Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

Le concept de nation en Bohême au xive et au début du xve siècle

The Concept of the Nation in Bohemia in the 14th and at the Beginning of the 15th Century

Martin Nejedlý

Résumé

Pour la plupart des textes, notamment pour la première chronique en langue nationale, écrite vers 1310, est Tchèque celui qui parle tchèque. Cette même conception se met à la fin du siècle au service de la révolte de la noblesse contre le roi, et au début du xve siècle, au service du programme réformateur. Jérôme de Prague formule, à la veille de la révolution hussite, les traits distinctifs de la « nation » tchèque : le sol natal, la langue commune et aussi l ‘ ascendance maternelle et paternelle. C ‘ est ce dernier trait qui était déterminant pour définir le « Tchèque pur ». Dans le vocabulaire des théoriciens et des propagandistes hussites, on trouve le terme de « langue » lié aux formules sur « l’honneur, la bonne renommée et le salut » de la nation tchèque. Le nationalisme hussite s’adapte aux valeurs de la société chevaleresque tchèque.

According to most texts and especially according to the earliest chronicle written in the national language around 1310, a Czech is someone who speaks Czech. This idea animated the revolt of the nobles against the king at the end of the century and lay behind the program of reform that saw the light at the beginning of the 15th. Just prior to the outbreak of the Hussite Revolution, Jerome of Prague set down the distinctive traits of the Czech “nation”. These are: the native soil, a common language and descent through the mother and through the father. It was the last trait that was decisive for the definition of the “pure” Czech. In the vocabulary of the Hussite theoreticians and propagandists we find the term “language” used together with references to the “honor, the good reputation and the health” of the Czech nation. As far as its values were concerned Hussite nationalism was in the direct line of descent from the Czech Knights.

Note de l’éditeur

Cet article a été mené à bien grâce au soutien de l’Agence tchèque de la recherche (GA ČR) dans le cadre du projet P405/12/G148, « Les codes culturels et leurs transformations à l’époque hussite ».

Texte intégral

  • 2 Cf. M. Nejedlý, « ‘Comme les orties dans le jardin, comme l’aigremoine dans la crinière des chevaux (...)

1Comme partout où se côtoyaient des individus, des groupes et des communautés de langues, de styles de vie et de niveaux culturels divers, les Tchèques au Moyen Âge avaient conscience d’être différents des étrangers. À cause de la situation géographique de l’État tchèque, de ses dimensions et de sa structure interne, ce sentiment identitaire se cristallisait surtout par rapport aux Allemands2.

  • 3 Sur les différents aspects des changements de la structure sociale au xiiie siècle, cf. J. Klápště,(...)

2Jusqu’à la fin du xiie siècle, peu d’Allemands vivaient en Bohême, et seulement dans les centres commerciaux les plus importants. C’est au siècle suivant que la situation a profondément changé sur le plan ethnique. Au cours de ce siècle, les colons allemands affluèrent dans les pays d’Europe centrale dont la densité de population était relativement faible, qui disposaient de vastes étendues de terres encore non labourées et dont les gisements de métaux précieux venaient d’être découverts. Ils s’établirent nombreux aussi bien dans les villes nouvellement fondées qu’à la campagne3.

  • 4 Cf. M. Musílek, « Zajetí českého panstva patriciátem v sedleckém klášteře a v Praze roku 1309. Přís (...)

3À partir du xiiie siècle, les Allemands formaient donc une minorité importante. Cette nouvelle minorité ne craignait pas l’assimilation, d’une part parce qu’elle bénéficiait du soutien d’un vaste territoire voisin de langue allemande, d’autre part parce qu’elle-même consolidait sa place en Bohême, grâce à ses positions économiques dans les villes, ce qui donnait une base aux aspirations politiques du patriciat allemand4.

  • 5 Cf. V. Vaniček, « Šlechta a český stát za vlády Přemyslovců » [La noblesse et l’État tchèque sous l (...)
  • 6 Cf. Z. Uhlíř, « Národnostní proměny 13. století a český nacionalismus » [Les changements d’identité (...)

4Or, cet afflux de colons allemands est contemporain de l’émancipation et de l’essor de la noblesse tchèque. En effet, celle-ci renforce ses positions en tant que groupe social fermé et développe une politique ambitieuse envers le roi5. Étant donné que le patriciat des villes royales était allemand et la noblesse tchèque, cette dernière commença à employer des arguments nationaux ou nationalistes dans ce combat6.

  • 7 À propos des aspects méthodologiques et terminologiques, cf. J.-M. Moeglin, « Nation et nationalism (...)
  • 8 Tout en suivant dans ce choix terminologique František Šmahel, je n’emploie pas le mot tchèque dans (...)

5Le royaume de Bohême n’était certes pas le seul État du Moyen Âge où coexistaient plusieurs ethnies. Néanmoins, il faut constater qu’ailleurs, le processus de formation de la nation se heurtait aux particularismes centrifuges de toutes natures. En outre, les dynasties régnantes devaient unifier des pays hétéroclites à partir de leurs domaines patrimoniaux, si bien que la formation de la nation était soumise à la construction d’une monarchie centralisée7. Dans les pays tchèques, la majorité tchèque construisait son unité dans des combats communs pour s’arroger, entre autres, des positions politiques et économiques au sein de l’État8.

  • 9 Nejstarší české veršované legendy. Soubor rukopisných zlomků [Les plus anciennes légendes tchèques (...)
  • 10 Sur le lien étroit entre les termes langue et nation en tchèque médiéval, cf. J. Pečírková, « Staro (...)

