Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants Arméniens et Grecs en Mediterranée

L’immigration arménienne en Italie

Claude Mutafian

Texte intégral

  • 1 Les principaux ouvrages généraux sur le sujet seront désignés par les abréviations suivantes :
    LZ(...)

1Les colonies arméniennes en Occident sont pour leur grande majorité relativement récentes, constituées par les descendants des rescapés du génocide de 1915. En Europe, la plus importante est de loin celle de France, environ cent fois plus grande que celle d’Italie. Mais tout au long de l’histoire c’est ce dernier pays qui a eu les liens les plus étroits avec l’Arménie : les rapports arméno-italiens sont d’une grande richesse, comparés à ceux que les Arméniens ont pu avoir avec d’autres peuples européens. Parmi les nombreuses raisons de cette situation privilégiée, on peut citer l’ancienneté des contacts entre l’Arménie et les possessions romaines d’Asie, la christianisation étatique de l’Arménie et l’attrait de Rome qui en découla ou encore les relations commerciales tissées avec les cités marchandes italiennes qui sillonnaient la Méditerranée au Moyen Âge1.

L’Arménie et l’Empire romain

  • 2 Strabon (XI 15) ; Trogue-Pompée (Justin XL) ; Plutarque (Lucullus, Pompée) : Florus (I 40, II 32)  (...)

2Le premier contact entre Arméniens et Italiens eut lieu en Asie Mineure lorsque, au ier siècle av. J.-C., l’expansion romaine à l’est se heurta à une coalition arméno-pontique, scellée entre le roi Tigrane le Grand et son beau-père Mithridate Eupator, roi du Pont. Tigrane fut vaincu par Pompée mais conserva son royaume. Ces événements sont abondamment rapportés par plusieurs historiens grecs et latins2.

  • 3 Properce (I 9,19 ; III 12, 8 ; IV 3. 35) ; Tibulle (I 5. 36 ; III 6, 15 ; III 7. 143) ; Virgile (B (...)
  • 4 Virgile (Enéide VIII 728). Repris par plusieurs auteurs, dont Stace (Silves I 4,78). Sénèque (Nat. (...)
  • 5 Juvénal (VI 550) ; Pline (Nat. Hist. XXX 17).
  • 6 Pline (Nat. Hist. XXX 17) ; Tacite (Annales XV) ; Suétone (Nér. 13) ; Dion Cassius (lxii s.).

3Dès cette époque, la littérature latine3 se fit l’écho de plusieurs mythes liés à l’Arménie, comme celui de l’Araxe, fleuve indomptable évoqué dans la description du bouclier d’Énée4. Au [ie siècle, Juvénal rapporte même la présence de mages arméniens à Rome, probablement ceux qui, selon Pline l’Ancien, ont accompagné le roi d’Arménie5. Entre-temps avait en effet eu lieu un important événement : à la suite d’un accord romano-iranien, le frère du roi parthe inaugura la dynastie des rois arsacides arméniens, mais à la condition d’aller recevoir l’intronisation à Rome des mains de Néron. Plusieurs historiens6 nous ont laissé la description de ce spectaculaire voyage, en 66 après J.-C. : le roi Tiridate Ier était accompagné d’une nombreuse suite, et peut-être faut-il voir là la première ébauche d’une population arménienne à Rome.

  • 7 Eunape (Philostratus and Eunapius, éd. et trad. anglaise W. Wright, Cambridge, Mass., 1921, rééd. (...)
  • 8 M.-L. Chaumont, « Trois épitaphes latines », Bazmavep, 146 (1988), p. 202-207 ; AI, p. 32 ; RA p. (...)
  • 9 Chaumont, op. cit., p. 192-202 ; AI, p.32 ; RA, p. 73sq.
  • 10 III 62.

4L’un de ses descendants, Tiridate III, imposa le christianisme à l’Arménie avant que l’Empire romain ne devienne lui aussi chrétien. Bien entendu, cette parenté religieuse favorisa les échanges, d’autant plus qu’en 387 le royaume d’Arménie fut partagé entre ses deux voisins ; l’Armenia Minor, à l’ouest de l’Euphrate, intégra l’Empire romain. On trouve au ive siècle plusieurs témoignages d’Arméniens citoyens romains en Italie : le fameux rhéteur Prohaeresios7, le Cappadocien Quirillus8, l’eunuque Aedesius9. Le pouvoir d’attraction de Rome, lieu des martyres de saint Pierre et saint Paul, n’allait dès lors jamais cesser : voyageurs ou pèlerins rêvaient de se rendre dans la Ville éternelle – ainsi le « père de l’Histoire » arménien, Moïse de Khorène, signale lui-même son passage10, et il est probable que certains d’entre eux restaient dans la péninsule.

Les Arméniens en Italie byzantine (vie-xie siècle)

  • 11 Ravenne, Archivio Arcivescovile, Pap. II/2 et III ; Vaticano, Biblioteca Apostolica, Pap. Lat. 7 ; (...)
  • 12 Marini, op. cit., p.311 ; LZ, p. 814.

5Au ve siècle l’Arménie se retrouva divisée entre la Perse sassanide et l’Empire byzantin. Lors de la reconquête de l’Italie sous Justinien, au vie siècle, de nombreux contingents arméniens intégraient l’armée byzantine, et l’un des deux grands généraux de l’Empire, Narsès, était lui-même arménien. Plusieurs papyrus de Ravenne11, datés de la fin du vie et du début du viie siècle, parlent du Numerus armeniorum de l’armée byzantine, et le quartier de Classe s’appelait alors Armenia12.

