Version classiqueVersion mobile

Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident

 | 
Michel Kaplan

L'inhumation des princes et des saints de la Rus' de Kiev

Jean-Pierre Arrignon

Texte intégral

  • 1 Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. W. Trillmich, Berlin-Darmstadt 1957 (Ausgewälhlte Quellen z (...)
  • 2 A. Poppe, Vladimir, prince de Kiev, Le origini e lo sviluppo della christianita slavo-bizantina, R (...)
  • 3 M. D. Sverdlov, Владимир Святославич святой – князь и человек (Saint Vladimir Svjatoslavič, prince (...)

1S’appuyant sur le célèbre passage de l’évêque Thietmar de Mersebourg qui rapporte les propos de son informateur saxon affirmant avoir vu, en août 1018, en l’église palatine de Kiev, les sarcophages de Vladimir et de sa femme, la porphyrogénète Anne, « placés bien en vue au milieu de l’église1 », A. Poppe a attiré l’attention des chercheurs sur l’emplacement de ces sépultures princières pour conclure que « l’initiative [du choix de l’emplacement] avait dû appartenir au milieu byzantin de la cour de Kiev et à la hiérarchie ecclésiastique grecque2 ». En revanche, le chercheur russe M. D. Sverdlov considère que la disposition du sarcophage de Vladimir à côté de celui de sa femme Anne est bien une preuve de l’influence occidentale qui dominait à la cour de Vladimir dans la dernière période de son règne3.

2Nous nous proposons, dans un premier temps, de rassembler les mentions des lieux d’inhumation des princes et des saints russes dans la Chronique des Temps passés, puis de donner une lecture de la formation de l’espace sacré à l’intérieur de l’église, enfin, nous examinerons la question des influences byzantine ou occidentale.

  • 4 Повесть временных лет (Chronique des temps passés), éd. О. V. Tvorogov, trad. en russe moderne D. (...)
  • 5 Остромирово Евангелие (факсимильное издание), Moscou 1988, 195. 1057.
  • 6 C’est au xe s. que le rite de l’ensevelissement des corps se substitue à celui de la crémation : V (...)
  • 7 Ibid., p. 101-106.
  • 8 PVL, p. 418-420 : и до сего дне.

3C’est sous l’année 6453/945 que la Chronique rapporte le meurtre du prince Igor et des membres de sa družina par les Drevljanes ainsi que l’inhumation du prince dans une tombe, près de la ville d’Iskorosten4. Les vocables employés sont des plus intéressants. Le verbe noƨpeδamu/pogrebati traduit le grec ἐνταφιάζειν / ensevelir que l’on trouve dans la version slavonne du Nouveau Testament réalisée en 1056/1057 pour le posadnik de Novgorod, Ostromir/Joseph5. Le corps du prince Igor est enseveli6 et non incinéré, en un lieu sur lequel est édifié un tombeau /могила sous la forme d’un tertre funéraire, classiquement désigné sous le vocable de kourgane /курган7. Celui-ci était encore visible à la fin du xie s. et au début du xiie s., à l’époque de la rédaction de la Chronique8.

  • 9 J.-P. Arrignon, Les Églises slaves, Paris 1991 (Bibliothèque d’Histoire du christianisme 27), p. 8 (...)
  • 10 PVL, 6477/969, p. 82 : погребъ мя иди, ямо же хочеши [...] и несоша и погребоша ю на мƀстƀ.
  • 11 В. A. Rybakov, Язычество древних Славян (Le paganisme des anciens Slaves), Moscou 1981, p. 281-282 (...)

4Une autre mention de tombe princière est faite à l’occasion de la mort de la princesse Olga, la femme du prince Igor, la mère de Svjatoslav et la grand-mère de Vladimir, première princesse russe à avoir adopté le christianisme9. Le récit de sa mort nous est rapporté dans la Chronique sous l’année 6477/969. Il est pathétique. Son fils Svjatoslav n’a plus envie de régner à Kiev, mais veut vivre à Perejaslavets sur le Danube. Sa mère cherche à comprendre pourquoi il veut s’éloigner d’elle alors qu’elle est mourante et elle lui dit : « Quand tu m’auras enterrée, tu pourras aller où tu veux. » Elle meurt trois jours plus tard, amèrement pleurée par son fils, ses petits-enfants et tout le peuple. Ils la portent et l’ensevelissent en plein champ10. Olga avait demandé que l’on n’accomplisse pas de repas funéraires /тризны11 sur sa tombe, car un prêtre se trouvait près d’elle. Ainsi fut enterrée la bienheureuse Olga. Comme nous le voyons, l’inhumation de la première princesse russe chrétienne marque la transition entre les rites païens et chrétiens. Conformément aux premiers, la princesse est inhumée en plein champ à l’extérieur de la ville de Kiev, mais sans élévation d’un tertre funéraire selon l’usage d’alors pour les princes païens ; conformément aux seconds, le repas funéraire pris sur la tombe est supprimé du fait de la présence d’un prêtre. Toutefois aucun signe chrétien n’est installé sur la tombe pour en signaler la présence. Première parmi les Russes à entrer dans le royaume céleste, Olga certes prie Dieu pour son pays, mais son intercession pour la Rus' est étroitement liée à sa présence dans le royaume céleste et non pas à sa tombe. La chrétienté russe primitive n’a pas encore intégré le rôle des reliques ni celui du lieu sacré. Sur le plan politique, le concept de dynastie n’est pas encore établi ; il n’y a donc pas de raison pour que la tombe de la première princesse russe chrétienne devienne un lieu de culte privilégié et délimite un espace sacré.

  • 12 Thietmar de Mersebourg, Chronicon (cité supra n. 1), VII, 74, p. 436.
  • 13 PVL, 6519/1011, p. 144 : преставися цариця Володимеряя Aʜʜa.

