Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Les espaces Balkaniques et Anatoliens

Déplacement forcé et déportation de populations sur les frontières orientales entre Byzance et l’Islam (viie - xe siècles)

M. Tahar Mansouri

Texte intégral

1L’un des faits marquants dans les relations arabo-byzantines durant la période allant du viie au xie siècle est l’échange ethnique. Or, cet échange a revêtu plusieurs formes. On y trouve des prisonniers, des transfuges, mais également des populations entières qui ont été déracinées de leur terre de naissance et déplacées par la force. Et de ce fait on peut parler de déportation, dans la mesure où le terme arabe souvent employé est ajla. Cette pratique était souvent utilisée pour dépeupler les zones frontalières entre Byzance et le monde musulman, au temps des Omeyyades comme au temps des Abbassides. Mais il y a aussi ceux qui, sous l’effet de la guerre ou de la persécution, choisissaient de fuir d’un côté ou d’un autre des frontières. Il va sans dire que ces mouvements humains ont suscité des réactions dans la société musulmane et ont engendré des conséquences sociales et culturelles.

  • 1 P. Charanis, « Ethnic changes in the Byzantine empire in the 7th Century », Dumbarton Oaks Papers, (...)
  • 2 M. Canard, « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes », Dumbarton Oaks Pa (...)
  • 3 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe siècle et au (...)
  • 4 C. Kyrris, History of Ciprus. Nicosie, 1996 ; M. Campagnolo-Pothitou, « Les échanges de prisonnier (...)

2Entre Byzance et les Arabes, durant la période allant du viie au xe siècle, un échange d’hommes et de femmes, individuellement ou en groupe, a toujours été observé. De nombreux historiens s’y sont intéressés et nous citerons, à titre d’exemple, P. Charanis1, M. Canard2, G. Dagron3, Kyrris4.

  • 5 Cf. G. Dédéyan, « Le rôle des Arméniens en Syrie du Nord pendant la reconquête byzantine (vers 945 (...)

3Mais si l’on a souvent analysé ces « échanges ethniques », c’est surtout pour identifier l’origine des déportés ainsi que leur obédience religieuse. En revanche, on a souvent négligé certains aspects inhérents à ces échanges ; c’est la raison pour laquelle nous allons tenter de mettre en lumière quelques cas où l’échange n’est qu’une forme de déportation, et nous employons ce terme dans la mesure où l’acte de transfert d’une population est la conséquence d’un ordre officiel5. Il va sans dire que la déportation est un phénomène ancestral, qui a touché plusieurs peuples ou communautés minoritaires, avant d’être réservé à un épisode de l’histoire contemporaine et assigné à une zone géographique. Ces échanges sont également la conséquence d’une persécution devant laquelle les personnes ou les groupes concernés n’avaient d’autre choix que de rester et mourir, ou de fuir pour sauver leur vie.

I. Le cas de Chypre

4Le cas le plus connu est celui de Chypre. Lorsque les Arabes ont conquis la Syrie, l’île de Chypre, sous domination byzantine, était très proche du nouveau domaine de l’Islam et semblait facile à conquérir. Les textes relatant la conquête de l’île insistent sur cette proximité. Ils insistent tout autant sur le refus d’Omar b. al-Khattab d’envoyer une expédition navale vers l’île et ce n’est qu’avec Othman que les conquêtes maritimes sont engagées, sur la demande de Muc awiya Ibn Abi Sufyan, alors gouverneur de Syrie.

  • 6 Qudama Ibn Jac far, al-Kharaj wa sinacat al-Kitaba, éd. M.H. Zabidi, Bagdad, 1981, p. 290.
  • 7 Ibid., p. 158.

5Muc awiya a embarqué à Akka6 avec une flotte conséquente au printemps de 28H ou 29H/648-6497. Le résultat de l’expédition fut double : outre un butin important en hommes et en richesses, la signature d’un traité entre les musulmans, les Chypriotes et les Byzantins, texte par lequel l’île de Chypre devient tributaire à la fois des Arabes et des Byzantins et qui prévoit deux conditions :

  • payer un tribut annuel dont le montant varie, selon les textes, de 7 000 à 7 200 dinars aux Arabes et aux Byzantins ;
  • informer, d’une part les Arabes sur d’éventuelles expéditions byzantines, d’autre part les Byzantins des mouvements des armées musulmanes, et se trouver dans une position de neutralité et de dépendance à l’égard des deux belligérants.

