Version classiqueVersion mobile

Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident

 | 
Michel Kaplan

Le sacré dans le palais franc1

Josiane Barbier

Texte intégral

  • 1 De manière à alléger l’apparat critique, on donnera en note les références minimales nécessaires à (...)
  • 1 Ingelheim : Richer, Historiae, éd. R. Latouche, Paris 1930-1937, 2 vol. (Les classiques de l’histo (...)
  • 2 Voir aussi P. Riché, Les représentations du palais dans les textes littéraires du haut Moyen Âge, (...)
  • 3 Les principales occurrences sont données et commentées par T. Zotz, Palatium et curtis. Aspects de (...)
  • 4 Clovis /Constantin : Grégoire De Tours, Histoire des Francs, éd. H. Omont, G. Collon, nouv. éd. R. (...)
  • 5 La tradition germanique contribuait aussi à sacraliser le palais franc : Riché, p. 169-171.

1« Demeure des anges » (Ingelheim), « Jérusalem » (Aix-la-Chapelle)1, il n’est pas d’épithètes ou d’étymologies littéraires qui n’aient loué la « sacralité » du palais carolingien2 : le sacre royal, signe de l’élection divine, nimbait le Carolingien et son palais, parfois appelé sacrum palatium3, d’une aura vénérable. Mais déjà les Mérovingiens, en qui leurs contemporains reconnaissaient Constantin (Clovis), Melchisédech (Childebert Ier) ou David (Clotaire II)4, avaient reçu de leur orthodoxie religieuse et de la légitimation impériale un charisme qui avait doté leurs palais d’une certaine sacralité5. Les rapprochements établis entre le souverain franc et des figures de rois et prêtres de l’Ancien Testament rappelaient que le roi mérovingien, héritier de l’empereur chrétien, était un élu de Dieu et une image du Christ-roi ; son palais était sacré à raison de la tonalité religieuse qui baignait son pouvoir et qui fut par la suite très intensifiée par les Carolingiens.

  • 6 L’aisance avec laquelle les assassins de Sigebert Ier à Vitry-en-Artois en 575 (Grégoire de Tours, (...)
  • 7 Lettre des évêques de Francie occidentale rédigée par Hincmar de Reims et adressée à Louis le Germ (...)
  • 8 Sur l’asile ecclésiastique, voir par exemple A. Ducloux, Ad ecclesiam confugere. Naissance du droi (...)
  • 9 Hincmar, De ordine palatii, MGH Capit. II, p. 517-530, au c. 16, p. 523.

2Cette « sacralité » était mesurée par le regard que l’on portait sur la demeure royale et sur le comportement que l’on devait avoir au palais et à ses abords. Il n’y a pas trace qu’elle se soit traduite par une interdiction ni une restriction de l’accès du commun au palais6 ; les bâtiments palatiaux eux-mêmes ne paraissent pas avoir été isolés de leur environnement, sinon par une clôture. Mais le palais devait être un havre de paix et d’ordre, refléter sur terre la quiétude de la Cité céleste pour rester sacrum et ne pas devenir sacrilegium7. Cette exigence ecclésiastique carolingienne, assimilée par les souverains, conduisait à une analogie intellectuelle et affective entre l’enclos palatial et la zone d’asile de l’église et de son aître8, sans qu’il y ait eu bien sûr d’identification entre palais et église. Si le palais abritait un être à part, il n’était en rien la demeure d’un dieu : il devait être un miroir de la cour céleste, où, à l’instar du Christ, le Carolingien régnait avec douze grands officiers9.

3Au reste, si la présence d’édifices cultuels - oratoire(s), chapelle(s), église(s), monastère(s) – dans les limites du palais renforçait la « sacralité » de l’enclos palatial tout entier, elle relativisait celle de ses bâtiments « civils », moins « sacrés » que ses constructions religieuses. La présence d’édifices cultuels dans le palais franc nous paraît aller de soi, puisqu’aussi bien le palais impérial de Constantinople, peu ou prou modèle pour les Occidentaux, en était pourvu. Il convient cependant de dépasser l’évidence et de s’interroger sur les fonctions dévolues à ces édifices religieux et sur leur situation topographique dans le palais. Les évolutions saisies peuvent suggérer, entre autres, comment le roi franc se situait entre Dieu et les hommes, expliquer pourquoi des monastères furent introduits dans l’espace palatial carolingien. Ces questions mériteraient une étude plus approfondie que les quelques jalons proposés ici à partir d’exemples empruntés à l’ouest du monde franc, entre Seine et Meuse – là où traditions romaine, mérovingienne et pippinide fusionnèrent et où s’établit le centre politique du regnum. Caractérisons au préalable « le » palais franc et sa topographie.

I. LE PALAIS ET SA TOPOGRAPHIE

Le palais et les palais

  • 10 CTh, VII, 10. 1-2, p. 333 (Ne quis in palatiis maneat, 405-407).
  • 11 F. Staab, Palatium in der Merowingerzeit. Tradition und Entwicklung, dans Die Pfalz. Probleme eine (...)

4Le Code théodosien avait réservé au seul empereur, à l’exclusion de tout agent impérial, l’usage des palatia (palatia nostra)10, ces édifices le plus souvent citadins présents dans tout l’Empire et propres à accueillir l’empereur lors de ses déplacements dans les provinces. En 507/508, l’empereur délégua à Clovis, avec l’autorité et les attributs du princeps, l’usage des palatia et celui du terme palatium pour désigner sa résidence11. Ces bases impériales expliquent que le palatium du haut Moyen Âge occidental ait eu un double visage : le terme désignait la résidence du roi franc en général — avec la notion indissociable de centre de gouvernement ; c’était aussi une épithète et parfois un nom attachés à des bâtiments particuliers, anciennes résidences impériales ou résidences franques traditionnelles. Établis dans une partie du monde romain, les rois francs eurent ainsi des palatia. Chacun d’eux représentait « le » palais et le pouvoir souverain, certains eurent une place éminente, mais aucun ne fut comparable, par son rôle, sa monumentalité et sa situation urbaine, au Grand Palais de l’empereur byzantin à Constantinople.

  • 12 E. Ewig, Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge, rééd. dans E. Ewig, Spätantikes und frän (...)
  • 13 Barbier, p. 255-263 (avec les références utiles).

5Ces palatia étaient concentrés pour l’essentiel entre Seine et Meuse, dans cette région qu’E. Ewig a qualifiée avec bonheur de « province royale », où s’élevaient les principaux sanctuaires royaux12. Les rois du vie siècle ont repris et adapté le modèle impérial et sans doute celui des gouverneurs provinciaux dont ils étaient les héritiers, en centrant leur pouvoir en une cité et en un palais urbain (à Paris, Soissons, Orléans, Reims), autour desquels gravitaient un très petit nombre de palais (par exemple Nogent et Chelles en Parisis, Berny et Compiègne en Soissonnais au vie siècle). L’implantation de la capitale de Clovis à Paris en 507/508 et les partages du regnum Francorum au vie siècle ont dessiné une première carte de palais autour de quelques cités privilégiées comme Paris et Soissons, où les rois édifièrent également des mausolées dynastiques13.

  • 14 Ibid., p. 264-290.
  • 15 Ibid., passim. Voir aussi pour Nogent J. Barbier, Le palais de Nogent et les résidences mérovingie (...)

6À partir du début du viie siècle, cette géographie évolua sans subir de modification majeure, mais le centre du royaume, encore situé en 614 dans la ville de Paris, fut vers 625/626 déplacé par Clotaire II de l’île de la Cité jusqu’à la villa suburbaine de Clichy, auprès de la basilique dédiée à saint Denis, protecteur particulier du roi. La carte des palais tendit dès lors à se différencier pour trois siècles de celle des cités ; plus exactement, échappant à l’attraction urbaine — qui n’est peut-être qu’une construction d’historiens —, la géographie palatiale se développa selon une logique calquée sur les préoccupations politiques et religieuses des souverains. Celles-ci portèrent au premier plan tel ou tel palais — Clichy dans la première moitié du viie siècle, Compiègne à partir des années 650 /680, Quierzy dès les années 710/741, Herstal puis Aix-la-Chapelle à la fin du viiie siècle, pour ne citer que les plus connus14. Certains de ces palais furent des centres politiques et symboliques de premier ordre pendant plusieurs règnes, comme Nogent ou Compiègne sous les Mérovingiens, ou pendant plus d’un siècle, comme Quierzy, Aix-la-Chapelle et Compiègne sous les Carolingiens15. Ces palatia sont bien entendu les mieux documentés.

Topographie théorique

  • 16 F. Bougard. Palais princiers, royaux et impériaux de l’Italie carolingienne et ottonienne. dans Pa (...)
  • 17 D. Perrugot, Le palais mérovingien de Malay (Yonne). Histoire et archéologie, dans Palais royaux, (...)
  • 18 Bougard. p. 195.

