Version classiqueVersion mobile

Saint-Denis et la royauté

 | 
Françoise Autrand
, 
Claude Gauvard
, 
Jean-Marie Moeglin

Troisième partie. Idéologie et Royauté

Idéologie et Royauté

Jacques Krynen

Texte intégral

  • 1 Sur l’accueil « favorable mais, au fond, malgré quelques exceptions, incompréhensif » fait par le (...)
  • 2 B. Guenee, « L’histoire de l’Etat en France à la fin du Moyen Age vue par les historiens français (...)

1L’association de ces deux termes formant l’intitulé de cette troisième journée aurait certainement complu à Marc Bloch. Mais n’aurait-elle pas, à son époque, laissé à tout le moins perplexe le plus grand nombre de ses collègues1 ? En France, en tout cas, en 1964, un jeune professeur jugea opportun d’alerter les chercheurs sur la nécessité de relever ce primordial enseignement des Rois thaumaturges, tombé en déshérence : « Il est vain d’espérer comprendre l’Etat et ses problèmes à une époque et dans un pays donné si l’on ne s’est pas d’abord attaché à définir le contexte mental dans lequel il se situe, c’est-à-dire si l’on ne connaît pas d’abord les idées, les sentiments et les mythes d’où l’Etat tire sa forme et sa force. Comme le dit Marc Bloch, « les institutions monarchiques, les institutions politiques en général, ne sauraient [...] prendre leur sens véritable qu’une fois leurs liaisons rétablies avec les profonds courants d’idées – de sentiments aussi – qui leur furent sous-jacents »2. Aujourd’hui, à bien des médiévistes, il apparaît comme une vérité d’évidence que l’Etat moderne fut une construction solidairement spirituelle et institutionnelle. N’est-ce pas un des principaux résultats du renouveau de l’histoire politique du Moyen Age que d’avoir mis au jour la dimension idéologique du phénomène étatique ?

  • 3 Pour un recensement, il suffit de se reporter aux suppléments bibliographiques de la sixième éditi (...)
  • 4 B. Guenee et J.-F. Sirinelli, « L’histoire politique », L’Histoire et le métier d’historien en Fra (...)
  • 5 Comme en témoignent encore les Actes des récents colloques Représentation, pouvoir et royauté à la (...)

2Tous ceux qui ont exploré le domaine si longtemps négligé des idées relatives au pouvoir ont vite pris conscience qu’elles n’avaient point agi comme des superstructures. Ces idées, on le sait désormais, n’ont pas été forgées et proclamées selon un processus homogène, sans rapport avec l’événement, confiné dans une sphère indépendante et poursuivant une logique propre. Penser l’Etat ne fut pas l’apanage des élites dirigeantes, et l’idéologie des serviteurs de la royauté n’a pas représenté toute l’idéologie royale. L’Etat royal a bien été pensé, mais en ce sens qu’il a été constamment légitimé, et critiqué, et combattu au moyen d’un arsenal sans cesse renouvelé d’exigences, de convictions, de croyances religieuses, intellectuelles, morales. Ce vaste argumentaire a été de plus en plus sollicité, et les idées qu’il procurait ont été brandies de toutes parts, par toutes les forces vives du royaume, dans l’intention d’orienter dans un sens ou dans un autre la marche du pouvoir. Impossible de retracer ici le chemin parcouru pour réaliser combien l’édification de l’Etat moderne a été vécue dans les esprits, combien les grandes entreprises de la royauté, comme ses faiblesses ou ses échecs ont été conditionnés par eux. Il faudrait rendre compte de centaines de travaux3. Disons pour simplifier que les médiévistes ont su, eux aussi, élargir leur champ documentaire, renouveler leurs méthodes et diversifier leurs objets4. Ainsi sont-ils passés d’une histoire des théories et des doctrines du pouvoir, restreinte à l’analyse et à la généalogie de quelques « grandes œuvres », à une histoire soucieuse de retrouver toutes les idées, de réfléchir aux causes et divers lieux de leur fermentation, de suivre leurs modes d’expression pour, autant que faire se peut, évaluer leur portée réelle sur les faits et les comportements politiques5. Plus érudite, plus complexe et finalisée de la sorte, l’histoire des idées politiques a pris sa part au collectif effort d’explication en profondeur de la décisive transformation des rapports de pouvoir caractéristique des derniers siècles du Moyen Age.

3Cette introduction voudrait simplement souligner la vitalité et les potentialités actuelles des études intéressant le couple idéologie-royauté. Nous ne ferons que de brèves et partielles remarques, d’abord à propos des sources, ensuite sur quelques motivations communes à leurs auteurs.

Les sources

4Précocité, abondance et diversité du matériau documentaire. Voilà ce qui, notamment, rend actuellement l’histoire idéologique de la royauté si digne d’intérêt.

  • 6 Y. Sassier, « Le XIIe siècle : un tournant de la pensée politique », Revue française d’histoire de (...)
  • 7 D. Boutet, « La politique et l’histoire dans les chansons de geste », Annales ESC, 1976, p. 1119-1 (...)
  • 8 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, 1989, (...)

5Aux Xe-XIe siècles, la documentation disponible pour traquer les idées politiques est mince. Pas de traité théorique en bonne et due forme, juste des incidentes éparpillées dans quelques chroniques, correspondances, actes privés ou diplômes royaux. En revanche, à partir du XIIe siècle, l’essor du pouvoir capétien, territorial, judiciaire, administratif, rejaillit sur toutes les plumes. Les progrès de la culture écrite ne peuvent tout expliquer. Ce sont toutes les disciplines intellectuelles et tous les genres littéraires qui sont mis à profit pour juger et interpréter les mutations en train de se produire. Tout se passe comme si les hommes faisant profession de penser et d’écrire se sentaient à un moment ou à un autre mis en demeure de témoigner6 : les théologiens, les juristes, les historiens, les littérateurs et les poètes. Même les auteurs de chansons de geste7, plus radicalement encore les troubadours8 se mettent à exprimer les tensions politiques de l’époque.

  • 9 Les travaux de J. W. Baldwin, (notamment Masters, Princes and Merchants, 2 vol., Princeton, 1970, (...)
  • 10 P. Buc, L’ambiguité du Livre. Prince, pouvoir, et peuple dans les commentaires de la Bible au Moye (...)

