Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants en Mer Noire

Tension et équilibre dans les petites communautés d’Occidentaux à Constantinople : l’exemple des Catalans au xve siècle1

Daniel Duran I Duelt

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé grâce à une bourse du subprograma de Promociòn General del Conocimiento ( (...)
  • 2 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Conseil de Cent, Lletres closes 19/V/1441-21/VII/ (...)
  • 3 AHCB, Conseil de Cent, Lletres comunes originals, 1/I/1441-29/XII/1441, n° 76 : no vol fer rasò da (...)

1Le 2 juin 1441, les conseillers de la cité de Barcelone écrivirent à Pere Rocafort, consul des Catalans à Constantinople, pour lui faire part de leur indignation pour sa conduite à l’égard de la succession testamentaire du marchand Valentí Marquillas, supposé mort de maladie à Constantinople après y avoir testé. Plusieurs plaintes leur étaient parvenues, accusant le consul d’avoir empêché le travail des procurateurs désignés par Marquillas dans son testament et d’avoir profité de ses fonctions pour s’approprier ses biens. Les magistrats municipaux, après lui avoir rappelé dans le détail la procédure habituelle dans ce type d’affaires, lui firent part de leurs remontrances à ce sujet et à propos d’autres délits et abus de pouvoir dont il avait également été accusé2. Le 20 octobre, deux jours après la réception de cette lettre, Rocafort répondit aux autorités municipales pour se défendre des accusations portées contre lui. Le consul niait toute implication à propos de la gestion des biens de ce marchand, faisant retomber toute la responsabilité du détournement de ces biens sur Guillem Portela, un marchand également présent à Constantinople, qui « se refuse à rendre compte de ses actions, sinon à son bon vouloir » et sur lequel il n’avait aucun contrôle3.

  • 4 En 1445 les conseillers de la cité de Barcelone élirent Joan de la Via comme consul à la place de (...)
  • 5 En 1446, Rocafort lui-meme nous raconte comment d’autres membres de la communauté se sont opposes (...)
  • 6 Traditionnellement, l’historiographie des petites communautés d’Occidentaux installes temporaireme (...)

2Cette affaire est l’un des nombreux épisodes de l’affrontement qui opposa le consul Rocafort à une bonne partie de la communauté catalane, mécontente de son administration, et marqua profondément la vie des Catalans à Constantinople jusqu’en 14514. Mais loin d’en être une anecdote insignifiante, l’affaire Marquillas est exceptionnelle en raison de la conservation de ce témoignage direct, émanant de l’un des acteurs principaux des événements et dont les explications constituent la principale clef d’interprétation du malaise régnant au sein de la communauté catalane5. L’exemple de ces dissensions illustre combien était instable l’équilibre interne des petits groupes d’Occidentaux présents à Constantinople, pour lesquels le jeu des forces qui se déroulait en leur sein était déterminant : c’était le fondement sur lequel reposait leur organisation sociale et qui conditionnait tout leur développement. Étant donné leur faiblesse numérique et leur mince poids politique, la survie de ces communautés en tant que telles dépendait donc de leur capacité à maintenir un équilibre interne qui leur permettrait d’affronter les tensions résultant de leur vulnérabilité face à la société et aux autorités byzantines, mais aussi face aux colonies génoise et vénitienne concurrentes6.

L’affaire Marquillas

  • 7 À Constantinople ses biens se trouvaient au pouvoir du Vénitien Giovanni Giustinian et de Polo et (...)

