Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Les espaces Balkaniques et Anatoliens

Immigration nomade dans un royaume chrétien : le cas des Coumans en Hongrie

Nora Berend

Texto completo

  • 1 A.M. Khazanov, Nomads and the outside world, Cambridge, 1983 (2e éd. Madison, 1994), p. 212-221.

1Cet article examine un type de migration particulier : l’immigration des nomades et leur implantation dans une société sédentaire1. Bien que ce phénomène ne fût pas courant en Europe occidentale médiévale, les pays limitrophes du monde de la steppe en firent l’expérience à plusieurs reprises. Le royaume de Hongrie lui-même, au carrefour des civilisations chrétienne sédentaire et turque nomade, était exposé aux incursions et à l’installation de divers groupes nomades originaires de la steppe eurasienne. Le dernier exemple, et celui sur lequel nous sommes le mieux informés par les sources, est celui de l’immigration des Coumans.

  • 2 P.B. Golden, An Introduction to the History of the Turkish Peoples: Ethnogenesis and State-Formati (...)
  • 3 D. A. Rassovsky, « Polovci III », Seminarium Kondakovianum, 9 (1937), p. 71-85, et 10 (1938), p. 1 (...)

2Les origines et l’histoire anciennce des Coumans demeurent controversées2. Il ne fait aucun doute que différents groupes s’unirent pour former l’union tribale Coumane (Quman)-Kipchak (Quipcaq). Celle-ci comprenait diverses populations turques, mongoles et iraniennes, mélangées au cours des siècles de migrations commencées en Chine du Nord. Des groupes géographiquement distincts formèrent la confédération dont le territoire, à son apogée, s’étendait du Danube jusqu’aux Irtys, en Sibérie occidentale et en Asie centrale3. Cette confédération tribale devint le pouvoir majeur dans la steppe eurasienne du milieu du xie siècle jusqu’aux conquêtes mongoles au début du xiiie siècle. Les Coumans jouèrent un rôle important dans l’histoire des États sédentaires de la région : d’abord le Khwarazm, la Rus’, Byzance et la Géorgie, puis la Bulgarie et la Hongrie. Ils menèrent des raids contre leurs voisins et formèrent diverses formes d’alliance avec eux. L’implantation et l’assimilation des Coumans eurent lieu en Géorgie, en Bulgarie et en Hongrie. Il est probable que dès le xie siècle, les Coumans commencèrent à faire des incursions en Hongrie. Des relations plus soutenues entre les Coumans et les Hongrois se développèrent au début du xiiie siècle.

3Le pouvoir couman fut victime d’une confédération tribale mieux organisée et plus puissante : celle des Mongols. Les Coumans cherchèrent donc à établir une large alliance, qui engagerait les princes de la Rus’ contre les Mongols. Leurs liens de mariage s’ajoutaient à ce danger commun comme base de cette alliance. Après leur défaite, une partie des Coumans chercha refuge en Hongrie, tandis que la plupart d’entre eux resta dans la steppe, et s’intégra dans l’empire mongol de la Horde d’Or.

  • 4 J. H. Bridges éd., The ‘Opus Maius’ of Roger Bacon, Oxford, 1897-1900, 3 vol. , 1, p. 358.

4En 1239, des Coumans appartenant à divers clans de la branche occidentale de la confédération demandèrent et obtinrent leur admission dans le royaume sous le commandement d’un chef, Köten. La nouvelle de cet événement est même rapportée par Roger Bacon4. On ne peut espérer apprendre que très peu de chose au sujet des migrants individuels, aussi me pencherai-je pour commencer sur le sort du groupe dans son ensemble. L’entrée des Coumans signifiait l’immigration d’un petit fragment d’une alliance tribale nomade dans une société sédentaire, supérieure en nombre. Il ne s’agissait ni de conquête ni d’entrée par la force, mais d’une entrée précédée de négociations et d’une invitation faite par le dirigeant de la société sédentaire ; les immigrés se trouvaient donc en position de dépendance. Les Coumans qui immigrèrent étaient un petit groupe détaché de la majorité de leur alliance tribale d’origine. Ils entendaient se soustraire à la domination exercée par une confédération nomade plus puissante.

  • 5 Alliances avec la Rus’: P. B. Golden, « Nomads and Their Sedentary Neighbours in Pre-inggisid Eura (...)

5Des relations antérieures avec le monde chrétien sédentaire rendirent sans doute plus simple le choix des Coumans. Des missions visant à convertir les Coumans avaient été lancées à partir du royaume de Hongrie dans les années 1220-1230. Le prince Béla (qui était devenu le roi Béla IV au moment où les Coumans entrèrent dans le royaume) soutenait ces missions. Il y avait eu un certain nombre d’alliances et de mariages politiques entre les Coumans et les princes de la Rus’ avant que les Coumans ne décident d’immigrer dans un royaume chrétien5.

  • 6 E. Szentpétery éd, Scriptores Rerum Hungaricarum, Budapest, 1937-1938, 2 vol. , 2, p. 556.
  • 7 Ibid., 2, p. 566. « Anonymous Leobiensis », H. Pez, Scriptores Rerum Austriacarum Veteres et Genui (...)

6Comment ces immigrés furent-ils accueillis ? Le roi de Hongrie espérait tirer profit de la puissance militaire des Coumans, au grand dam de la noblesse. Selon un rapport écrit peu de temps après ces événements, celle-ci était furieuse que le souverain veuille s’en remettre aux Coumans6. Par ailleurs, le clergé considérait l’immigration comme une occasion de convertir les Coumans au christianisme (voir plus loin). L’immigration des Coumans engendra des frictions immédiates qui se soldèrent par un massacre. Au début de l’invasion mongole en 1241, qui suivait de près l’entrée des Coumans en Hongrie, la population locale accusa les immigrés de fraîche date de complicité avec les envahisseurs. L’accusation prenait racine dans la xénophobie et les inquiétudes concernant l’emploi des Coumans par le roi comme une base du pouvoir royal, au détriment des aspirations de sa propre noblesse. Mais elle fut sans doute également facilitée par le fait que Coumans et Mongols appartenaient à la même culture des steppes, qui se manifestait dans leur costume et leurs méthodes de guerre similaires. Le chef couman et sa famille furent massacrés, accusés d’être des espions mongols ; leurs têtes décapitées furent jetées à la foule en liesse7. Par conséquent, les Coumans quittèrent le royaume, migrant probablement vers les Balkans pour y rejoindre d’autres groupes coumans. Le roi Béla IV les rappela cependant en Hongrie vers 1246 ; leur seconde entrée fut donc le fruit d’une initiative royale. Ainsi, bien que les rois de Hongrie tirassent des bénéfices de leur présence, l’existence des Coumans dans le royaume dépendait du souverain et des institutions chrétiennes.

  • 8 Le canon Roger, qui était alors présent en Hongrie, déclara que les Coumans qui entraient dans le (...)
  • 9 L. Ligeti, A magyar nyelv török kapcsolatai a honfoglalás el tt és az Árpád-korban, Budapest, 1986 (...)
  • 10 I. Mándoky Kongur, « Néhány kún eredet nagykunsági tájszó », Nyelvtudományi Közlemények, 73 (1971) (...)

7Une fois que les Coumans eurent émigré en Hongrie, la société sédentaire exerça son influence sur eux. Ceci n’est pas pour nous surprendre, étant donné que les Coumans constituaient une petite minorité dépendante au sein de la société, sans doute 7 à 8 % maximum de la population8. Dans la deuxième moitié du xiiie siècle, la population coumane de Hongrie fut à l’origine de divers conflits ; à long terme, cependant, les Coumans s’assimilèrent complètement à la société locale, perdant leurs croyances d’origine, leur organisation sociale, leurs coutumes et leur langue. L’influence des Coumans sur la Hongrie eut très peu d’effets durables. La coexistence journalière aboutit à l’adoption de quelques mots d’emprunt en hongrois. Ceux-ci attestent de l’influence coumane dans les domaines de l’élevage des chevaux, de la chasse, de la cuisine et du combat en particulier9. L’impact fut plus important, dans les zones où les Coumans s’établirent, dans les dialectes régionaux, mais même à ce niveau le nombre de mots d’emprunt est limité10. À l’ère moderne, il y eut une réinvention de l’identité coumane. Mais, comme il en va des autres inventions de traditions de ce type, celle-ci ne fut pas en phase avec les réalités médiévales.

