Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans les mondes grec et romain

 | 
Jean-Marie Bertrand

II. Normes

Les femmes de Sparte (et d’autres cités) en temps de guerre

Anton Powell

Texte intégral

Je souhaite remercier les organisateurs du colloque, Jean-Marie Bertrand, Nicolas Richer, Pauline Schmitt Pantel, pour m’avoir invité à considérer un tel sujet : sine quibus non. Pour les améliorations qu’ils m’ont suggérées, je suis très reconnaissant à Fritz-Gregor Herrmann, John Morgan, Christopher Tuplin. Vincent Azoulay, Nicolas Richer et Jean-Marie Bertrand m’ont permis d’améliorer ma présentation. J’entretiens une dette particulière à l’égard de Nadia Fahmi, de Roubaix, pour la traduction de mon texte, et aussi parce qu’elle est une excellente représentante de la culture française.

  • 1 Platon, Lois, 805e-806c.
  • 2 τῶν δʹ εἰς τὸν πόλεμον μὴ κοινωνούσας, ὥστε οὐδʹ εἴ τίς ποτε διαμάχεσθαι περὶ πόλεώς τε καὶ παίδων (...)

1Durant la période classique, les citoyennes de Sparte ne prenaient pas part aux combats armés. Dans les Lois, le porte-parole athénien de Platon entretient Megillos, le Spartiate, de ce fait1. L’Athénien présente de façon rapide ce qu’est le rôle des femmes à Sparte. Les jeunes filles devaient prendre part aux gymnasia et à la mousikè. Les gymnasia étaient bien évidemment utiles pour la guerre. Il est à noter que la mousikè avait également son utilité puisque la danse impliquait l’entraînement aux mouvements suivis et coordonnés. Platon continue en expliquant que, contrairement aux Athéniennes, les citoyennes de Sparte étaient libérées des travaux de la laine. Toutefois, « elles ne prennent pas part aux actions militaires, si bien que même s’il pouvait leur arriver de devoir un jour combattre pour défendre leur cité et leurs enfants, elles n’auraient pas les compétences nécessaires pour décocher des flèches, comme le font les Amazones, ou lancer correctement des projectiles. Elles ne pourraient imiter la déesse en tenant bouclier et lance. Si leur pays venait à être ravagé, elles ne pourraient résister noblement et même donner le spectacle d’une troupe rangée en ligne de bataille ordonnée (ἐν τάξει τινί) pour faire peur, à défaut de mieux, à l’ennemi2. »

2L’Athénien continue en accusant les législateurs de Sparte de s’intéresser seulement au sexe masculin alors qu’il laisse les femmes jouir dans le désordre, ἀτάκτως, d’une vie de luxe. Comme le souligne le vocabulaire, ἀτάκτως étant le contraire de la τάξις militaire, le désordre social rend l’ordre militaire impossible.

  • 3 J. Ducat, « La femme de Sparte et la guerre », Pallas, 51, 1999, p. 165.
  • 4 Pausanias, Périégèse, 3, 15, 10 ; cf. 17, 5 ; 23, 1.
  • 5 Plutarque, Cléomène, 8, 3-9, 7.
  • 6 τέλεον γὰρ καὶ οὐ διήμισυν δεῖν τὸν νομθέτην εἶναι, τὸ θῆλυ μὲν ἀϕιέντᾶν καὶ άναλίσκειν διαίταις ἀτ (...)

3Platon démontre ici, sans emphase mais avec vigueur, la connaissance approfondie qu’il a de Sparte ou du moins de l’image de Sparte. Il semble envisager ce que serait l’incapacité des femmes spartiates à lutter si leur terre venait à être ravagée. Il s’agit là sans doute d’une référence subtile à la façon dont les femmes spartiates se seraient comportées en 370/369 lorsque leur terre fut ravagée par les forces thébaines3. Les commentateurs considèrent, en général, que les Lois sont une œuvre tardive écrite bien après 370. Il faut admettre qu’avant Leuctres l’idée de Platon selon laquelle les femmes de Sparte auraient pu avoir à se défendre au cœur même de leur pays n’aurait eu aucune vraisemblance et aurait pu passer pour folle et offensante. Sparte imposait alors son pouvoir à la Grèce, des États-tampons la protégeaient dans le Péloponnèse. Les femmes, comme l’indique Xénophon, n’avaient jamais encore vu un ennemi de près. Mais après Leuctres et l’invasion de la Laconie par les Thébains, le scénario envisagé par Platon prend tout son sens et correspond à un épisode mémorable sur lequel je reviendrai. L’allusion à la déesse, portant bouclier et lance, fait probablement référence aux statues de l’Aphrodite en armes qui se trouvaient en Laconie4. Lorsque l’Athénien critique les Spartiates pour ne pas avoir déployé une troupe de femmes pour faire masse au moment de la bataille et pour provoquer l’inquiétude chez l’ennemi, il semble leur reprocher leur incompétence dans les deux domaines où ils s’enorgueillissaient d’avoir une compétence réelle. Ils étaient, en effet, experts dans l’art d’utiliser les effets visuels pour influencer et manipuler leurs ennemis et pour jouer sur leurs peurs. Phobos, tout comme la déesse armée Aphrodite, était une divinité vénérée dans un édifice qui lui était consacré à Sparte5. Mais Platon exagère quand il suggère que le législateur spartiate n’était qu’à demi législateur pour avoir négligé la moitié de sa tâche6, et il se voit contraint de nuancer son propos d’un τελέως σχεδὸν (« presque complètement »). Pourtant, comme nous venons de le voir, il constate dans ce même passage la façon dont on avait confié aux femmes spartiates un rôle particulier et, en quelque sorte, militaire, même s’il n’était pas bien adapté.

  • 7 E. G. Millender, « Athenian ideology and the empowered Spartan woman » dans Sparta : New perspectiv (...)

4Le témoignage de Platon, qui montre que les femmes de Sparte ne prenaient pas part aux combats, est appuyé par un argument de poids : le silence des Athéniens et des autres Grecs. Les Athéniens, qui nous procurent l’essentiel de ce que nous savons sur Sparte, étaient fascinés, voire obsédés par l’image de la femme combattante. Partout ils font référence aux Amazones, y compris dans ce passage de Platon. Lorsqu’ils pensaient à Sparte, ils évoquaient les étranges pratiques des femmes et jeunes filles qui faisaient souvent l’objet de leurs remarques ; elles étaient pour beaucoup dans la spécificité de la cité7.

