Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint-Denis et la royauté

 | 
Françoise Autrand
, 
Claude Gauvard
, 
Jean-Marie Moeglin

Première partie. Le règne de Charles VI

L’officier, sa femme et le duc. Place et rôle de la femme au sein d’un hôtel princier

Elizabeth Gonzalez

Texte intégral

1Un Hôtel princier, c’est d’abord une institution fondamentale à la fin du Moyen Age, mais c’est aussi une micro-société au sein de laquelle évolue tout un personnel d’officiers au service d’un homme, ou d’une femme dans le cas des Maisons princières féminines. L’Hôtel de l’un des principaux personnages du règne de Charles VI, celui de son frère, Louis d’Orléans, servira de poste d’observation pour l’étude de ce qui apparaît donc comme un véritable microcosme. Tous les offices de sa Maison sont tenus par des hommes et aucune femme n’apparaît à son service. Celles-ci sont pourtant bien présentes en tant qu’épouses d’officiers. Il ne s’agit peut-être pas toujours d’une présence physique, mais, dans la plupart des cas, d’une présence symbolique, venant parfois s’intercaler entre le duc et son officier. C’est précisément de cette « équation ternaire » dont j’ai voulu traiter en dégageant trois séquences, qui sont autant de moments de la vie d’une femme : vierge, épouse et veuve.

La femme et la cohésion du groupe

  • 1 F. Autrand, Naissance d'un grand corps de l'Etat. Les gens du Parlement de Paris 1345-1454, Paris, (...)
  • 2 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse dite de Charles VI. Edition critique des sources manuscr (...)
  • 3 C. Klapisch-Zuber, « Les femmes et la famille », L'Homme médiéval, Paris, 1989, p. 316.
  • 4 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 192.
  • 5 Autre exemple : l’union en 1393 entre la fille d’Eustache Deschamps, maître d’Hôtel ducal, et Rena (...)
  • 6 Anselme de Sainte-Marie (Le Père), Histoire généalogique et chonologique de la Maison royale de Fr (...)
  • 7 C. Bozzolo, H. Loyau et M. Ornato, « Hommes de culture et hommes de pouvoir parisiens à la Cour am (...)
  • 8 Mariage daté de 1398 par G. Raynaud, op. cit. (n. 5), t. 11, p. 181.
  • 9 Dernière apparition à ce poste en août 1397, BNF, fr. 6210, pièce 537.
  • 10 Première apparition à cet office en 1399, BNF, fr. 6210, pièce 538.
  • 11 Nul doute que sa fidélité à la Maison d’Orléans après l’assassinat de son chef a dû également joue (...)

2Le besoin d’alliances, intensifié à l’époque de Charles VI, explique que dans des institutions aussi différentes que le Parlement de Paris, décrit par Françoise Autrand1, ou la Cour amoureuse dite de Charles VI, présentée par Caria Bozzolo et Hélène Loyau2, les stratégies matrimoniales aient joué un si grand rôle. En leur centre, les femmes et l’enjeu qu’elles représentaient, tant pour l’individu que pour le groupe3. Ainsi, celui des Marmousets dont Françoise Autrand nous dit « qu’ils étaient tous liés entre eux par un réseau serré de parenté et d’amitié, d’alliance et de fidélité. On intégrait à l’équipe les frères et les fils. Les filles, sœurs et nièces étaient aussi précieuses, car les mariages et les remariages entraient dans le ciment du groupe »4. Etre le ciment du groupe, favoriser sa cohésion, voilà l’un des rôles fondamentaux qui incombait à la femme au sein de l’Hôtel de Louis d’Orléans. De groupe, il n’y en avait bien sûr pas qu’un, mais une multitude, chacun plus ou moins large, chacun plus ou moins puissant. Cela pouvait aller de l’union entre deux familles, telle celle des Amboise/Prunelé (Isabeau, fille de Hue II d’Amboise, épouse Jean Prunelé)5, à celle de plusieurs familles, ainsi l’alliance qui s’effectue par les femmes entre les Le Mercier/Chepoy-Coutes-Dreux-Nantouillet6. Dans ce dernier cas, Jeanne de Vendôme, à la fois épouse, mère et belle-mère, constitue l'un des éléments structurants de « ces constellations familiales qui semblent s’organiser autour de quelques noms clés »7, mais également autour de quelques offices clés. Il est en effet de ces offices, comme celui de chambellan, dont tout le monde veut être, tant leur importance honorifique est grande. Pour y accéder, la faveur ducale est bien sûr primordiale, mais un beau mariage peut également jouer. Ainsi, pour Jean de Coutes qui, peu après son mariage avec Catherine8, fille de Jean Le Mercier, maître d’Hôtel royal et chambellan ducal, passe du simple rang d’écuyer panetier9 à celui de premier panetier10, pour finir quelques années plus tard comme chambellan de Charles d’Orléans11. C’est parce qu’il a su associer stratégie sociale et stratégie familiale – plus peut-être que la fille, c’est son futur beau-père, personnage ô combien influent, que Jean de Coutes a choisi pour réaliser ses rêves d’ascension sociale – qu’il a réussi à s’agréger à la plus haute strate de l’Hôtel. C’est parce qu’il a su, mais c’est aussi parce qu’il a pu. Jean Le Mercier n’aurait sans doute jamais accepté pour gendre un officier qui n’eût été promis à un brillant avenir. Si l’individu est acteur de son destin, les familles sont néanmoins, le plus souvent, les principaux maîtres du jeu.

  • 12 La Chronique d'Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives, 1400-1444, L. Do (...)
  • 13 Au sein de l’Hôtel (d’abord écuyer d’écurie, il est nommé chambellan en 1402), comme en-dehors (il (...)

