Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Des nations hors territoire

Genèse et organisation des nations universitaires en Europe aux xiie et xiiie siècles

Genesis and Organization of the University nations in Europe in the 12th and 13th Centuries

Nathalie Gorochov

Résumé

Au xiie siècle, dans les centres scolaires d’Occident surgissent des groupes informels de scolares s’associant selon une origine géographique commune. Cette étude recense les mentions de ces « nations » pour éclairer leur progressive structuration, d’abord à Bologne puis dans les autres studia. À partir de la fin du xiie siècle, ces groupes informels s’institutionnalisent sous des formes différentes. Le modèle bolonais s’étend aux autres centres scolaires mais ces associations jurées sont mal vues par les pouvoirs qui finissent, après des années, par les accepter. À l’issue de cette phase d’institutionnalisation, dans la seconde moitié du xiiie siècle, les universités, qui recrutent dans tout l’Occident, comportent un nombre variable de nations dont la composition, l’organisation et l’autonomie diffèrent d’un studium à l’autre.

During the 12th century in the centers of learning in the West we find the phenomenon of the informal association of the scolares according to their common geographical origin. This study lists the references to these “nations” in the texts to illuminate their progressive structuring, first in Bologna then later in other studia. From the end of the 12th century these informal groups were institutionalized in various ways. The Bolognaise model eventually spread to other centers of learning. Though initially suspicious, the authorities were later to accept the existence of these confraternities. Once this phase of institutionalization was over, each university was made up of a variable number of nations coming from the four corners of the West and whose composition, organization and degree of autonomy differed from one studium to the next.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de référence sur le sujet demeure celui de P. Kibre, The Nations in the Mediaeval Univer (...)
  • 2 Sur la genèse de l’université de Paris, voir notamment N. Gorochov, Naissance de l’université. Les (...)
  • 3 H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. 1, Paris, 1889, p. 103.
  • 4 Ibid., p. 215-216.
  • 5 History of the University of Oxford, 1. The Early Oxford Schools, éd. T. H. Aston, Oxford, 1984, p (...)
  • 6 Pour ces chiffres, voir Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1.

1La bibliographie relative aux nations universitaires à la fin du Moyen Âge est relativement abondante. Des xive et xve siècles, on conserve de nombreux documents émanant des nations elles-mêmes (statuts ou acta des nations, livres des procureurs, livres des receveurs, registres de délibérations, comptes, cartulaires, voire sceaux des nations) ou des archives éclairant la composition des nations (matricules, rôles de suppliques), des sources qui ont été largement éditées et étudiées1. Ce qui demeure méconnu, en revanche, c’est la genèse et l’organisation des nations universitaires dans les premières universités d’Europe : Bologne, Paris, Oxford, Padoue, Montpellier. Il faut dire que les documents susceptibles d’éclairer ce processus sont extrêmement rares. À Paris, où après un siècle d’essor scolaire l’université des maîtres s’organise dans les années 1208-12152, les nations sont attestées pour la première fois en 1222 seulement – en réalité, à cette date, le pape Honorius III les évoque pour les interdire3. Le premier document attestant l’existence légale des quatre nations de la Faculté des arts de Paris date de 1249 ; c’est un serment du recteur élu par les procureurs des quatre nations4. Dès lors, la Faculté des arts de Paris n’a pratiquement pas de réalité en dehors des nations qui la composent, et c’est dans leur cadre que les étudiants passent leurs examens. Pour l’université de Bologne, qui se forme autour de 1200, on ne dispose guère de document précis attestant le fonctionnement des quatorze nations avant les statuts de 1265. À Oxford, les deux nations, boreales et australes, émergent de l’obscurité vers 12505. Il faut donc attendre environ 150 ans pour que les groupes nationaux, repérables dès le début du xiie siècle dans les studia ou centres scolaires de France, d’Angleterre et d’Italie, deviennent des institutions organisées et réglementées. À l’issue de ce processus d’institutionnalisation, après 1250, les universités, qui recrutent dans l’ensemble de l’Occident, comportent toutes un nombre variable de nations dont la composition, le rôle et l’autonomie diffèrent d’un studium à l’autre : quatorze nations ultramontaines et trois citramontaines à Bologne, quatre nations à Paris, deux nations à Oxford, quatre à Padoue, trois à Montpellier, etc.6, les deux modèles dominants étant Paris et Bologne. Je me propose donc ici d’étudier, de comprendre le processus de genèse, d’organisation, d’institutionnalisation progressive des nations dans les centres scolaires puis les universités entre le début du xiie siècle et le milieu du xiiie siècle. Il conviendra d’aborder successivement le poids des groupes nationaux dans les studia du xiie siècle, la première structuration de ces groupes à la fin du xiie siècle à Bologne – qui constitue un modèle pour les autres universités –, enfin la nature et le rôle des nations dans les premières universités d’Occident au xiiie siècle.

Le poids des groupes nationaux dans les studia du xiie siècle

  • 7 Parmi les ouvrages de synthèse sur les écoles urbaines du xiie siècle, citons G. Paré, A. Brunet, (...)
  • 8 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 1971, p. 117.

