Version classiqueVersion mobile

Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident

 | 
Michel Kaplan

Les actes de consécration d’églises du diocèse d’Urgell (IXe-XIIe siècle) : la mise en ordre d’un espace chrétien

Michel Zimmermann

Texte intégral

  • 1 R. Ordeig i Mata, Inventari de les actes de consagrado i dotació de les eglésies catalanes, I. Anys (...)

1L’exceptionnelle richesse des archives catalanes concerne les types d’actes les plus divers, et la passion pour l’écriture qui anime les contemporains nous vaut de conserver une documentation pour des événements de la vie quotidienne, rites ou cérémonies, dont on est a priori tenté de penser, compte tenu de ce qu’on imagine être la mentalité médiévale, qu’ils ignorent, négligent ou récusent le support de l’écriture. Tels les serments de fidélité écrits qui envahissent la documentation à partir de 1010-1020 ; tels aussi les actes de consécration d’églises, qui prolifèrent dès la première moitié du ixe siècle. Conservés très nombreux dans les archives capitulaires ou diocésaines, ils ont fait récemment l’objet d’un inventaire dû à R. Ordeig i Mata1.

  • 2 Voir Les sociétés méridionales autour de l’an Mil, m. Zimmermann coordin., Paris 1992, p. 248-255.
  • 3 P. de Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus, Paris 1688, app. 112.

2Certaines pièces, connues depuis longtemps, constituent de remarquables témoignages de culture, en particulier les actes de consécration des grandes églises abbatiales. L’acte de la troisième consécration de Santa Maria de Ripoll en 977, sans doute rédigé par le prélat consécrateur, Miró Bonfill, évêque de Gérone et comte de Besalu, est un texte assez hermétique, truffé de mots rares et d’hellénismes, rythmé d’allitérations ; il représente aussi la première ébauche d’une historiographie catalane ; à travers l’évocation des origines de l’abbaye, il retrace l’histoire de la « libération » du pays et exalte la geste de la dynastie comtale issue de Guifred le Velu2. La consécration de l’abbatiale de Sant Benet de Bages par l’évêque de Vic Froya en 972 nourrit un long préambule qui situe la construction de l’église au terme de toute une chaîne de constructions remontant à Noé3. La période comprise entre 950 et 1030 est celle de la plus intense créativité littéraire. Ces documents très élaborés, destinés à garder la mémoire d’une fondation prestigieuse souvent due à l’initiative comtale, peut-être à préserver les droits de la famille fondatrice, restent des pièces uniques ; à la fois essais littéraires et esquisses historiographiques, ils sont appréciés et utilisés dès le Moyen Âge. L’acte de la troisième consécration de Ripoll est presque aussitôt incorporé à un formulaire où il s’impose comme modèle de consecratio ecclesiae ; la Brevis historia monasterii rivipullensis de 1147 est, pour plus de la moitié de son développement, fondée sur les actes de consécration successifs de 888, 935, 977 et 1032.

  • 4 Cebrià Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles ix-xii), Urgellia (...)

3Mais il existe d’autres actes de consécration concernant des églises sans importance, églises paroissiales ou simples oratoires ; ils sont conservés en assez grand nombre pour constituer un type documentaire et construire de véritables séries. C’est le cas en particulier dans le diocèse d’Urgell où sont conservés 90 actes de consécration répartis entre le 17 novembre 833 et le 2 novembre 1219. « Acte de consécration » reste un terme générique, puisque l’éditeur des actes, le P. Cebrià Baraut4, a rassemblé sous ce nom des documents de nature diverse qui ont pour seul point commun de remonter aux origines d’une église et de caractériser sa « mise en service » ; ils sont parvenus jusqu’à nous par des voies diverses et avec des fortunes variées : certains en originaux, d’autres au terme de plusieurs copies qui ont parfois rendu leur contenu grammaticalement inintelligible... Nous disposons là d’un matériau riche naguère encore difficilement accessible.

4Disséminés sur près de 400 ans, les 90 actes se répartissent inégalement entre les siècles :

  • de 833 à 900, nous conservons 13 actes (soit 1 pour 5 ans) ;

  • de 901 à 1000, nous en conservons 29 (1 pour 3 ans et demi) ;

  • de 1001 à 1100, nous en conservons 33 (1 pour 3 ans) ;

  • de 1101 à 1200, nous en conservons 14 (1 pour 7 ans) ;

  • de 1201 à 1219, nous en conservons 1 (1 pour 19 ans).

5La période de floraison des actes de consécration dure de 901 à 1100 ; cette concentration chronologique correspond à deux moments particulièrement importants de l’histoire catalane. Après quelques documents sporadiques, on assiste à une crue brutale en 881 ; elle dure jusqu’en 930 (22 documents en 50 ans) ; après 930, le nombre d’actes ne dépasse pas 3 par décennie et tombe à 0 entre 1011 et 1030. Débute alors une seconde période prolixe qui dure de 1031 à 1060 et rassemble 26 documents (respectivement 9, 6 et 9 pour les 3 décennies correspondantes). Après quoi on retombe à 3 documents maximum par décennie, 2 seulement après 1130. Même si ces données gagneraient à être affinées et nuancées pour tenir compte de la diversité typologique des églises concernées, il est clair que les deux grandes vagues de consécrations coïncident avec des périodes d’essor de la société catalane ; les années 881-930 sont celles d’un flux démographique ; elles correspondent à la mise en mouvement des populations entassées dans les hautes vallées pyrénéennes et à la colonisation des terres du plat-pays ; ce desserrement démographique entraîne la naissance de villages et de paroisses. De 1031 à 1060, avec l’essor affectant l’ensemble de l’Europe, on assiste plutôt à la reconstruction d’églises anciennes (devenues plus vastes et en pierre) et à la densification du réseau ecclésial avec la consécration de simples oratoires. La richesse du corpus documentaire n’est pas le seul fruit du hasard ; elle épouse les pulsions de la société contemporaine.

***

  • 5 Voir supra, n. 4, doc. 70.

6Le titre d’« actes de consécration » donné par l’éditeur à la collection rassemblée est une appellation générique ; beaucoup de documents ne la méritent que par analogie ; les termes consecratio, consecrare sont parfois totalement absents ; ils peuvent apparaître comme ils peuvent faire défaut dans des documents au demeurant parfaitement identiques ; lorsqu’ils apparaissent, c’est dans une expression volontariste ou prospective, sous la forme d’un gérondif ou d’un adjectif verbal (ad consecrandum), auquel fait parfois écho un indicatif présent (consecro) ou passé (consecravit). Même lorsque le mot figure, les événements décrits se situent en amont ou en aval de la consécration, en deçà ou au-delà de la cérémonie liturgique ; le document n’incorpore généralement aucune description ni évocation d’un rite ; un seul acte, du 21 décembre 1079, décrit avec précision les étapes successives du rituel accompli par le prélat consécrateur5.

  • 6 Par ex. doc. 84 (23 janvier 1164). Après un long préambule énumérant plusieurs péricopes scripturai (...)
  • 7 Par exemple, la consécration d’une église proche de Baga à la demande de Seniofred, abbé de Sant Ll (...)

7La forme diplomatique des documents est elle-même très variable. Certains sont de simples procès-verbaux réduits à quelques mots ; ils sont alors précédés d’un préambule emprunté à un formulaire, ce qui autorise leur identification typologique immédiate6. D’autres actes s’inscrivent dans la forme classique de la charte, en l’occurrence la charte de donation, puisque l’inventaire de la dotation de l’église s’installe au cœur de la cérémonie7.

  • 8 À ce sujet, M. Zimmermann, La datation des documents catalans du ixe au xiie siècle. Un itinéraire (...)

