Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants Arméniens et Grecs en Mediterranée

Recul ou modernité ? Les communautés arméniennes de Caffa (Crimée) et de Nor ǰulay à Ispahan (Iran) au xviie siècle

Ioanna Rapti

Texte intégral

  • 1 Xayk poursuit sa route vers le nord-ouest avec le reste de sa maisonnée. Histoire de l’Arménie par (...)

1Entraînés dans les aventures les plus diverses, militaires ou commerciales, ou chassés par les vicissitudes de l’histoire, tout le long de leur existence, les Arméniens se sont éprouvés dans le sort aléatoire de l’expatriation. Leurs origines mythiques, perpétuées et validées par l’historiographie nationale, se trouvent déjà dans une migration, voire une « colonisation » dans le sens plus large du terme : le départ du héros fondateur Hayk qui donna son nom au pays d’Arménie1.

2Au Moyen Âge, les modifications des frontières sont à l’origine des mouvements migratoires, dont les courants qui renforcent le peuplement arménien de l’Euphratèse et aboutissent à la naissance du royaume arménien de Cilicie, le seul État arménien créé en dehors du territoire historique.

  • 2 Dès la fin du xiiie siècle, les campagnes de l’armée égyptienne réduisent considérablement le terr (...)
  • 3 Il s’agit des confédérations du Mouton Noir (Qara-qoyunlu) et du Mouton Blanc (Aqqoyunlu). V. Mino (...)
  • 4 K. Sahnazarean, Patmut‘iwn Lank-T‘amuray ew yajordac‘ iwroc‘ (Histoire de Tamerlan et de ses succe (...)
  • 5 G. Dédéyan dir., L’histoire des Arméniens. Toulouse. Privat. 1982. p. 411-412.

3La disparition du royaume de Cilicie, après la prise de Sis par les Mameluks en 1375, marque une nouvelle ère de migrations et le début d’une véritable diaspora, dépourvue du repère qu’était ce dernier État arménien2. Peu après, à la fin du xive siècle, une période obscure, très peu documentée par les sources, commence pour l’histoire arménienne avec les incursions dévastatrices de Tamerlan en Arménie Majeure et la domination des tribus turcomanes, dont les luttes claniques ravagent l’Asie Mineure et l’Anatolie pendant plus d’un siècle3. Pour ces événements tumultueux, le seul récit historiographique arménien est l’histoire de T‘uma Mecopec‘i qui concorde avec les témoignages, plus partiels, des quelques colophons contemporains qui nous soient parvenus4. Devenu théâtre des affrontements entre les empires perse et ottoman durant tout le xvie siècle, le territoire arménien se trouve encore une fois partagé entre deux puissances5. Ne s’inclinant pas à la trêve de 1590, fort contraignante pour la Perse, chah Abas poursuit ses campagnes en Anatolie et, dans le dessein de renforcer l’élément commercial de sa capitale, il ordonne la déportation massive des Arméniens de la ville de ǰułay sur l’Araxe et de ses environs à Ispahan. Mettant définitivement fin aux guerres séfévides, le traité de 1639 marque le début d’une période de paix et de stabilité en Orient. Par conséquent, la réorganisation des voies commerciales permet la reprise des activités et favorise la mobilité, entraînant de nouveaux déplacements.

  • 6 S. Kévorkian, « Répertoire des imprimés français du xviie siècle sur l’Arménie et les Arméniens ». (...)

4Pour cette époque, la documentation, plus abondante et variée que pour les périodes antérieures, permet un aperçu assez complet : récits de voyageurs occidentaux, chroniques, correspondance et documents d’archives6. Ainsi, pour les Arméniens, on peut retracer leur répartition, les routes qu’ils empruntent à la recherche d’une terre d’accueil, ainsi que l’intensification des contacts reliant les centres de diaspora entre eux et avec « la métropole ». Parallèlement aux nouveaux foyers d’installation, d’autres, perpétuant des traditions migratoires, se situent dans des terres déjà connues, ayant auparavant accueilli des Arméniens qui s’y trouvèrent pour des raisons biens diverses.

  • 7 Cet événement est consigné par Suétone, Vies des douze Césars. Néron XIII. Cf. M.-L. Chaumont. « L (...)
  • 8 C. Delacroix-Besnier, « Les moines Basiliens en Italie (xiiie-xve siècle) », dans Roma-Armenia, op (...)

5Les liens entre l’Arménie et l’Italie peuvent remonter aussi loin que l’époque romaine. Attestées par des sources diverses, ces relations culminent avec le couronnement de Tiridate par Néron à Rome, ce qui aboutit à une première arrivée massive des Arméniens dans la capitale de l’empire7. La présence arménienne en Italie semble ensuite se renouveler au temps du général de Justinien Nersôs, puis elle est attestée dans le sud de la péninsule pour s’intensifier lors des missions catholiques de la fin du Moyen Âge, avec les Basiliens qui, venus d’outre-mer, y créent des fondations8.

  • 9 Pour ces migrations militaires, arméniennes mais effectuées par l’intermédiaire de Byzance, V. M. (...)
  • 10 C’est par exemple le cas de la « colonie » de Livourne, constituée et institutionnalisée au xviie (...)

6Cependant, il faut souligner que ces migrations successives des Arméniens vers l’Italie sont déterminées par des motifs à chaque fois différents et qu’elles s’effectuent dans des contextes guère comparables : les implantations arméniennes en Campanie et en Pouille ne résultent pas du passage des militaires arméniens de l’armée byzantine et ne sont en rien la suite des échanges de la basse Antiquité9. De même, plus tard, ce sont les échanges avec des Occidentaux sur le littoral de l’Asie Mineure qui invitent les Arméniens à traverser la Méditerranée dans le sens inverse. Or, c’est seulement dans cette dernière période que l’implantation semble bien organisée et le flux migratoire assez important. Toutefois, ces établissements religieux déclinent ou s’éteignent en peu de temps ; au siècle suivant, il reste le souvenir exotique de leur langue ainsi qu’une certaine habitude, voire un intérêt pour ces chrétiens orientaux, mais pas un noyau pour l’expansion des communautés du xviie et du xviiie siècle10. Ayant emprunté les itinéraires de leurs prédécesseurs, ces dernières s’en démarquent par leur caractère d’enclaves marchandes, dont les activités rayonnent vers d’autres villes européennes et l’Orient.

7D’autre part la Terre sainte, où sont attestés les premiers vestiges de l’écriture arménienne, n’arrête pas d’accueillir des Arméniens, des religieux pour la plupart. Les contacts qu’on suit de manière plus régulière à partir de la fin du Moyen Âge se poursuivent dans cette période par une présence dynamique de pèlerins. Or, cette installation est dans la plupart des cas temporaire et ne relève qu’en partie des pratiques de colonisation. La structure d’accueil est une ambassade permanente de l’église arménienne, fonction qu’elle a en commun avec les autres communautés religieuses.

  • 11 Tout en s’efforçant de souligner l’ancienneté de ces « colonies » et d’en démontrer la continuité, (...)
  • 12 R. H. Kévorkian, « Le négoce international des Arméniens au xviie siècle » dans Arménie entre Orie (...)

8En revanche, de nouvelles routes et activités amènent des migrants arméniens dans des foyers plus éloignés, dans des pays peu ou pas du tout fréquentés auparavant, comme l’Ukraine occidentale ou la Moscovie11, mais aussi Amida ou Alep12.