5Si le voyageur saxon dit bien à Thietmar de Mersebourg qu’en août 1018 il a vu, en l’église du Christ et du martyr-et-pape-Clément, les sarcophages de Vladimir et de sa femme Anne, « placés bien en vue au milieu de l’église12 », la Chronique ne confirme pas ses dires. Sous l’année 6519/1011, nous ne trouvons en effet mention que de la mort de l’impératrice Anna Vladimirovna, sans le moindre commentaire sur la célébration de ses funérailles ni sur le lieu de son tombeau13. Ce silence de la Chronique nous semble bien étrange d’autant que les funérailles de la princesse byzantine porphyrogénète, femme du premier prince russe régnant chrétien, ne pouvaient être qu’un acte politique dont le clergé byzantin qui, pour l’essentiel, constituait le personnel de la chaire métropolitaine de Kiev, pouvait largement se servir dans une perspective de diffusion du christianisme dans le pays.

  • 14 PVL, 6523/1015, p. 144 : везъɯе поставиша ú въ Святƀŭ Богородицu, юже δƀ създалъ самъ.
  • 15 Psellos, Chronographie, éd. et trad. E. Renauld, t. II, Paris 19672 (Coll. byzantine), p. 119 : «  (...)
  • 16 J. Lafontaine-Dosogne, Histoire de l'art byzantin et chrétien d'Orient, Louvain-la-Neuve 1987 (Pub (...)

6Quelques années plus tard, le 15 août 6523/1015, Vladimir, malade, meurt à Berestovo. Sa mort est cachée car un de ses fils est à Kiev. Puis, de nuit, son corps, placé sur une estrade, est descendu sur le sol, enroulé dans un tapis, mis sur un traîneau, puis ramené et déposé dans l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu, qu’il avait lui même fait construire14. Comme nous le voyons, les funérailles du prince Vladimir ont été conduites dans des circonstances politiques très difficiles. A aucun moment, il n’est fait allusion à une cérémonie particulière ou à l’érection d’un monument prestigieux. Ainsi, nous retiendrons de la première partie de la Chronique que les funérailles du premier prince russe officiellement chrétien se sont déroulées en catimini, de nuit et en secret. Son corps est déposé sans pompe dans l’église de la Dîme. La vraie et seule nouveauté est donc l’utilisation d’une église comme lieu de sépulture. Vladimir a donc bien adopté les usages funéraires des chrétiens orientaux pour lesquels la construction d’une chapelle funéraire était pratique courante au xie s., comme le souligne Michel Psellos à l’occasion du récit de l’avènement de l’empereur Alexis Ier15. Ainsi « l’église dorée » que fit construire le tsar bulgare Samuel dans Preslav renferme son tombeau16.

  • 17 PVL, 6523/1015, p. 144 : И вложиша ú в корсту мороморяну.

7Pourtant, le passage de la Chronique qui rapporte l’inhumation de Vladimir s’achève par une phrase intéressante. Apprenant ce qui s’était passé, une foule innombrable, formée aussi bien de boyards que de pauvres, se rassemble et dépose le corps du bienheureux prince dans un sarcophage de marbre17. Notons qu’aucune allusion n’est faite à la présence dans l’église du sarcophage de sa femme, la porphyrogénète Anne, à côté duquel aurait été placé celui de Vladimir ; aucune mention non plus de l’endroit exact où il aurait été situé dans l’église. Ainsi la comparaison de la Chronique russe et du récit du chroniqueur saxon que rapporte Thietmar de Mersebourg laisse entrevoir un réaménagement de l’espace funéraire à l’intérieur de l’église de la Dîme. La question se pose alors de savoir quand et dans quel but ce réaménagement a été effectué. Auparavant, il nous faut poursuivre l’enquête jusqu’en 1119, date d’achèvement de la rédaction de la Chronique russe par le moine Sylvestre.

  • 18 PVL, 6523/1015, p. 148-150 : И положиша тƀло его, принесше отай Вышегороду, у церкве Святаго Васил (...)
  • 19 PVL. 6523/1015, р. 152 : Глƀбу же [...] повержену на брезƀ межи двƀма колодама, посемь же вземше в (...)
  • 20 PVL, 6544/1036, р. 164 : и положиша ú в церкви у Святаго Спаса, юже бƀ самь заложиль.

8Sous l’année 6523/1015, sont également rapportés les meurtres des princes Boris et Gleb. Le premier est inhumé près de l’église de Vyšgorod où il a été transporté en secret18. Le second, Gleb, est placé dans un cercueil formé de deux troncs évidés, avant d’être, par la suite, ramené à Vysgorod, près de l’église Saint-Basile, à côté de son frère Boris19. Il est particulièrement intéressant, de notre point de vue, de souligner l’emploi de la préposition y et non comme nous l’avons vu pour Vladimir. Ainsi, les princes Boris et Gleb ont été inhumés non pas dans, mais près de l’église Saint-Basile de Vysgorod. En revanche, lorsque meurt le grand rival de Jaroslav, le prince Mstislav, en 6544/1036, son corps est inhumé dans l’église du Sauveur qu’il avait fait construire20.

  • 21 PVL, 6552/1044, р. 168 : крестиша кости ею, и положиша я вь церкви Святыя Богородица.

9Une autre information précieuse nous est donnée par la Chronique sous l’année 6552/1044. On procède alors à l’exhumation des tombes des princes Jaropolk et Oleg, fils de Svjatoslav, et on bénit leurs restes qui sont placés dans l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu, dite de la Dîme21. Il est donc clairement établi que lorsque le chroniqueur évoque la déposition des restes funéraires à l’intérieur de l’église, il emploie la préposition et non pas la préposition y.

  • 22 PVL, 6560/1052, р. 174 : Преставися Володимеръ, сынъ Ярославль старей, Ноƀгородƀ, и положень бысть(...)

