour l’inviter, par une lettre en date du 14 janvier (ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1998, fol. 481 v) passée jusqu’ici inaperçue, à écrire quatre missives adressées aux rois de France, d’Angleterre, de Castille et au duc de Bourgogne, pour défendre l’honneur génois et innocentiam nostram. Ces lettres de Capranica n’ont pas été, à ma connaissance, encore retrouvées, mais dès le 21 janvier suivant, Pietro Campofregoso disait les joindre à celles qu’il adressait personnellement aux quatre souverains en question et à ses compatriotes commerçant dans leurs États (ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 2027, fol. 488v-489r ; doc. 2028, fol. 489rv). La lettre d’Isidore de Kiev est intégralement publiée dans Pertusi, La caduta, I, p. 106-110, avec une erreur de date (22 février 1455 au lieu du 22 février 1454) corrigée par J. Paviot dans l’article précité.

184 C’est le doge qui le dit lui-même dans ses lettres adressées aux Génois de Londres et de Bruges : Verum etiam fecimus quod reverendissimi domini Cardinalis Firmani, qui legatus apud nos pro Sede Apostolica multos dies fuit, auctoritas etiam accederet et suis litteris innocentiam nostram declararet, quas litteras a nobis diligenter reddi, iussimus quam maximi facientes si apud eam nationem tam falsa suspictio ex eorum animis omnino excutiatur. Nunc iterum operam dedimus quod reverendissimus dominus Cardinal Sabinensis, natione Grecus, qui pro Sede Apostolica Constantinopoli legatus tunc preerat, palam faciat quecumque a nobis nostrisque in rebus illis gesta fuerint. Quas litteras his annexas nobis mittimus ut manifesto mendatio deprehendant... : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 2171 (23/03/1454), fol. 526v-527r. Ce qui milite encore pour l’existence d’une missive personnelle du doge adressée à Isidore, c’est que dans celle qu’il écrivait à Capranica le 14 janvier précédent, si le doge l’invitait également, cum [...] ad conspectum Summi Pontificis pervenerit, [...] quod Sua Sanctitas suis litteris hac idem faciat (ibid., doc. 1998, fol. 48lv), il ne faisait aucunement allusion alors à une démarche possible auprès d’Isidore de Kiev. Il y pensa donc un peu plus tard.

185 Une lettre qui aura donc pu être envoyée entre fin janvier et juin 1454.

186 Je ne crois pas en effet que l’on ait écrit, de Gênes, directement au pape pour qu’il promulgue sa bulle en faveur des Notaras. On dut toucher plutôt directement Mammas, ou Isidore de Kiev, en leur suggérant de mêler si possible le pape à l’affaire.

187 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne 3630 (anno 1454), doc. sine numero (08/08/1454) : ...litteris sanctissimi domini nostri Pape patentibus cum bulla plumbea et cordula canapis more Romanie curie impendenti sigillatis et subscriptis D. de Luca, datis Rome apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis Dominice millesimo quadringentesimo quinquagesimo quarto, quinto idus iulii, pontificatus eiusdem anno octavo, directis venerabilibus fratribus eiusdem domini nostri Patriarche Venetiarum et Archiepiscopo Ianuensis ac Episcopo Caffensis, necnon vicariis eorumdem in spiritualibus et generalibus... L’évêque de Caffa était le célèbre Giacomo Campora, qui laissa dans la colonie un souvenir mitigé.

188 Ibid. : ...quibus [les lettres] mandat [Nicolas V] de dictis bonis ut illi vel illis quem seu quos prefatus reverendissimus dominus Patriarcha super hoc duxerit deputandum seu depu-tandos de huiusmodi debitis bonis seu redditibus satisfieri faciant pro redemptione et libertate consequenda dictarum filiarum dicti quondam domini Luce...

189 Une accusation proférée par Doukas (éd. Grecu, XXXVII, 10, p. 3298-9) et qui se révèle en contradiction complète avec le reste des sources grecques contemporaines, et en particulier avec la correspondance de Scholarios au mégas doux lui-même.

190 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne (cf. réf. supra, n. 187) : ...spectabilibus viris dominis Pelegro de Prementorio et Nicolao de Grimaldis olim Ceba, tamquam sindicis et procuratori-bus ac sindicariis et procuratoriis nominibus reverendissimi in Christo patris et domini domini Gregorii Patriarce Constantinopolitani...

191 Ibid. : ...cum bailia exigendi dictos proventus aliaque quecumque bona mobilia et immo-bilia ubicumque existencia ad recolende memorie dominum Lucam Magnum Ducem arabidis, a perfidis Theucris morti traditum. Avant la publication définitive de ce dossier de documents, au moins cette publication partielle me donne-t-elle l’occasion d’interpeller les spécialistes de la titulature aulique byzantine : que peut bien donc signifier l’expression magnus dux arabidis ? Car il ne s’agit pas là de la fantaisie d’un scribe latin peu familier de la titulature en usage à la cour impériale, puisque le document émane de quelqu’un qui la connaissait parfaitement, le patriarche de Constantinople Grègorios Mammas. Le terme « arabidis » pose un problème de sens que je n’ai pas encore réussi à résoudre. Et le mot est très lisible, revenant du reste deux fois dans le document.

192 Les archives notariales romaines accusent en effet pour la période des pertes plus grandes encore que celles de Venise.

193 En dépit de longues recherches, il ne m’a pas été possible de mettre en effet la main sur cette bulle, ni dans les archives de l’archevêché de Gênes, ni dans celles du patriarcat de Venise. Mais le plus étonnant, c’est bien de ne pas l’avoir découverte dans les registres du Vatican, ces Registri Laterani et Vaticani où les bulles pontificales étaient normalement recopiées. Qu’elle ne l’ait pas été constitue sans doute un fait rare sans être isolé, mais c’est vraiment jouer de malchance : il n’est tout de même pas si courant pour cette époque qu’une bulle adressée à trois ecclésiastiques ne se soit conservée ni dans les archives du territoire de leur juridiction - je ne pense évidemment pas à l’évêque de Caffa -, ni dans celles du centre émetteur.

194 Ibid. : ...in et ad finem ac effectus, ut de predictis bonis ac rebus necnon fructibus, redditibus et proventibus ex eisdem locis provenientibus, quatuor filie dicti quondam domini Luce Magni Ducis in captivitate Theucrorum existentes, de ipsa captivitate et manibus eorum-dem Theucrorum redimantur et liberentur...

195 Pour l’identité de l’episcopus Saonensis d’alors, Valerio Calderini, voir C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, II, Münster, 1913, p. 229. Surtout, pour un aperçu de sa carrière : A. Borlandi, « Calderini Valerio », Dizjonario Biografïco degli Italiani, t. 16, Rome, 1973, p. 613-615.

196 ASG, SG, Fogliazzi delle colonne (cf. réf. supra, n. 187) : De mandato reverendi patris domini Episcopi Saonensis, locumtenentis reverendissimi in Christo patris et domini domini Pauli de Campofregoso Dei et apostolice sedis gratia electi Ianuensis...

197 On se souvient que depuis fin 1453, la gestion des colonies génoises avait été confiée au « Banco ».

198 Ibid. : ...respondeatis et respondere debeatis de proventibus omnium suprascriptorum locorum et librarum dictarum comperarum vestrarum, tam Sancti Georgii quam Caffe predic-tarum, et tam anni presentis quam venturorum, usque in summam ducatorum trium milium, spectabilibus viris dominis Pelegro de Prementorio et Nicolao de Grimaldis olim Ceba... Le ducat d’or génois vaut à l’époque 47 sous. Cf. infra, n. 272.

199 Ibid. : ...in comperis quorum videlicet vestrarum Sancti Georgii, scripta reperiuntur in compagna Burgi loca ducenta quinquaginta sex et libre decem et novem in ratione et columna domini Luce Natara, seu libre vigintiquinque milia sexcente decem et novem pro ipsis compu-tate ; necnon in ratione eiusdem in compagna Regiminis loca quadraginta tria et libre octuaginta una, seu libre quatuor milia tricente octuaginta una pro ipsis computate ; necnon et in ratione et columna Baldasaris et Pauli de Vivaldis loca vigintitria et libre quadraginta, seu libre duomilia tricente quadraginta pro ipsis computate, quorum proventus ad certum tempus obligati sunt dicto domino Luce ; item et in compera locorum Caffe vobis apodiata ut promit-titur, loca triginta septem et summi duo, scripta in ratione et columna quondam domini Nicole Natara, patris dicti quondam domini Luce.

200 Ibid. : ...dictum quondam dominum Lucam Natara predictum Magnum Ducem arabidis, ut predicitur fore defontum in dicta civitate Constantinopolitanis, ex eoque non extare quam unicus fïlius masculus qui spreta et negleta fide catholica, fidei iudaice et seu macometice adexiit, et dicte filie quatuor christicole et captivite apud dictos Theucros...

201 Ibid. : ...et hoc pro iuramentum Manuelis Rali Melici, Theodori Spandoni, Andronici Spandoni ac Bartholomei Lascari Cafcadino, omnium civium Constantinopolitanorum sic cum iuramento attestantium... Il n’est pas question ici de chercher à identifier ces personnages, qui se trouvaient donc à Gênes le 8 août 1453.