5Cela donne force à l’argument e silentio. S’il y avait eu le moindre sentiment que les femmes spartiates de la période classique prenaient part aux combats, il ne fait aucun doute que l’image de la guerrière spartiate aurait été l’une des représentations les plus fameuses de l’époque. Cela n’est pas le cas. Plus tard, durant la période hellénistique, Sparte devint bien moins austère et moins spécifique dans ses pratiques, elle fut aussi plus habituée à voir l’ennemi envahir son territoire. Sparte était devenue une cité grecque plus normale, et dans toute cité grecque normale, en temps d’invasion, les femmes se rendaient utiles en dehors comme près des combats. Nous n’avons que très peu de témoignages littéraires sur cette époque de l’histoire spartiate. Parmi ceux qui nous sont parvenus, le thème du rôle courageux et vigoureux tenu par les femmes spartiates en temps de guerre, ou lors de tout affrontement public, revient désormais souvent et se trouve même être prédominant. Je fais ici référence aux écrits de Phylarque dont Plutarque s’est beaucoup inspiré pour rédiger les Vies de Pyrrhus, d’Agis et de Cléomène.

  • 8 A. Powell, « Plato and Sparta : modes of rule and of non-rational persuasion in the Laws », dans Th (...)
  • 9 Xénophon, Helléniques, 6, 5, 28.
  • 10 Aristote, Politique, 1269b34-38 : χρησίμου δ’ οσης τής θρασύτητος πρός ούδέν τῶν εγκυκλίων, άλλ’ ε (...)

6Pourquoi Platon choisit-il l’exemple de Sparte pour critiquer le caractère peu belliqueux des femmes ? Les femmes de bien d’autres États grecs étaient tout aussi peu initiées au maniement des armes. Comme je l’ai déjà signalé ailleurs, Platon s’inspire généralement de Sparte, cité critiquée et idéalisée, pour rédiger ses Lois8. Son choix se porte sur Sparte parce que, de tous les États grecs, ses pratiques sont celles qui se rapprochent le plus de ses idéaux. Contrairement aux autres femmes, les femmes spartiates suivaient un entraînement militaire bien que ce dernier ne fût pas suffisant. Les rapports sur la façon dont les femmes spartiates s’étaient comportées après la défaite de Leuctres étonnèrent donc d’autant plus. Un ennemi, Thèbes, avait envahi la Laconie. Xénophon, nous l’avons rappelé plus haut, raconte ce qui arriva lorsque les femmes de Sparte virent leurs biens brûler : « Elles ne pouvaient même pas supporter la vue de la fumée parce que jamais auparavant elles n’avaient vu l’ennemi. »9 Aristote, qui est généralement plus critique à l’égard de Sparte, est, encore, plus ferme dans sa critique10. Il me faut laisser un instant une partie de sa phrase en Grec, on comprendra pourquoi par la suite : « Alors que le courage physique n’est utile pour aucune des activités ordinaires mais est indispensable à la guerre, les femmes de Sparte furent très nuisibles à la guerre aussi. Elles en firent la démonstration durant l’invasion thébaine, elles ne se rendirent aucunement utiles ώσπερ έν έτέραις·πόλεσιν, et firent plus de bruit que l’ennemi. »

  • 11 P. Cartledge, « Spartan wives : liberation or licence ? » dans Id., Spartan reflections, Londres, 2 (...)
  • 12 E. g. H. Rackham dans l’édition Loeb (1932), J. Redfield, « The women of Sparta », Classical Journa (...)

7Les modernes ont traduit ώσπερ έν έτέραις·πόλεσιν de deux façons bien différentes. Pour certains, les plus autorisés (ainsi Cartledge, Ducat, Schaps11), Aristote a voulu dire que les femmes spartiates se comportèrent comme les femmes des autres cités grecques et qu’elles se montrèrent complètement inutiles pendant le combat. Pour d’autres, Aristote a voulu dire qu’à la différence des femmes des autres cités, les femmes spartiates se montrèrent inutiles12. Cartledge, Ducat et Schaps : quel trio redoutable ! Il est toutefois encore utile d’argumenter à propos de ce passage puisque l’enjeu est considérable.

  • 13 Thucydide, 3, 74, 1. Cf. D. Harvey, « Women in Thucydides », Arethusa, 18, 1985, p. 67-90.
  • 14 Thucydide, 2, 4, 2 et suiv.
  • 15 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 13, 56, 7, cf. 55, 4-5, 56, 6.
  • 16 Plutarque, Pyrrhus, 34. Divers récits d’histoire de France montrent des femmes servant d’auxiliaire (...)

8Aristote traite du comportement en temps de guerre des femmes grecques en général et de l’incompétence exceptionnelle des femmes spartiates. Il peut paraître énigmatique aux modernes mais il ne l’était pas à ses contemporains, ses auditeurs et lecteurs connaissant bien le contexte de l’époque et celui de l’œuvre même. Les Grecs étaient bien conscients de ce que les femmes grecques ne participaient pas en armes aux campagnes, mais ce n’est pas ce qui l’intéresse. Il veut dire que les femmes sont utiles à la guerre, dans la lutte contre un ennemi présent sur leur propre territoire. Nous avons de nombreuses preuves de l’utilité des femmes grecques dans ce type de situation. Nous verrons ce qu’il en est des femmes servant en tant qu’auxiliaires. Pour celles qui ont réellement combattu, l’exemple le plus connu est celui de Thucydide qui rapporte que, durant la guerre civile de Corcyre en 427 av. J.-C., elles s’étaient illustrées en jetant des tuiles depuis les toits13. Des femmes s’étaient de même battues à Platées en 431 contre les assaillants thébains14. Diodore décrit des combats similaires menés par les femmes grecques depuis les toits lors de l’invasion de Sélinonte par les Carthaginois (409/408 av. J.-C.)15. Un autre récit postérieur à l’époque d’Aristote nous apprend qu’une femme d’Argos aurait tué le roi Pyrrhos en lançant une tuile depuis le toit où, comme les autres femmes de la ville, elle se trouvait (272 av. J.-C.)16.

  • 17 Aristote, Politique, 1272a40-41.
  • 18 Aristote, Politique, 1270b10.

