Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Les espaces Balkaniques et Anatoliens

Migrations frontalières en Bulgarie médiévale

Vasilka Tapkova-Zaïmova

Texte intégral

  • 1 D. Ovcarov, Bulgarski srednovekovni risunki-graftti, Sofia, 1982, p. 44-52.

1Sur les murs de Pliska, la capitale de la Bulgarie des khans païens, sur ceux de Preslav, la seconde capitale, mais ailleurs aussi, figurent de nombreux grafitti représentant des cavaliers montés sur leurs petits chevaux des steppes1, symboles de ceux qui furent les fondateurs de ce pays au sud du Danube ; car la Bulgarie danubienne est le résultat, non pas d’une, mais de plusieurs migrations. La région des Balkans, on ne cesse de le dire, est un point de croisement de routes ; de par sa position géographique, la Bulgarie est le centre de ce croisement.

  • 2 V. Tapkova-Zaïmova, « Les mouvements de migration dans les Balkans jusqu’à l’époque ottomane », Ét (...)

2Revenons en arrière lorsque dans les Balkans, au ive siècle, le déséquilibre entre la population et les ressources se reproduit irréversiblement, non seulement dans les villes de la péninsule, mais également dans les campagnes ; les migrations de Goths sont fréquentes dans les deux Mésies, la Scythie, la Thrace jusqu’à l’Hémimont à l’est, et jusqu’en Dacie Ripuaire à l’ouest. Le ve siècle est marqué par l’invasion des Huns et leurs attaques, si elles ne mettent pas un terme définitif au mouvement des tribus germaniques en direction de la ligne danubienne, constituent le début des grandes migrations de nomades venant d’Asie. La présence des tribus et des unions tribales, sujettes des « empires des steppes » (l’expression est de R. Grousset), s’échelonne sur une période de plus de dix siècles et a diverses répercussions sur l’évolution démographique, la vie politique et culturelle dans les Balkans2.

  • 3 V. Tapkova-Zaïmova, « Genèse des peuples balkaniques et formation de leurs États. L’expérience bul (...)
  • 4 Constantine Porphyrogenitus, De administrando impertio, éd. Gy. Moravcsik, Budapest. 1949, p. 68. (...)

3À partir de ce moment, la Pannonie et la Scythie Mineure deviennent les premières des terres d’accueil pour les « fédérés » à la solde de Byzance. C’est à partir des steppes d’Asie que se présentent – en Scythie Mineure – les Bulgares d’Asparouch venus conquérir leur nouvelle patrie. La Bulgarie danubienne devient donc une réalité en 681, lorsqu’elle est reconnue par un traité avec Byzance3, mais les mouvements migratoires n’ont pas cessé pour autant du côté des premiers habitats des Bulgares de la Volga après cette date. Si les informations sont plutôt rares dans les sources écrites, les résultats de l’archéologie sont significatifs en ce qui concerne les contacts intermittents des divers groupes de Bulgares, au moins jusqu’au Dniestr. Ce n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard si Constantin Porphyrogénète parle au xe siècle de la frontière bulgaro-petchénègue, qui se trouverait dans ces parages4.

  • 5 V Tapkova-Zaïmova. Dolni Dunav-granicna zona na vizantijskija Zapad. Sofia, 1975. p. 17-33.

4En effet les territoires au nord du Danube, dits Βουλγαρια εϰειθεν του Δαυουβιου, représentent encore à cette époque une sorte de marche-frontière pour le territoire étatique au sud du Danube, au statut d’organisation militaire et sans frontières bien définies5.

  • 6 V. Tapkova-Zaïmova, Nasestvija i etnicceski promeni na Balkanite prez VI-VII v., Sofia, 1966, p. 5 (...)

5Je n’ai pas encore mentionné les grandes migrations slaves, un problème autrement important pour Byzance dès le début du vie siècle. De nombreuses études leur ont été consacrées, aussi me contenterai-je de répéter que ces randonnées ont duré près de deux siècles, à partir de l’Ukraine subcarpathique et de la Volinie jusqu’aux parties orientales des Carpathes du Sud. S’enfonçant jusqu’en Slovaquie et en Pannonie, mais également dans la plaine valaque, leurs campagnes au sud du Danube entrent dans une nouvelle phase lors de l’apparition des Avars, qui occupaient jusqu’alors les espaces entre le Danube et la Tisza. Ils descendent le long des affluents du Danube dans une première avancée, pour suivre ensuite les grandes artères de la péninsule jusqu’à l’Adriatique et l’Égée, provoquant le retrait de la population des grandes villes. Voilà brièvement définis les problèmes des migrations slaves des vie-viie siècles6.