8Mais le type de document le plus fréquent se présente sous la forme d’un récit ; celui-ci débute parfois par une invocation, que suit immédiatement la mention de la date ; cette sorte de charte-chronique, toujours rédigée au passé, s’impose à la fin du ixe siècle ; après avoir rappelé les circonstances de l’acte et les motivations des partenaires, elle déroule la succession des événements et des rites ; le plus souvent toutefois, le document débute directement par la date ; cette datation liminaire est généralement multiple, complexe, mais elle incorpore toujours la date des années de l’Incarnation ; or, cette pratique est totalement étrangère aux Catalans, restés fidèles à une datation dynastique carolingienne, moyen de manifester leur « légitimisme » et leur attachement à la descendance du roi « libérateur »8. L’insistance apportée à introduire l’événement dans une temporalité autre que l’histoire des hommes entraîne dans les documents concernés un phénomène de double datation :

    • 9 Par exemple, Anno trabeacionis Xristi DCCCCLXXXIIII, indictione XIII, era millessima XXIII... (docu (...)

    celle, liminaire, de l’événement lui-même, par les années de l’Incarnation, parfois relayée ou doublée par la mention de l’indiction ou de l’épacte9 ;

  • celle, finale, du document lui-même, toujours dynastique. Il peut arriver qu’elles ne coïncident pas ; le scribe est conscient de conférer l’autorité et la pérennité de l’écriture à un événement révolu qu’il nous relate au passé ; mais ce hiatus reste exceptionnel ; l’écriture scelle le droit au moment où s’effectue le rite ; entre écriture et liturgie s’instaure une relation dialectique qui se résorbe dans une synchronie dont la documentation catalane fournit d’autres exemples.

9Plus qu’une approximative répartition typologique, c’est l’exceptionnelle variété des actes de consécration qui frappe l’observateur ; certains sont à l’évidence tributaires de formulaires dont on peut suivre l’usage pendant plusieurs décennies ; ces formules peuvent se réduire à de simples canevas dont il suffit de remplir les interstices, à la manière d’un procès-verbal ; d’autres développent d’importants préambules situant les consécrations particulières dans l’histoire du salut ; d’autres actes constituent des séries homogènes et homologues ; par rapport à un document originel qui sert de référence, ils manifestent une grande diversité dans le traitement des composantes, négligeant certains éléments, modifiant l’ordonnancement des autres, recourant à des synonymies lexicales. En revanche, d’autres actes affirment une profonde originalité, tant par le soin apporté à la rédaction que par l’abondance et la précision des données contextuelles ; le prestige de l’église consacrée, abbatiale ou collégiale, favorise l’élaboration d’actes prolixes, petits essais littéraires où l’histoire de l’abbaye se fond dans celle de l’humanité en quête de salut. N’appartenant pas au corpus, le plus remarquable des actes de consécration d’églises catalanes reste celui de la troisième consécration de Santa Maria de Ripoll en 977.

  • 10 « Reverencia divini cultus multiplex in multis impletur. Precipue namque tunc vera et salubris exis (...)

10Dans le diocèse d’Urgell, plusieurs séries d’actes similaires correspondent au pontificat d’un prélat ; la formule utilisée, garantissant l’authenticité du document, à la manière d’un sceau ou d’un monogramme, lui assure une durable pérennité. L’évêque Nantigis consacre 18 églises entre le 1er décembre 899 et le 3 juin 913 ; la plupart des actes débutent par la mention de la date, suivie du récit de la cérémonie ; quatre d’entre eux sont précédés d’un préambule qu’on ne retrouvera jamais par la suite10.

  • 11 Le doc. 2 du 1er novembre 839 occupe quatre pages de l’édition de Cebrià Baraut. De même le doc. 39 (...)
  • 12 Le doc. 15 du 7 juillet 903 se limite à dix lignes ; de même, le doc. 17 du 16 juillet 903, ou le d (...)

11Alors que certains actes de consécration du corpus sont particulièrement longs11, d’autres sont d’une brièveté, voire d’une sécheresse remarquable12. On peut d’ailleurs, au cours des trois siècles et demi qu’embrasse le corpus documentaire, percevoir une claire évolution vers plus de simplicité et de concision, évolution parallèle à celle d’autres types de documents ; d’essai narratif, l’acte de consécration se discipline progressivement en séquence notariale.

12Plus que la ductilité et l’ampleur de leur forme, c’est le contenu des actes qui doit retenir notre attention. Qu’est-ce qu’un acte de consécration ? La mobilité et l’imprécision du vocabulaire, son caractère approximatif et interchangeable nous amènent à nous interroger sur les enjeux et la signification concrète des actes génériquement qualifiés de consécrations.

***

  • 13 À titre d’exemple, citons la « consécration » de l’église Sant Climent d’Ardòvol (9 janvier 890, do (...)

13Nous avons suggéré que plusieurs des documents réunis dans la collection avaient été arbitrairement rangés au nombre des « actes de consécration ». L’appellation répond sans doute à une exigence typologique ; mais l’extrapolation légitime dont elle relève nous invite à nous demander ce que représente la consécration – mot et rituel – dans la mémoire documentaire. 11 arrive fréquemment que l’acte ne fasse aucune allusion à un rituel de nature liturgique ; le terme même de consécration peut être absent ; ainsi, dans l’acte le plus ancien (17 novembre 833), concernant l’église de Santa Maria de Lillet, dans la région de Berga. Plus fréquemment, la consécration est annoncée comme un projet ou comme le mobile d’une réunion : ad consecrandum, ad ecclesiam consecrandam13 ; après quoi toute allusion disparaît à une quelconque initiative épiscopale ou au moindre cérémonial ; le document se convertit en un classique acte de donation, amorcé et conclu par des expressions parfaitement stéréotypées :

Donamus hec omnia
Qui contra hanc dotem vel donationem
Facta dote vel donatione.

14L’essentiel de la documentation présente par conséquent un caractère éminemment paradoxal ; elle est en effet partagée entre des récits où un appel solennel à la consécration ne débouche sur aucune mention de consécration réelle, et de sommaires procès-verbaux de consécrations, simples aide-mémoire conservant le souvenir d’une liturgie dont le déroulement est antérieur et 1’« efficacité » étrangère à la rédaction du document ; dans les deux cas, la réalité sacramentelle ou liturgique de la consécration échappe totalement à l’écriture qui prétend la saisir pour la perpétuer ; nous retrouvons toute l’ambiguïté de l’acte liturgique écrit, dont la documentation catalane fournit d’autres exemples suggestifs avec les serments de fidélité.

  • 14 Doc. 70 du 21 décembre 1079 (consécration de l’église Sant Esteve d’Olins).
  • 15 Doc. 59 (consécration de Sant Joan de Castelló).
  • 16 Doc. 73 (Santa Maria de Llordá).
  • 17 Doc. 75. Il s’agit de Santa Maria de Guissona.

15Dans la majorité des documents cependant, la consecratio apparaît comme un élément particulier dans le cours d’une procédure ; deux autres phénomènes lui sont étroitement liés : la dédicace (dedicacio) et la dotation (dotatio) ; les deux étapes sont théoriquement préalables à l’intervention de l’évêque consécrateur ; mais les trois moments sont tellement liés qu’il en résulte des amalgames et interférences terminologiques. À côté du sens précis et liturgique de rituel sacramentel, qu’un seul document décrit avec précision14, le terme de consecratio désigne l’ensemble des procédures préalables à la mise en service d’une église, paroissiale ou autre ; dans cette perspective, l’acte écrit constitue un certificat d’habilitation ou de conformité. Le dossier conserve plusieurs exemples d’assimilation entre consécration et dédicace ; le 21 janvier 1051, plusieurs onestissimi viri du castrum de Castello s’adressent à l’évêque Guilelmus ut consecrasset ecclesiam [...] sicuti et fecit15, les allusions ultérieures concernent uniquement istum dedicationis diem ; le document est un procès-verbal où le mot consecratio apparaît de manière incidente et dérivée par rapport à l’opération juridique que résume le terme dedicacio. La situation se répète le 6 juillet 1085, où l’évêque Bernat Guillem consecravit [...] ecclesiam sancto Saturnino (dans le castrum de Llordà) ; le document évoque ensuite ad cuius dedicationem, in die dedicationis16... Un document du 15 septembre 1098 souligne en revanche que ce jour-là dedicata est ecclesia in honore beate Marie17. De manière générale, lorsque le verbe consecrare se rapporte à un objet concret, c’est pour évoquer une dédicace ; consacrer, c’est consacrer au nom d’un saint (consecrare in honore sancti...) :

  • 18 Doc. 57 (Sant Sadurní de Tagassona).
  • 19 Doc. 58 (Sant Salvador d’Ager).

ut ista ecclesia [...] consecret in honore sancti Saturnini (1047)18
ut dedicasset ecclesiam in honorem sancti Salvatoris (15 avril 1048)19.