9Pour ma part, je pense qu’Aristote a voulu dire que les femmes de Sparte furent particulièrement mauvaises à cette occasion, à la différence de ce qu’auraient été les autres femmes. J’aimerais brièvement défendre, d’un point de vue linguistique, l’interprétation que je propose de cette phrase. Aristote écrit au sujet des femmes spartiates que χρήσιμοι μὲν γὰρ οὐδὲν ἦσαν, ὥσπερ ἐν ἑτέ ραις πόλεσιν, θόρυβον δὲ παρεῖχον πλείω τῶν πολεμίων. Il les compare aux femmes du reste de la Grèce pour justifier (γάρ) l’idée présentée immédiatement auparavant selon laquelle les femmes spartiates étaient en guerre particulièrement nuisibles. Affirmer que les femmes spartiates étaient extrêmement nuisibles aurait affaibli son argumentation, car elles étaient, en cela, tout à fait normales si on les juge selon les normes de l’époque. Il était plus utile d’affirmer qu’elles étaient nuisibles mais que par ailleurs, elles étaient différentes des autres femmes. Il faut mettre en parallèle cette phrase avec un passage d’Aristote remarquablement similaire qui apparaît quelques pages plus loin lorsqu’il traite d’un autre sujet : οὐδὲν γὰρ λήμματος ἐστὶ τοῖς κόσμοις ὥσπερ τοῖς ἐϕόροις (« Les kosmoi [crétois] ne font aucun profit, comme les éphores/ au contraire des éphores [spartiates] »)17. Il n’y a pas néanmoins d’ambiguïté dans ce contexte précis, car Aristote signifie bien que les éphores étaient à vendre (οἳ διὰ τὴν ἀπορίαν ὤνιοι ἦσαν18). La traduction que je propose pour la remarque concernant les femmes est donc linguistiquement parlant possible, ὥσπε ρ pouvant s’appliquer non pas à la totalité de l’alternative mais à l’un des éléments qui la constituent.

  • 19 Commençant en 1269a26.
  • 20 Aristote, Politique, 1269b24-25 ; cf. 33-34.
  • 21 Aristote, Politique, 1270a8. J. Aubonnet traduit (édition de la CUF, 1960) le passage en faisant de (...)

10La remarque d’Aristote sur l’incapacité des femmes spartiates en matière militaire fait partie d’un ensemble19 d’analyses destinées à réfuter l’idée selon laquelle la constitution de Sparte était idéale. Il tient, en particulier, à expliquer comment Sparte a perdu son statut de grande puissance. Parmi les faiblesses structurelles de la cité, il commence par l’hilotisme mais signifie que les femmes ont une responsabilité importante dans l’échec de la cité. Elles manquent de contrôle sur elles-mêmes (άκολασία). Leur débauche, la domination qu’elles exercent sur les hommes, présentés comme γυναικοκρατούμενοι20, se manifestent même en matière politique ; le goût excessif de ceux-ci pour l’argent tiendrait de même à l’influence féminine. Une fois cela dit, vient le passage concernant la mauvaise conduite de ces dames dans la guerre, puis celui où la responsabilité de l’oliganthropie est renvoyée à leur droit à posséder la terre. L’idée qu’Aristote se fait d’elles est exprimée de façon particulièrement sévère quand il les accuse explicitement d’être coupables, αἰ τίαι, des conditions déplorables dans laquelle se trouve Sparte21. Il sait que ce qu’il écrit est tout à fait inhabituel mais le contexte est fait pour que son lecteur pense que la réaction des femmes spartiates devant l’invasion thébaine est mauvaise à quelque point de vue que l’on se place, qu’elle n’est pas de même nature que celle qu’auraient eu des femmes grecques, ailleurs.

  • 22 Aristote, Politique, 1264b, 1265a-1266b.

11Dans ce contexte, Aristote a Platon à l’esprit et les Lois en particulier, qu’il mentionne à plusieurs reprises22 tout en les critiquant. Il les approuve en 1271b, soulignant que les Spartiates ne sont éduqués que pour une part de la vertu, celle qui s’exerce à la guerre. En 1269b, aussi, il a les Lois en tête quand il indique que la moitié de la cité n’a pas reçu de loi, ἥμισυ τῆς πόλεως […] ἀνομοθέ τητον, parce que le législateur n’a pris en compte que les seuls hommes et a expressément négligé les femmes (ἐξήμέληκεν). Il faut reconnaître ici la formule de Platon évoquant le demi-législateur qui négligeait presque complètement la part féminine de la cité. Aristote reprend ici en écho son maître en un jeu intertextuel délibéré. Platon laissait entendre que si les femmes avaient, en cette circonstance, agi de façon correcte, elles auraient pu intimider l’ennemi : ϕόβον [...] πολεμίοισι παρασχεῖν Aristote lui répond qu’en fait elles faisaient plus de bruit que celui-ci, θόρυβον [...] παρεῖχον πλείω τῶκν πολεμίων. Le parallélisme des mots est fait pour attirer l’attention sur les divergences entre les deux textes en une sorte de jeu parodique. Platon reste indulgent et évasif en imaginant ce que les femmes spartiates auraient pu faire sans y parvenir. Aristote raconte ce qui s’est réellement passé et il les compare aux autres femmes de Grèce, ὥσπερ ἐν ἑτέραις πόλεσιν. Platon évoque à leur propos les Amazones (806a), Aristote trouve en écho un terme de comparaison plus immédiat, la femme grecque ordinaire. Le Stagirite s’exprime en homme qui, ayant écrit quelque cent cinquante-huit Constitutions, préfère les Realien aux mythes. Aristote signifie à ceux qui connaissent le texte des Lois qu’il se distingue de son maître, sans doute parce qu’il sait mieux, du fait de sa connaissance des institutions de Grèce, quelles y sont les mœurs des femmes grecques.

  • 23 Thucydide, 5, 66, 3.
  • 24 Xénophon, Lakedaimoniôn Politeia, 11, 7.
  • 25 Xénophon, Agésilas, 6, 7.

12La chaîne de commandement de l’armée spartiate très structurée23, la capacité des hommes à effectuer des manœuvres complexes24 imposaient sans doute l’usage d’ordres vocaux et de sonneries de flûtes. Xénophon, dans l’éloge qu’il fait d’Agésilas montre que les troupes devaient, à tout prix, éviter de faire du bruit, et qu’il savait le leur imposer. Car dans la mesure où elles restaient impavides, qu’elles étaient inébranlables, silencieuses, qu’elles ne faisaient pas de faute, il était très difficile de les surprendre25 : ἀτρεμές καὶ ἀνεκπληκτότατον καὶ ἀθορυβητότατον καὶ ἀναμαρτητότατον καὶ δυσεπιβουλευτότατον. Le thorubos dont les femmes de Sparte s’étaient rendues coupables avait, sans aucun doute, beaucoup perturbé la transmission des ordres dans les unités et la capacité des hommes à se penser à ce qu’ils avaient à faire.

  • 26 Xénophon, Anabase, 4, 3, 19.
  • 27 Odyssée, 3, 450.