6Les nobles veillaient surtout à ce que les étrangers ne les supplantent pas dans les charges, les offices et les possessions qui leur étaient dévolus. C’est pourquoi ils prêtaient une oreille attentive aux œuvres antiallemandes, très nombreuses dans la littérature tchèque à partir du début du xive siècle. À la différence des expressions plus anciennes de la xénophobie, ces œuvres étaient maintenant dirigées contre « le serpent que nous couvons sur notre propre cœur » et « l’invité pervers qui tue son hôte généreux sur son propre pâturage9 ». En effet, les débuts de la littérature en langue tchèque sont très étroitement liés au combat de la noblesse tchèque contre les bourgeois allemands et contre les étrangers à la cour royale. Il s’agit aussi bien de chroniques, de poèmes épiques et de légendes que de fables et de contes, dont le ton est radicalement nationaliste et ouvertement antiallemand10.

  • 11 Il s’agit de l’adaptation de l’œuvre de Gautier de Châtillon (écrite entre 1178-1182), mais truffée (...)
  • 12 Staročeská Alexandreida, éd. V. Vážný, préface A. Pražák et V. Vážny, Prague, 1949, p. 118, v. 230- (...)

7Prenons quelques exemples. Dans l’Alexandreis, vaste œuvre rimée en tchèque rédigée vers 1300, l’auteur a inclus dans la matière bien connue de la littérature occidentale de nombreuses invectives contre les Allemands11. Pour cet écrivain, le combat entre les Tchèques et les Allemands est un combat à la vie à la mort, car les Tchèques risquent d’être évincés de Bohême. Voici un des passages les plus caractéristiques : « Les Allemands, qui ne sont que des invités dans ce pays, veulent qu’on ne trouve plus aucun Tchèque sur le pont de Prague. Mais il pourrait arriver, si Dieu le veut, que ce soient eux qu’on ne voie plus12. » Pour cet auteur, seuls sont Tchèques ceux qui parlent tchèque et seuls les Tchèques doivent être maîtres du pays.

  • 13 Cf. sur le problème des rapports entre les Tchèques et les Allemands dans la Chronique de Dalimil : (...)

8On trouve le même ton dans la Chronique rimée de Dalimil, écrite vers 1315. C’est l’œuvre vernaculaire la plus répandue au Moyen Âge en Bohême. Elle retrace toute l’histoire tchèque, depuis les origines jusqu’à l’avènement au trône de Jean l’Aveugle. Le devoir des rois consiste, selon ce texte, à soutenir le combat de la noblesse tchèque contre les Allemands. Le roi doit au moins chasser ces intrus, ou plutôt même les exterminer13. L’auteur du début du xive siècle encense le duc Spytihněv, qui a régné trois siècles plus tôt, parce qu’il aurait

  • 14 Staročeská Kronika tak řečeného Dalimila. Vydání textu a veškerého textového materiálu, éd. J. Daňh (...)

Extirpé de notre pays tous les Allemands
Ainsi que d’autres étrangers
Comme les orties du jardin
Et comme les chardons de la crinière des chevaux14.

  • 15 Ibid., I, n. 13, p. 286-287, v. 1-64 ; II, p. 134, v. 10 et p. 454, v. 9-10.

9La logique de cette chronique est simple : les Allemands sont responsables de tout ce qui est arrivé de nocif aux Tchèques dans l’histoire. Il n’y a pas de faute ou de décision erronée d’un roi tchèque qui n’ait été faite sans « un conseil allemand15 ». Les Allemands sont les ennemis naturels des Tchèques, qu’ils veulent asservir ou germaniser.

  • 16 Je suis sur ce point en désaccord avec les analyses de R. Šťastný, Tajemství jména Dalimil [Le myst (...)

10Le nationalisme de la Chronique rimée découlait de la prise de conscience qu’à la suite de la colonisation, nombreux étaient les Allemands qui vivaient en Bohême, surtout de riches bourgeois dont l’argent menaçait les positions de la noblesse tchèque. L’auteur exprime un dédain profond pour les habitants des villes et des campagnes, en les appelants chlapy, ce qui veut dire manant ou vilain. Mais sa haine des Allemands ne s’estompe jamais, puisque tous les Allemands sont de toute façon des manants ou des vilains, quelle que soit leur origine sociale16.

  • 17 Voir les paroles du choral Saint Venceslas, consignées dans la Chronique de Beneš Krabice de Weitmi (...)

11Chez l’auteur de la Chronique rimée, on décèle les débuts de la conception culturelle et linguistique de la nation. Il comprend la nation tchèque comme une communauté de gens qui ont une langue propre, sans se soucier des idées religieuses des siècles précédents, comme celle qui voulait que tous les Tchèques aient été les sujets de saint Venceslas17.

  • 18 Cf. M. Nejedlý, « Roi étranger ou roi diplomate ? Jean l’Aveugle au miroir des sources tchèques », (...)

12L’intérêt de cette nation était pour lui primordial. Il fustigeait les nobles quand ils nuisaient à la nation par leurs querelles privées et détestait les rois étrangers qui régnaient alors en Bohême, comme Jean l’Aveugle18. Il atteint le comble quand il met dans la bouche d’un duc de Bohême du xie siècle, Oldřich, les paroles selon lesquelles il préfèrerait une paysanne tchèque à une impératrice allemande :

  • 19 Staročeská Kronika, op. cit. n. 14, I, p. 493, v. 21-28.

Je préfère épouser une paysanne tchèque,
plutôt que prendre pour épouse une impératrice allemande.
Puisque le cœur de chacun bat pour sa langue,
une Allemande serait hostile à mon peuple.
Une Allemande aurait des courtisans allemands
et apprendrait l’allemand à mes enfants.
Cela diviserait la langue
et causerait le désastre du pays19.

13Un de ses successeurs, Soběslav, aurait déclaré avant sa mort à ses fils :

  • 20 Ibid., II, p. 182-183, v. 21-38.

