Version classiqueVersion mobile

La violence dans les mondes grec et romain

 | 
Jean-Marie Bertrand

I. Représentations

Le discours sur les violences dans l’Égypte hellénistique : le clergé face aux révoltes

Anne-Emmanuelle Veïsse

Texte intégral

  • 1 Ces textes ont suscité une bibliographie abondante. Pour un tableau d’ensemble, voir en particulier (...)
  • 2 Sur l’Oracle du Potier voir notamment L. Koenen, « Die Prophezeiungen des Töpfers », ZPE, 2, 1968, (...)
  • 3 Sur les synodes de l’époque ptolémaïque, on se référera à W. Huss, « Die in ptolemäischer Zeit verf (...)

1Conquise par Alexandre en 332 av. n. è., aux mains des Ptolémées depuis 323, l’Égypte hellénistique a connu plusieurs vagues de révoltes du milieu du iiie siècle jusqu’à la conquête romaine. Le discours tenu par les prêtres égyptiens sur ce type de violences suscite l’intérêt à un double niveau : tout d’abord, parce qu’il permet d’appréhender l’attitude des élites locales face à la domination étrangère, gréco-macédonienne ; ensuite, parce qu’il semble contradictoire. En effet, certains textes prophétiques, manifestement d’origine sacerdotale, tels que l’Oracle du Potier, la Chronique démotique ou l’Oracle de l’Agneau, paraissent favorables à l’insurrection, dans la mesure où ils annoncent l’avènement d’un roi-sauveur destiné à instaurer un âge d’or en Égypte1. L’Oracle du Potier, en particulier, prophétise l’abandon d’Alexandrie, la cité des étrangers et des partisans de Seth (les Typhoniens), ainsi que le départ de la divinité protectrice, Agathos Daimon, pour Memphis2. Pourtant, les révoltes qui éclatèrent à plusieurs reprises dans le pays sont sévèrement condamnées dans les décrets élaborés par les synodes sacerdotaux, des synodes qui rassemblent en principe les représentants de tout le clergé égyptien3.

  • 4 Pour le texte grec du décret, nous suivons A. Bernand, La prose sur pierre dans l’Égypte hellénisti (...)
  • 5 Ce décret a donné lieu à deux publications, celle de W. M. Müller, Egyptological Researches III : t (...)

2Pour tenter d’expliquer cette contradiction, notre étude se fondera tout d’abord sur les documents issus des synodes, et plus particulièrement sur les grands décrets du règne de Ptolémée V Épiphane. Ces décrets furent passés à l’époque de la longue révolte qui toucha l’Égypte entre 206 et 186 environ, révolte au cours de laquelle deux Égyptiens, Haronnophris et Chaonnophris, allèrent jusqu’à prendre le titre de pharaon dans la région thébaine. Le premier de ces décrets est le décret de Memphis, connu notamment par la pierre de Rosette et promulgué le 27 mars 196 av. n. è. à l’occasion du couronnement à l’égyptienne du jeune Ptolémée V. Il s’agit d’un document trilingue dont les versions grecque et démotique sont presque intégralement conservées, la version hiéroglyphique étant en revanche très lacunaire4. Le second document sur lequel nous nous appuierons est le deuxième décret de Philae, émis le 6 septembre 186 à Alexandrie pour célébrer la victoire remportée sur les rebelles de Haute-Égypte le 27 août. Il nous est connu par une inscription gravée dans le mammisi du temple de Philae, en hiéroglyphes et en démotique5.

3Dans ces deux documents, les révoltes sont sévèrement condamnées. L’accusation centrale est naturellement d’ordre religieux et concerne l’impiété des rebelles. Dans la version grecque du décret de Memphis, les prêtres présentent à deux reprises ces derniers comme ἀσεβεῖς (l. 23 et l. 26) ; dans la version démotique, ils précisent que les révoltés avaient « abandonné le chemin du commandement des dieux » (dém., 13-14). De même, dans le deuxième décret de Philae, le roi rebelle Chaonnophris est présenté comme « l’ennemi des dieux » (p3 sb3 n n3 ntr. w) (Philae II, Urk. II, 217, hiérog. et dém., 7 ; 221, dém., 8).

  • 6 Cf. W. M. Müller, op. cit., p. 71, n. 1.
  • 7 Le terme même de « dédicatoire » est inapproprié, mais passé dans l’usage. Voir à ce sujet S. Cauvi (...)
  • 8 Ces inscriptions ont été traduites par C. de Wit, « Inscriptions dédicatoires du temple d’Edfou », (...)