3En écrivant aux conseillers de Barcelone, Rocafort se proposait de leur donner sa propre version des faits. Le consul racontait d’abord les circonstances de la mort de Marquillas et les mesures prises pour assurer la sécurité de ses biens : le marchand s’était embarqué à bord d’une nef dans laquelle avait également pris place Pere de Montreial, un jeune homme au service de Portela. L’embarcation fut attaquée devant l’île de Ténédos et, durant l’incident, Marquillas fut blessé mortellement et décéda à Gallipoli, en Turquie. Le consul, informé de ces événements, décida alors de nommer des exécuteurs testamentaires, à savoir Marti de Sant Marti ainsi qu’une autre personne « de cette terre ». D’après ce que l’on peut déduire de ce récit, il semblerait que Guillem Portela faisait également partie de ces exécuteurs ou du moins qu’il l’aurait souhaité ; mais dans un premier temps, la méfiance de Rocafort à son égard détermina ce dernier à l’écarter : ce marchand ne se préoccupait que de ses propres intérêts. En outre, les Vénitiens ne lui faisaient apparemment guère plus confiance, ce qui pouvait s’avérer gênant puisqu’une partie des biens du défunt se trouvait aux mains de certains sujets de la Sérénissime7. Ce qui préoccupait surtout le consul était que Portela bénéficiait de la protection d’un sauf-conduit impérial. Le conflit fut donc finalement porté devant l’empereur Jean VIII et celui-ci aurait certifié que le sauf-conduit ne pouvait valoir en cette occasion. C’est alors seulement que Rocafort se décida à inclure Portela au nombre des exécuteurs testamentaires, convenant avec les Vénitiens qu’en cas de problème Portela devrait en répondre devant le roi d’Aragon. La question se serait donc résolue sans que le consul ait touché directement à aucun des biens du défunt alors que lui parvenaient de nouveaux motifs de préoccupation.

4Peu après en effet, Rocafort reçut une lettre d’un certain frère Albert, un augustin, que Pierre de Montreial avait dû rencontrer à Gallipoli et dont le consul rapporte la très édifiante histoire. Cet homme de Dieu, dit apostat il est vrai, avait dérobé dix mille aspres à Pierre Simon d’Ancône, un esclave appartenant à un certain Jean « Dast », deux cents hyperpères à son grand ami frère Antonio de Gaëte, et quarante hyperpères au prieur de Saint-Dominique de Pera. Sa carrière météorique se poursuivit ensuite à Candie où il vola encore les ornements et le calice d’une église. Ce malheureux écrivait à Rocafort de Candie, du fond de la prison où il se morfondait, condamné à mort à la suite de la plainte du baile vénitien de Constantinople et du consul des Anconitains. Par cette lettre, « pleine de folles paroles contre l’honneur de Portela et Pierre Montrayal », il réclamait vingt-cinq ducats au consul, probablement en échange de l’envoi d’autres informations encore plus croustillantes. A la suite de cette lettre, ce dernier, comme il l’expliqua aux conseillers de Barcelone, s’inquiéta fort pour le devenir des biens de Marquillas, sans pouvoir cependant intervenir puisque, comme on l’a vu, la gestion de la succession avait déjà été réglée et que tout un chacun le savait à Constantinople. Il assurait que son action n’était motivée que par la crainte du mal qui pourrait résulter de l’implication d’un individu tel que Portela dans cette affaire. Il n’avait jamais été dans ses intentions de commettre des actes qui pourraient sembler illégaux, car il était parfaitement au courant de ses obligations.

  • 8 Les réformes fiscales de Jean VI Cantacuzène ont fixe, entre autres, la taxe du kommerkion que doi (...)

5Pour le consul, il était clair que le responsable de ce désordre était le seul Guillem Portela, contre lequel il s’était senti obligé d’agir. La lettre de Rocafort s’ouvre sur une petite biographie de ce dernier, destinée à permettre aux conseillers de se faire une idée de sa personnalité et qui explique l’inquiétude du consul. Portela était un marchand arrivé à Constantinople de longue date mais, affirmation plus étonnante de Rocafort, il était devenu depuis peu sujet de l’empereur, c’est-à-dire Grec, et payant ses impôts comme tel : et ara s-as fet grech et paga a l’anparatdor conn at grech. Il ne faut certainement pas entendre par là qu’il s’était converti à l’orthodoxie. Il s’agit plutôt d’une naturalisation qui faisait de Portela un sujet de l’empereur avec les mêmes droits et devoirs que les autres. On connaît quelques rares cas de Latins naturalisés comme sujets de l’empereur, mais leur principale motivation semble avoir été d’échapper à leurs créanciers ou à la juridiction de leurs communautés. Dans ce cas en revanche, on peut déduire des déclarations du consul que le motif de cette décision était avant tout d’ordre fiscal. En effet, bien que l’évolution du statut fiscal des Catalans à Constantinople au xve siècle soit très confuse, il est clair qu’il s’était dégradé au point de rendre attractive la condition fiscale des sujets byzantins8.