16La situation est exactement semblable si l’église est un simple oratoire :

  • 20 Doc. 16 (Santa Maria in locum vocitatum vila Hichilani in valle Roseto).

ut ei oratorium consecraret in honorem sancte Marie [...] Ego Nantigisus episcopus consecro istam ecclesiam et trado eam sancto Iohanne Baptista qui est fundatus crismalis in Vilalata (14 juillet 903)20.

  • 21 Doc. 83 (Santa Maria de Solsona).

17L’attribution d’un nom confère l’existence à une église ; elle est à la fois baptême et mariage, puisqu’elle permet l’union du Christ et de son peuple réuni ; on en arrive naturellement à l’expression sacramentum dedicationis, rencontrée le 10 novembre 116321 :

Nichil enim magis fidei nostre convenit quam sacramento dedicationis ecclesie in quo Xristi et ecclesie federa coniunguntur, intendere...

18L’autre préalable à la consécration est la dotation ; l’église ne peut être consacrée /dédiée que si elle a été auparavant dotée :

  • 22 Doc. 2 (1er novembre 839).

Cumque in hac principalem ecclesiam sancte Marie omnes unanimiter consisterent, hostensum est a predicto Sisebuto illustrissimo aepiscopo quod nulla debet esse ecclesiarum dedicacio, nisi prius omnium rerum possessionibus per scripture tradite sint22.

19Mais la linéarité synchronique de l’acte écrit ne peut respecter cette progression, et les diverses étapes de la « consécration » y interfèrent ou s’y intervertissent. Dans le document ci-dessus, immédiatement après le rappel du droit, l’évêque d’Urgell consacre l’église :

Ideoque ego Sisebutus, servus servorum Dei, episcopus consecro hanc matrem ecclesiam...

20après quoi seulement les autorités religieuses et profanes se soucient de sa dotation :

cum obtimatibus vel principibus seu religiosorum clericorum hac vulgus populi unanimiter in Domino tradimus et condotamus [...] Tradimus atque condotamus...

21Il s’agit de l’église cathédrale d’Urgell dont le ressort juridictionnel doit être rappelé ; mais la situation est identique pour une simple église paroissiale ; il arrive qu’un acte mentionnant le projet de consécration se réduise à une simple dotation :

  • 23 Doc. 7 (9 janvier 890).

Nos omnes homines cohabitantes in iamdictam villa Ardocale [...] quia edificavimus ipsa ecclesia in honore sancti Clementis, tradimus eam ad venerabilem pontificem nostrum Ingobertum episcopum ad consecrandum. Propterea placuit in animis nostris et placet in primis pro amorem Dei et pro sancta Dei ecclesìa exaltandum donare deveremus ad ipsa ecclesia, sicut et damus23...

22On comprend mieux désormais la forme à la fois stéréotypée et composite des « actes de consécration », dans lesquels un récit au passé appelant l’intervention de plusieurs partenaires s’actualise au présent dans un certain nombre de gestes de portée juridique. La grande majorité des documents peuvent se décomposer de la manière suivante :

  • on trouve en premier lieu la mention de la date qui introduit l’acte, suivie de celle de la venue de l’évêque consécrateur dans un village ;

  • puis intervient le rappel explicite que le prélat se déplace à la demande (rogatus) ou aux prières (precibus) des hommes du village, dont le document nous donne souvent les noms, avec parfois un prêtre à leur tête ; ces hommes ont construit ou restauré une église et invité l’évêque diocésain à la consacrer. L’appel peut venir d’une autorité, essentiellement le comte. Les circonstances de la consécration constituent un indicateur significatif sur le contexte de la colonisation rurale aux ixe et xe siècles ; les initiatives pionnières des paysans défricheurs sont progressivement relayées par l’autorité comtale qui encadre désormais l’ensemble du processus.

  • pour obtenir qu’il consacre leur église, les habitants du village donnent l’église au prélat (tradimus, tradimus in manus). Avec cette deditio débute la séquence au présent ; s’ensuit la double opération de la dédicace (par l’évêque) et de la dotation (par la communauté et par l’évêque).

  • 24 « Quia edificavimus ipsa ecclesia in honore sancti Clementis. tradimus eam ad venerabi-lem pontific (...)
  • 25 Doc. 9 (Sant Jaume d’Estoll).

23Le 9 janvier 890, l’évêque d’Urgell est appelé par les habitants d’Ardòvol ; ceux-ci lui livrent l’église qu’ils ont construite et la dotent en sa présence24. L’acte du 1er décembre 899 concernant les habitants de La Quar est beaucoup plus explicite ; les pionniers sont définis comme viros certantes in Dei servitio et ecclesiam Dei hedificatores... En conséquence de quoi, ideo nos supradicti tradimus ipsas ecclesias in potestate domni et pontificis nostri ad consecrandum25...

24Nous pouvons suivre au cours des semaines suivantes une véritable campagne de consécrations d’églises effectuée par l’évêque Nantigis dans la région de Berga. Le 9 décembre, il est à Olvan rogatus a viro inlustro Froia nomine vel ad cunctum populum habitantium in parrochiam de iam dicto Oleane. Le 14 décembre, il arrive à Corbera. rogatus a sacerdote Ranesindum nomine vel a cunctu populum habitantium... Le 17 février 900, il gagne Canalda rogatus a populo ibidem abitantium qui aeclesiam ibi edificaverunt... Mais en 912 c’est à l’appel du comte Seniofred qu’il se rend à La Torre de Campmajor ; veniens [...] episco-pus in predicto comitatu in loco nuncupandum Torre per preces domni Seniofredi incliti marchionis ad consecrandam ecclesiam...

25Prise dans son acception globale, la consécration apparaît comme le terme d’un processus et l’accomplissement d’un projet ; d’où l’expression culmen sacrationis que l’on rencontre à plusieurs reprises au début du xe siècle :

  • 26 Doc. 13 (17 février 900). De même : « Qui ecclesiam in honore beati sancti Martini hedi-ficaverunt (...)

qui aecclesiam ibi edificaverunt et ad culmen sacrationis perduxerunt in honorem sancti Iuliani26.

  • 27 « ... temerario ausu presumat (aliquid) exinde abstrahere nec disrumpere nec aliquid invadere, nec (...)

26La progression et l’ordonnancement du récit nous persuadent que l’acte de consécration – comme la consécration dont il constitue la transcription – est d’abord une réalité juridique ; la consécration fait accéder l’église à un statut de droit ; il suffit pour s’en convaincre de relever dans la documentation la fréquence des allusions aux canons et à l’obligation de la consécration. Sans doute ce rappel du droit figure-t-il en priorité dans les clauses comminatoires des eschatocoles menaçant les sacrilèges qui s’attaqueraient aux biens de la dotation27. Mais il apparaît aussi dans le cours du document, où il est très clairement relié à l’évocation même du rite ; tradimus iamdicta ecclesia [...] ad consecrandum sicut sancti canones constituunt atque decernunt (13 décembre 899) ; condotavit sicut in sacris canonibus continetur (21 décembre 1079).

27La « consécration écrite » s’impose comme une procédure juridique. En dehors d’un rituel de sacralisation exceptionnellement évoqué, la dédicace et la dotation donnent une personnalité, un statut de droit à l’église née de l’initiative des habitants. L’importance canonique de la dédicace/dotation explique l’imprécision terminologique et le permanent va-et-vient dans un même document entre les expressions dies consecrationis et dies dedicationis.

  • 28 Par ex., doc. 86 (20 mars 1168).

