Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Migrants Arméniens et Grecs en Mediterranée

Reconquête territoriale et immigration arménienne dans l’aire cilicienne sous les empereurs macédoniens (de 867 à 10281)

Gérard Dédéyan

Testo integrale

Introduction

  • 1 Cette étude tente de compléter celle que nous avons faite sur « Le rôle des Arméniens en Syrie du N (...)
  • 2 R. Grousset, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, 3e édition, Paris, 1995 (dorénavant Grousse (...)
  • 3 L. Alishan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, trad. française, Venise, 1899 (dorénavant Alishan. Sissou (...)
  • 4 N. Adontz, Armenia in the Period of Justinian, trad. de Nina G. Garsoïan, Lisbonne, 1970 (Bibliothè (...)
  • 5 Ibid., p. 137. Mélitène en l’ait également partie.
  • 6 Ibid., p. 156-157.
  • 7 Sur l’occupation arabe en Cilicie, cf. M. Canard, « Cilicie », Encyclopédie de l’Islam, 1ère éditio (...)
  • 8 Sur Tarse sous la domination arabe, cf. F. Buhl, « Tarsus », dans EI2, t. IV, p. 712-713.
  • 9 M. Canard. « Quelques observations sur l’introduction géographique de la Bughyat at-Talab de Kamâl (...)
  • 10 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au début d (...)
  • 11 L’émir de Tarse ‘Alî ibn Yahyâ, dit al-Armani, qui gouverna la Cilicie au milieu du ixe siècle étai (...)
  • 12 Alishan, Sissouan, p. 37.
  • 13 L. Bréhier. Vie et mort de Byzance, 2e édition, Paris, 1969 (dorénavant, Bréhier, Byzance), p. 60 ; (...)

1La présence des Arméniens en Cilicie – leur débouché sur la Méditerranée à travers la Cappadoce – est perceptible dès l’Antiquité. Tigrane le Grand, vers 84 avant Jésus-Christ, se vit offrir la couronne séleucide par les Syriens, impressionnés par son expansion territoriale, et occupa Antioche et la Cilicie2. Mais c’est dans l’Anti-Taurus et la haute vallée du Saros et du Pyramos, à la jonction de la Cappadoce et de la Cilicie, que les Arméniens apparaissent le plus tôt : saint Jean Chrysostome, patriarche de Constantinople, exilé par la cour impériale dans la région de Koukousos à la fin du ive siècle, trouve le pays rempli d’Arméniens, accompagnés de leur évêque3 ; de fait, la réforme administrative, mise en place dans le courant du ive siècle par les empereurs romains, laisse apparaître une Arménie Mineure intégrant dans l’Armenia II, Komana, Arabissos et Koulousos4. Nous retrouvons ces villes, plus Ariarathea et Arqa, dans l’Armenia III créée par la réforme administrative de Justinien au ive siècle5. Il ne s’agit pas uniquement d’une Arménie nominale. Si Justinien utilise pour les trois provinces, géographiquement rattachées à la Cappadoce, la dénomination d’Arménie, c’est sans doute qu’il y a eu un exode non négligeable des Arméniens en direction de ces régions6. La conquête de l’Armenia III et de la Cilicie par les Arabes7, avant le milieu du viie siècle, recouvrit ce premier substrat ethnique. Il subsista néanmoins quelques îlots : si les émirs de Tarse8 faisaient souvent appel, avant la Reconquête byzantine, à des guides arméniens dont ils entretenaient les familles9, c’est qu’avait pu se maintenir, vers les passes montagneuses de l’Anti-Taurus, une population arménienne10. Certaines des villes ciliciennes reconquises dans les années soixante du xe siècle par Nicéphore Phokas devaient comporter, entre autres chrétiens, une minorité arménienne ; La Tactique de Nicéphore Ouranos (début du xie siècle), qui emprunte largement aux Préceptes de Nicéphore Phokas, nous dit qu’après avoir proposé aux assiégés une reddition immédiate, le général en chef devait ajouter : « Tous les Magarites [musulmans d’adoption], Arméniens et Syriens de la place qui ne seront pas réfugiés chez nous avant la chute de la place seront décapités »11. Mais, avant le retour en force des Arméniens à la fin du xe siècle, à la suite des Grecs, la Cilicie fut fortement islamisée lors de l’expansion musulmane. La pénétration des Arabes en Cilicie date de 64112 ; elle prit, avec un élan irrésistible, le relais de quelques attaques perses aux vie-viie siècles13. Dès lors, pendant trois siècles, la Cilicie fut la principale base des attaques maritimes et terrestres des musulmans. Au début du ixe siècle, l’incurie de l’impératrice Irène permit au calife de Bagdad de constituer autour de Tarse une véritable marche.

1. L’offensive des Macédoniens contre le dâr al-islâm

1.1. L’accès aux passes du Taurus

  • 14 Ibid., p. 117-118.
  • 15 Les campagnes de Nicéphore Phokas l’Ancien en Asie Mineure précèdent celles d’Italie du Sud : cf. H (...)

2Les empereurs de la dynastie macédonienne, d’ascendance arménienne pour la plupart, reprirent pied en Cilicie dès la fin du xe siècle : Basile Ier s’empara en 877 de Loulon (Lou’lou’a), proche des Portes de la Cilicie et battit les Arabes dans ces mêmes passes ciliciennes en 878 ; en 879, descendant dans la plaine, il attaqua Adana14, secondant Nicéphore Phokas l’Ancien et ses Pauliciens (dont une partie était de souche arménienne), qui préludaient en Cilicie à leurs exploits siciliens15.

  • 16 Bréhier, Byzance. p. 117-118.
  • 17 Dans la moyenne vallée du Karmalas.
  • 18 Sur le haut Saros.
  • 19 J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam, Paris. 1919, p. 258-259.
  • 20 E. Honigmann, Die Ostgrenze des byzantinischen Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles, 1935 (dorénavan (...)
  • 21 M. Canard, Histoire de la Dynastie des Hamdânides de Jazira et de Syrie, Paris, 1953 (dorénavant Ca (...)

3Détourné de l’Orient par un deuil familial, Basile Ier y revint en 882. La défaite retentissante de l’un de ses stratèges devant Tarse, en 883, mit un terme aux opérations en Cilicie16. Au total, avec l’occupation de Loulon, de Fraktin17, de Kaïsos18, ainsi que la soumission de l’émir de Koukousos, l’Empire, à la mort du premier Macédonien, avait les clefs des passes du Taurus19. Dans la première moitié du xe siècle, on ne peut guère signaler que deux expéditions des Grecs en Cilicie : celle de novembre-décembre 915, où le stratège de Lykandos, Meleh (Mélias) le Grand entreprenait contre Marach et Tarse une campagne de représailles au terme de laquelle il aurait emmené avec lui cinquante mille prisonniers20, et celle de janvier 942, où les Grecs arrivèrent à Hamoûs, aux abords môme de la Syrie, et firent environ quinze mille prisonniers21.

  • 22 Canard, Hamdânides..., p. 748.
  • 23 Ibid., p. 726-727.
  • 24 Ibid., p. 731.

4De la mort de Basile Ier à l’avènement de Romain Lécapène, l’Empire byzantin ne marqua aucun progrès sur le front d’Orient, à la fois en raison de l’inertie gouvernementale et du danger bulgare22. Avec Romain Lécapène (919-944), l’esprit offensif revint, grâce à la conclusion de la paix avec les Bulgares, en 92423, et à la compétence de généraux de souche arménienne comme Jean Kourkouas, Domestique des Scholes en 923, ou son frère Théophile, stratège de Chaldie24.

1.2. Aux marches de la Cilicie : Lykandos et Marach

  • 25 Ibid., p. 752-753.
  • 26 Ibid., p. 755.
  • 27 Ibid., p. 764-770.
  • 28 Ibid., p. 775.
  • 29 Ibid., p. 779.
  • 30 Ibid., p. 783.
  • 31 G. Schlumberger. Un Empereur byzantin au xe siècle, Nicéphore Phocas (dorénavant Schlumberger, Nicé (...)
  • 32 Ibid., p. 196-222, et Canard. Hamdânides, p. 805-809 (cf. aussi E. Honigmann. « Marach ». dans EI2, (...)
  • 33 Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 222-251, et Canard, ibid., p. 809-817.

5L’Empire, alors que le Califat était sur la défensive, visa à la récupération de ses anciens territoires. Toutefois les attaques qu’il mena visèrent beaucoup plus à soutenir l’Arménie contre les musulmans et à faire reculer la puissance arabe en Mésopotamie ou en Euphratèse (occupation de Mélitène en 934, puis du Handzit’), qu’à dégager la Syrie du Nord25. L’installation à Alep en 944 de l’émir hamdânide Sayf al-Dawla amena un déplacement du front vers le sud-ouest26 ; mais les tentatives du nouveau Domestique des Scholes, Bardas Phokas, pour pénétrer en Cilicie, malgré une retentissante victoire à Marach en 950 (« La Campagne du Désastre » pour les biographes de l’émir d’Alep27), firent vite place à une tactique purement défensive dans la région de l’Euphratèse, tactique qui aboutit à la perte de Marach en 95328 et de Hadath en 95429. Nicéphore Phokas, nommé Domestique des Scholes en 95530, allait faire oublier les désastres de son père et préluder à ses victoires en Cilicie par la conquête de la Crète, en 96131. En 962, il effectua pour le compte de l’empereur Romain II deux campagnes en Cilicie, au cours desquelles il se serait emparé d’une cinquantaine de forteresses ; il réussit en tout cas à occuper temporairement Anazarbe, porte de la Syrie, ainsi que les passes de l’Amanus, et à annexer Marach32. Il envahit même la Syrie proprement dite, où Alep ne dut son salut qu’à la résistance de sa citadelle33.

1.3. La conquête de la Cilicie, constituée en base opérationnelle

  • 34 Schlumberger, ibid., p. 399-406, et Canard. Hamdanides, p. 817-819.
  • 35 Cf. Treadgold, Byzantine State, p. 501 ; A.-H. De Groot. « Kubrus », dans EI2, t. V, p. 302.
  • 36 Schlumberger, Nicéphore Phocas. p. 422-425.
  • 37 Ibid., p. 480-490 et p. 495-540. et Canard, Hamdanides, p. 819-823. Synnéphion. dans l’Amanus, corr (...)

6L’année 963, où Nicéphore Phokas accéda au trône impérial, se signala par les premières interventions de l’Arménien Jean Tzimiskès. Domestique des Scholes d’Orient, en Cilicie ; ce dernier, sans mener de campagne décisive, réussit au moins à infliger une défaite spectaculaire à l’émir de Tarse sous les murs d’Adana entre la fin de décembre 963 et le début de janvier 96434. Les années 964-965 sont marquées par le triomphe définitif des Byzantins sur les Hamdânides d’Alep. Nicéphore Phokas, solidement installé sur le trône, put à loisir faire de Césarée de Cappadoce sa base d’approvisionnements et d’armements, alors que les émirs ciliciens se voyaient privés, dans l’hiver 964-965, du secours de l’île de Chypre, conquise par la flotte byzantine quatre ans après la Crète35. La campagne du printemps 964 permit à Nicéphore d’occuper, entre autres places fortes, Anazarbe et Adana36 ; celle de 965, avec la reddition de Mesis, de Tarse et de Synnéphion, consacra la chute définitive de la Cilicie et ouvrit aux armées byzantines les portes de la Syrie et de la Mésopotamie37.

  • 38 Schlumberger, Nicéphore Phocas. p. 700-704, et Canard. Hamdanides, p. 831.
  • 39 Schlumberger, ibid., p. 716-728 ; Canard, ibid., p. 832 ; J.-Cl. Cheynet, « La famille Bourtzès », (...)
  • 40 Schlumberger, ibid., p. 728-733, et Canard, ibid., p. 832-837.
  • 41 Kédrénos, Bonn, II, p. 381.
  • 42 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles. Paris, 1972 (dorénavant. (...)
  • 43 En 934. Mélitène avait été simplement réduite à l’état d’émirat vassal.
  • 44 Cf. Bréhier, Byzance. p. 173 ; Treadgold, Byzantine State, p. 511-512, et p. 950. n. 26, qui rend c (...)

