Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants en Mer Noire

Étude d’un compte de « voyage à Trébizonde » à travers le « livre de comptes » de Giacomo Badoer (1436-1440)

Alina Minghiras

Texte intégral

  • 1 L’édition de la source avait été précédée par une brève communication faite par Tommaso Bertlè au (...)

1Pour ébaucher un panorama du commerce de la mer Noire et des pratiques comptables des marchands résidant à Constantinople vers le milieu du xve siècle, avant la chute de la ville aux mains des Turcs ottomans, nous sommes aujourd’hui en possession d’un grand registre, conservé aux Archives de Venise. Ce registre, publié il y a quarante ans, est sans commentaires1. Il s’agit du « Livre de comptes » de Giacomo Badoer, le seul registre comptable connu et tenu sur place, à Constantinople, entre 1436-1440, par un homme d’affaires vénitien.

  • 2 N. Oikonomidès. Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (xiiie-xvesiècle). Montréal-Par (...)

2Le « livre de comptes » de Giacomo Badoer appartient à la fin d’une époque, marquée par plusieurs événements politiques et économiques, et qui s’est terminée au xve siècle avec la conquête ottomane. Cette époque se caractérise par l’affaiblissement et le déclin de l’Empire byzantin, qui perd progressivement sa puissance politique et économique et son étendue territoriale, ne gardant que son prestige culturel comme centre de l’orthodoxie2. Le fait qu’il s’agisse d’un livre de comptes explique que le contexte politique n’apparaisse pas dans cette source. Le registre a attiré l’attention des historiens par la richesse des renseignements qu’il livre sur le commerce de l’époque et particulièrement sur le bassin de la mer Noire, auquel nous nous limiterons dans cette étude. À travers les comptes inscrits par Badoer, on peut suivre les trajets des marchands et de leurs marchandises, le jeu de l’offre et de la demande, en fonction desquels s’établissent les réseaux commerciaux du bassin pontique.

  • 3 Ph. Woff, Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux, Paris, 1986, p. 147.

3Le grand livre de comptes de Giacomo Badoer est tenu en comptabilité à partie double où chaque opération, chaque mouvement ou flux monétaire est enregistré deux fois, avec une écriture et sa contrepartie de même valeur, mais de signe contraire. L’enregistrement d’une transaction se traduit par deux entrées dans le livre. Chaque transaction apparaît sur le compte de Badoer, au débit et au crédit, et se trouve reportée sur le compte du marchand, ou d’une marchandise concernée. En bref, pour la majorité des échanges économiques, quatre enregistrements sont faits : deux au moment de l’acquisition de la marchandise, un en débit et, respectivement, un en crédit sur deux comptes différents, et les deux autres au moment de la vente3. Si l’on veut étudier une opération, il est nécessaire d’en étudier les deux entrées, à savoir la totalité des comptes. Ainsi nous pouvons reconstituer le déroulement d’une affaire, les raisons qui conduisent les marchands vers certaines routes, les marchandises, les associés, les circonstances d’une opération, le destin et même la carrière des hommes.

4Notre démarche est inverse de celle de Badoer, à savoir décomposer les différentes entrées et, à partir des détails de la transaction qu’il nous fournit, retracer avec ces renseignements la genèse d’une affaire et de manière plus large son commerce en mer Noire. Adopter un parcours inverse de celui suivi par Badoer avec ses écritures permet donc de remonter le fil des affaires jusqu’aux pays et aux propriétaires d’origine. C’est avec cette méthode que nous allons analyser un voyage d’affaires fait par un associé auquel Badoer a confié des marchandises et de l’argent.

  • 4 J. Le Goff, Marchands et banquiers du Moyen Age, Paris, « Que sais-je ? », 1962. p. 19.
  • 5 E. Peragallo, « The Ledger of Jachomo Badoer : Constantinople September 2, 1436 to February 26, 14 (...)
  • 6 G. Astuti, « Le forme juridiche dell’attivita mercantile nel « Libro dei conti » di Giacomo Badoer (...)
  • 7 Peragallo, op. cit., p. 885.
  • 8 Oikonomidès, op. cit., p. 80.

