Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

L’amour du roi est-il une composante politique de la « nation France » au xiiie siècle ?

Is the Love of the King a Political Component of the “Nation France” in the 13th Century?

Lydwine Scordia

Résumé

L’amour du roi a-t-il contribué à créer la « nation France » ? Les premières chroniques en français (Grandes chroniques de France) en témoignent pour le règne de Philippe II. Quelques textes contemporains appartenant à des genres différents, la Philippide (poème épique), De bono regimine principis (traité de bon gouvernement) et De principis instructione (chronique d’outre-Manche), permettent de mesurer les différences dues à la forme. Les nombreuses occurrences de l’amour (divin, naturel et politique) attestent l’enrichissement de la notion d’appartenance : la nation ne réunit plus seulement ceux qui ont la même origine (Isidore de Séville), mais ceux qui sont tendus vers un objet commun (la défense du roi et du royaume, voire l’épiphanie du Christ).

Did the love of the king contribute to the creation of the “nation France”? To answer this, as far as the reign of Phillip II is concerned, we need to look at the earliest chronicles in French, the Grandes Chroniques de France. The examination of some contemporary texts belonging to different genres will allow us to measure differences in form. These are the Philippide, an epic poem, the De bono regimine principis, a treatise of good government and the De principis instructione, a chronicle from England. In these we find numerous references to love (divine, natural and political) pointing to an enrichment of the idea of belonging. The nation is no longer simply, as Isidore of Seville saw it, the union of those who have the same origin; it is more than that–it is a union of the like-minded, those who aspire towards a common object: the defense of the king and the kingdom or even, in some cases, the epiphany of Christ.

Texte intégral

  • 1 Les Grandes Chroniques de France (désormais citées GCF), éd. J. Viard, 10 vol., Paris, 1920-1953, (...)
  • 2 Y compris les pronoms et adverbes substitutifs. Par comparaison, on trouve 13 occurrences de « roi (...)
  • 3 Allusion à l’étymologie des Franci : Isidore de Séville, Les Étymologies. Livre IX. Les langues et (...)
  • 4 Même si Primat vise à faire connaître la geste des rois, il ne dit pas explicitement que de la con (...)
  • 5 De même qu’Israël a joué un rôle majeur dans la diffusion du message, la nation France (au singuli (...)

1Célèbre pour toute recherche sur « le métier d’historien », le prologue des Grandes chroniques de France, offertes au roi en 1274, peut servir de fondement à une étude sur la « nation » au xiiie siècle1. Le texte de Primat regorge des mots « nation » (15 occurrences) et « France » (13 occurrences)2. Issus de la « noble lignée des Troyens », les rois de France appartiennent à « cette nation », décrite par le moine de Saint-Denis comme « forte, fière, cruelle envers ses ennemis3 », « douce et miséricordieuse envers ses sujets » et les vaincus, obéissante à son Créateur, comblée de grâces divines, dont la principale est sa fidélité et la ferveur de sa foi car elle accueillit la foi chrétienne « avec tant de dévotion et amour4 ». « Mère de toutes les nations » par son antériorité dans la conversion au christianisme, cette nation est favorisée « parmi toutes les terres et les nations5 ».

  • 6 « Non la monarchie », continue G. M. Spiegel, « Les débuts français de l’historiographie royale ; (...)

2Arrivé au milieu de sa démonstration, Primat cesse d’utiliser le mot « nation » et le remplace significativement par « France ». Le chroniqueur distingue deux temps : celui où « cette nation » est « mère de toutes les nations » et celui où la France est la fille de Sainte Église, le temps de la foi et celui de l’Église. Les « rois de France » (toujours au pluriel) forment le dernier maillon de cette histoire sainte. Leur origine, leur lignée, la référence aux « trois races » disent, bien sûr, l’importance de la naissance et de la continuité dynastique. « Aux origines était la nation », selon l’heureuse formule de Gabrielle M. Spiegel6.

  • 7 La communication donnée à Prague portait sur l’ensemble du xiiie siècle, de Philippe ii à Philippe (...)
  • 8 B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237 (1967), p. 17-30, p. 2 (...)
  • 9 Travail d’HDR en cours sur « Amour et désamour du roi ».

3Le règne de Philippe II, pour rester dans la cohérence de la première compilation dionysienne, contient de belles occurrences de l’amour du roi7 : celui que le roi porte à Dieu, à l’Église, à ses barons, aux Français, à son royaume, à son peuple, et celui que ces derniers portent au roi. Bernard Guenée écrivait que l’« État crée la nation » et qu’en « France, l’État a précédé la nation8 ». Posons la question : l’amour du roi a-t-il contribué à créer la « nation France » ? Aux xive et xve siècles, l’amour unissant le roi à ses sujets est devenu un lieu commun9. Qu’en est-il au tournant des xiie-xiiie siècles ?

4Le cœur documentaire est formé par les Grandes chroniques de France (GCF), chronique historique en français, traduite principalement de sources latines, ce qui nous amènera à noter quelques différences lexicales (1). Nous complèterons ensuite le corpus avec des textes contemporains appartenant à d’autres genres pour mesurer les différences dues à la forme (2). Et nous terminerons par une typologie et une analyse des amours du roi rencontrés dans le royaume de la « nation France » (3).

En source majeure, « le roman aus roys » : le roi, le royaume, les Français sous le règne de Philippe II

  • 10 Sur l’histoire des premières chroniques françaises, lire G. Labory, « Essai d’une histoire nationa (...)
  • 11 GCF, vi, p. 87-337 ; Œuvres de Rigord [1re rédaction : 1191 ; 2e : 1206] et Guillaume le Breton [1(...)

