Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Négoce des Lieux saints

 | 
Philippe Pétriat

Chapitre IV. Négocier les changements de régime

Texte intégral

1Pendant le premier quart du xxe siècle, les « honorables » marchands hadramis de Djedda furent soumis à une série de crises. Une succession de bouleversements politiques mirent fin au cadre ottoman qu’ils avaient si bien intégré. En un peu moins de vingt ans, les notables de la ville connurent la révolution des Jeunes Turcs et la fin du régime hamidien (1908-1909), le début de la Première Guerre mondiale et surtout celui de la Révolte arabe (1916), marquant la fin de la suzeraineté ottomane, le royaume hachémite (1916-1925) puis la conquête saoudienne progressive du Hedjaz, conclue par la prise de Taëf et de La Mecque en 1924, puis par celle de Djedda en 1925.

2Malgré ces trois changements de régime, le milieu négociant hadrami de Djedda fit preuve d’une étonnante continuité. En 1931, Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, l’un des petits-fils de Yūsuf Bā Nāja, faisait partie des représentants de la ville de Djedda à la conférence nationale du Hedjaz convoquée par le roi ‘Abd al-‘Azīz. Son père ‘Abd al-Raḥmān (m. 1938) et son oncle ‘Abd Allāh Bā Nāja avaient pourtant été les hôtes réguliers du Grand Chérif (r. 1908-1916) puis roi Ḥusayn ibn ‘Alī (r. 1916-1924). Le frère de Muḥammad Ṣāliḥ, Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, fut même ministre des Finances du régime hachémite. Avant l’arrivée au pouvoir du chérif Ḥusayn et la révolte contre l’Empire ottoman, la famille Bā Nāja était connue pour sa proximité avec le gouverneur de la province du Hedjaz, le vali Aḥmet Rātib Pacha : ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja avait même été arrêté en raison de ces liens par les partisans des Jeunes Turcs à l’occasion des troubles de l’année 1908.

3Une telle continuité n’était cependant pas propre aux marchands hadramis. La famille ‘Alī Riḍā fit preuve de la même capacité d’adaptation. ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā (m. 1933), nommé kaïmakam de Djedda par le chérif Ḥusayn, conserva ses fonctions après la conquête saoudienne du Hedjaz. Son fils Muḥammad fut plusieurs fois ministre du royaume saoudien, comme d’autres membres de la famille jusqu’à présent.

  • 1 P. Gervais parle d’une véritable « classe sociale » fondée sur le mécanisme commun de l’extraction (...)

4Derrière cette permanence au sein de la notabilité du Hedjaz, puis du royaume saoudien, il est intéressant de mettre au jour les adaptations des familles marchandes hadramies aux crises politiques successives et à la fin de l’espace politique et économique commun (l’Empire ottoman) qu’elles avaient fortement investi. Ces adaptations permettent de comprendre les positionnements politiques des familles marchandes, sur lesquels les sources et les négociants eux-mêmes restent très discrets. Elles révèlent aussi la place et le rôle occupés par le groupe des grands marchands dans la direction d’une ville dont le port fournissait, avec le pèlerinage, l’essentiel des revenus du Hedjaz, et plus tard du royaume saoudien. On retrouve dans cette économie préindustrielle plusieurs des caractéristiques de l’« économie marchande » définie par Pierre Gervais autour des négociants du New Jersey durant la première moitié du xixe siècle. L’économie est dominée par un groupe réduit de marchands et non de producteurs ; la puissance économique et politique du groupe et son unité reposent sur le contrôle exclusif de l’accès au marché et sur la recherche commune d’un profit à extraire du reste de la société ; les moyens pour extraire ce profit font l’intérêt commun du groupe et le délimitent au sein de la société1.

5Enfin, derrière la continuité de l’élite négociante, d’autres familles marchandes émergèrent à la faveur des changements intervenus dans ce premier quart du xxe siècle. Elles confirmaient la résistance des réseaux négociants auxquels étaient intégrées les familles marchandes hadramies en mer Rouge et dans l’océan Indien.

1. LA FIN DES MARCHANDS OTTOMANS

a. Les troubles de 1908

  • 2 CADN 2MI 3235, consulat de France, Djedda, 15/08/1908.

6Les événements qui touchèrent la capitale de l’Empire ottoman pendant l’été 1908 eurent leur écho au Hedjaz. Le 15 août 1908, un rapport du consul de France à Djedda indiqua que la Constitution, restaurée le 24 juillet par le sultan Abdülhamid II sous la pression des comités Union et Progrès, avait été placardée en turc sur les murs de la ville. Les consuls européens qui rapportaient ces événements ne croyaient cependant pas à l’impact de ces mouvements politiques sur la ville de Djedda. Ils en rendaient compte comme des événements mineurs. Leurs rapports insistaient tantôt sur l’« indifférence générale », tantôt sur l’arriération d’une population hostile à toute réforme et à toute modernisation, et donc impassible devant la révolution des Jeunes Turcs : seuls « quelques officiers subalternes, plus ou moins en disgrâce et menant une existence triste », s’enthousiasmaient pour les idées des Jeunes Turcs et du comité Union et Progrès2.

  • 3 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 24/08/1908.

7Pourtant, les mêmes rapports consulaires montrent bien que ce qui se passe au cœur de l’Empire ne laissait ni les familles marchandes ni le reste de la population de Djedda indifférents. Une semaine après l’affichage de la Constitution, le consul français rapporta la formation des premiers comités Union et Progrès à Djedda et à La Mecque ainsi que leur rapide élargissement. Ils n’étaient plus seulement constitués d’officiers et de fonctionnaires « subalternes ». Le commandant des troupes ottomanes stationnées à Djedda y avait adhéré, ainsi que « plusieurs notables et même deux étrangers », d’après le consul français3. Le 20 août, le comité était assez sûr de lui pour convoquer les magistrats et les fonctionnaires ottomans de la province à Djedda, et leur demander de prêter serment de fidélité sur le Coran à la Constitution.

  • 4 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 25/08/1908.

8Le consul britannique donna une version légèrement différente de l’événement. Selon lui, ce furent les officiers membres du comité qui se rendirent en procession avec la foule chez le kaïmakam de Djedda, afin de lui faire prêter serment de fidélité à la Constitution4. Le 21 août, dans une atmosphère très excitée, d’après le consul britannique, et au milieu des cris « Vive la liberté ! », le gouverneur Aḥmet Rātib Pacha fut arrêté et désigné à la vindicte publique. Il s’était déclaré malade la veille pour éviter de prêter le serment, et une foule conduite par les membres du comité Union et Progrès (CUP) de Djedda était allée le chercher pour l’enfermer dans les casernes, juste à l’extérieur de la porte nord de la ville. Le vali, que le comité et la foule prirent pour cible, n’était pas seulement le représentant du régime hamidien. Il était aussi l’un des acteurs d’une scène beaucoup plus locale, faite de rancœurs et d’arrangements.

  • 5 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 7/04/1909.
  • 6 D. Hogarth, 1978 (1917), p. 60.

9Ahmad Hazzāzī, qui prit la tête du comité et de la foule partis chercher le gouverneur ottoman le 21 août, était un changeur (ṣarrāf) et petit propriétaire immobilier « disgracié » par Aḥmet Rātib Pacha trois semaines plus tôt. Sans que l’on sache le motif précis de leur différend, il était lié au fait qu’Aḥmad Hazzāzī était l’un des partisans du précédent gouverneur de la province5. Le 20 août, Aḥmad Hazzāzī avait déjà publiquement interpellé le kaïmakam au sujet du gouverneur et harangué la foule. Son rôle dans le comité et son initiative du 21 août tenaient plutôt de la revanche prise sur un haut fonctionnaire subitement privé de son pouvoir que de l’idéal constitutionnaliste. Son positionnement politique allait se confirmer, puisqu’il prit parti en 1916 pour le chérif ‘Alī Ḥayḍar, désigné par Istanbul contre le Grand Chérif Ḥusayn, qui venait de proclamer la révolte. Ce dernier ordonna du reste le pillage de la maison d’Aḥmad Hazzāzī, quand Djedda fut soumise par les troupes hachémites le 16 juin 19166.

10L’attitude d’Ahmad Hazzāzī soulignait l’importance politique des relations entretenues par les négociants avec les membres de l’administration ottomane ou chérifienne. Cette cristallisation sur la personne du gouverneur mettait aussi en lumière deux grands marchands qui lui étaient notoirement liés et qui faillirent partager son sort : ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et ‘Alī Bā ‘Išin.

Les relations avec les fonctionnaires ottomans

  • 7 N. Hanna, 1998, p. 106-116.

11Le pouvoir économique des marchands de Djedda les plaçait régulièrement face à des interlocuteurs et des groupes non négociants (clercs, soldats et hauts fonctionnaires de l’Empire ottoman), tantôt concurrents, tantôt alliés, selon les contextes politiques et les affaires commerciales auxquels ces derniers pouvaient être associés. Ce pouvoir économique permettait aux marchands de se prémunir auprès des autorités politiques de la ville, mais aussi de jouer un groupe contre l’autre, tout comme Abū Taqiyya pouvait aux xvie et xviie siècles mobiliser selon les besoins ses liens avec les fermiers et responsables des douanes (multazim) de Suez, avec le qāḍī al-quḍā (juge suprême) ou avec les émirs des milices du Caire7. La réussite commerciale passait par l’entretien de ces liens personnels et échanges de bons services avec les membres influents des groupes non marchands. Elle tendait donc à faire reposer une grande partie de la prospérité familiale sur la personnalité et sur la réputation du chef de famille, sur les liens personnels qu’il entretenait avec les autres composantes de l’élite de Djedda et du Hedjaz.

  • 8 ḥānelerinde amānatan mevcūd olan : BBA BEO 3498-262291, 3/02/1327 (24/02/1909).
  • 9 FO 195-1805, British Consulate, Djedda, 2/11/1893 et 1/12/1893.

12C’était le cas des liens qu’entretenaient les deux chefs de la famille Bā Nāja, les frères ‘Abd Allāh et ‘Abd al-Raḥmān, avec le gouverneur ottoman Aḥmet Rātib Pacha. Ce dernier était déjà intéressé dans plusieurs affaires commerciales, à en croire la dette de 33 500 livres sterling que lui réclamait en 1909 la firme londonienne Dubson and Sons (Dūbsūn ve maḫdūmleri). Pour répondre à la réclamation des créanciers, relayés par l’ambassade britannique à Istanbul, les biens que l’ancien gouverneur du Hedjaz avait laissés dans sa province furent recherchés : des bijoux, de l’argent et des objets divers dont la plus grande partie avaient été mis en sûreté dans la maison des Bā Nāja à Djedda8. Les dépôts du vali chez les Bā Nāja découlaient du besoin de mettre ses biens à l’abri et de ses relations d’affaires déjà anciennes avec la maison marchande. Le 7 novembre 1893, un peu moins d’un an après être arrivé au Hedjaz, Aḥmet Rātib Pacha envoyait par vapeur à Istanbul la somme de 5 000 livres sterling (3 000 livres turques et 2 200 livres sterling) par l’intermédiaire de ‘Abd Allāh Bā Nāja. Les paquets contenant cet argent étaient marqués des initiales du négociant. Le gouverneur profitait donc des échanges commerciaux du négociant avec Istanbul pour envoyer ses premiers gains, trop importants selon le consul britannique pour être honnêtes. Le 26 novembre, pour envoyer quatorze paquets contenant 14 000 livres sterling à Suez, il les confia de nouveau aux bons soins de ‘Abd Allāh Bā Nāja9.

13Pour le gouverneur, ces envois d’argent par l’intermédiaire de négociants comme les Bā Nāja pouvaient avoir une double utilité. Le gouverneur profitait du réseau négociant particulièrement développé des Bā Nāja : l’un de leurs affranchis, Sufyān, résidait à Istanbul où il prenait soin des propriétés et des affaires de la famille ; ‘Abd Allāh habitait quant à lui une grande partie de l’année en Égypte, où il possédait des bâtiments (au Caire) et des terres agricoles dans le delta. Intégrés aux échanges commerciaux des Bā Nāja et considérés comme l’une de leurs propres marchandises, les sacs marqués aux initiales de ‘Abd Allāh Bā Nāja étaient entre de bonnes mains. La rapidité avec laquelle le gouverneur avait amassé de tels gains faisait dire au consul britannique qu’il s’agissait de potsde-vin versés par le Grand Chérif. Si les soupçons du diplomate étaient justes, confier l’argent aux Bā Nāja était aussi un moyen bien plus discret de l’expédier que de le confier à une compagnie de transport en son nom propre.

  • 10 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 7/04/1909 et 1 ( ?)/09/1909.
  • 11 Document traduit dans S. Ṣābbān, 2010, p. 245-247.

14La proximité entre les Bā Nāja et le pacha avait été remarquée par la population de Djedda comme par les consuls qui, près d’un an après la révolution, décrivaient encore ‘Abd Allāh et son frère ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja comme les « ancien[s] homme[s] de confiance » de l’ex-gouverneur10. Il ne s’agissait cependant pas d’une exception. Plusieurs sources mentionnent des relations d’affaires entre les fonctionnaires ottomans en poste au Hedjaz et les négociants. Les registres de la correspondance adressée par la Porte au vilayet du Hedjaz mentionnent par exemple le conflit qui opposa le négociant de Djedda Salīm Sulṭān aux héritiers de l’ancien kaïmakam Nūrī Pacha. Des rumeurs d’escroqueries et de mélanges entre les fonds personnels du fonctionnaire ottoman décédé et les fonds publics compliquaient le différend11. Salīm Sulṭān devait 6 000 riyals (thalers) au kaïmakam, mais réclamait le remboursement de 3 000 riyals aux héritiers de Nūrī Pacha.

  • 12 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 70-71.
  • 13 L. Schatkowski Schilcher, 1985, p. 64 ; M. Ma’oz, 1968, p. 73.

15Plus loin des yeux des consuls, et sept ans avant 1908, un autre notable hadrami fut mentionné comme le marchand des autorités de la province du Hedjaz. Dans le récit qu’il fit des visites reçues et rendues par les officiers à la tête du maḥmal égyptien de 1901, dont il faisait partie, Ibrāhīm Rif‘at Pacha raconte notamment le repas auquel les invita le cheikh Bā Ḫatma. Ibrāhīm Rif‘at Pacha précise d’abord que le cheikh était un Hadrami et un marchand proche de l’émir de la caravane du ḥajj. Il le décrit ensuite comme celui qui a en main les « intérêts du gouvernement du chérif, du gouverneur et des dirigeants de La Mecque ». Bā Ḫatma approvisionnait les régiments ottomans stationnés dans la province, comme plusieurs autres grands marchands hadramis (chapitre iii). Il rachetait aussi les soldes (les ordres de paiement en réalité) des officiers, lassés d’attendre leur paiement en retard, à la moitié de leur valeur nominale. Ses relations avec l’administration ottomane étaient assez efficaces pour qu’il arrive à mobiliser « ceux qui sont responsable du versement », afin de se faire payer ces soldes rachetées à leur valeur nominale12. Le procédé était suivi dans d’autres provinces de l’Empire, exposées au même manque d’argent frais. Remarquant le peu d’utilisation du numéraire dans les échanges mercantiles à Damas au xixe siècle, Linda Schatkowski Schilcher mentionne elle aussi le rachat et l’utilisation par les marchands des souks damascènes des mandats (ḥawāla) reçus par les soldats13. Il s’agissait donc autant d’une marchandise avec laquelle les marchands, comme le cheikh Bā Ḫatma, pouvaient réaliser d’intéressants bénéfices que d’un moyen de paiement régulièrement renégocié, mais utile dans un contexte de rareté des liquidités.

16Enfin, le négociant hadrami devait aussi avoir des intérêts dans le maḥmal, en particulier dans la location des chameaux de la caravane. Il approcha en effet Ibrāhīm Rif‘at Pacha pour solliciter une fausse attestation selon laquelle des chameaux supplémentaires avaient été utilisés. Elle devait lui permettre de se faire payer leur location fictive par le Trésor égyptien.

17Les affaires de Bā Ḫatma n’eurent pas l’heur de plaire à l’officier égyptien. Elles lui fournirent tout de même l’occasion d’exposer son honnêteté et sa piété, scandalisées par la proposition malhonnête du négociant hadrami. Elles rappellent surtout que la prospérité des principaux négociants dépendait aussi de leurs relations avec les fonctionnaires ottomans à la tête de la province et des officiers intervenant dans l’organisation du pèlerinage. Malgré la légalité douteuse de certaines transactions, elles étaient assez instituées pour que Bā Ḫatma les propose naturellement à Ibrāhīm Rif‘at Pacha. Ces relations permettaient à l’administration ottomane d’assurer l’approvisionnement de ses troupes en utilisant les capacités commerciales de négociants comme les Hadramis. Avec quelques aménagements tout aussi douteux, les soldats et fonctionnaires pouvaient aussi récupérer à temps une partie au moins de la solde qui devait leur être versée, et, pour les plus haut placés du moins, expédier ces sommes chez eux ou les investir dans des entreprises commerciales. Par l’intéressement des négociants, ce modus operandi permettait le maintien du cadre ottoman.

Jeunes Turcs et marchands hadramis

  • 14 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 25/08/1908 ; CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérie (...)

18De telles relations associaient sans surprise les négociants au régime dont les échos de la révolution de 1908 à Djedda permettaient d’attaquer les représentants. Lors de l’arrestation du gouverneur Aḥmet Rātib Pacha, les meneurs du comité Union et Progrès mirent sous séquestre les biens qu’il avait amassés et déposés chez ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja : des meubles et des bijoux, de l’argenterie et les cahiers de comptes, soit 50 000 livres sterling ou un million de francs de biens selon les informations des consuls, entreposés dans la maison des Bā Nāja14.

19Le consul britannique relate un incident qui n’apparaît pas dans les rapports de son homologue français. Après l’arrestation d’Aḥmet Rātib Pacha, les membres du CUP arrêtèrent ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, considéré comme le banquier du gouverneur, et tentèrent d’arrêter aussi ‘Alī Bā ‘Išin, qui était à l’époque l’agent du Grand Chérif à Djedda. L’arrestation du premier et la menace qui pesait sur le second suscitèrent la mobilisation des Hadramis de Djedda, estimés à 2 000 par le diplomate anglais. Ils se déclarèrent prêts à faire relâcher les négociants de leur communauté par la force et par les armes, si nécessaire. Le rapport prend soin de rappeler qu’un grand nombre des Hadramis avaient des armes chez eux. L’intervention de « quelques marchands influents de la ville » auprès du CUP permit de dénouer la crise : ‘Abd al-Raḥmān fut relâché après avoir juré sur le Coran de donner toutes les informations en sa possession lorsque le gouverneur serait jugé.

20La façon dont ces deux marchands furent défendus rappelle le processus de mobilisation étudié lors des crises des années 1850. Deux groupes étaient à nouveau mobilisés en 1908 pour se défendre : les grands marchands qui intervinrent tout autant pour calmer la situation que pour protéger deux grands marchands auxquels ils étaient liés ; les Hadramis de la ville, que la possession d’armes distinguait et rendait particulièrement redoutables. Tandis que la mobilisation rapide des Hadramis souligne leur organisation, la possession d’armes renvoie à la participation de la communauté aux milices de la province, aperçue en 1850. En menaçant les intérêts de deux grands négociants hadramis, les projets du CUP suscitèrent le même front que le consul britannique en 1858.

  • 15 CADN 2MI3243, consulat, Djedda, 7/04/1909 ; FO 195-2198, British Consulate, Djedda, 24/01/1905.

21‘Alī ibn Muḥammad Bā ‘Išin était lui aussi associé au régime remis en question au Hedjaz en 1908. Comme cheikh des muḫarrijīn, la corporation des transporteurs de marchandises et de pèlerins à dos de chameau entre Djedda et l’arrièrepays, en particulier La Mecque, il était responsable de la levée des taxes prélevées par les autorités ottomanes et le Grand Chérif sur le transport des marchandises et des pèlerins. Sa fonction et les hausses régulières des taxes ordonnées par le Grand Chérif, avec l’accord du gouverneur, donnaient à ‘Alī Bā ‘Išin un rôle peu populaire15. À ce rôle s’ajoutait la fonction classique de tout cheikh d’une corporation, celle d’arbitrer les conflits entre un des muḫarrijīn et les marchands qui devaient recourir à leurs services.

22C’est après ces incidents liés à l’arrestation du gouverneur ottoman que le CUP s’étoffa. Aux officiers et médecins militaires qui composaient le comité avant l’arrestation du gouverneur s’ajoutaient un ensemble de notables, pour la plupart grands négociants.

  • 16 Source : consulat de France, Djedda, 24/08/1904, CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure  (...)

Les membres du comité Union et Progrès de Djedda à la fin du mois d’août 190816 :

Avant l’arrestation du vali

Ḫālid efendi, colonel
Elmās efendi, colonel
Baïram aġa, mulazim (lieutenant)
Ibrāhīm efendi, écrivain militaire
Ḥalīm aġa, lieutenant
‘Umar efendi, lieutenant
Muṣṭafā efendi, lieutenant
Emīn efendi, lieutenant
‘Abd al-Majīd efendi, lieutenant
Ša‘bān effendi, lieutenant
Rakīm efendi, youzbashi (chef de cent hommes)
‘Umar efendi, pharmacien militaire
Erzumān efendi, pharmacien militaire
Emīn efendi, chirurgien militaire
Ṣāleḥ efendi, chirurgien militaire
Ḥaqqī efendi, médecin militaire
Nejmī efendi, médecin militaire
Muḥammad Fā’iq efendi, médecin militaire
Aḥmet efendi, pharmacien militaire
Maḥmūd Bey, employé à la pharmacie municipale

Après l’arrestation du vali, le 21 août

Ḫālid Bey, « commandant de la place »
‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā, « notable »
Sulaymān Qābil, « notable »
Aḥmad Hazzāzī, « notable »
Aḥmad Moullah, « notable »
‘Abd al-Qādir al-Tilmisānī, « notable algérien inscrit au consulat »
Muḥammad ibn Ḥusayn Naṣīf, « notable »
‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, « notable »
Docteur Joannon, « inspecteur sanitaire, sujet hellène »

  • 17 Ph. Khoury, 2003 (1983), p. 55-61.