28Les conséquences juridiques de la « consécration » ne se limitent pas à l’attribution d’un titre et à la fixation d’un patrimoine ; l’église consacrée est dotée d’un statut hiérarchique ; elle se voit attribuer un rang dans le réseau des structures en place ; s’il s’agit d’un simple oratoire, l’acte précise sa dépendance vis-à-vis de la paroisse ; il circonscrit avec précision le champ de sa compétence et de son autonomie28. Dans la majorité des cas, l’église consacrée est érigée en paroisse ; après une furtive mention de la consécration épiscopale (consecro), l’acte s’attarde à définir les limites de la nouvelle paroisse :

  • 29 Doc. 13 du 17 février 900.

veniens venerabilis pontifex [...] ut iamdictam aecclesiam consecraret et parroechiam ibi servituram iuxta aeclesiasticum ritum constitueret, quod et presentialiter secundum illorum fecit deprecationem. Igitur ego Nantigisus annuente misericordia Dei episcopus, constituo ad iam fatam aecclesiam parroechiam subtus annexam29.

  • 30 Doc. 27 du 11 décembre 922.

Ego Rodulfus episcopus [...] consecro hanc ecclesiam in honore sancti Iohannis Babtiste et martiris fundatam et constituo atque perpetualiter et condono parrochiam. Et habet terminos30...

29Parfois la mention explicite de la consécration est omise :

  • 31 Doc. 24 (912).

Veniens venerabilis antestis [...] ad consecrandam ecclesiam in honore Dei omnipotentis [...] enimvero prefatus episcopus dono, trado atque concedo ad iam dictam ecclesiam sancte Eugenie in diem dedicacionis parrochiam cum villulis his nominibus supra nominatis31.

  • 32 Doc. 41 (15 novembre 985). Le bornage des limites paroissiales occupe parfois la quasi-totalité de (...)

In eodem quoque concelebrem diem dedicationis [...] concesserunt autem ad iam dictam eclesiam termini parrochie sue a parte orientis32...

30L’évêque consécrateur souligne clairement la dépendance de la nouvelle paroisse vis-à-vis de l’église-mère du siège épiscopal en rappelant (lorsque c’est nécessaire) les conditions de recrutement du prêtre desservant et surtout en précisant ses devoirs, en l’occurrence le taux du cens qu’il devra verser à l’évêque :

  • 33 Doc. 30 (30 janvier 948).

et sic iubeo atque discerno ut per singulos annos omnis sacerdos, qui istam ecclesiam cum iam dicta parrochia legitime tenuerit, solvere facial in servicio episcopatus sante Marie urgellitane sedis modios VI de annona et solidos III es et agnos II os33 ;

  • 34 Doc. 12 (14 décembre 899).

prelibatus namque presul [...] stabilivit ut ille sacerdos qui iam dictam ecclesiam tenuerit per singulos annos, solvat censum annuale ad sancta María Sedis modios II de annona et argentios IIII or34 ;

  • 35 Doc. 22 (21 janvier 907). Ou encore : « Tunc autem scripserunt in sua dote ut ad sanctam Mariam Sed (...)

prelibatus episcopus ordinavit secundum instituta canonum ut persolvantur modios VI de annona per singulos annos ad sanctam Mariam Sedis et solidos III de argento et uno agno35.

  • 36 Ainsi, le doc. 67 (1060) : « Rogantes et postulantes Guillermo gratia Dei episcopo ad ecclesiam con (...)
  • 37 Ainsi, lors de la consécration de Santa Magdalena de Pardines le 15 octobre 1176 (doc. 87) : « Pred (...)

31Les actes les plus simples et les plus courts portent toujours mention du cens, des charges synodales et procurations dus par la nouvelle église36. Il en va de même lors de la consécration d’un simple oratoire, dont les droits sont rigoureusement définis et limités37.

  • 38 « Veniens venerabilis pontifex Salla nomine in villa quedam vocitata Pegerolas. in locum que nucupa (...)

32La consécration – et ce que nous sommes convenus d’appeler l’« acte de consécration » qui en est la transposition écrite – a donc pour effet de créer un état de droit. Ainsi que l’exprime dans un raccourci suggestif un document très bref de 100838, elle est d’abord affirmation du pouvoir épiscopal. À la veille de l’intervention épiscopale, on recense une église sans nom et sans fidèles, des fidèles « combattants de Dieu » sans possibilité d’exprimer leur foi, des paroissiens sans paroisse, un prêtre sans charge pastorale ; la consécration /dédicace /dotation a pour effet une mise en ordre hiérarchique et ecclésiastique du désordre initial.

33Mais une mise en ordre qui n’est pas seulement institutionnelle, un droit qui n’est pas seulement celui de l’Église, ainsi que l’atteste le préambule d’un acte de 1037 invoquant les exigences de « l’une et l’autre loi » :

  • 39 Doc. 45 du 8 novembre 1037.

Utriusque legis preceptis inerentes, secundum veteris testamenti ritum et sacrorum canonum institutionem, locum in quo fideles ad orandum conveniunt per invocacionem Sancti Spiritus ad peticionem tocius populi auctore Deo dedicamus39...

***

34L’acte de consécration est constitutif d’un ordre ; il est l’expression même de la réalité diocésaine ; mais cet ordre n’est pas seulement juridique et disciplinaire, puisqu’il contribue à l’émergence d’un espace chrétien, territoire où vivent des fidèles, mais territoire aménagé pour les guider dans leur quête de salut. A cet égard, l’expression de sacramentum dedicationis doit nous retenir ; elle apparaît le 10 novembre 1163, à un moment où la théologie n’a pas définitivement clos la liste du septennaire sacramentel, mais distingue clairement les sacrements de toute une série de rites liturgiques ou sacramentaux ; en associant les deux termes, non seulement elle rappelle que la dédicace et la consécration sont deux rites organiquement liés au point d’apparaître terminologiquement équivalents, mais elle insiste sur la portée sanctificatrice et salvifique de la cérémonie ; l’identité reconnue à l’église par son titre est de nature eschatologique ; elle contribue à en faire un élément indispensable de la vie de l’Église, une cellule propre à encadrer la quête de salut des fidèles. Le discours de l’acte de consécration abandonne le terrain du droit canon pour celui de la théologie.

35Les documents soumis à notre appréciation permettent d’approfondir, à travers le rite de la consécration/dédicace, la définition et le repérage d’un espace à la fois géographique et symbolique, d’un territoire médiateur du salut.

36Quatre mouvements – qui sont aussi quatre moments – peuvent jalonner et résumer sa formation :

  • une initiative de pionniers,

  • la motivation du consécrateur,

  • la transmutation de l’église,

  • l’organisation d’un espace ecclésial.

37L’évêque se rend toujours dans une villa à la demande d’une communauté d’habitants qui vient de construire une église :

nos comanentes in villa cuius vocabulum est Salices edificavimus ecclesiam in honorem sancti Martini episcopi (doc. 5, 8 décembre 857) ;

nos omnes homines cohabitantes in iamdictam villa Ardocala is nominibus [...] vel ceteri alii plures in iamdicta villam commanentes quia edificavimus ipsa ecclesia (doc. 7, 9 janvier 890).

38Les plus anciens documents font clairement allusion à une restauration, consécutive à plusieurs décennies d’abandon :

locum antiquitus vocitatum sancte Marie virginis [...] ad restaurationis culmen adduximus (doc. 1, 17 novembre 833) ;

que antiquitus a fidelibus constructa et ab infidelibus destructa atque a parentibus nostris [...] restaurata esse videtur (doc. 3, 4 novembre 839).

39Une série de documents du début du xe siècle qualifie les habitants de la villa de « combattants de Dieu et constructeurs de l’Église de Dieu » :

certantes in Dei servitio et ecclesiam Dei hedificatores (doc. 9, 1er décembre 899) ;

cunctum populum habitantium in parrochiam [...], certantes in Dei servitio et ecclesiam Dei restauratores (doc. 10, 9 décembre 899) ;

populum habitantium in iam dicta parrochia, certantes in Dei servitio et ecclesie Dei fundatores (doc. 12, 14 décembre 899).