  • 13 M. F. Brosset, Collection d’Historiens Arméniens : Th. Ardzrouni xe siècle, Arakel de Tauriz, xvii(...)
  • 14 A chronicle of the Carmelits in Persia and the Papal Mission of the XVIIth and XVIIIth Centuries, (...)
  • 15 S. Der Nersessian, A. Mekhitarian. Miniatures Arméniennes d’Ispahan, Bruxelles, 1986, p. 11-12. Au (...)

9L’exemple le plus notable pour la période tardive est sans doute Nor ǰułay, le faubourg d’Ispahan où s’installe une importante population arménienne déportée par chah Abbas au début du xviie siècle. Ce transfert nous est minutieusement rapporté par un contemporain des événements, Aṙak‛el de Tabriz qui, dans son Livre d’Histoires, en brosse le tableau sinistre à partir des témoignages oraux et écrits13. Les récits des missionnaires carmélites établis dans la capitale perse ne laissent pas de doute sur la crédibilité d’Aṙak‛el qui, malgré son recours aux lieux communs traditionnels, se montre souvent aussi prudent, critique et exact qu’un historien moderne14. Le déplacement forcé de 1604-1605 amène les habitants de ǰułay sur l’Araxe vers un pays très proche géographiquement et culturellement : les liens forgés, à travers des alliances ou des conflits, entre l’Arménie et l’Iran remontent à l’Antiquité et, dès le xie siècle, une présence arménienne est bien attestée dans le nord de l’Iran. Cependant aucune vie communautaire ne semble avoir existé dans la capitale séfévide avant la venue de ce flux de déportés15.

10La reprise des liens et la création de nouveaux contacts, de plus en plus dynamiques au cours du xviie siècle, semblent favoriser l’élaboration d’une conscience diasporique et identitaire, vécue et manifestée de manière assez différente selon chaque cas.

  • 16 Balard. « Continuité », op. cit.

11Dans cette intensification générale de la diaspora arménienne du xviie siècle, la Crimée attire notre attention en raison de ses particularités par rapport aux exemples d’expatriation qui viennent d’être évoqués. Des flux migratoires successifs vers la presqu’île taurique depuis le Moyen Âge sont à l’origine d’une communauté qui y persistera jusqu’à la domination russe. Après une période assez obscure, durant plus de cent ans, qui suit le passage de la péninsule sous le joug ottoman en 1475, cette communauté accueille au xviie siècle de nouveaux immigrants et semble connaître un renouveau, parallèle à celui des autres centres diasporiques. D’autre part, la continuité territoriale et démographique qu’on observe entre le bas Moyen Âge et la période ottomane dans les villes côtières de la péninsule concerne également leur peuplement arménien16.

  • 17 I. Rapti, L’enluminure arménienne en Crimée génoise. Origines et développement d’un centre provinc (...)

12L’interrogation sur les divers aspects du phénomène migratoire, déjà entreprise dans le cadre d’une étude sur la production livresque des Arméniens de Crimée à la fin du Moyen Âge17, m’a amenée à comparer cette plus ancienne communauté expatriée aux autres centres de la diaspora arménienne. En raison des conditions propres à la création et au développement de ces centres, ainsi que des divergences dans leur organisation et leur fonctionnement, souvent conditionnés par les structures d’accueil, une comparaison exhaustive risquerait, outre d’être fastidieuse, de nous éloigner de notre objectif. Je souhaite donc esquisser ici les caractères de la communauté arménienne de Crimée au xviie siècle en insistant sur son évolution, que nous tenterons de suivre depuis ses origines médiévales. Opposées à d’autres exemples de l’émigration arménienne, et notamment à la Nor ǰułay d’Ispahan, son activité culturelle et la définition qu’elle cherche à s’attribuer au seuil des Temps Modernes, illustreront la dimension aléatoire du phénomène migratoire et la diversité de ses manifestations au sein de la diaspora arménienne.

  • 18 M. Nystazopoulou, La ville grecque de Sougdaia sur la péninsule taurique du xiiie au xve siècle (e (...)
  • 19 M. Balard, Gênes et L’Outre-mer, I. Les Actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto 1289-1290, (...)

13Outre les liens que l’historiographie moderne peut vaguement retracer avec l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge à partir de documents fragmentaires et peu cohérents, c’est au xiiie siècle que les premiers habitants arméniens de la presqu’île sont attestés dans des documents grecs et génois. Ainsi, le synaxaire de Sougdaia qui, en plus de quelques Arméniens désignés comme tels et de quelques noms arméniens, mentionne la coïncidence des Pâques arménienne et grecque, donne tout lieu de supposer qu’à cette époque la communauté n’était guère négligeable18. Nous rencontrons des Arméniens, souvent sous des noms latinisés méconnaissables, parmi la clientèle multiethnique qui défile à la loggia de Lamberto di Sambuceto, signataires ou témoins de différentes transactions. Les actes témoignent de leur participation active dans diverses activités économiques : prêteurs, créanciers, affréteurs de navires ; certains possèdent des maisons, comme Baader fils de Barame, qui vend sa résidence de Caffa à un Génois19.

  • 20 P. Donabédian, « Les Arméniens en Crimée à l’époque génoise : notes d’histoire et d’architecture » (...)

14C’est à partir des années 40 du xive siècle que nos données deviennent plus cohérentes, grâce aux colophons qui accompagnent l’abondante et régulière production livresque des Arméniens de Crimée. Plus tardifs, ces vestiges écrits apportent peu d’informations sur les origines. Il en va de même pour l’architecture et l’urbanisme : tout en préservant plusieurs éléments de la cité médiévale, l’occupation continue du site entraîna parfois le résultat contraire, effaçant les traces des périodes antérieures. D’ailleurs les édifices religieux arméniens sont en général peu ambitieux, de taille et de facture modestes : Saint-Sargis de Caffa ou le complexe monastique de la Sainte-Croix – dont les remaniements sont pour une grande partie postérieurs – constituent des exceptions. La plupart des constructions sont de petites mononefs et aucune n’adopte les plans traditionnels en vogue, ni le répertoire ornemental typiquement arménien ou caucasien : les datations sont souvent incertaines et très approximatives, notamment pour les églises situées en dehors des agglomérations, alors que la récupération possible des édifices cultuels d’autres confessions complique davantage certaines attributions20.

  • 21 Les colophons de la période génoise sont publiés dans les recueils très complets de L. Xač‛kyan, X (...)
  • 22 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 10-11. Cf. M. Balard, « Les Orientaux à Caffa au xve (...)
  • 23 Balard-Veinstein, « Continuité », p. 95-96 et 104. V. Mikʽayēlyan, Łrimi haykakan gaƚuti patmat’ i (...)

15Ainsi les manuscrits demeurent-ils les témoins les plus fiables du côté arménien pour l’histoire de la communauté. Bien que partiels et subjectifs, les colophons, spontanés et directs, dévoilent un côté assez intime de cette composante du comptoir génois, puis de la ville portuaire ottomane21. Pour la première période, le sort des Arméniens de Crimée semble parallèle à celui de la cité marchande. Contrairement aux autres Orientaux, ils ne cessent de croître pour devenir la population majoritaire du comptoir génois, au sein duquel ils tiennent un rôle économique et social de première importance22. Quelques-uns comptent parmi les personnes les plus lourdement taxées et les frictions confessionnelles qui les opposent aux autorités religieuses catholiques s’avèrent décisives pour la fin de la colonie ligure. Cependant la communauté arménienne ne suivra pas la cité marchande dans son déclin ; les Arméniens survivent au passage sous le joug ottoman. C’est ce que suggèrent les deux recensements ottomans du début du xvie siècle, celui de 1516 attestant leur prépondérance démographique, l’autre, de 1542, indiquant leur importante proportion dans le Liva du Kēfē. La déportation des chrétiens à Istanbul, décrétée par Mehmet II après la prise de Caffa, a dû affecter plutôt les élites mais elle n’a guère anéanti la population arménienne23.