5Badoer est le type même du marchand sédentaire, caractéristique des xive et xve siècles, qui se situe au centre d’un réseau d’où il mène ses affaires4. Il n’est pas spécialisé et, par conséquent, il ne refuse aucune transaction dont il puisse tirer un certain profit5. Ainsi, il utilise les techniques commerciales qui répondent le mieux aux intérêts de ce type d’affaires : la compagnia avec sa formule pour le voyage, la compagnia de viazo, les contrats de commissione, le moyen de correspondance le plus employé entre les marchands sur les marchés divers, les contrats d’assurance6 et aussi les comptes de voyages, souvent utilisés par les marchands vénitiens7. La majorité de ces voyages d’affaires ont une courte durée bien qu’ils couvrent de grands espaces8.

  • 9 Dans le « Livre de comptes » de Giacomo Badoer. les comptes pour viazo de Trébizonde sont aux fol. (...)

6Le livre de Badoer contient une dizaine de comptes de voyages ouverts pour commercer dans les principaux comptoirs italiens accessibles à cette époque dans le bassin pontique : à Trébizonde, Sinople, Simisso, Savastopoli, Caffa, Tana, Moncastro, « porto di Zagora »9.

  • 10 D’après une étude de M. Ida sur les comptes de draps et d’épices qui se trouvent dans le grand reg (...)
  • 11 F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, vol. III, Paris. (...)

7Nous allons parler du troisième voyage d’affaires initié par Badoer à Trébizonde depuis son arrivée à Constantinople. Badoer a des relations commerciales étroites avec la colonie vénitienne de Trébizonde10 par l’intermédiaire de ses correspondants italiens, qui y résident, à savoir des Vénitiens installés depuis longtemps dans les comptoirs italiens. A Caffa, au centre de l’activité génoise, se trouve Andrea della Calle11, à Trébizonde Antonio da Negroponte, des Vénitiens établis dans le bassin de la mer Noire.

8Les voyages d’affaires sont réalisés par les correspondants ou les associés de Badoer, ainsi les risques et les bénéfices sont-ils partagés entre les deux personnages, en fonction du capital de chacun. Un tel voyage est, en fait, une affaire dans l’affaire : Badoer confie au marchand associé des marchandises à vendre sur un autre marché. Il distribue les marchandises sans les vendre et il enregistre dans son journal comptable les comptes de ses correspondants sur les autres places commerciales. Donc, Badoer confie ses marchandises, qui vont être commercialisées à Trébizonde par son associé, ser Griguol Chontarini, parent du capitaine de navire Piero Contarini, qui a amené à Constantinople notre marchand et son apprenti, Antonio Bragadin.

  • 12 Les comptes du Livre de comptes de Giacomo Badoer sont dans deux colonnes opposées, sur deux pages (...)
  • 13 Badoer, fol. 51. ligne 8. p. 102.

9Badoer ouvre le compte « viazo de Trabexonda » en débit12, en indiquant le nom de son associé : rechomandà a ser Griguol Chontarini13 au 7 mars 1437. C’est un exemple d’une compagnia de viazo souvent conclue par notre marchand vénitien. À la première écriture de ce compte, nous apprenons que Badoer confie une somme d’argent de deux cents ducats turcs, laquelle provient de la caisse de son entreprise. Il indique aussi les conditions de livraison, tout cela en présence de témoins : « Voyage de Trébizonde de l’année 1437 confié à messer Griguol Chontarini, doit donner au jour du 7 mars à la caisse, pour un montant de deux cents ducats turcs, qui ont été pesés au moment du chargement sur le navire du patron Jani Tepefto de Constantinople, dans une bourse (groppo) qui a été scellée avec mon signe, laquelle bourse a été emportée par ledit patron dans ma maison en présence de maître Elia Zudio et de son frère, Chain, et de sieur Piero dal Pozo. courtier, et Zorzi, notre commis, comptant... [référence au folio 48] hyp. 414, car. 0. »

  • 14 Badoer. fol. 48. ligne 7, p. 97. En ce qui concerne le style venitien utilise par Badoer pour ses (...)

