Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Négoce des Lieux saints

 | 
Philippe Pétriat

Chapitre V. Des familles marchandes et des familles de marchands

Full text

1En 1900, la descendance de Yūsuf ibn Aḥmad Bā Nāja continuait à faire partie de l’aristocratie négociante du port de Djedda. Avec les ‘Alī Riḍā, la famille Bā Nāja était même la plus influente au sein de l’élite locale. La maison familiale dans le chic quartier de Šām au nord de Djedda, à proximité des consulats et du siège du kaïmakam, avait continué à se développer par l’acquisition progressive des propriétés voisines. Le mouvement commercial des importations et des exportations avait cessé de chuter depuis quelques années, et reprenait un mouvement de hausse depuis deux ou trois ans, qui allait se confirmer par la suite et profiter aux marchands.

  • 1 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 22/08/1314 (26/01/1897), archives privées Bā Nāja.

2‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja avait alors 38 ans. Il devait s’être habitué à la disparition de sa première épouse, Ṣāfiyya Ḥasūba. Elle était morte une dizaine d’années auparavant, d’après un document du tribunal1. De Ṣāfiyya, ‘Abd al-Raḥmān avait eu quatre enfants, dont trois garçons. Aḥmad, l’aîné, était déjà un jeune homme d’une quinzaine d’années en 1900, tandis que Muḥammad Ṣāliḥ et Yūsuf n’avaient pas encore atteint l’âge de la puberté. La présence d’Aḥmad, qui témoigna aux côtés de son père dans le cadre d’un procès opposant la mère et le frère de Ṣāfiyya en 1897, indique qu’il était déjà associé aux activités paternelles. L’acte mentionné le désigne d’ailleurs par le titre d’efendī, comme son père. Aḥmad prit quelques années plus tard ses distances avec le milieu familial et la maison marchande que dirigeaient son oncle et son père. Son caractère indépendant se manifesta à l’époque du Grand Chérif Ḥusayn.

  • 2 Sur le costume hedjazi : M. ‘A. al-Maġribī, 1982, p. 87-89.

3En 1900, ‘Abd al-Raḥmān pouvait aussi compter sur sa seconde épouse, Jamīla Bā Nāja. Elle avait donné à ‘Abd al-Raḥmān cinq filles (Ḥafṣa, Salmā, Umm al-Sa‘d, Su‘ād, et Ruqayya) et un fils, Muḥammad Sa‘īd. Deux photographies illustrent aussi la double appartenance de Muḥammad Sa‘īd à l’efendiyya et au groupe plus conservateur des marchands du Hedjaz, dont il porte les costumes respectifs avec la même élégance. Le fez, porté avec le costume à l’européenne en Égypte, et la robe (jubba ou, au Hedjaz, šāya), portée par les marchands sur le ṯawb blanc à Djedda, mettaient en évidence l’horizon large de la famille (photographies 5.1 et 5.2)2. La progéniture nombreuse de ‘Abd al-Raḥmān contrastait avec celle de ‘Abd Allāh, son unique frère en vie depuis la mort du frère aîné Muḥammad en 1891-1892. De son mariage avec une affranchie d’origine circassienne, Miṣbāḥ, ‘Abd Allāh n’avait pas eu d’enfant. Mais il pouvait aussi s’agir d’un choix personnel, qui expliquerait l’absence d’une seconde épouse.

Photographies 5.1 et 5.2 — Muḥammad Sa‘īd ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, s. d. (archives privées Bā Nāja, date inconnue)

  • 3 FO 195/2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

4‘Abd al-Raḥmān n’avait par conséquent qu’un seul neveu et qu’une seule nièce : ‘Alī et Asmā, les enfants de son frère aîné défunt Muḥammad. ‘Alī avait pris ses distances avec la famille et rendait ‘Abd al-Raḥmān soucieux. Un an et demi plus tôt, en mai 1898, ‘Alī avait en effet demandé son retrait de la société familiale (šarika) qui réunissait la famille de Yūsuf. Il avait exigé la contrepartie en numéraire de ce à quoi il avait droit, comme fils héritier de Muḥammad, sur les marchandises, sur les navires et sur l’argent en caisse de la maison marchande familiale. Un document avait donc été signé en janvier 1899, à l’issue de négociations longues et pénibles. Seules les parts de ‘Alī dans les propriétés immobilières familiales, et plus particulièrement dans le waqf, restaient « non divisées » (ġayr maqsūma) et le reliaient encore aux intérêts familiaux. Mais ‘Alī contestait encore le partage, et il allait le contester jusqu’en 19063. Cette prise d’indépendance vis-à-vis du reste de la famille de Yūsuf – son grand-père – avait peut-être conduit à la première division de la branche. ‘Alī avait établi une maison à part, dans une ‘uzla du quartier mecquois de Šubayka où l’on retrouve sa maisonnée (jamā‘a), d’après une liste des propriétés familiales établie en 1932. La rupture n’était toutefois pas totale puisque la maison faisait toujours partie d’un waqf contrôlé par la famille Bā Nāja et puisque ‘Alī restait associé aux héritiers de Yūsuf en tant que bénéficiaire du waqf fondé par son grand-père.

  • 4 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 4/07/1317 (8/11/1899), archives privées Bā Nāja.

5En 1900, la famille de ‘Abd al-Raḥmān habitait dans la maison du quartier de Šām. Véritable siège des Bā Nāja, manifestation de l’unité et de la notabilité familiales, la maison continuait d’être agrandie régulièrement (chapitre iii). En novembre 1899, ‘Abd al-Raḥmān avait encore acheté aux Bunduqjī un peu moins de deux qīrāṭ d’un bâtiment mitoyen, au sud-est de la maison4. Il l’avait fait au nom et avec l’argent de son frère ‘Abd Allāh, qui devait être, comme il en avait l’habitude, au Caire. La relation entre les deux frères était renforcée par la gestion commune de l’entreprise familiale et du waqf fondé par leur père Yūsuf. ‘Abd Allāh, dont la vie familiale, le talent pour élargir son réseau d’affaires et l’éloignement de Djedda témoignent d’une nature indépendante, avait le contrôle de ces biens. Il les gérait, les développait avec l’aide de son frère et en distribuait les revenus aux membres de la famille qui y avaient droit. ‘Abd al-Raḥmān, qui habitait avec ses enfants dans la maison placée au cœur du waqf, devait avoir une conscience aiguë de l’importance de l’unité familiale.

  • 5 W. Kābalī, 2004, p. 25 : ḥawš ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja. À l’époque décrite par Wahīb Kābalī, c’est en (...)

6En sortant de chez lui par la porte principale, ‘Abd al-Raḥmān passait de la cour de la maison au grand marché de la ville, le sūq al-Nadā. Il pouvait aisément se rendre au port dont l’embarcadère, récemment modernisé et agrandi, était tout proche et où mouillaient les sambouks des Bā Nāja. Le chemin menait aussi aux caravansérails et dans les boutiques où la famille faisait ses affaires – quand elles n’étaient pas réglées à la maison. Le ḥawš des Bā Nāja, qui faisait partie du même ensemble immobilier que la maison familiale, était en effet l’un des plus connus de la ville, avec ceux des ‘Alī Riḍā, des Qābil, d’Ibrāhīm Ṣanī’et celui d’al-Šarīf5. Il était inclus avec la maison dans le waqf fondé par Yūsuf. En l’absence de son frère, ‘Abd al-Raḥmān devait aussi se rendre en personne ou envoyer son kātib dans les autres propriétés de la famille à Djedda et à La Mecque, afin de récupérer les loyers de celles qui étaient louées et de vérifier la bonne tenue de celles qui étaient en waqf, comme le ribāṭ près de la porte de Médine, ou comme les deux boutiques situées de chaque côté de l’entrée de la résidence des Bā Nāja.

  • 6 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 24/07/1361 (7/08/1942), archives privées Bā Ġaffār.

7Le quartier de Šām était aussi l’espace d’une importante sociabilité pour les Bā Nāja, qu’il s’agisse de rencontrer leurs partenaires commerciaux ou de rendre visite aux parents, comme les Baġlaf, la famille à laquelle appartenait la mère de ‘Abd al-Raḥmān. Les Bā Junayd et des amis intimes comme les Bā Ġaffār avaient aussi leurs maisons dans le même quartier6. Les affaires réunissaient de toute façon ces hommes, au port, dans le marché, ou au tribunal lorsqu’il s’agissait de témoigner les uns pour les autres. L’architecture des complexes résidentiels familiaux, l’organisation des étages et des ailes de la maison, avec leurs multiples décrochements et les différents lieux de réception, permettaient cette sociabilité amicale et négociante sans gêner l’intimité des familles. La maison Bā Nāja avait en outre une particularité remarquable et remarquée. Elle bénéficiait d’un accès direct et privé à la mosquée al-Ḥanafī par une petite pièce ouverte sur la salle de prière, permettant d’accueillir des hôtes prestigieux et de prier à leurs côtés dans un espace réservé. Les gouverneurs et les kaïmakams ottomans, les Grands Chérifs et le roi Ḥusayn, puis le roi ‘Abd al-‘Azīz furent invités à en profiter.

  • 7 Muḏakkirāt de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr, IV ; W. Kābalī, 20 (...)

8Dans les souvenirs familiaux, cette sociabilité marchande et amicale organisée par les visites mutuelles que se rendaient les marchands au début ou à la fin de la journée tient une place essentielle. Sa‘īd Bin Zaqr se souvient par exemple du majlis où son père, Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr (m. 1923), réunissait ses amis et ses partenaires, après la prière de l’après-midi (al-‘aṣr), une fois la journée de travail terminée, puis après la prière du soir (al-maġrib). Sa‘īd et son grandfrère y servaient le café aux hôtes de leur père, et tous deux faisaient ainsi leurs premiers pas dans le milieu des négociants de Djedda. Sa‘īd ibn Muḥammad Bin Zaqr prend soin de mentionner la présence des Bā Nāja, des Bā Ġaffār et des Bā ‘Išin, tous grands marchands hadramis et notables influents7. Le statut de Muḥammad Bin Zaqr, qui fut cheikh des Hadramis de Djedda, devait aussi faire de ces réunions un moment important de la vie de la communauté (chapitre iv).

  • 8 Ibid., p. 54-55.

9Les déambulations de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja lui faisaient parcourir un espace familier, dont il était l’une des figures reconnues, comme les autres grands marchands et propriétaires hadramis. ‘Alī ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin était ainsi l’un des principaux propriétaires des boutiques du souk avec Ḥasan ibn Ibrāhīm Jawhar, selon Wahīb Kābalī8. Cette présence forte était rappelée par la zāwiya des Hadramis, qu’on appelait aussi la zāwiya ‘alawie, située à moins de 100 mètres de la maison Bā Nāja. Dans le voisinage du souk al-Nadā se trouvait aussi un ribāṭ dédié aux sayyids ‘alawis. Le rôle des sayyids ‘alawis à Djedda et la cohérence du groupe des Hadramis laissent penser que la sociabilité de ces marchands était aussi motivée par une proximité religieuse et la spiritualité soufie développée par le lignage des Bā ‘Alawī.

  • 9 Ḥujja waqfiyya, Maḥkamat bandar Djedda, 30/08/1354 (27/11/1935), archives privées Bā Nāja.

10L’intégration urbaine des marchands hadramis n’avait donc pas relégué dans l’oubli le souvenir de leur origine. En 1935, ‘Abd al-Raḥmān fera venir dans la maison familiale l’un des juges de la ville pour instituer en waqf avec la veuve de son frère, Miṣbāḥ, une des maisons possédées dans le même quartier. La mosquée du village dont la famille Bā Nāja est originaire dans le Daw‘an sera désignée comme le bénéficiaire ultime de la fondation9. Avant cette mosquée cependant, le waqf était destiné à l’affranchi de ‘Abd Allāh, Sufyān, et à ses enfants. Il signalait tout à la fois l’établissement indépendant de ce serviteur fidèle, près de dix ans après la mort de ‘Abd Allāh, et la continuation du lien familial entre la famille de ‘Abd al-Raḥmān et celui qui portait le même nom que lui, Sufyān ibn ‘Abd Allāh Bā Nāja al-ḥabašī.

11Les journées de ‘Abd al-Raḥmān ressemblaient à celles des autres grands marchands à bien des égards. Elles comprenaient les activités d’un négociant hadrami de Djedda, le cadre social dans lequel ces activités se déroulaient, et les différentes relations que chacune d’elles mobilisait ou créait autour de sa famille. Les recoupements des structures familiales avec le réseau marchand, la gestion du négoce et l’ancrage cultivé par ces familles dans le milieu négociant djeddawi et la communauté hadramie, forment les principaux objets de ce chapitre.

  • 10 Et tout autant pour les sociétés agricoles de la Péninsule : le bayt prime le lignage et les autres (...)

12Dans cette vie quotidienne rythmée par les prières, la sphère domestique se trouvait dans la continuité de la vie sociale et économique. Les majlis ne résumaient d’ailleurs pas cette interpénétration. Les relations de parenté venaient soutenir ou confirmer des relations d’affaires ou politiques (des « alliances »). La maison marchande, qui réunissait la branche d’un lignage et autour d’elle de proches alliés, était le siège de ces activités familiales. Elle maintenait et manifestait l’unité de la famille par un ensemble de règles. Avec le réseau de relations qu’elle organisait, les dépendants et les alliés qu’elle s’associait au point parfois de leur transmettre son nom, et le soutien qu’elle apportait à ses membres, la maison marchande était le cadre dans lequel chaque marchand se formait et développait ses affaires sous l’égide puis dans la succession de ses aînés, et sous le regard du reste de sa famille. Elle formait une organisation qui permettait de concentrer des capitaux dans des affaires impliquant des membres de la famille et des alliés distants géographiquement. Le lexique et les formes de la parenté formalisaient ces transactions. L’emploi d’un même terme pour désigner l’organisation et la demeure familiale, bayt (que Margaret Meriwether traduit par « branche » d’un lignage), indique que l’ensemble immobilier et les membres qui s’y réunissaient en fonction de leur parenté commune se situaient au centre des stratégies marchandes et des patrimoines familiaux10.

  • 11 N. Hanna, 1998, p. 30-34.

13À cette polarisation familiale s’opposait un mouvement de personnalisation des affaires et du réseau qui se développaient, lorsque s’affirmait le rôle directeur d’un des membres. Nelly Hanna le remarque à propos du marchand cairote Ismā‘īl Abū Taqiyya (m. 1624), quand celui-ci prit la succession de son père et fit preuve de qualités négociantes que son frère ne semblait pas posséder au même degré. La reprise du négoce familial en son nom propre et non plus au nom du père ou d’un des frères, l’ascension dans le groupe des marchands et l’essor du volume des transactions qu’il menait s’accompagnaient souvent chez un marchand d’un élargissement des alliances au-delà du cercle familial et de la communauté d’origine11. Une telle sortie n’était pas une rupture avec ce qui restait le fondement des stratégies élaborées : la famille, la communauté hadramie et le cercle des négociants de Djedda. Il s’agissait plutôt d’une expansion du réseau d’un marchand au-delà du groupe familial et parfois au-delà de la communauté hadramie et du milieu négociant de Djedda dans lesquels étaient conclues l’essentiel des alliances matrimoniales et économiques, et dont étaient tirés les capitaux nécessaires aux affaires. De nouveaux partenaires étaient alors intégrés au réseau familial, et les relations plus personnelles tendaient à primer les relations héritées des générations précédentes. Fondés sur l’élection de partenaires avec lesquels se nouaient des relations de confiance durables, et parfois de véritables amitiés, ces relations et le réseau qu’elles structuraient pouvaient être traduits par l’établissement de liens de parenté et finir par recréer un cercle familial.

14Ce mouvement plaçait la personne du marchand et son nom au centre de ses affaires. Le sort de l’entreprise dépendait alors moins de la mobilisation d’un groupe familial pour dépendre davantage de relations personnelles et d’affinités électives, qu’elles fussent ou non transposées dans la parenté par des mariages. La tension entretenue par la possibilité continue d’une fission du noyau familial est manifeste dans la carrière particulière du fils aîné de ‘Abd al-Raḥmān, Aḥmad. Elle apparut encore lorsque ‘Alī demanda à mettre la main sur sa part d’héritage restée jusque-là en indivision sous le contrôle de ses oncles. ‘Alī ibn Muḥammad ne fut dès lors plus retenu que par les propriétés immobilières, et en particulier par le waqf fondé par son grand-père.

  • 12 A. Raymond, 1973 (1), p. 291.

15La tension entre le pôle familial et le pôle personnel pouvait donc être elle-même l’objet d’une stratégie marchande qui consistait à donner la priorité tantôt au premier pôle, tantôt au second. Elle était parfois neutralisée par la conclusion d’une alliance qui faisait d’un partenaire n’appartenant pas à la famille un parent, mais dont l’intégration permettait de maintenir l’unité familiale. Elle aboutissait parfois à l’établissement d’une maison marchande autonome. Il est aussi permis de voir dans cette tension l’une des raisons du phénomène qui frappe l’historien travaillant sur des familles de marchands : le peu de temps qui s’écoule entre l’apogée d’une famille marchande et sa disparition de la scène commerciale. André Raymond pointait pour Le Caire du xviiie siècle la fragilité des structures commerciales qu’entraînait leur caractère très personnel. Seul le cas de la famille Šarāybī dont les activités peuvent être suivies sur cinq générations tranchait avec la situation générale de dynasties marchandes ne dépassant pas trois générations12. Cette situation reste celle d’une grande partie des marchands hadramis de Djedda au xixe siècle, à l’exception de quelques familles telles que les Bā Ġaffār et les Bā ‘Išin.

1. LA FAMILLE ET LE RÉSEAU

a. Famille et réseau marchand

Communauté de noms et communauté familiale

  • 13 C. Mayeur-Jaouen, 2013, p. 424.

16Pour suivre dans les sources l’histoire des marchands hadramis de Djedda et celle de leurs familles, c’est le nom de famille (Bā Nāja, Bā ‘Išin, Baġlaf, Saqqāf) qui a été pris comme repère. Ce choix n’a pas été justifié ni même expliqué jusqu’à présent. Le lecteur au fait de l’histoire de la famille dans l’Empire ottoman sait pourtant que ce choix ne va pas de soi. Le nom de famille n’était qu’un élément parmi tous les modes de désignation disponibles à l’époque ; il manifestait une conscience familiale toujours relative à d’autres conceptions. La largeur du groupe qu’il désigne est par ailleurs très variable, et la forme du nom de la plupart des familles rencontrées renvoie à de grands lignages. Catherine Mayeur-Jaouen parle de la famille comme d’un « groupe à géométrie variable, en fonction des moments de la vie, des tâches entreprises, des lieux d’habitat, des personnes concernées et des regards portés sur le groupement par lui-même13 ». Il faut donc préciser ce que recouvre le nom de famille pour les grands marchands hadramis de Djedda et pour leurs activités. Il faut aussi étudier le rapport que le nom établit avec l’ensemble de ceux qui le partagent, du Hedjaz à Java.

  • 14 O. Bouquet, 2012, p. 154-155.

17Dans les sources où apparaissent ces noms, l’époque, le statut de ces hommes et femmes, et leur origine hadramie facilitent en quelque sorte la tâche. Au moment où émergent ces familles, c’est-à-dire au milieu du xixe siècle, les sources les identifient déjà par des noms retrouvés dans les générations successives tout au long de la période étudiée. Le choix de notre objet d’étude est fondé sur cette récurrence des noms dans les sources et sur la possibilité de suivre les générations qui les portent. En se fondant sur les familles de notables qu’elle étudie à Alep et sur les travaux menés en Iraq et en Syrie, Margaret Meriwether écrit que l’usage conscient et constant de ces noms par les membres de l’élite se développe au xviiie siècle dans l’Empire. Plus que la conscience d’un statut particulier, l’adoption de ces noms et leur transmission manifestent d’après elle un sentiment « dynastique » qui met en valeur la forme lignagère (essentiellement patrilinéaire) de la famille et la possibilité de transmettre le statut d’un ancêtre aux générations futures. À Alep comme ailleurs dans l’Empire ottoman, il prend la forme régulière d’un nasab, patronyme qui peut être « laqabisé » et repris par plusieurs générations14.

  • 15 Ibid., p. 123.

18La complexité relevée par Olivier Bouquet dans les différentes formes du nom de famille n’apparaît plus dans les sources disponibles sur les grandes familles hadramies de Djedda à l’époque considérée. Le nom « transmis sur un mode patrilinéaire sur au moins trois générations » était utilisé de façon stable à partir du milieu du xixe siècle dans les documents des tribunaux conservés par ces familles15. Leur reprise par les sources de l’administration ottomane et les diplomates européens atteste d’un emploi public et généralisé. La forme particulière des noms hadramis contribua certainement à cette stabilisation rapide, attestée par les documents du tribunal de la ville dès les années 1830, et à leur identification au sein des familles de l’élite hedjazie. Elle correspond au poids du patronyme relevé par O. Bouquet dans la structuration du nom familial des Ottomans.

  • 16 O. Löfgren, « Bā » (E. I. 2).
  • 17 E. Peskes, « Bā ‘Alawī » (E. I. 3).

19On peut y repérer la formalisation du nom autour de la filiation exprimée par la kunya ou le nasab selon le sens donné au Bā, puisque l’une des hypothèses en fait une déformation de la forme archaïque Abā (père) indiquant la filiation16. Une grande partie des noms rencontrés reprennent, selon cette hypothèse, la forme Abū + ism ou Abū + laqab : Bā Junayd, Bā ‘Ġaffār, Bā Ṭawīl. C’est le cas du lignage des sayyids Bā ‘Alawī dont sont issus les Saqqāf, et dont le nom se réfère à l’origine du lignage : ‘Alawī ibn ‘Ubayd Allāh (ou ‘Abd Allāh), petit-fils du sayyid Aḥmad ibn ‘Isā al-muhājir, dont on rapporte qu’il fut au xe siècle le premier sayyid migrant au Hadramaout17. Pour une grande part de ces familles marchandes hadramies de Djedda au xixe siècle, comme les Bā Nāja, les Bā ‘Išin et les Bā Junayd, le nom rappelle d’autre part l’appartenance au groupe des mašā’iḫ (Introduction). La forme des noms en Bin + ism correspond mieux au modèle des autres provinces arabes de l’Empire ottoman. Bin Lādin, Bin Maḥfūẓ, ne sont que des équivalents du zāde employé par les autres familles ottomanes ou du oğlu qui se répandit dans les noms ottomans au cours des dernières décennies de l’Empire.

  • 18 O. Bouquet, 2012, p. 139-141. Margaret Meriwether utilise ce nom comme un marqueur de statut et un (...)
  • 19 B. Doumani, 1995, p. 63-65.

20Cette stabilité du nom des grandes familles de marchands hadramis peut d’abord être expliquée par l’époque tardive que constitue le xixe siècle, là où Margaret Meriwether considère que les noms des familles de l’élite provinciale de l’Empire ottoman se formalisèrent au xviiie siècle. Le caractère distinctif du nom de famille apparaît clairement et fonctionne comme élément discriminant à Djedda comme ailleurs18. Comme le relève Beshara Doumani à Naplouse à la même époque pour l’élite politique et religieuse, seules les familles qui possédaient un patrimoine symbolique et matériel important pouvaient maintenir un nom de famille stable et y avaient intérêt because family names were, in a sense, a form of property whose value depended on the intimate connections between physical space, economic fortune, social standing, and cultural practice of the household19.

21Dans le cas des familles hadramies, c’est l’extension du lignage qui complique la tâche de définition. La plupart des noms de famille rencontrés étaient répartis sur tout l’océan Indien, et l’on ne saurait déduire de la communauté de nom une communauté d’intérêts ou une relation « familiale » au sens courant de l’adjectif. La présence de Bā Junayd à Surabaya et d’autres à Djedda n’impliquait évidemment pas que ces branches se soient connues, et encore moins qu’elles aient participé à des activités communes. Même à l’échelle du Hedjaz, il est difficile de déterminer les liens de parenté entre la famille de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja et celle des Karāma Bā Nāja à laquelle appartenait son kātib (secrétaire), ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja. La situation est encore plus compliquée pour les lignages nombreux des sayyids ‘alawis comme les Saqqāf. À l’époque du Grand Chérif Husayn, il existait au sein de la notabilité hedjazie au moins deux groupes familiaux du lignage des Saqqāf, mais il est extrêmement difficile de repérer des actions communes de leur part. L’un était issu de la famille de l’entrepreneur établi à Singapour dès 1824, ‘Abd al-Raḥmān al-Saqqāf, dont les descendants étaient actifs dans le commerce de Djedda et servaient de correspondants aux Bā Nāja. L’autre descendait de ‘Alawī al-Saqqāf, dont les fils furent l’un šayḫ al-sāda de La Mecque et l’autre secrétaire du Chérif Husayn. Mais rien n’est dit sur les relations de la branche de ‘Alawī avec celle de ‘Abd al-Raḥmān. Les deux groupes se réclamaient pourtant, par leur nom partagé et leur statut de sayyid, d’ancêtres communs : ‘Abd Allāh ibn Abī Bakr ibn ‘Abd al-Raḥmān al-Saqqāf (m. 1461), fondateur du lignage saint des ‘Aydarūs, et le Prophète lui-même par ‘Alī et Ḥusayn.

  • 20 M. Meriwether, 1999, p. 17.
  • 21 E. Ho, 2002.

22L’exemple des Saqqāf est un cas d’école puisqu’il s’agit d’une famille de sayyids particulièrement vaste, et qui se revendique autant d’un établissement au Hadramaout que d’une origine mecquoise. Encore faut-il préciser qu’il ne s’agit pas d’opposer ici la famille élargie à la famille nucléaire, ou le lignage (al-‘ā’ila selon les termes en usage relevés dans les années 1920 chez les familles syriennes musulmanes par Kazem Daghestani) à ses subdivisions (bayt, dār)20. Il est désormais bien établi que ces formes ne s’excluaient pas, mais qu’elles se succédaient, voire coexistaient la plupart du temps dans les parcours familiaux. Le partage d’un nom par les familles hadramies manifeste plutôt le raffinement des structures de la parenté qui pouvaient être mobilisées, selon les besoins. Engseng Ho l’a montré au sujet des familles de sayyids hadramis. Les noms des descendants du Prophète émigrés en Asie, leur inscription dans une généalogie élargie (prophétique) et leur transmission par les mariages ou leur usurpation permettaient aux sayyids d’articuler l’intégration et leur rôle local auprès des pouvoirs malais et indonésiens du xviiie siècle à l’appartenance à un univers irréductible aux États en cours de constitution, qui garantissait leur statut éminent21.

  • 22 M. Meriwether, 1999, p. 53 ; D. Sabean et S. Teuscher, 2011, p. 4-5.

23Dans le cas des familles marchandes étendues sur plusieurs régions, l’approche par le patrimoine permet de préciser l’organisation et l’extension variables de la parenté que recouvre le terme de famille. Les patrimoines transmis au sein de la famille constituaient les capitaux des maisons marchandes. Ils appartenaient à des individus et étaient légués selon la relation individuelle d’une personne avec le défunt, non par l’appartenance au lignage. Le patrimoine, sa circulation et sa transmission structuraient un groupe d’ayants droit au sein de la famille et organisaient leurs relations selon les exigences du négoce22. Pour ces familles marchandes, le bayt était le cœur de leurs activités et ce qui fondait la solidarité concrète de leurs membres par le partage des capitaux. Cette solidarité était souvent rendue concrète par le partage d’un même toit, au moins jusqu’au début du xxe siècle pour ces grandes familles, même si les larges ou hautes demeures n’empêchaient pas la reproduction d’unités réduites en leur sein. La subdivision du lignage que constituait la branche ou la « maison » recoupait l’entreprise commerciale fondée sur un patrimoine partagé entre les héritiers légaux. C’est d’ailleurs bien une šarika que constituèrent les héritiers de Yūsuf Bā Nāja pour administrer son héritage et le waqf qu’il avait fondé. En 1946, un peu plus de huit ans après la mort de ‘Abd al-Raḥmān, ses héritiers étaient encore réunis par la « maison marchande (al-bayt al-tijārī) » fondée sous le nom de « ’Abd al-Raḥmān Yūsuf Bā Nāja ». La précision du nasab dans le nom de la maison marchande ne relevait pas que de l’habitude. Elle reconnaissait et rappelait que l’établissement était l’héritier de Yūsuf Bā Nāja et fondé sur son patrimoine. Cette filiation au sein d’un groupe réduit (le bayt dans son acception familiale et économique) garantissait le bénéfice du patrimoine et la réputation des héritiers.

  • 23 O. Bouquet, 2012, p. 143.
  • 24 P. Ghazaleh, 2010, p. 98.

24Cette centralité du bayt n’empêchait nullement le recours au groupe élargi porteur du même nom, y compris pour l’associer aux activités familiales, y trouver des épouses et des maris. Les familles qui partagent un nom peuvent fonctionner « aussi bien comme groupes réels que comme lieux symboliques, comme solidarités horizontales (fratries et au-delà) autant que comme lignages, bref comme familles élargies, solidifiées autour d’un nom gardé en partage par plusieurs chefs de ménages », rappelle O. Bouquet au sujet des grandes familles turques23. L’association des Karāma Bā Nāja illustre les liens de la maison de Yūsuf avec les autres branches du lignage, son inscription au sein d’un groupe large, puisque des mariages entre les deux branches sont repérables à chaque génération et se conjuguaient à des associations commerciales et financières. Enfin, une maison comme celle des Bā Nāja de Djedda pouvait aussi intégrer des membres étrangers au lignage et en faire les porteurs du même nom. Si l’on cherche aujourd’hui des Bā Nāja actifs dans l’économie saoudienne, on trouve d’abord des Bā Nāja dont le nasab mentionne Sufyān plutôt que Yūsuf. Le nom de famille n’est pas usurpé, puisqu’il a été accordé par la famille de Yūsuf elle-même, et plus précisément par ‘Abd Allāh ibn Yūsuf, dont Sufyān fut l’esclave puis l’affranchi, l’agent et le gestionnaire d’une grande partie des affaires et des propriétés. Pascale Ghazaleh a déjà noté ce phénomène de « rupture des liens de sang » dans la transmission du nom de famille, qui donnait aux esclaves le rôle central dans la perpétuation de la maison constituée par leur maître24.

