Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants en Mer Noire

Tana - Une grande zone réceptrice de l’émigration au moyen Âge1

Sergej P. Karpov

Texte intégral

  • 1 Recherche effectuée avec le concours du Russian Fund for Humanities (RGNF), projet N 97-0100440.

1Les comptoirs génois et vénitien de Tana coexistaient dès la fin du xiiie siècle et ce jusqu’en 1475 avec Azaq, grande cité de la Horde d’Or, ainsi qu’avec des établissements grec, slave et juif. C’était une réelle agglomération de peuples et de traditions, tant culturellement que politiquement, très fluctuante et très attractive pour les marchands, grâce à sa position favorable au carrefour de l’Europe et de l’Asie, à la jonction des axes du commerce maritime et terrestre. Plusieurs fois détruits par les khans tatars ou par de simples chefs de tribus locales, les deux comptoirs adversaires et partenaires en même temps renaissaient et se fortifiaient. De grandes crises globales ont sans doute affecté la position économique de Tana, mais elles ont parallèlement donné une nouvelle apparence aux comptoirs et ont consolidé la participation des Italiens dans le commerce local de la région. Comme nous allons le voir, deux genres de marchandises ont eu une importance tout à fait particulière dans les moments d’après crise : les esclaves et les peaux salées de bovins.

2Grâce aux fonds des archives d’État de Venise et de Gênes nous pouvons partiellement reconstituer la documentation aujourd’hui disparue in situ des comptoirs italiens. Quelques documents de notaires sont préservés et d’autres, bien que perdus, sont souvent cités et ainsi nous sommes en mesure de reconstituer le puzzle. Comparée à Gênes, Venise est plus riche en documentation sur Tana ; à ce jour, j’ai pu retrouver les noms de vingt-six notaires dans les mille cent vingt-et-un documents vénitiens rédigés à Tana, contre treize notaires dans treize documents génois, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on connaît la préférence des Génois pour les comptoirs de Crimée et Caffa, avec leurs cent quatre-vingt-quatre notaires cités dans les mille quatre cent cinquante-neuf documents connus.

3Le notaire vénitien le plus fructueux a été Benedetto Bianco, travaillant à Tana entre 1359-1364 avec quelques interruptions, et qui nous a laissé quatre cartulaires et quelques parchemins originaux, des instrumenta, sans compter ses minutes, identifiées dans deux autres séries de documents d’archives : les Notai diversi et les commissarie des Procuratori di San Marco, au total plus de quatre cent vingt documents. Bianco a été chancelier, et l’unique notaire permanent vénitien de Tana, où seuls quelques notaires de passage voyageant sur les galées du marché (Nicolò di San Lorenzo et Marco Marcello) ont rédigé des actes peu nombreux, en même temps que Benedictum Blancho de confinio sancte Heuphimie de Iudecha de Veneciis presbiterum curie Venetorum in Tana, quand il a exercé ses fonctions de chancelier du consulat de 1359 à 1360 et de 1362 à 1363.

  • 2 A. Sorbelli, « La lotta tra Genova e Venezia per il predominio del Mediterraneo », Memorie della R. (...)
  • 3 S. Papacostea. « Quod non iretur ad Tanam. Un aspect fondamental de la politique genoise dans la me (...)
  • 4 F. Thiriet, « Les Vénitiens en mer Noire. Organisation et trafics (xiiie-xve siècles) », Archeion P (...)
  • 5 Archivio di Stato di Venezia, Cancelleria Inferiore, 19, 1 cart., f. l r : incipit (ensuite : BB).
  • 6 BB, N 84 : 1359.12.14 ; cf. : A. P. Grigor’iev-V. P. Grigor’iev, « Poslanije ordynskoi khanchi Taid (...)