6C’est dire qu’il faut reculer jusqu’au XIIe siècle le départ d’une démarche idéologique générale centrée sur les problèmes que la royauté pose désormais, et ne plus imaginer qu’en France les choses ne commencent sérieusement qu’avec le règne de Philippe le Bel9. Un ouvrage récent a révélé toute l’attention du milieu scolaire à la montée en puissance des autorités séculières. Bien avant l’introduction d’Aristote, aux écoles de Laon, Chartres, Reims et Paris, les jeunes clercs sont mis au contact de gloses souvent des plus ardentes à développer une vision socialement égalitaire et des thèmes antiroyaux. Dès le XIIe siècle, à partir des livres de la Bible « lus » devant les futurs cadres de l’Eglise ou de l’Etat, se fait donc jour une réflexion plurielle autour de quelques débats fondamentaux : le pouvoir de domination est-il légitime ? Face aux regna, quelle potestas pour le sacerdotium ? Et quels droits pour le populus10 ?

  • 11 A. Rota, « L’influsso civilistico nella concezione dello stato di Giovanni Salisberiense », Rivist (...)
  • 12 G. Giordanengo, « Les droits savants au Moyen Age : textes et doctrines. La recherche en France de (...)
  • 13 J.-M. Aubert, Le droit romain dans l’œuvre de saint Thomas, Paris, 1955. Sur l’intérêt porté au dr (...)
  • 14 J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993 (...)
  • 15 Exemple de cette persistance à nier le rôle moteur des idées dans l’apparition d’un droit public, (...)
  • 16 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 51-64.

7Au cœur du douzième siècle, un humaniste tel que Jean de Salisbury connaissait fort bien les droits romain et canonique, en pleine renaissance. Dans le Policraticus, son insistance à les mettre constamment en regard des enseignements politiques de l’Ecriture sainte11 force à s’interroger : le spécialiste des idées médiévales peut-il faire l’économie des théories des premiers glossateurs du droit civil et ecclésiastique12 ? Au siècle suivant, l’exemple d’un saint Thomas démontre, s’il en est besoin, ce que la scientia legum, nonobstant le mépris que lui vouent les théologiens, peut apporter à la réflexion scolastique sur l’Etat, la loi humaine, la propriété ou la condition des personnes13. Bien connaître les questions politiques et sociales débattues dans la vaste littérature juridique savante serait d’autant plus nécessaire que, dès le XIIIe siècle, certaines théories légitimantes du pouvoir d’Etat s’y trouvent déjà parfaitement en place. Ainsi la théorie de l’impôt obligatoire, élaborée à l’évidence des décennies avant la mise en œuvre d’une fiscalité royale non consentie14. Bien à tort, victimes du positivisme ambiant, les historiens des Facultés juridiques françaises ont ancré le présupposé selon lequel au Moyen Age « le fait précède le droit »15. Bien à tort, car les sources « précoces », disons d’avant les années 1300, confirment que les constructions du droit anticipent sur les faits, dans bien des cas. Cette constatation ne vaut pas que pour les œuvres juridiques. Elle est plus vérifiable encore dans les œuvres historiques. L’histoire fut au Moyen Age, qui ne le sait aujourd’hui, la grande matrice des idées, des croyances et des mythes politiques. Rigord et Guillaume le Breton, pour ne citer qu’eux, démontrent dans leurs écrits une véritable prescience de ce que va devenir effectivement le royaume de France : un Etat et une nation, alors que l’un et l’autre sous Philippe Auguste n’en sont qu’à leurs balbutiements16.

  • 17 P. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 350 sq ; Id., « Aperçus sur la propagande de (...)
  • 18 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 319-328.
  • 19 Autre exemple, celui de Paris caput regni : « c’est l’idée qu’on se faisait (avant le XIIe) de Par (...)

8De même, il n’a pas fallu attendre la fin du Moyen Age pour que surgisse l’idée d’une armée royale unique. Déjà, de Jean de Salisbury à Gilles de Rome, des clercs plaident la révision des valeurs chevaleresques, conseillent de nouveaux critères de sélection militaire et, à partir de Végèce, Frontin et Valère-Maxime, expliquent la nécessité d’une armée populaire vouée sous l’autorité d’un seul chef à la défense de la chose publique. Si la guerre de Cent ans impose la création d’une fiscalité régulière et du monopole militaire, ces deux nerfs de l’Etat moderne, elle n’en suscite pas l’invention du principe. La guerre ne fait que révéler la justesse de certaines idées politiques, soutenue en cela par une propagande qui, pour une large part, actualise et diffuse des thèmes anciens en les justifiant à la lumière des événements. C’est certes décisif17. Mais ces thèmes circulaient déjà dans l’une ou l’autre sphère intellectuelle avant que leur bien-fondé n’éclate au grand jour18. Le médiéviste manquera toujours de moyens pour mesurer avec assez d’exactitude la causalité de tel courant d’idées sur telle transformation institutionnelle. Mais si l’on veut bien admettre que l’Etat ne fut pas une suite d’improvisations19, on regrettera que les douzième et treizième siècles demeurent encore, en France, les parents pauvres de l’histoire des idées politiques, alors que les sources ne manquent pas qui attestent dès cette époque une sorte de bouillonnement idéologique.

  • 20 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 77-235. Sur l’influence française dans l (...)
  • 21 Voir les réserves d’Alain Boureau, « Un obstacle à la sacralité royale en Occident. Le principe hi (...)
  • 22 A. Boureau, « Pierre de Jean Olivi et l’émergence d’une théorie contractuelle de la royauté au XII (...)
  • 23 J. Coleman, « The Intellectual Milieu of John of Paris OP », Das Publikum politischer Theorie im 1 (...)
  • 24 T. Renna, « Aristotle and the French Monarchy, 1260-1303 », Viator, 9 (1978), p. 675-693.
  • 25 La Politique n’a jamais fait partie des lectures ordinaires à l’Université de Paris. J. Verger, «  (...)
  • 26 G. de Lagarde, La naissance de l’esprit laïque au déclin du Moyen Age, 2, Secteur social de la sco (...)