6Mais le portrait de Portela ne s’arrête pas là. Il avait également reçu de l’empereur le sauf-conduit dont on a déjà parlé et qui lui accordait une protection spéciale. Ce n’était d’ailleurs pas le seul sauf-conduit qu’il avait en poche et l’on peut même dire qu’il disposait d’une véritable collection : un de Gênes, un autre de Pera et un troisième de Rhodes. Tous ces documents lui assuraient une impunité à peu près totale, ce qui lui permettait de « se refuser à rendre compte de ses actions, et à ne s’en remettre qu’à son bon vouloir ». Grâce à cette position privilégiée, il était devenu l’administrateur des biens d’un certain marchand pour une valeur de plus de quinze mille ducats et il consacrait l’argent que lui avaient confié de nombreuses autres personnes au paiement de ses dettes ou à des affaires pour son propre bénéfice. D’un marchand de Majorque, il tenait cinq cents ducats et d’un autre une somme encore plus importante, montant qu’il avait remis entre les mains d’un Vénitien de la Marcello où elle était à l’abri des créanciers. Enfin, pour couronner le tout, il exerçait la tutelle des enfants du marchand dont il administrait les quinze mille ducats, sans que les orphelins en retirassent beaucoup de profit puisque fa ls molt mala compaga que la fila tta amesa astar an Pera com I cattiva fenbra.

Le difficile équilibre à l’intérieur de la communauté catalane

  • 9 Quelques-unes des activités commerciales de Portella peuvent être entrevues au travers de Giacomo (...)

7Le tableau au vitriol que le consul brosse de la carrière de Portela nous fournit la clef des tensions que vivait la communauté catalane de Constantinople dans les années trente et quarante du xve siècle. Portela était l’un des marchands les plus influents parmi les Catalans résidant dans la ville. Issu d’une famille d’émigrants originaire de Solsona et établie à Barcelone, il s’était voué au négoce et ses affaires le conduisirent jusqu’à Constantinople, où il développa un large éventail d’activités. Rocafort lui-même signale que dans sa maison étaient entreposés plus de cent cinquante quintaux de poivre et de nombreuses marchandises et qu’il commerçait avec la Sicile, Rhodes et Nèokastron pour une valeur supérieure à deux mille ducats. Selon le consul, nombre de ces opérations se faisaient en étroite collaboration avec des Génois, mais aussi avec des Vénitiens, comme le prouve par ailleurs le livre de comptes de Badoer9.

  • 10 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Cancelleria, reg. 2688, fol. 172v.
  • 11 Le même Rocafort assure dans sa lettre que depuis qu’il est entré en fonction, seuls quatre Catala (...)
  • 12 Par exemple, la confiscation des biens des Catalans de Constantinople et Péra pour une valeur tota (...)
  • 13 La concession du sauf-conduit est très critiquée par Rocafort qui propose aux conseillers de Barce (...)

8La prospérité qu’il avait acquise avait permis à Portela de s’assurer une place prééminente parmi les sujets du roi d’Aragon présents dans la ville et, en 1434, Alphonse le Magnanime lui-même sollicita sa collaboration afin de faciliter une entreprise commerciale concernant la vente du blé royal à Constantinople10. C’est cette position qui explique sans doute que divers marchands avaient eu recours à lui. Nous ne pouvons pas exclure que certains des méfaits colportés par Rocafort soient vraisemblables, et qu’il ait pu profiter de la confiance de ses compatriotes pour s’approprier les biens de quelques-uns d’entre eux. La vie des marchands n’était pas toujours facile11. Pour les Catalans, les années 10, 20 et 30 furent ponctuées d’emprisonnements et de mesures de confiscation des autorités byzantines en représailles aux actes de piraterie de leurs compatriotes contre les sujets de l’empereur12. A cela, il faut ajouter les aléas propres à l’univers du négoce : l’éloignement des marchands par rapport à leurs lieux d’origine, un milieu d’affaires hautement instable et risqué, la concurrence des autres nations... Bien que les marchands eussent développé des stratégies individuelles pour s’adapter à ces conditions, celles-ci n’étaient pas toujours satisfaisantes, comme le démontre le peu de cas que l’empereur et les Génois firent des sauf-conduits qu’ils avaient eux-mêmes accordés13. Cette insécurité contribua à l’apparition de liens renforcés au sein de la communauté sur la base d’une certaine solidarité entre sujets d’un même monarque, ce qui pouvait finalement conduire à une prise de contrôle de celle-ci par certains de ses membres les plus influents.

