Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint-Denis et la royauté

 | 
Françoise Autrand
, 
Claude Gauvard
, 
Jean-Marie Moeglin

Première partie. Le règne de Charles VI

L’intérêt pour l’histoire romaine à l’époque de Charles VI : l’exemple de Laurent de Premierfait

Carla Bozzolo

Texte intégral

  • 1 L'histoire antique (hommes, faits et mœurs) dans l'humanisme français, Association Guillaume Budé. (...)
  • 2 D. Poirion, « L’histoire antique devant l’humanisme à la fin du Moyen Age », ibid., p. 512-519.
  • 3 A propos de la traduction de Laurent de Premierfait, du De Senectute, qui sera reprise dans le Mign (...)

1Il y a quelques années, un colloque de l’Association Guillaume Budé, s’attachait entre autres à étudier comment l’histoire antique avait été perçue et reflétée par les auteurs du XVIe siècle1. Une seule contribution2, servant d’introduction, mettait en évidence le peu de progrès apporté par les XIVe et XVe siècles aux siècles précédents en matière d’usage des connaissances historiques. En effet, les œuvres en français de cette période ne semblent pas refléter la familiarité des humanistes de l’époque avec des auteurs comme Tite-Live, Salluste, Lucain... et les annotations mettront du temps à quitter les marges des manuscrits latins pour entrer dans les textes. Dans cette première vision, seule Christine de Pizan paraît quelque peu se racheter, bien que l’on souligne son recours aux définitions incidentes et à l’anecdote, plutôt qu’à l’exposé systématique. Quant aux traducteurs, on précise qu’il faudra attendre le dernier quart du XVe siècle pour que « soucieux d’exactitude philologique, [Jean Duchesne, Gaguin, Claude Seyssel, Simon de Bourgoin] mettent à la disposition du public une somme importante de connaissances historiques ». Le nom de Laurent de Premierfait, dont il sera ici question, est tout juste évoque3.

  • 4 Voir les articles consacrés à l’humanisme des XIVe et XVe siècles dans les mélanges Préludes à la R (...)
  • 5 Pour la vie et les manuscrits contenant les œuvres de cet auteur, se reporter en particulier et sel (...)
  • 6 Ses rapports avec les humanistes n’étaient perçus auparavant que par le biais de la correspondance (...)

2Depuis ce colloque, au fil des années, l’étude des humanistes français qui ont vécu sous le règne de Charles VI s’est enrichie de nouvelles contributions, et certains de ces humanistes sont apparus sous un jour nouveau4. C’est le cas de Laurent de Premierfait, traducteur de Boccace et de Cicéron qui se trouve enfin reconnu, grâce à son œuvre de commentateur de textes classiques5, humaniste à part entière6. Comme ses adaptations et commentaires des auteurs de l’Antiquité latine – Stace, Tite-Live, Térence – semblent être composés vers 1409, date à laquelle se termine la deuxième version française du De casibus virorum illustrium de Boccace, cette dernière devait être relue sous un angle différent.

  • 7 Pour les sources de Laurent, voir E. Koeppel, Laurents de Premierfait und John-Lydgates Bearbeitung (...)

3Des analyses précédentes du Des cas des nobles hommes et femmes m’ont ainsi déjà permis de faire ressortir les connaissances classiques de l’humaniste ou sa conception du pouvoir, d’entrevoir son goût pour l’histoire et la civilisation romaine. C’est ce dernier aspect que j’aimerais développer et, sans trop m’attarder sur les auctoritates auxquels Laurent fait appel7, j’essaierai de montrer comment il s’est efforcé de transmettre à ses contemporains l’image des grands acteurs, des événements majeurs, des institutions, des valeurs morales, de la manière de vivre des Romains... en somme de leur histoire. La vision qu’il en donne, partant de la fondation légendaire, s’attarde sur les guerres civiles, sur le passage de la Rome païenne à la Rome chrétienne et se termine, enfin, sur la Rome barbare.

  • 8 Autre son de cloche de notre auteur pour la traduction de la Bible dans son prologue de la version (...)
  • 9 DCH, f. 5v, 6 (deuxième prologue) ; P.-M. Gathercole éd. op. cit. (n. 5), p. 89-90.

4Lorsque Laurent de Premierfait se donne comme tâche de traduire une deuxième fois le « tres noble et exquiz livre » de Boccace, il entend corriger un « tres grant default » propre aux « clercs et hommes lettrez » qui savent bien enseigner la grammaire, la logique et la rhétorique, mais ne comprennent pas que les ouvrages en latin des philosophes, des poètes et des historiens sont « moult loing et desseuvrez de l’entendement que dame nature donne communement aux hommes »8. Toutefois, la version française, par elle-même, ne suffisait pas à rendre accessibles ces « doulces et ameres histoires » aux futurs lecteurs et aux « escouteurs », il fallait encore s’acquitter de deux obligations : premièrement de mettre en « cler langaige les sentences du livre et les histoires » que Boccace avait tout juste effleurées ou citées, deuxièmement y parvenir à l’aide « des vielz historians qui au long les escripvirent ». Bien entendu, le caractère concis du récit ne devait nullement être pris – se hâte de préciser Laurent – comme un manque de connaissances ou un dédain du lecteur de la part du « tres grant et renommé historian » italien9.

5Commencent alors, dès les premiers chapitres, les campagnes d’interventions plus ou moins soutenues de la part du traducteur français. Il apporte d’abord, bien évidemment, de courts compléments d’information, comme toute bonne adaptation médiévale qui se respecte. Des noms, des situations l’entraînent, ensuite, à rallonger de quelques lignes le récit de Boccace. Lorsqu’il est vraiment stimulé par un sujet qu’il juge trop partiellement traité, il entreprend un travail minutieux de repérage des sources afin de le rendre le plus complet possible. En somme, au nom de la « clarté » préconisée au départ, il faut que faits et personnages mentionnés puissent prendre corps dans l’évocation globale d’une période – mythique ou réelle – d’un pays, d’un empire. Nous arrivons à l’histoire de Rome.

  • 10 De senectute et De amicitia. Le premier est dédié en 1405 à Jean de Bourbon ; le second, commencé a (...)
  • 11 DCH, VI 12, f. 206.
  • 12 Sur cette question, J. Monfrin, « La connaissance de l’Antiquité et le problème de l’humanisme en l (...)
  • 13 Environ soixante-dix exemplaires, copiés au XVe siècle, nous sont parvenus (C. Bozzolo, Manuscrits (...)
  • 14 Florence, Bibl. Laurentienne, Pal. 228. Quant à son exemplaire du Des cas – le BNF, fr. 131-que j’a (...)
  • 15 La IVe décade, le De bello macedonico (BNF, lat. 14 630 ; ex-libris de Gontier Col vu aux U.V. par (...)
  • 16 DCH, V3, f. 146.
  • 17 Parmi les ouvrages modernes sur la Rome antique qui m’ont aidée dans ce présent travail, je ne veux (...)

6La familiarité acquise avec le monde romain par la mise en langue vulgaire de Cicéron10, par l’interprétation « en direct » – comme on l’a dit – de certains grands auteurs, semble conduire tout naturellement Laurent de Premierfait à adapter pour le public français le De casibus, car ce choix s’appuie alors sur celui fait en amont par son homologue italien. Il est indéniable que dans l’œuvre de Boccace l’histoire romaine occupe une place non négligeable puisque 37 % environ des chapitres de ses neuf livres se rapportent à des personnages qui en font partie intégrante ou qui, à un moment donné, sont entrés en conflit avec la « dame du monde »11. Lorsque enfin « l’humble » secrétaire de Jean de Berry, selon la formule quelque peu courtisane de dédicace, remet dans les mains du duc le fruit de ses efforts, on serait tenté de dire qu’il a conscience d’avoir accompli quelque chose de nouveau : le livre offert présente l’avantage de contenir en un seul volume les principales connaissances, entre autres, sur l’antiquité gréco-romaine, et, au fil des chapitres, romaine tout court. Par rapport aux compilations faites depuis des siècles et toujours utilisées – l’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Rommains12 –, le Des cas des nobles devait sans doute apparaître comme la plus complète et la plus à jour. La « fortune » en France de ces histoires de Fortune13 s’établira non seulement parmi les lecteurs de la cour ou de la noblesse mais aussi parmi des lettrés. Ainsi, l’ouvrage était loin de laisser indifférent un de ses premiers lecteurs et en même temps ami du traducteur, Gontier Col, comme en témoignent les nombreuses marques d’intérêt – nota bene, accolades, manchettes – apportées dans les marges de l’exemplaire qu’il possédait. Et pourtant Col avait également dans sa bibliothèque une copie en latin de l’ouvrage14 ; par ailleurs, il est l’un de ceux qui ont copié Tite-Live de leur main15. Cet historien, ce « diligent enquereur et doulz parleur sur la vérités des choses »16 me sert de transition et me fait enfin entrer dans le vif du sujet17.

