Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Les espaces Balkaniques et Anatoliens

L’implantation des Latins en Asie mineure avant la première croisade

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 Sur les voyages entre l’Occident et Byzance, voir en dernier lieu, e. Kislinger, « Reisen und Verk (...)

1Les contacts entre le monde latin et Byzance n’ont jamais été rompus, même aux viiie-xe siècles, mais ils se sont distendus, en dépit de l’implantation byzantine en Italie, de plus en plus réduite, il est vrai. À partir de la fin du xe siècle, l’attraction de Constantinople se fait sentir plus fortement sur les Latins. La ville était accessible par la voie maritime, rendue largement plus sûre depuis la chute de la Crète musulmane, mais aussi, désormais, par la route terrestre, de nouveau praticable à la suite de la stabilisation des Hongrois, qui constituent un royaume soucieux de s’intégrer dans le concert des nations1. À cette époque, l’économie de l’Empire byzantin est en expansion, et même s’il se fait lentement cet essor suscite l’intérêt des marchands. La mode du pèlerinage vers Jérusalem se développe en Occident et l’arrêt à Constantinople, capitale mondiale de la relique, s’impose. Enfin l’armée byzantine, qui emploie depuis les grandes campagnes du xe siècle de plus en plus de soldats professionnels, cherche à recruter, y compris hors de l’Empire. Dès avant la Première Croisade, de nombreux Latins fréquentaient les routes de l’Asie Mineure, des marchands, encore peu nombreux, des pèlerins et des soldats, dont une partie avait durablement résidé dans les thèmes orientaux.

Les marchands

  • 2 La première hypothèse est plus vraisemblable, même si le contrôle de la Cilicie ou d’Antioche étai (...)
  • 3 Il semblerait que la présence de pirates empêchait les marchands d’emprunter les routes directes p (...)
  • 4 ‘H Συνέχεια τῆς χρονογραφίας тῦ ’Ιωάννου Σκυλίτζη, éd. E. Th. Tsolakes, Thessalonique, 1968, p. 16 (...)
  • 5 M. Balard, « Amalfi et Byzance (xe-xiiie siècles) », Travaux et mémoires, 6 (1976), p. 88 et n. 18

2Le commerce international n’était pas encore très développé avant la Première Croisade, mais les Italiens, au premier rang desquels se trouvaient les Vénitiens, étaient déjà présents dans tout l’Empire, à l’exception de la mer Noire. La documentation conservée n’est pas très riche pour le xie siècle. Toutefois le traité accordé aux Vénitiens par Alexis Comnène en 1082 offre des éléments sur l’implantation des marchands vénitiens, car il comprend une liste de ports ou de villes proches de la côte depuis Laodicée de Syrie jusqu’à Constantinople : sur la côte méditerranéenne, Antioche, Mopsueste, Tarse, Adana, Attaleia, sur la côte égéenne, Strovilos, Éphèse, Chios et Phocée. Il importe peu de savoir si l’Empire contrôlait effectivement ces villes en 1082 ou non2, puisque si elles sont citées dans le chrysobulle, c’est que les Vénitiens y attachaient du prix pour les avoir fréquentées. Il ne s’agit pas d’une liste établie au hasard, puisqu’elle correspond aux ports où un navire devait s’arrêter s’il effectuait le voyage depuis Antioche jusqu’à Constantinople3. Nous avons des preuves que les Vénitiens fréquentaient effectivement la métropole syrienne, car ce furent des marins vénitiens qui permirent à Constantin Bodin de revenir en Serbie. Bodin s’était rebellé contre Byzance et avait été pris. Lorsque vers 1172, Isaac Comnène fut nommé duc d’Antioche, il se fit accompagner du prince serbe. Le père de Bodin, Michaèlas, l’archonte des Croates, chargea à prix d’or des Vénitiens « dont le métier était de parcourir les mers » de lui ramener son fils4. Les Amalfitains fréquentaient également Antioche, car ils y établirent un hospice comme ils l’avaient fait à Jérusalem5.

  • 6 J.-Cl. Cheynet, « Épiskeptitai et autres gestionnaires des biens publics (d’après les sceaux de l’ (...)
  • 7 P. Magdalino, « The grain supply of Constantinople, ninth-twelfh Centuries », dans Constantinople (...)
  • 8 La plus ancienne carte connue à ce jour, datant de la seconde moitié du XIIe siècle, a été publiée (...)