5L’histoire de la compilation réalisée par les moines de Saint-Denis trahit leur travail : utiliser des chroniques passées en se les appropriant, sous couvert d’inscription dans la tradition10. « Rien n’a été inventé », affirme Primat. Le choix et la traduction des chroniques disponibles, sans parler des ajouts, ont pourtant offert au compilator de nombreuses occasions de modifications. Le florilège d’occurrences amoureuses (substantif, verbe) n’omet pas le vocabulaire associé (grâce, débonnaireté, concorde…) et leur inscription territoriale et nationale. Un demi-siècle seulement a passé entre les rédactions des Gesta Philippi de Rigord († 1209) et Guillaume le Breton († 1226)11, source des chapitres sur Philippe II, et le début du chantier commandé par Louis IX aux moines de Saint-Denis, mais les variantes (sur traduction du latin et interpolation) sont déjà nombreuses.

  • 12 GCF, i, 1, p. 89 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 1, p. 7 ; § 1, p. 9. « Le bon roi Philippe (...)
  • 13 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, i, 16, p. 139 et § 37, p. 53 ; iii, 21, p. 362 et § 209, p. 297  (...)
  • 14 Ibid., i, 3, p. 96 et i, 8, p. 113 ; § 5, p. 14 et § 18, p. 31.
  • 15 Ibid., i, 4, p. 99 et § 57, p. 16 (la formule revient quatre autres fois) ; GCF, i, 18, p. 146.
  • 16 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, i, 21, p. 158 et § 49, p. 74.
  • 17 Ibid., ii, 20, p. 259 et § 135, p. 150.

6L’acteur principal de la chronique est alors le « bon roi Philippe », traduction de Philippus rex Francorum et de regni Philippi Augusti illustris Francorum regis12. Rigord le dit Augustus, Guillaume le Breton le dira magnanimus, Primat ne retient que « le roi » (Philippus rex semper Augustus ; rex magnanimus), le « droit seigneur » (dominum suum), qui appartient à la génération des rois de France issue de cette racine troyenne13. Le roi Philippe aime la justice et garde la vérité (justitiam quasi matrem propriam dilexit et amorem veritatis)14. Embrasé d’amour et de jalousie (zelo Dei accensus), il venge la honte de Sainte Église et ne cesse de faire des dons (soie, reliques), en « alliance d’amour et de charité » (in pignus amoris et caritatis) à l’église de Saint-Denis, et réitère son « amour et affection » pour l’abbaye (absent du latin)15. Le roi œuvre à la « sublimation de France » (excellentiam Francorum)16. En paix et bon amour (cum bona pace et dilectione), les deux rois Philippe et Richard peuvent partir en croisade17.

  • 18 Ibid., i, 1, p. 89 et § 1, p. 8.
  • 19 Ibid., i, 14, p. 135 et § 34, p. 51.
  • 20 Ibid., i, 9, p. 116 et § 21, p. 34.
  • 21 Dans un beau passage sur une intervention royale en la contrée de Bourges en 1183 : ibid., i, 9, p (...)
  • 22 Ibid., i, 7, p. 110 et § 15, p. 28 ; i, 8, p. 112.
  • 23 Ibid., iii, 19, p. 359 et § 201, p. 295.

7Le cadre de l’action est le royaume de France (regni Francorum)18, qui apparaît selon les cas comme un lieu, un espace, une réalité politique ou une entité abstraite. Ces distinctions sont accentuées dans la traduction française : le regnum Francorum devient en français la « couronne de France19 ». Le roi est « curieux de l’accroissement de son règne » (de augmento et amplatione regni sollicitus)20. Le français juxtapose des registres géographiques, féodaux et royaux (la France, la terre, tout ce pays) quand le latin est plus administratif (terram regis)21. Les GCF se plaisent à donner son nom au royaume ; le latin insistait sur le lien roi-royaume (de regno suo). La France devient même l’acteur du récit : « France fu vuidée de la corruption » (absent du latin)22. Le pire danger se trouve être le partage et la division de tout le royaume, comme le projettent les ennemis du roi à Bouvines : à chacun sa part (regnum diviserant universum)23.

  • 24 Ibid., i, 12, p. 130 et § 130, p. 47.
  • 25 Ibid., i, 12, p. 130 et § 130, p. 47 ; i, 13, p. 132 et § 32, p. 49 ; ii, 13, p. 232 et § 104, p.  (...)
  • 26 Ibid., iii, 11, p. 330 et § 183, p. 269 ; iii, 15, p. 345 et § 192, 283 ; iii, 15, p. 346 et § 192 (...)
  • 27 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, ii, 21, p. 266 et § 139, p. 155 ; iii, 12, p. 338 et § 189, p. 2 (...)

8Les liens entre le roi et les habitants du royaume, noués dans le contexte des batailles, des croisades, des processions et des fêtes, prouvent que les temps de la guerre et de la paix conditionnent les comportements (Il y a un temps pour tout, Ecclésiaste : Qo 3, 1, 8). Le roi n’est jamais seul : il ne cesse de rassembler tous les prélats et les barons de « son royaume » (terre sue)24 avant d’entrer en croisade ou en bataille. Les possessifs restent abondants en français : le roi rassemble « ses osts » (collecto exercitu), toute « sa compagnie », « ses gens » qui viennent de partout, tous « ses barons », les « chevaliers nés de France » (cum sexcentis electis militibus Francigenis) pour batailler contre les ennemis25. Les GCF mettent en avant les « Français » lors des batailles, quand le latin dit milites nostros, les épées des Français et leur vertu (gladii Francorum et virtus eorum) et la vertu des chevaliers de France (nostrorum militum)26. Latin et français coïncident à Bouvines pour chanter la hardiesse des Français (Francorum audaciam), alors que les ennemis cruellement armés crient « Mort aux Français ! » (Ad mortem Francorum)27.