  • 18 DCH, I 19, f. 39v. Laurent dit tenir les données sur le corps légendaire de Pallas de « l’histoire (...)
  • 19 Comme il est dit à propos de la mère d’Evandre, la déesse Carmenta (ibid., IV 3, f. 110).

7Ab urbe condita. Lorsque Evandre entre en scène avec « ses cheveulx tous respars, sa barbe despeciee et sa robe dessiriee », pleurant la mort de son fils, pour ce qui est des origines de Rome, les jeux sont faits. De son Arcadie natale où naissent des « merles tres blans » le bon roi Evandre s’est installé sur l’emplacement de la future cité de Rome. Son fils Pallas, « grant, fort et bel jouvenceau » vient à l’aide d’Enée contre Turnus, roi des Rutules qui, d’un coup de lance, lui ouvre une plaie de « trois piés de long ». Et la hauteur des murs de Rome sert d’étalon à une autre mesure, celle de la longueur de son corps18. Evandre sera expressément indiqué comme « premier fondeur de Romme ou au moins de la tour du Capitole »19.

  • 20 Pour sa « grécomanie », C. Bozzolo, op. cit. (n. 7), p. 75-77.
  • 21 DCH, I 13, f. 30.
  • 22 Ibid., II22, f. 68-69v.
  • 23 Sinam Remum [...] Et imperiose urbispatrem conditoremque [..] et ad tristem miserumque Metium Sufet (...)

8Arcadie, la Grèce, et Rome : la chaîne légendaire ne peut que séduire Laurent de Premierfait qui à plusieurs reprises se plaît à mettre en parallèle les deux civilisations, la romaine étant souvent tributaire de la grecque dans le domaine de la pensée et du droit20. Bien évidemment d’autres Grecs, les Troyens, sont associés à la pré-fondation de Rome. A la fin de l’histoire de Priam, on anticipe « Eneas donques ou au moins son filz Ascanius vint a Romme pour le temps du roy Latin »21, où l’on évoque Rome plutôt que Lavinium et Albe la Longue, dont les circonstances de fondations serviront d’introduction, dans un autre chapitre, à une autre Fondation22. Nous sommes alors confrontés à la première longue histoire de Rome reconstituée par Laurent, là où Boccace s’en tient délibérément à une dizaine de lignes23.

  • 24 DCH, II 22, f. 68v. Allusion aux « diverses et maintes oppinions » sur la mort de Rémus, comme il s (...)

Remus et Romulus occirent leur propre oncle Amilius qui avoit tué son frere Numitor par mauvaise convoitise d’avoir plusgrant seignourie et oultre après Romulus ou tua ou fist occirre Remus son frere24.

  • 25 Par exemple, les « merles blans » qui viennent, cette fois, d’Isidore (XII 7, 69).
  • 26 C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), passim.
  • 27 DCH, II 22, f. 69-69v.

9Sont ainsi très efficacement résumés trois meurtres, auxquels s’ajoute, en amont, un autre crime. Les Romains qui se prétendent les plus nobles du monde ont pris naissance et nom de ces jumeaux « engendrez et nez par inceste d’une nonnain professe et de ung pere si mescheant et si vil que l’en ne scet ou l’en ne ose nommer le pays ne le nom ». Leurs ancêtres ne sont que des « bergiers et larrons assailleurs de chemins et murtriers de ceulx de leur propre lignaige ». Sous la plume française, le récit qui reste livien, bien que revisité et nourri à d’autres sources25, ne semble pas s’adoucir. Il n’est pas dans les habitudes de Laurent, contrairement à son imitateur anglais, John Lydgate, d’émousser les angles, ni lorsqu’il évoque des personnages du passé, ni lorsqu’il s’adresse à ceux du présent26. « Larrons, murtriers, corrompeurs de femmes et entechiez de tous aultres crismes » seront encore ceux qui iront peupler Rome, accourus au « lieu de refuge », le mythique « Asile », de toute la terre latine. Pour ces « trestous malfaiteurs », Romulus « fit constitucions, loix et ordonnances », et « institua cent notables sénateurs ». Rome a donc non seulement les premiers fondements de la justice, mais même un Sénat... Et le fondateur – sans restriction, cette fois – sera le premier roi de la « cité de Romme a qui Fortune garda l’empire de tout le monde »27. La déesse de Boccace se porte ainsi garante de la future puissance romaine.

10Rome royale. Commence alors, de la part de Premierfait, le comput des rois, puis celui des empereurs et des années qui séparent un événement de la fondation de Rome d’abord, de la naissance du Christ ensuite. Au nom de cette « clarté » préconisée au début de l’ouvrage, il faut, en effet, que tout événement puisse être situé dans le temps, tout autant que dans l’espace, lorsqu’il s’avère nécessaire.

  • 28 Ibid., II 23, f. 69v-71.

11A Numa Pompilius « second roy des Rommains » succède Tullus Hostilius qui, selon la tradition, mit « le royaume des Albannoys qui avoit duré dés le temps de Ascanius, le filz de Eneas de Troye [...] en perpetuele desolacion ». Pour raconter la « cautele » employée par le roi pour vaincre le « traiteux barat » du chef alban, Metius Fufetius, Laurent a recours tout particulièrement, dit-il, à Valère-Maxime (VII 4). Ce choix n’est pas pour nous surprendre ; plus intéressants se révèlent les thèmes qui se dégagent de l’ensemble du récit28. Commençons par le sort réservé à Metius, tête de chapitre chez Boccace et quelque peu décalé, pour faire place à Romulus, chez Laurent. Sous la plume de ce dernier, Metius n’est plus seulement un simple citoyen privé que Fortune fait devenir roi, mais un « homme de peuple sanz dignité et office » qui, grâce à cette même Fortune, est élevé « en siège et en dignité royal » et reçoit en conséquence « les atours, les honneurs, les armes et enseignes ». A la fin, de « l’estat de franchise » auquel il est ainsi parvenu, il retombe « en servitute ». Origine non noble qui n’empêche nullement d’accéder à la noblesse et aux charges les plus importantes ; atours d’une haute dignité, royale ou impériale, entre autres ; liberté opposée à esclavage ou à tyrannie, sont des motifs revenant constamment dans l’œuvre de Laurent, nous les retrouverons. Autre nouveauté : l’introduction d’un dialogue, le roi Tullus s’adressant directement à ses « gens d’armes ».

  • 29 Ibid., III 2, f. 74-75.
  • 30 Ibid., III 2 et 3, f. 75-78v.

12Tullus Hostilius et Ancus Marcius29. De cette période, je retiens deux autres idées chères à Premierfait. Sous Tullus, les Romains – ou mieux les « Ytalians [...] rudes et nouveaulx habitans »-possèdent une première et grande vertu, celle de n’avoir que « fresches et legieres convoitises sur les choses mondaines ». Ancus, le « bon et religieux » roi, gouverne en paix ou fait la guerre, mais toujours avec le « consentement du peuple ou des senateurs ». Suivent les pages consacrées aux Tarquins, Tarquin l’Ancien et Tarquin le Superbe30. Deux femmes, Tanaquil et Lucrèce, deux héroïnes, l’une en négatif, l’autre en positif, occupent pratiquement le devant de la scène. Je laisse de côté la première.

  • 31 DCH, III 3, f. 77-78v.
  • 32 Pour la présence de Lucrèce chez les lettrés et les humanistes français et italiens, B. Guenee, « C (...)
  • 33 Voir saint Augustin, Le bien du mariage et La virginité consacrée, G. Combes et J. Saint-Martin tra (...)
  • 34 On retrouve parfois cette vision chrétienne de l’histoire dans les modifications apportées par Laur (...)