8Il est possible d’examiner de près la période suivant immédiatement la seconde immigration des Coumans, ainsi que les tensions et les arrangements qui l’accompagnèrent. Il fallut plusieurs siècles pour que les Coumans fussent pleinement intégrés et assimilés. J’analyserai uniquement ici les aspects de l’intégration qui devinrent une source de discorde au xiiie siècle, sans m’attacher aux mécanismes sur le long terme. Les aspects majeurs de l’intégration furent la conversion, le passage d’un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire, l’implantation permanente et l’assimilation en matière de costume, coutumes, langue et culture. Parmi ceux-ci, la conversion et l’implantation furent les notions-clés du xiiie siècle.

  • 11 Cupientes... tentoria fidei dominice ampliare, Archives du Vatican : ASV AA Arm I-XVIII-595 ; A. T (...)

9Les Coumans furent admis car le roi les crut utiles à la construction du pouvoir royal, et les ecclésiastiques les imaginèrent capables d’intégration rapide à la société autochtone. Les chrétiens du Moyen Âge concevaient l’intégration de non-chrétiens en termes de conversion. Ceci est manifeste par exemple dans la régulation du statut des Coumans en 1279 par charte royale, sous pression pontificale. Les articles de cette charte étaient destinés à modifier un certain nombre de caractéristiques associées aux Coumans, « en vue d’élargir les tentes de la foi en Dieu », par le baptême et la correction du comportement des baptisés qui erraient dans leurs mœurs11. Les exigences se portaient à la fois sur des questions purement religieuses, telles que le baptême des Coumans, l’obéissance à l’Église et l’abandon de pratiques païennes. Mais elles portaient également sur des aspects plus généraux du mode de vie couman, tels que l’installation permanente et l’abstention de tuer et de piller au sein du royaume. Toutes ces stipulations sont explicitement décrites comme se conformant aux mœurs « chrétiennes ». Abandonner les tentes et s’établir dans des maisons, c’est vivre christiano more. On souligne que les Coumans ne doivent pas tuer de chrétiens.

  • 12 Szentpétery éd., Scriptores, op. cit., 2, p. 559, 567.
  • 13 De même pour d’autres païens : Richard, La papauté, op. cit., p. 119 ; Ricoldo de Monte-croce Libe (...)
  • 14 Commentariolum de provinciae Hungariae originibus, dans N. Pfeiffer, Die Ungarische Dominikanerord (...)
  • 15 Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 233 ; G. Fejér éd., Codex diplomaticus Hungariae ecclesias (...)

10Au début, les changements religieux semblèrent très rapides. Élément initial, et pour un chrétien du Moyen Âge, élément fondamental de l’intégration des Coumans, le baptême ne rencontra aucune opposition pour commencer. Lorsque les Coumans arrivèrent en Hongrie pour la première fois, leurs chefs furent baptisés, le roi Béla IV lui-même faisant office de parrain du chef couman Köten12. La seconde fois, le baptême fut lié à un mariage dynastique : le prince Étienne (István) épousa Élisabeth, fille baptisée d’un chef couman. Le baptême était d’une grande importance symbolique, et dans le cas des Coumans les Hongrois ne firent, au début, pas de différence entre l’acte de baptême et le processus de conversion. Ils croyaient alors qu’une fois que la foi véritable leur serait montrée, les Coumans la mettraient en pratique de tout cœur13. L’enthousiasme missionnaire fut conforté par l’acceptation rapide du baptême par l’élite coumane. Les dominicains continuèrent à mener des activités missionnaires auprès des Coumans de Hongrie, qu’ils considéraient comme le prolongement direct de leur mission des années 1220-1230 auprès des Coumans, qui vivaient alors à l’est de la Hongrie. Le récit des dominicains datant de 1259 décrit l’œuvre de christianisation comme n’étant pas encore achevée, mais en bonne voie à l’heure du récit, estimant à plusieurs milliers le nombre des convertis14. Le roi Béla IV, qui en 1254 faisait part au pape des succès journaliers de la conversion des Coumans, annonça en 1261 que le processus était achevé, déclarant que tous les Coumans étaient convertis15.

  • 16 P. B. Golden, « Religion among the Qipcaqs of Medieval Eurasia », Central Asiatic Journal, 42, n°  (...)
  • 17 R. Fletcher, The Conversion of Europe: From Paganism to Christianity 371-1386 AD, Londres, 1997.

11Les Coumans acceptèrent le baptême sans difficulté pour deux raisons. La première est que la culture syncrétiste des peuples nomades des steppes facilita l’incorporation de nouveaux éléments religieux. Les Coumans avaient déjà rencontré et subi l’influence de diverses religions dans la steppe16. En deuxième lieu, parce que les avantages politiques qu’offrait la conversion à l’élite étaient séduisants. Au plus haut niveau, elle avait pour conséquence directe l’intégration dans la dynastie royale ; Élisabeth la Coumane, ainsi que différents membres de sa famille, jouirent de tous les bénéfices issus de l’alliance par la mariage. Elle reçut des terres, elle avait une cour et toutes les prérogatives d’une reine de Hongrie, tandis que son fils Ladislas (László) IV devint roi de Hongrie, et que ses proches reçurent des donations. D’autres notables coumans eurent également droit à des terres et à des donations royales. Étant donné l’endettement du pouvoir et l’anarchie croissante à la fin du xiiie siècle, ni Élisabeth ni sa famille ne purent garder leur pouvoir effectif bien longtemps, même si Elisabeth conserva le titre de reine, puis de « reine mère ». L’élite coumane convertie accéda aux positions les plus élevées du royaume. En bref, les immigrés nomades purent rapidement acquérir des rôles très importants, voire le commandement, au sein du royaume médiéval de Hongrie, mais ceci grâce à l’adoption des normes imposées par les élites laïques et ecclésiastiques du royaume. Se convertir signifiait généralement, pour les élites de sociétés « païennes » au Moyen Âge, accéder à un pouvoir accru17.

  • 18 La lettre de Béla est connue d’après la réponse du pape : Archives du Vatican ASV Reg. Vat. 29 fol (...)
  • 19 Archives du Vatican, ASV Reg. Vat. 29 fol. 100r ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 265-66 ; (...)
  • 20 Cf. n. 18.

12Chez certains individus, le baptême put s’accompagner d’une conversion intime et de dévotion. Mais pour la majorité des Coumans, la distance séparant le baptême de la « conversion » se révéla bien plus grande que ne l’avaient initialement imaginé les chrétiens. L’enthousiasme missionnaire fit place au sentiment que le baptême ne suffisait pas et que les « païens » feignaient de se convertir. En 1264 le roi Béla IV se tourna vers le pape pour obtenir de l’aide contre les Coumans, qu’il présenta comme un danger pour la chrétienté trois ans seulement après le « succès » de la conversion18. Ce retournement de l’opinion de Béla était le fruit de la guerre civile, lors de laquelle une partie des Coumans se rangea du côté du fils du roi, Étienne19. À la suite de l’initiative de Béla, le pape Urbain IV demanda aux archevêques d’Esztergom et de Kalocsa de s’assurer du baptême de tous les Coumans, de forcer les baptisés à mener une vie chrétienne et d’expulser ceux qui refusaient de se convertir20. Les Coumans furent accusés de simuler une conversion et de ne pas nourrir un véritable respect pour le christianisme, en dépit de leur baptême : on prétendait que les Coumans tournaient en ridicule l’hostie consacrée et que les prêtres transformaient les églises en écuries et continuaient de violer des chrétiennes et de tuer des chrétiens. Le pape ordonna aux archevêques d’organiser, si nécessaire, une croisade contre les Coumans récalcitrants. Ce que l’on voyait comme un mensonge délibéré, l’acceptation du baptême sans conversion intime, engendra la certitude qu’une conversion authentique devait être imposée, de force si nécessaire. Puisque les Coumans formaient une minorité au sein de la Hongrie, de telles mesures pouvaient être appliquées.

  • 21 In his autem nuptiis(1) X(2) Comanorum convenerunt iurantes super canem. gladio bipartitum(3) iuxt (...)