23D’après les archives consulaires, seules sources d’information trouvées sur ce point, les marchands hadramis de Djedda ne participèrent donc pas avec conviction et enthousiasme à la révolution de 1908. Dans le comité, seul ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja les représentait, mais c’était après avoir été inquiété au sujet de son positionnement politique. Plus généralement, seuls les plus importants notables de la ville se joignirent au CUP, comme si cette représentation avait suffi à rassurer les autres notables et les marchands. Il y a peut-être là un indice de l’attachement de ces derniers à un cadre ottoman qui les satisfaisait et dans lequel ils se mouvaient avec aisance. Après tout, cette réaction n’est pas étonnante si l’on considère ce qu’écrit Philip Khoury à propos des notables syriens, et plus encore des notables damascènes en 1908-1909. Là aussi des manifestations eurent lieu en faveur du comité Union et Progrès, mais les familles de notables se montraient plutôt inquiètes face à la remise en cause d’un ordre politique qu’elles avaient fait leur. Les élections qui suivirent la remise en vigueur de la Constitution, en juillet 1908, furent d’ailleurs marquées à Damas par la défaite des listes Union et Progrès et l’élection de députés issus de la notabilité damascène, soutenus par les oulémas. Philip Khoury précise certes que cette opposition est propre à Damas et que les notables du reste des provinces syriennes rejoignent les positions unionistes, sans grande conviction toutefois17. La déposition du sultan, en avril 1909, renforça les appréhensions de ces notables liés à l’Empire par des contacts personnels autour du sultan, par des contrats accordés par les autorités ottomanes, et par un modus vivendi qui leur laissait la gestion de l’essentiel de la ville et du port.

  • 18 L. Dakhli, 2009, chapitre iii.
  • 19 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 13/11/1908.
  • 20 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 10/02/1914.

24Au fond, seul le fils de Zaynal ‘Alī Riḍā, Qāsim, ressemblait à l’intelligentsia arabe qui s’enthousiasma en 1908 en Syrie et qu’a décrite Leyla Dakhli18. Son père l’avait envoyé à Bombay pour le former au commerce familial avant de le rappeler devant ses piètres qualités marchandes. Qāsim Zaynal s’essaya une dernière fois aux affaires et fit faillite après s’être établi à son compte à La Mecque. Soutenu par sa famille, il se consacra alors à son intérêt pour la politique et les idées modernistes. Son frère, Muḥammad ‘Alī, était après tout le fondateur de l’école al-Falāḥ, dont le programme voulait revivifier et moderniser l’éducation des enfants hedjazis (chapitre iii). Après un séjour en Égypte où il travailla comme journaliste, Qāsim fut élu député de Djedda au Parlement ottoman en 1908. Le profil marchand ne quitta pas Qāsim. Son élection en 1908 suscita quelques rumeurs et mécontentements, puisqu’une partie de la population soupçonnait les grands marchands d’avoir truqué les résultats et cédé aux pressions de Zaynal ‘Alī Riḍā. L’élection de Qāsim lui permit d’ailleurs d’échapper opportunément à plusieurs de ses créanciers après sa faillite19. En 1914, il ne fut cependant pas réélu. Mais l’absence d’un deuxième mandat ne tenait pas au seul manque de popularité de Qāsim Zaynal et aux soupçons qui portaient sur ses motivations. Les élections de 1914 furent en effet l’occasion pour le nouveau Grand Chérif Ḥusayn de placer ses fils. Faysal prit le siège de député de Djedda et ‘Abd Allāh celui de La Mecque au Parlement20.

  • 21 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 1 ( ?)/09/1909.

25En septembre 1909, le consul français à Djedda rendit compte de la manifestation d’une « douzaine de notables suivis d’environ cent cinquante individus portefaix nègres et enfants, et précédés de quatre drapeaux turcs et d’un vieux public », contre l’annexion de la Crète par la Grèce21. Il avait reconnu dans les manifestants plusieurs notables de la ville, qui avaient pour la plupart des « attaches » avec le gouvernement local et qui manifestaient sur la suggestion du comité Union et Progrès. Parmi eux, on trouvait les fils de Zaynal ‘Alī Riḍā : Yūsuf et Muḥammad ‘Alī. À l’époque, Qāsim devait encore être à Istanbul. Plus étonnante est la présence de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, de Rašīd Bā Ġaffār et de Muḥammad Naṣīf dans une manifestation qui ne rassemblait pas plus de cent cinquante personnes prises parmi les porteurs, les esclaves et les vieillards de la ville. Il s’agissait sans doute, pour ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, de donner des gages après avoir été inquiété l’année précédente. Le consul lui-même nota que le négociant hadrami manifestait avec peu de conviction. Il devait en être de même pour Muḥammad Naṣīf. Sa famille avait traditionnellement la charge d’agent du Grand Chérif, dont l’autorité était contestée par les membres militaires du CUP. Rašīd Bā Ġaffār était quant à lui juge du tribunal commercial de la ville, une fonction dont il pouvait être démis par le CUP de Djedda.

  • 22 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen 142, consulat de France, Djedda, (...)

26En novembre 1909, le nouveau gouverneur avait écarté les membres militaires du CUP, renvoyés à Istanbul. Il les avait remplacés par des « civils choisis parmi les indigènes », qui ne s’opposaient plus aux décisions prises avec le Grand Chérif dont le désaccord avec le noyau dur du CUP était apparu dès son arrivée au Hedjaz en 1908. L’éloignement des partisans des Jeunes Turcs suivait aussi une série de protestations des marchands contre les projets de taxes municipales à Djedda et à La Mecque22.

27Inquiétés par les projets révolutionnaires du comité Union et Progrès et de son épigone à Djedda, les négociants de la ville avaient vite retrouvé une situation maîtrisée. Les Bā Nāja et les ‘Alī Riḍā, les deux plus grandes familles négociantes de la ville à l’époque, avaient intégré le CUP, et leur position en ville n’était plus inquiétée. La menace qu’avaient fait peser les membres du CUP sur les intérêts des négociants, en s’en prenant à leurs propriétés et à leurs personnes, avait été mise en échec par la solidarité du groupe des grands marchands et l’organisation de la communauté hadramie. Le CUP avait pu arrêter le gouverneur ottoman, mais ni ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja ni ‘Alī Bā ‘Išin. Pour les négociants, c’était moins le régime politique que la sécurité du négoce qui comptait. Le gouverneur ottoman ne fut pas fermement soutenu. Pas plus que le chérif Ḥusayn (r. 1908-1924) lorsque la guerre avec le sultan ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd bloqua le négoce de Djedda.

b. L’époque de la monarchie hachémite

28Malgré les graves difficultés apportées par la Première Guerre mondiale, et plus particulièrement par les opérations de la Révolte arabe lancée en 1916, les premières années de Ḥusayn ibn ‘Alī ibn Muḥammad ibn ‘Awn à la tête du Hedjaz comme Grand Chérif (1908-1916), puis comme roi du Hedjaz aspirant au califat (1916-1924) restèrent celles d’une entente cordiale avec le milieu négociant de Djedda. La guerre fournit même à certains d’entre eux l’occasion de réaliser de belles affaires, notamment grâce au négoce des marchandises de contrebande, bienvenues pour compenser la chute des effectifs du pèlerinage.

29Un tournant assez net dans les relations des marchands avec le Chérif et dans le climat des affaires se produisit en 1920. L’enlisement de la Révolte arabe et les difficultés rencontrées par un roi de plus en plus autoritaire, ponctionnant les marchands plus ou moins habilement, bousculé par l’avancée des troupes najdies, suscitèrent un mouvement de fronde chez les négociants, dont certains choisirent finalement de quitter Djedda temporairement. Ce tournant coïncidait aussi avec la mise en place de frontières que le projet du royaume arabe n’avait pu empêcher et qui compartimentait les activités développées vers la Méditerranée par les familles marchandes à l’époque de l’Empire ottoman.

Le chérif Ḥusayn et les marchands

  • 23 M. al-Batanūnī, 1911, p. 41.

30Les noms de la notabilité marchande avec lesquels le chérif Ḥusayn fit connaissance à son arrivée au Hedjaz n’avaient pas beaucoup changé depuis le xixe siècle. Ce sont ceux que cite Muḥammad Labīb al-Batanūnī dans le récit qu’il fit de son voyage au Hedjaz au sein de la délégation du khédive, en 1909. Les Bā Nāja, Bā Junayd, Bā ‘Išin, Bā Zar‘a faisaient toujours partie des maisons qui avaient entre leurs mains les finances du pays, selon al-Batanūnī23.

  • 24 Al-Qibla, 23, 2/11/1916, p. 3.

31Le chérif ne tarda pas à établir des relations privilégiées avec les plus grandes d’entre elles. Au début du mois de novembre 1916, ‘Abd Allāh Bā Nāja menait la délégation de Djedda pour la cérémonie d’allégeance au roi Ḥusayn24. Avec les ‘Alī Riḍā, les Bā Nāja constituaient la plus importante maison marchande de Djedda. Les deux familles furent les hôtes réguliers du roi hachémite quand il visitait Djedda. La publicité qu’al-Qibla, le journal officiel du royaume, donnait à leurs réceptions officielles met en évidence l’importance de cette hospitalité pour le statut des familles marchandes. Lors des premières années du règne de Ḥusayn, un rituel presque invariable rythmait ainsi les visites du roi à Djedda. Le tour des institutions officielles et des responsables politiques était suivi par celui des diplomates et, lorsqu’il s’en trouvait, des navires militaires mouillant dans la rade de Djedda. Les visites et les réceptions données par les notables de la ville en l’honneur de Ḥusayn suivaient. Trois maisons le recevaient immanquablement : les Naṣīf, hôtes réguliers et traditionnels agents des chérifs à Djedda, les ‘Alī Riḍā et les Bā Nāja, dont les chefs avaient déjà accompagné les premiers moments de la visite officielle du roi.

  • 25 Al-Qibla, 35, 14/12/1916, p. 2 ; ibid., 222, 10/1918, p. 2.

32Le journal rendait dûment compte de ces réceptions honorifiques. Elles marquaient le prestige des marchands, le pouvoir que leur assurait l’oreille du chérif et le soutien sur lequel ce dernier pouvait compter au sein de la notabilité hedjazie. La maison des marchands fournissait le cadre à la fois prestigieux et intime nécessaire à ces rencontres. Celle des Bā Nāja s’y prêtait particulièrement (chapitre iii). Le roi pouvait venir y accomplir la prière du vendredi dans la partie du complexe résidentiel donnant sur l’intérieur de la salle de prière de la mosquée al-Ḥanafī. Comme lors de sa visite au mois d’octobre 1918, il restait ensuite chez les Bā Nāja le temps de boire le café hedjazi servi avec les dattes fraîches, avant de se rendre chez Zaynal et ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā, dans le même quartier de Šām, puis chez Muḥammad Naṣīf25.

  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., 267, 25/03/1919, p. 2-3, et 705, 19/07/1923, p. 4.

33La publicité de ces manifestations de proximité et leur répétition presque symétrique chez les ‘Alī Riḍā et les Bā Nāja manifestent le désir qu’avaient les deux maisons marchandes d’apparaître sur un pied de stricte égalité dans une concurrence évidente pour afficher les bonnes relations qui les liaient au Grand Chérif, seul souverain du Hedjaz depuis 1916. L’émulation prenait parfois un tour anecdotique. Lors de la visite du roi en octobre 1918, l’orchestre militaire de l’armée hachémite avait paradé dans les rues de Djedda. Il était alors passé devant chacune des deux maisons marchandes. Un tel parcours était heureux et probablement inspiré : Zaynal et ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā d’un côté et ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja de l’autre, envoyèrent en récompense au groupe « deux cents livres [thalers] ». Le journal qui rapporte le fait précise, comptant les points, « cent de la première maison et cent de la seconde26 ». L’émulation était poursuivie dans les dons versés lors des collectes charitables, dont les listes étaient publiées par le journal. Les versements des deux maisons marchandes étaient les plus importants ; ils étaient aussi strictement égaux27.

  • 28 Ḥ. Naṣīf, 1930-1931, p. 70 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 62 ; CADN 2MI3293, « Étude sur l’organisat (...)

34Pour Ḥusayn ibn ‘Alī, désormais coupé de l’Empire ottoman et donc privé des versements en argent et en nature dont bénéficiait le Hedjaz, ces relations garantissaient le soutien financier des négociants au royaume du Hedjaz. Le milieu négociant fournissait aussi des hommes à l’administration chérifienne, où les intérêts des marchands étaient ainsi représentés. En 1916, un décret nomma ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā membre du nouveau majlis al-šuyūḫ, avant qu’il ne devienne kaïmakam de Djedda. Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja fut nommé ministre des Finances (wakīl li-l-māliyya) dans le nouveau gouvernement hachémite dirigé par le fils du roi Ḥusayn, ‘Abd Allāh. Son oncle ‘Abd Allāh Bā Nāja était quant à lui à la tête d’un « comité suprême », qui était probablement le comité suprême décrit par un rapport de la Mission militaire française et qui devait se prononcer sur les finances des institutions du royaume. Ce comité dut faire long feu, à en croire le peu de mentions ultérieures dans les sources de l’époque28.

  • 29 Ibid.

35Le choix de membres d’une des plus grandes maisons marchandes de Djedda pour administrer les finances, alimentées en grande partie par les taxes sur le commerce, était judicieux alors que le royaume se lançait dans l’aventure de la révolte arabe. Avec les subsides britanniques et français, le produit des douanes et des taxes sur les chameaux de transport, entre Djedda et La Mecque, constituait l’essentiel des ressources du Hedjaz, désormais privé du financement ottoman, généreux quoiqu’irrégulier. Un rapport de la Mission militaire française au Hedjaz estimait le déficit du budget du royaume à 225 000 livres sterling avant la Révolte arabe29. Seules les avances des grands marchands et les versements accordés par Istanbul au bénéfice de la province des deux Lieux saints permettaient de combler ce déficit.

Photographie 4.1 — Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, s. d. (années 1930 ?), archives privées Bā Nāja

  • 30 D. Hogarth, 1978, p. 62 ; FO 371-16878, British Consulate, Djedda, 19/06/1933.

36En prenant Aḥmad Bā Nāja comme ministre, le roi choisissait de plus un homme à qui il avait déjà confié « quelques affaires » auparavant. Il avait donc pu apprécier et profiter de ses capacités financières et marchandes. L’association d’Aḥmad Bā Nāja au gouvernement hachémite allait encourager son éloignement temporaire en Égypte après la conquête saoudienne. Il ne revint au Hedjaz qu’en 1932 et devint l’un des notables hedjazis les plus proches de la famille royale30.

  • 31 Ce détail m’a été signalé par Ulrike Freitag.

37Les photographies conservées montrent Aḥmad vêtu du bišt (cape légère), la moustache fière et le ‘iqāl (cordelette tenant la koufiya) soigneusement incliné (photographie 4.1). Ces habits n’avaient rien de hedjazi31. Ils étaient plutôt typiquement bédouins et assimilaient peut-être Aḥmad au groupe de marchands proches des Sa‘ūd – ce qui daterait la photographie des années 1930. Sous ces habits visiblement mis pour l’occasion, Aḥmad Bā Nāja portait un costume européen, comme la bourgeoisie égyptienne qu’il fréquentait.

38Sa réputation était celle d’un homme coquet et fier de lui, quelque peu efféminé. Des « vices privés », évoqués malicieusement dans un rapport consulaire britannique, avaient aussi pu compter parmi les raisons de son départ pour l’Égypte, où la famille avait de larges propriétés et où son oncle ‘Abd Allāh résidait souvent.

  • 32 Al-Qibla, 723, 27/09/1923, p. 2.

39De façon plus étonnante, Aḥmad occupait encore cette fonction au sein du gouvernement royal en 1922, au moment où le groupe des marchands ne cachait plus son mécontentement de la politique hachémite. Un tel positionnement s’expliquait d’abord par le tempérament indépendant du fils aîné de ‘Abd al-Raḥmān. Il avait pris ses distances avec le milieu familial, même s’il restait conseillé par Sufyān, l’homme de confiance et affranchi de la famille (chapitre v). Dans cette phase d’opposition plus ou moins ouverte avec le pouvoir royal, les grandes familles marchandes hadramies continuaient d’être bien représentées dans les institutions municipales. En 1923, Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja – le frère d’Aḥmad – présidait la chambre de commerce de Djedda, et Abū Bakr Bā Ġaffār était vice-président de la municipalité32.

40Les Hadramis continuaient aussi à jouer un rôle en tant que communauté dans le royaume chérifien. Les activités de la communauté, qui s’était montrée si utile pour les grands marchands en 1908, n’étaient pas entièrement soumises à l’autorité chérifienne. En cas de désaccord avec les décisions du roi et de son gouvernement, elle pouvait revendiquer la protection britannique depuis l’établissement des protectorats sur les sultanats kathiri et qu‘ayti du Hadramaout. L’administration britannique était particulièrement gênée par ces revendications qui étaient apparues au début du xxe siècle chez les marchands hadramis comme les Bā Nāja et qui devenaient de plus en plus fréquentes.

Le négoce de Djedda à l’époque de la Première Guerre mondiale

  • 33 P. Chevalier, 2006.

41Dans la région, on peut considérer que le conflit mondial avait débuté dès la guerre italo-ottomane (1911-1912). Une rivalité parfois violente entre les puissances impériales suivit ce conflit dans la mer Rouge, plaçant le Yémen au centre des entreprises politiques et militaires33. Au début du mois de juin, le chérif Ḥusayn et ses fils lancèrent la révolte de la province contre le régime du CUP à Istanbul. Les garnisons ottomanes de La Mecque puis de Djedda furent réduites au cours des deux premières semaines de juin.

  • 34 L. Chantre, 2012, p. 316.

42La guerre plaçait l’économie du Hedjaz dans une situation particulièrement difficile. Les négociants étaient confrontés aux embargos mis en place sur les côtes des régions de l’Empire ottoman comme le Yémen, à la limitation des exportations indiennes par l’administration coloniale, aux ponctions réalisées par l’administration chérifienne sur les marchands et au raidissement de Ḥusayn ibn ‘Alī, au fur et à mesure qu’étaient déçus les espoirs placés dans la Révolte arabe. Avec la fermeture du canal de Suez et les interdictions de pèlerinage imposées par les puissances coloniales à leurs sujets musulmans dès 1915, le nombre des pèlerins passa sous la barre des 10 000 lors du pèlerinage de 1334/1916 et resta sous ce chiffre jusqu’à la fin de la guerre. L’organisation d’un pèlerinage très politique en 1916 par les administrations françaises, puis britanniques et italiennes, fut surtout symbolique34. La guerre privait l’économie hedjazie de son pilier.

  • 35 FO 686-6, télégramme, La Mecque, 4/03/1917.

43En 1917, l’agent de l’Arab Bureau à Djedda rapporta par exemple l’une des rumeurs qui terrorisaient les marchands de Djedda : la maison Zaynal ‘Alī Riḍā affirmait que des sous-marins allemands interdisaient toute circulation entre l’Inde et le golfe d’Aden et que les primes d’assurance s’étaient renchéries de cinq pour cent35. La rumeur, infondée, manifestait l’attention des négociants pour les développements de la guerre dans la région de la mer Rouge et de l’océan Indien, espace stratégique de leurs plus importants échanges commerciaux.

  • 36 BBA DH EUM MTK 82-46, 9/09/1914.
  • 37 BBA DH ID 90-22, 4/05/1916.

44Les blocus et le manque de métaux précieux compliquaient les affaires et suscitèrent plusieurs épisodes entre la population et le groupe des négociants, et entre les négociants et les autorités ottomanes. Dès le mois de septembre 1914, le mutesarrif (gouverneur de la ville) de Djedda dut ordonner à la municipalité de Djedda de prendre des mesures pour limiter la spéculation pratiquée par « certains commerçants » et de fixer un tarif maximum pour les denrées de première nécessité (riz et blé)36. Ce rappel des règles implicites limitant leur profit dans les marges de ce que la population pouvait admettre et supporter se heurtait aux difficultés mises en avant par les négociants eux-mêmes. En avril 1916, juste avant que le chérif Ḥusayn déclare la Révolte arabe, les négociants de Djedda se plaignirent de la pénurie des moyens de paiement, aggravée par l’interruption du pèlerinage qui fournissait le Hedjaz en devises étrangères. Le gouvernement ottoman ne payait alors plus ses achats qu’en papier monnaie (evrāq), qui avait perdu 20 % de sa valeur nominale et qui n’était plus accepté ni par les partenaires étrangers – habitués aux règlements en or – ni même par l’administration locale qui exigeait le paiement des taxes en numéraire pour satisfaire ses propres besoins en devises, aux dépens des négociants locaux37.

45Les difficultés imposées au commerce et à la population encouragèrent aussi les manœuvres de contournement. Elles créaient une prime pour ceux qui étaient capables de se fournir malgré tout en produits indiens et en monnaies étrangères (livres sterling et roupies) et qui avaient les moyens de les acheminer vers Djedda et vers les autres ports de la mer Rouge privés d’arrivages réguliers. Les transports des marchandises indiennes, la contrebande d’armes et l’exportation d’or vers l’Inde pour profiter de taux de change préférables ne résument certes pas les activités des marchands de Djedda, bien que les sources consulaires leur accordent une grande attention. De telles activités attestent néanmoins de la vigueur du réseau et de la capacité de certains des négociants à s’adapter aux contraintes imposées par les pays en guerre. La mise à l’épreuve des négociants de Djedda est l’occasion d’examiner leur pratique et leur capacité d’adaptation.

  • 38 K. Cornwallis, 1976 (1916), p. 20 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 74.
  • 39 K. Cornwallis, 1976 (1916), p. 94 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 58 et p. 62-63.