2Au xiie siècle, dans les centres scolaires les plus attractifs d’Occident, en particulier sur le continent, à Paris, Bologne, Pavie, Salerne, Chartres, Laon, on afflue de partout pour suivre les cours des maîtres les plus réputés en arts libéraux, médecine et droit7. Il est probable que dans ces studia urbains comme dans d’autres lieux où des individus d’origine et de langue diverses se côtoient étroitement, la conscience d’appartenance à un groupe « national » est plus forte qu’ailleurs. Pour Bernard Guenée8, tout le Moyen Âge continue d’admettre la définition de la nation donnée par Cicéron et reprise par Isidore de Séville : une nation, comme le veut l’étymologie du mot, se définit par la naissance, c’est un ensemble d’hommes qui ont une origine commune et sont liés par le sang.

  • 9 Ibid.

3Mais comment reconnaître des compatriotes dans un lieu donné ? Le légat Tadwin, écrit Jean de Salisbury, est de « nation teutonique » car il se distingue par la langue et les mœurs. La langue, les mœurs : voilà ce qui caractérise une nation, et en premier lieu la langue9. Les langues, dans l’Occident médiéval, sont nombreuses en dehors du latin. Ainsi, les hommes qui sont de la même nation et ne se connaissent pas se reconnaissent immédiatement par l’usage d’une langue commune. Ils se reconnaissent ou s’identifient dans le studium où ils arrivent, souvent seuls ou en petits groupes, et ces scolares ont tendance à se rapprocher selon leur origine géographique. Surgissent ainsi des groupes nationaux informels dont la littérature du xiie siècle atteste l’existence. Dans les écoles du xiie siècle, le sentiment d’appartenance à une nation semble très fort.

4Par exemple chez ce moine victorin de Marseille qui va en Italie dans les années 1124-1127 et écrit à son abbé :

  • 10 J. Dufour, G. Giordanengo, A. Gouron, « L’attrait des leges. Note sur la lettre d’un moine victori (...)

Je me suis rendu à Rome pour une affaire très urgente et très grave qui, je crois, vous a alors été notifiée ; j’étais envoyé tout seul en raison de la très grande pauvreté du monastère et, jusqu’à Pavie, j’ai voyagé avec des pèlerins étrangers. Mais la volonté divine n’a pas permis que je termine mon trajet : l’animal que je m’efforçais de garder comme véhicule jusqu’à Rome, tombé malade, me fit défaut en chemin à cet endroit […] je me suis livré à l’étude sur place. […] Maintenant que je vois en permanence, dans presque toute l’Italie, un grand nombre d’étudiants, et surtout des Provençaux, et pas seulement de l’ordre auquel j’appartiens, s’adonner en groupes aux études de droit et qu’il me semble que notre monastère souffre d’attaques contre ses justes possessions et qu’il est dévasté par des procès sans fin entre laïcs et clercs, je désire acquérir un tant soit peu de cette science…10

5Alors qu’il ne se trouvait pas en Italie pour raison d’études, ce moine s’est mis à étudier par imitation d’autres Provençaux qu’il a croisés à Pavie. Bon nombre de témoignages relatifs aux écoles du xiie siècle rattachent de même les individus à leur nation d’origine. Dans les studia, maîtres et étudiants se caractérisent par leur prénom et leur origine géographique. Ainsi parle Jean de Salisbury, ancien étudiant de Paris et de Bologne, dans un fameux extrait de son Metalogicon :

  • 11 Jean de Salisbury, Metalogicon, II, 10, trad. P. Riché dans Id., J. Verger, Des nains sur des épau (...)

Lorsque, encore jeune homme, je vins pour la première fois en Gaule pour étudier (c’était l’année où le glorieux roi des Anglais, Henri le Lion de Vertu, quitta les affaires humaines), je m’adressai au péripatéticien du Pallet Abélard, qui régnait alors sur la montagne Saint-Geneviève, un professeur célèbre et admiré de tous […] Habitant pendant deux années complètes sur la montagne Sainte-Geneviève, j’avais pour professeurs dans l’art de la dialectique Albéric et maître Robert de Melun (je le désigne par le surnom qu’il a mérité en gouvernant les écoles, bien qu’il soit de nationalité anglaise) […] je m’adressai avec mes précepteurs au grammairien de Conches et suivis son enseignement pendant trois ans […] Après, je suivis Richard l’Évêque, un homme expert, par lui j’ai relu ce que j’avais entendu d’autres. Par lui, j’ai appris des choses nouvelles concernant le quadrivium sur lequel j’avais peu appris en écoutant Hardwin l’Allemand11.

6Cette tendance à associer un individu et une nation est encore plus frappante dans le témoignage de Guillaume de Tyr, qui a également étudié à Paris et à Bologne vers 1150 :

  • 12 Guillaume de Tyr, Chronique, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1986, trad. M. Zerner dans Croisades (...)