3Les raisons de ces choix sont multiples. Antioche et Laodicée constituaient l’aboutissement des routes caravanières d’Asie. L’activité de plusieurs autres ports est à mettre en rapport avec le commerce interne de l’Empire. Chios abritait peut-être un grenier public ; Phocée, qui, à cette date, ne fournissait pas encore d’alun, était sans doute un port de commerce du blé, comme Éphèse et Strovilos, situées à proximité de plaines parmi les plus fertiles de l’Empire. Les grandes institutions publiques (le fisc et les euageis oikoi) qui avaient leur centre de décision et leurs bureaux à Constantinople, étaient établies en Cilicie et dans les Thracésiens, provinces qui comprenaient de nombreuses curatories et épiskepseis6, et rapatriaient sans doute une bonne part de la production vers la capitale où se trouvait la majorité des bénéficiaires. Il n’est pas exclu qu’elles aient aussi vendu du blé à l’exportation aux Italiens, comme à d’autres peuples, par exemple les Égyptiens, un temps menacés par une famine. P. Magdalino a déjà suggéré, notamment à propos du phoundax de Rhaidestos, que les marchands italiens jouaient un rôle important dans le ravitaillement de Constantinople7. Même si l’on n’a pas de carte antérieure au xiie siècle8, il est certain que les marins italiens étaient familiers des côtes de l’Asie Mineure avant la croisade. Le récit de l’enlèvement des reliques de saint Nicolas de Myre suggère que les Vénitiens connaissaient bien la topographie et étaient instruits des mouvements des Turcs, ce qui suppose une information constamment renouvelée.

Les pèlerins

4Au xie siècle, les pèlerins empruntaient de plus en plus fréquemment la route de Jérusalem par Constantinople. Arrivés dans la capitale, la plupart suivaient, à l’aller comme au retour, la route terrestre directe qui traversait l’Anatolie. Ces pèlerins, à la différence des croisés, jugés trop dangereux en raison de leur nombre, avaient à coup sûr le droit de pénétrer à l’intérieur des villes. Ils bénéficiaient probablement des services sociaux destinés aux voyageurs et aux pauvres. C’est ainsi que Robert de Normandie fut enterré dans l’église de la Vierge à Nicée et qu’à Antioche, une place était réservée aux pèlerins pauvres dans un cimetière de la ville.

  • 9 Sur le pèlerinage allemand, E. Joranson, « The Great German Pilgrimage », dans The Crusades and ot (...)
  • 10 V. Laurent, « Un sceau inédit du patriarche de Jérusalem Sophrone II trouvé à Winchester », Numism (...)

5Nous ne détenons aucune statistique pour apprécier combien de voyageurs occidentaux sont passés par Byzance, mais il est certain que les pèlerinages ont parfois été massifs, tel, en 1064-1065, celui des Allemands, accompagnés de plusieurs évêques : il compta, sinon les sept mille participants que les sources lui attribuent, du moins plusieurs centaines. Une relation de ce voyage est conservée, rédigée par le secrétaire du duc Guillaume de Normandie9. La découverte à Winchester d’un sceau du patriarche de Jérusalem, Sophrone II, est peut-être à mettre en relation avec ce pèlerinage10.

  • 11 Ciggaar, Western Travellers, op. cit., p. 33 et n. 28.

6Le trafic a été assez intense pour justifier la publication de petits vade-mecum à l’usage du visiteur arrivant dans un pays étranger. On trouve dans ces textes des questions très pratiques : « Où est la route ? Donne-moi du pain... »11.Le fait même que soient parvenus jusqu’à nous des manuscrits de ces lexiques bilingues, qui ne sont pas des textes ayant une valeur documentaire ou littéraire, suggère qu’ils aient été assez répandus car les amateurs devaient être nombreux.

7Les empereurs grecs appréciaient ce flux de pèlerins, qui stimulait l’économie de la capitale et sans doute aussi celle des principales villes traversées, car le nombre d’Occidentaux était assez important pour faire sentir l’impact de leur consommation touristique. De plus, les basileis pouvaient espérer retenir des chevaliers en quête d’aventures et de bonne fortune. C’est dire que, parfois, le pèlerin devenait un mercenaire.

Les militaires

  • 12 J. Shepard, « The Uses of the Franks in Eleventh-Century Byzantium », Anglo-Norman Studies, 15 (19 (...)
  • 13 J.-C. Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la Première Croisade », Byza (...)

8Tout le monde sait le rôle que les Francs ont tenu dans l’armée byzantine. J. Shepard a donné, il y a peu, une synthèse sur ce point12, et j’ai moi-même essayé de préciser la chronologie de l’arrivée des Anglais à Byzance13. Quelques Francs ont servi dans les hétairies autour de 900 ; leur nombre augmente au cours du xe siècle, lorsque l’armée byzantine exige des soldats qui puissent mener de longues campagnes se déroulant loin de la base familiale des troupes engagées, car les auteurs arabes notent leur présence parmi les contingents variés que Byzance leur oppose.

1. De nombreux soldats et chefs agissant en Anatolie

  • 14 Ibid p. 114-115.

9Le nombre de Francs augmente sensiblement à partir du règne de Constantin Monomaque, qui réemploie une partie des troupes levées par Georges Maniakès, général rebelle qui trouve la mort en 1043. En effet Constantin Monomaque s’est donné les moyens de cette politique en commuant une partie des obligations de service de certaines populations, comme les Arméniens, en impôt. De plus, la composition du corps des Varanges change, les Russes laissant progressivement la place aux Latins, et plus particulièrement aux Anglo-Saxons, dont l’arrivée me paraît antérieure à la victoire de Guillaume le Conquérant14. S’il est difficile de donner le compte exact des effectifs francs, on peut affirmer que dans la seconde moitié du xie siècle, plusieurs milliers de Francs servent en même temps dans l’Empire.

