Version classiqueVersion mobile

Saint-Denis et la royauté

 | 
Françoise Autrand
, 
Claude Gauvard
, 
Jean-Marie Moeglin

Première partie. Le règne de Charles VI

Le Religieux de Saint-Denis et la croisade

Alain Demurger

Texte intégral

  • 1 N. Housley, The later Crusades, 1274-1580. From Lyons to Alcazar, Oxford, 1992.
  • 2 H.-E. Mayer, The Crusades, 2e éd. trad. anglaise, Oxford, 1988 ; P. Rousset, Histoire d’une idéolo (...)

1A s’en tenir à la conception « pluraliste » de la croisade (selon l’expression des historiens anglo-saxons qui, tel Norman Housley, s’en sont fait les promoteurs contre une conception dite par eux traditionnelle)1, la croisade est une expédition de guerre décidée par la papauté contre les adversaires de la foi chrétienne et par extension contre tous les adversaires de l’Eglise, et qui vaut à ceux qui y participent des indulgences (soit une remise totale ou partielle des pénitences qui leur sont infligées pour l’absolution de leurs péchés). Ce n’est pas le lieu de discuter de cette conception, moins bien admise sur le continent où les historiens sont en général plus sensibles à l’idée que se font de la croisade, ceux qui y partent : si Jérusalem n’est pas le seul but, elle reste quand même l’objectif premier des croisés2.

2Pourtant, à en juger par les objectifs des croisades prêchées pendant le règne de Charles VI, Jérusalem semble bien oubliée.

3On doit à une initiative de l’évêque de Norwich la croisade anglaise lancée contre le roi de France en Flandre en 1383, exemple caricatural de croisade politique tant les intérêts généraux de la chrétienté sont peu évidents.

  • 3 Sur cette croisade ainsi que sur celle de Nicopolis, voir J. Delaville Le Roulx, La France en Orie (...)

4La croisade de Barbarie, ou de Mahdia, en 1389-1390, résulte d’une initiative génoise : soucieux de détruire les nids de pirates du golfe de Gabès, les Génois projettent une alliance avec la France et la Sicile (les Siciliens obtiennent d’ailleurs d’Urbain VI des indulgences de croisade dès le 18 avril 1388)3. L’ambassade génoise est reçue très favorablement par Charles VI alors qu’il est en Languedoc et Louis de Bourbon, oncle du roi, est désigné pour commander l’expédition décidée. Les papes rivaux d’Avignon et de Rome, Clément VII et Boniface IX, accordent les indulgences de croisade. Les intérêts génois sont évidents mais il s’agit bien d’une croisade.

  • 4 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 342.

5La croisade de Nicopolis de 1396, pour laquelle la papauté romaine s’est beaucoup démenée (en 1393-1394 notamment où des tournées de prédication furent organisées en Europe centrale)4, est d’abord une expédition pour défendre le royaume de Hongrie dangereusement menacé par les Turcs.

6Le voyage de Prusse, que bien des participants aux expéditions de Mahdia puis de Nicopolis ont déjà effectué, peut passer pour un « classique » pour la noblesse européenne. Il s’agit non pas d’une vaste entreprise ponctuelle mais d’expéditions plus diffuses de groupes de chevaliers qui vont aider l’ordre des chevaliers teutoniques à combattre les païens de Lithuanie. Les privilèges de croisade sont accordés à cette occasion comme ils le seront pour les croisades hussites dont l’objectif est de combattre des hérétiques.

  • 5 Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneu (...)

7En examinant la façon dont le Religieux de Saint-Denis a rendu compte de ces événements, en comparant au besoin avec d’autres récits contemporains5, je voudrais essayer de préciser quelle conception il avait de la croisade. Autrement dit, une idéologie de croisade marque-t-elle sa pensée et ses écrits ? Pour cela j’étudierais successivement le vocabulaire, le champ géographique et le champ de la mémoire dans l’œuvre du Religieux.

Le vocabulaire

  • 6 D.-H. Trotter, Medieval French Literature and the Crusades (1100-1300), Paris-Genève, 1987, p. 32- (...)
  • 7 T. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. 2, p. 378 (croisement, croiserie) ; t (...)
  • 8 Jean de Joinville, Vie de saint Louis, J. Monfrin éd., Paris, 1995, p. 362, 364.
  • 9 Chronique de Jean Lefèvre, seigneur de Saint-Rémy, F. Morand éd., Paris, 1876, t. 2, CXI, p. 13 : (...)

8Le Religieux écrit en latin ; tous les autres historiens auxquels je le comparerai écrivent en français. Le vocabulaire français de la croisade n’est que secondairement dérivé du latin ; il est bien plus inventif, bien plus varié que le vocabulaire latin comme l’a montré D. H. Trotter6. Le terme français de croisade n’est jamais employé à l’époque7, mais on trouve « croiserie », déjà chez Joinville8, ou « croisiée », souvent associé à un verbe : « faire croisée »9. Ces termes n’ont pas d’équivalent latin.

  • 10 Chronique du religieux de Saint-Denys, abrégée RSD, V, 4, p. 320 : tredecim crucesignatos videbat, (...)

9Le Religieux n’emploie qu’une seule fois le terme de crucesignatus, et encore, dans le cas assez particulier du rêve de Mourad Ier à qui Apollon présente une couronne d’or dont l’éclat lui permet de voir jusqu’en Occident. Il aperçoit alors treize croisés qui se lèvent à son approche pour marquer leur respect10.

  • 11 RSD, XI, 2, p. 648. On peut traduire par « traversée ».
  • 12 Ibid., XVII, 3, p. 428. Tout le paragraphe serait à citer, qui associe ces trois mots, iter étant (...)
  • 13 Ibid., XI, 2, p. 652 et XVII, 3, p. 426 : ad hoc gratum et Deo beneplacitum obsequium exequendum.
  • 14 Ibid., XI, 2, p. 656 : ut Deum, cui se militare decreverant, invocarent ; XVII, 23, p. 488 : in eo (...)
  • 15 Ibid., XVI, 17, p. 390 : ad honorem Jhesu Christi fortiter dimicarent ; XVII, 23, p. 486 : ad laud (...)
  • 16 Ibid., XVII, 23, p. 482 : christiani exercitus. Louis Bellaguet traduit par « armée française » !

10Pour parler des croisades de Mahdia ou de Nicopolis, le Religieux n’emploie pas ou peu, les termes latins usuels pour désigner une croisade : passagium jamais et iter deux fois seulement. Le chapitre consacré à la croisade de Mahdia a pour titre : De transfretacione ducis Borbonii contra Turcos11. Evoquant les premiers préparatifs de la croisade de Nicopolis, le Religieux utilise les termes deprofectio, de peregrinatio et de iter ; mais il ne s’en sert plus ensuite12. Dans les deux cas cependant, il se sert des mêmes formules pour souligner que ces expéditions sont bénies par Dieu13 et qu’elles sont entreprises pour défendre la cause du Seigneur par les armes14. On combat les Turcs pour l’honneur de Jésus-Christ ou pour l’honneur de la foi chrétienne15. A plusieurs reprises le Religieux présente l’armée de Nicopolis comme l’armée des chrétiens et parle des chevaliers chrétiens16.

  • 17 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 13, p. 179-180 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. (...)
  • 18 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 42, 62-63, 75 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. (...)
  • 19 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 62 ; Œuvres de Ghillebert de Lannoy, op. cit. (n. 5), p. 11 (...)

11Si l’on compare au vocabulaire du Religieux celui employé par les chroniqueurs de langue française, on constate que ceux-ci emploient surtout le mot de « voyage » pour Mahdia comme pour Nicopolis17. Quant aux expéditions de Prusse on les désigne exclusivement par le mot allemand francisé « rese, reise »18. Le mot « pèlerinage » ou l’expression « saint voyage » ne désigne que le pèlerinage, pacifique, entrepris à Jérusalem et autres lieux de Palestine, par des voyageurs essentiellement nobles, partant seuls ou en petits groupes19.

  • 20 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 221, 225, 226 ; p. 220.
  • 21 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 262.
  • 22 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 89.
  • 23 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310.
  • 24 Ibid., t. 22, IV, 47, p. 299.