13On peut se demander si, chez les autres Grecs, les femmes, éventuellement présentes auprès des soldats, étaient autorisées à faire du bruit ou le silence leur était imposé. Dans l’Anabase26, Xénophon raconte de quelle façon les soldats et les civils qui s’étaient joints à eux, durent traverser une rivière alors qu’ils étaient attaqués. « Quand les sacrifices fournirent de bons présages, tous les soldats se mirent à chanter le péan et à pousser le cri de guerre (ἀνηλάλαζον). Toutes les femmes, nombreuses étaient, en effet, les hetairai suivant l’armée, les accompagnèrent de leurs youyous (συνωλόλυζον δὲ καὶ αἱ γυναῖκες ἅπασαι). » Xénophon utilise des mots connotés sexuellement, employant ἀλαλάζω pour le masculin et ὀλολύζω pour le féminin. Il n’est pas question, ainsi, de femmes envahissant de manière inconvenante la sphère masculine. L’ ὀλολυγή ici, comme souvent dans le monde arabe, était un cri de triomphe qu’on associait à la religion. Dans le cas présent, il célébrait le sacrifice réussi. Homère utilise d’ailleurs le même mot (ὀλόλυξαν) pour décrire le cri poussé par les femmes lorsque l’animal sacrifié meurt27. Le pieux Xénophon, attribuant aux femmes un mot qui leur appartient en propre, montre qu’il les approuve d’autant qu’elles poussent leur cri spécifique en même temps que les soldats, συνωλόλυζον.

  • 28 Thucydide, 2, 4, 2.
  • 29 A. H. Layard, Nineveh and its remains2, Londres, 1849, t. 1, p. 120 : When an Arab or a Kurd hears (...)

14Le mot ὀλολυγή est utilisé par Thucydide28 quand il décrit la défaite des troupes thébaines, entrées dans la ville de Platées en 431 av. J.-C. Elles sont reçues par un thorubos provenant aussi bien des hommes que des femmes et des esclaves de Platées. Les femmes poussent l’ ὀλολυγή tout en jetant sur leurs assaillants des pierres et des tuiles. Le texte distingue clairement, lui aussi, les deux sexes ; les femmes restent dans leur maison ou plutôt sur le toit de leur maison. L’ ὀλολυγή est de leur fait et Thucydide en parle comme l’un des moyens qui ont effrayé et fait fuir les Thébains. Il ne fait aucun doute que Xénophon, homme pieux mais aussi général rusé, appréciait lui aussi le bruit ordonné des femmes lorsqu’il était accompagné du cri de guerre des hommes. L’ ὀλολυγή était en fait une arme intéressant le moral des deux camps. Un archéologue anglais du xixe siècle décrit l’effet qu’avait le cri des femmes sur les hommes en Anatolie : « Lorsqu’un Arabe ou un Kurde entend ce tahlehl, l’excitation lui fait presque toujours perdre la raison et il est alors prêt à commettre n’importe quel acte désespéré29. »

15Ce que nous apprennent ces documents historiques es corroboré de façon intéressante par un passage des Sept contre Thèbes d’Eschyle. Étéocle, durant une bonne partie de la pièce, s’efforce de calmer la bruyante panique des Thèbaines dans la ville assiégée. Le premier mot du chœur des jeunes femmes est θρέομαι, « je me lamente », terme spécifiquement féminin (v. 78) ; elles crient (αὐτοῦσαὶ, v. 144) ; elles gémissent (ἀγάστονοι, v. 99) et poussent des hurlements que nos éditions indiquent par ἒ ἔ ἒ ἔ [ou des notations de même type (v. 150, 157). Elles courent devant les portes sans pouvoir se contrôler (v. 191-192, 208-210). Étéocle se plaint auprès d’elles de l’effet que leurs façons de faire ont sur le moral des soldats (v. 181 et suiv., 191-192, 237, 254, 262). Par des mots qui annoncent la description par Aristote des femmes de Sparte, il montre que leur attitude est une aide pour l’ennemi et que les soldats de Thèbes sont, en quelque sorte, détruits, par leur faute, dans leur propre camp, αὐτοί δʹὑϕʹ αὑτῶν ἔνδοθεν πορθούμεθα (v. 193-194). Il commence par leur demander de rentrer dans leur maison et de s’y tenir tranquilles (v. 232, 262, cf. 201), puis il change d’idée et leur demande de chanter le péan accompagné d’un saint ololugmos pour donner du courage à ses hommes et terrifier l’ennemi,

ἔπειτα σὺ
ὀλολυγμὸν ἱρὸν εὐμενηε παιώνισον,
Ἒλληνικὸν νόμισμα θυστάδος βοῆς,
θάρσος ϕίλοις, λύουσα πολέμων ϕόβου (v. 267-270, cf. v. 280-281).

16Le « youyou » des femmes décrit au xixe siècle comme étant arabe ou kurde était, en fait, une pratique grecque utile pour faire peur à l’ennemi dans la bataille.

  • 30 Xénophon, Anabase, 6, 1, 11-13.
  • 31 Xénophon, Anabase, 1, 10, 1-3.
  • 32 Xénophon, Anabase, 5, 5, 19 ; 5, 6, 29 ; 6, 6, 21-24.

17Revenons maintenant à Xénophon et à l’expédition des Dix Mille, chiffre des hommes qui y prirent part, auxquels il faut ajouter les femmes. Pendant leur séjour en Paphlagonie, les Grecs négocièrent avec les ambassadeurs de l’ennemi et, pour les impressionner, organisèrent un spectacle durant lequel leurs soldats, vêtus de leur armure, exécutèrent des danses. Voyant que les ambassadeurs étaient surpris (ἐ κπεπληγμένους) par ce spectacle, un artiste mysien persuada le propriétaire arcadien d’une danseuse de la laisser se joindre au groupe. Il l’équipa des plus beaux atours et lui remit un bouclier léger. Et la femme dansa avec agilité une πυρρίχη, danse guerrière. Sa prestation fut très applaudie et les Paphlagoniens demandèrent si, dans l’armée grecque, les femmes servaient aussi en tant que soldats. Ce à quoi les Grecs répondirent que c’étaient ces femmes qui avaient empêché le roi des Perses de prendre le camp de Cyrus30. Cette réponse des Grecs était-elle une simple plaisanterie ou une formule destinée à impressionner les Paphlagoniens ? Dans la description qu’il fait de la bataille de Counaxa, Xénophon ne parle pas d’une telle action des femmes. Il indique que les troupes du Roi avaient pénétré profondément dans le camp où se trouvaient gardés les approvisionnements et les femmes et que l’une d’entre elles fut capturée tandis qu’une autre avait pu s’échapper31. La résistance est, néanmoins, censée avoir été le fait des seuls soldats grecs qui finirent par l’emporter. On sait que Xénophon a l’habitude ne pas toujours donner tous les renseignements dont il dispose dans le récit principal d’une affaire et qu’il réserve la mention de tel ou tel détail au moment où il lui faut répondre à un interlocuteur pour qui la précision nouvelle est nécessaire32. Il est, ainsi, possible que des femmes aient combattu de façon significative lors de la bataille de Counaxa mais que Xénophon n’en ait pas parlé, car c’eût été un témoignage alors embarrassant de la médiocrité des soldats ; il réserva cette révélation à un moment plus tardif où le rôle joué par elles pouvait être présenté sous un jour plus positif.