Je vous recommande mon pays et ma langue
pour que vous les aimiez,
et pour que vous ne laissiez pas entrer les Allemands.
Si la langue allemande se propage dans notre pays,
ce sera un désastre,
puisque les Allemands trahiront et le pays et les ducs,
et emporteront notre couronne en Allemagne.
Les Allemands sont d’abord sages,
mais quand ils deviennent plus nombreux,
ils ne se soucient plus des maîtres du pays
et veulent eux-mêmes devenir maîtres.
Si j’apprends un jour
que vous êtes favorables aux Allemands,
je vous ferai enfermer dans un sac de cuir,
et je vous laisserai vous noyer dans la rivière de la Vltava.
En effet, je me consolerais plus facilement de votre mort
que du déshonneur de ma langue20.

  • 21 Próza českého středověku [Pages de prose du Moyen Âge tchèque], éd. J. Kolár, Prague, 1983, p. 157.

14Ce ton « nationaliste » est tout à fait caractéristique de tout un courant de la littérature tchèque du xive siècle. Pour clore ces citations, je traduirai un bref passage d’un roman chevaleresque écrit vers 1360. Le héros principal, le chevalier tchèque Štilfrid, participe à une série impressionnante de tournois et en sort toujours vainqueur. Au moment crucial de l’histoire, il défie un célèbre combattant étranger et déclare : « Apportez-moi mon étendard. J’appelle à l’aide Dieu et saint Venceslas, car maintenant je me bats pour le salut et pour l’honneur de ma langue tchèque21. » Il n’est pas nécessaire d’ajouter qu’il remporte une victoire éclatante.

15Cette position intransigeante de la noblesse, liant dans les mêmes déclarations arguments nationaux et volonté de tenir son rang contre les « manants », ne change guère au cours du xive siècle. Ainsi, le Nouveau Conseil, rimé en tchèque vers 1392 par un membre d’une famille noble importante, Smil Flaška de Pardubice, s’adresse directement au roi de Bohême Venceslas IV :

  • 22 Smil Flaška z Pardubic, Nová rada, éd. J. Daňhelka, Prague, 1950, p. 31, v. 487-490. Cf. aussi M. N (...)

N’accepte jamais d’étrangers dans ton conseil
et ne te fie pas à l’aide des manants,
n’écoute aucunement leurs conseils perfides,
car tu risquerais de déroger honteusement à ton rang22.

  • 23 FRB, IV, ch. LXXI, p. 90.
  • 24 FRB, III, éd. J. Jireček, J. Emler, Prague, 1883, chap. XI-XIII, p. 3-228 (Die tutsch kronik), FRB,(...)

16Il est vrai que cette conception linguistique de la nation, omniprésente dans la littérature écrite pour la noblesse tchèque, n’était pas la seule en Bohême au xive siècle. Par exemple, le chroniqueur cistercien Pierre de Zittau, qui était Allemand et ne savait pas bien le tchèque, écrivait toujours, dans son œuvre en latin, « nous les Tchèques », parce qu’il était né en Bohême23. Les Allemands de l’Empire étaient pour lui des étrangers. On rencontre le même phénomène dans la traduction de la Chronique rimée de Dalimil en allemand, qui date des années 1340. Le traducteur s’efforce d’éviter le terme d’Allemand. Il fait une nette distinction entre les Allemands de Bohême, appelés bourgeois, et les Allemands de l’Empire, nommés étrangers24.

  • 25 Cf. M. Nejedlý, Politické myšlení české šlechty ve 14. Století [Les conceptions politiques de la no (...)
  • 26 Cf. W. Wostry, « Ein deutschfeindliches Pamflet aus Böhmen aus dem 14. Jahrhundert », Mitteilungen (...)

17Dans les villes, les corporations des métiers restèrent les bastions des Allemands jusqu’à la fin du xive siècle. Dans ces circonstances, on peut comprendre pourquoi la propagande nationaliste tchèque se tourna très souvent contre ces corporations et, plus généralement, contre les artisans. Évoquons à titre d’exemple le pamphlet De Theotunicis bonum dictamen, vitupérant avec une rare violence à la fois contre les corps de métier et les Allemands, traités de gens servilis25. L’auteur de ce pamphlet latin distingue scrupuleusement les Allemands de Bohême et ceux vivant hors des frontières du pays. Il déclare son estime envers l’Empire, qui aurait été accaparé et piétiné par la perfidie des Allemands, incapables de créer leur propre État26.

  • 27 Cf. Dvě legendy doby Karlovy [Deux légendes de l’époque de Charles IV], éd. J. Hrabák, Prague, 1959 (...)

18On ne peut laisser de côté les sources provenant du milieu ecclésiastique. Il s’agit surtout des textes hagiographiques. Dans les légendes écrites en tchèque au cours du xive siècle, saint Venceslas est présenté comme un patron de la nation tchèque, au sens linguistique du terme, plutôt que comme un patron de tous les habitants du pays. Un autre saint, Procope, devient très populaire. Les légendes tchèques ressassent un des miracles de ce moine qui n’aurait pas supporté qu’un Allemand entre dans le couvent qu’il avait autrefois fondé et aurait chassé l’intrus à coups de crosse27.

  • 28 Cf. Z. Hledíková, Biskup Jan IV. z Dražic [L’évêque Jean IV de Dražice], Prague, 1991, p. 142, où o (...)

19De plus en plus nombreux étaient, au xive siècle, les ecclésiastiques tchèques qui agonissaient d’ignominies les Allemands. Prenons l’exemple de l’évêque de Prague, Jean IV de Dražice. Un auteur contemporain le qualifie de « partisan intransigeant de la nation tchèque » parce qu’il détestait les Allemands au point de les désigner dans une charte par le terme charmant de natio perversa28.