12Quand il s’agit d’évoquer les croisades de Mahdia ou de Nicopolis, on retrouve chez ces auteurs des expressions déjà rencontrées dans l’œuvre du Religieux : « servir Dieu », « pour le service de Dieu », « pour l’honneur de Dieu et le bien de la Chretienté »20 ; « pour la foi chretienne exaucer »21 ; « pour la foi chretienne travailler »22. Froissait précise qu’au retour de la croisade de Mahdia, le roi, recevant le duc de Bourbon, déclare qu’il ferait volontiers un « voyage par dela pour exaulcer la foi chretienne et confondre les incredules »23 ; et selon le même Froissait, le sire de Coucy s’engage pour l’expédition de Hongrie « premierement par devocion pour defendre la foi Jesus Christ »24.

13On constate donc une spécialisation du vocabulaire selon que l’on a affaire au pèlerinage pacifique à Jérusalem, au voyage de Prusse ou aux expéditions de Mahdia et Nicopolis, les deux grandes croisades menées contre les musulmans dans la dernière décennie du XIVe siècle. Le vocabulaire du Religieux est plus restreint et moins caractéristique. Cela tient au latin, au champ géographique auquel il s’intéresse, champ largement conditionné par le parti qu’il adopte de ne se consacrer qu’aux faits intéressant la monarchie française.

  • 25 RSD, V, 4, p. 318 ; VII, 2, p. 424 ; XVI, 17, p. 386 ; XVII, 3, p. 428 et 23, p. 486 : adversarii (...)
  • 26 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 243 ; t. 22, IV, 47, p. 295.
  • 27 RSD, V, 5, p. 322 : gentem scilicet Turcorum pervalidam ; XI, 2, p. 648 : contra Turcos ; XI, 2, p (...)
  • 28 Ibid., XXIV, 3, p. 82 : ad Barutum, nobilissimum portum Sarracenorum ; XXXI, 12, p. 332 : triginta (...)
  • 29 Ibid., XXXI, 13, p. 334.
  • 30 Ibid., VII, 2, p. 424 : Le roi parle des chrétiens orientaux et des villes chères aux chrétiens, B (...)

14Le vocabulaire est-il plus précis et plus spécifique lorsqu’il s’agit de désigner l’adversaire ? Celui-ci est défini par rapport au christianisme, par son nom et par sa religion (ou son absence de religion !). Les adversaires des chrétiens sont les adversaires de la croix ou les ennemis du nom chrétien25. Ce sont les « ennemis de Dieu » de Froissait26. Ils sont définis comme Turcs ou comme Sarrasins, les deux mots étant appliqués aussi bien aux ennemis de Mahdia, de Nicopolis ou de Lithuanie. Dieu a déchaîné la nation des Turcs contre les Arméniens ; le duc de Bourbon entreprend son expédition contre les Turcs, mais le roi de Tunis a rassemblé un grand nombre de Sarrasins27. Beyrouth est un port des Sarrasins et Sarrasins sont les habitants du royaume de Grenade28. De même en Prusse, les chrétiens et les teutoniques ont été vaincus par les Turcs alors que le roi de Pologne a un frère sarrasin29. Une fois, dans les propos que le Religieux prête au roi d’Arménie, il distingue Turcs, Arabes et Perses30.

  • 31 Jean Juvénal des Ursins, op. cit. (n. 5), p. 383 ; Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, (...)
  • 32 Œuvres de Ghillebert de Lannoy, op. cit. (n. 5), p. 20-21 ; La Chronique d’Enguerran de Monstrelet (...)
  • 33 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 219 et 236.

15Le terme de « sarrasin » est d’un usage général chez Jouvenel (expédition de Mahdia), chez Froissait, chez le duc de Bourbon, ou chez Boucicaut, – qui va en Prusse « porter dommage aux Sarrasins » – avant d’aller les combattre à Nicopolis31. Un peu plus tard encore Lannoy et Monstrelet appliquent toujours le terme aux Lithuaniens32. Par deux fois la chronique du duc de Bourbon cite les trois rois maures (Tunis, Bougie, Tlemcen) affrontés à Mahdia33.

  • 34 RSD, XVI, 17, p. 386 ; Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p.245.

16Le mot « barbare » est peu fréquent chez le Religieux comme chez Froissait, et il est associé à d’autres mots, mécréant par exemple34.

  • 35 RSD, II, 1, p. 74 ; XI, 2, p. 656 et 659, p. 692 ; XIV, 13, p. 112 ; XXVII, 13, p. 440 : (Philippe (...)
  • 36 RSD, XI, 2, p. 648 : Turcorum gens impia, immundarum sectatrix tradicionum ; ibid. V, 5, p. 322 et (...)
  • 37 Ibid., XVII, 24, p. 498.
  • 38 Ibid., XI, 2, p. 662 : sed Deum altissimum solum credo.
  • 39 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 264-265.

17On passe à des définitions de type religieux comme infidèles, incrédules, mécréants, la première expression étant la plus fréquemment utilisée par le Religieux, la dernière chez les chroniqueurs laïcs35. Le contenu des croyances de l’adversaire est traité avec mépris par le Religieux : peuple impie, sectateur de croyances impures36. Cela n’empêche pas de reconnaître que Bajazet est plus respectueux des commandements de sa foi (ses croyances superstitieuses) que ne le sont les chrétiens de la leur37. Une seule fois, le Religieux présente quelques éléments de la doctrine. A Mahdia, les chrétiens, avant de déclencher la guerre, engagent le roi des Turcs à se faire chrétien. II refuse de renoncer à la religion de ses pères et affirme qu’il croit en un seul Dieu38. Rapportée par Froissait, cette conversation est plus riche et révèle les confusions faites par les croisés en matière religieuse. Ceux-ci, en effet, justifient leur entreprise par le fait que leurs adversaires ont mis à mort le Christ et ne reconnaissent ni le baptême, ni la Vierge Marie. Les musulmans éclatent de rire « car les juifs avaient mis ce Jésus Christ à mort et non eux »39.

  • 40 RSD, XVI, 17, p. 388 : totam christianitatem occupaturum ; ibid. V, 4, p. 320.

18Cette imprécision du vocabulaire pour désigner l’adversaire doit cependant être relativisée : tous nos auteurs, en particulier le Religieux, ont bien conscience que le péril majeur vient des Turcs. Turc et sarrasin ont un sens large ; mais Turc est associé aussi à l’idée d’une nation (la nation des Turcs), d’une puissance politique et militaire dont le chef est connu et désigné par son nom (Lamorat pour Mourad, Bazita pour Bajazet) et dont l’objectif est de soumettre la chrétienté40.

19Le vocabulaire s’adapte au champ géographique de la croisade.

Le champ géographique

  • 41 Ibid., IV, 3, p. 268.
  • 42 RSD, XXXI, 12, p. 332.

20Le Religieux ignore certaines croisades et néglige volontairement certains secteurs géographiques où des actions de croisade se sont déroulées. Il mentionne à peine, et sans indiquer que ce fut une croisade, l’expédition de l’évêque de Norwich en Flandre en 1382-138341. Il ignore la reconquista espagnole et s’il mentionne – brièvement – la victoire d’Antequera sur les « Sarrasins » de Grenade en 1410, c’est uniquement parce que le vainqueur, le régent de Castille Ferdinand d’Antequera, en a informé le roi de France42.

  • 43 Ibid., XIX, 11, p. 676.

21Il ne dit rien du voyage en Prusse des nobles français, rien des escapades hivernales de Boucicaut43. La chronique de Louis de Bourbon et le récit de Boucicaut sont évidemment plus prolixes sur le sujet !

  • 44 Ibid, XXXI, 13, p. 334-336.
  • 45 La Chronique d’Enguerran de Monstrelet, op. cit. (n. 32), t. 2, p. 75-77.