3Pour autant, le duc n’est pas absent des alliances qui se contractent au sein de son Hôtel. Il peut se faire marieur et, par là, contribuer à l’ascension sociale d’un de ses officiers en lui faisant épouser une fille de bonne famille située hors de sa mouvance ; tout en contentant tel serviteur, il peut espérer ainsi se créer des relais avec l’extérieur. Le cas extrême et le plus connu car décrié par des chroniqueurs comme Monstrelet12, et surtout, le Religieux de Saint-Denis, est celui de Pierre dit Clignet de Brébant. Véritable « créature ducale », il doit tout à son protecteur : postes13, fortune et femme, cette dernière étant, selon le Religieux, la pièce maîtresse de la réussite de l’officier :

  • 14 Chronique du religieux de Saint-Denys, abrégée RSD, t. 2, XXVI, 28, p. 363-365.

« Il dut encore une fortune brillante à la faveur du duc d’Orléans, qui ménagea son mariage avec la comtesse de Blois. Ne possédant qu’un mince et pauvre héritage, il avait à peine de quoi subvenir à ses besoins de chaque jour et payer la solde de ses chevaliers ; le riche patrimoine de la comtesse vint suppléer à son dénuement. Bien des gens s’étonnèrent qu’une dame aussi noble, aussi puissante et aussi illustre que la veuve du fameux comte de Blois eût daigné épouser un chevalier si obscur »14.

  • 15 P. Contamine, « Un aspect de la « tyrannie » de Louis XI. Variations sur le thème du « roi marieur (...)
  • 16 Ibid., p. 438 : « Pour l’opinion publique, Louis XI est coupable d’avoir pratiqué avec rudesse ce (...)
  • 17 RSD, t. 3, XXXVII, 6, p. 33.

4On n’est pas loin avec cet exemple du Louis XI, « roi marieur », décrit par Philippe Contamine15. Sans aller jusqu’à faire de Louis d’Orléans un Louis XI avant l’heure, il est à noter que dans les deux cas, ce qui suscite la désapprobation des contemporains, ce n’est pas l’ingérence des princes dans les affaires de familles (pratique qui semblait courante à l’époque), mais la mésalliance suscitée, voire forcée dans le cas de Louis XI16. Remarquons enfin que ce topos du prince démiurge se retrouve sous la plume de la plupart des auteurs de l’époque, qui condamnent d’un même trait libéralité et faveur ducale. Il en est ainsi dans l’éloge post-mortem que le même Religieux de Saint-Denis consacre dans sa chronique au duc Jean de Berry17.

  • 18 Londres, British Library, Additionnal Charters 2963.

5Des alliances plus modestes peuvent également se nouer entre officiers ducaux et femmes de l’Hôtel de la duchesse. Il ne s’agit plus cette fois de rechercher des relais avec l’extérieur, mais de cimenter le clan de la famille d’Orléans en établissant une passerelle entre les deux Hôtels. Par exemple, le mariage célébré en 1392 entre Regnier Pot, chambellan de Louis, et Catherine d’Angoisselles, demoiselle d’honneur de Valentine Visconti, pour lequel le duc fit parvenir pour plus de 385 francs d’or de vaisselle18. Les deux époux se connaissaient-ils avant leur entrée au service des duc et duchesse, ou bien leur attachement respectif à deux Hôtels appartenant à la même sphère est-il à l’origine de leur rencontre ? On peut là encore supposer que les princes, à défaut de contribuer à la formation de cette alliance, la favorisèrent, voyant en elle l’occasion d’un rapprochement entre les deux Maisons, et par là, un renforcement du groupe.

  • 19 Les sources comptables en faisant état sont très nombreuses.
  • 20 Dans ce cas, ce n’est pas tant la charge que celui qui l’occupe – il faut qu’il appartienne au cer (...)
  • 21 Le même constat est fait par J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au XIVe siècle. Le (...)
  • 22 Louis d’Orléans est présent lors de « la feste des nopces de nostre amé et feal chambellan le sire (...)
  • 23 Londres, BL, Add. Ch. 3105.

6Autre façon d’intervenir, sinon plus fréquente, tout du moins plus apparente19, la dotation en argent – plus courante que la dotation en vaisselle – faite à un officier à l’occasion de son mariage. Si beaucoup de charges semblent touchées par la libéralité ducale20, les mentions les plus fréquentes de dons « en accroissement de son mariage » concernent les offices supérieurs de l’Hôtel, au premier rang desquels, une fois encore, celui de chambellan qui compte parmi les officiers les mieux rémunérés21. On pourrait, par conséquent, penser qu’ils n’ont pas besoin de l’aide ducale pour payer les frais occasionnés par leur mariage. Mais l’expression le dit bien, le don est moins fait pour payer le mariage que pour l’accroître. Il ne s’agit pas seulement d’aider aux dépenses des « nopces » ou « espousailles », mais également de contribuer à l’achat de terres, principales sources, sinon de richesse, du moins de prestige, et de rendre l’événement plus fastueux, plus remarquable et remarqué, une part de l’admiration que suscitera la cérémonie rejaillissant sur le duc puisqu’il s’agit de son officier. Pour le faire savoir à tous, le duc peut honorer de sa présence les fêtes qui suivent la célébration22 ou, plus fréquemment, s’y faire représenter par certains de ses serviteurs les plus en vue, tels Charles d’Ivry, Jean de Montaigu, Charles de Savoisy, Raoul de Gaucourt et Guillaume de Martel qui, en 1402, reçoivent chacun cinquante livres tournois « pour payer certaine orfaivrerie a la devise de monseigneur le roy et de la nostre, laquelle est de feuilles de may et d’orties d’or souldiz, pour mettre sur certaines robes par nous a eulx donné a la feste des nopces de nostre bien amé escuier d’escuierie, Hector de Pontbriant »23.