  • 14 Junyent fut élu consul par les conseillers de la cité de Barcelone le 12 mars 1434 : AHCB, Consell (...)
  • 15 Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 36 et 44.
  • 16 Sur Pere Rocafort et ses relations avec le roi et la cour byzantine : Marinescu, La politique orie (...)
  • 17 Marinescu, « Contribution à l’histoire », op. cit., p. 214-215.
  • 18 AHCB, Conseil de Cent, Lletres comunes originals 4/1/1443-31/XII/1443, n° 53 (5 juin 1443) : faria (...)

9La position prééminente de Portela explique sans doute l’accusation la plus grave portée contre lui par Rocafort, celle d’avoir été l’instigateur de l’empoisonnement du précédent consul, Joan de Junyent, neuf mois seulement après son entrée en charge à Constantinople14. Bien que nous ignorions les motifs qui l’auraient poussé à un tel acte, nous pouvons supposer que ses relations avec Junyent n’étaient pas excellentes. Probablement Portela craignit-il de voir sa position remise en cause par l’arrivée d’un nouveau consul étroitement lié à l’oligarchie marchande de Barcelone15. En tout cas, que cet assassinat ait été lié ou non aux affaires de ce marchand, il est clair que l’arrivée de Rocafort a été ressentie par lui comme une menace directe : les rapports étroits du consul avec Alphonse le Magnanime lui assuraient une position privilégiée à la cour impériale, mais surtout ses initiatives politiques dans l’exercice de sa charge furent très mal admises par les nombreux Catalans de Constantinople16. Depuis la restauration du consulat catalan en 1428, les titulaires successifs de ce poste s’étaient efforcés d’assurer la cohésion des Catalans sous leur égide ; Rocafort alla plus loin et développa une ambitieuse politique visant à hisser la nation catalane au niveau de ses rivales vénitienne et génoise, ce qui dans son esprit impliquait certainement que le consul en devienne le principal acteur17. Il en résulta finalement un conflit violent avec certains de ses administrés, peu disposés à accepter un consul doté de si larges prérogatives, sans doute parce qu’elles allaient à l’encontre de leurs propres intérêts. A leurs yeux, son action relevait essentiellement de l’abus de pouvoir et aboutissait à étouffer la nation catalane de Constantinople18.

En guise de conclusion

  • 19 Cf. n. 5 et 18.
  • 20 AHCB. Notularum, II-78 : ibi presideatis eis omnibus et super eorum causis et negocis tanquam cons (...)
  • 21 Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 48-49.

10Quel était le problème de fond qui rendait aussi difficile l’équilibre au sein de la communauté ? Si à première vue le duel entre ces deux personnages pouvait s’expliquer déjà par le choc de deux caractères très forts, ce qui fut, à n’en pas douter, le cas, au vu des autres cas de confrontation entre les Catalans et leur consul19, ce qui se donne à voir dans cette affaire, c’est en réalité l’opposition entre deux conceptions différentes d’organisation de cette communauté. Conceptions différentes explicables par la diversité des intérêts, d’abord de ses membres, ensuite des autorités byzantines, sans oublier enfin les divergences de vue des autorités catalanes elles-mêmes, celles, municipales, de Barcelone, et celles, royales, de Naples, etc. Un premier modèle était celui d’une communauté ayant à sa tête un consul pourvu d’amples prérogatives, un autre étant celui d’une communauté tolérant la présence dudit officiel, mais avec un pouvoir aux limites clairement définies. Les marchands savaient qu’un consul était appelé à régir la vie communautaire et à devenir le principal intermédiaire entre ses compatriotes et les autorités locales20 : le problème était de fixer les limites de son action. Nous avons vu que les Catalans avaient développé des stratégies diverses pour s’adapter à un milieu bien souvent hostile. Ces stratégies avaient assuré leur survie et la prospérité pour quelques-uns d’entre eux. Or la réapparition d’un consul impliquait une nouvelle répartition de l’équilibre interne des forces, et les bénéfices retirés de la présence d’un consul à Constantinople étaient pesés par les Catalans à l’aune de leurs intérêts. L’existence de ces deux modèles si différents se trouvait à la base de la fragilité de l’équilibre interne de la communauté, car cette situation ne manquait pas d’avoir des répercussions sur les activités commerciales mais aussi sur les modalités de la vie du groupe, y compris les relations avec la société byzantine21. Mais la fragilité de cet équilibre n’était-il pas l’exact reflet de la versatilité du monde commercial qui avait donné vie à cette communauté catalane de Constantinople ?