  • 28 Ibid., i, 13, p. 133 ; i, 26, p. 174 et § 63, p. 93.
  • 29 Ibid., i, 23, p. 166 et § 54, p. 82 ; iii, 20, p. 361 et § 203, p. 296 ; iii, 20, p. 361 et § 203, (...)

9On distinguera les liens du roi avec ses barons de ceux qu’il entretient avec les Français. Les relations unissant le roi et « ses barons » sont faites de dons octroyés par débonnaireté et largesses (absent du latin), d’hommage, de révérence, d’amour naturel, de « fiance » (fedus juramento firmavit)28. De leur côté, les Français rendent grâce à Dieu à l’annonce de la naissance du futur Louis VIII : joie et liesse règnent dans la cité de Paris pendant sept jours et sept nuits, les bourgeois carolent (ducendo choreas canere non cessavit). Tout le peuple (genera populorum, et plus loin omnes), détaillé par Guillaume le Breton et les GCF en haut et bas, hommes et femmes, vieux et jeunes, tous accourent en grande joie après Bouvines et fêtent pendant sept jours et sept nuits la victoire à Paris29.

  • 30 Ceux causés par le roi quand il tient la reine Ingeborg en haine (ii, 10), ce qui entraîne mille m (...)
  • 31 Ibid., ii, 15, p. 241 et § 115, p. 138 ; iii, 18, p. 356 et § 199, p. 291.
  • 32 Ibid., iii, 16, p. 349-350 et § 194, p. 286.

10Mais il existe des désordres d’amour30, celui du comte Renaud, qui intéresse le plus notre propos. Alors que Philippe II lui a donné par amour la comtesse et le comté de Boulogne (cui ex maximo amore et familiaritate), Renaud n’a pas de retour d’amour pour le roi et il le trahit. Par deux fois, le roi pardonne et le reçoit en « grâce et en amour » (in magnam ipsius amicitiam)31. Mais à la troisième, à Bouvines, le roi le fait emprisonner. La bataille de 1214 divise les familles des seigneurs, celle du comte d’Auxerre : alors que le père, cousin du roi Philippe (cognatus regis), combat à ses côtés, le fils, cousin par sa mère de la femme de Ferrand de Flandre, combat contre son père et contre la couronne de France (contra regem). D’autres avec lui luttent contre leur droit seigneur (domini saecularis) et leurs amis charnels (cognatos), qu’ils devraient aimer par droit naturel (revereri et diligere naturali jure)32.

  • 33 Ibid., ii, 4, p. 195 et § 72, p. 106 ; iii, 19, p. 358 et § 200, p. 293.

11On peut mesurer ces amours à l’aune d’autres princes. L’amour du roi de France pour l’empereur Henri VI (propter amicitiam) et la haine du roi Jean pour sa propre chair (carnem et sanguinem semper odio habens) contribuent à établir implicitement les hiérarchies des princes de la chrétienté33.

  • 34 Ibid., i, 12, p. 119 et § 25, p. 37.
  • 35 Ibid., iii, 12, p. 337 et § 186, p. 277.

12Les innombrables possessifs (ses barons, ses chevaliers) marquent l’union du royaume par le roi, et autour de celui qui est si souvent « ému de pitié et de compassion » (zelo Dei accensus) pour eux34. Et Primat aime à nommer le royaume et ses habitants, substituant ces termes ou les ajoutant jusqu’à la redondance (« nobles combattants de France », interpolé de milites)35.

En source mineure, un poème épique, un miroir au prince et une chronique d’outre-Manche

13Les GCF intègrent l’amour du roi à l’histoire du royaume, mais la polysémie de l’amour incite à élargir notre corpus à d’autres genres pour mesurer le poids de la forme et de la langue sur nos thématiques.

  • 36 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, t. 2, p. 1-385. François Guizot en a donné une traduction : La P (...)
  • 37 Labory, « Essai d’une histoire nationale… », loc. cit. n. 10, p. 328. Ce qui tendrait à montrer qu (...)

14Avec la Philippide/Philippis de Guillaume le Breton, le thème amoureux explose. Après sa chronique, le chapelain de Philippe II reprit le sujet de Bouvines dans un poème épique de douze livres en latin (1226)36. Un texte que Primat n’a pas utilisé, à la différence de l’Anonyme de Chantilly-Vatican37.

  • 38 GCF, i, 6, p. 106 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 12, p. 24 : « pour la libéralité du pays (...)
  • 39 À Rome, diadema désignait le bandeau de lauriers qui ornait la tête du général victorieux. Nous re (...)

15Le vocabulaire s’enrichit de la patria, terrestre, qu’il faut garder (Et patriam tutate tuam, chant X, vers 341), qu’on a douleur à quitter (X, 533), pour laquelle on combat (XI, 67), que les mauvais barons désertent, comme le comte Renaud de Boulogne, desertor patrie (XII, 121). L’adjectif Francigenum, déjà présent dans Rigord38, est accolé à la rigor (X, 407) et au ductor (X, 644). Les limites de la terre relevant des Francis (nostri confinia regni, X, 377) s’élargissent : elles sont définies par des frontières naturelles (tota terra patens a Francis usque sub Alpes, X, 515), et par des pays voisins (tangens Alemania fines, X, 514). Le roi invite à la bataille : que chacun se batte en prenant soin du royaume et de la « couronne » (regni curam et diadematis, X, 787)39. La Francia s’incarne pour appeler à offrir des fêtes au roi Philippe (XII, 200) après la victoire de Bouvines.