7Mais au-delà de cet aspect, notoirement public – le prince qui, par l’intermédiaire de son officier, se donne en représentation –, il en est un autre, tout aussi important qui, lui, participe du domaine privé. Le mariage auquel le duc contribue par un don peut être vu comme une « occasion-prétexte » s’inscrivant dans une série de dons qualifiés, eux, d’extraordinaires. En multipliant les dons à son adresse, le duc fait de l’officier son obligé, resserrant ainsi les liens qui les unissent. On assiste ici à une sorte de surenchère dans le don que l’on retrouve pour un autre moment important dans la vie de l’Hôtel, celui du baptême d’un enfant d’officier.

L’épouse, relais entre le duc et l’officier

  • 24 BNF, n.a.fr. 5846, pièce 93.
  • 25 BNF, PO 2464, no 55401 (8).
  • 26 Fondé en 1394, selon M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal en France, XIIIe-XVIe siècle, Paris, 1 (...)

8Les occasions pour le duc de distinguer l’un de ses officiers ne manquent pas : lui confier une charge honorifique telle que celle de chambellan, transformer sa pension « tant comme il nous plaira »24 en pension « a avoir et prendre sa vie durant »25, le retenir comme conseiller, lui remettre l’ordre de chevalerie qui est le sien, l’ordre du Porc-Epic encore appelé ordre du Camail26, etc. Dans tous ces cas de figures, il honore directement l’officier. La relation entre les deux parties s’effectue sans intermédiaire. Il existe pourtant d’autres moyens pour lui de gratifier l’un de ses serviteurs. Intervient ici la femme, en tant qu’épouse et mère, comme relais entre le duc et l’officier. Le moment où son rôle est le plus net est celui du baptême.

  • 27 A signaler que le duc n’est qu’exceptionnellement présent en personne au moment du baptême mais qu (...)
  • 28 Dans toutes les sources que j’ai pu consulter, c’est à la mère que le cadeau ducal est adressé.
  • 29 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la (...)
  • 30 Très nette standardisation au niveau de la nature, mais tout aussi nette différenciation au niveau (...)
  • 31 L’étude des dons peut permettre de repérer les orfèvres et changeurs sollicités et ainsi de recons (...)
  • 32 B. Laurioux, Le Moyen Age à table, Paris, 1989, p. 134.
  • 33 Hypothèse séduisante que celle consistant à expliquer la nature du cadeau par sa symbolique, mais (...)

9A l’occasion du baptême d’un enfant de l’un de ses officiers, le duc pouvait, suprême distinction, devenir le parrain de l’enfant27 et, dans ce cas, faire remettre à la mère un présent28, ajoutant au don spirituel un don matériel. Le phénomène n’est pas spécifique à l’Hôtel des d’Orléans. Ainsi, « il était de tradition à la cour de Bourgogne-Flandre que les fils et les filles des fonctionnaires ducaux aient pour parrain ou marraine le duc, son fils, la duchesse ou un membre de la famille ducale [...], un cadeau présenté aux parents étant de coutume le jour du baptême »29. La nature du don de même que sa signification méritent d’être étudiées dans le détail. La première ne varie guère. Il s’agit toujours de vaisselle et reviennent le plus souvent hanaps et aiguières, vases destinés au service des boissons. Ce n’est donc pas sur la nature du cadeau que l’on joue (il y a un modèle de cadeau), mais sur son prix, celui-ci pouvant varier du simple au quadruple pour une même catégorie d’officiers30. Plus que l’office, on en concluera donc que c’est la proximité avec le prince qui explique cette différence. Les quittances rendues par les maîtres orfèvres31 auprès de qui les commandes ont été passées donnent, en même temps que le prix, une description des objets offerts. Forgées dans de l’or ou de l’argent, estimées à plusieurs dizaines de livres, « il est probable que de telles pièces étaient davantage des moyens de thésauriser des pierres et des métaux précieux que des objets vraiment utilisés »32. Objet de thésaurisation, signe de distinction sociale de toute évidence mais aussi, et pourquoi pas, objet souvenir venant rappeler le « moment-baptême » durant lequel de l’eau bénite est versée avec l’aide d’un récipient sur la tête de l’enfant33.

  • 34 Ibid., p. 10.
  • 35 Les cadeaux offerts à sa femme à l’occasion de naissances étaient de nature beaucoup plus variée e (...)
  • 36 A. Fine, op. cit. (n. 33), p. 131-134.
  • 37 Londres, BL, Add. Ch. 2954.

10Par le baptême, le duc ne devenait pas seulement parrain de l’enfant, un nouveau lien se tissait entre lui et son officier, celui de compérage. Agnès Fine définit cette parenté spirituelle comme « des liens rituels qui unissent parrains et parents [...] instituant des obligations de solidarité, de prestations et de contre-prestations »34. De même, sur le plan strictement matériel, le don, bien que fait à la femme d’officier, ne lui était pas vraiment destiné. La libéralité du prince ne s’adressait ni à l’enfant, ni à sa mère, ce qui contraste avec les cadeaux offerts à l’occasion de la naissance de sa propre progéniture35. Il s’agissait une fois encore, mais cette fois en passant par la femme, véritable « femme-prétexte », de gratifier le serviteur, de renforcer les liens de dépendance entre « patron et client »36, d’obliger l’officier mais aussi sa famille, son épouse, ses filles voire ses sœurs. En 1395, Perrin Mynart, changeur, reçoit de Louis d’Orléans plus de cent livres tournois pour de la vaisselle offerte le jour de ses noces à « la sueur de messire Jehan de Tremagon, chevalier, et son chambellan »37.