Notes

1 Ce travail a été réalisé grâce à une bourse du subprograma de Promociòn General del Conocimiento (MEC) (Convocatòria BOE 30-09-98) FP98 46744727. Je remercie Guillaume Saint-Guillain qui m’a aidé à traduire ce texte.

2 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Conseil de Cent, Lletres closes 19/V/1441-21/VII/1442, fol. 8r.

3 AHCB, Conseil de Cent, Lletres comunes originals, 1/I/1441-29/XII/1441, n° 76 : no vol fer rasò da si mattex sino tannt com el vol.

4 En 1445 les conseillers de la cité de Barcelone élirent Joan de la Via comme consul à la place de Pere Rocafort, déposé en raison des nombreuses fautes commises durant l’exercice de sa charge. À partir de cette date et jusqu’en 1451, lorsque le roi reconnut définitivement Joan de la Via comme consul de tous ses sujets, un grave conflit opposa la cité, le monarque et les deux consuls : cf. Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders. Conflictivitat en el consolat català de Constantinoble a la primera meitat del segle xv », dans Maria Teresa Ferrer i Mallol-Damien Coulon, L’expansió catalana a la Mediterrània a la Baixa Edat Mitjana, Barcelone. 1999, p. 27-51. Sur la présence catalane à Constantinoble au xve siècle : C. Marinescu, « Contribution à l’histoire des relations économiques entre l’Empire byzantin, la Sicile et le royaume de Naples de 1419 à 1453 », dans Atti del V Congresso Internazionale di Studi Bizantini. Roma 20-26 settembre 1936. 1. Storia-Filologia-Diritto, Rome, 1939 (Studi bizantini e Neoellenici, 5), p. 209-219 ; M. del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 1972, p. 55-58 ; C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone, 1994, p. 71-73 et 136-140 ; et le travail de D. Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit.

5 En 1446, Rocafort lui-meme nous raconte comment d’autres membres de la communauté se sont opposes a son administration ; AHCB, Conseil de Cent, Cartes Comunes Originals 4-I-1446 a 31-XII-1446, n. 94 : sentando me novamente in bancho de la raxon et domandando justifia de certo mio consolato da uno Emanuel Consalvo, Christian novello, vene uno Bertholmeo Dinssa, etiam Christian novello, [...] el qual me disso coram omnibus che jo era uno robador et traidor et che soto spetie de raxion robo lin homini et altre moite iniurie [...] Jo li messi pecna [...] in plut volte non ma inzuriasse et lui, scampando dala loza et eundo a la loza de Venetiani, disse che non haveva el re nemi per niente.

6 Traditionnellement, l’historiographie des petites communautés d’Occidentaux installes temporairement ou définitivement à Constantinople a fait prévaloir deux approches ; la première, qui peut être qualifiée d’économiste, s’est intéressée à leurs activités commerciales et financières ; la seconde, institutionnelle, a privilègie l’étude de l’organisation et des structures juridiques dont elles se sont dotées. Plus récemment, on a souligné la nécessite de considérer l’ensemble des relations qui déterminent la configuration et le dévelopement de ces communautés. La compréhension de ces relations comme un tout organique et complexe a donc suscite un nouvel intérêt pour les interactions sociale, économique et juridique avec le milieu de réception, les rapports avec les sociétés, les institutions et les autorités des pays d’origine avant et pendant l’installation dans de nouveaux territoires, et la structure relationnelle au sein du groupe émigre : M. Balard, « L’organisation des colonies étrangères dans l’Empire byzantin (xiie- xve siecle) », dans V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson éd., Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, t. II viiie-xve siecle, Paris, 1991 (Réalités byzantines, 3), p. 262 et 269.

7 À Constantinople ses biens se trouvaient au pouvoir du Vénitien Giovanni Giustinian et de Polo et Jacobo Joan qui les avaient confiés à Moro Pisano. Ils devaient remettre ces biens a Guillem de Casassagia, lequel serait charge de les envoyer à Barcelone. Le consul lui-même informe les conseillers que lorsque les biens de Maquillas seraient récupères, ils pourraient être envoyés à Barcelone via Venise.