7À quelque type qu’elles appartiennent, les sources qui nous renseignent sur la topographie des palais francs occidentaux sont réduites, tout particulièrement en ce qui concerne les résidences mérovingiennes. Si la part de l’héritage romain dans la topographie palatiale a pu être mise en évidence en Italie, sur fond de documents iconographiques et archéologiques16, il n’en va pas de même, sauf exception17, au nord-ouest des Alpes. Quant aux descriptions littéraires, leur nature même suggère les limites de l’usage documenlaire que l’on en peut faire ; au demeurant, il n’est besoin que d’évoquer les utilisations imprudentes de l’expositio vocabulorum palatii, annexée à la Passio s. Thome dès le ive siècle et glosée dans des manuscrits carolingiens aussi bien « français » qu’« italiens »18, pour mesurer à quel point nous sommes démunis pour brosser un portrait-robot du palatium.

  • 19 Sur ce qui suit, voir par exemple Zotz, p. 8-11 (avec les références utiles), ainsi que les recher (...)

8Ses éléments constitutifs sont pourtant reconnus19. À la double fonction politique et résidentielle du palais répondaient d’une part l’aula, salle de réception de type basilical empruntée au vocabulaire architectural de l’Antiquité tardive, d’autre part des pièces d’habitation appelées selon les cas domus, camera, cubiculum. On trouvait enfin dans le palais un ou plusieurs édifices cultuels, oratorium désigné aussi comme capella sous les Carolingiens, ecclesia, basilica, monasterium même. Mise à part la forme architecturale de l’aula, au reste plus supposée que réellement repérée pour l’époque mérovingienne, on ignore tout de la monumentalité, des dispositions et des relations respectives de ces différentes parties du palais avant l’époque carolingienne.

  • 20 Les résultats des travaux considérables menés sur Aix, Francfort et Ingelheim ont été commodément (...)
  • 21 Sur la galerie unissant à Aix l’aula à la basilica, coupée en son milieu par un porche monumental, (...)
  • 22 L’hypothèse de la construction du palais d’Aix dans un carré idéal de 360 pieds carrés, qui avait (...)

9C’est alors que des textes littéraires et diplomatiques, des fouilles archéologiques ménagent des aperçus plus ou moins nets sur l’organisation topographique de palais centraux ou orientaux comme Aix, Francfort et Ingelheim et, dans l’espace considéré, Attigny, Compiègne, Gondreville20. Par-delà la diversité des cas d’espèce, deux traits d’ensemble se dégagent au cours du ixe siècle, qu’on ne saurait cependant généraliser aux palais pour lesquels les témoignages font défaut. D’une part une tendance à distinguer matériellement l’aula et l’oratorium : édifices séparés, éloignement des bâtiments civils et religieux accentué ou compensé par une galerie de liaison21. D’autre part, dans un ou deux palais de Charlemagne (à Aix et à Ingelheim), l’élaboration de plans d’ensemble réguliers, avec des modules de construction auxquels on a voulu attribuer un sens symbolique soulignant la « sacralité » du palais, car les nombres mis en œuvre dans la confection de ces plans revêtaient une signification mystique essentielle dans l’exégèse du temps22.

10En somme, le palais franc, où s’élevèrent dès ses origines documentées un ou plusieurs édifices sacrés, connut, au moins sous les Carolingiens et au moins dans quelques palatia, une organisation topographique qui séparait un pôle civil et un pôle religieux, et que l’on croirait volontiers inspirée de la conception gélasienne des deux pouvoirs, très méditée dans l’Occident carolingien. Pour appréhender le sens de cette évolution topographique carolingienne et lui apporter le cas échéant des nuances, il est nécessaire de sortir d’une description abstraite et de s’attarder sur la place et le rôle du sacré dans la vie au palais.

II. CONTOURS DU SACRÉ AU PALAIS

Hors du palais : sacres et funérailles royales

  • 23 Les rituels mérovingiens d’accession au trône ne sont pas connus dans le détail : Sigebert Ier fut (...)
  • 24 Bautier, respectivement p. 11-14. 51, 35, 38, 49.

11Les rois naissaient et étaient élevés au palais, ils y étaient usuellement couronnés et l’on ne saurait citer par le menu toutes les mentions de couronnements royaux au palais, tels ceux de Louis le Pieux à Aix-la-Chapelle en 813, de Charles le Chauve à Quierzy en 838, ou, bien plus tôt, de Sigebert Ier à Vitry-en-Artois en 57523. Contrairement au rite laïque du couronnement, le sacre royal, cérémonie religieuse introduite en Gaule en 751, se déroulait dans une basilique extérieure au palais, Saint-Médard en 751 (Pépin le Bref). Saint-Denis en 754 (Pépin le Bref, Carloman Ier, Charlemagne), Saint-Remi de Reims en 954 (Lothaire), ou en une cathédrale, celle d’Orléans (Charles le Chauve) en 848, de Metz (Charles le Chauve) en 869, de Reims (Charles le Simple) en 89324. On en concluerait volontiers que le palais, quel que fût son « équipement » religieux, ne pouvait par définition être le lieu du sacre : il fallait que le roi carolingien sorte de son palais pour recevoir le signe de son élection divine en un lieu dénué de toute compromission avec le pouvoir temporel.

  • 25 Dagobert à Saint-Denis: The Fourth Book of the Chronicle of Fredegar with its Continuations, trad. (...)
  • 26 Détail des sépultures royales dans A. Erlande-Brandenburg, Le roi est mort : étude sur les funérai (...)
  • 27 Sur ces basiliques, voir aussi. K.-H. Krüger, Königsgrabkirchen der Franken, Angelsachsen und Lang (...)

12Au soir de sa vie, le roi pouvait abandonner son palais pour se réfugier auprès d’un saint vénéré : ainsi Dagobert Ier en 638/639 et Pépin le Bref en 768 vécurent-ils leurs derniers instants à Saint-Denis près de Paris25. Ce faisant, ils anticipaient leur destinée ultime. Car les souverains francs étaient ensevelis hors du palais, à commencer par Clovis qui avait édifié à Paris un mausolée dédié aux saints Apôtres, à l’imitation du mausolée constantinien de Constantinople26. Ses successeurs voulurent être inhumés ad sanctos dans des basiliques suburbaines qu’ils avaient pu fonder, ou qui étaient célèbres pour les vertus thaumaturgiques de leur patron : Saint-Vincent-et-Sainte-Croix de Paris, Saint-Médard de Soissons, Saint-Denis, Saint-Arnoul de Metz ou Saint-Remi de Reims27. Le détenteur éphémère du pouvoir terrestre rejoignait ainsi ses sujets dans leur quête de protecteurs invisibles, selon une coutume qui soulignait sa fragilité humaine et sa soumission au Roi des rois.

  • 28 Bautier, p. 45, 48, 51.
  • 29 Erlande-Brandenburg, p. 62-64.
  • 30 Voir Bautier et Erlande-Brandenburg aux passages cités, ainsi que A. Dierkens, Autour de la tombe (...)

13La tradition qui voulait que le sacre fût étranger au palais souffrit des exceptions : les sacres de Louis II le Bègue en 877, d’Eudes en 888, de Louis V en 979 prirent place au palais de Compiègne, dans la basilique Sainte-Marie fondée en 875 par Charles le Chauve28. On connaît de même trois exceptions à la règle de l’inhumation hors du palais : Charlemagne fut enterré dans la basilique Sainte-Marie du palais d’Aix en 814, Louis II le Bègue dans la basilique Sainte-Marie du palais de Compiègne en 879, comme Louis V en 98729. Si ces exceptions sont chacune liées à la conjoncture politique30, il n’en demeure pas moins qu’elles ont trouvé place dans des fondations palatines exceptionnelles. Nous y reviendrons.

Vivre et gouverner en roi chrétien au palais...

  • 31 Les sources donnent l’impression que les Mérovingiens n’ont pas, contrairement aux rois carolingie (...)
  • 32 La basilique d’Aix-la-Chapelle avait des fonctions paroissiales (voir développement ci-dessous, p. (...)
  • 33 Voir références en n. 6.
  • 34 Passio I, dans Passiones Leudegarii episcopi et martyris Augustodunensis, éd. B. Krusch, MGH Scrip (...)
  • 35 Chartae latinae antiquiores, t. XIII, France I, éd. H. Atsma, J. Vezin, Dietikon-Zurich 1981, n° 5 (...)
  • 36 Ponthion : Le Liber pontificalis, éd. L. Duchesne, 2e éd., Paris 1955 (BEFAR), p. 447 [cité LP]; C (...)

14Sacre et funérailles mis à part, la vie chrétienne du roi franc avait pour cadre ses palais, d’où le Carolingien sortait parfois lors des principales fêtes liturgiques pour se rendre dans de grands sanctuaires du regnum comme Saint-Denis, Saint-Martin de Tours, Saint-Médard de Soissons31. Le palais franc comprenait nécessairement un lieu de culte où l’on célébrait l’office divin, où le souverain pouvait participer à l’eucharistie et recevoir les autres sacrements. Cette pièce ou cet édifice sont reconnus comme l’oratorium du palais, dont la présence au sein des bâtiments palatiaux n’était pas spécifique à la demeure royale, mais un caractère partagé avec les résidences aristocratiques. Cet « oratoire » pouvait être une église baptismale32 ; il est assez peu attesté, quoique régulièrement, dans les sources contemporaines : la domus de Marlenheim en était pourvue sous Childebert II (575-5 95)33, comme le palais de Nogent sous Thierry III en 675 – on parle à son sujet de sanctuarium dominicum –34, ceux de Luzarches en 67935, de Ponthion en 754, de Compiègne avant 87536.