  • 38 C. Ribera-Perville, « Les diamants des rois de France (1400) », L’Histoire, 23 (mai 1980), p. 76-7 (...)
  • 39 Un des principaux hommes de confiance de Louis d’Orléans. Voir R. C. Famiglietti, The French Monar (...)

11Si la politique de don / contre-don est surtout apparente entre personnes de même rang comme le montrent les échanges de cadeaux entre princes par exemple, « le souci d’assurer la réciprocité des échanges se retrouve également entre personnages de rangs inégaux : l’inférieur qui reçoit un présent acquitte sa dette par une fidélité renouvelée à l’égard du généreux donateur »38. La munificence dont faisait preuve le prince envers ses officiers était, à ses yeux, un investissement, sorte « d’assurance-fidélité » lui permettant de s’attacher mieux encore l’officier à son service. De surcroît, cela pouvait être également un moyen de mettre une option sur l’avenir, en espérant que ceux qu’il honorait en faisant d’eux ses filleuls viendraient renforcer plus tard le nombre de ses fidèles. Ce sera le cas avec Louis de Braquemont, fils de Guillaume de Braquemont39. Né en 1391, filleul de Louis d’Orléans, il entre au service de la Maison de son parrain en 1410... mais pour y rester bien peu de temps ! Dès 1413, on le retrouve à l’Hôtel du duc de Guyenne. Mauvais calcul de la part du duc ? Non, tout simplement avec la mort du prince, le lien spirituel qui l’unissait à son filleul a disparu. Dès lors, plus rien ne retient Louis de Braquemont aux côtés de celui qui n’est que le fils de son parrain, lequel connaît alors de nombreuses difficultés. L’Hôtel des d’Orléans n’est plus aussi attractif qu’il a pu l’être et désormais tous les regards se portent vers celui que l’on pense être appelé à devenir un jour le futur roi, le dauphin, Louis de Guyenne. Tous ne sont cependant pas aussi soucieux de leurs carrières. Guillaume de Braquemont, père de Louis, demeura fidèle à la mémoire de son bienfaiteur en restant au service de son fils Charles, faisant passer sa fidélité au prince avant sa politique personnelle.

12Le rôle joué par la femme entre l’officier et le duc est donc bien réel. La mort de l’officier entraîne-t-elle pour autant la cessation de toutes relations entre le duc et l’épouse du défunt ?

La veuve, dépositaire de la mémoire de l’officier ducal

  • 40 Je n’ai rien trouvé qui permette d’affirmer qu’il soit apparenté à Evrart de Trémaugon, l’auteur d (...)

13Le devenir de la veuve d’officier mérite réflexion. A la mort de son mari, le lien qui l’unissait au duc en tant que femme d’officier est rompu. Cela signifie-t-il qu’elle n’a plus ni place ni rôle au sein de l’Hôtel ? Pour répondre à cette question, j’ai choisi de partir d’un exemple, celui de Jeanne de Souday, veuve de Jean de Trémagon40.

  • 41 E. Jarry, La Vie politique de Louis de France, duc d’Orléans, 1372-1407, Genève, 1976 (édition ori (...)
  • 42 A. S. Atiya, The Crusade in the Later Middle Ages, Londres, 1938, p. 527.
  • 43 Première apparition à cet office en décembre 1393 [BNF, n.a.fr. 3638, pièce 183 ; auparavant, il o (...)
  • 44 A. S. Atiya, op. cit. (n. 42), p. 527.
  • 45 Les agents de La Ferté-Bernard, dont dépendaient les terres héritées par Jeanne de Souday, persuad (...)
  • 46 Jeanne de Souday se tourne-t-elle vers l’ancien « patron » de son mari ou vers le seigneur des ter (...)
  • 47 Ils n’étaient en effet mariés que depuis trois ans : le 20 décembre 1393, Louis d’Orléans faisait (...)
  • 48 Christine de Pizan, Autres ballades. Œuvres poétiques de Christine de Pizan, M. Roy éd, 3 vol., Pa (...)

14En 1396, une armée de croisés conduite par le fils aîné du duc de Bourgogne, Jean, comte de Nevers, porte secours au roi de Hongrie menacé sur ses territoires par les infidèles. Dans ses rangs, « un grand nombre d’officiers de l’Hôtel du duc d’Orléans »41, parmi lesquels Jean de Trémagon42, récemment promu chambellan43. Le temps passe. Deux ans et demi plus tard, sa femme, Jeanne de Souday, est toujours sans nouvelle de son mari. Elle ne sait si celui-ci est mort, à l’instar de nombreux autres, tel son frère, Tribouillard de Souday, tué à la bataille de Nicopolis (25 septembre 1396)44. Aux prises avec les agents locaux de Louis d’Orléans au sujet des héritages échus de son frère, terres dépendantes du domaine ducal45, elle n’a d’autre recours que de présenter une supplique au duc46. La supplique ne nous est pas parvenue ; en revanche, nous disposons de la réponse qui lui est faite. Elle est un parfait exemple de la libéralité ducale. Le duc confirme à la jeune veuve47 le décès de son mari et lui fait restituer les biens saisis par ses agents. Il est donc des cas où, contrairement à la complainte de Christine de Pizan, les princes daignent entendre les doléances des « pouvres vesves de leurs biens despoillees »48.

  • 49 Voir Pièce justificative.
  • 50 Ibid.
  • 51 Du moins pour le principat de Louis d’Orléans. Bien différentes seront les choses avec son fils Ch (...)
  • 52 Ainsi, en 1402, la veuve d’Eustache de La Motte, dit Petiot, obtient de Louis d’Orléans la remise (...)
  • 53 Encore que, assurer la dignité de la condition de veuve, c’est se porter garant de l’ordre social.