  • 25 Une comparaison des marchands juifs séfarades et des marchands arméniens à l’époque moderne relève (...)

25Le prisme que fournit cette documentation ne résume certes pas la réalité de la famille pour ses membres. Les sources utilisées mettent en valeur le rôle du patrimoine et de sa transmission au sein d’un groupe familial structurellement restreint aux ayants droit, et c’est cette perspective qui est prise pour point de départ. Ce prisme permet de voir ce que recouvre la communauté de nom : la géométrie variable de la famille, polarisée par une maison restreinte que délimite le patrimoine transmis et partagé, géré par le chef de la maison ou branche du lignage. L’examen du groupe de parenté structuré par le partage d’un patrimoine, des mariages et de la façon dont des étrangers pouvaient être associés et intégrés à ce groupe révèle l’organisation économique d’une communauté marchande. Il permet notamment d’expliquer le maintien de structures familiales de commerce à côté des institutions modernes du négoce et l’adaptation des premières aux secondes25.

26Il ne suffit donc pas de porter le même nom d’un côté et de l’autre de la mer Rouge ou de l’océan Indien pour participer à des activités communes et former un groupe ou un réseau – en dépit de conclusions au sujet des Hadramis de l’océan Indien trop souvent formulées de façon incomplète. Il reste encore difficile d’affirmer que l’on assiste dans l’océan Indien comme en mer Rouge au xixe siècle à la réussite d’un groupe et de familles plutôt que d’individus et de maisons. Cela dit, la répartition géographique organisée des familles hadramies est attestée dans plusieurs cas où l’on peut préciser les liens spécifiques qui unissent les porteurs d’un même nom. Cette distribution géographique permet d’entrer dans le fonctionnement et le rôle des liaisons familiales pour les entreprises. Contrairement à ce que l’on peut attendre de la part de frères ou de cousins, une telle répartition familiale ne faisait pas systématiquement partie d’une stratégie économique de maison marchande. Les branches pouvaient rapidement devenir autonomes, et l’appartenance à une même famille n’entraînait pas nécessairement l’association commerciale. À côté de la fonction économique éventuelle, la distribution géographique des familles marchandes hadramies pouvait leur permettre, parfois, de survivre à de graves crises politiques.

Le lignage d’un bout à l’autre de la mer Rouge

  • 26 J. Ewald et W. Clarence-Smith, 1997.
  • 27 Cl. Lemercier, 2007, p. 18.

27Le rôle des Hadramis dans l’économie de la mer Rouge est un fait connu des historiens, et souvent décrit par la notion de diaspora, comme le font William G. Clarence-Smith et Janet Ewald dans une contribution de 199726. L’évocation d’un ensemble de Hadramis engagés dans le commerce de la mer Rouge entre 1820 et 1930 et portant le même nom fournit certes un tableau saisissant de leur rôle économique et des indices sur de possibles communautés d’affaires. Ce sont les liens spécifiques qui unissent les membres d’un même lignage, la façon dont ces liens sont mobilisés pour des entreprises communes, et la répartition des tâches de ces membres qui permettent de parler de réseaux familiaux et de « stratégies familiales27 ». Trois cas de familles peuvent éclairer les liens plus ou moins distants entretenus par les membres d’un même lignage (‘ā’ila) réparti en mer Rouge.

28La famille Bā Junayd est un premier exemple de lignage retrouvé au même moment sur les deux rives de la mer Rouge. Son cas illustre la difficulté d’établir les liens spécifiques liant des figures connues à la même époque, qui se sont nécessairement croisées ou se connaissaient.

  • 28 Salnāme-i Devlet-i ‘Āliyye, années 1320 (p. 494-500) à 1329 (p. 630-632) ; ‘A. al-Mu‘allimī, 2000, (...)
  • 29 L’ouléma mecquois dont le frère fut le représentant du chérif Ḥusayn en Égypte avant de se rallier (...)
  • 30 Sur Aḥmad ibn Abī Bakr Bin Sumayṭ : A. Bang, 2003.
  • 31 Entretien avec Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011, Riyad.

29La famille est d’abord connue au Hedjaz par l’une des figures les plus éminentes du lignage, le cheikh ‘Umar ibn Abī Bakr ibn ‘Abd Allāh Bā Junayd (m. 1354/1935-1936). Après quelques années au Hadramaout, il partit à un jeune âge avec son père pour La Mecque. Il y fut l’élève de sayyids hadramis comme Muḥammad ibn Sa‘īd Bā Buṣayl (m. 1911-1912) venu lui aussi du Hadramaout au Hedjaz où il fut mufti chaféite de La Mecque de 1320/1902-1903 à sa mort. ‘Umar Bā Junayd prit aussi pour maître Aḥmad ibn Zaynī Daḥlān (m. 1886), mufti chaféite précédent à La Mecque, très influent au sein des oulémas hadramis et intégré à leurs réseaux savants et soufis28. Il étudia auprès d’eux, entre autres, la grammaire, l’éloquence, la logique (al-manṭiq), le fiqh et l’interprétation (tafsīr), puis enseigna à son tour dans l’enceinte du Ḥaram. ‘Umar Bā Junayd eut alors pour étudiants de nombreux autres sayyids hadramis et oulémas, comme ‘Abd al-Hamīd al-Ḫatīb (m. 1961)29, ‘Alī bin Muḥammad Sa‘īd Bā Buṣayl, le mufti chaféite de La Mecque (m. 1353/1934-1935) et Aḥmad ibn Abī Bakr Bin Sumayṭ30. S’il figure bien dans les généalogies des Bā Junayd que j’ai rencontrés à Djedda, le cheikh ‘Umar n’y est qu’un ancêtre très éloigné en termes de degré de parenté. Il est cependant régulièrement mentionné dans l’histoire que l’ancien homme d’affaires Aḥmad Muḥammad Bā Junayd écrit à propos de sa famille. Le père de ce dernier ne s’installa qu’au début des années 1940, à Djedda. Il avait l’habitude d’être l’imam des prières qui avaient lieu pendant la journée de travail, dans la mosquée voisine de son bureau, et son lien familial avec le cheikh ‘Umar est souligné pour rappeler le rôle religieux transmis au sein du lignage des Bā Junayd31.

  • 32 A. al-Ḥaḍrāwī, 1423/2002, p. 55-56.
  • 33 J. Miran, 2009, p. 196 et p. 243 ; A. al-Ḥaḍrāwī, 2002, p. 55.

30Le lignage de Bā Junayd était aussi lié par une partie de ses membres à la confrérie Šāḏiliyya, dont une zāwiya avait été construite dans le quartier de Yaman à Djedda, en 1279/1862-1863, par le sayyid Muḥammad ibn Muḥammad al-Fāsī al-Šāḏilī al-Maġribī32. Vers 1887, le grand marchand et propriétaire immobilier de Massaoua ‘Abd Allāh Bā Junayd fut expulsé vers Djedda après avoir mené l’opposition d’un groupe de notables et marchands chaféites affiliés à la Šāḏiliyya contre la confrérie Ḫatmiyya, dont la direction était assurée par la famille Mirġanī dans le port africain. Le conflit dans lequel s’était engagé ‘Abd Allāh Bā Junayd relevait d’une lutte d’influence passant par la mobilisation des réseaux commerciaux, familiaux, religieux et confrériques qui se recoupaient : à Djedda, ‘Abd Allāh pouvait aisément retrouver des membres de sa famille, des partenaires commerciaux, ainsi que la confrérie à laquelle il appartenait et qui était bien implantée dans le port hedjazi, d’après Aḥmad al-Ḥaḍrāwī33.

31Comme d’autres familles marchandes, les Bā Junayd représentent un cas de répartition familiale des tâches pour la conduite du négoce entre les deux rives de la mer Rouge : celui de ‘Alī Bā Junayd, l’un des deux principaux négociants de Massaoua dans les années 1850, dont le frère Muḥammad était le correspondant à Djedda.

  • 34 Yawmiyyāt mutaḥāṣilāt Kumruk Bāb al-Naṣr, 3043-000935 (novembre-décembre 1853), 3043-000905 (janvie (...)

32Les registres de la douane de Bāb al-Naṣr des années 1850-1860 au Caire enregistrent régulièrement l’activité d’un Sa‘īd Bā Junayd (en 1853 et en 1862 par exemple), d’un Junayd Bā Junayd et d’un ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd34. Les réclamations des maisons grecques après les destructions de 1858 à Djedda mentionnaient quant à elles un ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd et un Sa‘īd Bā Junayd, décrits comme d’importants marchands commerçant avec le Hedjaz et habitant dans le quartier de Gamaliyyeh – c’est-à-dire à proximité de Bāb al-Naṣr. Il est donc probable que Sa‘īd et ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, signalés pour leurs activités au Caire au passage de la douane de Bāb al-Naṣr (un quartier où les recensements égyptiens de 1848 et 1858 signalent une forte présence de marchands hadramis), soient liés au commerce du Hedjaz, notamment par le biais des maisons grecques. Je n’ai trouvé aucune information sur leur présence éventuelle à Djedda, ni d’attestation de leur résidence dans les recensements égyptiens.

  • 35 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.
  • 36 Maḥkamat al-Jamāliyya al-šar‘iyya, dossier 328 (1018-001201), 8/08/1332 (2/07/1914), et dossier 449 (...)
  • 37 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 276-277.

33Pour trouver des Bā Junayd en Égypte et au Hedjaz dont les liens de parenté sont connus, il faut partir de Djedda et de la famille de ‘Abd al-Bāsiṭ. Deux de ses fils, Junayd et Muḥammad, s’établirent définitivement à Djedda d’où ils étendirent leur commerce au Caire, tandis que d’autres se dirigèrent vers l’Indonésie et Aden. La généalogie dressée par l’un de leurs descendants mentionne deux fils de Muḥammad partis au Caire. Elle peut être recoupée par d’autres sources35. L’existence dans le quartier cairote de Gamaliyyeh d’une wakāla et d’une maison des Bā Junayd descendants de ‘Abd al-Bāsiṭ est en effet attestée. On retrouve ce maḥall tijārī (magasin au sens large) mentionné dans les archives du tribunal de ce quartier en 1914 et encore en 1938. En 1914, Zaynab bint Ismā‘īl al-Ta‘āl apparaît dans un registre avec sa fille, « Fāṭima bint al-šayḫ ‘Umar Muḥammad Bā Junayd ibn al-marḥūm al-šayḫ Muḥammad Bā Junayd ibn ‘Abd al-Bāsiṭ ». Les deux femmes déléguaient la direction du magasin dont elles avaient hérité à leur fils et frère « Sālim, [du groupe] des marchands au Caire, fils du défunt cheikh ‘Umar Muḥammad Bā Junayd fils du défunt Muḥammad Bā Junayd fils de ‘Abd al-Bāsiṭ36 ». La précision du nasab et sa correspondance avec l’arbre généalogique évoqué laissent peu de doutes sur l’identité familiale. Lorsque le sayyid Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī visita Le Caire en 1910, c’est d’ailleurs dans la maison d’un ‘Umar Bā Junayd qu’il allait prier pendant les nuits du Ramadan (ṣalāt al-tarāwiḥ) avec de nombreux autres hôtes37. Sālim, le fils du cheikh ‘Umar Bā Junayd, s’établit aussi au Caire. De façon intéressante, l’acte du tribunal de 1938 mentionnant le magasin de la famille décrit Sālim comme négociant (tājir) mais aussi comme propriétaire immobilier (min ḏū al-amlāk), signe probable d’un enracinement urbain qui n’apparaissait pas dans l’acte de 1914 déjà cité.

  • 38 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.
  • 39 D. Hogarth, 1978, p. 63 ; Ḥijāz vilāyet salnāmesi, 1301/1883-1884 et 1305/1887-1888.

34Alors que son père avait épousé la fille d’un négociant cairote (Ismā‘īl al-Ta‘ālā ibn ‘Abd al-Ta‘ālā), Sālim Bā Junayd s’était marié au sein d’une famille hadramie bien installée au Caire comme la sienne et dont le lignage était réparti de la mer Rouge jusqu’au Golfe : les Bā Zar‘a, dont le caravansérail peut encore être visité dans le quartier de Gamaliyyeh. De cette épouse, il avait eu six enfants qui restèrent tous au Caire38. David George Hogarth mentionna probablement une maison marchande du lignage de l’épouse de Sālim en 1917 sous le nom de « Bā Zar’za », à qui il attribuait une origine familiale en Haute-Égypte. La maison était selon Hogarth présente dans la moitié nord de la mer Rouge, à Suez, Alexandrie, et à Djedda où elle était dirigée par Aḥmad Bā Zar‘a – qui est peutêtre le marchand du même nom déjà membre du tribunal commercial puis du conseil d’administration du liwā’de Djedda entre 1883 et 188839.

  • 40 D. Hogarth, 1978, p. 58 ; al-Qibla, 267, 25/03/1919, et 705, 19/07/1923.
  • 41 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.

35À Djedda, les cousins de ‘Umar et fils de Junayd Bā Junayd étaient aussi d’importants marchands. ‘Abd al-Raḥmān ibn Junayd (m. 1368/1948-1949) possédait plusieurs sambouks. Il était même soupçonné pendant la Première Guerre mondiale de pratiquer la contrebande d’armes en mer Rouge à côté de ses autres activités commerciales plus licites. Dans les listes publiées par le journal al-Qibla lors des collectes de charité, il apparaît comme l’un des principaux donateurs40. ‘Abd al-Raḥmān avait des liens commerciaux importants avec l’Égypte, mais rien n’indique que son cousin et ses neveux cairotes fussent intégrés à ses propres entreprises. S’il possédait lui aussi une wakāla au Caire, jusqu’aux années 1930, c’était l’un des ses fils, ‘Abd al-Qādir, qui en était le gestionnaire sur place41. Lorsque le magasin du Caire fut fermé, ‘Abd al-Qādir revint à Djedda où il mourut en 1974-1975.

  • 42 Inventaires, archives privées Bā Junayd, Djedda.

36Si les branches commerciales de la famille semblent autonomes – ce qui n’empêchait en rien la conduite d’affaires en commun – et de plus en plus indépendantes, les descendants de ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd étaient cependant réunis par un ensemble de propriétés immobilières acquises en commun au cours des années 1860-1870. Un inventaire des archives privées de la famille mentionne une série d’achats de terrains et de bâtiments dans les quartiers de Šām et de Yaman par Junayd ibn ‘Abd al-Bāsiṭ et son frère ‘Alī. Ces achats sont à chaque fois réalisés par l’un des frères au nom de tous les fils de ‘Abd al-Bāsiṭ (‘an nafsihi wa wakālatan ‘an bāqi warṯat ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd)42. Les fils de ‘Abd al-Bāsiṭ avaient donc conservé des liens forts après leur arrivée à Djedda au milieu du xixe siècle, redoublés par des investissements immobiliers communs. Ce fut au cours de la seconde génération, quand leurs propres enfants établirent des maisons autonomes au Caire et au Hedjaz, que les liens se distendirent et que les branches devinrent de plus en plus distinctes. L’impossibilité de consulter les archives de la famille empêche de savoir ce qu’il advint des parts de chacune des branches dans les propriétés immobilières de Djedda, et si ces propriétés maintinrent un lien patrimonial entre les branches.

  • 43 Yawmiyyāt mutaḥāṣilāt Kumruk Bāb al-Naṣr, 3043-000935 (novembre-décembre 1853), 3043-000912 (août-s (...)
  • 44 FO 195-580, messieurs Duca Paleologo, Cochilani and Company, Le Caire, 12/08/1858.

37Aux côtés des Bā Junayd, le nom des Bā Ġaffār apparaît régulièrement dans les registres de la douane de Bāb al-Naṣr. Deux marchands sont enregistrés dans les années 1850-1860 : « ‘Abd Allāh ibn ‘Umar Bā Ġaffār » et « Aḥmad Bā Ġaffār43 ». Comme elle l’avait fait pour ‘Abd al-Raḥmān et Sa‘īd Bā Junayd, la maison grecque Duca Paleologo Cochilani and Co. avait réclamé en 1859 de l’argent à Aḥmad Bā Ġaffār, lui aussi engagé dans le commerce avec Djedda et décrit comme grand marchand du quartier de Gamaliyyeh44. ‘Abd al-Ġaffār, le chef des grands marchands de Djedda en 1858 et propriétaire de sambouks, avait bien un frère qui s’appelait Aḥmad. La récurrence de l’ism Aḥmad au sein de la famille (et en général) d’une part, et l’absence d’informations sur Aḥmad d’autre part interdisent cependant tout rapprochement – faute de sources plus précises. En revanche, la présence des descendants du šahbandar ‘Abd al-Ġaffār au Caire peut être établie avec plus de fondements au début du xxe siècle.

  • 45 Maḥkamat al-Jamāliyya al-šar‘iyya, 1018-001214, 4/05/1926, p. 4-9.
  • 46 Reconstitution chronologique faite avec Hind Bā Ġaffār, à l’aide de l’arbre généalogique réalisé pa (...)
  • 47 CADN 2MI3298, consulat de France, Djedda, 29/06/1930.
  • 48 Umm al-Qurā, 1346, 19/01/1951, p. 2.

38Peu après la mort de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja dans sa maison du Caire en 1925, son frère ‘Abd al-Raḥmān et son épouse (zawja et ḥurma dans le document) Miṣbāḥ firent l’inventaire de ses propriétés en Égypte. Deux autres personnes assistèrent à l’enregistrement par le juge : Abū Bakr ibn Muḥammad ibn Aḥmad Bā Ġaffār, présenté comme grand propriétaire (min ḏū al-amlāk), et ‘Umar ibn ‘Abd al-Qādir ibn Aḥmad Karāma Bā Nāja45. Tous deux habitaient dans des maisons voisines de la grande demeure familiale des Bā Nāja, dans le même arrondissement du chic et moderne quartier cairote ‘Abbassiya. La présence d’Abū Bakr Bā Ġaffār relève d’une proximité forte entre deux familles djeddawies qui habitaient aussi dans le même quartier (Šām) à Djedda. Elle indique aussi la présence au Caire d’une au moins des principales branches de la famille de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār de Djedda. Abū Bakr, fils de Muḥammad et petit-fils d’Aḥmad, était probablement l’arrière-petit-fils du šahbandar ‘Abd al-Ġaffār46. Il fut à la tête de la municipalité de Djedda en 1923, comme wakīl ra’īs al-baladiyya. Mentionné comme ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd dans les listes d’al-Qibla parmi les principaux donateurs aux collectes charitables, il était encore signalé dans les années 1930 comme l’un des grands marchands de Djedda auxquels le consulat de France suggéra d’envoyer un exemplaire de l’Indicateur de la production française47. Son fils aîné Aḥmad indiqua dans le journal Umm al-Qurā qu’il reprenait à son nom l’établissement commercial de son père à Djedda en 1951, mais l’absence de mention d’activités en Égypte suggère que la propriété familiale dans le quartier de ‘Abbassiya devait être un pied-à-terre résidentiel plutôt qu’un siège commercial48. Lors de l’inventaire des biens de ‘Abd Allāh Bā Nāja en 1925, Abū Bakr était d’ailleurs présenté seulement comme « propriétaire », sans la mention tājir (négociant), à la différence de l’autre témoin pour qui les deux caractéristiques étaient rappelées.

39Si la présence des descendants du šahbandar ‘Abd al-Ġaffār au Caire, manifestée par la propriété immobilière, est très probable, rien n’indique qu’elle était liée aux activités commerciales de la famille à Djedda. En revanche, elle illustre encore ce trait récurrent de la notabilité marchande de Djedda : l’entretien de résidences dans les quartiers huppés du Caire. Pour les Bā Ġaffār, cette résidence répliquait dans la capitale égyptienne les affinités avec les familles de Djedda comme les Bā Nāja. Pendant les deux premières décennies troublées du xxe siècle, ces résidences et attaches familiales de l’autre côté de la mer Rouge purent aussi servir de refuge aux marchands, et d’investissement à leurs économies.

40L’impressionnant inventaire des propriétés immobilières au Caire et des terres agricoles dans le delta qu’il avait acquises indique que le grand marchand ‘Abd Allāh Bā Nāja avait fait de son installation en Égypte un véritable projet économique. Réalisé après sa mort par son frère et son épouse, cet inventaire est le résultat du négoce qu’il menait en son nom propre et de l’investissement de la part des bénéfices qui lui revenaient dans le cadre de la šarika qui l’associait à son frère cadet ‘Abd al-Raḥmān et aux descendants de son frère aîné Muḥammad. L’investissement est d’autant plus intéressant qu’il apparaît au moment d’une crise politique majeure au Hedjaz, qui avait conduit un grand nombre de familles marchandes à quitter temporairement Djedda (chapitre iv). ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja pouvait gérer au Caire une part importante des activités commerciales de la famille en échappant aux pressions du chérif Ḥusayn sur les marchands. Les investissements réalisés en Égypte y étaient à l’abri des troubles connus par le Hedjaz. Son frère ‘Abd al-Raḥmān gérait la partie hedjazie et les propriétés familiales à Djedda et à La Mecque, et Aḥmad, le fils de ‘Abd al-Raḥmān, avait l’oreille du Grand Chérif dont il était le secrétaire.

  • 49 Lettre de Muḥammad Ṭawīl, Djedda, à ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, Djedda, 26/11/1338 (11/08/1920), commun (...)
  • 50 Lettre de Salīm Ḫunjī, Calcutta, à ‘Abd Allāh Bā Nāja, 18/06/1338 (11/03/1920), archives privées Bā (...)

41En août 1920, Muḥammad Ṭawīl, le gérant de la douane de Djedda, écrivit à ‘Abd al-Raḥmān à propos d’un projet d’entreprise commerciale (šarika) à laquelle participaient plusieurs négociants de Djedda49. L’entreprise avait pour but de commercialiser des « automobiles » achetées en Égypte. Muḥammad Ṭawīl demandait à ‘Abd al-Raḥmān d’intervenir auprès de son frère ‘Abd Allāh pour que ce dernier intervienne lui-même auprès du marchand égyptien auprès de qui les associés prévoyaient d’acheter les voitures, Ḥasanīn Muḥammad al-Ṣabbān. La connaissance de ‘Abd Allāh des milieux négociants cairotes était sollicitée. Des liens d’affaires avec les marchands du Caire et en particulier avec les négociants hadramis comme les Bā Zar‘a apparaissent aussi à plusieurs reprises dans la correspondance commerciale des Bā Nāja en 1919-1920 et dans les comptes tenus dans les années suivantes par ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja. Dans les années 1930, une partie des propriétés immobilières des Bā Nāja au Caire étaient louées aux négociants Ṣādiq et Ḥusayn Bā Zar‘a, deux partenaires de la maison marchande ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja50.

  • 51 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ, Djedda, à ‘Abd Allāh, 18/02/1338 (12/11/1919), archives privées Bā Nāja.

42‘Abd al-Raḥmān était alors au Caire auprès de son frère. En l’absence de son père, le second fils de ‘Abd al-Raḥmān représentait à Djedda la maison marchande, dont il informait les chefs « comme il convient » – selon les termes du courrier de Muḥammad Ṭawīl. À cette époque, la distance prise par l’aîné Aḥmad avec sa famille avait fait du second fils de ‘Abd al-Raḥmān l’associé naturel de son père. Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja n’avait pas pour autant un pouvoir illimité sur les activités qu’il gérait. Lorsque le projet de šarika avait été lancé au cours d’une réunion des négociants djeddawis à la municipalité dans la soirée du 10 novembre 1919, Muḥammad Ṣāliḥ avait refusé de suivre les autres participants en souscrivant des parts. Il le souligna dans le compte rendu qu’il adressa à son oncle ‘Abd Allāh deux jours plus tard : lorsque la feuille de souscription lui avait été tendue, il avait déclaré ne pas pouvoir souscrire et expliqué que ses « maîtres et aînés » étaient absents, qu’il n’en était que le « serviteur » et qu’il ne pouvait agir sans recevoir leur autorisation et leur ordre. C’est Muḥammad Ṭawīl qui avait alors souscrit 300 parts dans la société pour ‘Abd Allāh, en attendant que Muḥammad Ṣāliḥ obtienne l’approbation de son oncle51.

43Muḥammad Ṭawīl tenait donc parfaitement compte du fonctionnement d’une maison marchande comme celle des Bā Nāja de Djedda, de la position hiérarchique de chacun de ses membres dans cette maison et de l’utilité économique de leur répartition géographique.

44Quant aux raisons de la présence de ‘Abd al-Raḥmān au Caire, qui avait plus de 60 ans en 1920, on ne peut que supposer que, à l’instar des riches retraités saoudiens actuels, il avait préféré passer l’été loin de la chaleur djeddawie. À côté de leur utilité économique, les séjours plus ou moins prolongés des marchands hadramis de Djedda et de leur famille dans leurs résidences cairotes avaient une évidente dimension récréative. Ils étaient d’autant plus confortables que la sociabilité et parfois même les relations de voisinage entretenues à Djedda pouvaient y être maintenues.

  • 52 K. Cornwallis, 1976, p. 94 ; al-Qibla, 23, 2/11/1916, p. 3. Les sources ne permettent pas de précis (...)

45La maison marchande des Bā Jubayr était elle aussi connue dans la mer Rouge. Kinahan Cornwallis la mentionna dans le rapport sur la région du ‘Asīr qu’il rédigea pour l’Arab Bureau du Caire en 1916. Comme la maison Bā Nāja, les différents membres de la famille étaient associés en tant que partenaires et répartis autour de la mer Rouge. Sālim, le chef de la maison, et ‘Umar Bā Jubayr résidaient à Djedda où ils figuraient parmi l’élite marchande du port. ‘Umar fit partie de la délégation djeddawie qui se rendit à La Mecque en novembre 1916 pour prêter serment d’allégeance au roi Ḥusayn. Muḥammad Bā Jubayr était établi dans le port yéménite de Midi, et ‘Abd Allāh Bā Jubayr dans le port d’al-Qunfuḏa. La maison marchande intégrait aussi des associés extérieurs à la famille, notamment des agents à Aden et Jizan52. Ce réseau dense permettait aux Bā Jubayr de mener de fructueuses opérations commerciales en mer Rouge, y compris la contrebande d’armes. D’autres familles comme les Bā Junayd, les Bā Zar‘a et les Bā Ġaffār avaient adopté un fonctionnement similaire, au moins tant que les liens entre leurs membres restaient assez resserrés pour servir de structures à des entreprises économiques.

b. Les parents et les autres

La proximité de l’affranchi

  • 53 M. Oualdi, 2011, p. 125.

46Les affaires familiales de ‘Abd Allāh et son frère ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja ne reposaient cependant pas uniquement sur eux-mêmes et leurs enfants. Le groupe du bayt pouvait inclure d’autres membres du lignage et des alliés. Il pouvait aussi intégrer des esclaves affranchis que leurs talents, leur long et fidèle service, l’association au groupe familial et à ses affaires de tous ordres, ou encore l’affection du maître avaient rendus si proches de la famille qu’ils en étaient devenus indissociables. On retrouve là un mécanisme d’association au groupe familial, l’une de ces « extensions maîtrisées d’une conception large de la parenté » qui se traduisent par l’évolution du nom de l’ancien esclave et qu’a étudiées M’hamed Oualdi pour les mamelouks de Tunis53.

  • 54 A. Raymond, 1974, p. 414 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 456.
  • 55 FO 371/16878, British Consulate, Djedda, 19/06/1933.

47Au sein des familles marchandes, l’association à la parenté de l’affranchi favori du chef de famille est aussi un cas rencontré parmi les négociants du Caire jusqu’au début du xixe siècle54. Dans les grandes familles marchandes hadramies de Djedda, le cas de Sufyān ibn ‘Abd Allāh al-Ḥabašī, esclave affranchi de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja, est éclairant. Dans une liste des personnalités produite par le consulat britannique à Djedda en 1933, Sufyān apparaît significativement avec seulement trois autres Bā Nāja : ‘Abd al-Raḥmān et deux de ses fils, Aḥmad et Muḥammad Ṣāliḥ55. Ce sont là les principales figures de la maison Bā Nāja : le patriarche, son fils aîné qui était une figure politique importante du Hedjaz, son second fils dont on a vu le rôle dès les années 1920. Dans ce groupe restreint, Sufyān est présenté comme l’esclave et le « seul gérant » de la propriété familiale. Aux côtés de Muḥammad Ṣāliḥ qui ne devait pas avoir les talents commerciaux de son père et de son oncle défunt, Sufyān était le véritable successeur de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, alors âgé de plus de 70 ans, à la tête des affaires familiales.

  • 56 Umm al-Qurā, 5/06/1931, dans FO 967-41, British Consulate, Djedda, 12 ( ?)/07/1931.
  • 57 Umm al-Qurā, 134, 8/01/1346 (8/07/1927) ; wa huwa min kibār al-jama ‘a wa naḥtaj lahu fi ba‘ḍ al-um (...)

48Cette position mérite quelques explications. Elle était le résultat d’un parcours original de l’affranchi au sein de la maison des Bā Nāja, et ne se limitait pas au seul groupe familial. Dans les années 1930, Sufyān était déjà depuis longtemps l’un des principaux notables du Hedjaz. En 1931, il fit partie des notables « représentants » de Djedda à la conférence nationale du Hedjaz réunie à La Mecque par le roi ‘Abd al-‘Azīz pour calmer les tensions suscitées par la conquête najdie. Sufyān y côtoyait le fils du frère de son « patron », Muḥammad Ṣāliḥ, et d’autres notables comme Muḥammad Naṣīf et les plus grands négociants de Djedda, comme Sulaymān Qābil, Muḥammad Ṣāliḥ Jamjūm, Aḥmad Bā ‘Išin et ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā56. Sa proximité avec le roi avait été signalée officiellement dès le mois de juillet 1927. Il avait alors été nommé pour faire partie du comité chargé de mettre en place le nouvel ordre moral à Djedda (lajnat al-taftīš wa al-iṣlāḥ) avec sept personnalités proches du roi et figures de l’establishment saoudien au Hedjaz, comme ‘Abd al-Raḥmān al-Quṣaybī, Muḥammad Ṣāliḥ Naṣīf, Ḥāfiẓ Wahba et Fu’ād Hamza. Deux mois plus tard, le roi ‘Abd al-‘Azīz enjoignait à son fils Fayṣal, vice-roi du Hedjaz, de recevoir Sufyān qui réclamait une entrevue et de le traiter avec égards « parce qu’il fait partie des membres éminents du peuple et que nous avons besoin de lui dans certaines affaires57 ».