  • 13 Theophanes, Chronographie, Leipzig, 1883, p. 469.
  • 14 Georgius Monachus Continuatus, Bonn, 1839, p. 392 ; P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Em (...)
  • 15 Theophanes, op. cit., p. 352.
  • 16 Theophanes Continuatus, III 18, Bonn, 1838, p. 107 ; Charanis, op. cit., p. 25 : LZ, p. 827.
  • 17 Mont Cassin, Biblioteca Casinense, Reg. Petri Diac. 163, fol. 64v ; LZ, p. 830 ; RA, p. 199.

6Le peuplement arménien concerna encore plus l’Italie du Sud et la Sicile, restées longtemps byzantines. Parfois on assista même à une installation forcée ; Constantin VI déplaça en Sicile des habitants du « thème des Arméniaques »13, parmi lesquels il devait y avoir bien des Arméniens, en 792, et le général Nicéphore Phocas installa en 885 des populations arméniennes en Calabre14. Plusieurs de ces Arméniens d’Italie méridionale laissèrent une trace dans l’histoire : citons l’usurpateur Mjej (Mezezios) au viie siècle15, le gouverneur de Sicile Mouchegh (Muselé)16 et le vainqueur de Bénévent Smbatik (Symbathicius)17 au ixe siècle.

  • 18 LZ, p. 825 ; AI, p. 30.
  • 19 D. Gravina, Vita e miracoli di S. Gregorio, Naples, 1655, p. 186 ; MO, p. 186 ; LZ, p. 874.
  • 20 H. Delahaye, « Hagiographie napolitaine », Analecta Bollandiana, 57 (1939), p. 5-64 ; P. Peteers, (...)

7De manière plus globale, on possède une série de faits et de documents prouvant une présence arménienne conséquente en Italie du Sud dans le haut Moyen Âge, qui s’explique très probablement par l’héritage de cette reconquête byzantine. Ainsi le fondateur de l’Église arménienne, saint Grégoire l’Illuminateur, est vénéré à Nardo, à Naples et à Palerme. Une partie de ses reliques aurait été transférée dans la première ville dès le viiie siècle et sa statue domine encore une façade de la place centrale18. Quelques siècles plus tard, son crâne aurait été transféré à Naples, où existent encore le quartier et l’église « San Gregorio Armeno », cette dernière offrant dans sa décoration intérieure des épisodes de la vie du saint19. Plus concrètement, on mit au jour en 1742 un énorme calendrier lapidaire où il est mentionné à trois reprises, avec en plus une mention des vierges martyres d’Arménie. Hripsimé et Gayané20 ; daté du ixe siècle, c’est un témoignage indubitable d’une présence arménienne dès cette époque dans la capitale de Campanie.

  • 21 F. Nitti de Vito, Codice diplomatico barese, t. IV, Bari, 1900, p. 8-10, 18 ; Fonseca, op. cit., p (...)
  • 22 LZ, p. 832, n. 69 ; Fonseca, op. cit., p. 186 s. ; L. Rota et al., Matera, storia di una città, Ma (...)
  • 23 T. Colamarco, Le carte della chiesa di S. Maria de gli Armeni in Forenza, Naples, 1995 ; G. Mongel (...)
  • 24 Fonseca, op. cit., p. 185 ; RA, p. 204.

8Les Pouilles et la Basilicate ne sont pas en reste. Un document notarié de Bari, daté de 990, porte une signature en arménien, et une église arménienne, Saint-Georges, y est signalée dès le xie siècle21. Une telle église correspond bien sûr à l’existence d’une communauté arménienne. En ce même siècle sont documentées les églises S. Maria de Armenis de Matera22 et de Forenza23. L’une des églises de cette dernière ville possède encore un tableau du xie siècle représentant la « Madonna dell’Armenia ». L’église arménienne de Matera existe toujours, de même que S. Andreas de Armenis à Tarente, mentionnée au xive siècle24.

Les Arméniens à Rome

  • 25 Vatican, loc. cit., ms. Vat. Gr. 1455 (I), fol. 45 : J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amp (...)
  • 26 Vatican, loc. cit., ms. Chig. F. IV. 75, fol. 8v ; RA, p. 198 ; Monasticon Italiae. t. I, Cesena, (...)
  • 27 G.B. De Rossi, Bolletino di Archeologia cristiana, 7 (1869), p. 89 ; A. Balgy, Historia Doctrinae (...)

9Rome constitue un cas à part à cause de toute la symbolique chrétienne qui s’y attache. Les actes du concile du Latran de 649 font état d’un « monastère des Arméniens » et d’un « monastère des Ciliciens »25. Ce dernier est situé sur le lieu du martyre de saint Paul, et la chronique de Benoît de Saint-André en attribue la fondation à Narsès26. Sur cet emplacement se dresse maintenant l’abbaye trappiste des Trois Fontaines, qui possède dans son cloître deux inscriptions arméniennes, de 1267 et de 130527. Y a-t-il eu continuité de la présence arménienne ? On ne peut l’affirmer.

  • 28 A. Balgian, Histoire de la doctrine catholique chez les Armeniens (en arménien), Vienne, 1878, p. (...)
  • 29 RA, p. 212-215.
  • 30 RA, p. 337sq.