13Que peut apporter de nouveau Laurent à l’histoire immortelle de Lucrèce ? La version française31 ne s’éloigne pas trop du sobre récit de Boccace, inspiré bien évidemment par Tite-Live (I, 58), jusqu’au moment où le fils de Tarquin le Superbe prend son « entier plaisir » en la « tres chaste » dame « par violence et force ». Intervient alors immédiatement l’absolution chrétienne : le jeune Tarquin a pris « tout son desir ou corps de Lucrece sanz avoir corrompu sa pensee ». On retrouve cette attitude indulgente, d’augustinienne mémoire, mais absente chez Boccace, chez d’autres auteurs, contemporains de Premierfait32. Toutefois, ce dernier rallonge considérablement la partie de la narration qui va du viol à la mort de la jeune femme. Première innovation, Lucrèce ne peut supporter un si « grant meffait » sans en avoir « vengence » ; elle fait alors appel au mari, aux parents et aux amis. Elle s’adresse d’emblée à Collatin, celui qui est devenu son époux par « loy de mariage », en lui disant que l’injure a été faite à son corps, mais que ce corps « est tien et mien ». Elle semble se reprendre et se hâte d’ajouter « presques qu’il n’est pas mien car tu qui es mon espoux, tu es chief et seigneur de mon corps et compaignon de mes doulces et ameres fortunes ». Cette insistance sur les liens juridiques du mariage, sur l’idée de l’appartenance réciproque des « corps » dans l’union de l’homme et de la femme, nous fait entrevoir une lecture attentive des écrits de saint Augustin, de saint Jérôme, une adhésion peut-être au fameux passage de saint Paul « l’épouse n’est pas maîtresse de son corps, il est à son mari ; semblablement, l’époux n’est pas maître du sien ; il est à sa femme » (1 Co 7, 4-6)33. L’exorde de Lucrèce annonce également la coloration chrétienne que Laurent commencera à donner à l’histoire de la Rome antique34.

  • 35 II est annoncé, dans le manuscrit – mon manuscrit de référence ayant appartenu, comme je l’ai dit, (...)
  • 36 Pour autant la vengeance ne semble pas être, pour Premierfait, l’idéal à poursuivre « car entre nob (...)

14Revenons au récit, à la première personne, de Lucrèce35. Devant l’auditoire familial, elle reprend longuement, à son tour, le déroulement des faits, depuis l’arrivée du « jouvencel » dans la demeure de Collate et sur le fait de son accueil. Elle insiste sur le fait que cet accueil, bien chaleureux dans les limites de son « honneur » et de sa « renommee », a été sans aucune arrière-pensée d’autant qu’elle recevait un « parent et filz de nostre roi » qui comme tel aurait dû avoir « toute honnesté en œuvre et noblesse en couraige » et qui « par la puissance a lui donnee du peuple » aurait dû la défendre au lieu de lui faire « oppressions et oultraiges », violant ainsi, en même temps, les « lois civiles et natureles ». Encore une fois, par la bouche de Lucrèce, est émise la justification du consentement forcé puisque les menaces du jeune Tarquin de mettre à côté de son cadavre celui d’un « varlet », aurait signifié aux yeux du monde une « diffame equipollant la mort ». Après un dernier rappel à son interlocuteur – son mari – que le chaste corps qui a été violé est « commun » entre elle et lui, c’est l’appel final à la vengeance et à la punition du crime, en guise de « perpetuel exemple aux princes du mondes ». Avec ce dernier cri de Lucrèce, nous ne sommes plus dans le monde des Docteurs de l’Eglise, dans une morale de pardon, mais plutôt dans un monde – celui où vit Laurent sans doute – où l’acte de vengeance est délégué à un groupe restreint, à la famille d’abord, lorsque le coupable en est un membre36.

15L’histoire reprend à la fin son moule traditionnel : Lucrèce se donne la mort mais « elle donna la vie et si resuscita la franchise du peuple et de la chose publique de Romme ». On remarque toutefois que le thème de la liberté, auquel j’ai déjà fait allusion, est fortement souligné : le mot « franchise » revient à deux reprises, chaque fois accompagné du mot « peuple ». Cette insistance se répétera ultérieurement.

  • 37 Dans sa version du De senectute, Laurent évoque rapidement l’histoire de Lucrèce, la fin du royaume (...)

16Le jeune Tarquin s’enfuit37 ; son père, l’orgueilleux Tarquin, est « banny » et c’est en exil qu’il « fina ses jours, et en luy fina le royaume de Romme ».

  • 38 II faut dire, toutefois, que le lien entre Lucrèce et Virginie est déjà instauré en amont par une r (...)
  • 39 Ibid., III 9, f. 92-94.
  • 40 « [...] le mont Adventin est appellé le saint mont pour ce que le peuple ilenc s’enfuoit a refuge q (...)

17Rome républicaine. Une autre légende livienne (3, 44), une autre jeune femme qui cause la perte d’un autre tyran et restitue la liberté aux Romains : le lien est automatiquement établi entre la « pucelle et innocente » Virginie, la « tres chaste » Lucrèce et « franchise »38. Et ainsi se termine le chapitre consacré au « tyran », Appius Claudius : « O franchise de Romme, tu estoyes tres bien heuree et si povoies durer perpetuelement se tu eusses esté bien souvenant que tu qui par deux foiz te estoyes rachetee par le chaste sang de Lucresse et de Virginia [...] »39. Les ressemblances entre les deux vicissitudes entraînent une assimilation de termes, de définitions, de situations, mais en même temps un élargissement. Oublions un instant le père justicier, vengeur. Virginie, comme Lucrèce, est entourée de toute sa famille qui, cette fois, s’enrichit d’un « ayeul » et s’étend à la « nourrice ». Sur le « corps de la pucelle occie », le « cry des femmes rommaines » s’unira aux gémissements de la famille. Ici, comme dans l’autre conte, le « varlet », fait son apparition non comme simple rôle de circonstance cette fois, mais vraiment sous les traits de Marcus, serviteur d’Appius. Quant au milieu social, que Laurent se plaît souvent à souligner, il y a changement de décor. Virginius, le père de Virginie, est un « homme de peuple », ce qui ne l’empêche pas, tout au contraire, d’être « homme de bien renommee vie, de honneste estat et de grant courage ». Ainsi, tout se déroule dans un cadre urbain, restreint à des « maisonnettes privees », lorsque la scène se passe en famille, où ample lorsque les Sabins, appelés à l’aide, et le peuple, laissant Rome déserte, viennent rejoindre « Ytilius », le fiancée de Virginie, sur l’Aventin, symbole du plus grand don de la nature, la liberté40.

  • 41 Pour cette phrase, traduite littéralement de Boccace et pour le thème de la liberté opposée à la ty (...)

18Appius Claudius s’est comporté en tyran, ainsi que « le faiseur des loix » qui a prononcé la sentence contre Virginie ; ils doivent être sacrifiés par le « sang innocent de ma fille [...] – dit Virginius (c’est l’homme qui parle, cette fois) – car il n’est sacrifice plus agreable aux dieux que le sang d’un tirant ou de ung juge desloyal »41. Un premier acte de violence a fait chuter la monarchie, ce deuxième le décemvirat.

  • 42 Premierfait trouve qu’il est « assez cler par les histoires rommaine que la lignie des Claudiens » (...)
  • 43 [...] Romani prisca institutione per tres ordines sive status divisi sunt. Primus ordo senatorum, q (...)
  • 44 Cette interprétation s’appuie, cette fois, sur la tradition historique du droit romain qui veut que (...)
  • 45 C’est un des passages marqués en marge par un nota bene de la main de Col. Par ailleurs, Christine (...)

19Au début de l’histoire, Laurent nous a fait connaître qu’Appius, de famille patricienne42, était l’un de ces dix hommes, les dizeniers, qui, en remplacement des « dix consulz », furent institués pour « enforcir et confirmer les loix par le consentement de ces troiz estaz de Romme »43. Et ces lois « faites par les saiges de Grece » ont été apportées d’Athènes à Rome par des « messagiers »44. Voici une deuxième translatio, la translatio legum. Appius n’était donc pas au départ un tyran, tout au moins dans la première année de son office, car il avait « seignorie » avec ses homologues. Le deuxième mandat commence avec une excellente initiative : « les citoiens de Romme » décident que soient nommés les dix hommes les « plus proufitables au gouvernement de la cité et du peuple de Romme »45, mais, hélas, ces « anciens de Romme » sont encore trop « plains d’une saincte rudesse et de une bonne attrempance » pour entrevoir les ambitions d’Appius car ils lui confient le choix d’élire les dizeniers. Alors ce « convoiteux », non content de nommer « soy mesme » décide d’accroître le pouvoir des « dix juges » en les épaulant de « sergens » dont le nombre passe de douze à cent vingt « portans et haches et bannieres ». Ce stratagème permettra à Appius de se trouver « tout seul juge et gouverneur a Romme », lorsque ses neuf autres « compaignons » iront faire guerre contre les Volsques et les Eques, chacun « acompaignié de sa légion de hommes armez » ; et de « juge publique » il deviendra tyran. C’est alors que se situe le long épisode de Virginie.

