Version classiqueVersion mobile

Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident

 | 
Michel Kaplan

Consécration de cimetière et contrôle épiscopal des lieux d’inhumation au xe siècle

Cécile Treffort

Texte intégral

  • 1 Par exemple a. Bernard, La sépulture en droit canonique du Décret de Gratien au concile de Trente.(...)
  • 2 On trouve indistinctement consecratio ou benedictio dans les manuscrits anciens : les deux mots se (...)
  • 3 D. Bullough, Burial, Community and Belief in the Early Medieval West, Ideal and Reality in Frankis (...)

1Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé1, l’apparition d’un rituel écrit de consécration2 du cimetière est relativement récente dans l’histoire du christianisme et de l’Église, puisqu’on peut la dater de la fin de l’époque carolingienne3. Malgré notre méconnaissance d’éventuelles ébauches orales d’un tel rite, il est à remarquer que cette date large (fin ixe ou xe siècle) concorde chronologiquement avec l’apparition, toujours dans la documentation écrite, des premiers témoignages indirects de l’existence de cimetières consacrés exclusivement à la sépulture des fidèles chrétiens.

2L’apparition de ce rite, qui soustrait un espace nettement délimité au monde profane et laïc pour en faire un lieu sacré et ecclésiastique et qui crée un lieu communautaire en le séparant de l’espace public, peut apparaître comme un fait mineur de l’histoire médiévale. Elle est cependant la conséquence d’une évolution multiple, qui dépasse amplement le champ strictement religieux, et devient de ce fait un révélateur privilégié des mutations au sein de l’Église et de la société. C’est pourquoi il importe de cerner de la manière la plus précise possible les modalités de son apparition afin d’en comprendre les enjeux.

  • 4 C. Treffort. Du cimiterium chrislianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraire (...)
  • 5 Y. Duval, Auprès des saints, corps et âme. L’inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d’Orient (...)

3Au haut Moyen Âge (au moins jusqu’au viiie siècle), on observe une assez grande diversité des espaces funéraires4 : certains chrétiens pieux élisent sépulture auprès d’un sanctuaire prestigieux pour bénéficier de la virtus du saint, dans la tradition antique tardive de la sépulture ad sanctos5. En parallèle, existent les cimetières dits en plein champ ou en rangée, extérieurs à l’habitat et souvent privés d’édifices religieux, mais dont on ne connaît guère le mode de « recrutement ». Rien sur le principe ne s’oppose à ce que ces sites accueillent païens et chrétiens, ensemble. A partir du viie siècle semblent se développer quelques cimetières entourant les églises rurales, dans le cadre d’un habitat ressemblant à des villages. Ancêtres du cimetière paroissial, ils sont utilisés conjointement à des lieux d’inhumation non communautaires, appelés dans la littérature archéologique « sépultures isolées », c’est-à-dire le plus souvent intégrés aux structures d’habitat et n’excédant que rarement une vingtaine de sépultures, souvent moins nombreuses encore (une, deux, trois ou quatre...). Ce cas de figure, mis en lumière de manière très récente par les travaux archéologiques, semble perdurer au moins jusqu’à l’époque carolingienne, même si leur datation reste malheureusement imprécise, faute de critères déterminants.

4A partir du viiie siècle, on observe une désaffection progressive des cimetières en plein champ, et malgré le maintien des sépultures ad sanctos pour les plus aisés des chrétiens, le modèle qui se met en place et qui devient prédominant à l’époque carolingienne est celui du cimetière paroissial, regroupé autour de l’église de la communauté, au centre du village qui se stabilise alors ; un peu plus tard, on observe le même phénomène en milieu urbain. Cependant, les aristocrates choisissent également, de plus en plus souvent, leur lieu de sépulture en contexte monastique (pour rechercher non plus la proximité d’un saint, mais celle des prières des moines). À la faveur de l’évolution de la liturgie commémorative, les grands se constituent même de véritables « lieux de mémoire familiale », qui conservent les corps et célèbrent les noms des membres de la famille.

5C’est dans ce cadre général que prend place l’apparition du rite de consécration du cimetière. Significative de la place des morts dans un système ecclésiologique théorisé à l’époque carolingienne, cette cérémonie liturgique s’inscrit également dans une conception nouvelle de la communauté et de l’espace qui n’est sans doute pas limitée – loin s’en faut – au domaine ecclésiastique. L’absence de tout texte justificatif ou explicatif contemporain invite tout naturellement l’historien à interroger les documents liturgiques eux-mêmes, témoins directs qui, à défaut d’être explicites, livrent une précieuse matière brute.

Les plus anciens rituels de consécration de cimetière

  • 6 Définition de É. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au xiiie siè (...)

6Les plus anciens rituels écrits de consécration de cimetière proviennent presque tous d’ouvrages liturgiques à usage de l’évêque : les pontificaux. Genre nouveau au xe siècle, le pontifical est issu d’une mutation dans le rôle liturgique de l’évêque, qui trouve alors, « regroupé en un seul petit volume, tout ce dont il a besoin en dehors de la liturgie eucharistique6 ». En ce qui concerne le xe siècle, on peut clairement identifier deux groupes, cohérents, de manuscrits, qui se distinguent par la description de la cérémonie et par de légères variantes dans le formulaire.

  • 7 Éd. D. H. Turner, The Claudius Pontifical (from Cotton Ms. Claudius A. III in the British Museum),(...)
  • 8 Éd. G. H. Doble, Pontificale Lanaletense (Bibliothèque de la ville de Rouen, A. 27, Cat. 368) : a (...)
  • 9 Éd. H. M. J. Banting, Two Anglo-Saxon Pontificats (the Egbert and Sidney Sussex Pontificai), Londr (...)
  • 10 Inédit. La consécration de cimetière se trouve aux fol. 61v°-62r°.

7Le premier groupe, « anglo-saxon », comprend le pontifical de Claudius (Cl), réalisé en Angleterre au xe siècle (Londres, Brit. Libr., ms Cotton A III)7, le pontifical de Saint-Germain-de-Cornouailles (Lan), autrefois attribué à Alet (d’où son nom traditionnel, Lanalatense), daté du xe siècle (Rouen, Bibl. mun., ms 368. A 27)8 et le pontifical dit d’Egbert (Egb), rédigé dans le Wessex au milieu du xe siècle (Paris, Bibl. nat., ms lat. 10575)9 . On peut leur associer un texte issu d’un recueil composite du xe siècle (Par), conservé à Paris (Bibl. nat., ms lat. 1686)10 et qui présente les mêmes caractéristiques, à savoir :

  • une cérémonie comprenant une aspersion d’eau bénite accompagnée de l’antienne Asperges me et du psaume Miserere, psaume pénitentiel par excellence, et suivie d’une litanie et du Dominus vobiscum,
  • la récitation de cinq oraisons, une à chaque point cardinal du cimetière, et la cinquième au milieu,
  • des variantes de formulaire dans les oraisons11, dont la plus évidente est le remplacement, dans l’oraison n° 1, de crucifixus par cruci adfixus (Cl, Lan) ou cruci affixus (Egb).
  • 12 Éd. C. Vogel, R. Elze, Le pontifical romano-germanique du xe siècle, Vatican 1963 (Studi e Testi 2 (...)
  • 13 Inédit. La consécration de cimetière se trouve aux fol. 9r°-10v° ; il est étonnant de trouver ce r (...)

8Le second groupe comprend cinq manuscrits (A, C, D, T, V) du pontifical romano-germanique (PRG) compilé à Saint-Alban de Mayence vers 960-96212. On doit leur adjoindre un sacramentaire de l’abbaye Saint-Vaast d’Arras, utilisé à Corbie (Cor), du xe siècle également (Paris, Bibl. nat., ms lat. 12052)13. Le rituel comprend une cérémonie réduite au chant des sept psaumes de pénitence et au dépôt de quatre chandelles autour de l’espace à consacrer (avec aspersion d’eau bénite). Le nombre des oraisons est limité à deux ou trois.

9On peut récapituler ces données sous forme de tableau :

  • 14 Voir en annexe la structure des rituels étudiés dans cet article.
  • 15 Qui falsum juramentum jurabit et convictus inde fuerit, manquant postea juramento dignus sit, nec (...)