10D’autre part, notons que sous l’année 6558/1050, la Chronique signale la mort de la princesse Ingigerd, fille du roi de Suède et épouse du prince russe Jaroslav le Sage. Malheureusement, elle ne nous fournit aucun renseignement sur le lieu de sa sépulture. En revanche, sous l’année 6560/1052, est rapportée la mort à Novgorod du prince Vladimir, fils aîné de Jaroslav le Sage, dont la dépouille mortelle est déposée dans l’église Sainte-Sophie de Novgorod qu’il avait fait construire22.

  • 23 PVL, 6562/1054, р. 176 : положиша ú в рацƀ мороморянƀ, в церкви Святое Софьƀ.

11En 6562/1054, meurt le prince Jaroslav le Sage. La Chronique est alors sensiblement plus explicite concernant le rituel des funérailles princières organisées par son fils, le prince Vsevolod. Le corps de son père est déposé sur un traîneau, puis tiré dans Kiev, accompagné de popes qui chantent les psaumes des funérailles. Le peuple pleure. Enfin, on dépose son corps dans un cercueil de marbre dans l’église Sainte-Sophie de Kiev23.

  • 24 PVL, 6571 /1063, р. 176 : погребоша ú вь церкви Святаго Георгия.
  • 25 PVL, 6574/1066, р. 180 : и тамо положень бысть вь церкви Святыя Богородица.
  • 26 PVL, 6580/1072. p. 194 : и преложиша я в новую церковь, юже сдƀла Изяславъ, яже стоить и ныʜƀ.
  • 27 У церкве Святого Василья.
  • 28 PVL, 6580/1072, р. 194 : Ипринесше в новую церковь.
  • 29 Ibid. : исполнися благоуханья церкы.
  • 30 Ibid. : вложиша ú в раку камену.
  • 31 Ibid. : Яко быша въ дверех. ста рака и не иде [...] и повезоша ú.
  • 32 Sur la chronologie précise des événements, voir A. Poppe. La naissance du culte de Boris et Gleb. (...)
  • 33 PVL, 6586/1078. p. 212 : его же mƀлo положено бысть Черниговƀ за Спасомъ.
  • 34 PVL, 6594/1086, р. 218 : с честью положиша ú в рацƀ мраморянƀ в церкви святаго апостола Петра.

12En 6571 /1063, meurt le prince Sudislav, frère de Jaroslav ; il est inhumé dans l’église Saint-Georges24. En 6574/1066, meurt à Tmutorakan’ le prince Rostislav, empoisonné par le catépan byzantin de Kherson. Il est inhumé dans l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu de la ville25. En 6580/1072, les trois princes, fils de Jaroslav le Sage, Izjaslav, Sjatoslav et Vsevolod, décident de procéder à la translation des restes des princes Souffre-Passion Boris et Gleb, en présence du métropolite Georges et de nombreux évêques et higoumènes, pour les déposer dans une nouvelle église construite par Izjaslav26. La cérémonie, décrite avec beaucoup de précision, est des plus intéressantes pour notre propos, À aucun moment, lors de l’ouverture de la tombe de Boris pour en sortir le cercueil en bois et de celle de Gleb pour atteindre le cercueil en pierre, il n’est fait allusion à une église. L’organisation du cortège lui-même et la procession n’évoquent aucune contrainte ; de même, il n’est pas fait mention de sortie d’un lieu fermé. C’est donc autour des tombes des saints Souffre-Passion, sises à l’extérieur de l’église de Vysgorod, que s’organise la cérémonie de translation, confirmant ainsi le récit de l’inhumation primitive, près de l’église Saint-Basile27. Au contraire, le cortège pénètre bien à l’intérieur de la nouvelle église. Pour Boris, on dépose le cercueil28 ; on procède à son ouverture et c’est alors que se produit le miracle des saintes odeurs qui emplissent l’église29, puis les reliques sont placées dans un cercueil en pierre30. En ce qui concerne Gleb, ils sortent son cercueil en pierre, le placent sur un traîneau, y fixent des cordes et le tirent jusque devant les portes de l’église où a lieu une brève invocation avant de pénétrer à l’intérieur31. Cette translation se déroule le 20 mai 107232. Comme nous le voyons clairement, désormais l’inhumation des princes à l’intérieur de l’église est devenue une pratique courante, mais pas encore générale comme le montre l’inhumation du prince Gleb, fils de Svjatoslav, le 23 juillet 6586/1078, derrière l’église du Sauveur à Cernigov33. Par contre, le prince Jaropolk, mort assassiné en 6594/1086, est cérémonieusement inhumé dans un cercueil de marbre en l’église Saint-Pierre de Kiev dont il avait lancé la construction34.

  • 35 PVL. 6599/1091. р. 220 : Не добро есть лежати отцю нашему Феодосьеви кромƀ монастыря и церкве свое (...)

13Les princes ne sont pas les seuls à pouvoir être inhumés à l’intérieur de l’église. Cet honneur revient également aux saints moines comme nous le voyons à travers le récit de la translation des reliques de saint Théodose de Pečersk : « Il n’est pas juste que notre père Théodose repose à l’extérieur du monastère et de son église, car c’est lui qui a construit l’église et réuni les moines35 », disent ensemble l’higoumène et les moines. Cette constatation confirme que l’on inhumait alors les moines hors l’enceinte du monastère et de l’église. Il devait en être de même pour les métropolites et les évêques pour lesquels, curieusement, nous ne savons rien, ni du rite ni du lieu de leur inhumation.

  • 36 Ibid. : повелƀша устроити мƀcто, идеже положити мощƀ его.
  • 37 PVL, 6599/1091, р. 222 : И принесше положиша ю в церкви евоей ему, в притворƀ на деснƀй странƀ, мƀ (...)
  • 38 M. Roty, Dictionnaire russe-français des termes en usage dans l’Église russe. Paris 1992 (Lexiques (...)
  • 39 PVL. 6599/1091, p. 222: положиша ю в церкви Святыя Богородиця, противу гроδу Феодосьеву, на шюей с (...)