4Si l’on s’intéresse de plus près aux comportements qui justifient cette accusation générale d’impiété, trois axes de condamnation peuvent être dégagés. Tout d’abord, les rebelles sont stigmatisés en tant qu’adversaires du pharaon. Ainsi, pour les rédacteurs du décret de Memphis, Ptolémée V a dû « défendre (…) son propre trône » contre les rebelles de Basse-Égypte (ἑπαμύνων [...] τῆι ἑαυτοῦ βασιλείαι, l. 27-28), ces derniers ayant « abandonné le chemin de Pharaon et de son père » (dém., 16). D’autre part, les rebelles sont présentés comme des fauteurs de troubles, responsables du désordre introduit en Égypte. Pour le décret de Memphis, les chefs rebelles ont ainsi « troublé la chôra » selon la version grecque (τὴν χώραν ἐνοχλήσαντας, l. 27), « semé le désordre (thth) dans les provinces » dans le texte démotique (l. 16). Quant au décret de Philae, il souligne que, par la faute des rebelles, le pays s’est trouvé dans une situation de « vacuité », c’est-à-dire d’anarchie (Philae II, hiérog. 9f : K. Sethe, Urk. II, 222)6. Le thème du désordre introduit par les rebelles se lit également dans les inscriptions « dédicatoires » du temple d’Edfou7, deux séries de textes gravés respectivement sur le mur extérieur du naos et sur le mur d’enceinte. Ces textes rapportent l’histoire du sanctuaire et évoquent brièvement les événements des années 206-186. Nous citons ici celui du mur d’enceinte, le plus complet8 :

« Sa grande porte, les battants de portes de ses salles furent achevés pour l’an 16 de Sa Majesté. Par la suite, des désordres (hnnw) survinrent après que d’ignorants rebelles dans le district du Sud interrompirent le travail dans le Trône-des-dieux, [la rébellion sévissant] dans la région du Sud, jusqu’en l’an 19 du roi Ptolémée (…), le roi qui chassa le désordre du pays, et son nom y fut inscrit. » (De Wit, Edfou, VII, 6,6 - 7,1).

  • 9 Traduction de R. Rémondon, dans BIFAO, 58, 1959, p. 195.
  • 10 Décret de Memphis, l. 11 : « (Attendu que le roi Ptolémée) a supporté de nombreuses dépenses pour c (...)
  • 11 Nous avons un autre exemple, à l’aube de notre période, en la personne de Pétosiris, prêtre de Thot (...)

5Du reste, la littérature prophétique témoigne, elle aussi, de ce refus de l’anarchie. Si les décrets sacerdotaux ou les inscriptions d’Edfou louent Ptolémée V pour avoir chassé le désordre du pays, l’Oracle du Potier développe le même thème en prophétisant l’avènement en Égypte du roi idéal : « Quand Isis aura intronisé le roi dispensateur de bienfaits (…), le Nil, que son eau avait abandonné, coulera à pleins bords, l’hiver, qui était décalé, suivra le cours retrouvé de son cycle, l’été reprendra sa course retrouvée, et les vents assagis souffleront doucement. » (P. Oxy. XXII 2332, 66-79)9. De manière tout à fait semblable, c’est par le terme εὐδία, le beau temps, le calme après la tempête, que la version grecque du décret de Memphis rend le retour de la paix intérieure sous le règne de Ptolémée V10. En fait, la condamnation du désordre peut apparaître comme un topos du discours sacerdotal, et ce tout au long de l’histoire égyptienne11. En l’occurrence, elle a des causes religieuses – les rebelles incarnant ici les forces du chaos, les partisans de Seth – mais elle s’explique aussi par des considérations matérielles.

6En effet, et nous en arrivons au troisième volet de l’impiété des rebelles, les révoltes ont été accompagnées de violences contre les habitants du pays, et notamment contre les temples et le clergé. Pour les rédacteurs du décret de Memphis, les rebelles ont fait « beaucoup de mal (πολλὰ κακὰ) aux sanctuaires et aux habitants de l’Égypte » (l. 23) et ont « causé du tort aux temples » (τά ἱερὰ ἀδικήσαντας, l. 27 ; cf. dém., 16). Le décret de Philae rappelle également les violences des partisans de Chaonnophris, qualifiés d’« ennemis » (sb3. w) et de « pillards » (‘wny. w) :

(…) profaning the sanctuaries vio[lating] their [sacred idols] (…) [pro] hibiting to do that which is proper (for) them [for] their shrines (and) [their] adyta (and) [the stat] ues of the gods. They devastated the cities together with their populace (Philae II, hiérog. 9d-9f); [They did] abominable things [to] (the) rulers of nomes ; they profaned many temples injuring [their] divine [statues] (dém., 7e-7f : K. Sethe, Urk. II, 222).

  • 12 Ce décret, connu par trois exemplaires dont la stèle de Pithom, a été publié par H. Gauthier et H. (...)

7Aux yeux des prêtres égyptiens, les Égyptiens engagés dans les révoltes sont donc triplement impies : en tant qu’adversaires du pharaon, en tant que fauteurs de troubles et en tant que pilleurs de temples. Par conséquent, il leur est refusé toute légitimité et ils se trouvent relégués au rang d’ennemis de l’Égypte, au même titre que les envahisseurs étrangers, principalement les Séleucides pour la période considérée. De fait, il existe un étroit parallèle entre le discours consigné dans ces décrets et celui qui se lit par exemple dans la stèle de Pithom (ou décret de Raphia), un document qui commémore la victoire de Ptolémée IV sur Antiochos III lors de la Quatrième guerre de Syrie, en 21712.