  • 24 G. Grigoryan, Divan hay vimagrut‘yan, prak VII, Ukraina, Muldova (Corpus des inscriptions arménien (...)
  • 25 Certes, l’absence d’un répertoire des colophons complique l’estimation de l’activité scripturaire (...)
  • 26 Brosset, Collection d’Historiens Arméniens, op. cit., p. 312 et p. 340.

16Les documents ottomans exceptés, nos informations sur la Crimée du xvie siècle ne sont guère éclairantes. Pour ce qui est des Arméniens plus particulièrement, il est fort vraisemblable que l’instabilité de la situation en Asie Mineure d’une part, et la perturbation des itinéraires commerciaux pendant l’instauration du contrôle ottoman dans la mer Noire d’autre part, aient paralysé les échanges et découragé le développement des activités culturelles de la communauté. Le matériel épigraphique est faible et assez modeste : quelques inscriptions commémoratives sur des xačkars conservent des noms de religieux et de bourgeois, ces derniers désignés par les titres de paron ou de xočay24. Mais elles n’apportent pas plus d’informations sur ces personnes qu’elles ne témoignent d’une activité édilitaire précise, comme la construction ou la restauration d’une fondation religieuse. Semblablement, les quelque dix manuscrits copiés au cours du xvie siècle constituent un nombre décevant, si l’on compare à la production abondante et continue de la période génoise et du xviie siècle25. Sans être confirmé par des recensements ou d’autres documents administratifs, l’essor démographique des Arméniens au xviie siècle paraît incontestable. L’historien contemporain des événements, Aṙak̔‛el Tawrizec‛i, mentionne la ville maritime de Caffa parmi les destinations de ses compatriotes, que les incursions successives des troupes séfévides ou des rebelles de l’armée ottomane chassaient de l’Arménie26. Cette information, que reprennent d’autres sources contemporaines, est par ailleurs confirmée par les colophons de Step‘anos T‘oxat‘ec‘i, le copiste le plus actif des deux premières décennies du xvie siècle, qui déplore les ravages des dǰalalis à la manière de chants de panduxt‘, chants d’exil. Cependant, il reste difficile d’estimer en chiffres ou pourcentages la contribution de cet exode à l’augmentation du peuplement criméen.

  • 27 Le colophon du M4130 est assez explicite : « ...sous la prélature de l’archevêque Tēr Xač‛atur qui (...)
  • 28 Le nom tatar qui signifie eau noire est dû à l’abondante verdure de cette région montagneuse. Grig (...)
  • 29 Désormais M+numéro = fonds du Matéanadaran (Institut des manuscrits anciens d’Arménie).
  • 30 Ibid., p. 112-113.

17Au xviie siècle, la distribution de la population arménienne de la presqu’île présente quelques différences par rapport à la période génoise. L’écrasante majorité demeure installée à Caffa, ce qui ne change pas depuis la deuxième moitié du xive siècle, mais la ville de Surxat‘, actuelle Stari Xrim, n’est plus l’important foyer arménien de jadis. Le nom est mentionné pour préciser la localisation du monastère de Surb-Xač‛ (Sainte-Croix), situé à mi-chemin entre les deux villes et siège de l’archevêque27. En revanche, on observe l’extension vers l’arrière-pays au-delà de la circonscription de l’époque médiévale. Les activités commerciales amènent des habitants plus loin dans l’arrière-pays, à Łarasu (ou Łarasubaza, actuel Belogorsk28) qui abrite un grand marché, comme à Bahçesaray, ville d’importance administrative autant que commerciale. Les églises mentionnées dans ces villes témoignent d’une installation permanente, dont les débuts se situeraient sans doute après la conquête ottomane, qui unifie en quelque sorte l’espace criméen. La documentation épigraphique, assez pauvre d’ailleurs, ne fournit pas d’exemple antérieur à 1512, de même qu’aucun colophon du xive ou du xve siècle ne mentionne la ville à cette époque. En revanche, l’église de Saint-Ōgsent à Łarasu, où sont copiés les M7372 et M173929, est aussi attestée dans une inscription qui rapporte la restauration de l’édifice en 1735. Après une période où elle fut transformée en mosquée, en 1790, l’église fut de nouveau consacrée au nom de la Sainte-Mère de Dieu30. L’église de la Sainte-Mère de Dieu à Bahçesaray n’est pas mentionnée ailleurs que dans le colophon du M7393, copié en 1641, et l’installation arménienne dans cette ville semble concerner cette période tardive plutôt que l’époque génoise.

  • 31 Aṙak‘el Tawrizec‘i mentionne « l’île de Caffa ». Le vardapet historien a visité la presqu’île comm (...)

18Toutefois, il est à noter que nos colophons continuent, sans aucune exception, à désigner la ville sous son nom génois et non pas comme Kēfē, qui fut le nom turc. La ville est régulièrement qualifiée de mayrak‛aƚak‛ (métropole) protégée et/ou bâtie par Dieu, selon un lieu commun attribué aussi à d’autres villes. Cette formule est courante au Moyen Âge et semble se perpétuer dans des documents ottomans qui, d’une manière plus concrète, la louent en la comparant à Istanbul (petite Istanbul) en raison de son caractère cosmopolite. En revanche, les précisions géographiques qui désignent le lieu presque sans exception dans les manuscrits du xive et du xve siècle apparaissent rarement : la formule « dans le pays des Huns, dans la contrée de Crimée et dans la ville de Surxat ou de Caffa » cède la place à une autre, plus courte : « la contrée de Caffa », dont on souligne souvent l’emplacement sur la mer31.

  • 32 R. H. Kévorkian et A. Ter Stépanian, Manuscrits arméniens de la Bibliothèque nationale de France : (...)
  • 33 Balard-Veinstein, « Continuité », op. cit., p. 98 et p. 100.
  • 34 Notons à titre indicatif les M7709 de 1620 et M1069 de 162, tandis que le M4183, copié à Saint-Sar (...)
  • 35 Documentée par des colophons dont ceux du M7744, qui désigne l’église comme lieu de refuge de Step (...)
  • 36 Colophons du xviie siècle, op. cit., I, n. 5, p. 6-7.
  • 37 Pour la production manuscrite de ce monastère, voir N. Stone, The Kaffa Lives of the Desert Father (...)

19Les Arméniens occupent la partie délimitée par la forteresse externe où se concentraient les activités commerciales, mais aussi le faubourg de T‘op‘rak‘li, où l’hymnaire BNF 83 de l’an 1635 localise une église de Saint-Théodore le Stratélate32. Ce faubourg qui, d’après son nom, était fortifié, n’est pas mentionné antérieurement dans les colophons arméniens et son existence à l’époque génoise est incertaine. En revanche, il est attesté dans les recensements du début du xvie siècle et décrit par les voyageurs du xviiie siècle impressionnés par les fortifications de la ville33. D’autres manuscrits sont copiés sous la protection de cette église, qui n’est pas la seule nouvelle fondation religieuse attribuée aux Arméniens34. On rencontre une église dédiée à saint Aaron le néomartyre35, une autre de Saint-Ōgsent, qu’il ne faut pas confondre avec celle mentionnée ci-dessus à Łarasu. Parmi les églises connues par les colophons antérieurs, l’église de Saint-Sargis semble abriter le plus actif scriptorium arménien de Crimée à cette époque ; on retrouve aussi celle de Saint-Grégoire l’Illuminateur sur la mer36, tandis que le monastère de Saint-Andon, le scriptorium le plus important du xve siècle, est à peine attesté. Nous avons relevé seulement le M7517, un recueil de psaumes, de fêtes et de prières, copié en 1643 ; la désignation « dans la ville de Kaffa, sous la protection de saint Andon l’anachorète » ne laisse pas de doute sur le monastère médiéval, dont l’emplacement est aujourd’hui inconnu37. Il y a tout lieu de croire que les Arméniens ont récupéré quelques églises latines tombées en désuétude, changeant éventuellement la dédicace au saint patron.