40Restaurateurs ou défricheurs, colons venus de loin ou voisins installés dans les friches récemment pacifiées, ceux qui font appel à l’évêque consécrateur représentent toujours une communauté assez importante (une dizaine de chefs de famille), un populus organisé (à sa tête un clerc ou même un prêtre, parmi ses membres parfois une Deo vota). C’est la communauté qui accueille le prélat ; en construisant un édifice, elle a œuvré à la réalisation de l’Église de Dieu ; la présence d’un prêtre en son sein suggère qu’elle n’a pas été jusque-là privée de tout service pastoral, mais le moment est venu de l’institution de la communauté en paroisse. La terminologie exprime clairement l’attente de cette transformation ; avant la consécration, les pionniers sont qualifiés de populus, cohabitantes, occupants d’une villa ; le mot parrochiani est parfois utilisé de manière anticipatrice puisque ces « paroissiens » obtiennent que par la grâce de la consécration leur église soit dotée d’une ... paroisse ! La synchronie entre la consécration d’une église et le bénéfice d’une vie religieuse propre est nettement affirmée :

  • 40 Doc. 19 du 20 juin 905.

in corde meo [l’évêque Nantigis parle] disposili ut in loco quodam vokabulo Frontignano qui actenus absque ecclesiam extiterat, ibi in mea proprietate orationis domum edificare deberem, sicut Domino largientem in honorem beati lacobi apostoli peregi, ut et istius ville populus et aliarum qui circa sunt qui nondum consecratas habent ecclesias ad hac orationis domum ad divinum occurrant officium et suorum peccatorum facinus confiteantur et remissionem percipiant et baptismatis gratiam accipiant et decimas et primicias reddere studiosissime procurrent et cristianitatis religionem ita custodiant40.

  • 41 Doc. 20 du 12 janvier 907 : « Ut loco quedam vocabulum Avisano, qui actenus absque ecclesia extiter (...)
  • 42 Un document du 30 octobre 890 (doc. 8) expose en détail un conflit de ce type et la solution qui lu (...)

41On retrouve la même formule sous la plume du comte Miro au sujet de l’église d’Avisanus, édifiée par son grand-père Guifred, et pas encore consacrée41. Si la consécration a pour effet immédiat de souligner la dépendance institutionnelle de la paroisse par le versement d’un cens, elle a pour conséquence primordiale de créer une communauté ecclésiale, de fournir un cadre de vie propre à ceux qu’unit une religio (l’usage du mot, plutôt rare à l’époque, n’est pas fortuit). D’où les conflits qui surgissent lorsque la communauté reste indécise ou imprécise, lorsqu’un prêtre est appelé à desservir deux églises : quelle est la sienne, celle où il réside et appartient à la communauté du populus42 ?

42La consécration d’une église transforme un populus de cohabitants en une communauté (religio) de voisins (parrochiani), dont elle définit avec précision les limites vis-à-vis des autres ; ainsi naît le territoire du saint au titre duquel l’église est dédiée. Mais dans quelle perspective cette nouvelle communauté est-elle instituée ?

43Les textes recensent les motivations des protagonistes réunis dans le processus de consécration ; ils évoquent celle des villageois qui ont l’initiative de la démarche, et celle du prélat qui, en répondant à leur appel, obéit moins aux impératifs de sa charge qu’à une préoccupation eschatologique. Une double motivation réunit les partenaires : l’honneur de Dieu et le souci de leur salut. Nous sommes en présence d’un thème récurrent, véritable topos, qui ne manque pas de surprendre de la part du prélat consécrateur ; conscient de contribuer à l’édification de la Gloire de Dieu tout en assurant ses propres chances de salut, il semble ignorer celui des fidèles dont il a la charge. En réalité, la formule où s’inscrit cette préoccupation manifeste une grande plasticité lui permettant de figurer aux différentes étapes du processus de consécration. Elle est revendiquée par les seuls habitants constructeurs de l’église qu’ils s’apprêtent à doter ou à faire consacrer :

  • 43 Doc. 7 du 9 janvier 890.

placuit in animis nostris et placet [...] pro amorem Dei et pro sancta Dei ecclesia exaltandam donare deveremus ad ipsa ecclesia sicut et damus43 ;

  • 44 Doc. 8 du 30 octobre 890.

tradimus predictam ecclesiam ad consecrandam. [...] ut in futuro seculo anime nostre indulgentiam delictorum inventant44...

44Elle justifie a posteriori l’intervention du prélat :

  • 45 Doc. 11 du 13 décembre 899. De même doc. 10 du 9 décembre 899, et doc. 25 du 2 juin 913.

rogantes et postulantes venerabilem presulem Nantigisum nomine ad ecclesiam consecrandum [...] sicuti et fecit, in primis propter honorem Dei et remuneratione anime sue ut per intercessione eius vel omnium sanctorum veniam consequi mereatur45.

45Les premiers par leur dotation, le prélat par sa dédicace participent à l’œuvre de salut ; la consécration d’une église particulière est une métonymie de l’édification de l’Église universelle. La « mise en service » du bâtiment nouveau relève de la charge pastorale définissant le ministère épiscopal ; plusieurs documents soulignent que c’est à l’occasion d’une visite pastorale que le prélat éprouve la nécessité de consacrer l’église où se poursuivra après son départ la formation du peuple chrétien :

  • 46 Doc. 81 du 4 janvier 1145.

venit domnus Bernardus Sancti Spiritus gratia cooperante [...] episcopus [...] in Paliarensium parochia ville que dicitur Cardos, Dei verbum predicare Xristum desiderantibus. Incole vero gaudentes [...] tantes in eius sermonibus, rogaverunt illum ut consecraret ecclesiam in honore beati (Martini) loco qui vocatur Civitas antiquitus46 ;

  • 47 Doc. 85 du 10 janvier 1168 – ou encore doc. 86 du 20 mars 1168.

veniens vir venerabilis [...] episcopus, ut gregem sibi comissum vite pabulo refficeret et verbo et exemplo ad melioris vite propositum provocaret et in bonis actibus confirmaret, rogatu nobilis viri [...] et quorumdam parrochianorum in villa Irigani degencium [...] accessit ad quondam ecclesiam [...] in nomine Domini consecrandum47.

  • 48 « Nos predictus Petrus [...] episcopus, attendentes ac manifeste noscentes ecclesian sancti Petri d (...)

46Ces documents, parmi les plus récents du dossier, évoquent la consécration de simples oratoires suffragants d’une paroisse, privés du droit de baptiser et du droit de sépulture : preuve que la constitution du réseau paroissial est désormais achevée et que le prélat se préoccupe d’intensifier l’encadrement religieux des fidèles par la dissémination des lieux de culte48. Mais, au-delà de la satisfaction des besoins des fidèles, de la garantie d’un service liturgique régulier, la consécration d’une église opère une transformation de l’édifice et du paysage environnant dont les documents rendent compte.

***

  • 49 Doc. 70 du 21 décembre 1079.

47Nous avons analysé les enjeux juridiques de la cérémonie de consécration /dédicace ; les actes soulignent la légitimité d’une procédure conforme aux prescriptions des saints Pères et des canons. Mais nous avons constaté avec surprise que le rite de la consécration proprement dite était à peine évoqué, parfois ignoré, souvent confondu avec la dédicace ou amalgamé à elle dans une certaine imprécision terminologique. Un seul acte, concernant l’église de Sant Esteve d’Olins, décrit dans le détail les rites liturgiques de la consécration ut mos et ordo exigit49 :

... religiosissime consecravit ac dedicavit domino Deo sanctoque suo martiri Stephano templum iam supralibatum a fidelibus hominibus pulcre ac firmiter inibi editimi. [...] Qui postquam aqua benedicta et sanctificata, ut mos est, abluit parietes templi et omne pavimentum et intrinsecus insignivit omne templum unctione chrismatis, sanctificavit et consecravit intus duo sanctissima altaría, unum sursum quod splendet ac pollet in honore martiris Christi Stephani tenetque primatum totius asili, et alterum deorsum in confessione in honore sanctissimi gloriosissimique sepulcri Domini et sancte Marie matris Domini. Et rite peractis ut mos et ordo exigit, cunctis presentís scenophegie misteriis et sanctificatis ac deli-butis aris efussione untioneque chrismatis, et intra sancta altaría pignoribus sanctorum sanctisque reliquiis reconditis et proprio sigillo signatis ac super aris impositis coopertisque indutis et, ut ordo katholicorum sanctorumque patrum docet et mos ac norma exigit, cunctis negotiis eiusdem rei competentibus digne ac laudabiliter et pleniter celebratis et consumatis, idem pontifex iam suprafatus ce-cinit missam supra memorato altare sanctissimi martiris Christi Stephani et ad eandem missam post lectum evangelium fecit isdem presul verbum in ecclesie ad populum.