  • 58 P. Ghazaleh, 2010, p. 73-74.
  • 59 M. Oualdi, 2011 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 74-75.

49Comme pour d’autres affranchis, les premiers pas de Sufyān à Djedda restent inconnus. Son nom (ism) était peut-être la seule marque qu’il ait gardée de son enfance, à moins qu’il ne lui ait été conféré lors de sa conversion à l’islam. Sufyān était en effet un esclave africain, importé de la côte éthiopienne, d’après la nisba de ḥabašī (d’Abyssinie) qu’il avait conservée. Il pouvait donc avoir été chrétien avant d’arriver au Hedjaz et être devenu « fils de l’esclave de Dieu (ibn ‘Abd Allāh) » comme les autres esclaves convertis58. Le maintien dans le nom de l’esclave affranchi d’une mention de l’origine était aussi un trait courant pour les mamelouks dans le monde musulman de l’époque59. Cette origine plaçait Sufyān dans le flot commun des esclaves transitant par les marchés de Djedda et surtout de La Mecque, et non pas dans la catégorie particulière des esclaves (hommes comme femmes) de peau blanche, importés des régions des Balkans et du Caucase, comme Ṣāliḥ Jawhar (chapitre ii) ou comme l’épouse de son patron ‘Abd Allāh, Miṣbāḥ la « Circassienne ».

  • 60 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 248.

50Pendant le mois de rajab 1328/juillet-août 1910, Sufyān ibn ‘Abd Allāh Bā Nāja al-Ḥabašī avait accueilli le cheikh Bin Muḥammad al-Ḥabašī à Istanbul. La description de Sufyān par le sayyid hadrami comme l’« un des esclaves de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja » ne relève pas du statut réel de Sufyān, qui devait être déjà affranchi. Elle met plutôt en lumière l’identité sociale qui restait attachée à Sufyān, le lien de dépendance qui continuait de le lier au cheikh ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja et qui faisait de lui un personnage puissant et estimé, « qui avait les hautes qualités morales (aḫlāq) de certains hommes [nés] de condition libre (aḥrār)60 ». Le cheikh Bin Muḥammad al-Ḥabašī fut en effet accueilli avec les honneurs dans la maison où habitait Sufyān à Istanbul. Il y côtoya un autre savant et sayyid hadrami, ‘Aqīl bin Muḥammad al-Saqqāf, hôte lui aussi de Sufyān. La maison des Bā Nāja gérée par Sufyān à Istanbul constituait un pied-à-terre idéal pour ces sayyids séjournant dans la capitale de l’Empire. Avec ‘Abd Allāh au Caire et ‘Abd al-Raḥmān à Djedda, la présence de Sufyān et de ses agents à Istanbul révèle l’élargissement du réseau de ‘Abd Allāh Bā Naja à la Méditerranée. L’affranchi doué qu’était Sufyān jouait un rôle indispensable dans cette stratégie économique qui permettait à la famille Bā Nāja d’élargir le rayon de ses affaires et d’être proche du pouvoir, au Hedjaz comme dans la capitale de l’Empire où se décidaient les contrats et les nominations. L’extension géographique des activités de la famille Bā Nāja avait imposé une organisation dont Sufyān, grâce à la confiance dont il jouissait de la part du chef de la famille, était un élément essentiel. Elle justifiait qu’on lui confiât des pouvoirs exceptionnels.

  • 61 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat Makkat al-Mukarrama, 28/10/1342 (2/06/1924), archives privées Bā Nāja. Le (...)

51Le 7 du mois de ḏū al-qi‘da 1327 (22/11/1909), ‘Abd Allāh avait emmené Sufyān au tribunal principal du Caire. Devant les juges, il avait fait de lui son agent et représentant avec tous les pouvoirs, en vertu d’une délégation absolue (wakālatan muṭlaqatan). Sufyān devait être encore jeune – il ne mourut qu’en 1947 – et déjà affranchi. En 1918, la délégation complète avait été renouvelée et confirmée par les juges du même tribunal61. En vertu de cette délégation, résultat d’une confiance absolue de la part de son patron, Sufyān pouvait lui-même déléguer ses pouvoirs à des agents qu’il jugeait fiables pour agir en son nom et donc en celui de la famille Bā Nāja. C’est ce qu’il fit une première fois pour désigner un courtier turc résidant à Istanbul, ‘Alā al-Dīn ‘Ārifī efendī al-Qūmisyūnjī al-Ṭrābzūnī, puis une deuxième fois en juin 1924 quand ce dernier mourut, pour désigner le cheikh ‘Abbas ibn Ḥusayn ibn ‘Abd al-Fattāḥ Qarīmī, qui habitait lui aussi Istanbul. D’après la copie de l’acte du tribunal, le šayḫ Sufyān n’accordait cependant pas à ces négociants le pouvoir absolu que son maître lui avait donné. Les agents résidant à Istanbul avaient des pouvoirs plus restreints et restaient sous le contrôle vigilant de l’affranchi, en vertu d’une délégation différente (tawkīl šāmil).

52Sufyān circulait entre le Hedjaz, l’Égypte et Istanbul selon les besoins de la famille et faisait le lien entre les différents sièges de l’entreprise familiale. Sa présence au Hedjaz en 1924, au moment où il procède devant le tribunal de La Mecque à la désignation d’un nouvel agent à Istanbul, tenait probablement au besoin d’épauler ‘Abd al-Raḥmān et ses fils dans la gestion des affaires peu avant la mort de ‘Abd Allāh en décembre 1925 et dans un contexte politique tendu (chapitre iv). Sufyān, qui n’était pas mentionné par Muḥammad Ṭawīl en 1920, avait dû revenir peu après, ce qui explique son besoin de nommer un agent pour le remplacer à Istanbul. Ce retour pouvait aussi résulter du poids politique pris par la famille dans le royaume chérifien.

53Dans l’acte par lequel il désigne son nouvel agent à Istanbul en 1924, Sufyān n’est pas seulement présenté comme l’« affranchi (‘atīq) » de ‘Abd Allāh Bā Nāja. Il est aussi désigné comme le « secrétaire au Trésor royal qui se trouve à présent à La Mecque [amīn ṣundūq al-māliya al-jalīla ḥālan bi-Makka] ». Cette fonction peut étonner, car Ṣūfyān n’avait pas occupé jusque-là de fonction officielle. Il était régulièrement loin de Djedda, et son maître ‘Abd Allāh paraissait plutôt brouillé avec le chérif Ḥusayn. Pour comprendre cette fonction, c’est vers Aḥmad, le fils de ‘Abd al-Raḥmān et le neveu de ‘Abd Allāh Bā Nāja, qu’il faut se tourner.

  • 62 Al-Qibla, 576, 12/08/1340 (10/04/1922), p. 1.

54Aḥmad Bā Nāja fut nommé ministre des Finances (wakīl al-māliyya) par le roi Ḥusayn en octobre 1916, cinq mois après le début de la révolte contre l’Empire ottoman. Le journal al-Qibla le mentionna dans cette fonction au moins jusqu’en avril 1922, quand il fut décoré de l’ordre de l’Indépendance par décret royal62. Sufyān n’apparaît pas encore à cette date dans les archives diplomatiques et n’est pas mentionné dans le journal officiel du royaume chérifien. Mais le rapport britannique de 1933 déjà cité indique que Sufyān était « trésorier » d’Aḥmad Bā Nāja quand ce dernier était ministre des Finances du chérif Ḥusayn. La qualification de Sufyān comme amīn ṣundūq en juin 1924 peut donc faire référence à une fonction liée à celle du neveu de son maître. Il avait toutes les qualités nécessaires, à en croire ses responsabilités dans l’entreprise familiale. Elle peut aussi indiquer qu’il remplaça Aḥmad de façon temporaire, dans le contexte tendu de l’avancée des troupes najdies qui entrèrent à La Mecque en octobre de la même année.

  • 63 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 65.

55Lorsque le roi Ḥusayn abdiqua en octobre 1924 sous la pression du Parti national hedjazi, un autre homme prit la charge de ministre des Finances dans le gouvernement formé à Djedda autour du roi ‘Alī ibn Ḥusayn : Ṭāhir al-Dabbāġ63. Ṭāhir al-Dabbāġ apparaissait suffisamment lié à la famille hachémite pour que l’on juge nécessaire de le mentionner expressément parmi les personnes concernées par l’amnistie à laquelle s’engageait le sultan du Najd en entrant dans Djedda. Il dut s’exiler en Égypte. Sufyān était quant à lui associé dès l’été 1927 aux personnalités les plus proches du nouveau roi du Hedjaz. Ce contraste et la dernière mention de Sufyān à La Mecque permettent de penser qu’il fit partie des quelques membres de familles marchandes qui étaient restés au Hedjaz pendant la conquête najdie. Le roi ‘Abd al-‘Azīz vit en lui un homme respecté, suffisamment lié à la notabilité hedjazie pour servir de caution et d’intermédiaire au nouveau pouvoir saoudien, sans être trop enraciné dans cette élite urbaine réticente au nouvel ordre politique et religieux.

56L’ascension de Sufyān ibn ‘Abd Allāh Bā Nāja al-Ḥabašī illustre le rôle essentiel qui pouvait être dévolu à l’affranchi favori du maître. Personnage de confiance et dépendant de son patron, Sufyān pouvait représenter la famille Bā Nāja dans la capitale impériale, agir en son nom et devenir peu à peu indispensable à la bonne marche des affaires familiales. Son affranchissement puis la mort de son maître ‘Abd Allāh ne mirent pas fin à son association à la maison familiale, bien au contraire : il en portait désormais le nom jusqu’aux plus hautes fonctions réservées aux notables au sein de l’État chérifien puis dans le Hedjaz saoudien.

  • 64 Bayān ‘aqqār al-mulk al-kā’in bi-Djedda, 23/11/1350 (31/03/1932), archives privées Bā Nāja ; Bayān (...)
  • 65 Waqfiyya de ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāḥ Bā Nāja, 30/8/1354 (27/11/1935), archives privées Bā Nāja.

57En 1935, quand ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et Miṣbāḥ Bā Nāja fondèrent un waqf attribuant une maison du quartier de Šām au bénéfice de Sufyān et de ses descendants, ils récompensaient les longs services de l’affranchi. La maison instituée en waqf devait être celle que louait déjà Sufyān les années précédentes. Sufyān est en effet mentionné comme le locataire d’une maison du quartier de Šām faisant partie des propriétés privées (mulk) du patrimoine indivis de la famille Bā Nāja64. En lui accordant la jouissance gratuite et définitive d’une des maisons du patrimoine familial dans le quartier de Šām et des revenus qui pouvaient en être tirés, ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et Miṣbāḥ ne faisaient pas que sanctionner l’établissement de Sufyān au sein de la société djeddawie. Ils rappelaient aussi publiquement et de façon définitive le lien de dépendance de Sufyān avec la famille Bā Nāja. ‘Abd al-Raḥmān le replaçait dans sa filiation artificielle en le désignant dans le document waqf comme « Sufyān ibn ‘Abd Allāh al-Ḥabašī affranchi de mon frère défunt ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja65 ».

  • 66 Ph. Fargues, 2003, p. 31-32 ; mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, p. 29, cités dans ‘A. al-Anṣārī, (...)

58La famille Bā Nāja fit un large usage de cette parenté élective, en particulier ‘Abd Allāh dont l’unique épouse qu’on lui connaît était aussi une affranchie. Il n’est donc pas nécessaire de souligner le fait que ‘Abd Allāh n’avait pas eu d’enfants pour expliquer le rôle de Sufyān auprès de lui. S’il reste extraordinaire, un tel parcours n’était en effet pas une exception et se rapprochait de celui des mamelouks égyptiens et tunisiens ou des janissaires ottomans. Le grand nombre d’esclaves au Hedjaz, le statut social que leur présence aux côtés des marchands permettait d’afficher, et leur rôle dans les maisons marchandes favorisaient l’émergence de telles figures. Au Caire en 1848, les marchands constituaient la première catégorie professionnelle pour la possession d’esclaves. Philippe Fargues a calculé une moyenne de 141 esclaves pour 100 foyers de marchands. La proximité, parfois familiale, des marchands de Djedda avec les marchands du Caire laisse penser que leurs maisons devaient elles aussi accueillir un nombre important d’esclaves. Citant Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, ‘Abd al-Quddūs al-Anṣārī évoque l’affranchissement des esclaves dans un chapitre sur les coutumes des grands marchands de Djedda. ‘Alī Bā ‘Išin libéra ainsi dix esclaves le jour où il fit son testament en 1879, en leur donnant de l’argent pour leur subsistance66.

  • 67 CADN Constantinople, Massaoua 1, agence consulaire de France, Massaoua, 31/05/1856.

59En 1858, le marchand hadrami ‘Alī Bā Junayd tenta d’arranger le différend qui opposait l’agent consulaire français à Massaoua au propriétaire de sa résidence (chapitre ii). Le diplomate français, s’étonnant de voir arriver le marchand hadrami « seul », c’est-à-dire sans la bande hostile de fanatiques à laquelle il s’attendait, rappela qu’il était tout de même accompagné de « son esclave favori67 ». Le rapport ne précise pas si la conversation rapportée par la suite eut lieu en présence de l’esclave. Mais le seul fait que ‘Alī Bā Junayd, qui devait se savoir observé en venant régler une affaire opposant le représentant français à un marchand local dans le contexte tendu de l’été 1858, vînt en compagnie de son esclave favori souligne l’importance symbolique de cet esclave pour le statut social du marchand. Le caractère confidentiel que le négociant hadrami voulait donner aux négociations indique que cet esclave aussi était intimement associé aux affaires de son maître.

60La place de ces affranchis dans la maisonnée et leur rôle dans les activités commerciales régionales de la famille restaient toutefois un moyen de compenser une parenté trop peu nombreuse ou pas assez douée pour le négoce. La transmission du nom à ces hommes traduisait leur rôle de représentants de la famille à laquelle ils étaient intégrés. Des procédures juridiques telles que la wakāla muṭlaqa permettaient de leur accorder l’intégralité des pouvoirs reconnus au chef de la maisonnée tout en maintenant la relation de patronage qui liait l’affranchi à son ancien maître. C’était bien l’origine servile de Sufyān et son statut d’affranchi qui faisaient de lui un élément central dans le maintien de la maison Bā Nāja.

61Une histoire comme celle de Sufyān, si elle n’était pas exceptionnelle, n’en était pas moins extraordinaire. Avant d’intégrer à la famille un individu qu’il avait sélectionné et qu’il maintenait sous sa tutelle après l’affranchissement, le chef de famille pouvait d’abord recourir au cercle des alliés qui l’assistaient dans ses démarches, s’associaient à ses entreprises et liaient parfois leur famille à la sienne par des mariages.

Le rôle des alliés et des partenaires

  • 68 P. Ghazaleh, 2010, p. 517-521.
  • 69 Cl. Lemercier, 2007, p. 9-10.

62Les historiens dont le corpus comprend des archives de tribunaux ont souvent recouru aux mentions de témoins pour identifier des cercles d’alliés. Repérés par la fréquence d’apparition de leur nom dans les sources et caractérisés par leur fonction et leur titre, des ensembles de noms apparaissent dans les actes des tribunaux et signalent l’intervention au tribunal d’un groupe entourant l’individu ou la famille étudiés. Il témoignait pour attester de l’identité d’un individu, de la validité d’un acte juridique, pour réclamer une part d’un patrimoine ou le recouvrement d’une dette. Les alliés entretenaient avec celui ou celle qui les réunissait des rapports variés : parents, intimes, membres de la communauté hadramie ou du groupe des négociants (la corporation), associés et clients. Ce sont ces « configurations relationnelles » qui constituent selon Pascale Ghazaleh le réseau d’influence d’un notable68. Pour comprendre ces configurations, l’acte judiciaire doit être précisément connu et les témoins identifiés, notamment par le rôle qu’ils jouaient dans la procédure et les liens qu’ils entretenaient avec l’individu concerné. La mobilisation en certaines occasions d’un groupe de personnes par un marchand n’implique pas forcément que ces personnes formaient un groupe cohérent ou un réseau, comme l’ont montré des études sur les contrats de mariage et les parrainages en Europe à l’époque moderne69.

  • 70 H. Canbakal, 2007, p. 125-128.
  • 71 H. Canbakal, 2007, p. 148.

63Dans le cas des marchands hadramis, cette étude des témoignages permet de mettre en lumière des alliances réelles, qui seraient restées invisibles dans d’autres sources. Replacer ces alliances dans la configuration d’un réseau reste une tâche délicate. Le rôle du témoignage au tribunal reste tel qu’il a été décrit par Hülya Canbakal à propos de l’élite de la ville de ‘Ayntāb au xviie siècle : un élément des processus de distinction au sein de la société urbaine70. La notabilité des marchands était reconnue par leur capacité à témoigner légitimement et par leur fréquentation du tribunal, pour les procédures dans lesquelles ils devaient intervenir, mais aussi pour celles qui faisaient partie de leurs affaires parce qu’elles concernaient de près ou de loin leurs activités en ville. Dans les registres qu’elle a étudiés, Hülya Canbakal a ainsi remarqué que ces témoignages distinguent une élite urbaine caractérisée par les titres qu’elle porte et sollicitée pour sa réputation plus que pour sa proximité avec ceux qui comparaissent. Les processus judiciaires intégraient pleinement la hiérarchie sociale et les relations de pouvoir71. Aussi n’est-il pas étonnant de retrouver parmi les témoins entourant les marchands hadramis un groupe proche de la « clique » de 1858, très proche au début de la seconde moitié du xixe siècle, moins à la fin du même siècle.

64La comparaison d’un échantillon d’une dizaine de copies d’actes sur lesquels les noms des témoins ont été reportés offre un bon aperçu de ces configurations autour de la famille Bā Nāja au xixe siècle (tableau 5.1). Ces actes ont été produits à Djedda à l’initiative de Yūsuf Bā Nāja ou de ses enfants pour des achats fonciers et immobiliers devant le tribunal de Djedda (1834, 1835, 1841, 1855 [1], 1860, 1861, 1867 [2], 1899), pour le règlement de l’héritage de Ḫadīja Baġlaf, épouse de Yūsuf Bā Nāja (1855 [2]), et pour la modification d’un waqf familial devant le majlis du šayḫ al-sāda Aḥmad ibn ‘Abd Allāh Bā Hārūn (1867 [1]). Un seul de ces actes n’a pas été suscité par l’un des Bā Nāja, mais les a conduits à se présenter au tribunal car il portait sur l’héritage de l’épouse de ‘Abd al-Raḥmān (1897). Ces actes sont donc le produit de processus judiciaires qui ont eu lieu au sein de la notabilité djeddawie. Il s’agissait donc d’un groupe plus homogène que celui qu’a étudié Hülya Canbakal. Les copies d’actes produits ailleurs (à La Mecque ou au Caire) ou ne mentionnant pas les témoins n’ont pas été considérées, et seules les signatures dont le déchiffrement ne laissait aucun doute ont été prises en compte. Si l’échantillon est réduit, il présente l’intérêt d’être étalé sur le xixe siècle et composé de documents conservés par la famille Bā Nāja à Djedda.

65Les familles Bā Ġaffār et Bā Hārūn, la famille Baġlaf dans une moindre mesure apparaissent nettement aux côtés des Bā Nāja. La « clique » des grands marchands hadramis de Djedda avait résisté à la crise de 1858.

66‘Abd al-Ġaffār ibn Muḥammad Bā Ġaffār, le šāhbandar exilé avec Yūsuf Bā Nāja en 1859, disparaît naturellement de ce tableau après avoir témoigné en 1835, 1841 et 1855 (2). Mais Aḥmad ibn Muḥammad, qui était très probablement son frère, continua d’assister la famille Bā Nāja : il apparaît en 1841, en 1855 (2) et en 1861, aux côtés d’autres membres portant le même nom de famille. Cette proximité, dont on ne connaît pas les motivations ou les traductions commerciales et matrimoniales, était d’autant plus intéressante que ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār comme son fils Muḥammad Ṣāliḥ Bā Ġaffār furent régulièrement à la tête des institutions marchandes de Djedda (chapitres ii et iii). Un lien de parenté indirecte au moins unissait les deux familles, puisque Yūsuf Bā Nāja comme ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār avaient pris épouse dans la famille Baġlaf. Muḥammad Ṣāliḥ Bā Ġaffār (m. 1886), le second fils de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār, épousa comme son père une Baġlaf : Ḫadīja bint Sa‘īd Baġlaf, peut-être la fille du marchand exilé lui aussi pour sa participation à l’émeute de 1858. L’intervention conjointe au tribunal de ces grandes familles marchandes manifestait autant qu’elle renforçait la solidarité du groupe auquel la famille Bā Nāja était intégrée.

Tableau 5.1 — Les témoins autour des Bā Nāja au xixe siècle

Tableau 5.1 — Les témoins autour des Bā Nāja au xixe siècle

Sources : Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 14/08/1251 (5/12/1835), 11/02/1272 (23/10/1855), 8/04/1277 (24/10/1860), 16/06/1278 (19/12/1861), 12/04/1284 (13/08/1867), 22/08/1314 (26/01/1897), archives privées Bā Nāja ; Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 7/06/1257 (27/07/1841) et 4/07/1317 (8/11/1899), archives privées Bā Nāja ; Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 13/07/1250 (15/11/1834) et 5/12/1271 (19/08/1855), archives privées al-Saqqāf ; Mustanad du majlis du syndic des sayyids Aḥmad Bā Hārūn, 16/02/1284 (19/06/1867), archives privées Bā Nāja.

67Une seconde famille, celle des Bā Hārūn, participait à cette clique. Elle y jouait un rôle particulier puisqu’elle était régulièrement titulaire de la fonction de syndic des sayyids à Djedda. En 1855 (2), lors du règlement qui intervient après la mort de Ḫadīja Baġlaf, épouse de Yūsuf Bā Nāja, deux Bā Hārūn intervinrent. ‘Abd Allāh ibn ‘Aqīl Bā Hārūn est présenté comme le fils d’un syndic des sayyids défunt. Il est mentionné comme l’un des tuteurs de trois enfants mineurs de la famille Baġlaf, une tutelle prestigieuse et sûre pour les enfants d’une grande famille marchande hadramie. Parmi les témoins, un autre ‘Abd Allāh Bā Hārūn apparaît : ‘Abd Allāh ibn Aḥmad Bā Hārūn, qui est peut-être le syndic des sayyids et le marchand accusé en 1858. Sa signature ne comporte toutefois aucune mention de fonction particulière pour l’époque. En 1860, son fils, Aḥmad ibn ‘Abd Allāh Bā Hārūn, figurait parmi les témoins lorsque Muḥammad acheta pour son père une citerne près du tombeau d’Ève. Il était accompagné d’un autre membre de la famille, Ḥasan ibn Aḥmad Bā Hārūn. Les deux mêmes hommes furent à nouveaux sollicités en 1867 (1) lorsque Muḥammad Bā Nāja, en tant que contrôleur (nāẓir) du waqf institué par son père Yūsuf, souhaita construire une extension de la maison familiale (intégrée au waqf) sur un bâtiment relevant d’un autre waqf. Le contrôleur de ce dernier waqf et Muḥammad se rendirent alors au majlis du syndic des sayyids, ‘Abd Allāh ibn Aḥmad Bā Hārūn, pour officialiser et faire valider le règlement (ṣulḥ) permettant l’extension de la maison Bā Nāja. La présence des Bā Hārūn aux côtés des Bā Nāja découlait de la solidarité négociante mais aussi du rôle officiel du syndic des sayyids à Djedda, en particulier au sein de la communauté hadramie.

  • 72 Compte rendu de la commission daté du 19/06/1275 (20/06/1878), dans FO 195-1313, British Consulate, (...)
  • 73 Ḥicāz Vilāyeti Salnāmesi, 1303/1885-1886.
  • 74 ‘A. al-Anṣārī, 1982, annexes ; FO 195-2061, British Consulate, Djedda, 27/03/1899.

68Ces configurations à l’occasion de procédures judiciaires peuvent être considérées comme la transcription de la sociabilité ordinaire du groupe des marchands dans le cadre du tribunal, des majlis du syndic des sayyids et de leurs maisons. Les mentions de leurs activités commerciales dans les archives consulaires l’indiquent régulièrement. En 1878, Muḥammad Yūsuf Bā Nāja, Sulaymān Zakāryā et ‘Abd Allāh Bā ‘Irāqī, tous trois marchands et propriétaires de sambouks, réclamèrent aux agents de la compagnie du Lloyd le remboursement des salaires payés à leurs marins qui avaient repêché le fer tombé d’un navire de la compagnie (chapitre iii). L’affaire était compliquée par la personnalité des agents du Lloyd à Djedda, d’anciens consuls et consuls par intérim britanniques qui prétendaient que le fer avait été dérobé à bord du navire par les marins des sambouks dont Muḥammad Yūsuf Bā Nāja, Sulaymān Zakāryā et ‘Abd Allāh Bā ‘Irāqī étaient les propriétaires. Une commission fut réunie qui reconnut le bien-fondé de la demande des trois négociants72. Elle rassemblait des diplomates concernés, des agents de compagnies de navigation, des fonctionnaires ottomans travaillant au port, et trois membres du tribunal commercial (majlis al-tijāra) dont le rôle dut être crucial : Muḥammad Ṣāliḥ Bā Ġaffār, Ḥasan Bā Hārūn et ‘Umar Naṣīf. Le premier, bien que le nasab ne soit pas indiqué, est vraisemblablement le fils de ‘Abd al-Ġaffar Bā Ġaffār, šāhbandar des négociants en 1858. ‘Abd al-Ġaffar Bā Ġaffār avait un fils portant le nom (ism) de Muḥammad Ṣāliḥ. Sa présence au tribunal de commerce et sa probable identité avec le « Ṣāliḥ Bā Ġaffār », mentionné comme président du même tribunal en 1885-188673, le placent dans la lignée familiale. Muḥammad Ṣāliḥ ibn ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār était marié à une Baġlaf. Un Ḥasan Bā Hārūn figurait aussi parmi les témoins autour de Bā Nāja en 1860 et 1867 (1). Un Ḥasan Bā Hārūn apparaît encore comme l’un des grands marchands de Djedda en 1899, chargé de former une commission pour évaluer la valeur des biens pillés de marchands indiens. À ses côtés dans la commission, on trouvait ‘Umar Naṣīf et ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja74.

69L’examen de la récurrence des trois familles Bā Ġaffār, Bā Hārūn et Baġlaf autour des Bā Nāja fait apparaître ce qui était un noyau dur, mais de nombreuses autres personnes étaient sollicitées (Naṣīf et Bā ‘Irāqī par exemple) sans que la documentation permette de leur reconnaître un rôle comparable.

70Des transactions réunirent aussi un nombre particulièrement élevé de témoins au milieu du xixe siècle. Une corrélation simple entre le montant de la transaction et la qualité ou le nombre des témoins serait cependant trompeuse. Elle ne tiendrait pas compte de la nature variée des actes pris en compte ici et achopperait sur plusieurs exceptions de taille. Dix-huit témoins, dont les Bā Ġaffār et les Baġlaf, furent ainsi mobilisés en 1835 pour attester de la validité de l’achat par Yūsuf Bā Nāja d’un sahrīj (réservoir à eau potable) à proximité du mausolée d’Ève d’une valeur de 70 thalers. En 1861, Muḥammad Bā Nāja acheta avec l’argent de son père Yūsuf une petite maison accolée à d’autres (‘uzla) encore en construction dans le quartier de Šām pour 900 thalers sans faire appel ni aux Bā Ġaffār ni aux Baġlaf, et en ne sollicitant que neuf témoins. La mobilisation du cercle d’alliés dépendait en réalité plutôt de la nature et du contexte de l’action que de sa valeur en argent.

71Les Bā Ġaffār et les Baġlaf, mais aussi des familles non hadramies comme les Naṣīf, apparaissent en groupe et quand les témoins mobilisés sont les plus nombreux : en 1841, en 1855 (2) et en 1860, et dans une moindre mesure en 1835 et en 1855 (1). Le fait même de mobiliser tout le cercle d’alliés paraît être plus important que les montants en jeu. Le témoignage mutuel et en groupe pouvait fonctionner comme un mécanisme d’entretien de la notabilité semblable à ce que repère Hülya Canbakal à ‘Ayntāb. Un contexte familial et économique précis, qui nous échappe, devait certes favoriser ces mobilisations, mais elles sont aussi clairement liées à la solidarité du groupe.

72La surreprésentation des noms hadramis dans ces témoignages est corrélée avec le caractère communautaire de l’action, à une exception près. La présence de treize marchands hadramis parmi les dix-sept témoins convoqués en 1855 (2) correspondait au caractère particulier de la transaction entreprise entre Yūsuf Bā Nāja et la famille Baġlaf. Il s’agissait alors de régler à la fois la part due à Yūsuf Bā Nāja dans l’héritage de son épouse défunte, Ḫadīja Baġlaf, et les dettes que les Baġlaf avaient envers lui, leur parent par alliance et partenaire commercial. La transaction était une affaire entre des parents (un héritage à diviser entre les ayants droit) et des marchands (des dettes commerciales). Le montant des sommes et la valeur des biens revenant à Yūsuf, un total de 2 160 thalers, ajoutaient à l’importance de l’acte. En 1897, quatre des six témoins étaient des marchands hadramis, et il s’agissait encore d’une affaire d’héritage. ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et son fils Aḥmad intervinrent comme témoins et furent eux-mêmes certifiés dans leur témoignage par quatre autres marchands, dont un Bā Ġaffār et un Bā Sudān. Le nombre élevé de marchands hadramis parmi les témoins de la vente d’une maison du quartier de Maẓlūm (62 %) reste mystérieux, tout comme le nombre particulièrement élevé de signatures. À la valeur de la maison et à sa situation au cœur de ville, près de la grande mosquée chaféite et sur le souk éponyme (sūq al-Jāmi‘) menant à la porte de La Mecque, devaient s’ajouter d’autres raisons. L’entourage de la maison achetée par des waqfs importants, dont celui d’un sayyid (Abū Bakr ‘Alawī), a pu motiver un tel nombre de témoins issus de la communauté hadramie de Djedda.