20Je ne peux ni entends passer ici en revue toutes les périodes de l’histoire romaine retenues par Boccace qui ont donné lieu à des interventions – et combien riches – de la part de Laurent de Premierfait. Ce qui m’intéresse est de continuer à suivre certains thèmes qui ont déjà fait leur apparition ou d’en suggérer d’autres.

21Avec un saut chronologique désinvolte, je passe donc des débuts de la République à sa chute ou presque ; de l’année 419, qui voit, après le décemvirat, l’institution du consulat et la reconnaissance formelle des droits des tribuns, à 119 av. J.C., année où devient tribun de la plèbe celui qui sera par la suite sept fois consul.

  • 46 DCH, VI 1 fin, 2, f. 180v-185.
  • 47 Les fonctions de ce magistrat sont ici définies de façon très restrictive par : « capitaine de gens (...)
  • 48 Dans ce passage, Boccace dit que pour obtenir le consulat manquaient à Marius les portraits des anc (...)
  • 49 Un « cas » précédent, celui de Manlius Capitolinus (DCH, IV 3, f. 109v-110), entraîne surtout Laure (...)
  • 50 Les héroïnes sont ici chez l’ennemi, les célèbres « femmes cimbroises » qui pour rester « en l’esta (...)

22Les exploits de Marius sont relativement bien relatés par Boccace, mais, comme on pouvait s’y attendre, gagnent, chez Laurent, en détails et en ampleur46. Premier attrait : Marius, qui vient de Toscane, n’est pas seulement d’origine obscure, il est « presques du plus vil estat et du bas lignaige entre tous ceulx de Ytalie », par son père qui, selon la tradition historique, est « charpentier de boys » et soldat. A cause de « sa subtilité [...] en discipline de chevalerie et en fait d’armes », progressivement acquise aux côtés de son père, il monte (« il se transporta ») à Rome et obtient facilement l’office de tribun47. Plus difficile sera la première accession au consulat, car « a Romme les grans dignitez et les nobles offices » n’étaient habituellement pas réservés à ceux qui comme lui n’avait ni « noble » ni « ancien lignaige »48. Marius, néanmoins, avec « le consentement et voulenté du peuple », part faire la guerre en Numidie. Sa victoire et son triomphe49 sur le roi Jugurtha vont vaincre les réticences des nobles romains envers ce représentant des « populaires ». Trois autres « faitz de sa propre vertu », accomplis contre trois « nacions du pays d’Almaigne et de Gaules », les Cimbre50, les Germains et les Tugurins, après les trois lourdes défaites précédentes de l’armée romaine, « par trois foys » l’anoblissent.

23Avec le temps, le vertueux Marius – dans le vrai sens de la romana virtus par excellence, le courage – devient « cruel, avaricieux, luxurieux », bref « enteschié de tous vices ». Surtout, il partage la cruauté avec celui qui commence à devenir, dans le récit, l’acteur principal, Sylla.

  • 51 Nous sommes toujours au deuxième chapitre du VIe livre (f. 184-184v).

« Et afin que je retranche la longueur des histoires, je di que trop longue chose serait ja soit ce que elle feust assez pertinent a ceste matiere de maintenant escripre queles et quantes occisions d’ommes, quelz et quans arsins de temples, de palays et de maisons fist et fist faire le consul Silla »51.

  • 52 DCH, VI 8 fin, 9, f. 194-200v.

24Il s’agit de la toute première confrontation de Laurent de Premierfait avec les guerres civiles, ici les « batailles particulières des gens de Marius et de Silla », qui ont entraîné la mort de milliers de « citoiens de Romme nuz, desarmez et paisibles », le bannissement de « quatre vins nobles » et la confiscation de leurs biens. On dirait que Laurent, tout en n’oubliant pas de nous donner minutieusement le chiffre de ces victimes, réserve à plus tard de traiter la question au fond. L’occasion lui en est offerte par « le cas du grant Pompee »52.

25« Mon engin se esbahit et la main de quoy je escriz tramble et chancelle » : c’est ainsi que Laurent reprend à son compte l’état émotif dans lequel était plongé Boccace au moment de commencer le long récit des prouesses du général romain. Raison de plus pour qu’il les relate non seulement avec la même ardeur et la même ampleur, mais qu’il trouve encore le moyen d’y ajouter d’abord quelques simples parenthèses, puis des pages entières.

26C’est pendant la première guerre civile que Pompée fait son apparition, en se rangeant du côté de Sylla contre Marius. Contrairement à ce dernier, il est « de moult noble et resplandissant lignaige ». Toutefois, préférant obéir « a la puissance » de son chef de file plutôt qu’à « la propre honnesteté de soy » et « de son lignage », il fait tuer le noble « Carbo, son parent et ami charnel, son deffenseur et son curateur ». Ces liens, par deux fois évoqués, sont sacro-saints. Ils sont enfreints – semble nous dire Laurent – durant des périodes troubles lorsque le tissu politique et social se desserre. J’y reviendrai dans un instant et Laurent y reviendra quelques pages plus loin, dans ces pages qu’il a ajoutées au texte de Boccace.

  • 53 II faut rappeler que l’on trouve également le récit des exploits de Pompée dans le chapitre du Des (...)
  • 54 Comment ne pas penser à un autre mécénat ? Le style et la clarté demandés à Théophane ne sont-ils p (...)

27Défilent ainsi les campagnes victorieuses en Afrique, en Sicile, en Espagne, le triomphe spectaculaire célébré sur Mithridate53, l’accord avec Crassus et César, ce que l’on appelle le premier triumvirat. Et Laurent regrette d’avoir évoqué trop brièvement les faits et gestes de Pompée que, par ailleurs, le rhéteur « Trephones » – Théophane de Mytilène – avait mis, selon la volonté du général, « par ordre en bel et cler langaige » pour qu’ils ne tombent pas dans l’oubli54.

  • 55 La « tierce bataille civile » sera, pour Laurent, celle qui opposera l’empereur Septime Sévère à Cl (...)
  • 56 Ibid., VI 9, f. 197v-198. Pour revenir à l’époque de Charles VI, le Religieux de Saint-Denis, tout (...)

28Nous arrivons à l’affrontement avec César, la deuxième guerre civile55, dont divers et nombreux signes prémonitoires se manifestent « en ciel, en mer, en terre »56. L’historien choisi comme référence ne peut être que le spécialiste en la matière, Lucain, qui a longuement décrit « tous ces prodiges et signes merveilleux ». Les prophéties se réalisent, la guerre éclate, s’expatrie, et le dernier acte se joue « en la plaine des champs de Thessalie » :

  • 57 DCH, VI 9, f. 199.

« En celle mauditte et cruele bataille entretuoient les peres leurs enfans, les enfans leurs peres, les parens leurs amis et les voysins l’un l’autre sainz ce qu’ilz s’entrecongneussent fors que par les visaiges des bacinets ou aprés le desarmer »57.

  • 58 « honteuse bataille l’un contre l’autre, pere contre filz, frere contre frere, parens contre autres (...)
  • 59 DCH, VI 11, f. 202v-203.

29Inévitablement nous pensons à une autre guerre fratricide, dont les effets néfastes commencent à apparaître aux yeux des contemporains de Laurent de Premierfait. Dans la relation qu’en fait Christine de Pizan dans sa Lamentation sur les maux de la France de 1410, une année seulement après l’achèvement du Des cas des nobles hommes, nous retrouvons, à quelque mots près, l’argumentation sur les guerres intestines qui, suscitant en chaîne des représailles, brisent tous liens familiaux ou amicaux58. Quoi qu’il en soit, pour les deux auteurs, la source est Lucain. Lucain encore suggère à Laurent de donner la représentation finale, macabre, du champ de bataille que, le lendemain, contemplera le vainqueur. Nous laissons César pleurer – ce topos ne pouvait manquer – sur la tête de Pompée le Grand et les « filz, nepveux et aultres parens et amis » d’essayer de « faire la vengence de Pompee »59, car la vengeance est encore l’une des conséquences de la guerre civile.