9Bouillonnement, car si l’idéologie royale s’alimente très tôt à l’histoire, à la religion et au droit, aucun de ces matériaux, même pris séparément (ce qui serait mal venu) ne procure à leurs utilisateurs des thèmes univoques. Dès le XIIIe siècle, la royauté française baigne dans le sacré20 – réalité qu’il faut appréhender avec beaucoup de précautions21 – et d’une persévérante exploitation du sacré a surgi une doctrine du roi Très chrétien, avec toutes les conséquences que l’on sait : on ne partage pas le pouvoir d’un roi très chrétien et on ne lui résiste pas. Mais il y eut chez les théologiens tout un courant contractualiste dont on aurait tort de sous-estimer l’influence, en France même, puisqu’on le voit prêt à s’affirmer en certaines circonstances. Une étude récente sur Pierre de Jean Olivi démontre la puissance de ce courant dans l’ordre franciscain22. Plus largement, comment la pluralité des opinions politiques ne caractériserait-elle pas le vaste monde des maîtres ès-arts et en divinité23 ? Plier le texte des « autorités » aux buts de la démonstration est une spécialité universitaire. Porteur d’une philosophie naturelle, Aristote peut servir à plaider toutes les causes24, comme l’atteste la diversité des commentaires sur la Politique25, et plus encore ces disputes sur des questions brûlantes d’actualité, organisées dans l’enceinte même des facultés26.

  • 27 A. Rigaudiere, « Etat, pouvoir et administration dans la Practica aurea libellorum de Pierre Jacob (...)
  • 28 L. Mayali, « Lex animata. Rationalisation du pouvoir politique et science juridique(XIIe-XIVe sièc (...)

10Pas plus que les théologiens ou que les artistes, les juristes ne développent corporativement les mêmes théories. D’abord parce qu’ils ne sont tous des légistes au service du roi27. Ensuite parce que, même chez ceux-là, l’identification du roi à l’empereur ne clôt pas le débat sur ses rapports à la communauté et sur l’étendue de ses pouvoirs ?28. Si les parlementaires, qui tous admettent que le roi est empereur en son royaume, entrent en opposition avec la royauté dès le XVe siècle, ce n’est pas sans de saines raisons. Il existe une idéologie royale au Parlement qui, dès sa naissance, est différente de l’idéologie dominant au Conseil. Cette idéologie politique parlementaire originelle, annonciatrice des frondes ultérieures, on ne la cerne toujours pas.

  • 29 Parmi les études récentes, J. Batany, « Les débats des trois états et l’ombre du Prince dans le So (...)
  • 30 M. Rousse, « Le pouvoir royal et le théâtre des farces », Le pouvoir monarchique et ses supports i (...)
  • 31 D. Collomp, « Sacre et royauté dans l’épopée tardive : l’exemple de Dieudonné de Hongrie », Représ (...)

11L’historien de l’idéologie royale a d’autant plus de grain à moudre qu’à partir du XIIIe siècle les problèmes soulevés par l’essor du pouvoir envahissent le domaine proprement littéraire. Des œuvres en tout genre, narratives ou poétiques, s’emparent des thèmes de la royauté, de la souveraineté, de la majesté, de la tyrannie, propices à l’amplification des plaintes et doléances de l’un ou l’autre des trois états29. Bientôt le théâtre lui aussi met en scène les espoirs, ressentiments et critiques d’une société qui ne peut plus s’abstraire de la figure et des valeurs royales30. Toutes ces œuvres sont de remarquables indicateurs de l’acculturation politique des intellectuels du Moyen Age, de plus en plus contraints de réagir aux heurs et aux malheurs d’une royauté qui désormais juge en dernier ressort, ordonne de lever des taxes, doit assurer la paix. Le champ documentaire surgit aujourd’hui tellement vaste et riche qu’il ne peut que continuer d’attirer de nouveaux défricheurs, et susciter de nouveaux problèmes31.

  • 32 H. Martin, Le métier de prédicateur en France à la fin du Moyen Age, 1350-1520, Paris, 1988. Bel e (...)
  • 33 J.-Y. Ribault, « Un hommage de Jacques Cœur à Charles VII. Le décor emblématique de la sacristie c (...)
  • 34 P. Contamine, « Les Pairs de France au sacre des rois (XVe siècle). Nature et portée d’un programm (...)
  • 35 C. de Merindol, « L’imaginaire du pouvoir à la fin du Moyen Age. Les prétentions royales », Représ (...)
  • 36 Id., « Stratégies iconographiques dans les monuments de la fin du Moyen Age. Emblématique, art, his (...)
  • 37 E. A. R. Brown, « Représentation de la royauté dans les Livres de Fauvel », Représentation, pouvoi (...)
  • 38 R. Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Age à l’âge classique(...)
  • 39 P. Ourliac, « Une statue de Justinien en Rouergue vers 1140 », RHDFE, 66(1988), p. 329-335 ; C. DE (...)
  • 40 Voir le récent dossier Images médiévales (contributions de J.-C. Schmitt, J.-C. Bonne, D. Barbu et (...)

12En sachant bien, en outre, que tous ces riches supports de l’idéologie royale n’ont pas manqué de relais. A commencer par la prédication ?32. Mais on mesure aussi de mieux en mieux dorénavant combien les thèmes les plus saillants de la littérature politique ont pu être véhiculés, gravés dans la pierre33, exposés dans le vitrail34, exhibés sur fresques35, affirmés par les armoiries et les emblèmes ?36, « imagés » en abondance sur les manuscrits eux-mêmes37. Les modes de représentation symbolique et artistique du pouvoir attirent de nos jours un nombre grandissant de spécialistes. Leurs études constituent pour l’histoire idéologique du pouvoir un formidable ressort38. Au milieu du XIIe siècle, la façade de l’hôtel de ville de Saint-Antonin, en Rouergue, arborait une belle statue de l’empereur Justinien tenant dans sa main droite le livre ouvert des Institutes. On peut y déchiffrer encore la fameuse préface où l’empereur proclamait : lmperatoriam majestatem non solum armis decoratam, sed etiam legibus oportet esse armatam [...]. Que fait là cette statue39 ? Plus que jamais historiens de l’art et historiens du politique devraient travailler ensemble, pas seulement côte à côte40.

  • 41 II faudrait œuvrer pour une histoire longue de l’idéologie royale, avec le XVIIe siècle pour termi (...)

13Concluons cette première série de remarques ; il devient de plus en plus complexe (stimulant !) d’étudier l’idéologie royale à la fin du Moyen Age ; le champ chronologique s’élargit41, le potentiel des sources ne cesse de grossir, les interrogations se multiplient. Reste que dans ce concert de difficultés, quelques lignes de force, quelques certitudes transparaissent.

Motivations et finalités

14L’élaboration de l’idéologie royale ne fut pas l’affaire d’individus affidés aux pouvoirs en place, stipendiés pour sertir de savantes doctrines la cause monarchique. On peut aujourd’hui soutenir que l’idéologie royale fut trois ou quatre siècles durant un produit de la société politique, non pas une entreprise menée depuis le haut pour convaincre la base.