6Nous voyons donc bien se dessiner migrations après migrations au cours de ces siècles mouvants. La différence – mais elle est essentielle – réside dans le fait que d’anciens nomades, comme ceux du groupe d’Asparouch, réussissent à imposer leur pouvoir sur d’autres migrants, leurs prédécesseurs, mais plus enclins à s’organiser en sédentaires, comme ce fut le cas des Slaves.

7J’ai déjà souligné que, du côté des Bulgares, les migrations n’ont pas cessé définitivement au cours du viiie ou du ixe siècle. Il en a été de même pour les groupes slaves, dont les chefs de tribus ont été attirés, de gré ou de force, par les khans bulgares dans les limites de cet État, qui commençait à avoir de l’importance au sein des communautés balkaniques.

  • 7 Tapkova-Zaïmova, Dolni Dunav, op. cit., p. 18.

8Mais il importe d’ajouter qu’il existait également, en vertu de ces accords ou à la suite des campagnes victorieuses des premiers souverains bulgares, des déplacements de populations, notamment frontalières, qu’il serait difficile de qualifier de migrations. Tel est le cas, par exemple, des Abodrites et des Timocanes, tribus slaves établies sur les frontières occidentales de la Bulgarie à l’époque d’Omurtag, donc toujours au début du ixe siècle, qui se seraient mutinées et que le khan bulgare aurait réduites à la soumission, en leur envoyant des gouverneurs bulgares et en leur enlevant vraisemblablement leur statut de frontaliers, statut qui leur permettait de demeurer sous l’autorité de leurs propres chefs. Nous relevons un autre exemple de ce genre, toujours à cette époque, dans les régions trans-danubiennes, lorsque, après les campagnes du khan Krum en Thrace orientale, a été déportée dans cette « Bulgarie trans-danubienne » une population compacte qui s’y est établie sous l’autorité de ses propres chefs. Or, quelque quarante ou cinquante ans plus tard, cette population s’est révoltée, menée par ses chefs Kordylas et Tzantzas, et a réussi à se faire rapatrier (l’événement est très mal daté : le retour en Thrace orientale de ces sujets de l’empire aurait eu lieu sous le règne de Théophile, mais on évoque concomitamment Vladimir, qui aurait régné en Bulgarie à cette même époque ; celui-ci est considéré comme le père de Siméon, dont il est en réalité le frère aîné ; quoi qu’il en soit, il s’agit du ixe siècle)7.

  • 8 Sur le transfert d’Arméniens et de Syriens voir V. Besevliev, « Edna nezabeljazana klauza na bulga (...)

9Jusqu’à présent, nous avons observé des mouvements de migration spontanée ou de déportation forcée en rapport avec les tentatives de l’État bulgare d’assurer la garde de ses frontières. Il ne s’agit pas, de ce fait, de migrations provoquées par des problèmes d’ordre économique qui auraient poussé des tribus entières à s’expatrier. Il faut rapprocher cette politique de celle pratiquée de tout temps par le gouvernement byzantin dans le dessein de déplacer des masses entières de populations d’Asie Mineure en Thrace, ou ailleurs. Qu’il nous suffise de mentionner un seul exemple de la haute époque : la déportation d’Arméniens en Thrace à l’époque de Maurice. Et toujours au viie siècle, mais également par la suite et ce jusqu’au ixe siècle, des déportations de Slaves vers l’Asie Mineure, principalement vers la Bithynie8.