  • 15 Shepard, Franks, op. cit., p. 276.
  • 16 Vente Lanz de juin 1993, n° 1016, signalé dans Studies in Byzantine Sigillography 6 (1999), p. 141
  • 17 W. Seibt-M.L. Zarnitz, Das byzantinische Bleisiegel als Kunstwerke. Katalog zur Aus-tellung, Vienn (...)
  • 18 N. P. Lichacev, Molivdovuly Greceskogo Vostoka, éd. V. S. Sandroskaja, Moscou, 1991, pl. LXI, n° 1 (...)
  • 19 G. Schlumberger, « Sceaux byzantins inédits (cinquième série) », Revue numismatique, t. IV, sér. 9 (...)
  • 20 St. Bilik. « Unpublished Byzantine Lead Seals with Family Names » (en bulgare), Numis-matika, 5/2 (...)
  • 21 Sceau inédit, D0 58.106.4906.
  • 22 Sceau inédit. D0 55.1.3023.

10La carrière des chefs du contingent franc, Hervé, Crispin et Roussel de Bailleul, est bien connue, mais, comme le souligne J. Shepard, beaucoup d’autres chefs francs ont servi l’Empire sans avoir été longuement mêlés à des révoltes et n’ont donc pas eu les honneurs des chroniques15 En fait, les sources narratives fournissent quelques noms, ceux du patrice Randolphe, qui défendit courageusement la cause désespérée de l’empereur Michel VI, du tagmatophylax Raimbault, de Longibardopoulos, Gilpract, Guzman, un Espagnol, et enfin, après 1081, de Constantin Humbertopoulos. La sigillographie permet de compléter ce tableau. Un plomb, proposé dans une vente aux enchères16, nous fait connaître Zacharie le Franc, vestarque et stratège de Séleucie. Compte tenu de la dignité portée par cet officier, on peut estimer qu’il a exercé sa charge entre 1060 et 1080. Par un autre sceau récemment publié nous apprenons qu’un certain Guillaume, anthrôpos du basileus et magistre, fut stratège de Séleucie d’Isaurie (vers 1068-1085)17. Plusieurs autres plombs au nom de Guillaume nous sont également parvenus, ceux de Guillaume, hypatos, et de Guillaume le Normand18. Guillaume étant un nom très répandu chez les Normands, ces plombs ont peu de chances d’avoir appartenu au même personnage. G. Schlumberger avait publié au début du siècle la bulle de Gautier (Valtéris) Pétrônas, patrice, anthypatos et stratège19, dont le droit est orné d’un magnifique saint Michel en pied et qui date du milieu du xie siècle. Il faut y ajouter le sceau, trouvé en Bulgarie, de Théodore Frangopoulos, proèdre, qui n’appartient pas à la grande famille homonyme connue au xiie siècle20, ceux de Raoul le Franc, magistre21, et de Bohémond le Franc, magistre, qu’il faut distinguer du fils de Robert Guiscard22. Les derniers nommés furent probablement enrôlés par Alexis Comnène et il n’est pas assuré qu’ils aient servi en Asie. Ce qui est certain, c’est que le nombre d’officiers latins était important.

  • 23 K. Ciggaar. « Byzantine Marginalia to the Norman Conquest », Anglo-Norman Studies, 9 (1986), p. 48 (...)
  • 24 K. Ciggaar « Byzantine Marginalia », op. cit., p. 55-56) ajoute l’exemple de Deda, un chevalier de (...)
  • 25 Pour les techniques militaires, B. Bachrach, « Some observations on the military administration of (...)
  • 26 Ce texte est cité dans Ciggaar, « Byzantine Marginalia », op. cit., p. 45. Sur les appels à l’aide (...)

11Le cas des Stigand, connu par la Chronique de Sainte-Barbe-en-Auge, a été récemment mis en valeur23. Je ne reprends que les points importants : les Stigand appartenaient à la noblesse normande du xie siècle. Le père, Odon Ier, est allé en pèlerinage et il a apprécié la richesse de l’Empire. Il envoie son fils aîné et héritier, Odon II, à Constantinople, alors que ce dernier a une vingtaine d’années. Le jeune Odon reste trois ans dans l’Empire, où il obtient la dignité de protospathaire en exerçant la fonction de tagmatophylax. Il rentre au pays après décembre 1059, car il a assisté au couronnement de Constantin X. Il est suivi à Constantinople par son frère Robert, qui y séjourne un temps indéterminé, mais revient à son tour en Normandie, rapportant probablement, en raison de ses bons et loyaux services, des reliques de sainte Barbe, sans compter de l’or et des pierres précieuses. Cet exemple est remarquable. Il corrobore la critique de Kékauménos, dans ses Conseils et récits, à propos de ce que l’auteur considère comme une forme de laxisme impérial, le fait d’accorder à des étrangers des dignités trop élevées, en rappelant que Harald, le futur roi de Norvège, s’était contenté, après tous ses exploits, de la dignité de spatharocandidat. Ce récit nous montre également qu’il était normal de servir quelques années à Byzance, puis de rentrer chez soi, de faire un rapport élogieux et de susciter de nouvelles vocations et, enfin, que tout Normand n’était pas au préalable passé par l’Italie du Sud ou la Sicile24. Ce sont ces chevaliers qui, de retour dans leur pays, ont exposé les techniques militaires de Byzance ainsi que la pensée politique qui fondait l’Empire. Rien d’étonnant qu’on ait relevé, dans l’expédition de Guillaume le Conquérant, des traits qui rappellent les grandes opérations amphibies de la marine byzantine et, dans la cérémonie de son couronnement et ses émissions monétaires, des éléments inspirés de Byzance25. Les Normands rentrés chez eux étaient officiellement chargés par les empereurs de faire du recrutement, comme en témoigne Lambert de Hersfeld, dans ses Annales, vers 1050-1060 ; Robert le Frison était incité à se rendre en Orient et à y servir par des Normands qui, souvent, lui présentaient les avantages liés à ce service26.