  • 33 P. Cartledge, Agesilaos and the crisis of Sparta, Londres, 1987, p. 320-321.
  • 34 Aristote, Politique, 1270a34.

18L’armée des Dix Mille que nous connaissons pour être celle d’un de ses généraux, l’Athénien Xénophon, était, par bien des aspects, spartiate33. Jusqu’à la bataille contre le Grand Roi à Counaxa, son général le plus en vue fut Cléarque, un Spartiate exilé. Par la suite, un citoyen spartiate, Cheirisophos, en prit la tête, associé à Xénophon. Cette remarquable armée comprenait un groupe important de femmes qui aurait pu être utile si l’idée de faire servir les femmes en tant que soldats était venue au commandement. À Sparte, l’entraînement à la gymnastique des jeunes filles était assez analogue à l’entraînement militaire des hommes. Au ive siècle, les Spartiates durent faire face à une grave pénurie d’hommes, Aristote parle de l’ ὀλιγανθρωπία caractéristique de la cité34. Cette pénurie démographique touchait plus les hommes que les femmes. L’expansion de l’empire spartiate au début du ive siècle coûta la vie à de nombreux soldats. Et pourtant, même après ses lourdes pertes dans la bataille de Leuctres, Sparte ne forma pas les femmes pour les faire servir en tant qu’auxiliaires à proximité de chez elles, comme le montrent les récits de Xénophon et d’Aristote. Les Spartiates étant des instructeurs d’exception ; s’ils avaient essayé de former leurs femmes, la débâcle de 370/369 av. J.-C. aurait certainement pu être évitée. On peut se demander, en fait, si les Spartiates se sont même posé ouvertement la question de savoir s’il fallait faire combattre les femmes ou les affecter à un service d’auxiliaire pendant les batailles. Comme nous l’avons vu, cette idée leur avait déjà effleuré l’esprit et ce n’est pas le manque d’imagination qui était à l’origine du refus de Sparte d’utiliser ainsi les femmes en situation de guerre. Pour quelles raisons, donc, consciente ou inconsciente, l’idée de les faire combattre n’a-t-elle pas fait son chemin ? Les Spartiates avaient plus de raisons qu’il n’en fallait, sans doute, pour ne pas souhaiter déployer leurs femmes en bataille et on doit en examiner les fondements.

  • 35 A. Powell, « Mendacity and Sparta’s use of the visual », dans Classical Sparta : Techniques behind (...)
  • 36 Un autre Spartiate exilé est présenté de même comme faisant appel à la vue, οὖτος ὁ λόϕος, et montr (...)

19Commençons par le point de vue de Platon. Il faut comprendre pourquoi les Spartiates n’apprenaient pas à leurs femmes à ressembler à des soldats pour créer un spectacle illusoire. Platon est ici bien informé sur le politique mais de façon incomplète, c’est typique de son œuvre. Sparte excellait en effet dans l’art de la mise en scène, surtout en temps de guerre. Les soldats portaient cheveux longs, capes rouges et marchaient en rythme, j’en ai déjà traité, ailleurs35. Les Spartiates analysaient le monde en fonction de ce qu’ils pouvaient y voir et s’attendaient à ce que les autres fissent de même. J’aimerais apporter ici un élément nouveau. Xénophon connaissait bien son collègue, le Spartiate Cheirisophos. On peut penser que la façon dont il reprend ses propos est particulièrement précise, plus, sans doute, que ne le sont les mots prêtés à des spartiates dans d’autres sources. Ce général, à trois reprises, commença ainsi ses allocutions : Ἔξεστιν ὁρᾶν (Anabase, 3, 4, 39), « On peut voir », Βλέ ψον καὶ (ibid., 4, 1, 20), « Regardez… et voyez » ; Οἱ..πολέμιοι, ὧ δρᾶτε (ibid., 4, 6, 7), « L’ennemi, comme vous le voyez ». Dans les moments où il faisait ainsi appel, à juste titre d’ailleurs, à des détails visuels, on peut supposer qu’il désignait quelque chose du doigt. De même à telle autre occasion, μία αὕτη πάροδος ἐστιν ἣν ὀρᾶ (ibid., 4, 7, 4), « ce passage, que vous voyez, c’est le seul », Xénophon dit bien que le Spartiate montre les choses avec ses mains, ἅμα δʹ ἔδειξε (ibid.), car c’est par sa main qu’il était intelligent, χειρὶ σοϕός, comme le signifie son nom, Cheirisophos. Son nom peut être une coïncidence mais on ne peut nier les compétences des Spartiates en ce domaine36. Quelle impression un Spartiate doté d’une bonne intelligence visuelle pouvait-il attendre du déploiement en bataille des femmes de la cité ?

  • 37 Énée le Tacticien, Poliorcétique, 40, 4-5. Lorsque la France envahit le pays de Galles, en 1797, on (...)

20Platon suggère de les utiliser en faux-semblant pour faire croire à l’ennemi qu’il s’agit d’hommes. Cela peut être efficace si l’ennemi se trouve à une certaine distance. Nous connaissons une occasion où ce stratagème, vers le temps de la bataille de Leuctres, fut employé. Sinope manquait d’hommes et disposa des femmes de grande taille sur les murailles pour tromper l’attaquant. Mais, nous dit-on, même à cette distance un problème se posait, comme on s’en rend compte, puisque l’on avait ordonné aux femmes de ne pas user d’armes de jet, car leur façon de lancer aurait trahi leur sexe (πόρρωθεν γὰρ κατάδηλος βάλλουσα γυνή)37.

  • 38 Thucydide, 1, 90, 3.
  • 39 Thucydide, 5, 82, 6.
  • 40 Diodore, Bibliothèque, 13, 108, 8.
  • 41 Plutarque, Pyrrhus, 27, 2-5 ; cf. 29, 3-4.
  • 42 Iliade, 3, 383-384.
  • 43 Iliade, 18, 514-515.