10On note, par la suite, des mouvements de populations autrement importants, qui sont la conséquence de la situation qui apparaît sur le Bas-Danube, lorsque l’indépendance politique de la Bulgarie médiévale disparaît après les guerres de Basile II. C’est l’époque où des vagues de populations turkes déferlent par intermittence au sud du Danube, à l’instar de ce qui avait eu lieu durant les siècles qui ont précédé l’apparition de la Bulgarie danubienne. Celle-ci, quoique se présentant en principe comme rivale de l’empire byzantin, représentait pour Byzance une sorte de frontière objective contre les attaques de ces mêmes populations. Tel a particulièrement été le cas des Petchénègues. Leur première invasion date de 1026 (ou de 1027), lorsqu’ils se sont attaqués aux régions occidentales. La seconde invasion a dévasté la Mésie en juillet 1032. Une nouvelle vague de Petchénègues est à nouveau enregistrée en Mésie en 1034, qui arriva jusqu’à Salonique. L’année suivante, en plein hiver, les Petchénègues causèrent de sérieux dommages à la Mésie et à la Thrace, de même qu’au thème appelé Macédoine, c’est-à-dire à la Thrace orientale. Au cours de l’année 1036 il y a eu trois invasions, mais Skylitzès ne précise pas le nom des régions qui ont eu à en souffrir.

11Ainsi, dès la fin de la première décennie du xie siècle se reproduisent des événements qui rappellent étroitement une situation vieille de quelque cinq siècles, c’est-à-dire antérieurement à l’État bulgare : les mouvements de migration dont j’ai parlé précédemment.

12Les choses continuent au même rythme jusqu’en 1048, lors des grandes migrations de Petchénègues au sud du Danube. La première vague de vingt mille hommes armés obtient du gouvernement byzantin le statut d’« amis et alliés » – les fédérés d’autrefois qui s’installent dans une île en face de Dristra dans la Dobroudja actuelle. Puis leur chef Kégène reçoit le baptême, est élevé au rang de patrice, on lui confie trois forteresses et des territoires le long du Danube. Mais dès l’hiver suivant, quatre-vingt mille de leurs congénères, ennemis des premiers, passent le Danube, mécontents – d’après Skylitzès – de la violation d’un accord préalable passé entre eux et Constantinople. Et nous revenons en arrière pour établir une comparaison entre cette situation et la période du règne de Justinien, lorsque ce basileus fut accusé d’inconstance par les Outrigours, puis par les Koutrigours, qui étaient à tour de rôle ses « amis et alliés » et jouissaient de ce fait de sa bienveillance.

  • 9 V. Tapkova-Zaïmova, « Quelques particularités dans l’organisation militaire des régions du Bas-Dan (...)

13Rappelons brièvement les nouvelles infidélités des Petchénègues gardiens à leur tour de frontières, leur révolte en 1059, qui éclate lors d’une guerre de l’empire contre les Hongrois. Je voudrais notamment souligner les capacités d’adaptation dont font preuve ces Turcs nomades qui deviennent, lorsque nécessité oblige, des cultivateurs. Citons, par exemple, le passage d’un discours de Psellos où il est dit : « Ils cultivent volontiers la terre qu’ils dévastaient ». Et j’ajoute, toujours dans cet ordre d’idées, que lors des luttes entre les deux groupes mentionnés ci-dessus, le gouvernement provincial a pris soin d’installer comme sédentaires des Petchénègues dans la région de Serdica (l’actuelle Sofia) et dans ladite « Ovce pole » en Macédoine9.

  • 10 S. Dimitrov, « Oste edno mnenije za imeto Gagauzi », dans Bulgarite v severnoto Pricernomorije, t. (...)

14À partir des années soixante du xie siècle, lorsque commencent les invasions des Ouzes, une partie de leurs chefs reçoit également, à l’instar des chefs petchénègues, des titres sénatoriaux et d’autres hautes dignités. Il en est de même au xiie siècle avec les Coumans, ceux-ci devant avoir des contacts très soutenus avec le gouvernement byzantin, non seulement tant que dure la période de la domination byzantine dans les provinces danubiennes, mais également lorsque la Bulgarie y rétablit son pouvoir, après 1186. Je tiens à faire remarquer à ce sujet qu’il y a une longue discussion sur l’origine des Gagaouzes, cette population qui existe encore aujourd’hui le long du rivage bulgare de la mer Noire ainsi qu’en Bessarabie. J’attire l’attention sur le dernier article de S. Dimitrov10, qui les considère comme s’étant formés à partir d’un groupe de provenance turke, pour l’époque dont je parle (ce seraient des « Bulgares noirs », provenant de la « Bulgarie noire » entre le Prut et le Dniestr ou à l’est de ce dernier).