13Le changement d’attitude, d’un optimisme presque sans bornes concernant le succès rapide de la christianisation à la position opposée, à savoir le sentiment que même ceux qui étaient passés par le baptême n’avaient fait que feindre de se convertir, est mis en lumière bien plus que le simple opportunisme du roi Béla. Ce changement reflète aussi les différences fondamentales entre l’idée que les Coumans se faisaient de la christianisation et celle que s’en faisaient les chrétiens. Initialement, l’acte de baptême était considéré par le roi, les missionnaires et les autres ecclésiastiques, comme le signe de l’aboutissement de la conversion des Coumans. C’est pourquoi le fait que les Coumans convertis continuassent à se comporter en « non-chrétiens » semblait révéler la non-sincérité de leur conversion, un mensonge délibéré. Les Coumans, cependant, tout comme les autres peuples de la steppe, assimilaient facilement de nouvelles croyances sans pour autant abandonner leurs anciennes. Ceci fut attesté lors du mariage d’Etienne et d’Élisabeth. La cérémonie chrétienne fut accompagnée d’un autre rituel : dix seigneurs coumans jurèrent sur un chien « coupé en deux par une épée, ainsi que le veut leur coutume, qu’ils défendraient la terre des Hongrois, comme les fidèles du roi, contre les Tartares et les nations barbares »21. Pour les Coumans, être baptisé n’interdisait pas de s’en remettre au système de croyances traditionnel. Dès que les chrétiens eurent porté leur attention sur cette attitude « déloyale », ils jugèrent prioritaire d’assurer la conversion et la conformité aux normes chrétiennes, si nécessaire au moyen des armes, complément de longue date de la persuasion missionnaire.

  • 22 Ydolorum cultura et paganorum ritus : Archives du Vatican ASV AA Arm I-XVIII-595 ; Theiner, Vetera (...)

14À partir de 1279, date à laquelle le légat pontifical Philippe imposa au roi la régulation du statut des Coumans, il ne fut plus question d’un choix, même temporaire, entre la conversion et les pratiques religieuses coumanes. Le texte stipulait que chaque Couman devait être baptisé, cesser d’observer toutes les coutumes et les rituels païens (l’« adoration des idoles » et les « rites païens ») et devait adopter le mode de vie chrétien22. Afin de s’assurer de leur obéissance, le légat devrait régulièrement nommer et envoyer des enquêteurs appropriés, et un châtiment royal et ecclésiastique devrait suivre la non-obéissance aux règles édictées. Le roi garderait les Coumans comme otages pour garantir la coopération, et promettait de faire la guerre aux Coumans s’ils refusaient d’obéir. Ces régulations visaient à convertir tous les Coumans et à mener à bien leur christianisation. Bien que le roi Ladislas IV ne mît pas de bon cœur ces exigences en application, lorsque les Coumans se rebellèrent, le roi les vainquit.

  • 23 L. Selmeczi, « A kunok és a jászok régészeti kutatásának néhány problémája », dans Régészeti-népra (...)
  • 24 Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 140.
  • 25 Ibid. p. 139-175.
  • 26 Pálóczi Horváth, Besenyök, kunok, op. cit., p. 90 ; Id., Hagyományok, op. cit., p. 140.
  • 27 Horváth, « Régészeti adatok a kunok Dél-alföldi történetéhez », I. Fazekas, L. Szabó, I. Sztrinkó (...)
  • 28 L. Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése a XIII-XVI. Században », Régészeti, op. cit., p. (...)
  • 29 Pálóczi Horváth, « A Balota pusztai », op. cit., p. 124 ; L. Selmeczi, « Adatok és szempontok a ku (...)
  • 30 F. Móra, « Ásatás a Szeged-Ottömösi Anjou-kori temet ben », Archeológiai Értesít, 26 (1906), p. 18 (...)
  • 31 A. Pálóczi Horváth, « Situation des recherches archéologiques sur les Comans en Hongrie », Acta Or (...)
  • 32 Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése », op. cit., p. 42. Hatházi, « A perkátai kun », op. (...)
  • 33 Hatházi, « A perkátai kun », op. cit., p. 659; Selmeczi 1992 b, p. 39. Id., « A magyarországi kuno (...)

15L’année 1279 ne vit pas la fin des croyances et des pratiques coumanes traditionnelles, comme en témoignent les découvertes archéologiques. Les tombes solitaires des chefs de clan et autres individus de haut rang, ainsi que les cimetières collectifs, montrent que les Coumans pratiquèrent les funérailles traditionnelles, similaires à celles des régions de la steppe, même pendant le xive siècle23. Dans la deuxième moitié du xiiie siècle, les membres de l’élite coumane furent enterrés seuls, loin des cimetières et des habitations. Les tombes étaient orientées vers l’est et contenaient des restes de chevaux, de harnais et d’autres objets24. Environ 40 % des objets découverts proviennent de la steppe orientale, ce qui laisse penser que les traditions de la steppe avaient encore une emprise importante25. On n’a pas trouvé de tumulus ; il demeure impossible de déterminer si cette absence était due aux conditions du sol (sablonneux) qui facilitaient l’érosion, ou bien à l’effort que les Coumans, sous tutelle chrétienne, fournirent pour rendre leurs enterrements traditionnels plus discrets26. La pérennité des croyances traditionnelles est manifeste dans les pratiques funéraires, telles que celle consistant à placer de la nourriture, des armes, des bijoux, des couteaux et des vêtements dans la tombe27. Des preuves issues de tombes indiquent la survivance de certaines pratiques « païennes » dans des cimetières communs destinés à une population déjà convertie, tout au long du xive siècle. Dans une tombe, la tête du défunt repose sur un chien ; dans d’autres il y a des traces de feu28. Les Coumans continuèrent de placer des objets dans les tombes et parmi ceux-ci, des amulettes (cristaux, dents de chevaux et os d’animaux)29, des œufs (symbole de la fécondité) dans des tombes de femmes30, des miroirs31, un couteau aiguisé (généralement en fer), peut-être destiné à éloigner le mauvais œil32. Des bijoux et de la nourriture étaient également choses communément placées dans les tombes33. Ainsi la strate des xiiie et xive siècles des cimetières collectifs témoigne d’un mélange de coutumes traditionnelles et chrétiennes.

  • 34 L. Benkö, A régi magyar személynévadás, Budapest, 1949; modèle général de relations entre noms et (...)
  • 35 L. Rásonyi, « Les noms toponymiques du Kiskunság », Acta Linguistica Academiae Scientiarum Hungari (...)
  • 36 A. Pálóczi Horváth, « L’immigration et l’établissement des Comans en Hongrie », Acta Orientalia Ac (...)
  • 37 Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 519-20 (1328).
  • 38 I. Gyárfás, A jász-kunok története, Kecskemét, 1870-1885, facsimile Budapest, 1992, 4 vol. , 2, p. (...)
  • 39 Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése », op. cit., p. 31-45 ; Id., « A kunok és a jászok r (...)
  • 40 Selmeczi, « Adatok és szempontok a kunok régészeti kutatásához », op. cit., p. 12, 19.

16L’analyse de l’ensemble des noms témoigne également du progrès de la christianisation34. Les noms des Coumans en Hongrie passèrent progressivement d’anthroponymes turcs (noms totémiques, indiquant un désir parental, la protection ou un souhait pour la vie de l’enfant, et des noms étant le fruit du hasard, tels que le premier mot que les parents prononçaient ou le premier objet qu’avait vu la mère après avoir donné naissance à l’enfant)35 à des noms chrétiens. La période comprise entre 1330 et 1360 environ marque un tournant. Les Coumans dont le père portait encore un nom traditionnel portèrent alors en grand nombre des noms chrétiens. Les noms chrétiens furent plus nombreux que les noms turcs à partir du dernier tiers du xive siècle, bien que ces derniers existassent encore au xvie siècle36. La conversion des Coumans fut achevée au cours du xive siècle. Au début de ce même siècle, le pape Jean XXII exhorta les prélats à ne pas lever trop tôt la dîme sur des Coumans fraîchement convertis, afin de ne pas les détourner, eux et les autres, de la nouvelle foi37. Jusqu’au xve siècle les papes continuèrent à insister sur le fait que tous les Coumans devaient être convertis38. Les derniers éléments de traditions « païennes » disparurent des tombes avant le xvie siècle39 ; à partir du xve siècle (ou exceptionnellement du xvie siècle), tous les villages coumans comprenaient une église40.

  • 41 Szentpétery éd, Scriptores, op. cit., 2, p. 554.
  • 42 G. Hatházi, A kunok régészeti és történeti emlékei a Kelet-Dunántúlon, PhD Dissertation, Budapest, (...)
  • 43 G. Hatházi, « A perkátai kun », op. cit. ; Id., A kunok régészeti és történeti emlékei, op. cit., (...)
  • 44 M. Kring, « Kun és jász társadalomelemek a középkorban », Századok, 66 (1932), p. 35-63, 169-188, (...)