  • 29 À cette époque, Prague fut administrativement divisée en trois villes.
  • 30 Cf. O. Marin, L’archevêque, le maître et le dévot. Genèses du mouvement réformateur pragois. Années (...)
  • 31 Jean de Jesenice a eu recours au terme de veri Bohemi pour éviter toute confusion avec le terme plu (...)
  • 32 Cf. Magnum oecumenicum Constantiense concilium, tomus IV, pars VIII, éd. H. von der Hardt, Mayence, (...)
  • 33 F. Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského [Vie et œuvre de Jérôme de Prague], Prague, 2010, p. 40.

20Au début du xve siècle, les tensions nationales au sein de l’université et dans les villes de Prague29 exigèrent une intervention du roi. Tout comme son père, Venceslas IV n’était pas un partisan de la nation tchèque au sens ethnique du terme. Il soutenait ceux auprès desquels il pouvait trouver un appui politique. Or, dans les circonstances du Schisme et de la crise de la papauté, ce parti favorable se trouvait être celui des jeunes réformateurs tchèques30. C’est justement ce milieu qui croyait en la nécessité de forger une définition claire de la nation. Ainsi, selon le juriste et fidèle ami de Jean Hus, Jean de Jesenice, les Tchèques étaient les seuls vrais maîtres de la Bohême31. Un autre compagnon de Hus, maître Jérôme de Prague, alla encore plus loin en concluant à la supériorité culturelle des Tchèques sur les Allemands32. En défendant leurs positions théologiques contre les attaques des Allemands, les idéologues de la réforme tchèque naissante proclamaient, dès les années 1410, que nul Tchèque pur, c’est-à-dire aucun Tchèque de mère et de père, n’avait été jusqu’à cette époque soupçonné d’hérésie33.

  • 34 Id., Husitské Čechy [La Bohême hussite], Prague, 2001, p. 253.
  • 35 Cf. J. Stočes, Pražské univerzitní národy do roku 1409 [Les nations universitaires pragoises jusqu’ (...)
  • 36 Cf. la monographie la plus récente de M. Nodl, Dekret kutnohorský [Le décret de Kutná Hora], Prague (...)

21La Réforme naissante avait trouvé son foyer à l’université de Prague. La nation tchèque ou, plus exactement, la corporation nacio Bohemica y comprenait aussi les maîtres et les étudiants allemands originaires du royaume de Bohême34. Ce qui importait, c’était l’appartenance à l’État ; les droits revendiqués concernaient tous les habitants du royaume35. Néanmoins, quand le roi octroya le décret de Kutná Hora en 1409, par lequel il changeait la répartition des voix à l’université au profit de la nation tchèque dans le sens territorial, les Tchèques au sens ethnique du terme étaient probablement majoritaires au sein de cette nation universitaire36.

  • 37 Cf. Defensio mandati, dans Documenta Mag. Joannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 356.

22Ils commencèrent à déclarer que les prérogatives de l’université appartenaient seulement aux « vrais » ou « purs » Tchèques, qui seuls avaient droit à « la première voix partout dans le Royaume et dans les villes37 ».

23Comme on l’a déjà vu, au début du xive siècle, quand la langue allemande des nouveaux habitants du royaume se répandit à la cour royale et dans les villes, la langue tchèque semblait à l’auteur de la Chronique rimée de Dalimil un signe déterminant de la nation que les Allemands étaient en train d’évincer. C’est pourquoi il attribua un rôle central à la langue tchèque, qui devint pratiquement le synonyme de la nation tchèque. Mais dès que les Allemands du royaume commencèrent aussi à parler tchèque, la connaissance de la langue ne fut plus suffisante pour déterminer la nationalité de l’individu. Pour qu’il n’y ait pas de méprise dans ce domaine, certains penseurs associèrent à la langue un autre attribut important, l’origine tchèque du père et de la mère.

  • 38 Regesta diplomatica nec non epistolaria Bohemiae et Moraviae, III, éd. J. Emler, Prague, 1890, p. 7 (...)
  • 39 Cf. J. Kadlec, Mistr Vojtěch Raňkův z Ježova, Prague, 1969, p. 24-27. Ici, à la p. 68, la clause li (...)

24On trouve pour la première fois ce critère, qu’on peut appeler ethniquement et linguistiquement puriste, dans une charte de l’évêque de Prague Jean de Dražice de 1333. Il y interdit d’accepter parmi les augustiniens de Roudnice quiconque n’aurait pas deux parents tchèques38. La même clause conditionna cinquante ans plus tard une donation de maître Vojtěch Raňkův de Ježov (Adalbert Ranconis de Ericinio), ancien professeur et recteur de l’université de Paris, lorsqu’il créa des bourses pour les étudiants tchèques à Oxford39.

25La nouvelle génération des maîtres universitaires tchèques au tournant des xive et xve siècles reprit ces tendances nationales, tout en trouvant l’expression de ses idées dans l’œuvre de John Wyclif. Les gloses que le jeune Jean Hus a écrites montrent qu’il n’était pas à l’abri des passions nationalistes.

  • 40 À propos de ces gloses marginales, parfois jugées « nationalistes », V. Novotný, M. Jan Hus, Život (...)
  • 41 La formule est de Jean de Jesenice, Defensio mandati, dans Documenta Mag. Iohannis Hus…, op. cit. n (...)
  • 42 Cf. Depositiones testium contra M. J. Hus anno 1414, ibid., p. 183.

26Dans la marge d’une œuvre de Wyclif, il avait ainsi par exemple rapidement griffonné les mots suivants : « Oh, les Allemands, dehors, dehors40 ! » Le combat pour Wyclif faisait pour lui partie intégrante du mouvement d’émancipation nationale qui réclamait que la nation tchèque soit dans le royaume « la tête et non la queue41 ». Peu de temps après le départ des professeurs et des étudiants étrangers de Prague en 1409, Hus devait déclarer : « Merci, Dieu soit loué. Nous avons expulsé les Allemands et nous avons atteint notre but. Nous sommes vainqueurs42. » C’est seulement à la fin de sa vie qu’il se mit à prôner des positions plus modérées.