21Pour les Grecs, en temps de guerre, les femmes pouvaient travailler aux travaux de défense. À lire les manuscrits de Thucydide, Thémistocle envisageait qu’elles dussent participer à la construction des remparts qu’Athènes reconstruisit en hâte au début des années 470 av. J.-C.38. En 417, les femmes d’Argos aidaient à la construction des murailles39. D’après Diodore, il en alla de même à Gela en 40540. Plus tard, au cours de la période hellénistique, ce fut au tour des femmes de Sparte d’aider à creuser une tranchée pour lutter contre l’invasion des éléphants du roi Pyrrhus en 272 av. J.-C.41. Ce rapport des femmes aux murs de défense apparaît également dans la poésie et dans l’iconographie. Dans l’Iliade, dans la τειχοσκοπία, scène mémorable du chant III où les Troyens observent le combat du haut des murs, Aphrodite « trouve Hélène sur une haute tour, entourée de Troyennes »42. Sur le bouclier d’Achille est représentée la scène d’un siège. Les remparts de la ville sont gardés par les femmes, les enfants et les vieillards τεῖχος μὲν ῥʹ ἄλοχοι τε ϕίλαι καὶ νήπιατέκνα ῥύατʹ εϕεσταότες, μετὰ δʹ ἀνέρες οὓς ἔχε γῆρας43. Les sculptures de Xanthos, le monument des Néréïdes, datant du ive siècle, représentent les scènes d’un siège. Sur les remparts se trouve une femme, elle lève les mains, non pas pour lancer un projectile mais en signe de désespoir.

  • 44 Xénophon, Helléniques, 6, 5, 28, Agésilas, 2, 24.

22Il est bien connu que Sparte n’avait pas de remparts à l’époque classique. Xénophon le signale quand il évoque l’invasion thébaine44. Les remparts étaient synonymes de faiblesse et leur présence était un message visuel éloquent signifiant que la cité pensait que ses hommes pourraient ne pas être capables de tenir l’ennemi à distance. Les Spartiates qui connaissaient bien ces signes concrets désiraient donner l’impression contraire, à eux-mêmes d’abord. Ils seraient vainqueurs ou mourraient, aucune place n’étant laissée à la retraite. Sans murs à qui se confier, à construire, à défendre, l’un des rares endroits où il était concevable d’utiliser les femmes en temps de guerre disparaissait.

23Pour un Spartiate, faire combattre les femmes revenait à avouer qu’il était dans une situation presque désespérée. Les occasions où les femmes combattaient sur les toits en jetant des tuiles sur l’ennemi se présentaient lorsqu’un ennemi avait réussi à pénétrer dans leur cité. L’armée des Dix Mille est un cas particulier. Les soldats et les femmes qui les accompagnaient se trouvaient loin de chez eux. Les mercenaires de l’Anabase servaient pour une longue période, ce qui est assez inhabituel, car les campagnes étaient généralement de courte durée. C’est parce qu’ils s’attendaient à être loin de chez eux pendant longtemps – certains étant d’ailleurs des exilés –, que beaucoup avaient emmené des femmes avec eux. Par bien des côtés, l’armée des Dix Mille ressemblait à une polis, une polis mobile où l’on procédait même à des élections. Et comme dans toute polis, les occasions où l’on entend dire que les femmes se rendirent utiles pendant une bataille sont exceptionnelles, elles se produisirent quand l’armée se trouva face aux difficultés du passage de la rivière, alors que l’ennemi la pressait et lors de l’entrée de l’armée perse dans le camp de Cyrus à Counaxa. Les Spartiates qui accordaient tellement d’importance aux apparences, considéraient qu’employer des femmes en temps de guerre équivalait à envoyer un message de détresse à l’ennemi et à reconnaître que l’on se trouvait en position de faiblesse.

  • 45 Xénophon, Helléniques, 3, 4, 16-19 ; cf. Agésilas, 1, 25-28.
  • 46 Xénophon, Helléniques, 3, 4, 18.
  • 47 Thucydide, 4, 40, 2.
  • 48 Xénophon, Agésilas, 9, 6.

24Un des textes les plus caractéristiques de ce que pouvait être l’utilisation des signes visuels par Sparte et concernant les femmes dans la guerre est un texte de Xénophon à propos du roi Agésilas II qu’il admire45. Alors qu’il était occupé, à Éphèse, à préparer ses troupes pour une campagne contre l’empire perse, il transforma la cité « en un véritable atelier de guerre. Tous les gymnases étaient remplis d’hommes s’entraînant, les hippodromes de cavaliers, de lanceurs de javelot et d’archers s’entraînant ». Lui-même participait aux activités avec les hommes46. Quant à la place des femmes, il fit en sorte de donner confiance à ses soldats en leur faisant mépriser l’adversaire : il fit exposer les prisonniers asiatiques après les avoir dénudés. Les soldats voyant que le corps des barbares était blanc, parce qu’ils ne se dévêtaient jamais au soleil, mou d’apparence parce qu’ils ne s’adonnaient plus aux durs labeurs, en vinrent à penser que combattre les Perses reviendrait à combattre des femmes. Il semblerait donc que pour Agésilas et son armée de Spartiates ou d’alliés, la femme était l’inverse du combattant. De même tel prisonnier spartiate du combat de Sphactérie dépréciait les flèches qui l’avaient vaincu en prétendant qu’elles n’étaient pas des armes, mais seulement des « fuseaux », objets symboliques du travail féminin47. Ce soldat, comme plus tard Agésilas, voulait signifier que les Spartiates étaient les seuls hommes sur le champ de bataille et que leurs adversaires n’étaient que des femmes. On peut ajouter qu’Agésilas encourageait sa sœur à participer à des courses de chars pour montrer aux hommes que rien dans cette activité n’appartenait au domaine viril (ἀνδραγαθία)48.

  • 49 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 15, 65, 2.
  • 50 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 15, 83, 3.

25Nous sommes maintenant en mesure de mieux comprendre la réaction inhabituelle des femmes spartiates devant l’invasion thébaine. Diodore décrit deux invasions, celle de 370/369 av. J.-C. et celle de 362. À propos de la première, il indique que lorsque les Spartiates quittèrent la ville pour se battre, ils en confièrent la défense aux femmes, aux jeunes garçons et aux vieillards49. Aucun détail n’est donné et il s’agit peut-être d’une mention sans pertinence réelle. Quant à l’invasion de 362, son récit est plus précis et plus convaincant. Diodore indique qu’Agésilas avait placé des gens sur les toits pour résister aux Thébains, les vieillards et les plus âgés des garçons50. Si sa source avait mentionné la présence de femmes, il l’aurait probablement reprise puisqu’il le fait en d’autres contextes. Si les femmes de Sparte ne se trouvaient pas sur les toits, quel rôle ont-elles joué pendant l’invasion thébaine de 370/369 ? Il se peut que les hommes ne leur aient confié aucun rôle, ce qui peut avoir eu pour effet d’augmenter leur ressentiment envers l’échec militaire des hommes, échec qui avait permis l’invasion thébaine. Le fait de se sentir inutiles pendant le combat peut avoir été particulièrement frustrant pour elles quand on sait qu’elles suivaient l’entraînement en plein air et qu’elles recevaient une éducation quelque peu militaire. Mais, contrairement aux autres femmes de Grèce, elles restèrent inutiles parce que les hommes ne leur permirent pas de jouer un rôle dans cette bataille. Le témoignage de Diodore et les rapports de Xénophon et d’Aristote se recoupent.