  • 37 Barbier, p. 277 n. 87, 278 n. 90.
  • 38 Vita Eligii, éd. B. Krusch, dans MGH SRM 4. Hanovre-Leipzig 1902. I. I, c. 6, p. 673.
  • 39 ChLA XIII n° 567 ; voir aussi Barbier, p. 278 n. 90.
  • 40 Pépin le Bref : LP, p. 447 ; Charles le Chauve : Ann. Bert., p. 201-205.

15L’oratoire palatin était par ailleurs indispensable au gouvernement royal. On y déposait en effet un trésor de reliques enrichi au fil des générations par le zèle des souverains : Clovis II et Bathilde (639-665) possédaient par exemple des reliques de saint Denis, saint Éloi et saint Martin37, et l’on connaît l’ardeur de Charlemagne, de Charles le Chauve et de Charles le Simple à collecter ces restes saints. Ces reliques accompagnaient les rois d’un palais à l’autre et devaient assurer la protection du souverain, de sa famille et de ses entreprises. C’est sur ces reliques que l’on prêtait au roi serment d’allégeance ou de vassalité, mais il n’est pas sûr que ces cérémonies avaient lieu dans l’oratoire royal plutôt que dans l’aula regis : on ne sait où, par exemple, saint Éloi jura fidélité à Clotaire II à Rueil entre 613 et 62938. C’est en revanche dans l’oratoire du palais que l’on prêtait, sur les reliques qui y étaient conservées — sur la prestigieuse capa sancti Martini à Luzarches en 679 —, les serments purgatoires prescrits par les différentes phases de la procédure du tribunal palatin39. L’oratoire du palais pouvait enfin accueillir une assemblée d’ecclésiastiques convoquée par le roi, comme celle que Pépin le Bref réunit autour du pape à Ponthion en 754, ou comme, toujours à Ponthion, le synode de 876 où Charles le Chauve fit confirmer son accession à l’empire40.

  • 41 Compiègne en 664 : Bède le Vénérable, Historia ecclesiastica, dans Venerabilis Bae-dae opera histo (...)
  • 42 Sur les conciles mérovingiens, données rassemblées commodément dans O. Pontal, Histoire des concil (...)
  • 43 Conciles de Ver : MGH Capit. I, n° 14, p. 32-37 ; de Compiègne : ibid.. n° 15. p. 37-39 ; de Genti (...)
  • 44 L. Falkenstein, Otto III. und Aachen, Hanovre 1998 (MGH. Studien und Texte 22). p. 12-13 [cité Fal (...)

16La plupart du temps cependant, l’oratoire n’est pas cité expressément et la prudence recommande de ne pas y placer a priori des célébrations liturgiques, des cérémonies religieuses ou des réunions d’évêques localisées de manière imprécise. Qu’en fut-il par exemple des consécrations épiscopales faites en 664 à Compiègne in vico regali, en 684 à Clichy, Clippiaco41 ? des conciles mérovingiens tenus à Clichy en 636 et 654, à Mâlay en 67742 ? pour ne pas parler des conciles de Ver (755) et de Compiègne (757) tenus « au palais », du concile de Gentilly (767) tenu in villa - les prélats francs prirent alors position à propos des images —43, ni des autres conciles carolingiens réunis in palatio ? La prudence est d’autant plus nécessaire que quelques témoignages plus explicites montrent une certaine diversité dans les solutions adoptées. Le palais pouvait être pourvu de plusieurs lieux de culte spécialisés : ainsi celui d’Aix, où les serments judiciaires étaient prêtés in ecclesia sancti Martini, cujus baselica sita est in Aquis palatii, citée en 834 et sans conteste distincte de la basilique Sainte-Marie qui avait succédé à l’oratoire de Pépin le Bref44 ; ou bien des édifices sacrés situés hors du palais remplissaient l’une ou l’autre des fonctions que l’on vient de détailler.

... et dans ses alentours

  • 45 Grégoire de Tours, 1. IV, c. XXXII (46), p. 142-144.
  • 46 Ibid., 1. V, c. 32 (49-50), p. 201-205.

17Dans son Historia Francorum, Grégoire de Tours relate une ténébreuse escroquerie manigancée par un certain Andarcus. Sa victime Ursus fut contrainte de se rendre au palais de Berny - le principal palais soissonnais dans la seconde moitié du vie siècle - pour se justifier devant le roi ; à Berny, Andarcus lui substitua un autre Ursus qui prêta les serments requis par la justice royale ad altarium, à l’autel d’un édifice religieux non nommé et sis apud villam Brinnacum45. On ne peut décider s’il s’agissait de l’oratoire du palais de Berny, d’une église comprise dans les limites du palais ou de l’église de la villa. Les évêques réunis par le roi Chilpéric Ier à Berny en 580 pour juger Grégoire de Tours furent pour leur part regroupés dans une domus, terme ambigu qui peut désigner une église ou une simple demeure laïque mise à la disposition des prélats46.

  • 47 Frédégaire, c. 78, p. 66-67.
  • 48 Barbier, p. 264.

18Le cas de Clichy, premier palais du royaume de Dagobert Ier (623-639), est plus clair : en 637 ou 638, les chefs des Basques et leur dux Aigina vinrent trouver Dagobert Ier au palais de Clichy et jurèrent là, dans l’église de saint Denis, qu’ils seraient fidèles au roi, à ses fils et au royaume des Francs47. Dans la chronique du Pseudo-Frédégaire qui rapporte l’histoire, l’ecclesia domni Dioninsis est sans équivoque la basilique Saint-Denis, dont l’atrium abritait une basilique Sainte-Marie où les évêques du royaume s’étaient réunis en concile en 626/ 62748. Il ne fait aucun doute que la basilique dédiée au martyr parisien, très proche du palais tout en lui étant extérieure (elle s’élevait dans le vicus Catulliacus), jouait à Clichy le rôle tenu ailleurs, en matière de protection royale, de justice et d’assemblées ecclésiastiques, par l’oratoire du palais.

  • 49 ChLA t. XIV : France II, éd. H. Atsma, J. Vezin, Dietikon-Zurich 1982, n° 576 ; La passion de sain (...)
  • 50 J. Barbier, 29. Quierzy, dans Palais médiévaux, p. 85-86, à la p. 85.
  • 51 Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), éd. P. Lauer, Paris 1940-1949 (...)

19Le palais de Valenciennes – un palais hennuyer de moyenne importance - présente une situation un peu différente : si un jugement de Clovis III, encore connu en original, y fut rendu en 692 ou 693, c’est seulement par la Passion de saint Sauve, rédigée à la fin du viiie siècle, que l’on connaît le déroulement d’un autre procès tenu lors d’un champ de mars convoqué par Charles Martel entre 717 et 73749. Le coupable prétendit se disculper par serment dans la basilique Saint-Sauve (anciennement basilique Saint-Martin), sise dans le territoire fiscal de Valenciennes, mais sans doute hors du palais. On rapprochera cette configuration de celle observée un peu plus tard à Quierzy : au printemps 754, le roi Pépin le Bref reçut solennellement le pape Etienne II dans ce palais qui était alors son centre politique. Les prélats du royaume y furent rassemblés autour du pape au monastère de Brétigny, situé dans le territoire de Quierzy mais extérieur au palais, comme en témoigne sa localisation et le toponyme qu’il porte : in Carisiaco villa, Britanniaco monasterio50. Au reste, les témoignages disponibles sur le palais de Corbeny, un palais laonnois de moindre importance, révèlent que le monastère Saint-Marcoul fut établi au début du xe siècle dans l’église Saint-Pierre du fisc, hors du palais, ce qui montre que ce type de situation n’avait rien d’exceptionnel51.

Un modèle insaisissable ?

20Il y aurait eu ainsi presque autant de cas de figure que de palais, et une absence de modèle général du « sacré dans le palais ». En réalité, il faut faire leur place aux contingences topographiques locales (exiguïté de l’enclos palatial par exemple), à l’histoire et au rôle de chaque palais (origine, palais principal ou secondaire, palais d’hiver ou palais de chasse, variations d’un règne à l’autre), pour expliquer la diversité constatée, du palais à simple oratoire au palais pourvu de lieux de culte répartis entre l’intérieur et l’extérieur de son enclos. Le palais n’était pas un isolat, il pouvait être comme le centre d’une nébuleuse sacrée où gravitaient quelques édifices cultuels qui lui étaient liés de manière fonctionnelle. La zone palatiale ainsi définie pouvait correspondre aux limites du terroir – villa (Berny, Compiègne, Valenciennes) ou fisc (Aix, Corbeny) – où était établi le palais, elle était placée dans la juridiction d’exception de l’administration fiscale ; elle pouvait éventuellement s’étendre au-delà des terres du fisc sur un territoire ecclésiastique, comme à Clichy/Saint-Denis au viie siècle.