10Nous remarquons que sa contrepartie, au crédit de compte « caisse », est enregistrée le 8 mars 143714 ; on ignore pour quelles raisons Badoer a annoté cet enregistrement avec un jour de retard.

  • 15 Badoer. fol. 51, ligne 10, p. 103.

11Le voyage d’affaire accompli, Grégoire Contarini envoie à Badoer le 5 décembre 1437 les résultats de son négoce, à bord de la galère du patron, ser Aluvixe Chontarini. À ce moment notre marchand a marqué dans le compte « viazo », ainsi que dans celui de Grégoire Contarini, les écritures correspondantes. Si nous regardons au crédit du compte « viazo » nous pouvons observer que ses entrées sont toutes enregistrées à partir de la date du 5 décembre 1437. Exception faite de la dernière écriture, qui représente un report provenant d’une autre compagnie de voyage. L’on peut donc en déduire que Grégoire Contarini a négocié à Trébizonde les 200 ducats turcs probablement longtemps avant le 5 décembre 1437. Lors de la vente, Contarini a remarqué qu’il avait reçu, dans la bourse confiée par Badoer, des ducats d’émission aux titres différents, à la place des ducati turchi. Par conséquent, Contarini a été contraint de vendre ces ducats à divers prix, que Badoer consigne dans son livre, avec tous les détails, ce même 5 décembre15. À l’issue de cette vente, après que toutes les commissions eurent été retenues, il reste la somme obtenue par l’associé de Badoer à Trébizonde : les ducats turcs ont été vendus avec un certain profit (de 19 hyperpères et 20 carats, c’est-à-dire 19,83 hyperpères). Contarini a payé 1 % pour « le droit de la Commune » et a retenu pour lui-même un autre 1 % à titre de commission.

  • 16 Badoer, fol. 51, lignes 13-15, p. 102.

12Un mois plus tard, le 16 avril, une autre transaction est opérée dans le compte de voyage : il s’agit d’un transport de blé appartenant à Badoer, chargé sur la griparia de ser Polo da Loredo. Le propriétaire du bateau « doit recevoir 1 hyperpère et demi par muid, pour le nolisement » mais sans indiquer la quantité de céréales emportées. Badoer lui paie la taxe de nolisement ainsi que la taxe pour la rédaction de l’acte de nolisement (nolizà) rédigé à cette occasion par un courtier, Zuan dal Pozo16.

  • 17 Badoer, fol. 51, lignes 17, p. 102.

13Un mois plus tard, le 10 mai, Badoer envoie des victuailles de son propre compte, de miaraxon17 à Trébizonde. Ce sont cent quarante muids de blé chargés à Agathopolis sur le bateau du patron Polo da Loredo, ce dernier habitant Corfou, mais commerçant dans le bassin pontique.

14Voyage de Trébizonde de l’année 1437 confié à messer Griguol Chontarini doit donner, le jour du 10 mai [1437], pour des victuailles de mon compte, pour apporter 140 muids de blé, avec les frais pour leur chargement sur le navire du patron Polo da Loredo, qui habite à Corfou, lesquels muids il a chargés à Agathopolis, comptant [référence au folio 73]... hyp. 875, car. 0.

  • 18 Badoer, fol. 73, lignes 2-5, p. 148.

15Dans le compte « victuailles » où se trouve la contrepartie de ces écritures, on voit que ce blé était également apporté le 10 mai 1437 par chir Dimitri Notara et Constantin Paléologue d’Agathopolis, avec le patron Polo da Loredo, ayant le même courtier, Zuan dal Pozo18.