Pendant ce temps où nous avons passé notre adolescence dans les régions au-delà des mers à étudier, où nous avons dédié nos jours aux études des lettres dans la pauvreté volontaire, les principaux docteurs en arts libéraux, hommes vénérables et dignes de pieuse mémoire, puits de science, trésors d’enseignement, furent pour nous maître Bernard le Breton qui fut plus tard évêque de Cornouailles dans la patrie d’où il venait (magister Bernardus Brito, qui postea fuit in patria unde ortus fuerat episcopus Cornualensis), maître Pierre Hélie, de nation poitevine (magister Petrus Helie, natione Pictavensis), maître Yves, de naissance et de nation chartraine (magister Ivo, genere et natione Carnotensis). […] Mais en théologie, c’est un homme singulier dans cette science que nous avons écouté pendant six années continues, un homme dont les œuvres dominent le chœur des sages, s’amplifient dans la vénération et croissent avec le respect, un homme recommandable par toute sa sainte doctrine, à savoir Pierre Lombard, qui fut ensuite évêque de Paris. […] En droit civil aussi, à Bologne, nous avons eu comme précepteurs des hommes d’une suprême autorité, le seigneur Hugolin de la Porte de Ravenne et le seigneur Bulgarus, jurisconsultes, mais nous avons aussi vu souvent leurs autres contemporains, à savoir le seigneur Martin et le seigneur Jacques, des hommes très experts en droit et nous sommes fréquemment entrés dans leurs auditoires. Les quatre sont comme les colonnes aux bases solides du temple de la justice, dressées pour le soutenir. Nous eûmes aussi pour le commentaire des autorités un vieux docteur d’Orléans, maître Hilarius ; pour les géomètres et surtout Euclide, nous eûmes Guillaume de Soissons, un homme à la langue embarrassée mais d’un esprit aigu et d’une immense subtilité12.

  • 13 Guillaume de Tyr, Chronique, op. cit. n. 12 : quidam miles, natione Brito (p. 654) ; dominus Rober (...)

7Quand il parle de la Terre sainte, Guillaume de Tyr a la même tendance à identifier les personnages par leur origine géographique, par leur nation précisément, les présentant comme « de nation franque » ou « de nation aquitaine » par exemple, dans une zone géographique – les États latins d’Orient – où se mêlent des hommes de toutes origines comme dans les studia occidentaux13.

8Il n’est pas le seul à avoir cette conscience aiguë de l’origine nationale de ceux qu’il croise. Dans son Voyage, Benjamin de Tudèle (1173) évoque ainsi les écoles de Montpellier et la diversité de langues et des nations qu’on y rencontre :

  • 14 Benjamin de Tudèle, Voyage, extrait trad. dans Gilli, Former, enseigner…, op. cit. n. 10, p. 43.

Après deux lieues de chemin, je gagnai le mont Trémulus, qui s’appelait autrefois Pessulanus, mais qu’on nomme aujourd’hui Montpellier […]. Les chrétiens et les autres s’y rendent d’Algarve, de Lombardie, du royaume de la grande Rome, de toute la terre d’Égypte et d’Israël, de toutes les provinces de France, d’Espagne et d’Angleterre ; en sorte qu’il s’y trouve des peuples de toutes sortes de langues, surtout ceux de Gênes et de Pise. Il y a en cet endroit les disciples de la sagesse les plus célèbres de ce siècle14.

9On pourrait multiplier les exemples de cette conscience nationale dans les milieux scolaires du xiie siècle. Les clercs de même nation se reconnaissent, se rapprochent, voire partagent des logements communs ou voisins, comme le prouve le récit de la rixe parisienne de 1200 par Roger de Hoveden :

  • 15 Roger de Hoveden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. 4, Londres, 1871, p. 120. Traduit du latin.

La même année, un grave conflit a éclaté entre les étudiants et les bourgeois de Paris, dû à la cause suivante. Il y avait à Paris un noble étudiant venu d’Allemagne, qui était l’un des clercs élus à l’épiscopat de Liège. Alors qu’il achetait du vin dans une taverne, son serviteur fut frappé et le pot de vin brisé. À cette nouvelle, il y eut un rassemblement de clercs allemands qui, pénétrant dans la taverne, frappèrent le patron et l’abandonnèrent couvert de blessures et à moitié mort. Une rumeur s’éleva alors parmi les bourgeois et la ville en fut émue, si bien que Thomas, le prévôt de Paris, accompagné du peuple citadin armé, lança un assaut contre la maison des clercs allemands, assaut pendant lequel un noble étudiant, qui était l’un des clercs élus à l’épiscopat de Liège, fut tué avec quelques-uns de ses amis15.