  • 52 Voir développement ci-dessous p. 37.

21Les fonctions premières des édifices sacrés du palais, quant à elles, qu’elles aient été cumulées par un oratorium, comme à Ponthion, ou réparties entre plusieurs lieux de culte, comme à Aix-la-Chapelle52, étaient clairement définies : permettre au roi et à son entourage de vivre en chrétiens, assurer au souverain franc le soutien tutélaire de Dieu et de ses saints dans son gouvernement, spécialement lors de conciles réunis au palais à la manière impériale et dans l’exercice de la justice, fonction éminente de tout roi chrétien, mais plus encore du roi sacré carolingien.

Infléchissements carolingiens

  • 53 Sur la chapelle carolingienne et ses antécédents mérovingiens : J. Fleckenstein, Die Hofkapelle de (...)
  • 54 Passio, c. 18, p. 299-300.

22De fait, l’avènement de la dynastie carolingienne et le sacre royal eurent plusieurs incidences sur la place du sacré au palais. La sacralisation de la fonction royale et les relations étroites nouées entre Carolingiens et Papauté promurent aux côtés du roi carolingien un conseiller pour les affaires religieuses et ecclésiastiques, qui était aussi le chef des clercs de sa chapelle : l’archichapelain53. Cette valorisation de l’oratoire palatin n’était peut-être que l’aboutissement de la croissance institutionnelle du sanctuarium dominicum, déjà perceptible dans la Passio Ia sancti Leodegarii des années 683-69254, et de l’influence de ses « abbés » à la cour. Elle eut assurément pour conséquence la mise en valeur topographique sinon architecturale de l’oratoire palatin, tout au moins dans les principaux palais, tels Aix et Ingelheim sous Charlemagne.

  • 55 Baptême de Widukind à Attigny : Ann. R. F., p. 70 ; d’Harald à Ingelheim : Ermold, p. 167-179. Au (...)

23La romanisation des usages liturgiques à partir du règne de Pépin le Bref, du chant en particulier, entraîna la création d’un corps de chantres logés au palais, ainsi que l’édification, dans les principales résidences royales au moins, d’un lieu de culte adapté au déploiement des chants liturgiques — spécialement lors des grandes fêtes religieuses (Noël, Pâques, Pentecôte) dont les annalistes soulignent la célébration au palais. Il fallait aussi que les laudes royales, introduites en Gaule par Pépin, pussent y être chantées de manière fastueuse. Tout cela concourut à sa manière à valoriser encore l’oratoire palatin, lequel fut parfois doté du statut d’église baptismale où les enfants royaux pouvaient être baptisés, tout comme des princes païens, le saxon Widukind à Attigny en 785, le danois Harald à Ingelheim en 826 — occasions de grandioses mises en scène à la gloire du souverain franc55.

  • 56 Voir n. 20.

24Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que dans les principaux palais carolingiens comme Aix et Ingelheim, dans d’autres plus obscurs comme Gondreville sous Louis le Pieux56, la capella ou l’oratorium ait été séparé(e) de l’aula et des pièces d’habitation, que cette séparation ait pu avoir valeur de symbole -distinction des deux pouvoirs –, et que chapelle ou oratoire ait pu être – avec l’aula – un lieu de représentation.

25Ces évolutions politiques et institutionnelles carolingiennes ne peuvent cependant pas rendre compte, sans autre analyse, de la fondation d’un monastère de chanoines dans l’enceinte des palais carolingiens d’Aix et de Compiègne, où ce fut le début d’un processus d’« urbanisation sacrée » ; ni a fortiori de la relation étroite qui avait uni le palais mérovingien de Clichy à la basilique Saint-Denis. Il faut dès lors examiner ces palais d’un peu plus près ; ils ont comme point commun d’avoir été chacun à leur tour des palais de référence.

III. BASILIQUES, MONASTÈRES ET PALAIS

Clichy : l’association du palais à une basilique

  • 57 Barbier, p. 264-278.

26Le palais de Clichy, situé à quelque six kilomètres au nord de l’île de la Cité à Paris et tout à côté de la basilique Saint-Denis, sur la route de Rouen, fut un centre politique essentiel sous Clotaire II (584-629) et Dagobert Ier, sinon Clovis II (639-657). Il fut fréquenté par les rois mérovingiens pendant une soixantaine d’années environ (ca 625-ca 684). Exceptionnel par la densité et la qualité des témoignages qui en font état - du moins par rapport aux autres palais mérovingiens –, il l’est aussi par la relation affective que sa localisation exprime entre roi et saint patron, puisque Clotaire II s’installa à Clichy pour se placer sous la protection de saint Denis, son peculiaris patronus d’après ses diplômes encore conservés en originaux57.

  • 58 Voir ci-dessus p. 33.
  • 59 Frédégaire, c. 79, p. 68. Sur la louange perpétuelle et sa diffusion dans les royaumes francs : Kr (...)
  • 60 Erlande-Brandenburg, p. 52.
  • 61 J. Semmler, Saint-Denis : von der bischöflichen Coemeterialbasilika zur königlichen Benediktinerab (...)
  • 62 L’échec de l’introduction de la laus perennis à Saint-Denis est attribué par le Pseudo-Frédégaire (...)

27Sous son fils Dagobert Ier, fervent dévot de saint Denis, la basilique du martyr parisien cumula une partie au moins des fonctions ailleurs dévolues à l’oratoire ou aux églises de la « zone palatiale » (protection du roi, prestation de serments, réunion de conciles)58. Voulant sans doute renforcer la protection du saint sur son palais et son gouvernement, Dagobert instaura aussi à Saint-Denis la louange perpétuelle, prière incessante pour le roi et le royaume reprise des usages byzantins et déjà introduite en Occident, à Saint-Maurice d’Agaune et à Saint-Marcel de Chalon59. Il fut d’ailleurs inhumé à Saint-Denis, contrairement à ses premières dispositions selon lesquelles il avait choisi Saint-Vincent-et-Saint-Germain de Paris60. La basilique semble presque être devenue une annexe sacrée du palais de Clichy – y compris comme mausolée royal –, mais son statut juridique conduit à nuancer le propos : elle était indépendante du roi qui n’était au fond que le premier de ses bienfaiteurs. Saint-Denis s’élevait en effet dans un vicus extérieur au fisc ; elle était sous l’autorité de l’évêque de Paris61, qui ne fut peut-être pas entièrement étranger à l’échec de la réforme liturgique de Dagobert62.

  • 63 Voir développement ci-dessous p. 38-39.

28De l’association, nouvelle dans les régions considérées, entre le palais de Clichy et la basilique Saint-Denis, il faut retenir la répartition des fonctions sacrées et profanes, ordinairement dévolues au palais et à l’aire palatiale, en deux pôles, l’un profane (le palais), l’autre sacré (la basilique). Cette polarisation anticipait en quelque sorte les réalisations carolingiennes (polarisation aula /capella), comme l’instauration de la laus perennis à Saint-Denis préfigurait l’une des tâches demandées aux monastères palatins des ixe/xe siècles63. Mais à Clichy/Saint-Denis, il y avait juxtaposition de la basilique et du palais et non symbiose de ces éléments, comme dans le palais carolingien : les fonctions sacrées du palais étaient « extériorisées » et comme « absorbées » par une basilique particulièrement vénérable et qui lui était étrangère. De ce fait, le palais de Clichy paraît être pour ainsi dire dans la dépendance de la basilique Saint-Denis, presque son annexe laïque.

Après Clichy : l’importance de l’oratoire royal

  • 64 Barbier, p. 276-277.

29L’expérience prit fin avec Dagobert. Son fils Clovis II, avec son épouse Bathilde, puis leur fils Clotaire III (657-673) instaurèrent la louange perpétuelle dans les seniores basilicae du royaume, confiées à des communautés régulières et dotées d’une autonomie spirituelle et temporelle. Les saints du royaume furent désormais constamment sollicités en plusieurs monastères du regnum, à Saint-Denis, Saint-Médard de Soissons, Saint-Germain d’Auxerre, Saint-Pierre-le-Vif à Sens, Saint-Aignan d’Orléans, Saint-Martin de Tours. Cela eut en quelque sorte pour effet de couvrir le royaume d’une protection sacrée64.

  • 65 Références en n. 37.
  • 66 Références en n. 39.

30Dès lors, il fut d’autant moins nécessaire aux souverains d’installer leurs palais près d’une basilique que la pratique nouvelle de fragmentation des corps saints compléta le lot de reliques de l’oratoire royal (un bras de saint Denis et le crâne de saint Éloi à côté de la capa de saint Martin)65, garantissant au roi la présence efficace de ses protecteurs dans son palais. Les fonctions sacrées du palais mérovingien se concentrèrent désormais dans l’oratoire, qui commence d’être cité dans les sources contemporaines, en particulier à l’occasion des jugements du tribunal royal66. Laus perennis extérieure au palais, importance croissante de l’oratoire du palais : voilà une configuration qui annonce celle des palais des premiers Carolingiens avec leur chapelle, avant les modifications apportées à ce modèle par le palais de Charlemagne à Aix-la-Chapelle.