46Les marchands hadramis gardaient la réputation de contrôler le commerce côtier de la mer Rouge, à la différence d’autres négociants qui, comme les ‘Alī Riḍā, ne s’engageaient pas dans ce type d’activités régionales38. La maison marchande des Bā Jubayr était, d’après les sources britanniques et ottomanes, l’une des plus actives dans la mer Rouge. L’organisation familiale de la maison reposait sur le réseau de membres de la famille et d’associés établis dans les différents ports de la côte arabe : à Djedda, où résidaient les chefs de la maison, Sālim et ‘Umar, à Midi, à Qunfuḏa, à Jizan et à Ade. La vingtaine de sambouks que possédait la maison avaient servi, entre autres marchandises, au commerce clandestin d’armes pendant la guerre italo-ottomane. Les Bā Jubayr étaient soupçonnés par les officiers britanniques de continuer ces transports pendant la Première Guerre mondiale. Il en allait de même des autres négociants hadramis propriétaires de sambouks, qui pouvaient compter sur un réseau régional reposant sur la famille et ses partenaires. À Djedda, l’officier de l’Arab Bureau David George Hogarth citait en 1917 les maisons marchandes des Bā Nāja, des Bā Junayd et des Bā Zar‘a39.

  • 40 Télégramme de ‘Umar Bā Junayd, Djedda, 23/11/1331 (5/12/1915), dans BBA BEO 4396-329641, 24/03/1334 (...)

47En novembre 1915, au moment où la marine britannique patrouillait au large des ports de la côte yéménite pour maintenir le blocus des territoires ottomans, les Bā Jubayr perdirent au moins deux de leurs sambouks. Dans une ambiance confuse, l’un des navires, qui arrivait de Djedda avec 330 livres ottomanes de marchandises à son bord, fut chassé à coups de feu du port de Lith par le kaïmakam local40. En entendant les coups de canon, un patrouilleur britannique s’approcha du port, arrêta et coula le sambouk avec son chargement : des sacs de céréales, du sucre, des monnaies diverses (piastres, roupies et thalers). C’était du moins le chargement que ‘Umar Bā Jubayr déclara officiellement pour solliciter son remboursement. Le remboursement réclamé fut dûment enregistré par les autorités ottomanes dans des listes probablement destinées à alimenter des demandes de réparations en cas de victoire de l’Empire. Cumulé à la valeur déclarée du sambouk (420 livres), il s’élevait à 750 livres ottomanes. La perte du sambouk et des marchandises, aussi lourde qu’elle fût pour la maison marchande, ne suffit pas pour interrompre ses activités, puisque Kinahan Cornwallis remarquait encore leurs activités maritimes l’année suivante. Ce que ne précisait pas le négociant dans sa réclamation, c’est qu’une série de navires avaient été coulés ou confisqués comme le sien par le même navire britannique : deux l’avaient été quinze jours plus tôt, et cinq le même jour que le sien. Dans ces conditions, lancer des sambouks relevait moins de l’inconscience que d’un calcul dans lequel les risques de pertes étaient compensés par les profits exceptionnels qu’un négociant déjouant les patrouilles britanniques et françaises pouvait espérer faire dans les ports de la mer Rouge. Les Bā Jubayr n’étaient d’ailleurs pas les seuls à avoir adopté une telle stratégie. D’après les mêmes relevés du ministère de l’Intérieur ottoman, au moins un autre négociant perdit coup sur coup deux de ses navires pendant la même période et dans les mêmes eaux.

  • 41 FO 371-3408, Report on the Pilgrimage, dans Secretary to the Government of India, 26/02/1918, cité (...)

48Ces échanges commerciaux furent pourtant rendus plus difficiles par les contraintes imposées par le gouvernement du roi Ḥusayn sur l’exportation des marchandises depuis Djedda. Ce fut le cas en 1917 pour les produits alimentaires, dont l’exportation fut interdite vers al-Wejh et Aqaba, au moment où les colonnes de la Révolte arabe y menaient leurs opérations contre les bases ottomanes. L’officier indien supervisant le pèlerinage des sujets britanniques en 1917 rapporta la tentative d’un des marchands de Djedda dont la cargaison de riz, achetée à un négociant indien, fut finalement pillée par des Bédouins sur son trajet vers Aqaba. Il avait soudoyé l’un des hauts fonctionnaires du gouvernement hachémite pour permettre à son navire de partir41. Mais en dépit des protestations et des règles extra-économiques qui pouvaient limiter leur profit, outrepasser les interdictions du roi, se risquer au transport de marchandises et à la contrebande de monnaies et de métaux précieux semblent avoir été des entreprises régulières des négociants de Djedda pendant la guerre.

49Il était ainsi connu que les deux plus grandes maisons marchandes de Djedda, celle des Bā Nāja et celle des ‘Alī Riḍā, avaient réalisé d’importants profits pendant la guerre grâce à ces activités plus ou moins légales. La spéculation sur les taux de change et l’exportation en contrebande de l’or vers l’Inde en particulier étaient des activités profitables.

  • 42 FO 686-6, British Agency, Djedda, Report on the Hejaz, 22/12/1916 ; FO 686-27, Jeddah Report, 21/06 (...)

50En 1921, lorsque la plus connue des familles de pilotes de Djedda fut arrêtée pour s’être livrée à la contrebande d’or, les marchands signèrent une pétition commune pour réclamer sa libération. Il est vrai que de nombreux notables de la ville étaient impliqués dans ces activités42. En 1921 encore, ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et Qāsim ‘Alī Riḍā témoignèrent au cours d’un procès opposant deux marchands de la communauté patnie, pour attester des profits réalisés par les marchands durant la période suivant le début de la Révolte arabe. Le premier intervenait comme l’un des principaux négociants locaux liés aux marchands indiens, le second comme président du tribunal commercial de Djedda. Qāsim était à Istanbul pendant la guerre, mais sa participation aux affaires familiales lui permettait d’affirmer que :

[…] on the whole the period immediately following the Arab revolt was one of greater commercial prosperity in Jeddah than has been the case for some time, but in many cases this prosperity led to speculative enterprises and to loss. This prosperity was attributable to scarcity of local supplies primarily and in part to profit on exchange. Merchants trading with India were likely to gain on exchange but this was not an infallible rule.

  • 43 FO 686-82, Dépositions de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et de Qāsim ibn Zaynal ‘Alī Riḍā, 19 et 21/05/1921

51Quant à ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, soucieux selon le consul britannique de réfuter toute activité de contrebande, il reconnaissait un climat d’affaires similaire43. D’après les dépositions des deux négociants, la rareté des approvisionnements locaux et le renchérissement conséquent des marchandises permettaient aux négociants qui avaient accès aux approvisionnements extérieurs et qui disposaient de bonnes informations de réaliser des bénéfices particulièrement élevés.

52La correspondance de la maison Bā Nāja dans les années 1919-1921 montre que la guerre n’avait pas rompu l’organisation du réseau négociant de la famille. Cette correspondance constituait en réalité un fondement essentiel de l’entretien durable d’un réseau marchand. La circulation de l’information selon des modes plus ou moins confidentiels permettait d’organiser et de maintenir les échanges en tentant de doubler les concurrents et en privilégiant les partenaires. Comme ces derniers étaient la plupart du temps liés par des liens de crédit, en commençant par les échanges non soldés, la correspondance permettait non seulement de procéder aux règlements de ces échanges mais aussi la vérification mutuelle des comptabilités tenues par chacun des partenaires pour leurs échanges mutuels. Les liens de crédit permettaient aux capitaux de circuler en fonction des besoins en liquidités de tel ou tel partenaire, mais ils constituaient aussi en eux-mêmes un ensemble de relations fortes, enregistrées et de confiance entre les partenaires endettés les uns envers les autres, permettant au réseau marchand de durer.

  • 44 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, Djedda, à son oncle ‘Abd al-Raḥmān, Le Caire, 21/11/1919, et lett (...)

53Outre les informations sur l’état des marchés et les commandes, chacune de ces lettres envoyées par les lignes régulières des vapeurs reprend ainsi la teneur des télégrammes et câblogrammes échangés depuis la réception du dernier courrier du destinataire. Il n’est pas rare qu’elles ajoutent à ces informations résumées, et déjà transmises pour l’essentiel par télégramme, des développements plus confidentiels dont les auteurs craignent que les employés du télégraphe ne les divulguent aux négociants concurrents – ceux qui n’appartiennent pas au même réseau d’affaires et de crédit. C’est par une lettre que Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja invite en novembre 1919 ses aînés au Caire à expédier rapidement des chargements de sucre roux à Djedda pour profiter de l’incapacité de la maison rivale des ‘Alī Riḍā à s’en procurer suffisamment et à assez bon prix pour répondre à la demande du marché local. C’est aussi par des lettres que les membres de la maison discutent avec leurs partenaires en Inde et en Arabie du boycott que l’un d’eux propose de mettre en place pour répondre aux limitations déloyales de chargement que leur impose la compagnie maritime Turner and Morrisson, dont l’agence à Djedda est tenue par la maison ‘Alī Riḍā44.

  • 45 Y. Lemarchand, Ch. McWatters et L. Pineau-Defois, 2014, p. 29.

54Moyen d’information dont le câble n’abolit pas l’intérêt, la lettre est aussi un moyen de tenir les comptes. Les négociants de Djedda, comme ailleurs dans l’océan Indien et l’Atlantique, ouvraient des comptes courants pour chacun de leurs partenaires. Grâce à ces comptes, les négociants enregistraient leurs opérations et procédaient à des paiements en limitant le transfert physique de numéraire, par des jeux d’écriture entre les comptes des membres d’un même réseau négociant lié par les crédits mutuels. La mention systématique de ces comptes et de leur solde dans la correspondance permet aux partenaires de comparer et de vérifier la symétrie des comptabilités qu’ils tiennent chacun de son côté. Yannick Lemarchand, Cheryl McWatters et Laure Pineau-Defois ont décrit ce système de comptabilité et de crédit comme un réel « langage international » permettant de suivre les relations entre les membres d’un réseau marchand international, d’entretenir leur confiance mutuelle et donc l’expansion et la durée de leurs échanges45. La correspondance de la maison Bā Nāja fournit à ce sujet un dernier exemple pour illustrer la façon dont ces liens de crédit renforcent et entretiennent un réseau négociant.

55En 1918, sur les conseils de la maison al-Faḍl de Bombay, les Bā Nāja avaient accepté d’investir par leur intermédiaire sur le marché de Bombay 1 000 livres sterling dans le négoce des perles. Pour des raisons obscures, l’opération échoua, et les profits réalisés furent loin d’être ceux que l’on espérait. Mais comme les Bā Nāja l’expliquèrent à leur partenaire à Calcutta, Salīm al-Ḫunjī, qu’ils tinrent informé de l’évolution de leur affaire et dont ils requirent l’aide, la maison al-Faḍl refusa de reconnaître son manquement et l’échec de l’opération. Elle tarda de surcroît à rembourser les 1 000 livres aux Bā Nāja. Ce n’est qu’en 1920, soit deux ans plus tard, que Salīm al-Ḫunjī reçut un virement de 15 868 roupies, équivalent exact des 1 000 livres investies, et qu’elle l’enregistra sur le compte courant des Bā Nāja.

56Quoique anecdotique, une telle affaire révèle cependant l’efficacité du système de comptabilité et de crédit que les négociants de la mer Rouge et de l’océan Indien utilisaient pour leurs échanges financiers. Elle révèle ensuite le soutien que constitue le réseau pour un négociant qui souhaite faire pression sur l’un de ses partenaires au sein du même réseau. Informer Salīm al-Ḫunjī, à Calcutta, est un moyen compréhensible pour faciliter la résolution d’un différend avec un partenaire établi à Bombay. Cela revient aussi à faire peser sur la maison al-Faḍl la menace de perdre la confiance des partenaires tenus au courant des manquements de l’un des leurs par la circulation des informations au sein du réseau.

57Enfin, les stratégies des marchands de Djedda se révèlent tout à fait semblables à celles de leurs homologues européens à la même époque. Comme pour leurs autres opérations, les transactions étaient réalisées à terme. Le règlement d’une livraison ou le virement du produit d’un investissement n’était effectué qu’avec un retard allant de quelques semaines à plusieurs années, et ce délai constituait dans les faits un prêt fait par le vendeur (ou l’investisseur) à l’acheteur. C’était une forme du crédit qui reliait les négociants, plus courante encore que les prêts d’argent liquide, et qui leur permettait tantôt d’investir leurs capitaux disponibles, tantôt de les compléter. Comme leurs homologues négociants du monde atlantique et européen aux xviiie et xixe siècles, les Bā Nāja n’exigèrent pourtant aucun intérêt. Le sujet n’est même pas abordé dans la correspondance. La comptabilité peut-être trop peu sophistiquée pour se prêter au calcul des intérêts est une raison probable mais, comme le suggère P. Gervais, il faut aussi se tourner vers des raisons moins économiques et plus sociales pour comprendre cette absence.

  • 46 Lettre de ‘Abd Allāh Bā Nāja, Le Caire, à S. Ḫunjī, Calcutta, 22/07/1338 (11/04/1920), archives pri (...)
  • 47 P. Gervais écrit au sujet de ce type de crédit gratuit : « Son importance économique est énorme, et (...)

58Lorsque le virement de l’équivalent des 1 000 livres, sans aucun intérêt, fut effectué, ‘Abd Allāh Bā Nāja prit soin d’écrire à Salīm Ḫunjī que le différend n’affecterait en rien ses relations avec al-Faḍl, en dépit de la perte ou de l’absence de gain – ce qui revient au même pour une telle somme immobilisée pendant plusieurs mois – essuyée par la maison djeddawie dans cette opération. Les Bā Nāja préféraient privilégier le « partenariat ancien » au profit immédiat, surtout, précisait ‘Abd Allāh, en période de crise comme pendant la guerre et l’immédiat après-guerre46. Comme dans le monde du négoce atlantique, européen et méditerranéen, le crédit entre négociants est ici aussi un rapport social. Alors que l’intérêt est pratiqué pour les prêts formels d’argent liquide, on ne pouvait décemment exiger un paiement ou un remboursement immédiat de la part d’un partenaire à l’issue d’une transaction, à plus forte raison s’il s’agissait d’un partenaire ancien et important47. La perpétuation du réseau soutenu par ces échanges minutieux de lettres et de capitaux et la confiance ancienne mais sans cesse revérifiée entre les partenaires assuraient à moyen et long termes des bénéfices suffisamment bien compris pour se passer du calcul du profit immédiat. Il faut d’ailleurs remarquer qu’un tel calcul est absent dans la correspondance et les comptes consultés, comme s’il n’importait pas vraiment en réalité.

59À plus court terme en revanche, ces bénéfices pouvaient encore être augmentés par les négociants en mesure de jouer sur les taux de change des monnaies amassées, et en particulier d’exporter en Inde l’or gagné pour l’échanger contre des roupies (une monnaie d’argent), ou pour y solder leurs achats à un taux supérieur aux taux en vigueur au Hedjaz, malgré les interdictions britanniques.

Le tournant de 1920

  • 48 FO 686-51, British Agency, Djedda, 20/01/1920.

60Les manipulations qui consistaient à jouer sur les taux de conversion des monnaies et sur la recherche de l’or n’étaient pas le seul fait des négociants. Le gouvernement du roi Ḥusayn y recourait régulièrement pour l’écoulement des subsides britanniques, qui lui furent d’abord versés en livres sterling (une monnaie convertible en or) puis en roupies en 1921, et pour combler ses besoins de financement aux dépens des négociants48. La fixation par l’autorité hachémite de taux de change officiels était d’autant moins bien acceptée qu’elle prenait place dans une série de décisions autoritaires qui mettaient lourdement à contribution les marchands et qui s’inscrivaient dans une conjoncture commerciale dégradée.

  • 49 J. Teitelbaum, 2001, p. 187-190.
  • 50 Al-Qibla, 15, 5/12/1334 (3/10/1916), p. 2.
  • 51 CADN 2MI3293, « Rapport sur la situation au Hedjaz », Djedda, 16/09/1920.

61Le tournant apparaît assez nettement dans les relations du roi avec le milieu négociant de Djedda entre la fin de l’année 1919 et le début de l’année 1920. Il suivait de près la défaite des troupes chérifiennes à Turaba en mai 1919 face aux hommes du sultan du Najd49. Les cérémonies d’accueil du roi à Djedda, telles qu’elles étaient relatées par le journal al-Qibla, ne comportaient plus de réceptions offertes par les maisons marchandes de la ville. Le tribunal commercial, dont la création avait été annoncée en fanfare dans le journal en 1916 pour « améliorer l’état du commerce dans le port », avait été aboli et remplacé par une chambre de commerce associée à une société nationale (šarika waṭaniyya), qui devait mettre à profit les prises de participation des marchands et des fonctionnaires pour limiter la spéculation sur les marchandises en temps de guerre50. La chambre de commerce était vite devenue un instrument du contrôle royal sur l’économie, et la société nationale un monopole géré par les négociants fidèles au gouvernement. Les marchandises débarquées à la douane étaient placées à la disposition prioritaire de la société, quel qu’en fût le destinataire réel. La société pouvait donc prélever la quantité qu’elle souhaitait au prix qu’elle fixait. Ce prix était payé au propriétaire des marchandises, après un délai qui pouvait atteindre plusieurs semaines et qui permettait à la société de rendre les marchandises non commercialisées. Le reste, c’est-à-dire les marchandises non prélevées ou rendues, était à la disposition de celui qui les avait fait venir d’Inde ou d’Égypte. Il devait toutefois les payer au prix fixé par la chambre de commerce51.

62Le système était redoutable. Il constituait certainement une arme efficace pour limiter la spéculation sur les marchandises importées, mais permettait aussi au gouvernement du roi Ḥusayn de favoriser et de s’attacher un groupe de négociants aux dépens des autres. Le rapport de la Mission française s’appuie d’ailleurs sur les informations données par l’un des Naṣīf, les agents du roi à Djedda, qui se faisait l’écho du mécontentement des marchands de Djedda et de leur espoir de voir le Hedjaz repasser sous le contrôle des Turcs après le refus de Ḥusayn de signer le traité de paix avec la Turquie. Les rapports britanniques mentionnent ce mécontentement croissant chez les marchands, que plus aucun succès politique ou militaire au crédit du roi ne venait apaiser. Au début du mois de septembre 1920, l’agent britannique à Djedda rapportait qu’un grand nombre d’entre eux avait l’intention de quitter le pays et que le kaïmakam lui-même avait exprimé son exaspération devant la mauvaise politique économique, l’autoritarisme et la corruption du gouvernement royal.

  • 52 FO 686-27, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 10/01/1921.
  • 53 H. Alangari, 1998, p. 191-200 ; R. Baker, 1979, p. 174.

63La position du gouvernement était d’autant plus difficile que les finances du royaume étaient mauvaises et qu’une opposition à Ḥusayn avait surgi au sein des clans chérifiens, notamment à Médine52. En 1921, la fin de la guerre, et la réticence du roi hachémite à signer le projet de traité anglo-hedjazi, avaient poussé les Britanniques à réduire leurs aides de guerre au Hedjaz de 25 000 livres sterling (payées en or) à 5 000. Ces versements au royaume hachémite comme au sultanat du Najd furent stoppés à la fin de l’année 1922. L’émir Fayṣal ibn Ḥusayn estimait alors que le gouvernement hedjazi avait besoin de 700 000 livres sterling53. Les besoins de financement accrus expliquaient la pression fiscale croissante, inouïe pour une province qui était jusqu’en 1916 fiscalement privilégiée. Elle pesait sur les négociants.

  • 54 FO 141-814, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 20/02/1920 ; FO 686-26, Jeddah Report, 22/0 (...)
  • 55 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 31/08 au 31/09/1922.

64Les marchands réclamaient aussi la fin de l’interdiction pesant sur l’exportation d’or et d’argent, qui paralysait les échanges avec l’Inde, et le paiement des fournitures de blé qui leur avaient été commandées. Ils demandaient aussi le remboursement des prêts forcés, exigés par le gouvernement en échange de bons leur ouvrant droit à la réduction des droits de douane – sans valeur en période de crise commerciale54. Ils protestaient enfin contre l’imposition de taux de change fixés au seul bénéfice des finances royales et aux dépens de leurs transactions avec leurs principaux partenaires55.

  • 56 K. N. Chaudhuri, 1983, p. 838.

65Cette crise intervenait en effet dans une conjoncture dégradée des échanges avec l’Inde. La reprise du commerce indien qui avait suivi la fin de la Première Guerre mondiale, tant dans les importations que dans les exportations, fut stoppée en 1920 à la suite de mauvaises récoltes, d’épidémies, et en raison des difficultés économiques européennes. En 1921, la roupie indienne entra dans une phase d’instabilité retrouvée dans les tensions autour des taux de change à Djedda, et les échanges ne redémarrèrent véritablement qu’en 192456.

66Les récriminations des négociants alimentaient un climat de défiance à l’égard du roi Ḥusayn, dont le départ était souhaité, et leur faisaient regretter, aux dires de l’agent britannique, le régime ottoman. Le même agent rapporta même une rencontre du roi avec les négociants de Djedda dont le déroulement manifestait savoureusement le degré d’animosité de ces derniers :

  • 57 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 10/03/1922.

Before leaving Jeddah, King Hussein summoned the Merchants and told them that he knew they considered his periodical borrowings as ruinous to trade, and he could only recommend them to pray God to strike him dead. He added that he felt he was growing an old man (he is, in fact, aging) and that it was possible that they might never see his face again, for he had it in mind to retire to Taif. One merchant brought confusion on his neighbours by muttering “Amen” behind his hand57.

  • 58 W. Ochsenwald, 1991.

67Avec l’échec du royaume arabe et l’enlisement de la révolte après l’échec de Fayṣal en Syrie, les besoins de financement du roi et son projet politique contrariaient les intérêts des négociants. La déclaration de la Révolte arabe avait permis d’envisager la reprise du pèlerinage et la poursuite des affaires avec les territoires contrôlés par la Grande-Bretagne, l’Inde en particulier, sans menacer les échanges entre les ports de la mer Rouge dont les marchands hadramis étaient les acteurs principaux. Elle écartait définitivement du Hedjaz la menace d’une reprise en main de la province par le gouvernement autoritaire des Jeunes Turcs. Le Grand Chérif Ḥusayn avait réussi à limiter la réaffirmation de l’autorité stambouliote à Médine, bloquant par exemple en 1914 les projets de prolongation du chemin de fer du Hedjaz, dont l’extension en 1908 avait permis aux Jeunes Turcs de placer la ville de Médine sous l’administration directe d’Istanbul58.