  • 43 Magistri Hieronimi Pragensis Recommendacio arcium liberalium, éd. A. Molnár, Výbor z české literatu (...)
  • 44 Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40 ; Id., « The Idea of “Nation”… », lo (...)
  • 45 Id., Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40.
  • 46 À Paris, Jérôme de Prague s’est inscrit au sein de la nation anglo-allemande (Nationis Anglicanae/A (...)

27Tandis que chez les habitants des villes et des campagnes on supposait une hostilité croissante envers tout ce qui était étranger, sous la forme d’une xénophobie spontanée et d’un nationalisme irréfléchi, les conceptions idéologiques de la communauté nationale étaient limitées à un groupe restreint de savants universitaires et de polémistes proches de la haute noblesse. Or, un changement se produisit dans la conception théorique de la nation tchèque. Prenant la parole à la fin de la dispute quodlibétique de 1409, maître Jérôme de Prague engloba sans hésiter dans la Sacrosancta communitas bohemica tous ses membres possibles : « Du roi jusqu’au chevalier, du chevalier jusqu’au chanoine, du chanoine au plus simple prêtre, du bourgmestre à l’échevin et au bourgeois, du bourgeois au simple journalier43. » Ce n’était plus l’ancienne « nation politique » de la féodalité laïque et cléricale, mais la vraie communauté universelle, même si elle restait divisée en états44. Pour Jérôme, les traits distinctifs de la « nation » tchèque étaient le sol natal (patria), la langue commune (lingua), ainsi que l’ascendance maternelle et paternelle (sanguis). C’est ce dernier trait qui était déterminant pour définir le « Tchèque pur45 ». Signalons au passage que Jérôme de Prague, figure de proue du « nationalisme intellectuel » de l’époque, était aussi une sorte de globe-trotter avant la lettre : maître ès arts, il avait en effet étudié à l’université de Paris46.

  • 47 Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40.
  • 48 Pour la comparaison avec la France, cf. C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, nota (...)

28L’expression de puri Bohemi, souvent employée par maître Jérôme, correspondait d’ailleurs à une expression de Hus, qui parlait de veri Bohemi. Les deux expressions signifiaient la même chose, à savoir les habitants du royaume, qui non seulement parlaient tchèque, mais étaient aussi Tchèques de père et de mère. Néanmoins, chez Jérôme, chaque Tchèque « pur » devait en plus remplir une autre condition, la pureté de la foi. C’est justement cette pureté de la foi qui donna le droit à la nation tchèque de s’appeler « sainte » ou même « sacro-sainte47 ». Il faut remarquer que cet auteur ne mentionne pas encore comme un des signes de la nation l’unité des mœurs, comme ce fut le cas plus tard chez Philippe de Commynes en France par exemple48.

  • 49 Cf. Documenta Mag. Joannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 356.

29En même temps que Jérôme de Prague, un autre partisan de Hus, le juriste Jean de Jesenice, demandait aussi que la communauté des « vrais » Tchèques, laïcs et ecclésiastiques, eût « des prérogatives spéciales dans tous les conseils et dans le gouvernement du Royaume », tout en déclarant que les Tchèques devaient avoir partout la première place49.

  • 50 Sur le sens des termes bohemus et hereticus, cf. M. Nejedlý, « Češi jsou takoví kacíři, že i Syřanů (...)
  • 51 Dochovaná kázání Jana Želivského [Les sermons conservés de Jean Želivský], éd. A. Molnár, Prague, 1 (...)

30À la veille de la révolution, une échelle de valeurs définie par la persuasion messianique prenait le pas sur celle fondée sur l’idée de la nation. D’après la conviction répandue parmi les Hussites, la Parole de Dieu a trouvé en Bohême un accueil exceptionnel. Étant donné qu’en Bohême les partisans de la réforme étaient largement majoritaires et que la propagande à l’étranger ne faisait souvent aucune différence entre Bohemus et hereticus, les hussites étaient de plus en plus persuadés que la vraie foi était une spécificité tchèque et un don spécial de Dieu50. Jean de Želiv, porte-parole des radicaux pragois, prétendait que Dieu avait révélé sa vérité d’abord aux Tchèques, les chargeant de l’annoncer à toutes les autres nations51.

  • 52 Cf. Šmahel, La révolution hussite…, op. cit. n. 8, p. 94.

31Il serait inexact de confondre le messianisme hussite et le messianisme tchèque en général, car ce ne fut pas la « langue » ou la « nation » tchèque en tant que telles qui furent investies d’une mission, mais seulement ceux qui, en leur sein, obéissaient sans réserve à la loi de Dieu. Du moment où il était clair que tous les « Tchèques purs » n’étaient pas partisans du mouvement réformiste, la définition puriste de la « sainte nation tchèque » perdait sa valeur mobilisatrice pour laisser place à une autre expression riche de sens idéologiques, celle de fideles Bohemi, les Tchèques fidèles. L’adjectif « fidèle », courant chez Hus, veut dire fidèle de la vraie foi52.

32Il faut considérer que la propagande hussite destinée aux couches populaires devait leur être facilement compréhensible. De ce point de vue, la terminologie de Jérôme de Prague était trop inhabituelle et trop savante. C’est pourquoi les termes « langue-lingua » arrivent de nouveau au premier plan au début des guerres. Cette expression métaphorique, désignant l’ethnie tchèque, était certes moins précise et plus conservatrice, mais avait l’avantage incontestable d’être déjà fixée et compréhensible par tout le monde.