2. L’implantation territoriale des Francs

12À cette date, l’Empire combat deux adversaires principaux, les Petchénègues et les Turcs, et emploie contre eux des mercenaires, au premier rang desquels les Francs. La liste des garnisons où servent les Francs n’est pas complètement connue. D’une manière générale, ils étaient établis en Orient. Sans doute en 1049, les Latins ont-ils été opposés en Europe aux Petchénègues, mais c’est parce qu’ils appartenaient aux régiments d’Orient transférés en Europe pour la circonstance. On sait que les Francs étaient nombreux dans le duché d’Édesse, qu’ils comptaient parmi les défenseurs de Mantzikert face à Toghrul Beg. On doit sans doute ajouter l’Isaurie à la liste. En effet, il est rare qu’un chef franc ne soit pas accompagné de son hétairie et on peut donc admettre que Guillaume et Zacharie, stratèges de Séleucie, y aient commandé une garnison latine. La géographie des détachements militaires francs se dessine assez clairement. Enfin, lorsque les Byzantins, au cours du xie siècle, mettent en place sur la frontière orientale une ligne de défense qu’ils espéraient étanche, c’est aux Francs qu’ils confient la défense centrale - correspondant à la région de Sébastée et de Colonée (deux tagmata y étaient stationnés en 1057) et au thème des Arméniaques ; ces Francs étaient peut-être soutenus par des contingents arméniens issus des populations récemment transférées. Quant au flanc sud, le plus fortement défendu, les Byzantins y avaient aussi constitué de fortes troupes associant l’infanterie, principalement arménienne, à la cavalerie franque.

  • 27 P. Magdalino, « The Byzantine Army and the Land: from stratiotikon ktema to military pronoia », By (...)
  • 28 Le cas des Varanges anglais au service d’Alexis Comnène, évoqué par P. Magdalino, est un peu diffé (...)

13Il semblerait toutefois que les Francs aient été systématiquement cantonnés en Asie Mineure. Il faut sans doute distinguer entre les chefs et les simples soldats. Pour ce qui est des chefs, Hervé, Crispin, Roussel de Bailleul, nous savons qu’ils se sont tous trois établis dans le thème des Arméniaques. Ils y possédaient des propriétés, sans doute à titre conditionnel, mais sur ce point leur situation ne différait pas de celle des autres hauts fonctionnaires byzantins qui recevaient, en fonction de l’importance de leur rôle et de la faveur des basileis, des propriétés foncières prises sur les biens publics, épiskepseis et curatories. P. Magdalino a avancé l’hypothèse que les chefs normands auraient ainsi bénéficié de terres confisquées aux dépens de quelques grandes familles aristocratiques, les Lécapène et surtout les Dalassène27. Il compare leur enracinement à celui des Arméniens établis quelques années plus tôt en Cappadoce ou à celui des Ouzes et des Petchénègues en Occident, ce qui est tout à fait pertinent en ce qui concerne l’origine des terres concédées. Mais les soldats latins ne sont sans doute pas venus, en règle générale, avec leur famille, ce qui les différencie sur ce point des autres ethnikoi évoqués précédemment. Nombre d’entre eux, en outre, n’avaient pas l’intention de s’installer définitivement. Ces simples soldats n’ont pas nécessairement reçu des terres destinées à leur offrir les revenus indispensables pour nourrir leurs chevaux et sans doute entretenir des écuyers28. Ils jouissaient de sitèrèsia, indemnités, qui leur étaient versées mensuellement. En revanche, les chefs ont obtenu, comme les autres officiers byzantins, des propriétés foncières, sans doute à titre viager, qu’ils ont eu à gérer. On s’est demandé si ce n’est pas en prenant connaissance des mécanismes fiscaux à Byzance, notamment les techniques de recensement, que des Normands, de retour chez eux, auraient inspiré la préparation du Domesday Book, document fiscal qui n’a pas de précédent immédiat en Europe occidentale.

  • 29 Attaleiatès, Bonn, 1853, p. 189.