  • 13 La version démotique permet de savoir que les captifs furent tués par bastonnade (« par le bâton ») (...)
  • 14 « On célébrera des fêtes et des panégyries dans les temples et dans toute l’Égypte en l’honneur du (...)
  • 15 And be made [the 12th] month day 3 (= 3 Mésorè), [the day] of reporting it towards His Majesty (…) (...)

8Tout d’abord, on constate que dans les deux cas les prêtres offrent au roi lagide le soutien des dieux égyptiens. La stèle de Pithom rapporte ainsi que, lors de la bataille contre Antiochos, « tous les dieux d’Égypte, avec leurs déesses, se sont mis devant (le roi Ptolémée IV) et lui ont montré la voie (…). Ils lui ont révélé, lui ont affirmé, lui ont juré sur le taureau Apis qu’il vaincrait tous ses ennemis » (dém., 8-9). De même le décret de Memphis précise : « Les dieux permirent que Pharaon s’emparât (des rebelles) à Memphis. » (dém., 16). D’autre part, dans ces documents, le roi est systématiquement comparé à l’Horus vengeur, tandis que rebelles égyptiens et ennemis extérieurs sont relégués du côté de Seth. C’est en ces termes que la version grecque du décret de Memphis décrit la prise de Lycopolis, ville aux mains des rebelles, en 197 : « Il (Ptolémée V) a pris en peu de temps la ville de vive force et détruit tous les impies qui s’y trouvaient (τοὺς ἐν αὐτῆι ἀσεβεῖς πάντας), comme Hermès et Horus, le fils d’Isis et d’Osiris, avaient soumis, en ces lieux mêmes, les gens qui s’étaient révoltés auparavant » (l. 26-27). Dans la stèle de Pithom, la victoire de Ptolémée IV sur les troupes séleucides était traitée de la même manière, Ptolémée IV étant assimilé à Harsièsis, c’est-à-dire à Horus, fils d’Isis : « Ceux qui, parmi les ennemis, finirent par s’approcher de lui dans cette bataille, il les tua de sa main, tout comme Harsièsis, jadis, avait massacré ses ennemis. » (dém., 11-12). À l’extérieur comme à l’intérieur de l’Égypte, la violence réparatrice et légitime d’Horus s’oppose donc à celle de ses adversaires ; c’est pour la même raison que les rédacteurs du décret de Memphis se félicitent du châtiment réservé aux chefs rebelles capturés à Lycopolis et punis « comme il convenait » (καθηκόντως, l. 28)13. Enfin, notons que la victoire de Ptolémée IV sur les Séleucides et celle de Ptolémée V sur le roi rebelle Chaonnophris furent célébrées, à trente ans d’écart, selon les mêmes modalités. La stèle de Pithom instituait une cérémonie anniversaire de cinq jours pour fêter le succès remporté à Raphia le 10 Pachon (13 juin)14 : le deuxième décret de Philae prescrit lui aussi l’établissement de grandes fêtes annuelles dans tous les temples du pays pour commémorer le 23 Epeiph (27 août), jour de la victoire des troupes royales sur Chaonnophris, et le 3 Mésorè (6 septembre), date à laquelle le roi fut informé de cette victoire (Philae II, Urk. II, 228, 6-230, 1)15.

  • 16 « Les habitants de l’Égypte l’accueillirent avec des transports d’allégresse parce qu’il avait sauv (...)
  • 17 Sur la portée de ces dons, voir en particulier D. J. Thompson, Memphis under the Ptolemies, Oxford, (...)

9Dans les décrets sacerdotaux, invasion étrangère et révoltes égyptiennes sont donc l’objet d’une même condamnation par le clergé, sur la base d’un dispositif symbolique similaire. En contrepartie de cette caution religieuse, les rois se doivent d’exercer sur le monde sacerdotal leur pouvoir de protection. Pour la stèle de Pithom, le roi Ptolémée IV a « sauvé les temples » grâce à sa victoire sur Antiochos (dém., 26)16 ; de même, le décret de Philae souligne tous les soins déployés par son successeur Ptolémée V afin de protéger les sanctuaires durant la révolte de Chaonnophris (Philae II, 10d-11b : K. Sethe, Urk. II, 219). À la fin des périodes de crise, le roi est aussi tenu de manifester sa générosité visà-vis des dieux et du clergé : les mesures prises à la suite de la Quatrième guerre de Syrie font ainsi écho aux divers philanthrôpa consignés dans le décret de Memphis et dans le décret de Philae. Sont affirmés en particulier des dons en argent et en grain (Pithom, dém., 18-19 ; Memphis, 11 ; Philae II, 6d-7b : K. Sethe, Urk. II, 219), en revenus (Pithom, dém., 28) ou en terres (Philae II, 7b : K. Sethe, Urk. II, 219), l’exemption ou la diminution de certaines taxes (Memphis, 16-18 et 28-31), la restauration des images divines mises à mal par Antiochos (Pithom, dém., 17-23) ou bien par les rebelles (Philae II, 7c : K. Sethe, Urk. II, 220), ainsi que de nombreux honneurs accordés aux animaux sacrés (Pithom, dém., 20-21 ; Memphis, 32 ; Philae II, 7d-8b : K. Sethe, Urk. II, 220-221)17. Au vu de ces documents, le pouvoir lagide et le monde des temples apparaissent donc tout à fait solidaires face aux atteintes à la sécurité intérieure du pays : les prêtres condamnent collectivement les entreprises des rebelles et justifient les actions du roi, tandis que le roi protège, restaure et dédommage les sanctuaires. Or il ne s’agit pas d’une simple solidarité de façade, liée au caractère officiel des décrets. Le discours sacerdotal peut au contraire s’expliquer pour deux raisons.