15Tout semble rentrer dans l’ordre, mais les choses ne s’arrêtent pas là. Quelques mois plus tard, nouvelle supplique, nouvelle réponse ducale qui nous permet de connaître les suites de l’affaire. Loin de l’avoir laissée en paix, les agents ducaux ont relancé la veuve au sujet du relief dont elle doit s’acquitter depuis la mort de son mari, pour pouvoir jouir des terres ayant appartenu à son frère (son mari en avait été dispensé, mais pas elle). On apprend « que elle en a composé a eulx a la somme de trente cinq livres tournois, laquelle somme elle ne pourroit bonnement paier que ce ne fust en son tres grant grief, prejudice et dommage si comme elle dit »49. Et le duc d’intervenir de nouveau, tenant quitte la veuve des trente-cinq livres exigées par ses officiers « voulans a notre povoir secourir et aidier a dames vesves pour consideracion aussi des bons et aggreables services que nous fist en son vivant notre dit feu chambellan son mary »50. Arrêtons-nous sur les deux raisons invoquées ici par le prince et voyons si ce sont les mêmes que l’on retrouve dans d’autres documents faisant intervenir duc et veuve. La première, qui semblerait de prime abord la plus évidente – le prince se devant d’être, comme l’y invite l’Eglise, le protecteur de la veuve et de l’orphelin –, est celle qui est le moins souvent invoquée, au point que je ne la retrouve que dans ce texte, ce qui en fait, en plus de sa richesse, sa singularité51. C’est la seconde qui revient le plus souvent52 et qui semble, plus que la générosité du prince53, la vraie raison de sa libéralité. Aider la veuve est un moyen pour le duc de rendre hommage à celui qui fut, de son vivant, un zélé serviteur, de saluer la mémoire de l’officier défunt ; c’est aussi une façon de signifier à ceux qui sont alors à son service qu’il saura, même après leur mort, récompenser leur fidélité en secourant leur veuve, leur famille, si celles-ci font appel à lui. Il importe de créer un modèle, de façonner une image du bon serviteur dévoué au prince et dont le dévouement sera récompensé. La veuve sert en quelque sorte de faire-valoir pour le duc. La libéralité du prince n’étant pas confidentielle, ne peut-on pas considérer que celle-ci participe à la mise en scène du pouvoir ? En cela, la veuve d’officier continue bien à jouer un rôle au sein de l’Hôtel, même si elle n’y a plus sa place. Loin d’être marginalisée, elle est valorisée. Ainsi, même absent, l’officier, ou plutôt sa mémoire, s’intercale entre le duc et la veuve et, dans bien des cas, seule cette mémoire peut expliquer les relations qui peuvent encore exister entre l’un et l’autre.

  • 54 C. Klapisch-Zuber, op. cit. (n. 3), p. 315.
  • 55 Mandement de Louis d’Orléans touchant à la prise en compte de toutes les dépenses des obsèques de (...)

16Etudier les relations entre l’officier, sa femme et le duc m’a permis de développer certains aspect de la vie de l’Hôtel, et plus particulièrement, la façon dont cette institution se constitue en un ensemble, les liens qui existent en son sein entre le duc et ses serviteurs. En ce qui concerne le statut de la femme, les conclusions auxquelles aboutissent les spécialistes du sujet, à savoir que la personnalité juridique et son éthique quotidienne se dessinent par rapport à l’homme ou à un groupe d’hommes54, ont été une fois de plus confirmées. La femme n’existe que par rapport à son mari, même après la mort de celui-ci. Resterait à savoir quel est son statut lorsqu’elle-même détient un office. L’analyse d’un Hôtel féminin où, si la plupart des charges sont détenues par des hommes, certaines sont occupées par des femmes, par exemple celles des demoiselles d’honneur voire, plus prestigieuses, celles des chambellanes55, permettrait de déterminer la place et le rôle des femmes dans un contexte autre.

Pièces justificatives56

  • 56 Pour l’édition des textes qui suivent, je tiens à remercier Elisabeth Lalou qui a bien voulu relir (...)

171. Paris, 1398. Louis d’Orléans ordonne à ses agents de La Ferté-Bernard de restituer à Jeanne de Souday les biens qui lui ont été saisis (BNF, n.a.fr. 3639 : 322).