14Les chefs latins les plus engagés au service de Byzance ont probablement été accompagnés par leur famille, nous en avons la certitude dans le cas de Roussel de Bailleul29 ; ce qui a eu pour conséquence un moindre enracinement dans l’aristocratie byzantine, à la différence des Bulgares par exemple qui, eux aussi, ont parfois servi en Orient. Pour la période antérieure à 1081, on ne peut citer que les Humbertopouloi qui ont fait leur entrée dans l’aristocratie byzantine. À partir du règne d’Alexis Comnène, cette situation change et les nouvelles recrues de haut rang prennent femme à Byzance, donnant naissance à des lignées fameuses, les Pétraliphas, les Raoul...

  • 30 Anne Comnène, Alexiade, I, p. 16.

15Toutefois, on a souvent souligné que les Normands étaient appréciés de la population, du moins dans le thème des Arméniaques. Il faut noter que ces bonnes relations s’étendaient aussi à la haute aristocratie locale : Théodore Dokeianos – dont le nom signifie que la famille était originaire de Dokeia, dans le thème des Arméniaques –, neveu de l’empereur Isaac Comnène, rencontre Alexis Comnène à Kastamôn, autre ville des Arméniaques, Alexis qui ramenait Roussel de Bailleul capturé après sa rébellion. Théodore, croyant d’abord qu’Alexis avait fait aveugler Roussel, laisse éclater sa colère de voir le jeune stratège traiter ainsi un tel « héros » et il se réjouit ensuite que l’aveuglement de Roussel n’ait été qu’un subterfuge30. Il est remarquable que la pénétration turque se produise dans la région de Sébaste et dans les Arméniaques au moment où Byzance, sous Michel VII, retire une partie de ses mercenaires normands.

  • 31 J. Howard-Johnston, « Crown Lands and the Defence of Imperial Authority in the Tenth and Eleventh (...)

16La politique impériale du xie siècle apparaît remarquablement cohérente depuis Basile II. L’aristocratie micrasiatique avait menacé dangereusement le pouvoir à plusieurs reprises. En conséquence, Basile II, son frère Constantin VIII, Michel IV et Constantin Monomaque procédèrent à d’importantes confiscations. On peut imaginer que certains biens ont été redistribués aux partisans respectifs de ces empereurs, mais il semblerait qu’une bonne partie a grossi les propriétés du fisc. Comme l’a bien noté J. Howard-Johnston, il est probable que l’implantation des Arméniens en Cappadoce, au sens large, ait eu pour objectif, entre autres, d’affaiblir cette aristocratie31. L’installation des Latins dans le thème des Arméniaques relève sans doute de la même politique. On en voit facilement les avantages. Sur le plan militaire, il s’agissait de renforcer les fantassins et les cavaliers arméniens moins lourdement équipés, en une association qu’on voit parfaitement fonctionner dans le comté d’Édesse ou parmi les troupes de Philarète Brachamios. Parallèlement, l’aristocratie traditionnelle n’est plus seule à exercer son influence dans cette partie de l’Empire, car avec l’exemple de Hervé ou de Roussel, on voit que ces chefs ont eu le temps de se forger des amitiés locales. Enfin, les empereurs évitaient que les Arméniens ne dominent seuls certains thèmes et les Francs offraient un utile contrepoids. De fait, on n’a pas vu d’Arméniens et de Francs se liguer contre l’autorité impériale. Peut-être, la tentation d’une certaine autonomie, que les princes arméniens jadis maîtres de territoires indépendants ont pu montrer, a-t-elle eu une certaine influence sur quelques chefs normands, comme Roussel de Bailleul. Sans doute, à long terme, les empereurs, qui ne pouvaient alors prévoir les conséquences de l’irruption des Turcs, espéraient-ils une fusion des élites, mais les quelques décennies de cohabitation ne suffirent pas à réaliser un tel projet.

  • 32 Une mise au point récente, qui fait le bilan de nos connaissances sur les mines byzantines d’Asie (...)
  • 33 I. Melikoff, La Geste de Melik Danismend. Étude critique du Danismendname, Paris, 1960, p. 422.

17L’implantation des Latins dans le thème des Arméniaques avait sans doute un second objectif que l’on n’a pas assez souligné : la protection des mines, notamment d’argent, qui représentait un enjeu économique de taille. On sait qu’à proximité d’Amasée et de Merzifon, dans l’actuel village au nom évocateur de Gümüshaciköy, au lieu-dit Bakircay, des mines d’argent et de cuivre (respectivement gümüs et bakir en turc) furent exploitées depuis l’Antiquité32. Il est toujours difficile de savoir si l’exploitation était vraiment active à l’époque médiévale, mais nous avons conservé un indice de l’importance de ces mines au moment où les Latins ont eu en charge la région. D’après la Geste de Melik Danishmend, récit épique dont il ne faut pas attendre des informations précises, mais qui conserve l’atmosphère de la conquête, les gouverneurs byzantins, nommés Nestor et Sattat, auraient fait murer les mines d’argent pour que les Turcs n’en bénéficient pas. Ce fut un échec, et le trésor de Danishmend reçut chaque jour du métal extrait des mines33.

  • 34 G. Dédéyan, « Les princes arméniens de l’Euphratèse et l’Empire byzantin (fin xie-milieu xiie sièc (...)