  • 18 De manière plus indirecte, l’arrêt des travaux dans les temples égyptiens traduit également la déso (...)

10La première est la réalité des violences perpétrées au cours des révoltes contre les sanctuaires et contre les membres du clergé. Au demeurant, ces violences sont confirmées par d’autres sources, comme les papyrus grecs P. Tebt. III 781, P. Amh. II 30 et P. Tor. Amen. 8. Les deux premiers rapportent des événements survenus lors des révoltes des années 160. Le premier d’entre eux est le témoignage du responsable de l’Ammonieion, un petit temple égyptien dédié à Amon et situé à Moéris, dans le Fayoum. Le rédacteur rapporte l’assaut que des « rebelles égyptiens » ont fait subir au sanctuaire. Ces derniers n’ont « pas seulement détruit quelques parties accessoires » du temple, mais ils ont « fendu les ouvrages de pierre », détruit les portes, et même fait tomber une partie de la toiture, amenant la colonnade au bord de l’effondrement. Le P. Amh. II 30 provient également du Fayoum. Il s’agit d’une pièce de procès qui rapporte les déboires d’un prêtre de Socnopaiou Nèsos, Tesenouphis, au cours de la même révolte : les rebelles ont brûlé ses contrats de propriété et, une fois le calme revenu, Tesenouphis a les plus grandes peines à faire valoir ses droits sur sa maison. Le troisième document s’inscrit dans un contexte différent, mais il est tout aussi instructif : il s’agit d’une plainte rédigée en 116 par un certain Petenephôtês, paraschistès dans la région thébaine, c’est-à-dire prêtre chargé de l’embaumement des morts. Ce dernier y dénonce les agissements de son confrère Amenôthês, l’accusant d’avoir violé un accord que tous deux avaient établi en 119 et qui organisait un partage géographique de leurs compétences. Cette plainte d’ordre privé se situe hors de tout contexte séditieux. Pourtant, Petenephôtês souligne qu’Amenôthês s’est comporté à son encontre « à la manière d’un rebelle » (ἁποστατικῶι, l. 69) et comme s’il n’y avait pas de roi dans le pays (ὡς ἂν εἴ τις ἀβασιλβευσίαι ττεριεχομένοις, l. 83-84). Dans cette double dénonciation, on retrouve des thèmes déjà rencontrés dans les décrets sacerdotaux : la menace représentée par les véritables apostatai et la condamnation du désordre, de l’anarchie, en l’occurrence ici de l’abasileusia18.

  • 19 Voir notamment W. Huss, Der makedonische König und die ägyptischen Priester, op. cit. n. 1, p. 74-8 (...)
  • 20 Concernant ces derniers, on signalera deux exemples récemment révélés par Ph. Collombert, « Religio (...)
  • 21 Voir J. Yoyotte, « Bakhthis : religion égyptienne et culture grecque à Edfou », dans Religions en É (...)

11Les violences dont le monde sacerdotal a été victime permettent donc de comprendre pourquoi les rebelles sont condamnés comme « impies » et comme « ennemis des dieux ». Un second facteur explicatif peut être cherché dans la composition même du haut clergé égyptien, principal rédacteur de ces décrets. Les recherches prosopographiques récentes montrent en effet que ce dernier est, à l’époque ptolémaïque, étroitement lié au pouvoir, et que les « grands prêtres » et les « prophètes » du culte égyptien sont nombreux à exercer aussi des fonctions civiles ou militaires pour le compte des Ptolémées19. Parmi ces fonctionnaires « au double visage », on trouve ainsi de nombreux Égyptiens promus à des fonctions au sein de l’État lagide, mais aussi des administrateurs grecs devenus ipso facto détenteurs de charges sacerdotales, sans oublier le cas des individus issus de famille mixtes20. Pour montrer à quel point la composition du haut clergé « égyptien » est complexe, on peut citer le cas de la famille d’Apollonios/Pashaï à Edfou, à la fin du iie siècle21. Plusieurs membres de cette famille nous sont connus par des documents parallèles, des épitaphes grecques et des stèles funéraires hiéroglyphiques : dans les premières, ils apparaissent avec des noms grecs (Ptolémaios, Apollonios), leurs titres militaires et leurs titres auliques ; dans les secondes, ils portent uniquement leurs noms égyptiens (Pamenchês, Pashaï) et sont munis de divers titres sacerdotaux qui révèlent leur appartenance au haut clergé d’Edfou.