202 Par des documents inédits que je réserve à une étude spécifique sur la famille. Théodôros Spandounès était encore à Gênes le 23 août 1454 avec celui qui devait être son frère, Andronicus Tricha Spandoni. Le 15 août 1453, Théodôros Spandounès se trouvait à Modon. On voit difficilement comment il aurait réussi à se racheter aussi vite après la chute de Constantinople.

203 Je me demande en définitive si l’erreur ne serait pas venue tout simplement d’une fâcheuse confusion dans les questions posées par Valeriano de Savone à nos trois Byzantins. Car c’est une chose que de demander à des « témoins » la liste des enfants Notaras ayant survécu à la tragédie du 29 mai 1453 (un fils et quatre filles, ce qui est exact) ; c’en est une autre que de leur demander combien sont, depuis lors, prisonniers des Turcs. En vérité seule la découverte des documents cités dans l’acte notarié génois du 8 août 1454 serait en mesure d’établir d’où est venue la confusion. Lorsque le notaire Giovanni de Logia écrit que la procuration de Mammas en faveur de Cebà et Promontorio prévoyait la saisie des intérêts pour permettre le rachat des quatre filles, qu’est-ce qui permet d’assurer que le document établi à Rome par le notaire Bernardi Rode clerici Monasteriensis diocesis le 22 juillet 1454 précédent portait bien « quatre filles », au lieu de penser par exemple que Logia aura seulement cherché à « préciser » un simple pluriel : « les filles du mégas doux », à la lumière du serment prêté devant lui par les trois Constantinopolitains ? Il est intéressant de constater à cet égard que, évoquant la bulle pontificale du 11 juillet précédent, Logia dit seulement que son contenu visait à permettre aux envoyés de Mammas de réunir l’argent nécessaire pro redemptione et libertate consequenda dictarum filiarum dieti quondam domini Luce.

204 Cette fois-ci le Sénat était même plus précis sur l’étendue des malheurs dont les frères avaient été victimes à Constantinople : Cum viri nobiles, ser Ludovicus Bembo et frater, ut olim est in novitatibus Constantinopolis amiserint totam quasi suam facultatem, et unus eorum etiam fuerit captivus cum totali sua consumptione... : ASV, Senato Terra 3, fol. 126r.

205 La somme était décidément très conséquente, et fait penser à un prêt négocié par Notaras au nom de son basileus pour acheter des armes en vue du siège. Les archives notariales génoises, on l’a vu, attestent sans conteste que les bourgeois pérotes furent sollicités, les archives vénitiennes non. Mais on sait leur très médiocre état de conservation pour la période. Pourquoi les autorités impériales n’auraient-elles pas dans le même temps sollicité des emprunts de la part des riches Vénitiens d’une colonie dont je rappelle qu’elle se trouvait au coeur même de la capitale byzantine ? Il est beaucoup plus vraisemblable de penser que, avant de solliciter l’aide financière des bourgeois de Péra, Constantin XI et son ministre se seront adressés en premier lieu aux Vénitiens de la capitale. Et cela d’autant que, à l’époque, si l’on en croit Soderini, « si dice che [i Vinitiani] sono come signori di Constantinopoli » : ASF, AR, CR, n° 22, Lettre du 29/11/1452, fol. 221 v.

206 ASV, Senato Terra 3, fol. 126r : Si intra terminum duorum annorum, aliquis appareret qui contradiceret sententie quam prefatus ser Ludovicus obtinuit contra predictum Megaducham, in casu quo sententia ipsa incideretur aut quomodolibet retractaretur. Et ad hanc condicionem sint omnes alii qui a predicto Megaducha habere deberent et sentencias obtinuissent, dantibus eis fideiussionem ut supra.

207 ...habuerim noticiam qualiter per aliquas personas qui dicunt se esse creditores de bonis dicti ser Lucha, ad peticionem ipsarum personarum fuerunt interdicta zerta imprestita dicti ser Lucha conditionaliter [...] sum creditor de bonis ser Lucha olim Mega Dhucha Constantinopolis de yperperis de Remania M°LXXII et quaratis XX vel circa, quia idem ser Lucas, in uno die ante captivitatis Constantinopolis per Theucros, facta ratione secum, confessus illa michi debere dare... Ce document étonnant est tiré de ASV, Notai di Candia, busta 106, Nicole Gradenico, 10, fol. 271rv. Le 6 mars suivant, toujours de Candie, Nicolò Polo chargeait cette fois son frère, Giorgio Polo, qui résidait alors à Moncastro, ut amodo et cetera in Mocastro et ubique locorum ubi fuerit opus petendi, recuperandi et recipiendi omnia mea bona et havere a cunctis personis michi [...] debentibus [...] et specialiter id quod debeo habere a bonis ser Lucha qui fuit Magnus Dhucha in Constantinopoli... : Ibid., fol. 348v-349r. Cela signifie-t-il que les Notaras avaient également des biens à Moncastro/Akkerman ? Si le nom de famille des deux frères est clairement vénitien, ils n’en étaient pas moins Grecs d’origine et de culture : peut-être serait-il plus judicieux de les appeler Nikolaos et Georgios Polo.

208 Et cela pour se voir forcés depuis quelque temps de livrer une partie de ces biens à l’appétit des créditeurs du feu megas doux...

209 ASV, Senato Mar 5, fol. 64v : Comparens ad presentiam Dominii vir nobilis Andreas Donato, Procurator Ecclesie Sancti Marci, exposuit nomine suo et sociorum suorum quod sunt constituti tutores filiorum et heredum quondam Megaduche, crudeliter a Teucro interfecti, quodque nuperime ad eorum Officium comparuit quidam procurator filiarum ipsius Megaduche, que captive tenentur per Teucros, et exoravit quod ex imprestitis ac prode et bonis quondam chier Nicole patris ipsius quondam Megaduche, ipsi Megaduche spectantibus, lot habeat dena-rios quod se redimere possint, et ab ipsa earum captivitate liberare.

210 Ibid. : Et propterea ipsi Procuratores petebant provideri, cum non habeant libertatem opportunam circa hoc, quare cum pium sit predictis filiabus dicti quondam Megaduche, de suo proprio subvenire, ut exeant de manibus dictorum Teucrorum.

211 Ibid. : Vadit pars, quod Procuratores nostri, tutores suprascripti, habeant auctoritate huius Consilii libertatem plenariam vendendi tam capitale quant prodem imprestitorum pre-dictorum, et queque alia bona, que modo aliquo spectare possent ipsi quondam Megaduche, et omnes alias provisiones, que ei videantur facere, pro liberatione dictarum dominarum.

212 La principauté des Gattilusii comptait à la fois des notaires génois écrivant en latin et des tabelliones greci in loco de Eno, tel, en 1454 justement, un certain Hemanuel Cuzichi.

213 Car il n’y avait pas, à Andrinople, de notaires latins. Cf. supra, n. 162, à propos de l’apodixia rédigée à Andrinople en 1449 par Francesco Draperio, et infra, n. 302, pour celle des frères Promontorio di Campi dans le même lieu, en octobre 1456.

214 Mais à Andrinople, capitale ottomane, tolérait-on l’activité de tabelliones greci ?

215 Et un contact établi, à mon avis, postérieurement aux actes romains et génois des 11, 22 juillet et 8 août 1454 : en effet, l’acte vénitien parle d’un procureur « des filles Notaras », et non des « quatre filles Notaras ». Bien sûr le pluriel est très vague, et on objectera que quatre font tout autant un pluriel que deux, mais il n’empêche que parler de « quatre filles » est une erreur qui n’aurait pas été commise par le ou les précédents documents si un contact direct avec les deux prisonnières avait été alors établi, comme c’était enfin le cas ici. Je me demande si ce mystérieux procureur ne serait pas le Constantinopolitain Théodôros Spandounès, requis peut-être par Mammas, Promontorio et Cebà d’aller trouver les prisonnières. Il est sûr qu’en dépit de la procuration de Mammas et même de la bulle de Nicolas V, un document émanant directement des prisonnières et réclamant qu’on lève en leur nom l’argent de la famille avait plus de poids encore. Théodôros Spandounès était encore à Gênes le 24 août, jour où il se faisait accorder par le doge Campofregoso un document enjoignant à tout fonctionnaire génois d’Orient ou d’Occident de faciliter ses déplacements, attendu qu’il était contraint de diversas querere regiones pro elemosinis obtinendis, afin de racheter sa femme, ses enfants et des parents. Entre la fin août et le début novembre, il avait donc le temps matériel de s’embarquer pour atteindre, via Chio, Andrinople, et revenir muni de la procuration à Venise fin octobre ou début novembre. Mais ce scénario, séduisant, ne repose absolument sur rien.