7De fait, dans le dernier trimestre de 968. Nicéphore Phokas dirigea une campagne victorieuse en Syrie du Nord, où il s’empara des principales places fortes de l’Oronte38, campagne qu’il entama à partir de Baghrâs, d’Antioche, qui ne tomba qu’en octobre 969 sous les efforts de Pierre Phokas et Michel Bourtzès39. Peu après, l’émirat hamdânide d’Alep devenait, pour quelque temps, vassal de l’Empire40. Les conquêtes effectuées par Nicéphore Phokas nécessitaient néanmoins d’être consolidées, car, de l’aveu de Kédrénos « les villes qui avaient été arrachées aux Arabes par Nicéphore Phokas, en Cilicie, en Phénicie et en Coelè-Syrie étaient, de fait, au bord de la défection, parce qu’on avait enlevé à Nicéphore l’occasion de les organiser et de les fortifier »41. Empereur en 969, Jean Tzimiskès dut en effet rétablir l’autorité byzantine sur certaines villes frontalières conquises par son prédécesseur, lors de sa campagne de 97542. Malgré la prise définitive de Mélitène en 97343 et des succès en Mésopotamie, il fit plutôt effort vers la région syro-palestinienne, à partir du duché d’Antioche. Lointain prélude à la création des comtés de Tripoli et du royaume de Jérusalem, il soumit en 975 de nombreuses villes libanaises ou palestiniennes, menaçant même Jérusalem. La Syrie intérieure elle-même était atteinte puisque le gouverneur de Damas entrait dans l’obédience byzantine44.

  • 45 Bonn. II. op. cit., p. 489-490.
  • 46 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fâtimide (359-468/969-1076), 2 vol., Damas, 1986 (...)

8Répartissant son effort militaire sur quatre fronts, l’Italie, les Balkans, la Transcaucasie et la Syrie, Basile II, dans cette dernière région, ne put conserver toutes les conquêtes de Jean Tzimiskès. Kédrénos constate que les problèmes balkaniques ont provoqué un recul en Syrie : « Mais Basile, qui commanda après eux [Nicéphore Phokas et Jean Tzimiskès], d’abord occupé par la guerre civile, ensuite tout à la guerre contre Samuel, n’avait pas eu la possibilité de régler la situation en Orient, mais y avait de temps en temps appliqué son esprit comme en rêve et, y ayant pourvu tant bien que mal, s’était totalement consacré à la soumission du peuple bulgare. Cela permit aux villes d’Orient de quelque puissance de secouer le joug des Romains et de recouvrer la liberté45 ». Néanmoins, fortement appuyé sur le duché d’Antioche, Basile maintint la frontière byzantine presque aux abords de Tripoli. Face aux Fatimides d’Égypte, lesquels avaient pris la place des Hamdânides d’Alep sur le front syrien, la Cilicie et l’Antiochène servaient de bases à toutes les expéditions46.

9Un siècle d’efforts, depuis la prise de Loulon jusqu’à la chute d’Antioche, avait permis l’occupation du territoire cilicien, en même temps que son intégration aux structures administratives de l’Empire.

2. L’intégration administrative des territoires conquis

2.1. Les premiers thèmes de peuplement arménien : Lykandos, Séleucie

  • 47 H. Ahrweiler. « La frontière et les frontières de Byzance en Orient ». Actes du 14e Congrès interna (...)
  • 48 Mélias pour les Byzantins. Sur la date de la création de ce thème, cf. Dédéyan, « Mleh le Grand », (...)
  • 49 E. Honigmann situe le thème de Lykandos beaucoup plus à l’est, sur le cours supérieur du Pyramos (O (...)
  • 50 Honigmann, Ostgrenze, p. 67.
  • 51 Ibid., p. 67.
  • 52 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 299.

10Le premier tournant, dans la restructuration administrative, fut marqué par Léon VI le Sage (886-912) auquel on doit la fortification et le repeuplement de régions frontières comme l’Anti-Taurus47. C’est pendant son règne, en effet, et sous son égide, que l’Arménien Meleh48 constitua dans l’Anti-Taurus, sur le cours supérieur du Karmalas (Zamanti Sou), le thème de Lykandos, appuyé sur les forteresses de Lykandos et de Tzamandos, situées toutes deux vers le sud de Césarée de Cappadoce49. Nommé stratège du thème de Lykandos en 91450, Meleh put, dès 915, attaquer la Cilicie musulmane51. De t’ait, lors de la Reconquête byzantine de la fin du xe siècle, le thème de Lykandos devint l’une des principales bases des attaques de Nicéphore Phokas et, sans faire partie géographiquement du territoire cilicien, lui fut souvent associé sur le plan administratif. À la fin du xe siècle, le Taktikon de l’Escortal mentionne un stratège de Lykandos, occupant une place élevée, sans doute parmi les stratèges des mégala romaïka thémata (grands thèmes romains)52. À la fin du xie siècle, les très nombreux Arméniens du thème de Lykandos, fuyant les invasions turques, purent sans difficulté d’accès se réfugier en Cilicie.

11Mais l’organisation administrative de la Cilicie – au sens large, puisqu’il s’agit précisément de l’Isaurie – commença en 934 sous la régence de Romain Lécapène, avec la création du thème maritime de Séleucie, constitué à partir de l’ancienne clisure de Séleucie et de la fraction orientale du thème des Cibyrrhéotes.

  • 53 Honigmann, Ostgrenze, p. 44. et G. Schlumberger, Sigillographie byzantine, Paris. 1884 (dorénavant (...)
  • 54 Dans le Taurus, au nord de Tarse (E. Dulaurier, Recueil des Histoires des Croisades, Documents armé (...)
  • 55 Schlumberger, Sigillographie, p. 270, et H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris, 1966, carte, p. 21 (...)
  • 56 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 288, et carte.
  • 57 Sur ce thème aux ixe-xe siècles, cf. Ahrweiler, Byzance et la mer, op. cit., p. 81-83 et p. 118-121 (...)

12Ainsi réduit, le thème comprenait à la fois des forteresses de montagnes comme Lauzados (Lôzat) et Dométioupolis vers le nord, et des ports comme Séleucie et Korykos. Le Lamas sud délimitait la frontière avec l’émirat de Tarse53. Initialement, le thème comprenait la plus grande partie de l’Isaurie et de la Cilicie, où il comptait les villes de Longinias54, Korykos, Tarse, Anazarbe, mais, au lendemain de sa constitution, les progrès des Arabes ne lui laissèrent plus, vers l’est, que la Cilicie Trachée, ainsi cessa-t-il d’être un thème maritime55. Le thème de Séleucie paraît être resté au nombre des « grands thèmes romains », tels que les décrit Constantin Porphyrogénète, et ne semble pas avoir subi, après les conquêtes de la fin du xe siècle, de remaniements majeurs56. Au sud-ouest, le thème de Séleucie recouvrait le sud de la Cilicie Trachée (futur territoire de peuplement arménien) et de la Pamphylie. C’est le seul thème purement maritime de l’époque, encore que la Reconquête byzantine sous Nicéphore Phokas ait été essentiellement le fait de l’armée de terre57.

  • 58 Affluent de la rive droite du Saros. Sur Podandos-Bozanti. cf. Honigmann. Ostgrenze. p. 44-45.
  • 59 H. Ahrweilher. « Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xe siècles » (dorénav (...)

13Au nord-est du thème de Séleucie, gardant la haute vallée du Çakit Suyu58 et les accès des Portes de la Cilicie, la forteresse de Podandos est mentionnée comme clisure dans la première moitié du xe siècle59.

2.2. Les « petits thèmes arméniens »

  • 60 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 288.
  • 61 Ibid., p. 299-300.
  • 62 Ibid., p. 300.
  • 63 Ahrweiler, « La frontière et les frontières », op. cit., p. 217.
  • 64 Ead., « Recherches », p. 47 : Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 297.
  • 65 Oikonomidès, ibid., p. 298-299.
  • 66 Ibid., p. 289. Eirènoupolis, à distinguer d’Eirènoupolis d’Isaurie, se trouvait non loin de Sarwand (...)
  • 67 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 288, n. 20, et p. 299. Voir les effec (...)
  • 68 C’est ce que suggère son rang dans le Taktikon de l’Escorial (Oikonomidès, Listes de préséance, p. (...)
  • 69 Ibid., p. 289 : Honigmann, Ostgrenze, carte III, situe cette place à une vingtaine de kilomètres de (...)
  • 70 Ahrweiler, « Recherches », p. 46. n. 2.
  • 71 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 264.
  • 72 Ibid., p. 266.
  • 73 Ibid., p. 266.
  • 74 Ibid., p. 266.
  • 75 Ibid., p. 266.
  • 76 Ibid., p. 268.
  • 77 Ibid., p. 268.

14Après les conquêtes de Nicéphore Phokas, Podandos et son territoire furent comptés au nombre des mikra armenika thémata (petits thèmes arméniens)60. Un nouveau système administratif était en effet, mis en place au milieu du xe siècle, avec la famille des Phokas, en particulier Léon et son frère Nicéphore, le futur empereur, qui exerçaient le commandement en Orient dès 94561. Au fur et à mesure de leur reconquête sur les Hamdânides de Syrie, les villes et forteresses se dotèrent de stratèges. Il se constitua ainsi, sur la frontière orientale, une zone de défense morcelée en petites unités et basée sur les forteresses et défilés62 : les mikra armenika thémata ou « petits thèmes arméniens » (ainsi appelés en raison de la prédominance des troupes arméniennes) prirent de la sorte le relais des clisures qui, à l’époque précédente, garantissaient la défense et l’organisation des défilés de la frontière63. Ces nouveaux thèmes s’opposaient aux anciens thèmes de l’intérieur, les « grands thèmes romains »64, non seulement par leurs petites dimensions, mais encore par la modicité de leurs effectifs – des fantassins le plus souvent, très fortement encadrés – et par le caractère arménien de leur recrutement65. L’étude du Taktikon de l’Escortal, rédigé entre 971 et 975, permet de discerner l’organisation militaire des régions reconquises : dans la région de la Cilicie Champêtre, il y avait des stratèges (et donc des « petits thèmes arméniens ») à Mopsueste Mesis, Anazarbe, Eirènoupolis66 ; parmi ceux-ci, le stratège de Tarse, disposant exceptionnellement d’un fort contingent de cavalerie, y avait une place prééminente67 ; il semblerait même qu’il ait été sur le même pied que les stratèges des « grands thèmes romains »68. La région de l’Amanus avait également été dotée de stratèges : ce fut le cas de Palatza69, du Mauron Oros, forteresse construite par Nicéphore Phokas au nord-ouest d’Antioche, pour faciliter la conquête de la métropole syrienne70, et sans doute élevée provisoirement au rang de thème, puisque le Taktikon de l’Escorial ne la mentionne pas. Le fait que les thèmes ciliciens, à l’exception de celui de Tarse, soient qualifiés uniformément de « petits thèmes » n’empêche pas qu’ils soient placés par le Taktikon de l’Escorial dans un ordre hiérarchique : le plus important des stratèges « nouveaux » est celui d’Anazarbe71, puis viennent ceux de Séleucie72, de Mopsueste73, de Podandos74, de Germanicée/Marach75, de Palatza76 et d’Eirènoupolis77. Aussitôt conquis, le territoire cilicien faisait l’objet de tentatives d’unification sur le plan militaire.

2.3. Le rôle du duché d’Antioche

  • 78 Treadgold, Byzantine State, p. 507, Id., Army, p. 35-36.
  • 79 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 334.
  • 80 Id., « L’organisation de la frontière orientale », p. 288.

15Les multiples thèmes de la plaine cilicienne semblent avoir été finalement inclus dans le thème plus vaste de Cilicie (dont le stratège résidait à Tarse), administrativement juxtaposé et militairement intégré au duché d’Antioche78. Une responsabilité particulièrement importante fut confiée en 967 à Pierre Phokas, celle de mener à son terme la conquête de la région cilico-antiochienne : c’est ce qu’impliquait la fonction de stratopédarque qui, dans l’impossibilité où il se trouvait, étant eunuque, d’être Domestique des Scholes, lui conférait une charge équivalente79. La conquête d’Antioche, en octobre 969, permit sans doute de rassembler derrière la métropole syrienne les multiples thèmes ciliciens. Dès sa chute. Antioche fut soumise à l’autorité d’un duc. Michel Bourtzès, en l’occurrence, dont le ressort territorial s’étendait progressivement à toute la zone frontière vers la Syrie du Nord. À cette époque en effet, la frontière de l’Empire s’articulait en un duché de Chaldie tourné vers l’Ibérie, en un duché de Mésopotamie tourné vers l’Arménie, en un duché d’Antioche tourné vers les pays syriens80.

  • 81 Ahrweiler, « Recherches », p. 61.
  • 82 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300-301. Sur l’opposition entre l’arm (...)
  • 83 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 288 ; Ahrweiler, « Recherches », p. 4 (...)
  • 84 L’autorité du duc d’Antioche sur la Cilicie est manifeste, même au plan civil : le kritès de Tarse (...)
  • 85 Le Domestique de Scholes d’Occident ne fait que le seconder dans son ressort géographique : Ahrweil (...)
  • 86 Ibid., p. 66.
  • 87 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300.
  • 88 Ahrweiler, « Recherches », p. 73-74.
  • 89 Ibid., p. 85.