  • 75 Majlis šar‘ī, Maḥkamat Djedda al-šar‘iyya, 14/05/1343 (11/12/1924), archives privées Bin Zaqr.

73On retrouve cette dimension communautaire dans les affaires d’héritage jusqu’en 1924, lorsque l’exécuteur testamentaire (waṣī) du négociant hadrami Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr exigea le remboursement d’un prêt accordé par le défunt à l’un de ses partenaires75. Le différend fut exposé devant le syndic des sayyids ‘alawis. L’exécuteur et tuteur (‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān), le débiteur (Aḥmad Bā Qādir) et le défunt étaient tous trois des marchands hadramis. La procédure signale pour l’un ses relations de négoce et de crédit avec le défunt, pour l’autre un rapport de confiance absolue. ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān avait en effet la charge de veiller au bon déroulement des rituels entourant les obsèques du défunt. Il avait aussi la tutelle de ses enfants, sur lesquels il lui était demandé de veiller « comme un père plein de sollicitude et d’attention pour eux [ka-ab šafūq bihim wa nāẓiran ‘alayhim] ». Il pouvait intervenir dans la gestion de la société, associant, par un capital commun, le défunt à ses deux partenaires commerciaux. Enfin, les témoins qui furent convoqués pour attester de la validité du mandat dont se prévalait ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān étaient des marchands hadramis (Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja et ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja) dont l’honorabilité était elle-même attestée par d’autres Bin Zaqr. Seul Muḥammad Bin ‘Alī Ṭawīl n’était pas issu de la communauté, mais il dirigeait l’une des institutions essentielles de la vie marchande (les taxes et les douanes) et était l’un des principaux acteurs de la crise qui marquait alors, en 1924, la fin du règne hachémite (chapitre iv). Il avait lui-même pour garant de son honorabilité le maire de Djedda et son frère, Sulaymān, et Aḥmad Qābil. En ces temps troublés, leur intervention même limitée était une garantie pour le respect de l’héritage du défunt, dont ils fréquentaient par ailleurs régulièrement le majlis.

74Le témoignage relevait donc d’une conjugaison de liens (commerciaux, matrimoniaux, testamentaires et autres) qui facilitaient la mobilisation autour de la famille d’un groupe régulier d’alliés. Le tribunal n’était que l’un des sites où ces liens se manifestaient. Si la nature de l’acte conclu conditionnait en grande partie le nombre et l’identité des témoins sollicités, notamment lors des affaires gérées au sein de la communauté des marchands hadramis, le réflexe de solidarité du groupe des négociants jouait de lui-même un rôle important. Les relations d’affaires et l’amitié se recoupaient souvent dans ce qui restait un petit milieu négociant.

  • 76 Maḥkamat al-Jamāliyya, dossier 1018-001214, p. 4-9, 4/05/1926.

75Les copies d’actes plus tardifs conservés dans les archives familiales mentionnent beaucoup plus rarement les témoins. Quelques échantillons permettent cependant de dire que ces liens variés furent aussi durables, comme dans le cas des Bā Nāja. Abū Bakr ibn Muḥammad ibn Aḥmad Bā Ġaffār vint témoigner en 1926 lors de l’inventaire des biens égyptiens de ‘Abd Allāh Bā Nāja, décédé cinq mois plus tôt dans sa maison du quartier ‘Abbassiya76. Il venait en voisin puisqu’il habitait le même quartier, tout comme ‘Umar ibn ‘Abd al-Qādir ibn Ahmad Karāma Bā Nāja, le seul autre témoin sollicité. Le statut de la famille du défunt justifiait le déplacement du juge et du greffier dans la maison familiale du quartier ‘Abbassiya, mais le nombre réduit de témoins sollicités attestait du caractère intime de l’inventaire, rédigé dans une ville dont ‘Abd al-Raḥmān n’était pas aussi familier que son frère défunt. ‘Abd al-Qādir Karāma appartenait à une branche du lignage des Bā Nāja qui avait des droits sur les bénéfices des biens mulk des héritiers de Yūsuf Bā Nāja. Il était aussi associé à la gestion des propriétés hedjazies de la famille. Abū Bakr Bā Ġaffār était donc la seule personne extérieure à la famille, et sa présence manifestait une intimité ancienne et durable avec les Bā Nāja.

76La répétition de ces noms de famille sur la durée, dans des circonstances et pour des motifs variés, indique que les liens entretenus par ceux qui les portaient étaient des liens « forts », des liens à la fois durables et intimes qui servent à des échanges de nature variée (la « multiplexité » des liens), créent et maintiennent les cliques comme celle des grands marchands hadramis de Djedda. Dans ces liens, la pratique des témoignages mutuels manifeste et entretient la solidarité du groupe. En étendant leur rôle à l’assistance mutuelle dans les procédures légales, les alliés complétaient leurs rapports commerciaux et les alliances plus formalisées que sont les alliances matrimoniales.

c. Les préférences matrimoniales

L’alliance entre familles et au sein de la famille

  • 77 J. Tucker, 1991, p. 239.

77Examinant le rôle des femmes dans les familles de Naplouse, Judith Tucker rappelle que la règle générale dans les sociétés de la région à l’époque était l’état matrimonial : les hommes et les femmes restaient peu de temps non mariés, y compris après un premier mariage et la mort du premier conjoint77. Les sources consultées ne mentionnent que de très rares cas de célibat durable jusqu’au milieu du xxe siècle. Le résultat attendu d’un mariage, une rogéniture plus ou moins nombreuse, pouvait en revanche rester inatteignable ou écarté, sans qu’un second mariage vînt y remédier. Le rôle des frères et sœurs et la place de leurs enfants n’en étaient alors que plus importants pour compenser l’absence d’une postérité.

  • 78 A. Raymond, 1974, p. 413.

78Comme le reste de la société, les marchands hadramis se mariaient au sein et hors de leur famille, selon des lignes qui répondaient à l’exigence de préservation de l’unité du patrimoine familial, ou qui recoupaient des relations commerciales structurant un groupe de marchands dont les « liaisons d’intérêt étaient sans doute plus fortes que la concurrence commerciale78 ». L’appartenance des marchands hadramis à un ensemble de cercles (la famille, la communauté hadramie, le groupe des négociants de Djedda) informait leurs choix matrimoniaux, bien qu’une dimension affective dût aussi être déterminante. Les résultats des choix qui peuvent être étudiés montrent que les familles prenaient soin de maintenir leur ancrage dans ces trois cercles organisés autour d’elles, mais qu’elles définissaient chacun de ces cercles avec une grande marge de manœuvre.

79La présence sur le pourtour de l’océan Indien, en mer Rouge et dans la ville de Djedda elle-même de plusieurs branches d’une même famille, identifiées par le partage du nom et par la référence à une origine commune, pouvait contribuer à la structuration du réseau des marchands hadramis. Il reste cependant difficile d’identifier avec précision les rapports entretenus entre ces branches, le partage d’un nom ne signifiant pas nécessairement une association commerciale. L’examen des mariages entre ces branches à l’échelle de Djedda montre que les marchands hadramis attachaient (et attachent toujours) une grande importance au maintien de liens matrimoniaux au sein de leur famille. Il révèle aussi que ces branches familiales étaient pour la maison (bayt) un champ parmi d’autres d’extension et d’ouverture de la parenté. L’établissement et l’intégration dans l’élite urbaine et négociante de la ville étaient réalisés et maintenus en intégrant ces alliances entre branches au sein des autres cercles qui structuraient le milieu des marchands hadramis.

  • 79 P. Ghazaleh, 2010, p. 442 et p. 448.

80Les liens matrimoniaux qui unissaient la famille de Yūsuf Bā Nāja à la famille d’Aḥmad Karāma Bā Nāja illustrent la capacité d’une maison marchande à associer et à exclure la parenté élargie (les branches) selon les activités et les droits qu’elles ouvraient. Là où a été soulignée l’importance du waqf dans la définition de la famille « imaginée » ou « rêvée » du dédicataire, notamment lorsque sa fondation exclut ses héritiers légaux ou consanguins, les rapports entre les deux branches des Bā Nāja sont l’exemple d’une définition volontairement variable d’une même famille79.

  • 80 Cahier de comptes du bayt ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, 1350/1932, p. 10-13, archives privées Bā Nāja ; B (...)

81‘Abd al-Qādir et ses frères, les fils d’Aḥmad Karāma Bā Nāja, avaient en effet droit aux bénéfices produits par certaines des propriétés familiales que gérait ‘Abd al-Raḥmān en 1932. Ils figurent parmi les propriétaires des biens mulk possédés en commun par les Bā Nāja à Djedda et à La Mecque, à la hauteur de 3 qirats sur un total de 2480. La branche des Karāma Bā Nāja n’apparaît en revanche pas dans les bénéficiaires du waqf fondé par Yūsuf Bā Nāja. Le waqf réservait à ses fils et à leurs descendants la gestion d’un ensemble immobilier impressionnant, qui incluait l’essentiel du patrimoine familial. Les Karāma Bā Nāja n’apparaissent pas non plus parmi les ayants droit des propriétés héritées de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja et dévolues à son épouse, Miṣbāḥ, et à son frère ‘Abd al-Raḥmān. ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja et ses frères n’étaient donc associés aux enfants de Yūsuf Bā Nāja que pour les propriétés mulk acquises et gérées en association avec les héritiers de Yūsuf Bā Nāja : son fils ‘Abd al-Raḥmān, Asmā’en tant que fille de Muḥammad ibn Yūsuf, et Miṣbāḥ en tant que veuve de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf. Ils étaient en revanche exclus de la postérité qu’avait définie Yūsuf en instituant son waqf à Djedda, et n’appartenaient pas non plus au groupe des héritiers de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf.

82Pour expliquer les droits des Karāma Bā Nāja à ces bénéfices, l’hypothèse d’une association (šarika) commerciale ou financière aux fils de Yūsuf Bā Nāja dans l’acquisition de propriétés immobilières est la plus probable. Aucun document de notre corpus ne vient cependant l’étayer. Leur association découlait aussi d’alliances matrimoniales, qui ouvraient des droits sur les successions des épouses notamment. De telles alliances sont attestées pour la génération des petits-fils de Yūsuf Bā Nāja et d’Aḥmad Karāma Bā Nāja. ‘Abd al-Qādir ibn Aḥmad Karāma Bā Nāja fut marié à Umm al-Sa‘d, l’une des filles de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja, et ce n’est que comme représentant de Umm al-Sa‘d que ‘Abd al-Qādir apparaît en 1946 parmi les propriétaires de parts dans l’établissement commercial de ‘Abd al-Raḥmān. L’aîné de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja, Aḥmad, épousa quant à lui la sœur de ‘Abd al-Qādir.

  • 81 Cahiers de comptes du bayt ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, 1332-1366/1913-1946, archives privées Bā Nāja.

83Le rôle de ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja dans cette association entre les deux branches ressort en revanche nettement. Son mariage avec Umm al-Sa‘d faisait plus que maintenir le lien des deux branches. Il correspondait aussi à l’alliance de l’employé avec la famille de son patron. ‘Abd al-Qādir semble avoir été le kātib (secrétaire, comptable) de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja et de sa maison marchande, au moins à partir des années 1930. Les quelques exemplaires conservés par son fils des carnets de comptes qu’il tint pour ‘Abd al-Raḥmān pendant ces années recensent les loyers des propriétés en waqf et en propriété privée (mulk) dont le marchand avait la responsabilité au Hedjaz, et en Égypte après la mort de ‘Abd Allāh81. Ils enregistrent aussi les montants des échanges avec les partenaires de la maison marchande de ‘Abd al-Raḥmān mentionnés dans l’inventaire dressé en 1946. Ce rôle expliquait peut-être que son fils ‘Umar fût le seul membre de la famille présent autour de Miṣbāḥ et de ‘Abd al-Raḥmān lors de l’inventaire des propriétés de ‘Abd Allāh, et que ‘Abd al-Qādir fût désigné comme représentant de ses frères dans ces mêmes comptes. Mais cette association à la gestion économique de la maison de ‘Abd al-Raḥmān et des propriétés dont ce dernier était le responsable n’explique pas pourquoi ‘Abd al-Qādir jouissait de droits avec tous ses frères, fils d’Aḥmad Karāma Bā Nāja.

84Une alliance matrimoniale ou commerciale antérieure entre les deux familles à l’époque des pères de ‘Abd al-Qādir (Aḥmad) et de ‘Abd al-Raḥmān (Yūsuf) peut être une explication. Cette alliance avait pu créer des droits, hérités par leurs fils respectifs. La participation de tous les fils d’Aḥmad à l’acquisition de biens immobiliers à Djedda et à La Mecque en association avec les fils de Yūsuf peut être une seconde explication. Le recouvrement des associations économiques (associations commerciales comme la šarika, ou partages de droits hérités sur des bénéfices immobiliers) par des associations matrimoniales fut de toute façon maintenu entre les générations successives des deux branches de la famille. L’un des petits-fils de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja épousa ainsi l’une des petites-filles de ‘Abd al-Qādir ibn Aḥmad Karāma Bā Nāja. Cette complexité, que de nouvelles sources permettront de dénouer, illustre le maintien par les mariages et l’association économique d’une solidarité sélective entre les branches de la famille. L’utilisation de différents types de propriétés et l’institution du waqf entretiennent cette solidarité sélective, incluant et excluant les branches de la famille selon les projets de ses membres.

  • 82 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 14/01/1258 (15/02/1842) et 1/01/1259 (1/02/1843) ; waṣiyya (...)
  • 83 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 19/08/1308 (26/06/1891), archives privées Bā ‘Išin.

85Les mariages entre branches d’une même famille pouvaient donc adopter des formes semblables à celles des mariages entre familles. Les deux branches de la famille Bā ‘Išin connues à Djedda au xixe siècle, la branche de ‘Alī ibn Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin, qui contrôlait la fonction de chef des muḫarrijūn, et celle de ‘Alī ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin, qui se spécialisa dans le commerce du thé et du tabac, étaient établies dans deux larges résidences, différentes mais proches, du quartier de Maẓlūm. Mais les témoignages apposés au bas de documents importants comme la waṣiyya (1863) du chef des muḫarrijūn Muḥammad Aḥmad Bā ‘Išin, ou l’acte d’achat par le même homme, en 1842 et en 1843, des terrains du quartier de Maẓlūm où fut construite la maison familiale ne mentionnent pas l’assistance de l’autre branche. Seul son frère représentait les Bā ‘Išin. De même, lorsque le négociant ‘Alī ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin se vit accorder en 1853 un terrain miri (appartenant à l’État) ou quand il acheta la moitié d’un navire en 1871, aucun des muḫarrijūn ne témoigna82. Les témoignages ne sont certes pas les indicateurs sans équivoque du réseau d’un marchand, et l’assistance mutuelle lors des procédures légales enregistrées était aussi une pratique de notabilité par laquelle le témoin et celui qui requérait son témoignage affirmaient leur appartenance à un groupe cohérent. En 1891 encore, quand ‘Alī ibn Muḥammad Bā ‘Išin le muḫarrij demanda à un représentant d’acheter en son nom la maison voisine de la résidence familiale, ce n’est pas un Bā ‘Išin qui fut choisi. L’un d’eux signa pourtant comme témoin de cette importante transaction (500 thalers), mais c’est un membre de la prestigieuse famille Naṣīf qui servit de wakīl à ‘Alī83.

  • 84 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.
  • 85 Mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, cités dans ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 199.
  • 86 J. Tucker, 1991, p. 238.

86Muḥammad Ṣāliḥ ‘Alī ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin avait pourtant épousé la fille aînée du cheikh des muḫarrijūn Maḥfūẓa bint Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin. Quand Maḥfūẓa mourut, les deux branches avaient tenu à maintenir leur alliance matrimoniale. ‘Ā’iša remplaça sa grande sœur défunte et fut mariée à 9 ans à Muḥammad Ṣāliḥ ibn ‘Alī ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin84. Ce dernier rappelle dans ses mémoires l’un de ses mariages, en 1888, sans que l’extrait cité par al-Anṣārī précise quelle épouse est concernée. La dot était composée de numéraire (100 thalers), d’une concubine (jāriya) et de meubles (ou d’un lit : mifraša). Les dépenses du mariage lui-même coûtèrent aussi 100 thalers85. Si ce mariage a bien été réalisé avec l’une des filles de la branche des muḫarrijūn, ce qui est probable, les dépenses qu’il entraîna montrent l’importance accordée par chacun des deux groupes du lignage à leur alliance et à sa célébration. Le redoublement du mariage après le décès de Maḥfūẓa confirme leur attachement à maintenir un lien matrimonial. L’âge précoce de ‘Ā’iša à son mariage manifestait quant à lui l’appartenance de ces deux branches à l’élite de la ville. Judith Tucker remarque qu’à Naplouse, entre 1722 et 1856, ce sont les familles les plus riches de la ville qui mariaient leurs filles avant la puberté. La valeur accordée à ces mariages avec des filles jeunes apparaît dans les montants des dots – les plus élevées – auxquelles ils donnaient lieu86. Dans le mariage de Maḥfūẓa et de ‘Ā’iša Bā ‘Išin, le poids continu donné à la famille était évident. Si rien ne les documente, l’intérêt commercial d’une alliance entre des négociants et les responsables des expéditions de marchandises depuis Djedda devait renforcer le sentiment familial des Bā ‘Išin.

Mariages et orientation économique

87Le mariage hors de la famille s’explique plus nettement par la volonté de bâtir ou de consolider des alliances commerciales. Il constituait un élément déterminant de l’organisation d’une maison marchande. Ce fut le cas du premier des Bā Nāja à émerger comme négociant à Djedda, Yūsuf. En choisissant comme première épouse Ḫadīja bint ‘Umar ibn Sa‘īd Baġlaf, Yūsuf renforçait son intégration au groupe des Hadramis de Djedda et s’associait à l’une des plus grandes familles marchandes de la ville. Ḫadīja lui donna son premier enfant, Muḥammad, qui prit la tête de la maison lorsque Yūsuf fut exilé sur l’île de Chypre à perpétuité, en 1859. À cette époque, Yūsuf était devenu l’un des principaux négociants et propriétaires de la ville. Il avait pris une seconde épouse, mère d’Aḥmad, ‘Abd Allāh et ‘Abd al-Raḥmān : Umm al-Sa‘d bint Sulaymān Nās, une famille hedjazie d’après nos interlocuteurs à Djedda. Aucune source ne permet pour le moment de savoir si les deux épouses de Yūsuf se sont connues et si elles ont vécu côte à côte dans la maison du quartier de Šām. Il est possible que Yūsuf se soit remarié après le décès de Ḫadīja Baġlaf, morte avant 1855 alors qu’Umm al-Sa‘d vivait encore lorsqu’il mourut sur l’île de Chypre en 1864-1865. Ces deux mariages à l’extérieur de la famille, le premier avec une famille marchande hadramie, le second dans la notabilité marchande hedjazie, favorisèrent l’intégration de Yūsuf au sein de la notabilité hedjazie et du groupe des marchands hadramis.

88Si l’on ne sait qui épousa le fils aîné de Yūsuf, les deux autres fils qui se succédèrent à la tête de l’entreprise familiale manifestent par leurs mariages la liberté que pouvaient prendre des marchands dont le réseau était élargi et bien établi. ‘Abd Allāh n’épousa qu’une affranchie, ce qui reflète l’élargissement précoce de son horizon bien au-delà du Hedjaz depuis qu’il avait accompagné son père à Chypre. ‘Abd al-Raḥmān put quant à lui adjoindre Jamīla Bā Nāja, une affranchie, à sa première épouse hedjazie (Ṣāfiyya Ḥasūba). L’association des deux épouses indiquait l’expansion du réseau des alliés des Bā Nāja. D’autres cas confirment que cette exogamie augmentait avec l’établissement de la famille et l’élargissement de son réseau.

89Les sources ne disent rien des rapports qu’avait Yūsuf avec sa première épouse. Son décès précoce ne permet pas de savoir par exemple si son mari allait lui destiner un waqf ou prendre des mesures particulières, comme les historiens en recherchent dans les archives des tribunaux. Ḫadīja permit en revanche à son mari de consolider un cercle d’alliés visible dans les témoignages. Elle conforta aussi ses liens avec les Baġlaf, des partenaires commerciaux particulièrement actifs dans ce commerce avec l’Inde qui intéressait tant les Bā Nāja. Elle lui transmit enfin un bel héritage.

  • 87 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat Bandar Djedda, 11/02/1272 (23/10/1855), archives privées Bā Nāja.
  • 88 Une exogamie similaire existait chez les marchands et fabricants de savon de Naplouse qui privilégi (...)

90Le recoupement des rapports commerciaux et familiaux apparaît nettement lorsqu’en 1855 les deux familles réglèrent en même temps devant le tribunal de Djedda ce qui revenait à Yūsuf dans l’héritage de son épouse et les dettes que les Baġlaf avaient contractées envers lui87. Le lien créé entre partenaires par le crédit mutuel, dans un contexte de manque de numéraire, venait ici renforcer les liens familiaux donnant droit au patrimoine. La valeur de la part de Yūsuf sur l’héritage de Ḫadīja (des propriétés immobilières, des objets et marchandises et du numéraire) s’élevait à 1 667 thalers, et celle de ses prêts aux Bahglaf à 493 thalers. Ce dernier montant devait être le solde des opérations marchandes menées par Yūsuf avec les Baġlaf, puisque Yūsuf renonça (asqaṭa) à 560 thalers sur le total. Le document n’indique pas les motifs de cette déduction, qui ressemble fort à un solde des échanges entre négociants, profitant du règlement de l’héritage pour réaliser une opération de clearing sans sortir de numéraire – toujours rare. Le solde restant (1 600 thalers) permit à Yūsuf de mettre la main sur un navire équipé d’une valeur estimé par les deux parties à 400 thalers, de deux sahrīj et de deux ḫazāna (citernes). La présence des Baġlaf quand Yūsuf puis son aîné Muḥammad eurent besoin de témoins légaux était la traduction logique de ces échanges matrimoniaux et commerciaux88.

  • 89 Mémoires de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, I, archives privées Bin Zaqr.

91L’importance des mariages à l’extérieur de la famille dans l’établissement d’une famille marchande est un trait retrouvé dans d’autres parcours de marchands hadramis. De façon intéressante, les mémoires laissés à sa famille par Sa‘īd Bin Zaqr indiquent aussi l’importance des mariages à l’extérieur de la famille lors du développement des affaires familiales. Son père Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr (m. 1923), né à Djedda en 1855-1856, avait été éduqué par celui que Sa‘īd décrit comme le « mari de sa mère », Manṣūr al-Ḥarbī. Cette désignation indique le remariage de la mère de Muḥammad ibn ‘Ubayd avec un membre de la tribu hedjazie des Ḥarb, une tribu rompue au troc et à la navigation maritime en mer Rouge et dans l’océan Indien89. Les motifs du choix de ce second mari sont inconnus, même si l’on peut supposer que l’appartenance des Bin Zaqr au groupe tribal des Say‘ar, dont le territoire s’étend sur tout le Nord du Hadramaout, put favoriser les contacts avec la tribu des Ḥarb. Le remariage de sa mère et les contacts étendus qu’il offrait à Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr sur le pourtour de la péninsule Arabique peuvent aussi expliquer la forme peu sédentaire de ses premières activités commerciales. Il circulait en effet continuellement entre la mer Rouge, l’océan Indien et le Golfe, et ne se fixa à Djedda qu’à la naissance de son premier fils en 1909-1910, né d’une épouse hadramie (Djamīla Bā Ṣamm). Les mariages de ses enfants permirent de maintenir cette exogamie d’un grand intérêt commercial, en conjuguant l’intégration au groupe des marchands hedjazis et le maintien des ancrages hadramis dans une configuration restreinte autour de quatre familles : Bin Zaqr, ‘Awaḍ, Bā Ṣamm et Šinkār.

Arbre 5.1 — Une configuration matrimoniale de négociants hadramis : les Bin Zaqr (source : mémoires de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr)

92‘Abd Allāh fils de Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr se maria avec la fille de celui qui était son associé (šarīk) et son parent : Ṣāliḥ Muṣṭafā ‘Awaḍ (m. 1958). Les ‘Awaḍ formaient une famille bien établie dans la notabilité hedjazie. Ce mariage avec la fille de l’associé resserrait une alliance établie deux générations plus tôt par le mariage du père de Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr avec la sœur de la grand-mère de Ṣāliḥ Muṣṭafā ‘Awaḍ. Il s’agissait d’un lien important. Quand mourut Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr, en 1923, son aîné ‘Abd Allāh avait à peine 14 ans, et ce fut Ṣāliḥ Muṣṭafā ‘Awaḍ qui prit la direction de l’entreprise fondée sur la mise en commun de capitaux (rā’s māl). Ce fut encore avec Ṣāliḥ Muṣṭafā ‘Awad – et la famille Šinkār – que les deux fils de Muhammad, ‘Abd Allāh et Sa‘īd Bin Zaqr, formèrent depuis Hodeïda puis à Djedda une šarika prospère (chapitre iv).

93Dans cette association commerciale formée autour des Bin Zaqr, la famille hadramie de ‘Abd Allāh Bā Ṣamm n’apparaît plus. Elle était pourtant alliée aux ‘Awaḍ comme aux Bin Zaqr. Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr avait épousé Djamīla bint ‘Abd Allāh Bā Ṣamm (m. 1975), née à Djedda en 1894-1895, tandis que son associé et neveu Ṣāliḥ ibn Muṣṭafā ‘Awaḍ était marié à Zaynab bint ‘Abd Allāh Bā Ṣamm (m. 1976) – sœur de la précédente. Aucun des deux fils de Muḥammad ‘Ubayd ne reproduisit cependant ce qui devait être une alliance de la génération précédente. En revanche, le premier mariage du second fils de Muḥammad ‘Ubayd, Sa‘īd, avec la fille de Muḥammad Nūr Šinkār en 1927 ouvrait la parenté sur celui qui était devenu le nouvel associé des Bin Zaqr et des ‘Awaḍ au moment de l’exil à Hodeïda. Les liens matrimoniaux entre ces trois familles retranscrivaient dans la parenté le contrat de la šarika fondée le 29 avril 1925 entre Muḥammad Nūr Šinkār, Ṣāliḥ ‘Awaḍ, ‘Abd Allāh et Sa‘īd Bin Zaqr. La reproduction des mariages dans le cœur du réseau d’alliés (Bin Zaqr et ‘Awad) maintenait les liens des associés. L’exogamie des Bin Zaqr soutenait l’adaptation progressive d’un réseau marchand approprié par les fils de ‘Ubayd Bin Zaqr, en donnant à la maison dont ils avaient pris la direction une extension remarquable, tant en volume qu’en rayonnement dans la mer Rouge et l’océan Indien. La famille de ‘Abd Allāh et Sa‘īd en formait avec les ‘Awaḍ, puis les Šinkār le noyau. Le second mariage de Sa‘īd Bin Zaqr avec Nūr, fille de Muṣṭafā Darwīš en 1950-1951, vingt ans après la mort de sa première épouse, correspondit encore à l’expansion de ses affaires au Hedjaz.

  • 90 Entretien avec ‘Abd Allāh ‘Abd al-Qādir Bā Šanfar, 13/11/2011, Djedda ; entretien avec Sa‘īd ‘Abd a (...)
  • 91 Entretien avec ‘Abd al-Ilāh ibn Sālim Bin Maḥfūẓ, 31/10/2011, Djedda.

94La corroboration du réseau marchand et des sociétés par le mariage restait courante dans les réseaux hadramis. La branche de ‘Abd al-Qādir ibn Sālim Bā Šanfar, dont la maison marchande était installée à Aden et commerçait entre l’Éthiopie, Aden et Djedda, était alliée à celle de leurs agents dans le port hedjazi : les Bā Jubayr90. La grand-mère de ‘Abd al-Qādir était déjà une Bā Jubayr (Fāṭima bint Sālim Bā Jubayr), et ‘Abd al-Qādir épousa lui-même Maryam Bā Jubayr. Le changeur (ṣarrāf) Sālim Bin Maḥfūẓ repartit au Hadramaout pour s’y marier avec une cousine, après ses premières années comme employé dans le bureau de change mecquois des Ka‘akī. Il divorça rapidement de sa première épouse, dont il avait eu deux filles au Hadramaout, pour épouser la sœur de son patron, ‘Abd al-‘Azīz al-Ka‘akī91. Le mariage fut contemporain ou précéda de peu l’établissement d’une association économique (šarika) à parts égales entre les Ka‘akī et celui qui était jusque-là leur employé (chapitre vi). Comme pour les Bin Zaqr, l’intégration de Sālim Bin Maḥfūẓ au groupe des négociants hedjazis passa par une extension des liens matrimoniaux au-delà de la parenté et de la communauté hadramie, très rapidement et abruptement dans ce dernier cas.

  • 92 FO 371-114873, Leading Personalities in Saudi Arabia, Djedda, 14/09/1955.

95Le réseau de parenté s’adaptait aux stratégies commerciales adoptées en étendant les alliances familiales dans le milieu négociant. Les familles des Bin Zaqr, des Bā Šanfar, des Bin Maḥfūẓ et des autres marchands hadramis ne faisaient que suivre un procédé classique de recoupement des alliances. D’autres familles de Djedda pratiquèrent ce procédé avec autant de succès pour organiser leur maison marchande. La famille des ‘Alī Riḍā fondait ses entreprises commerciales en Inde sur un réseau de parenté. Les deux frères et « entrepreneurs » dans le commerce avec l’Inde, ‘Abd Allāh (m. 1933) et Zaynal ‘Alī Riḍā (m. 1929-1930), épousèrent tous deux des femmes de la famille Zāhid, une famille négociante de Bombay et venue probablement elle aussi du Sud de l’Iran. L’alliance fut reproduite aux générations suivantes de la branche de Zaynal et de celle de ‘Abd Allāh. Yūsuf, le fils de Zaynal, épousa ainsi sa cousine maternelle, Anna bint Maḥmūd Zāhid. Salmā, la fille de Yūsuf et la petite-fille de Zaynal, épousa le cousin maternel de son père, Maḥmūd ‘Alī Zāhid92. Le maintien de ces liens de parenté structurait les maisons marchandes établies autour des branches de la famille ‘Alī Riḍā. Avec les Zāhid, la maison de Zaynal consolidait son ancrage dans le milieu négociant de Bombay, où elle était représentée par l’un des siens. Ibrāhīm, fils de Yūsuf et petit-fils de Zaynal, était ainsi le directeur de la branche à Bombay de la maison marchande familiale Haji Abdullah Ali Reza and Co. dans les années 1940. Sa position lui permettait de recevoir les commandes des plus grandes maisons de Djedda (chapitre vi).