15Comme nous le constatons, les exemples recueillis sont significatifs au regard des problèmes démographiques au cours de cette même époque. J’ajouterai une information de Michel Attaliate relative aux années soixante-dix du xie siècle, période d’anarchie qui a suivi dans le Paristrion l’installation de Barbares, avec le consentement plus ou moins appuyé du gouvernement provincial de l’empire. En effet, il y a eu une tentative, assez malheureuse, d’envoyer dans le Paristrion un certain Nestor qui, d’après Attaliate, avait « des liens de parenté tribale » avec les habitants des lieux – il était donc vraisemblablement un Bulgare des régions occidentales que les sources de l’époque continuent d’appeler l’Illyricum. Mais lui aussi s’est révélé inconstant, passant du côté des « Scythes » au cours des luttes incessantes qui opposaient la population locale au gouvernement byzantin. On trouve un Tatus (un Petchénègue sans doute) auquel les habitants de ces lieux avaient confié le gouvernement de la forteresse de Dristra sur le Danube ; et il y a également un certain Seslav – un Bulgare auquel on avait cédé une autre forteresse non localisée, Glavinilza. Voilà autant d’événements qui caractérisent cette période et qui ne prennent fin qu’à l’avènement d’Alexis Comnène, lorsque nos sources nous font enfin connaître le nom d’un gouverneur byzantin : Léon Nikéritès.

  • 11 A. Turilov. « Kicevskij sbornik s’Bolgarskoj apokrificeskoj letopisju’» . Paleobulgarica. XIX, 4 ( (...)

16L’explication d’Attaliate au sujet de cette population du Paristrion est également intéressante : il nous apprend que dans les villes danubiennes il y avait des Mixobarbares et que l’on y parlait « toutes les langues ». Ces « Mixo barbares », toujours d’après cet auteur, habitaient des πολεις et des χωρια, mais aussi des επαυλεις (terme qui désignerait peut-être des habitats d’éleveurs). Remarquons qu’Anne Comnène parle à son tour d’une tribu ’scythe’ qui aurait appris à cultiver le blé et le millet. Le mélange est facilement explicable : dans la Bulgarie du Nord et en partie dans la Dobroudja, l’élément hellénique a été inexistant – il s’agit de l’élément turk qui a continué d’exister au sein de la nation bulgare, bien que les divers éléments ethniques apparus au cours des siècles précédents aient fusionné en grande partie. À cela je voudrais ajouter que des recherches récentes en Bulgarie confirment le fait que l’élément proto-bulgare s’est maintenu relativement longtemps dans ces lieux, berceau de la Bulgarie d’Asparouch. J’attire également l’attention sur le fait qu’un document bulgare de la fin du xie ou du début du xiie siècle, intitulé « Chronique ou Récit anonyme bulgare » parle des Coumans installés dans ces régions. Et dans l’un des manuscrits, nouvellement publié, il est dit clairement : « Les Coumans qui se sont appelés Bulgares »11.

17Déjà, Psellos mentionnait des « Scythes appelés auparavant nomades et puis surnommés Bulgares ». Il y aurait donc un sentiment de parenté ethnique au sein de ces groupes d’origine turke comme résultat de ces migrations réitérées.

  • 12 K. N. Ciggaar, Byzance et l’Angleterre : Etude sur trois sources mal connues de la topographie et (...)

18Concernant les régions du Bas-Danube, qui ont été de tout temps un secteur où s’établissaient des éléments étrangers, je voudrais encore signaler l’installation d’une colonie d’Anglo-Saxons à l’époque d’Alexis Comnène. Ces Anglo-Saxons auraient même donné le nom de « Nouvelle Angleterre » à ce coin de terre fertile au bord de la mer Noire, où ils seraient arrivés avec leurs vaisseaux12.

  • 13 Voir par ex. K. Gagova, « The Third Crusade in Thrace. Toponyms », Études historiques, 13 (1985), (...)