  • 38 Le colophon du M7372 de l’an 1638 présente les autorités ainsi : Tēr Xač‛ atur archevêque, Tēr Alk (...)
  • 39 Dans les colophons des XIVe et XVe siecles, l’emploi des titres eresp’oxan et veraditoł est interc (...)
  • 40 Pour l’organisation administrative du faubourg arménien d’Ispahan, voir Ghougassian, « Armenian So (...)

20Quant à l’organisation communautaire, elle se présente toujours structurée autour de l’Église nationale ; les colophons rappellent le catholicos, souvent en précisant son siège à Eǰmiacin. Le sultan, désigné comme roi des Turcs, est régulièrement un repère chronologique complémentaire. Les autorités locales sont ignorées, de même que le fut auparavant le consul génois. L’existence de structures séculières purement administratives, à l’instar des tribunaux arméniens de Lwow et de Kaménec-Podolsk, régions dont les liens avec la Crimée sont incontestables, est peu vraisemblable. En revanche, on ne peut pas exclure l’existence d’une formation politique ; c’est au moins ce qu’indique la mention de deux xočay comme eresp‘oxan38. L’emprunt de ce terme typique du vocabulaire ecclésiastique, qui littéralement signifie « représentant » et désigne dans les documents antérieurs le veraditoł39, deuxième après l’évêque dans la hiérarchie ecclésiastique, est significatif. La fonction devait être celle du k‘alendar (mot turc), qui désigne parfois le coadjuteur de la communauté. Le terme désigne régulièrement le chef des Arméniens de Nor ǰułay, dont l’élection par la communauté est validée par le chah40.

  • 41 Rapti. L’enluminure arménienne, op. cit., p. 38-41.
  • 42 Ibid., p. 27-29. Le colophon d’un lectionnaire acquis en Crimée par Sargis, évêque de Jérusalem en (...)
  • 43 Colophons du xviie siècle, op. cit., III, n. 1061, p. 328-329.

21Affaire d’un clergé moyen et d’une petite bourgeoisie de plus en plus active au Moyen Âge41, la production des livres semble évoluer dans le même esprit. Le clergé conserve le rôle le plus dynamique malgré la contribution non négligeable des marchands, portant le titre de xočay. Toutefois, des liens de parenté avec le clergé, souvent attestés dans les colophons, peuvent expliquer cet empressement religieux. Beaucoup de ces commanditaires du xviie siècle sont qualifiés de mahdesi, pèlerins aux Lieux saints, ce que l’on rencontre peu et tardivement dans la période antérieure, bien que des relations importantes entre l’Église de Crimée et celle de Jérusalem s’établissent déjà à cette époque42. On peut supposer que la commande d’un manuscrit est un complément de piété au pèlerinage, voire un préparatif. C’est du moins ce que nous laisse entendre le colophon d’un lectionnaire : son commanditaire affirme que l’expression de sa piété ne s’arrêtait pas à cet acte (faire copier le manuscrit) et qu’il souhaitait se rendre à Jérusalem pour vénérer l’Incarnation du Christ. Or, le temps que le manuscrit soit achevé, deux de ses trois enfants décédèrent, ce qui plongea les parents dans une grande douleur et les fit vraisemblablement renoncer à leur projet43.

  • 44 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 40.
  • 45 C. Delacroix-Besnier, « Les missions dominicaines et les Arméniens du milieu du xive siècle aux pr (...)

22Quant au genre des livres copiés et enluminés, la comparaison des relevés pour les deux périodes est intéressante. Au xive siècle, les évangiles et les manuscrits liturgiques prédominent pour subvenir aux besoins de l’église locale, tandis qu’au tournant du siècle, les traités philosophiques, les œuvres de polémique et de défense de l’orthodoxie arménienne gagnent en importance44. Et pour cause : d’une part la croissance du peuplement arménien, et d’autre part le repli des missionnaires en Crimée, attisent les conflits confessionnels45. En revanche, la reprise de l’activité scripturaire se démarque par la prédominance d’un autre type de manuscrit liturgique, le Yaysmawurk‘ (synaxaire), tandis que les psautiers – dont un seul exemplaire est relevé au xive siècle – et d’autres manuscrits liturgiques ont une place importante. On observe également que le synaxaire est par excellence l’objet des commandes des marchands, sans doute en raison des frais importants exigés pour l’exécution de ce recueil volumineux qui est ensuite déposé dans un établissement souvent autre que le centre de copie.

  • 46 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 32 et 321-322.

23Piété ou bibliophilie ? L’appréciation de l’ensemble de cette abondante production manuscrite du xviie siècle est une question assez délicate. Alors que l’orientation des commanditaires ne trahit pas d’intérêt érudit particulier, quelques exceptions relevées nous rappellent les rares cas de bibliophilie érudite du xive siècle, tels le vicaire Yovhannês Sebastac‘i ou le copiste Grigor Suk‘iassanc‘, dépositaire d’une collection riche et variée46. Dans le colophon d’un commentaire de Jérémie copié à Kayseri, le copiste et acquéreur Mesrop Kafayec‘i énumère les villes que la quête d’un modèle le fit parcourir depuis Caffa : il se rend dans tous les centres théologiques, Eǰmiacin, Vałaršapat, Šanahin, Hałpat, en Pologne et à Alep. Si cet itinéraire peut paraître un peu exagéré, il fait du moins état de la volonté du scribe, ainsi que de l’indisponibilité d’un certain nombre de sources.

  • 47 S. Der Nersessian, Miniature Painting in the Armenian Kingdom of Cilicia, Washington, 1931 (Dumbar (...)
  • 48 Ibid., p. 142. Colophons arméniens du xive siècle, op. cit., n. 202, p. 163.
  • 49 Colophons arméniens du xviie siècle, op. cit., II, n. 35, p. 23.
  • 50 Colophons arméniens du xviie siècle, op. cit., II, n. 388, p. 238-239.
  • 51 M6341. E. Korxmazyan, Armjanskaja Miniatjura Kryma (La miniature arménienne de Crimée), Erévan, 19 (...)
  • 52 Musée Galoust Gulbenkian, L.A. 193. S. Der Nersessian, L’art arménien, Paris, 1977, p. 231.