  • 59 R. Baker, 1979, p. 181-184.

68L’échec du projet politique du roi était néanmoins scellé en 1924 avec l’installation de ses fils ‘Abd Allāh et Fayṣal à la tête de l’émirat de Transjordanie et du royaume d’Irak d’une part, et l’enracinement des pouvoirs mandataires britannique et français dans les territoires que la Révolte arabe devait libérer et associer sous son autorité d’autre part. Le roi s’aliénait progressivement le soutien britannique en refusant de reconnaître les positions européennes au Levant et l’ordre mandataire, contraires aux promesses qui lui avaient été faites. La révolte l’avait encouragé à prétendre au califat en mars 1924, et à mettre en place un pouvoir autoritaire justifié par l’effort de guerre59. La prolongation de cet état de guerre dans lequel le roi Ḥusayn maintenait le Hedjaz au début des années 1920 creusait l’écart des intérêts hachémites et ceux des négociants hedjazis. Leur soutien moral, financier, et même militaire était pourtant crucial. Il fit défaut au roi quand une alternative politique se présenta avec ‘Alī ibn Ḥusayn puis ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd.

  • 60 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 40-44 et p. 124-126.
  • 61 H. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 3-4, p. 24 et p. 111-117.

69Le caractère despotique de la pratique du pouvoir du chérif a laissé chez Ḥusayn ibn Muḥammad Naṣīf et ‘Abd al-Ḥamīd al-Ḫaṭīb – deux auteurs proches du roi jusqu’en 1916 par les fonctions de leurs familles – un souvenir très négatif. Tous deux avaient subi d’importantes pertes sous le roi Ḥusayn. ‘Abd al-Ḥamīd al-Ḫaṭīb avait été contraint de céder à vil prix au gouvernement un ensemble de magasins bordant le Ḥaram mecquois. Il se fit confisquer sa voiture, avant de décider de s’exiler au Caire où son frère était le représentant du gouvernement hachémite. La critique en règle du règne des chérifs à laquelle il se livre à plusieurs reprises n’est donc pas tout à fait étonnante. Elle vise tout particulièrement le chérif Ḥusayn, qui s’est « condamné lui-même », par l’extorsion de prêts non remboursés aux marchands de La Mecque et Djedda, par ses manipulations sur le cours des monnaies pour faire rentrer de l’or dans les caisses du gouvernement, la surveillance de la population, la spoliation des pèlerins, l’absence de création d’écoles et le monopole du commerce laissé aux « étrangers » – les Turcs, Syriens, Hadramis, Indiens et Persans, selon l’auteur60. Plus mesuré, Ḥusayn Naṣīf s’en prend surtout à la naïveté du chérif, qui s’est laissé tromper par les promesses des Britanniques, à sa cupidité et son caractère despotique61. Pour ces deux auteurs, la critique du règne précédent était aussi un passage obligé, puisqu’ils écrivirent tous deux dans un Hedjaz saoudien.

Les Hadramis dans le royaume chérifien : la communauté et son cheikh

  • 62 FO 686-73, Note on the Status of British Subjects in the Hejaz, 14/10/1920.

70Un rapport britannique de 1920 estimait à 5 000 le nombre de boutiques appartenant à des marchands hadramis au Hedjaz et à 5 000 aussi le nombre de résidents hadramis à La Mecque62. L’existence d’un groupe organisé des Hadramis était déjà claire en 1858 dans le rôle de Sa‘īd al-‘Amūdī, mais elle ne confirmait pas l’existence d’une structuration formelle à Djedda. Celle-ci apparaît à l’époque du chérif Ḥusayn, à Djedda comme à La Mecque, aux côtés d’autres communautés nationales. Elle est attestée dans la source nouvelle que constitue le journal al-Qibla qui mentionne l’existence d’une communauté hadramie organisée et représentée lors des cérémonies officielles par une milice et un chef, le šayḫ de la ṭā’ifa des Hadramis.

  • 63 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, p. 2-3 ; mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr.
  • 64 FO 686-12, Ihsanullah, La Mecque, 9/01/1921.
  • 65 IOR-R-15-5-380, D. Hogarth, 1917, p. 80 (version de 1917) ; entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 17/03/20 (...)

71Le journal al-Qibla publia en 1919 la liste des contributeurs à une caisse de charité. Parmi les habitants de Djedda, distingués de ceux de La Mecque, figurait le cheikh Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr en tant que šayḫ al-Ḥaḍārim. Le cheikh était alors un négociant âgé de 63 ans. Comme la plupart des autres négociants hadramis de Djedda, il résidait dans le quartier de Šām, où son fils aîné était né neuf ans plus tôt63. Il avait autorité sur les membres de la communauté, notamment sur les marchands, dont il était l’interlocuteur auprès du roi. Cette position le plaçait dans une situation délicate lorsqu’il fallait répondre aux exigences de l’administration chérifienne ou rapporter les plaintes des Hadramis. Il participait ainsi nécessairement à l’équilibre des pouvoirs à Djedda comme à La Mecque, y compris par ses relations avec des groupes inattendus. En 1921, pour repousser l’attaque d’une tribu bédouine sur la ville de Taëf, le roi requit l’assistance d’autres tribus, mais découvrit que les fusils des Bédouins étaient tous déposés en gage chez les marchands hadramis de La Mecque. Le cheikh des Hadramis fut convoqué pour récupérer ces armes, et l’administration royale paya ce qui était dû aux marchands64. La famille des muḫarrijūn Bā ‘Išin à Djedda était elle aussi en contact étroit avec les Bédouins par le biais de leurs activités de transport par chameau vers La Mecque : l’agent britannique David George Hogarth mentionnant en particulier leur « influence » au sein de la tribu des Ḥarb. Elle prêtait elle aussi aux Bédouins de l’argent contre le dépôt des fusils dans la maison familiale, d’après les souvenirs d’une de leurs descendantes65. Ces rapports avec les tribus bédouines du Hedjaz suscitèrent de nombreux soupçons de la part des autorités ottomanes et chérifiennes.

  • 66 FO 967-46, Ihsanullah, Djedda, 14/07/1932.

72Le rôle politique du cheikh des Hadramis est attesté plus tardivement, dans un rapport britannique de 1932. Le négociant hadrami Aḥmad Bā Jubayr avait été emprisonné dans le contexte des troubles politiques au Hedjaz, et le consulat britannique s’interrogeait sur l’opportunité d’une intervention. En vertu du protectorat mis en place au Hadramaout et d’un passeport émis dans le protectorat, Aḥmad Bā Jubayr pouvait revendiquer sa qualité de sujet britannique. Sa famille attribuait son arrestation à la concurrence qui opposait Aḥmad Bā Jubayr à ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā pour le transport des pèlerins hadramis sur les vapeurs des compagnies dont ils étaient les agents66. Les excellentes relations du second avec la famille royale avaient peut-être encouragé une mise à l’écart autoritaire. La communauté des Hadramis était alors intervenue pour réconcilier les deux hommes.

73C’était le « chef des Hadramis » qui avait décidé de solliciter l’intervention de ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā plutôt que celle du consulat, pour ne pas risquer l’expulsion d’Aḥmad Bā Jubayr. Il remplissait une fonction somme toute classique de médiation entre les membres de sa communauté et l’État. Le cheikh décidait ainsi de l’opportunité de faire intervenir des personnalités extérieures comme ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā et les diplomates britanniques. Jusqu’à la fin de l’époque hachémite (1925), sa charge le plaçait aussi à la tête d’une milice particulière.

  • 67 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 5/12/1908.
  • 68 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, p. 2-3 ; ibid., 776 ( ?)/03/1924, p. 2.

74Lors de la cérémonie organisée pour son arrivée à Djedda en décembre 1908, le nouveau Grand Chérif Ḥusayn avait reçu les honneurs traditionnels rendus par la garde chérifienne des soldats noirs. À cette garde s’ajoutait un « corps » de trois cents Hadramis en armes, pris parmi les porteurs et les petits employés de la ville. Surpris, le consul britannique explique la présence de cette milice en armes comme une « coutume » pour l’arrivée d’un nouveau Grand Chérif67. En 1924, le récit d’une cérémonie d’accueil du roi Ḥusayn à Djedda, au moment où il prétendait au califat, relevait la participation des nombreuses délégations venues de La Mecque et de Taïf, des cercles des oulémas, des sayyids et des chérifs, des notables, des chefs de tribu, des cheikhs de quartier, et de la « ṭā’ifa des Hadramis armés de pied en cap ». À la suite de la musique militaire, de la police de Djedda et des soldats, la ṭā’ifa des Hadramis, dont l’article précisait qu’ils venaient de Djedda et de La Mecque, défila avec son cheikh en tête68.

75Ces deux exemples indiquent que le terme de ṭā’ifa (communauté organisée, corporation) pouvait faire référence à un groupe organisé, distinct de l’ensemble de la communauté des Hadramis de Djedda, mais soumis comme elle à l’autorité du cheikh. Ils laissent cependant dans l’obscurité la délimitation précise de ce groupe. Le « corps » regroupé est parfois décrit comme celui des Hadramis de Djedda – ce que la résidence d’un cheikh comme Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr, dans le quartier djeddawi de Šām, soutient. Il est aussi parfois présenté comme celui des Hadramis de Djedda et de La Mecque, c’est-à-dire de l’émirat puis du royaume chérifien tout entier. Une communauté équivalente existait à La Mecque, avec son propre cheikh et sa propre milice, d’après la description de Christiaan Snouck Hurgronje au milieu des années 1880 (chapitre ii). La proximité des communautés et la participation aux mêmes activités permettaient des manifestations unitaires lors des cérémonies, comme en 1924, ou des crises militaires.

  • 69 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 29/11/1923.

76En plus de sa participation aux cérémonies officielles où il manifestait l’allégeance de la communauté au Grand Chérif, le corps des Hadramis servait aussi de force d’appoint à l’armée chérifienne. C’était ce rôle qui justifiait leur présence aux côtés des soldats et de la police dans les cérémonies officielles. En 1923, alors que les troupes de ‘Abd al-‘Azīz Al al-Sa‘ūd menaçaient le royaume chérifien du Hedjaz, le gouvernement du roi put exiger du cheikh des « Arabes du Hadramaout résidant au Hedjaz » qu’il fournisse des combattants pour l’armée hachémite. Le cheikh des « Takrunis » (Africains) avait reçu quant à lui l’ordre d’enrôler pour l’armée hachémite un homme sur dix de sa communauté69.

  • 70 FO 686-73, Note on the Status of British Subjects in the Hejaz, 14/10/1920.

77Ce rôle d’appoint n’était cependant pas automatique. La mobilisation d’un groupe de Hadramis armés, qui exerçaient en temps normal de petits métiers, restait selon toute apparence soumise à la décision des chefs de la communauté, au risque de mécontenter le Grand Chérif. Lors de la Révolte arabe par exemple, déclarée en 1916, aucune source ne mentionne la participation des Hadramis aux opérations de l’armée hachémite. Le refus de participer aux combats contre les troupes turques avait suscité quelques tensions entre le Grand Chérif et les Hadramis. Le consul britannique les rappela en 1920 à propos d’un différend entre un marchand hadrami et le roi Ḥusayn70. Le contexte était celui d’une animosité grandissante entre le milieu négociant et le roi, qui confortait la décision des marchands hadramis de n’avoir pas soutenu la révolte et les poussait à revendiquer la qualité de sujets britanniques pour refuser les exigences de l’administration chérifienne.

Les Hadramis dans le royaume chérifien : le statut national des Hadramis

78La place des négociants hadramis dans les institutions municipales et commerciales, et l’organisation particulière de leur communauté, telle qu’elle apparaît dans la province ottomane après 1908, puis dans le royaume hachémite, conféraient aux Hadramis un statut politique particulier sur lequel ils pouvaient s’appuyer quand leurs intérêts étaient menacés. Sujets ottomans jusqu’en 1916 et sujets du roi par la suite, ils restaient membres d’une communauté distincte, au titre de laquelle ils bénéficiaient d’un statut spécial au sein du Hedjaz et pouvaient, depuis 1888, réclamer la protection britannique. Avec la mise en place des frontières contemporaines au Proche-Orient, leur statut et leurs activités transnationales devenaient plus complexes.

79La question de l’allégeance des Hadramis du Hedjaz et en particulier de ses membres les plus influents s’était posée depuis le retour de l’Empire ottoman. Au moment du conflit qui opposait les négociants hadramis de Djedda à Sava Moscoudi, quelques mois après la révolte de 1855, le consul britannique interpellait déjà le gouverneur ottoman :

  • 71 FO 195-375, British Vice-Consulate, Djedda, 15/11/1856.

« Plus encore, l’année 1271 de l’Hégire, [barré : de 1855 à 1856] c’est-à-dire la fin de l’année 1854, le gouvernement a eu besoin d’argent pour payer les Troupes Impériales ; mais comme le trésor en était dépourvu, Izet Pacha a demandé de l’argent aux habitants de Hadrémout, eh bien pas un d’eux n’a voulu donner même un talari. Hostiles, comme ils sont, au gouvernement ottoman, ils ont répondu : “Si la Porte n’est pas en mesure de gouverner la Province du Hédjaz, elle n’a qu’à l’abandonner.” Tel est le langage insolent qu’ils ont tenu ; et lorsque le Pacha en a été informé, il a fait mettre en prison quelques-uns d’eux, et il ne les a relâchés qu’après avoir obtenu d’eux les avances qu’il réclamait. Tout vali prudent qui a connaissance de la résistance que les habitants de Hadrémout ont faite l’année 1856, loin de les laisser dans cette espèce de liberté dont ils jouissent maintenant, devrait les tenir dans un état de sujétion. En temps de guerre ils joignent les Arabes du Désert, et agissent avec eux contre les troupes du Sultan et contre le Vali, et commettent des déprédations dans le Yémen71. »

80Les soupçons continuèrent tout au long du siècle. Ils furent même aggravés par les relations qu’entretenaient les négociants hadramis avec les représentants des empires européens et des autres États de la région. Dans son différend avec le gouverneur ottoman au sujet de la cargaison de l’Augusta, Muḥammad Yūsuf Bā Nāja avait déjà sollicité en 1880 l’appui du consul britannique, en mettant en avant ses relations avec les marchands indiens et la recommandation du sultan de Zanzibar. Même pour des marchands aussi associés au fonctionnement de l’Empire ottoman au Hedjaz que les négociants hadramis, le recours aux administrations étrangères était un moyen de conserver une marge de manœuvre face à l’autorité de la province. Leur intégration à un réseau embrassant la mer Rouge et l’océan Indien permettait d’entretenir ces contacts avec les autorités et les sujets étrangers, qui pouvaient être autant de soutiens politiques en cas de besoin.

  • 72 FO 195-1689, British Consulate, Djedda, 11/02/1890.
  • 73 B. Masters, 1991, p. 581.
  • 74 FO 195-375, British Consulate, Djedda, 15/08/1893.
  • 75 J. Onley, 2004, p. 133 ; Id., 2007, p. 64-65 et p. 93-103.

81En 1890, le négociant Sa‘īd Bā Jusayr dut démissionner de sa charge au consulat britannique. Le tribunal commercial refusait qu’un sujet ottoman serve comme drogman72. Il s’agissait pourtant d’une pratique largement utilisée par les consuls dans d’autres villes de l’Empire. En s’appuyant sur les traités des capitulations, les consuls employaient des marchands locaux comme drogmans à qui étaient étendus l’extraterritorialité et les privilèges accordés aux marchands européens73. En 1893, Sa‘īd Bā Jusayr, à nouveau drogman du consulat britannique, fut accusé par le gouverneur ottoman de porter atteinte à l’autorité de l’administration en complotant avec les Bédouins de la province pour préparer un soulèvement – une accusation déjà utilisée dans les troubles des années 185074. En 1900, il démissionna à nouveau tout en demandant la qualité de consul honoraire, avant d’être définitivement renvoyé pour ses pressions sur les marchands indiens. L’emploi de marchands « indigènes (natives) » par la diplomatie britannique était une politique courante dans le golfe Arabo-Persique, où elle était organisée par la Résidence du port de Bouchire75. L’Empire y trouvait des agents expérimentés et localement influents. L’emploi d’un négociant hadrami par les diplomates britanniques en poste à Djedda était favorisé par la proximité politique que créait le protectorat mis en place par la Grande-Bretagne sur le sultanat qu‘ayti du Hadramaout en 1888. Quant aux négociants, ils bénéficiaient du prestige et de la protection que leur conférait la représentation des intérêts britanniques. Cette protection s’avérait utile dans leurs relations avec les émirs et les autorités locales.

  • 76 FO 195-2105, British Consulate, Djedda, 16/09/1901.

82C’est bien ce que put faire Sa‘īd Bā Jusayr, qui profitait de sa position de drogman pour léser les marchands indiens, s’opposer aux autorités ottomanes en s’appuyant sur sa charge ou, au contraire, les informer sur les affaires du consulat (d’après les soupçons du consul), jusqu’à ce que l’abus de son pouvoir sur les marchands indiens devienne inacceptable et provoque son renvoi76. La position de Sa‘īd Bā Jusayr ne simplifiait pas la question de l’allégeance des Hadramis du Hedjaz à l’autorité en place.

  • 77 FO 195-2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.
  • 78 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen, 141, agence consulaire de France (...)

83Ce n’était pas la première fois que le problème de la nationalité était formellement posé pour des sujets ottomans musulmans résidant au Hedjaz. ‘Alī, le fils du grand marchand Muḥammad Yūsuf Bā Nāja, avait déjà sollicité l’intervention du consul britannique dans une affaire d’héritage qui l’opposait à ses oncles en 1906, en fondant sa demande sur un passeport accordé par le consulat britannique de Zanzibar. Le passeport avait été obtenu selon toute vraisemblance grâce à la connexion omanaise de la maison marchande des Bā Nāja (chapitre iii). Mais ‘Alī ne fondait alors pas son statut sur son origine hadramie. La possibilité avait du reste été écartée par le ministère des Affaires étrangères britannique. Comme l’indiquait la participation du grand-père de ‘Alī aux violences de 1858, la famille Bā Nāja s’était établie à Djedda avant le traité de protectorat britannique sur le sultanat qu‘ayti (1888)77. Inquiets devant les agissements hostiles du chef de la municipalité, les négociants hadramis de Hodeïda mirent ainsi en avant leur qualité de sujets du sultan qu‘ayti pour réclamer la protection britannique78. Cette revendication devait bénéficier aux familles marchandes hadramies de Djedda dont l’un des membres était établi à Hodeïda ou qui y entretenaient des agents. D’autres négociants hadramis jouissaient de cette protection, mais elle était alors fondée sur leur résidence au Hadramaout (al-Mukalla la plupart du temps pour les marchands) ou dans des territoires sous administration britannique, comme pour la maison marchande fondée par ‘Abd al-Raḥmān al-Saqqāf à Singapour.

  • 79 FO 686-73, British Subjects in the Hejaz, s. d., et Note on the Status of British Subjects in the H (...)

84La possibilité de prétendre au statut de sujet étranger pour échapper aux exigences du roi Ḥusayn fut considérée avec une attention accrue au moment de l’essor des nouveaux États après la Première Guerre mondiale. La répartition des activités, et bien souvent des familles, des négociants hadramis sur les pourtours de la mer Rouge et de l’océan Indien rendait leur statut particulièrement complexe. Au Hedjaz, dans le contexte nationaliste hérité de la Révolte arabe, cette possibilité de revendiquer un statut étranger s’opposait à la dénonciation par le roi des privilèges accordés par les capitulations de l’Empire ottoman et à son refus de voir la protection britannique étendue à d’autres groupes que les Indiens. La diplomatie britannique elle-même était hésitante sur l’opportunité de contester la position de l’administration hachémite. L’extension de la protection britannique devait entraîner les diplomates dans les tensions entre le roi et les négociants non plus seulement indiens, mais aussi afghans, soudanais, hadramis et égyptiens. Le statut de sujet britannique privait aussi ces résidents de la possibilité d’exercer toute une série de charges et de métiers, notamment ceux qui étaient liés au pèlerinage ou à l’administration79.

  • 80 CADN Le Caire 131, consulat de France, Djedda, 30/11/1920.

85La place des Hadramis et de leur nom dans cette question des statuts nationaux transparaît dans ces échanges et dans la récurrence des cas qui les impliquèrent. De façon révélatrice, ce fut l’exemple du nom Bā Zar‘ā qui vint à l’esprit du responsable des Affaires étrangères dans le gouvernement hachémite, en 1920, lorsqu’il demanda au kaïmakam de Djedda de vérifier au cas par cas le statut national des résidents à Djedda. Reprenant un cas qui avait dû lui être soumis, il citait le nom des Bā Zar‘a qui, écrivait-il, était un nom qui « existe ici comme il existe partout ailleurs », au Soudan, en Égypte ou à Java80. Dans la liste des « contrées connues pour être sous la domination des Puissances Étrangères » dont les sujets avaient une « nationalité naturelle, propre et déterminée », le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères ne citait d’ailleurs pas le Hadramaout. Explicable par les activités commerciales de cette famille, plus nombreuses et plus connues dans les pays cités qu’au Hadramaout, cet oubli mettait en évidence le statut complexe aux yeux des autorités de grandes familles marchandes hadramies établies dans les ports de l’océan Indien et de la mer Rouge.

  • 81 CO 323-890, Foreign Office, Londres, 22/06/1922.
  • 82 FO 141-689-17, Foreign Office, Londres, 9/04/1931, et Residency, Le Caire, 22/04/1931.
  • 83 FO 141-766-8, lettre de Wyndham L. Grech au High Commissioner, Alexandrie, 29/06/1931.

86En 1922, le ministère britannique des Affaires étrangères décida que seuls les Hadramis nés au Hadramaout avaient droit à la protection britannique. Il excluait les sujets de l’émir du Najd et du roi du Hedjaz, auxquels une assistance « gracieuse » pouvait néanmoins être accordée selon l’appréciation des diplomates en poste sur place81. Le problème continua cependant à se poser après la fin du royaume hachémite. Un échange entre la Résidence britannique du Caire et le ministère, en 1931, soulignait que ce problème dépendait de la nature vague du protectorat britannique sur les sultanats du Hadramaout, et qu’il risquait de remettre en cause les droits capitulaires conservés, au Hedjaz, pour les sujets indiens82. Deux mois plus tard, un avocat sollicita l’intervention de Haut Commissariat britannique à Alexandrie, afin de récupérer auprès des fils du chérif Ḥusayn la somme de 28 000 livres sterling que le roi défunt devait à la famille de Muḥammad al-Saqqāf. Il lui fut répondu que le haut-commissaire ne pouvait intervenir dans une telle affaire83.