10La comparaison des textes des oraisons montre des variantes de détail, mais peu de différences importantes ; sensiblement contemporains, ces textes semblent très proches les uns des autres, et même si les rubriques – d’ailleurs fort sibyllines14 – diffèrent dans la forme, elles évoquent la même logique rituelle : identification de l’espace à consacrer par déambulation (avec une forte attention portée aux quatre points cardinaux) et tonalité pénitentielle de la cérémonie. La cohérence textuelle semble plus forte que la différence rituelle, et permet d’envisager l’existence d’un modèle commun. Ce peut être un recueil d’oraisons, aujourd’hui disparu, circulant avec ou sans rubrique. Pourquoi ne pas songer également à l’utilisation d’un texte anglo-saxon lors de la compilation du Pontifical romano-germanique ? N’oublions pas que la première mention d’un cimetière « sanctifié » émane d’Angleterre. En effet, dans les lois d’Aethelstan, roi de 925 à 939, il est dit que le parjure mort sans s’être repenti ne peut être déposé in sanctificato atrio15. L’influence anglo-saxonne sensible dans le mouvement de confraternité de prière pour les morts trouverait là son prolongement logique. La conception éminemment communautaire et la perspective eschatologique présentes dans les formulaires confirment les liens entre la consécration du cimetière et la liturgie mémoriale.

Les oraisons de consécration

11La structure des oraisons de consécration du cimetière est relativement traditionnelle et comprend successivement une invocation au Seigneur, diverses justifications scripturaires, la demande de bénédiction et, enfin, l’enjeu eschatologique de la demande. Mais les textes se différencient d’autres formules de bénédictions (d’église ou de sépulture par exemple) par des thèmes spécifiques et par une dimension communautaire indéniable. En outre, si certaines expressions sont au présent (omnes qui requiescunt ou quiescentibus), laissant supposer que le cimetière à consacrer peut avoir déjà une vocation funéraire, l’usage du subjonctif parfait à valeur de futur antérieur (pausaverint, commendaverint) exprime une éventualité à accomplir dans l’avenir. Contrairement à la bénédiction de sépulture, à effet immédiat et personnel, celle du cimetière présente un caractère anticipateur et collectif.

  • 16 Oraison n° 3 : ... quicumque baptismi sacramentum perceperint et in fide catholica usque ad vite t (...)
  • 17 Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., cité supra n. 3, p. 144.

12Les conditions d’accès à l’espace alors consacré sont au nombre de trois : les deux premières, être baptisé et avoir persévéré dans la foi catholique16. fondent le caractère chrétien et exclusif du cimetière. Aucun non-chrétien (enfant non baptisé, païen ou juif par exemple) ou mauvais chrétien (en particulier l’hérétique) ne peut y trouver place. Antérieurement, la sanction ecclésiastique contre de tels manquements à la foi chrétienne ne semblait affecter que la manière de célébrer les funérailles ou la mémoire liturgique du mort. Désormais, l’exclusion peut se manifester également dans la topographie. La troisième condition est d’avoir recommandé son corps à ce cimetière (in hoc cymiterio requiei commendaverint). Elle se place dans la tradition des messes in cymiteriis, auxquelles elle a emprunté la formule, et dont l’existence a d’ailleurs pu contribuer en partie à faire naître l’idée de consacrer le cimetière. En effet, si « cimetière » désigne souvent, dans le cas des messes, un bâtiment à vocation funéraire17, l’utilisation du même terme dans une acception plus large a pu justifier l’extension du rite à des lieux d’inhumation extérieurs.

  • 18 Parmi d’autres, voir le formulaire édité par J. Frei, O. Heiming, Das Sacramentarium Triplex. Die (...)
  • 19 Synthèse sur les « lectures médiévales d’Augustin » dans M. Lauwers, La mémoire des ancêtres, le s (...)
  • 20 Oraison n° 1 : ... et ab invisibilium machinamentis hostium roborare digneris... ; oraison n° 4 : (...)

13Le rituel de consécration transforme totalement l’espace et donne au cimetière son caractère spécifique en trois temps. Il s’agit tout d’abord de purgare, mundare, c’est-à-dire donner une pureté nouvelle au lieu. La seconde étape consiste à benedicere, sanctificare, consecrare, c’est-à-dire retirer le lieu de l’usage commun – profane ? - pour le réserver à Dieu et à l’accueil du corps de ses fidèles. Ces trois termes sont utilisés conjointement dans les oraisons, sans que l’on puisse déterminer de manière certaine s’il s’agit de notions différentes ou d’une forme de redondance visant à accroître l’efficacité de la prière. Enfin, la troisième étape correspond à la protection divine, qui doit se poursuivre dans le temps, pour roborare, custodire, c’est-à-dire défendre des attaques du démon les corps ensevelis. Cette protection est censée s’exercer jusqu’au jour du Jugement dernier, quand, à la sonnerie des trompettes angéliques, les corps ressusciteront. Ce thème de la résurrection des chairs, rappelé par l’utilisation du terme materia et l’insistance sur une resurrectio coadunata, est d’autant plus remarquable qu’il n’apparaît jamais dans les oraisons des funérailles contemporaines. On ne le trouve que dans le formulaire des messes in cymiteriis, où la résurrection des morts est annoncée par la vision des ossements desséchés d’Ezéchiel (Ez 37, 12)18. Cependant, tous les théologiens, à la suite de saint Augustin, insistent sur le fait que la résurrection de la fin des temps se fera en un corps glorieux, ne souffrant d’aucune infirmité et pour lequel la conservation de l’enveloppe terrestre n’est pas indispensable. Dans son opuscule De cura gerenda pro mortuis, lu et commenté par les auteurs médiévaux à commencer par les Carolingiens19, saint Augustin insiste sur l’inutilité de la sépulture pour le défunt. Cette position est difficilement conciliable avec la fondation d’un espace communautaire, consacré et exclusif, sauf si l’on adopte la perspective par laquelle le même Augustin justifie l’inhumation ad sanctos, à savoir une aide aux défunts par l’appel à la prière. Tout proche de l’église, le cimetière consacré peut ainsi accueillir des célébrations commémoratives, dont la multiplication permet aux morts de trouver le repos, sans être obligés d’apparaître eux-mêmes aux vivants pour réclamer une aide spirituelle. En outre, inutile pour la résurrection finale, la consécration favorise le repos des corps en les protégeant du diable20.

  • 21 Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., p. 140-141.
  • 22 Oraison n° 1 : ... sicut benedixisti per manus patrum maiorum, scilicet Abrahe et Isaac, terram se (...)
  • 23 Oraison n° 1 : ... et postmodum nostre salutis remedio traditus, flagellatus tandemque crucifixus (...)
  • 24 Oraison n° 4 : ... et qui populo israhelitico promissionis tellurem in evo durantem concessisti...
  • 25 Thème déjà mis en lumière par D. Sicard, La liturgie de la mort dans l’Église latine des origines (...)

14En accordant au fidèle défunt une protection spirituelle pour son âme et presque matérielle pour son corps, la consécration du cimetière entre dans la logique qui préside à l’institution paroissiale : encadrer tous les chrétiens, morts ou vifs, pour les guider vers le salut. Dans le système ecclésiologique développé au cours du ixe siècle, en particulier par Hincmar de Reims, le cimetière avait une place de choix21. Dans la logique épiscopale, sa consécration renforce son rôle, en même temps qu’elle en fait un extraordinaire moyen de pression et de contrôle. Adapté à une situation nouvelle générée par les évolutions carolingiennes, le rite de consécration n’en reste pas moins très nouveau, presque révolutionnaire, et, pour devenir légitime, il revendique quelques autorités scripturaires. Plus ou moins bien adaptées, celles-ci sont réinterprétées en fonction des nouveaux besoins. Ainsi, on retrouve systématiquement le geste fondateur d’Abraham, achetant pour ensevelir son épouse Sara la grotte de Makpéla (Gn 25, 8-10), qui servira ensuite pour les autres patriarches22. De même, l’inhumation du Christ par Joseph d’Arimathie23 est considérée comme une préfiguration du cimetière chrétien. Plus riche encore, le rappel de la terre promise au peuple d’Israël24 s’inscrit dans la forte connotation pascale des funérailles qui, tout comme l’association du thème de l’exode à la procession funéraire25, contribue à l’identification du cimetière à cette terre promise. Cependant, il s’agit d’interprétations assez lointaines de l’Ecriture qui, elle, ne mentionne aucune bénédiction sacerdotale.