216 Car comment imaginer les prisonnières faire une telle démarche à l’insu de celui qui les détenait ?

217 Ce qui signifie que sur les comptes Notaras des « cartolarii delle colonne » de l’année 1454, la partie réservée aux intérêts resta en blanc toute cette année-là, pour n’être remplie que le 4 novembre de l’année suivante. Ce sont les trois cartulaires de l’année 1454 plus les trois de l’année 1455 qui portent inscrite la mention, aux colonnes « D[ominus] Lucas Notaras miles domini Nicole » de Burgo, « D[ominus] Lucas Natara miles quondam domini Nicole » de Regiminis, et « Badasar et Paulus de Vivaldis fratres, heredes testamentarii cum beneficio inventarii quondam Raffaelis de Vivaldis », de Suxilie : Eidem MCCCCLV die IIII novembris accipientibus Peregro de Prementorio et Nicolao de Crimaldis Ceba... Sur tous ces cartulaires était porté, sous la date du 13 août 1454, un résumé de l’acte notarié de Giovanni di Logia du 8 août précédent évoqué plus haut, donnant ordre de verser les intérêts de ces comptes à Pelegro di Promontorio et Niccolo Cebà, procureurs du patriarche de Constantinople Grègorios, mais sans mentionner ni la date, ni le lieu d’instrumentation de cet acte de procuration. Voir par exemple ASG, SG, CC, PNB n° 182, fol. 564r.

218 Année 1454 dans Burgo : 1 024 lb. 15 s. 11 d. (ASG, SG, CC, PNB n° 182, fol. 564r) ; dans Regiminis : 175 lb. 4 s. 1 d. (ASG, SG, Compere e mutui, R n° 1289, fol. 125r) ; dans Suxilie : 93 lb. 12 s. (ASG, SG, CC, PS n° 179, fol. 263r). Année 1455 dans Burgo : 1 024 lb. 15 s. 11 d. (ASG, SG, CC, PNB n° 186, fol. 563v) ; dans Regiminis : 175 lb. 4 s. 1 d. (ASG, SG, Compere e mutui, R n° 1290, fol. 118r) ; dans Suxilie : 93 lb. 12 s. (ASG, SG, CC, PS n° 184, fol. 282v).

219 Voir supra, n. 76.

220 Exactement 3 298 lb. 13 s. 8 d. Pour le rapport entre le ducat venitien et la livre de Genes, voir infra, n. 272.

221 Il est possible de le savoir non en raison des « cartolarii » de la compera Caffe, qui ne se sont pas conserves, mais par des documents ulterieurs qui le disent expressement.

222 Je n’ai pas trouve ainsi d’acte de procuration de Pelegro di Promontorio en faveur de son fils Gabriele, qui residait a l’epoque a Caffa. Or c’est bien par ce biais que Pelegro aurait pu agir le plus commodement s’il avait eu l’intention de se servir de ce cote-la, en chargeant son fils soit de faire vendre les possessions mobilieres des Notaras dans la colonie, soit de s’adresser aux Protecteurs de la compera Caffe pour se saisir des interets des loca de la famille.

223 À en croire ce qu’ecrivait a son gouvernement, le 29 juin 1453, l’ambassadeur florentin Soderini, une collaboration etroite avec des Venitiens etait loin du reste de poser probleme a Niccolo Ceba : « Messer Nicholoso Siba de Grimaldi e valente huomo in scientia et grande mercatante et gentilhuomo, et e tutto Vinitiano... » : ASF, AR, CR, n° 22, Lettre du 08/07/1453, fol. 263r. À partir du 23 octobre 1454, Niccolò Grimaldi quondam Thome et Pelegro di Promontorio se retrouvaient côte-à-côte au sein de l’Officium Balte Maritime, avec dix autres magistrats : Olgiati, Classis contra regem Aragonum, op. cit., p. 211, n. 55.

224 Voir ainsi par exemple la lettre du 08/08/1453 adressée à l’egregio viro Baptiste de Franchis de Burgaro nohis carissimo : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1714, fol. 410r ; et celle du 25/02/1456 adressée à l’egregio viro Baptiste de Franchis civi nostro carissimo apud Venetias : ASG, AS, Litterarum 1794 A, doc. 355, fol. 108r.

225 Lettre du 16/07/1453 : Petrus etc., Dux. Illustrissimo ac clarissimo principi domino Francisco Fuschari Dei gratia Duci Venetiarum etc. Illustrissime ac clarissime princeps. Est istic egregius ac civis et affinis noster Baptista de Franchis de Burgaro, quem nonnulla eius negotia morari cogunt ultra quam existimaret videtur que optare habere a Celsitudine Vestra unum salvumconductum sub quo liberius stare ac negotiare cum vestris possit... : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1664, fol. 398r. Dès le 27 juillet, Foscari accédait à la requête du doge de Gênes : Franciscus Foscari Dei gratia Dux Venetiarum etc. Harum serie notum facimus uni-versis quod egregio viro Baptiste de Franchis de Bulgaro civi Ianuensi dedimus et concessimus presentiumque tenore damus, concedimus [...] liberum et validum salvumcondutum..., un sauf-conduit élargi aux egregiorum virorum Baptiste Spinula quondam Georgii, Manuelis de Crimaldis de Oliva quondam lohannis et Marci de Auria quondam Oberti, civium lanue : ASV, Consiglio dei Dieci 15, fol. 64r.

226 Ainsi devant le Sénat, le 4 août 1454 : Quoniam Baptista de Franchis civis et mercator lanuensis hic existais, nuper in secretis dixit viro nobili leronimo Barbadico, se habuisse lifteras ab illustrissime) domino Duce Ianue quibus imponit sibi quod esse debeat cum eodem leronimo ac declarare, quod deferat nostro Dominio multam affectionem et amore Principium, quem Sua Excellentia per continua tempora nobis habuit et habere intendit, quodque intellexil ligam praticari... : ASV, Senato Secreta 20, fol. 29v.

227 Une instructio qui commence par ses mots : Dux Ianuensium et cetera. Cum audiremus carissime civis noster vos iturum Venetias... : ASG, AS, Instructiones et Relationes, 2707 A, doc. 237.

228 Nobili viro Angelo Iohanni Lomellino, Potestati nostro Pere nobis carissimo. Nobilis vir nobis carissime. Comparuerunt coram nobis viri egregii Pelegrus de Prementorio et Baptista de Francis de Burgaro, exponentes Gabrielem Pichum patronum cuiusdam sue navis, iussu vostro et Officii Balie illius loci, promisisse de portu Pere cum sua navi non recedere sine licen-tia vostra et prefati Officii, sub pena perperorum mille... : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1514, fol. 36lv.

229 C’est en 1470 que Battista di Franchi faisait cette révélation à propos de Varna : Aderam ego ! Il se trouvait alors à Pise, et venait de terminer la lecture du « De Europa » de Pie II que son ami, l’érudit Ottaviano Ubaldini della Carda, lui avait envoyé. Profondément choqué par ce qu’il venait de lire sur l’attitude de ses compatriotes en 1444, il prit la plume aussitôt et écrivit directement sa lettre de réponse à la fin du manuscrit qu’il renvoyait à son propriétaire. Outre qu’il trahit un homme de culture - décidément, que d’érudits parmi ces marchands génois d’Orient ! -, ce témoignage est troublant car il montre aussi un homme d’une honnêteté morale indiscutable. Cf. L. Michelini Tocci, « Ottaviano Ubaldini della Carda e una inedita testimo-nianza sulla battaglia di Varna (1444) », dans Mélanges E. Tisserand, Cité du Vatican, 1964 (Studi e Testi, 237), t. VII, p. 97-130, ici p. 97.

230 « Aluvixe Burgaro » : Badoer, p. 7024,27,28, 7117, 9113, 9322, 9414, 994, 13921, 17821, 18219,29, 1838, 18717, 20412, 21312, 23924, 25 210, 28819, 29215,27, 2932, 29915, 30630, 49622, 50116. Il est dit « barba de Agustin de Franchi », qui cache Agostino di Franchi Bulgaro, l’un des frères de Battista. Pour Lodisio di Franchi Bulgaro à Péra, le 2 avril 1425 : Belgrano, Prima Serie, op. cit., doc. LX, p. 188.

231 Du moins si « Aluvixe de Franchi » (Badoer, p. 10036, 25223, 25 322, 35219, 4654) ne fait pas qu’un avec « Aluvixe Burgaro » (cf. n. précédente), mais il est possible qu’il s’agisse de deux homonymes d’une génération d’écart, oncle et neveu ou grand-père et petit-fils. Agostino di Franchi Bulgare est « Agustin de Franchi nipote di Aluvixe Burgaro » : Badoer, p. 9414, 100n.1., 1115, 13129, 16647. 18716,19,21, 2375, 2526,15,20,23, 2535,13,19,21,24, 32318,19, 35211, 35312, 3842,27,29, 4114 4653, 4963. « Bortolamio de Franchi » cache Bartolomeo di Franchi Bulgaro : Badoer, p. 4510, 25917, 34114,22,23, 34612, 37621, 46812, 4697, 4703, 4717,8, 57812, 64316. Quant à Andronico, frère de Battista, sa carrière était à ce qu’il semble strictement génoise.