  • 51 Platon, Lysis, 215a.

26Nous aurions tort de conclure à une erreur de calcul de la part des Spartiates. Ils étaient loin d’être stupides, et encore moins en situation de guerre. L’une des raisons pour lesquelles ils se conduisirent ainsi est que, comme à bien d’autres égards, leur système social était très moderne et le concept de « spécialisation » ne leur était pas inconnu. Même s’ils n’usaient guère du mot qui le désigne, ἱκανότης51, l’adjectif ἱκανός était courant.

  • 52 Xénophon, Lakédaimoniôn Politeia, 11, 7.
  • 53 Plutarque, Lycurgue, 28, 5.
  • 54 Thucydide, 2, 41, 1. Cf. A. Powell, Athens and Sparta, Londres, 2001, p. 157-159.

27Traitant d’une technique militaire spécifique, Xénophon précise « qu’il n’était pas aisé de la pratiquer si l’on n’avait pas été élevé dans les lois de Lycurgue »52. On disait qu’à Sparte les hommes libres étaient plus libres qu’ailleurs et les esclaves plus esclaves qu’ailleurs53, chacun devait être parfait dans sa spécialité. Périclès, dans son oraison funèbre décrivant le caractère versatile des Athéniens, fait implicitement référence à la façon dont les Spartiates étaient, au contraire, capables de se consacrer à la seule fonction qui leur fût propre54. Cette capacité à la spécialisation fut sans doute à l’origine du succès de Sparte, de sa capacité à dominer la Grèce jusqu’en 371 av. J.-C., au moment où le nombre de ses soldats fut réduit à environ 1 200 hommes.

  • 55 J. Ducat, art. cité (note 3).
  • 56 E. g. Plutarque, Lycurgue, 15, 8.
  • 57 Xénophon, Lakédaimoniôn Politeia, 1, 8-9 ; Polybe, 12, 6b8 ; cf. Plutarque, Pyrrhus, 28, 3.

28La spécialité que les femmes spartiates devaient développer est claire, du moins dans ses grandes lignes55. Nous avons suggéré que le nombre de plus en plus réduit d’hommes aurait pu encourager les Spartiates à faire combattre leurs femmes. Mais leur logique, peu encline à innover et désireuse de suivre les lois de Lycurgue, voulait qu’ils fissent tout le contraire. Il était nécessaire que les femmes fussent plus spécialisées, pour qu’il y ait plus de bébés et d’enfants spartiates. Il fallait, pour ce faire, préserver les jeunes femmes, les tenir à l’écart des combats. D’un point de vue démographique, la mort d’une jeune fille était plus préjudiciable que la mort d’un jeune homme. Un jeune survivant de sexe masculin pouvait très bien assurer les fonctions de plusieurs hommes en rendant fécondes de nombreuses jeunes femmes en un court laps de temps. Dans l’Antiquité, l’eugénisme s’inspirait de l’agriculture56, et tout le monde savait de quoi était capable un bélier ou un taureau. La volonté d’engendrer à des fins eugéniques est plus claire dans la cité antique de Sparte que nulle part ailleurs en Grèce57. Pour l’avenir de Sparte, c’était les femmes qu’il fallait protéger. Comme souvent dans le cas de Sparte, on peut mépriser sa logique, toutefois logique il y a. Sa réussite en témoigne. Et comme pour toute autre logique déplaisante de l’histoire, les érudits ont tendance à la négliger. En d’autres termes, le sujet reste un objet de recherche prometteur.

Bibliographie

Bibliographie

Cartledge P., « Spartan wives : liberation or licence ? », dans Id., Spartan reflections, Londres, 2001, p. 106-126.

Cartledge P., Agesilaos and the crisis of Sparta, Londres, 1987.

Ducat J., « La femme de Sparte et la cité », Ktèma, 23, 1998, p. 385-406.

Ducat J., « La femme de Sparte et la guerre », Pallas, 51, 1999, p. 159-171.

Harvey D., « Women in Thucydides », Arethusa, 18, 1985, p. 67-90.

Millender E. G., « Athenian ideology and the empowered Spartan woman », dans Sparta : New perspectives, Hodkinson S. et Powell A. (éd.), Londres, 1999, p. 355-391.

Powell A., « Mendacity and Sparta’s use of the visual », dans Classical Sparta : Techniques behind her success, Id. (éd.), Londres, 1989, p. 173-192.

Powell A., « Plato and Sparta : modes of rule and of non-rational persuasion in the Laws », dans The shadow of Sparta, Powell A. et Hodkinson S. (éd.), Londres, 1994, p. 273-321.

Powell A., Athens and Sparta, Londres, 2001.

Redfield J., « The women of Sparta », Classical Journal, 73, 1977-1978, p. 146-161.

Schaps D., « The women of Greece in warfare », Classical Philology, 77, 1982, p. 193-213.

Notes

1 Platon, Lois, 805e-806c.

2 τῶν δʹ εἰς τὸν πόλεμον μὴ κοινωνούσας, ὥστε οὐδʹ εἴ τίς ποτε διαμάχεσθαι περὶ πόλεώς τε καὶ παίδων ἀναγκαία τύχη γίγνοιτο, οὔτὲ ἂν τόξων, ὥς τινεϛ Ἀμαζόνεϛ, οὔτʹ ἄλλης κοινωνῆσαί ποτε βολῆς μετὰ τέχνης δυνάμεναι, οὐδὲ ἀσπίδα καὶ δόρυ λαβοῦσαι μιμήσασθαι τὴν θεόν, ὡς πορθουμένης αὐταῖς τῆς πατρίδος γενναίως ἀντιστάσας, φόβον γε, εἰ μηδὲν μεῖζον, πολεμίοισι δύνασθαι παρασχεῖν, Lois, 806a-b.