16Le duc de la fin du xe siècle et du début du xie siècle était un officier supérieur, dépendant du pouvoir central, chargé de superviser et de contrôler une région donnée81 ; à cette fin, il commandait directement les mercenaires des tagmata (les troupes de la capitale), formant une cavalerie lourde qui lui permettait à la fois de contrôler les stratèges locaux et de mener campagne avec eux82. En fait, le duc avait autorité sur les stratèges et intégrait leurs thèmes à son ressort territorial, en particulier à Antioche, à la fin du xe siècle83. L’autorité du duc s’étendait donc aux stratèges des places fortes de la Cilicie, qui a pu former ainsi la plus grande partie du duché d’Antioche84. Seul le Domestique des Scholes d’Orient, commandant en chef de l’armée des tagmata85, avait autorité sur le duc86. De l’administration civile de la région cilicienne, quelques traits peuvent être dégagés : comme dans tous les autres mikra arménika thémata, on trouve un haut fonctionnaire chargé de responsabilités judiciaires et fiscales, par exemple le kritès à Tarse87. Dépendant du kritès, le basilikos perçoit certains impôts dans chaque thème88. L’absence de mention du kritès dans les sources pour Antioche, et la mention, toute particulière, d’un phorologos, suggère la constitution d’une circonscription à part89.

  • 90 Voir le cas exemplaire de Mélitène, dans Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale ». (...)
  • 91 Ibid., p. 300. Sur le rôle d’Antioche, cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963- (...)

17Enfin, le fisc impérial s’est agrandi, dans les thèmes « arméniens », de nombreuses terres, abandonnées par leurs propriétaires musulmans90 : ce sont les curatories, mentionnées par exemple pour Tarse, et confiées à la gestion des kouratôrès91.

3. La colonisation arménienne en Cilicie et dans ses parages

3.1. Programme romain et conscience ethnique de la dynastie macédonienne

  • 92 Cf. Treadgold, Byzantine State, Part IV, « The Long Revival ».
  • 93 Sur le traité de partage, cf. Grousset, Arménie, p. 164. Sur les Byzantins de souche arménienne cf. (...)
  • 94 N. Adontz, « L’âge et l’origine de l’empereur Basile Ier », Byzantion, IX (1934), p. 258, et dans É (...)
  • 95 H. Bartik‘yan. « La conquête de l’Arménie par l’Empire byzantin », REARM. N.S., VIII (1971), p. 327
  • 96 Stéphannos Asoghik de Tarôn, Histoire universelle, édit. Malakhassiants, Saint-Pétersbourg, 1885 (d (...)
  • 97 Léon Diacre, Histoires, Bonn. p. 64, et Malthêos d’Ourha (Matthieu d’Édesse), texte, édit. de Vagha (...)
  • 98 Léon Diacre, op. cit., p. 100. L’expression « thème des Arméniaques » a sans doute une acception gé (...)

18La dynastie macédonienne (867-1057), jusqu’en 1025, assurait le relèvement de l’Empire byzantin en pleine conformité avec l’idéologie impériale « romaine » ; d’abord sur le plan institutionnel : l’hérédité dynastique était en principe adoptée, la législation reçut son premier rajeunissement réel depuis Justinien. Ensuite sur le plan religieux : l’Église orthodoxe, singularisée par le schisme dit de Photius, à la fin du ixe siècle, affirma son originalité face à l’Occident et étendit son rayonnement spirituel bien au-delà de ses frontières politiques. Enfin, sur le plan territorial : sans retrouver ses vastes et fragiles limites d’avant la conquête islamique, l’Empire, en Occident, récupère l’Italie du Sud et une partie de la Sicile, annexe, dans les Balkans, le puissant Empire bulgare, s’avance, en Syrie, au-delà d’Antioche, en Mésopotamie, au-delà d’Édesse, enfin entre 899 et 1065 s’empare, par la violence ou la séduction, de la plus grande partie de l’Arménie92. Or, la plupart des empereurs « macédoniens » étaient en réalité d’ascendance arménienne et se rattachaient à cette masse d’Arméniens vite byzantinisés et souvent chalcédoniens qui étaient entrés au service de l’Empire depuis que Théodose le Grand, vers 390, avait arraché l’Arménie occidentale à la Perse93. Le souvenir des origines – interférant, à l’occasion, avec les arrière-pensées politiques – paraît avoir été particulièrement vif chez certains empereurs. C’est le cas du fondateur de la dynastie macédonienne, Basile Ier94, qui prétendait remonter aux Arsacides arméniens95. Léon VI le Sage, nous rappelle l’historien arménien Asoghik de Tarôn, « était fils d’Arménien »96 et encouragea le peuplement du thème de Lykandos par les Arméniens de Meleh. Les origines arméniennes sont particulièrement récentes pour Jean Tzimiskès, empereur par usurpation, né à Tchemechka-zakk’, dans le thème de Mésopotamie (province arménienne de Tzopk’), comme l’indique son nom de Tchemchkik/Tzimiskès97. La solidarité ethnique se manifeste même chez lui sur le plan fiscal : « Il accorda aussi l’immunité fiscale au thème des Arméniaques, car il en était issu »98.

  • 99 H. Grégoire, « Notules », Byzantion, VIII (1933), p. 572, et dans Autour de l’Épopée byzantine, X, (...)
  • 100 P. Charanis, « The Armenians in the Byzantine Empire ». Byzantino-slavica, XXII (1961), p. 220, et (...)
  • 101 C’est le royaume de Chirak, du nom de sa principale province. Les Arabes favorisèrent dans le sud l (...)

19Les autres empereurs par usurpation étaient d’origine arménienne comme Romain Lécapène, né à Lakabin (dans l’Euphratèse)99, ou demi-arménienne, comme Nicéphore Phokas100. Cette origine arménienne aviva probablement l’intérêt que les empereurs macédoniens et leurs co-empereurs portaient à leur frontière orientale, et en particulier au royaume arménien des Bagratouni, né en 884/885, à la faveur de la décadence du Califat, dans le nord du pays101. Que les préoccupations arméniennes des empereurs se soient manifestées par des alliances ou des annexions, elles ont eu pour conséquence majeure de mettre à la disposition de l’Empire une bonne partie des officiers et des soldats qui participèrent à l’« épopée byzantine » en Cilicie et en Syrie du Nord et qui constituèrent l’élément moteur de l’émigration arménienne vers la Cilicie.

  • 102 Grousset, Arménie, p. 395. Cf. aussi Histoire du peuple arménien (en arm.), Publications de l’Acadé (...)
  • 103 Grousset, Arménie, p. 399-400.
  • 104 Ibid., p. 443-446 ; G. Dédéyan. « Les rois bagratides du Chirak et le Califat ‘abbaside de Bagdad ( (...)
  • 105 Grousset, Arménie, p. 494-497. Cf. aussi. Histoire du peuple arménien, III, p. 57-58.
  • 106 Grousset, ibid., p. 498.
  • 107 N. Adontz, « La lettre de Tzimiscès au roi Achot-Notes arméno-byzantines », II, Byzantion, IX (1934 (...)

20Ces préoccupations se manifestèrent dès le début de la dynastie macédonienne : Basile Ier, au lendemain du couronnement royal d’Achot le Grand (885-890), aurait conclu avec celui-ci un traité d’amitié faisant du souverain de Chirak son allié particulier102. En 893, Sembat Ier le Martyr (890-914), fils et successeur d’Achot Ier, envoya à Léon VI une ambassade qui accentua le rapprochement arméno-byzantin103. Achot II Yerkat’ ou de Fer (914-929) affronté à l’émirat d’Adharbaydjân concomitamment à l’indiscipline de certains « féodaux » arméniens, obtint, à l’issue d’un voyage à Constantinople, en 920, l’envoi de contingents byzantins pour la pacification de l’Arménie104. Cette ingérence byzantine pouvait s’avérer dangereuse : Achot le Miséricordieux (953-977) eut à craindre un moment que la grande expédition en Orient dirigée par l’empereur Jean Tzimiskès en 974 ne visât, sur le chemin de l’Irak, l’annexion de l’Arménie ; la mobilisation unitaire de tous les contingents nobiliaires – quatre vingt mille hommes au total, selon les chroniqueurs – facilita, sur la frontière arménienne, un échange d’ambassades et la conclusion, entre les deux souverains, d’une alliance aux termes de laquelle Achot devait fournir un corps de dix mille guerriers arméniens, qui s’illustrèrent durant la campagne de Jean Tzimiskès contre les musulmans105. L’empereur, d’une origine arménienne très récente, assignait à la collaboration militaire arméno-byzantine un rôle déterminant dans la « croisade » contre les musulmans106. C’est sans doute pour mieux associer Achot III (qui avait fourni des contingents au basileus) à son grand dessein, que, dans une lettre célèbre datée de 975, il lui faisait un récit enflammé des victoires de la Croix sur le Croissant, dans la région syro-palestinienne107.

3.2. Le transfert des populations de Grande Arménie vers la frontière sud-orientale de l’Empire

21L’Arménie faisait obstacle à l’expansion byzantine en Orient, de même que l’Empire bulgare menaçait la prépondérance des basileis dans les Balkans. Parallèlement à son alliance avec la royauté bagratide, trop puissante pour être entamée directement, la dynastie macédonienne attirait dans son orbite divers dynastes arméniens des régions frontalières.

  • 108 Au nord de Kharberd, dans l’angle formé par le confluent de l’Euphrate oriental avec l’Euphrate occ (...)
  • 109 Honigmann, Ostgrenze, p. 69.
  • 110 De l’autre côté de l’Euphrate oriental, au sud du Tégik‘.
  • 111 À l’est du Handzit. Sur ces agrandissements, cf. Honigmann, Ostgrenze, p. 69-70.
  • 112 N. Adontz, « Les Taronites en Arménie et à Byzance », Byzantion, X (1935), p. 541-544, et dans Étud (...)
  • 113 Sur l’expansion byzantine au xie siècle, cf. Bart‘ikyan, « La conquête de l’Arménie ». op. cit., p. (...)

22Cette politique fut inaugurée au tournant du ixe siècle par l’empereur Léon VI, sous lequel le prince Manouêl Mamikonian abandonna à l’Empire son patrimoine du Dégik’108, qui forma le noyau du thème de Mésopotamie109, bientôt agrandi sur l’initiative de Romain Lécapène, d’autres territoires arméniens sous menace musulmane, en particulier le Handzit’110 et la clisure de Romanoupolis111. L’annexion de principautés souveraines commença avec le Tarôn, à l’ouest du lac de Van : en 968 les princes héritiers du Tarôn, Grigor et Bagrat, cédèrent leur patrimoine à l’Empire, sans doute sous la contrainte, comme le suggère leur participation à la révolte de Bardas Sklèros, en 976112. Basile II accentua la consolidation de la frontière orientale : en l’an mille, il annexa l’immense principauté de Dawit de Tayk’, comprise entre Théodosioupolis, Olti et le lac de Van ; en 1022, sous la pression de Byzance à l’ouest et des Turcs à l’est, Sénék’erim de Vaspourakan céda son royaume d’Arménie méridionale à l’Empire : en 1022 enfin, Hovhannès-Sembat, régnant en Arménie du Nord, s’engagea à céder son royaume de Chirak après sa mort113.

  • 114 Le célèbre catholicos et historien Hovhannês de Draskhanakert.
  • 115 Asoghik, Saint-Pétersbourg, p. 168, trad., p. 22. Le Taranaghik‘ se trouvait dans le thème de Mésop (...)
  • 116 Honigmann, Ostgrenze, p. 65.

23Si les alliances avec l’Arménie procurèrent temporairement à l’Empire des contingents arméniens, les annexions mirent à sa disposition, de façon permanente, les troupes et les chefs traditionnels de ces provinces érigées en thèmes. Il y eut, de plus, des migrations, dues à l’oppression arabe en Arménie, en particulier au tournant du ixe siècle : en 909 et dans les années suivantes, « l’Arménie devint un désert et un amas de ruines ; ses villes furent détruites, ses bourgs désolés, ses habitants furent dispersés chez des nations étrangères, parlant d’autres langues [...] ; le catholicos lui-même, le seigneur Hovhannês114, fut forcé de chercher refuge sur le territoire appartenant aux Grecs [...], dans le district de Taranaghik »115, au couvent de Garnik. Sous Léon VI le Sage également. Mélias et ses compagnons quittent l’Arménie occidentale, mise à sac par les Arabes, pour chercher fortune en terre d’Empire116.