8 Les réformes fiscales de Jean VI Cantacuzène ont fixe, entre autres, la taxe du kommerkion que doivent payer les sujets de l’empereur a 2 %. Bien que la plupart des reformes de Jean VI soient restées lettre morte en raison du traite entre l’Empire et Gênes en 1352, rien dans les clauses de ce traite ne permet de penser que le kommerkion ait été ramené à 10 % : cf. N. Oikonomidès, Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (xiii-xv siecles), Montreal- Paris, 1979, p. 48. Le traite est edite par J. e P. Zepos, Jus Graecoromanum, 1, Athenes, 1931, p. 595-599, et I. Medvedev, « Dogovor Vizantii i Genui ot 6 Maja 1352 g. », Vizantijskij Vremennik, 38 (1977), p. 161-172. Sur la dégradation de la condition fiscale des Catalans : C. Marinescu, « Contribution à l’histoire », op. cit., p. 212 ; I. Djuric, Le crépuscule de Byzance, Paris, 1991, p. 370-373 ; A. de Capmany y de Monpalau, Memorias historicas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona. Reedicion anotada. Prólogo del Excmo. Sr. D. Felix Escalas Chamení. Introducción y notas por E. Giralt y Raventos. Revision documental por C. Batlle y Gallart, t. II, Barcelone, 1961, p. 504-505 (doc. 347). Sur les naturalisations d’Occidentaux a Byzance : J. Chrysostomides, « Venetian Commercial Privileges under the Palaeologi », Studi Veneziani, 12 (1970), p. 286 ; Fr. Miklosich et Ios. Muller, Acta et diplomata graeca Medii Aevi sacra et profana, vol. II, Vienne, 1872, p. 448-449. Sur le phénomène inverse, les naturalisations de Byzantins comme sujets de Gênes ou de Venise : Oikonomides, Hommes d’affaires, op. cit., p. 124-128 ; D. Jacoby, « Les Vénitiens naturalises, dans l’empire byzantin : un aspect de l’expansion de Venise en Romanie du xiiie au milieu du xve siècle », Travaux et mémoires, 8 (1981), p. 217-235 et Id., « Les Génois dans l’Empire Byzantin : citoyens, sujets et protégés (1261-1453) », La Storia dei Genovesi, 9, Gênes, 1989, p. 245-284.

9 Quelques-unes des activités commerciales de Portella peuvent être entrevues au travers de Giacomo Badoer : U. Dorini et T. Bertelè éd., Il Libro dei Conti di Giacomo Badoer, Rome, 1956, p. 23,2 : 32,8 ; 92, 2 ; 93,1,17 ; 177,13 ; 180,36 ; 197,19 ; 199,34 ; 204,10,33 ; 258.16 ; 259,23 ; 284,9 ; 301,16 ; 408,11,13 ; 490,11,12 ; 511,19 ; 515, 12 ; 581,14 ; 582,16 ; 597,13 ; 602,21 ; 615,30 ; 627,19 ; 637,5 ; 642,11. Nous avons aussi conservé trace de la participation de Portela au commerce des esclaves entre Constantinople et Rhodes : AHCB, Conseil de Cent, Registre de lettres Closes 12-III-1445 a 29-XI-1445, fol. 65r-65v.

10 Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Cancelleria, reg. 2688, fol. 172v.

11 Le même Rocafort assure dans sa lettre que depuis qu’il est entré en fonction, seuls quatre Catalans sont arrivés à Constantinople, deux de Barcelone, qui sont morts, et deux de Sicile qui ont été dépouillés par des voleurs : cf. n. 2. Bien que ces informations semblent très fantaisistes si on les confronte aux sources notariales et aux documents de chancellerie, elles ont une valeur indicative quant aux risques encourus par les marchands.

12 Par exemple, la confiscation des biens des Catalans de Constantinople et Péra pour une valeur totale de quarante mille ducats fut la réponse à un acte de piraterie du Catalan Pere de Loreta contre une nef byzantine : ACA, Cancelleria, reg. 2567, fol. 59v (22 juillet 1419). Pour d’autres exemples, en particulier un en 1436 : Marinescu, « Contribution à l’histoire », op. cit., p. 210 ; D. Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 40-41.