6On s’en doute, un tel traité ne peut qu’être fragile, car les Arabes n’ont pas une position durable dans l’île et sont davantage préoccupés par le renforcement de leur pouvoir dans un milieu hostile que par la gestion de terres fraîchement conquises ; ce qui laisse aux Chypriotes la possibilité de rompre le traité en fonction des circonstances.

  • 8 Ibid., p. 158 ; Ibn Tagribirdi, Nujum, I, p. 84-85 ; l’auteur résume al-Waqidi mais ne retient que (...)
  • 9 Qudama Ibn Jacfar, op. cit., p. 158.
  • 10 On peut comprendre que les Chypriotes n’attendaient que l’occasion de se débarrasser de ces élémen (...)

7En 32H/652, les Chypriotes se rangent aux côtés des Byzantins et offrent leur aide aux soldats de l’Empire. Ripostant à cette rupture du traité, Muc awiya attaque l’île en 33H/ 653 ou en 35H/6558, et l’affaire se termine par la captivité d’une partie de la population chypriote, qui est ramenée en Syrie et remplacée par un contingent de 12 000 hommes avec leur famille, originaires de la région de Bacalbek, pour lesquels on a construit une ville et des mosquées9. Outre le changement de statut de l’île, on peut constater le double transfert de population entre l’île et le continent voisin ; rien n’est dit à ce propos quant à la coexistence entre ces peuples, transférés malgré leur volonté10.

  • 11 Ibid.. p. 158, une autre version dit que les Chypriotes auraient détruit la ville construite par l (...)
  • 12 Baladhuri, Tarikh, p. 158.

8Quand Mucawiya décède, son successeur, son fils Yazid, rapatrie les colons installés à Chypre et va même jusqu’à ordonner la destruction de la ville construite à leur intention11. A ce propos, les versions relatives à l’événement divergent ; la première attribue l’ordre de destruction au calife Yazid Ibn Mucawiya, la deuxième laisse aux Chypriotes la responsabilité de la destruction de la ville des musulmans et de leurs mosquées. Ce qui justifie les expéditions lancées en riposte et qui n’ont pas pour seul objectif de rétablir le traité de paix passé entre les Chypriotes et les musulmans, mais également celui de restaurer ce qui a été détruit par les Chypriotes. Selon le texte, toutes les expéditions à venir seront légitimées par ces deux objectifs. Le rapatriement des soldats et des colons installés par Mucawiya, effectué par son fils, semble avoir coûté très cher au trésor de Damas, puisque Yazid aurait dépensé une somme importante à cet effet (rasha malan cadhiman dha qadrin Hatta aqfala jundu qubros)12.

  • 13 Tabari, Kitab al-Rusul wal-Muluk, VII, p. 40.

9En 107H/725, le calife omeyyade Hisham b. Abd al-Malik (724-743) ordonne à Maymoun b. Mihran, gouverneur des marches frontières du littoral, de mener une expédition contre Chypre13.

  • 14 Ibid., p. 227.
  • 15 Dans l’histoire orale chypriote, on continue à véhiculer une version favorable aux Byzantins selon (...)

10La décision la plus radicale est prise par al-Walid Ibn Yazid Ibn Abd al-Malik (743-744), qui décide de déporter une grande partie de la population chypriote vers la Syrie « ajla minhum khlqa cadhiman » ; al-Baladhuri cite un texte anonyme rapporté sous la rubrique « on dit que al-Walid Ibn Yazid a déporté parmi les Chypriotes un nombre important en Syrie les accusant d’un certain forfait qu’ils ont commis ». Alors que Tabari nous offre une version différente qui rapporte les faits suivants : « En cette année [125H/742] al-Walid b. Yazid a envoyé son frère al-Ghamr b. Yazid b. Abd al-Malik, en expédition à Chypre et a nommé à la tête de la marine al-Aswad b. Bilal al-Muharibi et lui a donné l’ordre d’aller à Chypre et de laisser à ses habitants le choix entre l’émigration vers la Syrie ou vers le pays des Rums. Un groupe a choisi le voisinage des musulmans, al-Aswad les a transportés vers la Syrie, alors qu’un autre groupe a choisi l’émigration vers le pays des Rums, ils s’y sont rendus14 ». Certes, Tabari présente ce fait comme un libre choix laissé au peuple de Chypre, mais dont les conséquences sont graves si l’on en croit les faits rapportés ; car l’île semble avoir été dépeuplée dans un but précis : la vider de toutes les personnes susceptibles d’aider les Byzantins contre les musulmans15 et inversement.