  • 117 Aboû l-Farâdj (Bar Hebraeus), The Chronography, édit. W. Budge, Oxford, 1932, 2 vol. (I, traduction (...)
  • 118 J.-B. Chabot, Chronique de Michel le Syrien, Paris, 1899, réédition anastatique, Bruxelles, 1963, 4 (...)

24Mais l’émigration arménienne atteignit son apogée entre 963 et 1025, sous les règnes de Nicéphore Phokas, Jean Tzimiskès et Basile II. Trois siècles après « l’épopée byzantine », mais sans doute d’après des sources arabes antérieures, le maphrian (vicaire pour les diocèses jacobites de l’Est) syriaque Aboû l-Farâdj écrit, à propos du règne de Nicéphore Phokas : « À cette époque, les Romains l’emportaient sur les Arabes, faisant des captifs et du butin, et parvenaient jusqu’à la Grande Arménie, puis s’en allaient. Alors les Arméniens, craignant que les Arabes ne se vengeassent sur eux du fait qu’ils étaient chrétiens, refluèrent vers la frontière romaine117 ». Michel le Syrien, patriarche jacobite de la fin du xiie siècle, suggère une émigration moins spontanée : « À l’époque où les Grecs enlevèrent des villes aux Arabes en Cappadoce, en Arménie et en Syrie, ils tirèrent et amenèrent de la Grande Arménie une foule de peuples. Ceux-ci se fixèrent en ces lieux et se multiplièrent118 ».

25De ces textes, il ressort que, à la suite des campagnes byzantines contre les émirats arabes de l’Arménie, une partie de la population suivit les armées grecques à leur retour en terre d’Empire, soit parce que ces Arméniens étaient trop compromis avec les Grecs, soit que ces derniers eussent mis en œuvre leur traditionnelle politique de déportation.

3.3. Diversité du recrutement arménien

  • 119 P. 971-992.
  • 120 L’« Occident » désigne l’Empire byzantin, par rapport aux Arméniens, qui s’intitulent « la nation o (...)

26Trois sources de recrutement apparaissent finalement, en ce qui concerne les Arméniens de l’armée byzantine, et en particulier ceux opérant dans la région cilico-antiochienne : les contingents « alliés » (symmachoi) fournis par le royaume bagratide, les soldats régulièrement recrutés dans l’armée byzantine, les émigrés venus de l’Arménie arabe. Asoghik de Tarôn, contemporain de cette migration, l’évoque, au moins pour les règnes de Jean Tzimiskès et de Basile II : « Sous le pontificat du seigneur Khatchik, patriarche d’Arménie119, la nation arménienne s’éparpilla et se répandit dans les contrées d’Occident120 ». Après la mort de Khatchik Ier et sous le règne de Basile II, il y eut d’autres migrations, en particulier celle des rois Artzrouni du Vaspourakan, suivis de leurs vassaux, mais elles se rattachent plus à la politique de démembrement de l’Arménie mise en œuvre tout au long du xie siècle qu’à l’entreprise de colonisation des terres reconquises qui illustre la fin du xe siècle.

  • 121 Sur cet aspect du rôle des Arméniens, cf. G. Dédéyan, « Les Arméniens, soldats de Byzance », Pazmav (...)
  • 122 Ahrweiler, « Recherches », p. 34.
  • 123 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 335.
  • 124 To tôn Arméniôn stîphos (Léon Diacre, op. cit., p. 14).
  • 125 Skylitzès, H.-G. Beck, A. Kambilis, R. Keydell éd., Berlin, 1973, p. 268, Kédrénos, II, op. cit., p (...)
  • 126 N. Adontz, « Samuel l’Arménien, roi des Bulgares », Mémoires publiés par l’Académie royale de Belgi (...)
  • 127 Ibid., p. 383 et p. 393.
  • 128 Ibid., p. 393-394.
  • 129 Léon Diacre, op. cit., p. 64.
  • 130 Skylitzès, op. cit., p. 340 : Kédrénos, op. cit., p. 370.

27Cette colonisation est à caractère militaire121 et vise à consolider la frontière sud-orientale de Byzance. Elle a pu fournir des troupes d’activé, puisque les sources mentionnent des tagmata Arménien, dont le nom même indique le pays d’origine122 ; il est d’ailleurs probable que certains ducs d’Antioche, à la fin du xe et au début du xie siècle, ont eu sous leurs ordres de tels tagmata. De plus, le développement de la guerre de montagne à la fin du xe siècle (et l’on songe en particulier à la région cilico-antiochienne) amène la création de corps de mercenaires à pied, arméniens aussi bien que grecs, qui sont le pendant des tagmata de cavalerie123. En tout cas, nous voyons des corps de mercenaires arméniens à l’œuvre sur divers fronts de l’Empire : contre les Arabes, Nicéphore Phokas utilise en Crète, en 960-961, un corps arménien qui y sème la terreur124 et il en emmène un autre en Cilicie en 965125 ; le corps arménien rend à Jean Tzimiskès les plus grands services lors de la campagne contre les Russes en 971126 ; il s’illustre encore en 986, sous Basile II, contre les Bulgares, et aurait compté parmi ses chefs le futur tsar Samuel, que certaines sources disent originaire du canton arménien de Derdjan127. Il s’agit sans doute, dans ces divers cas, d’un corps composé selon les mêmes principes que les tagmata, à savoir l’hétairéia (hétairie) ou garde impériale, formée de fantassins en majorité d’origine arménienne128. Ces mercenaires sont aussi turbulents à Constantinople qu’en campagne : c’est ainsi que, vers 964, les troupes arméniennes de la capitale se heurtent violemment à la population129, et que, en 969 encore, elles livrent aux troupes de marine des combats sanglants qui manquent provoquer la mort du patriarche130.

  • 131 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 297-298.

28Mais les Arméniens fournissent surtout des troupes thématiques, en particulier dans les petits thèmes qui, sous l’autorité des ducs de Chaldie, de Mésopotamie et d’Antioche. composent la zone frontière et, en raison de la prépondérance des stratiotes arméniens, sont appelés arménika thémata131.

  • 132 Sur les effectifs des thèmes du duché d’Antioche, cf. Treadgold, Army, p. 84-85.
  • 133 Léon Diacre, op. cit., p. 28. La phratria (phratrie) était, dans l’Antiquité, une association de ci (...)
  • 134 C. P. Kyrris, « Military Colonies in Cyprus in Byzantine Period. their Character, Purpose and Exten (...)
  • 135 Ibid., p. 169.
  • 136 Ibid.
  • 137 Ibid., p. 168. Sur les toponymes à résonance arménienne, cf. E. Malamut, Les îles de l’Empire byzan (...)
  • 138 Léon Diacre, op. cit., p. 17.
  • 139 Le thème de Sébaste est au nombre des rômaïka thémata : cf. Oikonomidès, « L’organisation de la fro (...)
  • 140 Chronography, op. cit., p. 169.
  • 141 Ibid., p. 168.
  • 142 Ibid., p. 170. Aboû l-Farâdj mentionne, sur d’autres théâtres, les exploits de l’infanterie arménie (...)
  • 143 Symmachoi. Le terme de symmachikon désigne, au xie siècle, l’ensemble des mercenaires. Cf. N. Oikon (...)
  • 144 Skylitzès. op. cit., p. 268 ; Kédrénos, II, op. cit., p. 361.
  • 145 C’est l’azatagund, ou « légion noble », constituée des modestes vassaux d’un grand seigneur, les az (...)

29La région cilico-antiochienne est donc formée de thèmes où l’élément arménien domine, peut-être à la suite d’une véritable immigration d’éléments combattants132 : Nicéphore Phokas a déjà fait l’expérience d’une telle colonisation militaire immédiatement avant les campagnes de Cilicie, en Crète, où, à l’issue de la conquête de l’île, en 961, il établit à Chandax-Téménos des phratriai (phratries) formées entre autres d’Arméniens et de « Romains », c’est-à-dire – s’agissant du dernier terme – de Grecs133. Plus près de la Cilicie, l’île de Chypre paraît avoir accueilli, tout au long du xe siècle, parmi d’autres colonies, grecques ou mardaïtes, quelques colonies militaires arméniennes134. C’est du moins ce que suggèrent actuellement l’analyse anthropologique et surtout la toponymie : le village de Mousèrè évoque le nom du général Mouchegh135, celui de Platani rappelle la venue d’Arméniens de Platanion (près de Séleucie) ; Spathariko dériverait du titre de protospathaire, porté par Léon Symbatikès (du nom arménien Sembat). Ces exemples attestent l’existence à Chypre, avant 965. de colonies militaires arméniennes136 qui, sûrement, facilitèrent et garantirent la conquête de Nicéphore Phokas137. En Cilicie même, les sources de l’époque nous montrent fréquemment des fantassins arméniens à l’œuvre ; Aboû l-Farâdj complète ainsi son tableau de l’émigration arménienne sous Nicéphore Phokas138 : « Les Romains leur donnèrent [aux Arméniens] Sébaste de Cappadoce139, et là, ils se multiplièrent. Et ils leur distribuèrent aussi les forteresses de Cilicie qu’ils avaient enlevées aux Arabes. Et dans toutes les guerres menées par les Romains, il y avait des fantassins arméniens qui les aidaient grandement140 ». Ces Arméniens se signalent d’ailleurs par leur turbulence ; ainsi, au cours de la campagne cilicienne de 962, alors que la garnison d’une forteresse s’était rendue à Nicéphore Phokas qui lui avait garanti la vie et l’honneur, « lorsque les femmes arabes évacuèrent la place, certains Arméniens, enflammés de convoitise, les agressèrent, déchaînant la jalousie des maris qui tirèrent leurs épées »141. Lorsque, après la prise de Tarse, en 965, les habitants arabes sont évacués avec toutes les garanties et confiés, pour leur acheminement vers les pays musulmans, à la garde de trois patrices, « ceux-ci firent couper à des Arméniens qui avaient attaqué des Arabes, les mains et le nez, après les avoir fait flageller »142. Le fonctionnaire byzantin Jean Skylitzès lui-même, dans sa Chronique, composée à la fin du xie siècle, souligne le rôle des Arméniens – associés aux Géorgiens – en Cilicie, lors de la campagne de 965 : « La deuxième année de son accession à l’Empire, Nicéphore Phokas conduisit en Cilicie une grande armée de Romains et d’alliés143 ibères et arméniens, accompagné de sa femme Théophano et de ses enfants144 ». Les fantassins arméniens furent sans doute installés sur place comme soldats-paysans ou stratiotes, gratifiés d’un bien militaire, pour les attacher à la défense de la frontière. On peut supposer qu’il s’agissait d’une population de paysans libres venus de Grande Arménie. Mais ils durent émigrer avec des nobles, servant traditionnellement à cheval, et dont une partie a pu fournir le fort encadrement en officiers et sous-officiers des thèmes arméniens145.

  • 146 Adontz, « Les Taronites en Arménie et à Byzance », X (1935), op. cit., p. 542, et dans Études armén (...)
  • 147 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 299. Le relèvement du triple de la va (...)

30Certains thèmes arméniens comportent des contingents de cavaliers : c’est le cas du thème de Mésopotamie à l’époque de la révolte de Bardas Sklôros146, peut-être celui du thème de Tarse, doté exceptionnellement, au lendemain de sa création, d’un corps de cinq mille cavaliers147.

  • 148 Jérusalem, p. 29, trad. p. 21 et H. Bart‘ikyan, « À propos de quelques termes byzantins dans la Chr (...)

31Matt’êos d’Ourha, chroniqueur arménien (né à Édesse) du début du xiie siècle, fait parler Jean Tzimiskès, dans la lettre adressée à Achot III en 975, de « la cavalerie des t’imaîsi et des tachkhamadatsi, qui n’est autre que la cavalerie des thématîkoi et des tagmatîkoi »148.

3.4. Le recours aux cadres arméniens

32Quoi qu’il en soit, la colonisation militaire des Arméniens est aussi une colonisation de cadres. Dans la région cilico-antiochienne, les Arméniens accèdent aux plus hautes responsabilités.

  • 149 Cf. supra.

33L’Arménien Mélias (Meleh) le Grand, stratège de Lykandos en 914, et contrôlant par la frange sud de ce thème les passes ciliciennes, a certainement songé à s’étendre vers la Cilicie, comme le suggère son raid de 915149.

  • 150 Adontz, Armenìa, p. 201. Id., « Notes arméno-byzantines », V, « Les Dalassènes », Byzantion, X (193 (...)