4Benedetto Bianco a été l’un des premiers chanceliers vénitiens à Tana après la grande crise de 1340, l’expulsion des Italiens d’Azaq et la guerre avec Gênes en 1350-13552. C’est seulement en 1358 que les Vénitiens, à la suite du devetum de visiter la place durant trois années, prévu par le traité avec Gênes de 13553 - mais parfois mal observé -, ont pu rétablir leur comptoir à Tana en profitant de l’accord définitif avec le khan Berdibec en 1358, mais avec des conditions moins favorables que précédemment. Par exemple, ils ont dû payer des taxes principales de 5 % sur la valeur des marchandises (elles s’élevaient à 3 % en 1343)4. Beaucoup de choses, en effet, dépendaient de l’attitude du khan, de son gouverneur d’Azaq et de « barons » ou émirs locaux. Ce n’est pas par hasard si Benedetto Bianco commence son cartulaire avec l’histoire du renversement des khans en 1359 et le début de guerres fratricides dans la Horde d’Or, périlleux pour l’existence du comptoir5. Dans les années 1360, pourtant, la situation autour de Tana a encore été relativement tranquille et l’activité commerciale n’était pas trop perturbée. La veuve du khan, Canibek Taidula, grande protectrice des chrétiens (pas du tout désintéressée d’ailleurs), accordait des crédits aux Vénitiens et une ambassade envoyée par le consul de Tana, Pietro Caravello, à « l’impératrice des Tatars » est mentionnée par notre notaire6. Mais cette anecdote fait l’objet d’un discours spécial.

5Nous nous employons ici à analyser le premier cartulaire de Bianco, avec ses deux cent dix actes, couvrant une année entière, du 1er septembre 1359 au 31 août 1360. Le cartulaire de Bianco n’ayant pas de lacunes déterminantes, il nous donne une vision assez complète des affaires menées dans le comptoir vénitien au cours d’une année. Pour élargir davantage notre base de données, nous avons complété le dossier avec six actes émanant du notaire maritime Nicolò di San Lorenzo, rédigés à Tana du 16 au 20 septembre 1359.

6Rappelons que les comptoirs sont à peine rétablis en 1358 et nous sommes ici en présence d’une histoire de l’émigration tout à fait nouvelle. On peut observer les différentes couches sociales qui construisent l’établissement et maintiennent son activité économique et connaître leur provenance géographique.

7Notre base de données comptabilise cinq cent quarante-huit personnes, parmi lesquelles figurent quatre-vingt-dix-huit esclaves. Je pense qu’il s’agit là de la majorité absolue d’habitants économiquement actifs de Tana vénitienne et de leurs partenaires immédiats, visitant le comptoir, puisque comme je l’ai déjà mentionné, Benedetto Bianco a été le seul notaire officiel à cette époque. L’analyse de la composition ethnique (à l’exclusion des esclaves pour l’instant) nous offre, parmi quatre cent quarante-trois personnes libres : vingt-six Grecs, treize « Sarrasins », neuf « Alains », sept Arméniens, sept Tatares, trois Catalans, trois juifs, deux Allemands, deux Dalmates et un Russe, un Tchèque et soixante-treize personnes non italiennes.

8Les personnes originaires de diverses régions se répartissent de la manière suivante :

POPULATION DU COMPTOIR VÉNITIEN DE TANA EN 1359-1360 SELON LES ZONES GÉOGRAPHIQUES

POPULATION DU COMPTOIR VÉNITIEN DE TANA EN 1359-1360 SELON LES ZONES GÉOGRAPHIQUES

9Hors de l’Italie, parmi dix-huit « Occidentaux » on peut seulement identifier avec certitude : trois Catalans, deux Dalmates, deux Allemands et un frère tchèque. En ce moment de crise, la colonisation de Tana semble donc être le « métier » italien de prédilection. Rappelons que l’absence de Français et d’Anglais est la conséquence de la guerre de Cent Ans, à peine commencée. La situation est totalement différente au xve siècle.

10Quant aux cités et localités d’Italie (du Nord pour la plupart), elles sont bien représentées.

11Le graphique montre la distribution selon les provinces et, à nouveau, Venise et la Vénétie ont une prédominance absolue, ce qui n’est pas une surprise. Une chose notable est l’activité considérable des marchands de Toscane (vingt-trois personnes, le deuxième chiffre après Venise).

12La distribution de la population de Tana vénitienne selon les « nationalités » (esclaves exclus) est la suivante :