16Le vocabulaire de l’amour connaît une forte inflation :

  • Nul ne veut perdre la regis amicitiam Francorum (X, 398).
  • Avant la bataille, Philippe s’adresse aux caris (X, 758) et il évoque les clercs qui l’aiment d’une grande affection (Major in affectu quibus est dilectio nostra, X, 783).
  • Le poète insiste sur l’unanimité géographique et sociale, sur la liesse de tout le pays (XII, 236). La dilectio regis entraîne le peuple à des transports de joie (XII, 264). La victoire de Bouvines est commune à tous et tous ont la même joie (affectu communis et gaudia, XII, 238).
  • Le roi est désormais beaucoup plus aimé de tous (rex magis est dilectior illus, XII, 275) et il gouverne le royaume et le peuple d’une affection paternelle, aimant tous et étant aimé de tous (regnum populumque paterno affectu, cunctos et amans et amatis ab illis, XII, 281-282).
  • Il est le père de la patrie (patrie pater, XII, 288).

17Les derniers vers sur Bouvines chantent l’apothéose de l’amour réciproque du roi et des Français : Nec sciri poterat mage diligat an populum rex, / An regem populus ; et erat contentio dulcis/Inter eos super his, uter utri carior esset,/Quem penes alterni vis esset major amoris,/Tam puro nexu dilectio colligat ambos ! (XII, 289-293).

18La victoire prouve l’amour du roi et suscite l’amour du peuple. Peuton aller plus loin dans leur exaltation ?

  • 40 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principis, éd. Patrologia latina, t. 212, col. 735-746.
  • 41 Sur la comparaison du thème de l’amour dans des textes issus du Policraticus de Jean de Salisbury, (...)
  • 42 Jean de Salisbury, Policraticus, éd. Patrologia latina, t. 199, iv, 3, col. 518 ; iv, 4, col. 519- (...)

19À la demande de Philippe II, le cistercien Hélinand de Froidmont († ap. 1229) écrivit vers 1200-1210 un miroir au prince, intitulé De bono regimine principis40. Les enseignements à inculquer au prince venaient du Policraticus et tenaient en quatre thèmes : reverentia Dei, cultum sui, disciplinam officialium et potestatem, affectum et protectionem subditorum, illustrés d’exempla antiques41. Le cistercien décalque le Policraticus, mais ajoute l’adjectif mutuo (De mutuo affectu principis et subditorum), qui introduit la réciprocité de l’amour entre le roi et les sujets. Trois exemples militaro-politiques antiques pondèrent ce fondement de l’art de gouverner. Dans le premier, César déclare qu’un chef qui ne travaille pas à être aimé des soldats ne sait pas aimer le soldat (militem nescit amare). Dans le deuxième, il est dit que l’affectus des sujets protège le chef comme les membres protègent la tête. Cet amour est libre est non contraint, lit-on dans le troisième exemplum : il naît de la confiance réciproque (fides) et de la grâce désintéressée (gratia)42.

20Les exempla accentuent encore la thématique amoureuse des batailles. Tous deux ancrent le thème dans l’Antiquité.

  • 43 Matthieu Paris décrit un Philippe II jaloux de son autorité face au cardinal Jean, envoyé du pape, (...)
  • 44 Liber de principis instructione [désormais cité DPI], Giraldi Cambrensis opera, éd. J. S. Brewer, (...)
  • 45 DPI, i, 17, p. 75-76.
  • 46 Ibid., i, 19, p. 104-105.
  • 47 Ibid., iii, 30, p. 318.
  • 48 Ibid., iii, 30, p. 320.
  • 49 Ibid., iii, 30, p. 320-321.

21Ajoutons, dans une perspective comparatiste, une chronique d’outre-Manche. Si l’amour du roi de France n’inspire pas les Chronica maiora de Matthieu Paris († 1259) pour ce règne – il en ira tout autrement pour le temps de Louis IX43 –, le Liber de principis instructione de Giraud de Barry († v. 1223) contient de belles mentions amoureuses44. Le Gallois commence par énumérer les vertus nécessaires au prince (I), puis il propose une histoire morale du règne d’Henri II et de ses fils (II et III). Mais, dès le début, on comprend que les rois capétiens lui serviront de modèles et les rois normands de contre-modèles. Britannia, écrit Giraud, est une île fertile en tyrans (tyrannorum patria). La Francia, en revanche, où les princes ont coutume d’être plus bienveillants et doux (mansuetiores et mitiores principes esse solebant), compte de rares tyrans, ou alors ils ne sont pas nés du sol natal (nisi naturali solum) et meurent de mort brutale45. Giraud de Barry met en avant Auguste, pater patriae, car il a augmenté la rem publicam et éprouvait un affectum patriae, comparable en cela au père envers ses fils46. Sans pompe ni tyrannie, les rois de France ne sont pas haïs et méritent d’être aimés de tous (exosi quippe suorum nullis diligi magis merentur a cunctis)47. Les successions héréditaires et le droit naturel (serie hereditaria semper et jure naturali) créent des royaumes paternels (regna paterna)48. Enfin, pour couronner sa démonstration, Giraud de Barry sollicite la symbolique ; les meubles héraldiques trahissent une différence fondamentale entre les deux royaumes : comment s’étonner que des princes ayant choisi d’orner leurs écus et leurs enseignes par des fleurs (gladioli fosculis) soient doux à leurs sujets, et que ceux qui y ont placé des ours, des léopards ou des lions (bestias atroces et voraces) déchirent les leurs49 ?

22Ainsi, l’amour s’inscrit dans des registres divers (philosophique, théologique, eschatologique ; féodal, politique ; historique, littéraire ; familial ; juridique…). Mais s’agit-il du même « amour » ? Le mot français ne traduit pas les différences des termes latins (amor, dilectio, caritas) et des mots souvent associés (amicitia, affectus, affectio…).

L’amour du roi : un mot, plusieurs registres

23Le corpus rassemblé permet de distinguer trois types d’amour du roi, selon qu’il est ordonné à Dieu, au droit naturel et à l’ordre politique.