34La dynastie issue de Mélias le Grand avait peut-être établi son emprise sur le thème de Lykandos, puisqu’une liste arménienne de préséances féodales rédigée à la fin du xe siècle, le Gahnamak (Livre des Sièges) mentionne parmi les grandes familles celle des Likandiank’ ou Lykandiens, qu’on aimerait identifier à celle des Mélias150.

  • 151 N. Adontz, « Notes arméno-byzantines. I, Les sceaux des Makhitar ». Byzantion, IX (1934), p. 369 et (...)
  • 152 Cf. Cheynet, « Les Brachamioi », dans Cheynet-Vannier, Études prosopographiques, p. 66-73.

35C’est la famille arménienne des Mekhit’ar (Machétéras) qui hérite des pouvoirs dans le thème de Lykandos, à la fin du xe siècle et ce jusqu’au milieu du xie siècle151. Une autre famille arménienne, présente dans la région cilico-antiochienne pendant la deuxième moitié du xe siècle, se distingue : celle des Vakhramios ou Brachamios (du nom arménien Vahram), dont était issu le célèbre Philarète Brachamios, maître d’une vaste principauté en Cilicie et en Syrie du Nord à la fin du xie siècle152. Cette maison féodale, qui était peut-être originaire du Varajnounik’, dans le Vaspourakan, a pour premier ancêtre connu Sakhakios (Sahak) Brachamios, actif à la fin du xe siècle et qui s’est surtout distingué, à titre militaire, dans la région cilico-antiochienne.

  • 153 Cheynet, « Les Brachamioi », p. 57-59 : N. Adontz, « Notes arméno-byzantines », III, Byzantion, III (...)
  • 154 Ibid., p. 381, et Études arméno-byzantines, op. cit., p. 151.
  • 155 Ibid., et dans Études arméno-byzantines, p. 394, n. 28.
  • 156 Oikonomidès, Listes de préséance, op. cit., p. 335.

36En 976, lorsque Bardas Sklèros, au début de sa révolte, fut mis en difficulté par l’armée impériale. Sakhakios, alors stratège, passa dans le camp de Sklèros et fut chargé d’acheminer ses troupes à Lapara, dans le thème de Lykandos, parfaitement connu de lui153 et dont il fut peut-être stratège, lequel, par la Cilicie, était limitrophe du duché d’Antioche. Nous retrouvons Sakhakios deux ans plus tard, cherchant à réduire le duc – légitimiste – d’Antioche154. Cette révolte de Sakhakios Vrakhamios contre le pouvoir impérial n’empêcha pas sa famille de s’illustrer au service de Byzance, en Thrace155 ou à Chypre156.

4. Les mutations ethniques dans l’aire cilicienne

4.1. La politique de dépopulation

  • 157 C’est le Lamas su, à l’ouest de Mersine. Sur ces échanges, M.-G. Stasola, « Gli episodi di riscatto (...)
  • 158 A.-A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, trad. française, 2 vol., Bruxelles, 1935-1950, t. II, p. 13, (...)
  • 159 Histoire de Yahya-Ibn-Saïd d’Antioche, éd. et trad. I. Kratchkovsky, I, Paris, 1924 (PO 18), p. 784
  • 160 Ibid., p. 794.
  • 161 Ibid., p. 793.

37La présence arménienne en Cilicie est le résultat d’une politique systématique de transplantation de populations effectuée par l’Empire byzantin avant même la reconquête de Nicéphore Phokas. Ces échanges avaient lieu assez régulièrement (en principe une fois par an), sur le Lamos157, fleuve de Cilicie qui marquait la frontière entre les Byzantins et les musulmans, et portaient sur des effectifs importants : fréquemment les sources arabes mentionnent le retour de deux mille musulmans ou plus158. Ce va-et-vient entre les deux Empires accentuait l’instabilité de la population de Cilicie et suggère un caractère extrêmement composite. Pour ce qui concerne les campagnes conduites par Nicéphore Phokas, « pâle mort des Sarrasins », comme l’appellent les contemporains, elles ont été placées sous le signe de la terreur en Cilicie et en Syrie du Nord et ont provoqué dans ces régions, par le massacre, la guerre économique ou la déportation, un véritable vide humain. Les engagements sont particulièrement meurtriers : lors du siège d’Anazarbe par Nicéphore Phokas (hiver 961-962), l’armée musulmane de secours venue de Tarse, décimée, perd cinq mille hommes159 ; en 963, le Domestique des Scholes d’Orient, Jean Tzimiskès, ayant échoué au siège de Mesis, massacre les habitants de Meloun160 : en 964, Nicéphore Phokas, à l’occasion de sa campagne contre Adana, massacre encore quatre mille Tarsiotes161.

  • 162 Cf. Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 203.
  • 163 Yahya, op. cit., p. 794.
  • 164 Ibid., p. 795-796.
  • 165 Ibid., p. 793.
  • 166 Cette possibilité traditionnelle avait été offerte aux musulmans de Mélitène, en 934 (cf. Oikonomid (...)
  • 167 Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 486.
  • 168 Yahya, op. cit., p. 796-797.
  • 169 Schumberger, Nicéphore Phokas, p. 497-498.
  • 170 Yahya, Kratchosky, p. 816. Sur le vide humain crée par Nicéphore Phokas après ses conquêtes de Cili (...)
  • 171 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300.

38Même les populations évacuées avec toutes les garanties tombent parfois sous les coups des Grecs : les habitants d’Anazarbe sont tués pour s’être opposés aux violences des soldats arméniens162. Outre le massacre direct des musulmans. Nicéphore Phokas a pratiqué systématiquement la destruction des cultures sur la frontière orientale, provoquant le renchérissement des denrées, la famine et, finalement, les pertes humaines. Les troupes musulmanes accourues au secours de Mesis en 963 doivent se disperser « à cause de l’augmentation du prix des vivres dans les villes frontières »163. Dans l’hiver 964, Nicéphore Phokas doit différer le siège de Mesis et retourner en Cappadoce, en raison de la difficulté de l’approvisionnement164. Lors de sa campagne cilicienne de 965, le basileus trouve Tarse et Mesis décimées par la peste consécutive à la famine. Ces difficultés économiques provoquent l’exode des populations : « En 963, un grand nombre d’habitants quittèrent les villes frontières pour se porter à Damas, à Ramlah et dans d’autres villes, afin d’échapper à l’augmentation des prix et par peur des Grecs165 ». La dépopulation a été également consécutive à la transplantation des habitants. Ceux-ci, quand ils ne sont pas massacrés, ont la possibilité soit de rester sur place à condition de se convertir au christianisme166, soit d’émigrer en territoire musulman, ou bien encore sont déportés en terre d’Empire167. En 965, les habitants d’Anazarbe sont chassés en pays musulman. Les habitants de Tarse peuvent se rendre à Antioche par la voie de terre, ou en Syrie, par bateau168. Les cas de déportation sont les plus nombreux : par exemple, en 965, pour les habitants d’Anazarbe et de Mesis169. De la même manière, les prisonniers capturés à ‘Arka et à Tripoli, en 968, sont immédiatement redistribués à Antioche, tout récemment conquise170. La dépopulation apparaît à travers la formation de « curatories » ou domaines impériaux, constitués probablement par les biens abandonnés par les Arabes qui n’ont pas voulu se convertir au christianisme, et signalés en particulier autour de Tarse171.

  • 172 Kazhdan, Les Arméniens, op. cit., p. 12.

39Dans certaines régions abandonnées, les grands purent sans doute se tailler d’immenses domaines ; c’est le cas de Basile Lécapène, personnage de premier plan sous Jean Tzimiskès, doté d’énormes possessions autour de Podandos et d’Anazarbe, que Basile II lui confisqua172.

4.2. Multiplication et instabilité des stratiotes arméniens

  • 173 Sur le problème des biens militaires, cf. Ahrweiler, « Recherches », p. 10-23.
  • 174 Darrouzès, Épistoliers, p. 49. Ce sont là les dates connues du séjour à Antioche qui nous permetten (...)
  • 175 Darrouzès, Épistoliers, p. 49.
  • 176 Honigmann, Ostgrenze, p. 108. Darrouzès, Épistoliers, p. 255, n° 5.
  • 177 Ibid., p. 256.

40Mais, surtout, les terres désertées ont été distribuées sous forme de terres militaires (stratiôtika ktêmata) à des stratiotes (stratiôtai) à titre héréditaire, en échange du service armé, suivant la pratique introduite depuis les Héraclides, au viie siècle, dans le régime des thèmes. Traditionnellement, seul le fils aîné héritait du bien grevé de l’obligation militaire, les autres descendants du stratiote, renforçant la masse des paysans libres, avaient quant à eux la possibilité de s’installer sur les terres incultes, particulièrement nombreuses dans les régions frontières173. La correspondance de Nicéphore Ouranos, duc d’Antioche de 1000 à 1006174, nous donne des renseignements sur le repeuplement de la Cilicie. Son ami Philétos Synadénos, « du corps des juges, envoyé à Tarse »175, lui écrit, après la victoire de Nicéphore sur l’aventurier syrien al-Asfâr et l’émir d’al-Djazr (au nord-ouest d’Alep), en 1006176, qu’il s’apprêtait à aller le congratuler à Antioche, en ajoutant : « Mais l’arrivée de ta lettre m’enjoignant de loger soigneusement les familles de Cilicie m’a retenu : je le fis le plus promptement possible, renonçant à mon projet177 ».

  • 178 Yahya, op. cit., p. 466-467.
  • 179 Darrouzès, Épistoliers, p. 256, n° 2.

41Ce problème de logement semble être en relation avec la victoire de Nicéphore Ouranos sur les Arabes, puisque Philétos est obligé d’en régler les modalités, au lieu de courir à Antioche. On sait que la rencontre avec les Arabes, qui se fit sans effusion de sang, coûta à ces derniers douze mille prisonniers178. Le duc d’Antioche procède soit à un renforcement de la frontière, menacée par l’absorption de populations allogènes, soit plus probablement, puisqu’il s’agit de « familles de Cilicie », à un déplacement de colons militaires, destiné à faciliter l’installation des nouveaux venus, originaires de l’émirat voisin d’al-Djazr179.

  • 180 Voir G. Dagron, H. Mihaescu (†). Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore (...)

42Les sources diplomatiques, en particulier les novelles de Nicéphore Phokas, complétées par le De velitatione belli, véritable traité militaire rédigé sous l’inspiration de Nicéphore Phokas et portant sur la guerre dans le Taurus (Anti-Taurus et Taurus cilicien)180, évoquent la bravoure, en même temps que l’indiscipline des stratiotes arméniens à la fin du xe siècle.

  • 181 Zachariae von Lingenthal, Jus graeco-romanorum, III, Novellae Constitutiones, réédition Zepos, p. 2 (...)
  • 182 Ibid., p. 291. Sur l’indiscipline des Arméniens, voir le cas des guetteurs, évoqué par G. Dagron. « (...)

43Amis du vagabondage, avides d’exploits et de butin, ceux-ci désertaient souvent leurs fiefs militaires du Taurus, pour se rendre sur les grands champs de batailles arabo-byzantins, voire pour prendre du service chez les musulmans de Syrie181. Si ces abandons dépassaient une durée de trois ans, les stratiotes arméniens n’avaient généralement plus le droit de réclamer leurs terres aux soldats qui en avaient reçu la garde182. Ceci nous explique qu’en Cilicie et en Syrie du Nord les Arméniens avaient formé une véritable diaspora militaire.

44Cette diaspora des Arméniens, à la fin du xe siècle et au début du xie siècle, affecte largement la Cilicie et ses marges.

  • 183 Ostrogorsky, « La date de la composition du Livre des Thèmes », op. cit., p. 40, n. I. Sur l’afflux (...)
  • 184 Cf. supra, p. 16.
  • 185 Yahya, op. cit., p. 372.
  • 186 Adontz, « Notes arméno-byzantines », III, « La famille de Philarète », Byzantion, IX, 1934, p. 380 (...)

45Les Arméniens, depuis Mélias le Grand (Meleh), sont solidement implantés dans le thème de Lykandos : le nom de Mélias, lorsqu’il participe à la campagne victorieuse de 934 contre Mélitène, est cité par les sources grecques méta tôn Arméniôn, « avec les Arméniens », ce qui suppose une colonisation militaire183. Sous le règne de Nicéphore Phokas, la présence d’Arméniens dans le Taurus nous est confirmée par les novelles du basileus visant à les stabiliser184. On sait que la révolte de Bardas Sklèros, qui avait rallié à sa cause « un grand nombre de Grecs, d’Arméniens, et de musulmans »185, entre autres les princes du Tarôn spoliés de leur patrimoine par Nicéphore Phokas, eut pour principal théâtre d’opérations le thème de Lykandos186 : l’écrivain melkite arabophone Yahyâ d’Antioche, qui achève son Histoire avant le milieu du xie siècle, évoque constamment l’activité des rebelles dans la région de Djihan, c’est-à-dire du cours supérieur du Pyramos, qui traversait le thème de Lykandos, puis les thèmes arméniens.