17Mis à part la conversion, d’autres questions se rapportant aux relations entre les immigrés et la société locale furent soulevées peu après l’immigration des Coumans. L’obligation de s’établir de façon permanente fut formulée très tôt. Les auteurs chrétiens ne s’attardent pas sur le nomadisme couman ; l’un d’eux rapporte qu’ils erraient à travers le royaume avec leur bétail, sans respecter les champs cultivés des paysans, suscitant l’hostilité de la population41. Les Coumans durent mettre un terme au nomadisme car, d’une part, le territoire manquait et, d’autre part, les chrétiens exerçaient de fortes pressions sur eux afin qu’ils s’établissent. A la suite de leur seconde immigration, les Coumans s’installèrent pour la plupart dans les régions de l’Alföld (plaines) dans la partie centrale du royaume. Les fouilles archéologiques ont montré que le territoire dont disposait chaque groupe, composé de plusieurs familles étendues, était d’environ 40-50 km2. Le nomadisme n’était pas viable dans cette région, même si des mouvements limités étaient possibles42. Abandonner le nomadisme à grande échelle ne veut pas forcément dire s’installer dans des villages permanents. Certains groupes s’établirent de façon permanente à la fin du xiiie- début xive siècle, d’autres ne le firent que plus tard43. La formation d’une élite terrienne coumane en Hongrie commença au xiiie siècle grâce à l’obtention de propriétés foncières héréditaires et de droits légaux sur ceux qui vivaient sur ces terres. Cependant la première génération fut caractérisée par une grande mobilité sociale ; l’acquisition et la perte de ces terres étaient liées aux fortunes politiques44.

  • 45 G. Wenzel éd., Codex diplomaticus Arpadianus continuatus, Pest, 1860-1874, 12 vol. , 12, p. 388; F (...)
  • 46 S. M. Akhinazov, « Kipcaks and Khwarazm », dans G. Seaman-D. Marks éd., Rulers from the Steppe: St (...)
  • 47 Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 4, pt. 3, p. 70, 160, 407, et 5, pt. 2. p. 95; F. Knauz é (...)
  • 48 G. Németh, « Kun László király nyögérei », Magyar Nyelv, 49 (1953), p. 304-318; « Wanderungen des (...)
  • 49 K. Szabó, Kun László 1272-1290, Budapest, 1886 ; repr. Budapest, 1988.

18Les auteurs médiévaux insistent sur la nature perturbatrice de la présence coumane encore plus que sur la nécessité de leur sédentarisation. Les Coumans occupaient les terres par la force, pillaient et mettaient le feu aux maisons ; ils dévastèrent des villages entiers, en particulier lorsqu’ils participèrent aux guerres civiles hongroises des années 1260 et au cours du règne de Ladislas IV (1272-1290). Ainsi, par exemple, un évêque fut détroussé et capturé, tandis que ses hommes furent tués ; un village fut détruit quand les Coumans (menés par un chrétien) l’attaquèrent, s’emparant des biens des habitants, dégradant l’église et tuant trois hommes45. De nombreuses sources datant du xiiie siècle insistent sur le fait que les Coumans n’avaient pas leur place en Hongrie, qu’ils étaient des ennemis et qu’ils constituaient un danger pour la population locale. Les chrétiens attribuaient toujours la violence perpétrée par les Coumans à leur nature pernicieuse, « païenne ». Nous ne devrions pas en conclure pour autant que le comportement violent des Coumans les exclut nécessairement de la société. Dans l’exemple cité précédemment, les Coumans étaient menés par un seigneur chrétien. En outre, une multitude de chartes fait mention d’attaques semblables perpétrées par des chrétiens à l’encontre d’autres chrétiens. L’animosité envers les Coumans était d’autant plus aiguë que les rois tentaient d’utiliser ceux-ci comme assise militaire de leur pouvoir au sein du royaume, à une époque d’anarchie et de contestation du pouvoir par la noblesse. Les Coumans jouèrent un rôle similaire au Khwarazm, en Rus’ et en Géorgie46. Ils prirent part à des guerres intestines entre le roi Béla et son fils Étienne. Tous deux tentèrent de garder ou cherchèrent à gagner l’appui des Coumans, donnant des terres et des cadeaux à leurs partisans47. Plus qu’aucun autre, Ladislas IV (1272-1290) essaya de s’appuyer sur la puissance militaire coumane. Le roi lui-même était à moitié couman et surtout l’anarchie politique était à son comble. Il accéda au trône encore mineur, tandis que sa mère coumane exerçait le pouvoir royal, à une époque où les nobles commençaient à se partager le territoire. Les Coumans constituaient l’élite militaire garde-du-corps du roi, appelée neugerii dans les documents latins, peut-être inspirée par le modèle du nökür mongol48. Le roi passa beaucoup de temps en compagnie des Coumans, adoptant leur façon de s’habiller et de se coiffer ; il finit par être excommunié et accusé d’être devenu « païen »49. Néanmoins, c’est finalement le mécontentement des Coumans qui précipita la mort de Ladislas ; ce furent eux qui l’assassinèrent.

  • 50 Szentpétery éd, Scriptores, op. cit., 2, p. 559; Archives du Vatican ASV AA Arm. I-XVIII-605; Thei (...)
  • 51 Golden, « Nomads and Their Sedentary Neighbours », op. cit., p. 68, 72-74; D. Sinor éd., The Cambr (...)
  • 52 A. Borosy. « A XI-XIV. sz. magyar lovasságról », Hadtörténeti közlemények, 9, 2 (1962). p. 119-174 (...)
  • 53 Györffy, « A magyarországi kun », op. cit., p. 278, a calculé qu’entre 1246 et 1278 les Coumans pr (...)
  • 54 Archives du Vatican ASV AA Arm. I-XVIII-3104-3105; Theiner. Vetera Monumenta, op. cit., p. 307-308
  • 55 Par ex. une attaque ab incredulis Comanis et a semichristianis Hungaris : Pez. Scriptores Rerum Au (...)
  • 56 Borosy, « A XI-XIV. sz. magyar lovasságról », op. cit., p. 153-155.

19La présence des immigrés coumans engendra des tensions, non seulement à l’intérieur du royaume de Hongrie, mais également entre la Hongrie et ses voisins. L’une des choses qui justifiait l’admission des Coumans en Hongrie était la certitude qu’ils aideraient à protéger le pays, contre les Mongols en particulier50. L’utilisation du pouvoir militaire des nomades faisait partie du schéma habituel des relations entre nomades et sédentaires. Les Coumans rendirent des services militaires d’ordre varié dans diverses sociétés : ils firent par exemple office de soldats-esclaves mamlûks en Égypte, de troupes alliées de Byzance contre d’autres nomades, de mercenaires dans les guerres domestiques rus’ et d’immigrés au service du roi en Géorgie comme en Hongrie51. Les Coumans formaient des unités de cavalerie légère dans l’armée du roi, se battant avec des arcs et des flèches selon les pratiques guerrières nomades52. Cependant, dès l’époque de leur seconde immigration, les Coumans furent employés non pas à la défense du royaume mais dans les guerres menées contre les voisins de la Hongrie53. Ainsi, les ecclésiastiques des pays limitrophes qui connurent des confrontations militaires avec la Hongrie se plaignirent-ils de la violence des Coumans qui faisaient partie de l’armée du roi. Ils expliquaient ce comportement violent par le « paganisme » des agresseurs et l’utilisèrent comme moyen de pression pour obtenir l’appui du pape54. Les chroniques des pays voisins laissaient même entendre que la présence coumane conduisait les Hongrois eux-mêmes à devenir « païens », argument utile contre un ennemi politique55. Les Coumans étaient encore employés dans des guerres étrangères au temps de Louis le Grand au xive siècle, mais la cavalerie légère coumane disparut au tournant du xve siècle56.

  • 57 Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 105-123, 177-186; Id., Besenök, kunok, op. cit., p. 75- (...)
  • 58 J. Kalmár, Régi magyar fegyverek, Budapest. 1971, p. 19-20; Gy. László, « Adatok a kunok tegezérol (...)
  • 59 Selmeczi, Régészeti, op. cit., p. 8; Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 160-169.
  • 60 Johannes de Piano Carpini, « Ystoria Mongalorum », A. van den Wyngaert éd., Sinica Franciscana, Qu (...)
  • 61 Zs. Lovag. « A magyar viselet a 11-13. században », Ars Hungarica, 2 (1974), p. 381-408, voir p. 3 (...)
  • 62 Archives du Vatican ASV Reg. Vat. 39 fol. 219r; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 342.
  • 63 R. Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », Annales, 3 (1957), p. 430-441 ; G. Simmel, « F (...)
  • 64 L. Geréb-L. Mezey éd., Képes Krónika, 2 vol. , facsimile Budapest, 1964 ; F. Levárdy éd., Magyar A (...)