87La question de la protection britannique se posa plus particulièrement à partir des années 1920. La décennie correspondait à la réorganisation politique qui affecta les territoires de l’ancien Empire ottoman et à l’émergence de nouveaux États. Pour des marchands dont les familles étaient réparties sur les différents pays bordant la mer Rouge, la nationalité devenait une catégorie discriminante. Après la fin de l’Empire ottoman et les pénibles dernières années de la Révolte arabe, le Hedjaz connut une nouvelle réorganisation politique avec la conquête najdie du Hedjaz et son intégration au royaume saoudien. C’était en quelque sorte l’épilogue des modifications territoriales qui intervinrent à l’issue de la Première Guerre mondiale aux Proche-et Moyen-Orient, et qui transformèrent le monde des familles marchandes hadramies établies à Djedda. La crise que constitua l’annexion du Hedjaz éclaira leur réseau transnational en mer Rouge mais aussi, à terme, la nécessité de se rattacher fermement au nouveau cadre politique de l’État des Saoud.

2. L’ABSENCE DE 1925

  • 84 Ḥ. Naṣīf 1349/1930-1931, p. 144 ; A. Vassiliev, 2000, p. 262.

88Pendant plus d’un an, le pouvoir hachémite fut retranché à Djedda, sous la pression des troupes du sultan ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd. Celles-ci avaient pris et mis à sac la ville de Taëf le 6 septembre 1924, et étaient entrées un mois après, le 14 octobre, à La Mecque – dans le calme cette fois. Le sultan maintint à leur poste les fonctionnaires et les oulémas. Il créa un conseil consultatif qui réunissait les notables, marchands et religieux, et un journal, Umm al-Qurā, où il exposa régulièrement ses vues sur les Lieux saints et la mauvaise gestion hachémite : autant de signes adressés aux musulmans du monde, qui suivirent avec anxiété la prise de La Mecque par une armée wahhabite, et aux habitants de Djedda84.

89Le premier projet nationaliste hedjazi et les meneurs de l’opposition hedjazie, laquelle culmina en 1932, se formèrent dans l’espace confiné de la ville portuaire, bientôt soumise au siège des troupes najdies et des tribus hedjazies ralliées, comme les Ḥarb. Sur les décombres du grand projet de Révolte arabe, sous la pression de l’avancée najdie et alors que les grandes puissances s’étaient déclarées neutres, les premiers Hedjazis à se dire « patriotes » apparurent et revendiquèrent un « royaume constitutionnel » dans un Hedjaz indépendant.

  • 85 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24, commandant du Diana, Djedda, 1/10/1924.

90Ce fut d’abord une affaire – un « coup » – de notables qui profitaient d’un interrègne politique : le renversement du roi Ḥusayn et la mise en place de la tutelle saoudienne sur le Hedjaz. À la différence de ce qui s’était produit en Syrie et en Égypte, un tel mouvement ne suscita pas l’adhésion de la population malgré sa modernité politique réelle. Il resta en fait limité à l’affrontement de factions de riches fonctionnaires, marchands et savants religieux, d’accord pour enterrer la Révolte arabe du chérif Ḥusayn et pour écarter un roi trop autoritaire, mais divisés sur ce qui devait le remplacer. Le caractère particulier de la révolte de 1932 tiendrait à cette configuration du projet national hedjazi. Le 1er octobre, le commandant d’un navire français mouillant dans le port de Djedda décrivait une ville pleine de monde, abritant les « milliers » de réfugiés qui avaient fui La Mecque, tandis que les familles riches et les hauts fonctionnaires hachémites partaient se réfugier en Égypte85.

91Les négociants hadramis restèrent discrets lors de ces événements, malgré leur influence au Hedjaz et à Djedda, et malgré l’activité d’autres grands marchands hedjazis. Les sources locales n’évoquent que très peu le positionnement politique des Hadramis et la façon dont les familles marchandes ont traversé la crise politique de 1924-1925. Cette discrétion s’explique d’abord par l’absence proprement dite d’une grande partie des familles marchandes hadramies de Djedda : elles s’étaient réfugiées sur l’autre rive de la mer Rouge, dans des villes et des ports que leurs réseaux marchands rendaient depuis longtemps familiers. Elle s’explique aussi par la forte inquiétude que dut provoquer le renversement d’un régime ottoman, puis hachémite, dont elles avaient formé continûment la notabilité. Une attitude discrète, attentiste dut prévaloir chez les marchands qui étaient restés à Djedda et assistaient au troisième changement de régime en dix-sept ans.

a. Le siège de Djedda et les marchands au pouvoir

Le Parti national hedjazi et les factions de la notabilité djeddawie

  • 86 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 119 ; ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 49. Ces notables sollicitèrent aussi l’in (...)

92Dans le double contexte de la prise imminente de La Mecque et de l’incapacité des troupes hachémites, dirigées par l’émir ‘Abd Allāh ibn Ḥusayn, à résister à l’avancée najdie, les « habitants (ahālī) de Djedda » et quelques notables mecquois, réfugiés à Djedda, se réunirent. Pour éviter la poursuite de la guerre qui menaçait désormais directement le port de Djedda, ils décidèrent le 3 octobre 1924 de demander l’abdication du chérif Ḥusayn – une des revendications affichées de l’attaque saoudienne – au profit de son fils ‘Alī86.

93Il est tentant de lier ce choix au mécontentement suscité par le chérif depuis le début de la Révolte arabe. Mais la présence de « fidèles » parmi les personnes dont les noms sont connus, comme Muḥammad Ṭawīl, le directeur des douanes de Djedda, rend cette hypothèse peu convaincante, du moins pour le groupe dans son ensemble. En revanche, les déclarations du sultan ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd depuis le mois de septembre faisaient de Ḥusayn le bouc émissaire obligé pour éviter une guerre et espérer négocier avec les chefs najdis. Il fut proposé à ‘Alī de remplacer son père comme roi sur le « Hedjaz seulement », renonçant aux prétentions arabes qui étaient celles du roi Ḥusayn. D’après al-Ḫaṭīb, le choix de qualifier cette royauté de « constitutionnelle » vint au moment où le groupe réfléchit aux gages à donner aux Britanniques.

94Ḥusayn se dit prêt à abdiquer, le 3 octobre, dans un premier télégramme, pour le bien du royaume, mais refusa de le faire en faveur de son fils ‘Alī. Les notables rassemblés à Djedda proposèrent alors au roi d’abdiquer en faveur d’un autre que son fils ‘Alī, afin de permettre la formation d’un gouvernement temporaire. Ils obtinrent son assentiment avant de lui annoncer, à l’issue d’une manœuvre rusée, que ‘Alī avait finalement été choisi. Le télégramme suivant, signé par 140 personnes selon ‘Abd al-Ḥamīd al-Ḫaṭīb, fut envoyé au roi Ḥusayn.

  • 87 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 53 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 120.

« Le peuple hedjazi se trouvant à présent dans un état de chaos général après que l’armée de défense a été anéantie et que le gouvernement s’est montré impuissant à protéger la vie et les biens [des habitants] ; l’ensemble du pays et en particulier les deux Lieux saints étant exposés au danger d’une proche catastrophe, prête à les anéantir, et le Hedjaz étant un pays sacré dont la situation concerne l’ensemble des musulmans, l’umma a décidé, de façon définitive, de l’abdication de sa majesté le chérif Ḥusayn et de la désignation de son fils l’émir ‘Alī comme roi du Hedjaz seulement, lié par une constitution et à la condition qu’il se soumette à l’avis des musulmans et des habitants du Hedjaz dans l’accomplissement de leurs espérances et de leurs souhaits pour la réforme (iṣlāḥ) des affaires matérielles et spirituelles du pays, et à condition aussi que le pays ait deux assemblées (majlisān), l’une nationale représentative pour la conduite des affaires intérieures et extérieures, l’autre consultative composée de membres élus représentant les musulmans de tous les pays et chargée de guider et aider la gestion des affaires intérieures et extérieures87. »

95Entre le 3 et le 4 octobre, plusieurs échanges avaient ainsi eu lieu avec le roi. Ḥusayn avait d’abord rejeté le choix de ‘Alī. Il s’était ensuite opposé à la renonciation aux ambitions de la révolte qu’il avait lancée pour la constitution d’un royaume arabe indépendant. C’était la mention, dans le projet présenté par les notables de Djedda, d’un roi « sur le Hedjaz seulement » qu’il contestait. Il refusa enfin le caractère « constitutionnel », qu’il opposa au règne de la Loi islamique. Pour faire part de ses motivations, le roi adressa ses télégrammes de réponse à tous les notables de Djedda, afin de donner une publicité générale à sa position et d’élargir son auditoire au-delà du groupe qui avait lancé la mobilisation. D’après les relevés transmis par Muḥammad Naṣīf, la réponse du roi au premier télégramme du 3 octobre, dans lequel le « peuple hedjazi » réuni à Djedda demandait l’abdication en faveur de ‘Alī et la mise en place d’une monarchie constitutionnelle, fut adressée à vingt-six notables de la ville. Sa réponse du 4 octobre, dans laquelle il accepta d’abdiquer en faveur de ‘Alī mais insista pour conserver les ambitions politique du royaume chérifien, fut adressée quant à elle à soixantedix notables.

96Ce fut pendant ces échanges des 3 et 4 octobre 1924 que le groupe de notables à l’origine de la mobilisation politique décida de formaliser sa réunion et de constituer le « Parti national hedjazi » (al-ḥizb al-waṭanī al-ḥijāzī).

  • 88 N. Fuccaro, 2009, chapitre iv ; J. Crystal, 1995, p. 41-42.

97La fondation du parti intervenait au moment critique de la transition accélérée du pouvoir royal au Hedjaz, sous la pression militaire saoudienne. Elle intervenait aussi dans le contexte large des changements politiques de la Péninsule à l’issue de la Grande Guerre, à la faveur desquels les notabilités marchandes portuaires réclamèrent leur association au pouvoir. Les grandes familles de négociants formèrent une municipalité à Manama en 1919, à la faveur de la mise en place du protectorat britannique, tandis qu’à Koweït la mort de l’émir Sālim encouragea les marchands à former en 1921 un premier majlis et à réclamer leur participation à la direction de l’émirat88. Il s’agissait dans le golfe Arabo-Persique, comme l’a écrit Jill Crystal, d’une nouvelle forme de contestation des marchands qui privilégiaient désormais les institutions à l’exil volontaire. La participation ancienne des négociants de Djedda aux institutions de la province et de la ville ne pouvait que faciliter leur mobilisation.

98La fondation d’un parti indique la conviction que ces notables avaient de devoir jouer un rôle politique pour mettre fin à la crise militaire. C’était aussi un moyen d’imposer leurs vues au roi Ḥusayn et à son fils ‘Alī, en se posant comme des interlocuteurs inévitables, y compris dans les discussions prévues avec ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd. Ils appelèrent les habitants de la ville à élire un parti « qui les représente », lors d’un rassemblement qui se tint devant la maison de Muḥammad Naṣīf – le père de l’auteur Ḥusayn Naṣīf –, qui allait être le siège du nouveau parti. Les élections désignèrent un comité directeur et furent l’occasion pour les notables de présenter les propositions du nouveau parti pour éviter la guerre et négocier avec le sultan ‘Abd al-‘Azīz.

  • 89 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 132-133.
  • 90 CADN 2MI3293, « Étude sur l’organisation administrative et judiciaire de la ville de Djeddah », n. (...)

99D’après le décompte des voix transmis par Ḥusayn Naṣīf, 583 personnes participèrent au vote pour désigner l’un des candidats au bureau, et douze personnes furent élues à la majorité des voix. Sur une ville qui comptait environ 15 000 habitants en 1916, dont une bonne partie d’étrangers, de femmes, d’enfants et d’esclaves, un tel nombre de participants représente une portion importante de la population de la ville89. Il est malheureusement impossible de confirmer ce chiffre par d’autres sources. Les élections étaient régulières à Djedda, où elles se déroulaient normalement par quartiers. Les habitants de chaque quartier élisaient deux conseillers, qui devaient siéger au conseil municipal, et le gouverneur ottoman choisissait parmi ces conseillers le président de la municipalité90. La mobilisation de la population par les notables avait donc dû s’effectuer sans peine. D’ailleurs, les élus étaient en grande partie les grands fonctionnaires et notables de Djedda : le directeur des douanes, Muḥammad Ṭawīl, fut élu président du parti, et le responsable des finances de la municipalité, Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ, fut élu secrétaire. Parmi les autres élus figuraient le kaïmakam ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā, le président de la municipalité, Sulaymān Qābil, et Muḥammad Naṣīf, le représentant des chérifs à Djedda. Il ne s’agissait donc pas d’un parti révolutionnaire, ni même de personnes nouvelles. Le Ḥizb représentait un pouvoir municipal, exercé par des notables dont les intérêts étaient menacés par la perspective d’une guerre et par un pouvoir chérifien dont ils ne partageaient plus les ambitions. Le gouvernement que le parti imposa au nouveau roi ‘Alī illustre cette continuité des personnes. L’absence des négociants hadramis y est déjà frappante.

  • 91 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 139.

100Plus que le fond qui restait celui d’une politique des notables, la forme était nouvelle. La branche du premier parti politique connu à Djedda, le parti Union et Progrès qui avait existé en 1908-1909, ne dura pas longtemps après le départ des Ottomans, mais elle put servir de modèle. Les mots d’ordre du Parti national hedjazi reprenaient les termes de « constitution » et d’« assemblée représentative nationale ». Le nom rappelait les formations égyptienne et syrienne nationalistes de l’époque. Le bureau, élu par les habitants, diffusa dès le 8 octobre sa première déclaration publique et s’adressa aux pays étrangers et aux consuls. Il exigeait un serment de ses membres. Tout cela était une nouveauté à Djedda, même si la ville était exposée aux mouvements politiques qui touchaient le reste du monde arabe, et que rapportaient les journaux comme al-Manār, les marchands et les pèlerins. Tel qu’il fut décrit par Naṣīf, le parti était un mouvement politique organisé qui se réunissait tous les lundis soir. Les décisions importantes étaient prises à la majorité des deux tiers. Toute activité entreprise au nom du parti devait être autorisée par une décision écrite du comité directeur91. Ce dernier point mentionné par Naṣīf (qui souligne plus loin que Muḥammad Ṭawīl, ‘Abd al-Ru’ūf al-Ṣabbān et Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ s’en étaient affranchis) indique que chacun des membres entendait garder le contrôle des activités politiques du parti, et que le consensus devait y être fragile.

  • 92 Ibid., p. 130.

101Ḥusayn Naṣīf rapporte de fait un premier affrontement au sein du parti dès sa création. Devant le refus du roi Ḥusayn et les hésitations de son fils ‘Alī, une partie des membres manifestèrent leur souhait de se passer de ‘Alī et de laisser le parti seul en charge des affaires du gouvernement. C’est Muḥammad Ṭawīl qui s’opposa à ce projet, agitant l’épouvantail d’un chaos supplémentaire et réussissant à emporter l’assentiment du parti. Lorsque ‘Alī accepta finalement la royauté et que le secrétaire du parti Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ rédigea le texte de l’allégeance au nouveau roi, de premières inflexions par rapport au projet initial indiquent que des débats internes avaient bien eu lieu92.

102La prise en main des affaires par le parti s’était accompagnée de la disparition d’une revendication : celle d’une assemblée représentant les musulmans du monde entier et devant participer à la direction du Hedjaz. Cette disparition n’était pas fortuite, même si cette assemblée allait être remise en avant plus tard dans les négociations. Lors des négociations qui eurent lieu à l’issue de la prise de Djedda par l’armée saoudienne, les notables hedjazis tentèrent à nouveau de faire disparaître ce projet d’assemblée qui noyait leur pouvoir au profit du pouvoir exécutif – c’est-à-dire le roi. La prise en main par le parti prit aussi une forme plus affirmée, en repoussant la formation de l’assemblée nationale représentative prévue et en soumettant les travaux du gouvernement à un comité temporaire sur lequel le parti avait la haute main. Enfin, Muḥammad Ṭawīl et Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ entrèrent tous deux dans le gouvernement du roi, le premier au poste de ministre des Taxes, le second comme ministre des Finances. Le gouvernement se fixa pour objectifs de pousser le chérif Ḥusayn, dont la présence était un casus belli pour ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd, à quitter le pays, de lancer des négociations de trêve et d’obtenir la reconnaissance des pays étrangers – en particulier un accord avec la Grande-Bretagne – et l’aide de l’Irak et de la Transjordanie.

  • 93 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 142-148.

103L’avancée najdie vers La Mecque vint accélérer l’atteinte des premiers objectifs du gouvernement et du parti. Le 9 octobre, le chérif Ḥusayn quitta La Mecque pour Djedda, d’où il embarqua le 13 octobre pour Aqaba. Le même 13 octobre, ‘Alī quitta La Mecque avec l’armée hedjazie, et la ville fut prise le jour suivant par les troupes najdies. Le 17 octobre, le Parti national hedjazi adressa un télégramme aux grands journaux, gouvernements et associations islamiques du monde entier, dont l’importante association du califat en Inde, pour les avertir du départ de Ḥusayn, de l’intronisation de ‘Alī et de la prise de La Mecque par les troupes saoudiennes. Il demandait l’envoi de délégués pour une médiation. L’implication des grandes puissances échoua : les consuls rappelèrent leur neutralité dans le conflit et se limitèrent à avertir le chef des troupes najdies de l’obligation de respecter leurs sujets93.

  • 94 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24 ; H. Philby, 1955, p. 113 ; consulat de France, Djedda, 26/10/192 (...)

104Les négociations avec le sultan ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd s’avérèrent compliquées. Contrairement aux attentes des notables, le sultan du Najd ne se contenta pas du départ de Ḥusayn. Il exigea aussi le départ de ‘Alī. Le 22 octobre, une délégation du Parti national hedjazi « représentant l’ensemble des gens présents à Djedda » fut dûment habilitée pour ouvrir des négociations avec le chef de l’armée saoudienne au Hedjaz, Ḫālid ibn Manṣūr ibn Lu’ī. Elle était présidée par Muḥammad Naṣīf et composée de cinq autres membres importants du parti. Une lettre adressée à Ḫālid ibn Manṣūr ibn Lu’ī avait rappelé la disposition du parti à confier les affaires du Hedjaz à une consultation entre musulmans, comme le sultan du Najd l’exigeait, et fixait comme objectif à la rencontre de préparer une trêve permettant aux délégations du monde musulman, sollicitées cinq jours plus tôt, d’arriver et d’entreprendre la médiation attendue. Cette lettre, comme d’autres, était signée par les membres du comité directeur du parti. La rencontre buta sur l’exigence des troupes saoudiennes, qui réclamèrent le départ du roi ‘Alī et fixèrent un ultimatum de dix jours à la population. L’échec de la négociation fit émerger les dissensions que l’unanimisme du parti et ses prétentions à représenter la nation avaient dissimulées. Philby, qui tenta lui aussi une médiation à Djedda, évoque les « cliques » qui se formaient et se disputaient au sujet de l’opportunité de poursuivre les combats pour défendre la dynastie hachémite. Deux factions ressortaient au sein du groupe des notables qui constituaient la direction du parti, assez apparentes pour que les consuls les distinguent aussi. Le consul français signala la division du parti en deux « clans », l’un souhaitant négocier avec l’armée najdie, l’autre demeurant attaché au roi hachémite94. Ces différentes factions s’organisaient autour de la famille hachémite, autour de la question de la royauté de ‘Alī, et plus particulièrement sur la façon de faire cesser le conflit qui menaçait Djedda. Elles permettent de cerner les différentes tendances animant alors la vie politique de la ville.

  • 95 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 162-165.

105À son retour de La Mecque, le soir du 25 octobre, la délégation du parti réunit les notables et les habitants de Djedda et exposa les résultats de la rencontre avec l’émir Ḫālid ibn Manṣūr. D’après Naṣīf, la foule réclama alors l’abdication du roi ‘Alī, mais Muḥammad Ṭawīl intervint pour avertir le roi et réussit à repousser la prise d’une décision au lendemain95. Lors de cette réunion du jour suivant, Naṣīf décrit Muḥammad Ṭawīl « écumant de rage », défendant « son maître », et annonçant la dissolution du parti. Pour l’auteur, la pratique autoritaire de Ṭawīl et sa soumission à ses patrons hachémites furent à l’origine de l’échec du parti.

  • 96 FO 686-90, Jeddah Report, 31/10 au 8/11/1924.
  • 97 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 26, consulat de France, Djedda, 11/08/1926.
  • 98 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 25, consulat de France, Djedda, 8/12/1924.

106Client des Hachémites, à qui il devait sa fortune selon Naṣīf, Muḥammad Ṭawīl devint l’homme fort de Djedda et du régime hachémite après avoir capté l’héritage du parti, au nom duquel il continua à s’exprimer, et écarté à la fois ceux qui étaient prêts à demander l’abdication du roi et le groupe des collaborateurs proches du roi. Dans son rapport hebdomadaire sur la situation de Djedda, l’agent du consulat britannique le décrivit en novembre 1924 aussi comme l’« homme fort » de la ville96. De ce portrait, le gérant du consulat de France donna plus tard une image sensiblement différente. Alors qu’il partait pour l’Égypte à la suite de la prise de Djedda, Ṭawīl était décrit comme un homme ouvert, fonctionnaire loyal des douanes à l’époque ottomane, nommé directeur en 1916 par le roi Ḥusayn et, dès lors, partisan inconditionnel de la famille hachémite à qui il devait son ascension97. Il n’apparaît pas non plus dans la « coterie houssseinite », composée de Syriens, que le consul français décrivit en décembre 1924 et qui poussa le roi ‘Alī dans une voie jusqu’au-boutiste prête à faire bombarder La Mecque98.

