Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Introduction

Texte intégral

1Introduire aux actes du colloque Migrations et diasporas méditerranéennes (xie-xve siècles), qui s’est tenu, pour la deuxième fois, du 14 au 18 octobre 1999, dans le cadre prestigieux de Conques, grâce à l’accueil de son Centre d’Histoire et Civilisation Médiévale, ne peut être, aujourd’hui, qu’un geste empreint à la fois de fierté et de nostalgie. Fierté, parce que les textes qui suivent constituent le quatrième des volumes qui, depuis 1987, ont scandé et, à notre sens, amplement justifié, les travaux de notre Groupe de Recherches, le GDR 555. Mais aussi nostalgie, parce qu’il s’agit d’un retour sur quatorze années de travail, au terme desquelles ses initiateurs, Michel Balard et Alain Ducellier, se prennent à imaginer comment, dans peu de temps, l’entreprise leur échappera, un peu comme un enfant qui quitte le foyer.

2Pourtant, la fierté l’emporte de loin sur la nostalgie, après les efforts fournis et les résultats obtenus par tous ceux qui se sont ralliés à l’étude des phénomènes coloniaux, puis des faits migratoires dont la Méditerranée médiévale a été un théâtre privilégié. On pouvait être certain d’ouvrir un nouveau champ de recherche, et à peu près sûr d’y recueillir des richesses insoupçonnées : le présent volume, nous l’espérons, en administrera une nouvelle preuve. Et surtout, la nostalgie s’estompe vite quand, en parcourant la liste des participants au colloque de Conques, on constate que notre groupe primitif, sans avoir laissé aucun « ancien » au bord de la route, tout en ayant rallié à lui certains esprits qui, à l’origine, n’étaient que sympathisants, s’est accru d’un nombre important de jeunes et valeureux chercheurs, qui sont la meilleure garantie de sa pérennité. Et notre orgueil est grand d’avoir entraîné, parmi ces jeunes chercheurs, bon nombre d’étrangers, parmi lesquels certains sont issus des lieux mêmes qui, du Moyen Âge à notre temps, ont été les terrains d’élection de la colonisation, et sont encore affectés par une de ses conséquences, le flux migratoire vers les anciennes métropoles.

3C’est aussi une grande satisfaction pour nous que de voir comment chacun de nous, par ses travaux et par la réflexion qu’il a menée sur ceux des autres, a contribué à faire de nos séminaires et de nos colloques des organismes vivants car, si la thématique purement « coloniale » qui était au départ la nôtre s’est, comme insensiblement, dilatée au point d’englober l’étude des phénomènes migratoires, ce ne fut en aucun cas le fait d’une volonté arbitraire de changement. Rien ne fut en effet plus encourageant, je dirai même exaltant, que d’assister progressivement à la naissance, à la maturation, puis à l’éclosion de recherches nouvelles, certes fruits du travail de chacun, mais très souvent aussi, du contact actif avec celui des autres, voire en réaction à certaines hypothèses émises au cours de nos débats. Et si ce que nous venons d’écrire est valable pour tous, on nous permettra de dire pourtant la joie particulière que nous avons conçue lorsque la nouveauté, l’originalité, voire ce qu’on pourrait peut-être prendre pour de la témérité, se sont manifestées parmi les plus jeunes, ceux donc qui portent en eux l’avenir d’une recherche désormais livrée à tous, mais dont il leur appartient prioritairement de guider les progrès.

4Aussi ne s’étonnera-t-on pas de constater que le recueil qui suit ne vise pas à présenter les facettes trompeuses d’une pensée unique, pour reprendre une formule à la mode : c’est seulement si nous étions tous d’accord sur tout que nous pourrions considérer notre œuvre comme terminée. Certes, chacun a su se conformer aux cadres généraux que nous avions déterminés lorsque nous en étions à la phase de préparation du colloque, ce qui n’a d’ailleurs pas été bien difficile, puisque les diverses articulations proposées étaient directement issues d’un travail commun ; mais on saura percevoir sans peine les nuances qui, d’un thème à l’autre, marquent chacune des démarches personnelles. C’est vrai, par excellence, de l’effort de clarification qu’imposait, à notre sens, la terminologie usuellement appliquée aux faits coloniaux et aux phénomènes migratoires ou diasporiques ; ce l’est aussi de la prise en compte, dans chacun de ces domaines, des interactions entre espace et temps, de l’appréciation numérique et qualitative des groupes de migrants, et ce l’est encore des jugements à porter sur les conséquences, à court et à long terme, des migrations et des diasporas, dont la colonisation n’est, après tout, qu’un des multiples aspects.

5En lançant, sans jouer sur les mots, cette nouvelle bouteille à la mer, nous sommes conscients d’avoir laissé échapper un des aspects majeurs de notre nouvelle rencontre : l’ardeur et la richesse des débats qu’elle a suscités. Mais est-il présomptueux de croire que, au seul contact des textes, nos lecteurs sauront y être sensibles ?

6A. D. — M. B.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540