  • 42 F. Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 713-750 ; S. Lusignan, « La topique de la Translatio studii(...)
  • 43 C’est le propos directeur de Joël Blanchard dans son récent Commynes l’européen. L’invention du po (...)
  • 44 Belle démonstration, déjà, dans D. Poirion, Le Poète et le Prince, Grenoble, 1965.

15Tous les monarques n’ont pas été, comme Charles V, soucieux de promouvoir une science politique intéressé42. Si l’affirmation de l’Etat monarchique a certes imposé une propagande accrue, l’interventionnisme du pouvoir central pour agir sur les esprits n’explique pas l’extraordinaire floraison des traités, opuscules, sermons, songes, poésies, dialogues, trilogues ou quadrilogues politiques... Il vaut donc la peine de réfléchir aux motivations et aux finalités de tous ces clercs et laïcs, gens de plume et de communication, qui tant se sont engagés en proclamant leurs convictions43. Longtemps ils ont été soupçonnés de vouloir façonner l’opinion. Il semble bien qu’ils aient été, plutôt, des porte-parole de l’opinion44.

16Deux choses, en effet, motivent par-dessus tout ces intellectuels : l’intérêt communautaire, l’incurie du pouvoir.

17Il est toujours bon de garder à l’esprit que la genèse de l’Etat monarchique a eu pour cause profonde la situation de violence et d’oppression créée par la désagrégation féodale. L’« ordre féodal » ne concerna que l’aristocratie et ne satisfit jamais ni la conscience des clercs, ni l’aspiration des masses à vivre en paix. La tentative très populaire de l’Eglise de faire respecter Trêve et Paix de Dieu milite, dès le XIe siècle, en faveur d’un pouvoir central fort. Le clergé guette le moindre sursaut de la royauté et dès que possible lui passe le relais dans la responsabilité de la paix. De son côté le commun état sait que les libertés arrachées à la puissance seigneuriale n’ont d’avenir que sauvegardées par le roi.

  • 45 H. Müller, « Konzil und Frieden. Basel und Arras (1435) », Träger und Instrumentarien des Friedens (...)
  • 46 P. Arabeyre, « La France et son gouvernement au milieu du XVe siècle d’après Bernard de Rosier », (...)
  • 47 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, spécialement p. 189-213 et 451-500 ; G. Ouy, « Poèmes retrouv (...)
  • 48 J. Krynen, « La rébellion du Bien public (1465) », Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, M.-T. Fögen(...)
  • 49 Sur les convictions thomistes du régime angevin, J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et le royaum (...)
  • 50 J. Barbey, La fonction royale, Paris, 1983 ; J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 242-251.
  • 51 P. Lewis, Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. 3, La vie et l’œuvre, Paris, 1992, p. 1 (...)
  • 52 P. Contamine, « Le vocabulaire politique en France à la fin du Moyen Age : l’idée de réformation » (...)

18Peut-on dire que l’Etat royal a été voulu, désiré, attendu ? Certainement. A ceci près que ce à quoi l’opinion et ses porte-parole aspirent trois ou quatre siècles durant, c’est à un Etat modèle, sous l’égide d’un souverain pacifique et juste45, qui rende à chacune des « hiérarchies » du royaume ce qui lui revient. C’est là que, pour l’historien, le bât blesse, évidemment, chacun (homme d’Eglise46, prince, noble, officier, bourgeois47), n’ayant pas la même conception de ce qui doit revenir et donc être garanti à lui-même et aux autres. D’où les protestations, les réclamations continuelles et les révoltes diverses48. C’est dans un contexte perpétuel d’insatisfactions et de frustrations que se développe une idéologie de la royauté, idéologie forcément polymorphe mais qui, cependant, et c’est le plus remarquable, ne se départit jamais d’une sublimation de l’intérêt collectif : utilité publique, commun profit, bien commun sont des valeurs qui président à la plupart des démarches idéologiques49, la royauté, même absolue, n’étant jamais conçue qu’eu égard aux avantages qu’elle doit procurer au corps politique tout entier. L’idéologie royale a prospéré au rythme d’un grandissement de l’esprit communautaire. Tous les théoriciens se rejoignent dans la conviction d’une communauté de destin unissant le « chef » et les « membres » du « corps mystique » du royaume50. C’est pourquoi, du XIIe au XVe siècle, rares sont les manifestations de la conscience politique qui ne s’exercent sur un registre moral, registre propice au rappel des principes, mais surtout au déploiement de la critique. Quel que soit le procédé utilisé, tous les intellectuels s’emploient à marteler une éthique dirigeante faite d’oubli de soi et de quête exclusive du bien public. Constamment l’on reproche au souverain son mauvais gouvernement, son incapacité à maîtriser ses agents, à utiliser à bon escient les moyens que l’on est pourtant disposé à lui reconnaître51. De cette maturité politique des administrés, on a une preuve véhémente dans l’exigence de réforme brandie face aux rois successifs52. Les résistances que l’Etat rencontre en permanence doivent ainsi moins nous édifier sur son refus que sur le fait qu’il ne peut progresser qu’avec l’adhésion des sujets. L’Etat royal, oui ; mais un Etat honnête et altruiste. Dans le cas contraire il s’expose à la révolte. Les féodaux furent probablement les moins sensibles à l’intérêt communautaire. C’est néanmoins sous la bannière du Bien public qu’ils se soulèvent contre Louis XI.

  • 53 Ces déclarations morales solennelles ne sont évidemment pas propres au royaume capétien. Voir nota (...)

19En somme, l’idéologie politique aux derniers siècles du Moyen Age n’a de la royauté qu’une approche utilitaire, fonctionnelle, non pas dévotionnelle. On pense à Gerson : le roi « est une personne publique ordonnée pour le salut de tout le commun » ; « l’une bonté l’autre requiert ». L’engagement des intellectuels résulte de cette conviction, ils en font un dogme, d’une réciprocité obligée des devoirs et des services entre la tête et les membres du corps de policie. Le Valois qui veut gouverner a tout intérêt à faire régulièrement amende honorable, à tout le moins montrer qu’il fait siennes les aspirations et les valeurs de ses sujets. D’où, par exemple, ces préambules législatifs, fidèles condensés des conceptions et théories morales ambiantes53.

  • 54 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., (...)