16Revenant à notre compte « viazo de Trabexonda », au crédit, nous constatons que les cent quarante muids de blé de Romanie ont été vendus par le même Grégoire Contarini. Badoer enregistre tous les frais payés par Contarini, y compris le nolisement de Polo da Loredo.

17Voyage, ci-contre [écrit] doit avoir, au jour dit [le 5 décembre 1437], pour ledit [messer Griguol Chontarini], pour le profit brut de 140 muids de blé de Romanie, dont il m’a assuré qu’ils équivalaient à 198 muids de Trébizonde, qui ont été vendus au prix de 20 aspres pour un pisomiario, soit 240 aspres le muid, tout comptant 47 433 aspres, avec une remise pour frais, portefaix, et pourboire 719 aspres

18et pour le droit de mesurer (psomiario et mega digiti) 64 aspres

19et pour le nolisement de 10 sacs déchargés 10 aspres

20et pour le nolisement en espèces dans le compte de Polo da Loredo à 1,5 hyperpères pour un muid de Romanie 6 943 aspres

21et pour le loyer d’un dépôt pour un mois 30 aspres

22et pour le comerchium de l’Empereur de 1,25 % 592 aspres

23et pour le droit de la Commune de Venise de 1 % 474 aspres

24et pour la commission de 3 % 1 422 aspres

25La somme pour tous ces frais est de 10 245 aspres, restant net 37 179 aspres évalués à 36 aspres un hyperpère [référence au folio 153] - hyp. 1 032 car 18 = 1 032,75 hyperpères.

26Ces écritures, riches en données sur les quantités de blé et les taxes détaillées, nous indiquent également que les céréales sont restées durant un mois dans un dépôt à Trébizonde avant leur vente.

27Une nouvelle transaction est enregistrée dans le compte du « viazo de Trabexonda de 1437 », mais deux mois et demi après la dernière, le 15 juillet, ce qui nous indique que Badoer a probablement laissé ce compte ouvert tout au long de l’année 1437, de mars à décembre, mois durant lesquels il a délégué plusieurs fois Grégoire Contarini à Trébizonde pour ses affaires.

28S’agissant d’un stock de millet appartenant à Badoer, transporté à Constantinople sur une autre griparia appartenant au patron Chirico Sachi, nous lisons :

29Voyage de Trébizonde de l’année 1437 confié à messer Griguol Chontarini doit donner, le jour du 15 juillet [1437], pour des victuailles de mon compte, pour apporter 492 pisomiarii, à la mesure de Trébizonde, de millet, qui pèsent 26 muids de Constantinople, comptant, avec les frais de chargement sur le navire du patron Chiriacho Sachi, dont le patron doit recevoir pour nolisement 60 aspres de Trébizonde par muids de Constantinople, c ‘est-à-dire 3 aspres pour un psomiario, comptant pour les frais [référence au folio 73]... hyperpères. 141 car 18 = 141,75 hyperpères.

  • 19 Badoer, fol. 73, ligne 6, p. 148.

30Nous pouvons en conclure que le terme psomiario, que Badoer désigne comme mesure de Trébizonde, sert à mesurer le blé et le millet. Nous apprenons par le compte « victuailles » détenu par Badoer, où se trouve la contrepartie des écritures sur le millet, que celui-ci a également été apporté à Constantinople, le 10 juin, d’Agathopolis par Dimitri Notaras et Constantin Paléologue19. Au débit du compte « victuailles » nous constatons que les deux marchands d’Agathopolis ont envoyé un concitoyen, Papa Sciepofilacha, pour apporter ces céréales à Badoer.

  • 20 Badoer, fol. 51, ligne 24, p. 102.
  • 21 Badoer, fol. 57, ligne 31, p. 115.