96Quelques traditions familiales existaient donc pour les mariages. La reproduction des liens matrimoniaux au sein d’une même famille paraît avoir eu une importance continue. La répétition du mariage d’un fils avec sa cousine paternelle, ou d’une fille avec son cousin paternel, et plus largement la répétition des mariages entre parents et entre branches d’une famille n’étaient qu’un trait de cette reproduction des liens matrimoniaux dans la famille. Ces mariages s’expliquaient toutefois souvent par le fait que les cousins éloignés étaient aussi des partenaires commerciaux et ne constituaient souvent qu’une étape dans la structuration d’un réseau autour du marchand qui s’établissait. Il ne s’agissait pas d’une préférence exclusive pour le groupe familial. Les mariages au sein de la famille étaient en effet intégrés dès les débuts de l’établissement à une exogamie structurée, attentive à maintenir l’intégration dans la communauté hadramie d’une part et dans le groupe des grands négociants d’autre part. Les familles Bā Nāja, Bin Zaqr et Bin Maḥfūẓ montrent enfin que cette exogamie avait tendance à se développer avec l’expansion de l’entreprise familiale et de son réseau.

Les marchands hadramis se mariaient-ils avec des Hadramies ?

97Dans ces histoires de mariages, les noms hadramis reviennent plus souvent que les autres. Ils participaient à la création d’une « clique » de marchands unis par des liens matrimoniaux et des alliances commerciales, s’assistant dans les procédures juridiques en témoignant les uns pour les autres, et entre lesquels circulaient les parts d’un patrimoine qui restait très contrôlé. Les mariages entre les familles hadramies de la notabilité marchande de Djedda maintenaient la forte cohérence de ce groupe. Lorsque Yūsuf Bā Nāja épousait Ḫadīja bint ‘Umar Baġlaf, lorsque ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār et son second fils se mariaient dans la famille Baġlaf, ils s’alliaient avant tout à une famille hadramie correspondant à l’orientation de leur propre réseau et complétant leur intégration dans le milieu négociant.

  • 93 La polygamie était du reste minoritaire au xixe siècle, à l’exception des notables ruraux, pour les (...)

98Les quelques cas de mariages multiples (polygynie et polygamie) documentés par les sources confirment le souci qu’avaient les marchands hadramis de Djedda de lier leur maison aux différents cercles constitués par la famille, la communauté hadramie et le groupe des négociants. Ḫadīja Baġlaf ne fut que la première épouse de Yūsuf Bā Nāja, qui épousa ensuite une fille de bonne famille hedjazie. Son fils ‘Abd al-Raḥmān épousa Jamīla Bā Nāja (identifiée comme une concubine affranchie) et Ṣāfiyya Ḥasūba. ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār eut au moins une autre épouse que Maryam Baġlaf. Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin le muḫarrij prit une épouse dans la communauté hadramie (Ruqayya Bā ‘Isā) et dans une famille hedjazie. Peu répandus dans les cas de mariages que l’on peut connaître, les phénomènes de polygamie indiquent que le choix d’une épouse hadramie faisait partie des projets d’expansion du réseau de parenté passant par la communauté hadramie sans s’y limiter93. Quand son entreprise commença à prendre de l’ampleur au cours de la Seconde Guerre mondiale, Muḥammad Bin Lādin ne fit que répéter cette stratégie. Il épousa la fille d’une grande famille hadramie de La Mecque (Fāṭima Bā Ḥāriṯ) qui lui donna son premier fils et successeur, après une première union sans garçons, et d’autres mariages au sein et hors de la communauté hadramie.

  • 94 Entretiens avec ‘Alī ‘Abd Allāh Buqšān, 10/04/2010, Djedda, et Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011 (...)

99Le cas de Muḥammad Bin Lādin et les histoires plus récentes de marchands hadramis issus de l’immigration du xxe siècle précisent un dernier trait de ces mariages sans qu’il soit possible d’en vérifier la réalité au siècle précédent. ‘Alī Buqšān et son père ‘Abd Allāh se marièrent tous les deux au Hadramaout, où ils eurent leur premier enfant, avant de se marier une seconde fois au Hedjaz avec une famille hadramie bien établie (Bā Lbayḍ). Ce fut aussi le cas d’autres marchands hadramis arrivés dans la première moitié du xxe siècle, comme Muḥammad ibn Muḥammad Bā Junayd. Lors de son établissement à Djedda, il prit comme seconde épouse la petite-fille de l’imām de la zāwiya des Hadramis, le cheikh ‘Alī ibn Sālim al-‘Umayrī94. Pour ces parcours, l’intégration commence par un mariage hadrami qui introduit dans le milieu négociant du Hedjaz. Les mariages des premiers grands marchands hadramis connus au xixe siècle au sein de la communauté (Yūsuf Bā Nāja et ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār dans la première moitié, Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr à la fin du siècle) peuvent témoigner des aboutissements de ces stratégies d’établissement. Comme leurs prédécesseurs, les Buqšān, les Bā Junayd, les Bin Lādin et d’autres élargirent rapidement leurs choix matrimoniaux tout en maintenant des liens de parenté au sein de la famille et de la communauté hadramie.

100La cohérence d’un groupe « dense » comme celui des marchands hadramis relevait donc d’une distribution des alliances par le mariage dans ces trois cercles qu’étaient la famille, la communauté hadramie et le milieu des négociants de Djedda. L’importance accordée au maintien des liens familiaux, dans cette gamme de choix matrimoniaux, tenait bien souvent au fait que ces liens étaient aussi des liens d’affaires, qu’ils étaient essentiels dans les premières étapes de l’établissement d’un négociant ou d’un entrepeneur, et qu’ils s’intégraient à un réseau marchand non limité aux Hadramis. Les mariages exogames et endogames ne se concluaient pas au détriment les uns des autres. Ils renforçaient la solidarité de la clique en l’intégrant au groupe élargi des marchands de Djedda et à leurs réseaux. Les marchands hadramis épousaient donc des hadramies et des non-hadramies.

101Les recoupements constamment réorganisés de la famille avec le réseau négociant renforçaient l’intégration du groupe des marchands de Djedda et, au sein de ce groupe, la cohésion des marchands hadramis. Ces recoupements sont un premier signe de la souplesse des mécanismes d’organisation et d’extension de la parenté. Ils permettaient à la famille et, en particulier, à ses sous-divisions formées par les branches de fonctionner comme des « maisons » marchandes.

2. UNE GESTION FAMILIALE DES AFFAIRES

102La maison (bayt) était le premier groupe concerné par les choix matrimoniaux de ses membres. Souvent, elle en décidait. Si l’on peut parler de stratégie matrimoniale, c’est bien parce que chaque maison cherchait à maintenir l’unité de ses membres et du patrimoine accumulé d’une génération à la suivante. Les maisons des grands marchands hadramis adoptaient pour cela une conception très ouverte de la parenté, comme dans le cas de l’intégration d’un affranchi ou dans l’adaptation des liens matrimoniaux à l’évolution de la structure des entreprises commerciales. Les politiques de fondation de waqf pouvaient aussi se montrer restrictives, voire sélectives dans la définition de la parenté bénéficiaire du patrimoine. Le waqf de Yūsuf délimitait ainsi soigneusement sa « branche » au sein du lignage des Bā Nāja dont les membres étaient toutefois associés de près aux activités marchandes des fils du fondateur. Située au cœur des affaires familiales, la maison était aussi au centre des préoccupations.

a. Des « dynasties » familiales

Des générations de marchands : la continuité des familles marchandes

  • 95 A. Raymond, 1973, p. 291 ; Ḥ. ‘Abd al-Mu‘ṭī, 2008, p. 387 ; N. Hanna, 1998, p. 40-41.
  • 96 U. Freitag, 2002, p. 120-121.

103Retrouve-t-on dans les familles marchandes hadramies de Djedda la loi fatidique selon laquelle une maison entame son déclin au bout de trois générations ? André Raymond relevait ce phénomène et l’exception que constituait la famille Šaraybī dont on peut suivre les affaires sur cinq générations jusqu’à la mort d’Aḥmad en 1759. Hiṣām ‘Abd al-Mu‘ṭī confirme la difficulté que les associations familiales des marchands maghrébins du Caire avaient à se maintenir à l’époque ottomane : 30 % des familles qu’il étudie firent durer leur association commerciale plus d’une génération, 12 % la maintinrent jusqu’à la troisième génération et seulement 3 % au-delà. Le parcours de la famille d’Ismā‘īl Abū Taqiyya suit aussi ce modèle en trois actes : l’émergence familiale dans l’élite négociante cairote à l’époque du père, Aḥmad (m. 1596), l’apogée de la maison marchande à l’époque d’Ismā‘īl (m. 1624) puis son déclin lorsque le fils d’Ismā‘īl, Zakariyā (m. 1669), prit sa succession95. À Singapour, Ulrike Freitag relève que ce phénomène était lié à la fin légale des waqfs familiaux. Ils y étaient en effet établis sous le régime britannique des fondations familiales (family trusts), qui imposait la dissolution de la partie ḏurrī du waqf, réservée au bénéfice de la famille, vingt et un ans après le décès du dernier fils ou petit-fils du fondateur96. Ce n’était pas le cas à Djedda, où le waqf familial suivait le régime islamique de la perpétuité, jusqu’à l’extinction de la famille du fondateur. La documentation permet d’y suivre plusieurs maisons de marchands hadramis sur trois générations, mais plus rarement et plus tardivement sur un nombre supérieur.

104Les obstacles à la continuité familiale repérés ailleurs par les historiens jouaient aussi à plein à Djedda. Bien qu’elles n’aient pas été soumises à des spoliations comme celles que pratiquaient les beys égyptiens sur les marchands du Caire, les maisons hadramies de Djedda étaient bien exposées à la fragmentation des patrimoines (fût-elle limitée par les dispositions du waqf), aux incertitudes démographiques qui pesaient sur la quantité et la qualité de la postérité des marchands (fussent-elles compensées par l’extension du réseau et l’intégration d’affranchis à la parenté), à la tendance enfin à investir dans des activités comme les fonctions dans l’État et le contrôle de propriétés immobilières de rapport, aux dépens des activités commerciales plus risquées – jamais abandonnées cependant.

105La famille de Yūsuf Bā Nāja se plia à la loi des trois générations. La division de la maison de Yūsuf commença en 1898, lorsque le fils de Muḥammad ibn Yūsuf se sépara de la société familiale, laissant la direction des activités familiales entre les mains de ‘Abd al-Raḥmān et ses fils. Parmi ces derniers, l’aîné Aḥmad s’écarta lui aussi du négoce pour entamer une carrière dans l’administration chérifienne. L’activité commerciale n’était pas abandonnée par les autres fils, mais si les comptes épars conservés dans les cahiers de ‘Abd al-Qādir Karāma indiquent qu’elle resta importante au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, elle ne s’adaptait pas au nouveau contexte commercial et reposait sur le réseau établi par la génération précédente.

  • 97 Cahier de comptes de ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, Bayān ṣāfī īrādāt al-‘amā’ir bi-Miṣr min ibtidā’ (...)

106Après la fondation par Yūsuf d’une puissante maison marchande et l’expansion de son réseau et de ses activités par ses fils, les petits-fils tirèrent une part croissante de leurs revenus des propriétés immobilières héritées de leur grand-père et des investissements des bénéfices commerciaux réalisés par leur oncle ‘Abd Allāh et leur père ‘Abd al-Raḥmān. Les cahiers de comptes de ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, quoique incomplets, suggèrent nettement cette évolution. De 1913-1914 à 1928-1929, les bénéfices tirés du waqf de Yūsuf à Djedda et des propriétés en mulk de Djedda et La Mecque gérées en association par la famille s’étaient élevés à plus de 5 250 livres sterling or (souverains), sans compter les revenus des propriétés en Égypte bénéficiant à ‘Abd al-Raḥmān et à la veuve de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja. Avant les dévaluations accompagnant la crise de 1929, cette somme équivalait à 530 dollars Marie-Thérèse de revenus annuels, non compris les bénéfices des propriétés de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf. Tel qu’il était établi à la fin de l’année 1946, le capital de la maison marchande de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf Bā Nāja s’élevait à 11 000 livres sterling or (souverains), une fois le passif déduit. Sur la seule année 1366/1946-1947, les revenus des biens immobiliers (maisons, immeubles et terres agricoles) en mulk et en waqf hérités de ‘Abd Allāh Bā Nāja en Égypte et dont ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja fit le compte dans ses cahiers atteignirent plus de 1 605 livres sterling or (818 879 ġirš)97. Ces chiffres donnent la mesure du poids croissant de l’immobilier dans le patrimoine des Bā Nāja.

  • 98 Al-Qibla, 723, 27/09/1923.

107Seul Muḥammad Ṣāliḥ ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja apparaît encore dans les sources consulaires, comme président du tribunal de commerce en 1923 et parmi les notables de Djedda participant à la conférence réunie par le roi en 193198. Il avait cependant été associé à Sufyān, et ‘Abd al-Qādir Karāma participait aux comptes d’une maison encore placée sous l’autorité de ‘Abd al-Raḥmān (m. 1938), qui maintenait le prestige des fils de Yūsuf à Djedda. Le rôle de Sufyān et celui que semble avoir joué ‘Abd al-Qādir dans la maison de ‘Abd al-Raḥmān sont aussi les indices d’un délaissement progressif des activités commerciales par les fils de ce dernier.

108À l’époque saoudienne, les Bā Nāja qui jouaient un rôle éminent furent de moins en moins les descendants biologiques mâles de Yūsuf Bā Nāja, bien que leur association à la maison de Yūsuf eût fait leur fortune et leur notabilité. Au moment où les petits-fils de Yūsuf établissaient l’inventaire de la maison marchande de ‘Abd al-Raḥmān, en 1946, une chambre de commerce était créée à Djedda sur l’ordre du roi. Le représentant du nom des Bā Nāja que nommèrent le vice-roi du Hedjaz Faysal et son père ‘Abd al-‘Azīz parmi les membres du conseil d’administration fut ‘Umar ibn ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, qui fut aussi président de la municipalité de Djedda. De 1384/1964-1965 jusqu’en 1997, ce fut l’un des fils de Sufyān, ‘Abd al-Laṭīf, qui maintint le nom des Bā Nāja à la chambre de commerce.

  • 99 D. Hogarth, 1978, p. 58 ; Umm al-Qurā, 201, 2/11/1928, p. 2.

109Les familles des frères Junayd et Muḥammad ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd reproduisirent aussi le phénomène du poids croissant des revenus immobiliers au sein des revenus de la maison familiale, dans le cadre d’une stratégie d’achats communs à la fratrie déjà signalée. Au Caire, les fils et petits-fils de son frère Muḥammad sont signalés comme propriétaires immobiliers (min ḏū al-amlāk) et « négociants » à la tête d’un magasin (maḥall tijārī) jusqu’en 1938. C’est aussi après la troisième génération que les descendants de Junayd ne furent plus signalés comme marchands dans les sources. Le fils de Junayd, ‘Abd al-Raḥmān, était encore mentionné par Hogarth comme grand marchand et propriétaire de sambouks au cours de la Première Guerre mondiale. En 1928, il était élu dans le conseil de direction d’une société commerciale regroupant d’autres grands marchands saoudiens : Sulaymān Qābil, Muḥammad Ṣāliḥ Abū Zanāda, Muḥammad ‘Abd al-Raḥmān al-Faḍl et Muḥammad Ṣāliḥ al-Bassām99. Ses fils ‘Abd al-Bāsiṭ (m. 1425/2004-2005) et ‘Abd al-Qādir (m. 1394/1974-1975) sont les derniers négociants de la famille de Junayd. Le second ferma la wakāla familiale du Caire une dizaine d’années après la conquête najdie du Hedjaz. La réorientation des activités familiales se traduisit par l’absence de représentants des Bā Junayd dans la chambre de commerce lors de sa création en 1946.

  • 100 D. Hogarth (édition de 1917), dans IOR R-15-5-380.
  • 101 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.

110Le déclin de la pratique du commerce caractérise aussi la famille des muḫarrijūn Bā ‘Išin. Il semble pour eux être aussi lié à l’extinction de la corporation, dont la famille exerçait la direction de façon héréditaire100. Le fils du négociant Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin, ‘Alī, fut le premier membre de la famille à occuper ce poste, qu’il transmit à son fils Muḥammad Ṣāliḥ. Les fils de Muḥammad Ṣāliḥ ont été les derniers à tenir la charge. La fonction fut supprimée quelques années après la conquête najdie ; elle n’est du moins plus évoquée par les sources. D’après l’une des petites-filles de Muḥammad Ṣāliḥ, le nouveau gouvernement enleva même sa charge à l’un des fils de Muḥammad Ṣāliḥ, qui en mourut de dépression101. Il avait remplacé son père mort à Souakin où la famille s’était réfugiée pendant la conquête najdie du Hedjaz. Le coup porté aux muḫarrijūn Bā ‘Išin était peut-être une conséquence de leur association au régime chérifien et de leur départ de Djedda. Mašhūr, le dernier fils de Muḥammad Ṣāliḥ, fut aussi le seul à ne pas avoir pu devenir cheikh de la corporation. Il présida néanmoins la municipalité de Djedda. Mais la famille de ‘Alī disparut néanmoins des archives consulaires après la conquête saoudienne du Hedjaz. Dans les listes de donateurs publiées par le journal Umm al-Qurā – un indicateur parmi d’autres de la notabilité – dans les années 1940, elle n’apparaissait qu’au second rang des principaux donateurs (chapitre vi).

  • 102 John L. Carter écrit que Muḥammad Sāliḥ naquit en 1867 et qu’il avait 4 ans quand son père mourut – (...)
  • 103 Ḥijāz Vilāyeti Salnāmesi, 1303/1885-1886 et 1306/1888-1889.

111La famille Bā ‘Išin n’en disparut pas pour autant de la presse locale, mais ce fut l’autre branche qui monopolisa désormais les mentions, celle du négociant ‘Alī Bā ‘Išin (m. 1871-1872102 ?), actif dans le commerce avec l’Inde. L’un de ses fils, ‘Abd Allāh, fut membre du meclis-i tamyīz du vilayet en 1885-1886, et du tribunal commercial de Djedda en 1888-1889103. Un autre fils, Muḥammad Ṣāliḥ, développa encore le commerce familial. Il épousa successivement deux filles de la branche des muḫarrijūn. Aḥmad ibn Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin poursuivit ce développement. Il apparaît aux côtés de son père dans les listes des participants aux contributions de charité publiées dans al-Qibla. Il fit partie des marchands qui soutinrent rapidement le nouveau pouvoir saoudien. La société que créa Aḥmad ibn Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin à Djedda en 1920 est aujourd’hui dirigée par son fils Ḫālid et reste le plus important distributeur de thé dans le royaume d’Arabie Saoudite. Une autre famille marchande, celle de Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr, réorganisa à la même époque (1925) ses activités quand ses fils Sa‘īd et ‘Abd Allāh fondèrent une société avec Muḥammad Nūr Šinkār et Ṣāliḥ ‘Awaḍ. En 1975, Wahīb (m. 2009), le fils de Sa‘īd, fut formellement intégré comme associé (šarīk) à la société aux côtés de son père et du fils de Muḥammad Nūr Šinkār. Il avait déjà succédé à son père en 1967-1968 comme membre quasi permanent de la chambre de commerce de Djedda. La Binzagr Company est aujourd’hui dirigée par les petits-fils de Sa‘īd ibn Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr.

  • 104 Umm al-Qurā, 1346, 19/01/1951, p. 3.

112La branche fondée par ‘Alī Bā ‘Išin est un cas rare de famille marchande établie au xixe siècle dont les activités commerciales ont été poursuivies jusqu’à la quatrième génération. Comme pour ‘Umar ibn ‘Abd al-Qādir Karāma et Sufyān Bā Nāja, la présence d’Aḥmad ibn Muḥammad Ṣāliḥ et d’Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā ‘Išin dans la première chambre de commerce du royaume signale la continuité d’une partie des maisons marchandes hadramies. Une seule autre famille, celle du šāhbandar ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār, peut être suivie au sein du milieu négociant sur plus de quatre générations. En 1951, Aḥmad Bā Ġaffār, prenant la succession de son père Abū Bakr (l’arrière-petit-fils de ‘Abd al-Ġaffār), prit soin d’annoncer dans le journal Umm al-Qurā que le changement de nom du magasin familial ne touchait ni la composition de la direction ni celle du capital de l’établissement104. Le chef de la maison désormais appelée Aḥmad Abū Bakr Bā Ġaffār & fils à Djedda était à cette époque membre depuis déjà cinq ans de la chambre de commerce de Djedda. Les autres maisons marchandes éminentes au xixe siècle, comme celles de Sa‘īd Bā Ḫadlaqī, ‘Abd Allāh Bā Hārūn, Sa‘īd Baġlaf, ‘Umar Bā Darb, ‘Umar al-Saqqāf, Junayd Bā Junayd et ‘Abd Allāh Naṣīf, ne figuraient plus parmi l’élite négociante de Djedda au milieu du xxe siècle.

113Quelques traits peuvent être soulignés dans l’examen de ces parcours. Le caractère relativement tardif des maisons marchandes hadramies encore actives dans le commerce saoudien et dont les affaires ont été poursuivies par plus de trois générations successives ressort d’une comparaison entre la clique négociante de 1858 et les membres de la chambre de commerce en 1946. À l’exception des maisons de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār et ‘Alī Bā ‘Išin, aucune des grandes maisons marchandes hadramies ou non hadramies du milieu du xixe siècle n’était représentée. Les noms hadramis n’avaient pas disparu en 1946, et la surreprésentation des négociants hadramis dans le conseil d’administration de la chambre reproduisait celle de leurs prédécesseurs dans les institutions commerciales au siècle précédent. Mais les noms étaient désormais portés par d’autres branches et extensions de la famille (Bā Nāja) ou avaient changé (Bin Zaqr, Bā Ḫašab, Bā Daḥdaḥ, Bā Samḥ, Bin Lādin). Dans cette évolution, le cap de la troisième génération était particulièrement difficile à franchir. Les revenus des investissements immobiliers réalisés par les pères encourageaient la réorientation des activités familiales chez les fils, tandis que le réseau établi autour de la maison n’était plus entretenu ou cessait d’évoluer et de s’adapter aux conditions du commerce. À ces raisons structurelles s’ajoute le tournant des années 1920-1930, marqué par un changement abrupt de régime politique et économique, auquel les descendants de ‘Alī Bā ‘Išin, de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār et de Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr ont su s’adapter en soutenant rapidement le nouveau pouvoir et en refondant leurs sociétés de commerce.

114Enfin, le maintien des familles marchandes d’une génération à l’autre ne fut possible qu’au prix d’importantes évolutions des structures familiales, rythmées par ces moments critiques qu’étaient la mort du chef de la maison et la majorité des fils. C’est en fondant une maison à leur nom qu’Aḥmad Abū Bakr Bā Ġaffār et Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin prirent la succession de leur père, marquant l’établissement de maisons marchandes autonomes tout en s’inscrivant dans l’héritage familial et en se fondant sur le patrimoine matériel (le capital) et immatériel (le réseau et la réputation) de leurs ancêtres. Derrière l’association continue du nom avec le négoce, la famille se divisait et se réorganisait par la fondation de nouvelles maisons. Ces réorganisations faisaient l’histoire des maisons négociantes ‘Abd al-Raḥmān Yūsuf Bā Nāja, Aḥmad Abū Bakr Bā Ġaffār & fils, Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin puis Aḥmad Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin & Associés. Les marchands à la tête de ces nouveaux bayt pouvaient rappeler leur filiation (nasab) et compter sur le patrimoine du père d’autant plus aisément que leurs frères avaient choisi des orientations différentes ou leur avaient confié la direction des affaires. L’évolution des liens matrimoniaux conclus entre ces familles et au sein de chacune d’entre elles indique aussi les profondes transformations et adaptations de la parenté qui conditionnaient la continuité économique.

115Ce mouvement de scission des lignages plaçait sur les épaules des fils la responsabilité du maintien des activités familiales et du nom qui leur était associé. Un tel mouvement faisait de ces histoires de familles marchandes une histoire qui était aussi très personnelle, où l’individu n’était pas qu’un héritier prédisposé par son insertion dans un groupe de parenté. Un fils de négociant pouvait ne pas s’intéresser au négoce, se tourner jeune vers des activités culturelles et politiques, comme Qāsim Zaynal ‘Alī Riḍā (chapitre iv) et Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, préférer la stabilité des revenus immobiliers aux risques du commerce – quitte à mettre en péril la continuité professionnelle de la famille.

Des générations de marchands : la postérité des marchands

  • 105 Ph. Fargues, 2000, p. 50.

116La distance que pouvaient prendre les enfants vis-à-vis des activités familiales, et de la maison, le départ précoce de certains pour d’autres lieux et d’autres activités, et les risques d’une mortalité infantile élevée ont encouragé les marchands hadramis à s’assurer une descendance mâle assez nombreuse pour garantir la continuité de la maison. Les historiens et les démographes sont depuis longtemps revenus sur le cliché de la famille arabe nombreuse et patriarcale, où la fécondité aurait été aiguillonnée par le désir d’assurer une main-d’œuvre familiale gratuite et d’élargir les revenus du foyer. Philippe Fargues a remarqué qu’au Caire au milieu du xixe siècle, d’après les recensements de 1848 et 1868, la plupart des enfants quittaient tôt leurs foyers, à l’exception des fils d’artisans. Ce constat l’a poussé à faire l’hypothèse d’un ressort de la fécondité qui résiderait plutôt dans une « stratégie des femmes, celle d’assurer leurs vieux jours » après la mort ou le remariage de leur mari105. Les familles de Djedda que nous suivons n’étaient pas non plus caractérisées par une fécondité particulièrement haute. La postérité des marchands était souvent réduite, et plusieurs grands marchands hadramis n’eurent pas d’enfants – survivants du moins. Cela n’empêchait certes pas d’autres familles de constituer de larges maisonnées – la grande maisonnée restait un idéal pour l’élite – mais conférait une grande variété aux familles de marchands hadramis.

  • 106 Pour les situations à Damas et Istanbul en 1907 : A. Duben et C. Behar, 1991, p. 50 ; T. Okawara, 2 (...)

117Deux épouses donnèrent à Yūsuf Bā Nāja (m. 1864-1865) trois garçons qui survécurent à sa mort, et deux filles dont l’une au moins vécut assez longtemps pour être mariée. La taille du foyer réuni dans la maison du quartier de Šām après le décès de Ḫadīja Baġlaf correspondait ainsi à la moyenne des foyers simples (nucléaires) à Damas en 1907 (4,4 membres de la famille par foyer) et dépassait légèrement celle des foyers d’Istanbul la même année (3,6)106. Ḫadīja Baġlaf était la mère de Muḥammad, seul fils survivant qu’on lui connaisse, tandis que Umm al-Sa‘d Sulaymān Nās eut deux fils (‘Abd Allāh et ‘Abd al-Raḥmān) et deux filles. ‘Abd Allāh ibn Yūsuf n’eut pas d’enfants, et nous ne connaissons que deux enfants adultes de Muḥammad : ‘Alī et Asmā’. Les deux épouses de ‘Abd al-Raḥmān ibn Yūsuf lui donnèrent l’une trois garçons et deux filles, l’autre un garçon et deux ou trois filles. Une sixième fille, Ḥafṣa, est en effet mentionnée comme uḫt (sœur) et mais jamais comme šaqīqa (sœur germaine) des fils de ‘Abd al-Raḥmān : elle pourrait donc être l’enfant d’un troisième mariage. Ces chiffres sont sensiblement plus élevés que le nombre moyen d’enfants par couple relevé à Naplouse aux xviiie et xixe siècles par Judith Tucker (3,3) ou Alep entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle par Maragaret Meriwether (3,3 pour la population en général, 3,6 pour les familles des classes aisées).

  • 107 À Damas en 1907, Tomoki Okawara estime à 12,1 % la proportion de maris vivant avec plusieurs épouse (...)

118Les arbres généalogiques ne nous renseignent que sur le nombre d’enfants arrivés à l’âge adulte, et rares sont ceux qui mentionnent les mères de chacun d’eux. D’autres ne mentionnent les filles que lorsqu’elles se marièrent à une autre famille importante et eurent des enfants. Ce n’est donc qu’une image très approximative de la taille d’une famille marchande que nous pouvons reconstituer. Pour la génération de Yūsuf Bā Nāja, cinq autres arbres généalogiques de familles hadramies presque complets peuvent être reconstitués : ceux de ‘Abd al-Ġaffār ibn Muḥammad Bā Ġaffār (le šāhbandar en 1858) et de son frère Aḥmad ; celui de ‘Alī Bā ‘Išin et son fils Muḥammad Ṣāliḥ, cheikhs des muḫarrijūn ; celui des négociants ‘Alī Bā ‘Išin et son fils Muḥammad Ṣāliḥ surnommé al-ḍarīr (l’« aveugle ») ; celui de Junayd Bā Junayd. Seul ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār présente un nombre d’enfants particulièrement élevé (neuf filles et cinq garçons). C’était là le fruit de plusieurs mariages, un trait distinctif pour cette élite urbaine car les cas de polygynie devaient être rares si l’on se fie aux études réalisées dans d’autres provinces arabes107. Pour les autres (Aḥmad Bā Ġaffār et Junayd Bā Junayd), le nombre d’enfants par foyer restait proche de quatre, sauf dans le cas d’une polygynie confirmée. À la génération suivante, ce nombre moyen reste inférieur à cinq : les fils de Yūsuf Bā Nāja ont entre zéro (avec une seule épouse connue) et neuf (avec deux épouses connues) enfants, ceux de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār entre un et trois, ceux de Aḥmad Bā Ġaffār entre un et deux. Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin al-Ḍarīr eut dix enfants d’au moins deux épouses.