14Les moines décident alors d’aménager un lieu pour y déposer les reliques de Théodose36 . Après différents signes célestes, le jeudi 14 août, les moines les transportent et les déposent dans le narthex de l’église, côté droit37. Il est important de noter que ces reliques ne sont pas déposées dans l’espace sacré de l’église mais dans le narthex, vestibule /npumвop de l’église38, qui fait corps avec elle, mais qui est accessible à tous, notamment aux pénitents et aux catéchumènes. C’est la première mention que nous ayons d’une localisation précise à l’intérieur de l’église. C’est d’ailleurs dans la partie gauche de ce même narthex, en vis-à-vis de la tombe du saint que Marie, femme de Jan’, fut inhumée, le 16 août 1091, comme l’avait prédit Théodose39.

  • 40 PVL, 6601/1093. р. 226: в онь же положень δысть в гроδƀ в велицƀй церькви Святыя Софья.
  • 41 PVL, 6601 /1093, р. 230: положиша û у церкви Святыя Софьи у отца своего.
  • 42 Ibid., р. 231: положили его в церкви Святой Софии около отца его.
  • 43 RPC (cité supra п. 38), р. 177: They laid him to rest beside his father in the Church of St. Sophi (...)
  • 44 PVL. 6601/1093. p. 234 : а погреδень δысть ноямδря вь 16, в церкви Святыя Ƃогородиця Десятиньныя.

15Le 13 avril 6601 /1093 meurt le prince Vsevolod Jaroslavič ; il est inhumé le 14 de ce même mois dans la grande église de Sainte-Sophie de Kiev40. C’est la deuxième mention explicite dans la Chronique d’une inhumation princière à l’intérieur de la cathédrale, sans que le lieu précis de celle-ci soit malheureusement mentionné. Là encore, pas la moindre allusion à la présence dans le sanctuaire d’une autre tombe princière. Pourtant une précision intéressante nous est fournie par cette même Chronique à l’occasion de l’inhumation du prince Rostislav Vsevolodovič de Perejaslavl’, mort la même année que son père en 1093, lors d’un affrontement avec les Polovtsi, et inhumé près de l’église Sainte-Sophie, près de son père41. Comme nous le voyons, le prince Rostislav n’est pas inhumé dans l’église, près de son père comme l’affirment les traductions russe42et anglaise43, mais à proximité de l’église où se trouvait la sépulture de son père. La cathédrale Sainte-Sophie semble bien être réservée aux seuls princes de Kiev, successeurs de Vladimir et de Jaroslav, comme nous pouvons le lire dans la Chronique et le vérifier par l’inhumation du prince Rostislav Mstislavič, le 16 novembre 1093, dans l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu, dite de la Dîme44.

  • 45 PVL, 6604/1096, р. 244: и положиша ú у Святыƀ Софьƀ, на лƀвƀй сторонƀ.

16Le 6 septembre 6604/1096, le prince Izjaslav, fils de Vladimir Monomaque et petit-fils du prince Vsevolod, est assassiné par le prince Oleg « Gorislavič ». Son corps est déposé dans le monastère du Saint-Sauveur avant d’être ramené à Novgorod pour y être inhumé sur le côté gauche, près de la cathédrale Sainte-Sophie45. Comme nous le voyons, le développement des principautés territoriales pousse à fonder une nécropole princière pour recueillir les restes des membres de la dynastie locale. Notons toutefois que la cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod ne joue pas encore ce rôle ; les tombes des princes sont disposées près de l’église, sur le flanc gauche de l’édifice.

  • 46 PVL, 6614/1106, p. 272 : его же и гроδь есть вь Печерьском монастыри, в притворƀ, идеже лежить тƀл (...)
  • 47 Ibid., р. 272 : Не хужий δƀ первых праведник.

17En 6614/1106, meurt le vénérable guide spirituel /starec, Jan, âgé de 90 ans, un des principaux informateurs de notre chroniqueur. Sa tombe se trouve dans le narthex de l’église du monastère des Grottes, à Kiev, depuis le 24 juin, jour de son inhumation46. Ainsi, Jan dont les qualités ne le font en rien inférieur aux Justes47, reçoit les mêmes honneurs que Théodose, inhumé lui aussi dans le narthex de la même église. Les moines les plus vénérables ne sont donc pas encore inhumés à l’intérieur de l’espace sacré de l’église.

  • 48 PVL, 6617/1109, р. 274 : Положена δысть в Печерском манастырƀ у дверий, яже ко угу. И здьлаша над (...)
  • 49 I. I. Sreznevskij, Материалы для словаря древнерусского языка (Matériaux pour un dictionnaire de l (...)

18Enfin, le 10 juillet 6618/1110, meurt la princesse Eupraxia, fille du prince Vsevolod. Elle est inhumée à l’intérieur du monastère des Grottes, près de la porte sud. Sur sa tombe, on élève une chapelle funéraire48. Ce passage est particulièrement intéressant dans la mesure où il utilise dans la même phrase les deux prépositions dont nous faisons l’étude, dans/Bъ et près de/y. Comme nous le voyons ici, il n’y a pas confusion entre celles-ci. La première indique sans conteste possible que l’action se situe à l’intérieur – ici, des limites du monastère – et la seconde souligne seulement la proximité – ici, près des portes. Il n’y a donc aucune raison de traduire la préposition y par dans, comme le font les traducteurs de la Chronique, aussi bien en russe contemporain qu’en anglais. Le second intérêt du passage réside dans l’emploi du terme božonka /δoжoʜκa49 dont c’est la première occurrence. Ce terme signifie petit oratoire, ici chapelle funéraire. C’est la première mention de la construction d’un espace sacré autour d’une tombe.

  • 50 IBN Fadlân, Voyage... (cité supra n. 11).