  • 60 Elles sont rapportées surtout dans le chapitre consacré à Cléopâtre (ibid., VI 15, f. 210v-213v).
  • 61 Ibid., VII1, f. 214.
  • 62 C’est le cas par exemple de mon manuscrit de référence, le BNF, fr. 131 (f. 213v). Pour les images (...)

30De la Rome impériale à la Rome chrétienne. D’autres luttes intestines font prendre les armes aux héritiers de César60. Je m’arrête un instant sur la fin misérable qu’Octavien réserve au fils de Marc Antoine pour préserver « la generale paix de l’empire de Romme ». Le « jouvencel » – Antoine lui aussi – pour fuir les sicaires de l’empereur cherche refuge « vers l’image de Julius César » qui avait été, entre temps, « déifié ». Même « l’ydole », de qui il est violemment arraché, ne peut le sauvei61. Curieusement cette scène qui a été traitée assez brièvement – il faut l’avouer – par Laurent figure dans presque tous les programmes iconographiques des exemplaires de son Des cas des nobles hommes, même les plus réduits62, contrairement à l’illustration de la bataille de Pharsale. On dirait que les enlumineurs ou plutôt leurs conseillers – parmi lesquels au départ sans doute Laurent-veulent exprimer par la double image, celle du fils d’Antoine et celle du dieu-César, la cruauté de toute une époque qui n’épargne ni jeunesse, ni parenté, ni religion.

  • 63 Voir C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), en particulier p. 199-203.

31Encore une fois s’ouvre devant moi, en ordre chronologique, un large éventail d’épisodes qui ont attiré l’attention de Premierfait. Et encore une fois je dois faire un choix. Partie de la naissance légendaire de Rome, je m’acheminerai vers la conclusion avec ce que l’on appelle sa nouvelle fondation, la deuxième, celle de la Rome chrétienne. Par ailleurs, ce choix me semble assez conforme aux préoccupations de notre humaniste qui préconise, non seulement dans ses versions françaises de Boccace mais aussi dans son œuvre poétique, le retour aux racines évangéliques de l’Eglise de son temps63.

  • 64 La cinquième persécution, celle de Septime Sévère, coïncide avec la « tierce bataille civile » (sup (...)
  • 65 DCH, VII, 4, f. 224v-230. Au chapitre précédent, au début du long débat entre Tibère, Caligula et M (...)
  • 66 Selon le témoignage de saint Jérôme « ou prologue des epistres de Seneque a saint Pol et de saint P (...)

32J’ai déjà fait allusion au fait que Laurent donne à ses lecteurs une série de repères chronologiques ou numériques : la fondation de Rome, les rois, les empereurs... A partir de Néron, deux autres s’y ajoutent : le comput de l’ère chrétienne et l’énumération des persécutions atteignant le nombre de dix avec celle de Dioclétien64. Dans le « cas » de Néron65 encore, Sénèque est obligé par le « grand despriseur des dieux et de la religion publique » à boire le venin, deux ans avant le martyre des « deux nobles princes de la foy catholique et de la religion crestianne », saint Pierre et saint Paul66.

  • 67 DCH, VIII 2, f. 244v-245. Jusqu’à la mention d’Ulpien, Laurent suit à la lettre Orose (VII, 18.6) ; (...)

33Il faut reconnaître que le deuxième chapitre du huitième livre du De casibus, Imperatores miseri plures, a sans aucun doute demandé un travail de recherche encore accru pour donner une réalité historique à ces personnages qui dans le texte latin ne font que défiler. Prenons l’exemple d’Aurelius Alexandre qui est expédié par Boccace avec un virtute conspicuus apud Mogantium. Le texte français le dit « XXIe empereur de Romme », donne les habituels repères chronologiques, précise qu’il régna trente-quatre ans et qu’il « fut juste et fist choses dignes de memoire ». Ses mérites ne lui viennent pas seulement de ses victoires militaires, mais aussi des mérites de sa mère, « femme chrétienne » et d’avoir écouté les conseils d’un autre chrétien, le « tresrenommé » Origène et de son « accesseur », le grand jurisconsulte Ulpien67.

  • 68 DCH, VIII 2, f. 244v.
  • 69 Pour l’arianisme, ibid., VIII 10, f. 256v, 257 ; VIII 13, f. 262. Pour les « ommes herites nommez l (...)

34Pendant que l’Eglise lentement s’affirme, surgissent les premières hérésies. C’est encore un argument qui semble intéresser Laurent. Toujours dans le chapitre consacré à ces Imperatores, il saisit au vol le nom d’un précédent empereur, Marc Aurèle, évoqué par Boccace seulement comme père de Commode, pour introduire une note sur le sabellianisme68. Quelques chapitres après (VIII, X), d’autres infelices Cesares et Augusti lui permettent de reprendre la question, car la foi dans le Christ n’était pas encore « forment enracinee en cuers des empereurs ». Il est alors question des hérésies – arianisme, anthropomorphisme, séparation des acéphales – et des conciles – de Nicée, de Chalcédoine et de Constantinople – qui vont les condamner69.

  • 70 Ibid., VIII 2, f. 245v, et 13, f. 263. C’est d’après Eusèbe que Philippe – Philippe l’Arabe qui gou (...)
  • 71 DCH, VIII 2, f. 243v.
  • 72 « [...] environ, vic. dix ans aprés la nativité Jhesucrist, Phocas, empereur des Rommains, aux prie (...)

35Viennent enfin les bons empereurs : Philippe « le premier crestian », Théodose « tresiuste crestian »70. Une nouvelle translatio legum s’opère lorsque la « loy chrestianne » se sera imposée en « deboutand et en retranchant l’ancienne loy ». Rome alors, qui avait autrefois obtenu « le chief de la temporele seigneurie de tout le monde », sera le « chief de la seignorie espirituele » et gagne le titre de « souveraine dame de toutes les choses du monde »71. Le Panthéon, le temple qui était symbole de la domination romaine sur tous les peuples conquis devient l’église « Notre Dame la Ronde »72.

  • 73 Ibid., 119, f. 39v, et supra n. 18.

36Des vestiges du passé, Rome conservera encore pour quelque temps un corps battu par les intempéries pendant plus de « neuf cens ans » mais qui reste « frecz comme se de nouvel il feust enseveli » : le corps de Pallas73, le fils de la toute première fondation.

Notes

1 L'histoire antique (hommes, faits et mœurs) dans l'humanisme français, Association Guillaume Budé. Actes du IXe Congrès (Rome, 1973), 2 vol., Paris, 1975, t. 2, p. 509-779.

2 D. Poirion, « L’histoire antique devant l’humanisme à la fin du Moyen Age », ibid., p. 512-519.

3 A propos de la traduction de Laurent de Premierfait, du De Senectute, qui sera reprise dans le Mignon, recueil d’histoire et de moralité de la fin du XVe siècle (ibid., p. 516).

4 Voir les articles consacrés à l’humanisme des XIVe et XVe siècles dans les mélanges Préludes à la Renaissance, C. Bozzolo et E. Ornato éd., Paris, 1992 ; et Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Actes du Colloque international du CNRS (Paris, mai 1992) organisé en l'honneur de Gilbert Ouy par l'unité de recherche « Culture écrite du Moyen Age tardif », M. Ornato et N. Pons éd., Louvain-La-Neuve, 1994.