232 ... specialiter et expresse ad habendum, petendum, recipiendum et recuperandum pro ipsis constituentibus et eorum nomme et utriusque ipsorum a Lodisio Torreles, Catalano, omnem quantitatem cotonorum ipsorum constituentium alias per dictum Lodisium Torrelles violenter captorum tam in mari quant in terra in partibus Foliarum Turchie, dum esset patronus cuius-dam navis vocate de Labat... : ASG, notaio Antonio Fazio, filza 588, doc. 61. Les deux procureurs, mercatores Ianuenses, presencialiter in Regno Neapolis negociantes, étaient Paolo Marini et Battista di Mari.

233 Ambrogio à Péra : Roccatagliata, Fera, op. cit., doc. 37 (06/04/1453), p. 114 ; à Chio : A. Roccatagliata, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1490), Gênes, 1982 (désormais Roccatagliata, Chio), doc. 30 (11/10/1453), p. 41-43. La présence, d’Agostino à Péra avant la chute, les 14 avril et 1er mai 1452, est connue par des documents inédits : ASG, notedo Paolo Recco, filza 7, doc. sine numero.

234 Dans la somme de documents publiés ou inédits que j’ai pu collecter les concernant, il n’est presque jamais fait mention en effet du prénom de leur père, et cela pour une raison simple : l’usage notarial d’associer le prénom paternel venait de la nécessite de clarifier les homonymies possibles au sein des « alberghi » les plus prolifiques, comme les Doria, Spinola, etc. Or « l’albergo » des di Franchi - comme celui des Grimaldi d’ailleurs - était le résultat de l’agrégation antérieure de tant de familles mineures - Luxardo, Burgaro, Tortorino, Iule, Paolo, etc. -, qu’il suffisait d’accompagner le nom de l’individu de celui de sa famille d’origine, ici Burgaro, pour que l’on s’y retrouve. Sur « l’albergo » des di Franchi, relativement ancien, cf. N. Luxardo di Franchi, « L’albergo De Franchi dalla fondazione alla riforma Doria (1393-1528) », Storia dei Genovesi I, 1981, p. 221-225.

235 Un document important, et inédit, pour les institutions du commerce oriental postérieurement à la chute, et dont voici l’extrait relatif à Battista : ...Erunt autem et nunc quoque iam esse arbitramur in Chyo quidam egregii Baptiste de Franchis propinqui e quibus si unum aliquem ex prestantioribus Vestra Sublimitas consulem curaverit recte rebus vestrorum consul-tum esse non dubitemus..., ASG, AS, Litterarum 1794 A, doc. 253 (20/11/1454), fol. 76v.

236 Ce qui occasionna, à Gênes, une controverse entre Carlo Bozolo et Francesco di Promontorio fort longtemps après les événements, puisque l’affaire ne fut portée en justice qu’en 1464, soit près de dix après les faits, et exposée en ces termes par un des témoins : ...verum est quod anno de MCCCCLIIII in circa finem eius, sive in principio anni de MCCCCLV dictus Batista de Franchis, existais tune in civitate Venetiarum, consignavit dicto Carolo de Bozollo ibi tune etiam existenti, nomine dicti Francisa de Prementorio, vegetes viginti moronarum [...] que vegetes viginti non erant bone neque mercantiles..., le lieu de la transaction etant loco ad domum quamdam sive magazinum in contrate in qua morabatur dictus Batista : ASG, Notai giudiciari, notait) Paolo Recco, filza 17. Le marchand Carlo Bozolo est largement atteste par les documents publies par A. Roccatagliata comme se trouvant a Pera, dont il était burgensis, avant comme apres la chute de Constantinople. Cependant, des le 9 aout 1453. il se trouvait a Chio, ce qui confirme en dernier lieu qu’il ait pu directement emere in Chio a Francisco de Prementorio les vegetes moronarum incriminees : Roccatagliata, Pera, doc. 25 (30/01/1453), p. 93 (qui le montre a Constantinople meme) ; doc. 55, p. 142 (09/08/1453). A Chio: Ead., Chio, doc. 18, p. 24 (23/08/1453); doc. 96, p. 163 (29/01/1454).

237 ASV, Notatorio del Collegio 9, fol. 53r.

238 Ainsi, le 19 aout 1454, les Protecteurs ecrivaient-ils une missive a l’egregio et prestanti viro Baptiste de Francis de Burgaro apud Venetias afin qu’il trouve moyen de faire parvenir a Chio les lettres des Protecteurs adressees aux commissaires envoyes a Caffa : Mittimus vobis his annexas litteras [...] propter quod rogamus diligentiam vestram ut in perquirendo homine fido qui Chium Mas deferat..., cf. Vigna, Codice diplomatico, op. cit., I, doc. XXVIII (19/08/1454), p. 93. Pour une demarche similaire emanant du doge, en 1456, voir infra, n. 293.

239 ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 1826 (03/10/1453), fol. 436r : un sauf-conduit pour lenobili Salvagio de Vivaldis civi nostro carissimo, que Campofregoso souhaitait similaire a celui que Foscari concessit egregio civi nostro Baptiste de Francis de Burgaro, quod habemus in complacenliam singularem ; cf. aussi ASG, AS, Litterarum 1794 A, doc. 78 (21/05/1454), fol. 22r.

240 La lettre où l’archevêque Leonardo di Chio reproche à Gennadios II de continuer à supporter l’emprise de ces deux-là date en effet du 1er octobre 1455. Pour ces raisons et d’autres encore, Gennadios II Scholarios décida peu de temps après de jeter l’éponge et de démissionner : printemps 1456.

241 Pour Thomas Katabolènos, qui devait finir tragiquement sa carrière au service des Ottomans, empalé en 1461 par Vlad Tepes : entrée Kαταβοληνòς Θωμᾶς, PLP 11407. Pour Dèmètrios Apokaukos Kyritzès, qui fut mêlé aux négociations vénéto-ottomanes préparatrices du traité d’Andrinople du 23 février 1446 : entrée Ἁπòϰαυϰος Δημήτριος Kυρίτζης PLP 1184.

242 Le secrétaire Dèmètrios Chrysobergès, attesté par des documents vénitiens (cf. plus loin), est passé jusqu’ici inaperçu des spécialistes de la question des Grecs au service des Ottomans, dont le plus autorisé est J. Raby, « Mehmed the Conqueror’s Greek Scriptorium », DOP, 37 (1983). p. 15-62. Mais il est mentionné dans l’ouvrage de M. P. Pedani, In nome del Gran Signore. Inviati ottomani a Venezia dalla caduta di Costantinopoli alla guerra di Candia, dans Miscellanea di Studi e Memorie XXX, Venise, 1994, p. 100, 203. La diffusion du nom de famille Chrysobergès en Romanie à l’époque, abondamment attesté dans les îles grecques et notamment en Crète, doit raisonnablement interdire de considérer ce personnage comme forcément étroitement apparenté aux latinophiles constantinopolitains bien connus, à savoir les frères Maximos, Andréas et Théodôros Chrysobergès.

243 Ce Mehmed, un renégat grec fils d’un Mandromènos et ayant reçu le prénom de Mehmed à l’occasion de sa conversion à l’Islam, est évoqué par Chalkokondylès vers 1460 comme le gouverneur d’Ankara alors nouvellement nommé (Chalkokondylès, II, p. 197).

244 On ne peut être plus précis faute de sources.

245 Le bien-fondé des accusations d’Héléna contre son beau-frère concernant une trahison de ce dernier au profit des puissances italiennes ne résiste pas à un examen critique approfondi : Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 157-158.

246 Un oncle qui demeure bien mystérieux...

247 Tout ce qui précède n’est en effet raconté que par un seul chroniqueur, Kritoboulos d’Imbros : éd. Reinsch, Berlin, 1983, p. 10125-10315. C’est à la lumière de documents génois qu’il a été possible de retracer les circonstances de l’éviction d’Héléna de ses droits sur Ainos et les motivations réelles de sa démarche auprès du sultan : Ganchou, « Héléna Notara Gateliousaina », op. cit., p. 155-166.

248 Valentini, Acta Albaniae Veneta, op. cit., 22, doc. 6203 (28/06/1454), p. 265-267. L’ulufecibaşi était le chef des mercenaires.

249 Le conditionnel est en effet de rigueur car ce que nous avons, ce sont seulement les lettres par lesquelles le Sénat assurait régulièrement Marcello de son désir de lui envoyer des sommes : mais ces sommes lui parvenaient-elles vraiment ?

250 ASV, Senato Terra 3, fol. 122v : Die sexto iulii. Per virum nobilem Bartholomeum Marcello, qui fuit orator noster ad Teucrum, accepti fuerunt nonnulli denarii ad cambium, sed inter ceteros a Dimitrio Crisovergi ducatos iiie lxxv auri, et ipse Dimitrius hic sit cum ins-tantia, supplicans habere peccunias suas predictas que sunt substantia facultatis sue, et convenientissimum ac honor nostri Dominii sit eidem subvenire, quia diu expectore non posset sine ipsius comsuptione, vadit pars, quod dicti denari dicto Dimitrio dari debeant, de quibus-cumque denariis. Une décision approuvée par 113 oui, 13 non et 4 nonsinceri.