22Il consacre en revanche un chapitre à la bataille du Tannenberg dont il a connu les détails par un envoyé de l’ordre teutonique, venu annoncer au roi de France la défaite subie par les « chrétiens » contre les « Turcs » ; le Religieux s’est personnellement informé auprès de lui et résume le récit que lui a fait cet envoyé. Le roi de Pologne est chrétien, il est difficile de le cacher, mais son frère, roi de Lithuanie, est sarrasin ; alliés, ils ont envahi le pays des teutoniques, sont d’abord défaits mais l’emportent finalement, détruisant l’armée des chrétiens. Aucun commentaire critique du Religieux ne vient corriger les contrevérités de la propagande des teutoniques, qui essayent alors, dans un contexte difficile pour eux, de justifier une entreprise de croisade menée contre des catholiques : à cette date en effet, les Lithuaniens sont convertis44. Monstrelet, qui a eu les mêmes informations que le Religieux, fait un récit plus circonstancié, preuve sinon d’un plus grand esprit critique, du moins d’une plus grande curiosité sur le sujet. Il a eu d’autres sources45.

  • 46 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, p. 243. Voir à ce sujet, K.-M. Setton, op. cit. (n. 3) (...)
  • 47 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 249-250.

23La croisade de Mahdia retient son attention, mais il en fait un événement local, sans aucune incidence sur le plan des rapports entre chrétiens et infidèles. Froissait pense au contraire que si les chrétiens l’emportent « tous les Sarrasins trembleront jusqu’en Nubie et jusqu’en Syrie ». D’ailleurs, lorsque le siège de Mahdia sera levé, certains croisés, plutôt que de repartir chez eux, ont souhaité aller combattre à Chypre ou à Rhodes, voire à Jérusalem46. Le Religieux ne s’attarde pas non plus sur l’échec : les chrétiens ont été vaillants et le traité conclu par les Génois est honorable ; mais il ne va pas jusqu’à dire que les chrétiens ont remporté une grande victoire parce qu’ils ont résisté à trois rois : c’est la « version officielle » qui émane de l’entourage du duc de Bourbon47. Cette expédition reste donc un fait isolé.

  • 48 RSD, V, 4, p. 318 : Sane qui hoc referebat, hospitalitatis gracia michi notus.
  • 49 Ibid., V, 5, p. 320.

24La croisade de Nicopolis a une autre portée car elle s’inscrit dans le contexte de la lutte contre l’avance turque en Europe orientale et centrale. Le Religieux est très sensible à cette menace et très attentif aux informations qui parviennent à la cour. Une ambassade, une missive, une visite sont le support du récit (comme pour la bataille du Tannenberg). L’absence d’événements notables dans le royaume durant l’hiver 1384-1385 l’incite à rapporter des faits survenus à l’étranger ; il parle des Turcs, du sultan Mourad (il en fait un portrait louangeur), de ses ambitions et de son rêve de domination du monde ; il précise qu’il doit ses informations à un ami48. Le Religieux a été informé du récit fait par le roi d’Arménie Léon devant le conseil royal : le roi y a exposé ses malheurs et ceux de son pays envahi par les Turcs49.

  • 50 Ibid., XII, 2, p. 708.
  • 51 Ibid., XIV, 13, p. 112.
  • 52 Ibid., XVI, 17, p. 386. Le Religieux place cette mort, survenue en 1389, à la date de 1395.
  • 53 Ibid., XXIII, 16, p. 48-50.

25Ce sont des témoignages directs ou des lettres de provenances diverses, qui lui permettent de signaler la défaite de chevaliers français en Hongrie, au retour d’un pèlerinage à Jérusalem50, la défaite du roi de Hongrie en 139351. Les Vénitiens informent Paris de la mort du sultan Mourad52. La nouvelle de la victoire de Tamerlan et de la captivité de Bajazet lui a été fournie par des chrétiens libérés des prisons turques par le vainqueur53.

  • 54 Ibid., XI, 2, p. 662 ; Jean Froissart, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, 47, p. 293, en fait le chef de (...)
  • 55 Ibid., XI, 2, p. 648 ; XVII, 3, p. 424 ; XX, 2, p. 686.
  • 56 Ibid., XVIII, 8, p. 558 ; XXI, 1, p. 754-756 ; XXIII, 10, p. 50.

26Ces informations sont apportées également par les ambassadeurs des pays qui demandent des secours au roi de France. Celui-ci est, si l’on en croit le Religieux, le grand roi des chrétiens54. Les Génois en vue de l’expédition de Mahdia, les Hongrois avant Nicopolis, les Vénitiens à la suite de l’offensive turque en Egée en 1399 ont tour à tour envoyé des ambassadeurs auprès du roi de France55. L’empereur de Byzance, Manuel, a écrit au roi en octobre 1397 ; il a été secouru par Boucicaut qui le ramène en France où il est accueilli avec chaleur le 3 juin 140056.

  • 57 RSD, XVII, 3, p. 424-430 et 23-29, p. 482-520 ; XX, 2-3, p. 686-692 ; XXIV, 3, p. 82. Le récit se (...)
  • 58 Ibid., V, 4, p. 318.

27Ces ambassades et ces visites font honneur au roi de France et là est la raison principale de l’attention que leur porte le Religieux ; mais cela témoigne aussi d’une véritable prise de conscience du danger turc pour la chrétienté57. Il sait distinguer le sultanat ottoman du sultanat mamelouk du Caire, mais il ne parle pratiquement jamais de ce dernier qui ne constitue pas une menace aussi vive que le premier pour les chrétiens58.

  • 59 Ibid., XIII, 8, p. 30.
  • 60 Ibid, XII, 2, p. 708.
  • 61 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, p. 296 ; repris p. 321 et 392. Voir N. Housley, op. ci (...)

28Reste enfin à définir la place tenue par Jérusalem et la Terre Sainte, objectif privilégié de la croisade. Le Religieux en parle peu ; il évoque le pèlerinage du comte d’Eu59, ou quelques pèlerinages de chevaliers français60. A aucun moment cependant, dans les chapitres consacrés à Nicopolis, le Religieux n’évoque l’idée de prolonger l’entreprise chrétienne jusqu’à Jérusalem. Cette idée fut évoquée, on le sait dans la correspondance échangée par Charles VI et Richard II sur laquelle je reviendrai, et par Froissait : « ils entreroient en Syrie et acquitteroient la Sainte terre et delivreroient Jherusalem et le Saint Sepulcre des payens et de la subjection du Soudan et des ennemis de Dieu »61.

29Jérusalem appartient davantage au champ de la mémoire qu’au champ géographique du Religieux de Saint-Denis.

Le champ de la mémoire

  • 62 RSD, XI, 10, p. 698 : usque ad orbis umbilicum sanctam urbem Jherusalem, quam Christus miraculorum (...)

30Parlons, si l’on veut, de géographie mystique. Jérusalem est toujours le centre du monde : les vents violents qui ont soufflé sur la France le jour de Noël 1390, ont été ressentis jusqu’à l’ombilic du monde, Jérusalem, selon le témoignage de chevaliers et d’écuyers présents62.

  • 63 Ibid., XXIX, 18, p. 134 : in Jerusalem et Roma duas capellanias cogatur edificare et dotare.
  • 64 RSD, VII, 2, p. 424 : et precipue Bethleem, pium Christi reclinatorium, Sion quoque, quam miraculo (...)

31Jérusalem est un lieu propice à la pénitence : Guillaume Cousinot, avocat de la duchesse d’Orléans, demande, entre autres sanctions, que Jean sans Peur fasse ériger et entretenir deux chapelles expiatoires, à Rome et à Jérusalem63. Le roi d’Arménie, réfugié en France et converti en diplomate, est envoyé en Angleterre plaider la cause de la paix, seul moyen de secourir efficacement les chrétiens orientaux, dont il évoque le sort lamentable dans un discours qui s’apparente, dans sa forme comme dans son contenu, au genre des excitatoria qui ont fleuri au XIIIe siècle. Il mentionne Bethléem, Sion, Jésus Christ, que les Occidentaux auraient dû secourir au lieu de s’affronter64.

  • 65 Ibid., XXVII, 13, p. 440.
  • 66 Ibid., XI, 2, p. 652 : felicem se estimons, si progenitoris sui beatissimi Ludovici sequens vestig (...)
  • 67 RSD, XXXII, 2, p. 398.
  • 68 Ibid., V, 5, p. 324.