  • 26 Mansi, XIX, 445-446. Trad. partielle dans Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., p. 12.
  • 27 Assertis quidem nihil differre, utrum mortui in atriis domus Domini an aliis in quibuslibet locis (...)
  • 28 Deux ans auparavant, à Orléans, un petit groupe de chanoines – jugés hérétiques et brûlés par le r (...)

15La faiblesse de l’argumentation et l’enjeu de pouvoir que représente le nouveau visage du cimetière chrétien, désormais consacré, obligatoire et exclusif, n’ont pas échappé à ceux qui, au début du xie siècle, contestent le pouvoir ecclésiastique. Lorsqu’au concile d’Arras, en 1025, Gérard de Cambrai s’adresse aux dissidents, son discours montre parfaitement leur opposition non seulement au versement du casuel de la sépulture, mais également au contrôle ecclésiastique qui se manifeste en positif par l’obligation et en négatif par l’exclusion26. En s’adressant à eux, Gérard leur reproche en particulier ceci : « Vous soutenez qu’il est indifférent que les morts soient ensevelis au cimetière de la maison du Seigneur ou dans n’importe quel autre lieu, et vous n’imaginez aucun mystère à propos d’une sainteté protectrice...27 » La violente remise en cause, dans les années 1020-1030, du cimetière contrôlé par le pouvoir ecclésiastique suggère que sa pratique est désormais bien ancrée28. Cependant, on peut s’étonner de l’indigence des textes diplomatiques ou narratifs contemporains. Doit-on interpréter cette faiblesse documentaire comme le signe évident de la lenteur de la diffusion du rite ? Est-on en droit de chercher, dans des textes de nature diplomatique, un vocabulaire de type plutôt liturgique ? Un des moyens pour tenter de sortir de cette impasse méthodologique est sans doute d’interroger les témoins les plus anciens afin d’en déterminer l’apport potentiel.

Les plus anciens témoins diplomatiques

  • 29 E. Zadora-Rio, Lieux d’inhumation et espaces consacrés : le voyage du pape Urbain II en France (ao (...)

16Élisabeth Zadora-Rio, dans un récent article sur le voyage du pape Urbain II en France29, signale en effet la rareté des actes diplomatiques mentionnant cette pratique aux xe-xie siècles et suggère que le rite de consécration de cimetière est entré dans les usages à une date relativement tardive, fin xie ou surtout xiie siècle. L’hypothèse, aussi séduisante soit-elle, doit sans doute être nuancée. D’une part, même à partir des xiie-xiiie siècles, peu de textes diplomatiques (proportionnellement à la production documentaire totale) semblent mentionner explicitement la consécration du cimetière lui-même. D’autre part, le rituel de bénédiction du cimetière étant indissociable, dans les pontificaux, de celui de la consécration de l’église, sa pratique a peut-être été parfois sous-entendue.

  • 30 Mansi, XIX, 29-30 : Terminavimus ergo hujus ecclesiœ ambitum habentem ex uno quoque latere longitu (...)
  • 31 Ibid. : ... ut ipsi parrochiani ibi habeant baptisterium, sepulturam, omneque corporis et animœ re (...)
  • 32 A. Ducloux, Ad ecclesiam confugere : naissance du droit d’asile dans les églises (ive-milieu ve si (...)
  • 33 Éd. J. Vives. T. M. Martinez, G. Martinez-Diez, Concilios visigotos e hispano-roma-nos, Madrid 196 (...)
  • 34 Voir les exemples réunis par P. Bonnassie, Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat (...)

17Il faut sans doute des circonstances particulières pour trouver mention explicite d’une consécration de cimetière. Au synode de Toul en 971, l’évêque Gérard raconte la révélation divine qui l’a conduit à construire une église dédiée à saint Michel sur le mont Barret. Il précise ensuite : « Nous avons donc déterminé la limite de cette église, chaque côté ayant douze perches de longueur (une perche compte vingt et un pieds) où nous avons consacré le lieu de sépulture des défunts30. » Outre le fait que le cimetière est désigné par une périphrase sans connotation liturgique (sepultura defunctorum), on peut noter l’importance de la définition de l’espace protégé autour de l’église où désormais « les paroissiens recevront le baptême, la sépulture, et tout refuge pour le corps et l’âme31 ». La publicité donnée à la dédicace, par la présence de nombreux fidèles comme par la rédaction d’un texte, établit un lien direct entre la consécration et la paix offerte par l’atrium, dans une perspective autant juridique que purement religieuse. Si cette idée s’inscrit dans la continuité du droit d’asile, établi dès l’Antiquité tardive32, le calcul de la superficie concernée diffère de celle prévue par le canon 10 du concile de Tolède de 68133, qui définit un espace de trente pas autour de l’édifice. La réception de ce texte wisigothique, qui se mesure non seulement à son intégration dans des collections canoniques postérieures, mais également à la fréquence des citations diplomatiques, est plus sensible dans la documentation méridionale, en particulier catalane34.

  • 35 Ibid, p. 72.
  • 36 Éd., trad. et comment, par M. Zimmermann, dans ID., Les sociétés méridionales autour de l’an mil : (...)
  • 37 Bonnassie, Les sagreres catalanes.... cité supra n. 34, p. 71.

18L’importance du cimetière comme terre d’asile et lieu d’immunité est accentuée à la fin du xe siècle et au début du xie siècle dans le cadre de la lutte contre la violence seigneuriale : de l’Aquitaine à la Bourgogne, celle-ci conduit à la proclamation de la Paix de Dieu ; en Catalogne, elle adopte la forme de la sacraria. Véritable « cercle de paix » constitué par l’évêque lors de la consécration de l’église, cet espace n’est destiné, jusque dans les années 1020-1030, qu’à recevoir la sépulture des fidèles35. Si l’on en croit la documentation diplomatique, l’espace est solennellement délimité lors de la concession des biens précédant l’érection d’un nouveau lieu de culte. Dans le cas, par exemple, de la consécration de San Cristofor de Vallfogona, en 985, la dédicace de l’édifice n’est mentionnée que pour en préciser la date, sans qu’elle donne lieu à une description du rituel utilisé36. Il est cependant certain que cette opération change le statut de l’espace situé autour de l’église et confondu en grande partie avec le cimetière : il devient saint au même titre que l’édifice (puisque sa violation est assimilée à un sacrilège) ; véritable sauveté, bénéficiant de l’immunité, il relève du droit de l’Eglise37.

19Dans la riche documentation catalane qui concerne les sagreres, jamais n’apparaît cependant une description explicite d’un rituel de consécration de cimetière. Si cela ne constitue pas, pour les raisons précédemment évoquées, une preuve indubitable de l’inexistence du rite, on peut toutefois se demander s’il n’y a pas là le signe d’une sorte de géographie du statut du cimetière, dont la consécration serait une création plutôt septentrionale. Sans être béni par l’évêque, le cimetière pouvait être saint, il pouvait être espace d’asile, comme on le voit en Catalogne. Mais il n’était que partiellement contrôlé par l’autorité ecclésiastique, et l’initiative de la création d’un rituel indépendant revient peut-être à un épiscopat en quête de moyen efficace d’encadrement de la société. L’idée doit être soumise à examen, mais elle mérite attention : en effet, au xe siècle, les évêques septentrionaux se dotent d’un nouvel ouvrage, le pontifical, afin de soutenir leur action et d’asseoir leur position dans un système social en pleine recomposition ; c’est dans ce livre qu’est créé, codifié, fixé le rituel de consécration de cimetière. Quel que soit le lieu, la politique d’encadrement de la société chrétienne accorde une véritable importance au contrôle du cimetière. Après avoir tenté, pendant toute l’époque carolingienne, de séparer plus nettement lieu de culte et espace d’inhumation, l’autorité ecclésiastique se sert de la menace de l’exclusion – rendue légitime par la consécration – comme moyen de pression sur les fidèles.