10Au xiiie siècle en tout cas, la présence arménienne à Rome est amplement documentée : une inscription de 1246 au Quirinal, actuellement aux Musées du Vatican28, plusieurs manuscrits copiés et enluminés dans la Ville éternelle29 – le plus ancien connu est daté de 1239 –, et une église, Saint-Jacques-des-Arméniens, sur l’emplacement de la place Saint-Pierre. Cette église ayant dû être détruite, les Arméniens reçurent au xvie siècle l’église de Santa Maria Egiziaca, ex-Temple de la Fortune virile, qui fut échangée au xixe siècle contre l’église Saint-Blaise. À cette époque aussi fut fondé le Collège pontifical arménien, qui reste une sorte d’héritier de cette « Rome arménienne »30.

Les Arméniens en Italie centrale et septentrionale (xie-xiiie siècle)

  • 31 Acta Sanctorum, juillet VI, Anvers, 1729, p. 325 ; P. Golinelli, « La “Vita” di S. Simeone Monaco  (...)
  • 32 Acta Sanctorum, juin I, Anvers, 1695, p. 327sq. ; A. Saminiati, Riflessioni sopra la vita di S. Da (...)

11En Italie du Nord, deux témoignages isolés du xie siècle peuvent correspondre à des installations de petites communautés monastiques. Ce sont deux ermites arméniens émigrés en Italie, canonisés peu après leur mort et devenus saints protecteurs de leurs villes d’accueil : san Simeone à Mantoue31 et san Davino à Lucques32.

  • 33 P. Bertolina, « Gli Armeni a Pontecurone », Ad Limina Italiae (sous la dir. de B.L. Zekiyan), Veni (...)
  • 34 V. Langlois, Le Trésor des chartes d’Arménie, Venise, 1863, p. 105-108 ; C. Mutafian, Le royaume a (...)

12C’est toutefois un peu plus tard, à partir du xiiie siècle, qu’allait prendre son essor la présence de communautés arméniennes en Italie du Nord et du Centre, reflétée par tout un réseau d’églises et de domus, ou « maisons », jouant le rôle d’auberge et de lieu de rassemblement. On possède ainsi dès 1210 la mention du testament d’un riche habitant de Pontecurone, un bourg situé à mi-chemin entre Gênes et Milan sur la via Postumia romaine. Il léguait ses biens à des moines arméniens, à charge d’y construire un hospice pour les malades et les voyageurs33. On voit ici le double rôle, religieux et commercial, qui allait caractériser tous ces établissements arméniens en Italie. Les légataires sont appelés : « Révérends pères de Saint-Pierre de l’ordre de Saint Basile ». Ce terme de « Basiliens » s’appliquait alors à tous les religieux orientaux, supposés suivre la règle de Basile de Césarée. La situation de Pontecurone sur la route de Gênes vers l’intérieur, et le fait que cette donation suit de peu le privilège34 accordé aux Génois par le roi arménien de Cilicie Léon Ier en 1201, mettent l’accent sur le rôle commercial de cet établissement.

  • 35 M. W. Wojnar, Acta Innocentii PP. IV, Rome, 1962, p. 119 ; LZ, p. 863 ; RA, p.207.
  • 36 L. Alichan, L’Armeno-Veneto, Venise, 1893, t. I, p. 67sq. ; A. Hermet, La Venezia degli Armeni, Mi (...)
  • 37 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. arménien 112, fol. 293 ; R.H. Kévorkian et A. Ter Sté (...)
  • 38 MO, p. 199 ; LZ, p. 870.
  • 39 Mattévossian, op. cit., p. 546 ; LZ, p. 871.

13Les domus suivantes dont la mention nous est parvenue au xiiie siècle ont une position géographique qui va dans le même sens. On trouve ainsi une Armenis Domus à Ancône35 en 1248, sous la protection d’Innocent IV. Peu après, en 1253, c’est encore par un testament que les Arméniens de Venise reçurent une domus36. Sur la même côte Adriatique, à Rimini, une église arménienne Saints-Jean-et-Matthieu est signalée sur un colophon de 125437. Du côté tyrrhénien, on note en 1263 l’église Sainte-Croix des Arméniens de Sienne38, et vingt ans plus tard un colophon mentionne l’église et l’hospice Saint-Matthieu à Salerne39. À l’appui des motivations commerciales dues à des évidences géographiques manquent des noms de marchands arméniens. Les actes notariés sont muets sur ce point, et il faut supposer que ces marchands ont laissé peu ou pas de traces nominales.

  • 40 M.A. van den Oudenrijn, Linguae Haicanae Scriptores O.P., Berne, 1960, p. 269.
  • 41 G. Traina, « Materiali sulla presenza armena nella Perugia medievale ». Ad Limina..., op. cit., p. (...)
  • 42 RA, p. 156 sq., 167.

14Toujours au xiiie siècle, Pérouse, et éventuellement Orvieto, constituent des cas à part. Orvieto avait en 1288 une église arménienne du Saint-Esprit40. Quant à Pérouse, on possède plusieurs manuscrits arméniens qui y furent copiés dès le début du xive siècle. Mais auparavant l’église San Matteo degli Armeni est mentionnée en 1272, et en 1279 le roi arménien de Cilicie Léon II lui offrit un bréviaire, ce qui suppose que cette communauté arménienne était déjà bien connue41. Sa raison d’être n’est certainement pas commerciale, elle est probablement à chercher plutôt du côté franciscain. Nous sommes là en pleine terre franciscaine, et les frères mineurs étaient entrés en contact avec le monde arménien, en Cilicie et en Arménie, dès l’approche du milieu du xiiie siècle42. On peut donc supposer que ces contacts ont engendré une émigration, essentiellement monastique au début, d’Arméniens dans la région ombrienne.