119Le corpus réduit interdit d’accorder une valeur statistique à ces données, mais permet de remarquer d’abord une grande variété dans la taille des foyers de ces grandes familles marchandes hadramies. Il signale aussi la fréquence des postérités réduites. Qu’elles aient été le résultat d’un choix ou d’accidents démographiques, ces postérités et les foyers réduits qu’elles constituaient relativisent le modèle de la famille marchande nombreuse. Les écarts s’expliquent par la tendance d’une partie des familles marchandes à entretenir de grandes maisonnées, parce qu’elles en avaient les moyens et parce que la taille était un signe de distinction sociale et un atout commercial pour l’entreprise familiale. Les enfants constituaient une part essentielle de ces grandes maisonnées et le moyen de nouer des alliances avec d’autres familles. Ce n’était cependant pas une condition suffisante pour le maintien de la maison marchande. La maison marchande dévolue aux quatre fils et six filles de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja ne connut ni un succès ni une longévité moindres que ceux de la maison des deux seuls fils de Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr.

120C’est qu’avec le nombre, l’adaptation de la parenté au réseau d’affaires et la formation des héritiers étaient des conditions nécessaires.

Des générations de marchands : la formation des fils

121La composition des maisons, les archives des tribunaux et des administrations consulaires et ottomanes apportent de réels éclairages sur la formation des fils de marchands. Les courts mémoires (muḏakkirāt) laissés par le négociant Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd bin Zaqr constituent une source exceptionnelle. Le seul autre « ego-document » cité par un historien sur l’histoire des marchands hadramis, le manuscrit des mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin cités par ‘Abd al-Quddūs al-Anṣārī, a été perdu.

  • 108 La thèse d’Abdullatif Dohaish fait le point sur l’histoire des écoles du Hedjaz de l’époque ottoman (...)

122La notabilité djeddawie, selon ses orientations, pouvait envoyer ses enfants dans deux écoles élémentaires. À côté des enseignants privés rassemblant autour d’eux les élèves qui leur étaient envoyés, la fin du xixe siècle fut l’époque de la création d’une série d’institutions scolaires au Hedjaz. L’établissement d’écoles de tous les niveaux découlait de la politique des réformes ottomanes, et notamment de la loi de 1869 sur la mise en place dans l’Empire d’un réseau scolaire inspiré des modèles européens. Une première madrasa rušdiyya fut ouverte à Djedda en 1874, avec le soutien des autorités ottomanes et grâce aux contributions des habitants. C’était la première école réformée du Hedjaz, avant l’ouverture d’autres établissements à Médine, La Mecque et Taïf. Naṣīf évoque lui une école ibtidā’iyya (élémentaire), ouverte dans les années 1880. En 1905, l’école al-Falāḥ, fondée par Muḥammad ‘Alī Riḍā avec l’aide d’autres négociants de Djedda (chapitre iii), était l’exemple des projets éducatifs propres aux habitants108.

  • 109 Sur cet effort soclaire intensifié sous Abdülhamid II : B. Fortna, 2002 ; S. Somel, 2001 (les annex (...)
  • 110 Ḥ. Naṣīf, 1930-1931, p. 111-112.

123La première était un instrument de l’intégration du Hedjaz à l’Empire ottoman, en particulier dans le cadre de l’effort éducatif entrepris par le sultan Abdülhamid II109. La volonté d’en faire un outil au service de la formation d’une nation ottomane était manifeste dans le poids des enseignements de langue et dans l’orientation des élèves vers l’administration impériale. Les vieilles familles de Djedda, en particulier après 1908, voyaient dans cette école une institution turque avant tout, dont le curriculum était réduit aux mathématiques élémentaires et à la langue turque, tandis que l’école al-Falāḥ accordait une large place à l’apprentissage du Coran à côté de l’écriture, des mathématiques et du calcul110. Le maktab ottoman fut repris et transformé en madrasa hāšimiyya (école hachémite) par le roi Ḥusayn. Il y ordonna le regroupement de tous les élèves des katātīb (sing. kuttāb : école coranique) de Djedda mais n’en développa pas le curriculum, d’après Ḥusayn Naṣīf – dont le portrait du chérif n’est certes pas objectif. Les curricula exposés par Selçuk Somel indiquent pourtant que l’école ottomane devait déjà ou aurait dû consacrer aussi une bonne part de son enseignement aux matières religieuses, dominantes jusqu’à la quatrième année et chères au sultan calife.

  • 111 ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 155 ; J. Carter, 1979, p. 49.

124L’école al-Falāḥ jouait elle aussi sur sa réputation d’école pieuse et arabe, et attirait les donations des notables de la ville. Malgré sa réputation et sa fondation par des négociants, l’école fut loin de constituer une voie obligée pour les fils de marchands. Aucune attestation ne signale la participation des marchands hadramis à sa fondation ou à son public, à l’exception des fils de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin (le négociant), Aḥmad et ‘Abd al-Qādir. Aḥmad Bā ‘Išin, qui présida le conseil d’administration de la chambre de commerce de Djedda avec un cousin du fondateur d’al-Falāḥ, participa aussi à la direction de l’établissement scolaire pendant vingt-cinq ans111.

  • 112 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 22 ; ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 153.
  • 113 Mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, cités dans ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 151.
  • 114 Ph. Fargues, 2003, p. 34.
  • 115 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, I, archives privées Bin Zaqr.

125Jusqu’au regroupement des élèves dans l’école hachémite ordonné par le chérif Ḥusayn, il existait plusieurs autres écoles élémentaires à Djedda. Ibrāhīm Rif‘at Bāchā, dans son énumération des bâtiments remarquables de Djedda, compta en 1901 neuf écoles pour les jeunes garçons en plus de l’école ottomane pour les plus âgés, qu’il appelait maktab ta‘līm et décrivait comme une institution de grande qualité. ‘Abd al-Quddūs al-Anṣārī cite plusieurs écoles « locales » ou « domestiques » (ahliyya) tenues par les oulémas de Djedda et portant leur nom112. L’école al-Falāḥ à ses débuts, recevant les premiers écoliers dans les maisons des marchands qui soutenaient le projet, avait ce caractère domestique des madrasas et kuttābs, bien qu’elle semble n’avoir attiré qu’une certaine partie de la population. C’est dans le kuttāb d’un de ces oulémas que Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin (le négociant) fut envoyé par son frère aîné ‘Abd Allāh pour apprendre le Coran, puis auprès d’un autre cheikh pour étudier le fiqh113. Cette éducation personnalisée, attentive à l’apprentissage des préceptes religieux, était aussi une marque de respectabilité et caractérisait le groupe des grands marchands. Philippe Fargues calcule qu’au Caire en 1848 48 % seulement des fils de marchands se rendaient dans les écoles de quartier et émet l’hypothèse qu’ils recevaient leur éducation de tuteurs privés114. Muḥammad Ṣāliḥ allait à ses leçons accompagné d’au moins un esclave (parfois plusieurs) qui portait son sac, son tabouret et son tapis, et veillait à ce qu’il rentre sans tarder à la maison familiale, où son frère aîné lui faisait réciter le Coran et lire ses leçons. Sa‘īd et ‘Abd Allāh Bin Zaqr n’étudièrent pas non plus dans l’école al-Falāḥ, décrite comme l’école de l’élite (ahl al-ḫayr), mais dans un kuttāb où ils suivirent le même cursus que les autres enfants de marchands : le Coran et quelques éléments de fiqh, la lecture et l’écriture, et les éléments mathématiques nécessaires à la tenue de comptes115.

126Cette éducation scolaire n’allait que rarement au-delà des connaissances élémentaires. Elle pouvait être interrompue par les nécessités du négoce. Elle était surtout poursuivie par une formation sur le tas, auprès des membres ou des proches de la famille déjà engagés dans le négoce. Après sa rentrée en octobre 1916, Sa‘īd Bin Zaqr resta sept années dans l’école hāšimiyya, mais il dut la quitter brusquement avant la fin du second cycle, peu après la mort de son père. Sa‘īd décrit cette interruption comme un « second choc » après le décès paternel. Il devait désormais aider son grand-frère ‘Abd Allāh, associé depuis peu aux activités de son père.

  • 116 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II et IV, archives privées Bin Zaqr.

127La mort de Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr – une rupture rythmant l’évolution du cycle domestique – ne fit en réalité que précipiter une transition naturelle et préparée longtemps à l’avance par l’association progressive des fils aux activités du père. ‘Abd Allāh et son petit frère Sa‘īd avaient en effet été préparés à leur futur métier par leur père, qui prenait soin de leur raconter l’histoire familiale et sa propre expérience, de décrire les activités commerciales auxquelles il avait participé. Deux ans avant sa mort, Muḥammad ‘Ubayd Bin Zaqr avait commencé à envoyer ses enfants pendant leurs vacances (le mois de ḏū al-ḥijja) chez des amis marchands. Ils apprenaient à tenir des comptes, à travailler, et surtout, écrit Sa‘īd, à discipliner leur personne (tarwīḍ li-l-nafs). La fréquentation des majlis paternels où venaient en fin d’après-midi les partenaires et proches de leur père s’ajoutait à la formation de ‘Abd Allāh et Sa‘īd. En se tenant à proximité, en servant le café aux hôtes paternels, les deux fils de Muḥammad ‘Ubayd venaient saluer et écouter ceux qui devinrent quelques années plus tard leur tuteur (Bā ‘Uṯmān), qui témoignèrent en 1924 devant le syndic des sayyids (Bā Nāja, Qābil et Muḥammad Ṭawīl), les marchands à la tête des institutions municipales, les Bā ‘Išin, Bā Ġaffār, Bā ‘Iraqī et d’autres grands négociants de Djedda non hadramis116.

  • 117 Entretien avec ‘Alī ‘Abd Allāh Buqšān, 10/04/2010, Djedda.

128Cette association progressive aux activités familiales représentait l’essentiel de la formation des fils de marchands qui suivaient la voie de leur père. Elle se poursuivit pour Sa‘īd lorsqu’il conclut avec son frère un contrat d’association avec Muṣṭafā ‘Awaḍ et Muḥammad Nūr Šinkār : ce fut le frère aîné qui entreprit les voyages et prit les principaux risques, tandis que Sa‘īd restait à terre. En 1975, quand ‘Abd Allāh mourut, Sa‘īd refondit la société. Il y associa son fils aîné, Wahīb, qui devait prendre la direction de la société à la mort de son père. Ce type d’initiation se retrouve dans la majorité des parcours de marchands que l’on peut reconstituer, nous l’avons vu dans le cas des jeunes immigrés employés comme garçons domestiques ou apprentis des négociants mecquois et djeddawis. Le fait de ne pas être passé par l’école ou de n’y avoir étudié qu’un court moment est même souvent une caractéristique exhibée comme la preuve de la réussite117. Les exemples de Sālim Bin Maḥfūẓ et de Muḥammad Bin Lādin, réputés analphabètes, sont les plus significatifs (chapitre vi).

  • 118 FO 195-375, Caimacam of Jeddah’s Letter to Vice-Consul, British Vice-Consulate, Djedda, 4/11/1856.
  • 119 Cette division des rôles a été étudiée dans le cas des familles paysannes basques où elle est liée (...)

129Des sources moins personnelles peuvent aussi permettre de reconstituer la formation expérimentale des fils de marchands hadramis et l’association progressive aux activités du chef de la maison. Lorsque le négociant Yūsuf Bā Nāja fut accusé d’organiser le boycott de l’établissement de Sava Moscoudi en 1856, son fils Muḥammad était désigné aux côtés de son père par les plaintes de la maison grecque. L’association du fils est confirmée par la reprise de la direction de la maison marchande, quand Yūsuf fut exilé et partit avec au moins l’un de ses fils – ‘Abd Allāh d’après les descendants de ‘Abd al-Raḥmān118. Le départ de ‘Abd Allāh avec son père Yūsuf sur l’île de Chypre n’est pas attesté par les sources, mais serait tout à fait cohérent avec l’horizon méditerranéen qu’il donna par la suite aux affaires familiales, avec ses liens forts avec l’administration ottomane – qui lui valurent le surnom de « ‘Abd Allāh Pacha » sans que le titre soit confirmé par les archives de la Sublime Porte. Le départ du fils cadet tandis que son frère aîné héritait du contrôle de la maison était d’abord un moyen de maintenir la continuité des affaires en dépit des crises familiales et politiques. Mais cette division des rôles au sein de la fratrie formait aussi des personnalités différentes, favorisant en particulier le développement de l’esprit d’entreprise du cadet119.

  • 120 M. ‘A. al-Maġribī, 1982, p. 280-281 ; ‘A. al-Anṣārī, 1980.

130Le passage par l’école et la formalisation des parcours scolaires tendaient néanmoins à s’imposer avec l’établissement de la famille marchande et l’intégration à la notabilité hedjazie. La scolarité des fils de Muḥammad Ṣāliḥ à al-Falāḥ alors que leur père avait étudié auprès d’une succession de cheikhs illustre ce mouvement. L’école gouvernementale et al-Falāḥ étaient avec les autres madrasas de Djedda le lieu principal où les fils de marchands acquéraient, en groupe ou auprès de maîtres individuels, les connaissances élémentaires pour le négoce : le Coran, la lecture et l’écriture, le calcul et, parfois, le fiqh120. La salle de cours était un premier lieu de socialisation différenciée pour les enfants. La crème de l’élite négociante djeddawie se retrouvait ainsi à l’école al-Falāḥ jusqu’au début du xxe siècle. Par ailleurs, l’adoption du cadre ottoman et la politique sultanienne envers les notables arabes favorisèrent aussi l’inscription de la postérité de certains négociants dans les écoles supérieures ottomanes.

  • 121 BBA MF MKT 810-90, 12/07/1322 (22/09/1904).
  • 122 Sur le Mekteb-i ‘Ašīret et le Mekteb-i Sulṭānī : S. Somel, 2001, p. 52-53 et 238-240.

131En 1904, le négociant hadrami ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd essaya par exemple d’obtenir la gratuité pour l’inscription au Mekteb-i Sulṭānī (le lycée impérial) de deux de ses fils, Aḥmad et Sa‘īd, qui se trouvaient déjà scolarisés dans l’école des tribus (Mekteb-i ‘Ašīret)121. Si le document ne confond pas les deux institutions, les deux fils du négociant hadrami demandaient à poursuivre leur cursus ailleurs qu’à l’école de l’administration (Mekteb-i Mülkiyye), où étaient normalement orientés les diplômés de l’école des tribus avant d’intégrer l’administration locale de leur province ou la gendarmerie. Le lycée impérial, lui, avait été créé en 1868 pour former l’élite administrative et intellectuelle de l’État. Il accueillait, de fait, quelques boursiers choisis parmi les étudiants particulièrement prometteurs – et bien recommandés122. Il s’agit cependant du seul cas d’enfants de la notabilité négociante hadramie dont nous avons trouvé la mention dans les archives ottomanes pour leur scolarisation dans les lycées de la capitale impériale. Le cas avait dû rester exceptionnel.

132La formation au négoce lui-même se faisait en effet ailleurs. C’était le résultat d’une association très progressive aux activités du chef de la maison, par la transmission d’une mémoire familiale et l’intégration à un réseau d’alliés, la fréquentation des majlis, les périodes d’apprentissage chez les amis marchands puis l’entrée dans la société formée avec les partenaires de la famille. Le départ brutal du chef de la maison pouvant cependant accélérer cette initiation et rendre le recours à des alliés nécessaire. Il précipitait l’évolution du cycle domestique.

  • 123 C. Mayeur-Jaouen, 2013, p. 419-421.

133La présence du père et, a contrario, son absence apparaissent déterminantes dans l’initiation des jeunes marchands au négoce et dans la gestion des affaires familiales. Elles recoupent le plus souvent la figure du chef de la branche familiale réunie par des activités commerciales gérées en commun et, souvent au xixe siècle, par un habitat proche ou partagé. Après avoir été exagéré, puis remis en cause, le modèle de la famille patriarcale est désormais vu par les historiens de la famille dans le monde arabe comme un phénomène tardif, renforcé à fin du xviiie siècle123. Le vocabulaire utilisé par Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja pour s’adresser à son père ‘Abd al-Raḥmān montre l’autorité et l’omniprésence du chef d’une maison marchande, fût-il loin ou fatigué, dans la gestion quotidienne des affaires. Ce sont les termes d’« esclave (‘abd) » et de « maître (sīdī) » qu’utilisait Muḥammad Ṣāliḥ dans sa correspondance avec son père, lorsque ce dernier était absent, comme dans sa correspondance avec son oncle ‘Abd Allāh. Et lorsqu’il se défendit en août 1920 de n’avoir pas respecté scrupuleusement les instructions de ‘Abd al-Raḥmān au sujet d’une entreprise commerciale, Muḥammad Ṣāliḥ reprit le même lexique de la soumission et de l’annihilation de la volonté du fils devant celle du père :

  • 124 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, Djedda, à ‘Abd al-Raḥmān, 21/12/1338 (17/08/1920), archives privé (...)

« Pensez-vous que je ne me soucie pas de votre satisfaction ? Alors mon inexistence vaut mieux que ma vie si vous pensez cela de votre esclave124. »

134Dans la maison familiale, où sa responsabilité s’exprime dans le devoir de payer la nafaqa (pension alimentaire) aux épouses, enfants et dépendants, et dans la maison marchande dont il est le gérant, le rôle concret du patriarche reste toutefois difficile à évaluer. Il était en effet lié d’une part à la structure économique de la maison et à l’organisation du négoce familial, et, d’autre part, à l’évolution cyclique du groupe familial, rythmée par les scissions. Il s’agissait donc d’une autorité institutionnelle mais, fatalement, temporaire.

b. Le rôle du patriarche (kabīr al-‘ā’ila)

135En 2011, lors d’un troisième séjour à Djedda, je fus autorisé à venir consulter les archives conservées dans le cabinet d’un des descendants d’une importante et ancienne famille de négociants. L’inventaire rédigé par un employé dédié à cette tâche était prometteur. Il recensait une série d’achats immobiliers et des litiges sur les héritages successifs, source de multiples informations sur la structuration d’une famille marchande. Après plusieurs rendez-vous pour consulter cet inventaire et demander une sélection des papiers originaux, le descendant déclara ne plus pouvoir me communiquer les documents demandés. Ce n’était ni lui ni son père qui refusaient qu’une personne étrangère à la famille en consulte les archives, mais le frère aîné du père, le chef familial ou kabīr al-‘ā’ila.

136L’interdiction prononcée par le chef de la branche familiale était d’autant plus étonnante que le rôle du patriarche est depuis longtemps devenu invisible. Les fils des grandes familles hadramies quittent le foyer paternel pour s’établir dès leur mariage dans une maison autonome. Ils s’affranchissent d’une tutelle que les historiens des familles arabes ont largement remise en question. L’architecte lui-même chez qui les papiers familiaux étaient entreposés avait fondé son propre bureau et pris une voie professionnelle différente de celle de son père.

  • 125 T. Okawara, 2003, p. 63.

137En revanche, le maintien d’intérêts partagés dans la gestion d’un patrimoine commun perpétue le rôle du patriarche au sein de la branche. L’intervention du chef de la branche familiale pour conserver le secret de papiers portant sur le patrimoine hérité de son arrière-grand-père relève du rôle du kabīr, chargé de superviser la gestion des biens hérités (en waqf et en mulk) et leur transmission, et d’en répartir les bénéfices selon les droits de chacun des membres de la branche. L’importance des biens qu’il supervisait et des décisions qu’il prenait en conséquence pour la famille faisait du kabīr la figure principale de la maison ou branche du lignage, et de cette dernière l’une des formes essentielles de représentation de la parenté. Elles expliquent l’existence chez une partie des grandes familles marchandes d’une organisation familiale en larges maisonnées, plus proche, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, du modèle damascène de la frérèche que du modèle stambouliote125.

138En 1863, lorsque le négociant Muḥammad Bā ‘Išin rédigea son testament, il était à la tête de la branche fondée par son père Aḥmad à Djedda. Son rôle ressort des dispositions qu’il prit pour assurer l’avenir de ses enfants en ménageant l’unité de la branche familiale issue d’Aḥmad. Au moment où il instituait en waqf la grande résidence familiale du quartier de Maẓlūm pour le bénéfice de ses enfants, Muḥammad Bā ‘Išin attribua à son premier frère ‘Umar la jouissance du majlis faisant face à la maison. Il devait s’agir d’un bâtiment plus étoffé qu’une seule salle de réception car c’était déjà le lieu où habitait ‘Umar. Le testament de son frère confirma à ‘Umar et à ses descendants la jouissance de cette habitation qui se trouvait dans le complexe résidentiel placé sous l’autorité de Muḥammad Bā ‘Išin. Aux enfants de son autre frère Wajīh, qui était déjà mort en 1863, Muḥammad institue en waqf l’habitation individuelle (‘uzla) mitoyenne (mulāṣiqa) de sa maison. Les dispositions prise par Muḥammad indiquent que le complexe résidentiel du quartier de Maẓlūm regroupait les foyers des trois fils d’Aḥmad Bā ‘Išin, et que Muḥammad avait assez d’autorité sur la branche pour en maintenir l’unité.

139L’unité de la branche de Yūsuf Bā Nāja, formée par les héritiers du grand marchand exilé en 1858, fut maintenue autour de la maison marchande et du vaste ensemble de propriétés immobilières dont il laissa la jouissance à ses héritiers. Sans surprise, ce fut son fils aîné, Muḥammad, qui prit la tête de la famille et la direction de la société formée pour gérer cet héritage. À la mort de Muḥammad en 1891-1892, le second fils de Yūsuf, ‘Abd Allāh, assuma le rôle de chef de la branche et de la maison. Lorsque ‘Alī demanda sa sortie des activités marchandes de la société familiale, les autres héritiers de Yūsuf reformèrent une société sans lui, et une seconde pour la gestion des biens immobiliers dont ‘Alī restait membre. ‘Abd Allāh, ‘Abd al-Raḥmān et la sœur de ‘Alī ibn Muḥammad maintenaient donc leurs parts dans la maison marchande et leurs parts dans les propriétés immobilières avec ‘Alī, sous la gestion de ‘Abd Allāh.

  • 126 FO 195-2224, Déclaration de ‘Alī, dans British Consulate, Djedda, 25/05/1906.
  • 127 Bayān al-‘aqqār…, 23/12/1350 (31/03/1932), archives privées Bā Nāja.

140Si elle mettait à mal la solidarité de la branche, la demande de ‘Alī en 1898 et les procès qu’il continua d’intenter à ses deux oncles se heurtèrent à la solidité et à l’intérêt des institutions telles que le waqf et la šarika. Quant à ‘Abd Allāh, il distribuait les bénéfices ou les déficits à éponger à chaque membre de la branche selon ses droits (bi nisbat istiḥqāqihim), mais c’est en son nom que la maison marchande était gérée et connue à Djedda, selon un procédé de reprise que nous avons déjà vu126. Quand ‘Abd Allāh mourut sans enfants, ‘Abd al-Raḥmān et ses fils se trouvèrent à la tête de l’essentiel des propriétés Bā Nāja. Ils héritèrent légalement avec Miṣbāḥ des biens de ‘Abd Allāh ; avec Miṣbāḥ et les deux enfants de Muḥammad ibn Yūsuf des biens hérités de Yūsuf. D’après l’inventaire des propriétés en 1932, les enfants de ‘Abd al-Raḥmān – à l’exception de son aîné Aḥmad – habitaient avec lui dans la grande maison du quartier de Šām127. Les hasards démographiques et les tensions familiales avaient renforcé le sentiment d’unité familiale autour du dernier des fils de Yūsuf.

  • 128 B. Doumani, 1995, p. 63-65, et 2003, p. 187-195 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 98 et chapitre vi.
  • 129 Cahiers de comptes ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, 1367/1947-1948, p. 47-48, archives privées Bā Nāja

141Les procédures judicaires qui accompagnaient la transmission du patrimoine jouaient un grand rôle dans la façon dont les groupes familiaux se définissaient en branches128. L’expérience de la vie dans une maison, en dépit d’une répartition des foyers conjugaux dans des ailes distinctes et largement autonomes, ravivait quotidiennement le sentiment familial. Les carnets de comptes tenus par le chef de famille enregistraient cette solidarité familiale dont il avait la charge, en comptabilisant les dépenses de la maison, l’argent distribué à chacun de ses membres et les salaires versés aux serviteurs. Au mois de ša‘bān 1367/juin-juillet 1948, ‘Abd al-Qādir, le chef de la branche des Karāma, enregistra ainsi 10 livres sterling, 1 100 livres égyptiennes et 16,7 riyals de dépenses pour les besoins élémentaires comme la nourriture. À ces dépenses domestiques s’ajoutait ce qui est décrit dans les comptes de la même année comme les subsides d’« habillement ». Versées aux membres de la maison de ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, à leurs épouses et à leurs serviteurs et esclaves, à la cuisinière de la maison et à son aide, ces sommes de 10 à 60 riyals manifestaient la hiérarchie organisée autour du chef de famille. Aux hommes mariés et pères de foyers conjugaux, une « rallonge » était versée. ‘Abd al-Qādir Karāma pourvoyait aussi de façon égale aux besoins des enfants et des épouses de ses fils morts ou absents, comme son fils ‘Umar, mais aussi à ceux des servantes des épouses qui recevaient 10 riyals contre 30 riyals pour leurs maîtresses et 20 riyals pour la cuisinière129.

  • 130 A. Raymond, 1973, p. 292-294.

142L’insertion de ces comptes dans la comptabilité générale de la maison indique bien qu’il s’agissait d’un des registres courants de la vie d’une maison marchande. Un siècle auparavant au Caire, la gestion des affaires de l’entreprise familiale des Šarāybī était aussi confiée à l’un d’entre eux, que Jabartī décrit comme le « chef (kabīr) » de la famille. Muhammad al-Dādā al-Šarāybī partagea ses biens entre ces cinq fils avant de mourir en 1725, mais ce fut le fils aîné Qāsim qui assuma la direction de la maison jusqu’à sa mort en 1734, puis son frère ‘Abd al-Raḥmān et enfin un autre frère de Qāsim, Aḥmad. Sur trois générations prospères avant la disparition de la famille comme famille marchande, la gestion passa donc du père à son fils aîné, et de l’aîné à ses cadets. C’est le kabīr qui centralisait les revenus et redistribuait à chaque membre son traitement (rātib) selon ses droits sur le patrimoine familial (istiḥqāq), ainsi que de l’argent de poche mensuel et des vêtements chaque été et chaque hiver130.

  • 131 J. Tucker, 1991, p. 251 ; L. Schatkowski Schilcher, 1988 ; E. Todd, 2011, p. 495-496.

143La direction du chef de famille n’était cependant pas une autorité absolue. La disparition du père pouvait entraîner la formation d’une frérèche dans laquelle les frères partageaient la gestion des affaires de la maison marchande sans que domine l’un d’entre eux. La gestion des biens elle-même était soumise au contrôle des autres membres de la branche qui pouvaient, comme ‘Alī ibn Muḥammad Bā Nāja jusqu’en 1906, contester le partage des revenus et des biens. Enfin, les historiens de la famille ottomane ont depuis plusieurs années mis un terme au mythe du patriarche familial tout-puissant sur ses fils, et en particulier sur ses filles131. Derrière l’image d’une famille rassemblée autour de son chef et soumise à son autorité, l’intérêt accordé aux cycles du mariage, à la fréquence des divorces et des remariages, à la relative rareté de la polygynie, au pouvoir économique des femmes et au rôle des membres de la parenté autres que le chef de famille a permis de donner une image plus réaliste de la famille à cette époque. La brouille de ‘Alī avec ses oncles, l’indépendance de Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān et le statut de la veuve de ‘Abd Allāh avaient par exemple permis à ces trois membres de la branche de Yūsuf Bā Nāja d’habiter à part avec des revenus propres, tout en continuant à bénéficier à divers degrés des revenus immobiliers familiaux : ‘Alī résidait à La Mecque dans une maison du waqf appelé « waqf des Indiens », gérée par la famille Bā Nāja, Aḥmad dans une maison de la famille à Djedda. Miṣbāḥ possédait au Caire une maison héritée de son mari ‘Abd Allāh, dont elle avait obtenu la pleine propriété en échange de son renoncement au reste de l’héritage.

144Le rôle du chef de famille apparaît clairement dans la gestion du patrimoine de la branche et dans la répartition des revenus produits entre les membres de cette branche. Cette mainmise sur la gestion du patrimoine, si elle n’était pas absolue, lui permettait de maintenir l’unité de la branche et donc de la maison marchande puisque les deux se recoupaient souvent. La mort du chef de famille constituait donc un moment critique puisqu’elle exigeait une nouvelle répartition des rôles et qu’elle rendait possible, avec le partage de l’héritage, le départ des membres qui réclamaient leur part et souhaitaient fonder une maison autonome. Chez les familles que nous avons rencontrées, la solidarité de la fratrie permettait souvent de traverser cette crise et d’établir un nouveau mode de gestion de la maison, avec ou sans primat.

Le rôle des frères

  • 132 Sur la dimension structurelle de cette solidarité dans la famille communautaire et endogame : E. To (...)
  • 133 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 17/03/2010, Djedda.

145Le rôle des frères est un trait récurrent et frappant de ces histoires familiales. Nous l’avons vu dans les associations économiques permettant aux fils de prendre la succession du père. Dans l’idéal de la famille communautaire endogame et patrilocale qui était celui des marchands hadramis de Djedda comme du reste des élites urbaines de la région, la solidarité structurelle des frères et de la fratrie introduisait aussi des liens d’affection et de protection mutuelles132. Nous venons de voir les dispositions prises par Muḥammad Bā ‘Išin pour ses deux frères dans son testament en 1863, dans lesquelles l’affection fraternelle jouait sans doute autant que la responsabilité du chef de famille. Cette association économique (au sens domestique) des frères, qui pouvait aussi se passer du primat de l’un d’entre eux, est aussi l’un des souvenirs un peu idéalisés qui ressortent d’un entretien avec l’une de leurs descendantes. Quand cette dernière y grandit, le complexe résidentiel du quartier de Maẓlūm avait acquis sa forme ultime (trois maisons de cinq étages chacune) et rassemblait la « famille étendue [‘ā’ila mumtadda] » des descendants de Muḥammad Bā ‘Išin. Le budget domestique était géré en commun par les fils de Muḥammad Ṣāliḥ, cheikh des muḫarrijūn et petit-fils de Muḥammad Bā ‘Išin. L’un gérait les dépenses d’électricité, un autre les dépenses d’eau, et ainsi de suite133. La solidarité de la fratrie garantissait dans ces souvenirs l’unité heureuse de la famille, aujourd’hui regrettée.