251 Ibid., fol. 124r : Die XXX iulii. Cum vir nobilis Bartholomeus Marcello, qui fuit orator noster ad Teucrum, acceperit ad cambium pro expensis suis a Caloiani Constantini, ut apparet per suas litteras cambii, ducatos centum sexaginta sex et duo tercia ducati, et sit ius-tum ac honor nostri providere solutioni dictarum pecuniarum, cum dictus pauperculus omni hora stet ad hostium nostre audientie petens pecunias suas cum quibus neccessere est ei redi-mere fantiliant suant ex manibus Teucrorum, vadit pars, quod de omnibus pecuniis nostris, dicte pecunie suprascripti cambii persolvantur. Décision approuvée par 137 oui, 4 non et 4 nonsinceri. Le fait qu’il doive s’agir probablement d’un Crétois réchappé de la chute de Constantinople serait plus de nature à expliquer la présence de ce personnage, sujet vénitien, à Venise en ce mois de juillet 1454. Mais c’est sans doute en Romanie qu’il prêta son argent à Marcello, et non à Venise même, où il ne se sera rendu que pour en réclamer le remboursement. Le personnage n’est toutefois pas un inconnu. En 1473/74, le Sénat utilisait à Andrinople les services de Caloiani Constantinus, qui visiblement connaissait beaucoup de monde au sein du gouvernement ottoman. Au point même que la Sérénissime finit par le soupçonner de double jeu : N. Iorga, Veneţia in Marea Neagrā, III, doc. I-II, p. 29-30; VII, p. 32.

252 Ibid., fol. 125r: Die octavo augusti. Cum vir nobilis Bartholomeus Marcello, qui fuit orator noster ad Imperatorem Turchorum, acceperit ad cambium pro expensis sibi occurenti-bus, in una parte centum ducatos quinquaginta cum dimidio, et in alla ducatos IIIe XLVI solvendos hic Baptiste de Franchis Ianuensi et sit honor nostri Dominii providere, quod dicte pecunie persolvantur, vadit pars, quod auctoritate huius Consilii, de omnibus pecuniis nostris antedicte pecunie persolvantur. Décision approuvée par 69 oui, 23 non et 3 nonsinceri.

253 Sur « Nichola Sofiano, nievo de Luca Notara » : Badoer, p. 58514, 78426, 78520, 79611, 25. On sait que, comme les Notaras, les Sophianos étaient originaires de Monembasia, mais on ignore par quel biais familial au juste ce Nikolaos Sophianos se trouvait être neveu du mégas doux. Lorsqu’à Gênes, à partir du 4 mai 1459, Pelegro di Promontorio prend en main les intérêts d’Anna Notara en qualité de procureur, on voit apparaître aux côtés de Théodôra Notara, arrivée à son tour dans la ville début juin, un nouveau procureur d’Anna et Théodôra, un certain Nicola Sofiano, Grecus de Constantinopoli, dont je me demande si, en dépit du fait que son degré de parenté avec les soeurs Notaras n’est cette fois pas précisé, il ne serait pas également à identifier au « Nicola Sofiano, nievo de Luca Notara » de Badoer, attesté à Constantinople entre 1436 et 1440, et encore, donc, en 1446.

254 Toute l’affaire nous est connue par la seule décision du Sénat vénitien visant à forcer les autorités Crétoises à rembourser Drymalès : Valentini, Acta Albaniae Veneta, op. cit., 23, doc. 6311 (06/05/1455), p. 29-30. La publication de ce document par Valentini nous dispense d’en donner ici un long extrait. Quant aux documents attestant des liens anciens de Drymalès avec Notaras, ils sont inédits, de même que ceux qui permettent de retracer sa trajectoire en 1453, et seront publiés ailleurs. Encore en Crète en octobre 1453, Théodôros ne put rencontrer alors à Ainos-Andrinople le tandem Marcello-Sékoundinos, qui s’embarqua de Nègrepont seulement en septembre 1453, d’autant que Sékoundinos quitta Constantinople au plus tard au début du mois de novembre suivant pour revenir directement à Venise. Voilà pourquoi, une fois n’est pas coutume, la précision de la décision sénatoriale indiquant que ce fut de 1454 de mense aprilis, que le vir nobilis Bartholomeus Marcello [...] dum foret orator noster ad Magnum Teucrum, accepit ad cambium in Constantinopoli a quodam Theodoro Drumali..., est vraiment providentielle.

255 Cette correspondance n’est conservée correctement qu’à partir de l’extrême fin du xve siècle : R. Morozzo della Rocca, Dispacci degli ambasciatori al Senato, indice, Rome. 1959, p. I, et S. Carbone, Note introduttive ai dispacci al Senato dei rappresentanti diplomatici vene-ziani. Serie : Costantinopoli, Firenze, Inghilterra, Pietroburgo, Rome, 1974, p. 14. 21.

256 Valentini, Acta Albaniae Veneta, op. cit., 22, doc. 6207 (8/07/1454), p. 269-270.

257 Ibid., 22, doc. 6232 (16/08/1454), p. 296-299 : Sicut scis restant adhuc captivi in mani-bus Teucrorum nonnulli Veneti et fideles nostri, inter quos est Victor Trivisano dela Barba, ipsorum liberationem procurabis sicut melius et utilius cognoveris, et maxime dicti Victoris, cuius pater providit de pecuniis necessariis ad illius redemptionem (p. 299).

258 Ibid, 22, doc. 6228 (16/08/1454), p. 291-292.

259 Ibid, 23, doc. 6412 (29/04/1456), p. 124.

260 Ibid., 23, doc. 6422 (19/05/1456), p. 132: Quod oratori illustrissimi Domini Teucri, qui venit ad presentiam nostram simul cum nobile viro Bartholomeo Marcello olim Bayio nostro Constantinopolis, ad ea que exposuit, respondeatur quod pro multa magnaque affectione nos-tra ad illustrissimum Dominum suum, ipsum grato et iocundo animo vidimus et intelleximus, sicut per elapsum vidimus omnes illos nuntios et oratores illustrissimi Domini sui, cui pluri-mum affecti sumus. Fuit preterea nobis pergratissimum audire optimum mentent et dispositionem Sue Dominacionis ad servandam nobicum pacem quam pro parte nostra, et servare et augere disponimus, ut mutua amicitia et benivolentia nostra nullatenus perturbari possit.

261 ASV, Senato Secreta 20, fol. 90r : Ad partem autem Teucri, qui suis demeritis per Baylum nostrum Nigropontis fuit ad mortem damnatus, sumus certissimi quod illustrissima Dominacio Sua, que semper ius et iusticiam coluit, si de causa mortis dicti teucri veram infor-mationem habuisset, nedum ullam perturbationem sumpsisset, ymo plurimum commendasset Baylum nostrum, quod iusticiam ministrasset contra illum, pro honore et gloriu nominis Dominaeionis Sue, que huiusmodi conditionis hominis abhorrere consuevit, contra quos omnia iura Dei et nature clamant... Ce passage vient après l’extrait publié par Valentini et réédité à la n. précédente. L’édition Valentini ne l’a pas repris, s’arrêtant à « ...perturbari possit », et ne reprenant qu’avec le vote final, signalant l’omission du texte intermédiaire par « (omissis) ».

262 Ibid.. fol. 90r : Ut ergo illustrissima Dominacio Sua clare intelligat ea que contra dictum Teucrum faeta sunt cum iure et iustitia facta fuisse, non ad iniuriam vel displicentiam Dominacione Sue, sed ad honorem et famam Suam, deliberavimus mittere ad eius presentiam novum Baylum nostrum Constantinopoli et nostrum oratorem, quam iam elegimus, per quem Sue Excellentie declarari et notificari faciemus, dictum Teucrum cum honestate et iustitia fuisse iustificatum, de quo satis claram redit Excellentiam Suam, optima societas quam Nigroponte et ubique locorum nostrorum fit omnibus Teucris et subditis suis, qui adeo amicabiliter trac-tantur et liberi sunt ac si nostri subditi et homines essent. Sumus itaque certi quod illustrissima Dominacio Sua, intellecta veritate huius rei, nedum contenta remanebit, sed laudabit ea que facta sunt. Pecunie autem quas dictus Teucrus habebat, ordinavimus quod restituantur illi cui ordinabit illustrissimus Dominus suus. Et cum his et aliis verbis et rationibus que videbuntur Collegio, iustificentur et honestetur causa ista, ut dictus orator teucrus, bene edificatus a nobis, discedat. De bonis vero et rebus repertis ex naufragio galeote sue apud insulam nostrum Nigropontii, si aliquid replicabit, dicatur quod ordinabimus, quod omnia bona que reperiun-tur ex naufragio predicto, restituantur cui ordinabit Dominus suus predietus... Passage immédiatement postérieur au précédent et également non publié par Valentini.

263 Ibid., fol. 90r. Suit le vote, de 150 oui, 1 non et 3 nonsinceri, publié cette fois par Valentini dans ce même doc. 6422, p. 132.