  • 22 J. H. Johnson, « The Demotic Chronicle as an Historical Source », Enchoria, 4, 1974, p. 5 et « Is t (...)
  • 23 H. Felber, « Die demotische Chronik », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 106-110.
  • 24 L. Koenen, « Die Apologie des Töpfers an König Amenophis oder das Töpferorakel », dans Apokalyptik (...)
  • 25 H.-J. Thissen, « Das Lamm des Bokchoris », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 119-126 et p. 136.

12En définitive, le discours sacerdotal sur les révoltes peut s’expliquer par une double communauté d’intérêt entre le roi lagide et le haut clergé du culte égyptien. Il est vrai que les phénomènes d’association et de solidarité ont aussi leurs limites. C’est ce que pourraient montrer les textes prophétiques tels que la Chronique démotique ou l’Oracle du Potier. Ainsi, alors que dans la stèle de Pithom ou le décret de Memphis les rois Ptolémées se trouvaient assimilés par les prêtres égyptiens au dieu Horus luttant contre les ennemis de l’Égypte, les partisans de Seth, dans l’Oracle du Potier, c’est au tour des habitants d’Alexandrie d’être présentés comme les serviteurs de Seth. Mais même l’interprétation traditionnelle de ces prophéties est aujourd’hui remise en cause. Ainsi, pour H. Felber, qui pousse plus loin les critiques déjà formulées par J. H. Johnson22, la Chronique Démotique serait en fait un écrit de propagande pro-ptolémaïque : le roi restaurateur de l’âge d’or devrait être identifié à Ptolémée Ier, fondateur de la dynastie23. Quant à l’Oracle du Potier, selon L. Koenen, il ne peut plus être considéré comme un texte hostile aux Grecs ; l’annonce de l’abandon d’Alexandrie et le retour d’Agathos Daimon à Memphis seraient plutôt l’expression de tensions entre la chôra et la capitale24. H.-J. Thissen, pour sa part, note que si l’Oracle de l’Agneau exprime l’espoir de temps plus heureux en Égypte, il ne prophétise pas l’avènement d’un roi déterminé25.

13Certes, la discussion sur la littérature prophétique est toujours en cours. Mais, dans tous les cas, la contradiction entre les deux types de discours (discours prophétique et discours officiel) peut être minorée si l’on considère que les révoltes réelles de l’époque ptolémaïque n’ont pas répondu aux attentes et aux aspirations du clergé. Au contraire, ces révoltes se sont traduites par un état d’anarchie et de violence que les prêtres ne purent que condamner, pour des raisons à la fois religieuses et matérielles. Même ceux qui étaient le moins intégrés aux sphères du pouvoir n’ont pu les identifier avec les prémices d’un âge d’or.

Bibliographie

Bibliographie

Bernand, A., La prose sur pierre dans l’Égypte hellénistique et romaine, Paris, 1992.

Bernand, E., Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Paris, 1969 (Annales littéraires de l’université de Besançon, 98).

Blasius, A. et Schipper, B. U. (éd.), Apokalyptik und Ägypten, Louvain, 2002 (Orientalia Lovaniensia Analecta [OLA], 107).

Bresciani, E., Assuan, Pise, 1978 (Bibliotheca di Studi Antichi, 16).

Cauville, S. et Devauchelle, D., « Le temple d’Edfou : étapes de la construction et nouvelles données historiques », RdE, 35, 1984, p. 31-55.

Chevereau, P.-M., Prosopographie des cadres militaires égyptiens de la Basse Époque. Carrières militaires et carrières sacerdotales en Égypte du xie au iie siècle avant J.-C., Paris, 1985.

Clarysse, W., « Greeks and Egyptians in the Ptolemaic Army and Administration », Aegyptus, 65, 1985, p. 57-66.

Clarysse, W., « Ptolémées et temples », dans Le décret de Memphis, D. Valbelle et J. Leclant (dir.), Paris, 2000, p. 41-65.

Collombert, Ph., « Religion égyptienne et culture grecque : l’exemple de Dioskouréidhw », CdE, 57, 2000, p. 47-63.

Coulon, L., « Quand Amon parle à Platon (La statue Caire JE 38033) », RdE, 52, 2001, p. 85-111.

Devauchelle, D., La pierre de Rosette. Traduction nouvelle de la version démotique du texte, Le Havre, 1990.

De Wit, C., « Inscriptions dédicatoires du temple d’Edfou », CdE, 36, 1961, p. 56-97 et p. 277-320.

Dietze, G., « Temples and Soldiers in Southern Ptolemaic Egypt. Some Epigraphic Evidence », dans Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World, Proceedings of the International Colloquium (Bertinoro, 19-24 juillet 1997), L. Mooren (éd.),, Louvain, 2000 (Stud. Hell., 36), p. 77-89.