13 La concession du sauf-conduit est très critiquée par Rocafort qui propose aux conseillers de Barcelone de négocier avec l’empereur byzantin que ces sauf-conduits ne soient plus accordés sans l’autorisation du consul, puisque ces documents empêchaient ce dernier d’agir contre leurs bénéficiaires : cf. n. 2. En fait, ces sauf-conduits ne confèrent jamais une immunité absolue : le sauf-conduit que les autorités génoises avaient accordé à Portela ne fut pas respecté par le podestat de Péra, Borruel de Grimaldi, qui attaqua la nef sur laquelle Pere de Montreial, facteur de Portela, transportait des esclaves et d’autres marchandises à Rhodes depuis Constantinople. Pere Montreial resta incarcéré un temps et les marchandises furent confisquées. Nous ne connaissons pas la date de cette attaque (le document qui nous en informe est de 1445 : cf. n. 9), mais Borruel de Grimaldi fut podestat en 1443-44 : E. Dallegio, « Listes des podestats de la colonie génoise de Péra », Revue des Études Byzantines, 27 (1969), p. 151.

14 Junyent fut élu consul par les conseillers de la cité de Barcelone le 12 mars 1434 : AHCB, Consellers, Miscellània C-V, 7 Cònsols d’ultramar, Documentos sueltos I, Constantinople.

15 Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 36 et 44.

16 Sur Pere Rocafort et ses relations avec le roi et la cour byzantine : Marinescu, La politique orientale, op. cit., p. 85-87 ; Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 31-32. Les mesures de Rocafort les plus controversées furent celles à caractère fiscal, qui impliquaient une augmentation de la taxe prélevée sur les Catalans en raison du droit de consulat et du droit de loggia : cf. n. 18.

17 Marinescu, « Contribution à l’histoire », op. cit., p. 214-215.

18 AHCB, Conseil de Cent, Lletres comunes originals 4/1/1443-31/XII/1443, n° 53 (5 juin 1443) : faria a aquells molts e diverses intollerables greuges e injustícies, tantes e tals que si realment ell era lur enamich no les poria fer pijors. Entre los quais pretenen e affermen ésser aquests, ço es que sens alguna vergonya fa pagar a aquells un per cent, e son dret se diu ésser tansolament un quart. E niés avant, ço qui és fort de mal exempli, que, per ço com alguns mercaders no li han volgudes prestar en Rodes algunes quantitats de moneda, ha scrit a l’emperador contra aquells quis troben en la dita ciutat de Constantinoble coses contra veritat, per induir lo dit emperador los dampnifficàs en lurs bens e persones ; e per ço com lo dit emperador no ha procehït contra aquells en la manera que ell desijava per complir son injust desig e voler desordonat, és passât al senyor rey, de la magestat del quai, per falses assercions e informacions, los dits mercaders se dubten no trascha provisions contra aquells. E d’altra part, que per tot son poder traballa en voler-se occupar certs bens qui son en Constantinoble de certs mercaders morts, los quais bens son en lo dit loch seqiiestrats per seguretat d’aquells als quais se pertanguen. E dirien moites altres coses, les quais son de fort mal eximpli, car dien los dits mercaders que lo dit cônsol és axi enamich llur com si propiament era Janovès o de naciô que no fos en conffederació del senyor rey o de nació cathalana, e que és home molt freturós de discreció e de actes pertanyents a la justicia.

19 Cf. n. 5 et 18.

20 AHCB. Notularum, II-78 : ibi presideatis eis omnibus et super eorum causis et negocis tanquam consul et tant in audiendo omnes questiones, controuersias et causas eorum ; et de eis cognoscendo illasque decidendo et determinando quant alias et super personis, mercibus, rebus, bonis, negociis et causis eorum ordinandis, dirigendis, regendis et administrandis ; et exhibenda et administranda iusticia inter eos habeatis et exerceatis omnem illam. Sur l’institution du consulat catalan et la bibliographie qui s’y rapporte : M. Teresa Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els Consulats d’Ultramar, instrument i manifestació de l’expansió del comerç català ». Ferrer i Mallol-Coulon, L’expansió catalana, op. cit., p. 65-79. Sur la signification d’une institution comme celle du consulat, A. Grief, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales, Histoire, Sciences Sociales (1998) n° 3, p. 597-633 ; H. Casado Alonso, « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa (siglos xv y xvi) », dans H. Casado Alonso éd., Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos xiv, xv y xvi, Burgos, 1995, p. 15-56.

21 Duran i Duelt, « Monarquia, consellers i mercaders », op. cit., p. 48-49.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540