19En revanche, il semblerait que l’élément slave a été le plus compact dans les régions du sud et en Macédoine. Ceci est vrai aussi pour la période suivant l’insurrection des Assénides, celle que l’on appelle communément Deuxième empire bulgare. Les migrations de cette époque sont surtout provoquées par les Tatars ; des passages de ces derniers sont remarqués au cours des années quarante du xiiie siècle, notamment après 1242-1243, lorsque le gouvernement de Tirnovo subit de grands dommages, qui ont ébranlé la stabilité de l’État. Il en a été de même, à un degré supérieur, dans les dernières décennies de ce même siècle. Dans un premier temps lorsqu’il y a ingérence dans les affaires de l’État bulgare du fait du fameux kuru-altai Nogaj. Plus tard, lors des années vingt et trente du xive siècle, lorsque les campagnes des Tatars poussent jusqu’en Thrace orientale et en direction de Constantinople13, Mais ce sont, à nouveau, des événements sporadiques. On estime, en principe, que les traces d’une véritable migration tatare sont postérieures à l’époque ottomane ; nous les laissons de côté.

20L’on serait enclin à se demander si, après l’époque des grandes migrations slaves précédant l’arrivée d’Asparouch, les populations turkes ont envahi la Bulgarie du Nord et la Dobroudja, et si ces deux dernières ont été les seules concernées. Avant d’aller plus avant dans mes remarques à ce sujet, je précise que le problème des migrations prend un autre aspect dans les Balkans (et par là même en Bulgarie), lorsque nous en arrivons : premièrement à la période des premières Croisades, ensuite à celle qui a suivi le démembrement de Byzance et qui a entraîné le morcellement successif des États balkaniques après 1261.

  • 14 G. Atanassov, P. Pavlov, « Sur l’itinéraire de l’armée tatare à travers la Bulgarie du Nord (Mésie (...)

21Pour la période des croisades, du moins les trois premières, il ne faudrait pas oublier que la situation géographique des territoires bulgares a également eu son importance. Dans les nombreux récits d’auteurs byzantins ou occidentaux, il est souvent question de razzias, de conflits locaux, provoqués par le mécontentement de la population des villes et des campagnes. Mais il n’y a que fort peu de traces – ceci dans la toponymie – de leur présence14, ce qui signifie que l’on ne peut parler d’installations durables.

  • 15 A. Ducellier, « Les Albanais dans l’empire byzantin : de la communauté à l’expansion », Oι Αλβανοί (...)
  • 16 S. Cirkovic. « Les Albanais à la lumière des sources historiques des Slaves du Sud », dans Les Ill (...)
  • 17 Chr. Matanov, Knjazestvoto na Dragasi. Kum istorijata na Severoiztocna Makedonija v predosmanskata (...)
  • 18 J. Spisarevska, Ciprovskoto vustanie I evropejskijat svjat, Sofia, 1988, p. 34-35.

22On mentionne souvent, au cours de la deuxième moitié du xiiie siècle, le mouvement d’Albanais vers l’Épire15 – un exode provoqué en grande partie par les nombreuses campagnes et les luttes des despotes de ces lieux. Mais on remarque parallèlement dans les provinces occidentales de la péninsule un va-et-vient d’une population plus que brassée. Pour ne citer que quelques exemples : dans une charte du monastère Saint-Georges près de Skopje, datée des alentours de 1300, on relève une liste de pèlerins se rendant à la foire du monastère. La liste est hétéroclite : y figurent des Grecs, des Bulgares, des Serbes, des Latins, des Arbanais ( = des Albanais) et des Valaques16. Les plus mobiles sont ces derniers, qui se déplacent d’un lieu à un autre, pratiquant la transhumance. Les documents de ce genre sont loin d’être rares. Penchons-nous, par exemple, sur quelques documents sigillés se rapportant au monastère de Lesnovo ou à celui de la Vierge Archilevitza en Macédoine. Nous y trouvons l’énumération de villages abandonnés, la disparition de certaines agglomérations ainsi que leur réorganisation postérieure dans la région de Radovis, de Konce, toujours dans les parties occidentales de la Bulgarie d’alors17. Mais dans tous ces cas de figure l’on ne saurait plus parler de véritables migrations, il s’agit de simples déplacements, parfois saisonniers. À côté de cette énumération de migrations pour ainsi dire régionales, il importe également de signaler, toujours dans les régions de l’ouest, la présence de Saxons aux xiiie et xive siècles dans les mines de plomb et d’argent de Ciprovec – une tradition qui devait perdurer à l’époque ottomane18.