  • 16 Baladhuri, p. 159.
  • 17 Ibid., p. 161.
  • 18 Ibid., p. 161 ; Ibn Sallam, p. 226.
  • 19 Lisan al-cAarab, t. XII, lettre ca, p. 410 ; l’une des variantes de ce verbe est dénoncer : istac (...)
  • 20 Ibn Sallam, p. 226.
  • 21 Baladhuri, p. 161.
  • 22 Ibid., p. 160.
  • 23 Ibid., p. 160.

11Cette déportation n’a pourtant pas été acceptée et a été dénoncée à la fois par la population de Syrie et par les fuqaha. Les textes rapportent la réaction à un tel acte dans des termes très forts ayant à la fois un sens moral et un fondement juridique : ankara al-Nasu dhalika16 : les gens ont dénoncé un tel acte. Istaqtaca al-muslimuna dhalika17 : les musulmans n’ont pas trouvé de précédent à cet acte ce qui permettait de procéder par analogie. Istac dhamahu al-Fuqaha18 : dans le fiqh et dans la langue istacdhama, c’est à la fois un jugement et une dénonciation19’. Istafdhac al-Fuqahau dhalika20 : al-Fadhac a, c’est l’horreur, ce qui permet de dire que les fuqaha ont jugé une telle déportation comme un acte horrible. Les Chypriotes ne sont pas des dhimmis et ne sont pas des ennemis, ils sont tributaires ahlu fidyatin, ils paient un tribut aux musulmans. Bien au contraire, certains fuqaha ont cherché à légitimer leur connivence avec les Byzantins en disant comme Ismail Ibn Ayyache « que les gens de Chypre sont vaincus et humiliés par les Rums, au lieu de les châtier il est de notre devoir de les défendre et de les protéger »21. D’autres fuqaha se sont opposés à la décision du calife omeyyade de déporter les habitants de Chypre, tels al-Layth Ibn Saad, al-Imam al-Aouzaci, Yahya Ibn Hamza, Musa Ibn Acyun, Malik Ibn Anas, Abu Ishaq al-Fazari et Makhlid Ibn al-Husayn22. Le seul à s’être montré favorable à un châtiment dur à l’égard des Chypriotes est Sufyan Ibn cUyayna, qui invoque la tradition du Prophète ayant châtié les Mekkois, lesquels ont soutenu ses ennemis au sein de la tribu de Khuzaca, ou encore le châtiment infligé par cOmar aux juifs de Najran, qui ont signé avec lui un traité par lequel ils ne devaient pas pratiquer l’usure ; comme ils n’ont pas respecté ce traité, cOmar a décidé de les bannir. Et Sufyan d’ajouter : « il y a un consensus que celui qui ne respecte pas un traité ne peut plus se protéger des représailles », ce qui, selon lui, est le cas des Chypriotes23. Ainsi, des huit plus éminents docteurs de l’Islam, un seul s’est montré favorable à la politique d’illégalité du calife.

  • 24 Ibid., p. 158.

12Le pouvoir reconnaissant ses erreurs, il s’est trouvé dans l’obligation de procéder à un double transfert de population. D’un côté, les Chypriotes devaient être rapatriés, de l’autre les Syriens devaient être ramenés en Syrie. En dépit du sentiment de satisfaction général affiché dans les textes relatant les faits, que traduit l’expression wa astahsana al-nasou dhalika, l’on remarque un certain regret quant aux agissements du pouvoir. D’abord pour des considérations morales et jurisprudentielles, ensuite parce que l’opération était coûteuse24.

  • 25 Ibid., p. 183 ; Yaqut, Muc jim al-Buldan, V, p. 11, 22.