Les implantations arméniennes en Italie au xive siècle

15Le xive siècle fut indubitablement l’âge d’or de l’émigration arménienne en Italie. L’une des raisons essentielles en était la décadence du royaume arménien de Cilicie, conséquence de la fin de l’alliance mongole. L’intensification des attaques mameloukes à partir de la Syrie provoqua la fuite de populations entières, en particulier des régions ciliciennes proches de la Syrie. La frontière était l’Amanus, appelé par les Francs « Montagne Noire », parsemé de couvents arméniens et syriens dont l’existence devenait de plus en plus précaire. D’où cette émigration des « Basiliens de la Montagne Noire » vers des terres dont les habitants étaient familiers, c’est-à-dire essentiellement en Italie ; tant les missions catholiques que la fréquentation des ports ciliciens par les navires génois ou vénitiens avaient en effet favorisé les contacts arméno-italiens.

  • 43 A. L. Tautu, Acta Clementis PP. V, Vatican, 1955. p. 19.
  • 44 A. C. Scolari, « La Chiesa de S. Bartolomeo... », Atti del primo simposio..., op. cit., p. 641-647 (...)

16Le premier jalon important fut posé à Gênes, lorsqu’en 1307 un banquier offrit un terrain à deux frères de « l’ordre de saint Basile en Arménie, originaires de la Montagne Noire d’Arménie »43. Dès l’année suivante fut posée la première pierre de l’église San Bartolomeo degli Armeni, qu’on peut encore voir dans la capitale ligure44. Les « moines barthélémites » devinrent célèbres dans la péninsule.

  • 45 RA, p. 221.
  • 46 A.L. Tautu, Acta Ioannis XXII, Vatican, 1952, p. 86-89 ; RA, p. 219.
  • 47 Tautu, Acta Clementis PP. V, op. cit., p. 102 ; RA. p. 219.

17Après Gênes, une fondation basilienne est attestée en 1308 à Padoue, avec sa « maison arménienne »45. Peu après, en 1321, les communautés arméniennes de Parme, Florence et Bologne font l’objet de recommandations de Jean XXII dans trois lettres datées du 8 octobre46. À cette époque la papauté voyait d’un œil très favorable ces installations, allant jusqu’à prendre le parti des Arméniens contre les Latins au cours de certains différends, comme ce fut le cas en 1312 à Fasioli (Manfredonia)47.

  • 48 Alichan, L’Armeno Veneto, op. cit., t. II, p. 212-214 ; RA, p. 230.
  • 49 A. L. Tautu, Acta Clementis PP. VI, Vatican, 1960, p. 63 ; Oudenrijn, op. cit., p. 262 ; LZ, p. 89 (...)
  • 50 F. Luzzati Laganà. « Fondazione e prime vicende del monastero armeno di S. Antonio... », Ad Limina (...)
  • 51 G.C. Tonduzzi, Historie di Faenza, Faenza, 1675, p. 436 ; LZ, p. 882.

18L’Archivio di Stato de Venise possède le testament, daté de 1341, d’une « Maria Armena » dont bénéficièrent les « maisons arméniennes » de Bologne. Pérouse, Sienne, Gênes, Orvieto et Venise48. À la même époque existaient aussi un couvent arménien à Milan49 et un monastère à Pise50 ; peu après, en 1374, on trouve des Basiliens arméniens installés à Faenza51, entre Bologne et Rimini.

  • 52 A. L. Tautu, Acta Innocenta PP. VI, Rome, 1961, p. 140 ; RA, p. 209, 230.
  • 53 LZ, p. 879 ; MO, p. 199 ; RA, p. 210.

19Une telle prolifération nécessitait une structure institutionnelle. En 1356, Innocent VI donna son accord à la création d’un prieuré général des Basiliens arméniens, à condition de passer à la règle de saint Augustin et d’adopter les constitutions dominicaines52. Dès lors se réunirent régulièrement des chapitres généraux. La « catholicisation », suivie d’une inévitable « italianisation », entraîna trois siècles plus tard la suppression de l’ordre. Celle-ci fut promulguée par Innocent X en 1650, alors qu’il ne restait plus que quatre maisons (Gênes, Pontecurone, Milan, Pavie) et pratiquement aucun frère arménien53.

Quelques aspects culturels arméniens en Italie

  • 54 G. Piombanti, La Certosa di Pisa, Livourne, 1884, p. 70-76 ; L. Carratori, Inventario dell’Archivi (...)

20De nombreux indices montrent qu’une telle population immigrée a laissé des traces en Italie. Près de Pise par exemple, la belle Chartreuse de Calci a été construite grâce au legs d’un marchand arménien de Pise, Mirantus (en arménien Mihran), en 136654. C’est là un bon exemple qui prouve que ces marchands arméniens, aux xiiie et xive siècles, ont pu exister sans laisser de trace dans les archives : on ne connaît ce marchand, pourtant très riche, que par cette donation.

  • 55 Leonardo da Vinci, Scritti letterari. Milan, 1997, p. 194-199 ; J.-P. Richter, The literary works (...)