24Une partie de l’héritage médiéval revit à travers les copies ou les restaurations effectuées au xviie siècle. Le cas du M7651 mérite d’être signalé : ce codex commandé par le roi Het‘um II est connu sous le nom d’Évangile des sept peintres47. Achevé par Sargis Picak en 1320 aux frais de Step‘anos, évêque de Sébaste, il fut offert par ce dernier à une fondation de Crimée, lors d’un voyage décisif pour le sort de l’église de la communauté48. Ignoré des copistes et des miniaturistes de l’époque génoise, l’Évangile se trouvait toujours en Crimée, en 1621, mais fort détérioré comme le déplore le colophon de l’évêque Xač‛atur Zeyt‘unec‘i qui entreprit sa restauration et le fit relier49. Six ans plus tard un autre colophon signé par le vardapet Karapet, venu de Jérusalem en ambassade, rapporte que l’Évangile fut l’objet de dispute et de convoitise dans un mauvais dessein50. L’Évangile reste en Crimée, comme le souhaite le rédacteur de la notice, et sera copié en deux exemplaires au moins, conservés l’un au Maténadaran51 et l’autre à Lisbonne52.

  • 53 E. Korkhmazian, « Deux manuscrits arméniens écrits et illustres a Bologne », dans Atti del quinto (...)
  • 54 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 43-60 et 75-80.

25De nombreuses notices dans des colophons de manuscrits plus anciens, certains copiés et enluminés pendant la période génoise, d’autres venus de Cilicie à la même époque, montrent que cet exemple illustre n’était pas la seule opération de mise en valeur du patrimoine national. À ce propos, la Bible en un volume mérite aussi d’être signalée. L’examen des bibles illustrées au xviie siècle fait remonter tout un programme qui connut alors une large diffusion au fameux exemplaire de la Bible de Bologne, copié pour sa plus grande partie en Italie et achevé en 1368 en Crimée où il demeura. Le restaurateur de 1659 remplaça entièrement la première partie du texte et son décor. Or, sa fidélité envers l’écriture et le style du xive siècle, qu’il a copiés dans d’autres recueils bibliques donnent tout lieu de croire qu’il reprit le décor médiéval. D’autre part, une miniature de la Genèse dans une bible de 1381 permet de l’identifier comme une copie partielle du décor liminaire de la Bible de Bologne53. Il en résulte que cet exemplaire de choix a constitué l’archétype pour toute une série de bibles du xviie siècle enluminées dans différents centres de la diaspora arménienne. Or, les copies criméennes étant assez tardives, il est fort probable que la diffusion de notre archétype n’émane pas directement de la presqu’île, mais d’un autre centre, sans doute Istanbul54.

  • 55 R. H. Kévorkian, Catalogue des « Incunables » arméniens (1511/1695) ou chronique de l’imprimerie a (...)
  • 56 Y. Dachkévytch, « L’imprimerie arménienne de Lwow au xviie siècle », REArm, n. s. 6, 1969, p. 353- (...)
  • 57 Ibid., p. 367. L’édition en 1618 de cet unique Livre de prières témoigne de l’importance de l’impr (...)
  • 58 La Crimée se trouve en fait en dehors des circuits de diffusion du livre imprimé au xviie siècle. (...)

26Tout en reflétant une incontestable floraison culturelle, le retour vers le patrimoine national n’est pas sans trahir un certain attachement au passé médiéval, que l’on peut même qualifier de conservatisme. C’est le revers de la continuité déjà constatée dans l’urbanisme, comme dans le maintien du nom médiéval de Caffa, ainsi que dans le recours aux formules des anciens colophons ; mais c’est surtout l’absence, voire le refus, de l’innovation décisive dans la culture nationale de cette période : l’imprimerie. Bien sûr, les contraintes à l’établissement de ce genre d’activités en terre d’Islam sont connues de tous55. Toutefois, les grandes entreprises typographiques du xviie siècle sont dues à des Arméniens d’Orient qui, après l’échec de 1638 à Nor ǰułay s’expatrient, cherchant à tout prix l’exploitation de la nouvelle technologie. Rappelons aussi qu’une importante imprimerie fonctionne à Lwow56, où l’on imprime même l’arméno-coman ou arméno-kiptchak, le dialecte arménien d’Ukraine et de Pologne57. Malgré les contacts avec ces pays nous n’allons pas voir de ressortissant de Crimée s’investir dans l’édition, pas même le tenter temporairement, ni en Pologne ni en Italie58.

  • 59 A. Martirosean, Martiros Łrimeci. Usumnasirut‘iwn ew bnagrer (Étude et textes), Erévan, 1958, p. 1 (...)
  • 60 C’est le synaxaire M7742 de 1690. Après la déportatation des Arméniens de Crimée par les Russes, l (...)
  • 61 R. H. Kévorkian, « Le négoce international «, dans Arménie entre Orient et Occident, op. cit., p. (...)

27Compte tenu du caractère ambigu de la communauté, lancée dans un renouveau culturel, mais aussi retranchée dans des structures anciennes et dépassées que privilégiait le système ottoman, on arrive à interpréter les tentatives pseudo-historiographiques qui apparaissent alors pour retracer l’histoire des Arméniens de Crimée. Dans la préface de sa chronique rimée, Martiros Łrimec‛i, évêque à Constantinople mais natif de Caffa, avoue vouloir combler un vide dans la connaissance de l’histoire en écrivant celle de Caffa à l’instar de toutes les grandes villes du monde. Plus elles remontent dans le temps, plus ces informations sont succinctes et inexactes, pour arriver aux faits réels des ravages de dǰalalis et à la dernière vague migratoire vers cette ville peuplée par les Arméniens d’Ani59. Quelques années plus tard, bien que son compilateur affirme le contraire, cette histoire est reprise, dans un colophon-chronique louant les commanditaires d’un synaxaire, la seule information crédible du texte étant l’arrivée de ces descendants Paxlawuni lors de l’émigration la plus récente60. En revanche, les sources médiévales n’offrent pas le moindre indice qui permettrait de recouper l’information d’une émigration massive d’Anec‘i. D’ailleurs, l’itinéraire que les récits prêtent à ceux qu’ils veulent réfugiés de la capitale arménienne, visiblement exagéré pour le Moyen Âge, ne l’est guère dans la réalité contemporaine : la voie qui longe la mer Caspienne pour gagner le sud de la Russie amène les négociants arméniens de Perse en Moscovie et en Europe de l’Est jusqu’à la mer Blanche61.

  • 62 S. Der Nersessian, The Chester Beatty Library. A Catalogue of the Armenian Manuscripts, with an In (...)
  • 63 Kévorkian, Catalogue des « Incunables » arméniens, op. cit., p. xxvii et p. 64-65. L’édition paraî (...)

28À cette généalogie légendaire inventée après coup, on peut opposer l’œuvre véritablement historiographique d’Aṙak‛el de Tabriz, élaborée dans le milieu arménien d’Ispahan, qui, à partir de témoignages directs et vérifiables, brosse un tableau général de la diaspora arménienne. L’expansion culturelle de la nouvelle communauté d’Ispahan est loin d’ignorer le patrimoine médiéval : les acquisitions les plus importantes en matière d’art de la collection de Saint-Sauveur datent aussi du xviie siècle62. Cependant rien n’est plus révélateur de ses orientations intellectuelles que l’édition du Livre des Histoires d’Aṙak‛el Tawrizec‘i, premier imprimé de ce genre littéraire, paru du vivant même de l’auteur63.

FIG. 1 MATÉNADARAN 2 705 (BIBLE DE BOLOGNE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE

FIG. 1 MATÉNADARAN 2 705 (BIBLE DE BOLOGNE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE

FIG. 2 MATÉNADARAN 352 (BIBLE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE

FIG. 2 MATÉNADARAN 352 (BIBLE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE
  • 64 R. W. Ferrier, « The Agreement of the East India Company and the Armenian Nation : 22nd June 1688  (...)