  • 187 Bonn, p. 137.
  • 188 Plus à l’ouest, en Pamphylie, nous avons peu d’indices : le sceau de Jean Artavast (de la famille b (...)

46Dans le thème de Séleucie, en Isaurie, qui, géographiquement, jouxte à l’ouest la région cilicienne, les Arméniens ne sont mentionnés explicitement qu’en 1069, lorsque Romain Diogène les presse d’attaquer les Turcs revenant de Cappadoce. Comme Attaleiatès précise qu’il s’agit des Arméniens « habitant dans les monts de Séleucie »187, on peut risquer l’hypothèse d’une installation antérieure, dans la région des défilés, l’ancienne clisure de Séleucie188.

  • 189 Cf. supra, p. 14.

47Dans le thème de Cilicie proprement dit, les Arméniens, d’après le témoignage d’Aboû l-Farâdj, furent au moins aussi nombreux qu’en Cappadoce, en particulier dans les forteresses reconquises par Nicéphore Phokas189.

  • 190 Cité par M. Canard, « Notes sur les Arméniens en Égypte à l’époque fatimide », Annales de l’Institu (...)

48Au sud-est de la Cilicie, l’Amanus (le Djabal al-LouKâm), selon le géographe arabe al-Moukaddasî, contemporain de la Reconquête byzantine, était aux mains des Arméniens dès la fin du xe siècle190.

4.3. La mise en place d’un réseau ecclésiastique

  • 191 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 32. Cité par J. Laurent, Byzance et les Turcs, op. cit, p. 29, n (...)
  • 192 Dédéyan, « Immigration arménienne », op. cit., p. 96-97.
  • 193 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 202, trad. p. 75.

49L’implantation religieuse est le meilleur signe de la colonisation arménienne dans le thème de Lykandos : Asoghik mentionne la construction d’un monastère sous le roi bagratide Apas (930-953), « dans le pays de Likandon, à Nahrniar, canton de Karberd »191. Cette colonisation arménienne dans le thème de Lykandos prolonge celle qui s’effectue en Cappadoce tout au long du xe siècle192 et qui se signale par l’érection d’évêchés à Sébaste et Larissa193.

  • 194 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 258, p. 141-142. C est l’arménien Selewka que nous traduisons pa (...)
  • 195 Darrouzès, Épistoliers, p. 254.
  • 196 Cf. supra.
  • 197 P. Tekeyan, Controverses christologiques en Arméno-Cilicie, Rome, 1939, p. 39.

50Le nombre des Arméniens en Cilicie dut s’accroître rapidement puisque, évoquant la dispersion des Arméniens en Occident (c’est-à-dire dans l’Empire byzantin) sous le catholicos Khatchik Ier (971-992). Asoghik écrit qu’« il consacra des évêques pour Antioche de Syrie, Tarse de Cilicie, Séleucie et pour tous ces cantons »194. La mention de Tarse comme siège épiscopal arménien nous suggère que la capitale du thème de Cilicie était dotée d’une forte garnison arménienne. Ceci explique peut-être le sentiment de dépaysement du juge de Tarse, Philétos Synadénos, qui à l’extrême début du xie siècle écrit au patriarche d’Antioche : « Je deviens barbare chez les stupides Ciliciens »195. La mention d’un siège épiscopal à Séleucie conforte l’hypothèse d’une immigration arménienne en Isaurie, déjà suggérée par l’existence d’une « colonie » à Platanion, près de Séleucie196. Cependant, si les soldats arméniens des montagnes proches de la ville sont bien évoqués en 1069, lors de l’invasion turque, le siège épiscopal de Séleucie n’est à nouveau mentionné qu’en 1179, à l’occasion du concile arménien de Horomkla197. Il est vrai que l’on ne dispose pas pour cette époque, de listes épiscopales analogues à celles établies si soigneusement par le patriarche Michel le Syrien à la fin du xiie siècle pour l’Église jacobite. Quoi qu’il en soit, l’implantation d’un siège arménien à Séleucie, comme à Tarse ou à Antioche, conforte l’hypothèse de colonies arméniennes à finalité militaire, mais forcément augmentées d’éléments « civils » (les « familles ciliciennes » susmentionnées) et, finalement, assez nombreuses pour imposer la nécessité d’une desserte spirituelle et pour amener les autorités de Constantinople à admettre, pour la première fois, l’existence d’une hiérarchie non chalcédonienne à côté de la hiérarchie orthodoxe.

51Dès le pontificat de Khatchik Ier, Antioche devint le siège d’un évêque arménien, la progression des Byzantins étant jalonnée par l’installation de garnisons arméniennes (à Tortose, à Shayzar). L’émigration arménienne en Syrie du Nord prolongeait celle qui s’effectuait dans l’aire cilico-antiochienne.

  • 198 Dagron, « Minorités », p. 215.
  • 199 Ibid., p. 209.

52La colonisation arménienne en Cilicie et dans ses marges apparaît, au total essentiellement militaire, secondairement religieuse (et impliquant une immigration civile). Nous avons quelques indices de colonies marchandes dans les marges de la Cilicie, ainsi qu’à Attalia de Pamphylie où les Arméniens sont les intermédiaires du commerce avec les Arabes198, comme sans doute à Antioche199.

Conclusion

53La progression des armées byzantines au sud du Taurus et la conquête de la Cilicie sous Nicéphore Phokas, dans les années 60 du xe siècle, amènent la substitution des mikra arménika thémata créés par l’administration byzantine, aux thoughoûr – les places frontières les plus avancées du dâr al-islâm – et aux ‘awâsim – les « protectrices », situées en deuxième ligne. C’est là, à l’occasion de la Reconquête byzantine de la deuxième moitié du xe siècle, une mutation radicale dans la structure politique de la frontière byzantino-arabe.

54Le duché d’Antioche qui, à partir de 969 intègre les thèmes ciliciens, sert de cadre à une ample immigration arménienne, colonisation militaire, certes, si l’on se réfère au nom des nouveaux thèmes, mais colonisation civile également, que suggère fortement la création des évêchés de Séleucie, Tarse et Antioche.

55Si l’on n’a guère d’information, dans la première moitié du xie siècle, sur la population arménienne du duché d’Antioche en général et des thèmes ciliciens en particulier, cela ne veut pas dire que cette population a disparu, comme en témoignent les carrières de deux officiers arméniens au service de Byzance : celle du duc Khatchatour d’abord, qui de 1069 à 1072 fait de l’Antiochène, mais surtout de la Cilicie, un véritable pôle de résistance aux raids turcs (entravés par les Arméniens des montagnes proches de Séleucie), puis un refuge pour l’empereur Romain Diogène, le vaincu de Mantzikert (1071), déchu de ses droits par Michel VII Parapinace, mais soutenu par la plupart des clans nobiliaires arméniens ; celle de Philarète Brachamios ensuite, dont la famille, depuis Sakhakios Brachamios, a prospéré dans le duché d’Antioche, et dont l’éphémère (1072-1086) mais vaste principauté (elle comprend l’Euphratèse, avec Édesse et Marach, le sud-ouest de l’Arménie, l’Antiochène et la Cilicie – voire peut-être temporairement Chypre) offre, grâce à ses contingents arméniens, une protection efficace aux communautés chrétiennes orientales (Arméniens, Syriaques jacobites et melkites), démographiquement majoritaires ; elle canalise plus ou moins, en raison des ravages exercés en Transcaucasie par les Saldjoûkides, une nouvelle vague migratoire arménienne conduite par de grandes familles (celle d’Ochin, ancêtre des Hét’oumides, deuxième dynastie du royaume arménien de Cilicie à partir de 1226) ; des mouvements migratoires de plus faible amplitude affectent la Cappadoce « colonisée » entre 1022 et 1065 par les divers souverains de la Grande Arménie, pris en tenailles entre l’expansionnisme byzantin et la conquête turque, et transférés de force à l’ouest de l’Euphrate ; ce sont des vassaux – voire des parents – des rois bagratides d’Ani, les Roubêniens, qui sont à l’origine – en 1073, et donc sous l’autorité de Philarète Brachamios – de la principauté arménienne de Cilicie, dont ils constituent donc la première dynastie.

56Terre d’immigration arménienne – d’abord sous forme de colonisation militaire, à la fin du xe siècle, pendant la Reconquête byzantine, puis comme « recueil », au sens tactique du terme, à la fin du xie siècle, pour des maisons nobiliaires de Grande Arménie ou d’Arménie Mineure (la Cappadoce), la Cilicie pourra se présenter ainsi, au lendemain de l’installation des Francs sur le continent asiatique, comme le seul État de Croisade s’appuyant non pas sur une colonie de cadres, mais sur une colonie de peuplement.

Note

1 Cette étude tente de compléter celle que nous avons faite sur « Le rôle des Arméniens en Syrie du Nord pendant la Reconquête byzantine (vers 945-1031) ». Byzantinische Forschungen, XXV (1999), p. 249-284.

2 R. Grousset, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, 3e édition, Paris, 1995 (dorénavant Grousset, Arménie), p. 87. Cf. aussi pour le transfert des populations ciliciennes, H. Manandian, Tigrane II et Rome, Lisbonne. 1963 (Bibliothèque arménienne de la Fondation Calouste Gulbenkian). p. 43-47, où est rappelée la nomination de Bagarat, ancêtre des Bagratouni, comme préposé à la satrapie de Cilicie et de Syrie (p. 45) ; Cl. Mutafian, La Cilicie au carrefour des Empires, 2 vol., Paris, 1988, I. p. 190, où l’auteur – les témoignages portant seulement sur le déplacement des autochtones – évoque la possibilité d’un peuplement arménien.

3 L. Alishan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, trad. française, Venise, 1899 (dorénavant Alishan. Sissouan), p. 160 ; G. Dédéyan, « Le peuplement arménien aux frontières de la Cilicie aux ive-ve siècles », Études arméniennes in memoriam Haïg Berberian (D. Kouymjian éd.), Lisbonne, 1986 (Bibliothèque arménienne de la Fondation Calouste Gulbenkian), passim.

4 N. Adontz, Armenia in the Period of Justinian, trad. de Nina G. Garsoïan, Lisbonne, 1970 (Bibliothèque de la Fondation Calouste Gulbenkian), p. 73 (dorénavant, Adontz, Armenia).

5 Ibid., p. 137. Mélitène en l’ait également partie.

6 Ibid., p. 156-157.

7 Sur l’occupation arabe en Cilicie, cf. M. Canard, « Cilicie », Encyclopédie de l’Islam, 1ère édition (EI1), t. II, p. 35-38.

8 Sur Tarse sous la domination arabe, cf. F. Buhl, « Tarsus », dans EI2, t. IV, p. 712-713.

9 M. Canard. « Quelques observations sur l’introduction géographique de la Bughyat at-Talab de Kamâl al-dîn », Annales de l’Institut de la Faculté des Lettres d’Alger, XV (1957), p. 48, et dans Miscellanea Orientalia, Londres, 1973, X.

10 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au début du xie siècle », Travaux et Mémoires, Paris, 1976 (Recherches sur le xie siècle) (dorénavant Dagron, « Minorités »), p. 185.

11 L’émir de Tarse ‘Alî ibn Yahyâ, dit al-Armani, qui gouverna la Cilicie au milieu du ixe siècle était sans doute d’origine arménienne selon Adontz, « Les fonds historiques de l’Épopée byzantine de Digénis Akritas », Byzantinische Zeitschrift, XXIX (1929), c. III. et dans Études arméno-byzantines, Lisbonne, 1965 (Bibliothèque arménienne Calouste Gulbenkian), p. 18.

12 Alishan, Sissouan, p. 37.

13 L. Bréhier. Vie et mort de Byzance, 2e édition, Paris, 1969 (dorénavant, Bréhier, Byzance), p. 60 ; W. Treadgold, A History of the Byzantine State and Society, Stanford, Californie, 1997 (dorénavant Treadgold, Byzantine State), p. 301-322.

14 Ibid., p. 117-118.

15 Les campagnes de Nicéphore Phokas l’Ancien en Asie Mineure précèdent celles d’Italie du Sud : cf. H. Grégoire, « La carrière du premier Nicéphore Phocas », Mélanges en l’honneur de St. P. Kyriakidès, Thessalonique, 1953, p. 244-247 ; Treadgold, Byzantine Suite, p. 460.