20L’historienne qui ces dernières années a étudié la répression du crime en France à la fin du Moyen Age, en a retiré la ferme conviction qu’en ce domaine essentiel se développe entre l’Etat et l’opinion « un jeu subtil d’entente tacite », et que la société médiévale « s’est adaptée et a souhaité la constitution de l’Etat »54.

  • 55 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 125-160.
  • 56 Y. Thomas, « L’institution de la majesté », Revue de synthèse, juillet-décembre 1991, p. 331-386 ; (...)
  • 57 S. Piron, « Monnaie et majesté royale dans la France du XIVe siècle », Annales ESC, 1996, p. 325-3 (...)
  • 58 B. Guenee, « Michel Pintoin : sa vie, son œuvre », introduction à la Chronique du religieux de Sai (...)
  • 59 R. Cazelles, « Charles V et le fardeau de la couronne », ABSHF, années 1978-79-80, p. 67-75.

21Constituer l’Etat. C’est bien à cette tâche, génération après génération, que s’est vouée une foule d’intellectuels de tout acabit, façonnant l’idéologie royale, chacun selon ce que sa conscience et (ou) ses intérêts lui dictaient, mais tous partageant la conviction que le pouvoir ne peut se donner libre carrière, tous exigeant de ses interventions qu’elles s’inscrivent dans un cadre rigide fait de causes raisonnables et de buts légitimes. De la sorte, ces « idéologues » ont témoigné de la volonté de la société politique à contenir une royauté encline par nature à abuser du pouvoir, ou à en mal user. La codification éthique de la fonction dirigeante proposée par les miroirs du prince illustre cette volonté, tout comme les constructions théologico-juridiques les plus élaborées. Parmi celles-ci, bien sûr, la théorie des deux corps du roi, tendue – il faut sans cesse relire Kantorowicz-vers l’annihilation du corps physique du souverain, autrement dit des libres volontés royales. Bien sûr, également, la théorie de la couronné55. Quant aux thuriféraires de la majestas56, s’ils rêvent de sujets courbés, tous se préoccupent fort de ce que le roi régnant doit faire ou ne point faire en regard de cet impérial attribut57. Et il est remarquable que cette préoccupation ait débordé le champ politique pur. Tournoyer, jouer, rire, revêtir habit bourgeois, a fortiori se déguiser en bête, s’enduire de poix et de plumes pour se trémousser en compagnie de quelques « jeunes » de la cour sont des atteintes royales à la majestas regia : scandaleuses58. La majesté ne tolère pas l’humanisation de la personne royale. Ses symboles, le trône, le sceptre, la couronne, les lys illuminent moins le simple corps du roi qu’ils ne l’installent, figé, comme paralysé, dans une cage dorée. L’idéal ne serait-il pas une royauté sans roi ? Les souverains des XIVe et XVe siècles ont tant déçu... C’est la communauté politique qui découvre son existence et affirme ses droits dans l’élaboration d’une idéologie royale, autant que le Pouvoir, désormais institué, définitivement lesté de normes contraignantes. Le roi le sait : la couronne est un fardeau...59

  • 60 Bibliographie dans les ouvrages cités note 3.

22Ce qui manque le plus aujourd’hui à l’histoire de l’idéologie royale en France, seuls des observateurs extérieurs pourraient judicieusement le déclarer. Il est toutefois patent que notre atonie comparatiste pourrait être compensée par une attention plus systématique aux recherches menées sur les royaumes et principautés périphériques ou lointains60. A une époque où le repli sur soi des historiens est moins que jamais de mise, cela ne permettrait pas seulement de nourrir nos réflexions et d’enrichir nos perspectives, mais peut-être surtout d’éviter certaines fautes, comme la tendance à imaginer ici et là une spécificité voire une supériorité hexagonale dans la manière médiévale de penser le pouvoir. Autre leçon des Rois thaumaturges...

  • 61 Voir la citation placée en début de cette introduction.
  • 62 B. Guenee, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992. (...)
  • 63 C. Beaune, op. cit. (n. 20).

23On se souvient également de Marc Bloch évoquant aux côtés des idées les « sentiments » eux aussi sous-jacents aux institutions monarchiques61. L’histoire des idées politiques devrait s’ouvrir de plus en plus sur celle du sentiment politique. Il y a des sentiments (envie, haine, vengeance, ambition) qui jouent négativement et explosent même parfois, comme le 23 novembre 1407, une de ces journées qui faillit « défaire la France »62. Il y en a d’autres qui jouent positivement, comme le sentiment national naissant, si bien étudié63, ou comme le sentiment d’amour, jamais étudié dans la sphère politique, malgré sa présence prégnante dans les sources médiévales. Bref, si l’étude de la royauté par le biais de l’idéologie est actuellement une tendance forte de l’histoire politique, c’est que les chercheurs l’aperçoivent bien, rendant possible une histoire « vécue », « sincère », du phénomène étatique. En termes plus contemporains, on dira qu’elle a d’ores et déjà affirmé sa capacité d’explication globalisante, dépassé les cloisons qu’une épistémologie quelque peu abusive a élevées entre l’histoire politique et les « autres » histoires, sociale, intellectuelle, culturelle.

Notes

1 Sur l’accueil « favorable mais, au fond, malgré quelques exceptions, incompréhensif » fait par le milieu universitaire aux Rois thaumaturges (1924), J. Le Goff, préface à la troisième édition de cet ouvrage, Paris, 1983, p. XXIX-XXXII. La seconde édition, parue en 1961, n’obtint qu’un succès limité. « C’est l’amplification et l’approfondissement de la nouvelle histoire politique qui confère au livre un statut de tête de série dans l’historiographie française », J. Le Goff et N. Rousselier, préface à L’Histoire et le métier d’historien en France, 1945-1995, F. Bedarida dir., Paris, 1995, p. 12. Avant et après-guerre, d’Alfred Coville à Marcel David, rares ont été les historiens à s’être consacrés à l’étude des idées politiques. Tout aussi significative de l’insensibilité de l’école historique française aux rapports de l’idéologie et de la royauté, la réception des plus lentes dans notre pays du chef-d’œuvre d’Ernst Kantorowicz, The King’s Two Bodies (1957), opportunément traduit en 1989 par Jean-Philippe et Nicole Genet (Les deux corps du roi). Voir J. Revel, « La royauté sacrée. Eléments pour un débat », La royauté sacrée dans le monde chrétien, A. Boureau et C.-S. Ingerflom dir., Paris, 1992, p. 7-9.