DISTRIBUTION PAR NATIONALITÉS, TANA 1359-1360

DISTRIBUTION PAR NATIONALITÉS, TANA 1359-1360

13Il est évident que le processus de la colonisation a été mené en premier lieu par les Italiens. Parmi leurs collaborateurs, les Grecs sont naturellement les plus nombreux. Tatars et Sarrasins (ce dernier terme est à utiliser strictement pour les hommes de statut libre et parfois de rang élevé) les talonnent. Les Arméniens sont eux aussi bien représentés. Notre notaire fait toujours une distinction entre les Tatars et les Mongols, les libres et les esclaves ; il faut souligner la présence bien évidente des Alains, tout aussi intéressante. Pour établir le profil des Orientaux, il faut étudier leur statut et leur activité à Tana. Parmi les vingt-sept Grecs présents, on trouve six citoyens de Venise, parmi les trois juifs deux citoyens, parmi neuf Arméniens un, et un citoyen parmi onze Alains, pas de musulmans et peu d’indigènes. Il est évident que parmi les citoyens de Venise, les Orientaux (principalement les Grecs) sont la minorité absolue. Des cent un citoyens de Venise à Tana, seuls dix sont orientaux (soit moins de 10 %). Parmi les dix-huit citoyens de Gênes et de Péra à Tana on trouve exclusivement des Italiens, en majorité des Ligures, excepté un cas, peu clair : Iacfero de Narenzan coudant Antonii. La citoyenneté est donc rarement attribuée à des non-Italiens.

14Au milieu de citoyens de Venise on trouve des immigrés originaires des villes qui suivent :

CITOYENS DE VENISE À TANA, 1359-1360

CITOYENS DE VENISE À TANA, 1359-1360

15Ce tableau montre le fort pourcentage des citoyens de Venise parmi les marchands italiens (soit 38,4 % originaires de Venise même). Cela démontre qu’une grande part des émigrants de l’Italie à Tana est formée d’émigrants de Venise ayant des maisons dans beaucoup de paroisses de la capitale de l’Adriatique. Ces migrants ne s’identifient pas avec leur ville natale mais avec Venise. Donc, la colonisation « italienne » vers Tana a été largement effectuée par la médiation de Venise même.

  • 7 Cf. M. Durou-Iliopoulou, Δυτιχοὶ στη βєνєτοκρατούμєνη Ρωμανία (Κρήτη, Μєθώνη, Κορώνη) ὰπò τò 1261 ώ (...)

16Lors de la seconde colonisation de Tana (par rapport à la première, avant la crise de 1340) nous pouvons noter la présence non négligeable d’Italiens originaires de la Romanie vénitienne. Parmi les quinze citoyens vénitiens de Candie, Constantinople, Aenos, Philadelphie, Négrepont, Tana et Thessalonique, on dénombre six Grecs, six Italiens, un juif, un Arménien, ainsi qu’une personne d’origine incertaine, soit 40 % d’Italiens, mais... concentrés pour la plupart en Crète (cinq sixièmes)7.

  • 8 ΒΒ, Ν188 : 1360.08.14.
  • 9 ΒΒ. Ν11 : 1359.09.06.
  • 10 ΒΒ, Ν121 : 1360.05.26.
  • 11 Archivio di Stato di Venezia, Miscellanea Notai diversi, 3 : Gabriele prete di S. Bartolomeo, N4. p (...)
  • 12 S. P. Karpov, La navigazione veneziana nel Mar Nero XIII-XV sec, Ravenne, 1999 ; D. Stockly, Le Sys (...)

17Le statut de bourgeois de Caffa, Péra, Chio et Tana (un cas) est exclusivement réservé aux Italiens (pour moitié des Génois). Les bourgeois sont assez rares, six en tout. J’explique cela par la jeunesse de la seconde vague de colonisation vénitienne de Tana, ainsi que par l’absence de vraies fortifications, constitutives de « bourgs », autour du comptoir. Néanmoins il y a beaucoup d’habitatores, terme qui indique la résidence permanente dans le comptoir (en opposition avec les itinérants, installés pour un bref délai). Le nombre de personnes ayant le statut d’habitatores en diverses places est très élevé : cent trente-cinq, y compris quatre-vingt-dix-neuf habitants de Tana même. Les autres sont des habitants de la Romanie latine et de Byzance (Candie, Coron, Constantinople et Péra, Famagouste, Mesemvria, Simisso, Sinope, Trébizonde) ou des possessions de la Horde d’Or, sur les côtes de la mer Noire (Colcholico, Cubaco, Porto Pisano, Solhat) ou de la capitale même, Sarai. L’ampleur de la présence temporelle des marchands de toute la Méditerranée orientale à Tana est évidente ; il y a toutefois des cas particuliers : parfois les marchands sont appelés habitatores de Venise, comme le sont Orlando Delfini, originaire de Vérone et marchand de Tana, habitant Venise, dans le quartier de San Leone8, Giacomello Zancaruollo de Candie, appelé aussi cives de Venise9, Buogo Tasso de Chioggia, habitant Venise dans le sestiere de Sainte-Marine10. On rencontre également des définitions identiques dans les actes des autres notaires vénitiens de Tana et de Trébizonde, par exemple un Vénitien de pure souche, Nicoletto Michiel, marchand de Trébizonde11, un chancelier vénitien à Tana, Nicolò de Varsis, mentionnés par ce notaire12. Peut-être faut-il y voir un synonyme occasionnel de civis, mais résidant à Venise, plutôt qu’un étranger ayant acquis la citoyenneté vénitienne.