16 Bréhier, Byzance. p. 117-118.

17 Dans la moyenne vallée du Karmalas.

18 Sur le haut Saros.

19 J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam, Paris. 1919, p. 258-259.

20 E. Honigmann, Die Ostgrenze des byzantinischen Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles, 1935 (dorénavant. Honigmann, Ostgrenze). p. 67 ; G. Dédéyan, « Mleh le Grand, Stratège de Lykandos » (dorénavant. Dédéyan, « Mleh le Grand »), Revue des Études arméniennes, Nouvelle Série 15, Paris, 1981 (dorénavant REArm, N.S.). p. 91-92.

21 M. Canard, Histoire de la Dynastie des Hamdânides de Jazira et de Syrie, Paris, 1953 (dorénavant Canard. Hamdânides), p. 722-725.

22 Canard, Hamdânides..., p. 748.

23 Ibid., p. 726-727.

24 Ibid., p. 731.

25 Ibid., p. 752-753.

26 Ibid., p. 755.

27 Ibid., p. 764-770.

28 Ibid., p. 775.

29 Ibid., p. 779.

30 Ibid., p. 783.

31 G. Schlumberger. Un Empereur byzantin au xe siècle, Nicéphore Phocas (dorénavant Schlumberger, Nicéphore Phocas), Paris, 1890, p. 61-96.

32 Ibid., p. 196-222, et Canard. Hamdânides, p. 805-809 (cf. aussi E. Honigmann. « Marach ». dans EI2, t. VI. p. 493).

33 Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 222-251, et Canard, ibid., p. 809-817.

34 Schlumberger, ibid., p. 399-406, et Canard. Hamdanides, p. 817-819.

35 Cf. Treadgold, Byzantine State, p. 501 ; A.-H. De Groot. « Kubrus », dans EI2, t. V, p. 302.

36 Schlumberger, Nicéphore Phocas. p. 422-425.

37 Ibid., p. 480-490 et p. 495-540. et Canard, Hamdanides, p. 819-823. Synnéphion. dans l’Amanus, correspondrait à Salan Kale, au sud de Payas, vers les Portes de la Cilicie (Honigmann. Ostgrenze, p. 96, n. 7, Alishan, Sissouan, p. 498).

38 Schlumberger, Nicéphore Phocas. p. 700-704, et Canard. Hamdanides, p. 831.

39 Schlumberger, ibid., p. 716-728 ; Canard, ibid., p. 832 ; J.-Cl. Cheynet, « La famille Bourtzès », dans J.-Cl. Cheynet et J.-Fr. Vannier, Études prosopographiques, Paris, 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), (dorénavant Cheynet-Vannier, Études prosopographiques), p. 18-19.

40 Schlumberger, ibid., p. 728-733, et Canard, ibid., p. 832-837.

41 Kédrénos, Bonn, II, p. 381.

42 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles. Paris, 1972 (dorénavant. Oikonomidès. Listes de préséance), p. 260-261.

43 En 934. Mélitène avait été simplement réduite à l’état d’émirat vassal.

44 Cf. Bréhier, Byzance. p. 173 ; Treadgold, Byzantine State, p. 511-512, et p. 950. n. 26, qui rend compte de P.-E. Walker. « The “Crusade” of John Tzimisces in the Light of New Arabic-Evidence », Byzantion, XLVII (1977), p. 301-327.

45 Bonn. II. op. cit., p. 489-490.

46 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fâtimide (359-468/969-1076), 2 vol., Damas, 1986-1989. t. I. p. 199-200.

47 H. Ahrweiler. « La frontière et les frontières de Byzance en Orient ». Actes du 14e Congrès international des Études Byzantines, éd. M. Berza et E. Stanescu, vol. I, Bucarest, 1974 (dorénavant Actes du 14e Congrès), p. 219, et Byzance : les pays et les territoires, Londres, 1976. III.

48 Mélias pour les Byzantins. Sur la date de la création de ce thème, cf. Dédéyan, « Mleh le Grand », p. 85-87.

49 E. Honigmann situe le thème de Lykandos beaucoup plus à l’est, sur le cours supérieur du Pyramos (Ostgrenze, carte II). Mais N. Oikonomidès a montré qu’il fallait situer la forteresse de Lykandos sur la rive ouest du Zamanti su, peut-être à proximité des actuels villages de Zerezek, Külete et Ekrek (« L’organisation de la frontière orientale de Byzance aux xe-xie siècles et le Taktikon de l’Escorial » [dorénavant « L’organisation de la frontière orientale »], Actes du 14e Congrès, p. 290, n. 29, et dans Documents et études sur les institutions de Byzance (viiie-xve siècle), Londres, 1976 [dorénavant Documents et études], XXIV), c’est-à-dire à une quinzaine de kilomètres à l’est-sud-ouest de Césarée. Quant à Tzamandos, cette forteresse est située par E. Honigmann, Ostgrenze, carte II, et par Fr. Hild et M. Restle, Tabula Imperii byzantin ! 2. Kappadokien, Vienne, 1981 (dorénavant, Hild-Restle, Kappadokien), p. 300-301, sur la rive gauche du haut Zamanti su.

50 Honigmann, Ostgrenze, p. 67.

51 Ibid., p. 67.

52 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 299.

53 Honigmann, Ostgrenze, p. 44. et G. Schlumberger, Sigillographie byzantine, Paris. 1884 (dorénavant Sigillographie), p. 270, et Nicéphore Phokas, p. 337.

54 Dans le Taurus, au nord de Tarse (E. Dulaurier, Recueil des Histoires des Croisades, Documents arméniens, t. I, Paris, 1869 [dorénavant D. A.], I, p. 56. n. 2. et p. 822).

55 Schlumberger, Sigillographie, p. 270, et H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris, 1966, carte, p. 216-217.

56 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 288, et carte.

57 Sur ce thème aux ixe-xe siècles, cf. Ahrweiler, Byzance et la mer, op. cit., p. 81-83 et p. 118-121 ; Constantin Porphyrogénète. De Thematibus, A. Pertusi éd., Le Vatican, 1952, carte : Oikonomidès, Documents et études.

58 Affluent de la rive droite du Saros. Sur Podandos-Bozanti. cf. Honigmann. Ostgrenze. p. 44-45.

59 H. Ahrweilher. « Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xe siècles » (dorénavant Recherches), dans Bulletin de Correspondance hellénique, 84, Athènes-Paris, 1960, p. 82, n. 2, et dans Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres, 1971, VIII (dorénavant Structures administratives et sociales).

60 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 288.

61 Ibid., p. 299-300.

62 Ibid., p. 300.

63 Ahrweiler, « La frontière et les frontières », op. cit., p. 217.

64 Ead., « Recherches », p. 47 : Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 297.

65 Oikonomidès, ibid., p. 298-299.

66 Ibid., p. 289. Eirènoupolis, à distinguer d’Eirènoupolis d’Isaurie, se trouvait non loin de Sarwandik‘ar, à proximité de l’actuelle Bagdacik (ibid., p. 289. et Kiepert, carte Kleinasien, feuille « Malatya »),

67 Oikonomidès. « L’organisation de la frontière orientale », p. 288, n. 20, et p. 299. Voir les effectifs des thèmes frontaliers dans W. Treadgold, Byzantium and fis Army, 284-1081, Oxford, 1995 (dorénavant Treadgold, Army), p 83-84.

68 C’est ce que suggère son rang dans le Taktikon de l’Escorial (Oikonomidès, Listes de préséance, p. 264) et le titre de patrice que lui attribuent les sources arabes, qui ne l’utilisent que pour les stratèges des mégala thémata (ibid., p. 345-346).

69 Ibid., p. 289 : Honigmann, Ostgrenze, carte III, situe cette place à une vingtaine de kilomètres de Baghrâs, sur la rive gauche du Nahr-al-Aswad.

70 Ahrweiler, « Recherches », p. 46. n. 2.

71 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 264.

72 Ibid., p. 266.

73 Ibid., p. 266.

74 Ibid., p. 266.

75 Ibid., p. 266.

76 Ibid., p. 268.

77 Ibid., p. 268.

78 Treadgold, Byzantine State, p. 507, Id., Army, p. 35-36.

79 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 334.

80 Id., « L’organisation de la frontière orientale », p. 288.

81 Ahrweiler, « Recherches », p. 61.

82 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300-301. Sur l’opposition entre l’armée des thémata, année provinciale de réserve, et celle des tagmata, armée professionnelle de la capitale, cf. Ahrweiler, « Recherches », p. 24-25.

83 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 288 ; Ahrweiler, « Recherches », p. 46, n. 1.

84 L’autorité du duc d’Antioche sur la Cilicie est manifeste, même au plan civil : le kritès de Tarse Philétos Synadénos reçoit du duc l’ordre de loger des familles ciliciennes en 1006 (J. Darrouzès, Épistoliers byzantins du xe siècle, Paris. 1960 [dorénavant Darrouzès, Épistoliens], p. 256). Cependant, dans la même série de lettres, la Cilicie et Antioche restent distinctes (cf. p. 255-256).

85 Le Domestique de Scholes d’Occident ne fait que le seconder dans son ressort géographique : Ahrweiler, « Recherches », p. 26.

86 Ibid., p. 66.

87 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300.

88 Ahrweiler, « Recherches », p. 73-74.

89 Ibid., p. 85.

90 Voir le cas exemplaire de Mélitène, dans Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale ». n. 31.

91 Ibid., p. 300. Sur le rôle d’Antioche, cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990, Byzantina Sorbonensia-9 (dorénavant, Cheynet, Pouvoir et contestations), p. 402-404, selon lequel Antioche ne pouvait assumer le rôle de capitale d’un État tourné aussi bien vers le monde byzantin que vers le monde musulman.

92 Cf. Treadgold, Byzantine State, Part IV, « The Long Revival ».

93 Sur le traité de partage, cf. Grousset, Arménie, p. 164. Sur les Byzantins de souche arménienne cf. N.-G. Garsoïan, « The Problem of Armenian Intégration in the Byzantine Empire », Studies of the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, H. Ahrweiler et A.-E. Laiou éd., Washington, 1998, p. 53-124.

94 N. Adontz, « L’âge et l’origine de l’empereur Basile Ier », Byzantion, IX (1934), p. 258, et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 108. Basile Ier était en réalité un Arménien du thème de Macédoine.

95 H. Bartik‘yan. « La conquête de l’Arménie par l’Empire byzantin », REARM. N.S., VIII (1971), p. 327.

96 Stéphannos Asoghik de Tarôn, Histoire universelle, édit. Malakhassiants, Saint-Pétersbourg, 1885 (dorénavant Asoghik, Saint-Pétersbourg), p. 159, 1re partie, traduction française d’E. Dulaurier, Paris, 1883, IIe partie, traduction française de F. Macler. Paris. 1917 (pour cette partie II. dorénavant trad.). p. 10.

97 Léon Diacre, Histoires, Bonn. p. 64, et Malthêos d’Ourha (Matthieu d’Édesse), texte, édit. de Vagharchapat 1898, p. 29, trad. E. Dostourian, Armenia and the Crusades, 10th to 12th centuries, New York, 1993, p. 28.

98 Léon Diacre, op. cit., p. 100. L’expression « thème des Arméniaques » a sans doute une acception géographique.

99 H. Grégoire, « Notules », Byzantion, VIII (1933), p. 572, et dans Autour de l’Épopée byzantine, X, Londres, 1975.

100 P. Charanis, « The Armenians in the Byzantine Empire ». Byzantino-slavica, XXII (1961), p. 220, et dans Studies on Demography of the Byzantine Empire (dorénavant Demography), Londres, 1972, V.

101 C’est le royaume de Chirak, du nom de sa principale province. Les Arabes favorisèrent dans le sud la création du royaume adverse de Vaspourakan, aux mains des Artzrouni (en 908).

102 Grousset, Arménie, p. 395. Cf. aussi Histoire du peuple arménien (en arm.), Publications de l’Académie des Sciences d’Arménie, t. 111. B.N. Arak‘élyan dir., Erevan, 1970 (dorénavant, Histoire du peuple arménien), p. 23-24.

103 Grousset, Arménie, p. 399-400.

104 Ibid., p. 443-446 ; G. Dédéyan. « Les rois bagratides du Chirak et le Califat ‘abbaside de Bagdad (884-1045/1055) », dans Il Caucaso (Aetes du Congrès international, 1995), Settimane di Studi del Centra italiano di Studi Sull’Alto Medioevo, XLIII, 2 vol., Spolète, 1996, t. 1, p. 169-179.

105 Grousset, Arménie, p. 494-497. Cf. aussi. Histoire du peuple arménien, III, p. 57-58.

106 Grousset, ibid., p. 498.

107 N. Adontz, « La lettre de Tzimiscès au roi Achot-Notes arméno-byzantines », II, Byzantion, IX (1934), p. 371-377, et Études arméno-byzantines, op. cit., p. 141-147.