13Si la raison de la déportation semble être l’intelligence des Chypriotes avec Byzance, leur retour était dicté par une obligation de conformité à l’esprit des lois défendu par les fuqaha et par la dénonciation d’un acte jugé irresponsable et contraire à la charic a. C’est que ces fuqaha représentaient un contrepoids à l’autorité et exprimaient le point de vue de ce que l’on pourrait appeler les « intellectuels » de l’époque. Leur position a infléchi le pouvoir politique et a obligé le calife à faire marche arrière. Bien évidemment, une telle position de la part des fuqaha pourrait s’expliquer à la lumière de deux éléments : le premier est le rôle que commençait à jouer cette catégorie de gens, qui n’a d’autre pouvoir que celui de porter un jugement moral et religieux sur les actes du prince. Le second est qu’un tel déplacement d’une population chrétienne en Syrie pouvait créer un déséquilibre ou du moins gonfler les rangs des chrétiens de la région, si l’on sait qu’en plus des dhimmis y vivaient les Mardaïtes/al-Jarajima, dans la région du Liban actuel25.

  • 26 H. Djait. « Humanisme et rationalisme musulmans », Connaissance de l’Islam, Paris, 1992, p. 17-18.

14S’agit-il de l’émergence, durant cette période, d’une élite intellectuelle qui cherche à affirmer son pouvoir ? Et peut-on parler d’une élite intellectuelle qui a voulu se donner le pouvoir de contrôler les actes du politique ? Quoi qu’il en soit, ce n’est là qu’un cas isolé, qui ne s’est pas reproduit dans son aspect collectif ; et c’est peut-être ce qui explique d’une manière générale l’absence, dans l’aire arabo-musulmane, d’une élite capable de dénoncer les pratiques, souvent inhumaines, du pouvoir ; ou alors, lorsqu’elle existe, cette élite plutôt timorée se range du côté du pouvoir26.

15Il va sans dire que la déportation coercitive est une pratique courante utilisée par les Omeyyades à l’égard des ennemis de l’extérieur comme de l’intérieur ; elle est utilisée comme un moyen de dominer des régions le plus souvent turbulentes, ou alors pour bannir des éléments souvent hostiles au pouvoir de Damas : c’est le cas des habitants des zones frontalières parmi les chrétiens - les Mardaïtes - ou tout simplement les opposants au sein des musulmans souvent accusés d’hétérodoxie.

  • 27 Tabari. VIII. p. 320, 322.

16Les Abbassides ont continué la même pratique à l’égard de l’île de Chypre et de ses habitants et Tabari nous informe « qu’en cette année [190H/805] Harun al-Rashid a nommé Humayd b. Macyuf à la tête des zones côtières, de l’Egypte et de la Syrie, il a atteint Chypre, il a détruit, brûlé et pris en captivité seize mille personnes parmi ses habitants, il les a amenées à al-Rafiqa, où le juge Abu al-Bukhturi les a vendues, le prix de l’archevêque de Chypre a atteint 2 000 dinars »27. Et là, il ne s’agit plus de la déportation telle que l’avait pratiquée par la dynastie précédente, mais d’une sorte de prise de captifs destinés à la vente (fay). Le procédé de la déportation reste le même dans son esprit, mais pas dans son contenu.

  • 28 Nicholas I Patriarch of Constantinople, Letters, Greek Text and English Translation by R.J.H. Jenk (...)

17Nous pouvons dire que deux prises substantielles effectuées sur la population de l’île dans la même période, ajoutées au nombre de ceux qui ont eu la possibilité de fuir vers Byzance, contribuent largement à l’affaiblissement démographique de Chypre. La population capturée et déportée de son milieu originel ne semble pas avoir été prise en considération dans les échanges de prisonniers, fréquents entre Abbassides et Byzantins, même si, au début du xe siècle, Nicolas Mystikos, patriarche de Constantinople, a pris la défense des Chypriotes dans une lettre adressée à al-Muqtadir, lui rappelant que les Chypriotes s’étaient toujours acquittés de leur tribut, et ceci depuis 300 ans28.

18Si, à un certain moment, la défense des déportés chypriotes a été assurée par les fuqaha, qui se sont opposés au transfert de cette population parce qu’illégal, au même titre que les Abbassides, les mêmes fuqaha étaient préoccupés par d’autres considérations et ne pouvaient invoquer le traité signé par les Omeyyades, ennemis des Abbassides.

  • 29 Tabari, Tarikh, IX, p. 199.

19En d’autres circonstances, le pouvoir abbasside n’hésite pas à utiliser la déportation comme technique de domination, à la fois contre ses sujets musulmans et contre les chrétiens. En 241H/ la population de Hims, musulmans et chrétiens, se révolte contre le pouvoir et dépose le gouverneur abbasside. Al-Mutawakkil réagit en ordonnant d’expulser les chrétiens de la ville, de détruire leurs églises pour les transformer en mosquées ou en espaces libres, d’enchaîner les notables musulmans et de les ramener jusqu’à la capitale, Samarra29.