21Dans un autre domaine, on a du mal à interpréter les nombreuses références à l’Arménie parsemées dans divers manuscrits de Léonard de Vinci. La plus spectaculaire figure dans les « Lettres arméniennes » que renferme le Codex Atlanticus de la Biblioteca Ambrosiana milanaise (1487). On y lit entre autres : « Me retrouvant moi-même dans ces parties d’Arménie », et il est fortement question du mont Taurus. Ce voyage supposé de l’auteur en Arménie reste très controversé. Comme il parle ailleurs de Chypre et de la Cilicie, il n’est pas exclu qu’il ait voyagé dans cette région, la Cilicie ayant continué à s’appeler souvent « Arménie » même après la chute du royaume. Quoi qu’il en soit, Léonard de Vinci a porté un intérêt constant à l’Arménie : une conséquence manifeste de la présence arménienne en Italie55.

  • 56 Bologne, Biblioteca Universitaria, cod. lat. 23, fol. 17 ; Acta Sanctorum, mai VI, Venise, 1739, p (...)
  • 57 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Plut. 20, 6, fol. 21 ; Id., ms. Plut. 62,2, fol. 12v (...)

22Une autre conséquence de cette présence concerne le domaine hagiographique. On a déjà signalé plusieurs saints arméniens patrons de villes italiennes. Ceux-ci étaient bien documentés. D’autres relèvent de la légende ou plutôt de certaines traditions, qui ne peuvent que refléter l’influence d’une présence arménienne. Ainsi, à Ancône, San Liberio serait, selon un manuscrit de sa biographie, « fils du roi d’Arménie »56. On ne connaît aucune assise historique justifiant cette affirmation. De même, à Florence, on voit sur la superbe mosaïque du xiiie siècle ornant l’abside de l’église San Miniato al Monte le portrait de ce saint protecteur de Florence, avec la légende « S. Miniatus rex Erminie ». Certaines des biographies confirment cette ascendance royale arménienne, avec le nom arménien Minas. D’autres copies l’ignorent, et des historiens florentins comme Brocchi dénoncent une invention de toutes pièces de la part des Basiliens arméniens de la ville57.

  • 58 Florence, loc. cit., ms. Plut. 89 Sup 11, fol. 85v ; G. Boffito, Gli Armeni a Firenze e un oscuro (...)
  • 59 Florence, loc. cit., ms. Plut. 42, 11, p. 632 ; F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, éd. V. Pernicone (...)
  • 60 Florence, loc. cit., ms. Plut. 40, 48, fol. 74 ; RA, p. 233.
  • 61 Burchiello, I Sonetti, Florence, 1481, p. 35 ; RA, p. 234.
  • 62 B. Varchi, Opere, t. II, Trieste, 1859, p. 59 ; G. Richa, Notizie istoriche delle chiese florentin (...)

23Ces Arméniens formaient une population relativement importante de la capitale toscane aux xive et xve siècles. On en trouve l’écho dans la littérature ; ainsi, dans son poème « L’Acerba », Cecco d’Ascoli parle des « Arméniens criant Sorpi, Sorpi »58. Ce mot « Sorpi » correspond à l’arménien « Sourp » qui veut dire « Saint », et montre que la célébration de la messe arménienne était familière à Florence. A la même époque, Franco Sacchetti, dans ses nouvelles, met en scène « deux frères arméniens » dans des rôles de charlatans59, et Burchiello, au xve siècle, évoque les « vêpres des Arméniens »60. Dans un autre de ses sonnets, il parle de la zolfa, c’est-à-dire la « rengaine », des Arméniens61. Le mot, correspondant au caractère incompréhensible de la langue arménienne, est repris au siècle suivant par Benedetto Varchi : « Quand on ne comprenait pas quelque chose, on avait coutume de dire que c’était la zolfa des Arméniens »62.

La dernière vague arménienne en Italie (xviie-xviiie siècle)

  • 63 R. H. Kévorkian, Catalogue des « incunables » arméniens. Genève, 1986, p. 153-165 ; RA, p. 265-267
  • 64 Ibid., p. 23-27 ; AI, p. 94-97 ; RA, p. 260-262.
  • 65 MO, p. 177sq. ; AI, p. 40-42 ; Hermet, op. cit., p. 119-140 ; RA, p. 267-275.

24À partir du xviie siècle, 1’« italianisation » de cette vague médiévale d’immigration n’entraîna pas la disparition de toute communauté arménienne dans la péninsule, loin de là. Toutefois la structure et le profil changèrent, avec une concentration en trois pôles. Rome conservait son pouvoir d’attraction, surtout après la création en 1622 de la Congrégation de la « Propaganda Fide » destinée entre autres aux chrétiens orientaux63. Mais c’est Venise qui affirmait de plus en plus sa suprématie, surtout depuis l’invention de l’imprimerie : les premiers livres au monde imprimés en arménien étaient sortis des presses vénitiennes dès le début du xvie siècle64. Deux cents ans plus tard, l’installation sur l’île de Saint-Lazare de la congrégation catholique arménienne des Mekhitaristes65 consacra la prépondérance de la Sérénissime, avec ce pôle d’attraction culturelle qui subsiste de nos jours.

  • 66 MO, Gli Armeni lungo..., op. cit., p. 23-72, 161-192 ; L. Paolini, La presenza armena a Livorno, L (...)