10Solidarité « nationale », mais aussi logement, ennuis et dettes communs sont le lot de ces clercs exilés. Quand des étudiants sont poursuivis par un créancier, leurs compatriotes sont exposés aux représailles, les étudiants de même nation peuvent être considérés comme un groupe solidaire dont les membres sont responsables les uns des autres. Quand l’empereur Frédéric Ier Barberousse vient en Italie en 1155, il rencontre près de Bologne des maîtres et des étudiants qu’il interroge sur leurs conditions d’études. Selon un chroniqueur anonyme qui a restitué ce dialogue, les étudiants se disent satisfaits du séjour et de l’accueil des habitants de Bologne, mais sont excédés qu’on leur réclame de l’argent quand leurs compatriotes indélicats quittent la ville sans avoir payé leurs dettes :

  • 16 Le texte est cité par G. Fasoli, Per la storia dell’Università di Bologna nel Medioevo, Bologne, 1 (...)

Nous, Ô grand Roi, nous préférons ce lieu parce qu’il est riche et parfait pour les études. Nous trouvons des maisons adaptées au centre de la cité, des vivres à juste prix, sauf l’eau qui est gratuite. De jour comme de nuit, notre esprit est occupé par les études. Les citadins nous honorent mais c’est ennuyeux quand ils souhaitent faire payer à ses compatriotes (vicini) les dettes laissées par un étudiant insolvable, cela parce que nous sommes étrangers et sans droits. C’est pourquoi, Père, nous vous prions de porter remède à cette coutume injuste (perversus mos) et de protéger avec l’une de vos lois les étudiants et les maîtres du Studium16.

11À cette date, il n’y a pas de cadre juridique pour le séjour des scolares issus de nations étrangères, à Bologne comme dans les autres centres scolaires. Mais on voit bien ici que les prêteurs bolonais poursuivent les vicini ou compatriotes des étudiants endettés, ces vicini formant déjà des groupes nationaux, repérables dans la société citadine. En promulguant la constitution Habita, Frédéric Barberousse ouvre la voie à une institutionnalisation de ces groupes, de ces nations.

L’organisation progressive des nations à Bologne et à Paris dans la seconde moitié du xiie siècle

12L’authentique Habita de Frédéric Ier Barberousse est un privilège d’un genre nouveau, qui accorde la protection de l’empereur aux étudiants qui voyagent dans son Empire.

  • 17 Privilegium scholasticum, éd. L. Weiland, Hanovre, 1893 (MGH, Constitutiones et acta publica imper (...)

Nous concédons à tous les écoliers (scholares) qui voyagent pour étudier et spécialement ceux qui enseignent les lois divines et sacrées, comme un bienfait de notre piété, qu’ils puissent aller et demeurer en sécurité, eux et leurs représentants, aux lieux où se fait l’étude des lettres […]. Nous décidons par cette loi générale et de valeur perpétuelle que nul ne soit assez audacieux pour oser faire quelque injure à des écoliers ni leur faire tort sous prétexte d’un délit commis par un autre du même pays – ce qui, avons-nous appris, s’est parfois fait par le fait d’une coutume injuste […]. Si quelqu’un veut cependant engager, pour une affaire, un procès contre eux, qu’il s’entende avec eux pour le faire, conformément au choix donné aux écoliers, devant leur maître et professeur ou devant l’évêque de la cité à qui nous avons donné cette juridiction17.

  • 18 Sur la constitution Habita, voir entre autres travaux la mise au point récente : Gli inizi del dir (...)

13La rencontre de l’empereur avec les juristes de Bologne a été décisive pour lui fournir les éléments qui lui étaient nécessaires, d’une part pour définir son pouvoir face aux communes, d’autre part, plus précisément, pour rédiger cette constitution Habita donnée au étudiants et aux professeurs de Bologne18. Quoi qu’il en soit, l’empereur promulgue une loi très favorable aux étudiants qui viennent étudier en Italie, en particulier à Bologne. Il interdit les représailles des créanciers contre les compatriotes des étudiants endettés. Il prévoit un for privilégié en plaçant les étudiants étrangers sous la juridiction de leur maître ou de l’évêque s’ils sont des clercs. Ainsi, la partie du studium formée d’étrangers est soustraite à la juridiction communale. Surtout, en établissant une distinction entre les étrangers, plus tard appelés ultramontains, et les étudiants de la péninsule ou citramontains, l’authentique Habita consacre dès 1158 la division du studium en deux groupes correspondant à deux universités : d’une part les étudiants étrangers (forenses), d’autre part les étudiants bolonais (cives).

14Frédéric Barberousse a fait appel à quatre docteurs en droit romain bolonais pour rédiger la constitution Habita, qui puise naturellement dans le Corpus Juris Civilis – dont ces docteurs sont familiers – à la fois la nécessité de protection impériale sur les écoles (traditionnelle chez les empereurs romains), mais aussi l’image d’un Empire peuplé de plusieurs catégories d’individus, en particulier de deux grandes catégories : les citoyens romains et les pérégrins, des hommes libres non citoyens. À Rome, pour régler les relations entre citoyens romains et pérégrins, on usait d’un jus gentium ou droit des nations. De même, dans l’authentique Habita Frédéric Barberousse légifère sur les scholares étrangers, pour normaliser leurs relations avec les citoyens de Bologne, au sein de son empire.

  • 19 Sur les premières nations et la genèse de l’université de Bologne, voir en particulier A. Hessel, (...)