  • 30 P. Lemerle, « L’histoire des Paulicens d’Asie Mineure d’après les sources grecques », Travaux et M (...)
  • 31 Mascudi, Tanbih, p. 144 ; cf. Lemerle, « Les Pauliciens », op. cit. p. 90sq.
  • 32 Cf. M. Canard, « Deux documents sur Bardas Skléros », Actes du Ve Congrès d’Études byzantines, Rom (...)
  • 33 M. Tahar Mansouri, « Les Byzantins en terre d’Islam entre le viie et le xie siècle : sources d’inf (...)

20En outre, nous pensons à d’autres groupes, qui ont choisi de vivre parmi les musulmans par opposition au pouvoir central byzantin, ou par crainte de ses exactions, comme ce fut le cas des Pauliciens30 vivant sur les frontières nord de la Syrie. Persécutés par le pouvoir byzantin, ils se sont vus contraints de s’allier aux musulmans. Ils ont servi l’armée musulmane dans ses attaques contre Byzance, mais au dire d’al-Mascudi, les Pauliciens, excédés par le mauvais traitement qui leur était réservé par les populations des marches, ont été obligés de réintégrer l’Empire au milieu du xe siècle, ce qui montre la difficulté de la coexistence entre les deux groupes31. Quant à Bardas Skléros et à ses soldats, ils ont choisi de s’installer en terre musulmane dans l’attente d’un éventuel retour, qui a eu lieu plus tard32. Mais d’une manière générale, le déplacement de Byzantins vers l’intérieur du monde musulman est souvent suivi par un échange, sauf dans de rares cas où les déplacés choisissent de se convertir à l’islam et d’élire demeure en terre d’Islam33.

II. Les frontières terrestres entre Byzance et l’Islam

21La présence des musulmans dans l’espace byzantin est le résultat de l’évolution des rapports entre les deux empires, dans la partie orientale comme dans la partie occidentale de la Méditerranée et partout où un contact est possible entre les deux entités. De ce fait, deux périodes nous paraissent expliquer à la fois la déportation des musulmans vers Byzance ou leur fuite vers l’intérieur du monde musulman :

  • La première s’étend du viie siècle au début du ixe siècle ; c’est une période de victoire pour les musulmans34. Nous ignorons du reste le sort des premiers musulmans capturés par l’armée byzantine. Les textes arabes de cette période, affichant plus de confiance en l’armée des croyants et en la victoire de la minorité fidèle, s’ils daignent évoquer les revers de leur camp, oublient de mentionner d’éventuels prisonniers. Si le sort des Byzantins capturés lors des premières batailles est connu, dans la mesure où ils font souvent partie du butin que se partageaient les soldats de la conquête, celui des premiers musulmans capturés par l’armée byzantine reste inconnu.
  • La deuxième s’étend du ixe au xe siècle : c’est une période marquée par une renaissance byzantine dans tous les domaines, notamment militaire. La politique byzantine, durant cette période, est une politique d’offensives répétées sur tous les fronts, et les attaques byzantines contre des terres conquises par les Arabes et peuplées de musulmans sont accompagnées par d’importantes prises humaines. Des hommes et des femmes, des civils et des militaires sont souvent acheminés vers Constantinople, leur sort étant déterminé par la suite selon l’issue des opérations militaires.
  • 35 Ibn al-Jawzi, al-Muntazam,VI, p. 201 ; VII, p. 60.
  • 36 G. Dagron « Minorités ethniques et religieuses », op. cit., p. 186.
  • 37 Ibn al-Jawzi, op. cit., p. 8.
  • 38 Ibid., p. 51 ; cf. Dédéyan, « Le rôle des Arméniens », op. cit., p. 278-279.