L’exclusion du cimetière consacré

  • 38 Épisode raconté par Flodoard de Reims, Histoire de l’Église de Reims, livre IV. c. 6 : ... eumque (...)
  • 39 Mansi. XVIII-A. 184 : ... sed sepultura asini sepeliantur. et in sterquilinium super faciem terrœ (...)
  • 40 Voir L. K. Little, Benedictine Maledictions. Liturgical Cursing in Romanesque France. Londres 1993

20Un des épisodes précurseurs semble être le conflit opposant l’archevêque Foulques de Reims à son suffragant Didon, évêque de Laon, à propos de la sépulture de Walcher. condamné à mort pour crime de lèse-majesté. Didon lui ayant refusé, contre toute autorité canonique, la pénitence et le viatique, de même qu’une sépulture chrétienne et la commémoration liturgique, Foulques lui demande instamment « de le tirer du lieu de passage où il avait été non pas enterré mais jeté, et de le faire transporter au cimetière des fidèles38 ». Que doit-on penser de ce cœmiterium fidelium ? Est-il déjà consacré par un rite ecclésiastique ou simplement sanctifié par le voisinage d’un lieu de culte, de ses autels et de ses reliques ? S’il paraît impossible de donner une réponse à cette question, ce texte annonce d’ores et déjà la situation inaugurée par le concile réuni à Reims en 900, et dont les participants décident que les excommuniés seront ensevelis more asini, « dans du fumier à la surface de la terre39 ». La menace de l’excommunication pesait sur les fidèles, depuis les siècles les plus anciens de l’Église, comme une sorte de chantage au salut. Dans la disposition primitive, s’imbriquaient étroitement privation de mémoire et interdiction de funérailles chrétiennes. Avec le concile de Reims, l’excommunication, arme spirituelle majeure dans la main des évêques (théoriquement seuls habilités à la prononcer et à la lever) devient indissociable d’une sépulture infamante. L’image de la sépulture de l’âne, tirée du Livre de Jérémie (Jr 22, 19) ou celle de la fosse à fumier, inspirée des Dialogues de Grégoire le Grand (livre IV, chap. 57), sont sans doute plus symboliques que réelles. Cependant, on les retrouve dans les malédictions monastiques du xe siècle, utilisées en particulier contre les spoliations seigneuriales et très semblables aux clauses comminatoires des chartes contemporaines40.

  • 41 Éd. L. Delisle, Notice sur les manuscrits originaux d’Adémar de Chabannes, Paris 1896, p. 52 : ... (...)
  • 42 Ibid., p. 55 : Omnium qui ibi nunc moriuntur insepulta super terram per plateas vulgo cadavera jac (...)
  • 43 Mansi, XIX, 539 : Omnes enim noverunt, in sanctis conciliis sic institutum, ut si quis ab episcopo (...)
  • 44 Adémar de Chabannes, Chronique, c. 59 (éd. J. Chavanon, Paris 1897, p. 185) : Quidam etiam canonic (...)

21À la fin du xe et au début du xie siècle, les atria sont placés explicitement sous la protection de la Paix de Dieu, réactualisant ainsi droit d’asile et immunité qui donnaient à l’espace d’inhumation son statut exceptionnel. Dans une Aquitaine tourmentée par la mise en place, dans la violence, des pouvoirs seigneuriaux, la paix est fréquemment violée, et les sentences d’excommunication semblent avoir été aussi nombreuses que mal respectées, d’où le recours à l’interdit. Adémar de Chabannes en donne une description terrible dans son manuscrit autographe conservé à Berlin : lorsque l’interdit est lancé sur un territoire, « les corps des fidèles [...] sont ensevelis de manière méprisable, sans prêtre et sans office divin, ou bien ils gisent sans sépulture à la surface de la terre, aux yeux de tous41 ». Dans un sermon prononcé vraisemblablement à Limoges vers 1030, au moment où les diocèses de Poitiers et d’Angoulême étaient soumis à cette sanction, Adémar dresse un tableau dramatique : « Pour tous ceux qui meurent en ce moment, les corps gisent sans sépulture sur la terre, sur de vulgaires places, et nombre sont la pâture des oiseaux du ciel et des bêtes de la terre, que personne n’est là pour chasser42. » Les plateas vulgo s’opposent vraisemblablement au cimetière chrétien, dont une fois de plus il est difficile de déterminer s’il a été ou non consacré. Le terrifiant spectacle offert par les conséquences de l’interdit était l’ultime mesure à la disposition des évêques méridionaux pour obtenir l’amendement des fauteurs de troubles, d’autant que certains abbés protégeaient les récalcitrants. En effet, les prélats réunis au concile de 1031 à Limoges se plaignent de l’abbé d’Uzerche qui, selon certains témoignages, aurait enseveli lui-même, dans son monastère, un vicomte tué lors d’un pillage et excommunié de ce fait. Or, rappelle le concile, « tout le monde sait en effet que les saints conciles ont institué cela : si quelqu’un, excommunié par son évêque, est tué ou meurt de manière naturelle sans réconciliation, il ne peut être enseveli à la sépulture des chrétiens, sauf si l’évêque, après satisfaction faite par ses amis ou ses parents, lui en accorde l’autorisation par l’absolution43 ». L’évêque peut même se permettre de faire enlever post mortem un corps du cimetière, si le défunt est convaincu d’hérésie. Adémar, encore lui, rapporte ainsi le cas de Theodatus, ancien chantre de Sainte-Croix d’Orléans, mort trois ans auparavant, « dont le corps, après que cela fut prouvé, fut jeté hors du cimetière sur l’ordre de l’évêque Oldéric, et jeté à la voirie44 ».

  • 45 Muralis autem ambitus ad tuitionem ejus in modum mediocris oppidi compositus ipsa die in sepultura (...)
  • 46 Trad. partielle dans D. Iogna-Prat, Les morts dans la comptabilité céleste des Cluni-siens de l’an (...)
  • 47 Volumus enim et oramus ut in illa terra quam Domino et Sancto Vincentio donamus, ecclesia que male (...)
  • 48 Zadora-Rio, Lieux d’inhumation et espaces consacrés..., cité supra n. 29, à paraître.
  • 49 Iogna-Prat, Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens..., cité supra n. 46, p.61.
  • 50 ... ut Aimericus, qui fuit maritus ipsius Adalaidis, transferetur a loco ubi erat inhoneste sepult (...)