108 Au nord de Kharberd, dans l’angle formé par le confluent de l’Euphrate oriental avec l’Euphrate occidental.

109 Honigmann, Ostgrenze, p. 69.

110 De l’autre côté de l’Euphrate oriental, au sud du Tégik‘.

111 À l’est du Handzit. Sur ces agrandissements, cf. Honigmann, Ostgrenze, p. 69-70.

112 N. Adontz, « Les Taronites en Arménie et à Byzance », Byzantion, X (1935), p. 541-544, et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 231-233.

113 Sur l’expansion byzantine au xie siècle, cf. Bart‘ikyan, « La conquête de l’Arménie ». op. cit., p. 327sq, G. Dédéyan, « L’immigration arménienne en Cappadoce au xie siècle » (dorén. Dédéyan, « Immigration arménienne »), Byzantion, XLV (1975), p. 48-54, W. Seibt, « Die Einglie-derung von Vaspurakan in das hyzantinische Reich », Handes Amsorya, n. 1-12. Vienne, 1978, col. 49-66.

114 Le célèbre catholicos et historien Hovhannês de Draskhanakert.

115 Asoghik, Saint-Pétersbourg, p. 168, trad., p. 22. Le Taranaghik‘ se trouvait dans le thème de Mésopotamie.

116 Honigmann, Ostgrenze, p. 65.

117 Aboû l-Farâdj (Bar Hebraeus), The Chronography, édit. W. Budge, Oxford, 1932, 2 vol. (I, traduction anglaise, II, texte syriaque) (dorénavant Aboû l-Farâdj, Chronography), I, p. 169.

118 J.-B. Chabot, Chronique de Michel le Syrien, Paris, 1899, réédition anastatique, Bruxelles, 1963, 4 vol., t. I, II, III, traduction, t. IV texte syriaque (dorénavant Chabot, Michel), t. III, p. 198.

119 P. 971-992.

120 L’« Occident » désigne l’Empire byzantin, par rapport aux Arméniens, qui s’intitulent « la nation orientale ».

121 Sur cet aspect du rôle des Arméniens, cf. G. Dédéyan, « Les Arméniens, soldats de Byzance », Pazmaveb (Polyhistor), Venise, 1987, p. 176-192.

122 Ahrweiler, « Recherches », p. 34.

123 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 335.

124 To tôn Arméniôn stîphos (Léon Diacre, op. cit., p. 14).

125 Skylitzès, H.-G. Beck, A. Kambilis, R. Keydell éd., Berlin, 1973, p. 268, Kédrénos, II, op. cit., p. 361.

126 N. Adontz, « Samuel l’Arménien, roi des Bulgares », Mémoires publiés par l’Académie royale de Belgique, 1938, III, p. 49, et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 393.

127 Ibid., p. 383 et p. 393.

128 Ibid., p. 393-394.

129 Léon Diacre, op. cit., p. 64.

130 Skylitzès, op. cit., p. 340 : Kédrénos, op. cit., p. 370.

131 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 297-298.

132 Sur les effectifs des thèmes du duché d’Antioche, cf. Treadgold, Army, p. 84-85.

133 Léon Diacre, op. cit., p. 28. La phratria (phratrie) était, dans l’Antiquité, une association de citoyens. Il s’agit là de colonies militaires constituées d’après des critères ethniques.

134 C. P. Kyrris, « Military Colonies in Cyprus in Byzantine Period. their Character, Purpose and Extent », Byzantinoslavica (dorénavant Kyrris, « Military Colonies »), XXXI (1970), p. 158-181.

135 Ibid., p. 169.

136 Ibid.

137 Ibid., p. 168. Sur les toponymes à résonance arménienne, cf. E. Malamut, Les îles de l’Empire byzantin, 2 vol., Paris, 1988 (Byzantina Sorbonensia-8). t. 1, p. 161-163.

138 Léon Diacre, op. cit., p. 17.

139 Le thème de Sébaste est au nombre des rômaïka thémata : cf. Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 297-298.

140 Chronography, op. cit., p. 169.

141 Ibid., p. 168.

142 Ibid., p. 170. Aboû l-Farâdj mentionne, sur d’autres théâtres, les exploits de l’infanterie arménienne, à l’époque de Nicéphore Phokas : « En ce temps-là, mille fantassins arméniens Firent une incursion dans le territoire d’Édesse, d’où ils emmenèrent mille brebis, cent bœufs et dix Arabes » (ibid., p. 169).

143 Symmachoi. Le terme de symmachikon désigne, au xie siècle, l’ensemble des mercenaires. Cf. N. Oikonomidès. « L’évolution de l’organisation administrative de l’Empire byzantin au xie siècle (1025-1118) », Travaux et Mémoires. VI (1976), (dorénavant, Oikonimidès, « Organisation administrative »), p. 114.

144 Skylitzès. op. cit., p. 268 ; Kédrénos, II, op. cit., p. 361.

145 C’est l’azatagund, ou « légion noble », constituée des modestes vassaux d’un grand seigneur, les azat. dotés d’une sorte de fief et combattant à cheval, comme cataphractaires (cf. N.-G. Garsoïan, « Azat », Dictionary of the Middle Ages, [John R. Strayer éd.], New York, vol. II, p. 25).

146 Adontz, « Les Taronites en Arménie et à Byzance », X (1935), op. cit., p. 542, et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 232.

147 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 299. Le relèvement du triple de la valeur des biens militaires par Nicéphore Phokas, en raison de l’armement plus lourd, sous-entend que l’on admet parmi les stratiotes des gens de la petite noblesse et par conséquent des cavaliers ; cf. G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin, Paris, 1969, p. 312-313.

148 Jérusalem, p. 29, trad. p. 21 et H. Bart‘ikyan, « À propos de quelques termes byzantins dans la Chronique de Matt’êos d’Ourha », Académie des Sciences de la R.S.S. d’Arménie, 1969, n° 3 (en arm., résumé en russe), p. 72-77.

149 Cf. supra.

150 Adontz, Armenìa, p. 201. Id., « Notes arméno-byzantines », V, « Les Dalassènes », Byzantion, X (1935), p. 185, et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 177. Sur le Gahnamak, cf. G. Dédéyan, « Les listes féodales du Pseudo-Sembat », Cahiers de Civilisation médiévale, n° 1, janvier-mars 1989, p. 30-31.

151 N. Adontz, « Notes arméno-byzantines. I, Les sceaux des Makhitar ». Byzantion, IX (1934), p. 369 et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 139 (cf. aussi A.P. Kazhdan, Les Arméniens dans la classe dirigeante de l’Empire byzantin aux xie-xiie siècles [en russe], Erevan, 1975, p. 100-103).

152 Cf. Cheynet, « Les Brachamioi », dans Cheynet-Vannier, Études prosopographiques, p. 66-73.

153 Cheynet, « Les Brachamioi », p. 57-59 : N. Adontz, « Notes arméno-byzantines », III, Byzantion, III (1934). p. 379, et Études arméno-byzantines, op. cit., p. 149.

154 Ibid., p. 381, et Études arméno-byzantines, op. cit., p. 151.

155 Ibid., et dans Études arméno-byzantines, p. 394, n. 28.

156 Oikonomidès, Listes de préséance, op. cit., p. 335.

157 C’est le Lamas su, à l’ouest de Mersine. Sur ces échanges, M.-G. Stasola, « Gli episodi di riscatto dei prigionieri sul Lamas-Sû (ix-x sec.) : tipologia e considerazioni », dans La liberazione dei ‘Captivi’ tra cristianità e islam. Città del Vaticano. 2000, p. 715-720.

158 A.-A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, trad. française, 2 vol., Bruxelles, 1935-1950, t. II, p. 13, p. 42, p. 57.

159 Histoire de Yahya-Ibn-Saïd d’Antioche, éd. et trad. I. Kratchkovsky, I, Paris, 1924 (PO 18), p. 784.

160 Ibid., p. 794.

161 Ibid., p. 793.

162 Cf. Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 203.

163 Yahya, op. cit., p. 794.

164 Ibid., p. 795-796.

165 Ibid., p. 793.

166 Cette possibilité traditionnelle avait été offerte aux musulmans de Mélitène, en 934 (cf. Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 290, n. 31).

167 Schlumberger, Nicéphore Phocas, p. 486.

168 Yahya, op. cit., p. 796-797.

169 Schumberger, Nicéphore Phokas, p. 497-498.

170 Yahya, Kratchosky, p. 816. Sur le vide humain crée par Nicéphore Phokas après ses conquêtes de Cilicie et de Syrie du Nord, nous avons suivi de près Dagron, « Minorités », p. 180-183.

171 Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale », p. 300.

172 Kazhdan, Les Arméniens, op. cit., p. 12.

173 Sur le problème des biens militaires, cf. Ahrweiler, « Recherches », p. 10-23.

174 Darrouzès, Épistoliers, p. 49. Ce sont là les dates connues du séjour à Antioche qui nous permettent de rectifier Schlumberger, 1003..., Sigillographie, p. 307-309. Skylitzès et Kédrénos avancent l’affectation à Antioche à la fin de 999 (p. 345, et II, p. 454).

175 Darrouzès, Épistoliers, p. 49.

176 Honigmann, Ostgrenze, p. 108. Darrouzès, Épistoliers, p. 255, n° 5.

177 Ibid., p. 256.

178 Yahya, op. cit., p. 466-467.

179 Darrouzès, Épistoliers, p. 256, n° 2.

180 Voir G. Dagron, H. Mihaescu (†). Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phokas (963-969), Paris, 1986.

181 Zachariae von Lingenthal, Jus graeco-romanorum, III, Novellae Constitutiones, réédition Zepos, p. 290-291.

182 Ibid., p. 291. Sur l’indiscipline des Arméniens, voir le cas des guetteurs, évoqué par G. Dagron. « Le combattant du Taurus », Le combattant au Moyen Âge, Actes du Congrès de la SHMESP, Montpellier, 1987, p. 38-39.

183 Ostrogorsky, « La date de la composition du Livre des Thèmes », op. cit., p. 40, n. I. Sur l’afflux des Arméniens sur la frontière du Taurus, cf. Dagron, « Le combattant », p. 41.

184 Cf. supra, p. 16.

185 Yahya, op. cit., p. 372.

186 Adontz, « Notes arméno-byzantines », III, « La famille de Philarète », Byzantion, IX, 1934, p. 380 et dans Études arméno-byzantines, op. cit., p. 150.

187 Bonn, p. 137.

188 Plus à l’ouest, en Pamphylie, nous avons peu d’indices : le sceau de Jean Artavast (de la famille byzantine) juge du Velum et des Cibyrrhéotes, au xe ou au xie siècle (Schlumberger, Sigillographie, p. 262 et p. 623), et la mention de matelots arméniens qui, à Attalia, achetèrent à des pirates arabes le corps de saint Lazare de Galésion, mort en 1054 (Laurent, Byzance et les Turcs seldjoukides dans l’Asie Occidentale jusqu’en 1081, Nancy, 1913 (dorénavant Laurent, Byzance et les Turcs), p. 69 ; Dagron, « Minorités », p. 215 et n. 87).

189 Cf. supra, p. 14.

190 Cité par M. Canard, « Notes sur les Arméniens en Égypte à l’époque fatimide », Annales de l’Institut d’Études Orientales de la Faculté des Lettres d’Alger, XIII (1955), p. 144, et dans Miscellanea Orientalia, op. cit., VIII.

191 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 32. Cité par J. Laurent, Byzance et les Turcs, op. cit, p. 29, n. 1 et la différenciation avec Kharpert, en Grande Arménie.

192 Dédéyan, « Immigration arménienne », op. cit., p. 96-97.

193 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 202, trad. p. 75.

194 Asoghik, « Saint-Pétersbourg », p. 258, p. 141-142. C est l’arménien Selewka que nous traduisons par Séleucie. Nous écartons la lecture finalement retenue par F. Macler (Asoghik) de Soulenda (Sélinonte, à l’ouest de la Cilicie). Nous avons vu que, à Chypre, il y a des Arméniens venus de Platanion, près de Séleucie, au xe siècle et que, au xie siècle, des Arméniens de la région de Séleucie arrêtent les Turcs. Séleucie n’est attestée comme siège épiscopal qu’au concile arménien de Horomkla (1179).

195 Darrouzès, Épistoliers, p. 254.

196 Cf. supra.

197 P. Tekeyan, Controverses christologiques en Arméno-Cilicie, Rome, 1939, p. 39.

198 Dagron, « Minorités », p. 215.

199 Ibid., p. 209.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540