32La mémoire, c’est aussi celle d’une dynastie royale française liée à la croisade. Elle est cependant tardive, car le Religieux ne fait que de brefs rappels des croisades des rois de France : celle de Philippe Auguste, mentionnée incidemment65 ; celle de saint Louis, seulement évoquée par le duc de Bourbon, heureux de marcher sur les traces de son aïeul66. Le mariage du roi de Chypre, Janus, avec Charlotte de Bourbon permet de rappeler la filiation directe de celle-ci avec le roi saint et celle de Janus avec la maison de France67. De même le roi d’Arménie Léon est-il un descendant des Lusignan, jadis fidèles sujets de la couronne de France68.

  • 69 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310.

33Les vœux de croisade de Philippe VI et Jean le Bon ne sont pas rappelés, alors que Froissait affirme que Charles VI, quand il reçut son oncle au retour de Mahdia, s’exalta et souhaita faire « un voyage a puissance par delà pour exaulcer la foi chretienne [...] et acquitter les ames de nos predecesseurs [...] Car tous deux l’un apres l’autre ils prirent la croix pour aller outre mer en la sainte terre, et y fussent allés si les guerres etc. »69.

  • 70 RSD, XX, 3, p. 690-692 : Quis mirari non debeat tam famosam civitatem, nuper imperatorum alumpnam, (...)

34Le Religieux est plus sensible au thème de la défense des chrétiens orientaux, comme le prouve son attention pour les malheurs du roi d’Arménie ou pour les appels au secours des Grecs. Le Religieux ne fait preuve d’aucune animosité contre les Grecs au point de vue religieux ; mais il reprend à son compte l’image traditionnelle du Grec, sinon efféminé, du moins bien piètre combattant ; il s’apitoie sincèrement sur la triste situation de la ville fameuse de Constantinople, qui en est arrivé si bas qu’elle doit remettre son salut à la poignée de soldats laissés par Boucicaut70.

  • 71 RSD, XXIII, 10, p. 46. Cette victoire permet à l’empereur Manuel de revenir à Constantinople, l’us (...)
  • 72 Ibid., XXIV, 19, p. 134-136.

35La tradition de l’alliance mongole ne s’est pas perdue : la victoire de Tamerlan sur Bajazet est suivie de gestes du vainqueur en faveur des chrétiens (la libération des prisonniers notamment) que le Religieux rapporte avec joie71. Il signale l’arrivée d’un évêque franciscain envoyé par Tamerlan pour offrir une alliance au roi de France72.

  • 73 Une recherche sur les sources utilisées par Michel Pintoin serait à faire pour ces thèmes. On sait (...)
  • 74 RSD, V, 4, p. 318.
  • 75 Ibid., VII, 2, p. 422.
  • 76 Ibid, XI, 2, p. 650.

36Le Religieux reprend aussi quelques stéréotypes sinon propres à la croisade, du moins qui lui sont toujours associés73. Le thème le plus connu est celui de la paix, préalable à toute organisation d’une croisade. Les divisions des chrétiens ont favorisé l’avance turque ; Mourad fondait ses ambitions sur cette situation74 ; le roi d’Arménie adjure Français et Anglais de faire la paix pour faire face au défi75. Charles VI brûle d’impatience de prendre la croix, mais il faut d’abord faire la paix76.

  • 77 Ibid., II, 1, p. 74 : infidelibus catholice fidei sancta religio habita est ludibrio ; XI, 9, p. 6 (...)
  • 78 Jean Froissart, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310. Sur le rôle de Philippe de Mézières, voir (...)

37Le problème de la paix est compliqué par le Schisme qui introduit un motif de division, – donc un obstacle à la croisade – supplémentaire. Le Religieux est quelque peu gêné pour en parler, on verra pourquoi par la suite. Il en reste au constat : l’adversaire se gausse des chrétiens ; ceux-ci sont l’objet de la risée et du mépris des infidèles77. Froissait est plus net qui lie bien les deux problèmes de la paix entre la France et l’Angleterre et de la solution du Schisme, reprenant ainsi l’idée-force qui traverse toute l’œuvre de Philippe de Mézières78.

  • 79 RSD, XVI, 17, p. 388.

38La paix permet d’organiser des croisades, l’union a des chances de les faire réussir. Le sultan est inquiet lorsqu’il apprend le renouvellement de la trêve entre France et Angleterre et les relations confiantes qui se nouent entre les deux rois qui envisagent de prendre la tête de la croisade en préparation79.

  • 80 Voir en dernier lieu, J. Richard, Histoire des croisades, Paris, 1996.
  • 81 J.-J.-N. Palmer, op. cit. (n. 78), p. 180-210. L’auteur fait aussi référence à l’ambassade du roi (...)

39Sur le terrain d’ailleurs, des initiatives unitaires sont prises : des Anglais sont présents à Mahdia, à Nicopolis, dans les « rese » de Prusse, aux côtés des Français. La croisade, à l’origine, prolonge les mouvements de paix80. Elle est un acte de paix, et peut devenir un facteur de la paix. Nicopolis a été préparé dans ce contexte comme en témoignent les écrits de Philippe de Mézières81 ou la correspondance échangée, en 1395, entre Charles VI et Richard II.

  • 82 M.-D. Legge, Anglo-Norman Letters and Petitions from All Souls Ms 182, Oxford, 1941, n. 242-245 et (...)
  • 83 N. Housley, op. cit., (n. 1), p. 75 sq.

40Le 15 mai 1395, Charles VI écrit à Richard II une lettre fort chaleureuse dans laquelle il propose de hâter la conclusion de la paix et la solution du Schisme afin d’entreprendre « le seint passage d’outre la mer pur secourre a nos freres cristiens et delivrer la terre seinte ». La réponse de Richard II est favorable a ce sanctum passagium pro liberanda Terra sancta82. Ces lettres prévoyaient une croisade commune dès le retour à la paix et à l’union. Sans attendre cependant, on se mit à la préparer. En juin et en octobre 1395, Boniface IX promulgue des bulles de croisade et envoie des prédicateurs en Autriche et en Hongrie, ainsi qu’à Venise. Benoit XIII fera de même83. L’expédition de Nicopolis ne fut en fin de compte qu’une opération franco-bourguignonne ; mais elle était conçue comme un « passage particulier » précédant le « passage général » des deux rois. Cela ne put se réaliser, l’échec de Nicopolis interdisant de toute façon une suite.

  • 84 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 343.
  • 85 Voir n. 61.
  • 86 Contre N. Housley, op. cit. (n. 3), p. 48.

41Il semble bien qu’il n’y ait pas eu de contradiction entre le projet de libération de la Terre Sainte envisagé dans la correspondance de Charles VI et Richard II et la défense des marches de la chrétienté en Hongrie contre les Turcs. Venise, qui refusa que l’on prêche la croisade sur son territoire pour ne pas provoquer les Turcs, n’en est pas moins un centre actif de la préparation de la croisade puisque le Maréchal de Bourgogne y est présent en janvier 1395 et que les envoyés du roi de Hongrie y passent avant de se rendre à Paris84. L’indication donnée par Froissait, à savoir que, en cas de succès contre les Turcs, les croisés prolongeront leur entreprise jusqu’à la Terre Sainte et délivreront Jérusalem, prend alors tout son sens85. La croisade contre les Turcs ne peut donc pas être considérée comme un détournement de croisade ; elle n’est pas une alternative à la croisade de Terre Sainte ; elle en est la première étape86.

  • 87 Voir la discussion de ce problème dans J.-J.-N. Palmer, op. cit. (n. 78), p. 180-181.

42Le Religieux de Saint-Denis est resté muet sur ces discussions dont il devait être informé. L’authenticité de la correspondance échangée entre les deux rois, maintenant admise, a longtemps été mise en cause87. Le Religieux l’ignorerait-il parce qu’elle n’a pas existé ? A moins qu’il n’en dise mot parce que tout ce qui a été envisagé alors, la paix, la fin du Schisme, la croisade, n’a pas abouti. Le Religieux n’aime pas l’échec !

  • 88 RSD, XXIV, 3, p. 82.
  • 89 Ibid., XXXI, 13, p. 334.
  • 90 Ibid., XXIV, 18, p. 134.