19Maintenant que nous avons fait le relevé systématique des inhumations des princes russes et des saints dans la Chronique des temps passés, nous pouvons proposer quelques réflexions concernant les rites de leur inhumation. Avant la christianisation officielle de la Rus’ de Kiev, nous possédons deux récits d’inhumation : l’un concernant le prince Igor, mort en 945, l’autre la princesse Olga, morte en 969. Une première remarque s’impose. Le rite de la crémation des cadavres, bien décrit par Ibn Fadlân dans son récit de voyage chez les Bulgares de la Volga en 921/92250, a disparu quelques décennies plus tard, comme nous le constatons pour les funérailles de ces deux princes. Le corps est déposé dans une tombe située hors de l’espace habité, en plein champ, seulement matérialisée par un tertre sur lequel avait lieu un repas funéraire. La princesse Olga, bien que chrétienne, est inhumée dans la tradition païenne, à l’exception de l’édification d’un tertre et de l’organisation d’un repas funéraire, mais sans signe visible de son appartenance à la foi chrétienne. Les Rus’ du xe s. n’ont pas encore la notion de nécropole.

  • 51 PVL., 6547/1039. p. 166 : священа δысть черкы Святыя Богородиця, юже созда Володимерь, отець яросл (...)
  • 52 М. К. Karger. Древний Киевь, T. II, Памятники зодчества Х-ХIII вв., Moscou- Leningrad 1961, р . 11 (...)

20C’est avec Vladimir, le premier prince de la Rus’ officiellement chrétien, que les rites funéraires se transforment en dépit des difficultés d’ordre politique qui marquent le temps de ses funérailles. Le principal élément de rupture est la déposition de son corps à l’intérieur de l’église de la Mère-de-Dieu, dite de la Dîme. C’est la première mention de l’inhumation d’un prince à l’intérieur de la ville, à l’intérieur de l’église, sans la moindre allusion à la présence d’un monument, sans la moindre localisation dans l’espace ecclésial. La dépouille mortelle de Vladimir semble avoir été simplement déposée dans une tombe aménagée rapidement dans l’église et non matérialisée par un monument. Puis, plus tard, ces faits étant connus et sous la pression du peuple et des boyards, le corps du prince a été déposé dans un sarcophage de marbre. Il s’agit bien là d’une seconde inhumation dont témoigne l’informateur saxon de l’évêque Thietmar de Mersebourg. Quand a lieu cet important réaménagement de l’espace de l’église de la Dîme qui voit l’installation des sarcophages de Vladimir et de sa femme, la porphyrogénète Anne, au centre de l’église, la question est posée. Dans cette perspective un élément de réponse se trouve, nous semble-t-il, dans la Chronique, qui rapporte sous l’année 6547/1039 la seconde consécration de l’église de la Sainte-Mère-de-Dieu, dite de la Dîme, par le métropolite Théopemptos51. Or, comme l’a montré M. K. Karger, cette seconde consécration fait suite à d’importants travaux de reconstruction de l’édifice primitif52. Il pourrait bien s’agir de la transformation de l’église paroissiale en une nécropole princière en l’honneur du couple fondateur de la dynastie chrétienne de la Rus’, Vladimir et Anne.

  • 53 PVL, 6525/1017, р. 156 : Ярославъ иде в Киевь, и погорƀ церкви.
  • 54 PVL, 6526/1018, р. 158.
  • 55 PVL. 6544/1036, р. 164 : Посемь же перея власть его всю Ярославъ. и δысть самовластець РусьстЬй зе (...)
  • 56 PVL, 6545/1037, р. 164 : Заложи Ярославъ городъ великый.
  • 57 M. A. Sagajdak, Великий город Ярослава, Kiev 1982.
  • 58 Ibid., p. 56-63.

21Nous savons en effet que la succession de Vladimir donne lieu à une farouche guerre civile qui, outre les victimes humaines, affecte aussi les édifices publics et religieux. Sous l’année 6525/1017, la Chronique nous apprend que lorsque Jaroslav se rend à Kiev, les églises brûlent53. Il est donc peu probable que l’informateur saxon ait pu voir en 101854, lors de l’entrée à Kiev du prince polonais Boleslas et de son allié le prince rus’ Svjatopolk, les sarcophages d’Anne et de Vladimir au centre de l’église de la Mère-de-Dieu. La remise en état de cette dernière, sa restructuration et sa nouvelle affectation ne peuvent se comprendre que dans une perspective politique clairement voulue par Jaroslav. Or, nous savons que c’est en 6544 /103655 que meurt le principal rival de Jaroslav, le prince Mstislav, et que la Rus’ est réunifiée sous l’autorité de Jaroslav, qualifié d’autocrate et victorieux des Petchénègues. Dès l’année suivante, 6545/103756, il lance sa grande œuvre d’urbaniste : la construction de la ville de Jaroslav57. C’est dans cette activité de construction dont le chef-d’œuvre est sans conteste la cathédrale Sainte-Sophie58 que nous plaçons la restauration de l’église de la Dîme et sa restructuration en mausolée dynastique, comme le souligne, en 1039, la seconde consécration de l’édifice par le métropolite Théopemptos lui-même. Nous savons, en effet, le rôle joué par ce prélat byzantin dans l’urbanisation religieuse de la ville de Jaroslav ainsi que dans le choix des programmes iconographiques retenus pour la décoration de la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev. L’essentiel de l’activité de ce prélat consiste à faire entrer la Rus’ dans l’oikouménè byzantine ; la transformation de l’église de la Dîme en une église funéraire au centre de laquelle étaient disposés côte à côte les sarcophages de Vladimir et de la porphyrogénète Anne, endormis dans l’attente de la Résurrection, symbolise l’unité politique et religieuse de la Rus’ et le maintien de la dynastie rurikide au sein de l’oikouménè byzantine. Dans ce contexte, il est facile de comprendre l’importance donnée à cette seconde consécration en présence du métropolite. Peu à peu, l’inhumation princière à l’intérieur de l’église se développe, comme le montrent clairement les transferts, en 1044, des restes des fils de Svjatoslav dans l’église de la Dîme et surtout les inhumations princières de la seconde moitié du xie s. Désormais, l’usage se fixe de déposer le corps du prince défunt dans l’église très souvent construite par ses soins. Reste alors à déterminer si cette pratique traduit une acculturation à l’Occident romain ou à l’Orient byzantin.