  • 99 A. al-Rīḥānī, 1980, p. 388-389.
  • 100 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 168. Il n’est pas mentionné comme membre de la délégation par al-Ḫaṭīb
  • 101 H. Philby, 1957, p. 141.

107Ces quelques informations indiquent que la faction qui se réunit autour de Muḥammad Ṭawīl rassemblait des Hedjazis (et non les Syriens ou les Irakiens de la Révolte arabe), proches de la famille hachémite, à laquelle leurs intérêts étaient liés. Amīn al-Rīḥānī, qui attendait alors à Djedda une occasion pour rencontrer le sultan ‘Abd al-‘Azīz, mentionna lui aussi ce groupe de « notables de la population partisans de la maison hachémite99 ». Seul un marchand hadrami, ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān, en fit peut-être partie pendant un temps. Une petite phrase de Ḥusayn Naṣīf, selon laquelle Muḥammad Ṭawīl avait associé le marchand comme « espion » à la délégation du Parti national pour surveiller les négociations avec l’émir Ḫālid ibn Manṣūr ibn Lu’ī, pourrait l’indiquer100. Le tour de la phrase de Naṣīf laisse cependant quelques doutes. ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān faisait surtout partie du petit groupe des notables de la ville prêts à prendre des responsabilités dans la crise politique, quitte à ne pas être d’accord avec le père de Ḥusayn Naṣīf. Lors d’une discussion dont se souvient Harry Saint John Philby et au cours de laquelle l’idée d’une délégation de notables chargée de discuter avec le sultan du Najd fut émise, Muḥammad Ṭawīl proposa le nom de ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān aux côtés de ceux de Muḥammad Naṣīf et Qāsim Zaynal, qui ne faisaient pas partie des plus chauds partisans de la famille hachémite101.

  • 102 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 74-75 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 166-169.
  • 103 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24, consulat de France, Djedda, 28/09/1924.

108L’autre groupe apparaît en creux. Naṣīf, qui en faisait partie, se garde d’en décrire des positions politiques tranchées. On peut cependant deviner une partie de sa composition, notamment lorsque le roi ‘Alī lance de premières arrestations pour contenir le mouvement s’opposant à la poursuite des combats. Lorsqu’il apprit la tenue des négociations à La Mecque, le roi fit arrêter Ṣāliḥ Šaṭṭā, Qāsim Zaynal, ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, ‘Alī Salāma et Suleymān ‘Azzāya102. Tous étaient membres de la délégation envoyée par le parti négocier avec l’émir Ḫālid, à l’exception de deux d’entre eux : Qāsim Zaynal, le neveu de ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā et le trésorier du parti que l’agent consulaire français avait décrit en septembre 1924 comme un « ennemi acharné » du roi Ḥusayn ; ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, le négociant hadrami dont rien n’explique l’arrestation si ce n’est sa probable appartenance au Parti national hedjazi103. Naṣīf mentionne aussi l’arrestation d’un autre négociant hadrami, Sa‘īd Bā Ḫišwayn, sur lequel il ne donne pas d’informations.

  • 104 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, et 705, 19/07/1923.

109Ḥusayn Naṣīf décrit en détail l’arrestation et le jugement de son père Muhammad, qui fut exilé à Aqaba en février avec d’autres hommes, dont Suleymān ‘Azzāya et ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd. Il s’agissait de notables marchands et propriétaires immobiliers dont les noms apparaissaient régulièrement en tête des listes des contributions des habitants aux campagnes de dons que publiait le journal al-Qibla104. Tous appartenaient à cette notabilité négociante djeddawie, touchée dans ses intérêts par une guerre qui semblait désormais perdue, et que les décisions du roi ‘Alī ne rassuraient pas. Ils furent d’abord graciés, mais lorsque la pression augmenta sur Djedda et que débuta le bombardement de la ville par les troupes saoudiennes, une partie de ces hommes furent de nouveau arrêtés.

  • 105 Sur l’état de l’opinion et sur ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā : H. Philby, 1957, p. 119.

110Leur participation continue aux affaires et les avances financières qu’ils consentirent jusqu’à la reddition de la ville indiquent cependant que ces factions s’opposaient moins sur l’opportunité de poursuivre ou non la guerre que sur la façon d’y mettre fin. Seule la durée du siège put renforcer quelque peu les clivages. Qāsim Zaynal lui-même, présenté comme le chef des opposants au roi ‘Alī et à Muḥammad Ṭawīl, prêtait encore 1 500 livres sterling au gouvernement à la fin de l’année 1924. L’attentisme ou le pacifisme dominaient chez les marchands comme dans le reste de la population, et cette ambiguïté explique tout autant le maintien de ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā au poste de kaïmakam tout au long du siège que l’attitude peu lisible de ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān et des autres marchands hadramis encore à Djedda105.

L’état de siège (1925)

  • 106 A. al-Rīḥānī, 1980, p. 394-396.
  • 107 Barīd al-Ḥijāz, 17, 21/01/1925, p. 4 (‘Awdat kaṯīr min al-muḥājirīn), cité dans D. al-Ḥarbī, 2010, (...)

111En janvier 1925, les troupes saoudiennes mirent le siège autour de Djedda, que défendaient les troupes hachémites et où ‘Alī et son gouvernement étaient repliés. L’arrivée des troupes najdies provoqua une panique au sein de la population et la fermeture des magasins106. Le roi ‘Alī décréta au cours des jours suivants la mise en place d’un blocus autour d’une série de ports pris par les hommes de ‘Abd al-‘Azīz, dont al-Qunfuḏa, al-Līṯ, puis Rābiġ. La situation était catastrophique pour les négociants comme pour le reste de la population. La canonnade, régulière à partir du mois de février, touchait aussi la ville et pouvait faire jusqu’à cinquante victimes par jour. Les habitants qui le pouvaient quittaient le port pour Souakin, Massaoua, Port-Soudan, l’Égypte et même Bombay. La géographie de l’exil recoupait, sans surprise, celle du réseau des marchands de Djedda qui fuyaient une situation économique insupportable. Le journal Barīd al-Ḥijāz, créé à Djedda en novembre 1924, avait beau publier des articles réguliers en 1925 sur le retour des Hedjazis qui s’étaient enfuis, les rapports consulaires mentionnaient régulièrement l’exil des habitants. Le 20 janvier 1925, le président de la municipalité, Sulaymān Qābil, revint de Port-Soudan, où il s’était rendu pour des affaires personnelles, avec « beaucoup de familles ». Elles avaient fui vers les ports soudanais, et le négociant les avait convaincues de l’amélioration de la situation. Ceux qui restaient étaient ceux qui ne pouvaient pas partir, parce qu’ils n’avaient pas l’argent nécessaire au voyage, ou parce qu’ils gardaient leur établissement commercial107.

112Les importations étaient réduites au strict minimum pour alimenter les troupes et la population : du blé et de la farine de mauvaise qualité importés de Bombay, des boucs et des moutons de Massaoua et de Yanbu‘, un peu d’herbe sèche pour les nourrir mais trop chère pour les Bédouins réfugiés dans les murs de Djedda avec leurs troupeaux.

  • 108 FO 686-91, British Agency, Djedda, 30/04/1925 et 21/05/1925.

113Voyant leurs marchandises réquisitionnées pour l’armée sans paiement ni indemnisation, les marchands avaient cessé toute importation, ce qui provoquait une forte inflation et accélérait l’épuisement des réserves alimentaires de la ville108. Le pouvoir pris par Muḥammad Ṭawīl n’était pas fait pour les rassurer, comme l’illustrèrent les arrestations des membres de la délégation partie négocier à La Mecque en octobre 1924.

  • 109 FO 686-29, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925.
  • 110 FO 686-29, Jeddah Report, 21/07 au 10/08/1925.
  • 111 FO 686-90, Jeddah Report, 31/10 au 8/11/1924.

114Après avoir écarté ses opposants personnels et les partisans d’une négociation avec l’armée de ‘Abd al-‘Azīz, Muḥammad Ṭawīl apparaissait désormais comme la principale autorité à Djedda, au-dessus du kaïmakam ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā et practically dictator to the King109. À la fin du mois de juillet 1925, le kaïmakam et les grands négociants de Djedda furent convoqués pour fournir 20 000 livres sterling au gouvernement du roi ‘Alī. La réunion fut agitée. Le refus net du kaïmakam et des autres négociants de fournir cette somme poussa le gouvernement à abaisser ses exigences à 10 000 livres sterling, tandis que le roi proposait de mettre en garantie des propriétés de sa famille situées dans le territoire contrôlé par les troupes saoudiennes. Les marchands n’acceptèrent qu’une avance de 4 000 livres, immédiatement dépensée pour payer les soldats menaçant de quitter leurs tranchées110. L’hostilité des négociants n’était pas nouvelle puisqu’ils avaient déjà refusé en novembre 1924 d’avancer, sous la forme d’un prêt au gouvernement, 30 000 livres sterling111. Elle était cependant accrue par des exigences d’autant plus lourdes à supporter que les échanges commerciaux étaient à présent complètement arrêtés. Les négociants furent à nouveau soumis aux pressions pour souscrire aux emprunts de guerre et aux manipulations monétaires du gouvernement dirigé par Muḥammad Ṭawīl. En août, les marchands firent une grève de deux jours et fermèrent leurs magasins pour refuser la monnaie dévaluée avec laquelle le gouvernement payait les soldats. Une partie d’entre eux furent mises en prison. Ils ne purent sortir qu’en payant une amende de cinq livres sterling chacun.

  • 112 FO 686-92, Jeddah Report, 11/08 au 29/08/1925. Ces propriétés étaient probablement situées le long (...)

115Le roi dut mettre en vente ses propriétés immobilières à Djedda pour obtenir de l’or et vendit un ensemble de magasins au marchand Sulaymān Qābil pour 5 500 livres sterling, dont 2 500 ne purent être payées qu’en nature112. Lorsque les finances du gouvernement furent épuisées, ‘Alī dut d’abord faire face à la mutinerie des soldats étrangers fournis par ses frères ‘Abd Allāh et Fayṣal. Ils étaient mécontents de ne plus être payés et d’avoir à emprunter aux marchands de la ville, ou à piller les maisons vidées de leurs habitants. Sur l’intervention des consuls, le roi laissa ces soldats quitter le Hedjaz. Il dut ensuite renoncer à envoyer des renforts à Médine, et la ville se rendit au fils du sultan du Najd le 6 décembre. Le 16 décembre, comme il ne comptait plus sur l’aide de ses frères, ‘Alī demanda au consul britannique d’engager des négociations pour la reddition de Djedda.

  • 113 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 120 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 199 et p. 203-207.

116Un accord fut signé le jour suivant. ‘Abd al-‘Azīz s’engageait à ne pas punir les partisans des Hachémites et à maintenir les fonctionnaires à leur poste. ‘Alī quitta Djedda le 22 décembre en remettant le pouvoir au kaïmakam ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā. Il fut imité par les principaux membres de son gouvernement, peu confiants dans l’amnistie générale promise par le nouveau maître du Hedjaz : ‘Abd Allāh Sarrāj, qui avait été le chef du gouvernement sous le roi Ḥusayn et sous son fils, Fu’ād al-Ḫaṭīb, ministre des Affaires étrangères, Muḥammad Ṭawīl et Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ, chefs de l’ancien Parti national hedjazi et désormais marqués comme soutiens du régime hachémite113.

  • 114 M. al-Maġribī, 1981, p. 101 ; ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 121-123 ; FO 686-29, Jeddah Report, 28/11 au 3 (...)

117‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā, à la tête du gouvernement provisoire, avait officiellement livré la ville le 21 décembre 1925 à ‘Abd al-‘Azīz. Le surlendemain, le sultan du Najd venait s’installer au lieu-dit al-Kandara, à proximité des murs de Djedda. Il y reçut les diplomates européens et les notables de la ville, qui lui furent présentés par ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā. Le 24 décembre, il entra dans la ville et descendit chez les Naṣīf114.

b. Où sont les Hadramis ?

118En quelques jours, le nouveau chef du Hedjaz avait rencontré les principaux membres de la notabilité djeddawie. Étonnamment pour une famille dont les réceptions royales étaient relatées dans le journal, les Bā Nāja n’apparaissent pas aux côtés des ‘Alī Riḍā et des Naṣīf dans les sources qui décrivent la reddition de la ville et son allégeance au nouvel homme fort. Ils sont aussi discrets que les Bā ‘Išin, les Bā Ġaffār, les Bā Jubayr et les Bā Zar‘a, autres figures éminentes de la notabilité de Djedda. Seules quelques mentions rappellent la présence des grands marchands hadramis pendant les événements de 1924-1925. Le corps armé des Hadramis semble quant à lui ne s’être mobilisé qu’avec réticence en 1924. Il n’est plus évoqué en 1925.

119La famille hadramie dont on parlait le plus en 1925 était celle de Muḥammad et Aḥmad ibn ‘Alawī al-Saqqāf, qui participèrent au gouvernement de Ḥusayn puis de ‘Alī, jusqu’à leur dispute avec Muḥammad Ṭawīl en 1925. Ils ne formaient cependant qu’une des branches de la famille al-Saqqāf, éloignée de celle du négociant hadrami ‘Umar al-Saqqāf, et n’entretenaient apparemment pas de liens particuliers avec les autres maisons marchandes hadramies.

120Les mémoires que le négociant hadrami Sa‘īd Bin Zaqr laissa à ses enfants offrent un aperçu exceptionnel, quoique bref, sur le milieu négociant troublé des années 1920. Ils décrivent l’exil d’une grande partie des familles marchandes hadramies qui formaient la notabilité de Djedda, ainsi que le réseau marchand sur lequel elles purent s’appuyer en mer Rouge pour maintenir leurs affaires et, pour certaines, connaître un nouveau départ.

121Quant aux négociants hadramis qui étaient restés à Djedda, les rares à se signaler manifestent l’attitude majoritairement attentiste du milieu négociant. Lassés de la politique hachémite, pressés surtout de mettre fin au conflit sans compromettre une situation commerciale déjà mal en point, les négociants étaient confrontés à la perspective d’un régime inconnu – à la différence de ce qui s’était produit au Hedjaz en 1908 et 1916 – et dont les échos, entre le massacre qui avait suivi la prise de Taëf et le calme que l’on signalait à La Mecque, étaient pour le moins ambivalents.

Profil bas à Djedda

122Parmi les notables qui s’illustrèrent dans l’épisode du Parti national hedjazi, trois négociants hadramis seulement apparaissent : ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, Muḥammad ibn Sa‘īd Bā Jusayr et ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān.

123Le premier faisait partie des grands propriétaires immobiliers et négociants hadramis de Djedda dont les activités s’étendaient à toute la mer Rouge. Son cousin, puis son neveu étaient à la tête d’une des grandes maisons marchandes du Caire, où ‘Abd al-Raḥmān entretenait lui-même un magasin-entrepôt à la même époque. Il avait aussi bien investi le cadre ottoman de la province puisque, en 1904, deux de ses fils poursuivaient leurs études supérieures dans les institutions impériales d’Istanbul (chapitre v). La maison marchande qu’il dirigeait était restée active pendant la Première Guerre mondiale. Son réseau régional et la propriété de plusieurs sambouks permettaient à ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd de continuer le commerce côtier et, selon les Britanniques, les transports d’armes d’une côte à l’autre de la mer Rouge. Le statut du négociant hadrami est attesté par le fait qu’il figure parmi les destinataires des télégrammes envoyés les 3 et 4 octobre 1924 par le roi Ḥusayn aux notables, en réponse à la demande d’abdication formulée par le parti.

  • 115 H. Philby, 1957, p. 119.

124Du Parti national hedjazi, ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd n’était d’ailleurs que l’un des membres, sans responsabilité. Son opposition à la politique chérifienne devait cependant être assez notoire pour que le roi ‘Alī, apprenant que la délégation d’octobre 1924 du Parti national hedjazi proposait l’arrêt des combats et la satisfaction des exigences saoudiennes, décidât de le faire arrêter avec Qāsim Zaynal. Les membres du parti arrêtés furent condamnés à mort. ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, comme Qāsim Zaynal, ne faisait pourtant pas partie des membres de la délégation mise en cause ; mais sa position devait être aussi connue que celle de Qāsim Zaynal, dont l’opposition à la famille hachémite était déjà publique115. Ils furent relâchés en novembre 1924, « pardonnés » par le roi comme les autres membres du Parti national arrêtés.

  • 116 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 74-75 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 168. Sur Muḥammad Naṣīf : CPC E Levant  (...)

125Pour des raisons que n’explicitent ni ‘Abd al-Ḥamīd al-Ḫaṭīb ni Ḥusayn Naṣīf dans leurs récits, ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd fut à nouveau arrêté avec ce qui devait être un noyau dur de l’opposition à la politique du régime de ‘Alī ibn Ḥusayn. On y retrouve certains des membres de la délégation d’octobre 1924 (Ṣāliḥ Šaṭṭā, Sulaymān ‘Azzāya), Muḥammad Naṣīf, dont l’accord avec les idées de Muḥammad ibn ‘Abd al-Wahhāb et du sultan ‘Abd al-‘Azīz était connu à Djedda, et Sa‘īd Bā Ḫišwayn. Le 8 février 1925, ils furent exilés à Aqaba, puis relâchés et renvoyés à Djedda le 2 avril, sur l’intervention d’Aḥmad Zakī Pacha116. Jusqu’à la prise de Djedda par le roi ‘Abd al-‘Azīz, ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd n’apparaît plus dans les sources et dut se faire discret ou partir en exil après son retour au Hedjaz. Outre un possible attachement à l’ancien Empire ottoman, les raisons de l’opposition de ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd au régime hachémite étaient celles des marchands dont les affaires se trouvaient paralysées par un conflit qui s’éternisait et empêchait une reprise satisfaisante du négoce après la Première Guerre mondiale. Indice d’un positionnement politique plus visible que celui des autres négociants, son arrestation à deux reprises reste cependant inexpliquée.

  • 117 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 57-59 ; Ḥ. Naṣīf 1349/1930-1931, p. 140.

126Le second négociant est moins connu. Muḥammad ibn Sa‘īd Bā Jusayr adhéra lui aussi comme membre au Parti national hedjazi, et lorsqu’un comité directeur fut désigné le 8 octobre 1924, on lui attribua la fonction d’écrivain (kātib)117. Le titre permettait de ne pas le confondre avec le « secrétaire sikritīr » du parti, Muḥammad Ṭāhir al-Dabbāġ. Il s’agissait peut-être du fils de l’ancien drogman du consulat britannique de Djedda, Sa‘īd Bā Jusayr, lui aussi négociant et propriétaire immobilier de Djedda, mais d’une envergure moindre que celle de ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd. Cette filiation expliquerait les capacités administratives que les membres du parti reconnurent à Muḥammad Bā Jusayr. Comme ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd après son retour à Djedda en avril 1925, Muḥammad Bā Jusayr ne se fit plus remarquer après cet épisode.

  • 118 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 120-121.

127À l’exception de ces deux hommes, et au-delà d’une hostilité générale à la poursuite de la guerre, le positionnement politique des négociants hadramis reste un mystère. Ils assistèrent pourtant aux échanges entre le roi Ḥusayn et le reste des notables de la ville au début du mois d’octobre, les uns directement, les autres par l’intermédiaire des membres de leur famille qui géraient leurs établissements à Djedda. Les deux télégrammes successifs dans lesquels le roi exposait ses réticences étaient adressés sans distinction à tous les notables de Djedda, et non pas seulement au groupe qui avait lancé la mobilisation politique et que l’on devait retrouver comme noyau du Parti national hedjazi. Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja (le fils de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja), Abū Bakr Bā Ġaffār (l’arrière-petit-fils de ‘Abd al-Ġaffār Bā Ġaffār) et Muḥammad Rašīd Bā Ġaffār, ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān et ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd faisaient partie des destinataires mentionnés dans l’adresse de ces télégrammes118. Ils restaient actifs et confrontés aux exigences du gouvernement hachémite.

  • 119 H. Philby, 1957, p. 140.

128Le fils de ‘Abd al-Raḥmān resté à Djedda, Muḥammad Ṣāliḥ, devait être celui que Harry Philby désigna comme the head of the Banaja family, qui fut fortement sollicité à la fin de l’année 1924 pour contribuer à l’effort de guerre. Le représentant des Bā Nāja et Qāsim Zaynal avancèrent 1 500 livres sterling chacun, tandis que ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā et Muḥammad Ṭawīl avancèrent chacun 1 000 livres d’après les souvenirs de Philby. Qāsim Zaynal s’attendait alors à ce que la ville soit mise dans son ensemble à contribution pour 5 000 livres supplémentaires119. Lorsque Sufyān, l’affranchi et l’homme de confiance de ‘Abd Allāh Bā Nāja, délégua en juin 1924 ses pouvoirs à un représentant à Istanbul, il le fit sans doute pour aider la gestion des affaires familiales à Djedda, et pour travailler aux côtés ou en remplacement d’Aḥmad dans le gouvernement chérifien à La Mecque. Il était en effet désigné à cette date comme « trésorier [amīn ṣundūq] » du Trésor royal à La Mecque, une fonction qui n’apparaît plus ensuite dans les sources décrivant la vie politique agitée de Djedda à partir de la fin de l’année 1924. Sufyān était donc peut-être resté à La Mecque au moment où la ville accueillait les troupes saoudiennes.

  • 120 Barīd al-Ḥijāz, 42 et 53, cités dans D. al-Ḥarbī, 2010, p. 137.

129Le prêt des Bā Nāja indiquait bien que ses représentants continuaient de faire partie des principaux notables négociants de la ville aux yeux du gouvernement hachémite et de la population. En 1925, le roi ‘Alī vint encore chez eux pour prier dans la partie réservée de la mosquée al-Ḥanafī à l’occasion de l’aïd al-fiṭr et de l’aïd al-aḍḥā120. La plus grande maison marchande hadramie de Djedda à l’époque hachémite, avertie du sort de ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, gardait une réserve politique prudente.

Aux côtés du chérif (pour un temps) : la milice hadramie et les Saqqāf de La Mecque

130Ḥusayn puis son fils purent tout de même compter sur le soutien institutionnel des Hadramis impliqués dans l’appareil de l’État chérifien, au moins jusqu’au début de l’année 1925 : celui du corps armé issu de la communauté hadramie, et celui des Hadramis employés dans le gouvernement chérifien.