22Sepultura christianorum, cimiterium... : ces mots désignent-ils, au début du xie siècle, dans les régions méridionales, un cimetière consacré ? Il est difficile de généraliser à partir de l’exceptionnel récit de la dédicace de Stavelot-Malmédy, datant de 1040, qui décrit de manière très précise la bénédiction du cimetière, un peu différente d’ailleurs des rituels décrits précédemment : « le jour même, le mur constituant la limite, construit pour sa protection à la manière d’une petite fortification, fut consacré à la sépulture des fidèles orthodoxes45 » par une déambulation des saintes reliques du monastère et une aspersion d’eau bénite. Seul texte de ce type, originaire d’une région de forte tradition carolingienne, il ne peut être significatif de l’ensemble de l’Occident, et la documentation à notre disposition pour le xe et le début du xie siècle ne nous renseigne que de manière indirecte sur la progression de l’utilisation du rituel en question. Sans doute, dans cette perspective, doit-on verser au dossier le privilège pontifical accordé en 1024 par Jean XIX à l’abbaye de Cluny qui peut désormais recevoir « toute personne soumise à l’anathème [qui] gagne ce lieu pour y trouver sépulture, y recevoir la grâce du salut ou tout autre bien46 ». Cette mesure exceptionnelle liée au statut d’exemption du monastère clunisien fait de lui un véritable contre-pouvoir face au monopole épiscopal en matière de cimetière. Mais dans ce cas précis, aucune consécration n’est mentionnée, et il faut attendre la seconde moitié du xie siècle pour entrevoir une intensification du recours à la bénédiction de cimetière, qui accompagne le mouvement de reconstruction des églises. Pour exemple, entre 1074 et 1096, Hugues de Meulin et ses frères donnent à l’abbaye Saint-Vincent de Mâcon l’église d’Esserteaux, « construite de piètre façon, afin que l’on rénove les murs et qu’on la consacre, avec un cimetière plus grand, en l’honneur de saint Maurice et de ses compagnons47 ». Une fois de plus, même si c’est la consécration de l’église, non celle du cimetière qui est citée, la seconde est implicite. La diffusion du rite est vraisemblablement liée aussi à l’expansion de la réforme grégorienne ; le voyage d’Urbain II en France en 1095-1096, marqué par la bénédiction pontificale de cinq cimetières (deux à Marmoutier, un à Tarascon et deux à Maguelone) parmi les vingt-neuf consécrations effectuées, a sans doute contribué à en diffuser la pratique48. Le caractère éminemment clunisien de ce voyage justifie en partie l’extension du privilège de 1024 à tous les établissements clunisiens : à partir de 1097 en effet, tout monastère dépendant de la grande abbaye bourguignonne peut ainsi accueillir en son cimetière un anathème sans autorisation préalable de l’évêque du lieu49. Cette décision entraîne, dès 1097, la décision de dame Adélaïde de donner à l’abbaye - clunisienne - de Saint-Jean-d’Angély (visitée peu de temps auparavant par Urbain II), une terre, afin « qu’Aimeri, qui fut le mari d’Adélaïde, soit transféré du lieu où il était enseveli de manière déshonorante, au cimetière de Saint-Jean, et qu’il soit enseveli avec honneur par les moines. En effet, mort en état d’excommunication, il gisait hors du cimetière50. » Ce privilège exceptionnel ne remit cependant jamais en cause le monopole épiscopal du rite de consécration, dont l’histoire semble étroitement liée à celle des évêques et de leur pouvoir.

Conclusion

23L’idée de consacrer par un rite ecclésiastique l’espace dévolu à la sépulture des fidèles est donc née de la riche réflexion carolingienne, à la fois théologique et ecclésiologique, sur la place des défunts dans la communauté chrétienne. Le lien de plus en plus étroit entre lieu d’inhumation et célébration eucharistique, à un moment où se renforçait le contrôle épiscopal sur le lieu de culte et où se mettait en place la paroisse, a eu pour conséquence essentielle la fixation par écrit, au cours du xe siècle, d’un véritable rituel de consécration. Cet espace, auparavant trop éloigné de l’autel pour bénéficier d’un quelconque attrait, offre maintenant une sacralité nouvelle, officialisée et garantie par les clercs. La bénédiction présente désormais le cimetière extérieur comme une alternative honorable à l’inhumation dans l’église, que les ecclésiastiques tentent de contrôler plus sévèrement et de limiter. En outre, elle permet de justifier l’obligation, pour tout paroissien, de reposer dans le cimetière de l’église.

24Communautaire, exclusif et obligatoire, le cimetière consacré apparaît comme un instrument efficace du pouvoir épiscopal ; l’extension de sa pratique au xe siècle semble dessiner une véritable géographie politico-religieuse, opposant en quelque sorte les pays de consécration de cimetière, inscrits dans une forte tradition carolingienne, et les pays de Paix de Dieu ou de sagreres, plus sensibles à une réactualisation du droit d’asile de l’Antiquité tardive. Dans la documentation disponible, qu’elle soit de type narratif, diplomatique ou canonique, on lit cependant moins l’obligation de reposer dans le cimetière que le droit d’y être enseveli : son refus éventuel s’apparente à un véritable chantage au salut, utilisé abondamment à partir du xie siècle. Excommunications et interdits, qui se succèdent et se multiplient pour amener les fauteurs de troubles à l’amendement, s’accompagnent dans toutes les régions de l’Occident chrétien de sanctions concernant explicitement le lieu d’inhumation. Les évêques réformateurs de la seconde moitié du xie siècle, incapables de porter les armes du siècle pour défendre le droit canon, le temporel de l’Église et la paix, semblent ainsi utiliser le cimetière et son étroit contrôle, en particulier par le biais de la consécration, comme une arme spirituelle.

Textes des oraisons

  • 51 hunc ] hoc Cl
  • 52 visitanti ] visitandi Par
  • 53 et ] ex Cl
  • 54 ministerio ] mysterio Lan
  • 55 benedixisti ] predixisti Par
  • 56 Abrahe ] Habrahe Cl Lan
  • 57 terram sepulture ] om. Cl.
  • 58 traditus ] traditur Lan
  • 59 crucifixus ] cruci adfixus Cl Lan
  • 60 diviniter ] divinitus Cl Lan
  • 61 cymiterium ] cimiterium Cl
  • 62 ab] ad Lan Par
  • 63 quo 1 quatinus Cl
  • 64 premia ] præmia Cl

25n° 1 : Adesto quæsumus, domine deus, officio nostro hunc51 locum visitanti52 et53 nostre fragilitatis ministerio54, et sicut benedixisti55 per manus patrum maiorum, scilicet Abrahe56 et Isaac, terram sépulture57, et postmodum nostre salutis remedio traditus58, flagellatus tandemque crucifixus59 per te ipsum Ioseph diviniter60 preparante terrenum sanctificasti sepulchrum, ita hoc cymiterium61 benedicare, consecrare et ab62 invisibilium machinamentis hostium roborare digneris, quo63 omnes quorum post laborem vite hic corpora pausaverint perpetue felicitatis premia64 consequantur.

26(Oraison présente dans Cl Lan Par)

  • 65 cunctarumque ] cunctarum PRG (A, V)
  • 66 invisibilium ] om. Cl
  • 67 supplici ] suplici Par
  • 68 cymiterium ] cimiterium Cl PRG (A. D. V)
  • 69 poliandrium ] polyandrium Par populi andrum Cl
  • 70 famulorum famularumque tuarum ] famulorum tuorum vel famularum Par
  • 71 curricula ] curricular Cl
  • 72 vite ] vitae Cor PRG
  • 73 fidentibus ] confidentibus Lan PRG (V)
  • 74 prestitisti ] praetistiti Cor PRG
  • 75 corporibus vero ] corporibusque Par corporibus Cl corporibus quoque PRG
  • 76 cymiterio ] cimiterio Cl PRG (A, V)
  • 77 archangeli ] angeli Par
  • 78 largiter ] largitor Cl Lan
  • 79 largiter impertire ] om. Par [impertire] inperare Lan inper-tire Cl

27n° 2 : Deus qui es totius conditor et humani generis redemptor cunctarumque65 creaturarum visibilium et invisibilium66 perfectus dispositor, te supplici67 voce ac puro corde exposcimus ut hoc cymiterium68 sive poliandrium69, in quo famulorum famularumque tuarum70 corpora requiescere debent post curricula71 hujus vite72 labentia, sanctificare, purgare et benedicere digneris. quique peccatorum remissionem per tuam magnam misericordiam in te fidentibus73 prestitisti74. corporibus vero75 in hoc cymiterio76 quiescentibus et tubam primi archangeli77 hic expectantibus consolationem perpetuam largiter78 impertire79.