43Le Religieux a relevé enfin tout ce qui représente une trahison de la cause chrétienne. Lointain écho des décisions du concile de Latran IV, il note les cas où des chrétiens continuent à commercer avec les infidèles ; ainsi Venise que Boucicaut veut châtier en 1403 pour ce motif (mais il est vaincu)88. Le roi de Pologne est certes catholique, mais il est le frère d’un roi sarrasin et lui fournit des armes alors que cela n’est pas permis aux chrétiens89. Enfin, faisant part de la mort du duc de Milan, Galeas Visconti, il rappelle les bonnes relations qu’il entretenait avec les infidèles dans le but d’étendre sa renommée (fama)90. Il est cependant moins virulent que d’autres à son égard et ne met en cause ni le duc d’Orléans ni son épouse, Valentine, fille de Galeas.

Une culture de croisade au service exclusif de la royauté française

44Le Religieux de Saint-Denis n’est donc pas du tout imperméable à une culture de croisade assez voisine, malgré quelques nuances, de celle de ses contemporains, Froissait, Boucicaut, Bourbon ; c’est dans la façon de l’exprimer qu’il diffère d’eux. Michel Pintoin se méfie des excès que la croisade porte en elle, de l’exaltation des sentiments et des comportements qu’elle entraîne. Le Religieux est un moraliste, ne l’oublions pas. Dans la conception providentielle de l’histoire qui est la sienne, la croisade et tout ce qui s’y rattache est souvent exemplaire, pour le pire comme pour le meilleur.

  • 91 RSD, XI, 2, p. 654.
  • 92 Ibid., XVII, 3, p. 428.

45Aux expéditions de croisade en effet sont toujours associés des sentiments, des idées, des comportements qui font partie de la culture de croisade mais que l’on peut aussi retrouver ailleurs. La bénédiction de l’armée à la veille du départ ou dans des moments difficiles par exemple. A Gênes, lorsque tous furent prêts à partir pour Mahdia, des prêtres bénirent la flotte et les hommes. Il y eut un problème car tous les croisés n’étaient pas de la même obédience ; le bon sens et les intérêts supérieurs de la chrétienté prévalurent et la bénédiction fut portée par des prêtres des deux obédiences : du bon usage de la croisade, facteur de paix et d’union !91. Les croisés de Nicopolis, avant de se rassembler à Dijon, se précipitèrent dans les églises pour prier. Le comte de Nevers, chef de l’expédition alla pour sa part à Saint-Denis92.

  • 93 Ibid., XI, 2, p. 656.
  • 94 Ibid., XVII, 24, p. 496 : in vestimentis recentibusfimbriatis et manicatis superflue, et unde plus (...)
  • 95 RSD, XVII, 23, p. 484. A Nicopolis, les clercs ne furent pas écoutés ; ils l’avaient été devant Co (...)

46Pris dans la tempête, les croisés de Mahdia invoquent le secours de Dieu par des prières et des processions sur les bateaux93. Le Religieux nous raconte un curieux exemple de solidarité de la part de « l’arrière », lors de la croisade de Nicopolis : le roi de France, les grands, les clercs, le peuple multiplient prières et processions pour le succès des croisés à la veille d’un combat décisif. Au même moment hélas ! les croisés, oublieux de leurs vœux, festoient et se livrent à la débauche dans le camp. Suit le passage fameux où le Religieux, sur le modèle du De laude de saint Bernard, dénonce les habits dernière mode des chevaliers, les manches brodées larges et longues, et les ridicules chaussures à la poulaine dont se gaussent les prisonniers turcs94. Un thème classique des récits de croisade des XIIe et XIIIe siècles revient alors : l’admonestation des clercs qui demandent que l’on chasse les filles de joie du camp, que l’on cesse de jouer aux jeux de hasard et de blasphémer95.

  • 96 Ibid., XVII, 23-24, p. 490-494.
  • 97 RSD, XVII, 27, p. 510 : Qui quasi leones hucusque accesserant, leporibus timidiores effecti [...].
  • 98 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, 52, p. 401.

47On en arrive ainsi au thème non moins rebattu de l’indiscipline des croisés, de l’orgueil des chevaliers qui les rendent sourds à tout conseil : refus d’appliquer la stratégie prudente du roi de Hongrie ; refus d’être placé en seconde ligne derrière les gens de pied ; précipitation dans le combat, génératrice de catastrophe96. Selon le Religieux, la croisade de Nicopolis ne fut qu’un enchaînement d’erreurs et d’actions irréfléchies jusqu’à la catastrophe finale qui vit les lions se transformer en lièvres et fuir ignominieusement devant les Turcs97. Froissait est du même avis quant aux causes de l’échec : « De tout le meschief, à considerer raison, les François en furent cause et coulpe car par leur orgueil tout se perdit »98.

  • 99 I Macchabées III, 18-19 : Facile est concludi multos in manibus paucorum ; et non est differentia (...)
  • 100 RSD, XI, 2, p. 658 : [...] invocato de celis auxilio, Jhesu Christo, cujus causam agitis, rei exit (...)
  • 101 Ibid., XVI, 17, p. 388.
  • 102 Ibid., XVII, 23, p. 488.
  • 103 Ibid., XX, 3, p. 692 : Chateaumorand reste pour garder la ville avec cent chevaliers seulement, fo (...)

48La limite est parfois difficilement perceptible entre la témérité et l’audace, le vrai courage et la forfanterie. Il est parfois bien difficile de discerner les desseins de Dieu. La référence aux Macchabées est une constante dans les récits de croisade : « [...] la victoire au combat ne tient pas à l’importance de l’armée mais à la force qui vient du ciel »99. Elle est nette dans plusieurs passages du Religieux. A Mahdia, c’est l’amiral génois qui harangue ses hommes avant le débarquement, en leur disant que le succès dépend de la valeur des hommes et non du nombre et que le Seigneur peut toujours faire triompher une poignée d’hommes contre une armée nombreuse100. La confiance en Dieu pousse le roi de Hongrie à engager un combat contre les Turcs malgré son infériorité101 et il exhorte les croisés de Nicopolis à ne pas s’effrayer du nombre des ennemis102. C’est Dieu qui fera triompher Chateaumorand et sa petite troupe laissée par Boucicaut à Constantinople en 1400103.

  • 104 Ibid., V, 4, p. 318 ; V, 5, p. 322.
  • 105 Ibid., XVII, 27, p. 510 : Agravasti tunc, Domine, manum tuam super populum tuum in virga furoris t (...)
  • 106 Ibid, XVII, 28, p. 518-520.

49Dieu cependant abandonne parfois les siens ; il refuse la victoire aux mauvais chrétiens vautrés dans la luxure et choisit comme instrument de sa colère (furor) les Turcs contre les Arméniens104, ou Bajazet contre les croisés impies105. Dieu pourtant, après avoir châtié, prend en pitié les martyrs chrétiens et leur accorde le repos éternel ; il accomplit un miracle en laissant intacts leurs corps abandonnés sans sépulture sur le champ de bataille106.

  • 107 RSD, XI, 2, p. 650. Un peu plus tard, le roi se montre impatient de porter au loin la gloire de so (...)
  • 108 Ibid., XVII, 3, p. 428 : [...] hunc tamen optabat accingi baltheo militari agrediendo adversarios (...)
  • 109 Ibid., XVII, 23, p. 490 : ad honoris et strenuitatis titulum acquirendum.

50Voilà qui devrait inciter les chrétiens à l’humilité ; or, l’orgueil, la vanité, la recherche de la gloire semblent motiver au moins autant que la foi ceux qui prennent la croix. Le caractère chevaleresque fait partie de la culture de croisade. Le Religieux condamne les excès mais ne refuse pas la gloire si l’intention est bonne. L’expédition de Mahdia est glorieuse et méritoire et digne d’un roi ; la vaillance enflamme ceux qui répondent à l’appel107. Le comte de Nevers Jean, désigné par son père comme chef de l’expédition, doit y conquérir ses éperons de chevalier108. A Nicopolis, les croisés rejetant la stratégie prudente du roi de Hongrie, se justifient en déclarant qu’ils sont venus pour acquérir honneur et gloire109.

  • 110 Jean Juvénal des Ursins, op. cit. (n. 5), p. 484.

51D’autres chroniqueurs ajoutent des motivations plus terre à terre. Selon Jouvenel, l’expédition de Mahdia est l’occasion pour de nombreux seigneurs de partir « comme bons et vrays chrestiens, toutefois volontiers aussi ils y alloient pour eux distraire de la cour. Car ils voyaient sourdre aucunes divisions et si faisoit on des choses qui leur sembloit estre non bien honneste »110. La venue au pouvoir des Marmousets n’a pas fait que des heureux !