  • 59 L’hypothétique remariage du prince Vladimir est une question controversée. Les recherches les plus (...)
  • 60 M. P. Sotnikova, I. G. Spasskij, Тысячелетие монет России : Сводный каталог русских монет X-XI век (...)
  • 61 Thietmar de Mersebourg. Chronicon, VII, 74-75. p. 436.

22C’est évidemment après la mort de la princesse porphyrogénète Anne, en 1011, que se pose la question d’éventuelles influences occidentales dans la Rus’, à la suite de l’hypothétique remariage du prince Vladimir59 avec une princesse occidentale. Les pièces d’argent dites des types II-IV en seraient la manifestation, ce qui, à notre sens, reste encore à démontrer60. En effet, une constatation s’impose : aucun élément ne permet de déceler un quelconque infléchissement de la politique de Vladimir vers l’Occident, après la mort de son épouse. Il nous faut donc considérer maintenant le lieu d’implantation du sarcophage en marbre de Vladimir. La Chronique de Thietmar de Mersebourg est claire : sarcofagis eorumdem in medio templi palam stantibus61. Comme nous l’avons vu, l’érection des sarcophages, au milieu de l’église de la Dîme, s’inscrit dans une volonté de transformation de l’édifice, suite à l’incendie des églises de Kiev, en 1017, dont l’achèvement donne lieu, en 1039, à une seconde consécration par le métropolite de Kiev, Théopemptos.

  • 62 Les empereurs furent pendant des siècles inhumés dans l’église des Saints-Apôtres, avant la constr (...)
  • 63 Romain Lécapène fait construire dans le monastère du Myrélaion son église funéraire à une seule co (...)
  • 64 Psellos, Chronographie (cité supra n. 15), t. II, p. 119.

23Naturellement, c’est bien dans la tradition orientale qu’il convient de lire l’installation des sarcophages princiers au milieu de l’église. Certes, nous n’avons pas d’exemple de la présence des tombes impériales byzantines sous la coupole de la nef62. Pourtant, nous savons q u ’ à Byzance, au xie s., les empereurs et les grands avaient pris l’habitude d’édifier dans la banlieue de Constantinople de véritables mausolées63, que Michel Psellos qualifie de lieux de méditation, « pour que, après leur mort, leur corps soit porté en terre et enseveli d’une façon plus somptueuse64 ». C’est dans cette logique que nous proposons de lire la disposition des sarcophages princiers dans l’église de la Dîme. Dans cette dernière, transformée en mausolée du premier prince chrétien et de son épouse la porphyrogénète Anne, les sarcophages princiers sont disposés au centre, dans la tradition byzantine alors en usage pour les églises funéraires de Constantinople. Il n’y a donc pas à chercher dans cette disposition une preuve de l’influence occidentale qui aurait marqué les dernières années de la vie de Vladimir et dont nous n’avons pas la moindre trace.

24Une autre étape est franchie sous le règne du prince Jaroslav (1018-1054). L’emploi généralisé de la préposition / dans à partir de 1044 montre sans équivoque possible que désormais l’inhumation des princes se fait à l’intérieur de l’église. Celle-ci est bien considérée comme image terrestre du macrocosme. Toutefois, l’inhumation à l’intérieur de l’église reste un privilège généralement princier dont bénéficient ceux qui ont construit leur propre église-mausolée. Pour les autres, l’inhumation à proximité de l’église reste la règle et surtout la manifestation d’un honneur reconnu, comme le montre l’inhumation du starec Jan dans le narthex du monastère des Grottes de Kiev.

  • 65 P. Evdokimov, L’orthodoxie, Paris 1979 (DDB-Essais), p. 127.
  • 66 Hilarion (métropolite), Слово о Законе и Благодати, Texte édité et commenté par A. M. Moldovan et (...)
  • 67 Арос, 6, 9 et 11.
  • 68 Apoc, 6, 9 et 15.

25La recherche d’une inhumation à l’intérieur de l’église s’explique fondamentalement par l’ecclésiologie de l’Eglise chrétienne orientale. En effet, dans la chrétienté orientale « l’Église, même terrestre, est une chose céleste » et elle chante : « Réunis dans ton Temple, nous nous voyons déjà dans la lumière de ta gloire céleste65 . » L’église est la préfiguration du ciel. Être inhumé dans l’église, c’est bénéficier de la lumière de la gloire céleste dans l’attente de la parousie. Le défunt est endormi dans l’attente de la Résurrection, comme l’illustre si bien le métropolite Hilarion dans son célèbre Dit sur la Loi et la Grâce : « Lève-toi, O vénérable chef, lève-toi de ta sépulture, lève-toi et secoue ton sommeil ! Tu n’es pas mort, mais tu dors jusqu’à ce que tout ressuscite. Lève-toi, tu n’es pas mort, il n’est pas convenable que tu meures, toi qui as cru dans le Christ qui est le sens de la vie. Secoue-toi de ton sommeil, ouvre tes yeux pour apercevoir quels honneurs le Seigneur t’a accordés dans le Ciel et sur la terre à travers ton fils66 » L’espace sacré de l’église est, en quelque sorte, une parcelle de l’au-delà. Placer les sarcophages de Vladimir et d’Anne au centre de l’église, sous la coupole, c’est les assimiler aux Martyrs de l’Apocalypse : « Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et du témoignage qu’ils avaient porté [...] Alors il leur fut donné à chacun une robe blanche et il leur fut dit de patienter encore un peu67. » Premiers dans l’espérance de la parousie, « ils se tiennent debout devant le trône et devant l’agneau, vêtus de robes blanches et des palmes à la main [...] Ils se tiennent devant le Trône de Dieu, et lui rendent un culte jour et nuit dans son temple. Et celui qui siège sur le Trône les abritera sous sa tente68. »

  • 69 Evdokimov, Orthodoxie (cité supra n. 65), p. 214-216.