28(Oraison présente dans Cl Cor Lan Par PRG)

  • 80 deus ] sancte PRG (T)
  • 81 pastor ] pater Lan PRG
  • 82 eterne ] æterne Cl æternæ Cor
  • 83 glorie ] gloriæ Cor Prg
  • 84 sapientie ] sapientiæ PRG
  • 85 prudentie ] prudentiæ Cor PRG sapientiæ PRG (T)
  • 86 egrotantium ] ægrotantium Cor
  • 87 solamen ] solamus Lan Par
  • 88 cymiterium ] cimiterium Cl
  • 89 spurcitiæ ] spurcitie Lan Par
  • 90 inquinamento] iniquamente Lan
  • 91 benedicere ] benedice Lan benedicereque PRG (D, V)
  • 92 baptismi ] babtismi Lan
  • 93 sacramentum ] gratia CI
  • 94 vite ] vitæ Cor PRG
  • 95 evi ] ævi Cl Cor PRG (V)
  • 96 cymiterio ] cimiterio Cl Cor
  • 97 angelicis ] angelis Cl
  • 98 materiam ] materia Cor PRG
  • 99 anime ] animæ Cor PRG
  • 100 premia ] vitam et premia Cl unita præmia Cor PRG
  • 101 celestium] cælestium Cl Cor PRG
  • 102 sempiterna percipiant ] percipiant sempiterna PRG

29n° 3 : Domine deus80, pastor81 eterne82 glorie83, lux et honor sapientie84, custos et vigor prudentie85, salus egrotantium86, valitudo potentium, mestorum solamen87, vita justorum, gloria humilium, te flagitamus ut hoc sanctorum tuorum cymiterium88 ab omni spurcitiæ89 inquinamento90 spirituum inmundorum custodire, mundatre, benedicere91 digneris, atque corporibus humanis huic loco advenientibus sinceritatem perpetuam tribuere non desinas, et quicumque baptismi92 sacramentum93 perceperint, et in fide catholica usque ad vite94 terminum perseverantes fuerint atque de curso hujus evi95 termino corpora sua in hoc cymiterio96 requiei commendaverint, angelicis97 tubis concrepantibus, materiam98 corporis et anime99 premia100 celestium101 gaudiorum sempiterna percipiant102.

30(Oraison présente dans Cl Cor Lan Par PRG)

  • 103 sancte ] om. Par sanctae Cor
  • 104 necne ] om. PRG (V) necnon Cl necnon et PRG
  • 105 justitie ] justitiæ Cor PRG
  • 106 venie ] veniæ Cor PRG
  • 107 dator ] datorum Cl
  • 108 sanctitatis ] sanctitas Cl
  • 109 carismatum ] charismatum Cl PRG karismatum Cor chrismatum Ilan
  • 110 omniumque ] meritorum omniumque Cl
  • 111 presta ] præsta Cor PRG
  • 112 cymiterium] cimiterium Cl PRG (V)
  • 113 benedicere] benedici Par
  • 114 sanctificare ] sanctificari Par
  • 115 concedas ] digneris PRG
  • 116 Abrahe ] Habrahæ Cl Abrahæ Cor PRG
  • 117 beato] beati PRG
  • 118 patriarche] patriarchæ Cor PRG
  • 119 famulo tuo ] famuli tui PRG
  • 120 Ebron ] Hebron Par Ebreon PRG
  • 121 comparatam ] comparatum Par
  • 122 sepulture ] sepulturæ Cor PRG
  • 123 israhelitico ] israelitico Cor israelico Lan
  • 124 promissionis ] permissionis Par
  • 125 evo ] ævo Cor evum PRG ævum PRG (V)
  • 126 cymiterium ] cimiterium Cl PRG (V) cymiterio Par
  • 127 ab ] et ab Cl PRG
  • 128 tutelam ] tutela Lan Par
  • 129 largitor ] largiter Par
  • 130 donante ] adunante PRG (C)

31n° 4 : Domine sancte103, pater omnipotens, trina maiestas et una deitas, pater et filius necne104 spiritus sanctus, justitie105 auctor, venie106 largitor, bonorum dator107, sanctitatis108 origo, carismatum109 distributor omniumque110 ad te venientium pius receptor, presta111 propitius ut hoc cymiterium112 in honore nominis tui compositum benedicere113 et sanctificare114 concédas115, qui Abrahe116 beato117 patriarche118 famulo tuo119 terram a filiis Ebron120 comparatam121 causa sepulture122 benedixisti, et qui populo israheletico123 promissionis124 tellurem in evo125 durantem concessisti, famulorum famularumque tuarum corporibus in hoc cymiterium126 intrantibus quietis sedem ab127 omni incursione malorum spirituum tutelam128 benignus largitor129 tribuas, ut post animarum corporumque resurrectionem coadunatam, te donante130 atque concedente beatitudinem sempiternam percipere mereantur.

32(Oraison présente dans Cl Cor Lan Par PRG)

  • 131 benedicatur] benedicere Cl
  • 132 consecretur ] consecrare Cl
  • 133 sanctificetur ] sanctiftcare Cl
  • 134 cymiterium ] cimiterium digneris Cl
  • 135 cur-cum ] cursus Cl Lan
  • 136 magno ] magna Cl
  • 137 felice ] cum felice Cl Lan
  • 138 perhennis ] perennis Cl Lan

33n° 5 : Omnipotens deus, qui es custos animarum et tutela salutis, fides credentium, respice propitius ad nostre servitutis officium ut ad introitum nostrum, benedicatur131, consecretur132 et sanctificetur133 hoc cymiterium134, quatinus humana corpora hic post vite cursum135 pausantia in magno136 judicii die simul felice137 anima mereantur adipisci vite perhennis138 gaudia.

34(Oraison présente dans Cl Lan Par)

Structures des rituels

35Cl

36In consecratione cimiterii. Primitus cum aqua benedicta episcopus con clericis suis circumdare debet omne cymiterium cum psalmo Miserere mei deus et antiphona Aspargas me. postea letania. Deinde dicat Domine vobiscum. [oraison n° 2]. Alia, [oraison n° 4]. Alia. [oraison n° 3]. Alia, [oraison n° 5] Alia, [oraison n°1].

37Cor

38Consecrado cymiterii. Canentur septem psalmi in circuitu inluminentur IIII candelæ. [oraison n°2]. Alia, [oraison n° 4]. Item alia, [oraison n° 3].

39Egb

40In consecratione cimiterii. Primitus cum aqua benedicta episcopus cum suis clericis circundare debeat omne cimiterium cum psalmo Miserere mei deus et antiphona Asperges me. Postea letanía. Deinde dicat Dominus vobiscum in orientali ángulo cimiterii. [oraison n°2]. In australi ángulo cimiterii. [oraison n° 4]. In occidentali ángulo cimiterii. [oraison n" 3]. In aquilonari ángulo cimiterii. [oraison n° 5]. Oratio in medio poliandri. [oraison n° 1].

41Lan :

42Incipit consecratio cimiterii. Primitus cum aqua benedicta episcopus cum suis clericis circumdare omne cimiterium cum ant. Asperges me. Ps. Miserere mei deus secundum magnam. Postea letania. Deinde dicat Domine vobiscum. [oraison n°2]. Item alia. Alia. [oraison n° 4]. Alia, [oraison n° 3]. Alia, [oraison n° 5]. Alia, [oraison n° 1].

43Par

44Primitus cum qua benedicta episcopus cum suis clericis circunmdet totum cymiterium cum hanc antiphonam Asperges me Domine. Ps. Miserere mei deus. Postea letania. Deinde dicat pontifex Dominus vobiscum. Oremus. Incipit consecratio cimiterii. Item oratio ad occasum, ite ad austrum, item ad aquilonem, item aud in medio, [oraison n° 2]. [oraison n° 4]. [oraison n° 3]. [oraison n° 5]. [oraison n° 1].

45PRG

46Consecratio cymiterii. Primitus canatur VII psalmi pænitentia ; et in circuitu illuminentur IIIIor candelæ. Postea aspargatur cimiterium aqua sancta et dicatur oratio [oraison n° 2]. Alia, [oraison n° 4]. Alia, [oraison n° 3].

Notes

1 Par exemple a. Bernard, La sépulture en droit canonique du Décret de Gratien au concile de Trente. Paris 1933. p. 45, suivi par L. Crouzil, clans Dictionnaire de droit canonique. 3. 1942. p. 736.

2 On trouve indistinctement consecratio ou benedictio dans les manuscrits anciens : les deux mots semblent avoir un sens proche dans la terminologie du haut Moyen Âge.

3 D. Bullough, Burial, Community and Belief in the Early Medieval West, Ideal and Reality in Frankish and Anglo-Saxon Society, éd. P. Wormald. D. Bullough, R. Collins. Oxford 1991. p. 177-201 ; voir aussi C. TREFFORT. L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon 1996 (Coll. d’hist. et d’archéol. méd. 3). p. 141-143.