15Dans la deuxième moitié du xiie siècle, jouissant ainsi d’un statut particulier, les étudiants étrangers de Bologne s’organisent progressivement en groupes nationaux plus structurés, des nations – au sens universitaire du terme – qui, dans les documents, portent le nom de confréries (confratria)19. Il s’agit d’associations pieuses, charitables, placées sous le patronage d’un saint, comme les autres confréries urbaines alors en essor, et qui associent des étudiants originaires d’une même région. Par exemple, en 1174, les étudiants anglais décident d’ériger un autel pour saint Thomas Becket dans une église de Bologne. On comprend que le choix d’un saint protecteur donne une cohésion particulière au groupe d’étudiants. Dans des statuts rédigés en 1289 pour la natio theutonicorum, on précise qu’il s’agit d’un texte très ancien, que les étudiants de cette nation « sont nécessairement de langue maternelle germanique » (omnes qui nativam Alemannicam habent linguam), et que, déjà dotée de statuts écrits, la nation germanique du studium de Bologne existait avant 1200. Les mêmes statuts de 1289 mentionnent aussi le fait que les étudiants slaves et danois appartenaient à la nation germanique.

16Avant 1200 sont aussi attestés, à Bologne, une nation provençale et des groupes assez structurés de Toscans et de Lombards. Ces mentions isolées nous assurent que dans le dernier quart du xiie siècle, des nations d’étudiants germaniques, anglais, provençaux, italiens, existent dans les écoles de Bologne, qui regroupent des étudiants étrangers à l’Italie ou à la ville de Bologne : trois nations ultramontaines et deux nations citramontaines. Ces premières nations du studium bolonais sont de simples associations d’assistance, d’entraide qui se forment à partir des années 1160. Et ce sont ces premières nations ou groupements d’étudiants étrangers qui deviennent l’université de Bologne dans les dix dernières années du xiie siècle.

17En 1189, la commune de Bologne commence à imposer aux docteurs un serment par lequel ils doivent jurer de ne pas enseigner dans une autre ville. Par ce serment, la commune s’attache les docteurs et les contrôle. C’est cette exigence qui aurait conduit les étudiants qui ne sont pas membres de la commune à former une association plus large de défense. Le seul document qui étaye cette hypothèse et prouve l’existence de l’université en 1195 est aujourd’hui perdu ; il mentionnait à cette date une confratria scolarium ultramontanorum ayant son siège dans un prieuré camaldule des environs de Bologne, regroupant des Français, des Flamands, des Poitevins, des Espagnols, des Anglais, des Normands. À l’origine, l’université de Bologne, dirigée par un recteur élu, est donc une large association d’étudiants étrangers, excluant les étudiants natifs de Bologne et les maîtres. Les ghildes d’artisans et de marchands qui émergent dans les mêmes années inspirent sans doute les étudiants. En 1204, quand quelques dizaines d’étudiants mécontents quittent Bologne pour Vicence où ils fondent une université éphémère, on compte parmi eux plusieurs recteurs, chefs ou procureurs élus de différentes nations : allemande, anglaise, provençale, italienne.

18En se regroupant, les nations se transforment en université ultramontaine et la lutte entre le studium – en particulier les étudiants étrangers – et la commune a accéléré, voire déclenché, le processus de naissance de l’université.

19À Paris, autre centre scolaire en plein essor au xiie siècle, les nations ne jouent pas de rôle comparable dans le processus de genèse de l’université, même s’il existe bien des groupes nationaux mentionnés par plusieurs témoignages. Notamment par Jacques de Vitry, dans son Histoire occidentale, qui livre un tableau caricatural des écoles de Paris qu’ils a connues avant 1200, à l’époque où Foulques de Neuilly suivait les cours de théologie de Pierre le Chantre († 1197) :

  • 20 Jacques de Vitry, Histoire occidentale, trad. fr. G. Duchet-Suchaux, introduction J. Longère, Pari (...)

Ils [les étudiants] se querellaient, se jalousaient, se dénigraient entre eux en raison de la diversité de leurs nations, se lançant à la tête sans retenue un grand nombre d’injures et de propos outrageants, dénonçant les Anglais comme des ivrognes, des « coués », affirmant que des Français étaient des orgueilleux, des chiffes molles qui se paraient comme des femmes. Quant aux Teutoniques, ils disaient d’eux qu’ils étaient des furieux, obscènes de surcroît dans leurs banquets. Les Normands pour leur part étaient des gens vaniteux et vantards, les Poitevins des traîtres, amis des richesses. Quant à ceux qui étaient originaires de Bourgogne, ils leur faisaient la réputation de lourdauds et de sots. Jugeant de même les Bretons inconsistants et instables, ils leur reprochaient souvent la mort d’Arthur. Les Lombards, ils les disaient cupides, pleins de malignité et sans énergie, les Romains séditieux, violents et médisants, les Siciliens tyranniques et cruels, les Brabançons sanguinaires, incendiaires, brigands et voleurs, les Flamands prodigues, trop épris de beuveries, mous comme du beurre et apathiques. En raison même de ces invectives, ils abandonnaient souvent l’usage de la parole pour en venir aux mains20.