Ordo caritatis

24Le premier amour dans l’ordre du principe et de la préséance est l’ordo caritatis. Le roi aime Dieu et la Sainte Église, et il aime les clercs, les barons, les chevaliers, le peuple en Dieu. C’est l’ordo caritatis d’Augustin : un amour ordonné et transcendé, qui est à la fois moteur et fin. Cet amour inscrit les amours terrestres dans une perspective céleste : l’amor ordinatus en Dieu des Confessions (IV, 4, 7) vient en écho du Ct 2, 4 (Ordinavit in me caritatis).

25Le nom de cet amour est la caritas, vertu théologale. Philippe Auguste préfigure son petit-fils Louis IX quand, tout embrasé d’amour et de jalousie, il venge la honte de l’Église et multiplie les dons à l’église de Saint-Denis in pignus dilectionis et caritatis ecclesiae beati Dionysii Areopagitae.

  • 50 GCF, i, 1, p. 91 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 1, p. 8-9. Y a-t-il eu modification du tex (...)

26L’ordo caritatis s’est épanoui dans les périodes d’aspiration eschatologique, telles qu’on a pu les rencontrer sous le règne de Philippe Auguste, ou comme on les verra au temps de Philippe le Bel. La communion rêvée par Louis VII, au cours de laquelle les barons boivent au calice royal en or plein de sang humain, augure l’unité de foi du royaume réalisée par l’expulsion des Juifs, la croisade en Terre sainte et la fusion affective du roi avec le peuple après Bouvines50.

27Ces manifestations d’amour annoncent la fin des temps. Le roi aime le peuple et s’en fait aimer, comme le Bon Pasteur : il n’y aura plus qu’un seul troupeau et un seul berger (Jn 10, 16).

Ordo naturalis

  • 51 Isidore de Séville, Les Étymologies, op. cit. n. 3, IX, 2, 40-41.

28L’amour fondé sur la génération renvoie à la famille et au lieu de naissance, à la manière d’Isidore de Séville pour lequel la nation (gens) est issue d’une même origine ou séparée d’un autre peuple selon un regroupement géographique particulier51.

  • 52 GCF, iii, 10, p. 327 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 181, p. 266 ; GCF, iii, 22, p. 364 ; p (...)
  • 53 J. Krynen, « Naturel, Essai sur l’argument de la Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen (...)

29Le roi des GCF éprouve un amour naturel pour son fils (filius ejus, primogenitus ejus), né de son sang dans la noble lignée des rois de France52. Cet amour venant de la naissance renvoie à la nature créée par Dieu (jus naturale)53. Les rois aiment leur sang, tout comme les barons, et les contrevenants appellent sur eux une sorte de malédiction quand ils ne l’aiment pas selon l’ordre naturel, à l’image du jeune Philippe d’Auxerre qui, à Bouvines, contrevient triplement à l’amour paternel, seigneurial et royal.

  • 54 GCF, iii, 12, p. 335 et iii, 16, p. 350, et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 185, p. 274 et § 1 (...)

30L’ordo naturalis porte les sujets à aimer leur « seigneur lige » (dominum suum), leur « droit seigneur » (domini saecularis), et entraîne la solidarité des membres distincts54. L’hérédité dynastique crée un gouvernement paternel de droit naturel (jure naturali), selon Giraud de Barry. L’amour naturel pour le droit seigneur évitera tout risque de tyrannie et fera durer la seigneurie.

31Les chroniques aiment aussi à évoquer les chevaliers, nobles, barons, « nés de France », le lieu de naissance valorisant encore davantage le sang. Cet amour est-il spécifiquement français ? Les GCF jettent l’opprobre sur le roi d’Angleterre, Jean sans Terre, qui hait son sang, sa propre chair, qui a tué son neveu (Arthur, frère d’Aliénor), emprisonné vingt ans sa nièce Aliénor de Bretagne (fille du dernier fils d’Henri II). Mais on a vu que Matthieu Paris en dit tout autant du roi français, jaloux, irrespectueux et haineux. Ce qui atteste a contrario les vertus archétypales du roi.

Ordo politicus

32La composante politique de l’amour du roi se manifeste principalement dans le contexte de la défense du royaume, soit en temps de guerre.

  • 55 Et par des signes, comme le baiser de paix et d’amour (GCF, i, 10, p. 121 ; i, 12, p. 129) ou des (...)
  • 56 Sorte de préfiguration de Louis IX lors du traité de Paris, raconté par Joinville, non repris dans (...)

33À l’époque féodale, l’amour accompagne l’hommage et se traduit par des mots55. Le roi octroie par grand amour des biens à Renaud, comte de Boulogne ; il le reçoit en grâce et en amour après qu’il a trahi la fides. Les dons prodigués font basculer les barons dans son amour ou devraient le faire. La bonté est une vertu cardinale royale. Par la débonnaireté et largesse de son cœur, le bon roi Philippe donne Tours et Le Mans au roi Richard pour le bien du pays. Le roi d’Angleterre qui veut « la bonté rendre » lui donne trois châteaux56. La cour des rois de France est réputée pour ses vertus : on n’y trouve ni pompe ni tyrannie, aussi méritent-ils d’être aimés de tous, écrit Giraud de Barry.

  • 57 Sur l’amour guerrier, lire G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris (...)
  • 58 J.-L. Bastien, Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome et aux trois derniers siècle (...)
  • 59 F. Guizot, La Philippide, op. cit. n. 36, p. 360-361. Guillaume le Breton glisse une autre allusio (...)