  • 134 Copie de ṣak, Maḥkamat bandar Djedda, 25/07/1319 (27/11/1901), archives privées Bā Nāja.

146Les documents sont peu loquaces sur les motivations intimes de ces solidarités, déjà encouragées par la gestion du patrimoine commun, la cohabitation et des dispositions légales telles que le tutorat d’un frère sur ses sœurs quand leur père ou leur mari décédait. L’affection jouait pourtant un rôle essentiel dans les relations entre les frères et sœurs, même si elle n’apparaît que très rarement dans les sources. Lorsque Ruqayya bint Yūsuf Bā Nāja mourut en 1282/1865-1866, son héritage fut partagé entre son mari, sa sœur germaine Fāṭima et son frère germain Muḥammad. Après la déduction de ce qui revenait à son mari, Muḥammad consacra ce qui lui revenait de l’héritage de Ruqayya à la construction d’un ribāṭ et à des œuvres charitables (ijrā’ḫayrāt) pour le repos de l’âme de sa sœur (‘an rūḥihā)134. Le geste de Muḥammad, qui n’est pas mentionné pour les autres héritiers de Ruqayya, manifestait l’affection qu’il avait pour sa sœur. Cet attachement découlait d’un lien de sang puisque Muḥammad et Ruqayya étaient nés d’une même mère, Ḫadīja Baġlaf. L’importance du bâtiment destiné à loger les habitants pauvres et souvent des femmes veuves, qui est peut-être le ribāṭ des Bā Nāja encore debout à l’entrée de la vieille ville de Djedda, révélait et perpétuait l’attachement de Muḥammad à sa sœur et le souci qu’il avait du repos de son âme. L’appartenance de Ḫadīja à la puissante famille marchande des Baġlaf avait dû aussi compter dans le projet d’un ribāṭ.

  • 135 J. Tucker, 1991, p. 248.

147L’héritage légal du frère consanguin aux côtés du conjoint consacrait souvent le maintien de liens forts après le mariage de la sœur. Le frère était au moins légalement le garant de la protection de l’épouse et son gardien en cas de séparation ou de décès du mari, et ce rôle recoupait souvent une affection réelle135. En l’absence d’un mari, le frère représentait sa sœur germaine lors des procédures juridiques, comme en 1946 lorsque les enfants de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja établirent l’inventaire de la maison marchande héritée de leur père : Muḥammad Ṣāliḥ signa pour lui-même et comme wakīl de Su’ād et Ḫadīja, Muḥammad Sa‘īd fit de même pour Ruqayya et Salmā.

148Les liens de Sa‘īd avec son frère aîné ‘Abd Allāh Bin Zaqr illustrent ce recoupement des liens juridiques avec une affection dont nous avons pour une fois une attestation personnelle dans les mémoires laissés par Sa‘īd. Au moment d’évoquer la mort de son frère ‘Abd Allāh en 1975, Sa‘īd Bin Zaqr (m. 1986) décrit la force des liens fraternels qui l’unissaient à son frère dans l’entreprise dont ils étaient les associés et dans leur famille. ‘Abd Allāh, qui n’avait pas eu d’enfants, avait épaulé (mu‘āḍada) son frère germain dans l’éducation et la formation de ses fils selon l’éducation qu’ils avaient eux-mêmes reçue une génération auparavant. La présence de ‘Abd Allāh avait été déterminante pour Sa‘īd qui avait 18 ans quand leur père mourut et fit son entrée dans le négoce avec l’aide de son frère sous la direction de Ṣāliḥ Muṣṭafā ‘Awaḍ. La mort de ‘Abd Allāh marquait donc pour Sa‘īd la fin d’une vie négociante, tout comme celle de son père avait marqué trente-trois ans plus tôt son entrée dans le négoce et la fin des études :

  • 136 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II, archives privées Bin Zaqr.

« [La mort de ‘Abd Allāh] eut un effet considérable sur mon âme, ce qui me fit ressentir ma propre faiblesse. Dieu m’aida par la force de la foi et de l’assurance religieuse, par la grâce et la générosité qu’il m’accorda de me faire voir mes enfants devant moi […] dans une position qui m’encourageait à leur passer cette responsabilité avec confiance. Le temps était venu de leur transmettre la direction du navire reçue de mon cher père et de mes associés, que Dieu les prenne tous en sa miséricorde136. »

149En 1975, Sa‘īd transmit la direction de l’entreprise à son fils aîné Wahīb qui avait alors plus de 40 ans. La société qui associait les deux frères aux ‘Awaḍ et aux Šinkār fut rebaptisée « Šarikat Bin Zaqr » pour tenir compte des redistributions du capital. La longue association de ‘Abd al-Raḥmān et ‘Abd Allāh Bā Nāja n’eut peut-être pas la même intensité puisque les deux frères furent longtemps séparés, mais elle dut donner lieu à un recoupement similaire des liens juridiques et économiques par ceux, bien plus discrets, des sentiments.

150Dans ces deux derniers cas aussi, la solidarité de la fratrie, frères héritiers d’un patrimoine commercial légué par leur père, prenait la forme de l’équivalent d’une société par actions.

c. Une šarika familiale

151Les familles marchandes hadramies entretenaient autour de la maison un ensemble de liens avec le reste du lignage (‘ā’ila), avec la communauté hadramie et avec le milieu négociant de Djedda. Dans les stratégies les plus réussies, cet ensemble de liens participaient au développement et à l’entretien d’un réseau où les structures de la parenté recoupaient celles de la maison marchande. Cette dernière reposait sur l’association des ayants droit au patrimoine hérité du fondateur de la branche. L’association prenait le plus souvent la forme d’une indivision du capital de la maison que possédaient les héritiers. Le maintien d’une maisonnée unie dans un complexe résidentiel imposant signalait l’autonomie de la branche et de la maison marchande, la solidarité de ses membres ainsi que la perpétuation de la réputation familiale. C’était une forme de structuration de l’entreprise commerciale familiale déjà relevée, entre autres, par André Raymond au sujet des familles négociantes du Caire au xviiie siècle.

152L’unité de la maison était maintenue par la gestion du patrimoine sous le regard du chef de famille, par la solidarité de la fratrie et l’association progressive des fils aux affaires des pères, jusqu’à ce qu’ils décident de s’établir de façon autonome – s’ils en décidaient jamais. Elle l’était aussi par l’intégration de membres étrangers dont le rôle s’avérait parfois crucial dans la continuité familiale. Dans ce recoupement des orientations familiales et économiques, une autre institution pouvait s’ajouter au waqf. La šarika (association, société) faisait des membres de la branche des actionnaires intéressés au maintien de la maison. La discussion du rôle de chacune de ces institutions a déjà été largement entreprise ailleurs. Nous en avons déjà aperçu les principales conséquences sur la structuration des familles marchandes hadramies de Djedda. Une reprise rapide des principales conclusions permet d’apprécier les effets d’une superposition de ces deux institutions, particulièrement poussée dans le cas de la famille Bā Nāja.

Waqfs et maintien du bayt

  • 137 P. Ghazaleh, 2010, p. 448. P. Ghazaleh décrit en particulier le poids des esclaves et affranchis da (...)
  • 138 Ibid., p. 14-15.

153Les familles de marchands utilisaient largement l’institution du waqf pour soustraire aux règles juridiques de l’héritage une partie des biens du dédicataire et en attribuer librement les revenus à un groupe choisi de bénéficiaires qui ne faisaient pas toujours partie des héritiers légaux. La possibilité offerte par le waqf de choisir les bénéficiaires en faisait l’institution centrale dans les stratégies de consolidation du patrimoine de la maison du fondateur. En écartant le risque de fragmentation de son patrimoine par la transmission, le fondateur constituait aussi un groupe rendu solidaire par le partage des revenus du waqf : une famille fictive ou « rêvée » qui correspondait à ses projets, à ses préférences affectives et professionnelles137. Dans les actes de fondation d’un waqf ahlī ou ḏurrī dont les premiers bénéficiaires appartiennent à la descendance et à la famille du fondateur, la branche de ce dernier était globalement privilégiée aux dépens de la famille étendue. C’est que le waqf marquait souvent l’établissement définitif de cette branche, son autonomie vis-à-vis du reste d’un lignage, et son association économique138. Les waqfs documentés et fondés par les marchands hadramis de Djedda comprenaient le plus souvent la résidence du fondateur et excluaient du waqf la descendance des filles, deux traits qui les rapprochent, nous le verrons, d’autres notabilités de l’Empire ottoman.

154La liste des propriétés instituées en waqf par Yūsuf Bā Nāja et gérées par ses fils commençait encore en 1932 par la « grande maison » où habitaient les familles de ses descendants – ‘Abd al-Raḥmān et ses fils à l’époque. Il est vrai que, en instituant la maison en waqf, Yūsuf Bā Nāja instituait du même coup la cour bordée de locaux servant au négoce et les deux boutiques bordant l’entrée. Avec les vingt petites habitations (‘uzla), les sept entrepôts, les douze boutiques et les sept maisons (bayt) dont les loyers assuraient les revenus de la résidence familiale, le waqf constituait un système économique et domestique alimentant la maison familiale. L’inclusion des infrastructures commerciales conservait le caractère commercial de la maison Bā Nāja à Djedda.

155Les bénéfices de ces propriétés avaient été attribués par Yūsuf à sa descendance exclusivement, à moins que ces bénéficiaires aient réussi à écarter d’autres ayants droit. En l’absence de l’acte de fondation (waqfiyya), nous ne savons pas s’il avait accordé une part des revenus à son épouse Umm al-Sa‘d bint Sulaymān Nās et à ses filles Fāṭima et Ruqayya qui lui survécurent. Fāṭima, Ruqayya et leurs enfants ne sont pas mentionnés dans l’inventaire dressé en 1932, qui indique en revanche que les fils de Yūsuf et leurs descendants étaient alors les principaux bénéficiaires de la fondation. ‘Abd al-Raḥmān, le dernier fils survivant de Yūsuf, rassemblait 22 des 24 parts (qīrāṭ) du waqf. Asmā’, fille et dernier enfant survivant de Muḥammad, avait conservé les deux parts héritées de son père Muḥammad. Miṣbāḥ, la veuve de ‘Abd Allāh qui était encore vivante à l’époque et avait hérité d’une partie des biens mulk de son mari et de ses droits dans la maison marchande, semble en revanche avoir été exclue du waqf. C’était bien sa branche que Yūsuf avait établie en fondant un waqf imposant, dont la demeure familiale constituait le noyau. Les enfants des filles étaient exclus de fait, en 1932, si ce n’est en vertu des dispositions expresses de l’acte de fondation : les bénéfices de la fondation ne pouvaient donc pas sortir de la branche de Yūsuf.

156Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin prit des dispositions similaires de façon explicite en 1863, en instituant en waqf la maison familiale du quartier de Maẓlūm. Il en attribua la jouissance à sa propre personne pour la « durée de [sa] vie », à ses enfants filles et garçons, et aux enfants des fils à l’exclusion des enfants des filles (‘alā awlādihim awlād al-ẓuhūr lā awlād al-buṭūn). L’exclusion des enfants des filles permettait d’empêcher la sortie d’une partie du patrimoine hors de la branche vers les familles des conjoints des filles. L’attribution par Muḥammad aux familles de ses frères d’une ‘uzla pour l’un et d’un majlis pour l’autre peut être rapprochée de la description citée plus haut d’un ensemble résidentiel regroupant la famille dans trois bâtiments jusqu’au milieu du xxe siècle. Le frère de Muḥammad à qui le majlis avait été attribué y habitait déjà. Il pouvait y rester selon les termes de l’acte jusqu’à la fin de ses jours et en transmettre la jouissance à sa descendance, à l’exclusion des enfants des filles. La ‘uzla avait aussi été attribuée, selon les mêmes conditions d’exclusion de la descendance par les femmes, aux enfants du frère défunt Wajīh pour qu’ils l’habitent (suknā lahum). Cette organisation résidentielle prolongée paraît être le produit réussi des dispositions testamentaires de Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin en 1863.

  • 139 M. Meriwether, 1999, p. 71.

157L’inclusion de la résidence dans le waqf familial était une pratique majoritaire, retrouvée ailleurs. Margaret Meriwether recense à Alep 79 cas de waqfs fondés entre 1770 et 1840, comprenant la résidence du fondateur et où ce dernier continuait d’habiter. Dans la majorité de ces cas aussi, la jouissance de la maison était ensuite attribuée aux enfants du fondateur mais en excluant les filles mariées, même si ces dernières pouvaient néanmoins réclamer leur part en cas de veuvage ou de divorce139. Cette inclusion assurait d’abord au fondateur la jouissance de sa résidence. Elle encourageait ensuite les bénéficiaires à maintenir l’unité de la maison et à y résider après sa mort, pour des raisons économiques quand le waqf assurait les revenus domestiques, et pour des raisons commerciales quand le bâtiment manifestait la réputation marchande.

La šarika de la branche de Yūsuf Bā Nāja

158Dans ces dispositions patrimoniales, le waqf n’englobait pas la totalité de la maison marchande, soit parce que des actifs étaient acquis après la fondation du waqf, soit parce que le fondateur avait volontairement diversifié le statut du patrimoine qu’il transmettait. Cette diversification permettait d’utiliser plus librement les biens en régime de propriété privée (mulk) exclus du waqf et les parts dans le capital des associations marchandes. Elle permettait aussi d’associer à la branche définie par le waqf d’autres membres. Les archives privées de la branche de Yūsuf Bā Nāja permettent d’apprécier le rôle de la šarika dans cette stratégie diversifiée de gestion de la maison marchande et de son patrimoine au fil des générations.

159Avant de mourir en 1281/1864-1865, Yūsuf ibn Aḥmad Bā Nāja avait institué l’essentiel des propriétés immobilières qu’il avait acquises à Djedda en waqf. Parmi les propriétés dont les transactions sont connues, seule la maison du quartier de Maẓlūm achetée en 1841 avait peut-être été laissée hors du waqf, d’après une liste des propriétés en régime de pleine propriété (mulk) établie en 1932 et conservée par la famille.

  • 140 Distincte de l’actuelle šarika mufawwaḍa formalisée par la finance islamique, dans laquelle les ass (...)

160Le patrimoine laissé par Yūsuf était néanmoins plus large que cette liste immobilière. Il comprenait notamment un ensemble de navires, de marchandises. Il contenait probablement aussi un ensemble de crédits et de dettes, éléments fondamentaux et véritables étalons de la force du lien entretenu par les partenaires : ils renforçaient les liens entre les membres d’une même famille, tout en maintenant, par le crédit, leur participation à un réseau de partenaires à la fois débiteurs et créditeurs. Pour gérer cet héritage, composé de capitaux mobiles (denrées commerciales, obligations financières) et investis (navires, propriétés immobilières résidentielles et commerciales), ses trois fils choisirent d’instituer une šarika mufawwaḍa : une société dont la gestion était « confiée » à un gérant choisi parmi les associés. La šarika familiale avait donc une forme proche à la fois de la société en commandite actuelle et de la société en nom collectif, souvent utilisée par les dynasties familiales négociantes européennes. Les commanditaires de la société familiale étaient les ayants droit qui avaient bien défini mais gardé en commun leurs parts respectives (les actions) dans le capital hérité et augmenté. Les commandités (agents, partenaires, parfois certains des commanditaires) étaient engagés dans la conduite des opérations commerciales, sous la direction d’un membre de la famille (le chef) à qui les autres confiaient leurs parts. La participation aux bénéfices et aux dettes, enfin, était proportionnelle aux apports de chaque associé140.

  • 141 Copie de ṣak, Maḥkamat bandar Djedda, 25/07/1319 (27/11/1901), archives privées Bā Nāja.

161L’institution avait l’avantage de faciliter l’utilisation conjointe des capitaux en gardant les droits de chacun des héritiers bien définis. Elle conservait la force du capital de la maison en le concentrant alors que la succession aurait dû le diviser. Les biens hérités par la société des héritiers de Yūsuf Bā Nāja étaient maintenus en indivision (šā’i ‘a ġayr maqsūma) et confiés à la gestion de l’un d’entre eux141. Calquée sur l’organisation de la gestion du waqf, la gestion en šarika mufawwaḍa englobait aussi les biens mulk acquis par la société des héritiers après la fondation du waqf.

162L’organisation de cette société correspondait à celle de la maison. Muḥammad, l’aîné, puis son cadet ‘Abd Allāh en furent les gérants jusqu’à leur mort, et les parts de chacun correspondaient aux règles de l’héritage. ‘Alī jouissait ainsi des deux tiers des droits de son père sur les propriétés immobilières en waqf et en mulk, l’autre tiers étant réservé à sa sœur Asmā’. Le document du tribunal indique qu’une partie au moins des propriétés en mulk avaient été acquises ou construites après la mort de Yūsuf (m. 1864-1865) et après celle de Muḥammad (m. 1891-1892). La gestion en société fut donc appliquée aux résultats des activités de la maison jusqu’en 1315/1897-1898.

  • 142 FO 195-2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

163À cette date, ‘Alī demanda la dissolution (fasḫ) de la société. Derrière la procédure juridique du fasḫ et les mentions d’une évaluation complète des biens de société et d’accords consensuels, une réorganisation complexe était en réalité appliquée aux biens de la maison Bā Nāja. La demande de ‘Alī avait dû provoquer de longues négociations au sein de la famille, puisque la dissolution fut fixée au terme de l’année 1315 et que l’enregistrement au tribunal eut lieu quatre ans plus tard. La procédure judiciaire au tribunal ne faisait en réalité que valider et enregistrer le résultat auquel ‘Alī et son oncle – en tant que gérant de la société – étaient arrivés, après des tractations que l’on peut imaginer pénibles. En 1906, ‘Alī tenta encore de recourir au soutien diplomatique britannique pour contester le partage enregistré cinq ans plus tôt142.

164Malgré ces difficultés judiciaires, la société laissait aux associés la possibilité d’investir leurs droits hérités selon différentes modalités. Selon les termes de l’accord auquel ils étaient parvenus, ‘Alī ne retirait sa part que de la partie proprement négociante de l’entreprise : les bateaux, le capital mobilier (nuqūd) et les marchandises. Une évaluation précise et contradictoire des biens et des revenus de la société tels qu’ils étaient établis pour le terme de l’année 1315/1897-1898 avait été faite. Elle avait permis de fixer la compensation financière reçue par ‘Alī, non précisée par le document. ‘Alī maintenait en revanche sa participation dans le capital immobilier composé des propriétés en waqf et en mulk. Ce capital restait géré par son oncle ‘Abd Allāh en vertu de l’accord de tous les associés (ḥasab ittifāq jamī‘al-šurakā’) qui en recevaient les bénéfices à proportion de leurs droits (bi-nisbat istiḥqāqihim).

  • 143 A. Greif, 2006, p. 39 ; R. Boyer, 2009, p. 678.

165Le maintien de cette indivision pour les propriétés immobilières s’explique d’abord par la complexité et le peu d’intérêt qu’il y avait à mettre fin à une participation dans un capital immobilier. Il s’agissait d’un investissement sûr et apprécié des familles de marchands, en particulier par des descendants peu enclins au négoce. La part importante des propriétés immobilisées en waqf (non aliénable) dans ce capital immobilier jouait un rôle particulier pour dissuader ‘Alī de s’en retirer. La compensation financière qu’il aurait pu obtenir en échange de ses droits sur les propriétés en mulk ne fut pas suffisante pour décider le neveu de ‘Abd Allāh. Le waqf jouait ici son rôle dans le maintien de l’unité de la branche par l’unité du patrimoine partagé qui la rassemble. Véritable institution, le waqf assurait la régularité durable de la circulation des richesses au sein de la famille et dissuadait les membres les plus rebelles. Il assurait aussi la sécurité de ce patrimoine, protégé de convoitises venant de l’extérieur comme de l’intérieur de la branche familiale143. La participation de ‘Alī est toujours attestée dans la répartition des revenus et dépenses immobiliers en 1932.

  • 144 La famille Šarāybī au Caire avait adopté une organisation similaire jusqu’au xviiie siècle : A. Ray (...)

166Le retrait de ‘Alī de la société (infiṣāl ištirāk) en présence de son oncle et des autres associés descendant de Yūsuf Bā Nāja complexifiait donc l’organisation de la maison marchande dirigée par ‘Abd Allāh. Le waqf et l’ensemble des biens immobiliers acquis et construits jusqu’à la fin de l’année hégirienne 1315/1897-1898 restaient en indivision et gérés selon un régime similaire à celui d’une société par actions. ‘Abd Allāh puis ‘Abd al-Raḥmān, en tant que chefs de la maison, en eurent la direction. Les biens immobiliers acquis ensuite, le capital mobilier, les navires et les marchandises étaient gérés par une šarika mufawwaḍa refondée, à laquelle ‘Alī n’était plus associé et dont ‘Abd Allāh puis ‘Abd al-Raḥmān furent aussi les gérants. Cette société permettait comme la précédente de maintenir l’unité des capitaux nécessaires au négoce familial, en dépit des successions144. Elle n’empêchait pas les descendants de Yūsuf de mener d’autres transactions à leur propre compte. La liste des propriétés immobilières acquises en son nom propre par ‘Abd Allāh au Caire, à Djedda, à La Mecque et à Taïf, et l’établissement par ‘Abd al-Raḥmān d’une maison marchande à son nom le prouvent.

167La šarika permettait de faire des affaires selon plusieurs configurations, en fonction des capitaux utilisés et des associés choisis. Elle jouait un rôle central dans le maintien des maisons marchandes sur le marché de Djedda et sur plusieurs générations : la scission apparaît ici à la troisième génération. L’emboîtement des sociétés favorisait la gestion conjointe d’un patrimoine familial partagé (celui qui définissait la branche) et de nouvelles entreprises, appelées elles aussi à devenir des maisons marchandes et des branches autonomes. Le recoupement de la branche et des šarikāt délimitait le périmètre de la maison marchande qui fonctionnait non seulement comme une stratégie de diversification des capitaux dans leur régime (waqf ou mulk), leur gestion (les différentes associations marchandes) et leur utilisation (le commerce et l’investissement immobilier essentiellement), mais aussi comme le noyau à l’origine d’autres maisons.

168La documentation ne permet pas d’examiner d’autres cas aussi précisément que la société des Bā Nāja dans la deuxième moitié du xixe siècle, mais la forme de la maison marchande restait largement utilisée au siècle suivant. Un inventaire de la maison ‘Abd al-Raḥmān Yūsuf Bā Nāja en 1946 précise par exemple les parts que les enfants de ‘Abd al-Raḥmān possédaient dans le capital et qu’ils maintenaient en association dans la caisse commune de la maison (fī ṣundūq al-bayt al-‘āmm) pour continuer les activités marchandes. À ce stade, ils souhaitaient encore conserver le nom de la maison fondée par leur père.

  • 145 Umm al-Qurā, 136, 22/07/1927, p. 4.

169En 1927, les trois fils héritiers du négociant hadrami ‘Umar al-Saqqāf annoncèrent dans le journal Umm al-Qurā que leur père défunt les avait désignés comme ses héritiers. Dans ce moment critique, ils précisaient que le capital de la maison « reste[rait] comme il est dans les banques c’est-à-dire qu’il ne [serait] pas distribué entre les héritiers » comme le reste de l’héritage paternel. Cette précision peu après la mort de leur père et alors que les trois fils n’étaient pas encore fermement établis devait rassurer les employés, agents et partenaires de la maison marchande établie au Hedjaz et à Singapour, car, pouvait-on lire, « les opérations des maisons marchandes dont la fondation et la renommée sont solides ne disparaissent pas et ne sont pas touchées par la fin de leurs fondateurs et de leurs propriétaires, mais elles demeurent pour leurs successeurs comme c’est le cas pour notre établissement commercial à présent145 ». Ibrāhīm, Muḥammad et Aḥmad ibn ‘Umar al-Saqqāf avaient donc décidé de conserver pour l’établissement le nom de leur père comme « nom commercial enregistré [isman tijāriyyan musajallan] » pour afficher la continuité rassurante de la maison marchande.

170Les Bā Nāja et les Saqqāf, comme les autres maisons à la même époque, poursuivaient donc l’héritage de leurs ancêtres en conservant la structure de la maison marchande (la maison mère) héritée. Quand leur établissement personnel était assuré et la transition menée, le capital pouvait être divisé et réorganisé selon les lignes de chacune des branches qui prenaient leur autonomie autour de chacun des héritiers. Même à ce stade cependant, le maintien du nom du père dans celui du nouvel établissement (la maison fille) rappelait l’ancrage domestique de la branche et de la maison dans une filiation à la fois biologique et économique.

171L’ancrage de telles familles dans le milieu négociant de Djedda et de la mer Rouge en faisait des figures éminentes de la société locale. Leur intégration au cercle des négociants de Djedda n’était cependant pas réalisée aux dépens d’un ancrage maintenu dans la communauté hadramie. Quelques mentions dans les sources indiquent que cet ancrage favorisait l’entretien de liens réels avec le Hadramaout.

3. DES FAMILLES DE LA DIASPORA HADRAMIE ?

Le voyage d’un ‘ālim hadrami

172Entre les mois de février et novembre 1910, le sayyid Bin Muḥammad ibn Ḥusayn al-Ḥabašī (m. 1929), fils du mufti chaféite et cheikh soufi de Tarīm Muḥammad ibn Ḥusayn al-Ḥabašī (m. 1281/1864-1865), parcourut une grande partie de l’Empire ottoman de Médine à Istanbul après avoir accompli le pèlerinage à La Mecque. Avec les hauts lieux qu’il visita, le récit de voyage (riḥla) du sayyid hadrami décrit un dense réseau soufi manifesté par l’échange d’ijāzāt, le recueil de silsilāt (chaîne de transmission mystique), la visite de sayyids hadramis et d’autres cheikhs de Médine, de Damas, de Lattaquié, d’Istanbul et du Caire.

173Les repères et les connexions sur lesquels Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī pouvait compter étaient nombreux dans ces provinces qu’il visitait pourtant pour la première fois. Parmi ces contacts figuraient aussi, quoique au second plan dans le récit du sayyid, des familles marchandes hadramies.

  • 146 S. Reichmuth, 2009, p. 25 et p. 173.
  • 147 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 276-277.

174Comme pour son illustre prédecesseur Murtaḍā al-Zabīdī un siècle et demi plus tôt, le Hedjaz avait été pour Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī une « porte vers le monde ottoman », une étape cruciale de son parcours intellectuel146. En plus des contacts qu’il entretenait parmi les oulémas des Lieux saints, et même s’il ne les mentionne pas dans son récit qui débute avec son départ de Djedda, al-Ḥabašī fit aussi la connaissance au Hedjaz des familles marchandes dont il retrouva les membres au Caire et à Istanbul. Elles font partie des rares personnes à qui, sans être des oulémas, la mention d’une visite est consacrée dans son récit. Le cheikh al-Ḥabašī fut ainsi accueilli à Istanbul par Sufyān Bā Nāja. Au Caire, ‘Abd Allāh Bā Nāja invita le sayyid dans sa maison du quartier ‘Abbassiya et lui offrit de l’encens. Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī pria aussi régulièrement chez ‘Umar Bā Junayd, dont il décrit l’hospitalité généreuse pour les mujāwirīn (étudiants) d’al-Azhar, et dont les cousins faisaient partie de l’élite négociante de Djedda147.

  • 148 ‘Umar al-Saqqāf, Singapour, à ‘Abd Allāh Bā Nāja, 6/10/1337 (23/06/1920), archives privées al-Saqqā (...)

175Ces visites s’inscrivaient dans le cadre d’un réseau hadrami dans lequel le sayyid avait pénétré depuis son passage au Hedjaz, et dont les connexions se multipliaient au fur et à mesure de son voyage. Le parcours de Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī rappelle le recoupement des réseaux marchands et religieux hadramis, et l’existence d’une solidarité entre les grands marchands et les oulémas issus de lignages prestigieux. Le lignage des Saqqāf illustre à la même époque, nous l’avons vu, ce recoupement dans l’espace de l’océan Indien. En 1920, ‘Umar al-Saqqāf, l’arrière-petit-neveu de ‘Abd al-Raḥmān qui avait fondé la maison à Singapour, était le correspondant de ‘Abd Allāh Bā Nāja à Singapour. Un échange de lettres entre les deux marchands porte par exemple sur l’achat de pierres précieuses et sur le prix des marchandises échangées à Singapour. ‘Umar al-Saqqāf listait les prix locaux du poivre, du sucre et de l’encens148. Les liens qu’entretenaient les Bā Nāja avec le lignage des Saqqāf, sayyids et marchands, se traduisait aussi en Méditerranée. Le sayyid ‘Aqīl ibn Muḥammad ibn ‘Abd Allāh al-Saqqāf logeait chez Sufyān Bā Nāja quand ce dernier reçut chez lui Bin Muḥammad Bin Ḥusayn al-Ḥabašī. Le contact établi dut être bon puisqu’il fut répété et que le sayyid al-Ḥabašī fut reçu quelques semaines plus tard au Caire par le patron de Sufyān.

176L’hospitalité dont bénéficia al-Ḥabašī découlait aussi de la déférence des marchands pour les sayyids, discrète dans les sources mais déjà aperçue plusieurs fois depuis le début de ce livre. Une telle déférence permettait aux oulémas de lignage comme celui des Saqqāf ou des Ḥabašī d’être régulièrement invités et accueillis par les marchands hadramis établis dans les villes où ils séjournaient. Le nom de famille jouait tout son rôle d’identification dans ces contextes : le lignage des sayyids en faisait les porteurs de la spiritualité soufie de la ṭarīqa ‘alawiyya et d’un savoir recherché qui réunissait autour d’eux d’autres oulémas et des marchands.

  • 149 E. Ho, 2006, p. 92, et chapitre viii.

177Le parcours du sayyid al-Ḥabašī présente aussi des contrastes singuliers avec celui des négociants hadramis de la mer Rouge. Al-Ḥabašī vint du Hadramaout et y retourna après un séjour sur l’île de Java. Les contacts établis à chaque étape de son voyage, comme les visites récurrentes qu’il fit au fils du turbulent Faḍl ibn ‘Alawī (appelé aussi Faḍl Pacha dans la capitale ottomane) à Istanbul, le maintenaient dans un milieu lié de près au Hadramaout tout au long de son voyage. Le rapport des familles marchandes de Djedda avec le Hadramaout paraît en revanche beaucoup moins direct que celui de ces sayyids, pour qui Tarīm restait le « lieu du retour », et des Hadramis d’Indonésie qui valorisaient l’éducation de leurs fils au Yémen149.