3 J. Ducat, « La femme de Sparte et la guerre », Pallas, 51, 1999, p. 165.

4 Pausanias, Périégèse, 3, 15, 10 ; cf. 17, 5 ; 23, 1.

5 Plutarque, Cléomène, 8, 3-9, 7.

6 τέλεον γὰρ καὶ οὐ διήμισυν δεῖν τὸν νομθέτην εἶναι, τὸ θῆλυ μὲν ἀϕιέντᾶν καὶ άναλίσκειν διαίταις ἀτάκτως χρώμενον, τοῦ δὲ ἄρρενος ἐπιμεληθέντα, τελέως σχεδὸν εὐδαίμονος ἥμισυ βίου καταλείπειν ἀντὶ διπλασίου τῇ πόλει…, Lois, VII, 806c.

7 E. G. Millender, « Athenian ideology and the empowered Spartan woman » dans Sparta : New perspectives, Hodkinson S. et Powell A. (éd.), Londres, 1999, p. 355-391.

8 A. Powell, « Plato and Sparta : modes of rule and of non-rational persuasion in the Laws », dans The shadow of Sparta, Powell A. et Hodkinson S. (éd.), Londres, 1994, p. 273-321.

9 Xénophon, Helléniques, 6, 5, 28.

10 Aristote, Politique, 1269b34-38 : χρησίμου δ’ οσης τής θρασύτητος πρός ούδέν τῶν εγκυκλίων, άλλ’ εΐπερ, πρòς τòν πόλεμον, βλαβερώταται καί πρός ταυθ’ αί τῶν Λακώνων ήσαν. έδήλωσαν δ’ επί τής των Θηβαίων μβολής χρήσιμοι μέν γάρ ούδέν ήσαν, σπερ έν έτέραις πόλεσιν, θόρυβον δέ παρείχον πλείω τῶν πολεμίων

11 P. Cartledge, « Spartan wives : liberation or licence ? » dans Id., Spartan reflections, Londres, 2001, p. 106-126, ici p. 111 ; J. Ducat, « La femme de Sparte et la cité », Ktema, 23, 1998, p. 385-406, ici p. 399 ; D. Schaps, « The women of Greece in warfare », Classical Philology, 77, 1982, p. 193-213, ici p. 196.

12 E. g. H. Rackham dans l’édition Loeb (1932), J. Redfield, « The women of Sparta », Classical Journal, 73, 1977-1978, p. 146-161.

13 Thucydide, 3, 74, 1. Cf. D. Harvey, « Women in Thucydides », Arethusa, 18, 1985, p. 67-90.

14 Thucydide, 2, 4, 2 et suiv.

15 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 13, 56, 7, cf. 55, 4-5, 56, 6.

16 Plutarque, Pyrrhus, 34. Divers récits d’histoire de France montrent des femmes servant d’auxiliaires mais aussi combattant durant les sièges, notamment à La Rochelle en 1572-1573 (J. Lebaud-David, La Rochelle protestante, La Rochelle, 1989, p. 147-148, 154-156 et 159.)

17 Aristote, Politique, 1272a40-41.

18 Aristote, Politique, 1270b10.

19 Commençant en 1269a26.

20 Aristote, Politique, 1269b24-25 ; cf. 33-34.

21 Aristote, Politique, 1270a8. J. Aubonnet traduit (édition de la CUF, 1960) le passage en faisant de αίτίαι le sujet et non pas l’attribut du verbe : « Telles sont donc les causes… »

22 Aristote, Politique, 1264b, 1265a-1266b.

23 Thucydide, 5, 66, 3.

24 Xénophon, Lakedaimoniôn Politeia, 11, 7.

25 Xénophon, Agésilas, 6, 7.

26 Xénophon, Anabase, 4, 3, 19.

27 Odyssée, 3, 450.

28 Thucydide, 2, 4, 2.

29 A. H. Layard, Nineveh and its remains2, Londres, 1849, t. 1, p. 120 : When an Arab or a Kurd hears this tahlehl he almost loses his senses through excitement, and is ready to commit any desperate act.

30 Xénophon, Anabase, 6, 1, 11-13.

31 Xénophon, Anabase, 1, 10, 1-3.

32 Xénophon, Anabase, 5, 5, 19 ; 5, 6, 29 ; 6, 6, 21-24.

33 P. Cartledge, Agesilaos and the crisis of Sparta, Londres, 1987, p. 320-321.

34 Aristote, Politique, 1270a34.

35 A. Powell, « Mendacity and Sparta’s use of the visual », dans Classical Sparta : Techniques behind her success, Id. (éd.), Londres, 1989, p. 173-192.

36 Un autre Spartiate exilé est présenté de même comme faisant appel à la vue, οὖτος ὁ λόϕος, et montrant du doigt, δείξας, Anabase, 4, 8, 26.

37 Énée le Tacticien, Poliorcétique, 40, 4-5. Lorsque la France envahit le pays de Galles, en 1797, on essaya ce stratagème, à ce qu’on nous raconte. Les Galloises du village d’Abergwaun (en Anglais, Fishguard) se placèrent sur une colline bien en vue de l’armée française. Elles portaient leur habit traditionnel, une cape rouge et un chapeau noir. De là où ils se trouvaient, les Français étaient supposés les prendre pour des soldats d’élite qui, à l’époque, portaient le manteau rouge et le chapeau noir des régiments des gardes.

38 Thucydide, 1, 90, 3.

39 Thucydide, 5, 82, 6.

40 Diodore, Bibliothèque, 13, 108, 8.

41 Plutarque, Pyrrhus, 27, 2-5 ; cf. 29, 3-4.

42 Iliade, 3, 383-384.

43 Iliade, 18, 514-515.

44 Xénophon, Helléniques, 6, 5, 28, Agésilas, 2, 24.

45 Xénophon, Helléniques, 3, 4, 16-19 ; cf. Agésilas, 1, 25-28.

46 Xénophon, Helléniques, 3, 4, 18.

47 Thucydide, 4, 40, 2.

48 Xénophon, Agésilas, 9, 6.

49 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 15, 65, 2.

50 Diodore de Sicile, Bibliothèque, 15, 83, 3.

51 Platon, Lysis, 215a.

52 Xénophon, Lakédaimoniôn Politeia, 11, 7.

53 Plutarque, Lycurgue, 28, 5.

54 Thucydide, 2, 41, 1. Cf. A. Powell, Athens and Sparta, Londres, 2001, p. 157-159.

55 J. Ducat, art. cité (note 3).

56 E. g. Plutarque, Lycurgue, 15, 8.

57 Xénophon, Lakédaimoniôn Politeia, 1, 8-9 ; Polybe, 12, 6b8 ; cf. Plutarque, Pyrrhus, 28, 3.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540