48Il est clair, même si elle ne donne pas son nom à l’acte, que c’est la consécration du temple, effectuée par l’évêque au nom de son pouvoir d’ordre, qui constitue le motif principal de sa rédaction et le définit d’une certaine manière, même implicite ; si le document écrit représente une pièce juridique datée avec soin et pourvue de tous les signes de validation, la consécration elle-même, datée selon un autre mode de comput ignorant les aléas de la contingence dynastique, ne peut être qu’évoquée à travers les manifestations visibles d’une réalité sacramentelle invisible ; ces signes visibles sont des repères ou des balises, des à-côtés ou des au-dessus, la réalité de la cérémonie demeurant incirconscriptible : à travers le rituel de la consécration s’opère une véritable transmutation ; l’édifice religieux, déjà église ou lieu de réunion des fidèles, devient domus Dei et porta caeli.

  • 50 Doc. 37 du 19 octobre 977.

veni in hunc locum [...] ut dedicem hec domum Dei et fiat domus Dei ad redimenda peccata ad salvandas animas iuxta vocem divinitatis, quia qui domum Dei edificat infernum destruit, que nunc hodie est baselica non consecrata fiat domus Dei dedicata50 ;

  • 51 Doc. 38 du 30 juillet 978.

veni [...] ut construam templum hoc et fiat domus domini inviolabilisque et omnis utriusque sexus qui apud memoratum templum concurerint, quidquid ibi digne a Domino postulaverint exaudiri sine fine mereantur sive homniumque facinora peccatorum suorum veniam percipere valeant51.

  • 52 Doc. 45.

49La consécration d’une basilique n’est plus seulement un accès au salut pour les pionniers constructeurs ou le prélat consécrateur ; elle ouvre la porte du ciel à l’ensemble des fidèles ; c’est l’idée que développe le long préambule d’un document du 8 novembre 103752 :

locum in quo fideles ad orandum conveniunt per invocacionem Sancti Spiritus ad peticionem tocius populi auctore Deo dedicamus et eu, que prius domus tantum vocabatur, merito vocetur domus Dei et porta Celi. Post consecracionem enim, quisque corde compunctus in ea oraverit per cordis contricionem et penitenciam veniam de peccatis suis et plenum indulgenciam consequitur.

50Un autre évoque clairement l’intervention de l’Esprit saint et l’importance de l’onction au cœur du processus de consécration/dédicace :

  • 53 Doc. 71 du 29 décembre 1080.

honorifice hanc per Sancti Spiritus invocationem et per sacri xrismatis unctionem proutcumque pulchre quivit, dedicavit et consecravit ecclesiam53.

51Une expression ecclesia chrismalis résume la transfiguration de l’église consacrée : ut fiat ecclesia crismalis, ut sit ecclesia chrismalis...

52La transmutation opérée par les rites de la consécration aboutit à l’incardination de l’église : l’imprécision terminologique entretient l’équivalence entre consécration et dédicace ; la consécration est d’abord une dédicace ; l’église consacrée est donnée au saint dont elle porte le titre ; elle devient terre de saint ou terre sainte ; à plusieurs reprises, les actes nous proposent un rapprochement analogique, voire synonymique entre consecrare et sanctificare :

  • 54 Doc. 50 du 13 octobre 1040 ( ?).

consecratas in uno alture u dompno Eribuldo urgellensi episcopo et per manus sacratissimi Gifredi, proprii metropolitani in dignitate pontificale, liquore dedicatimi olei delibuto adque circumquaque diffuso, consecrure, benedicere et sanctificare fecerunt54 ;

  • 55 Doc. 70 du 21 décembre 1079. Ce document est précisément celui qui inclut une description détaillée (...)

oraverunt importunisque precibus illuni exoraverunt quatenus sunctificuretur et consecraretur ab illo templum in honore55.

  • 56 « Ordinamus item atque monemus ut hanc dies dedicationis agatur omnibus annis in ipso cenobio cum l (...)
  • 57 « In eodem quoque concelebrem diem dedicationis invente sunt reliquie in ipsa ecclesia sancti Xrist (...)

53A Sant Sadurni de Tabèrnoles, l’anniversaire de cette sanctification sera fêté pendant 8 jours56. Plus que par la seule titulature, elle est rendue perceptible par l’introduction de reliques du saint patron. Il faut attendre 985 pour trouver dans notre dossier la première mention explicite d’élévation de reliques57. Par la suite, elle devient très fréquente, notamment après 1040. Un document réduit la consécration à une dotation foncière et une élévation de reliques :

  • 58 Doc. 50 du 13 octobre 1040 ( ?).

consecrata est ecclesia sancti Clementis [...] quem fecerunt [...] et in potestate sancti Laurencii cum decem octo mansos tradiderunt. Fuerunt ibi invente reliquie58.

54Dans les actes plus limités caractéristiques du xie siècle, la mention des reliques devient prioritaire :

  • 59 Doc. 76 de 1101.

dedicavit ecclesiam in honore [...] iuxta idem castrum in loco quem votant [...], et reconditis ibi reliquiis sancte Fidis virginis59 ;

  • 60 Doc. 87 du 15 octobre 1176. Ou encore, après un long préambule : « Presens ecclesia cum presenti pa (...)

consecravit predictum oratorium in nomine domini [...] et reposuit ibi reliquias beatorum martirum lustini et Paulini60.

55La tutelle d’un saint patron, la présence de corps saints, la délimitation d’un lieu « consacré », réservé à la prière et isolé de l’univers profane, l’existence d’un ministre du culte, l’inventaire d’une dotation destinée à permettre à perpétuité la célébration du culte : nous avons là rassemblés tous les éléments nécessaires à une organisation de l’espace. Mais juxtaposés et comme dispersés dans une dimension purement horizontale. A l’évidence manque un élément fédérateur, doté de verticalité ascensionnelle, permettant le passage de la communauté des vivants à celle des sauvés.

***

  • 61 Après que l’évêque a dédicacé l’église, élevé les reliques et fixé les limites de la paroisse, « si (...)

56Pour atteindre une parfaite maîtrise de l’espace dans la construction d’une stratégie du salut, un secteur reste à aménager, qu’il importe à la fois d’intégrer aux autres et de distinguer d’eux : le cimetière. La première mention de cimetière – plus précisément d’un espace rassemblant sacraria et ciminteria date du 15 novembre 98561. Un demi-siècle plus tard, c’est le seul cimetière que consacre le prélat, comme nous invite à le constater la syntaxe approximative du document :

  • 62 Doc. 45 du 8 novembre 1037.

ibidem consecravi atque ciminterium XXX. passum ecclesiasticorum ex omni parte et ei concesi cum oblacionibus et decimis et primiciis62.

  • 63 Doc. 70 (1079), 76 (1101), 77 (1106), 78 (1106), 83 (1163), 85 (1168), 89 (1187).

57A partir de 1079, la mention du cimetière revient régulièrement dans les actes de consécration63 ; généralement, elle suit immédiatement l’énoncé de la dédicace et de l’élévation des reliques :

  • 64 Doc. 76 de 1101.

designavit ibi cimiterium per circuitum XXX passuum64 ;

  • 65 Doc. 78 du 9 février 1106.

dedicavit ibi ecclesiam in honore [...] constructam et constituit ei cimiterium ex omni parte per circuitum XXX a passum65 ;

  • 66 Doc. 85 du 10 janvier 1168.

constituit ut iam dicta ecclesia [...] ammodo omni tempore sit baptismalis et cimiterialis et habeat proprium sacerdotem et cimiterium XXX pasuum66.