Le souvenir des origines

178La proximité de La Mecque où elles entretenaient des résidences et l’éducation particulière qu’elles réservaient à leur fils rendaient certes le retour à Tarīm moins nécessaire pour ces familles marchandes. Quant aux horizons des affaires de ces négociants, ils les portaient plutôt vers la mer Rouge et les grands ports de l’océan Indien. Pourtant, les informations de Heinrich von Maltzan et la composition de leurs réseaux indiquent que les marchands hadramis de Djedda gardaient en mémoire leur origine daw‘anie et maintenait un lien, fût-il discret et essentiellement spirituel, avec le Hadramaout.

179La réputation proverbiale des Hadramis pour accumuler du capital et gérer scrupuleusement un commerce restait collée comme aujourd’hui aux membres de la communauté à Djedda, quand bien même ils étaient nés au Hedja. Il arrivait à un grand négociant comme ‘Abd Allāh Bā Nāja de la rappeler non sans humour, comme dans une lettre qu’il écrivit en 1919-1920 à son partenaire de Calcutta, Salīm Ḫunjī. Après lui avoir indiqué comment récupérer une somme qui était due à la maison Bā Nāja, ‘Abd Allāh concluait :

  • 150 Inna kull ḥabba lāzim taḍwā li-maḥall ṣāḥibuhā : lettre de ‘Abd Allāh Bā Nāja à Salīm Ḫunjī (date i (...)

« Faites-nous savoir [quand vous aurez reçu la somme] pour que nous l’enregistrions dans nos comptes ; comme on le dit chez les Hadramis : chaque graine doit rejoindre le magasin de son propriétaire150. »

  • 151 A. al-Ḥaḍrāwī, 1423/2002, p. 55. L’éditeur saoudien du texte ajoute une note condamnant les innovat (...)
  • 152 ‘A. al-‘Umayrī, 1361/1942-1943, p. 4.

180Outre leur réputation proverbiale, plusieurs institutions maintenaient la cohérence de la communauté des Hadramis à Djedda. La présence d’un ribāṭ dédié aux sayyids hadramis et d’une zāwiya des Hadramis dans le quartier de Šām, où résidaient de nombreux marchands hadramis de Djedda, marquait l’espace urbain et accueillaient les activités religieuses de la communauté. La zāwiya, un terme qui désigne d’ordinaire le siège local d’une confrérie religieuse, et parfois la confrérie elle-même, devait avoir un rôle important dans la vie religieuse du quartier et de la ville. Aḥmad al-Ḥaḍrawī caractérise le bâtiment comme une mosquée (masjid), à la différence des autres zāwiyas de la ville qu’il évoque151. La zāwiya des Hadramis abritait les enseignements des sayyids qui résidaient à Djedda ou n’y faisaient qu’une étape. Une liste d’oulémas hadramis en activité à Djedda dans la deuxième moitié du xixe siècle mentionne ainsi les cheikhs Aḥmad ibn ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān (m. 1306 env/1888-1889) et Aḥmad ibn Barakāt Bā Ḥakīm (m. 1316/1898-1899) qui enseignèrent dans la zāwiya des Hadramis. Le lien de la zāwiya avec le lignage soufi des Bā ‘Alawī transparaissait dans l’autre nom qu’elle portait d’après cette liste : la zāwiya ‘alawie152. D’autres savants renommés, comme le cheikh ‘Alī ibn Aḥmad Bā Ṣabrayn (« Abū Ṣabrayn ») (m. 1304/1886-1887), qui était né au Hadramaout, et son fils Aḥmad (m. 1339/1920-1921), enseignaient dans les grandes mosquées de Djedda telles que la mosquée al-Šāfi‘ī.

  • 153 Waṣiyya de Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin, 14/7/1280 (25/12/1863), archives privées Bā ‘Išin.

181La déférence pour les sayyids était l’une des manifestations du lien que conservaient les grands marchands hadramis de Djedda avec le Hadramaout. En plus des bâtiments comme le ribāṭ qui leur étaient déjà dédiés, les revenus des waqfs comme celui de Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin pouvaient être attribués aux « sayyids ‘alawis habitant Djedda » après l’extinction de la branche du fondateur153. Cette destination explique le placement du waqf fondé par Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin sous la gestion d’un nāẓir particulier : le nāẓir al-sāda, qui gérait les waqfs attribués aux sayyids de la ville. Un rapport plus immédiat avec le village dont la famille était originaire au Hadramaout apparaît parfois dans les actes de waqf, mais bien plus rarement que les investissements au Hadramaout réalisés plus tard par la génération des « entrepreneurs » hadramis (chapitre vi). ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāḥ Bā Nāja choisirent par exemple en 1935 d’attribuer à la mosquée abritant le tombeau de leur ancêtre prestigieux au Hadramaout les revenus du waqf dédiés d’abord à Sufyān et à sa famille.

182Ces mentions exceptées, les liens directs avec le Hadramaout par des voyages ou par le financement d’activités charitables sont pour ainsi dire invisibles jusqu’au milieu du xxe siècle dans la documentation que nous avons pu consulter.

4. CONCLUSION : L’ORGANISATION DE LA MAISON MARCHANDE

  • 154 N. Hanna, 1998, p. 28.

183La famille de Yūsuf Bā Nāja, celles de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār, de Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr et d’autres grands négociants hadramis de Djedda constituaient bien des « familles marchandes154 ». Les structures familiales, le mariage des enfants et leur formation, la répartition géographique de chacun des membres et la gestion des héritages étaient intégrés au fonctionnement de l’établissement familial qu’était la maison marchande. La subdivision du lignage que constituait la branche formait le cœur de cette maison unie par la gestion commune d’un patrimoine récemment constitué et rarement plus ancien que trois générations ; mais la maison intégrait aussi des membres plus éloignés du lignage ou même extérieurs (associés, affranchis) à lui.

184Dans le fonctionnement de la maison, le waqf consolidait un patrimoine en définissant une famille restreinte d’ayants droit (une branche) et en empêchant les biens immobilisés de sortir de cette famille par le biais des femmes. La šarika (société) permettait quant à elle de gérer sans le diviser le patrimoine qui n’était pas immobilisé, et d’associer à la famille marchande des partenaires qui correspondaient aux orientations économiques souhaitées par chacun des membres pour les activités d’import-export. Quand des liens de parenté recouvraient les liens d’affaires, la société finissait par définir elle aussi un groupe de parenté structuré et uni par sa participation au capital d’un établissement, la maison marchande, dont le contrôle était confié au « chef » de famille. C’était ce recoupement d’un groupe de parenté restreint, centré sur une branche du lignage et regroupant rarement plus de trois générations, avec la participation à un capital commun utilisé pour le négoce qui définissait la maison marchande.

185La structuration de la famille n’était pas qu’une question interne quand elle était intégrée à une maison marchande. La réussite des affaires et l’influence dans la société djeddawie dépendaient aussi de l’intégration de la famille à l’intérieur de trois cercles d’alliés organisés autour d’elle : le lignage, la communauté d’origine et le groupe des négociants de Djedda. Les sources disponibles indiquent que cette intégration correspondait souvent à des associations commerciales qui pouvaient prendre la forme d’alliances matrimoniales : les Bā Nāja et les Bā Ġaffār avec les Baġlaf, les Bin Zaqr avec les ‘Awaḍ et les Šinkār, mais aussi les ‘Alī Riḍā avec les Zāhid en sont les exemples. Le cas de Sufyān Bā Nāja montre qu’un marchand exceptionnel comme ‘Abd Allāh Bā Nāja pouvait aussi associer à ses affaires un esclave et en faire son alter ego pour étendre le réseau des activités familiales bien au-delà de la mer Rouge et compléter une parenté qui n’y suffisait apparemment pas.

186L’organisation de la maison marchande autour des activités commerciales et au sein de son réseau d’alliés et de partenaires ne résume certes pas la densité d’une vie familiale dont les crises, les sentiments et les personnalités gardent une grande part de mystère. Le rôle du waqf par exemple, une fenêtre qui reste privilégiée dans l’étude de la famille, a été ici abordé dans ses rapports avec les structures des maisons marchandes. La perspective que nous avons adoptée est orientée par la volonté d’observer les ouvertures du groupe familial sur ses partenaires, parents ou non, et leurs transactions, ainsi que par les sources utilisées : des archives privées conservées par des descendants de négociants, et non les registres plus généralistes d’un tribunal.

  • 155 Ces traits en font une « institution » au sens développé par A. Greif, 2006, une « organisation » s (...)

187La maison marchande était une organisation économique et sociale fondamentale pour le négoce. La branche familiale était maintenue et structurée par des composants institutionnels observables tels que les règles d’héritage, l’organisation des waqfs et des sociétés, et d’autres composants tels que les incitations culturelles (le rôle de l’éducation et des pratiques religieuses) des membres du groupe à respecter ces règles et la confiance mutuelle des membres soutenue par des liens de parenté155. La maison marchande permettait la collaboration, sous la direction de l’un d’entre eux, des membres d’une branche et de leurs proches alliés parfois distants géographiquement, grâce à un ensemble de traits culturels acquis dans le cadre d’une sociabilité familiale et urbaine, à la concentration d’un capital qui aurait dû être divisé, et à l’intégration des membres de la famille à un réseau structuré d’alliances. En assurant à chacun de ses membres d’abord la sécurité, puis l’utilisation juste des capitaux familiaux ainsi que des bénéfices optimaux tant que durait leur association et que celle-ci était adaptée au contexte commercial, elle maintenait l’unité de la famille marchande et assurait, autour d’elle, la régularité du comportement de ses alliés.

Notes

1 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 22/08/1314 (26/01/1897), archives privées Bā Nāja.

2 Sur le costume hedjazi : M. ‘A. al-Maġribī, 1982, p. 87-89.

3 FO 195/2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

4 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 4/07/1317 (8/11/1899), archives privées Bā Nāja.

5 W. Kābalī, 2004, p. 25 : ḥawš ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja. À l’époque décrite par Wahīb Kābalī, c’est en effet ‘Abd al-Raḥmān qui gère le waqf familial.

6 Ḥujja šar ‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 24/07/1361 (7/08/1942), archives privées Bā Ġaffār.

7 Muḏakkirāt de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr, IV ; W. Kābalī, 2004, p. 25-26.

8 Ibid., p. 54-55.

9 Ḥujja waqfiyya, Maḥkamat bandar Djedda, 30/08/1354 (27/11/1935), archives privées Bā Nāja.

10 Et tout autant pour les sociétés agricoles de la Péninsule : le bayt prime le lignage et les autres groupes de parenté du Nord du Yémen (wādī Ḍahr) durant les années 1970 : M. Mundy, 1995, p. 93-96 et p. 182.

11 N. Hanna, 1998, p. 30-34.

12 A. Raymond, 1973 (1), p. 291.

13 C. Mayeur-Jaouen, 2013, p. 424.

14 O. Bouquet, 2012, p. 154-155.

15 Ibid., p. 123.

16 O. Löfgren, « Bā » (E. I. 2).

17 E. Peskes, « Bā ‘Alawī » (E. I. 3).

18 O. Bouquet, 2012, p. 139-141. Margaret Meriwether utilise ce nom comme un marqueur de statut et un critère pour définir le groupe de familles formant l’élite d’Alep en 1770-1840 : M. Meriwether, 1999, p. 36.

19 B. Doumani, 1995, p. 63-65.

20 M. Meriwether, 1999, p. 17.

21 E. Ho, 2002.

22 M. Meriwether, 1999, p. 53 ; D. Sabean et S. Teuscher, 2011, p. 4-5.

23 O. Bouquet, 2012, p. 143.

24 P. Ghazaleh, 2010, p. 98.

25 Une comparaison des marchands juifs séfarades et des marchands arméniens à l’époque moderne relève l’intérêt maintenu des sociétés familiales : F. Trivellato, 2011, p. 120-123.

26 J. Ewald et W. Clarence-Smith, 1997.

27 Cl. Lemercier, 2007, p. 18.

28 Salnāme-i Devlet-i ‘Āliyye, années 1320 (p. 494-500) à 1329 (p. 630-632) ; ‘A. al-Mu‘allimī, 2000, p. 251 ; I. al-Maqḥafī, 2010, p. 299-300 ; Ch. Snouck Hurgronje, 2007, p. 201-202.

29 L’ouléma mecquois dont le frère fut le représentant du chérif Ḥusayn en Égypte avant de se rallier aux Saoud, et qui est l’auteur de ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951.

30 Sur Aḥmad ibn Abī Bakr Bin Sumayṭ : A. Bang, 2003.

31 Entretien avec Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011, Riyad.

32 A. al-Ḥaḍrāwī, 1423/2002, p. 55-56.

33 J. Miran, 2009, p. 196 et p. 243 ; A. al-Ḥaḍrāwī, 2002, p. 55.

34 Yawmiyyāt mutaḥāṣilāt Kumruk Bāb al-Naṣr, 3043-000935 (novembre-décembre 1853), 3043-000905 (janvier-février 1861) et 3043-000923 (juillet 1862).

35 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.

36 Maḥkamat al-Jamāliyya al-šar‘iyya, dossier 328 (1018-001201), 8/08/1332 (2/07/1914), et dossier 449 (1018-001409), 2/02/1357 (3/04/1938).

37 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 276-277.

38 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.

39 D. Hogarth, 1978, p. 63 ; Ḥijāz vilāyet salnāmesi, 1301/1883-1884 et 1305/1887-1888.

40 D. Hogarth, 1978, p. 58 ; al-Qibla, 267, 25/03/1919, et 705, 19/07/1923.

41 Entretien avec Muḥammad Sālim ibn ‘Abd al-Bāsiṭ Bā Junayd, 14/10/2012, Djedda.

42 Inventaires, archives privées Bā Junayd, Djedda.

43 Yawmiyyāt mutaḥāṣilāt Kumruk Bāb al-Naṣr, 3043-000935 (novembre-décembre 1853), 3043-000912 (août-septembre 1861).

44 FO 195-580, messieurs Duca Paleologo, Cochilani and Company, Le Caire, 12/08/1858.

45 Maḥkamat al-Jamāliyya al-šar‘iyya, 1018-001214, 4/05/1926, p. 4-9.

46 Reconstitution chronologique faite avec Hind Bā Ġaffār, à l’aide de l’arbre généalogique réalisé par Sālim ‘Abd Allāh Bā Ġaffār et d’un acte du tribunal de Djedda : Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 24/07/1361 (7/08/1942), archives privées Bā Ġaffār.

47 CADN 2MI3298, consulat de France, Djedda, 29/06/1930.

48 Umm al-Qurā, 1346, 19/01/1951, p. 2.

49 Lettre de Muḥammad Ṭawīl, Djedda, à ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, Djedda, 26/11/1338 (11/08/1920), communiquée par Maḥmūd al-Ṣabbāġ (Djedda).

50 Lettre de Salīm Ḫunjī, Calcutta, à ‘Abd Allāh Bā Nāja, 18/06/1338 (11/03/1920), archives privées Bā Nāja ; cahier de comptes du bayt ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, 1332-1366/1913-1946, p. 42, archives privées Bā Nāja.

51 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ, Djedda, à ‘Abd Allāh, 18/02/1338 (12/11/1919), archives privées Bā Nāja.

52 K. Cornwallis, 1976, p. 94 ; al-Qibla, 23, 2/11/1916, p. 3. Les sources ne permettent pas de préciser les liens de parenté entre ces membres.

53 M. Oualdi, 2011, p. 125.

54 A. Raymond, 1974, p. 414 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 456.

55 FO 371/16878, British Consulate, Djedda, 19/06/1933.

56 Umm al-Qurā, 5/06/1931, dans FO 967-41, British Consulate, Djedda, 12 ( ?)/07/1931.

57 Umm al-Qurā, 134, 8/01/1346 (8/07/1927) ; wa huwa min kibār al-jama ‘a wa naḥtaj lahu fi ba‘ḍ al-umūr : Centre du roi Faysal, 08422, lettre datée du 18/03/1346 (15/09/1927).

58 P. Ghazaleh, 2010, p. 73-74.

59 M. Oualdi, 2011 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 74-75.

60 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 248.

61 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat Makkat al-Mukarrama, 28/10/1342 (2/06/1924), archives privées Bā Nāja. Le laqab qūmisyūnjī renvoie à la spécialisation professionnelle de ‘Alā al-Dīn ‘Ārifī, au nom duquel il est intégré. Le terme, adapté du français, est employé en osmanlı pour désigner l’agent d’un marchand employé à la commission : J. Redhouse, 2011 [1890], p. 1497.

62 Al-Qibla, 576, 12/08/1340 (10/04/1922), p. 1.

63 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 65.

64 Bayān ‘aqqār al-mulk al-kā’in bi-Djedda, 23/11/1350 (31/03/1932), archives privées Bā Nāja ; Bayān ījārāt ‘aqqār Djedda al-mulk li-‘ām 1351, 1351/1932-1933, archives privées Bā Nāja.

65 Waqfiyya de ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāḥ Bā Nāja, 30/8/1354 (27/11/1935), archives privées Bā Nāja.

66 Ph. Fargues, 2003, p. 31-32 ; mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, p. 29, cités dans ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 195.

67 CADN Constantinople, Massaoua 1, agence consulaire de France, Massaoua, 31/05/1856.

68 P. Ghazaleh, 2010, p. 517-521.

69 Cl. Lemercier, 2007, p. 9-10.

70 H. Canbakal, 2007, p. 125-128.

71 H. Canbakal, 2007, p. 148.

72 Compte rendu de la commission daté du 19/06/1275 (20/06/1878), dans FO 195-1313, British Consulate, Djedda, 21/08/1880.

73 Ḥicāz Vilāyeti Salnāmesi, 1303/1885-1886.

74 ‘A. al-Anṣārī, 1982, annexes ; FO 195-2061, British Consulate, Djedda, 27/03/1899.

75 Majlis šar‘ī, Maḥkamat Djedda al-šar‘iyya, 14/05/1343 (11/12/1924), archives privées Bin Zaqr.

76 Maḥkamat al-Jamāliyya, dossier 1018-001214, p. 4-9, 4/05/1926.

77 J. Tucker, 1991, p. 239.

78 A. Raymond, 1974, p. 413.

79 P. Ghazaleh, 2010, p. 442 et p. 448.

80 Cahier de comptes du bayt ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, 1350/1932, p. 10-13, archives privées Bā Nāja ; Bayān al-‘aqqār al-mulk al-kā’in bi-Djedda ; Bayān ‘aqqār al-rūk [?] al-kā’in bi-Makkat al-Mukarrama ; Bayān al-‘aqqār al-waqf al-kā’in bi-Djedda, 23/11/1350 (31/03/1932), archives privées Bā Nāja.

81 Cahiers de comptes du bayt ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, 1332-1366/1913-1946, archives privées Bā Nāja.

82 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 14/01/1258 (15/02/1842) et 1/01/1259 (1/02/1843) ; waṣiyya de Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin, 14/7/1280 (25/12/1863), archives privées Bā ‘Išin ; i ‘lām šar‘ī, Maḥkamat bandar Djedda, 8/7/1269 (17/04/1853), et acte d’achat ‘Alī Bā ‘Išin et Ḥasan Jawhar, 28/04/1288 (17/07/1871), reproduits dans ‘A. al-Anṣārī, 1982, annexes.

83 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 19/08/1308 (26/06/1891), archives privées Bā ‘Išin.

84 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.

85 Mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, cités dans ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 199.

86 J. Tucker, 1991, p. 238.

87 Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat Bandar Djedda, 11/02/1272 (23/10/1855), archives privées Bā Nāja.

88 Une exogamie similaire existait chez les marchands et fabricants de savon de Naplouse qui privilégiaient les maisonnées dont les réseaux correspondaient à leur négoce avec l’Égypte : B. Doumani, 1995, p. 65-68.

89 Mémoires de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, I, archives privées Bin Zaqr.

90 Entretien avec ‘Abd Allāh ‘Abd al-Qādir Bā Šanfar, 13/11/2011, Djedda ; entretien avec Sa‘īd ‘Abd al-Qādir Bā Šanfar, 11/11/2011, Djedda.

91 Entretien avec ‘Abd al-Ilāh ibn Sālim Bin Maḥfūẓ, 31/10/2011, Djedda.

92 FO 371-114873, Leading Personalities in Saudi Arabia, Djedda, 14/09/1955.

93 La polygamie était du reste minoritaire au xixe siècle, à l’exception des notables ruraux, pour lesquels elle était liée au contrôle de la propriété terrienne, et des élites urbaines (bureaucrates, et surtout oulémas et descendants du Prophète) : C. Mayeur-Jaouen, 2013, p. 410-412.

94 Entretiens avec ‘Alī ‘Abd Allāh Buqšān, 10/04/2010, Djedda, et Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011, Riyad.

95 A. Raymond, 1973, p. 291 ; Ḥ. ‘Abd al-Mu‘ṭī, 2008, p. 387 ; N. Hanna, 1998, p. 40-41.

96 U. Freitag, 2002, p. 120-121.

97 Cahier de comptes de ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, Bayān ṣāfī īrādāt al-‘amā’ir bi-Miṣr min ibtidā’šahar muḥarram 1366 [novembre-décembre 1946], p. 59-60, archives privées Bā Nāja. Le taux de conversion utilisé est celui de l’inventaire du bayt réalisé en décembre 1946.

98 Al-Qibla, 723, 27/09/1923.

99 D. Hogarth, 1978, p. 58 ; Umm al-Qurā, 201, 2/11/1928, p. 2.

100 D. Hogarth (édition de 1917), dans IOR R-15-5-380.

101 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.

102 John L. Carter écrit que Muḥammad Sāliḥ naquit en 1867 et qu’il avait 4 ans quand son père mourut – ce qui contredit la date de 1887 donnée par le même auteur pour la fondation de la société familiale par ‘Alī en 1887 : J. Carter, 1979, p. 49. ‘Alī était encore vivant en juillet 1871, date d’un document d’achat d’un navire avec Ḥasan Jawhar, reproduit dans : ‘A. al-Anṣārī, 1982, annexes. D’après une citation des Muḏakkirāt de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, ‘Alī était toujours vivant en 1879 quand il libéra dix esclaves en rédigeant son testament : ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 195-196.

103 Ḥijāz Vilāyeti Salnāmesi, 1303/1885-1886 et 1306/1888-1889.

104 Umm al-Qurā, 1346, 19/01/1951, p. 3.

105 Ph. Fargues, 2000, p. 50.

106 Pour les situations à Damas et Istanbul en 1907 : A. Duben et C. Behar, 1991, p. 50 ; T. Okawara, 2003, p. 62 ; M. Meriwether, 1999, p. 79-80.

107 À Damas en 1907, Tomoki Okawara estime à 12,1 % la proportion de maris vivant avec plusieurs épouses ; à Istanbul à la même date, cette proportion est de 2,16 % : T. Okawara, 2003, p. 64. Au Caire en 1848, 3,1 % des maris tout au plus vivaient avec plus d’une épouse dans un même foyer.

108 La thèse d’Abdullatif Dohaish fait le point sur l’histoire des écoles du Hedjaz de l’époque ottomane à la fin du royaume chérifien. Sur Djedda, voir en particulier : A. Dohaish, 1974, p. 74-94.

109 Sur cet effort soclaire intensifié sous Abdülhamid II : B. Fortna, 2002 ; S. Somel, 2001 (les annexes détaillent les programmes scolaires en usage), et S. Deringil, 1998, chapitre iv. L’étude de Selçuk Akşin Somel souligne à plusieurs reprises le retard de cette politique au Hedjaz. Il faut attendre 1908 par exemple pour qu’une école normale et un conseil provincial de l’éducation y soient créés : S. Somel, 2001, p. 101 et p. 134.

110 Ḥ. Naṣīf, 1930-1931, p. 111-112.

111 ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 155 ; J. Carter, 1979, p. 49.

112 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 22 ; ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 153.

113 Mémoires de Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Išin, cités dans ‘A. al-Anṣārī, 1963, p. 151.

114 Ph. Fargues, 2003, p. 34.

115 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, I, archives privées Bin Zaqr.

116 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II et IV, archives privées Bin Zaqr.

117 Entretien avec ‘Alī ‘Abd Allāh Buqšān, 10/04/2010, Djedda.

118 FO 195-375, Caimacam of Jeddah’s Letter to Vice-Consul, British Vice-Consulate, Djedda, 4/11/1856.

119 Cette division des rôles a été étudiée dans le cas des familles paysannes basques où elle est liée à un système d’héritage inégalitaire : L. Kasdan, 1965.

120 M. ‘A. al-Maġribī, 1982, p. 280-281 ; ‘A. al-Anṣārī, 1980.

121 BBA MF MKT 810-90, 12/07/1322 (22/09/1904).

122 Sur le Mekteb-i ‘Ašīret et le Mekteb-i Sulṭānī : S. Somel, 2001, p. 52-53 et 238-240.

123 C. Mayeur-Jaouen, 2013, p. 419-421.

124 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, Djedda, à ‘Abd al-Raḥmān, 21/12/1338 (17/08/1920), archives privées Bā Nāja.

125 T. Okawara, 2003, p. 63.

126 FO 195-2224, Déclaration de ‘Alī, dans British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

127 Bayān al-‘aqqār…, 23/12/1350 (31/03/1932), archives privées Bā Nāja.

128 B. Doumani, 1995, p. 63-65, et 2003, p. 187-195 ; P. Ghazaleh, 2010, p. 98 et chapitre vi.

129 Cahiers de comptes ‘Abd al-Qādir Karāma Bā Nāja, 1367/1947-1948, p. 47-48, archives privées Bā Nāja.

130 A. Raymond, 1973, p. 292-294.

131 J. Tucker, 1991, p. 251 ; L. Schatkowski Schilcher, 1988 ; E. Todd, 2011, p. 495-496.

132 Sur la dimension structurelle de cette solidarité dans la famille communautaire et endogame : E. Todd, 1983, p. 160-161, qui y voit un effet du poids de la coutume du mariage endogame.

133 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 17/03/2010, Djedda.

134 Copie de ṣak, Maḥkamat bandar Djedda, 25/07/1319 (27/11/1901), archives privées Bā Nāja.

135 J. Tucker, 1991, p. 248.

136 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II, archives privées Bin Zaqr.

137 P. Ghazaleh, 2010, p. 448. P. Ghazaleh décrit en particulier le poids des esclaves et affranchis dans cette famille « constituée » par le waqf, et les mécanismes de dévolution sélectionnés aux dépens des héritiers coraniques. Ces stratégies de conservation du patrimoine, nettes à la même époque à Naplouse où elles passaient par l’exclusion des femmes du waqf, pouvaient aussi être subordonnées à l’intérêt de la famille conjugale. À Tripoli, les femmes et leurs enfants n’étaient au contraire pas écartés des waqfs, au risque de laisser une partie du patrimoine passer à d’autres familles : B. Doumani, 1998.

138 Ibid., p. 14-15.

139 M. Meriwether, 1999, p. 71.

140 Distincte de l’actuelle šarika mufawwaḍa formalisée par la finance islamique, dans laquelle les associés contribuent également au capital, et donc aux pertes et aux bénéfices.

141 Copie de ṣak, Maḥkamat bandar Djedda, 25/07/1319 (27/11/1901), archives privées Bā Nāja.

142 FO 195-2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

143 A. Greif, 2006, p. 39 ; R. Boyer, 2009, p. 678.

144 La famille Šarāybī au Caire avait adopté une organisation similaire jusqu’au xviiie siècle : A. Raymond, 1973, p. 292-294.

145 Umm al-Qurā, 136, 22/07/1927, p. 4.

146 S. Reichmuth, 2009, p. 25 et p. 173.

147 Bin M. al-Ḥabašī, 2011, p. 276-277.

148 ‘Umar al-Saqqāf, Singapour, à ‘Abd Allāh Bā Nāja, 6/10/1337 (23/06/1920), archives privées al-Saqqāf.

149 E. Ho, 2006, p. 92, et chapitre viii.

150 Inna kull ḥabba lāzim taḍwā li-maḥall ṣāḥibuhā : lettre de ‘Abd Allāh Bā Nāja à Salīm Ḫunjī (date illisible, probablement 1919-1920), archives privées Bā Nāja.

151 A. al-Ḥaḍrāwī, 1423/2002, p. 55. L’éditeur saoudien du texte ajoute une note condamnant les innovations et superstitions des zāwiyas, dont il écrit – à tort en ce qui concerne le Hedjaz – que le pays est à présent « purifié ».

152 ‘A. al-‘Umayrī, 1361/1942-1943, p. 4.

153 Waṣiyya de Muḥammad ibn Aḥmad Bā ‘Išin, 14/7/1280 (25/12/1863), archives privées Bā ‘Išin.

154 N. Hanna, 1998, p. 28.

155 Ces traits en font une « institution » au sens développé par A. Greif, 2006, une « organisation » si l’on suit les remarques critiques de R. Boyer, 2009.

List of illustrations

Caption Photographies 5.1 et 5.2 — Muḥammad Sa‘īd ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, s. d. (archives privées Bā Nāja, date inconnue)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21843/img-1.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Tableau 5.1 — Les témoins autour des Bā Nāja au xixe siècle
Caption Sources : Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 14/08/1251 (5/12/1835), 11/02/1272 (23/10/1855), 8/04/1277 (24/10/1860), 16/06/1278 (19/12/1861), 12/04/1284 (13/08/1867), 22/08/1314 (26/01/1897), archives privées Bā Nāja ; Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 7/06/1257 (27/07/1841) et 4/07/1317 (8/11/1899), archives privées Bā Nāja ; Ḥujja šar‘iyya, Maḥkamat bandar Djedda, 13/07/1250 (15/11/1834) et 5/12/1271 (19/08/1855), archives privées al-Saqqāf ; Mustanad du majlis du syndic des sayyids Aḥmad Bā Hārūn, 16/02/1284 (19/06/1867), archives privées Bā Nāja.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21843/img-2.jpg
File image/jpeg, 116k
Caption Arbre 5.1 — Une configuration matrimoniale de négociants hadramis : les Bin Zaqr (source : mémoires de Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21843/img-3.jpg
File image/jpeg, 97k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540