18« Loys, filz de roy de France, duc d’Orleans, conte de Valois, de Blois et de Beaumont, a notre bailli de la Ferté Bernart ou a son lieutenant et a notre receveur illec, salut. Nous avons receu la supplicacion de notre bien amee dame Jehanne de Souday, femme de feu notre amé et feal chambellan messire Jehan de Tremagon, chevalier, contenant que comme desiapieca ycellui notre chambellan ou ses gens pour lui se fussent trais par devers nous et nous eussent donné a entendre que par la mort et trespassement de feu messire Triboullart de Souday, frere d’icelle suppliante, lui estaient a cause d’elle venus et escheus certains heritages mouvans et tenus de nous a cause de notre chastel dudit lieu de La Ferté, et que de nous faire hommage et paier le rachat qui pour ce nous estait deu, lui voulsissions donner terme et respit et ycellui lui eussions donné jusques a la Toussains derrenierement passee qui fut l’an IIIIxx et dix sept, et depuis eussions par certaines noz autres lettres donné, quittié et remisé a notre dit chambellan la somme a laquelle il avoit composé a vous et en laquelle il povoit estre tenus a nous a cause du rachat des heritages dessus diz et parmi ce la dicte suppliante pour et ou nom de son dit mary et d’elle, eust et ait joy d’iceulx heritages paisiblement sens aucun empeschement et enlevé et receu les frais et prouffiz comme des siens neanmoins soubz umbre de ce que vous ou aucun de vous maintenez notre dit chambellan estre alé de vie a trespassement ou voiage qui s’est fait ou pays de Hongrie ouquel il estait alez en la compaignie de notre tres chier et amé cousin le sire de Coucy, vous avez prins, saisi, arresté et mis en notre main les heritages dessus diz, tant par deffaut d’omme, comme pour le rachat qui nous en est et puet estre deu par la mort de notre dit chambellan. Et pour ce, la dicte suppliante combien que elle ne sache riens au certain de la mort de son dit mary n’a peu ne, ne puet, joir de ses diz heritages ne en avoir les prouffiz et revenues qui est en son grant grief, prejudice et dommage et pourrait plus estre sicomme elle dit se pourveu ne lui estait sur ce de gracieux remede requerant humblement ycellui. Pourquoy, nous, attendu ce que dit est et pour consideracion des bons et aggreables services que nous a fait ou temps passé notre dit chambellan et afin que plus au certain la dicte suppliante puisse estre informee de la vie ou trespassement de son dit mary, a ycelle avons ottroyé et ottroyons par ces presentes de grace especial que se pour autre cause que dessus est dit vous n’avez les diz heritages saisis, arrestez ou empeschiez, elle en joysse paisiblement ainsi et pareillement qu’elle faisoit avant l’empeschement ou arrest par vous mis en yceulx pour la cause desus dicte, c’est assavoir du jour que l’empeschement y fu mis jusques a la feste de Pasques communaulx prochainement venant sens prejudice de notre droit. Si vous mandons et a chacun de vous si comme a lui appartendra que de notre presente grace et ottroy vous faites, souffrez et laissiez la dicte suppliante joir et user sans lui faire ou donner ou souffrir estre fait ou donné aucun destourbier ou empeschement au contraire, et s’aucuns de ses biens estoient pour ce prins, saisis ou arrester si les lui mettez ou faites mettre a plaine delivrance. Donné a Paris le XIXe jour d’octobre, l’an de grace mil IIIIxx et dix huit »

192. Paris, 1399. Louis d’Orléans tient quitte Jeanne de Souday de la somme de trente-cinq livres tournois exigée par ses agents locaux pour le rachat des terres héritées de son frère (BNF, n.a.fr. 3639 : 341).

20« Loys, fïlz de roy de France, duc d’Orliens, conte de Valois, de Blois et de Beaumont, a notre amé et feal conseiller Jehan Le Flament, salut et dilection. Nous avons receue la supplicacion de dame Jehanne de Souday, jadiz femme de feu messire Jehan de Tremangon, chevalier et notre chambellan en son vivant, contenant que comme le dit feu Tremagon son mary et feux messire Tribrillart de Souday, frere d’icelle suppliante feussent japieca alez ou voiage de Hongrie a l’encontre des ennemis de la foy en la compaignie et soubz feux notre tres chier et amé cousin le sire de Coucy, et en ycelli voiage soient les dessus diz alez de vie a trespassement et soubz umbre de ce que noz bailli, procureur et receveur de La Ferté Bernart maintenoient a l’encontre de la dicte suppliante, le dit feu messire Tribrillart son frere a qui appartenoit la terre de Centigney tenue en fief de nous a cause de notre chastel de la dicte Ferté estre alez de vie a trespassement par avant ledit de Tremangon et par ce nous estre deu le rachat dicelle terre de Centigney ils firent japieca prendre, saisir, arrester et mettre en notre main la dicte terre pour ledit rachat et pour ce se fust traité par devers nous la dicte suppliante et eust impetré de nous certaines lettres par lesqueles pour consideracion des causes en ycelles contenues nous eussions quitté, remis et donné a notre dit feu chambellan la somme qui nous povoit estre deue a cause dudit rachat par la mort et trespassement dudit feu messire Tribrillart mais ce non obstant noz diz bailli et autres officiers l’ont contrainte et fait contraindre de finer du rachat qu’ilz disoient a nous estre deu par la mort de notre dit feu chambellan et telement que elle en a composé a eulx a la somme de trente cinq livres tournois, laquele somme elle ne pourrait bonnement paier que ce ne fust en son tres grant grief, prejudice et dommage si comme elle dit requerant humblement lui estre sur ce impartie notre grace et que pour consideracion des choses dessus dictes nous lui vousissions ycelle somme de XXXV livres tournois donner, quittier et remettre pourquoy nous attendu ce que dit est voulans a notre povoir secourir et aidier a dames vesves pour consideracion aussi des bons et aggreables services que nous fist en son vivant notre dit feu chambellan son mary avons quittié et donné et par ces presentes quittons et donnons a la dicte suppliante la dicte somme de XXXV livres tournois, a laquele elle a finé et composé pour le dit rachat comme dit est. Si vous mandons que par notre dit receveur de la Ferté vous faites la dicte suppliante tenir quitte et paisible de la dicte somme selon la teneur de ces presentes et s’aucune chose avoir esté ou estoit prise du sien a cause dudit rachat si la lui faites rendre et mettre a plain au delivré. Et, par rapportant ces presentes avecques noz autres lettres de don et quittance sur ce d’icelle suppliante, nous voulons la dicte somme estre alloee es comptes de notre dit receveur et rabatue de sa recepte par noz amez et feaulx gens de noz comptes sens contredit non obstant quelxconques ordenance, mandemens ou defense a ce contraires. Donné a Paris le Xe jour d’avril l’an de grace mil CCCIIIIXX et dix neuf ».

Notes

1 F. Autrand, Naissance d'un grand corps de l'Etat. Les gens du Parlement de Paris 1345-1454, Paris, 1981.

2 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse dite de Charles VI. Edition critique des sources manuscrites. Armoiries et notices biographiques, 2 vol., Paris, 1982 et 1992.

3 C. Klapisch-Zuber, « Les femmes et la famille », L'Homme médiéval, Paris, 1989, p. 316.

4 F. Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 192.

5 Autre exemple : l’union en 1393 entre la fille d’Eustache Deschamps, maître d’Hôtel ducal, et Renaud de Pacy, lui-même chambellan, G. Raynaud, Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, t. 11, Paris, 1903, p. 17 et 68.