25À ces deux centres traditionnels de l’« Italie arménienne » s’ajouta au xviie siècle un nouveau venu à l’essor fulgurant, Livourne. Sa création fut purement commerciale : à la fin du xvie siècle, les grands-ducs de Toscane invitèrent les marchands orientaux, en particulier les Arméniens, à exercer leur activité dans ce port destiné à remplacer celui de Pise, ensablé. La « nation arménienne » de Livourne devint vite très prospère, à la fois matériellement et culturellement. Elle avait son propre consul, et inaugura au début du xviiie siècle son église, détruite durant la Seconde Guerre mondiale par les bombardements américains66.

  • 67 RA, p. 289-293.
  • 68 MO, p. 166-174 ; AI, p. 108sq. ; Hermet, op. cit., p. 95-118 ; C. Bonardi, « Gli Sceriman di Venez (...)

26Le commerce arménien en Italie avait donc un centre sur chacune des deux rives de la péninsule. Ces deux pôles étaient très liés entre eux, et également à un troisième, bien lointain, en Iran. Au début du xviie siècle le chah Abbas Ier déporta toute la population arménienne de la vallée de l’Araxe dans un quartier périphérique de sa capitale, Ispahan67. Le but était double : laisser une « terre brûlée » à l’ennemi ottoman et utiliser la réputation des Arméniens pour la prospérité de la ville. Le faubourg de la Nouvelle Djoulfa (du nom de la ville d’origine sur la rive de l’Araxe), où vit encore une population arménienne, devint effectivement très vite un centre incontournable du commerce entre l’est et l’ouest. Les grandes familles fondèrent des filiales dans les principaux ports. C’est ainsi que se forma un triangle Livourne-Venise-Ispahan, qui contrôlait une grande partie du commerce méditerranéen. Certaines de ces familles ont amassé de grosses fortunes en Italie, comme les Mirmanian (en italien Mirman) et surtout les Chahrimanian (alias Sceriman). propriétaires de plusieurs palais vénitiens dont l’actuel « Palazzo della regione Veneto »68. Après la « vague byzantine » et la « vague basilienne », cette troisième émigration arménienne en Italie se fondit, elle aussi, peu à peu dans le creuset local.

27À l’heure actuelle, les quelque deux mille Arméniens d’Italie, essentiellement concentrés à Milan, sont en majorité des représentants d’une immigration récente due au génocide de 1915. Mais les traces arméniennes en Italie sont encore nombreuses, témoignages d’un riche passé commun.

Notes

1 Les principaux ouvrages généraux sur le sujet seront désignés par les abréviations suivantes :
LZ – L. B. Zekiyan, « Le colonie armene del Medio Evo in Italia », Atti del primo simposio internazionale di arte armena, Venise, 1978, p. 803-946.
AI – B. L. Zekiyan (sous la dir. de), Gli Armeni in Italia, Rome, 1990.
MO – Mesrop Oughourlian, Storia della colonia armena di Livorno, trad. et rév. A. Orengo, Livourne, 1990.
RA – C. Mutafian (sous la dir. de), Roma-Armenia, Rome, 1999.

2 Strabon (XI 15) ; Trogue-Pompée (Justin XL) ; Plutarque (Lucullus, Pompée) : Florus (I 40, II 32) ; Appien (Syr. 48. Mithr. 71 ss.) ; Dion Cassius (XXxvI) ; Eutrope (VI 10s.).

3 Properce (I 9,19 ; III 12, 8 ; IV 3. 35) ; Tibulle (I 5. 36 ; III 6, 15 ; III 7. 143) ; Virgile (Bucoliques V 29. 8).

4 Virgile (Enéide VIII 728). Repris par plusieurs auteurs, dont Stace (Silves I 4,78). Sénèque (Nat. Quaest. VI 17. 1), Quintilien (VIII 6, 11).

5 Juvénal (VI 550) ; Pline (Nat. Hist. XXX 17).

6 Pline (Nat. Hist. XXX 17) ; Tacite (Annales XV) ; Suétone (Nér. 13) ; Dion Cassius (lxii s.).

7 Eunape (Philostratus and Eunapius, éd. et trad. anglaise W. Wright, Cambridge, Mass., 1921, rééd. 1998, p. 476-515) ; Libanius (Lettre 278) ; Julien l’Apostat (Lettre 31).

8 M.-L. Chaumont, « Trois épitaphes latines », Bazmavep, 146 (1988), p. 202-207 ; AI, p. 32 ; RA p. 73.

9 Chaumont, op. cit., p. 192-202 ; AI, p.32 ; RA, p. 73sq.

10 III 62.

11 Ravenne, Archivio Arcivescovile, Pap. II/2 et III ; Vaticano, Biblioteca Apostolica, Pap. Lat. 7 ; G. Marini, I Papiri Diplomatici, Rome, 1805, p. 147, 169, 187 ; J.-O. Tjäder, Die nicht-literarischen lateinischen Papyri Italiens, Lund, 1955, p. 358-367 ; A. Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’Empire byzantin, Rome, 1969, p. 148, 156, 158 ; RA, p. 198.

12 Marini, op. cit., p.311 ; LZ, p. 814.

13 Theophanes, Chronographie, Leipzig, 1883, p. 469.

14 Georgius Monachus Continuatus, Bonn, 1839, p. 392 ; P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne, 1963. p. 16 ; Fonseca, « Tra gli Armeni dell’Italia Meridionale », Atti ciel primo simposio..., op. cit., p. 182.