20Tandis que l’on insistait sur la sédentarisation des immigrés et sur la nécessité d’un changement de leur comportement, une approche plus pragmatique en ce qui concernait le costume prévalut, autorisant les Coumans à conserver leur costume traditionnel. Ceci ne devait être qu’une mesure temporaire, visant à faciliter leur conversion. Le costume couman traditionnel comprenait des pantalons et un caftan, des bottes montantes et divers objets tels un couteau ou un arc suspendu à la ceinture57. L’armement était typique de la steppe (arc, carquois et parfois massue)58. Quelques aditions résultèrent des rencontres avec le monde sédentaire : cotte de mailles, épée hongroise et ceintures cloutées dans le style ouest-européen59. Les Coumans se conformaient également à la coiffure nomade courante dans la steppe60. Les hommes ne portaient pas de barbe, mais une fine moustache et des cheveux tressés en une ou trois nattes qui leur tombaient dans le dos, le sommet de leur tête était rasé. Ceci contrastait avec les types de coiffure alors en vigueur dans le royaume61. Si les Coumans acceptèrent facilement le baptême, ils résistèrent aux demandes d’abandonner leur coiffure et leur costume. Une lettre pontificale fait allusion à la permission donnée aux Coumans de garder leur coiffure traditionnelle62. Au cours du Moyen Âge le costume et la coiffure avaient une signification particulière, qui permettait de distinguer le statut personnel dans la hiérarchie sociale en le rendant immédiatement visible63. Toléré comme mesure temporaire permettant de faciliter la conversion, l’accoutrement couman devint aussi un symbole, souvent connoté négativement, dans les enluminures et les peintures murales du xive siècle64.

  • 65 Cumana nacione, licet baptizata : J. Emler-J. Gebauer éd., Fontes Renan Bohemicarum, 8 vol. , Prag (...)
  • 66 Propter defensionem fidei christiane filio nostro primogenito Cumanam quandam thoro coniunximus ma (...)

21Jusqu’à présent, je n’ai fait qu’examiner l’immigration d’un groupe, les tensions engendrées par celle-ci et les politiques menées par les pouvoirs laïques et ecclésiastiques à l’encontre des immigrés pendant et immédiatement après l’immigration coumane. Je ne traiterai pas ici des détails du long processus d’intégration, mais m’intéresserai plutôt au cas le mieux documenté du destin de l’un des immigrés coumans : Élisabeth, reine de Hongrie à partir de 1270. Elle était la fille d’un chef couman qui avait migré en Hongrie sur l’invitation de Béla IV après l’invasion mongole du royaume. Elle fut mariée au fils et héritier du roi Béla, Etienne, dans le cadre d’une manœuvre politique ; ce mariage constituait l’un des moyens de lier plus étroitement les Coumans à la dynastie régnante et de faire d’eux un soutien du pouvoir royal. Élisabeth fut baptisée avant son mariage, qui était sans conteste un mariage dynastique65. Béla IV le justifia comme étant contracté pour la défense du pays66. Détail ironique mais à la fois révélateur, nous ne connaissons pas son nom couman d’origine, seulement celui qu’elle reçut lors du baptême précédent son mariage avec Etienne. Le couple eut sept enfants. Son époux régna sur la Hongrie de 1270 à 1272. À sa mort prématurée, leur fils aîné, âgé de dix ans, accéda au trône, et Élisabeth exerça la régence en son nom. C’était alors une période de troubles politiques, les familles nobles rivales se taillant des parts de plus en plus grandes de pouvoir. Élisabeth fut incapable de conserver le pouvoir effectif. Le règne de son fils fut, quant à lui, assombri par une fragmentation politique de plus en plus accusée. Elle survécut à son fils, assassiné par les Coumans sur lesquels il avait essayé de s’appuyer.

  • 67 Zeyhanus karissimus cognatus noster (1255): Archives Nationales Hongroises MOL DL 97856; I. Nagy e (...)
  • 68 Ipsa Regina Ungarie est Cumana, proximi parentes eius gentiles sunt : Archives du Vatican ASV AA A (...)

22Les dirigeants coumans et la famille royale de Hongrie furent unis par le mariage d’alliance d’Étienne et Élisabeth. Comme je l’ai mentionné précédemment, de forts encouragements étaient adressés à l’élite coumane. Ceux qui avaient des liens de parenté avec Élisabeth se virent incorporés dans la plus haute sphère de la société hongroise : le roi Béla IV appelait le couman Zeyhan « dux » et le considérait comme son parent67. Ses adversaires politiques, en revanche, s’employèrent à tirer parti de l’idée que les « païens » détenaient le contrôle du pouvoir en Hongrie. Ainsi Bruno, évêque d’Olomouc, se plaignit-il que la reine de Hongrie fut coumane et sa famille proche « païenne » ; il soutenait que cela représentait une menace pour la survie de la chrétienté dans le pays68 et entendait par là soutenir les aspirations politiques d’Otakar de Bohême.

  • 69 Szabó, Kun László, op. cit., p. 23, 38 ; Gy. Pauler, A Magyar nemzet története az Árpádok korában, (...)
  • 70 L’accusation de László : Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 5. pt. 3. p. 245-246 (I. Szentpé (...)
  • 71 Par ex. I. Nagy et al éd., Hazai Okmánytár 7, p. 170 ; Wenzel éd., Codex diplomaticus Arpadianus, (...)
  • 72 J. Gay-S. Clémencet-Witte éd., Les Registres de Nicolas III. Paris, 1898-1938 (Bibliothèque des Éc (...)
  • 73 Elisabet dei gratia regina Ungarie et filia imperatoris Cumanorum : Archives Nationales Hongroises (...)
  • 74 Archives Nationales Hongroises MOL V8 boîte 375, n° 63612.
  • 75 Par ex. Nagy et al éd., Hazai Okmánytár, op. cit.. 6, p. 261-262 ; J. Gutheil, Az Árpádkori Veszpr (...)
  • 76 Nos a gentilitatis errore revocatam, et ad agnicionem veri luminis perductam, Nagy et al. éd., Haz (...)
  • 77 Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 5, pt. 3, p. 22 ; Szentpétery-Borsa, Regesta, op. cit., n (...)

23Les historiens modernes en ont conclu hâtivement à l’insincérité de la conversion d’Élisabeth et lui ont attribué diverses caractéristiques négatives sur la base de preuves, selon lesquelles elle occupa des terres appartenant au clergé, éleva ses favoris à de hautes fonctions et que son sceau portait l’inscription : « fille de l’empereur des Coumans »69. Nul ne saurait trouver là la preuve de son tempérament farouche et de sa duplicité sans y ajouter une bonne dose de préjugés. Au cours de l’une des périodes de discorde entre Élisabeth et son fils le roi Ladislas, le roi l’accusa de vouloir attaquer, détruire et occuper des domaines appartenant au clergé. Certes, à une époque elle eut des terres du clergé sous son contrôle70. Mais ceci ne s’explique pas par l’esprit « païen » d’Élisabeth, puisque certains chrétiens furent également les instigateurs de destructions de propriétés du clergé ou d’expropriation des revenus de ce même clergé71. Élisabeth voulait promouvoir ses protégés à divers postes et soutint Nicolas (Miklós) Kán, son candidat à l’archevêché, qui fit fermer les portes sur le chapitre d’Esztergom afin de le forcer à l’élire72. Qu’un monarque veuille imposer son candidat était cependant chose courante au Moyen Âge. Enfin, l’inscription sur le sceau d’Elisabeth, vue comme une preuve de sa fierté « païenne », est bien mieux élucidée dans le cadre de référence d’un empire chrétien. Cette inscription identifie Élisabeth comme « par la grâce de Dieu, reine de Hongrie et fille de l’empereur des Coumans »73. Le sceau représente donc la prétention d’Élisabeth au pouvoir qui lui était simultanément conféré par sa naissance (descendance d’un empereur) et par sa position de reine chrétienne. Le sceau fut produit en 1273, à l’époque où Élisabeth était régente, et son pouvoir précaire au sein de l’anarchie grandissante. L’idée de descendance d’un « empereur » ne provenait pas de sa fierté coumane ; les Coumans n’eurent jamais d’empereur. Elle indique plutôt des références chrétiennes, produit de la chancellerie menée par le clergé, dans l’effort d’établir son autorité. Un sceau ultérieur (utilisé à partir de 1280) ne porte plus cette inscription, mais revient à la phraséologie habituelle74. En outre, qu’elle fût ou non une dévote, Élisabeth agit comme une reine chrétienne. Sa cour avait un personnel clérical et elle utilisa toutes les voies habituelles pour émettre des chartes et conduire les affaires diplomatiques. Elle fit don de ses revenus aux monastères et aux églises75. L’une de ces donations fut destinée explicitement à son salut, à celui de son fils Ladislas IV, de son mari Etienne V, ainsi qu’à celui de Béla IV et de son épouse Maria. Dans cette charte elle remercie Dieu de l’avoir « rappelée de l’erreur païenne et conduite à reconnaître la vraie lumière »76. Elle avait également un filleul (filius spiritualis)77. L’intégration immédiate au sommet de la hiérarchie était donc possible, en dépit des doutes et des critiques. Il était plus facile de transformer la fille d’un chef « païen » en reine d’un royaume chrétien que certains auteurs médiévaux ou modernes voudraient nous le faire croire.