22Depuis Basile Ier (867-886) et notamment sous les règnes de Nicéphore Phocas (963-969), Jean Tzimiskès (969-976) et Basile II (976-1025), les musulmans des frontières de la Syrie et de la Mésopotamie ont souvent été obligés de fuir vers l’intérieur du Dar al-Islam35, mais certains choisissent de rester, parfois au prix d’une conversion réelle ou circonstancielle au christianisme. Quelquefois, la population d’une ville prise par les Byzantins se convertit au christianisme : la ville de Mélitène, prise par Jean Kourkouas le 19 mai 934, voit sa population musulmane se convertir au christianisme et être intégrée malgré elle dans l’Empire byzantin. En récompense pour cette soumission, le commandement militaire de la ville est confié à un musulman converti36. D’autres sont pris de force par les Byzantins et sont une proie facile, surtout les enfants et les femmes. Ibn al-Jawzi rapporte qu’en 351 H/962, le Domestique des scholes a capturé dans la région d’Alep plus de dix mille enfants, filles et garçons confondus, et autant de femmes qu’il a pu37. En 359H/969, Nicéphore Phocas aurait pris plus de vingt mille captifs parmi les jeunes de la région et de la ville d’Antioche38.

  • 39 Cf. Abu-Firas, Poésie, Beyrouth (sd).

23Le sort de ces populations déportées à l’intérieur de l’Empire reste obscur ; les textes ont perdu leur trace et les échanges de prisonniers ne les ont pas concernées, car les échanges avaient lieu plutôt pour des personnes de haut rang, quand les circonstances le permettaient, et davantage pour les soldats que pour les femmes, les enfants et les civils. Il arrivait parfois que des princes restassent en captivité à Byzance, sans que l’on s’intéressât à leur sort ; ainsi le célèbre poète Abi Firas al-Himdani fut fait prisonnier en 351 H/962 alors qu’il était gouverneur de la ville de Manbij et resta près de cinq années à pleurer sur son sort, exprimer ses souffrances, en implorant son cousin, le non moins célèbre prince Sayf al-Dawla, pour qu’il soit procédé à un échange et qu’il recouvre la liberté39. Les populations n’ayant aucun soutien se trouvaient dans l’obligation de se convertir au christianisme ; les villes de Tarse ou de Mélitène, situées sur les frontières arabo-byzantines, offrent l’exemple d’une telle éventualité face aux expéditions de l’armée byzantine sous le règne de Jean Tzimiskès. La population de Tarse était divisée en deux : ceux, restés sur place et convertis au christianisme selon Faraj Ibn al-cIbri (Bar Hebraeus), ceux qui, s’étant enfuis mais n’ayant pas trouvé de soutien auprès des autorités de Bagdad, étaient revenus pour demander le baptême.

24En 362H/964, Yahya Ibn Said rapporte que : « Lorsque les Rums eurent traité Nisibe comme ils l’avaient fait, [en 362H/964] les habitants de Mossoul, effrayés résolurent de descendre à Bagdad, dont les habitants s’agitèrent vivement. Le bas peuple se révolta, ils se dirigèrent vers le palais du sultan et firent grand tapage. Lorsqu’ils y furent entrés par force, ils tirèrent les armes dans le palais du sultan et désirèrent ardemment arriver jusqu’à lui... »

  • 40 Ibn al-Jawzi, al-Muntazam, VII, p. 60.
  • 41 M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amadanides de Jazira et de Syrie, t. I, Alger, 1951, p. 7 (...)

25Ainsi, la population civile des marches frontières était souvent dans le désarroi et, devant le désintérêt des autorités de Bagdad, n’hésitait pas à s’attaquer à la personne du calife et aux différents représentants du pouvoir. En 972, devant une expédition menée par Jean Kourkouas, ceux qui ont échappé à la mort ou à la captivité sont arrivés à Bagdad, ont occupé les mosquées, détruit les Manabir, ont même empêché le prêche du Vendredi (les khutba) et se sont attaqués à la maison du calife al-Mutic, l’accusant d’incapacité à assumer les devoirs de l’imam de défendre les croyants40. En conséquence, les déplacements de ces populations sous l’effet de la pression byzantine non seulement facilitaient aux assaillants la domination d’une partie du territoire contrôlé par les musulmans, mais créaient une situation trouble au cœur même de l’Etat abbasside. Le pouvoir musulman perdait du terrain, mais également sa crédibilité aux yeux de ses sujets, et le pouvoir califal en sortait affaibli. Il arrivait qu’un groupe d’hommes quitte son territoire d’origine sous l’effet de la persécution et se réfugie auprès de l’ennemi : c’est le cas des Banu Habib, une fraction de la tribu de Bani Taghlib qui a fui la Mésopotamie en direction de Byzance à la suite des exactions de leurs contribules, les Hamdanides41.