6 Anselme de Sainte-Marie (Le Père), Histoire généalogique et chonologique de la Maison royale de France, 9 vol., Paris, 1967-1968 (édition originale : Paris, 1726-1733), t. 8, p. 342-344.

7 C. Bozzolo, H. Loyau et M. Ornato, « Hommes de culture et hommes de pouvoir parisiens à la Cour amoureuse », Pratique de la culture écrite en France au XVe siècle, Louvain-la-Neuve, 1995, p. 254.

8 Mariage daté de 1398 par G. Raynaud, op. cit. (n. 5), t. 11, p. 181.

9 Dernière apparition à ce poste en août 1397, BNF, fr. 6210, pièce 537.

10 Première apparition à cet office en 1399, BNF, fr. 6210, pièce 538.

11 Nul doute que sa fidélité à la Maison d’Orléans après l’assassinat de son chef a dû également jouer pour sa promotion puisqu’on le retrouve pour la première fois à cette charge en octobre 1409, BNF, Cabinet des titres, Pièce Originale (abrégée PO) 918, no 20253 (17).

12 La Chronique d'Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives, 1400-1444, L. Douet d’Arcq éd., 6 vol., Paris, 1857-1862, t. 1, p. 127.

13 Au sein de l’Hôtel (d’abord écuyer d’écurie, il est nommé chambellan en 1402), comme en-dehors (il est créé amiral de France en 1406), BNF, n.a.fr. 5847, pièce 153, et PO 496 no 10964(14).

14 Chronique du religieux de Saint-Denys, abrégée RSD, t. 2, XXVI, 28, p. 363-365.

15 P. Contamine, « Un aspect de la « tyrannie » de Louis XI. Variations sur le thème du « roi marieur », La Femme au Moyen Age, M. Rouche et J. Heuclln éd., Maubeuge, 1988, p. 431-442.

16 Ibid., p. 438 : « Pour l’opinion publique, Louis XI est coupable d’avoir pratiqué avec rudesse ce qui était pratiqué par ses prédécesseurs et le sera par ses successeurs ».

17 RSD, t. 3, XXXVII, 6, p. 33.

18 Londres, British Library, Additionnal Charters 2963.

19 Les sources comptables en faisant état sont très nombreuses.

20 Dans ce cas, ce n’est pas tant la charge que celui qui l’occupe – il faut qu’il appartienne au cercle le plus proche de l’entourage du prince – qui explique le geste ducal.

21 Le même constat est fait par J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au XIVe siècle. Le duché de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, 1996, p. 482-483.

22 Louis d’Orléans est présent lors de « la feste des nopces de nostre amé et feal chambellan le sire de Bethencourt », Londres, BL, Add. Ch. 2092.

23 Londres, BL, Add. Ch. 3105.

24 BNF, n.a.fr. 5846, pièce 93.

25 BNF, PO 2464, no 55401 (8).

26 Fondé en 1394, selon M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal en France, XIIIe-XVIe siècle, Paris, 1994, p. 158.

27 A signaler que le duc n’est qu’exceptionnellement présent en personne au moment du baptême mais que le plus souvent, il s’y fait représenter. Ce n’est donc pas lui qui accomplit ce geste pourtant fondamental pour le parrainage qui consiste à lever l’enfant sur les fonts baptismaux, mais une tierce personne, sorte de parrain par procuration, parfois désigné, comme ici, par le duc lui-même : en 1394, Louis d’Orléans fait remettre à Perrin L’Uillier, changeur demeurant à Paris, 53 livres deux sous six deniers tournois, prix d’un hanap et d’une aiguière d’argent dorés, poinçonnés, « yceulx avons fait bailler et delivrer a notre amé escuier d’escuierie, Enguerran de Marcoignet, pour donner de par nous a l’enfant de notre amé et feal chambellan messire Jehan de Tremagon, lequel nous avons fait lever et tenir sur fons de par nous par ledit Enguerran. », BNF, n.a.fr. 3638, pièce 211 bis.

28 Dans toutes les sources que j’ai pu consulter, c’est à la mère que le cadeau ducal est adressé.

29 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1384-1477), UGA, Kortrijk-Heule, 1982, p. 136.

30 Très nette standardisation au niveau de la nature, mais tout aussi nette différenciation au niveau des prix : pour les enfants de chambellan, cela peut aller de 53 livres tournois pour un hanap et une aiguière d’argent dorés (BNF, n.a.fr. 3639, pièce 236) à 275 francs pour un seul hanap d’or couvert (BNF, n.a.fr. 3640, pièce 385).

31 L’étude des dons peut permettre de repérer les orfèvres et changeurs sollicités et ainsi de reconstituer les circuits d’approvisionnement princiers en matière d’objets précieux.

32 B. Laurioux, Le Moyen Age à table, Paris, 1989, p. 134.

33 Hypothèse séduisante que celle consistant à expliquer la nature du cadeau par sa symbolique, mais à avancer avec précaution. En effet, aiguières et hanaps ne sont pas seulement offerts à l’occasion d’un baptême. On les retrouve dans d’autres circonstances, tels les cadeaux faits aux ambassadeurs, entre princes, ou à l’occasion de l’entrée des souverains dans une ville. Toutefois, ce type de cadeaux symboliques a déjà été relevé par Agnès Fine : « de même, lors du sevrage, qui est le moment des premiers mots, timbales, gobelets ou couverts rappelaient métaphoriquement l’instrument [les cloches] qui, au baptême, avait transmis sa voix à l’enfant », A. Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris 1974, p. 76.