  • 21 Guenée, L’Occident…, op. cit. n. 8, p. 123.

20Pendant des siècles, les clercs ont pris l’habitude d’énumérer les vices et les vertus des nations. Leurs listes, où l’envie des Juifs voisinait avec la perfidie des Perses, la sagesse des Grecs, la gourmandise des Gaulois, l’orgueil des Francs, la colère des Bretons, la cruauté des Huns, la traîtrise des Poitevins, dérivaient à la fois du folklore, d’un savoir aristotélicien, ou bien encore de prétendues descriptions ethnographiques21. Il faut toutefois noter que les douze nations énumérées par Jacques de Vitry recoupent en partie les quatorze nations ultramontaines et les trois nations citramontaines attestées à Bologne au xiiie siècle.

Les groupes nationaux dans les écoles de Paris vers 1200 selon Jacques de Vitry

Les 14 nations « ultramontaines » et les 3 nations « citramontaines » de l’université de Bologne au xiiie siècle

Anglais

Anglais

Français

Français

Teutoniques

Allemands

Normands

Normands

Poitevins

Poitevins

Bourguignons

Bourguignons

Bretons

Lombards

Lombards

Romains

Romains

Siciliens

Brabançons

Flamands

Toscans

Espagnols

Provençaux

Tourangeaux

Catalans

Hongrois

Polonais

Picards

Gascons

21Mais là n’est pas l’essentiel. Comment est-on passé, au sein du studium parisien, en une quarantaine d’années, de cette multitude de nations décrite par Jacques de Vitry aux quatre nations qui, vers 1240, structurent finalement la Faculté des arts de Paris et plus largement l’université ? Nulle réponse n’a été proposée à ce jour. Pourtant, le texte de Jacques de Vitry pourrait bien s’avérer fondamental pour comprendre cette énigme des quatre nations parisiennes et, plus globalement, l’idée que l’on se fait des nations au xiiie siècle.

La nature et le rôle des nations dans les premières universités

  • 22 Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1, p. 3-28.

22Il existe des similitudes, bien sûr, entre les deux modèles, parisien et bolonais. Dans ces deux universités comme dans toutes les autres, les étudiants d’origine géographique commune s’inscrivent dans la même nation, paient des droits d’inscription qui fournissent des ressources à la nation gouvernée par des officiers élus, selon des statuts et règlements écrits. Chaque nation a un lieu de réunion, un saint patron, un coffre contenant ses archives22.

  • 23 Ibid., p. 8-9.
  • 24 Denifle et Chatelain, Chartularium…, op. cit. n. 3, p. 103.

23Mais la comparaison entre Paris et Bologne s’arrête là car si, à Bologne, les treize ou quatorze groupes nationaux spontanés du xiie siècle ont donné naissance à autant de nations ultramontaines et citramontaines, attestées dans l’arbitrage de 126523, à Paris, quatre nations s’institutionnalisent entre 1222 et 125024 : la nation de France, ouverte aux maîtres du sud de la France, de l’Italie, de la péninsule Ibérique ; la nation normande réunissant les étudiants de Normandie et de Bretagne ; la nation picarde, qui recrute dans une vaste zone englobant l’Artois, la Picardie, la Flandre, le Brabant ; enfin la nation anglaise, qui réunit les étudiants de Grande-Bretagne et de l’Empire. Jusqu’à ce jour, aucun historien n’a justifié la configuration de quatre zones de recrutement apparemment incohérentes, celles des quatre nations créées à l’université de Paris : des zones de recrutement qui n’ont de « nation » que le nom, ne correspondant à aucun royaume, à aucune principauté, aire linguistique ou circonscription ecclésiastique.

  • 25 C. H. Haskins, Studies in Medieval Culture, New York, 1929, p. 61.

24Il me semble aujourd’hui possible de proposer une solution à cette énigme non résolue des quatre nations parisiennes. Tout s’est probablement passé vers 1220. À cette date, le chancelier de l’église de Paris, Philippe, évoque dans un sermon la « monstruosité » des nations qui divisent le studium25. Au même moment, le pape Honorius III interdit aux maîtres ès arts de l’université de Paris d’élire des chefs des nations (1222). Quant à Jacques de Vitry, élu évêque d’Acre, après avoir prêché contre les hérétiques et en faveur de la croisade, il commence à écrire son Historia Occidentalis, longue complainte sur la décadence de l’Occident, et il se désole des conflits entre nations dans le studium de Paris. Comme Innocent III et d’autres, Jacques de Vitry plaide contre la division des nations chrétiennes. Dans les premières décennies du xiiie siècle, l’Église n’a d’autre priorité que la lutte contre l’hérétique et contre l’infidèle. Les papes – Innocent III puis Honorius III – ne peuvent supporter les divisions entre chrétiens en Orient, ni, au sein de l’université de Paris – institution d’Église –, les bagarres entre clercs de diverses nations.