15 Theophanes, op. cit., p. 352.

16 Theophanes Continuatus, III 18, Bonn, 1838, p. 107 ; Charanis, op. cit., p. 25 : LZ, p. 827.

17 Mont Cassin, Biblioteca Casinense, Reg. Petri Diac. 163, fol. 64v ; LZ, p. 830 ; RA, p. 199.

18 LZ, p. 825 ; AI, p. 30.

19 D. Gravina, Vita e miracoli di S. Gregorio, Naples, 1655, p. 186 ; MO, p. 186 ; LZ, p. 874.

20 H. Delahaye, « Hagiographie napolitaine », Analecta Bollandiana, 57 (1939), p. 5-64 ; P. Peteers, « S. Grégoire l’Illuminateur... », Analecta Bollandiana, 60 (1942), p. 91-128 ; N. Akinian, « Les fêtes de saint Grégoire l’Illuminateur... » (en arménien), Handes Amsorya, 61 (1947), col. 600-614 ; RA, p. 238 : Fonseca, op. cit., p. 187.

21 F. Nitti de Vito, Codice diplomatico barese, t. IV, Bari, 1900, p. 8-10, 18 ; Fonseca, op. cit., p. 183 ; RA, p. 200 s.

22 LZ, p. 832, n. 69 ; Fonseca, op. cit., p. 186 s. ; L. Rota et al., Matera, storia di una città, Matera, 1981, p. 152.

23 T. Colamarco, Le carte della chiesa di S. Maria de gli Armeni in Forenza, Naples, 1995 ; G. Mongelli, Abbazia di Montevergine, Regesto delle Pergamene, t. II. Rome, 1957, p. 32, 34 ; RA, p. 201.

24 Fonseca, op. cit., p. 185 ; RA, p. 204.

25 Vatican, loc. cit., ms. Vat. Gr. 1455 (I), fol. 45 : J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. X, Florence, 1764, col. 903 ; Ch.-J. Hefele (trad. H. Leclercq), Histoire des conciles, t. III, Paris, 1909, p. 439 ; LZ, p. 833s. ; E. Pétchiguian, « Restes et traces arméniens en Italie » (en arménien), Pazmaveb, 91 (1933), p. 297 ; RA, p. 120.

26 Vatican, loc. cit., ms. Chig. F. IV. 75, fol. 8v ; RA, p. 198 ; Monasticon Italiae. t. I, Cesena, 1981, p. 84 ; G. Zucchetti, Il Chronicon di Benedetto, Rome, 1920, p. 32.

27 G.B. De Rossi, Bolletino di Archeologia cristiana, 7 (1869), p. 89 ; A. Balgy, Historia Doctrinae Catholicae inter Armenos, Vienne. 1878, p. 60sq. ; Pétchiguian, op. cit., p. 298 ; LZ, p. 834sq. ; RA, p. 120, 212.

28 A. Balgian, Histoire de la doctrine catholique chez les Armeniens (en arménien), Vienne, 1878, p. 54s. ; Pétchiguian, op. cit., p. 298sq. ; RA, p. 212sq.

29 RA, p. 212-215.

30 RA, p. 337sq.

31 Acta Sanctorum, juillet VI, Anvers, 1729, p. 325 ; P. Golinelli, « La “Vita” di S. Simeone Monaco », Studi Medievali, 3e série, 20, 2 (1979), p. 709-788 ; MO, p. 187sq. ; P. Halfter, Das Papsttum und die Armenier..., Weimar, 1996. p. 110sq. ; RA, p. 241-244.

32 Acta Sanctorum, juin I, Anvers, 1695, p. 327sq. ; A. Saminiati, Riflessioni sopra la vita di S. Davino Armeno, Lucques, 1700 ; Vita di S. Davino Armeno, Lucques, 1899 ; RA, p. 238-241.

33 P. Bertolina, « Gli Armeni a Pontecurone », Ad Limina Italiae (sous la dir. de B.L. Zekiyan), Venise, 1996, p. 73-95 ; RA, p. 216sq.

34 V. Langlois, Le Trésor des chartes d’Arménie, Venise, 1863, p. 105-108 ; C. Mutafian, Le royaume arménien de Cilicie, Paris, 1993. p. 118.

35 M. W. Wojnar, Acta Innocentii PP. IV, Rome, 1962, p. 119 ; LZ, p. 863 ; RA, p.207.

36 L. Alichan, L’Armeno-Veneto, Venise, 1893, t. I, p. 67sq. ; A. Hermet, La Venezia degli Armeni, Milan, 1993, p. 37-48 ; RA, p. 184.

37 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. arménien 112, fol. 293 ; R.H. Kévorkian et A. Ter Stépanian, Manuscrits arméniens de la Bibliothèque nationale de France, Paris, 1998, col. 364 ; A. Mattévossian, Colophons de manuscrits arméniens, xiiie siècle (en arménien), p. 275 ; RA, p. 207.

38 MO, p. 199 ; LZ, p. 870.

39 Mattévossian, op. cit., p. 546 ; LZ, p. 871.

40 M.A. van den Oudenrijn, Linguae Haicanae Scriptores O.P., Berne, 1960, p. 269.

41 G. Traina, « Materiali sulla presenza armena nella Perugia medievale ». Ad Limina..., op. cit., p. 97-113 : G. Casagrande, « S. Matteo degli Armeni... ». ibid., p. 115-127 ; Mattévossian, op. cit.. p. 489 ; LZ, p. 865-868 ; RA, p. 207sq., 229.