  • 53 Cf. sur la spécificité des guerres hussites, cf. Moeglin, « Nation et nationalisme… », loc. cit. n. (...)
  • 54 À propos de l’idée d’un développement rapide vers la nation moderne par rapport à d’autres nations, (...)

33Selon certains chercheurs, la nation tchèque s’est constituée au cours de la révolution en une nation moderne, qui avait une pleine conscience du fait qu’elle combattait pour de nouvelles valeurs qu’elle voulait inculquer à toute l’humanité. On peut approuver cette théorie en remarquant que le messianisme hussite issu de la conception vétérotestamentaire de Peuple Élu avait toujours été marqué par les arguments nationalistes. Mais jusqu’à présent, on n’a pas suffisamment souligné que, dans le vocabulaire des théoriciens et des propagandistes hussites, on trouve très souvent le terme de « langue » lié à « l’honneur, à la bonne renommée et au salut » de la nation tchèque. Si on analyse de près cette terminologie, on voit que le nationalisme hussite succède très étroitement aux valeurs chevaleresques et qu’il emprunte son vocabulaire aux œuvres écrites auparavant pour la haute noblesse tchèque. Il est vrai qu’en même temps, il s’agit au moins en partie d’un élargissement à toute la société des valeurs aristocratiques. Le nationalisme tchèque a peut-être anticipé, dans une certaine mesure, les nationalismes européens plus tardifs53. Mais on doit refuser la thèse selon laquelle la révolution hussite a créé la nation tchèque moderne54.

Notes

2 Cf. M. Nejedlý, « ‘Comme les orties dans le jardin, comme l’aigremoine dans la crinière des chevaux…’Les conflits entre Tchèques et Allemands en Bohême au xive et au début du xve siècle », West Bohemian Historical Review, 2 (2012), p. 41-71 ; F. Graus, « Die Bildung eines Nationalbewusstseins im mittelalterlichen Böhmen (Die vorhussitische Zeit) », Historica, 13 (1966), p. 5-49 ; Id., Die Nationenbildung der Westslaven im Mittelalter, Sigmaringen, 1980 ; F. Šmahel, « The Idea of the “Nation” in Hussite Bohemia », Historica, 16 (1969), p. 143-247 et 17 (1970), p. 93-197 ; Id., « The ‘Medieval Rebirth’of the Czech Nation », K poctě profesora Miroslava Hrocha, AUC-Philosophica et Historica 3, Prague, 1996 (Studia Historica, 44), p. 33-39.

3 Sur les différents aspects des changements de la structure sociale au xiiie siècle, cf. J. Klápště, Proměna českých zemí ve středověku, Prague, 2005, trad. M. Miller, K. Millerová, The Czech Lands in Medieval Transformation, Leyde/Boston, 2012.

4 Cf. M. Musílek, « Zajetí českého panstva patriciátem v sedleckém klášteře a v Praze roku 1309. Příspěvek k vývoji pražského a kutnohorského patriciátu na přelomu 13. a 14. Století » [La capture des seigneurs tchèques par le patriciat au monastère de Sedlec et à Prague en 1309. Contribution au développement du patriciat de Prague et de Kutná Hora au tournant des xiiie et xive siècles], Sedlec. Historie, architektura a umělecká tvorba sedleckého kláštera ve středoevropském kontextu kolem roku 1300 a 1700, éd. R. Lomičková (Opera Facultatis theologiae catholicae Universitatis Carolinae Pragensis – Historia et historia artium, 10), Prague, 2009, p. 139-163. Pour les tendances patriotiques et antiallemandes dans le milieu ecclésiastique, voir les diatribes d’un chanoine de Prague écrivant vers 1290 : Příběhy krále Přemysla Otakara II. Dva současné letopisy [Histoires du roi Přemysl Otakar II. Deux annales contemporaines], éd. K. Hrdina, Prague, 1947, p. 72.

5 Cf. V. Vaniček, « Šlechta a český stát za vlády Přemyslovců » [La noblesse et l’État tchèque sous les Přemyslides], Folia historica Bohemica, 12 (1988), p. 101.

6 Cf. Z. Uhlíř, « Národnostní proměny 13. století a český nacionalismus » [Les changements d’identité nationale au xiiie siècle et le nationalisme tchèque], Folia historica Bohemica, 12 (1988), p. 143-170.

7 À propos des aspects méthodologiques et terminologiques, cf. J.-M. Moeglin, « Nation et nationalisme du Moyen Âge à l’Époque moderne (France-Allemagne) », Revue historique, 250 (1999), p. 537-553.

8 Tout en suivant dans ce choix terminologique František Šmahel, je n’emploie pas le mot tchèque dans le sens politico-géographique, c’est-à-dire d’habitant de la Bohême (böhmisch en allemand), mais dans le sens ethnico-linguistique, pour distinguer les Tchèques des Allemands. Cf. F. Šmahel, La révolution hussite, une anomalie historique, Paris, 1985, p. 85 et suiv. ; Id., « Česká anomálie ? Úvaha na okraj diskusí o modernosti českého ‘ národa’a českého ‘nacionalismu’ ve 14. a 15. století » [Une anomalie tchèque ? Réflexion en marge de la discussion sur la modernité de la « nation » tchèque et du « nationalisme » tchèque], Československý časopis historický, 17 (1969), p. 57-68.

9 Nejstarší české veršované legendy. Soubor rukopisných zlomků [Les plus anciennes légendes tchèques versifiées. Recueil des fragments manuscrits], éd. J. Cejna, préface J. Hrabák, Prague, 1964, p. 157, v. 19-24.

10 Sur le lien étroit entre les termes langue et nation en tchèque médiéval, cf. J. Pečírková, « Staročeská synonyma jazyk a národ » [Les synonymes langues et nation en vieux tchèque], Listy filologické, 92 (1969), p. 126-130.

