Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Négoce des Lieux saints

 | 
Philippe Pétriat

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenue à la fin de l’année 2013. Trois années de contrat doctoral au sein de cette université et de l’Institut des mondes africains (IMAF), et une quatrième année financée par une bourse von Humboldt du PRES heSam m’ont permis de travailler dans un cadre idéal. J’ai aussi pu profiter de rencontres avec des chercheurs passionnés dans le cadre de l’École doctorale d’histoire de Paris 1 (ED 113), de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM), du Zentrum Moderner Orient (Berlin).

2Nadine Picaudou a guidé avec enthousiasme et exigence mes premiers pas dans la recherche en histoire. À sa suite, Catherine Mayeur-Jaouen et Pierre Vermeren ont dirigé la recherche dont ce travail est le résultat. Ils ont fait l’effort de se plonger dans un monde parfois éloigné de leurs préoccupations et m’ont incité à faire de la thèse l’occasion de découvrir de nouveaux domaines. Houda Ayoub à l’École normale supérieure et Ghalib al-Hakkak à l’université Paris 1 m’ont appris à aimer l’arabe ; Nicolas Vatin et Olivier Bouquet m’ont fait découvrir l’osmanlı. Éric Vallet et Michel Tuchscherer m’ont attiré dans l’histoire de la péninsule Arabique. Sur place et depuis Berlin, Ulrike Freitag et Abū Bakr Bā Qādir m’ont attaché à Djedda. Il me reste beaucoup à apprendre d’eux.

3À Djedda, des familles de marchands ont accepté qu’un jeune Européen entre dans leur histoire et parfois leur intimité. La confiance et l’amitié de ‘A. et A. Bā Nāja, d’I., A. et L. Bā ‘Išin, de M. al-Saqqāf, de M. Bā ‘Īsā, de S. Bin Zaqr et de F. Bā Junayd ne cessent de me surprendre. Le sultan Ġ. al-Qu’aytī et son épouse, ‘U. Bā Maḥsūn, Z. al-Faḍīl et Ṣ. al-Mālikī ont été de précieux guides dans le monde des marchands et hommes d’affaires de Djedda.

4Le Centre français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS) qui a soutenu constamment mes séjours en Arabie Saoudite, le King Faisal Center (Riyad) où j’ai été accueilli par Yaḥyā Bin Junayd, le consulat de France à Djedda sous la houlette de son consul historien Louis Blin, le Centre des archives diplomatiques de Nantes dont Anne-Sophie Cras fait un lieu de trouvailles continues, les archivistes de l’India Office Record et du Public Record Office à Kew, du Başbakanlık Arşivi à Istanbul, du Centre des archives nationales (Markaz al-waṯā’iq al-waṭaniyya) au Caire, la bibliothèque de la Sorbonne et la BULAC ont favorisé de façon irremplaçable mes recherches sur l’histoire de la péninsule Arabique de 1850 à 1950.

5Mlle devenue Mme C., ma famille, mes amis, Muḥammad al-‘Amūdī et son épouse Amal m’ont accompagné ici et là-bas avec gentillesse et délicatesse. Il me plairait que ces pages leur fassent aimer l’histoire de ceux pour lesquels je me suis absenté.

6Les erreurs contenues dans ce travail sont miennes, je ne demande qu’à les corriger. Quant à ce qui est juste, je serais heureux que les personnes mentionnées sentent combien elles y ont contribué.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540