  • 121 FO 686-90, British Agency, Djedda, 21/09/1924.

131Plusieurs mentions indiquent la présence des Hadramis dans les troupes hachémites pendant les combats contre l’armée saoudienne. Lorsque ‘Alī tenta de reprendre la ville de Taëf à la fin du mois de septembre 1924, l’Agence britannique de Djedda décrivait son armée comme un assemblage des plus mauvais soldats : des soldats africains amenés de Médine et d’autres recrutés de force, des soldats yéménites de la « pire espèce » (habitants des plaines) amenés de La Mecque et des soldats hedjazis réputés pour leur lâcheté. Le seul espoir de l’armée de l’émir reposait sur les milices qui fournissaient quelques centaines d’hommes recrutés grâce à l’augmentation de la solde ou en raison des nouvelles du massacre qui avait suivi la prise de la ville par les troupes najdies : les hommes des quartiers et les Hadramis, les « deux meilleurs éléments de combat de La Mecque121 ». La contribution de la communauté hadramie continuait donc de servir d’appoint à l’armée chérifienne. Elle s’inscrivait dans la mobilisation générale des milices des quartiers de La Mecque qui devaient avoir une coloration ethnique. Le rapport britannique met toutefois en évidence qu’il fallait déjà des incitations particulières (financières ou psychologiques) pour la mobiliser.

  • 122 FO 686-29, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925.

132Un an plus tard, alors que l’armée chérifienne s’était repliée à Djedda avec le gouvernement de ‘Alī, cette situation avait évolué. Au cours du mois de novembre 1925, manquant de finances et d’hommes, ‘Alī tenta de forcer the local Hadhramis à rejoindre les soldats et à tenir les tranchées défendant la ville. Une partie d’entre eux allèrent se plaindre auprès du consul britannique, qui protesta. Le roi ‘Alī promit que l’erreur ne serait pas reproduite122. La désignation imprécise du groupe et le fait que les Hadramis aient recouru à la protection du consul britannique laissent penser qu’il s’agissait de la fraction de la communauté hadramie de Djedda assez modeste pour être soumise aux exigences du gouvernement et assez récemment installée au Hedjaz pour pouvoir recourir à la protection consulaire britannique contre une « erreur » du gouvernement chérifien. L’incident indique que la communauté hadramie de Djedda refusait à la fin de l’année 1925 de fournir des hommes supplémentaires, s’il ne s’agissait pas des hommes de la milice elle-même, dans une situation sans espoir.

133Cette réticence correspondait à un délitement accéléré des organes du royaume chérifien à la fin de l’année 1925. Elle était manifeste, précisément à la même date, dans l’écartement de la branche des Saqqāf qui servait depuis longtemps la famille hachémite.

  • 123 Hicāz vilāyet salnāmesi, 1306/1888-1889, p. 148. ‘Alawī est un nom trop courant chez les Saqqāf pou (...)
  • 124 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 179, qui confond peut-être ‘Umar et Muḥammad al-Saqqāf.

134La branche était représentée par Muḥammad et Aḥmad ibn ‘Alawī al-Saqqāf. Leur père était peut-être le « ‘Alawī al-Saqqāf » recensé dans l’annuaire ottoman du Hedjaz de 1306/1888-1889 comme membre élu du meclis-i idāre de la province123. Sous le chérif Ḥusayn, Muḥammad était le syndic des sayyids de La Mecque. Son influence dans les cercles savants du Hedjaz se reflétait dans les propriétés qu’il possédait à Djedda, La Mecque et Médine, selon Ibrāhīm Rif‘at Pacha124. David G. Hogarth le décrit comme un homme de confiance du roi, qui lui confie des missions de propagande pour la cause hachémite auprès des tribus du protectorat britannique d’Aden. En juillet 1921, il part pour une longue mission au Yémen, auprès de l’imam Yaḥyā et de l’émir Muḥammad ibn ‘Alī al-Idrīsī, pour contrer l’influence saoudienne et tenter une conciliation entre les deux dirigeants yéménites – avec l’accord du Résident britannique en 1922.

  • 125 D. Hogarth, 1978 (1917), p. 67 ; FO 686-27, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 21/06 au 10/07/1 (...)
  • 126 FO 686-104, British Agency, Djedda, 6/07/1925.

135Il en revint en janvier 1922125. Le statut de la famille au Yémen et sa position comme tête des sayyids à La Mecque encourageaient le roi à lui confier ces missions. Muḥammad circulait régulièrement entre le Hedjaz et le Yémen, notamment pour se rendre au Hadramaout. L’agent britannique en poste à Djedda le soupçonnait même de présenter comme ses « serviteurs » des esclaves qu’il emmenait du Hedjaz vers le protectorat britannique, un soupçon qui portait aussi sur les marchands impliqués dans le transport des pèlerins, comme les ‘Alī Riḍā et la maison de ‘Umar al-Saqqāf à Singapour126. Une telle mobilité faisait de Muḥammad un émissaire idéal dont le statut correspondait parfaitement à des interlocuteurs comme les imams du Yémen et du ‘Asîr, qui revendiquaient eux aussi une ascendance prophétique.

  • 127 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 4, Rapport du capitaine Depui sur son voyage à La Mecque (15 au 17/0 (...)
  • 128 FO 686-29, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925 ; Naṣīf 1349/1930-1931, p. 20 (...)

136L’influence de Muḥammad al-Saqqāf était prolongée par le poste qu’occupait son frère Aḥmad, secrétaire particulier et bras droit du roi Ḥusayn. Le capitaine Ibrahim Depui, de la Mission militaire française, le décrivit en 1919 comme un homme intelligent qui avait la confiance absolue du roi et « trait[ait] toutes les affaires127 ». Sa proximité avec Ḥusayn permit à Aḥmad al-Saqqāf de conserver son poste auprès de ‘Alī. Il fut écarté par Muḥammad Ṭawīl en novembre 1925, à la suite d’un des désaccords politiques qui se multipliaient au sein du gouvernement. La tension avait été si forte qu’Aḥmad était censé quitter Djedda dans les jours suivants. Sa longue proximité avec la famille hachémite avait poussé le représentant britannique et les notables de Djedda qui négociaient la reddition de la ville à l’inclure dans la liste des personnalités politiques particulièrement concernées par l’amnistie à laquelle s’engageait le sultan ‘Abd al-‘Azīz128.

  • 129 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 161-165 ; FO 141-766-8, Wyndham L. Grech au High Commissioner, Alexandrie, 2 (...)

137En 1926 cependant, quand la rumeur courut que des partisans de l’ancien régime préparaient un complot, Aḥmad et son frère Muḥammad furent emprisonnés à Taëf avec une vingtaine d’autres figures réputées pour leur proximité passée avec la famille hachémite. Lorsque le groupe fut relâché, les sayyids et les chérifs qui en faisaient partie reçurent l’ordre de quitter le Hedjaz. C’est peut-être dans ce contexte d’exil que l’on retrouve un « Mohamed El Sakkaf » dont l’avocat sollicita l’administration britannique en 1931 pour réclamer le remboursement de 28 000 livres sterling aux descendants du roi Ḥusayn. La somme représentait selon l’avocat le paiement des avances et la compensation des services consentis par Muḥammad au régime hachémite129.

  • 130 Umm al-Qurā, 134, 8/01/1346 (8/07/1927).

138Ses liens avec la famille hachémite et le pouvoir qu’elle avait exercé à l’époque de Ḥusayn et de ‘Alī placèrent la branche des Saqqāf au premier rang des perdants de 1925. Son association au régime renversé par la conquête saoudienne était d’autant plus notoire qu’elle avait duré jusqu’au mois de novembre 1925 et que ses membres étaient restés à Djedda après le départ de ‘Alī. Encore une fois, cette trajectoire contraste avec celle de la famille d’Aḥmad Bā Nāja, l’autre membre hadrami du gouvernement chérifien. Le fils de ‘Abd al-Raḥmān apparaît pour la dernière fois comme membre du gouvernement chérifien en 1922. Il avait quitté ses fonctions au plus tard à l’automne 1924, quand un gouvernement formé par le Parti national hedjazi remplaça le gouvernement du roi Ḥusayn. Sufyān n’est plus mentionné dans les sources entre juin 1924 et juillet 1927, quand il fut nommé par le roi aux côtés de soutiens du régime saoudien comme membre du comité pour la surveillance et la réforme130. Pendant cette période, l’essentiel de la famille était probablement réfugié au Caire.

L’exil prudent sur l’autre bord de la mer Rouge

  • 131 Acte de naissance de ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, 13/09/1922, communiqué par Maḥmūd a (...)

139Une semaine après l’entrée du sultan ‘Abd al-‘Azīz Āl Sa‘ūd à Djedda, le frère de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et patron de Sufyān mourut. ‘Abd Allāh Bā Nāja était mort au Caire, où il résidait le plus souvent, dans l’une des nombreuses propriétés immobilières qu’il y possédait. La famille prenait déjà ses quartiers dans ces propriétés du Caire. L’acte de naissance en 1922 du petit-fils de ‘Abd al-Raḥmān et fils de Muḥammad Ṣāliḥ indique par exemple qu’il était né dans le quartier cairote de ‘Abidīn131. Selon toute vraisemblance, ‘Abd al-Raḥmān et la veuve de ‘Abd Allāh, Miṣbāḥ, étaient déjà en Égypte lorsque ‘Abd Allāh mourut. Le tribunal du quartier de Gamaliyyeh les désigna comme uniques héritiers du négociant le 24 janvier 1926. Le procès-verbal réalisé le 4 mai attribue à ‘Abd al-Raḥmān un rôle directeur dans l’enregistrement de l’inventaire réalisé sous le contrôle du juge et du greffier du tribunal de Gamaliyyeh. Il commença par « rappeler » la date du décès de son frère puis la déclaration légale du tribunal le 24 janvier, avant de dresser la liste des propriétés immobilières de ‘Abd Allāh en Égypte. ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāḥ Bā Nāja sont alors décrits comme « tous deux résidents (kilāhimā muqīm) » dans la maison où se déroula la procédure légale et où était mort ‘Abd Allāh.

  • 132 Lettre de Muḥammad Ṭawīl à ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, Djedda, 26/11/1338 (11/08/1920), communiquée par (...)

140La résidence d’une partie de la famille au Caire au moment où mourait ‘Abd Allāh est aussi rendue plausible par le rôle dévolu à Muḥammad Ṣāliḥ. Le fils de ‘Abd al-Raḥmān prenait régulièrement la direction des affaires familiales à Djedda au début des années 1920 en l’absence de son père. C’était déjà le cas en 1920, d’après une lettre de Muḥammad Ṭawīl à ‘Abd al-Raḥmān, et il devait en être de même pendant la guerre entre le roi hachémite et le sultan du Najd132. Quant à Aḥmad, son exil en Égypte est attesté jusqu’à son retour au Hedjaz en 1932.

141La destination choisie par les Bā Nāja correspondait aux orientations commerciales imprimées par ‘Abd Allāh sur la maison marchande familiale. L’inventaire établi en 1926 met en évidence les investissements des bénéfices commerciaux réalisés par ‘Abd Allāh dans le marché immobilier dynamique du Caire et dans les campagnes fertiles du delta. Ce patrimoine faisait de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja l’un des grands marchands et propriétaires du Caire. Au Caire, le négociant hadrami avait acquis dix propriétés dans les quartiers les plus réputés de la ville : un grand ensemble (‘imāra) comprenant quatre maisons dans le quartier d’Azbakiyya, deux autres grands ensembles dans le quartier de ‘Ābidīn, et sept maisons dans le quartier de ‘Abbāsiyya (tableau 4.1). L’inventaire ne précise pas la valeur estimée de chacun de ces biens, à l’exception de deux maisons voisines attribuées à l’épouse de ‘Abd Allāh, Miṣbāḥ, en échange de sa renonciation au reste de l’héritage. Leur prix, estimé d’après les revenus annuels tirés de la location des deux maisons, fut établi à près de 21 500 livres égyptiennes (env. 22 000 livres sterling au taux officiel du début du xxe siècle). En plus de ces larges investissements immobiliers au Caire, ‘Abd Allāh avait acquis un ensemble de terrains agricoles (aṭyāna zirā‘iyya) dans l’actuel gouvernorat de Daqahliyya : une cinquantaine d’hectares dans la région du delta.

Tableau 4.1 — Propriétés de ‘Abd Allāh ibn Yūsuf Bā Nāja en Égypte en 1925

Localisation (quartier, rue)

Description

Surface totale au sol

1

Azbakiyya, rue Murād

Un grand ensemble (‘imāra) comprenant quatre maisons (manāzil)

1130,85 m2

2

‘Abbāssiyya, rue ‘Abbāssiyya

Une maison (manzil)

538,41 m2

3

‘Abbāssiyya, rue ‘Abbāssiyya

Une maison voisine de (7). Celle où résident ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāh au moment de l’inventaire.

1196,32 m2

4

‘Abbāssiyya, rue al-Madāris

Une maison voisine de la maison suivante (5)

390,35 m2

5

‘Abbāssiyya, rue al-Madāris

Une maison voisine de la maison précédente (4)

468,27 m2

6

‘Abbāssiyya, rue al-Madāris

Une maison voisine de la maison suivante (7)

412,50 m2

7

‘Abbāssiyya, rue al-Madāris

Une maison voisine de la maison précédente (6)

419,38 m2

8

‘Abbāssiyya, rue al-Madāris

Une petite maison (al-manzil al-saġīr) dans un grand ensemble

103,50 m2

Localisation (quartier, rue)

Description

Surface totale au sol

9

‘Ābidīn, rue ‘Abd al-‘Azīz

Un grand ensemble

900,21 m2

10

‘Ābidīn, rue Qasr al-Nīl

Un grand ensemble comprenant deux maisons

1492,89 m2

Village de Dinjwāy, commune (markaz) de Shirbīn

Six lots de terrains agricoles

Env. 123,25 feddans (52 hectares)

Source : Maḥkamat al-Jamāliyya al-šar‘iyya, 1018-001214, 4/05/1926, p. 4-9.

  • 133 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen, 130, consulat de France, Djedda, (...)

142L’héritage laissé par ‘Abd Allāh présente deux caractéristiques intéressantes. Sa composition souligne le souci du négociant de diversifier ses investissements. Les biens immobiliers acquis dans trois quartiers de la capitale égyptienne et les terrains agricoles venaient en effet s’ajouter à ce que ‘Abd Allāh possédait au Hedjaz : des logements et locaux commerciaux à Djedda et à La Mecque, le waqf qu’il avait fondé, et ce à quoi il avait droit en tant qu’héritier de Yūsuf Bā Nāja et membre de la maison marchande des Bā Nāja. Les investissements de ‘Abd Allāh en Égypte mettaient en évidence l’horizon large de la famille et de ses affaires, ils faisaient jeu égal avec les propriétés du Hedjaz. C’est là la deuxième caractéristique de l’héritage à relever. La fortune dont héritaient ‘Abd al-Raḥmān et Miṣbāḥ, seuls héritiers de ‘Abd Allāh, avait été placée à l’abri des ponctions faites par les chérifs et des troubles politiques du Hedjaz. Les sources consultées ne disent rien sur la période à laquelle ‘Abd Allāh Bā Nāja débuta ses investissements en Égypte, mais l’internationalisation des investissements était une stratégie connue des marchands de Djedda, régulièrement confrontés aux exigences des Grands Chérifs. En 1901, le consul de France à Djedda rapportait le cas du « plus riche » des marchands de Djedda qui était parti s’établir en Égypte pour se soustraire aux demandes financières du Grand Chérif133.

  • 134 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.
  • 135 J. Carter, 1979, p. 48.

143Nous savons beaucoup moins de choses sur la famille marchande hadramie qui exerçait traditionnellement la fonction de chef de la corporation des muḫarrijūn à Djedda, mais l’histoire familiale transmise par l’une de leurs descendantes indique qu’ils traversèrent aussi la mer Rouge pendant la guerre. Muḥammad Ṣāliḥ ibn ‘Alī Bā Išin, le chef de famille, mourut à cette époque à Souakin. La famille s’y était réfugiée le temps que le calme revienne à Djedda. Seul l’un des fils de Muḥammad Ṣāliḥ, ‘Abd al-Raḥmān, était resté dans le port hedjazi pour gérer les affaires familiales et envoyer de l’argent à sa famille134. Comme pour les Bā Nāja, le départ des Bā ‘Išin de Djedda précipita le changement de génération à la tête de la maison marchande : les fils remplaçaient les pères. Là encore, il s’agissait d’un port connu de la famille en général, si ce n’est de la branche de Muḥammad Ṣāliḥ en particulier, puisqu’un Muḥammad ibn ‘Abd Allāh Bā ‘Išin pouvait prendre possession légalement d’un envoi de dollars destinés à Souakin en 1911 (chapitre iii). Dans l’autre branche connue de la famille à Djedda, Aḥmad, le fils de Muḥammad Ṣāliḥ al-Ḍarīr, était aussi présent à Djedda en 1925. Selon ses dires, il faisait partie du groupe de notables qui accueillit le sultan ‘Abd al-‘Azīz135. Il devint rapidement l’un des proches du nouveau roi et fut associé de près au nouveau régime, tandis qu’il prenait aussi la succession de son père à la tête de la maison marchande.

  • 136 H. Philby, 1952, p. 82.

144L’exil temporaire de ces deux familles faisait partie d’un mouvement plus général parmi la notabilité hedjazie. Le départ pour d’autres rives en 1924-1925 ne fut cependant ni le seul fait des Hadramis ni un choix général de leur part. Harry Saint John Philby rapporte que, peu après la prise de Djedda, ‘Abd al-‘Azīz encouragea les familles qui avaient fui le Hedjaz pendant le conflit à revenir. L’incitation était accompagnée de mesures particulières, destinées à favoriser le retour à la normale de la société hedjazie et de son économie. En plus de l’amnistie générale promise par l’accord de reddition de Djedda, ceux qui rentraient avaient la garantie d’être exemptés de la taxe d’entrée. Selon Philby, la mesure ne tarda pas à produire son effet puisque 5 000 réfugiés qui s’étaient exilés « au Soudan, à Asmara, en Inde et ailleurs » revinrent rapidement136.

De nouveaux départs : Hodeïda, l’océan Indien et Djedda

  • 137 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II et XV, archives privées Bin Zaqr.

145Plus rarement mentionné dans les sources, le proche Yémen fut aussi une destination de refuge pour les familles marchandes de Djedda. Sa‘īd ibn Muḥammad ibn ‘Ubayd Bin Zaqr décrit dans ses courts mémoires le bouleversement que constitua l’exil familial vers Hodeïda137.

146Le conflit entre le sultan du Najd et la famille hachémite avait déjà forcé Sa‘īd Bin Zaqr à interrompre ses études et à quitter l’école à la fin du mois de ṣafar 1343/septembre 1924, soit quelques jours après la prise de Taëf par les troupes saoudiennes et deux semaines avant leur entrée à La Mecque. Le « choc » que décrit le négociant était amplifié par les tensions politiques qui agitaient Djedda. Elles intervenaient elles-mêmes dans un contexte familial déjà perturbé par la mort du père de Sa‘īd, l’ancien cheikh de la communauté hadramie à Djedda, quelques mois auparavant en novembre 1923. Alors que la population commençait à fuir vers le Soudan, Sa‘īd et son grand frère ‘Abd Allāh tentèrent de patienter (tajalladnā bi-l-ṣabr) et d’espérer le retour du calme en maintenant autant que possible leurs activités. L’exil des Bin Zaqr à Hodeïda n’eut lieu qu’en mars 1925, soit deux mois après le début du siège de Djedda. Ils se heurtèrent à une série de difficultés que les mémoires ne précisent pas, avant de retrouver à Hodeïda un groupe de familles marchandes exilées de Djedda, dont les Šinkār, et de profiter de l’accueil de familles de marchands liés à Djedda : Sulaymān Bā Ġaffār et Muḥammad ‘Alī Riḍā. Les Bin Zaqr arrivaient en effet dans un port familier, où la communauté hadramie jouait un rôle important. L’ironie du sort voulut que les familles djeddawies assistent sur place à la prise de la ville, où elles s’étaient réfugiées et que tenaient jusque-là les Idrissides, par les troupes de l’imam Yaḥyā.

147Pour les deux frères Bin Zagr, l’exil fut surtout l’occasion de conclure de nouveaux partenariats et de fonder dès le mois d’avril 1925 la šarika marchande qui fit la prospérité de la famille avec Muḥammad Nūr Šinkār et Muṣṭafā ‘Awaḍ. Elle constituait aussi une évolution de la maison marchande, en associant au capital familial, de façon stable et prolongée, des partenaires étrangers à la famille. Le volume et l’organisation d’un négoce international bénéficièrent de cette intégration, où il faut voir l’une des raisons du succès des Bin Zaqr dans le maintien de leur négoce au xxe siècle.

148Les premières transactions eurent lieu avec le port Qunfuḏa, autour duquel le roi ‘Alī essayait de mettre en place un blocus depuis janvier, pour alimenter le marché de La Mecque. Tandis que ‘Abd Allāh Bin Zaqr et Muṣṭafā ‘Awaḍ contournaient le blocus sur un petit sambouk, Muḥammad Nūr Šinkār voyageait à Aden pour y trouver les marchandises réexpédiées au Hedjaz. À Hodeïda, une place plus sûre pour son jeune âge, Sa‘īd gérait les approvisionnements et les expéditions.

  • 138 Wa akrama Allāh bi-bidāyat ḫayr wa baraka [sic] ‘alā ṣarikatinā : mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II, a (...)