11 Il s’agit de l’adaptation de l’œuvre de Gautier de Châtillon (écrite entre 1178-1182), mais truffée de remarques sur la situation actuelle de la Bohême. Cf. Lexikon české literatury, I, Prague, 1985, p. 52-53.

12 Staročeská Alexandreida, éd. V. Vážný, préface A. Pražák et V. Vážny, Prague, 1949, p. 118, v. 230-244. Voir aussi V. Janouch, « Dva příspěvky ke studiu staročeské Alexandreidy » [Deux études sur l’Alexandréide en vieux tchèque], Příspěvky k dějinám starší české literatury, Prague, 1958, p. 110.

13 Cf. sur le problème des rapports entre les Tchèques et les Allemands dans la Chronique de Dalimil : J. Mezník, « Němci a Češi v Kronice tak řečeného Dalimila » [Allemands et Tchèques dans la Chronique dite de Dalimil], Časopis Matice moravské, 112 (1993), p. 3-10.

14 Staročeská Kronika tak řečeného Dalimila. Vydání textu a veškerého textového materiálu, éd. J. Daňhelka, K. Hádek, B. Havránek, N. Kvítková, Prague, 1988, I, p. 553, v. 11-14.

15 Ibid., I, n. 13, p. 286-287, v. 1-64 ; II, p. 134, v. 10 et p. 454, v. 9-10.

16 Je suis sur ce point en désaccord avec les analyses de R. Šťastný, Tajemství jména Dalimil [Le mystère du nom de Dalimil], Prague, 1991, p. 177.

17 Voir les paroles du choral Saint Venceslas, consignées dans la Chronique de Beneš Krabice de Weitmile (Fontes Rerum Bohemicarum [désormais FRB], éd. J. Emler, Prague, 1884, IV, p. 537). Cf. D. Orel, Hudební prvky svatováclavské [Éléments musicaux du culte de saint Venceslas], Prague, 1937, p. 3-28 et p. 63-67.

18 Cf. M. Nejedlý, « Roi étranger ou roi diplomate ? Jean l’Aveugle au miroir des sources tchèques », Prague Papers on the History of International Relations, 2 (2012), p. 11-36.

19 Staročeská Kronika, op. cit. n. 14, I, p. 493, v. 21-28.

20 Ibid., II, p. 182-183, v. 21-38.

21 Próza českého středověku [Pages de prose du Moyen Âge tchèque], éd. J. Kolár, Prague, 1983, p. 157.

22 Smil Flaška z Pardubic, Nová rada, éd. J. Daňhelka, Prague, 1950, p. 31, v. 487-490. Cf. aussi M. Nejedlý, « L’idéal du roi en Bohême à la fin du quatorzième siècle. Remarques sur le Nouveau conseil de Smil Flaška de Pardubice », Penser le pouvoir au Moyen Âge. Études offertes à Françoise Autrand, éd. D. Boutet, J. Verger, Paris, 2000, p. 247-260.

23 FRB, IV, ch. LXXI, p. 90.

24 FRB, III, éd. J. Jireček, J. Emler, Prague, 1883, chap. XI-XIII, p. 3-228 (Die tutsch kronik), FRB, III, chap. XV à XXVI, p. 257-297 (Die pehemische Cronica dewcz). Voir aussi V. Brom, Der deutsche Dalimil. Untersuchungen zur gereimten deutschen Übersetzung der alttschechischen Dalimil-Chronik, Brno, 2006 ; Di tutsch kronik von Behem lant. Die gereimte deutsche Übersetzung der alttschechischen Dalimil-Chronik. Rýmovaný německý překlad staročeské Dalimilovy kroniky, éd. V. Brom, Brno, 2009.

25 Cf. M. Nejedlý, Politické myšlení české šlechty ve 14. Století [Les conceptions politiques de la noblesse tchèque au xive siècle], mémoire de maîtrise, Prague, 1986, p. 116.

26 Cf. W. Wostry, « Ein deutschfeindliches Pamflet aus Böhmen aus dem 14. Jahrhundert », Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Deutschen in Böhmen, 53 (1915), p. 226-232. Voir aussi J. Šusta, Karel IV., Za císařskou korunou, 1346-1355 [Charles IV en route vers la couronne impériale], České dějiny, II-4, Prague, 1948, p. 255-256.

27 Cf. Dvě legendy doby Karlovy [Deux légendes de l’époque de Charles IV], éd. J. Hrabák, Prague, 1959, p. 272-273. On rencontre déjà ce motif dans les versions plus anciennes, mais il est moins prononcé : V. Chaloupecký, B. Ryba, Středověké legendy prokopské [Les légendes médiévales de saint Procope], Prague, 1953, p. 118-119 et p. 148-149.

28 Cf. Z. Hledíková, Biskup Jan IV. z Dražic [L’évêque Jean IV de Dražice], Prague, 1991, p. 142, où on trouve différentes interprétations possibles de cette formule souvent citée.

29 À cette époque, Prague fut administrativement divisée en trois villes.

30 Cf. O. Marin, L’archevêque, le maître et le dévot. Genèses du mouvement réformateur pragois. Années 1360-1419, Paris, 2005 (Études d’histoire médiévale, 9).

31 Jean de Jesenice a eu recours au terme de veri Bohemi pour éviter toute confusion avec le terme plus large et plus vague de Bohemi, qui pouvait comprendre aussi bien les Tchèques que les Allemands de Bohême. Cf. Documenta Mag. Joannis Hus vitam, doctrinam, causam in Constancienci concilio actam et controversia de religione in Bohemia annis 1403-18 motas illustrantia, éd. F. Palacký, Prague, 1869, p. 356. Voir aussi F. Šmahel, Idea národa v husitských Čechách [L’idée de nation dans la Bohême hussite], České Budějovice, 1971, p. 48.