Conclusion

26La déportation de populations d’un côté comme de l’autre reste sans écho dans les textes, à l’exception du cas chypriote, parce qu’il a été à l’origine d’une querelle de jurisprudence. Les échanges de prisonniers entre Byzance et l’Islam n’en rendent pas compte et les textes arabes restent muets sur le sort de ces civils des deux côtés, sauf dans de rares cas où l’on mentionne leur présence comme part du butin, lorsqu’il s’agit de victoires musulmanes. Quant au sort des musulmans « disparus dans la brume byzantine », on observe généralement le silence. S’agit-il d’un silence officiel pour minimiser les pertes ou s’agit-il d’un désintérêt de la part des chroniqueurs, préoccupés le plus souvent par la glorification du pouvoir ?

  • 42 Yahya Ibn Said, « Histoire », Patrologie orientale, XXXIII, 3, p. 355.
  • 43 Ibid., p. 354.

27Les événements sur les frontières engendrent dans la plupart des cas un climat de peur au cœur de l’Etat, car souvent, les textes arabes se faisaient l’écho à la fois des doléances des délégations des populations frontalières aux différents califes42 et des rumeurs qui circulaient des frontières jusqu’à Bagdad43.

  • 44 Cf. notre article « L’image de Byzance dans les sources arabes », dans Mélanges L. Cardaillac, Zag (...)

28Par ailleurs, les conséquences sont de différentes natures : déplacement ou déportation ont été à l’origine de déséquilibres démographiques et de difficultés de coexistence, souvent à l’intérieur d’une même culture. Les musulmans des frontières sont rarement bien accueillis par leurs coreligionnaires, qui voient souvent en eux les marques d’une altération culturelle et morale, comme s’ils étaient étrangers à la société arabo-musulmane, du fait même de leur présence à la périphérie. Ne disait-on pas que les Syriens, par le côtoiement des Rums, avaient hérité de ceux-ci l’avarice et la liberté des mœurs44 !

Notes

1 P. Charanis, « Ethnic changes in the Byzantine empire in the 7th Century », Dumbarton Oaks Papers, 13 (1959), p. 25-44.

2 M. Canard, « Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes », Dumbarton Oaks Papers, 18 (1964), Washington, 1964, p. 35-56 ; Id., « Les aventures d’un prisonnier arabe et d’un patrice byzantin à l’époque des guerres bulgaro-byzantines », Dumbarton Oaks papers, 9-10 (1956), p. 51-72.

3 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe siècle et au xie siècle : l’immigration syrienne », Travaux et Mémoires, 6 (1976), p. 177-216.

4 C. Kyrris, History of Ciprus. Nicosie, 1996 ; M. Campagnolo-Pothitou, « Les échanges de prisonniers arabes entre Byzance et l’Islam aux ixe et xe siècles », Journal of Oriental and African Studies,VI (1995), p. 1-56 ; M. Tahar Mansouri, « Les Musulmans à Byzance du viie au xie siècle », dans Mélanges Saad Ghrab, Mannouba-Tunis, 1998, p. 37-51.

5 Cf. G. Dédéyan, « Le rôle des Arméniens en Syrie du Nord pendant la reconquête byzantine (vers 945-1031) », Byzantinische Forschungen, XXV (1999), p. 250-251.

6 Qudama Ibn Jac far, al-Kharaj wa sinacat al-Kitaba, éd. M.H. Zabidi, Bagdad, 1981, p. 290.

7 Ibid., p. 158.

8 Ibid., p. 158 ; Ibn Tagribirdi, Nujum, I, p. 84-85 ; l’auteur résume al-Waqidi mais ne retient que la date de 33h/653. Nous pensons qu’il n’était pas possible pour Muc awiya de s’attaquer à Chypre en 35 H parce que la situation dans le monde musulman ne le permettait pas et que les troubles consécutifs à la mort de cOthman en dhul-hijja 35H/656, la prise contestée du pouvoir par cAli, la bataille du Chameau, la demande de châtiment pour les assassins de cOthman, le conflit qui se prépare entre les Ommeyyades et le nouveau calife, font que Muc awiya ne pouvait s’engager dans une guerre aux portes de sa province ; d’ailleurs il signe dans la même période le premier traité de paix pour assurer ses arrières. Le danger n’est plus du côté de Chypre, il est plutôt du côté de Kufa proche et déterminante pour son avenir et celui des siens, cf. H. Djaït, La grande discorde, Paris, 1989, p. 159-253.