18On voit qu’aussi bien dans le thème des Arméniaques que dans celui d’Édesse, et sans doute ailleurs sur la frontière du sud-est, les Francs ont côtoyé les Arméniens, ceux installés en Cappadoce et ceux qui servaient dans les garnisons du thème d’Antioche. Il n’est fait aucune mention de heurts particuliers entre ces deux groupes, sinon lorsqu’ils étaient engagés dans les rivalités entre chefs arméniens en Orient. Les Latins au service de Philarète Brachamios étaient redoutés par Tornikios du Sassoun pour leur valeur militaire, et non pas détestés pour une raison ethnique. Matthieu d’Édesse, qui n’est pas tendre envers les Grecs, a plus de considération pour la valeur des Latins. Ces relations anciennes expliquent l’accueil favorable des Arméniens à l’égard des croisés, même si, par la suite, le comportement expansionniste des Francs a heurté les intérêts des princes arméniens34.

  • 35 Archives de l’Athos V, Actes de Lavra I, éd. P. Lemerle, N. Svoronos, A. Guillou, Denise Papachrys (...)
  • 36 Sur le transfert vers l’Occident de l’aristocratie de l’Asie Mineure lors de l’invasion turque, cf (...)
  • 37 Sur les relations entre Alexis et le comte de Flandre, cf. F.-L. Ganshof, « Robert le Frison et Al (...)
  • 38 Guillaume de Pouille. La geste de Robert Guiscard, Édition, traduction, commentaire et introductio (...)
  • 39 Ibid, p. 116-118.

19Après 1081, la situation change et les contingents latins sont désormais installés en Europe, où certains possèdent des biens fonciers : ainsi Otton et Pountésès disposent de terres en Macédoine données par Nicéphore III (1078-1081)35. Il est impossible de dire s’ils avaient réussi, comme certaines familles de l’aristocratie micrasiatique, à reconstituer une partie de leur fortune perdue en Orient36, ou s’ils étaient arrivés récemment, de même qu’on ne peut statuer sur la nature de leurs possessions, biens propres ou donations conditionnelles. Toutefois, dès qu’Alexis Comnène a voulu reprendre pied en Asie, il a placé des garnisons franques en Bithynie, plus précisément à Civetôt (des Anglais) et à Nicomédie (des Flamands), même si, à l’occasion, ces contingents ont été mobilisés en Europe lors de grandes campagnes, comme celle menée par Alexis contre les Petchénègues en 1091. Alexis compte d’abord sur ses Francs pour s’opposer aux Turcs en Bithynie. Tatikios commande un tagma latin face à Abul Qasim de Nicée. Nous ignorons si les chevaliers venus de Flandre ont été relevés, mais Alexis s’efforçait encore plus vigoureusement que ses prédécesseurs de retenir à son service les Occidentaux, pèlerins et soldats de passage à Constantinople37, ainsi que les chevaliers de l’armée de Guiscard, finalement dispersée en 108538. Notre information sur ces efforts d’Alexis est lacunaire, car la principale source grecque, l’Alexiade, ne tient pas à insister sur la part de l’empereur dans le déferlement de l’armée croisée. Toutefois quelques textes en Occident laissent entrevoir l’ampleur du recrutement avant 1096. Ainsi, un texte provenant du monastère de Cormery, près de Tours, nous apprend qu’un moine de cet établissement, Guillaume, vint à Constantinople vers 1090, fut introduit auprès d’Alexis par un ancien moine de la même abbaye, et devint le chapelain de la garnison franque de Nicomédie39. Il faut peut-être chercher, dans ces rapports anciens et amicaux entre cette abbaye et l’empereur Alexis, la raison de la confiance qui s’établit entre ce même Alexis et Etienne de Blois.

20Les Latins ont été présents en grand nombre, par milliers chaque année, en Asie Mineure avant la Première Croisade, notamment avant 1081, leur présence après cette date se limitant aux terres encore tenues par l’Empire, en Bithynie. Comme on l’a déjà remarqué, la plupart des militaires provenaient d’Italie du Sud, mais certains venaient aussi d’autres parties de l’Occident, Angleterre, Flandre, Bavière, voire d’Espagne. En outre, quelques Normands venaient de France. Des régions semblent sous-représentées, comme les terres du comte de Toulouse. Second point important, alors que les chefs francs les plus valeureux, les seuls sur lesquels nous ayons des renseignements, Hervé, Crispin, Roussel, ont fini leur vie dans l’Empire, nombre de mercenaires, à l’exemple des Stigand, ne faisaient qu’un court séjour de quelques années et revenaient dans leur pays d’origine, ce qui leur permettait d’informer sinon la population, du moins leurs pairs, des us et coutumes de Byzance, de la nature du terrain et du climat en Asie Mineure, et de décrire les grands axes de communication.