31Les choses se passent de la même manière avec une charge de laine dont Badoer est le propriétaire. Au débit du compte de voyage, Badoer mentionne que cette laine, expédiée sur la nave patronnée par Aluvixe Contarini le 22 septembre à Trébizonde, a été pesée à Andrinople20. Grâce aux écritures du compte intitulé lane tonde de mia raxon nous retrouvons les traces du voyage fait par cette marchandise. Elle a été achetée à Andrinople pour Badoer par Jachomo Beneventi21. Celui-ci, accompagné par son frère, Tomaso, conclut souvent des affaires avec Badoer.

  • 22 Badoer, fol. 51, ligne 26, p. 102.
  • 23 Badoer, fol. 44, ligne 21, p.89.
  • 24 Badoer, fol. 43, ligne 19, p. 86.

32Parmi les dernières entrées dans le compte « voyage à Trébizonde » l’une provient de l’ultime voyage entrepris à Trébizonde pour Badoer, cette fois-ci associé avec Antonio da Negroponte, habitant de Trébizonde22. Il s’agit d’une certaine quantité de sucre, reliquat du précédent voyage à Trébizonde, laissée par Antonio da Negroponte à Trébizonde à Grégoire Contarini le 18 décembre 1437, accompagnée d’un reçu établi au nom de Badoer. Les entrées du compte des voyages antérieurs à Trébizonde, on peut apprendre que ce sucre provient de Chypre, d’où une grande quantité à été apportée, puis envoyée vers Simisso et Trébizonde, le 12 février 1436, pour Badoer, au cours du voyage effectué par Antonio da Negroponte23. Le compte « sucre » nous informe de son achat pour le compte de Badoer par Polo Buzardo, le 23 janvier 1436, qui le lui a rapporté jusqu’à son domicile de Péra24. L’itinéraire de ce sucre, de trois qualités différentes, ne se termine pas là, puisque cette fois encore Grégoire Contarini n’a pas réussi à le vendre. La même chose s’est produite pour la laine et, par conséquent, Badoer a reporté ces marchandises sur un autre compte de voyage à Trébizonde, pour équilibrer le compte présent.

  • 25 Badoer, fol. 173, ligne 2, p.348.

33Pour le voyage suivant à Trébizonde, Badoer est également associé avec Grégoire Contarini et c’est au cours de ce voyage qu’il réussit enfin à écouler ce sucre ainsi que la laine, détenue par Antonio da Negroponte25. Ainsi nous suivons jusqu’à son terme l’itinéraire de chaque marchandise.

34En conclusion, nous ne nous sommes pas préoccupée ici du prix des marchandises commercialisées, des taux d’intérêt, des taux d’échange des monnaies, notre seule intention étant de suivre les déplacements des hommes et des marchandises. Cette méthode de décomposition du livre de comptes de Badoer nous permet également de retracer les relations établies entre Badoer et ses associés, d’établir le réseau de toutes les personnes impliquées dans ces transactions. En quelque sorte, nous sommes face à une reconstitution assez fidèle et en tout cas détaillée des modalités du commerce pontique.

  • 26 R. S. Lopez, « Du marche temporaire à la colonie permanente. L’évolution de la politique commercia (...)

35À partir de ces données précises, nous pouvons également mettre en évidence les logiques et le fonctionnement des relations économiques de cette époque. Les colonies permanentes établies dans le bassin pontique constituaient la base des déplacements des hommes d’affaires. Les informations dont nous disposons à ce jour sur ce réseau d’interactions soulignent l’importance durable du bassin de la mer Noire sur la scène économique et historique de l’Europe. Le commerce international se déroule encore à l’aide des comptoirs pontiques qui « multiplient les affaires afin que chaque jour donne son profit »26.

Notes

1 L’édition de la source avait été précédée par une brève communication faite par Tommaso Bertlè au VIIIe Congrès International d’Études Byzantines, Palerme, 1951, annonçant la parution de l’ouvrage. Dans la préface de l’ouvrage, Giuseppe Tucci, alors directeur de l’Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente, sous la direction duquel le livre a été publié, annonçait un second volume qui contiendrait des documents inédits, démonstratifs et complémentaires du Libro dei conti de Giacomo Badoer, avec un index analytique et des études sur les aspects plus importants qui se trouvent dans le grand registre. Ce Commentaire n’est pas paru à ce jour.