29L’exil que les guerres turco-persanes infligent à la population de l’Arménie est le point commun de la diaspora arménienne de la Crimée et d’Ispahan au xviie siècle, et dans une moindre mesure de l’Italie. Dans le deuxième cas, l’exil réel des populations de l’Araxe s’avère en fin de compte bénéfique : leur ouvrant la colonisation de l’Inde jusqu’à la mer de Chine64, l’impression des premiers journaux arméniens et des premières œuvres historiques marque l’avènement des Temps Modernes. Dans le premier cas, les migrants regagnent une communauté déjà structurée dans l’immigration, qui avait manifesté sa conscience diasporique dès le xve siècle, en revendiquant son identité religieuse et culturelle. Cependant ils s’absorbent dans cette structure médiévale et s’attachent passionnément au passé comme à un bien par excellence identitaire. Alors que leurs prédécesseurs, en 1475, ont su prendre le devant de l’Histoire, ce ne sera pas le cas de cette nouvelle génération pour qui l’ère moderne commencera un siècle plus tard, avec le passage sous la domination russe par la déportation sur la mer d’Azov, afin de fortifier les nouvelles conquêtes de l’Empire des Tzars.

LA CRIMÉE (d’après Cl. Mutafian, Roma-Armenia, Rome, 1999)

LA CRIMÉE (d’après Cl. Mutafian, Roma-Armenia, Rome, 1999)

Notes

1 Xayk poursuit sa route vers le nord-ouest avec le reste de sa maisonnée. Histoire de l’Arménie par Moïse de Khorène. Nouvelle traduction de l’arménien classique par Annie et Jean-Pierre Mahé (d’après Victor Langlois) avec une introduction et des notes. Paris. 1993, I, 10, p. 120. Voir aussi maintenant Krikor Beledian, « Écriture et construction de l’origine chez Movsēs Xorenac‛i », Movsēs Xorenaci et l’historiographie arménienne des origines, D. Kouymjian éd., Antélias-Liban, 2000, p. 167-191.

2 Dès la fin du xiiie siècle, les campagnes de l’armée égyptienne réduisent considérablement le territoire du royaume et obligent le roi arménien à des concessions militaires successives. En 1292, la chute de Hùomkla, siège du Catholicos, marque le compte à rebours pour la Petite Arménie, dont le sort est inéluctable après l’alliance entre les Mameluks et les Mongols, et, plus tard, la prise de l’Ayas, en 1347. C. Mutafian, La Cilicie au carrefour des empires, 2 vol., Paris, 1988 (collection d’études anciennes, 113), vol. I, p. 441-475.

3 Il s’agit des confédérations du Mouton Noir (Qara-qoyunlu) et du Mouton Blanc (Aqqoyunlu). V. Minorsky, La Perse au xve siècle entre la Turquie et Venise, Publications de la Société des études iraniennes, n° 8, Paris, 1933, p. 1-23, repris dans V. Minorsky, The Turks, Iran and the Caucasus in the Middle Ages, Londres, 1978 (Variorum Reprints).

4 K. Sahnazarean, Patmut‘iwn Lank-T‘amuray ew yajordac‘ iwroc‘ (Histoire de Tamerlan et de ses successeurs), Paris. 1860. Voir aussi V. Minorsky. « Thomas of Metsop’ on the Timourid-Turkman Wars », in To professor M. Shajï, Lahore, 1955, p. 1-26, repris dans Minorsky, The Turks, Iran and the Caucasus, op. cit.

5 G. Dédéyan dir., L’histoire des Arméniens. Toulouse. Privat. 1982. p. 411-412.

6 S. Kévorkian, « Répertoire des imprimés français du xviie siècle sur l’Arménie et les Arméniens ». REArm. n.s. 15, 1985, p. 462-467. Id., « Témoignages de voyageurs sur le peuplement de l’Arménie au xviie siècle », REArm, n.s. 15, 1985, p. 440-461. Cf. M. Balard. « Continuité ou changement d’un paysage urbain ? Caffa génoise et ottomane », avec G. Veinstein, dans Le paysage urbain au Moyen Âge : Actes du XIe Congrès de la Societé des Historiens médiévistes. Lyon, 1981, repris dans La mer Noire et la Romanie génoise (xiiie-xve siècles), Londres. 1989 (Variorum reprints).

7 Cet événement est consigné par Suétone, Vies des douze Césars. Néron XIII. Cf. M.-L. Chaumont. « L’Arménie entre Rome et l’Iran. De l’avènement d’Auguste à l’ave-nement de Dioclétien ». Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, 9, 1, Berlin-New York 1976, p. 71-194. G. Traina, « Épisodes de la rencontre avec Rome (iie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.) », dans C. Mutafian dir., Roma-Armenia (Catalogue de l’exposition à la Bibliothèque du Vatican 25 mars-16 juillet 1999), Rome, 1999, p. 32-41.

8 C. Delacroix-Besnier, « Les moines Basiliens en Italie (xiiie-xve siècle) », dans Roma-Armenia, op. cit., p. 208-211 et M.-A. Van den Oudenrijn, Les constitutions des Frères arméniens de Saint Basile en Italie, 1940 (Orientalia Cristiana Analecta), 126.

9 Pour ces migrations militaires, arméniennes mais effectuées par l’intermédiaire de Byzance, V. M. M. De Martiis, « Dans le sillage des itinéraires arméniens en Italie méridionale (xe-xiiie siècle) », voir dans Roma-Armenia, op. cit., p. 202-204.

10 C’est par exemple le cas de la « colonie » de Livourne, constituée et institutionnalisée au xviie s. Voir L. Frattarelli Fischer. « Les Arméniens à Livourne », dans Roma-Armenia, op. cit., p. 298-301. Cf. P. Castignoli, « Gli Armeni a Livorno nel Seicento : Notizie sul loro primo insediamento », Studi Storici e Geografici 3, 1979, p. 27-61.

11 Tout en s’efforçant de souligner l’ancienneté de ces « colonies » et d’en démontrer la continuité, leurs historiens situent l’expansion de ces centres à des époques assez tardives, à la fin du xve siècle pour Moscou et au xvie siècle pour l’Ukraine. Voir respectivement Voskanian, « Arméniens à Moscou du xve au xiie siècle », REArm. n. s. 9, 1972. p. 425-444 et Y. Dachkévytch, « L’établissement des Arméniens en Ukraine pendant les xie-xviie siècles », REArm, n. s. 5, 1968, p. 329-335, à ce sujet p. 329-335.

12 R. H. Kévorkian, « Le négoce international des Arméniens au xviie siècle » dans Arménie entre Orient et Occident, op. cit., p. 142-151.

13 M. F. Brosset, Collection d’Historiens Arméniens : Th. Ardzrouni xe siècle, Arakel de Tauriz, xviie siècle, Ioannès de Dzar, xviie siècle, Histoire de l’Aghovanie, Saint-Pétersbourg, 1874, p. 269-604.

14 A chronicle of the Carmelits in Persia and the Papal Mission of the XVIIth and XVIIIth Centuries, II vol., Londres, 1939. L’exactitude d’Arak’el est confirmée par la confrontation de son chapitre sur les conflits confesionnels à Lwow avec des documents d’archives de la ville. A ce sujet voir G. Piniryan, « Le chapitre 28 du Livre des Histoires d’Arak’el Dawrizec‘i et ses sources concernant le mouvement des colonies arméniennes d’Ukraine durant les années 20-50 du xviie siècle », REArm, n. s. 14. 1980. p. 443-458 et notamment p. 449.