21En Asie Mineure, les populations des Arméniaques, ainsi que de la Cilicie, d’Antioche, d’Édesse, avaient l’habitude d’être défendues par des Francs et avaient gardé un bon souvenir de leur séjour. Certains développements de la Première Croisade s’expliquent dès lors. Lorsque les croisés ont quitté le plateau anatolien, des soldats, notamment ceux de Tancrède et à moindre titre ceux de Baudouin de Boulogne, se sont trouvés en terre connue, ce qui explique comment ils se sont détachés sans hésitation du gros de la troupe, sachant quelles étaient les routes à emprunter et les villes à prendre. Il ne faut pas oublier que moins de quinze ans séparent la prise d’Antioche et de la Cilicie par les Seldjoukides de leur reconquête par les Francs. De même se justifie plus facilement la déviation de l’arrière-croisade de 1101, destinée à combattre les Danishmendides. Alexis Comnène comptait sans doute sur le fait que la population des Arméniaques se rallierait plus facilement aux Francs, lesquels avaient séjourné vingt ans auparavant parmi eux et avaient défendu la ville avec succès. Les Danishmendides, sans doute inquiets de ce même danger, se sont empressés de les intercepter, tirant parti des erreurs de commandement et d’organisation.

22Grecs et Latins avaient appris à se connaître et à s’apprécier bien avant la croisade, sans que, bien entendu, le prétendu schisme de 1054 ait eu la moindre conséquence sur ces liens. Presque tous les contingents de la Première Croisade devaient compter dans leurs rangs des hommes qui connaissaient les usages de l’Empire et avaient une connaissance personnelle de l’Asie Mineure, au moins jusqu’à Antioche, ou qui avaient été en contact direct avec des Latins ayant cette expérience.

Notes

1 Sur les voyages entre l’Occident et Byzance, voir en dernier lieu, e. Kislinger, « Reisen und Verkehrswege zwischen Byzanz und dem Abendland vom neunten bis in die Mitte des elftes Jahrhunderts », dans Byzanz und das Abendland im 10. und 11. Jahrhundert, éd. e. Konstantinou, Cologne-Weimar-Vienne, 1997, p. 231-257 et K. N. Ciggaar, Western Travellers to Constantinople. The West & Byzantium, 962-1204, Leyde-New York-Cologne, 1996, p. 21-44.

2 La première hypothèse est plus vraisemblable, même si le contrôle de la Cilicie ou d’Antioche était nominal. Aucune des villes citées dans le chrysobulle n’était encore tombée aux mains des Seldjoukides.

3 Il semblerait que la présence de pirates empêchait les marchands d’emprunter les routes directes par la haute mer. En conséquence, les bateaux venant d’Alexandrie naviguaient le long de la côte syrienne, puis longeaient la côte sud de l’Asie Mineure jusqu’à Rhodes avant de gagner Constantinople ou la Crète, ou encore de rejoindre la Grèce (D. Jacoby, « Byzantine Crete in the Navigation and Trade Networks of Venice and Genoa », dans Oriente e Occidente tra Medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, a cura di L. Balletto, Gênes, 1997, p. 524-525).

4 ‘H Συνέχεια τῆς χρονογραφίας тῦ ’Ιωάννου Σκυλίτζη, éd. E. Th. Tsolakes, Thessalonique, 1968, p. 165-166.

5 M. Balard, « Amalfi et Byzance (xe-xiiie siècles) », Travaux et mémoires, 6 (1976), p. 88 et n. 18.

6 J.-Cl. Cheynet, « Épiskeptitai et autres gestionnaires des biens publics (d’après les sceaux de l’IFEB) », à paraître dans les Studies in Byzantine Sigillography, 7.

7 P. Magdalino, « The grain supply of Constantinople, ninth-twelfh Centuries », dans Constantinople and its Hinterland, éd. C. Mango-G. Dagron, Aldershot, 1995, p. 35-47.

8 La plus ancienne carte connue à ce jour, datant de la seconde moitié du XIIe siècle, a été publiée par P. Gautier Dalché, Carte marine et portulan au xiie siècle. Le Liber de existencia riveriarum et forma maris nostri Mediterranei (Pise circa 1200), Rome, 1995.

9 Sur le pèlerinage allemand, E. Joranson, « The Great German Pilgrimage », dans The Crusades and other historical essays presented to D. C. Munro, éd. L. J. Paetow, New York, 1928, p. 2-43.

10 V. Laurent, « Un sceau inédit du patriarche de Jérusalem Sophrone II trouvé à Winchester », Numismatic Circular, 64 (1964), p. 49-50.

11 Ciggaar, Western Travellers, op. cit., p. 33 et n. 28.

12 J. Shepard, « The Uses of the Franks in Eleventh-Century Byzantium », Anglo-Norman Studies, 15 (1993), p. 275-300.

13 J.-C. Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la Première Croisade », Byzanz und das Abendland (cf. supra, n. 1), p. 111-128.

14 Ibid p. 114-115.

15 Shepard, Franks, op. cit., p. 276.

16 Vente Lanz de juin 1993, n° 1016, signalé dans Studies in Byzantine Sigillography 6 (1999), p. 141.

17 W. Seibt-M.L. Zarnitz, Das byzantinische Bleisiegel als Kunstwerke. Katalog zur Aus-tellung, Vienne, 1997, n° 2.3.2. Plusieurs villes de l’Empire portent le nom de Séleucie, notamment Séleucie de Piérie, le port d’Antioche, siège d’un petit thème, mais il semble que les Byzantins aient utilisé le nom arabe de Souétion (traité de Déabolis, Anne Comnène. Alexiade, éd. B. Leib, Paris, 1967/2, III, p. 133.