  • 26 Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1, chap. 1.
  • 27 Ibid., p. 164-165.

25Il y a donc eu un arbitrage, un règlement dont la trace est perdue. On ne sait pas qui l’a conduit. Mais on a contraint les maîtres ès arts à se regrouper, artificiellement, en quatre nations, n’ayant aucun sens apparent et associant diverses « nations » spontanées. On a ainsi marié Anglais et Allemands dans la nation dite anglaise, Espagnols, Italiens, Bourguignons, Poitevins, dans la nation dite française, etc. ; des nations contre nature, fabriquées pour contraindre à la concorde les étudiants et maîtres issus de régions différentes dans une Université voulue et protégée par le pape. Du point de vue géographique, elles ne sont pas si incohérentes, formant de gros blocs délimités par des frontières nouvelles. Comme au partage de Verdun (843), savamment conçu pour que chaque royaume possède le même nombre de domaines royaux et de vassaux, le partage des quatre nations parisiennes divise probablement les maîtres ès arts entre quatre groupes numériques équivalents, susceptibles de rapporter des revenus comparables. Plus tard, à Bologne, en 1265, les effectifs des nations sont explicitement invoqués pour justifier l’arbitrage réglementant l’élection du recteur26. Car quel que soit le système choisi – une multitude de nations spontanées à Bologne ou quelques agrégats artificiels à Paris ou à Oxford –, qu’il s’agisse de clercs ou de laïcs, les guerres entre nations divisent régulièrement les studia d’Occident. Leur caractère répétitif et sanglant à Oxford contraint même l’université à supprimer les nations en 127427. Il y a aussi des schismes puisque les nations, peu cohérentes, se divisent au cours de certains conflits parisiens. Et aux xive et xve siècles, le conflit franco-anglais à Paris, les tensions entre Allemands et Tchèques à Prague provoquent des divisions irréductibles entre nations universitaires.

26Ces bagarres incessantes entre nations étudiantes ne sont sans doute pas imputables à une forme précoce de nationalisme avant les xive et xve siècles. Mais le milieu scolaire puis universitaire médiéval apparaît comme un bon observatoire de la nation au Moyen Âge. Voyageurs en exil, les étudiants et les maîtres rassemblés dans ces centres scolaires ont un vif sentiment d’appartenance à une nation unie par une langue et par une terre d’origine communes, et ces clercs voyageurs ont une excellente connaissance de la géographie. D’une certaine manière, dans le microcosme scolaire et universitaire, les étudiants et maîtres, tels des précurseurs, expérimentent la lente élaboration de la nation. Certes, ils brouillent le vocabulaire – le mot n’est guère employé pour sa polysémie au xive siècle – mais plus tard, à l’échelle des royaumes, c’est peut-être leur exemple que suivent les souverains qui exaltent leur nation.

Notes

1 L’ouvrage de référence sur le sujet demeure celui de P. Kibre, The Nations in the Mediaeval Universities, Cambridge, Mass., 1948, qui répertorie également la documentation existante. Parmi les études spécifiques, on peut citer A. Sorbelli, « Le nazioni delle antiche università italiane e straniere », Atti delle Università italiane. Studi e Memorie per la Storia dell’Università di Bologna, 16 (1943), p. 91-232 ; M. Tanaka, La nation anglo-allemande de l’université de Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, 1990 ; A. I. Pini, « Le nationes studentesche nel modello universitario bolognese del medioevo », Studenti e dottori nelle università italiane (origine- xx secolo), Bologne, 2000, p. 21-29 et Id., « Nationi mercantili, societates regionali e nationes studentesche a Bologna nel Duecento », Communità forestiere e nationes nell’Europa dei secoli xiii-xvi , éd. G. Petti Balbi, Naples, 2001, p. 23-40. Les deux articles ont été réédités dans le volume d’articles d’A. I. Pini, Studio, università e città nel medioevo bolognese, Bologne, 2005.

2 Sur la genèse de l’université de Paris, voir notamment N. Gorochov, Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin (v. 1200-v. 1245), Paris, 2012.

3 H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. 1, Paris, 1889, p. 103.

4 Ibid., p. 215-216.

5 History of the University of Oxford, 1. The Early Oxford Schools, éd. T. H. Aston, Oxford, 1984, p. 64-67.

6 Pour ces chiffres, voir Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1.

7 Parmi les ouvrages de synthèse sur les écoles urbaines du xiie siècle, citons G. Paré, A. Brunet, P. Tremblay, La Renaissance du xiie siècle. Les écoles et l’enseignement, Paris/Ottawa, 1933 ; É. Lesne, Les écoles de la fin du viiie siècle à la fin du xiie siècle, Lille, 1940 (Histoire de la propriété ecclésiastique en France, 5) ; P. Delhaye, « L’organisation scolaire au xiie siècle », Traditio, 5 (1947), p. 211-268 ; J. Ehlers, Die höhen Schulen, Weimar, 1981 ; D. E. Luscombe, « Trivium, Quadrivium and the Organisation of Schools », L’Europa nei secoli xi e xii . Fra novità e tradizione : sviluppi di una cultura, Milan, 1989, p. 81-100 ; J. Verger, La Renaissance du xiie siècle, Paris, 1996 et Id., « La mobilité étudiante au Moyen Âge », Histoire de l’éducation, 50 (1991) [Éducations médiévales. L’enfance, l’école, l’Église en Occident ( vie-xve siècles), éd. J. Verger], p. 65-90.