2 B. Guenee, « L’histoire de l’Etat en France à la fin du Moyen Age vue par les historiens français depuis cent ans », RH, 232 (1964), p. 346, réédité dans B. Guenee, Politique et histoire au Moyen Age. Recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale, Paris, 1981, p. 18.

3 Pour un recensement, il suffit de se reporter aux suppléments bibliographiques de la sixième édition de B. Guenee, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, 1998, et à la Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990). Travaux réunis par Michel Balard, Paris, 1992. Pour prendre la mesure des nouvelles tendances de l’histoire politique on verra notamment, parmi les importants ouvrages collectifs suscités et dirigés par J.-P. Genet, Culture et idéologie dans la genèse de l’Etat moderne, Rome, 1985, et Théologie et droit dans la science politique de l’Etat moderne, Rome, 1991.

4 B. Guenee et J.-F. Sirinelli, « L’histoire politique », L’Histoire et le métier d’historien en France, op. cit. (n. 1), p. 301-312.

5 Comme en témoignent encore les Actes des récents colloques Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Age, J. Blanchard dir., Paris, 1995, et Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, M. Ornato et N. Pons éd., Louvain-La-Neuve, 1995.

6 Y. Sassier, « Le XIIe siècle : un tournant de la pensée politique », Revue française d’histoire des idées politiques, 3 (1996), p. 45-75.

7 D. Boutet, « La politique et l’histoire dans les chansons de geste », Annales ESC, 1976, p. 1119-1129.

8 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, 1989, passionnante étude du « processus de politisation à outrance » (p. 11) de la lyrique occitane ; Id, « Chanson et propagande politique : les troubadours gibelins (1255-1285) », Le forme della propaganda nel Due e nel Trecento, Rome, 1994, p. 183-202.

9 Les travaux de J. W. Baldwin, (notamment Masters, Princes and Merchants, 2 vol., Princeton, 1970, et Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, 1991J, le livre de A. W. Lewis, Le sang royal, Paris, 1981, et tout récemment le Saint Louis de J. Le Goff, Paris, 1996, le prouvent assez. Nombreuses considérations sur l’idéologie royale dans M. Bur, Suger, Paris, 1991, Y. Sassier, Louis VII, Paris, 1994, et G. Sivery, Louis VIII, Paris, 1995.

10 P. Buc, L’ambiguité du Livre. Prince, pouvoir, et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen Age, préface de J. Le Goff, Paris, 1994.

11 A. Rota, « L’influsso civilistico nella concezione dello stato di Giovanni Salisberiense », Rivista di storia del diritto italiano, 26-27 (1953-54), p. 209-226 ; M. Kerner, « Römisches und kirchliches Recht im Policraticus », The World of John of Salisbury, M. Wilks éd., Oxford, 1984, p. 365-379.

12 G. Giordanengo, « Les droits savants au Moyen Age : textes et doctrines. La recherche en France depuis 1968 », BEC, 148 (1990), p. 440-467 ; Id., « Le pouvoir législatif du roi de France (XIe-XIIIe siècles) : travaux récents et hypothèses de recherche », BEC , 147 (1989), p. 283-309 ; J.-P. Poly, « Le sac de cuir. La crise de l’an mil et la première renaissance du droit romain », Droits savants et pratiques françaises du pouvoir (XIe-XVe siècles), J. Krynen et A. Rigaudiere dir., Bordeaux, 1992, p. 48-68 ; A. Rigaudiere, « Regnum et civitas chez les décrétistes et les premiers décrétalistes (1150 env.-1250 env.) », Théologie et droit dans la science politique de l’Etat moderne, op. cit. (n. 3), p. 117-153 ; K. Pennington, The Prince and the Law, 1200-1600 : Sovereignty and Rights in Western Legal Tradition, University of California Press, 1992. On ne manquera pas de signaler le récent « manuel » de E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, 2 vol., Rome, 1995.

13 J.-M. Aubert, Le droit romain dans l’œuvre de saint Thomas, Paris, 1955. Sur l’intérêt porté au droit hors l’Ecole, G. Giordanengo, « Législation pontificale et science politique dans le Speculum doctrinale de Vincent de Beauvais (milieu du XIIIe siècle) », Papauté, Monachisme et Théories politiques. Mélanges Marcel Pacaut, Lyon, 1994, t. 1, p. 71-78.

14 J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993, p. 268-273 ; A. Rigaudiere, « L’essor de la fiscalité royale du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celui de Philippe VI (1328-1350) », Europa en los umbrales de la crisis (1250-1350), Pampelune, 1995, p. 323-391.

15 Exemple de cette persistance à nier le rôle moteur des idées dans l’apparition d’un droit public, l’accueil des plus réservés fait dans les facultés de droit aux ouvrages pionniers de Marcel David, cf. M. David, La souveraineté du peuple, Paris, 1996, p. 17. Victimes également d’autres présupposés propres à leur époque, les historiens du droit français ont (sauf de rares exceptions) ignoré durablement la grande entreprise d’exploitation et d’adaptation du ius civile aux nouveaux besoins politiques de la société médiévale. On doit à Pierre Legendre d’avoir expliqué les causes profondes de cette docte ignorance et ses effets mutilateurs sur notre compréhension du phénomène étatique : P. Legendre, « La France et Bariole », Bartolo da Sassoferrato. Studi e documenti per il VI centenario, Milan, 1961, t. 1, p. 131-172. Si le gouvernement royal paraît dans certains domaines avoir privilégié le matériau canonique (A. Gouron, « Ordonnances des rois de France et droits savants (XIIIe-XVe siècles) », CRAIBL , 1991, p. 851-865), ce serait une grave erreur d’imaginer une politique juridique de la monarchie française axée sur une « relégation » du droit romain, J. Krynen, « Droit romain et Etat monarchique. A propos du cas français », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit. (n. 5), p. 12-23.

16 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 51-64.

17 P. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 350 sq ; Id., « Aperçus sur la propagande de guerre de la fin du XIIe au début du XVe siècle : les croisades, la Guerre de Cent ans », Le forme della propaganda, op. cit. (n. 8), p. 5-27 ; N. Pons, « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre les Anglais (vers 1418-vers 1429), Paris, 1990.

18 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 319-328.

19 Autre exemple, celui de Paris caput regni : « c’est l’idée qu’on se faisait (avant le XIIe) de Paris qui favorisa son devenir de capitale », A. Lombard-Jourdan, « Montjoie et saint Denis ! » Le centre de la Gaule aux origines de Paris et Saint-Denis, Paris, 1989, p. 322.