15 S. Der Nersessian, A. Mekhitarian. Miniatures Arméniennes d’Ispahan, Bruxelles, 1986, p. 11-12. Au XIe des populations arméniennes furent déportées par les Seldjoukides dans le nord de l’Iran. Deux évêques représentent ces provinces au concile de Hṙomkla en 1179.

16 Balard. « Continuité », op. cit.

17 I. Rapti, L’enluminure arménienne en Crimée génoise. Origines et développement d’un centre provincial de production livresque (thèse de doctorat présentée à l’E.P.H.E. IVe section), Paris, 1999.

18 M. Nystazopoulou, La ville grecque de Sougdaia sur la péninsule taurique du xiiie au xve siècle (en grec), Athènes, 1965 (Demosieumata tou Archaiologikou Deltiou, 7). p. 145-46. p. 129. Outre la fête de Pâques, sont mentionnés le décès de l’Arménien Sumbat (dérivé de Smbat) en 1242, le meurtre de Sabba Samat en 1282 et le décès de Ernitzu épouse de l’Arménien Samat en 1306. La notice du synaxaire ne désigne pas Ernitzu comme Arménienne. Bien que, tel quel, ce nom n’existe pas en arménien, il est probable qu’il s’agit de la déformation du nom Erani (bienheureuse) avec l’addition du -acu qui désigne la virtualité, ce qui signifierait donc la future bienheureuse, « appelée à la béatitude ».

19 M. Balard, Gênes et L’Outre-mer, I. Les Actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto 1289-1290, Paris-La Haye. 1973. p. 105 (n. 202), p. 120 (n. 278), p. 181 (n. 459), p. 233 (n. 626), p. 68 (n. 7), p. 233 (n. 730).

20 P. Donabédian, « Les Arméniens en Crimée à l’époque génoise : notes d’histoire et d’architecture », dans Roma-Arménia, op. cit.. p. 188-191. O. Kh. Khalpakhchian, « Chiese armene in Crimea », dans Atti del quinto Simposio internazionale di arte armena, Venezia, 1988. 28 maggio-5 giugno, San Lazzaro-Venise, 1991. p. 499-506 (avec les plans des églises). Pour une liste des établissements religieux v. M. Thierry. Répertoire des monastères arméniens, Turnout. 1993 (Corpus Christianorum), p. 163-164.

21 Les colophons de la période génoise sont publiés dans les recueils très complets de L. Xač‛kyan, XIV dari hayerēn jeṙagreri Hišatakaranner (Colophons des manuscrits arméniens du xive siècle), Erévan, Académie des Sciences de la République Soviétique d’Arménie, 1950. L. Xačʽikyan, XIV dari hayerēn jeragreri Hišatakaranner (Colophons des manuscrits arméniens du xive siècle), Erévan, 3 vol, 1955, 1958 et 1967. Dans le même esprit, trois autres volumes sont consacrés aux colophons du xviie siècle jusqu’à 1660. V. Hakobyan, A. Hovhannisyan, Hayerēn jeragreri žē dari hišatakaranner, hator A (1601-1620 ff.) (Colophons des manuscrits arméniens du xviie siècle, vol. I, 1601-1620), Erévan, 1974. On regrette l’absence de la suite ainsi que d’un recueil pour le xvie siècle et les quatre dernières décennies du xviie siècle.

22 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 10-11. Cf. M. Balard, « Les Orientaux à Caffa au xve siècle », Byzantinische Forschungen, 11, 1987, repris dans Les Génois et la Mer Noire, op. cit., et « Les Arméniens à Caffa du xiiie au xve siècle », dans R. H. Kévorkian dir., Arménie entre Orient et Occident : trois mille ans de civilisation (Catalogue de l’exposition à la Bibliothèque nationale de France, juin-octobre 1996), Paris, 1996, p. 139-141.

23 Balard-Veinstein, « Continuité », p. 95-96 et 104. V. Mikʽayēlyan, Łrimi haykakan gaƚuti patmat’ iwn (Histoire de la colonie arménienne de Crimée), 2 vol., Erévan, 1964 et 1970, I, p. 102, 195 et 221.

24 G. Grigoryan, Divan hay vimagrut‘yan, prak VII, Ukraina, Muldova (Corpus des inscriptions arméniennes. Vol. VII, Ukraine, Moldavie, Erévan, 1996, n. 14, p. 27, n. 18-19, p. 29-30, n. 21, p. 31 (mentionne Abraham, prélat eresp’oxan d’une église), n. 27, p. 33, n. 32, p. 37. n. 76, p. 57, n. 78, p. 58 (en souvenir d’un curé qui périt en mer et de ses deux enfants), n. 84. p. 60, n. 95, p. 65, n. 97, p. 66. n. 107, p. 70, n. 194-195, p. 98, n. 210-211, p. 105, n. 230, p. 109, n. 250, p. 114.

25 Certes, l’absence d’un répertoire des colophons complique l’estimation de l’activité scripturaire et nous prive des informations sur la restauration et la circulation des livres plus anciens. Mais d’après nos relevés à partir du catalogue du Maténadaran (Ō. Eganyan, A. Zeyfunyan, P‘. Ant‘abyan, C‘uc‘ak jeṙagrac‘ Maštoc‘i anvan Matenadarani [Catalogue des manuscrits du Maténadaran], 2 vol. Erévan, 1965-1970) il est clair que la production livresque criméenne au xvie siècle est faible et incohérente. À l’époque génoise la moyenne de production est plus d’un manuscrit par an. Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 24-5. Une pareille régularité se constate également au xviie s.

26 Brosset, Collection d’Historiens Arméniens, op. cit., p. 312 et p. 340.

27 Le colophon du M4130 est assez explicite : « ...sous la prélature de l’archevêque Tēr Xač‛atur qui est à Surb-Xač‘ ». Colophons du xviie siècle, op. cit., n. 28, p. 19-20.

28 Le nom tatar qui signifie eau noire est dû à l’abondante verdure de cette région montagneuse. Grigoryan. Corpus des inscriptions, op. cit., p. 111, mentionne comme premiers habitants arméniens les réfugiés d’Ani dans les années 1330 selon la tradition remontant à deux récits pseudo-historiographiques du xviie siècle. Cf. infra, p. 9, n. 59-60.

29 Désormais M+numéro = fonds du Matéanadaran (Institut des manuscrits anciens d’Arménie).

30 Ibid., p. 112-113.

31 Aṙak‘el Tawrizec‘i mentionne « l’île de Caffa ». Le vardapet historien a visité la presqu’île comme l’indiquent les colophons des manuscrits qu’il a acquis sur place : le M1739 qu’il fit copier en 1646 à Łarasu et le M4130, que ses commanditaires lui offrirent et qu’il fit compléter plus tard à Eǰmiacin. Colophons du xviie siècle, op. cit., p. 19-20.

32 R. H. Kévorkian et A. Ter Stépanian, Manuscrits arméniens de la Bibliothèque nationale de France : Catalogue, Paris, 1998, col. 195, i mahalan T‘op‘raxala. L’église est aussi mentionnée dans le colophon du M4183 qui y fut déposé.

33 Balard-Veinstein, « Continuité », op. cit., p. 98 et p. 100.

34 Notons à titre indicatif les M7709 de 1620 et M1069 de 162, tandis que le M4183, copié à Saint-Sargis en 1659, fut offert à Saint-Théodore par son commanditaire. Colophons du xviie siècle, op. cit., I, n. 993, p. 727, II, n. 6, p. 5 et III, n. 1333, p. 874.