4 C. Treffort. Du cimiterium chrislianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du vie au xe siècle. Archéologie du cimetière chrétien. 2e colloque ARCHÉA ? éd. H. Galinié, é. Zadora-Rio. Tours 1996 (Suppl. R.A.C. 11), p. 55-63.

5 Y. Duval, Auprès des saints, corps et âme. L’inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d’Orient et d’Occident du iiie au viie siècle. Paris 1988.

6 Définition de É. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au xiiie siècle. Paris 1993, p. 207.

7 Éd. D. H. Turner, The Claudius Pontifical (from Cotton Ms. Claudius A. III in the British Museum), Londres 1971 (Henry Bradshaw Society 97), p. 60-61.

8 Éd. G. H. Doble, Pontificale Lanaletense (Bibliothèque de la ville de Rouen, A. 27, Cat. 368) : a Pontifical Formely in Use at St-Germans Cornwalls, Londres 1937 (Henry Bradshaw Society 74), p. 21.

9 Éd. H. M. J. Banting, Two Anglo-Saxon Pontificats (the Egbert and Sidney Sussex Pontificai), Londres 1989 (Henry Bradshaw Society 104), p. 57-59.

10 Inédit. La consécration de cimetière se trouve aux fol. 61v°-62r°.

11 Voir en annexe le texte des oraisons et les différentes variantes. Les textes sont classés par ordre alphabétique d’incipit et numérotés de 1 à 5.

12 Éd. C. Vogel, R. Elze, Le pontifical romano-germanique du xe siècle, Vatican 1963 (Studi e Testi 226), p. 192-193. Les manuscrits concernés sont les suivants : Rome, Bibl. Alessand., ms 173 (A) ; Mont-Cassin, Bibl. abbat., ms 451 (C) ; Rome, Bibl. Valliceli., ms D. 5 (D) ; Vienne (Autriche), Bibl. nat., ms lat. 701 (T) ; Vendôme, Bibl. mun., ms 14 (V).

13 Inédit. La consécration de cimetière se trouve aux fol. 9r°-10v° ; il est étonnant de trouver ce rituel dans un sacramentaire à usage monastique. Sans doute a-t-il été copié afin de servir à d’éventuelles consécrations épiscopales réalisées à la demande de l’abbé du lieu.

14 Voir en annexe la structure des rituels étudiés dans cet article.

15 Qui falsum juramentum jurabit et convictus inde fuerit, manquant postea juramento dignus sit, nec in sanctificato atrio aliquo jaceat si moriatur. Une autre version utilise cimiterio. Ed. PL 138. 464 et 468.

16 Oraison n° 3 : ... quicumque baptismi sacramentum perceperint et in fide catholica usque ad vite terminum perseverantes...

17 Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., cité supra n. 3, p. 144.

18 Parmi d’autres, voir le formulaire édité par J. Frei, O. Heiming, Das Sacramentarium Triplex. Die Handschrift C 43 der Zentralbibliothek Zurich, Munster 1978 (Liturg. Quellen und Forschungen 49), n° 3560, p. 348 : ... nam ut in illo pleno aridis ossibus campo ad vocem tube dispersa ossa ad ossa membra ad juncturas corporum ac liniamenta nervorum compagi-nata sunt, sic credimus domine in resurrectione futura ut officium suum redivium corpus accipiat.

19 Synthèse sur les « lectures médiévales d’Augustin » dans M. Lauwers, La mémoire des ancêtres, le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Age, Paris 1997 (Théologie historique 103), p. 69-84.

20 Oraison n° 1 : ... et ab invisibilium machinamentis hostium roborare digneris... ; oraison n° 4 : ... famulorum famularumque tuarum corporibus in hoc cymiterium intrantibus quietis sedem ab omni incursione malorum spirituum tutelam benignus largitor tribuas...

21 Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., p. 140-141.

22 Oraison n° 1 : ... sicut benedixisti per manus patrum maiorum, scilicet Abrahe et Isaac, terram sepulture... ; oraison n° 4 : ... qui Abrahe beato patriarche famulo tuo terram a filiis Ebron comparatam causa sepulture benedixisti... ; commentaire de l’utilisation médiévale de ce passage par M. Lauwers, La sépulture des patriarches (Genèse, 23). Modèles scripturaires et pratiques sociales dans l’Occident médiéval, ou Du bon usage d’un récit de fondation, Studi Medievali 37, n° 2, 1996, p. 519-547.

23 Oraison n° 1 : ... et postmodum nostre salutis remedio traditus, flagellatus tandemque crucifixus per te ipsum Ioseph diviniter preparante terrenum sanctificasti sepulchrum... Référence à Joseph d’Arimathie, qui réclame le corps du Christ, l’embaume et l’inhume dans son propre tombeau : Mt 27, 57 ; Mc 15, 43 ; Lc 25, 51 ; Jn 19, 38.

24 Oraison n° 4 : ... et qui populo israhelitico promissionis tellurem in evo durantem concessisti...

25 Thème déjà mis en lumière par D. Sicard, La liturgie de la mort dans l’Église latine des origines à la réforme carolingienne, Munster 1978 (Liturg. Quellen und Forschungen 63), p. 202-220.

26 Mansi, XIX, 445-446. Trad. partielle dans Treffort, L’Église carolingienne et la mort..., p. 12.

27 Assertis quidem nihil differre, utrum mortui in atriis domus Domini an aliis in quibuslibet locis sepeliantur, fingentes nullum prœtendi mysterium sanctitatis... Éd. Mansi, XIX, 445.

28 Deux ans auparavant, à Orléans, un petit groupe de chanoines – jugés hérétiques et brûlés par le roi en 1022 – avaient déjà développé l’idée d’un salut obtenu par le mérite des bonnes œuvres. Rejetant les ordres sacrés, y compris l’épiscopat, et voyant dans l’église et l’autel de simples constructions matérielles, ils niaient implicitement l’obligation de reposer dans le cimetière de l’église, consacré ou non. Voir l’analyse précise de cet événement par R.-H. Bautier, L’hérésie d’Orléans et le mouvement intellectuel au début du xie siècle : documents et hypothèses, Actes du 95e Congrès nat. des soc. sav., Reims, 1970 (Philol. et hist.), Paris 1975, t. 1, p. 63-88.

29 E. Zadora-Rio, Lieux d’inhumation et espaces consacrés : le voyage du pape Urbain II en France (août 1095-août 1096), Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires : approches terminologiques, méthodologiques, historiques et monographiques. Actes de la table ronde des 2-3 juin 1997, dir. a. Vauchez, Rome, Ecole française (à paraître). Je remercie vivement l’auteur de m’avoir communiqué son texte avant publication.

30 Mansi, XIX, 29-30 : Terminavimus ergo hujus ecclesiœ ambitum habentem ex uno quoque latere longitudinem XII perticarum, quœ pertica continuit numerum pedum XX et unum, ubi et sacravimus sepulturam defunctorum...

31 Ibid. : ... ut ipsi parrochiani ibi habeant baptisterium, sepulturam, omneque corporis et animœ refugium...

32 A. Ducloux, Ad ecclesiam confugere : naissance du droit d’asile dans les églises (ive-milieu ve siècle), Paris 1994.

33 Éd. J. Vives. T. M. Martinez, G. Martinez-Diez, Concilios visigotos e hispano-roma-nos, Madrid 1963 (Espana Cristiana Textos 1), p. 398.

34 Voir les exemples réunis par P. Bonnassie, Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le « cercle de paix » des églises (xie siècle), L’environnement des églises et la topographie religieuse, des campagnes médiévales. Actes du 3e Congrès intern. d’archéol. méd., éd. M. Fixot, É. Zadora-Rio, Paris 1994 (Documents d’archéologie française 46), p. 68-79.

35 Ibid, p. 72.

36 Éd., trad. et comment, par M. Zimmermann, dans ID., Les sociétés méridionales autour de l’an mil : répertoire des sources et documents commentés, Paris 1992, p. 222-225.