20 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 77-235. Sur l’influence française dans la sacralisation des rois angevins de Sicile et Provence par les juristes napolitains, J.-P. Boyer, « La foi monarchique : Royaume de Sicile et Provence (mi XIIIe-mi XIVe siècle) », Le forme della propaganda, op. cit. (n. 8), p. 85-110.

21 Voir les réserves d’Alain Boureau, « Un obstacle à la sacralité royale en Occident. Le principe hiérarchique », La royauté sacrée, op. cit. (n. 1), p. 29-37.

22 A. Boureau, « Pierre de Jean Olivi et l’émergence d’une théorie contractuelle de la royauté au XIIIe siècle », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit : (n. 5), p. 165-175.

23 J. Coleman, « The Intellectual Milieu of John of Paris OP », Das Publikum politischer Theorie im 14. Jahrhundert, J. Miethke éd., Munich, 1992, p. 173-206.

24 T. Renna, « Aristotle and the French Monarchy, 1260-1303 », Viator, 9 (1978), p. 675-693.

25 La Politique n’a jamais fait partie des lectures ordinaires à l’Université de Paris. J. Verger, « Théorie politique et propagande politique », Le forme della propaganda, op. cit. (n. 8), p. 38-39. Sur les commentaires, voir C. Flüeler, « Die Rezeption der Politica des Aristoteles an der Pariser Artistenfakultât im 13. und 14. Jahrhundert », Das Publikum politischer Theorie, op. cit. (n. 23), p. 127-138. L’auteur (p. 135-136) fait notamment apparaître que les Quaestiones in octo libros politicorum Aristotelis, attribuées jusqu’ici à Buridan, sont en réalité de Nicolas de Vaudemont, et doivent être datées de 1387.

26 G. de Lagarde, La naissance de l’esprit laïque au déclin du Moyen Age, 2, Secteur social de la scolastique, Louvain-Paris, 1958 (2e éd.), p. 161-197 ; P. Michaud-Quantin, « La politique monétaire à la Faculté de théologie de Paris en 1265 », MA, 68 (1962), p. 137-151.

27 A. Rigaudiere, « Etat, pouvoir et administration dans la Practica aurea libellorum de Pierre Jacobi (vers 1311) », Droits savants et pratiques, op. cit. (n. 12), p. 161-210.

28 L. Mayali, « Lex animata. Rationalisation du pouvoir politique et science juridique(XIIe-XIVe siècles) », Renaissance du pouvoir législatif et genèse de l’Etat, A. Gouron et A. Rigaudiere dir., Montpellier, 1988, p. 155-164 ; A. Leca, « La place de la lex digna dans l’histoire des institutions et des idées politiques », L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, XVIe-XXe siècles, Presses de l’Université d’Aix-Marseille, 1996, p. 131-158.

29 Parmi les études récentes, J. Batany, « Les débats des trois états et l’ombre du Prince dans le Songe de Pestilence », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit. (n. 5), p. 131-142 ; J. C. Mühlethaler, « Le tyran à table. Intertextualité et référence dans l’invective politique à l’époque de Charles VI », ibid., p. 49-62 ; J.-M. Cauneau et D. Philippe, « Le jeu des échecs moralisés de Guillaume de Saint-André », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 103 (1996), p. 7-65.

30 M. Rousse, « Le pouvoir royal et le théâtre des farces », Le pouvoir monarchique et ses supports idéologiques aux XIVe-XVIIe siècles, J. Dufournet, A. Fiorrato et A. Redondo éd., Paris, 1990, p. 185-197 ; J.-C. Aubailly, « L’image du prince dans le théâtre de Gringore », ibid., p. 175-183 ; J. Blanchard, « La moralité juge du pouvoir. Théatre et politique aux lendemains du règne de Louis XI », Romania, 109 (1988), p. 354-377.

31 D. Collomp, « Sacre et royauté dans l’épopée tardive : l’exemple de Dieudonné de Hongrie », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit. (n. 5), p. 49-62. G. Mombello, « Une hypothèse sur l’origine d’une légende : Hugues Capet fils d’un boucher », Pratiques de la culture écrite, op. cit. (n. 5), p. 179-190. S. Lusignan et E. Ornato, « Conclusions du colloque », ibid., p. 562-563 notamment.

32 H. Martin, Le métier de prédicateur en France à la fin du Moyen Age, 1350-1520, Paris, 1988. Bel exemple du modèle de sermon appliqué à la rhétorique politique dans J.-P. Boyer, « Parler du roi et pour le roi. Deux sermons de Barthélemy de Capoue, logothète du royaume de Sicile », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 79 (1995), p. 193-248.

33 J.-Y. Ribault, « Un hommage de Jacques Cœur à Charles VII. Le décor emblématique de la sacristie capitulaire de la cathédrale de Bourges », CRAIBL , 1992, p. 109-124.

34 P. Contamine, « Les Pairs de France au sacre des rois (XVe siècle). Nature et portée d’un programme iconographique », De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du XVe siècle, Orléans, 1994, p. 111-138.

35 C. de Merindol, « L’imaginaire du pouvoir à la fin du Moyen Age. Les prétentions royales », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit. (n. 5), p. 65-92.

36 Id., « Stratégies iconographiques dans les monuments de la fin du Moyen Age. Emblématique, art, histoire », 4e Congrès de l’Association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique, Congrès de Liège, Actes, t. 3, 1995, p. 516-546. En fin de cet article on trouvera une bibliographie des nombreux travaux récents de cet auteur.

37 E. A. R. Brown, « Représentation de la royauté dans les Livres de Fauvel », Représentation, pouvoir et royauté, op. cit. (n. 5), p. 215-235 ; C. R. Sherman, Imaging Aristotle : Verbal and Visual Representation in 14th-Century France, University of California Press,commu-1995 ; J.-C. Schmitt, « Le miroir du canoniste », Annales ESC, 1963, p. 1471-1495 ; C. Raynaud, Images et pouvoirs au Moyen Age, Paris, 1993.

38 R. Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Age à l’âge classique, Paris, 1994.

39 P. Ourliac, « Une statue de Justinien en Rouergue vers 1140 », RHDFE, 66(1988), p. 329-335 ; C. DE Merindol, « Le décor d’une maison de justice à l’époque romane. Symbolique, art, histoire », Histoire de la justice, 1 (1994), p. 3-21.

40 Voir le récent dossier Images médiévales (contributions de J.-C. Schmitt, J.-C. Bonne, D. Barbu et J. Baschet), Annales ESC, 1996, p. 3-133.