Aix-la-Chapelle : l’intégration du monastère et de la laus perennis au palais

  • 67 Voir la bibliographie donnée par Falkenstein, Otto III., ainsi que celle rassemblée dans les trava (...)
  • 68 Falkenstein, p. 234-236.
  • 69 Ibid., p. 255.

31On ne saurait ici ne serait-ce que résumer les multiples contributions auxquelles le prestigieux palais de Charlemagne (768-814) a donné lieu67. Bornons-nous à rappeler sommairement les principaux caractères du palais d’Aix : la villa d’Aix. fréquentée par Pépin le Bref en 765, fut transformée par Charlemagne, à partir de 794, en « résidence d’hiver permanente » et « siège de son gouvernement »68. Charlemagne y fit élever un important ensemble monumental restitué par les fouilles archéologiques, dont la basilica, somptueusement décorée et conservée de nos jours, fut établie de manière originale « sur un plan central formant un octogone à l’intérieur et, par duplication de l’octogone, offrant seize côtés à l’extérieur69 ».

  • 70 Ibid., p. 237. 255-256. 253.
  • 71 Falkenstein. Otto III., p. 12-13.
  • 72 Falkenstein. p. 267-268.
  • 73 Falkenstein. Otto III., p. 13-14.
  • 74 Falkenstein. p. 279-281.

32Cette basilique octogonale dédiée à sainte Marie avait remplacé une petite église basilicale dont les restes ont été retrouvés dans ses fondations. Elle était à la fois l’église paroissiale d’Aix et le siège d’un chapitre de douze chanoines auxquels Charlemagne confia la garde de reliques importantes et le soin de la prière perpétuelle pour lui, sa famille et la stabilité du royaume70. La basilique n’était pas le seul édifice religieux du palais : on y trouvait en 834 une église dédiée à saint Martin où l’on prêtait les serments judiciaires, et sans doute quelques oratoires privés71. Dans le district d’Aix, au mont Lousberg, Louis le Pieux (814-840) et l’impératrice Ermengarde († 818) firent édifier une église cimétériale pour le palais, qui fut refondée par Louis le Germanique en 87072. Selon les Annales Vedastini, il y avait aussi des monasteria à Aix ou dans son district à la fin du ixe siècle, mais le témoignage prête à discussion73 : c’est sous Otlon III († 1003) que trois nouveaux monastères furent implantés à Aix, en dehors du palais, contribuant ainsi à développer une « urbanisation sacrée74 » autour du palais, dans la villa.

  • 75 Voir par exemple G. Cantino-Wataghin, Les édifices à rotonde de l’Antiquité tardive : quelques rem (...)
  • 76 Falkenstein. p. 259.
  • 77 Ibid., p. 257-259.

33La forme architecturale de la basilique d’Aix (plan centré, élévation à deux niveaux) a donné lieu à nombre de commentaires, tant en ce qui concerne ses origines (romaines ? byzantines ?) et les ambitions impériales et religieuses qu’elle révèle, que sa signification. Les constructions circulaires, associées depuis l’Antiquité à la fonction funéraire puis baptismale, à la Résurrection, à la Vierge et aux Apôtres, prirent à l’époque carolingienne et spécialement à Aix un sens complexe et recherché : espace reliquaire, symbole mariai, symbole de la Résurrection75. De fait, l’église du palais se présentait comme un reliquaire monumental, puisque l’autel du rez-de-chaussée, dédié à la Vierge, renfermait les principales reliques du palais76. C’est là qu’officiait le collège de chanoines, gardiens des reliques, chantres perpétuels de la louange divine. L’étage avec son autel dédié au Sauveur et ses fonts baptismaux tenait lieu quant à lui d’église paroissiale ; c’est là que fut installé le trône royal, à une place d’où le souverain pouvait suivre aussi les offices canoniaux du rez-de-chaussée77.

  • 78 Références en n. 44.
  • 79 Falkenstein, p. 262.

34La basilique Sainte-Marie d’Aix rassemblait presque toutes les fonctions -sauf la justice (mais celle-ci restait présente au palais dans l’église Saint-Martin78) - réparties ailleurs entre l’oratoire du palais, des églises de la villa palatine et des monastères étrangers au palais, notamment les grands sanctuaires du royaume : garde des reliques, célébrations eucharistiques et baptismales, accueil des conciles dans l’une de ses deux annexes basilicales79, laus perennis. L’intégration de la laus perennis au palais - louange qui doublait celle des autres sanctuaires du royaume — fut facilitée techniquement par la souplesse de la règle canoniale. Mais Aix fut semble-t-il le premier palais où cette facilité ait été exploitée, ce qui renforce l’impression d’un programme très cohérent. Celui-ci avait apparemment pour but de réunir et de stabiliser dans un palais privilégié des fonctions sacrées autrement éparpillées entre palais et monastères, de faire du palais d’Aix un centre politique fixe à l’instar du palais de Constantinople.

  • 80 Voir sur ce point le préambule du diplôme de dotation de la basilique Sainte-Marie de Compiègne du (...)
  • 81 Ce type d’édifice à plan centré est exceptionnel dans les palais carolingiens et semble lié à une (...)

35En somme, les prétentions impériales du souverain carolingien, qui s’exprimaient de manière grandiose dans l’architecture de la basilique et dans la dédicace royale à la Vierge80, protectrice du Grand Palais de Constantinople, se lisaient aussi dans la complexité des fonctions qui étaient assignées à la basilique et qu’aucun palais franc contemporain ne cumulait de cette manière. Désormais, l’association, au sein d’un palais, d’une basilique à plan centré dédiée à la Vierge avec un monastère de chanoines voués à la louange perpétuelle, manifesterait les ambitions hégémoniques d’un souverain81, et d’abord de Charles le Chauve à Compiègne dans le dernier tiers du ixe siècle.

Compiègne : de l’imitatio Karoli à Carlopolis

  • 82 Références dans Barbier, Petitjean. p. 37, 40.
  • 83 Tessier n° 425.
  • 84 Sur le sens de ce chiffre, évoquant le temple d’Ezéchiel et la perfection virginale de Marie, Iogn (...)

36Jusqu’à la construction dans le palais de Compiègne d’une basilique Sainte-Marie, dont on pense de manière argumentée qu’elle reproduisait le plan octogonal de la « chapelle » d’Aix82. le bâtiment aixois et ses fonctions demeurèrent sans équivalent dans le monde carolingien. L’histoire de la basilique compiégnoise – depuis longtemps disparue – est bien connue, car Charles le Chauve lui accorda le jour de sa dédicace, le 5 mai 877, un diplôme bullé d’or où il expliquait très clairement les circonstances et les raisons de sa fondation83. Faute d’avoir réussi à conserver Aix-la-Chapelle en 870, alors même qu’il songeait à accéder à l’empire et qu’il y réussissait le 25 décembre 875, Charles le Chauve s’était résigné à fonder dans son palais de Compiègne un monastère de cent clercs84 dédié à la Vierge et voué à la prière perpétuelle pour l’Église, l’empereur, ses ancêtres et sa famille, et la stabilité du royaume.

  • 85 Ann. Bert., p. 212.
  • 86 Église paroissiale Saint-Germain de Compiègne : Falkenstein, p. 75.

37Les fonctions liturgiques et de reliquaire assignées à la basilique de Compiègne étaient comparables à celles d’Aix et, comme à Aix, la basilique de Compiègne remplaça l’oratoire palatin antérieur85. On ignore toutefois ce qu’il en fut des fonctions paroissiales, à l’origine dévolues à l’église Saint-Germain de la villa86, de l’accueil des synodes et de la prestation des serments judiciaires, pour lesquels on ne dispose d’aucune précision, sinon leur localisation dans le palais.

  • 87 Barbier, Petitjean, p. 37.
  • 88 Barbier, p. 296, n. 138.
  • 89 Ibid., p. 295 et n. 136.

38Si, dans l’ensemble, les fonctions sacrées au palais de Compiègne ressemblaient beaucoup à celles du palais d’Aix, la forte inflation du nombre des chanoines du monastère par rapport à Aix eut des conséquences nouvelles sur les installations palatiales. Il faut en effet envisager la création d’un véritable « quartier canonial » dans le palais de Compiègne, transformant de manière remarquable la physionomie de l’ancien palais en le divisant en deux parties, laïque et sacrée, et cela de manière d’autant plus sensible que la basilique et l’aula semblent avoir été très proches l’une de l’autre87. Cette transformation conférait au palais de Compiègne une certaine similitude visuelle avec les cités contemporaines, ce que la fortification entreprise à la fin du règne de Charles le Chauve allait renforcer88. Le palais d’Aix avait été appelé Jérusalem par Alcuin : celui de Compiègne reçut de Charles le Chauve le nom caractéristique de Carlopolis89, manifeste politique, mais aussi conviction que l’intégration du monastère dans son palais en avait fait une ville royale et sacrée en miniature. Peut-être est-ce l’une des raisons qui expliquent, au-delà des contingences politiques, que des sacres royaux prirent exceptionnellement place dans la basilique, à commencer par celui de Louis II le Bègue en 877.