26L’église, Temple de Dieu, est bien l’espace sacré privilégié tout rempli de présence69 que le métropolite Théopemptos consacre pour la seconde fois en 1039. Désormais, l’inhumation des princes à l’intérieur de l’église est, à partir du milieu du xie s, une pratique régulière qui souligne la progression de la culture chrétienne dans l’élite de la jeune société russe, récemment convertie. L’entrée des princes dans l’espace sacré de l’église est signe de l’intégration de la Rus’ dans l’oikouménè byzantine.

Notes

1 Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. W. Trillmich, Berlin-Darmstadt 1957 (Ausgewälhlte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters 9), p. 436.

2 A. Poppe, Vladimir, prince de Kiev, Le origini e lo sviluppo della christianita slavo-bizantina, Rome 1992, p. 50.

3 M. D. Sverdlov, Владимир Святославич святой – князь и человек (Saint Vladimir Svjatoslavič, prince et homme), Культура Славян и Русь, Moscou 1998, p. 86.

4 Повесть временных лет (Chronique des temps passés), éd. О. V. Tvorogov, trad. en russe moderne D. S. Likhačev, Moscou 1978 (Памятники литературы Древней Руси. Начало русской Литературы X1 - начало X11 века) (citée désormais sous le sigle PVL), p. 68, s.a. 6453 /945 : И погребень бысть Игорь, и есть могила его у ИскоръстЪня града. La ville de Korosten’ se trouve sur la rivière Ужь /Už’ affluent du Припять/Pripjat’.

5 Остромирово Евангелие (факсимильное издание), Moscou 1988, 195. 1057.

6 C’est au xe s. que le rite de l’ensevelissement des corps se substitue à celui de la crémation : V. V. Sedov, Восточные Славане в VI-XIII вв. (Les Slaves orientaux aux vie-xiiie s.), Moscou 1982 (Археология СССР), p. 105.

7 Ibid., p. 101-106.

8 PVL, p. 418-420 : и до сего дне.

9 J.-P. Arrignon, Les Églises slaves, Paris 1991 (Bibliothèque d’Histoire du christianisme 27), p. 85-91.

10 PVL, 6477/969, p. 82 : погребъ мя иди, ямо же хочеши [...] и несоша и погребоша ю на мƀстƀ.

11 В. A. Rybakov, Язычество древних Славян (Le paganisme des anciens Slaves), Moscou 1981, p. 281-282. L’auteur décrit le repas funéraire pris sur la tombe d’Igor, d’après le récit d’ibn Fadlân, Voyage chez les Bulgares de la Volga, trad. de M. Canard, Paris 1983, p. 59 (première éd. 1948).

12 Thietmar de Mersebourg, Chronicon (cité supra n. 1), VII, 74, p. 436.

13 PVL, 6519/1011, p. 144 : преставися цариця Володимеряя Aʜʜa.

14 PVL, 6523/1015, p. 144 : везъɯе поставиша ú въ Святƀŭ Богородицu, юже δƀ създалъ самъ.

15 Psellos, Chronographie, éd. et trad. E. Renauld, t. II, Paris 19672 (Coll. byzantine), p. 119 : « Les revenus publics, [les empereurs précédents] les consacraient [...] aux faveurs et aux munificences civiles, et. en fin de compte, pour que. après leur mort, leur corps fût porté en terre et enseveli d’une façon plus somptueuse, ils avaient préparé des monuments en pierre de Phrygie ou d’Italie ou en dalles de Proconnèse, dans un cadre de maisons et d’églises destinées à en rehausser la beauté. »

16 J. Lafontaine-Dosogne, Histoire de l'art byzantin et chrétien d'Orient, Louvain-la-Neuve 1987 (Publications de l’Institut d’Études médiévales - Textes, Études, Congrès, 7), p. 118-121.

17 PVL, 6523/1015, p. 144 : И вложиша ú в корсту мороморяну.

18 PVL, 6523/1015, p. 148-150 : И положиша тƀло его, принесше отай Вышегороду, у церкве Святаго Василья.

19 PVL. 6523/1015, р. 152 : Глƀбу же [...] повержену на брезƀ межи двƀма колодама, посемь же вземше везоша й, и положиша ú у брата своего Бориса у церкве Святаго Василья.

20 PVL, 6544/1036, р. 164 : и положиша ú в церкви у Святаго Спаса, юже бƀ самь заложиль.

21 PVL, 6552/1044, р. 168 : крестиша кости ею, и положиша я вь церкви Святыя Богородица.

22 PVL, 6560/1052, р. 174 : Преставися Володимеръ, сынъ Ярославль старей, Ноƀгородƀ, и положень бысть в Святƀй Софьи, юже бƀ самь создаль.

23 PVL, 6562/1054, р. 176 : положиша ú в рацƀ мороморянƀ, в церкви Святое Софьƀ.

24 PVL, 6571 /1063, р. 176 : погребоша ú вь церкви Святаго Георгия.

25 PVL, 6574/1066, р. 180 : и тамо положень бысть вь церкви Святыя Богородица.

26 PVL, 6580/1072. p. 194 : и преложиша я в новую церковь, юже сдƀла Изяславъ, яже стоить и ныʜƀ.

27 У церкве Святого Василья.

28 PVL, 6580/1072, р. 194 : Ипринесше в новую церковь.

29 Ibid. : исполнися благоуханья церкы.

30 Ibid. : вложиша ú в раку камену.

31 Ibid. : Яко быша въ дверех. ста рака и не иде [...] и повезоша ú.

32 Sur la chronologie précise des événements, voir A. Poppe. La naissance du culte de Boris et Gleb. Cahiers de civilisation médiévale 24, 1981, p. 29-53 ( = The Rise of Christian Russia, Londres 1982. VI).