24L’immigration coumane dans le royaume de Hongrie représente un type d’immigration particulier : l’arrivée de nomades dans une société sédentaire. L’issue à long terme de cette migration était l’intégration totale et l’assimilation des immigrés dans la société locale. Ceci ne se réalisa pas sans heurts. Le changement de circonstances et la pression exercée pour que ces populations s’adaptassent en matière sociale et religieuse au xiiie siècle aboutit à l’insatisfaction des Coumans et à leur révolte. Ainsi la période suivant l’immigration fut pleine de tensions. Celles-ci étaient dues aux différences entre les styles de vie et attentes nomades et sédentaires, aussi bien qu’à celles existant entre chrétiens et « païens ». En même temps, certains individus pouvaient s’intégrer rapidement et s’élever à des positions de pouvoir importantes dans le royaume. Ce cas démontre donc que de sérieux conflits et tensions, entre immigrés et société d’accueil d’une part, et une intégration rapide de certains immigrés d’autre part, ne s’excluent pas mutuellement.

Notas

1 A.M. Khazanov, Nomads and the outside world, Cambridge, 1983 (2e éd. Madison, 1994), p. 212-221.

2 P.B. Golden, An Introduction to the History of the Turkish Peoples: Ethnogenesis and State-Formation in Medieval and Early Modern Eurasia and the Middle East, Wiesbaden, 1992, p. 270-277.

3 D. A. Rassovsky, « Polovci III », Seminarium Kondakovianum, 9 (1937), p. 71-85, et 10 (1938), p. 155-177; O. Pritsak, « The Polovcians and Rus’» , Archivum Eurasiae Medii Aevi, 2 (1982), p. 321-380, voir p. 342-368. P. B. Golden, « Cumanica IV: The Tribes of the Cuman-Qipcaqs », Archivum Eurasiae Medii Aevi, 9 (1995-1997), 99-122.

4 J. H. Bridges éd., The ‘Opus Maius’ of Roger Bacon, Oxford, 1897-1900, 3 vol. , 1, p. 358.

5 Alliances avec la Rus’: P. B. Golden, « Nomads and Their Sedentary Neighbours in Pre-inggisid Eurasia », Archivum Eurasiae Medii Aevi 7 (1987-1991), p. 41-81, voir p. 72. Missions à partir de la Hongrie : L. Makkai, A Milkói (kún) püspökség és népei, Debrecen, 1936 ; J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen âge (xiiie-xve siècles), Rome, 1977 (collection de l’École Française de Rome 33), p. 21-26.

6 E. Szentpétery éd, Scriptores Rerum Hungaricarum, Budapest, 1937-1938, 2 vol. , 2, p. 556.

7 Ibid., 2, p. 566. « Anonymous Leobiensis », H. Pez, Scriptores Rerum Austriacarum Veteres et Genuini, Leipzig, 1721-1745, 3 vol, 1, col. 815.

8 Le canon Roger, qui était alors présent en Hongrie, déclara que les Coumans qui entraient dans le royaume preter ipsorum familias circa quadraginta milia dicebantur. Du fait des sens multiples du mot latin familia, on s’est demandé si l’on devait considérer le nombre de 40 000 comme n’incluant pas les membres de la famille (femmes et enfants) ou les serviteurs. Les chroniqueurs médiévaux, cependant, sont réputés pour leur imprécision numérique. A. Pálóczi Horváth estima la taille de la population coumane d’après l’étendue de leurs terres à l’intérieur du royaume. Il calcula que le territoire occupé par les Coumans au début du xive siècle était d’une superficie de 8 500 km2. Par analogie, Pálóczi supposa une densité de population de 6-7 habitants au km2. De cette façon il arriva à un total de 50-60 000 Coumans au début du xive siècle. Estimant la perte de population de 30 % à la suite des révoltes et migrations coumanes du xiiie siècle, il estima à 70 ou 80 000 le nombre de Coumans qui passèrent initialement en Hongrie. Bien que la méthode de Pálóczi soit plus plausible que l’acceptation pure et simple du chiffre de Roger, ce calcul repose sur trop de suppositions non étayées pour fournir une estimation exacte. C’est tout au plus une supposition éclairée. Szentpétery éd, Scriptores, op. cit, 2, p. 554. A. Pálôczi Horváth, Besenyök, kunok, jászok, Budapest, 1989, p. 52-53. Il est impossible de chiffrer la population de Hongrie elle-même avec précision. Si la population était d’un million, les Coumans en constituaient 8 % après l’invasion mongole : J. Kovacsics éd., Magyarország történeti demográfiája I. A honfoglalás és az Árpád-kor népessége, Budapest, 1995 ; E. Fügedi, A középkori Magyarország történeti demográfiája, Budapest, 1992, p. 7-60.

9 L. Ligeti, A magyar nyelv török kapcsolatai a honfoglalás el tt és az Árpád-korban, Budapest, 1986, p. 244-250 : Tözeg (fumier de cheval), kantár (bride), árkány (un type d’accoutrement pour cheval), balta (hache), buzogány (massue), biesak et bieska (couteau de poche), csákány (comme armement : hachette) ; les autres mots comprennent des noms d’animaux et de plantes, p. 287, 305-16, analyse de l’impact de la langue coumane sur le hongrois : p. 538-44 ; I. Mândoky Kongur, A kun nyelv magyarországi emlékei, Karcag, 1993.

10 I. Mándoky Kongur, « Néhány kún eredet nagykunsági tájszó », Nyelvtudományi Közlemények, 73 (1971), p. 365-385 ; Id., A kun nyelv. op. cit., L. Benk éd., A magyar nyelv, történeti-etimológiai szótára, Budapest, 1967-1976, 3 vol. , 2. p. 540.

11 Cupientes... tentoria fidei dominice ampliare, Archives du Vatican : ASV AA Arm I-XVIII-595 ; A. Theiner, Vetera Monumenta Historica Hungarian ! Sacram Illustrantia I. 1216-1352. Rome, 1859, p. 339.

12 Szentpétery éd., Scriptores, op. cit., 2, p. 559, 567.

13 De même pour d’autres païens : Richard, La papauté, op. cit., p. 119 ; Ricoldo de Monte-croce Libellus fratris Ricoldi ad nationes orientales, À. Dondaine éd., dans « Ricoldiana. Notes sur les œuvres de Ricoldo da Montecroce », Archivum Fratrum Praedicatorum, 37 (1967), p. 119-179, voir p. 162-163 ; J. D. Ryan, « Conversion vs. Baptism ? European Missionaries in Asia in the Thirteenth and Fourteenth Centuries », dans Varieties of Religious Conversion in the Middle Ages, J. Muldoon éd., Gainesville, 1997, p. 146-167. Ce n’était pas la seule opinion concernant la conversion des païens.

14 Commentariolum de provinciae Hungariae originibus, dans N. Pfeiffer, Die Ungarische Dominikanerordensprovinz von ihrer Gründung 1221 bis zur Tatarenwüstung 1241-2, Zürich, 1913, p. 145-146.

15 Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 233 ; G. Fejér éd., Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, 11 vol. , Buda, 1829-1844, 4, pt. 3, p. 30-33.

16 P. B. Golden, « Religion among the Qipcaqs of Medieval Eurasia », Central Asiatic Journal, 42, n° 2 (1998), p. 180-237 ; J.P. Roux, « Les religions dans les sociétés turco-mongoles », Revue de l’histoire des religions, 201 (1984), p. 393-420.

17 R. Fletcher, The Conversion of Europe: From Paganism to Christianity 371-1386 AD, Londres, 1997.

18 La lettre de Béla est connue d’après la réponse du pape : Archives du Vatican ASV Reg. Vat. 29 fol. 337v ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 269-270 ; J. Guiraud, Les Registres d’Urbain IV, Paris 1892-1906, 4 vol. (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome), n° 2769.

19 Archives du Vatican, ASV Reg. Vat. 29 fol. 100r ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 265-66 ; Guiraud, Les Registres d’Urbain IV, op. cit., n° 1243.