18Revenons aux habitatores de Tana.

HABITATORES DE TANA SELON L’ORIGINE, 1359-1360

HABITATORES DE TANA SELON L’ORIGINE, 1359-1360

19La distribution ethnique est la suivante :

HABITATORES DE TANA SELON LA « NATIONALITÉ »

HABITATORES DE TANA SELON LA « NATIONALITÉ »
  • 13 BB, Ν 178a : 11/VIII 1360, cf. aussi Ν 162b : 29/VII 1360 (deux versions allégées des croquis du te (...)

20L’information concernant les habitatores, qui nous aide à reconstituer le schéma de tous les habitants du comptoir vénitien de Tana, donne le nombre minimal de résidents. Dans plusieurs cas de figure (par exemple des témoins de contrats d’une manière sommaire), le notaire omet de préciser les particularités et le statut des personnes. Mais nous pouvons également calculer le nombre des résidents par la durée de leur séjour à Tana, par les indications relatives aux maisons appartenant aux intervenants dans les actes à Tana, par leurs fonctions d’officiers du consulat, etc. On sait que le délai de relâche des galées du marché et d’autres navires a été strictement limité, d’une part, pour les galées, par des délibérations du Sénat de Venise, d’autre part, par les conditions météorologiques et le rythme du commerce intermédiaire avec les marchands orientaux arrivant à Tana durant les périodes des foires préétablies13. Les obligations douanières ont également limité la permanence des marchands itinérants et saisonniers. Le temps de relâche des bateaux ne durait presque jamais plus d’un mois ; ainsi la mention de la permanence d’une personne pour plus d’un mois et demi est une indication indirecte de résidence. D’autre part, la délivrance d’une procuration pour régler des affaires à Tana et dans l’empire de Gazarie à quelque marchand résident peut indiquer un possible départ de Tana du rédacteur d’une telle procuration.

21Aux quatre-vingt-dix-neuf habitatores et au seul burgensis de Tana nous ajoutons quatre Sarrasins dits « de Tana » et quatre-vingt-dix personnes considérées comme résidents, selon nos critères. Ainsi, nous pouvons évaluer le nombre minimum de population du comptoir vénitien de Tana à cent quatre-vingt-quatorze hommes, et ceux qui sont temporairement présents à Tana à cent six personnes. On ne peut classer cent quarante-trois personnes en raison du manque d’informations (par exemple, une seule citation en tant que témoin ou contractant). Ainsi, la population effective du comptoir se situe dans une fourchette de cent quatre-vingt-quatorze à trois cent trente-neuf personnes. Nous considérons comme un minimum le chiffre assez élevé de deux cents personnes.

  • 14 BB, N 88 : 30/XII 1359.

22On trouve quelques traces de mariages entre des Italiens et leurs esclaves-concubines. Une Ellysabet Chotlu (nom très fréquent chez les esclaves d’origine orientale), femme d’un Italien, Franciscini filii ser Bonaveri Alban habitatori in Tana, laisse un testament, nommant pour héritiers ses fils Franceschino, Lorenzo et sa fille Marta. Mais, chose plus intéressante, elle lègue à son frère, séjournant dans la maison de son mari, deux sommi d’argent pour le libérer de sa dépendance (ab omne vinculo famulitatis absolutus). Sa dette s’explique : Iohannes doit être libéré d’obligations envers des Tatars ou, peut-être même, de la servitude (pro recuperando de manibus Tartarorum que ipsum molestabant ad hoc)14. Nous pouvons donc supposer qu’il s’agit d’une alliance matrimoniale d’un Italien avec une famille indigène ayant peut-être des membres captifs des Tatars.

  • 15 BB, N 55 : 22/IX 1359.