5 Pour la vie et les manuscrits contenant les œuvres de cet auteur, se reporter en particulier et selon l’ordre chronologique aux études suivantes : P.-M. Gathercole, Laurent de Premierfait's Des cas des nobles hommes et femmes. Book I, translated from Boccacccio, a critical Edition based on six Manuscripts, Chapel Hill, 1968 ; C. Bozzolo, Manuscrits des traductions françaises d'œuvres de Boccace, XVe siècle, Padoue, 1973, p. 3-23, 25-29, 49-91, 100-110, 123-149, 155-165, 173-180, 183-190 ; C. Bozzolo et C. Jeudy, « Stace et Laurent de Premierfait », (C. Jeudy, « L’abrégé de la Thébaïde de Laurent de Premierfait » ; C. Bozzolo, « Le dossier Laurent de Premierfait »), Italia medioevale e umanistica, 22 (1981), p. 413-447 ; R.-C. Famiglietti, « Laurent de Premierfait : the Career of a Humanist in early Fifteenth-Century Paris », Journal of Medieval History, 9 (1983), p. 25-42 ; C. Bozzolo, « Laurent de Premierfait et Térence », Vestigia. Studi in onore di Giuseppe Billanovich, 2 vol., Rome, 1984, I, p. 93-129 ; M.-H. Tesnière, « Un remaniement du Tite-Live de Pierre Bersuire par Laurent de Premierfait », Romania, 107 (1986), p. 231-281 ; C. Bozzolo, « La conception du pouvoir chez Laurent de Premierfait », Préludes à la Renaissance, p. 191-205. Par ailleurs, au cours de l’article, la traduction du Des cas des nobles hommes et femmes, se rapportant au manuscrit consulté, BNF, fr. 131, sera citée DCH.

6 Ses rapports avec les humanistes n’étaient perçus auparavant que par le biais de la correspondance de Jean de Montreuil, Opera, t. 3, Textes divers, appendices et tables, éd. critique par N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. Ouy éd., Paris, 1981.

7 Pour les sources de Laurent, voir E. Koeppel, Laurents de Premierfait und John-Lydgates Bearbeitungen von Boccacios « De casibus virorum illustrium », Münich, 1885. Voir également C. Bozzolo, « La lecture des classiques par un humaniste français : Laurent de Premierfait », L'aube de la Renaissance. Etudes réunies par D. Cecchetti, L. Sozzi et L. Terreaux pour le dixième anniversaire de la disparition de Franco Simone, Genève, 1991, p. 67-81. Quant aux autoritates de Boccace, consulter les amples notes à l’édition du De casibus virorum illustrium, P.G. Di Ricci et V. Zaccaria éd., Milan, 1984.

8 Autre son de cloche de notre auteur pour la traduction de la Bible dans son prologue de la version du Décaméron : « Les translateurs quelz qu’ilz soient ont comis sacrilege en desrobant, ravissant et ostant la beaulté et l’atour du tres preciz langaige et la magesté des sentences et par entremesler impertinens et mal sonans paroles » (BNF, fr. 129, f. 2v-3). Des propos presque identiques sont tenus dans un autre de ses prologues, celui de l’Amitié (BNF, fr. 126, f. 159). Quoi qu’il en soit, Laurent apprécie chez les historiens le style et la clarté (infra n. 54) et se range bien volontiers de l’avis de Boccace lorsque, en lui donnant la parole au sujet du cas de Brunehaut, lui fait dire « je n’ay pas usé de tesmoignage assez digne de foy car les histoires françoises, attendue la povresse du langaige qui est ou vulgar ou confuz, sanz art et sanz auctorité, ne sont pas convenables d’estre reçues entre histoires dignes de foy [...] » (DCH, IX 1, f. 282).

9 DCH, f. 5v, 6 (deuxième prologue) ; P.-M. Gathercole éd. op. cit. (n. 5), p. 89-90.

10 De senectute et De amicitia. Le premier est dédié en 1405 à Jean de Bourbon ; le second, commencé au départ pour ce duc, est ensuite adressé à Jean de Berry.

11 DCH, VI 12, f. 206.

12 Sur cette question, J. Monfrin, « La connaissance de l’Antiquité et le problème de l’humanisme en langue vulgaire dans la France du XVe siècle », The Late Middle Ages and Dawn of Humanism outside Italy, Louvain-La Haye, 1972, p. 131-170.

13 Environ soixante-dix exemplaires, copiés au XVe siècle, nous sont parvenus (C. Bozzolo, Manuscrits des traductions françaises, p. 37-45). Il ne faut pas oublier de souligner que le lecteur français pouvait y retrouver son histoire, de l’Antiquité jusqu’à Jean le Bon. Pour l’histoire « moderne » également, Laurent aime ajouter des compléments d’information ; c’est, par exemple, à propos de Philippe le Bel et de sa filiation (DCH, IX 23, f. 303v), de « la malheureuse bataille de Poytiers » (ibid., IX 27, f. 311).

14 Florence, Bibl. Laurentienne, Pal. 228. Quant à son exemplaire du Des cas – le BNF, fr. 131-que j’ai choisi comme manuscrit de référence – outre les fréquentes interventions marginales, Col y ajoute encore de sa main, en fin d’ouvrage, les vers en latin composés par Laurent en l’honneur de Boccace, accompagnés de leur traduction ou plutôt de leur paraphrase (C. Bozzolo, « L’humaniste Gontier Col et Boccace », Boccaccio in Europe, Louvain, 1977, p. 15-22). Je note, au passage, que l’ex-libris « C’est à moy Gautier » est une surcharge apportée à l’ex-libris de Gontier Col presque sûrement par Etienne Gaultier. Ce libraire de Rouen, après avoir acquis le manuscrit, l’aurait vendu, vers le milieu du XVe siècle, aux échevins de la ville (cf. C. Richard, Notice sur l’ancienne bibliothèque des échevins de la ville de Rouen, Rouen, 1845, p. 2).

15 La IVe décade, le De bello macedonico (BNF, lat. 14 630 ; ex-libris de Gontier Col vu aux U.V. par Gilbert Ouy).

16 DCH, V3, f. 146.

17 Parmi les ouvrages modernes sur la Rome antique qui m’ont aidée dans ce présent travail, je ne veux pas oublier de mentionner la très suggestive « lecture continue et libre du premier livre de Tite-Live » de Michel Serres (Rome, le livre des fondations, Paris, 1983). Je remercie Claude Gauvard de me l’avoir conseillée.

18 DCH, I 19, f. 39v. Laurent dit tenir les données sur le corps légendaire de Pallas de « l’histoire Martinianne », compilation de Martin de Troppau très utilisée au Moyen Age. Je reviendrai sur un troisième et dernier détail de ce corps mutilé.

19 Comme il est dit à propos de la mère d’Evandre, la déesse Carmenta (ibid., IV 3, f. 110).

20 Pour sa « grécomanie », C. Bozzolo, op. cit. (n. 7), p. 75-77.

21 DCH, I 13, f. 30.

22 Ibid., II22, f. 68-69v.

23 Sinam Remum [...] Et imperiose urbispatrem conditoremque [..] et ad tristem miserumque Metium Sufetium Albanorum regem deveniam. Nous sommes à la fin du chapitre 21 du second livre ; le cas de Metius s’étalera sur le chapitre suivant (P.G. Di Ricci et V. Zaccaria éd„ op. cit. (n. 7), p. 184-189).

24 DCH, II 22, f. 68v. Allusion aux « diverses et maintes oppinions » sur la mort de Rémus, comme il sera dit plus loin.

25 Par exemple, les « merles blans » qui viennent, cette fois, d’Isidore (XII 7, 69).

26 C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), passim.

27 DCH, II 22, f. 69-69v.

28 Ibid., II 23, f. 69v-71.

29 Ibid., III 2, f. 74-75.

30 Ibid., III 2 et 3, f. 75-78v.

31 DCH, III 3, f. 77-78v.

32 Pour la présence de Lucrèce chez les lettrés et les humanistes français et italiens, B. Guenee, « Comment le Religieux de Saint-Denis a-t-il écrit l’histoire ? L’exemple du duel de Jean de Carrouge et Jacques Le Gris (1386) », Pratiques de la culture écrite, op. cit. (n. 3), p. 331-343.

33 Voir saint Augustin, Le bien du mariage et La virginité consacrée, G. Combes et J. Saint-Martin trad., Paris, 1992, p. 31. Quant à Jérôme, voir Contre Jovinien (I, 246). Laurent dira encore dans sa révision de la traduction par Nicole Oresme des pseudo-Economiques d’Aristote : « [...] la premiere femme fut faicte de la coste de son mary. Et pource saint Pol dist que homme et femme mariez sont en une mesme char » (BNF, fr. 24 283, f. 104v-105).