58La possession d’un cimetière est – avec le droit de baptême – le signe d’une église de plein exercice, paroissiale, praecipua disent les textes :

  • 67 Doc. 83 du 10 novembre 1163.

Concedimus etiam et confirmamus eidem ecclesie, quia precipua est, cimiterium in canonibus et institutionibus ecclesiasticis constitutum67.

59La mention de cet espace sacré entourant l’église (sacraria, sagreres) est rappelée dans les clauses comminatoires menaçant les sacrilèges ; elles dénoncent quiconque oserait sacraria infringere.

60La mention formelle du champ des morts comme lieu sacré et consacré fait le lien attendu avec la présence des saints glorieux dans l’église ; les différents éléments rencontrés de manière plus ou moins régulière s’ordonnent pour constituer un espace chrétien organisé autour et à partir de l’église.

61La consécration d’une église, telle que la rapportent de manière partielle ou désordonnée les textes étudiés, induit la cristallisation d’un espace de vie chrétienne, d’une cellule de vie religieuse propre au populus originellement mentionné. Cet espace a une identité : d’où l’attention portée à sa dédicace ; c’est au nom du saint titulaire que l’évêque procède à la consécration. Car cet espace appartenant au saint dont il porte le nom est organisé pour la vie du peuple, pour lui offrir les conditions de son salut commun. Il correspond à une paroisse rassemblant

  • une église abritant des reliques,

  • un cimetière (terre sacrée des morts),

  • un prêtre desservant,

  • une dotation foncière et des revenus,

  • un cens annuel, signe de dépendance hiérarchique,

    • 68 Un document du 9 juillet 1137 (doc. 80) propose un inventaire de tout ce qui est nécessaire à une é (...)

    un territoire, espace des vivants et zone de mission attribuée à l’église (le prélat consécrateur « donne » la paroisse à l’église)68.

***

62Fondée sur la lecture d’une série documentaire riche et homogène, notre étude n’est en aucune façon une contribution à la connaissance de la liturgie médiévale ; elle ne s’en donne ni les moyens épistémologiques ni la nécessaire perspective comparatiste ; elle constitue en revanche un essai sur les représentations induites par le vocabulaire de la consécration et ne s’aventure pas au-delà d’une enquête terminologique sur les expressions entourant l’évocation du rite dans les « actes de consécration ». Considérée comme un rituel d’ensemble, la consécration apparaît comme une réalité juridique (allusions aux canons et à la Loi mosaïque) ; comme rite liturgique, elle s’intercale dans le cours d’une procédure associant d’autres séquences (dédicace, dotation, délimitation d’un territoire, fixation des charges...) ; elle en apparaît comme l’étape « signifiante » et la référence métonymique au point d’être souvent escamotée dans la description de l’ensemble.

63Dans cette perspective, nous voyons mal comment on pourrait réserver à la seule église le qualificatif d’espace sacré ; la consécration épiscopale est sélective et multiple ; et les textes ne suggèrent à aucun moment que le sanctuaire jouisse d’une sacralité propre ou supérieure ; la sacralité de l’église irradie. Dans une société médiévale où le religieux ne constitue pas une catégorie autonome ni n’occupe un espace propre, mais exige la médiation sacramentelle et liturgique, il apparaît plus pertinent d’affirmer que le rite de consécration a pour effet d’engendrer et d’organiser un espace chrétien : espace enraciné dans la présence des saints, espace à la fois horizontal et vertical où sont réglementés les échanges entre vivants et morts, entre saints et fidèles, où le culte liturgique institutionnalise l’effusion de la grâce divine. A une époque où le terme de chrétienté n’a pas encore pris une acception territoriale et institutionnelle, la consécration d’une église organise une cellule de chrétienté ; elle amorce et poursuit la segmentation de l’univers visible en autant de cellules appelées à promouvoir son aspiration vers l’au-delà ; l’église consacrée n’est-elle pas devenue la porta coeli ? La consécration/sanctification de l’église rappelle la vocation universelle des chrétiens à devenir des saints ; la sémantique du terme reste inscrite dans son étymologie ; consacrer, n’est-ce pas sacrer ensemble ?

Notes

1 R. Ordeig i Mata, Inventari de les actes de consagrado i dotació de les eglésies catalanes, I. Anys 833-950, Revista Catalana de Teologia 4, 1979, p. 123-165 ; II. Anys 952-998, ibid. 5, 1980, p. 153-180 ; III. Anys 1000-1050, ibid. 8, 1983, p. 403-456 ; IV. Anys 1051-1100, ibid. 9, 1984, p. 117-182.

2 Voir Les sociétés méridionales autour de l’an Mil, m. Zimmermann coordin., Paris 1992, p. 248-255.

3 P. de Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus, Paris 1688, app. 112.

4 Cebrià Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles ix-xii), Urgellia 1, 1978, p. 11-182.

5 Voir supra, n. 4, doc. 70.

6 Par ex. doc. 84 (23 janvier 1164). Après un long préambule énumérant plusieurs péricopes scripturaires, encadrées par un chrisme et une croix, l’acte se réduit à quelques lignes tributaires d’une formule : « Presens ecclesia cum presenti pariter altari dedicata est a domno Bernardo Rogerii urgellensi episcopo, in nomine sancte et individue Trinitatis et in honore sancte Dei genitricis Marie atque sancti Romani martiris. Anno ab incarnatione domini... » Le même préambule apparaît dans les documents 53 (1042), 56 (1018-1046), 79 (1134), 88 (14 novembre 1180).

7 Par exemple, la consécration d’une église proche de Baga à la demande de Seniofred, abbé de Sant Llorenç de Baga (doc. 40, 30 octobre 984) : « In primis ego Seniofredus abba [...] dono [...] Acta hac carta dotis... »

8 À ce sujet, M. Zimmermann, La datation des documents catalans du ixe au xiie siècle. Un itinéraire politique, Annales du Midi 93, 1981, p. 345-375.

9 Par exemple, Anno trabeacionis Xristi DCCCCLXXXIIII, indictione XIII, era millessima XXIII... (document 41, 15 novembre 985).

10 « Reverencia divini cultus multiplex in multis impletur. Precipue namque tunc vera et salubris existit religiose... » (doc. 19 du 20 juin 905, doc. 20 du 12 janvier 907, doc. 21 du 20 janvier 907, doc. 23 du 3 décembre 912,...).

11 Le doc. 2 du 1er novembre 839 occupe quatre pages de l’édition de Cebrià Baraut. De même le doc. 39 du 21 novembre 983 ; le doc. 48 du 17 janvier 1040 atteint cinq pages ; le doc. 74 du 5 juin 1090 six pages.

12 Le doc. 15 du 7 juillet 903 se limite à dix lignes ; de même, le doc. 17 du 16 juillet 903, ou le doc. 18 du 13 décembre 903.

13 À titre d’exemple, citons la « consécration » de l’église Sant Climent d’Ardòvol (9 janvier 890, doc. 7).

14 Doc. 70 du 21 décembre 1079 (consécration de l’église Sant Esteve d’Olins).

15 Doc. 59 (consécration de Sant Joan de Castelló).

16 Doc. 73 (Santa Maria de Llordá).

17 Doc. 75. Il s’agit de Santa Maria de Guissona.

18 Doc. 57 (Sant Sadurní de Tagassona).

19 Doc. 58 (Sant Salvador d’Ager).

20 Doc. 16 (Santa Maria in locum vocitatum vila Hichilani in valle Roseto).

21 Doc. 83 (Santa Maria de Solsona).

22 Doc. 2 (1er novembre 839).

23 Doc. 7 (9 janvier 890).

24 « Quia edificavimus ipsa ecclesia in honore sancti Clementis. tradimus eam ad venerabi-lem pontificem nostrum [...] Propterea [...] donare deveremus ad ipsa ecclesia sicut et damus [...] donamus [...] et donamus... » (ibid.).