Après Carlopolis : l’urbanisation sacrée au palais de Compiègne sous Charles le Simple

  • 90 Ibid., p. 295, n. 137.
  • 91 Lauer, n° 90.
  • 92 Ibid.. n° 80.
  • 93 Ibid., n° 95.
  • 94 Ibid., n° 109.

39Le petit-fils de Charles le Chauve, Charles le Simple (893-922), développa encore la place du sacré dans le palais de Compiègne90 , auquel il conservait un rôle d’autant plus éminent qu’il ambitionnait d’imiter les réussites de son grand-père. Avant 917, il restaura deux fois le monastère Sainte-Marie et Saint-Corneille, qui avait été par deux fois ravagé par le feu91. En 915, il fonda avec son épouse Frérone, dans le palais et sans doute juste en contrebas de l’aula, une chapelle cimétériale dédiée au pape saint Clément et entourée d’atriola destinés à la sépulture des pauvres et des voyageurs92. En 918, il paracheva et modifia cette fondation par la soumission de la chapelle au monastère Sainte-Marie et Saint-Corneille, et la charge supplémentaire d’y assurer la prière perpétuelle pour lui, la reine défunte, le frère de la reine et son fidèle Haganon93. En 921, il soumit au monastère Sainte-Marie et Saint-Corneille une chapelle dédiée à sainte Vaubourg, qu’il avait fondée avec son ministérial Hadegerus et qui était accolée au monastère94.

  • 95 Ibid., n° 75. Voir aussi le n° 96, acte par lequel le roi agrandit la parcelle concédée à Saint-Cl (...)
  • 96 Sur la localisation probable de l’aula, Barbier, Petitjean, p. 37.

40Toutes ces transformations rognèrent sur les terres laïques du palais, dont le roi avait aussi amputé le breuil pour agrandir la clôture des chanoines de Saint-Corneille95. Charles le Simple amplifia ainsi le processus d’« urbanisation sacrée » entrepris par Charles le Chauve, au point que l’aula fut pour ainsi dire environnée par des bâtiments religieux96, tous juridiquement dépendants de la basilique fondée par son grand-père. Le palais laïque se transformait en une véritable cité sacrée, protégée par la Vierge, deux papes martyrs et une sainte orientale réputée contre les Normands.

41Au moment où il menait ces opérations, le roi ne contrôlait plus la plupart des grands sanctuaires du royaume, comme Saint-Denis, Saint-Germain des Prés. Saint-Martin de Tours, Saint-Germain d’Auxerre, passés aux mains des Robertiens ou d’autres princes. Si ces sanctuaires priaient encore pour le roi, leur prière était surtout destinée à capter la bienveillance des saints au profit des princes et de leur famille. C’est pourquoi, semble-t-il, Charles le Simple renforça la laus perennis dans son palais principal, pour lui et ses familiers. La dimension personnelle et dynastique de la prière avait toujours été présente dans la fondation palatine de Compiègne, comme dans celle d’Aix – elle expliquait dans une certaine mesure que les basiliques d’Aix et de Compiègne aient pu à l’occasion servir à la sépulture d’un souverain ; elle prit à Compiègne avec Charles le Simple un tour beaucoup plus net. De ce point de vue, le renforcement du sacré dans le palais de Compiègne fut de son temps parfaitement ambigu : il trouvait ses origines dans les ambitions universelles de Charles le Chauve, il se justifiait par le rêve de Charles le Simple d’approcher la gloire de son grand-père, et finalement il concrétisait rétrécissement territorial et politique des horizons royaux au début du xe siècle.

Conclusion

  • 97 Attigny, centre secondaire du royaume de Charles le Simple à partir de 911 (Barbier, p. 295-296, n (...)

42L’arbre ne doit pas cacher la forêt : les palais qui n’avaient pas été choisis comme centres politiques et dynastiques par les rois97 conservaient leur « physionomie sacrée » traditionnelle. Certes, les profondes transformations politiques du temps de Charles le Simple et de ses successeurs (Robert Ier, Raoul, Louis IV, 922-954) changèrent la géographie des palais carolingiens occidentaux – plusieurs furent abandonnés (Attigny, Corbeny, Ponthion...) – et conduisirent les rois à renouer avec la résidence urbaine – on connaît la fortune de Laon et de Reims sous Louis IV et Lothaire (936-986). Mais ces changements n’affectèrent pas, pour autant qu’on le sache, « le sacré dans le palais franc » tel qu’on l’a défini ici.

  • 98 Frédégaire, c. 1, p. 4.
  • 99 Références en n. 4.

43Celui-ci. à partir d’un schéma hérité de l’empire chrétien, évolua selon la manière dont le souverain franc concevait sa place entre Dieu et les hommes. Ainsi le roi mérovingien, quelles qu’aient été sa piété et sa vocation à diriger le peuple chrétien, restait extérieur au monde des clercs ; par son comportement il pouvait sembler un sacerdos parmi les sacerdotes (le roi Gontran)98, être semblable à David par son humilité à l’égard des avis épiscopaux (Clotaire Π)99 , il ne prétendait pas diriger les affaires de l’Église comme le fit le Carolingien sacré, au premier chef Charlemagne.

44Ces conceptions différentes se reflètent dans l’agencement du sacré au sein des palais francs : la séparation des pouvoirs et la soumission de la potestas royale mérovingienne à l’auctoritas religieuse trouvèrent leur expression la plus achevée dans le couple Clichy/Saint-Denis au viie siècle ; l’influence que les Carolingiens - spécialement Charlemagne - voulurent avoir dans les affaires sacrées se manifesta par la mise en valeur de la chapelle dans le palais et par l’urbanisation sacrée développée dans quelques palais privilégiés (Aix-la-Chapelle, Compiègne, sinon Francfort) à partir du début du ixe siècle.

45Ces palais font figure de « capitales » des royaumes carolingiens dans la seconde moitié du ixe siècle (Francie occidentale, Francie médiane /Lotharingie, Francie orientale). Ils se distinguent des autres palais par l’importance politique et symbolique qu’ils ont acquise, par l’extension fonctionnelle et topographique du sacré en leurs murs : la place réservée au sacré dans le palais carolingien tardif est le meilleur indice qui soit de son rôle politique.

Notes

1 Ingelheim : Richer, Historiae, éd. R. Latouche, Paris 1930-1937, 2 vol. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge 12 et 17), 1. II, c. 69, t. I, p. 240 ; Aix-la-Chapelle : Alcuin, Alcuini epistolae, éd. E. Dümmler, MGH Epistolae IV, Berlin 1895, n° 45, p. 235.

2 Voir aussi P. Riché, Les représentations du palais dans les textes littéraires du haut Moyen Âge, Francia 4, 1976, p. 161-171 [cité Riché].

3 Les principales occurrences sont données et commentées par T. Zotz, Palatium et curtis. Aspects de la terminologie palatiale au Moyen Âge, dans Palais royaux et princiers au Moyen Âge, sous la dir. d’A. Renoux, Le Mans 1996. p. 7-15. à la p. 9 [cités respectivement Zotz et Palais royaux].

4 Clovis /Constantin : Grégoire De Tours, Histoire des Francs, éd. H. Omont, G. Collon, nouv. éd. R. Poupardin, Paris 1913 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire), 1. II, c. XXII (31), p. 63 [cité Grégoire de Tours] ; Childebert Ier/Melchisédech : poème de Fortunat, cité et commenté en dernier lieu par I. Wood, The Merovingian Kingdoms. 450-751, 4e éd., Harlow 1997, p. 67 ; Clotaire II/David : adresse des évêques au roi lors du concile dit de Clichy (626/627), voir J. Barbier, Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le nord-ouest du regnum, Bibliothèque de l’École des Chartes 148, 1990. p. 245-299, aux p. 265-267 [cité Barbier].

5 La tradition germanique contribuait aussi à sacraliser le palais franc : Riché, p. 169-171.

6 L’aisance avec laquelle les assassins de Sigebert Ier à Vitry-en-Artois en 575 (Grégoire de Tours, 1. IV, c. XXXVI [51], p. 148), de Chilpéric Ier à Chelles en 584 (ibid., 1. VI, c. XXXIII [46], p. 248) et de Childebert II à Marlenheim en 590 (l’entreprise échoua, mais le meurtrier s’était avancé jusque dans l’oratoire : ibid., 1. X, c. XVIII, p. 441) réussirent à approcher le roi suggère une certaine facilité d’accès au palais, outre les probables complicités dont ils bénéficiaient ; l’aménagement de cimetières pour les pauvres et les voyageurs dans le palais de Compiègne en 915-918, par exemple, va dans le même sens (voir ci-dessous p. 40).

7 Lettre des évêques de Francie occidentale rédigée par Hincmar de Reims et adressée à Louis le Germanique en 858, MGH Capitularia regum Francorum, éd. A. Boretius et V. Krause, II, Hanovre 1897, n° 297, p. 431 [cité MGH Capit.] ; passage commenté en dernier lieu dans Zotz, p. 7. Voir aussi, sur la paix au palais et à ses abords, le capitulaire de Louis le Pieux sur la discipline au palais d’Aix (ca 820 ?), ibid. I, Hanovre 1883, n° 146, p. 297-298, le capitulaire de Carloman II pris au palais de Ver en 884, ibid. II, n° 287, p. 371-375, et les textes littéraires cités et commentés par Riché, passim.