34Dans un monde dominé par les récits des hauts faits, l’amour est mis en scène dans le récit des batailles. Un amour spécifique unit les chevaliers, et les chevaliers à leur roi. La guerre suscite une fraternité de combat, fondée sur la fidélité, la prouesse et le sacrifice. L’enjeu suprême du don de la vie, pour sauver son honneur, un chevalier ou le roi, magnifie l’amour guerrier57. L’amour fait partie des vertus politiques. Il se concrétise par la défense du royaume que les ennemis voudraient se partager, et lorsque la paix revient, il donne lieu à des scènes apparentées aux modèles romains. Dans la Philippide, chacun s’attribue en propre cette victoire commune à tous : une victoire, mille triomphes (Et simul una fera victoria mille triumphos, XII, 238-239). Une victoire commutative, selon l’égalité arithmétique, car tous ont la même, quelle que soit leur place dans le royaume. Le poème chante l’union des cœurs – la concorde. L’histoire ancienne sert manifestement de ressort rhétorique pour décrire l’unanimité du consensus. La surenchère d’amour est telle qu’on ne sait plus qui aime plus, et même qui est qui, puisque tous sont habillés de pourpre (radiant in murice, XII, 251). Le lecteur pense au triomphe romain où le général vainqueur avait le visage enduit de minium, à l’image de la statue de Jupiter Capitolin, et où tous les citoyens spectateurs portaient la toge58. Dans la Philippide, tous ont le même vêtement, tous y compris « le paysan […] qui s’étonne de lui-même et ose se comparer aux rois souverains59 ». Dans une apothéose eschatologique chrétienne, car la suppression des signes distinctifs ne correspond évidemment pas aux croyances terrestres du moment, les différences sont abolies.

35Le vocabulaire de l’amour se développe dans la défense du royaume, commun à tous. La notion d’appartenance s’enrichit : la nation ne réunit plus seulement ceux qui ont la même origine (Isidore de Séville), mais ceux qui sont tendus vers un objet commun (la défense du roi et du royaume, et l’épiphanie du Christ).

36L’amour apparaît comme la norme des relations unissant le roi, les barons et le peuple. Il se distingue d’autres valeurs présentes dans les GCF (hardiesse, prouesse, vertu, honte, dédain…) qui sont individuelles et n’instaurent pas de lien. L’amour présente l’avantage de fournir plusieurs facteurs englobant ceux du royaume : l’appartenance à la France, nation des rois très chrétiens (amour divin-caritas), gouvernée par trois dynasties unies par la légitimité naturelle (amour naturel-sang), où le roi aime et est aimé de tous (amour politique-vertu). Les rois et les Français combinent ainsi deux conceptions nationales : celle des origines accidentelles dues à la naissance (innées) et celles des choix communs fondamentaux (acquises).

Notes

1 Les Grandes Chroniques de France (désormais citées GCF), éd. J. Viard, 10 vol., Paris, 1920-1953, vol. 1, p. 3-6. Une version partielle de cette communication a été exposée le 10 avril 2013, dans le séminaire « Pouvoir(s) » de l’université d’Orléans ; tous mes remerciements à Jean-Patrice Boudet et François Ploton-Nicollet pour leurs remarques.

2 Y compris les pronoms et adverbes substitutifs. Par comparaison, on trouve 13 occurrences de « rois » et 9 de « Sainte Église ». Ces surdéveloppements viennent de Primat. On le mesure en lisant le proemium d’Aimoin de Fleury († v. 1010), très différent (Historiae Francorum Libri IV, éd. Patrologia latina, t. 139, col. 627-798, ici col. 627-628), et surtout le prologue de l’Historia regum Francorum usque ad annum 1214 [1204-1223], qui inspire quelques thématiques (éd. N. de Wailly, « Examen de quelques questions relatives à l’origine des chroniques de Saint-Denys », Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Mémoires de l’Institut de France, 17/1 [1847], p. 379-407, ici p. 403-405). Tous mes plus vifs remerciements à Isabelle Guyot-Bachy pour la consultation de son mémoire d’habilitation, « Écriture de l’histoire et représentations du passé dans la France médiévale » (mémoire inédit intitulé « La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume »), et pour nos conversations sur la très subtile histoire des chroniques de France.

3 Allusion à l’étymologie des Franci : Isidore de Séville, Les Étymologies. Livre IX. Les langues et les groupes sociaux, éd. et trad. M. Reydellet, Paris, 1984, 2, 101.

4 Même si Primat vise à faire connaître la geste des rois, il ne dit pas explicitement que de la connaissance naîtra l’amour, ce que faisait ouvertement le prologus de l’Historia regum Francorum où le compilateur justifiait son travail en expliquant qu’il œuvrait pour faire taire les médisants et susciter nostrae amor gentis (éd. cit., p. 404). Sur ce point, cf. la communication d’Isabelle Guyot-Bachy dans ce volume.

5 De même qu’Israël a joué un rôle majeur dans la diffusion du message, la nation France (au singulier) défend la Sainte Église face à toutes les nations (au pluriel). La Bible est un réservoir de mots et de modèles pour apprendre à penser. Pour une illustration dans le domaine conciliaire, lire H. Millet, « La fin du Grand schisme d’Occident ; la résolution de la rupture des obédiences », Europa e Italia. Studi in onore di Giorgio Chittolini, éd. P. Guglielmotti et alii, Florence, 2011, p. 309-327.

6 « Non la monarchie », continue G. M. Spiegel, « Les débuts français de l’historiographie royale ; quelques aspects inattendus », Saint-Denis et la royauté, éd. Fr. Autrand et alii, Paris, 1999, p. 395-404, ici p. 403. Il faudrait revenir sur les débuts de la royauté, justifiée dans les GCF « afin d’être comme les autres nations (t. i, p. 18), allusion directe à 1 Sm 8, 5, dont on sait que le verset introduit les maux de la royauté… Le singulier et le pluriel de « nation » ont des connotations différentes dans la Bible.