18 N. P. Lichacev, Molivdovuly Greceskogo Vostoka, éd. V. S. Sandroskaja, Moscou, 1991, pl. LXI, n° 11.

19 G. Schlumberger, « Sceaux byzantins inédits (cinquième série) », Revue numismatique, t. IV, sér. 9, 1905, n° 245.

20 St. Bilik. « Unpublished Byzantine Lead Seals with Family Names » (en bulgare), Numis-matika, 5/2 (1998), p. 62, n° 18.

21 Sceau inédit, D0 58.106.4906.

22 Sceau inédit. D0 55.1.3023.

23 K. Ciggaar. « Byzantine Marginalia to the Norman Conquest », Anglo-Norman Studies, 9 (1986), p. 48-55 et en dernier lieu, E. Ansellem, « Les Stigand : des Normands à Constantinople », REB, 57 (1999), p. 283-288.

24 K. Ciggaar « Byzantine Marginalia », op. cit., p. 55-56) ajoute l’exemple de Deda, un chevalier de Guillaume.

25 Pour les techniques militaires, B. Bachrach, « Some observations on the military administration of the Norman conquest ». Anglo-Norman Studies, 8 (1985), p. 1-25 ; pour le cérémonial et la monnaie, qui imite assurément celle d’Isaac Comnène, cf. en dernier lieu, Ciggaar.

26 Ce texte est cité dans Ciggaar, « Byzantine Marginalia », op. cit., p. 45. Sur les appels à l’aide occidentale d’Alexis Comnène et de ses prédécesseurs, cf. J. Shepard, « Aspects of Byzantine Attitudes and Policy towards the West in the Tenth and the Eleventh Centuries », Byz. Forsch., 13 (1988), p. 99-116.

27 P. Magdalino, « The Byzantine Army and the Land: from stratiotikon ktema to military pronoia », Byzantium at War (9th-12th c), Athènes, 1997, p. 26-32.

28 Le cas des Varanges anglais au service d’Alexis Comnène, évoqué par P. Magdalino, est un peu différent (ibid., p. 32, n. 65). Ces Anglais ont fui leur pays sans espoir de retour et, en 1085, l’Empire connaît sa pire crise économique, le numéraire faisant cruellement défaut dans les caisses de l’Etat et la monnaie étant au plus bas de sa valeur.

29 Attaleiatès, Bonn, 1853, p. 189.

30 Anne Comnène, Alexiade, I, p. 16.

31 J. Howard-Johnston, « Crown Lands and the Defence of Imperial Authority in the Tenth and Eleventh Centuries », Byz. Forsch, 21 (1995), p. 75-100.

32 Une mise au point récente, qui fait le bilan de nos connaissances sur les mines byzantines d’Asie Mineure vient d’être publiée : B. Pitarakis, « Mines anatoliennes exploitées par les Byzantins : recherches récentes », Revue numismatique, 153 (1998), p. 41-185 (pour les mines près d’Amasée, p. 158-161).

33 I. Melikoff, La Geste de Melik Danismend. Étude critique du Danismendname, Paris, 1960, p. 422.

34 G. Dédéyan, « Les princes arméniens de l’Euphratèse et l’Empire byzantin (fin xie-milieu xiie siècle) », dans L’Arménie et Byzance, Paris, 1996, p. 79-88.

35 Archives de l’Athos V, Actes de Lavra I, éd. P. Lemerle, N. Svoronos, A. Guillou, Denise Papachryssanthou, Paris, 1970, acte n° 45. Les biens ont été confisqués avant novembre 1083. Le proasteion était possédé en commun par Otton et Léon Baasprakanitès. Cette association de noms est-elle un simple hasard, ou Otton combattait-il auparavant au côté de Baasprakanitès, dont le nom dit l’origine, car le Vaspourakan comprenait des garnisons franques ?

36 Sur le transfert vers l’Occident de l’aristocratie de l’Asie Mineure lors de l’invasion turque, cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990, p. 237-241.

37 Sur les relations entre Alexis et le comte de Flandre, cf. F.-L. Ganshof, « Robert le Frison et Alexis Comnène », Byzantion, XXXI, 1961 (Mélanges Ostrogorsky), p. 57-74, et les nombreux appels à l’aide d’Alexis vers les princes d’Occident, cf. J. Shephard, « Crosspurposes : Alexius Comnenus and the First Crusade », dans The First Crusade. Origins and Impact, éd. J. Phillips, Manchester, 1997, p. 113-114.

38 Guillaume de Pouille. La geste de Robert Guiscard, Édition, traduction, commentaire et introduction par Marguerite Mathieu, Palerme, 1961 (Istituto Siciliano di Studi Bizantini, Testi e monumenti, 4), p. 256.

39 Ibid, p. 116-118.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540