25 Doc. 9 (Sant Jaume d’Estoll).

26 Doc. 13 (17 février 900). De même : « Qui ecclesiam in honore beati sancti Martini hedi-ficaverunt et ad culmen sacracionis perduxerunt. » (doc. 22 du 21 janvier 907).

27 « ... temerario ausu presumat (aliquid) exinde abstrahere nec disrumpere nec aliquid invadere, nec ullo modo ledere presumat. Et si hoc fecerit vel aliquid presumciosus extiterit aut aliquem rem exinde tulerit, secundum chanonicam autoritatem reddat in quadruplum, libras XXX in auro purisimo pro sacrilegium et insuper excomunicatus permaneat. » (doc. 49 du 7 octobre 1040).

28 Par ex., doc. 86 (20 mars 1168).

29 Doc. 13 du 17 février 900.

30 Doc. 27 du 11 décembre 922.

31 Doc. 24 (912).

32 Doc. 41 (15 novembre 985). Le bornage des limites paroissiales occupe parfois la quasi-totalité de l’acte : par ex. doc. 75 (15 septembre 1098) et doc. 78 (9 février 1106).

33 Doc. 30 (30 janvier 948).

34 Doc. 12 (14 décembre 899).

35 Doc. 22 (21 janvier 907). Ou encore : « Tunc autem scripserunt in sua dote ut ad sanctam Mariam Sedis per singulos annos tribuissent pernes VI et ab de media [ !] et modios VI de annona. »

36 Ainsi, le doc. 67 (1060) : « Rogantes et postulantes Guillermo gratia Dei episcopo ad ecclesiam consecrando in honore sancti Martini sicuti et fecit. In qua die stabilierunt ut ad Or-gellitanam sedem per singulos annos tribuissent libras III de cera ad caput ieiunii et alias III ad Pentecosten » - ou le doc. 63 (2 décembre 1057).

37 Ainsi, lors de la consécration de Santa Magdalena de Pardines le 15 octobre 1176 (doc. 87) : « Predictus episcopus [...] consecravit predicami oratorium in nomine domini nostri [...] constituens et perpetua stabilitale confirmans ut predictum oratorium [...] semper sit suffraga-neum atque subditum ecclesie beati Stephani de Pardines et clericis ibi degentibus, ita quod nullus alius clericus habeat licenciam ibi ministrandi vel aliquod divinum officium celebrandi sine licencia et voluntate clericorum beati Stephani, sed ipsi clerici beati Stephani quando eis licitum fuerit vel eis placuerit celebrent ibi missam [...] et non fiat ibi baptismus neque sepultura. »

38 « Veniens venerabilis pontifex Salla nomine in villa quedam vocitata Pegerolas. in locum que nucupant Claromonte, rogatus a Bonefilio presbitero sive Salla vel Guadamiro et Livano et Altemiro vel a populo ibidem degentium qui ecclesiam sancti Iuliani construxerunt, ut iam-dictam basilicam consecraret sicuti et fecit iusta morem ecclesiasticum. In quo die prelibatus episcopus cum Bonifilio presbitero et cum aliis bonis viris constituerunt ut de predicta ecclesia sancta Maria Sedis per singulos annos habuisset cera I a valente argentios IV or. » (doc. 43 du 16 septembre 1008).

39 Doc. 45 du 8 novembre 1037.

40 Doc. 19 du 20 juin 905.

41 Doc. 20 du 12 janvier 907 : « Ut loco quedam vocabulum Avisano, qui actenus absque ecclesia extiterat et nuper a condam proienitore meo dompno Wifredo illustrissimo marchioni suisque sequacibus superna inspirante clemencia in honore beati Martini episcopi et confessons Christi aecclesia est haedificata que postmodum nondum fuerat consecrata, ut eam Christo donante ad dedicationis culmine perduceremus ut et illius ville populus et alii qui in castro Clairano habitant ad hanc orationis domum ad divinum occurrant officium... »

42 Un document du 30 octobre 890 (doc. 8) expose en détail un conflit de ce type et la solution qui lui est apportée : « Contentio magna atque discordia surrexit inter omnes parro-chianos sancti Andree de Baltarga et sancti Martini de Saii, dicentes parrochiani de sancto Andrea quod Audericus presbiter et sui successores habitarent asidue in villa Baltarga et irent die quotidie servire honorifice ecclesiam sancti Martini de Saii et postea reverterentur ad Baltarga. Responderunt parrochiani de sancto Martino de Saii et dixerunt : “Audericus est presbiter noster, et maneat nobiscum in domibus sancti Martini, et in omnibus diebus vite sue non maneat vobiscum in villa Baltarga, sed vadat quotidie ad sanctum Andream servitium Dei facere.” »

43 Doc. 7 du 9 janvier 890.

44 Doc. 8 du 30 octobre 890.

45 Doc. 11 du 13 décembre 899. De même doc. 10 du 9 décembre 899, et doc. 25 du 2 juin 913.

46 Doc. 81 du 4 janvier 1145.

47 Doc. 85 du 10 janvier 1168 – ou encore doc. 86 du 20 mars 1168.

48 « Nos predictus Petrus [...] episcopus, attendentes ac manifeste noscentes ecclesian sancti Petri de Obcedia cum ceteris suis sufraganeis [...] debere esse submissam ecclesie sancte Marie de Lileto, per nos et omnes successores nostros, damus, laudamus et concedimus eandem ecclesiam cum omnibus iuribus ad eam ubique expectantibus predicte Lilitensis ecclesie. » (doc. 90, 2 novembre 1219).

49 Doc. 70 du 21 décembre 1079.

50 Doc. 37 du 19 octobre 977.

51 Doc. 38 du 30 juillet 978.

52 Doc. 45.

53 Doc. 71 du 29 décembre 1080.

54 Doc. 50 du 13 octobre 1040 ( ?).

55 Doc. 70 du 21 décembre 1079. Ce document est précisément celui qui inclut une description détaillée du rite de consécration.

56 « Ordinamus item atque monemus ut hanc dies dedicationis agatur omnibus annis in ipso cenobio cum leticia diebus octo. » (doc. 48 du 17 janvier 1040).

57 « In eodem quoque concelebrem diem dedicationis invente sunt reliquie in ipsa ecclesia sancti Xristofori. » (doc. 41 du 15 novembre 985).

58 Doc. 50 du 13 octobre 1040 ( ?).

59 Doc. 76 de 1101.

60 Doc. 87 du 15 octobre 1176. Ou encore, après un long préambule : « Presens ecclesia cum presenti pariter altari dedicata est a domno Bernardo Rogerii urgellensi episcopo [...] Suntque ibi reliquie, scilicet III es porciones de corpore Xristi et ossa sanctorum. » (doc. 84 du 23 janvier 1164).

61 Après que l’évêque a dédicacé l’église, élevé les reliques et fixé les limites de la paroisse, « similiter statuerunt ei sacraria et ciminteria in circuitu ecclesie, videlicet XXX a passum sicut mos est omni ecclesie... » (doc. 41).

62 Doc. 45 du 8 novembre 1037.

63 Doc. 70 (1079), 76 (1101), 77 (1106), 78 (1106), 83 (1163), 85 (1168), 89 (1187).

64 Doc. 76 de 1101.

65 Doc. 78 du 9 février 1106.

66 Doc. 85 du 10 janvier 1168.

67 Doc. 83 du 10 novembre 1163.

68 Un document du 9 juillet 1137 (doc. 80) propose un inventaire de tout ce qui est nécessaire à une église au moment de sa consécration : « Iam dictus episcopus [...] ad consecrandam ecclesiam [...] pervenit. Prefati autem parrochiani obtulerunt ecclesie et episcopo omnia necessaria, que ad ius ecclesie pertinent : cimiterio triginta passuum, primicias, oblationes, tertiam partem decime, luminaria, defunctiones, alodia, et omnia canonice acquisita aut acquirenda. » Mais comme la dotation de l’église n’a pas fait l’objet d’un acte écrit (« dos predicte ecclesie scripta nondum erat »), l’évêque exige qu’elle soit écrite (« ut et dos scriberetur et per idoneos testes confirmaretur ») avant de procéder à la consécration.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search