7 La communication donnée à Prague portait sur l’ensemble du xiiie siècle, de Philippe ii à Philippe IV. En raison de la place impartie à la version éditée, la recherche ne portera ici que sur Philippe ii ; les occurrences des règnes de Louis IX et de Philippe IV feront l’objet d’autres publications.

8 B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237 (1967), p. 17-30, p. 27, 30 ; Id., « Les Grandes Chroniques de France. Le Roman aux roys (1274-1518) », Les lieux de mémoire, éd. P. Nora, t. 2, La nation, Paris, 1986, p. 189-214.

9 Travail d’HDR en cours sur « Amour et désamour du roi ».

10 Sur l’histoire des premières chroniques françaises, lire G. Labory, « Essai d’une histoire nationale au xiiie siècle : la chronique de l’anonyme de Chantilly-Vatican », Bibliothèque de l’École des chartes, 148 (1990), p. 301-354 ; G. M. Spiegel, Romancing the Past. The Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth Century France, Berkeley, 1993 ; I. Guyot-Bachy, « La Chronique abrégée des rois de France de Guillaume de Nangis : trois étapes de l’histoire d’un texte », Religion et Mentalités au Moyen Âge. Mélanges offerts à Hervé Martin, Rennes, 2003, p. 39-46 ; Ead. et J.-M. Moeglin, « Comment ont été continuées les Grandes chroniques de France dans la première moitié du xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 163 (2006), p. 385-433 ; É. Andrieu, « Les Grandes chroniques de France dans la forge dionysienne », Perspectives médiévales, 31 (2007), p. 85-92.

11 GCF, vi, p. 87-337 ; Œuvres de Rigord [1re rédaction : 1191 ; 2e : 1206] et Guillaume le Breton [1re rédaction : 1209-1214 ; 2e : 1216-1220], historiens de Philippe Auguste, éd. H.-F. Delaborde, Paris, 1882-1885, 2 vol. ; voir la récente édition et traduction de Rigord, qui apporte de nombreux éléments sur l’auteur et l’histoire du texte : Histoire de Philippe Auguste, éd. É. Carpentier, G. Pon, Y. Chauvin, Paris, 2006.

12 GCF, i, 1, p. 89 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 1, p. 7 ; § 1, p. 9. « Le bon roi Philippe » se trouve dans l’Anonyme de Chantilly-Vatican (1217-1237), que Primat a connu et utilisé (Labory, « Essai d’une histoire nationale… », loc. cit. n. 10, p. 302). Le ton et le vocabulaire de cette première chronique en français très courtoise m’apparaissent assez différents de ceux de Primat : « beau fils », « gentil », « sage », « notre roy »… (Chantilly, Condé 869, fol. 329rb, 330rb, 333va, 334ra…). Quantité d’occurrences d’amour n’ont pas été reprises par Primat (fol. 330rb, 331rb, 331va, 333ra…). Un travail est en cours sur l’amour dans les premières chroniques de France.

13 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, i, 16, p. 139 et § 37, p. 53 ; iii, 21, p. 362 et § 209, p. 297 ; iii, 16, p. 350 et § 194, p. 286 ; i, 16, p. 141-2 et § 37, p. 255.

14 Ibid., i, 3, p. 96 et i, 8, p. 113 ; § 5, p. 14 et § 18, p. 31.

15 Ibid., i, 4, p. 99 et § 57, p. 16 (la formule revient quatre autres fois) ; GCF, i, 18, p. 146.

16 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, i, 21, p. 158 et § 49, p. 74.

17 Ibid., ii, 20, p. 259 et § 135, p. 150.

18 Ibid., i, 1, p. 89 et § 1, p. 8.

19 Ibid., i, 14, p. 135 et § 34, p. 51.

20 Ibid., i, 9, p. 116 et § 21, p. 34.

21 Dans un beau passage sur une intervention royale en la contrée de Bourges en 1183 : ibid., i, 9, p. 117 et § 23, p. 36.

22 Ibid., i, 7, p. 110 et § 15, p. 28 ; i, 8, p. 112.

23 Ibid., iii, 19, p. 359 et § 201, p. 295.

24 Ibid., i, 12, p. 130 et § 130, p. 47.

25 Ibid., i, 12, p. 130 et § 130, p. 47 ; i, 13, p. 132 et § 32, p. 49 ; ii, 13, p. 232 et § 104, p. 131.

26 Ibid., iii, 11, p. 330 et § 183, p. 269 ; iii, 15, p. 345 et § 192, 283 ; iii, 15, p. 346 et § 192, p. 284. L’Anonyme de Chantilly-Vatican aime à évoquer les « Francoys » (Condé 869, f. 330ra, 334ra, 335va…), surtout à Bouvines (f. 384ra, 384va, 386ra, 387rb…).

27 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, ii, 21, p. 266 et § 139, p. 155 ; iii, 12, p. 338 et § 189, p. 278.

28 Ibid., i, 13, p. 133 ; i, 26, p. 174 et § 63, p. 93.

29 Ibid., i, 23, p. 166 et § 54, p. 82 ; iii, 20, p. 361 et § 203, p. 296 ; iii, 20, p. 361 et § 203, p. 296-297.

30 Ceux causés par le roi quand il tient la reine Ingeborg en haine (ii, 10), ce qui entraîne mille maux (ii, 16), ou ceux des Amauriciens (iii, 1). Un travail est en cours sur les désordres et hérésies d’amour.