149Ses mémoires éclairent l’adaptation de l’organisation du négoce à l’évolution du conflit. Depuis sa prise par les troupes saoudiennes, les marchés mecquois étaient coupés de leur approvisionnement par Djedda et le roi ‘Alī s’obstinait à refuser de laisser passer les caravanes. En contournant le blocus des ports hedjazis pour faire parvenir à La Mecque des marchandises dont les marchés étaient privés, la šarika s’assurait des profits considérables. Avec les marchandises importées d’Aden, l’organisation adoptée par les quatre associés permettait de répondre rapidement aux demandes particulières et de réaliser de véritables coups commerciaux. Lorsqu’il apprit la présence d’importantes quantités de céréales et de beurre de conserve entreposées à Qunfuḏa, Sa‘īd Bin Zaqr chargea par exemple le sambouk utilisé par son frère aîné et Muṣṭafā ‘Awaḍ de sacs et de bonbonnes de gaz vides pour les vendre sur place. Au moment où le commerce était paralysé à Djedda, Sa‘īd Bin Zaqr pouvait rendre grâce à Dieu d’avoir accordé un début prospère et béni la société établie un an plus tôt138.

  • 139 Umm al-Qurā, 159, 31/12/1927 ; la même annonce avait déjà été publiée dans les numéros des 27/10/19 (...)

150Le retour des Bin Zaqr à Djedda entre février et mars 1926 ne fit que déplacer le siège de leur société du Yémen au Hedjaz saoudien. Leur association était assez prospère pour qu’à l’automne 1927 les partenaires élargissent leurs affaires et les diversifient en entrant dans un nouveau secteur d’activité prometteur. Ils fondèrent avec Muḥammad Nūr Šinkār une société de transport automobile appelée Sayārāt al-Iqbāl. Elle était destinée au transport de marchandises et de personnes entre les villes du Hedjaz. La création de la société fut accompagnée de la parution à plusieurs reprises d’annonces publicitaires dans le journal Umm al-Qurā. Elle bénéficia du regain du pèlerinage permis par la sécurité des routes et par l’attention que le roi ‘Abd al-‘Azīz accorda à ce qui serait, pour le pouvoir saoudien comme pour ses prédécesseurs, un pilier de sa légitimité139.

151Comme l’exil temporaire pour lequel optèrent une partie des marchands de Djedda et de la population hedjazie vers la côte soudanaise ou l’Égypte, l’aventure des Bin Zaqr à Hodeïda manifestait la force des réseaux marchands en mer Rouge et dans l’océan Indien, auxquels étaient intégrées les grandes familles marchandes hadramies. Accueillis au Yémen par des familles marchandes dont les branches étaient présentes à Djedda, comme les Bā Ġaffār, les Bin Zaqr avaient profité de leur exil à Hodeïda pour établir des partenariats durables et retrouver rapidement la position profitable des négociants hadramis, intermédiaires entre le système commercial de l’océan Indien (Aden) et celui de la mer Rouge (al-Qunfuḏa).

3. CONCLUSION : PLASTICITÉS FAMILIALES

152L’ébranlement provoqué par la révolution de 1908 à Istanbul, la Première Guerre mondiale et la fin de l’Empire ottoman au Hedjaz modifia profondément le cadre politique auquel les familles marchandes hadramies de Djedda s’étaient adaptées depuis le milieu du xixe siècle. La mise en cause de leurs allégeances politiques au long de ces dix-sept années en était le signe à chaque changement de régime. Leur statut particulier continuait de reposer sur la participation aux institutions du pouvoir et l’existence d’une communauté distincte structurée, l’appartenance à la notabilité locale et le maintien de traits spécifiques au sein de la société djeddawie. Les menaces – vite repoussées par la mobilisation des Hadramis – qui visèrent ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et ‘Alī Bā ‘Išin en 1908, les soupçons qui pesaient sur les activités doubles de négociants comme Sa‘īd Bā Jusayr et les Bā ‘Išin manifestaient leur intégration paradoxale dans la société hedjazie, ottomane et chérifienne, citadine et bédouine. Les négociants hadramis avaient fondé leur négoce sur la constitution d’un réseau dont l’extension dans l’Empire ottoman, en mer Rouge et dans l’océan Indien permettait d’intéresser à leurs affaires les fonctionnaires du sultan, l’administration chérifienne et la diplomatie britannique – directement ou par l’intermédiaire des protectorats omanais et hadramis.

153Vue depuis Djedda et à travers les sources disponibles, la géographie de ce réseau n’avait pas beaucoup changé depuis le milieu du xixe siècle. Il apparaît dans le commerce discret des marchands de Djedda pendant la Première Guerre mondiale comme dans l’exil temporaire des familles hedjazies en 1924-1925. L’importance des établissements cairotes des Bā Nāja, des Bā Ġaffār et des Bā Junayd faisait apparaître la place continue de l’Égypte dans leur réseau et dans l’investissement de leurs fortunes. L’Inde et l’océan Indien en général qui trouvaient désormais leur débouché principal dans le port britannique d’Aden continuaient de fournir les magasins des négociants hadramis. Les lignes de vapeurs en provenance des ports indiens et européens préféraient ce port franc et moderne, et les autres ports coloniaux à Djedda. Les marchandises étaient ensuite transportées vers les ports de la mer Rouge à partir de Djedda ou à partir des autres sièges adoptés de façon temporaire ou non par les marchands hadramis. Hodeïda, al-Qunfuḏa, al-Līṯ, Souakin et Port-Soudan, Massaoua et l’Érythrée, Yanbu‘faisaient toujours partie de la carte des activités de ces marchands, dont Kinahan Cornwallis écrivit en 1916 au sujet du ‘Asīr qu’ils contrôlaient l’essentiel des échanges avec le monde extérieur. La maîtrise du réseau des échanges côtiers permettait de contourner les blocus et d’ajouter, parfois, quelques marchandises illicites (or, monnaies étrangères, armes) aux cargaisons déclarées.

  • 140 Entretien avec Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011, Riyad.

154Plus qu’une orientation idéologique ferme, c’était le blocage prolongé de ces échanges en mer Rouge et avec l’océan Indien, ajouté à l’excès des prélèvements autoritaires, qui pouvait pousser les négociants à retirer leur soutien au pouvoir en place au Hedjaz. L’espoir placé dans la Révolte arabe pour la poursuite de leurs échanges et les craintes suscitées par le gouvernement d’Istanbul avaient favorisé une transition sans heurts en 1916. Du régime ottoman à celui des Hachémites, nul bouleversement ne s’était du reste produit. Le chérif Ḥusayn, issu de la vieille lignée chérifienne des ‘Awn, était en place depuis 1908. Il avait maintenu la position des mêmes négociants dans les institutions du royaume et de la ville de Djedda. L’enlisement de la politique hachémite, le poids fiscal nouveau qui pesait sur leurs épaules et l’ingérence du roi et de ses clients dans leur négoce avaient progressivement détaché les principaux négociants de Djedda. Telles que les sources les montrent (ou les cachent) après la mésaventure de ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd, les familles des négociants hadramis profitèrent de leur réseau en mer Rouge pour quitter Djedda le temps du siège ou optèrent pour une prudente discrétion. À la différence de familles comme les ‘Alī Riḍā et les Naṣīf, les sources ne rendent pas compte d’une manifestation précoce de leur allégeance au sultan du Najd. Le récit plaçant Sulaymān Bā Ġaffār, Aḥmad Bā Nāja, ‘Abd al-Raḥmān Bā Junayd et ‘Uṯmān Bā ‘Uṯmān parmi les notables qui « livrèrent » la ville le 21 décembre, souvent entendu dans les entretiens avec les Hadramis d’Arabie Saoudite, n’est corroboré par aucune source140.

155Réparties dans les différentes places de commerce de la mer Rouge et efficacement organisées, exilées en temps de crise, divisées parfois pour qu’un des membres reste surveiller les affaires familiales à Djedda, introduites dans les organes du pouvoir et les appareils d’État au Hedjaz, les familles marchandes faisaient preuve d’une plasticité remarquable, en temps de crise comme en temps de paix. Cette efficacité était celle de l’organisation familiale et d’institutions particulières, qui autorisaient l’utilisation de capitaux communs à la famille dans des circonstances d’éloignement géographique et parfois d’insécurité politique.

156Lorsque ‘Abd Allāh et son frère Sa‘īd Bin Zaqr durent quitter Djedda juste après avoir assumé la succession de leur père, ils retrouvèrent à Hodeïda des alliés, comme les ‘Awaḍ avec qui ‘Abd Allāh était marié depuis plus d’un an, et de nouveaux partenaires, comme les Šinkār. Leur association permettait de conduire des transactions entre Aden, Hodeïda, al-Qunfuḏa et d’atteindre La Mecque. Chacun des associés pouvait mener des transactions en engageant sa responsabilité et celle de l’association, et utiliser ainsi le capital mis en commun pour réagir rapidement aux demandes et aux offres. Les liens familiaux entre les Bin Zaqr et Muṣṭafā ‘Awaḍ recoupaient et renforçaient les liens d’affaires. Le quatrième partenaire, Muḥammad Nūr Šinkār, ne tarda pas à entrer dans ce recoupement puisqu’il maria sa fille à Sa‘īd en 1927, l’année où ils lancèrent leur société de transport. Comme elle s’adaptait aux crises politiques, la famille s’adaptait aux affaires.

Notes

1 P. Gervais parle d’une véritable « classe sociale » fondée sur le mécanisme commun de l’extraction du profit, et sur les conflits d’intérêts que ce mécanisme suscite avec le reste de la société : P. Gervais, 2004, p. 146.

2 CADN 2MI 3235, consulat de France, Djedda, 15/08/1908.

3 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 24/08/1908.

4 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 25/08/1908.

5 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 7/04/1909.

6 D. Hogarth, 1978 (1917), p. 60.

7 N. Hanna, 1998, p. 106-116.

8 ḥānelerinde amānatan mevcūd olan : BBA BEO 3498-262291, 3/02/1327 (24/02/1909).

9 FO 195-1805, British Consulate, Djedda, 2/11/1893 et 1/12/1893.

10 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 7/04/1909 et 1 ( ?)/09/1909.

11 Document traduit dans S. Ṣābbān, 2010, p. 245-247.

12 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 70-71.

13 L. Schatkowski Schilcher, 1985, p. 64 ; M. Ma’oz, 1968, p. 73.

14 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 25/08/1908 ; CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen, 141, consulat de France, Djedda, 24/08/1904.

15 CADN 2MI3243, consulat, Djedda, 7/04/1909 ; FO 195-2198, British Consulate, Djedda, 24/01/1905.

16 Source : consulat de France, Djedda, 24/08/1904, CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen.

17 Ph. Khoury, 2003 (1983), p. 55-61.

18 L. Dakhli, 2009, chapitre iii.

19 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 13/11/1908.

20 CADN 2MI3235, consulat de France, Djedda, 10/02/1914.

21 CADN 2MI3243, consulat de France, Djedda, 1 ( ?)/09/1909.

22 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen 142, consulat de France, Djedda, 6/01/1910. Sur les relations du chérif Ḥusayn et le CUP en 1908 : J. Teitelbaum, 2001, p. 66-67.

23 M. al-Batanūnī, 1911, p. 41.

24 Al-Qibla, 23, 2/11/1916, p. 3.

25 Al-Qibla, 35, 14/12/1916, p. 2 ; ibid., 222, 10/1918, p. 2.

26 Ibid.

27 Ibid., 267, 25/03/1919, p. 2-3, et 705, 19/07/1923, p. 4.

28 Ḥ. Naṣīf, 1930-1931, p. 70 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 62 ; CADN 2MI3293, « Étude sur l’organisation administrative et judiciaire de la ville de Djeddah », n. d. (1917 ?).

29 Ibid.

30 D. Hogarth, 1978, p. 62 ; FO 371-16878, British Consulate, Djedda, 19/06/1933.

31 Ce détail m’a été signalé par Ulrike Freitag.

32 Al-Qibla, 723, 27/09/1923, p. 2.

33 P. Chevalier, 2006.

34 L. Chantre, 2012, p. 316.

35 FO 686-6, télégramme, La Mecque, 4/03/1917.

36 BBA DH EUM MTK 82-46, 9/09/1914.

37 BBA DH ID 90-22, 4/05/1916.

38 K. Cornwallis, 1976 (1916), p. 20 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 74.

39 K. Cornwallis, 1976 (1916), p. 94 ; D. Hogarth, 1978 (1917), p. 58 et p. 62-63.

40 Télégramme de ‘Umar Bā Junayd, Djedda, 23/11/1331 (5/12/1915), dans BBA BEO 4396-329641, 24/03/1334 (30/01/1916), et BBA DH İ UM EK 102-39, 4/08/1334 (6/06/1916).

41 FO 371-3408, Report on the Pilgrimage, dans Secretary to the Government of India, 26/02/1918, cité dans Records of the Hajj, vol. 5, p. 67-76.

42 FO 686-6, British Agency, Djedda, Report on the Hejaz, 22/12/1916 ; FO 686-27, Jeddah Report, 21/06 au 10/07/1921.

43 FO 686-82, Dépositions de ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja et de Qāsim ibn Zaynal ‘Alī Riḍā, 19 et 21/05/1921.

44 Lettre de Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, Djedda, à son oncle ‘Abd al-Raḥmān, Le Caire, 21/11/1919, et lettre de Salīm Ḫunjī, Calcutta, à ‘Abd Allāh Bā Nāja, 11/03/1920, archives privées Bā Nāja.

45 Y. Lemarchand, Ch. McWatters et L. Pineau-Defois, 2014, p. 29.

46 Lettre de ‘Abd Allāh Bā Nāja, Le Caire, à S. Ḫunjī, Calcutta, 22/07/1338 (11/04/1920), archives privées Bā Nāja.

47 P. Gervais écrit au sujet de ce type de crédit gratuit : « Son importance économique est énorme, et pourtant ses modalités sont réglées hors de la sphère économique », P. Gervais, 2014, p. 139.

48 FO 686-51, British Agency, Djedda, 20/01/1920.

49 J. Teitelbaum, 2001, p. 187-190.

50 Al-Qibla, 15, 5/12/1334 (3/10/1916), p. 2.

51 CADN 2MI3293, « Rapport sur la situation au Hedjaz », Djedda, 16/09/1920.

52 FO 686-27, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 10/01/1921.

53 H. Alangari, 1998, p. 191-200 ; R. Baker, 1979, p. 174.

54 FO 141-814, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 20/02/1920 ; FO 686-26, Jeddah Report, 22/05 au 1/06/1920 ; FO 686-27, Jeddah Report, 1 au 10/01/1921.

55 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 31/08 au 31/09/1922.

56 K. N. Chaudhuri, 1983, p. 838.

57 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 10/03/1922.

58 W. Ochsenwald, 1991.

59 R. Baker, 1979, p. 181-184.

60 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 40-44 et p. 124-126.

61 H. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 3-4, p. 24 et p. 111-117.

62 FO 686-73, Note on the Status of British Subjects in the Hejaz, 14/10/1920.

63 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, p. 2-3 ; mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, archives privées Bin Zaqr.

64 FO 686-12, Ihsanullah, La Mecque, 9/01/1921.

65 IOR-R-15-5-380, D. Hogarth, 1917, p. 80 (version de 1917) ; entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 17/03/2010, Djedda.

66 FO 967-46, Ihsanullah, Djedda, 14/07/1932.

67 FO 195-2286, British Consulate, Djedda, 5/12/1908.

68 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, p. 2-3 ; ibid., 776 ( ?)/03/1924, p. 2.

69 FO 686-28, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 1 au 29/11/1923.

70 FO 686-73, Note on the Status of British Subjects in the Hejaz, 14/10/1920.

71 FO 195-375, British Vice-Consulate, Djedda, 15/11/1856.

72 FO 195-1689, British Consulate, Djedda, 11/02/1890.

73 B. Masters, 1991, p. 581.

74 FO 195-375, British Consulate, Djedda, 15/08/1893.

75 J. Onley, 2004, p. 133 ; Id., 2007, p. 64-65 et p. 93-103.

76 FO 195-2105, British Consulate, Djedda, 16/09/1901.

77 FO 195-2224, British Consulate, Djedda, 25/05/1906.

78 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen, 141, agence consulaire de France, Hodeïda, 15/03/1908.

79 FO 686-73, British Subjects in the Hejaz, s. d., et Note on the Status of British Subjects in the Hejaz, 14/10/1920.

80 CADN Le Caire 131, consulat de France, Djedda, 30/11/1920.

81 CO 323-890, Foreign Office, Londres, 22/06/1922.

82 FO 141-689-17, Foreign Office, Londres, 9/04/1931, et Residency, Le Caire, 22/04/1931.

83 FO 141-766-8, lettre de Wyndham L. Grech au High Commissioner, Alexandrie, 29/06/1931.

84 Ḥ. Naṣīf 1349/1930-1931, p. 144 ; A. Vassiliev, 2000, p. 262.

85 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24, commandant du Diana, Djedda, 1/10/1924.

86 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 119 ; ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 49. Ces notables sollicitèrent aussi l’intervention de l’Agence britannique et la sondèrent sur la possibilité de mettre en place un protectorat sur le Hedjaz : FO 686-29, British Agency, Djedda, 4/10/1924.

87 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 53 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 120.

88 N. Fuccaro, 2009, chapitre iv ; J. Crystal, 1995, p. 41-42.

89 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 132-133.

90 CADN 2MI3293, « Étude sur l’organisation administrative et judiciaire de la ville de Djeddah », n. d. (1917 ?).

91 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 139.

92 Ibid., p. 130.

93 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 142-148.

94 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24 ; H. Philby, 1955, p. 113 ; consulat de France, Djedda, 26/10/1924.

95 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 162-165.

96 FO 686-90, Jeddah Report, 31/10 au 8/11/1924.

97 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 26, consulat de France, Djedda, 11/08/1926.

98 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 25, consulat de France, Djedda, 8/12/1924.

99 A. al-Rīḥānī, 1980, p. 388-389.

100 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 168. Il n’est pas mentionné comme membre de la délégation par al-Ḫaṭīb.

101 H. Philby, 1957, p. 141.

102 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 74-75 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 166-169.

103 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24, consulat de France, Djedda, 28/09/1924.

104 Al-Qibla, 267, 25/03/1919, et 705, 19/07/1923.

105 Sur l’état de l’opinion et sur ‘Abd Allāh ‘Alī Riḍā : H. Philby, 1957, p. 119.

106 A. al-Rīḥānī, 1980, p. 394-396.

107 Barīd al-Ḥijāz, 17, 21/01/1925, p. 4 (‘Awdat kaṯīr min al-muḥājirīn), cité dans D. al-Ḥarbī, 2010, p. 138 ; Barīd al-Ḥijāz, 39, 15/04/1925, p. 3 ; CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 25, consulat de France, Djedda, 7/03/1925.

108 FO 686-91, British Agency, Djedda, 30/04/1925 et 21/05/1925.

109 FO 686-29, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925.

110 FO 686-29, Jeddah Report, 21/07 au 10/08/1925.

111 FO 686-90, Jeddah Report, 31/10 au 8/11/1924.

112 FO 686-92, Jeddah Report, 11/08 au 29/08/1925. Ces propriétés étaient probablement situées le long de l’actuel rue Qābil, dans le prolongement du port.

113 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 120 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 199 et p. 203-207.

114 M. al-Maġribī, 1981, p. 101 ; ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 121-123 ; FO 686-29, Jeddah Report, 28/11 au 31/12/1925 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 211.

115 H. Philby, 1957, p. 119.

116 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 74-75 ; Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 168. Sur Muḥammad Naṣīf : CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 24, Depui, Paris, 28/09/1924.

117 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 57-59 ; Ḥ. Naṣīf 1349/1930-1931, p. 140.

118 Ḥ. Naṣīf, 1349/1930-1931, p. 120-121.

119 H. Philby, 1957, p. 140.

120 Barīd al-Ḥijāz, 42 et 53, cités dans D. al-Ḥarbī, 2010, p. 137.

121 FO 686-90, British Agency, Djedda, 21/09/1924.

122 FO 686-29, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925.

123 Hicāz vilāyet salnāmesi, 1306/1888-1889, p. 148. ‘Alawī est un nom trop courant chez les Saqqāf pour établir ce point.

124 I. Rif‘at Bāšā, 1925, p. 179, qui confond peut-être ‘Umar et Muḥammad al-Saqqāf.

125 D. Hogarth, 1978 (1917), p. 67 ; FO 686-27, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 21/06 au 10/07/1921 ; FO 686-28, Jeddah Report, 21/01 au 10/02/1922 ; CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 13, consulat de France, Djedda, 10/07/1921.

126 FO 686-104, British Agency, Djedda, 6/07/1925.

127 CPC E Levant : Arabie, Hedjaz, 4, Rapport du capitaine Depui sur son voyage à La Mecque (15 au 17/04/1919).

128 FO 686-29, British Agency, Djedda, Jeddah Report, 30/10 au 27/11/1925 ; Naṣīf 1349/1930-1931, p. 206.

129 ‘A. al-Ḫaṭīb, 1951, p. 161-165 ; FO 141-766-8, Wyndham L. Grech au High Commissioner, Alexandrie, 29/06/1931.

130 Umm al-Qurā, 134, 8/01/1346 (8/07/1927).

131 Acte de naissance de ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad Ṣāliḥ Bā Nāja, 13/09/1922, communiqué par Maḥmūd al-Sabbāġ.

132 Lettre de Muḥammad Ṭawīl à ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, Djedda, 26/11/1338 (11/08/1920), communiquée par Maḥmūd al-Sabbāġ.

133 CPC Nouvelle Série Turquie – Politique intérieure : Arabie, Yémen, 130, consulat de France, Djedda, 10/10/1901.

134 Entretien avec Lamiā’Bā ‘Išin, 10/11/2012, Djedda.

135 J. Carter, 1979, p. 48.

136 H. Philby, 1952, p. 82.

137 Mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II et XV, archives privées Bin Zaqr.

138 Wa akrama Allāh bi-bidāyat ḫayr wa baraka [sic] ‘alā ṣarikatinā : mémoires de Sa‘īd Bin Zaqr, II, archives privées Bin Zaqr, p. 4.

139 Umm al-Qurā, 159, 31/12/1927 ; la même annonce avait déjà été publiée dans les numéros des 27/10/1927, 4/11/1927 et 11/11/1927.

140 Entretien avec Aḥmad Muḥammad Bā Junayd, 18/10/2011, Riyad.

Table des illustrations

Légende Photographie 4.1 — Aḥmad ibn ‘Abd al-Raḥmān Bā Nāja, s. d. (années 1930 ?), archives privées Bā Nāja
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540