23Un phénomène d’autant plus intéressant est le « mariage » par contrat. Un Vénitien, Giovanni di Benedetto, a conclu un contrat avec une femme grecque, Theodora, veuve d’un Génois de Soldaia, Ieorgius, afin qu’elle vive avec lui, promettant eam tractare... ut maritus uxorem, et s’oblige à payer à l’intermédiaire ou tuteur quatre sommi et à donner six sommi à la femme, même en cas de séparation15. Bien entendu, Theodora, appelée habitatrix de Tana, est une domestique et non pas une esclave. Ses compatriotes grecs ont apposé leur signature en tant que témoins sur le contrat.

  • 16 Le commerce des esclaves a Tana a été étudie en particulier par Ch. Verlinden (« La colonie vénitie (...)

24Rappelons que la vie à Tana se déroule dans des conditions hostiles et peu sûres. En dressant des contrats relatifs à leurs biens immeubles, les Vénitiens donnent toutes les garanties, salvo a violentiis domini predicti loci Tane16. Sans doute ce facteur, parmi d’autres, restreint-il la colonisation occidentale. On peut seulement s’étonner de voir des chiffres assez élevés d’émigrés à Tana dans la période des troubles. L’explication principale en est banale : Tana était une source importante d’acquisition des esclaves. Comme nous l’avons déjà indiqué, durant une année, Benedetto Bianco cite quatre-vingt-dix-huit achats d’esclaves, des femmes en premier lieu (quatre-vingts sur les quatre-vingt-dix-huit).

25L’origine ethnique des esclaves est la suivante :

LES ESCLAVES À TANA, 1359-1360

LES ESCLAVES À TANA, 1359-1360

26La prédominance des Tatares, Mongoles et Circassiennes est évidente. La distribution selon l’âge est la suivante :

ESCLAVES SELON L’ÂGE

ESCLAVES SELON L’ÂGE

27Les esclaves à Tana sont très jeunes, la majorité se situant entre onze et seize ans. Le prix moyen est de six cents à sept cents aspres d’argent, ce qui constitue un montant relativement modéré. Le commerce des esclaves est saisonnier, avec des pics au mois d’août et de septembre, le temps des foires et d’arrivée des navires du marché.

DYNAMIQUE SAISONNIÈRE DU COMMERCE DES ESCLAVES

DYNAMIQUE SAISONNIÈRE DU COMMERCE DES ESCLAVES

28Il est difficile en conséquence d’expliquer le nombre élevé des résidents vénitiens à Tana par la stabilité du commerce, indépendamment des fluctuations saisonnières. Peut-être était-il nécessaire de résider à Tana pour effectuer des achats d’esclaves auprès des indigènes afin d’effectuer des reventes successives durant les foires. Ces achats ne sont pas fixés par des contrats avec des vendeurs locaux, sauf dans les cas spéciaux, par exemple des ventes à des proches (filles des vendeurs), cités de temps en temps dans les cartulaires de Benedetto Bianco.

29En conclusion, la colonisation occidentale vers Tana a été organisée et régulée par Venise (et par Gênes lorsqu’il s’agit du comptoir génois, ici hors de notre propos). Le nombre d’émigrés est mesuré par centaines et non par dizaines de personnes, comme on pourrait s’y attendre. Les immigrés originaires des villes italiennes à Tana sont dans une grande majorité des habitants de Venise, possesseurs des droits de citoyenneté de la République maritime.

Notes

1 Recherche effectuée avec le concours du Russian Fund for Humanities (RGNF), projet N 97-0100440.

2 A. Sorbelli, « La lotta tra Genova e Venezia per il predominio del Mediterraneo », Memorie della R. Accademia delle scienze dell’Istituto di Bologna. Classe di scienze morali, serie I, Sezione di scienze storico-filologiche, 5 (1910-11), p. 87-157 ; M. Balard, La Romanie Génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes, t. 1, 1978, p. 74-83 ; S.P. Karpov, « Génois et Byzantins face à la Crise de Tana de 1343 d’après les documents d’archives inedits », Byzantinische Forschungen. 22 (1996), p. 33-51 ; Id., « Black Sea and the Crisis of the Mid XIVth Century : anunderestimated Turning Point », Thesaurismata, 27 (1997), p. 65-77.

3 S. Papacostea. « Quod non iretur ad Tanam. Un aspect fondamental de la politique genoise dans la mer Noire au xive siecle », Revue des études sud-est europeennes, t. 17, N 2 (1979), p. 201-217 ; Id., « De la guerre du Bosphore a la guerre de Tenedos : rivalite commerciale et alignements politiques dans le Sud-Est de l’Europe dans la seconde moitie du xive siecle », Coloniser au Moyen Age, sous la direction de M. Balard et A. Ducellier, Paris. 1995, p. 341-342.