Dunand, F., « L’Oracle du Potier et la formation de l’Apocalyptique en Égypte », dans L’Apocalyptique, Paris, 1977 (Études d’histoire des religions, 3), p. 41-67.

Felber, H., « Die demotische Chronik », dans Apokalyptik und Ägypten, A. Blasius et B. U. Schipper (éd.), Louvain, 2002 (OLA, 107), p. 65-111.

Gauthier, H. et Sottas, H., Un décret trilingue en l’honneur de Ptolémée IV, Le Caire, 1925.

Huss, W., « Die in ptolemäischer Zeit verfassten Synodal-Dekrete der ägyptischen Priester », [ZPE], 88, 1991, p. 189-208.

Huss, W., Der makedonische König und die ägyptischen Priester, Stuttgart, 1994 (Historia Einzelschriften, 85).

Johnson, J. H., « The Demotic Chronicle as an Historical Source », Enchoria, 4, 1974, p. 1-17.

Johnson, J. H., « Is the Demotic Chronicle an Anti-Greek Tract ? », dans Grammata Demotica. Festschrift für E. Lüddeckens, H.-J. Thissen et K.-Th. Zauzich (éd.), Würtzbourg, 1984, p. 107-124.

Koenen, L., « Die Prophezeiungen des Töpfers », ZPE, 2, 1968, p. 178-209.

Koenen, L., « The Prophecies of a Potter : a Prophecy of World Renewal becomes an Apocalypse », dans Proceedings of the XIIth International Congress of Papyrology (Ann Arbor, 1968), Toronto, 1970, p. 249-254.

Koenen, L., « Die Adaptation Königsideologie am Ptolemäerhof », dans Egypt and the Hellenistic World. Proceedings of the International Colloquium (Louvain, 24-26 mai 1982), E. Van’t Dack, P. Van Dessel et W. Van Gucht (éd.), Louvain, 1983 (Stud. Hell., 27), p. 143-190.

Koenen, L., « The Ptolemaic King as a Religious Figure », dans Images and Ideologies. Selfdefinition in the Hellenistic World, A. Bulloch, E. S. Gruen, A. A. Long et A. Stewart (éd.), Berkeley-Los Angeles-Londres, 1993, p. 25-115.

Koenen, L., « Die Apologie des Töpfers an König Amenophis oder das Töpferorakel », dans Apokalyptik und Ägypten, A. Blasius et B. U. Schipper (éd.), Louvain, 2002 (OLA, 107), p. 139-187.

Lanciers, E., « Die ägyptischen Tempelbauten zur Zeit des Ptolemaios V Epiphanes (204-180 v. Chr.) », 1, MDAIK, 42, 1986, p. 81-98.

Lefebvre, G., Le tombeau de Pétosiris, Le Caire, 1924.

Lloyd, A. B., « Nationalist Propaganda in Ptolemaic Egypt », Historia, 31 (Wiesbaden), 1982, p. 33-55.

Menu, B., « Le tombeau de Pétosiris. Nouvel examen », BIFAO, 94, 1994, p. 315-327.

Müller, W. M., Egyptological Researches III : the Bilinguals Decrees of Philae, Washington, 1920.

Quirke, St. et Andrews, C., The Rosetta Stone, Londres, 1988, New York, 1989.

Sethe, K., Urkunden des ägyptischen Altertums, II, Leipzig, 1904, réimpr. Milan, 1977.

Sethe, K., « Die historische Bedeutung des 2. Philae-Dekrets aus der Zeit des Ptolemaios Epiphanes », ZÄS, 53, 1917, p. 35-49.

Thissen, H.-J., Studien zum Raphiadekret, Meisenheim, 1966.

Thissen, H.-J., « Das Lamm des Bokchoris », dans Apokalyptik und Ägypten, A. Blasius et B. U. Schipper (éd.), Louvain, 2002 (OLA, 107), p. 117-138.

Thompson, D. J., Memphis under the Ptolemies, Oxford, 1988.

Yoyotte, J., « Bakhthis : religion égyptienne et culture grecque à Edfou », dans Religions en Égypte hellénistique et romaine, Actes du colloque de Strasbourg (16-18 mai 1967), Ph. Derchain (éd.), Paris, 1969, p. 127-141.

Notes

1 Ces textes ont suscité une bibliographie abondante. Pour un tableau d’ensemble, voir en particulier A. B. Lloyd, « Nationalist Propaganda in Ptolemaic Egypt », Historia, 31, 1982, p. 33-55, W. Huss, Der makedonische König und die ägyptischen Priester, Stuttgart, 1994 (Historia Einzelschriften, 85), p. 143-179, et plus récemment A. Blasius et B. U. Schipper (éd.), Apokalyptik und Ägypten, Louvain, 2002 (OLA, 107), dorénavant Apokalyptik und Ägypten.