9 Qudama Ibn Jacfar, op. cit., p. 158.

10 On peut comprendre que les Chypriotes n’attendaient que l’occasion de se débarrasser de ces éléments étrangers, puisque, à la suite du rapatriement des soldats musulmans, les Chypriotes auraient détruit leur ville et leur mosquée.

11 Ibid.. p. 158, une autre version dit que les Chypriotes auraient détruit la ville construite par les musulmans.

12 Baladhuri, Tarikh, p. 158.

13 Tabari, Kitab al-Rusul wal-Muluk, VII, p. 40.

14 Ibid., p. 227.

15 Dans l’histoire orale chypriote, on continue à véhiculer une version favorable aux Byzantins selon laquelle les Byzantins ont retiré de l’île tous ses habitants pour priver les Arabes du tribut annuel que les Chypriotes s’étaient engagés à payer (certains de mes amis chypriotes m’ont raconté cette histoire lors d’un séjour effectué à Chypre en décembre 1998).

16 Baladhuri, p. 159.

17 Ibid., p. 161.

18 Ibid., p. 161 ; Ibn Sallam, p. 226.

19 Lisan al-cAarab, t. XII, lettre ca, p. 410 ; l’une des variantes de ce verbe est dénoncer : istac dhama al-amara = ankarahu.

20 Ibn Sallam, p. 226.

21 Baladhuri, p. 161.

22 Ibid., p. 160.

23 Ibid., p. 160.

24 Ibid., p. 158.

25 Ibid., p. 183 ; Yaqut, Muc jim al-Buldan, V, p. 11, 22.

26 H. Djait. « Humanisme et rationalisme musulmans », Connaissance de l’Islam, Paris, 1992, p. 17-18.

27 Tabari. VIII. p. 320, 322.

28 Nicholas I Patriarch of Constantinople, Letters, Greek Text and English Translation by R.J.H. Jenkins and L.G. Westerink, Washington, 1973, p. 3 passim; M. Hamidullah. « Embassy of Queen Bertha of Rome to Caliph al-Muktafi Billah in Baghdad », The Journal of the Pakistan Historical Society, Karachi, octobre 1953, p. 7 (texte arabe) et p. 10 (traduction anglaise).

29 Tabari, Tarikh, IX, p. 199.

30 P. Lemerle, « L’histoire des Paulicens d’Asie Mineure d’après les sources grecques », Travaux et Mémoires, V, Paris, 1973, p. 1-144, notamment p. 77.

31 Mascudi, Tanbih, p. 144 ; cf. Lemerle, « Les Pauliciens », op. cit. p. 90sq.

32 Cf. M. Canard, « Deux documents sur Bardas Skléros », Actes du Ve Congrès d’Études byzantines, Rome, 1939, p. 55-69.

33 M. Tahar Mansouri, « Les Byzantins en terre d’Islam entre le viie et le xie siècle : sources d’informations et moyens de propagande », dans Orient et Occident du ixe au xve siècle, Paris, 2000, p. 235-253.

34 Sébéos, Histoire d’Héraclius, traduit de l’arménien par F. Macler, Paris, 1904, p. 110 ; cf. G. Dédéyan, Histoire des Arméniens, Toulouse, 1982, p. 213.

35 Ibn al-Jawzi, al-Muntazam,VI, p. 201 ; VII, p. 60.

36 G. Dagron « Minorités ethniques et religieuses », op. cit., p. 186.

37 Ibn al-Jawzi, op. cit., p. 8.

38 Ibid., p. 51 ; cf. Dédéyan, « Le rôle des Arméniens », op. cit., p. 278-279.

39 Cf. Abu-Firas, Poésie, Beyrouth (sd).

40 Ibn al-Jawzi, al-Muntazam, VII, p. 60.

41 M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amadanides de Jazira et de Syrie, t. I, Alger, 1951, p. 737-739.

42 Yahya Ibn Said, « Histoire », Patrologie orientale, XXXIII, 3, p. 355.

43 Ibid., p. 354.

44 Cf. notre article « L’image de Byzance dans les sources arabes », dans Mélanges L. Cardaillac, Zaghouan-Tunisie, 1995, t. I, p. 465-488.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540