264 Il faut convenir du reste que sans cet éclairage, cette unique mention de l’affaire Notaras dans les actes du Sénat depuis 1454 aurait bien de quoi dérouter. Dit simplement Megaducha, Loukas Notaras était mort à l’époque depuis presque trois ans sans que l’on prenne la peine de faire précéder ici son titre du quondam de rigueur. De plus, il n’est fait allusion directement ni à ses filles prisonnières, ni à leur rachat.

265 Car trois des sœurs Notaras avaient été dotées, et une fois accordée à la seule non mariée, Anna, l’équivalent de la dot qu’elle n’avait pu recevoir, tout le reste aurait du revenir, de iure, à Iakôbos.

266 Outre la date des lettres de change examinées plus bas, il n’est que de voir que la commissio rédigée le même jour au nouveau baile Lorenzo Vitturi, si elle évoque également les litiges relatifs au Turc exécuté à Nègrepont et à la galiote naufragée - d’ailleurs en des termes très semblables -, ne dit absolument rien des negotiis Megaduche : ASV, Senato Secreta 20, fol. 89v (non publié par Valentini). C’est donc que le nouveau baile n’aurait pas, sur place, à s’occuper dorénavant de ces négociations-là.

267 Ambrogio di Franchi Bulgaro quondam Leonardi était à n’en pas douter un fils de Leonardus de Franchi Burgaro, l’un des conseillers et proviseurs du podestat de Péra Tornmaso di Promontorio en 1424 : Belgrano, Prima Serie, op. cit., doc. LVII, p. 185, et doc. LIX, p. 187. Quant à ce podestat Tommaso di Promontorio, s’il n’était pas le père de Pelegro, fils d’un Domenico, il devait en être un parent proche, probablement un oncle.

268 Compte tenu des délais exigés par la navigation de l’époque entre Venise et Chio, un peu moins d’un mois, une lettre envoyée par Battista di Franchi à Chio de Venise autour de fin avril début mai 1456 arrivait dans l’île fin mai. Assez tôt donc pour que Salvagio Vivaldi puisse adresser en retour ses lettres de change de Chio dès le 5 juin suivant.

269 Cette première lettre se présentait ainsi : ...a parte exteriori huius tenons, videlicet : « Magnifias et generosis dominis Micaeli Venerio, Andrée Donado et Lodixio Loridano, Pro-curatoribus Sancti Marci in Veneciis ». A parte vero interiori huius tenons, videlicet : « † Ihesus. MCCCCLVI, die V iunii, in Chio. Magnifici domini, pagate per questa prima de cambio a Venexia a ser Salvazio de Vivaldo ducati trexentotrenta e nove, grosso uno venetiani, zoe ø CCCXXXVIIII g° I, a uxanza, e de per ø CCCCVII de Sio abudi qui da ser facomo lusti-niani, a raxon de ø CXX120 de Scio per ø C100 venetiani, iqual meteti per conto in lo cambio de ø DCC700 venetiani mandati de qui a pagar per ser Baptista di Franchi, per commissione de le Magnificencie Vestre, per lo recatto de le fïe quondam el spectabel meser Luca Natara. Piacave al tempo farli el dever. I Dio cum vui, vestre Ambroxis de Franchis cum reverencia » : ASV, Giudici del Procurator, Sentenze a legge 4, fol. 108r.

270 La seconde était libellée comme suit : ...a parte exteriori huius tenons, videlicet : « Magnificis et generosis dominis Michaeli Venerio, Andrée Donato et Lodovico Lauredano, Procuratoribus Sancti Marci Venetiarum in Veneciis ». A parte vero interiori : « i Ihesus. MCCC-CLVl, die V iunii, in Chio. Magnifiai domini, pagate per questa prima de cambio a Venexia a ser Salvagio de Vivaldi ducati quatrocento vinti un, grossi septe venetiani, zoe ducati 421 grossi 7, a uzanza, e de per ducati cinquecento cinque ziliati cinque de Sio habuti de qui du ser lacomo Salvaigo, a raxon de ducati CXX120 de Scio per ducati C venetiani, iqual meteti per conto uno cambio de ducati DCC700 venetiani mandati de qui a pagar per ser Baptista di Franchi, per commissione de le Magnificencie Vestre, per lo ricapto de le fie quondam el spec-tabel miser Luca Natara. Piaquavii al tempo farli el dever. I Dio cum vui, vestre Ambroxis de Franchis cum reverencia » : Ibid.

271 Voir plus loin le cas de Niccolò Polo.

272 Le taux de change entre le ducat vénitien et la livre de Gênes s’établissait en effet à l’époque à 50 sous de Gênes pour un ducat de Venise. Voir U. Meroni, Declarationes valons monetarum per officiâtes monetarum civitatis lanue sedentes in Cecha per tribunali ad bancum iuris. Registi Officii, 3 vol. , dans Fonti per la storia délia moneta in Italia negli evi medio e moderno, III : Zecca di Genova, Mantoue, 1953, n. 1 (d’après P. Spufford, Handbook of Médiéval Exchange, Londres, 1986, p. 114). Soit 2 livres et 10 sous. Je remercie Mme Cécile Morrisson pour m’avoir signalé ces deux ouvrages.

273 Elles ne seront de fait retirées que par Anna Notara elle-même en 1459, avec celles de 1457 et 1458.

274 J’ai pensé dans un premier temps que Promontorio et Cebà n’avaient pas retiré les « paghe » de 1456 parce que la procuration de Grègorios Mammas ne leur en donnait le droit qu’à concurrence de 3 000 ducats génois, comme on le rappelait scrupuleusement sur les comptes Notaras dans chacun des « cartolarii delle colonne » afférents, pour les années 1454, 1455 et 1456. Ainsi par ex. dans Burgo 1455, ASG, SG, CC, Compagne Burgo (PNB), n° 186 (anno 1455), fol. 563v : et hoc usque in summum ducatorum trium milium. Et que par conséquent, la limite de ces 3 000 ducats avait été déjà dépassée en 1456. Mais 3 000 ducats génois équivalaient alors à 7 050 lb., le ducat génois valant 47 sous : Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 616, tableau 1 : « Cours du ducat d’or ». De plus, les 3 880 lb. de « luoghi » collectés jusqu’à fin 1455 par Promontorio et Cebà comprenaient les 1 283 lb. 12 s. et 1. d. retirés par Promontorio le 7 juin 1453, donc avant la chute de Constantinople et avant l’acte de procuration de Mammas du 22 juillet 1454 : la « paga » de 1453 conservée par Promontorio, et rectifiée des 10 lb. manquantes en 1455, n’était donc pas en cause, et à dater de la procuration de Mammas et en vertu de celle-ci, lui et son compère ne retirèrent en fait qu’un peu plus de 2 587 lb. correspondant aux « paghe » de 1454 et 1455. Ils avaient donc largement le droit de retirer les 1 293 lb. d’intérêts de 1456 : or ils ne firent pas...

275 ASG, notaio Tommaso di Recco, filza 847 et 848 ; ASG, notaio Bernardo di Ferrari, filza 764, 765, 886 (notaio Giovanni Battista di Ferrari-Cristoforo Sisto), filza 603 (notaio Giovanni Balbi) ; ASG, notaio Cristoforo da Rapallo, filza 683 bis. Et ce n’est pas le moindre paradoxe de cette enquête que de constater que le seul témoignage sur ce rachat réglé à Chio se soit conservé dans des archives vénitiennes si médiocrement fournies pour la période, au regard de l’imposante documentation notariale génoise de Chio.

276 Son père et homonyme, Giacomo Giustiniani quondam Antonii, fut d’un tout autre relief puisqu’il fut l’un des fermiers de l’alun des mines de Phocée aux côtés du fameux Giovanni Adorno, en 1416, et à ce titre précurseur de Draperio et de son fameux cartel, fondé trente ans plus tard.

277 ASG, notaio Giovanni Battista di Ferrari-Cristoforo Sisto (Bernardo di Ferrari), filza 886, doc. 239 (31/01/1455) ; ASG, notaio Tommaso Recco, filza 848, doc. 156 (22/02/1457).

278 Où les Mahonais de Chio s’étaient transportés en raison de la peste ravageant alors Chio. Le 30 décembre 1458, le dominus Iacobus Iustinianus quondam lacobi y réclamait justement devant notaire le paiement par d’aucuns mahonais de lettres de change... : A. Roccatagliata, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene. II, Mitilene, 1454-1460, doc. 57a, p. 119-120.

279 Ils se voyaient chargés notamment de préparer l’imposition d’un drictus à Chio afin de permettre le financement de l’envoi des 200 fantassins génois destinés à la défense de Mytilène, et dont on a vu qu’ils furent convoyés sur la nave d’Antonio Grimaldi Cebà, frère de Niccolo : ASG, AS, Diversorum Registri 560, fol. 81v-82r ; cf. aussi les documents du 18 août 1456 publiés par Assini, « La "compera Metilini" e la difesa genovese dei Gattilusio », op. cit., doc. 4, p. 261, et ceux des 14 novembre 1457 (Ibidem, doc. 8, p. 265), 9 décembre 1457 (ibid., doc. 9, p. 267), et 27 janvier 1458 (ibid., doc. 13, p. 272).