35 Documentée par des colophons dont ceux du M7744, qui désigne l’église comme lieu de refuge de Step‘anos T‘oxatec‘i et de ses compagnons, venus de la rive sud de la mer Noire et des manuscrits M8007, M7732 et M7375. Colophons du xviie siècle, op. cit., I, n. 179, p. 151-152, n. 939, p. 691 et II, n. 142, p. 96, n. 3, p. 3-4.

36 Colophons du xviie siècle, op. cit., I, n. 5, p. 6-7.

37 Pour la production manuscrite de ce monastère, voir N. Stone, The Kaffa Lives of the Desert Fathers : a Study in Armenian Manuscript Illumination, Louvain, 1997 (CSCO vol. 566, Subsidia t. 94), p. 7-8.

38 Le colophon du M7372 de l’an 1638 présente les autorités ainsi : Tēr Xač‛ atur archevêque, Tēr Alkayanos awag erēc‘ et eresp‘oxαn le xočay Varderēs et le xočay Sargis. Colophons du xviie siècle, op. cit., II, n. 1073, p. 726.

39 Dans les colophons des XIVe et XVe siecles, l’emploi des titres eresp’oxan et veraditoł est interchangeable ou complémentaire.

40 Pour l’organisation administrative du faubourg arménien d’Ispahan, voir Ghougassian, « Armenian Society in Seventeenth Century Iran », dans Treasures in Heaven : Armenian Art, Religion and Society, Papers delivered at the Pierpont Morgan Library at a Symposium organized by Thomas Mathews and Roger Wick 21-22 May 1994, New York, 1998, p. 49-59 et particulièrement pour la fonction du kalentar p. 53. Cf. I. Baghdiantz McCabe, « Silk and Silver : the Trade and Organisation of the seventeenth century New Julfa ». REArm, n.s. 25, 1994-1995, p. 389-415, et notamment p. 393-395.

41 Rapti. L’enluminure arménienne, op. cit., p. 38-41.

42 Ibid., p. 27-29. Le colophon d’un lectionnaire acquis en Crimée par Sargis, évêque de Jérusalem en 1393, fait état d’une mission diplomatique du hiérarque en vue de l’élection du catholicos en Cilicie. Cf. N. Polarian, Mayrc‘uc‘ak jeṙagrac srboy Yakobeanc‘ (Catalogue des manuscrits du Patriarchat arménien de Jérusalem), I, Jérusalem, 1966, n. 12, p. 90. Des originaires de Caffa copient des manuscrits a Saint-Jacques de Jérusalem tandis que le J285, copie en Crimée et enlumine d’un cycle original des vies des saints du désert est déposé a l’église du Saint-Sauveur. Cf. Colophons du xve siècle, op. cit., I, p. 299-300 et p. 324 et Stone, The Kaffa lives, op. cit., p. 189.

43 Colophons du xviie siècle, op. cit., III, n. 1061, p. 328-329.

44 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 40.

45 C. Delacroix-Besnier, « Les missions dominicaines et les Arméniens du milieu du xive siècle aux premières années du xve siècle », REArm, n. s. 26, 1996-1997, p. 173-191, notamment p. 186-187.

46 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 32 et 321-322.

47 S. Der Nersessian, Miniature Painting in the Armenian Kingdom of Cilicia, Washington, 1931 (Dumbarton Oaks Studies ; 31), p. 104, 169-175.

48 Ibid., p. 142. Colophons arméniens du xive siècle, op. cit., n. 202, p. 163.

49 Colophons arméniens du xviie siècle, op. cit., II, n. 35, p. 23.

50 Colophons arméniens du xviie siècle, op. cit., II, n. 388, p. 238-239.

51 M6341. E. Korxmazyan, Armjanskaja Miniatjura Kryma (La miniature arménienne de Crimée), Erévan, 1978, p. 78-82.

52 Musée Galoust Gulbenkian, L.A. 193. S. Der Nersessian, L’art arménien, Paris, 1977, p. 231.

53 E. Korkhmazian, « Deux manuscrits arméniens écrits et illustres a Bologne », dans Atti del quinto Simposio, op. cit., p. 517-521.

54 Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 43-60 et 75-80.

55 R. H. Kévorkian, Catalogue des « Incunables » arméniens (1511/1695) ou chronique de l’imprimerie arménienne, Genève, 1986, p. 4. Dès 1483, le sultan Bayazit interdit, sous peine de mort, l’usage de l’imprimerie dans l’empire ottoman.

56 Y. Dachkévytch, « L’imprimerie arménienne de Lwow au xviie siècle », REArm, n. s. 6, 1969, p. 353-371. L’existence d’imprimeries ukrainiennes dès 1574 a certainement favorise l’émergence de l’établissement arménien.

57 Ibid., p. 367. L’édition en 1618 de cet unique Livre de prières témoigne de l’importance de l’imprimerie pour la classe des marchands qui impose ainsi le dialecte local sur la langue classique des textes religieux. Sur la modernisation de la langue, Kévorkian, Catalogue des « Incunables » arméniens, op. cit., p. xvii-xviii.

58 La Crimée se trouve en fait en dehors des circuits de diffusion du livre imprimé au xviie siècle. Cf. Kévorkian, Catalogue des « Incunables », op. cit., p. 11 et carte.

59 A. Martirosean, Martiros Łrimeci. Usumnasirut‘iwn ew bnagrer (Étude et textes), Erévan, 1958, p. 141-149.

60 C’est le synaxaire M7742 de 1690. Après la déportatation des Arméniens de Crimée par les Russes, le manuscrit s’est trouvé a Rostov-sur-le-Don, ou ce colophon a été copié par le père Bzškeanc‛, puis publié de récit historique. Le texte a été traduit et annoté avec d’autres documents rélatifs à la prise de Caffa par M. Kazacu et K. Kévonian, « La chute de Caffa en 1475 à la lumière de nouveaux documents ». Cahiers du monde russe et soviétique, 17 (1976), p. 495-538, qui ont été les premiers à se montrer sceptiques envers l’ascendance avancée par le texte. Pour la critique des sources, voir Rapti, L’enluminure arménienne, op. cit., p. 13-17 et 41-42.

61 R. H. Kévorkian, « Le négoce international «, dans Arménie entre Orient et Occident, op. cit., p. 143. Cf. Voskanian, « Les Arméniens a Moscou », op. cit., p. 426 et 433-426.

62 S. Der Nersessian, The Chester Beatty Library. A Catalogue of the Armenian Manuscripts, with an Introduction on the History of Armenian Art, 2 vol., Dublin, 1958, 1, p. xl et n. 1.

63 Kévorkian, Catalogue des « Incunables » arméniens, op. cit., p. xxvii et p. 64-65. L’édition paraît à Amsterdam à un moment où il n’y a plus d’imprimerie à Ispahan mais sur l’initiative de Oskan Erewanc‘i, originaire de Nor ǰułay et instigateur de l’imprimerie de Surb Ejmiacin et Surb Sargis.

64 R. W. Ferrier, « The Agreement of the East India Company and the Armenian Nation : 22nd June 1688 », REArm, n. s. 7 (1970), p. 427-433.

Table des illustrations

Titre FIG. 1 MATÉNADARAN 2 705 (BIBLE DE BOLOGNE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre FIG. 2 MATÉNADARAN 352 (BIBLE). FOL. 3v-4 FRONTISPICE ET DÉBUT DE LA GENÈSE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre LA CRIMÉE (d’après Cl. Mutafian, Roma-Armenia, Rome, 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540