  • 111 J. Delaville Le Roulx, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 166 et suiv. ; K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t.  (...)
  • 112 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 223-224.
  • 113 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 355 ; N. Housley, op. cit. (n. 1), p. 73.
  • 114 RSD, XVII, 3, p. 428 : de peccuniis propriis, regiis quoque, ac viris ecclesiasticis sub se degent (...)

52Le fait essentiel est cependant autre : jamais le Religieux ne mentionne le rôle de l’Eglise et des papes dans la croisade. Il est vrai qu’au XIVe siècle les papes n’ont pas eu l’initiative des croisades, mais il n’y a pas de croisade sans bulle de croisade, sans prédication et sans privilèges de croisade, donc sans intervention du pape. De telles bulles furent promulguées pour les croisades de Mahdia et Nicopolis111. Le duc de Bourbon est allé demander au pape d’Avignon « congié pour aller sur les mescreans et qu’il lui baillast absolucion de paine et de coulpe, a lui et a ses gens »112. En juin et octobre 1395, Boniface IX, le pape de Rome, a publié jusqu’en Arménie et en Géorgie des bulles appelant à combattre les Turcs ; Benoît XIII ne fut pas en reste, qui accorda des indulgences et les privilèges de la croix au comte de Nevers et à ses compagnons113. Jamais le Religieux ne mentionne ces faits ; de même ne parle-t-il pas du rôle de la papauté dans le financement de la croisade par la concession des décimes nécessaires. Cela peut signifier un manque d’intérêt de l’auteur pour ces problèmes mais il y a aussi volonté de gommer cet aspect. Selon lui, par exemple, la croisade de Nicopolis fut financée par le duc de Bourgogne, le roi et un emprunt sur le clergé des états bourguignons : il a bien fallu pourtant un accord du pape114.

53L’effacement de la papauté dans le processus de croisade est réel, mais ce parti pris du Religieux correspond aussi à une gêne et à une volonté. Une gêne d’abord, éprouvée devant le Schisme. Le Religieux ne peut faire porter ouvertement la responsabilité du Schisme à la couronne française, mais il n’en pense pas moins. Les tentatives faites alors pour résoudre le Schisme obligent à ne plus ignorer totalement « l’intrus » de Rome, mais le Religieux limite au maximum les occasions d’en parler. Il minimise ainsi la portée « unitaire » des croisades de Mahdia et Nicopolis alors que, on l’a vu, Froissait est beaucoup plus à l’aise, et donc beaucoup plus précis à ce sujet. Une volonté ensuite, celle d’exalter la royauté française. Il le fait en minimisant l’action des autres ; mais cela ne se réduit pas à cela. Le Religieux s’efforce, par le choix des faits qu’il retient comme par leur présentation dans le récit qu’il en fait, à tout orienter vers le roi. Toutes les opérations de croisade mentionnées par le Religieux le sont parce qu’il y a eu une information préalable transmise à la cour de France (Tannenberg par exemple), ou parce que la cour est impliquée dans l’expédition envisagée.

  • 115 Ibid., XI, 2, p. 652 : Peticionibus igitur rex dulciter acquiescens ; autre exemple, ibid., XIV, 1 (...)
  • 116 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 74 ; le Religieux ne parle pas de cet incident.

54C’est le cas de Mahdia et de Nicopolis. Bien que le roi n’y participe pas en personne, ce sont des croisades royales, décidées par le roi et son conseil. C’est le roi qui nomme les chefs de la croisade et qui accepte la participation à celle-ci de tel ou tel seigneur115. Boucicaut se plaint de n’avoir pas été autorisé à participer à la campagne de Mahdia ; par compensation, il obtient de passer l’hiver 1389-1390 en Prusse, car il faut aussi demander au roi son congé pour aller là-bas116.

  • 117 RSD, XII, 2, p. 710.
  • 118 RSD, XVIII, 8, p. 562 : Imperatoriis perlectis litteris, rex cum suis illustribus miratus est, rep (...)

55Sous quelque forme que le roi intervienne dans le processus de croisade, l’objectif est d’accroître son honneur et sa gloire117. Il n’est pas nécessaire qu’il parte lui-même (on sent bien les réticences du Religieux à ce sujet : saint Louis ne doit pas faire école, car le royaume a besoin de son chef)-Le seul fait qu’on fasse appel au roi de France pour défendre la chrétienté contribue à étendre la renommée du roi. Avec quelle fierté le Religieux fait-il part de la demande de secours de l’empereur grec Manuel. Ce sont les « anciens maîtres du monde » (je cite la traduction de Louis Bellaguet) qui, pour la première fois, s’adressent ainsi au roi de France118.

56Il y a plusieurs façons de détourner la croisade. Le Religieux de Saint-Denis la détourne au profit exclusif du roi de France.

57La lecture de la Chronique du religieux de Saint-Denis apprend beaucoup moins sur la croisade que les chroniques de Froissait, de Monstrelet ou les vies de Boucicaut et du duc de Bourbon. Elle ne révèle cependant pas de différences majeures, quant à l’idée, la conception de la croisade, avec ces textes. La croisade à la fin du XIVe siècle apparaît avant tout comme une action de défense de la chrétienté contre le péril turc et cette conception, imposée par les faits, sera celle des siècles postérieurs. Jérusalem n’est pas oubliée, mais elle ne peut-être que l’objectif ultime d’une entreprise conduite en plusieurs étapes. Cet objectif reste important pour conforter l’idéal de la croisade et en nourrir l’imaginaire. Mais dans la réalité des rapports de force de la fin du Moyen Age on assiste à une dissociation entre la croisade menée contre les Turcs et le saint voyage, pèlerinage pacifique à Jérusalem. Comme avant la première croisade, Jérusalem est redevenu le but du seul pèlerinage pacifique, ce dont témoigne le succès du genre littéraire et documentaire du récit de pèlerinage.

  • 119 Ibid., XII, 2, p. 708.
  • 120 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 290.

58Il n’y a pas contradiction entre ce pèlerinage et cette croisade. C’est au retour d’un pèlerinage pacifique dans la ville sainte que des chevaliers français vont mettre leur épée au service du roi de Hongrie contre les Turcs en 1391119. Boucicaut, mais il n’est pas le seul, a accompli pèlerinages en Terre Sainte et croisades en Egée, Prusse ou en Hongrie avec le même enthousiasme et le même état d’esprit. Et j’emprunte pour finir à la Chronique du bon duc Louis de Bourbon ce récit qui prouve qu’à défaut de bien connaître sa géographie réelle, le duc connaissait sa géographie sacrée. A la fin de sa vie, il s’est mis dans la tête de mener la reine de Jérusalem, Yolande d’Aragon, à Naples, dont elle est aussi reine ; son envoyé en Aragon, Chateaumorand, a échoué, les Aragonais n’ayant évidemment pas voulu lâcher Yolande. Bourbon est déçu. Il voulait la mener à Naples et, en chemin, prendre la saisine de la Morée ou Achaïe ; puis, sa mission accomplie, il souhaitait quitter Naples pour aller à Chypre, puis à Jérusalem pour « aller en pelerinage en la sainte cité ou morut mon createur, visiter son sepulchre, car, apres les fais du monde, convient servir Dieu »120.

Notes

1 N. Housley, The later Crusades, 1274-1580. From Lyons to Alcazar, Oxford, 1992.

2 H.-E. Mayer, The Crusades, 2e éd. trad. anglaise, Oxford, 1988 ; P. Rousset, Histoire d’une idéologie. La croisade, Lausanne, 1983 ; S. Schein, Fideles Crucis : The Papacy, the West and the Recovery of the Holy Land 1274-1314, Oxford, 1991, p. 6-7 ; A. Demurger, « L’aristocrazia laica e gli ordini militari in Francia nel duecento : l’esempio della Bassa Borgogna », Militia Sacra. Gli ordini militari tra Europa e Terra Santa, E. Coli, M. de Marco, F. Tommasi éd., Pérouse, 1994, p. 55-84.