2 N. Oikonomidès. Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (xiiie-xve siècle). Montréal-Paris, 1979. p. 21.

3 Ph. Woff, Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux, Paris, 1986, p. 147.

4 J. Le Goff, Marchands et banquiers du Moyen Age, Paris, « Que sais-je ? », 1962. p. 19.

5 E. Peragallo, « The Ledger of Jachomo Badoer : Constantinople September 2, 1436 to February 26, 1440 », The Accounting Review, n° 4. octobre 1977, p. 881.

6 G. Astuti, « Le forme juridiche dell’attivita mercantile nel « Libro dei conti » di Giacomo Badoer ». Annali di Storia del diritto, t. XII-XIII, 1968-1969, p. 69.

7 Peragallo, op. cit., p. 885.

8 Oikonomidès, op. cit., p. 80.

9 Dans le « Livre de comptes » de Giacomo Badoer. les comptes pour viazo de Trébizonde sont aux fol. 7, 44, 51, 152, 173. Celui du fol. 7 comporte également des écritures pour les affaires conclues à Sinople. Les échanges et les comptes de voyages pour Caffa sont enregistres aux folios 74, 79, 176, 196, 307. L’on relève également un voyage à Tana : fol. 219.

10 D’après une étude de M. Ida sur les comptes de draps et d’épices qui se trouvent dans le grand registre comptable de Giacomo Badoer, Constantinople entretient les relations les plus étroites avec Adrianople, suivi par Alexandrie, Trebizonde, Brousse, Messine, Beyrouth, Caffa. Zagora, Candia. Sanisun, Tana, Gallipoli. M. Ida, « Trade in Constantinople in the First half of the Fifteenth Century », Mediterranean World, XV, Tokyo, 1998, p. 47.

11 F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, vol. III, Paris. 1961, n° 2653. Andrea della Calle a été nommé consul de Venise à Caffa en 1444.

12 Les comptes du Livre de comptes de Giacomo Badoer sont dans deux colonnes opposées, sur deux pages en vis-à-vis et successives, qui forment un folio, numéroté grâce aux chiffres arabes dans le coin en haut de chaque page. La première colonne de gauche représente le débit pendant que la colonne opposée et suivante représente le crédit. Un compte est un cadre instruit par des écritures, dont chaque libellé nous donne tous les détails d’une affaire. Le compte « viazo de Trabexonda » se trouve à la fin de cette étude.

13 Badoer, fol. 51. ligne 8. p. 102.

14 Badoer. fol. 48. ligne 7, p. 97. En ce qui concerne le style venitien utilise par Badoer pour ses affaires, nous convenons d’utiliser les dates comme elles apparaissent dans Le livre de comptes. En effet, il y a un decalage entre le style normal et celui de Badoer dans lequel l’année commence le 1er mars.

15 Badoer. fol. 51, ligne 10, p. 103.

16 Badoer, fol. 51, lignes 13-15, p. 102.

17 Badoer, fol. 51, lignes 17, p. 102.

18 Badoer, fol. 73, lignes 2-5, p. 148.

19 Badoer, fol. 73, ligne 6, p. 148.

20 Badoer, fol. 51, ligne 24, p. 102.

21 Badoer, fol. 57, ligne 31, p. 115.

22 Badoer, fol. 51, ligne 26, p. 102.

23 Badoer, fol. 44, ligne 21, p.89.

24 Badoer, fol. 43, ligne 19, p. 86.

25 Badoer, fol. 173, ligne 2, p.348.

26 R. S. Lopez, « Du marche temporaire à la colonie permanente. L’évolution de la politique commerciale au Moyen Âge », Byzantium and the world around it. Economic and Institutional Relations, Londres, 1978, V, p. 402.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540