8 Sur l’asile ecclésiastique, voir par exemple A. Ducloux, Ad ecclesiam confugere. Naissance du droit d’asile dans les églises (ive- milieu du ve s.), Paris 1994, et, dans une chronologie plus large, B. Rosenwein, Negociating Space. Power, Restraint, and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe, Ithaca 1999.

9 Hincmar, De ordine palatii, MGH Capit. II, p. 517-530, au c. 16, p. 523.

10 CTh, VII, 10. 1-2, p. 333 (Ne quis in palatiis maneat, 405-407).

11 F. Staab, Palatium in der Merowingerzeit. Tradition und Entwicklung, dans Die Pfalz. Probleme einer Begriffsgeschichte vom Kaiserpalast auf dem Palatin bis zum heutigen Regierungsbezirk, éd. F. Staab, Spire 1990, p. 49-67. Voir aussi Zotz, p. 8.

12 E. Ewig, Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge, rééd. dans E. Ewig, Spätantikes und fränkisches Gallien. Gesammelte Schriften (1952-1973), éd. H. Atsma, t. I, Munich 1976, p. 362-408, à la p. 407.

13 Barbier, p. 255-263 (avec les références utiles).

14 Ibid., p. 264-290.

15 Ibid., passim. Voir aussi pour Nogent J. Barbier, Le palais de Nogent et les résidences mérovingiennes de l’est parisien, dans Vincennes aux origines de l’Etat moderne, éd. J. Chapelot, E. Lalou, Paris 1996, p. 1-12, aux p. 7-9.

16 F. Bougard. Palais princiers, royaux et impériaux de l’Italie carolingienne et ottonienne. dans Palais royaux, p. 181-196, aux p. 188-190 [cité Bougard].

17 D. Perrugot, Le palais mérovingien de Malay (Yonne). Histoire et archéologie, dans Palais royaux, p. 147-156.

18 Bougard. p. 195.

19 Sur ce qui suit, voir par exemple Zotz, p. 8-11 (avec les références utiles), ainsi que les recherches allemandes récentes sur les palais d’après la bibliographie donnée par Id., Bilan des recherches menées récemment en Allemagne sur les palais royaux. Bibliographie : 1990-1996. dans Palais royaux, p. 169-171 [cité Zotz. Bilan], les recherches italiennes résumées dans Bougard, passim, et les recherches dans le domaine « français » résumées dans J. Barbier. Le haut Moyen Age (ve-ixe siècles), dans Palais médiévaux (France-Belgique). 25 ans d’archéologie, sous la dir. d’A. Renoux, Le Mans 1994 (Publications de l’Université du Maine), p. 9 [cité Palais médiévaux].

20 Les résultats des travaux considérables menés sur Aix, Francfort et Ingelheim ont été commodément rassemblés par G. Streich, Burg und Kirche während des deutschen Mittelalters. Untersuchungen zur Sakraltopographie von Pfalzen, Burgen und Herrensitzen. Teil I. Pfalz-und Burgkapellen bis zur staufischen Zeit, Sigmaringen 1984 (Vorträge und Forschungen 29-1) [cité Streich], à compléter par la bibliographie et les commentaires de L. Falkenstein (Charlemagne et Aix-la-Chapelle, dans Le souverain à Byzance et en Occident du viiie au xe siècle, éd. A. Dierkens, J.-M. Sansterre. Bruxelles 1991 [ = Byz. 61-1, 1991], p. 231-289 [cités respectivement Falkenstein et Le souverain]) et par la bibliographie de Zotz, Bilan. Sur Attigny : J. Barbier, E. Robert, 5. Attigny, dans Palais médiévaux. p. 25-27 ; sur Compiègne : J. Barbier, M. Petitjean, 10. Compiègne, dans Palais médiévaux, p. 37-40 [cité Barbier, Petitjean] et M. Petitjean, Fouilles sur le site palatial carolingien de Compiègne dans l’Oise, dans Palais royaux, p. 157-165 ; sur Gondreville, la lettre de Frothaire, évêque de Toul, adressée à l’archichapelain Hilduin à la fin de 828 ou au début de 829 rappelle que cum in palatio Gundunvile domnus imperator hoc anno staret [...] iuxit ut in fronte ipsius palatii solarii opus construerem de co in capellam veniretur (La correspondance d’un évêque carolingien. Frothaire de Toul [ca 813-847], avec les lettres de Theuthilde, abbesse de Remiremont. Séminaire de latin médiéval de M. Parisse. Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Paris 1998 [Textes et documents d’histoire médiévale 2]. n° 11, p. 110-114, à la p. 112).

21 Sur la galerie unissant à Aix l’aula à la basilica, coupée en son milieu par un porche monumental, commentaire dans Falkenstein, p. 248-249 ; sur la possible galerie à étage (solarium) unissant le palalium, c’est-à-dire l’aula, à la chapelle à Gondreville, voir n. précédente. — La situation respective de l’aula et du bâtiment religieux varie suivant les palais, tout en obéissant dans certains cas à une volonté d’organisation géométrique : parallélisme à Aix et peut-être à Ingelheim dans un premier état (puis situation perpendiculaire) ; alignement à Francfort et sans doute à Compiègne.

22 L’hypothèse de la construction du palais d’Aix dans un carré idéal de 360 pieds carrés, qui avait été avancée par L. Hugot en 1965, est discutée et rejetée par Falkenstein, p. 240. n. 31. — Si le palais d’Aix n’était pas inscrit dans un carré (symbole du monde), le nombre huit donné par l’octogone de la basilique palatine évoquait pour sa part la Vierge et la Résurrection (H. Meyer, R. Suntrup, Lexikon der mittelalterlichen Zahlenbedeutung, Munich 1987, s. v.), et le nombre cent — celui des colonnes du palais d’Ingelheim d’après le poète Ermold le Noir (Ermold le Noir. Poème sur Louis le Pieux, dans Id., Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, éd. et trad. E. Faral, Paris 1964 [Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge], p. 157 [cité Ermold]) — fondait les dimensions idéales du temple d’Ezéchiel (D. Iogna-Prat, Le culte de la Vierge sous le règne de Charles le Chauve, dans Marie. Le culte de la Vierge dans la société médiévale, études réunies par D. Iogna-Prat. É. Palazzo, D. Russo, Paris 1996. p. 65-98, à la p. 69 (cité Iogna-Prat]).

23 Les rituels mérovingiens d’accession au trône ne sont pas connus dans le détail : Sigebert Ier fut assassiné à Vitry-en-Artois en 575 alors que les Francs du royaume de son frère l’élevaient sur le pavois (références en n. 6). Détail des sacres et couronnements carolingiens : R.-H. Bautier, Sacres et couronnements sous les Carolingiens et les Premiers Capétiens. Recherches sur la genèse du sacre royal français, Annuaire - Bulletin de la Société de l’histoire de France 1987-1988, Paris 1989, p. 7-56 ( = Recherches sur l’histoire de la France médiévale. Des Mérovingiens aux premiers Capétiens, Aldershot 1991, II) [cité Bautier] : respectivement p. 28 et 33.

24 Bautier, respectivement p. 11-14. 51, 35, 38, 49.

25 Dagobert à Saint-Denis: The Fourth Book of the Chronicle of Fredegar with its Continuations, trad. et introd. J.-M. Wallace-Hadrill, Londres 1960, c. 79, p. 67 [cité Frédégaire] ; Pépin à Saint-Denis : ibid., continuations, c. 53. p. 120-121.

26 Détail des sépultures royales dans A. Erlande-Brandenburg, Le roi est mort : étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu’à la fin du xiiie siècle, Genève 1975 (Bibliothèque de la Société française d’archéologie 7), p. 49-69 [cité Erlande-Brandenburg]. Sur le mausolée de Clovis : P. Périn, La tombe de Clovis, dans Media in Francia : recueil des mélanges offerts à Karl-Ferdinand Werner à l’occasion de son 65e anniversaire..., Maulévrier 1989, p. 364-378.

27 Sur ces basiliques, voir aussi. K.-H. Krüger, Königsgrabkirchen der Franken, Angelsachsen und Langobarden bis zum Mitte des 8. Jahrhunderts : ein historischer Katalog, Munich 1971 (Münstersche Mittelalterschriften 4), p. 461-463, 469-485 [cité Krüger].

28 Bautier, p. 45, 48, 51.

29 Erlande-Brandenburg, p. 62-64.

30 Voir Bautier et Erlande-Brandenburg aux passages cités, ainsi que A. Dierkens, Autour de la tombe de Charlemagne. Considérations sur les sépultures et les funérailles des souverains carolingiens et des membres de leur famille, dans Le souverain, p. 156-180, aux p. 160-165, pour les circonstances de l’inhumation de Charlemagne à Aix.