4 F. Thiriet, « Les Vénitiens en mer Noire. Organisation et trafics (xiiie-xve siècles) », Archeion Pontou, 35 (1979), p. 42-43 ; M. Berindei-G. Veinstein, « La Tana-Azaq de la présence italienne a l’emprise ottomane (fin xiiie-milieu xvie siècle) », Turcica, 8/1 (1976), p. 122-123 ; A. P. Grigor’iev-V. P. Grigor’iev, « Yarlyk Berdibeka ot 1358 g. venezianskim koupzam Azova (Rekonstrukzija soderzhanija) », Istorija i isto nikovedenije stran Azii i Afriki, Saint-Petersbourg, 16 (1995), p. 24-66.

5 Archivio di Stato di Venezia, Cancelleria Inferiore, 19, 1 cart., f. l r : incipit (ensuite : BB).

6 BB, N 84 : 1359.12.14 ; cf. : A. P. Grigor’iev-V. P. Grigor’iev, « Poslanije ordynskoi khanchi Taidouly venezianskomou dozhou ( 1359 g.) », Vestnik Sankt-Peterbourgskogo Gosoudarstvennogo Universiteta, seriya 2, N. 4 (1996), p. 18-23 ; Id., ‘Platezhnaya vedomost’ Taidouly (1359 g.), Vestnik Sankt-Peterbourgskogo Gosoudarstvennogo Universiteta, seriya 2, N 3 (1997), p. 18-27.

7 Cf. M. Durou-Iliopoulou, Δυτιχοὶ στη βєνєτοκρατούμєνη Ρωμανία (Κρήτη, Μєθώνη, Κορώνη) ὰπò τò 1261 ώς τò 1386, Thesaurismata, 27 (1997), ρ. 38-64.

8 ΒΒ, Ν188 : 1360.08.14.

9 ΒΒ. Ν11 : 1359.09.06.

10 ΒΒ, Ν121 : 1360.05.26.

11 Archivio di Stato di Venezia, Miscellanea Notai diversi, 3 : Gabriele prete di S. Bartolomeo, N4. publié : M. Manussacas, ’O ποιητής Λєονάρδος Ντєλλαπόρτας διєρμηνέας του Βєνєτού βαΐλου στήν Τραπεζούντα (1371-1372), Thesaurismata, 21 (1991). ρ. 17-18 : 1371.10.15.
11. Archivio di Stato di Venezia, Cancelleria Inferiore, Notai, 231 : Nicolo de Varsis, N2 : 1436.05.21.

12 S. P. Karpov, La navigazione veneziana nel Mar Nero XIII-XV sec, Ravenne, 1999 ; D. Stockly, Le Système de l’incanto des galées du marché de Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde, 1995 (The Medieval Mediterranean. Peoples, Economies and Cultures, 400-1453. vol. 5).

13 BB, Ν 178a : 11/VIII 1360, cf. aussi Ν 162b : 29/VII 1360 (deux versions allégées des croquis du testament au cartulaire).

14 BB, N 88 : 30/XII 1359.

15 BB, N 55 : 22/IX 1359.

16 Le commerce des esclaves a Tana a été étudie en particulier par Ch. Verlinden (« La colonie vénitienne de Tana, centre de la traite des esclaves au xive et au début du xve siècle », Studi in onore di Gino Luzzatto, Milan. 1950, vol. 2. p. 1-25). J’ai vérifie le dossier et parfois corrige les données de Verlinden. très sûres d’ailleurs, fondées sur les actes de Benedetto Bianco.

Table des illustrations

Titre POPULATION DU COMPTOIR VÉNITIEN DE TANA EN 1359-1360 SELON LES ZONES GÉOGRAPHIQUES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre DISTRIBUTION PAR NATIONALITÉS, TANA 1359-1360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre CITOYENS DE VENISE À TANA, 1359-1360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre HABITATORES DE TANA SELON L’ORIGINE, 1359-1360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre HABITATORES DE TANA SELON LA « NATIONALITÉ »
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre LES ESCLAVES À TANA, 1359-1360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre ESCLAVES SELON L’ÂGE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre DYNAMIQUE SAISONNIÈRE DU COMMERCE DES ESCLAVES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2218/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540