2 Sur l’Oracle du Potier voir notamment L. Koenen, « Die Prophezeiungen des Töpfers », ZPE, 2, 1968, p. 178-209, « The Prophecies of a Potter : a Prophecy of World Renewal becomes an Apocalypse », dans Proceedings of the XIIth International Congress of Papyrology (Ann Arbor, 1968), Toronto, 1970, p. 249-254 et « Die Apologie des Töpfers an König Amenophis oder das Töpferorakel », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 139-187 ; également F. Dunand, « L’Oracle du Potier et la formation de l’Apocalyptique en Égypte », dans L’Apocalyptique, Paris, 1977 (Études d’histoire des religions, 3), p. 41-67.

3 Sur les synodes de l’époque ptolémaïque, on se référera à W. Huss, « Die in ptolemäischer Zeit verfassten Synodal-Dekrete der ägyptischen Priester », ZPE, 88, 1991, p. 189-208 et W. Clarysse, « Ptolémées et temples », dans Le décret de Memphis, D. Valbelle et J. Leclant (dir.), Paris, 2000, p. 41-65.

4 Pour le texte grec du décret, nous suivons A. Bernand, La prose sur pierre dans l’Égypte hellénistique et romaine, Paris, 1992, no 16 (IG Prose 16 : OGIS I 90) et pour la version démotique, D. Devauchelle, La pierre de Rosette. Traduction nouvelle de la version démotique du texte, Le Havre, 1990. St. Quirke et C. Andrews offrent par ailleurs une traduction des trois versions du décret dans The Rosetta Stone, Londres, 1988, New York, 1989. Sans précision contraire, les citations du décret de Memphis renvoient ici au texte grec.

5 Ce décret a donné lieu à deux publications, celle de W. M. Müller, Egyptological Researches III : the Bilinguals Decrees of Philae, Washington, 1920 et celle de K. Sethe, Urkunden des ägyptischen Altertums, II, Leipzig, 1904, réimpr. Milan, 1977, p. 214-230 (K. Sethe, Urk., II). Voir également K. Sethe, « Die historische Bedeutung des 2. Philae-Dekrets aus der Zeit des Ptolemaios Epiphanes », ZÄS, 53, 1917, p. 35-49.

6 Cf. W. M. Müller, op. cit., p. 71, n. 1.

7 Le terme même de « dédicatoire » est inapproprié, mais passé dans l’usage. Voir à ce sujet S. Cauville et D. Devauchelle, « Le temple d’Edfou : étapes de la construction et nouvelles données historiques », RdE, 35, 1984, p. 31.

8 Ces inscriptions ont été traduites par C. de Wit, « Inscriptions dédicatoires du temple d’Edfou », CdE, 36, 1961, p. 56-97 et p. 277-320 (De Wit, Edfou).

9 Traduction de R. Rémondon, dans BIFAO, 58, 1959, p. 195.

10 Décret de Memphis, l. 11 : « (Attendu que le roi Ptolémée) a supporté de nombreuses dépenses pour conduire l’Égypte à la sérénité (τὴν Αἴγυπτον εἰς εὐδίαν ἀγαγεῖν) ». Eujdiva est aussi le mot qu’utilise le poète Hérondas, Mimes, I, 28, pour désigner « la sérénité inaltérable du ciel d’Égypte » (cf. P. Perdrizet et G. Lefebvre, Les graffites grecs du Memnonion d’Abydos, Nancy-Paris-Strasbourg, 1919, p. xiii).

11 Nous avons un autre exemple, à l’aube de notre période, en la personne de Pétosiris, prêtre de Thot à Hermopolis. Cf. G. Lefebvre, Le tombeau de Pétosiris, Le Caire, 1924 et B. Menu, « Le tombeau de Pétosiris. Nouvel examen », BIFAO, 94, 1994, p. 315-327.

12 Ce décret, connu par trois exemplaires dont la stèle de Pithom, a été publié par H. Gauthier et H. Sottas, Un décret trilingue en l’honneur de Ptolémée IV, Le Caire, 1925. Voir également H.-J. Thissen, Studien zum Raphiadekret, Meisenheim, 1966 et A. Bernand, La prose sur pierre dans l’Égypte hellénistique et romaine, op. cit. n. 4, nos 12, 13, 14. Les citations renvoient ici à la version démotique, la plus complète (trad. H. Sottas).

13 La version démotique permet de savoir que les captifs furent tués par bastonnade (« par le bâton ») lors des cérémonies du couronnement égyptien. Par cette exécution, le roi Épiphane manifestait précisément la nature d’Horus vainqueur de Seth qui venait de lui être reconnue par le sacre égyptien. Cette nature se trouve sanctionnée dans la titulature pharaonique par l’épithète d’Horus d’or (Hr nb. tj), rendue en grec par l’expression : ἀντιπάλων ὑπερτέρου, littéralement « supérieur à ses adversaires ». Voir à ce sujet H.-J. Thissen, op. cit., p. 27-42 et L. Koenen, « The Ptolemaic King as a Religious Figure », dans Images and Ideologies. Self-definition in the Hellenistic World, A. Bulloch, E. S. Gruen, A. A. Long et A. Stewart (éd.), Berkeley-Los Angeles-Londres, 1993, p. 48-50, ainsi que « Die Adaptation Königsideologie am Ptolemäerhof », dans Egypt and the Hellenictic World. Proceedings of the International Colloquium (Louvain, 24-26 mai 1982), E. Van’t Dack, P. Van Dessel et W. Van Gucht (éd.), Louvain, 1983 (Stud. Hell., 27), p. 155, n. 36.