37 Bonnassie, Les sagreres catalanes.... cité supra n. 34, p. 71.

38 Épisode raconté par Flodoard de Reims, Histoire de l’Église de Reims, livre IV. c. 6 : ... eumque de loco pervio in quo non sepultus sed projectus erat, ad cœmiterium fidelium transferat... Éd. et trad. M. Lejeune, Paris 1854, p. 476. Réimpr. dans Revue du Moyen Âge Latin, entre 1981 (vol. 37) et 1985 (vol. 41).

39 Mansi. XVIII-A. 184 : ... sed sepultura asini sepeliantur. et in sterquilinium super faciem terrœ sint, ut sint in exemplum opprobrii et maledictionis prœsentibus et futuris...

40 Voir L. K. Little, Benedictine Maledictions. Liturgical Cursing in Romanesque France. Londres 1993.

41 Éd. L. Delisle, Notice sur les manuscrits originaux d’Adémar de Chabannes, Paris 1896, p. 52 : ... ut sint corpora fidelium [...] aut extra cimiterium despective sepeliantur sine sacer-dote et sine divino officio, aut super faciem terra ; coram oculis omnium ita ponantur insepulti.

42 Ibid., p. 55 : Omnium qui ibi nunc moriuntur insepulta super terram per plateas vulgo cadavera jacent ; multa jam facta sunt in escam volatilibus cœli et bestiis terrœ, quia non est qui abigat...

43 Mansi, XIX, 539 : Omnes enim noverunt, in sanctis conciliis sic institutum, ut si quis ab episcopo suo excommunicatus, interfectus aut obitu proprio mortuus absque reconciliatione fuerit, nullatenus christianorum sepultura sepeliatur, nisi episcopus, satisfacientibus pro eo amicis vel parentibus, absolutionem et licentiam ex hoc concesserit.

44 Adémar de Chabannes, Chronique, c. 59 (éd. J. Chavanon, Paris 1897, p. 185) : Quidam etiam canonicus cantor, nomine Theodatus, qui mortuus erat ante triennium in illa hœresi, ut perhibehant probati viri, religiosus visus fuerat. Cujus corpus, postquam probatum est, ejectum est de cimiterium, jubente episcopo Odolrico, et projectum invium.

45 Muralis autem ambitus ad tuitionem ejus in modum mediocris oppidi compositus ipsa die in sepulturam defunctorum ortodoxorum taliter est consecratus... Éd. J. Halkin, C.G. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmédy, Bruxelles 1909, t. 1, n° 103, p. 216.

46 Trad. partielle dans D. Iogna-Prat, Les morts dans la comptabilité céleste des Cluni-siens de l’an mil, Religion et culture autour de l’an mil. Royaume capétien et Lotharingie, éd. D. Iogna-Prat, J.-Ch. Picard, Paris 1990, p. 61.

47 Volumus enim et oramus ut in illa terra quam Domino et Sancto Vincentio donamus, ecclesia que malemodo constructa est, muris renovetur et consecretur ibi, cum amplo cimite-rio, in honore Sancti Mauricii sociorumque ejus... Éd. M. C. Ragut, Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, connu sous le nom de Livre enchaîné, Mâcon 1864 (Coll. de doc. inédits sur l’hist. de France), n° DXLIV, p. 329.

48 Zadora-Rio, Lieux d’inhumation et espaces consacrés..., cité supra n. 29, à paraître.

49 Iogna-Prat, Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens..., cité supra n. 46, p.61.

50 ... ut Aimericus, qui fuit maritus ipsius Adalaidis, transferetur a loco ubi erat inhoneste sepultus, ad cimiterium Sancti Joannis, et a monachis honneste sepelaretur. Nam tempore excommunicationis mortuus, extra cimitterium jacebat... Éd. G. Musset, Cartulaire de l’abbaye royale de Saint-Jean-d’Angély, Paris 1901-1904 (Arch. hist. Saint. Aunis 30-33), n° CCXXXIII, p. 288-289.

51 hunc ] hoc Cl

52 visitanti ] visitandi Par

53 et ] ex Cl

54 ministerio ] mysterio Lan

55 benedixisti ] predixisti Par

56 Abrahe ] Habrahe Cl Lan

57 terram sepulture ] om. Cl.

58 traditus ] traditur Lan

59 crucifixus ] cruci adfixus Cl Lan

60 diviniter ] divinitus Cl Lan

61 cymiterium ] cimiterium Cl

62 ab] ad Lan Par

63 quo 1 quatinus Cl

64 premia ] præmia Cl

65 cunctarumque ] cunctarum PRG (A, V)

66 invisibilium ] om. Cl

67 supplici ] suplici Par

68 cymiterium ] cimiterium Cl PRG (A. D. V)

69 poliandrium ] polyandrium Par populi andrum Cl

70 famulorum famularumque tuarum ] famulorum tuorum vel famularum Par

71 curricula ] curricular Cl

72 vite ] vitae Cor PRG

73 fidentibus ] confidentibus Lan PRG (V)

74 prestitisti ] praetistiti Cor PRG

75 corporibus vero ] corporibusque Par corporibus Cl corporibus quoque PRG

76 cymiterio ] cimiterio Cl PRG (A, V)

77 archangeli ] angeli Par

78 largiter ] largitor Cl Lan

79 largiter impertire ] om. Par [impertire] inperare Lan inper-tire Cl

80 deus ] sancte PRG (T)

81 pastor ] pater Lan PRG

82 eterne ] æterne Cl æternæ Cor

83 glorie ] gloriæ Cor Prg

84 sapientie ] sapientiæ PRG

85 prudentie ] prudentiæ Cor PRG sapientiæ PRG (T)

86 egrotantium ] ægrotantium Cor

87 solamen ] solamus Lan Par

88 cymiterium ] cimiterium Cl

89 spurcitiæ ] spurcitie Lan Par

90 inquinamento] iniquamente Lan

91 benedicere ] benedice Lan benedicereque PRG (D, V)

92 baptismi ] babtismi Lan

93 sacramentum ] gratia CI

94 vite ] vitæ Cor PRG

95 evi ] ævi Cl Cor PRG (V)

96 cymiterio ] cimiterio Cl Cor

97 angelicis ] angelis Cl

98 materiam ] materia Cor PRG

99 anime ] animæ Cor PRG

100 premia ] vitam et premia Cl unita præmia Cor PRG

101 celestium] cælestium Cl Cor PRG

102 sempiterna percipiant ] percipiant sempiterna PRG

103 sancte ] om. Par sanctae Cor

104 necne ] om. PRG (V) necnon Cl necnon et PRG

105 justitie ] justitiæ Cor PRG

106 venie ] veniæ Cor PRG

107 dator ] datorum Cl

108 sanctitatis ] sanctitas Cl

109 carismatum ] charismatum Cl PRG karismatum Cor chrismatum Ilan

110 omniumque ] meritorum omniumque Cl

111 presta ] præsta Cor PRG

112 cymiterium] cimiterium Cl PRG (V)

113 benedicere] benedici Par

114 sanctificare ] sanctificari Par

115 concedas ] digneris PRG

116 Abrahe ] Habrahæ Cl Abrahæ Cor PRG

117 beato] beati PRG

118 patriarche] patriarchæ Cor PRG

119 famulo tuo ] famuli tui PRG

120 Ebron ] Hebron Par Ebreon PRG

121 comparatam ] comparatum Par

122 sepulture ] sepulturæ Cor PRG

123 israhelitico ] israelitico Cor israelico Lan

124 promissionis ] permissionis Par

125 evo ] ævo Cor evum PRG ævum PRG (V)

126 cymiterium ] cimiterium Cl PRG (V) cymiterio Par

127 ab ] et ab Cl PRG

128 tutelam ] tutela Lan Par

129 largitor ] largiter Par

130 donante ] adunante PRG (C)

131 benedicatur] benedicere Cl

132 consecretur ] consecrare Cl

133 sanctificetur ] sanctiftcare Cl

134 cymiterium ] cimiterium digneris Cl

135 cur-cum ] cursus Cl Lan

136 magno ] magna Cl

137 felice ] cum felice Cl Lan

138 perhennis ] perennis Cl Lan

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search