34 On retrouve parfois cette vision chrétienne de l’histoire dans les modifications apportées par Laurent à la traduction de Tite-Live par Bersuire (cf. M.-H. Tesnière, op. cit. (n. 4), p. 253-254). Toutefois, dans l’épisode de Lucrèce, elle est pratiquement absente, l’héroïne se limitant à dire que son corps a été violé et honni mais non son « couraige » et tous ses amis s’efforçant de la convaincre « qu’elle n’a point de coulpe puis qu’elle le fist efforciee et que volunté fait le pechié non pas le corps et que où il n’a point de contentement il n’a point de coulpe » (BNF, fr. 264, f. 41).

35 II est annoncé, dans le manuscrit – mon manuscrit de référence ayant appartenu, comme je l’ai dit, à Gontier Col – par le mot « declamation », rubriqué (f. 77v). Ce qui me fait à nouveau évoquer le milieu humaniste, la Declamatio Lucretiae de Coluccio Salutati, connue en France grâce à Jean de Montreuil (supra n. 32, et G. Ouy, Le recueil épistolaire autographe de Pierre d'Ailly et les notes d'Italie de Jean de Montreuil, Amsterdam, 1956, p. xxxvi). Cette annonce n’apparaîtra, dans le manuscrit cité, qu’une seule autre fois, pour le discours d’une autre femme, la mère de Coriolan (DCH, III 5, f. 85). En revanche, elle est complètement absente dans deux autres exemplaires du Des cas, le BNF, fr. 226 et Arsenal 5193, eux aussi du premier quart du XVe siècle, les récits étant, tout au plus, très traditionnellement introduits dans le texte ou signalés en marge par oroison.

36 Pour autant la vengeance ne semble pas être, pour Premierfait, l’idéal à poursuivre « car entre nobles hommes la souveraine vengence est de pardonner cellui que l’en pourrait ou tuer ou occire » (ibid., IX 19, f. 299, deux nota bene marquant l’approbation de l’ami Col) et c’est encore aux nobles que « principalement affïert avoir clemence qui met equitté devant vigueur et veult plus encliner a merci que a vengence sanz saillir hors des termes de justice sanz laquele roys ne sont roys ne roiannes, ains sont tirans cruelz et tirannes » (ibid, premier prologue, f. 4v). Entre clémence et vengeance, c’est donc la justice du roi qui doit trancher. Pour tous ces thèmes, C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, Etat et Société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., Paris, 1991 ; en particulier, « La parenté » et « La vengeance », t. 2, p. 613-662, 753-788. Pour la vengeance dans le monde romain, Y. Thomas, « Se venger au Forum. Solidarité familiale et procès criminel à Rome », La vengeance : études d’ethnologie, d’histoire et de philosophie, R. Verdier dir., 4 vol., Paris, 1981-1986, t. 3 (« Vengeance, pouvoirs et idéologies dans quelques civilisations de l’Antiquité »), p. 65-82.

37 Dans sa version du De senectute, Laurent évoque rapidement l’histoire de Lucrèce, la fin du royaume de Tarquin le Superbe ainsi que de son autre fils Arruns qui, voulant ôter « la franchise du peuple et de le ramener en servaige » tue, en même temps qu’il est tué par lui, Iunius Brutus, fondateur de la République. Et par le sacrifice de ce dernier « demoura au peuple de Romme leur tres precieux tresor, c’est assavoir franchise » (BNF, lat. 7789, f. 92-92v).

38 II faut dire, toutefois, que le lien entre Lucrèce et Virginie est déjà instauré en amont par une rapide évocation de leurs histoires, se succédant l’une l’autre (DCH, II6, f. 45v-46).

39 Ibid., III 9, f. 92-94.

40 « [...] le mont Adventin est appellé le saint mont pour ce que le peuple ilenc s’enfuoit a refuge quant aulcun empeschoit ou troubloit la franchise commune qui est le plus saint et noble don que nature donne a homme » (ibid., f. 94). Ce qui permet à Laurent de rappeler les installations successives des rois sur les sept collines de Rome, en commençant par Romulus (« estant en le age de .xviii. ans » !) sur le Palatin (« quatre cens et .xviii. ans aprés la destruction de Troye »).

41 Pour cette phrase, traduite littéralement de Boccace et pour le thème de la liberté opposée à la tyrannie ou la servitude, C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), en particulier p. 198 et p. 204.

42 Premierfait trouve qu’il est « assez cler par les histoires rommaine que la lignie des Claudiens » est venue de Sabinie et que « ceulx de cette lignie furent receuz et escriz es livres des anneles des nobles hommes rommains [...] » (DCH, III8, f. 92).

43 [...] Romani prisca institutione per tres ordines sive status divisi sunt. Primus ordo senatorum, qui rem publicam auctoritate et consiliis regerent ; secundus ordo Quiritum, qui rebus bellicis insistentes armis dominia rerum urbi quaererent et quaesita pariter tuerentur ; erat et tertius ordo populi, qui laboriosis generibus operarum ab elementis eliceret omnia vitae et usui animantium opportuna, ainsi Laurent présente la hiérarchie sociale, tripartite, de Rome dans le préambule du commentaire à Térence (BNF, lat. 7907 ; voir C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 2), p. 109). Parmi les amis de Laurent, Jean de Montreuil devait avoit un intérêt certain pour les institutions romaines, car il copie de sa main une explication des termes de Valère-Maxime, un court texte figurant, entre autres, dans le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, Regin.733 (f. 123-124v), texte désigné dans le colophon comme Predispositio in opere Valerii utilis et necessaria multum (cf. G. Ouy, « Jean de Montreuil et l’introduction de l’écriture humanistique en France au début du XVe siècle », Litterae textuales : Miniatures, Scripts, Collections, Essays presented to G.I. Lieftincks, n. 4, Amsterdam, 1976, p. 53-61 ; pour les autres manuscrits, E. Pellegrin, Les manuscrits classiques de la Bibliothèque Vaticane, II 1, Paris, 1978, p. 90).

44 Cette interprétation s’appuie, cette fois, sur la tradition historique du droit romain qui veut que trois commissaires aient été envoyés en Grèce, quelques années avant l’établissement du décemvirat et des Douze Tables (451-450 av. J.C.) pour étudier les systèmes légaux étrangers.

45 C’est un des passages marqués en marge par un nota bene de la main de Col. Par ailleurs, Christine de Pizan approuve le fait que les officiers romains exerçaient leurs fonctions par roulement et qu’ils étaient choisis selon « leurs meurs » (Le Livre du corps de Policie, 1 XXIII, R.-H. Lucas éd., Genève, 1967, p. 73). Toujours sur ce sujet, Premierfait, dans le De vieillesse, en arrive à se préoccuper de leur « retraite », lorsqu’il précise que c’est après soixante ans que « chevaliers ou officiers publiques [...] saillent hors de leur office et viennent au repoz » (BNF, lat. 7789, f. 72).

46 DCH, VI 1 fin, 2, f. 180v-185.

47 Les fonctions de ce magistrat sont ici définies de façon très restrictive par : « capitaine de gens d’armes ». Dans le préambule à l’histoire de Virginie (ibid., II 6, f. 46), il est dit que « l’office des tribuns » fut institué après la mort d’Appius et le bannissement des autres dizeniers.

48 Dans ce passage, Boccace dit que pour obtenir le consulat manquaient à Marius les portraits des ancêtres. Cet emprunt à Salluste (Bellum Iugurthum, LXXXXV, 25, où l’homo novus parle à la première personne) se réfère au privilège accordé au patriciat romain de garder les images familiales au cœur de la maison, dans l’atrium. De toute évidence, Laurent a bien compris que la jus imagum est liée au concept de nobilitas ; c’est pourquoi il passe directement à ce qui fait la gloire des nobles, le lignage. Christine de Pizan fait explicitement la même assimilation en nous présentant Scipion l’Africain qui met « la figure et ymage des Ennus le poete entre les ymages des hommes de son lignage » (Le Livre du corps de Policie, op. cit. (n. 45), 2 XVII, p. 151).