8 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 1971, p. 117.

9 Ibid.

10 J. Dufour, G. Giordanengo, A. Gouron, « L’attrait des leges. Note sur la lettre d’un moine victorin (vers 1124-1127) », Studia et documenta historiae et juris, 45 (1979), p. 528-529, trad. du latin par P. Gilli, Former, enseigner, éduquer dans l’Occident médiéval 1100-1450, t. 1, Paris, 1999, p. 14-15.

11 Jean de Salisbury, Metalogicon, II, 10, trad. P. Riché dans Id., J. Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, 2006, p. 102-103.

12 Guillaume de Tyr, Chronique, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1986, trad. M. Zerner dans Croisades et pélerinages, éd. D. Régnier-Bolher, Paris, 1997, p. 663-664.

13 Guillaume de Tyr, Chronique, op. cit. n. 12 : quidam miles, natione Brito (p. 654) ; dominus Robertus, cognomine Burgundio, natione Aquitanicus, magister militie Templi (p. 682) ; legatus quidam ecclesie Romane Albericus nomine, episcopus Hostiensis, natione Francus (p. 688) ; electus est Amalricus ecclesie Dominici Sepulchri prior, natione Francus, de episcopatu Noviomensi, de opido Neella, vir commode litteratus (p. 840-841) ; Quo perveniens nuntios ad dominum imperatorem, dominum videlicet Gaufridum abbatem Templi Domini, Grece lingue habentem commercium (p. 846).

14 Benjamin de Tudèle, Voyage, extrait trad. dans Gilli, Former, enseigner…, op. cit. n. 10, p. 43.

15 Roger de Hoveden, Chronica, éd. W. Stubbs, vol. 4, Londres, 1871, p. 120. Traduit du latin.

16 Le texte est cité par G. Fasoli, Per la storia dell’Università di Bologna nel Medioevo, Bologne, 1970, p. 111-112.

17 Privilegium scholasticum, éd. L. Weiland, Hanovre, 1893 (MGH, Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, 1), p. 249.

18 Sur la constitution Habita, voir entre autres travaux la mise au point récente : Gli inizi del diritto pubblico. L’étà di Federico Barbarossa : legislazione e scienza del diritto. Die Anfänge des öffentlichen Rechts. Gesetzgebung im Zeitalter Friedrich Barbarossas und das Gelehrte Recht, éd. G. Dilcher, D. Quaglioni, Bologne/Berlin, 2007, ainsi que P. Racine, « Aux origines du droit public : la législation de Frédéric Barberousse à la Diète de Roncaglia (1158) », Le Moyen Âge, 104 (2008), p. 361-368.

19 Sur les premières nations et la genèse de l’université de Bologne, voir en particulier A. Hessel, Storia della città di Bologna dal 1116 al 1280 (1910), éd. italienne par G. Fasoli, Bologne, 1975, p. 217 et suiv. ; G. Cencetti, « Sulle origini dello Studio di Bologna », Rivista storica italiana, ser. VI, 5 (1940), p. 248-258, et Lo studio di Bologna. Aspetti, momenti e problemi (1935-1970), éd. R. Ferrara, G. Orlandelli, A. Vasina, Bologne, 1989 ; S. Stelling-Michaud, L’Université de Bologne et la pénétration des droits romain et canonique en Suisse aux xiiie et xive siècles, Genève, 1955, et Fasoli, Per la storia…, op. cit. n. 16. Voir aussi J. K. Hyde, « Commune, University and Society in Early Medieval Bologna », Universities in politics. Case studies from the Late Middle Ages and Early Modern Period, éd. J. W. Baldwin, R. A. Goldthwaite, Baltimore/Londres, 1972, p. 17-46 ; G. Arnaldi, introduction à Le origini dell’Università, éd. Id., Bologne, 1974 et « Alle origini dello Studio di Bologna », Le sedi della cultura nell’Emilia Romagna. L’étà comunale, Milan, 1984, p. 99-115.

20 Jacques de Vitry, Histoire occidentale, trad. fr. G. Duchet-Suchaux, introduction J. Longère, Paris, 1987, p. 85-86.

21 Guenée, L’Occident…, op. cit. n. 8, p. 123.

22 Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1, p. 3-28.

23 Ibid., p. 8-9.

24 Denifle et Chatelain, Chartularium…, op. cit. n. 3, p. 103.

25 C. H. Haskins, Studies in Medieval Culture, New York, 1929, p. 61.

26 Kibre, The Nations…, op. cit. n. 1, chap. 1.

27 Ibid., p. 164-165.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540