Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Négoce des Lieux saints

 | 
Philippe Pétriat

Glossaire

Texte intégral

1Bayt : la maison, au sens immobilier et au sens familial. Bayt tijārī : la maison marchande.

2Ḫawāja : « Noble marchand ». Titre honorifique accordé aux grands négociants, et en particulier aux négociants étrangers.

3Ḥawš : bâtiment à vocation commerciale composé d’une cour autour de laquelle étaient disposés de locaux de stockage de marchandises, des logements et des magasins. Équivalent de la wakāla cairote.

4Ḥisba : le devoir de commander le bien et de défendre le vice, qui incombe à chaque musulman en général, et qui constitue la fonction du muḥtasib en particulier.

5Iḥtisāb : l’ensemble des fonctions du muḥtasib pour appliquer la ḥisba (devoir de pratiquer le bien et d’empêcher le vice) dans l’espace public. Ces fonctions étaient codifiées et relevaient de la police du commerce, des marchés et des lieux publics.

6İrade : décret du sultan ottoman.

7Maḥkama šar‘iyya : le tribunal religieux, principale institution judiciaire de la ville. À l’époque ottomane, l’école hanéfite était l’école juridique officielle.

8Muḫarrijūn : les responsables du transport par dromadaires des marchandises et des pèlerins, en particulier entre Djedda et La Mecque.

9Muḥtasib : contrôleur des marchés et, plus largement, officier chargé de l’iḥtisāb.

10Mulk : régime de pleine propriété.

11Ribāṭ : bâtiment composé de petits logements indépendants et gratuits, et destinés aux plus démunis (personnes âgées, femmes seules, pèlerins pauvres). Souvent financé par un waqf.

12Sambouk : terme employé par les sources ottomanes et européennes de façon générique pour décrire des navires de petite taille (jusqu’à 80 tonneaux à la fin du xixe siècle), à deux mâts et à voiles latines, dans l’océan Indien, le Golfe et la mer Rouge.

13Sancak (osm.) : une subdivision administrative d’un vilayet. Le terme tend à être remplacé par celui, arabe, de livā.

14Ṣarrāf : le changeur de monnaies. Cette fonction s’étendait souvent aux opérations bancaires telles que le traitement des lettres de change et traites, ou le crédit.

15Sayyid (pl. sāda) : un descendant du Prophète Muḥammad. Au Hedjaz au xixe siècle, le terme sayyid a progressivement été réservé aux descendants du Prophète par son petit-fils Ḥusayn, et celui de šarīf aux descendants du Prophète par son petit-fils Ḥasan. La lignée des prestigieux sāda ‘alawis du Hadramaout remonte à Ḥusayn par Aḥmad ibn ‘Isā al-muhājir (m. 956).

16Tawkīl : la procédure par laquelle un négociant institue son agent (wakīl).

17Thaler (jiniyya ifranjiyya) : dollar Marie-Thérèse : monnaie d’argent frappée à partir du milieu du xviiie siècle en Autriche puis dans d’autres pays. En mer Rouge, le thaler de Marie-Thérère fut utilisé jusqu’au début du xxe siècle, quand il fut progressivement remplacé dans ce rôle par le sovereign britannique (en or) et la livre sterling.

18Vali (osm.), wālī (ar.) : le gouverneur à la tête d’un vilayet, province (osm. eyālet, ar. vilāya) de l’Empire ottoman.

19Wakāla : 1) Agence, délégation dont bénéficie l’agent (wakīl) d’un marchand qui lui délègue un ensemble de pouvoirs économiques et judiciaires. Quant elle est absolue (wakāla muṭlaqa), l’agent est un alter ego de celui pour qui il travaille. 2) En Égypte, bâtiment équivalent au ḥawš.

20Waqf : bien de mainmorte, fondation pieuse, administrée par un contrôleur (nāzir) selon les règles établies par le fondateur et dont le produit est généralement affecté à des œuvres pies. Les biens et bâtiments institués en waqf sont inaliénables et peuvent bénéficier, dans un premier temps, aux membres de la famille du fondateur.

21Waṣī : l’exécuteur testamentaire et, parfois, le tuteur des enfants laissés par un défunt. Les dispositions prises par ce dernier et s’imposant à l’exécuteur sont précisées dans le testament (waṣiyya).

22‘Uzla : une maison de ville accolée à d’autres maisons ou bâtiments.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540