3 Sur cette croisade ainsi que sur celle de Nicopolis, voir J. Delaville Le Roulx, La France en Orient au XIVe siècle. Expéditions du maréchal Boucicaut, t. 1, Paris, 1886 ; K.-M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), t. 1, Philadelphie, 1976 ; Id., A History of the Crusades, t. 3, The Fourteenth and Fifteenth Centuries, H.-M. Hazard éd., Wisconsin U.P., 1975, chap. 1, p. 3-26 ; L. Mirot, « Une expédition française en Tunisie », Revue des études historiques, 97 (1931), p. 351-406 ; A.-S. Atiya, The Crusade of Nicopolis, Londres, 1934.

4 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 342.

5 Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneur de Jeunes, D. Lalande éd., Paris-Genève, 1985 ; Jean Cabaret d’Orville, La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, A.-M. Chazaud éd., Paris, 1876 ; La Chronique de sire Jean Froissart, J.-A.-C. Buchon éd., Paris, 1825-1826, t. 12-14, t. 21-23 ; Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roi de France, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe, Michaud et Poujoulat éd., Paris, 1836, t. 2, p. 335-569 ; Œuvres de Ghillebert de Lannoy, C. Potvin éd., Louvain, 1978.

6 D.-H. Trotter, Medieval French Literature and the Crusades (1100-1300), Paris-Genève, 1987, p. 32-33 : « In fact French was often much more imaginative than Latin [...] and many of the words or phrases used, owe more to this inventiveness than to any servile borrowing from Latin usage ».

7 T. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. 2, p. 378 (croisement, croiserie) ; t. 9, Supplément, p. 254, croisade : Godefroy ne donne qu’un exemple, chez Rabelais (Pantagruel, chap. XVII) ; il est vraisemblable qu’il y ait eu des usages antérieurs.

8 Jean de Joinville, Vie de saint Louis, J. Monfrin éd., Paris, 1995, p. 362, 364.

9 Chronique de Jean Lefèvre, seigneur de Saint-Rémy, F. Morand éd., Paris, 1876, t. 2, CXI, p. 13 : De la croisée contre les Bohémiens.

10 Chronique du religieux de Saint-Denys, abrégée RSD, V, 4, p. 320 : tredecim crucesignatos videbat, qui sibi honorifice assurgebant. Il s’agit d’illustrer le thème de l’illusion des songes. Sur l’emploi du mot, M. Markowski, « Crucesignatus. Its Origins and Early Usage », Journal of Medieval History, 10 (1984), p. 157-165. L’auteur étudie la période 1100-1250.

11 RSD, XI, 2, p. 648. On peut traduire par « traversée ».

12 Ibid., XVII, 3, p. 428. Tout le paragraphe serait à citer, qui associe ces trois mots, iter étant utilisé deux fois.

13 Ibid., XI, 2, p. 652 et XVII, 3, p. 426 : ad hoc gratum et Deo beneplacitum obsequium exequendum.

14 Ibid., XI, 2, p. 656 : ut Deum, cui se militare decreverant, invocarent ; XVII, 23, p. 488 : in eo cui militare nos credimus spem certam de Victoria habeamus.

15 Ibid., XVI, 17, p. 390 : ad honorem Jhesu Christi fortiter dimicarent ; XVII, 23, p. 486 : ad laudem fidei christiane.

16 Ibid., XVII, 23, p. 482 : christiani exercitus. Louis Bellaguet traduit par « armée française » !

17 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 13, p. 179-180 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 226-228 ; Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 74 et 90.

18 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 42, 62-63, 75 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 62-65 (il est question aussi une fois de « chemin de Prusse ») ; Œuvres de Ghillebert de Lannoy, op. cit. (n. 5), p. 25.

19 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 62 ; Œuvres de Ghillebert de Lannoy, op. cit. (n. 5), p. 11 et 174-176.

20 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 221, 225, 226 ; p. 220.

21 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 262.

22 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 89.

23 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310.

24 Ibid., t. 22, IV, 47, p. 299.

25 RSD, V, 4, p. 318 ; VII, 2, p. 424 ; XVI, 17, p. 386 ; XVII, 3, p. 428 et 23, p. 486 : adversarii Cruciflxi ; XI, 2, p. 648 ; XXIV, 19, p. 134 : adversarium nominis christiani.

26 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 243 ; t. 22, IV, 47, p. 295.

27 RSD, V, 5, p. 322 : gentem scilicet Turcorum pervalidam ; XI, 2, p. 648 : contra Turcos ; XI, 2, p. 656 : ignorantes regem Tunicii ingentem Sarracenorum multitudinem ad resistendum congregasse.

28 Ibid., XXIV, 3, p. 82 : ad Barutum, nobilissimum portum Sarracenorum ; XXXI, 12, p. 332 : triginta milia Sarracenorum referebantur occisa.

29 Ibid., XXXI, 13, p. 334.

30 Ibid., VII, 2, p. 424 : Le roi parle des chrétiens orientaux et des villes chères aux chrétiens, Bethléem, Sion, Turcorum, Arabum ac Persarum jugum durissimum minime paterentur. Le roi d’Arménie était bien placé pour faire ces distinctions : cela prouve la qualité de l’information du Religieux.

31 Jean Juvénal des Ursins, op. cit. (n. 5), p. 383 ; Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 20 et 52, p. 393 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 64, 219 (Tunis est une ville en pays de Sarrasins) ; Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 40 et 95-96.

32 Œuvres de Ghillebert de Lannoy, op. cit. (n. 5), p. 20-21 ; La Chronique d’Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives, 1400-1444, L. Douet-d’Arcq éd., Paris, 1857-1862, t. 2, LX, p. 62-63.

33 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 219 et 236.

34 RSD, XVI, 17, p. 386 ; Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p.245.

35 RSD, II, 1, p. 74 ; XI, 2, p. 656 et 659, p. 692 ; XIV, 13, p. 112 ; XXVII, 13, p. 440 : (Philippe Auguste) dum contra infideles dominica bella ultra mare perageret ; Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, 52, p. 393 ; t. 23, IV, 56, p. 37 ; Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 219-223 ; Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 89.

36 RSD, XI, 2, p. 648 : Turcorum gens impia, immundarum sectatrix tradicionum ; ibid. V, 5, p. 322 et XVII, 3, p. 424, et XI, 2, p. 656 : sordidi Machometi tradicionibus subditas.

37 Ibid., XVII, 24, p. 498.

38 Ibid., XI, 2, p. 662 : sed Deum altissimum solum credo.

39 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 15, p. 264-265.

40 RSD, XVI, 17, p. 388 : totam christianitatem occupaturum ; ibid. V, 4, p. 320.

41 Ibid., IV, 3, p. 268.

42 RSD, XXXI, 12, p. 332.

43 Ibid., XIX, 11, p. 676.

44 Ibid, XXXI, 13, p. 334-336.

45 La Chronique d’Enguerran de Monstrelet, op. cit. (n. 32), t. 2, p. 75-77.

46 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, p. 243. Voir à ce sujet, K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 333. Les croisés anglais, arrivés à Tunis alors que Louis IX venait d’y mourir, poursuivirent leur route vers l’Orient. Voir S. Lloyd, English Society and the Crusade, 12161307, Oxford, 1988. Froissart semble partager l’idée déjà émise à l’occasion de cette ultime croisade de Louis IX, à savoir qu’il s’agit d’une première étape.

47 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 249-250.

48 RSD, V, 4, p. 318 : Sane qui hoc referebat, hospitalitatis gracia michi notus.

49 Ibid., V, 5, p. 320.

50 Ibid., XII, 2, p. 708.

51 Ibid., XIV, 13, p. 112.

52 Ibid., XVI, 17, p. 386. Le Religieux place cette mort, survenue en 1389, à la date de 1395.

53 Ibid., XXIII, 16, p. 48-50.

54 Ibid., XI, 2, p. 662 ; Jean Froissart, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, 47, p. 293, en fait le chef de « tous les rois chretiens du monde ».

55 Ibid., XI, 2, p. 648 ; XVII, 3, p. 424 ; XX, 2, p. 686.

56 Ibid., XVIII, 8, p. 558 ; XXI, 1, p. 754-756 ; XXIII, 10, p. 50.

57 RSD, XVII, 3, p. 424-430 et 23-29, p. 482-520 ; XX, 2-3, p. 686-692 ; XXIV, 3, p. 82. Le récit se fait plus long, plus détaillé et plus précis.