14 « On célébrera des fêtes et des panégyries dans les temples et dans toute l’Égypte en l’honneur du roi Ptolémée, éternellement vivant, aimé d’Isis, depuis le 10 Pachon, jour où Pharaon a vaincu la mauvaise fortune, et pendant cinq jours, chaque année. » (dém. 36-37).

15 And be made [the 12th] month day 3 (= 3 Mésorè), [the day] of reporting it towards His Majesty (…) [about] the capture of the (most) wicked (one) of the rebels, and the 11th month day [23] (= 23 Epeiph) (when) caused (…) [that enemy of] His Majesty to be captured on it as a festival a big one in the sanctuaries (of both parts of Egypt) each year, at each (corresponding) time : lignes 15b-16b du texte hiéroglyphique (K. Sethe, Urk., II, 228-229), trad. W. M. Müller, op. cit.

16 « Les habitants de l’Égypte l’accueillirent avec des transports d’allégresse parce qu’il avait sauvé les temples et protégé en même temps tous les Égyptiens. »

17 Sur la portée de ces dons, voir en particulier D. J. Thompson, Memphis under the Ptolemies, Oxford, 1988, p. 114-125 et W. Clarysse, « Ptolémées et temples », art. cité note 3, p. 58-62.

18 De manière plus indirecte, l’arrêt des travaux dans les temples égyptiens traduit également la désorganisation du monde sacerdotal durant les périodes de troubles. Ainsi, en Haute-Égypte, dans le temple d’Horus à Edfou, le temple d’Hathor à Deir el-Medineh et le petit temple d’Isis à Syène, l’activité architecturale resta en suspens durant toute la révolte d’Haronnophris et Chaonnophris. Voir à ce sujet S. Cauville et D. Devauchelle, op. cit., p. 35-37, E. Lanciers, « Die ägyptischen Tempelbauten zur Zeit des Ptolemaios V Epiphanes (204-180 v. Chr.) », 1, MDAIK, 42, 1986, p. 91 et E. Bresciani, Assuan, Pise, 1978, p. 143. À Edfou, comme nous l’avons vu plus haut, les inscriptions imputent explicitement l’interruption des travaux aux rebelles qui ont « interrompu le travail dans le Trône-des-dieux » (De Wit, Edfou, VII, 6,6 - 7,1).

19 Voir notamment W. Huss, Der makedonische König und die ägyptischen Priester, op. cit. n. 1, p. 74-88 ; P.-M. Chevereau, Prosopographie des cadres militaires égyptiens de la Basse Époque. Carrières militaires et carrières sacerdotales en Égypte du xie au iie siècle avant J.-C., Paris, 1985, p. 187-200. Également W. Clarysse, « Ptolémées et temples », art. cité note 3, p. 54-58.

20 Concernant ces derniers, on signalera deux exemples récemment révélés par Ph. Collombert, « Religion égyptienne et culture grecque : l’exemple de Διοσκουριδης », CdE, 57, 2000, p. 47-63 et L. Coulon, « Quand Amon parle à Platon (La statue Caire JE 38033) », RdE, 52, 2001, p. 85-111.

21 Voir J. Yoyotte, « Bakhthis : religion égyptienne et culture grecque à Edfou », dans Religions en Égypte hellénistique et romaine, Actes du colloque de Strasbourg (16-18 mai 1967), Ph. Derchain (éd.), Paris, 1969, p. 127-141 ; E. Bernand, Inscriptions métriques de l’Egypte gréco-romaine, Paris, 1969 (Annales littéraires de l’université de Besançon, 98), nos 5 et 35 ; W. Clarysse, « Greeks and Egyptians in the Ptolemaic Army and Administration », Aegyptus, 65, 1985, p. 57-66 ; G. Dietze, « Temples and Soldiers in Southern Ptolemaic Egypt. Some Epigraphic Evidence », dans Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World, Proceedings of the International Colloquium (Bertinoro, 19-24 juill. 1997), L. Mooren (éd.), Louvain, 2000 (Stud. Hell. 36), p. 77-89.

22 J. H. Johnson, « The Demotic Chronicle as an Historical Source », Enchoria, 4, 1974, p. 5 et « Is the Demotic Chronicle an Anti-Greek Tract ? », dans Grammata Demotica. Festchrift für E. Lüddeckens, H.-J. Thissen et K.-Th. Zauzich (éd.), Würtzbourg, 1984, p. 107-124.

23 H. Felber, « Die demotische Chronik », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 106-110.

24 L. Koenen, « Die Apologie des Töpfers an König Amenophis oder das Töpferorakel », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 179.

25 H.-J. Thissen, « Das Lamm des Bokchoris », dans Apokalyptik und Ägypten, p. 119-126 et p. 136.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search