  • 19 Sur les colonies génoises en Bulgarie voir M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xvesiècle)(...)

23Il en a été de même au cours de ces siècles charnières, lorsque la présence des marchands italiens et surtout génois dans les villes côtières du Pont devient une réalité19. Il est clair qu’il ne s’agit pas de migrations massives, mais d’une évolution du mode de vie. Ces présences étrangères, qui concernent davantage la vie économique, sont repérables jusqu’à l’époque de l’invasion ottomane ; lorsque commence le grand exode, non à l’intérieur, mais bien en dehors des frontières balkaniques.

  • 20 Voir la littérature sur l’École littéraire de Tirnovo dans Tirnovska knizovna skola, vol. 1, Sofia (...)

24L’époque de la diaspora hellénique a commencé au xive siècle – une diaspora de grandes familles, constituée notamment par les représentants de la culture byzantine. Parallèlement à celle-ci, très connue, il faut citer une diaspora de l’intelligentsia bulgare, non pas vers les pays d’Occident et l’Italie, mais vers le nord du Danube (il se produit donc une sorte d’inversion de ce qui a eu lieu au début du Moyen Âge). Les derniers représentants de l’École littéraire de Tirnovo prennent le chemin de la Valachie et de la Moldavie. Dans les monastères de Dragomirna et de Neamt, entre autres, commencent à œuvrer leurs disciples. Eulhyme de Tirnovo, exilé à Backovo après la prise de Tirnovo en 1393, n’a jamais traversé le Danube. Mais Grégoire Tzamblak et, après lui Cyprien, sont loin d’être les seuls à former un cercle de continuateurs qui imitaient leur héritage littéraire, développaient leur œuvre et propageaient juqu’en Russie moscovite les acquisitions des lettrés de Tirnovo20.

25Le cercle se referme : le sort de la Bulgarie médiévale est pareil à celui des autres pays balkaniques au cours de cette époque comprise entre la fin du xive et le xve siècle, une fois que les territoires bulgares se trouvaient au croisement des routes de la péninsule ; les événements qui ont marqué le début de la période ottomane sont en grande partie des événements sanglants. La Bulgarie disparaît avant les autres en tant qu’État indépendant.

26Je voudrais terminer mon exposé par une phrase tirée du programme du Colloque actuel : « ...les peuples balkaniques souffrent d’une longue histoire de déplacements humains, spontanés ou contraints ». Or, cette dernière diaspora de l’intelligentsia médiévale bulgare a été une diaspora mue par la contrainte

Notes

1 D. Ovcarov, Bulgarski srednovekovni risunki-graftti, Sofia, 1982, p. 44-52.

2 V. Tapkova-Zaïmova, « Les mouvements de migration dans les Balkans jusqu’à l’époque ottomane », Études Balkaniques, 3-4 (1997), p. 169-175.

3 V. Tapkova-Zaïmova, « Genèse des peuples balkaniques et formation de leurs États. L’expérience bulgare », repris dans Byzance et les Balkans à partir du vie siècle. Londres, 1979, XX, p. 1-10.

4 Constantine Porphyrogenitus, De administrando impertio, éd. Gy. Moravcsik, Budapest. 1949, p. 68. L’image archéologique de ces relations est présentée en détail par D. Dimitrov. Prabulgarite po sevemoto i zapadnoto Cemomorie, Varna, 1987.

5 V Tapkova-Zaïmova. Dolni Dunav-granicna zona na vizantijskija Zapad. Sofia, 1975. p. 17-33.

6 V. Tapkova-Zaïmova, Nasestvija i etnicceski promeni na Balkanite prez VI-VII v., Sofia, 1966, p. 57-60.

7 Tapkova-Zaïmova, Dolni Dunav, op. cit., p. 18.

8 Sur le transfert d’Arméniens et de Syriens voir V. Besevliev, « Edna nezabeljazana klauza na bulgaro-vizantijski miren dogovor », Annuaire de l’Université de Sofia « St. Kliment Ohridski », Centre de recherches Slavo-byzantines, t. 82/2 (1988), Sofia, 1991, p. 710 ; sur les Slaves de Bythinie voir N. Oikomomides, « A Giant Sale of Slaves in 694/695 (Appendix 2). – Silk Trade and Production in Byzantium from the Sixth to the Ninth Century : the Seals of Kommerkiarioi », Dumbarton Oaks Papers, 40 (1986), p. 51-53 ; G. Litavrin, « K voprosu o Vifinskih Slavjanah », Paleobulgarica, XVIII, 40, 4 (1994), p. 40-47.