41 II faudrait œuvrer pour une histoire longue de l’idéologie royale, avec le XVIIe siècle pour terminus ad quem. Toujours Marc Bloch : « Les idées qu’exposent couramment les publicistes royalistes du XVIe et du XVIIe siècle paraissent souvent banales à quiconque a feuilleté la littérature des périodes précédentes. Elles n’étonnent que si l’on ne sent pas en elles le long héritage médiéval ». Les rois thaumaturges, op. cit. (n. 1), 3e éd., p. 347.

42 F. Autrand, Charles V, Paris, 1994, p. 713-750 ; S. Lusignan, « La topique de la Translatio studii et les traductions françaises de textes savants au XIVe siècle », Traduction et traducteurs au Moyen Age, G. Contamine éd., Paris, 1989, p. 303-315 ; F. Autrand et P. Contamine, « Les livres des hommes de pouvoir : de la pratique à la culture écrite », Pratiques de la culture écrite, op. cit. (n. 5), p. 193-215.

43 C’est le propos directeur de Joël Blanchard dans son récent Commynes l’européen. L’invention du politique, Paris, 1996. Cette remarquable étude démontre la nécessité de revisiter les grandes œuvres et leurs auteurs à la lumière du renouvellement des connaissances. Dans cette tâche, le tort serait peut-être de retenir comme critère prioritaire de sélection la quantité de manuscrits connus. Si l’histoire des œuvres est aussi celle de leur réception et de leur public, le nombre des manuscrits est simplement indicatif de l’étendue d’un succès, il ne dit pas leur influence doctrinale ou autre. La personnalité d’un auteur, ses fonctions et responsabilités dans les affaires du moment peuvent suffire à certifier l’exemplarité et l’intérêt historique de tel de ses écrits. On ne saurait par exemple tenir pour peu significatifs les tractatus politiques d’un sénéchal (Jean de Terrevermeille), ou le commentaire sur la Politique d’un grand-maître du Collège de Navarre (Nicole Oresme), quelle que soit la rareté des manuscrits. Voir à ce sujet les remarques de J. Verger, op. cit. (n. 25), p. 43.

44 Belle démonstration, déjà, dans D. Poirion, Le Poète et le Prince, Grenoble, 1965.

45 H. Müller, « Konzil und Frieden. Basel und Arras (1435) », Träger und Instrumentarien des Friedens im hohen und spaten Mittelalter, J. Fried éd., Sigmaringen, 1996, p. 333-390 ; F. Berier, « Remarques sur l’évolution des idées politiques de Nicolas de Clamanges », Pratiques de la culture écrite, op. cit. (n. 5), p. 109-125 ; C. Gauvard, « Les humanistes et la justice sous le règne de Charles VI », ibid., p. 217-244.

46 P. Arabeyre, « La France et son gouvernement au milieu du XVe siècle d’après Bernard de Rosier », BEC, 150 (1992), p. 245-285 ; J.-L. Gazzaniga, L’Eglise de France à la fin du Moyen Age : pouvoirs et institutions, Goldbach, 1995.

47 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, spécialement p. 189-213 et 451-500 ; G. Ouy, « Poèmes retrouvés de Laurent de Premierfait. Un poète engagé au début du XVe siècle », Préludes à la Renaissance. Aspects de la vie intellectuelle en France au XVe siècle, C. Bozzolo et E. Ornato éd., Paris, 1992, p. 207-241 ; C. Bozzolo, « La conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », ibid., p. 191-205.

48 J. Krynen, « La rébellion du Bien public (1465) », Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, M.-T. Fögen éd., Francfort, 1995, p. 81-97.

49 Sur les convictions thomistes du régime angevin, J.-P. Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue Mabillon, nouvelle série, 6 (67), 1995, p. 127-129. Sur le sens et la portée de ces expressions, A. Guéry, « L’Etat. L’outil du bien commun », Les lieux de mémoire, P. Nora dir., t. 3, Les France, Paris, 1992, p. 825-833.

50 J. Barbey, La fonction royale, Paris, 1983 ; J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 242-251.

51 P. Lewis, Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. 3, La vie et l’œuvre, Paris, 1992, p. 108-200.

52 P. Contamine, « Le vocabulaire politique en France à la fin du Moyen Age : l’idée de réformation », Etat et Eglise dans la genèse de l’Etat moderne, J.-P. Genet et B. Vincent dir., Madrid, 1986, p. 145-156.

53 Ces déclarations morales solennelles ne sont évidemment pas propres au royaume capétien. Voir notamment A.-L. de Carvalho Homen, Dionisius et Alfonsius, dei gratia reges et communis utilitatis gratia legiferi, Porto, 1994, (édifiants exemples p. 72 sq). Témoignages de la rhétorique dirigeante, certes, elles doivent surtout être considérées comme illustrant le dialogue gouvernant-gouvernés, C. Gauvard, « Ordonnance de réforme et pouvoir législatif en France au XIVe siècle (1303-1413) », Renaissance du pouvoir législatif, op. cit. (n. 28), p. 89-98.

54 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., Paris, 1991, t. 2, p. 939. « Il n’existe pas d’opposition entre les valeurs qui ordonnent la société et celles qui servent à la construction de l’Etat » (p. 935).

55 J. Krynen, op. cit. (n. 14), p. 125-160.

56 Y. Thomas, « L’institution de la majesté », Revue de synthèse, juillet-décembre 1991, p. 331-386 ; J. Chiffoleau, « Sur le crime de Majesté médiéval », Genèse de l’Etat moderne en Méditerranée, Rome, 1993, p. 183-213.

57 S. Piron, « Monnaie et majesté royale dans la France du XIVe siècle », Annales ESC, 1996, p. 325-354.

58 B. Guenee, « Michel Pintoin : sa vie, son œuvre », introduction à la Chronique du religieux de Saint-Denys (publiée en latin et traduite par L. Bellaguet, 1842), rééd., Paris, 1994, p. LIII-LVI.

59 R. Cazelles, « Charles V et le fardeau de la couronne », ABSHF, années 1978-79-80, p. 67-75.

60 Bibliographie dans les ouvrages cités note 3.

61 Voir la citation placée en début de cette introduction.

62 B. Guenee, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992. O. Matteoni, « Portrait du prince idéal et idéologie nobiliaire dans La Chronique du bon duc Loys de Bourbon », Studi francesi, 115 (1995), p. 16-18.

63 C. Beaune, op. cit. (n. 20).

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search