20 Cf. n. 18.

21 In his autem nuptiis(1) X(2) Comanorum convenerunt iurantes super canem. gladio bipartitum(3) iuxta eorum consuetudinem, quod terram Hungarorum(4) tamquam regis fideles contra Thartharos et(5) barbaras nationes obtinebunt, H. Marczali éd., Magyar Történelmi Tár (1878), p. 376. Ce qui suit sont des variantes dans l’édition de G. Istványi, « XIII. századi följegyzés IV. Bélának 1246-ban a tatárokhoz küldött követségér 1 », Századok, 72 (1938), p. 270-72, voir p. 271 : (1) nuptys (2) principes add. (3) bipertitum (4) Hungarum (5) et om. À propos de ces serments et du rôle des chiens dans la religion coumane : R B. Golden, « Wolves, Dogs and Quip aq Religion », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungariae, 50 (1997), p. 87-97.

22 Ydolorum cultura et paganorum ritus : Archives du Vatican ASV AA Arm I-XVIII-595 ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 340. Ceci reflète la façon dont les chrétiens voyaient le « paganisme », même si leurs vues étaient fondées sur des pratiques coumanes, tel le culte des ancêtres.

23 L. Selmeczi, « A kunok és a jászok régészeti kutatásának néhány problémája », dans Régészeti-néprajzi tanulmányok a jászokról és a kunokról, Debrecen, 1992, p. 101-113. A. Pálóczi Horváth, Hagyomdnyok, kapcsolatok és hatások a kunok régészeti kultúrájában, Karcag. 1994, p. 104-137.

24 Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 140.

25 Ibid. p. 139-175.

26 Pálóczi Horváth, Besenyök, kunok, op. cit., p. 90 ; Id., Hagyományok, op. cit., p. 140.

27 Horváth, « Régészeti adatok a kunok Dél-alföldi történetéhez », I. Fazekas, L. Szabó, I. Sztrinkó éd., A Jászkunság kutatása 1985, Kecskemét-Szolnok, 1987, p. 66-74, voir p. 67 ; Id., « A Balota pusztai középkori sírlelet », Cumania II (1989), p. 95-145 ; A. Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 105-123.

28 L. Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése a XIII-XVI. Században », Régészeti, op. cit., p. 21-47, voir p. 39; A. Pálóczi Horváth, « A Lászlófalván 1969-1974-ben végzett ásatások eredményei », Cumania, 4 (1976), p. 275-309, voir p. 293.

29 Pálóczi Horváth, « A Balota pusztai », op. cit., p. 124 ; L. Selmeczi, « Adatok és szempontok a kunok régészeti kutatásához Szolnok megyében », Régészeti, op. cit., p. 5-20, voir p. 16 ; G. Hatházi, « A perkátai kun szállástemet », dans A Móra Ferenc Múzeum Évkönyve 1984-1985, Szeged, 1991, p. 651-674, voir p. 661 ; Pálóczi Horváth, Besenyök, kunok, op. cit., p. 93.

30 F. Móra, « Ásatás a Szeged-Ottömösi Anjou-kori temet ben », Archeológiai Értesít, 26 (1906), p. 18-27, voir p. 21-24 (xive siècle).

31 A. Pálóczi Horváth, « Situation des recherches archéologiques sur les Comans en Hongrie », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 27 (1973), p. 201-209, voir p. 206.

32 Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése », op. cit., p. 42. Hatházi, « A perkátai kun », op. cit., p. 660.

33 Hatházi, « A perkátai kun », op. cit., p. 659; Selmeczi 1992 b, p. 39. Id., « A magyarországi kunok temetkezése », op. cit., p. 39.

34 L. Benkö, A régi magyar személynévadás, Budapest, 1949; modèle général de relations entre noms et conversion: R. W. Bulliet, « Conversion to Islam and the Emergence of a Muslim Society in Iran », dans N. Levtzion éd., Conversion to Islam, New York-Londres, 1979, p. 30-51.

35 L. Rásonyi, « Les noms toponymiques du Kiskunság », Acta Linguistica Academiae Scientiarum Hungaricae, 7 (1958), p. 73-146; Id., « Kuman Özel Adlari », Tüirk Kültürü Arastirmalari, 3-6 (1966-1969), p. 71-144; Id., « Les anthroponyms comans de Hongrie », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 20 (1967), p. 135-149.

36 A. Pálóczi Horváth, « L’immigration et l’établissement des Comans en Hongrie », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 29 (1975), p. 313-333, voir p. 331.

37 Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 519-20 (1328).

38 I. Gyárfás, A jász-kunok története, Kecskemét, 1870-1885, facsimile Budapest, 1992, 4 vol. , 2, p. 35, 164-166, et 3, p. 531-534.

39 Selmeczi, « A magyarországi kunok temetkezése », op. cit., p. 31-45 ; Id., « A kunok és a jászok régészeti kutatásának », op. cit. ; I. Méri, « Beszámoló a Tiszalök-Rázompusztai és Túrkeve-Mórici ásatások eredményér, 1 II », Archaeologiai Értesίö, 81 (1954) p. 138-54, voir p. 142.

40 Selmeczi, « Adatok és szempontok a kunok régészeti kutatásához », op. cit., p. 12, 19.

41 Szentpétery éd, Scriptores, op. cit., 2, p. 554.

42 G. Hatházi, A kunok régészeti és történeti emlékei a Kelet-Dunántúlon, PhD Dissertation, Budapest, 1996, p. 57 ; Id., « Megjegyzések a kun településhálózat megszilárdulásának kérdéséhez », dans Internationales Kulturhistorisches Symposion Mogersdorf 1994, Eisenstadt, 1996, p. 27-33.

43 G. Hatházi, « A perkátai kun », op. cit. ; Id., A kunok régészeti és történeti emlékei, op. cit., p. 56-57 ; Pálóczi Horváth, « L’immigration et l’établissement », op. cil. ; Id., « Situation des recherches archéologiques », op. cit. ; L. Selmeczi. « A szállástól a faluig : adatok a magyarországi kunok településtörténetéhez », Régészeti, op. cit., p. 61-85 ; Id., « A kunok nomadizmusának kérdéséhez ». Régészeti, op. cit., p. 87-99; Id., « The seulement structure of the Cumanian Settlers in the Nagykunság », dans Gy. Káldy-Nagy éd., Hungaro-Turcica: Studies in Honour of Julius Németh, Budapest, 1976, p. 255-262; Méri, « Beszámoló a Tiszalök-Rázompusztai », op. cit., p. 139.

44 M. Kring, « Kun és jász társadalomelemek a középkorban », Századok, 66 (1932), p. 35-63, 169-188, voir p. 44,48. Voir aussi Gy. Györffy, « A magyarországi kun társadalom a XIII-XIV. században (a kunok feudalizálódása) », dans Id., A magyarság keleti elemei, Budapest, 1990, p. 274-304, voir p. 280.

45 G. Wenzel éd., Codex diplomaticus Arpadianus continuatus, Pest, 1860-1874, 12 vol. , 12, p. 388; Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 5, pt. 3, p. 288, 417-18, 442; I. Nagy et al. éd., Codex diplomaticus domus senioris comitum Zichy de Zich et Vásonk, Pest, 1865-1931, 12 vol. , 6, p. 309, et 7, p. 199; F. Kubinyi éd., Codex Diplomaticus Arpadianus (1095-1301), Pest, 1867, p. 133.

46 S. M. Akhinazov, « Kipcaks and Khwarazm », dans G. Seaman-D. Marks éd., Rulers from the Steppe: State Formation on the Eurasian Periphery, Los Angeles, 1991, p. 126-131; P. B. Golden, « Cumanica I: The Qipcaqs in Georgia », Archivum Eurasiae Medii Aevi, 4 (1984), p. 45-87; S. Franklin-J. Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Londres-New York, 1996, surtout p. 260. 262. 267, 272.

47 Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 4, pt. 3, p. 70, 160, 407, et 5, pt. 2. p. 95; F. Knauz éd., Monumenta Ecclesiae Strigoniensis, Esztergom, 1874-1924, 3 vol. , 1, p. 476, 560-61; Archives du Vatican ASV Reg. Vat. 32, fol. 83r; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 284-85.

48 G. Németh, « Kun László király nyögérei », Magyar Nyelv, 49 (1953), p. 304-318; « Wanderungen des Mongolischen wortes nökür ‘genosse’» , dans Id., Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 3 (1953), p. 1-23.

49 K. Szabó, Kun László 1272-1290, Budapest, 1886 ; repr. Budapest, 1988.

50 Szentpétery éd, Scriptores, op. cit., 2, p. 559; Archives du Vatican ASV AA Arm. I-XVIII-605; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 230-232.