31 Ibid., ii, 15, p. 241 et § 115, p. 138 ; iii, 18, p. 356 et § 199, p. 291.

32 Ibid., iii, 16, p. 349-350 et § 194, p. 286.

33 Ibid., ii, 4, p. 195 et § 72, p. 106 ; iii, 19, p. 358 et § 200, p. 293.

34 Ibid., i, 12, p. 119 et § 25, p. 37.

35 Ibid., iii, 12, p. 337 et § 186, p. 277.

36 Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, t. 2, p. 1-385. François Guizot en a donné une traduction : La Philippide, poème de Guillaume le Breton, Paris, 1825. La Philippide exalte Philippe sur le modèle de l’Alexandreis (1176/82) de Gautier de Châtillon, qui exaltait le Macédonien Alexandre le Grand. Le prénom macédonien fut donné pour la première fois par Anne de Kiev à son fils, le futur Philippe Ier (1051).

37 Labory, « Essai d’une histoire nationale… », loc. cit. n. 10, p. 328. Ce qui tendrait à montrer que Primat tient une ligne médiane entre la chronique et l’hyperbole.

38 GCF, i, 6, p. 106 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 12, p. 24 : « pour la libéralité du pays et de la gent » / et pacis diuturnitatem et Francigenarum liberalitatem.

39 À Rome, diadema désignait le bandeau de lauriers qui ornait la tête du général victorieux. Nous reviendrons plus loin sur ce mot, indice d’une allusion au triomphe.

40 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principis, éd. Patrologia latina, t. 212, col. 735-746.

41 Sur la comparaison du thème de l’amour dans des textes issus du Policraticus de Jean de Salisbury, voir L. Scordia, « Definition of Concepts Used to Express the Reciprocal Love Between the King and Subjects of the Kingdom of France (13th-14th Centuries) », Sense and Sensibilities in European Princely Courts (14e-16e c.), 56th Annual Meetings of the Renaissance Society of America, Venise, 8-10 avril 2010, éd. É. Lecuppre-Desjardins (à paraître).

42 Jean de Salisbury, Policraticus, éd. Patrologia latina, t. 199, iv, 3, col. 518 ; iv, 4, col. 519-520 ; v, 7, col. 535.

43 Matthieu Paris décrit un Philippe II jaloux de son autorité face au cardinal Jean, envoyé du pape, le soupçonnant d’avoir flairé les estrelins du roi d’Angleterre (ii, 1), d’être peu glorieux (ii, 3), de vouer une haine mortelle au roi d’Angleterre (ii, 4), d’attaquer un dimanche, jour peu séant (II, 5)… : Chronica majora, éd. H. R. Luard, Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores, 57, 1872-1883, 7 vol., ici vol. 2.

44 Liber de principis instructione [désormais cité DPI], Giraldi Cambrensis opera, éd. J. S. Brewer, J. F. Dimock, G. F. Warner, Londres, 1861-1891, 8 vol., ici vol. 8. Pour une analyse du traité et un point éditorial, lire Fr. Lachaud, « Le Liber de principis instructione de Giraud de Barry », Le prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité à l’époque moderne, éd. Fr. Lachaud et L. Scordia, Rouen, 2007, p. 113-142.

45 DPI, i, 17, p. 75-76.

46 Ibid., i, 19, p. 104-105.

47 Ibid., iii, 30, p. 318.

48 Ibid., iii, 30, p. 320.

49 Ibid., iii, 30, p. 320-321.

50 GCF, i, 1, p. 91 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 1, p. 8-9. Y a-t-il eu modification du texte sur ce point ? Ajout de la vision après Bouvines sous l’influence de Giraud de Barry, comme le dit John Baldwin (Philippe Auguste, Paris, 1991, p. 482, 648-649 n. 123) ou influence de Rigord sur le Gallois, comme le propose Jerzy Pysiak (« Philippe Auguste. Un roi de la fin des temps ? », Annales HSS, 57/5 [2002], p. 1165-90) ? Pour un point sur la question, lire É. Carpentier et alii, Histoire de Philippe Auguste, op. cit. n. 11, p. 48-49.

51 Isidore de Séville, Les Étymologies, op. cit. n. 3, IX, 2, 40-41.

52 GCF, iii, 10, p. 327 et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 181, p. 266 ; GCF, iii, 22, p. 364 ; p. 321.

53 J. Krynen, « Naturel, Essai sur l’argument de la Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen Âge », Journal des savants, 2 (1982), p. 169-190.

54 GCF, iii, 12, p. 335 et iii, 16, p. 350, et Œuvres de Rigord, op. cit. n. 11, § 185, p. 274 et § 194, p. 286.

55 Et par des signes, comme le baiser de paix et d’amour (GCF, i, 10, p. 121 ; i, 12, p. 129) ou des pleurs (i, 19, p. 151).

56 Sorte de préfiguration de Louis IX lors du traité de Paris, raconté par Joinville, non repris dans les GCF. Proximité du proverbe « Bonté autre requiert », voir L. Scordia, Le roi doit vivre du sien. La théorie de l’impôt en France ( xiiie-xve siècles), Paris, 2005, p. 383-388.

57 Sur l’amour guerrier, lire G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, 1984.

58 J.-L. Bastien, Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome et aux trois derniers siècles de la République, Rome, 2007. La comparaison de la Philippide, de l’Anonyme Chantilly-Vatican et des GCF doit être poursuivie : l’étude comparée de la fusion affective après Bouvines montre que Primat ne reprend pas la thématique du triomphe : question de genre ? Référence trop romaine/trop impériale ?

59 F. Guizot, La Philippide, op. cit. n. 36, p. 360-361. Guillaume le Breton glisse une autre allusion au triomphe quand il rapporte qu’après Bouvines, Guérin fit construire à Senlis une abbaye appelée la Victoire (xii, 54-59), décalque de l’usage romain d’ériger un temple à la Victoire. Notons que dans les GCF, le continuateur de Guillaume crédite le roi Philippe de cette fondation (iii, 22, p. 365-366 et p. 321).

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site