32 Cf. Magnum oecumenicum Constantiense concilium, tomus IV, pars VIII, éd. H. von der Hardt, Mayence, 1698, col. 757 ; Documenta Mag. Johannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 362-363.

33 F. Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského [Vie et œuvre de Jérôme de Prague], Prague, 2010, p. 40.

34 Id., Husitské Čechy [La Bohême hussite], Prague, 2001, p. 253.

35 Cf. J. Stočes, Pražské univerzitní národy do roku 1409 [Les nations universitaires pragoises jusqu’en 1409], Prague, 2010.

36 Cf. la monographie la plus récente de M. Nodl, Dekret kutnohorský [Le décret de Kutná Hora], Prague, 2010. Cf. aussi F. M. Bartoš, « Příspěvky k dějinám Karlovy university v době Husově a husitské » [Contributions à l’histoire de l’université Charles à l’époque de Hus et du hussitisme], Sborník historický, 4 (1956), p. 37-40 ; J. Kejř, Husitský právník M. Jan z Jesenice [Le juriste hussite Jean de Jesenice], Prague, 1965 ; F. Šmahel, Husitská revoluce II [La révolution hussite], Prague, 1993, p. 236-239.

37 Cf. Defensio mandati, dans Documenta Mag. Joannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 356.

38 Regesta diplomatica nec non epistolaria Bohemiae et Moraviae, III, éd. J. Emler, Prague, 1890, p. 782. Cf. Hledíková, Biskup Jan IV. z Dražic, op. cit. n. 28, p. 150 ; F. Seibt, Hussitica. Zur Struktur einer Revolution, Cologne/Graz, 1965, p. 62-64.

39 Cf. J. Kadlec, Mistr Vojtěch Raňkův z Ježova, Prague, 1969, p. 24-27. Ici, à la p. 68, la clause limitant la bourse aux Tchèques au sens ethnique du terme. Sur l’identification d’Adalbert Ranconis de Ericinio ou Adalbertus de Bohemia, cf. O. Weijers, Le travail intellectuel à la faculté des arts de Paris, Turnhout, 1994, vol. 1, p. 23. Albertus de Bohemia était recteur de l’université de Paris en novembre 1355 : Liber procuratorum nationis Anglicanae (Alemanniae) in Universitate Parisiensi, éd. H. Denifle et É. Chatelain, Paris, 1894 (Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis, 1), vol. 1, col. 188. Le même Albertus de Bohemia était encore indiqué comme recteur de l’université dans le statut de la faculté des arts de Paris du 10 décembre 1355 (cf. H. Denifle et É. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, vol. 3, Paris, 1894, no 1229, p. 39).

40 À propos de ces gloses marginales, parfois jugées « nationalistes », V. Novotný, M. Jan Hus, Život a dílo [Jean Hus. Vie et œuvre], I, Prague, 1919, p. 61. Sur le problème de l’interprétation, cf. J. Daňhelka, « Das Zeugnis des Stockholmer Autographs von Hus », Die Welt der Slaven, 6 (1982), p. 229-231.

41 La formule est de Jean de Jesenice, Defensio mandati, dans Documenta Mag. Iohannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 357.

42 Cf. Depositiones testium contra M. J. Hus anno 1414, ibid., p. 183.

43 Magistri Hieronimi Pragensis Recommendacio arcium liberalium, éd. A. Molnár, Výbor z české literatury, I, Prague, 1957, p. 245.

44 Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40 ; Id., « The Idea of “Nation”… », loc. cit. n. 2, p. 179-181.

45 Id., Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40.

46 À Paris, Jérôme de Prague s’est inscrit au sein de la nation anglo-allemande (Nationis Anglicanae/Alemaniae). Il a demandé l’exonération complète ou partielle des frais habituels. La nation anglo-allemande a répondu favorablement à sa supplique lors de son assemblée du 7 avril 1404, réunie à l’église Saint-Julien-le-Pauvre. Cf. Liber procuratorum…, op. cit. n. 39, vol. I, col. 879. Voir aussi M. Tanaka, La Nation anglo-allemande de l’université de Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, 1990.

47 Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského, op. cit. n. 33, p. 40.

48 Pour la comparaison avec la France, cf. C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, notamment p. 291-335.

49 Cf. Documenta Mag. Joannis Hus…, op. cit. n. 31, p. 356.

50 Sur le sens des termes bohemus et hereticus, cf. M. Nejedlý, « Češi jsou takoví kacíři, že i Syřanů si vážím víc’. Knížka žalářních veršů Jeana Régniera a její protihusitský osten » [« Car Boemses sont heresiens, et vallent pis que Suriens ». Le Livre de la prison de Jean Régnier et sa pointe anti-hussite], Zrození mýtu. Dva životy husitské epochy, k poctě Petra Čorneje, éd. R. Novotný, P. Šámal, Prague, 2011, p. 244-259.

51 Dochovaná kázání Jana Želivského [Les sermons conservés de Jean Želivský], éd. A. Molnár, Prague, 1953, p. 190. Sur le messianisme hussite, voir R. Urbánek, Z husitského věku, Prague, 1957, p. 7-28.

52 Cf. Šmahel, La révolution hussite…, op. cit. n. 8, p. 94.

53 Cf. sur la spécificité des guerres hussites, cf. Moeglin, « Nation et nationalisme… », loc. cit. n. 7, p. 538.

54 À propos de l’idée d’un développement rapide vers la nation moderne par rapport à d’autres nations, F. Graus, Die Nationenbildung der Westslawen im Mittelalter, Sigmaringen, 1980 (Nationes, 3), p. 89-112.

Auteur

Université Charles, Prague

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540