51 Golden, « Nomads and Their Sedentary Neighbours », op. cit., p. 68, 72-74; D. Sinor éd., The Cambridge History of Early Inner Asia, Cambridge, 1990, p. 282-283; D. Ayalon, Studies on the Mamluks of Egypt (1250-1517), Londres, 1977; Id., The Mamluk Military Society, Londres, 1979.

52 A. Borosy. « A XI-XIV. sz. magyar lovasságról », Hadtörténeti közlemények, 9, 2 (1962). p. 119-174, voir p. 137-155. Id., « A lovagi haditechnika és a lovagság Magyarországon az Árpád-korban ». dans E. H. Balázs. E. Fügedi, and F. Maksay éd., Társadalom- és Muvelodéstör-téneti tanulmányok. Mályusz Elemér Emlékkónyv, Budapest, 1984, p. 47-57.

53 Györffy, « A magyarországi kun », op. cit., p. 278, a calculé qu’entre 1246 et 1278 les Coumans prirent part à une dizaine de guerres contre l’Autriche, la Moravie, la Carinthie et la Styrie.

54 Archives du Vatican ASV AA Arm. I-XVIII-3104-3105; Theiner. Vetera Monumenta, op. cit., p. 307-308.

55 Par ex. une attaque ab incredulis Comanis et a semichristianis Hungaris : Pez. Scriptores Rerum Austriacarum, op. cit., 1, p. 849. ...Philippus... Ungariam venit ; Ungaros christianos, qui christianam vitam fere obliti fuerant, et Comanos ad fidem catholicam studuit revocare : G. H. Pertz. éd., Monumenta Germaniae Historica 11, Scriptores, 9, Hanovre, 1851, p. 711.

56 Borosy, « A XI-XIV. sz. magyar lovasságról », op. cit., p. 153-155.

57 Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 105-123, 177-186; Id., Besenök, kunok, op. cit., p. 75-83; Id.. « Le costume coman au Moyen Âge », Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 32 (1980), p. 403-427; Id„ « Régészeti adatok a kunok viseletéhez », Archaeologiai Értesito, 109 (1982), p. 89-107.

58 J. Kalmár, Régi magyar fegyverek, Budapest. 1971, p. 19-20; Gy. László, « Adatok a kunok tegezérol », A Néprajzi Múzeum Értesítöje, 32 ( 1940). p. 5 1 -59; Gy. Kristó, Az Árpádkor háborúi, Budapest, 1986, p. 216-279; K. U. Kohalmi. A steppék nomádja lóhâton, fegyverben, Budapest, 1972 (Korösi Csoma Kiskönyvtár no. 12), p. 194-200; Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 81-82.

59 Selmeczi, Régészeti, op. cit., p. 8; Pálóczi Horváth, Hagyományok, op. cit., p. 160-169.

60 Johannes de Piano Carpini, « Ystoria Mongalorum », A. van den Wyngaert éd., Sinica Franciscana, Quaracchi-Florence, 1929, 1, p. 27-130, voir p. 32-33 ; Willelmus de Rubruc, « Itinerarium Willelmi de Rubruc », Sinica Franciscana, op. cit., 1, p. 164-332, voir p. 182. Cf. P. Pelliot, Recherches sur les chrétiens d’Asie Centrale et d’Extrême-Orient : Œuvres posthumes de Paul Pelliot, Paris, 1973, p. 17.

61 Zs. Lovag. « A magyar viselet a 11-13. században », Ars Hungarica, 2 (1974), p. 381-408, voir p. 383.

62 Archives du Vatican ASV Reg. Vat. 39 fol. 219r; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 342.

63 R. Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement », Annales, 3 (1957), p. 430-441 ; G. Simmel, « Fashion », International Quarterly, 10 (1904), p. 130-155 ; Le vêtement : Histoire, archéologie et symbolique vestimentaires au Moyen Âge, Paris, 1989 (Cahiers du Léopard d’Or, n° l).

64 L. Geréb-L. Mezey éd., Képes Krónika, 2 vol. , facsimile Budapest, 1964 ; F. Levárdy éd., Magyar Anjou Legendárium, facsimile Budapest, 1973 ; Gy. László, A Szent László-legenda középkori falképei, Budapest, 1993, Tájak-Korok-Múzeumok Könyvtára, no. 4, inclut des reproductions en couleur de ces peintures murales.

65 Cumana nacione, licet baptizata : J. Emler-J. Gebauer éd., Fontes Renan Bohemicarum, 8 vol. , Prague, 1873-1932, 3, p. 568. Natione Comana, sacramentis tamen fidei initiata, dans Fontes Rerum Bohemicarum, 2, p. 311. Son père et ses partisans baptisés en 1254 : Benedictus Maria Reichert éd., « Fratris Gerardi de Fracheto Vitae Fratrum Ordinis Praedicatorum necnon cronica ordinis ab anno MCCIII usque ad MCCLIV », Monumenta Ordinis Fratrum Praedicatorum Historica, 1, Rome, 1897, p. 338. Sur de tels mariages dynastiques avec des Coumans dans d’autres pays : Golden, « Nomads and their sedentary neighbours », op. cit., p. 72 ; D. Sinor, « Quelques passages relatifs aux Comans tirés des chroniques francaises de l’époque des croisades », dans S. Kaizuka éd., Silver Jubilee Volume of the Zinbun-Kagaku-Kenkyusyo Kyoto University, Kyoto, Nissha 1954, p. 370-375 ; A. Longnon, « Les Toucy en Orient et en Italie au xiiie siècle », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 96 (1957), p. 33-43.

66 Propter defensionem fidei christiane filio nostro primogenito Cumanam quandam thoro coniunximus maritali: Archives du Vatican ASV AA Arm I-XVIII-605; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 231.

67 Zeyhanus karissimus cognatus noster (1255): Archives Nationales Hongroises MOL DL 97856; I. Nagy et al. éd., Hazai Okmánytár, Gyor-Budapest, 1865-1891, 8 vol. , 8: p. 62. E. Jakubovich, « Kún Erzsébet notestvére », Turul, 37 (1922-1923), p. 14-27 sur les mariages entre des parentes d’Élisabeth et l’élite locale.

68 Ipsa Regina Ungarie est Cumana, proximi parentes eius gentiles sunt : Archives du Vatican ASV AA Arm I-XVIII-3104 ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit.. 1, p. 308.

69 Szabó, Kun László, op. cit., p. 23, 38 ; Gy. Pauler, A Magyar nemzet története az Árpádok korában, 2e éd., Budapest, 1899, repr. Szeged, 1984. 2 vol. , 2, p. 333, 412: J. Szucs, Az utolsó Árpádok, Budapest, 1993, p. 281-282.

70 L’accusation de László : Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 5. pt. 3. p. 245-246 (I. Szentpétery-I. Borsa, Regesta Regum Stirpis Arpadianae Critico-Diplomatica, Budapest, 1923-1987, 3 vol. . n° 3155). Élisabeth s’appropria la dîme et occupa un village appartenant à l’évêque de Zagreb : Wenzel éd., Codex diplomaticus Arpadianus, op. cit., 12, p. 392-393, 414-415 (Szentpétery-Borsa, Regesta, op. cit., n° 3311) ; Fejér éd.. Codex diplomaticus. op. cit., 5, pt. 3, p. 222-223, 228-231 (Szentpétery-Borsa, Regesta, op. cil., n° 3310).

71 Par ex. I. Nagy et al éd., Hazai Okmánytár 7, p. 170 ; Wenzel éd., Codex diplomaticus Arpadianus, op. cit., 1, p. 310-312. 317-318.

72 J. Gay-S. Clémencet-Witte éd., Les Registres de Nicolas III. Paris, 1898-1938 (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome) ; Theiner, Vetera Monumenta, op. cit., p. 324-326.

73 Elisabet dei gratia regina Ungarie et filia imperatoris Cumanorum : Archives Nationales Hongroises MOL V8, boîte 1162, n° 844 ; reproduit dans Szabó, Kun László, op. cit., p. 131.

74 Archives Nationales Hongroises MOL V8 boîte 375, n° 63612.

75 Par ex. Nagy et al éd., Hazai Okmánytár, op. cit.. 6, p. 261-262 ; J. Gutheil, Az Árpádkori Veszprém, 2e éd., Veszprém, 1979, n° 39.

76 Nos a gentilitatis errore revocatam, et ad agnicionem veri luminis perductam, Nagy et al. éd., Hazai Okmánytár, op. cit., 8, p. 279.

77 Fejér éd., Codex diplomaticus, op. cit., 5, pt. 3, p. 22 ; Szentpétery-Borsa, Regesta, op. cit., n° 3053.

Autor

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540