34 Ibid., p. 10.

35 Les cadeaux offerts à sa femme à l’occasion de naissances étaient de nature beaucoup plus variée et certains étaient même directement destinés à l’enfant ; ainsi, en 1392, « une grant cuillier d’argent pour faire la boulie pour Loys », deuxième fils du duc d’Orléans qui devait mourir en 1395 [BNF, PO 2797, no 62141 (9)].

36 A. Fine, op. cit. (n. 33), p. 131-134.

37 Londres, BL, Add. Ch. 2954.

38 C. Ribera-Perville, « Les diamants des rois de France (1400) », L’Histoire, 23 (mai 1980), p. 76-77.

39 Un des principaux hommes de confiance de Louis d’Orléans. Voir R. C. Famiglietti, The French Monarchy in Crisis, 1392-1415, and the Political Role of the Dauphin Louis of France, Duke of Guyenne, thèse dactylographiée, 2 vol., New York, 1982, t. 2, p. 516-517.

40 Je n’ai rien trouvé qui permette d’affirmer qu’il soit apparenté à Evrart de Trémaugon, l’auteur du Songe du Vergier, mais l’origine bretonne des deux hommes et leurs carrières parallèles peuvent le laisser penser. De plus, on sait qu’Evrart de Trémaugon avait un frère du nom de Yon ; un même Yon, sans que le lien de parenté ait pu être établi avec Jean de Trémagon, se retrouve dans l’entourage de celui-ci. A l’inverse, les textes font apparaître la « sueur de messire Jehan de Tremagon » (cf. supra), objet de la prodigalité du prince lors de ses épousailles. Il pourrait s’agir de Guillemette de Trémagon, damoiselle de Valentine Visconti, qui, elle aussi, bénéficia de la largesse ducale à l’occasion de ses noces célébrées en 1395 (Londres, BL, Add. Ch. 2139-2140-2141). On le voit : le clan des Trémagon était très lié à celui des Orléans.

41 E. Jarry, La Vie politique de Louis de France, duc d’Orléans, 1372-1407, Genève, 1976 (édition originale : Paris, 1889), p. 165.

42 A. S. Atiya, The Crusade in the Later Middle Ages, Londres, 1938, p. 527.

43 Première apparition à cet office en décembre 1393 [BNF, n.a.fr. 3638, pièce 183 ; auparavant, il occupait la charge d’écuyer tranchant, BNF, PO 2876, no 63876 (8)].

44 A. S. Atiya, op. cit. (n. 42), p. 527.

45 Les agents de La Ferté-Bernard, dont dépendaient les terres héritées par Jeanne de Souday, persuadés de la mort de son mari, avaient procédé à la saisie « des heritages dessus diz tant par defaut d’omme, comme pour le rachat qui desormais en etait deu par le mort du chambellan » (cf. Pièce justicative 1).

46 Jeanne de Souday se tourne-t-elle vers l’ancien « patron » de son mari ou vers le seigneur des terres sur lesquelles portent le litige ? Difficile de répondre, la supplique ne nous est pas parvenue et par conséquent, nulle trace de l’apostrophe de la veuve au duc, et aucune des raisons qui l’ont fait se pourvoir devant lui ; toujours est-il que ce dernier répond en tant qu’ancien « patron », cumulant ici les deux fonctions de prince et de seigneur.

47 Ils n’étaient en effet mariés que depuis trois ans : le 20 décembre 1393, Louis d’Orléans faisait bailler à son chambellan 2 000 francs or « pour et en accroissement de son mariage » (BNF, n.a.fr. 3638, pièce 183).

48 Christine de Pizan, Autres ballades. Œuvres poétiques de Christine de Pizan, M. Roy éd, 3 vol., Paris, 1886-1896, t. 1, CVI. Figure de style ou requête intéressée ? D’après Claude Gauvard, « les accents éplorés de Christine de Pizan face aux malheurs de ses congénères ne sont pas pure littérature » : C. Gauvard, ‘De grace especial Crime, Etat et Société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., Paris, 1991, t. 1, p. 326.

49 Voir Pièce justificative.

50 Ibid.

51 Du moins pour le principat de Louis d’Orléans. Bien différentes seront les choses avec son fils Charles, une fois celui-ci revenu de captivité et installé à Blois. Les mentions de dons faits à de « povres femmes veusves », qu’elles soient épouses d’officiers ou simples habitantes de son duché, sont légion. Le rôle qu’a pu tenir de son vivant le mari auprès du prince n’est plus spécifié. Seul importe l’état de la femme qui se retrouve seule et qui a besoin d’aide pour « nourrir ses enfans » (BNF, PO 2160 (666)).

52 Ainsi, en 1402, la veuve d’Eustache de La Motte, dit Petiot, obtient de Louis d’Orléans la remise de 184 livres tournois, somme dont le dit Eustache était resté débiteur en qualité de maître des garnisons de vins du duc d’Orléans, et cela pour ce « que ledit Petiot par tout le temps de sa jeunesse nous a servi continuelment et moult travaillié son corps en pluseurs loingtains voyages ou il a esté pour nous et autrement en pluseurs manieres » (BNF, n.a.fr. 3640, pièce 422).

53 Encore que, assurer la dignité de la condition de veuve, c’est se porter garant de l’ordre social.

54 C. Klapisch-Zuber, op. cit. (n. 3), p. 315.

55 Mandement de Louis d’Orléans touchant à la prise en compte de toutes les dépenses des obsèques de Marguerite de Landes, « jadiz chambellane de nostre tres chiere et tres amee compaigne la duchesse », 1394/05/02 (BNF, n.a.fr. 3638, pièce 193).

56 Pour l’édition des textes qui suivent, je tiens à remercier Elisabeth Lalou qui a bien voulu relire et, quand besoin était, corriger l’édition que j’en proposais.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.