9 V. Tapkova-Zaïmova, « Quelques particularités dans l’organisation militaire des régions du Bas-Danube et la politique byzantine aux xie-xiie siècles », dans Byzance et les Balkans, op. cit., XVI, p. 667-674.

10 S. Dimitrov, « Oste edno mnenije za imeto Gagauzi », dans Bulgarite v severnoto Pricernomorije, t. 5, Veliko Tirnovo, 1996, p. 199-220.

11 A. Turilov. « Kicevskij sbornik s’Bolgarskoj apokrificeskoj letopisju’» . Paleobulgarica. XIX, 4 (1995). p. 2-39. Sur les événements autour des années 70, cf. V. Tapkova-Zaïmova. « Quelques particularités... », op. cit., p. 672-674 : sur Léon Nikerités voir V. Skoulatos, Les personnages byzantins de l’Alexiade (analyse prosopographique et synthèse), 6, Louvain, 1980, p. 179-180 (116).

12 K. N. Ciggaar, Byzance et l’Angleterre : Etude sur trois sources mal connues de la topographie et de l’histoire de Constantinople aux xie et xiie siècles, Université de Leiden, 1976, p. 60-62. bibl. M. Ciggaar hésite cependant sur l’emplacement de cette colonie ; (cf. aussi p. 15. n° 254). J’ai moi-même admis que la « Nouvelle Angleterre » se trouvait vraisemblablement sur le delta du Danube ; Tapkova-Zaïmova, Dolni Dunav..., op. cit., p. 132-133.

13 Voir par ex. K. Gagova, « The Third Crusade in Thrace. Toponyms », Études historiques, 13 (1985), p. 98-112.

14 G. Atanassov, P. Pavlov, « Sur l’itinéraire de l’armée tatare à travers la Bulgarie du Nord (Mésie et Dobroudja) en 1242 (selon les données des sources numismatiques, archéologiques et narratives) », Dobroudja, 12 (1955), p. 233-241 ; P. Pavlov. « Za roljata na pravoslavnata curkva ν otnosenijata na Vizantija I Bulgaria sus ‘Zlatnata orda’(XIII-XV v.) », dans Obstoto i specificnoto ν balkanskite kulturi do kraja na XIX vek/ Sbornik ν cest na 70 – qodisninata na prof. Vasilka Tapkova-Zaimova, Sofia, 1999, p. 17-186. 57-60.

15 A. Ducellier, « Les Albanais dans l’empire byzantin : de la communauté à l’expansion », Oι Αλβανοί στο Μεσαίωνα, Athènes, 1998, p. 45, bibl.

16 S. Cirkovic. « Les Albanais à la lumière des sources historiques des Slaves du Sud », dans Les Illyriens et les Albanais (Colloques scientifiques de l’Académie Serbe des Sciences et Arts, vol. XXXIX, Classe des sciences historiques, vol. 10), Beograd, 1988, p. 352.

17 Chr. Matanov, Knjazestvoto na Dragasi. Kum istorijata na Severoiztocna Makedonija v predosmanskata epoha, Sofia, 1999, p. 215, 220.

18 J. Spisarevska, Ciprovskoto vustanie I evropejskijat svjat, Sofia, 1988, p. 34-35.

19 Sur les colonies génoises en Bulgarie voir M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), I-II, Gênes, 1978, bibl. ; V. Giuzelev, Occerci vurhu istorijata na bulgarskija severoiztok i cernomorieto (kraja na XII- nacaloto na XV vek), Sofia, 1995, p. 1-100 (bibl.).

20 Voir la littérature sur l’École littéraire de Tirnovo dans Tirnovska knizovna skola, vol. 1, Sofia, 1974 ; vol. 2, Sofia, 1980 ; vol. 3, Sofia, 1984 ; vol. 4, Sofia, 1985 ; vol. 5, Veliko Tirnovo, 1994 ; vol. 6, Veliko Tirnovo, 1999.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540