31 Les sources donnent l’impression que les Mérovingiens n’ont pas, contrairement aux rois carolingiens, célébré avec faste les grandes fêtes de l’année liturgique. C’est sans doute une illusion due à la différence de nature entre les sources utilisées pour les Carolingiens, notamment les annales qui tirent leur origine et leur trame des tables pascales, et les sources disponibles sur les déplacements des Mérovingiens, souvent diplomatiques, qui ne permettent pas de savoir où et comment les Mérovingiens célébraient l’année liturgique.

32 La basilique d’Aix-la-Chapelle avait des fonctions paroissiales (voir développement ci-dessous, p. 37), mais ce n’était pas toujours le cas des oratoires palatins. On sait par exemple que le roi Gontran, qui séjournait en 591 au palais de Rueil, fit baptiser son neveu Clotaire II dans le vicus voisin de Nanterre, faute sans doute d’un équipement adapté à Rueil même (Grégoire de Tours, 1. X, c. XXVIII, p. 453).

33 Voir références en n. 6.

34 Passio I, dans Passiones Leudegarii episcopi et martyris Augustodunensis, éd. B. Krusch, MGH Scriptores rerum merowingicarum 5, Hanovre-Leipzig 1910, p. 282-322, c. 18, p. 299-300 [cités respectivement Passio et MGH S RM],

35 Chartae latinae antiquiores, t. XIII, France I, éd. H. Atsma, J. Vezin, Dietikon-Zurich 1981, n° 567 [cité ChLA XIII].

36 Ponthion : Le Liber pontificalis, éd. L. Duchesne, 2e éd., Paris 1955 (BEFAR), p. 447 [cité LP]; Compiègne : Annales Bertiniani, éd. F. Grat, J. Vielliard, S. Clemencet, avec une introduction et des notes par L. Levillain, Paris 1964 (Société de l’histoire de France), p. 212 [cité Ann. Bert.].

37 Barbier, p. 277 n. 87, 278 n. 90.

38 Vita Eligii, éd. B. Krusch, dans MGH SRM 4. Hanovre-Leipzig 1902. I. I, c. 6, p. 673.

39 ChLA XIII n° 567 ; voir aussi Barbier, p. 278 n. 90.

40 Pépin le Bref : LP, p. 447 ; Charles le Chauve : Ann. Bert., p. 201-205.

41 Compiègne en 664 : Bède le Vénérable, Historia ecclesiastica, dans Venerabilis Bae-dae opera historica, éd. C. Plummer, Oxford 1896. réimp. 1946, t. I, p. 194 ; Clichy en 684 : Vita Ansberti, éd. B. Krusch, dans MGH SRM 3, Hanovre 1896, c. 15, p. 628-629.

42 Sur les conciles mérovingiens, données rassemblées commodément dans O. Pontal, Histoire des conciles mérovingiens, Paris 1989. p. 226-227. 232 : environ 1/10e des conciles recensés peuvent être localisés dans un palais.

43 Conciles de Ver : MGH Capit. I, n° 14, p. 32-37 ; de Compiègne : ibid.. n° 15. p. 37-39 ; de Gentilly : Annales regni Francorum, éd. f. Kurze, Hanovre 1909 (MGH. Scriptores rerum germanicarum in usu scholarum 1), p. 20 [cité Ann. R. F.].

44 L. Falkenstein, Otto III. und Aachen, Hanovre 1998 (MGH. Studien und Texte 22). p. 12-13 [cité Falkenstein. Otto III.].

45 Grégoire de Tours, 1. IV, c. XXXII (46), p. 142-144.

46 Ibid., 1. V, c. 32 (49-50), p. 201-205.

47 Frédégaire, c. 78, p. 66-67.

48 Barbier, p. 264.

49 ChLA t. XIV : France II, éd. H. Atsma, J. Vezin, Dietikon-Zurich 1982, n° 576 ; La passion de saint Sauve (BHL 7472), éd. M. Coens, AB 87, 1969, p. 164-187, c. 17, p. 183-185. Sur Valenciennes sous les derniers Mérovingiens : Barbier, p. 279-280 ; sur les origines de Saint-Saulve, en dernier lieu : A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques. Une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Age (viie- xie siècle), Bruxelles 1994 (Collection histoire in-8° n° 92), p. 179 s.

50 J. Barbier, 29. Quierzy, dans Palais médiévaux, p. 85-86, à la p. 85.

51 Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), éd. P. Lauer, Paris 1940-1949 (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France publiés par les soins de l’Académie des inscriptions et belles-lettres), n° 53, 22 février 906 [cité Lauer].

52 Voir développement ci-dessous p. 37.

53 Sur la chapelle carolingienne et ses antécédents mérovingiens : J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige I : Grundlegung. Die karolingische Hofkapelle, Hanovre 1959 (MGH. Schriften 16-1).

54 Passio, c. 18, p. 299-300.

55 Baptême de Widukind à Attigny : Ann. R. F., p. 70 ; d’Harald à Ingelheim : Ermold, p. 167-179. Au vrai, on ne sait où exactement ces baptêmes furent célébrés.

56 Voir n. 20.

57 Barbier, p. 264-278.

58 Voir ci-dessus p. 33.

59 Frédégaire, c. 79, p. 68. Sur la louange perpétuelle et sa diffusion dans les royaumes francs : Krüger, p. 475-476.

60 Erlande-Brandenburg, p. 52.

61 J. Semmler, Saint-Denis : von der bischöflichen Coemeterialbasilika zur königlichen Benediktinerabtei, dans La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, éd. H. Atsma, t. 2, Sigmaringen 1989 (Beihefte der Francia 16), p. 75-123, aux p. 82-85.

62 L’échec de l’introduction de la laus perennis à Saint-Denis est attribué par le Pseudo-Frédégaire à la faiblesse ou à la complaisance (facelilas) de l’abbé Aigulfus, chef des clercs de Saint-Denis soumis à l’évêque : Frédégaire, c. 79, p. 68.

63 Voir développement ci-dessous p. 38-39.

64 Barbier, p. 276-277.

65 Références en n. 37.

66 Références en n. 39.

67 Voir la bibliographie donnée par Falkenstein, Otto III., ainsi que celle rassemblée dans les travaux cités en n. 20.

68 Falkenstein, p. 234-236.

69 Ibid., p. 255.

70 Ibid., p. 237. 255-256. 253.

71 Falkenstein. Otto III., p. 12-13.

72 Falkenstein. p. 267-268.

73 Falkenstein. Otto III., p. 13-14.

74 Falkenstein. p. 279-281.

75 Voir par exemple G. Cantino-Wataghin, Les édifices à rotonde de l’Antiquité tardive : quelques remarques, dans Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, sous la dir. de M. Jannet, C. Sapin, Dijon 1996, p. 203-228 ; C. Sapin, Saint-Benigne de Dijon et les cryptes à rotonde au haut Moyen Âge, ibid., p. 257-274.

76 Falkenstein. p. 259.

77 Ibid., p. 257-259.

78 Références en n. 44.

79 Falkenstein, p. 262.

80 Voir sur ce point le préambule du diplôme de dotation de la basilique Sainte-Marie de Compiègne du 5 mai 877, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France (840-877), éd. A. Giry. M. Prou, G. Tessier, 3 vol. , Paris 1943-1955 (Chartes et diplômes...), n° 425 [cité Tessier] et le commentaire de Iogna-Prat. p. 67.

81 Ce type d’édifice à plan centré est exceptionnel dans les palais carolingiens et semble lié à une symbolique impériale. D’autres palais ont été le lieu de fondations canoniales : par exemple Francfort (Louis le Germanique). Altötting (Carloman, fils de Louis le Germanique), Attigny (Charles le Simple), mais leurs églises avaient un plan basilical (Streich. p. 47 s. : faute de fouilles, le plan de l’église Sainte-Vaubourg d’Attigny est inconnu).

82 Références dans Barbier, Petitjean. p. 37, 40.

83 Tessier n° 425.

84 Sur le sens de ce chiffre, évoquant le temple d’Ezéchiel et la perfection virginale de Marie, Iogna-Prat, p. 69.

85 Ann. Bert., p. 212.

86 Église paroissiale Saint-Germain de Compiègne : Falkenstein, p. 75.

87 Barbier, Petitjean, p. 37.

88 Barbier, p. 296, n. 138.

89 Ibid., p. 295 et n. 136.

90 Ibid., p. 295, n. 137.

91 Lauer, n° 90.

92 Ibid.. n° 80.

93 Ibid., n° 95.

94 Ibid., n° 109.

95 Ibid., n° 75. Voir aussi le n° 96, acte par lequel le roi agrandit la parcelle concédée à Saint-Clément.

96 Sur la localisation probable de l’aula, Barbier, Petitjean, p. 37.

97 Attigny, centre secondaire du royaume de Charles le Simple à partir de 911 (Barbier, p. 295-296, n. 137). fut doté d’un chapitre de douze chanoines en 916 ; son église fut dédiée à sainte Vaubourg : Lauer, n° 86.

98 Frédégaire, c. 1, p. 4.

99 Références en n. 4.

Notes de fin

1 De manière à alléger l’apparat critique, on donnera en note les références minimales nécessaires à la justification du texte.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search