58 Ibid., V, 4, p. 318.

59 Ibid., XIII, 8, p. 30.

60 Ibid, XII, 2, p. 708.

61 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, p. 296 ; repris p. 321 et 392. Voir N. Housley, op. cit. (n. 1), p. 73.

62 RSD, XI, 10, p. 698 : usque ad orbis umbilicum sanctam urbem Jherusalem, quam Christus miraculorum exhibicione reddidit specialiter insignem [...].

63 Ibid., XXIX, 18, p. 134 : in Jerusalem et Roma duas capellanias cogatur edificare et dotare.

64 RSD, VII, 2, p. 424 : et precipue Bethleem, pium Christi reclinatorium, Sion quoque, quam miraculorum exhibicione reddidit specialiter insignem. On remarquera l’usage de cette formule, déjà utilisée dans la citation de la note 62.

65 Ibid., XXVII, 13, p. 440.

66 Ibid., XI, 2, p. 652 : felicem se estimons, si progenitoris sui beatissimi Ludovici sequens vestigia, eciam in hiis partibus cursum sue milicie terminaret. Jean Juvénal des Ursins, op. cit. (n. 5), dont le texte est pour l’essentiel un abrégé de la Chronique du religieux de Saint-Denis, reprend aussi cette idée, p. 383.

67 RSD, XXXII, 2, p. 398.

68 Ibid., V, 5, p. 324.

69 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310.

70 RSD, XX, 3, p. 690-692 : Quis mirari non debeat tam famosam civitatem, nuper imperatorum alumpnam, tam diu imperiali titulo insignitam, et formidabilem exteris nacionibus, ad tantam ignaviam nostris seculis devenisse, quod tantillo indiguerit auxilio ?

71 RSD, XXIII, 10, p. 46. Cette victoire permet à l’empereur Manuel de revenir à Constantinople, l’usurpateur grec, affidé des Turcs, ayant été chassé.

72 Ibid., XXIV, 19, p. 134-136.

73 Une recherche sur les sources utilisées par Michel Pintoin serait à faire pour ces thèmes. On sait qu’il a fait de l’œuvre de Guillaume de Tyr l’un de ses modèles stylistiques. Voir l’introduction de Bernard Guenée à la réimpression de l’œuvre du Religieux de Saint-Denis, p. LXV-LXVIII qui ajoute ceci : « Je me demande d’ailleurs si Michel Pintoin n’a pas été le lecteur passionné d’autres historiens des croisades ».

74 RSD, V, 4, p. 318.

75 Ibid., VII, 2, p. 422.

76 Ibid, XI, 2, p. 650.

77 Ibid., II, 1, p. 74 : infidelibus catholice fidei sancta religio habita est ludibrio ; XI, 9, p. 692 ; XIV, 13, p. 112 : occasione nephandi scismatis nunc vigentis, Turcis infidelibus in derisum et contemptum veniebant.

78 Jean Froissart, op. cit. (n. 5), t. 21, IV, 17, p. 310. Sur le rôle de Philippe de Mézières, voir J.-J.-N. Palmer, England, France and Christendom, 1377-1399, Londres, 1972, p. 185-191.

79 RSD, XVI, 17, p. 388.

80 Voir en dernier lieu, J. Richard, Histoire des croisades, Paris, 1996.

81 J.-J.-N. Palmer, op. cit. (n. 78), p. 180-210. L’auteur fait aussi référence à l’ambassade du roi d’Arménie en 1384, dont j’ai déjà parlé.

82 M.-D. Legge, Anglo-Norman Letters and Petitions from All Souls Ms 182, Oxford, 1941, n. 242-245 et 246-248.

83 N. Housley, op. cit., (n. 1), p. 75 sq.

84 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 343.

85 Voir n. 61.

86 Contre N. Housley, op. cit. (n. 3), p. 48.

87 Voir la discussion de ce problème dans J.-J.-N. Palmer, op. cit. (n. 78), p. 180-181.

88 RSD, XXIV, 3, p. 82.

89 Ibid., XXXI, 13, p. 334.

90 Ibid., XXIV, 18, p. 134.

91 RSD, XI, 2, p. 654.

92 Ibid., XVII, 3, p. 428.

93 Ibid., XI, 2, p. 656.

94 Ibid., XVII, 24, p. 496 : in vestimentis recentibusfimbriatis et manicatis superflue, et unde plus hostes captivi mirabantur, semper calciamenta rostrata longitudinis duorum pedum et auandoque amplius defferebant.

95 RSD, XVII, 23, p. 484. A Nicopolis, les clercs ne furent pas écoutés ; ils l’avaient été devant Constantinople en 1204, Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, P. Lauer éd„ Paris, 1924, p. 72.

96 Ibid., XVII, 23-24, p. 490-494.

97 RSD, XVII, 27, p. 510 : Qui quasi leones hucusque accesserant, leporibus timidiores effecti [...].

98 Jean Froissait, op. cit. (n. 5), t. 22, IV, 52, p. 401.

99 I Macchabées III, 18-19 : Facile est concludi multos in manibus paucorum ; et non est differentia in conspectu Dei caeli liberare in multis aut in paucis, quoniam non in multitudine exercitus Victoria belli, sed de caelo fortitudo est.

100 RSD, XI, 2, p. 658 : [...] invocato de celis auxilio, Jhesu Christo, cujus causam agitis, rei exitum commendetis, cui facile semper fuit cum paucis eciam innumerabiles superare.

101 Ibid., XVI, 17, p. 388.

102 Ibid., XVII, 23, p. 488.

103 Ibid., XX, 3, p. 692 : Chateaumorand reste pour garder la ville avec cent chevaliers seulement, forsan Deo disponente, qui cum paucis ut cum multis terret adversarios, quando placet.

104 Ibid., V, 4, p. 318 ; V, 5, p. 322.

105 Ibid., XVII, 27, p. 510 : Agravasti tunc, Domine, manum tuam super populum tuum in virga furoris tui Basati, quem ad suum exterminium debachari permisisti. Naturellement Dieu manifeste sa colère dans d’autres circonstances que la croisade et par d’autres moyens, l’épidémie par exemple, VIII, 1, p. 474.

106 Ibid, XVII, 28, p. 518-520.

107 RSD, XI, 2, p. 650. Un peu plus tard, le roi se montre impatient de porter au loin la gloire de son nom (famam nominis regis), XII, 2, p. 710.

108 Ibid., XVII, 3, p. 428 : [...] hunc tamen optabat accingi baltheo militari agrediendo adversarios Crucifixi. Froissait dit la même chose t. 22, IV, 47, p. 295 : « il est temps qu’il prenne l’ordonnance de chevalerie et plus honorablement il ne le peut prendre ni avoir que sur les ennemis de Dieu et de notre creance ».

109 Ibid., XVII, 23, p. 490 : ad honoris et strenuitatis titulum acquirendum.

110 Jean Juvénal des Ursins, op. cit. (n. 5), p. 484.

111 J. Delaville Le Roulx, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 166 et suiv. ; K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 333.

112 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 223-224.

113 K.-M. Setton, op. cit. (n. 3), t. 1, p. 355 ; N. Housley, op. cit. (n. 1), p. 73.

114 RSD, XVII, 3, p. 428 : de peccuniis propriis, regiis quoque, ac viris ecclesiasticis sub se degentibus accomodatis.

115 Ibid., XI, 2, p. 652 : Peticionibus igitur rex dulciter acquiescens ; autre exemple, ibid., XIV, 18, p. 122.

116 Le Livre des fais, op. cit. (n. 5), p. 74 ; le Religieux ne parle pas de cet incident.

117 RSD, XII, 2, p. 710.

118 RSD, XVIII, 8, p. 562 : Imperatoriis perlectis litteris, rex cum suis illustribus miratus est, reputans a seculis Francigenarum inauditum antiquos tocius orbis moderatores alias a tam remotis partibus subsidiarios evocasse.

119 Ibid., XII, 2, p. 708.

120 Jean Cabaret d’Orville, op. cit. (n. 5), p. 290.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search