280 Ibid., doc. 13, p. 272 :...ut eligantur commissarii in Chyo nobiles et prestantes viri Vescontes et lacobus quondam lacobi, ambo lustiniani, Nicolaus de Auria quondam Acelini, et lacobus Salvaigus...

281 ASG, notaio Tommaso Recco, filza 848, doc. 81 (13/05/1458).

282 ASG, notaio Bernardo di Ferrari, filza 764, doc. 390: ... audito oretenus lohannem Baptistam Lomellino quondam Thobie, cive lanue, dicente et exponente quod alias, ipso exis-tente in Pera vel Bursia, quondam lacobus Salvaigus misit sibi ad solvendum quoddam cambium asperorum LVIIm de ottomano, quos ipse solvit, et propterea, requirente Alaranus Salvaigus tanquam frat rem et administratorem bonorum dicti quondam lacobi cogi ad sibi respondendum dictos asperos LVIIm asperi XXXV de otomano pro ducato uno... Le document a été amputé de sa dernière partie, qui portait sa date, mais l’année 1460 n’en est pas moins sûre, par comparaison avec des actes antérieurs et postérieurs. D’autant que la sentence rendue par les arbitres sur cette affaire, moins détaillée que le présent document, date du 7 octobre 1460 et a été publiée dans P. Argenti, The Occupation of Chio, op. cit., III, doc. 243, p. 694-695.

283 Le vague du témoignage de Lomellino est pour le moins confondant : il ne dit pas quand les lettres de change lui furent adressées, et pire, il ne se rappelle plus s’il était alors à Péra ou à Brousse, ce qui n’est tout de même pas la même chose, vu la distance séparant les deux villes, l’une sur le Bosphore, l’autre en Asie Mineure.

284 ASV, Giudici dei Procurator, Sentenze a legge 4, fol. 108r : Die VIIII octobris. Coram nobilibus dominis Bernardo Bondimerio et Petro Nani, honorabilis iudicis Curie Procuratori-bus, absente domino Alvixio de Priolis tertio eorum socio, comparuit ser Rizardus Saraceni de Scienis, pro se et sociis suis, tamquam procurator domini Salvazi de Vivardis de lanua, ut apparet carta procuratoria scripta et in publicam formant redacta MCCCCLVI, indictione IIIIa, die martis V° mensis octobris Bassani, manu Nicolai filii ser lacobi Herculi publica imperiali auctoritate notarii... Bassano del Grappa se trouve tout juste à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Venise.

285 Ibid. : ...contra spectabiles dominos Procuratores de Supra, tutores pupillarum seu filia-rum quondam spectabilis domini Luce Natara, sive spectabilem dominum Andream Donato presentem et pro se et aliis collegiis suis Procuratores de Supra...

286 Ibid. : ...quibus literis sic presentatis, requisivit ab eodem domino Andrea, pro se et sociis suis, quatenus sibi placetur facere solucionem ipsarum literarum eidem procuratori, secundum ipsarum literarum tenorem...

287 Peut-être ce refus avait-il à voir avec le fait que les Procurateurs, conformément au prix de rachat signifié par l’ambassadeur ottoman, avaient demandé à Battista di Franchi que sa lettre de change à ses compatriotes porte sur 700 ducats. Or c’était plus de 760 ducats qu’on leur demandait maintenant de débourser, sans explications.

288 Ibid. : ...in Veneciis secundum usum de ducali mandata recommendatione MCCCCLVI die VII octobris ad Officium dominorum Advocatorum Communis per ser Paulum Marcoffo notarium Curie Maioris...

289 Ibid. : ...ad que dictus spectabilis dominus Andreas, pro se et sociis suis, respondit lectis proprius literas ipsis, quod ipsi domini Protectores tutores, taies literas acceptare nolebant quia ipsos denarios iam solveret ser Baptiste de Franchis, ex determinatione facta per presens Iudicium...

290 Absence temporaire ou définitive ? Le 25 octobre 1456, soit à peine vingt jours après qu’il se fût trouvé à Bassano, Salvago Vivaldi était retourné à Gênes. Ce jour-là, un certain Cosma di Garibaldo civis lanue quondam Laurentii, tanquam dominus et patronus cuiusdam eius sclavi nunc ut dicitur vocati Aspertus et olim vocati Valentinus, ectatis annorum viginti in circa de progenie zichorum et qui iam pridie aufugit ab ipso Cosma domino suo et qui pre-sencialiter dicitur esse in partibus Veneciarum, se sortait de la situation en vendant l’esclave fugitif, pour le prix de 25 ducats vénitiens, aux nobilibus et generosis viris dominis Mafeo et Ambrosio fratribus Contarenis quondam domini Nicolai, civibus Veneciarum licet absentibus, et reconnaissait avoir reçu déjà cette somme a nobile Salvagio de Vivaldis cive lanue, presente et solvente pro ipsis dominis Mafeo et Ambrosio, pro precio eiusdem sclavi... : ASG, notaio Antonio Fazio, filza 591, doc. 80.

291 La conservation de ce document est, on l’a dit, d’autant plus providentielle que les registres du fond des « Guidici del Procurador, Sentenze a Legge » sont tous perdus pour les années 1450, hormis celui-là, qui couvre la période 1454-1456. Il ne fait aucun doute que la conservation des autres registres de la décennie nous en aurait appris beaucoup plus sur l’affaire du rachat des filles Notaras. D’autant que plusieurs scribes se partageant la copie des sentences à raison d’un registre chacun, il devait y en avoir au moins un autre pour la période 1454-1456.

292 Mais il disparut manifestement très vite après.

293 Dux Ianuensium et cetera, et populi defensor ac Officium Balie. Spectatis civibus nos-tris Baptiste de Franchis de Burgaro et Salvagio de Vivaldis. Ex exemplo litterarum his incluso, videbitis quid Chiensibus nostris scribimus de bello quod tam iniuste tamque inhoneste adver-sus nos movit serenissimus dominus Rex Aragonum. Vos igitur, eus litteras Chyum mittite quamprimum potestis per varias vias, et Paulo Boiardo apud Modonum etiam scribite, ut si que naves nostre istuc pervenirent, illas de hoc casu certiores faciat, ut veniendo, caute navigent. Data lanue die XVI iulii 1456 : ASG, AS, Litterarum 1794, doc. 3216, fol. 761 v. La lettre destinée aux autorités de Chio se trouve recopiée juste au-dessus : ibid., doc. 3215. L’imprécision du document n’aurait pas permis de savoir où exactement le Campofregoso envoyait sa lettre à Battista di Franchi et Salvago Vivaldi s’il n’y avait eu l’éclairage du présent dossier.

294 Pusculo montre en effet Nikolaos Goudélès et Paolo Bocchiardi combattre côte-à-côte au moment du siège, Constantinopolis, op. cit., IV, p. 80949-950 : Grittus, Gudellus, Buzardus...

295 L’affaire est rapportée par une lettre du doge Campofregoso aux autorités de Chio, un doge qui n’avait déjà que trop à reprocher dans le même temps à Galeazzo, vu que ce dernier restait obstinément sourd à ses demandes de restitution de la dot de sa sœur Clementia. veuve de Giovanni Giustiniani Longo, en dépit des nombreuses lettres qu’il lui faisait parvenir à cet effet : Dux Ianuensium. Spectabili egregiis et prestantibus viris Potestatis et Mahonensibus Chii dilectis nostris. Nunciatum nuper nobis est Galeatium lustinianum intercepisse navem Boiardam, in quant oneratas fuisse dicuntur Venetiis per Franciscum de Aliis pecias triginta unam pannorum de Florentia in ballis sex consignandis Chii Alberto Antonii de Panigale de Perusio... : ASG, AS, Litterarum 1791, doc. 1803 (05/11/1454), fol. 511 r. Manifestement, la coupe était pleine...

296 Puisqu’à cette date il était donné à Benedicti, filii et heredis in solidum abintestato cum beneficia inventarii quondam Filippi Demerode olim burgensis Pere, un tuteur en la personne d’Andréa Campofregoso, sur l’ordre du vicaire du podestat de Chio et d’après un acte passé dans l’île manu Nicolai de Turilia, notarii et scribe curie Chii, le 26 novembre 1455. Mais cet acte de tutella passé à Chio, où résidait alors Andrea Campofregoso, son gendre, ne signifie pas que Filippo soit mort pour autant dans l’île. D’autant qu’il disparut abintestatus, ce qui est curieux s’il était décédé à Chio, où il aurait certainement eu le temps de faire établir un testament avant de trépasser. Il a donc tout aussi bien pu disparaître à Péra ou à Andrinople. La mention de cet acte de tutella est donnée dans le fameux document par lequel, à Gênes, Andrea Campofregoso nommait des procureurs pour récupérer, à Caffa et ailleurs, les biens Notaras devant servir à rembourser le prêt consenti par Filippo Demerode à Constantin XI début 1453 et gagé sur la fortune du mégas doux, cf. réf. supra, n. 164.