42 RA, p. 156 sq., 167.

43 A. L. Tautu, Acta Clementis PP. V, Vatican, 1955. p. 19.

44 A. C. Scolari, « La Chiesa de S. Bartolomeo... », Atti del primo simposio..., op. cit., p. 641-647 ; MO, p. 195 ; Oudenrijn. op. cit., p. 259-262 ; V. Hovhannessian, « Une église arménienne à Gênes » (en arménien), Pazmaveb, 116 (1958), p. 175-180 ; RA, p. 216-218.

45 RA, p. 221.

46 A.L. Tautu, Acta Ioannis XXII, Vatican, 1952, p. 86-89 ; RA, p. 219.

47 Tautu, Acta Clementis PP. V, op. cit., p. 102 ; RA. p. 219.

48 Alichan, L’Armeno Veneto, op. cit., t. II, p. 212-214 ; RA, p. 230.

49 A. L. Tautu, Acta Clementis PP. VI, Vatican, 1960, p. 63 ; Oudenrijn, op. cit., p. 262 ; LZ, p. 891 ; RA, p. 229.

50 F. Luzzati Laganà. « Fondazione e prime vicende del monastero armeno di S. Antonio... », Ad Limina..., op. cit., p. 129-148 ; Id., « Aspetti dell’insediamento religioso armeno in Pisa nel Trecento », Gli Armeni lungo le strade d’Italia, Pise-Rome, 1998. p. 13-22 ; Tautu, op. cit., p. 226 ; LZ, p. 898-900 ; RA, p. 229s.

51 G.C. Tonduzzi, Historie di Faenza, Faenza, 1675, p. 436 ; LZ, p. 882.

52 A. L. Tautu, Acta Innocenta PP. VI, Rome, 1961, p. 140 ; RA, p. 209, 230.

53 LZ, p. 879 ; MO, p. 199 ; RA, p. 210.

54 G. Piombanti, La Certosa di Pisa, Livourne, 1884, p. 70-76 ; L. Carratori, Inventario dell’Archivio della Certosa di Calci, Pise, 1990, p. 14sq. ; LZ, p. 900 ; MO, p. 192sq. ; Luzzati, Gli Armeni..., op. cit., p. 15sq. ; RA, p. 233.

55 Leonardo da Vinci, Scritti letterari. Milan, 1997, p. 194-199 ; J.-P. Richter, The literary works of Leonardo da Vinci, Londres, 1883, p. 187, 261, 267 ; Hermet, op. cit., p. 67-72 ; LZ, p. 924 ; AI, p. 101 ; RA, p. 231sq.

56 Bologne, Biblioteca Universitaria, cod. lat. 23, fol. 17 ; Acta Sanctorum, mai VI, Venise, 1739, p. 73 ; G. Speciali, Notizie istoriche de Santi Protettori della città d’Ancona, Venise, 1759, p. 142-159 ; A. Peruzzi, La chiesa anconitana, Ancône, 1845, p. 23-33 ; MO, p. 178 ; LZ, p. 840 ; RA, p. 244sq.

57 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Plut. 20, 6, fol. 21 ; Id., ms. Plut. 62,2, fol. 12v ; Acta Sanctorum, oct. XI, Bruxelles, 1864, p. 415-432 ; G. Kaftal, Iconography of the Saints in Tuscan painting, Florence, 1952, p. 744 ; G.-M. Brocchi, Vite de Santi Beati Fiorentini, t. I, Florence, 1742, p. 17sq. : RA, p. 245-248.

58 Florence, loc. cit., ms. Plut. 89 Sup 11, fol. 85v ; G. Boffito, Gli Armeni a Firenze e un oscuro passo dell’« Acerba » interpretato, Florence, 1937 : L’Acerba, éd. A. Crespi, Florence, 1927, p. 402 ; RA, p. 233.

59 Florence, loc. cit., ms. Plut. 42, 11, p. 632 ; F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, éd. V. Pernicone, Florence, 1946, p. 563 ; RA, p. 233.

60 Florence, loc. cit., ms. Plut. 40, 48, fol. 74 ; RA, p. 233.

61 Burchiello, I Sonetti, Florence, 1481, p. 35 ; RA, p. 234.

62 B. Varchi, Opere, t. II, Trieste, 1859, p. 59 ; G. Richa, Notizie istoriche delle chiese florentine..., t. VIII, Florence, 1759, p. 288 ; MO, p. 204 n. 24 ; RA, p. 234.

63 R. H. Kévorkian, Catalogue des « incunables » arméniens. Genève, 1986, p. 153-165 ; RA, p. 265-267.

64 Ibid., p. 23-27 ; AI, p. 94-97 ; RA, p. 260-262.

65 MO, p. 177sq. ; AI, p. 40-42 ; Hermet, op. cit., p. 119-140 ; RA, p. 267-275.

66 MO, Gli Armeni lungo..., op. cit., p. 23-72, 161-192 ; L. Paolini, La presenza armena a Livorno, Livourne, 1990 ; P. Castignoli et L. Frattarelli Fischer, Le Livornine, Livourne, 1987 ; RA, p. 295-302.

67 RA, p. 289-293.

68 MO, p. 166-174 ; AI, p. 108sq. ; Hermet, op. cit., p. 95-118 ; C. Bonardi, « Gli Sceriman di Venezia... ». Ad Limina..., op. cit., p. 229-250 ; Gli Armeni lungo..., op. cit., p. 103-160 ; RA, p. 302-307.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540