49 Un « cas » précédent, celui de Manlius Capitolinus (DCH, IV 3, f. 109v-110), entraîne surtout Laurent à décrire la cérémonie du triomphe, de « ceste honneur qui est en lieu de salaire », avec une grande richesse de détails sur les atours du vainqueur sur son chariot, tiré par quatre chevaux blancs. Avant tout la couronne, « de palmes d’or » ou « de lorier », symbolisant l’une, par ses piques, une victoire acquise « par bataille rengee », l’autre, par son manque « d’aguillons », sur les ennemis en fuite. Ensuite « sa cotte d’armes doit estre de simple pourpre semé de palmes » ; enfin son bâton de « couleur rousse » où sont peintes les armes du « souverain seigneur pour qui l’en a combatu ». Une dernière touche au tableau avec l’habituelle grécomanie : le bourreau, sur le chariot, en fustigeant le vaincu lui « crie a haulte voix en grec notisolotes, c’est a dire Ayes congnoissance de toy mesme ». La fête va se conclure dans « l’hostel » du dux où poètes et musiciens l’attendent pour chanter ses louanges. Christine de Pizan, de son côté, nous parle assez longuement de la cérémonie, citant clairement ses sources, Isidore entre autres – source de Laurent pour la symbolique de la couronne – mais contrairement à ce dernier elle fait appel à Valère pour l’étymologie du mot : « triumphe de try, qui est a dire trois, et de umphe, qui est a dire son pouoir, car a avoir triumphe ains qu’il fust donné convenoit trois voix, c’est assavoir .iii. jugemens [...] » (Le Livre du corps de Policie, op. cit. (n. 45), 1 XXIX, p. 92-93).

50 Les héroïnes sont ici chez l’ennemi, les célèbres « femmes cimbroises » qui pour rester « en l’estat de franchise » choisirent que Marius « eust leurs charoignes mortes nompas leurs corps vifs » (DCH, VI2, f. 182v). Ce n’est pas le seul cas : la femme d’Hasdrubal « lança soy avec ses deux enfans dedens le feu afin que elle mourust franche sans venir en la servitute des Rommains » (ibid., V 7, f. 153). Ainsi « le commancement et la fin de Cartaige sont comprins et concluz par la mort de deux femmes fortes et courageuses, la premiere fonderesse et royne de Cartaige, c’est assavoir Dido » et la « derreniere royne de Cartaige, c’est assavoir la femme du noble Hasdrubal » (ibid., V 16, f. 168v).

51 Nous sommes toujours au deuxième chapitre du VIe livre (f. 184-184v).

52 DCH, VI 8 fin, 9, f. 194-200v.

53 II faut rappeler que l’on trouve également le récit des exploits de Pompée dans le chapitre du Des cas consacré à Mithridate (VI 5, f. 187-191).

54 Comment ne pas penser à un autre mécénat ? Le style et la clarté demandés à Théophane ne sont-ils pas au programme de travail de Laurent ? L’historiographe de Pompée reçoit en récompense « franchise et noblesse comme avoient selon droit et coustume les citoiens rommains ». Qu’attend Laurent de Jean de Berry ? Tout au moins que le duc continue à financer – c’est ce qu’il fera pour la traduction du Décaméron – son activité littéraire.

55 La « tierce bataille civile » sera, pour Laurent, celle qui opposera l’empereur Septime Sévère à Clodius Albinus (DCH, VIII2, f. 244v).

56 Ibid., VI 9, f. 197v-198. Pour revenir à l’époque de Charles VI, le Religieux de Saint-Denis, tout en ne voulant pas croire aux prodiges, avoue que « si l’on consulte l’histoire du passé, on ne peut nier que de pareils prodiges n’aient été presque toujours les avant-coureurs de quelque grand événement » (Chronique du religieux de Saint-Denys, abrégée RSD, t. 2, p. 480-482).

57 DCH, VI 9, f. 199.

58 « honteuse bataille l’un contre l’autre, pere contre filz, frere contre frere, parens contre autres, a glaives mortelz, couvrans de sang, de corps mors et de membres les tres douleureux champs », passage cité par C. Gauvard, op. cit. (n. 36), p. 624. Sur l’importance du thème au siècle suivant, voir entre autres, J. Bailbe, « Les guerres civiles de Rome dans la littérature française du XVIe siècle », L'histoire antique, op. cit. (n. 1), p. 520-545.

59 DCH, VI 11, f. 202v-203.

60 Elles sont rapportées surtout dans le chapitre consacré à Cléopâtre (ibid., VI 15, f. 210v-213v).

61 Ibid., VII1, f. 214.

62 C’est le cas par exemple de mon manuscrit de référence, le BNF, fr. 131 (f. 213v). Pour les images retenues dans les manuscrits de l’œuvre conservés dans les bibliothèques parisiennes, M.-H. Tesnière, « Lectures illustrées de Boccace, en France, au XVe siècle », Studi sul Boccaccio, 18 (1989), p. 175-280, avec planches.

63 Voir C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), en particulier p. 199-203.

64 La cinquième persécution, celle de Septime Sévère, coïncide avec la « tierce bataille civile » (supra n. 55). Laurent introduit alors la notion de vengeance divine qui vient frapper l’empereur à cause de ses péchés (DCH, VIII 2, f. 244). Même topos pour un autre persécuteur des chrétiens, Decius (ibid., f. 245-246).

65 DCH, VII, 4, f. 224v-230. Au chapitre précédent, au début du long débat entre Tibère, Caligula et Messaline (f. 219v-224v), Laurent situe la crucifixion et la résurrection du Christ sous le règne du premier empereur, et la rédaction de l’Evangile de saint Matthieu sous le second.

66 Selon le témoignage de saint Jérôme « ou prologue des epistres de Seneque a saint Pol et de saint Pol a Seneque », nous dit Laurent (ibid., f. 228v). Il est évident qu’il croit, comme sa source, que le philosophe, qui au Moyen Age est pris pour un chrétien, avait correspondu avec saint Paul.

67 DCH, VIII 2, f. 244v-245. Jusqu’à la mention d’Ulpien, Laurent suit à la lettre Orose (VII, 18.6) ; il fait ensuite l’apologie de ce « bon » jurisconsulte et de ses lois, en prenant prétexte que dans un autre chapitre du De casibus (V 3) on avait très mal parlé des « folz et des desloyaux legistes ».

68 DCH, VIII 2, f. 244v.

69 Pour l’arianisme, ibid., VIII 10, f. 256v, 257 ; VIII 13, f. 262. Pour les « ommes herites nommez les Atropomorfitoys qui par une villenastre simplesse cuidoient et maintindrent que Dieu eust corps et membres a la maniere des hommes », ibid., VIII 10, f. 257 (cf. Isidore, VIII 5.32). Pour les « herites nommez Acephalites », ibid., IX 2, f. 282v, 283.

70 Ibid., VIII 2, f. 245v, et 13, f. 263. C’est d’après Eusèbe que Philippe – Philippe l’Arabe qui gouverna de 244 à 249 – est considéré, bien avant Constantin, comme le premier empereur chrétien. Quant au « grant » Constantin, il est responsable, hélas, d’avoir corrompu, avec sa Donation, l’Eglise primitive : voir C. Bozzolo, op. cit. (n. 4, no 3), p. 199-201.

71 DCH, VIII 2, f. 243v.

72 « [...] environ, vic. dix ans aprés la nativité Jhesucrist, Phocas, empereur des Rommains, aux prieres de Boniface, le quart pape depuis saint Grégoire, donna a cestui Boniface ung temple estant a Romme anciennement appelé Panthéon. En celui temple estaient autretans de satues consacrees comme il a ou monde de nacions de gens, c’est assavoir septante deux, chascune statue avoit escript en la poitrine le nom de la gent que l’image representoit. Et ou col d’une chascune ymage estait une sonnette de metal. Les prestres de ce temple continuelment le gardoient nuit et jour par ordre les ungs aprés les aultres et se aulcune gent se rebelloit contre l’empire de Romme, la statue de la gent qui se levoit en rebellion se mouvoit et trembloit et la clochete que elle avoit en son col tintait et faisoit son et tantost les prestres aportoient par devers les seigneurs de Romme le nom de la gent qui estait escript en la poiterine de l’image. Et aprés les Rommains avoient gens pour dompter et refreindre les rebelles et pour les mettre soubz l’obeissance de l’empire rommaine. Si advint que saint Boniface dessus dit fist demolir les ydoles de ce temple et le nettoya de toutes ordures de ydolatrie et ycelui temple dedia, consacra et beney en l’onneur de la glorieuse Vierge Marie, mere de Dieu et de tous les sains martirs » (ibid., IX 1, f. 277).

73 Ibid., 119, f. 39v, et supra n. 18.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.