297 Doukas, éd. Grecu, op. cit., XLIII, 4-14, p. 40328-41127.

298 C’est du reste cette double identité qui a empêché jusqu’ici les historiens de retracer correctement la carrière des deux frères, alors que la longévité de leur activité commerciale entre Péra-Constantinople et Andrinople en fait des marchands génois tout aussi importants pour l’époque qu’un Draperio ou un Demerode.

299 Outre le fait que « ser Jachomo e ser Zuan Andrea da Chanpi » sont abondamment cités par Badoer entre 1436 et 1440, et en particulier plusieurs fois à propos du « viazo de Andrenopoli », voir également le document génois de 1441 édité et commenté par S. Bliznjuk, « Genovesi a Costantinopoli ed Adrianopoli alla meta del XV secolo in base a documenti dell’Archivio di Stato di Genova », BZ, 90 (1997), p. 22-23, qui met en scène Giovanni-Andrea de Campi entre Andrinople et Constantinople « ante 1437 ». Svetlana Bliznjuk n’a pas vu l’identité de ce Iohannes Andreas de Campis civis Ianue avec le frère de « l’écrivain » Jacopo di Promontorio.

300 En 1475, « Jacopo di Promontorio di Campi » révélait qu’il avait été « per spatio de anni XVIII [...] in corte del patre del presente Turcho continuamente suo mercatante, da lui hono-rato et beneficato grandemente, et anni sette col presente signor Gran Turcho », cf. F. Babinger, Die Aufzeichnungen des Genuesen Iacopo de Promontorio -de Campis über den Osmanenstaat um 1475, Munich 1957 (cf. ici p. 29). Dans son introduction consacré à Giacomo, Babinger donnait assez d’éléments, tirés entre autres d’inédits des archives de Gênes, pour qu’il eût été possible aux historiens ultérieurs d’identifier l’auteur de l’ouvrage au marchand de Badoer « Jachomo da Chanpi » et au Iacobus de Prementorio de 1456.

301 « ...ala quale impresa [di Belgrado] et zuffa col dicto Gran Turcho era présente in per-sona lo prenominato domino Iacobo suo mercadante » : Babinger, Die Aufzeichnungen, p. 87.

302 Attendu que sumus in locis Saracinorum in quibus minime confficiuntur instrumenta, deffectu notariorum... Le document est publié par S. Origone, « Chio nel tempo della caduta di Costantinopoli », Saggi e Document ! Il, t. I, Gênes, 1982, doc. 4 (13/12/1456), p. 210-219 : Iohannes Andreas et lacobus, fratres de Prementorio quondam domini Thome. L’historienne génoise n’a pas identifié non plus le lacobus de Prementorio quondam Thome du document avec l’auteur des « Recollecta ». Il est vrai qu’ils n’y étaient pas dits olim de Campis.

303 Ibid., p. 214.

304 Paride Ardimento n’était autre que le procureur désigné à Andrinople en 1449 par l’apodixia manu propria Francisi de Draperiis pour agir en son nom à Chio (cf. réf. supra, n. 162) ; le 1er mai 1452, le civis lanue Paris Ardimentus se trouvait à Péra.

305 Le 9 mai 1445, à Gênes, les autorités examinaient la requête des parents des frères Dexe-rini et Petri Palavicinorum quondam Araonis, attendu que tous deux, qui in etate satis tenera, recesserunt de civitate Ianue et steterunt cum Cristoforo et Babilano eorum fratribus, qui cum eorum familiis a certis annis citra steterunt et hodie stant in civitate Constantinopolitana, [...] noviter autem habent animum repatriandi et veniendi Ianuam, si non esset quod timent magis gravari in avariis Communis lanue quam ipsorum conditio et facultas importent, maxime cum in civitate Ianue non habeant nec domos nec bona mobilia vel immobilia... : ASG, Diversorum Filze 3035, doc. 120. De fait, entre 1436 et 1440, Badoer a fait souvent affaire, à Constantinople, avec les frères « Palavexin » : « Cristofal », « Babilan », « Piero », et « Texalin » dans lequel il faut reconnaître notre Dexerino Pallavicino.

306 Tout en réservant le rôle possible joué par les frères Bocchiardi, plus particulièrement spécialisés dans le rachat de l’aristocratie constantinopolitaine des mains turques, et celui de Giovanni Battista Lomellino, peut-être déjà in Pera vel Bursia dans la période.

307 Pour la rançon du Catalan lohannes de Splana : ASV, Notai di Candia (désormais NC) busta 2, notaio Francesco Avonale, 1 (doc. du 15/01/1454), fol. 46v ; pour celle de la famille de l’abbé Grègorios (doc. du 05/08/1453) : ibid., fol. 40r.

308 Darrouzès, « Lettres de 1453 », op. cit., Lettre 2 (sine date), p. 80-84. J’utilise ici un change compris à l’époque autour de 35 aspres pour un ducat vénitien, que j’établis d’après une moyenne de divers taux donnés par plusieurs documents contemporains émanant des notaires de Crète. Entre 1436 et 1440 à Constantinople, un ducat vénitien s’échangeait contre 33 aspres, comme le montre le livre de comptes de Badoer. À l’époque qui nous occupe, soit en 1456, un document notarié de Chio fournit l’équivalence de 30 aspres ottomanes pour 1 ducat de Chio : Origone, « Chio nel tempo della caduta di Costantinopoli », op. cit., p. 192, n. 235 = Argenti, The Occupation of Chios, op. cit., III, doc. 266. Sachant que cette année-là, 120 ducats de Chio équivalaient alors à 100 ducats vénitiens, on était déjà à 36 aspres pour 1 ducat vénitien. En 1460, le témoignage fourni par Giovanni Battista Lomellino - cf. supra n. 282 - donne 42 aspres pour 1 ducat vénitien. En 1475, le ducat s’échangeait contre 44 aspres ; en 1490, contre 50 aspres. Sur les variations de la valeur de l’aspre et son rapport avec le ducat vénitien au xve siècle : T. Bertelè, « Appunto sulle monete del Rechenbuch edito da Hunger-Vogel », BZ, 56 (1963), p. 321-327, en particulier p. 323, une étude toujours irremplacée.

309 Un document publié à la fois par H. Noiret, Documents pour servir à l’histoire de la Crète sous la domination vénitienne, 1380-1485, Paris, 1892, p. 486, et F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, III, Paris-La Haye, 1961, doc. 3176, p. 248.

310 Micaeli Grito (04/12/1453): ASV, NC, busta 2, notaio Francesco Avonale, 1, fol. 45r. Georgius Guliarmo (18/04/1454): ASV, NC, busta 106, notaio Nicold Gradenico, vac. 10, fol. 36v. Georgius Sangunaçio (29/04/1454): ibidem, fol. 37v-38r. Nicolaus Orfanello (08/06/1454): ibid, fol. 74v. Bartolomeus Boni (18/06/1454): lbid., fol. 79rv. Herini Vlagho (02/08/1454): ibid., fol. 105r. Nichitas de Rodo (31/08/1454) : ibid., fol. 130r. Dhimitnus Ercoleo (24/10/1454) : ibid., fol. 231r. Nicolaus Avonal (08/01/1455): ibid., fol. 277r. Hemanuel Cassali (20/01/1455): ibid., fol. 293rv.

311 Puisque 120 ducats de Chio font 100 ducats vénitiens, du moins en 1456. La mention et les circonstances du rachat des sœurs Erigni et Atanasia Goudrlina se trouve dans ASG, SG, Fogliazzi delle columne n° 3633 (anno 1457), doc. sine numrro. Il va sans dire que tous ces documents relatifs à ces rachats de Byzantins seront publiés et analysés par mes soins sous peu.

312 Sur Frossini Iagarina et sa fille Philipa : ASV, NC, busta 106, notaio Nicole Gradenico, vac. 10, fol. 159v-160r. En 1454, un ducat vénitien s’échangeait contre 35/36 aspres : voir supra, n. 308.

313 Puisqu’il fut déboursé en tout pour les deux 760 ducats vénitiens et 8 gros.

314 On a vu qu’en 1456, le ducat vénitien se négociait contre 36 aspres, tandis que le ducat de Chio valait 30 aspres : voir supra, n. 282 et 308.

315 En imposant le prix, pour les deux Notaras, de 700 ducats, Mehmed II ne dut pas penser en ducats vénitiens, mais en aspres, et donc avoir fixé un chiffre rond dans une monnaie qui était la sienne. Or d’après nos chiffres, 700 ducats équivalaient en 1456 à 25 200 aspres, ce qui tend à penser que, comme il faut bien compter avec des taux de change en réalité plus fluctuants, le chiffre qu’il imposa dut être celui, rond, de 25 000 aspres, soit 12 500 aspres chacune.

316 En raison du temps passé dans les archives génoises, vénitiennes et romaines à compulser le maximum de sources datant de ces années 1453-1460, « l’enquêteur » a le sentiment d’avoir fait la collecte de la totalité des documents conservés en rapport avec cette affaire. Bien entendu, il n’en va jamais ainsi...

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540