33 PVL, 6586/1078. p. 212 : его же mƀлo положено бысть Черниговƀ за Спасомъ.

34 PVL, 6594/1086, р. 218 : с честью положиша ú в рацƀ мраморянƀ в церкви святаго апостола Петра.

35 PVL. 6599/1091. р. 220 : Не добро есть лежати отцю нашему Феодосьеви кромƀ монастыря и церкве своея, понеже той есть основаль церковь и церноризци совокупилъ.

36 Ibid. : повелƀша устроити мƀcто, идеже положити мощƀ его.

37 PVL, 6599/1091, р. 222 : И принесше положиша ю в церкви евоей ему, в притворƀ на деснƀй странƀ, мƀсяца августа въ 14 день.

38 M. Roty, Dictionnaire russe-français des termes en usage dans l’Église russe. Paris 1992 (Lexiques de l’Institut d’Études slaves 4), p. 105. Notons que la traduction anglaise proposée par S. H. Cross et O. P. Sherbowitz-Wetzor, The Russian Primary Chronicle: Laurentian Text, Cambridge (Mass.) 1953, p. 171: They laid him on the right side of the chapel, me semble erronée.

39 PVL. 6599/1091, p. 222: положиша ю в церкви Святыя Богородиця, противу гроδу Феодосьеву, на шюей странƀ.

40 PVL, 6601/1093. р. 226: в онь же положень δысть в гроδƀ в велицƀй церькви Святыя Софья.

41 PVL, 6601 /1093, р. 230: положиша û у церкви Святыя Софьи у отца своего.

42 Ibid., р. 231: положили его в церкви Святой Софии около отца его.

43 RPC (cité supra п. 38), р. 177: They laid him to rest beside his father in the Church of St. Sophia.

44 PVL. 6601/1093. p. 234 : а погреδень δысть ноямδря вь 16, в церкви Святыя Ƃогородиця Десятиньныя.

45 PVL, 6604/1096, р. 244: и положиша ú у Святыƀ Софьƀ, на лƀвƀй сторонƀ.

46 PVL, 6614/1106, p. 272 : его же и гроδь есть вь Печерьском монастыри, в притворƀ, идеже лежить тƀло его.

47 Ibid., р. 272 : Не хужий δƀ первых праведник.

48 PVL, 6617/1109, р. 274 : Положена δысть в Печерском манастырƀ у дверий, яже ко угу. И здьлаша над нею δожонку, идеже лежит тЬло ея.

49 I. I. Sreznevskij, Материалы для словаря древнерусского языка (Matériaux pour un dictionnaire de la langue russe ancienne), Moscou 1958, t. 1, col. 140, et Словарь русского языка (Dictionnaire de la langue russe xi-xvii s.), Moscou 1975, p. 272.

50 IBN Fadlân, Voyage... (cité supra n. 11).

51 PVL., 6547/1039. p. 166 : священа δысть черкы Святыя Богородиця, юже созда Володимерь, отець ярославль, митрополитомь Феопемптомъ.

52 М. К. Karger. Древний Киевь, T. II, Памятники зодчества Х-ХIII вв., Moscou- Leningrad 1961, р . 11 ; et P. A. Rappoport, Русская архитектура Х-ХШ в. : каталог памятников, Leningrad 1982 (Археология СССР. Свод археологических источников Е-1-47). р. 7-8.

53 PVL, 6525/1017, р. 156 : Ярославъ иде в Киевь, и погорƀ церкви.

54 PVL, 6526/1018, р. 158.

55 PVL. 6544/1036, р. 164 : Посемь же перея власть его всю Ярославъ. и δысть самовластець РусьстЬй земли.

56 PVL, 6545/1037, р. 164 : Заложи Ярославъ городъ великый.

57 M. A. Sagajdak, Великий город Ярослава, Kiev 1982.

58 Ibid., p. 56-63.

59 L’hypothétique remariage du prince Vladimir est une question controversée. Les recherches les plus récentes montrent que le mariage du « roi des Ruges » avec la fille du comte Kuno. petite-fille par sa mère de l’empereur du Saint-Empire romain germanique Otton Ier, ne concerne pas Vladimir, voir Sverdlov, Владимир... (cité supra n. 3). p. 86.

60 M. P. Sotnikova, I. G. Spasskij, Тысячелетие монет России : Сводный каталог русских монет X-XI веков, Leningrad 1983, р. 81. J.-P. Arrignon, Le trône du prince russe Vladimir (987-1015) idéologie ou réalité ?, EYΨYXIA, Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris 1998 (Byzantina Sorbonensia 16), p. 9-16.

61 Thietmar de Mersebourg. Chronicon, VII, 74-75. p. 436.

62 Les empereurs furent pendant des siècles inhumés dans l’église des Saints-Apôtres, avant la construction en 1136, dans le monastère du Pantocrator, d’une chapelle funéraire réservée à la dynastie des Comnènes, Lafontaine-Dosogne, Art byzantin...(cité supra n. 16), p. 154.

63 Romain Lécapène fait construire dans le monastère du Myrélaion son église funéraire à une seule coupole sur le modèle de base de la célèbre Néa de Basile Ie r, construite dans l’enceinte du Palais, en 880, ibid., p. 118.

64 Psellos, Chronographie (cité supra n. 15), t. II, p. 119.

65 P. Evdokimov, L’orthodoxie, Paris 1979 (DDB-Essais), p. 127.

66 Hilarion (métropolite), Слово о Законе и Благодати, Texte édité et commenté par A. M. Moldovan et traduit en russe moderne par le diacre A. Jurcenko, Moscou 1994, p. 595 (Памятники Литературы Древней Руси XVII век. Книга третья).

67 Арос, 6, 9 et 11.

68 Apoc, 6, 9 et 15.

69 Evdokimov, Orthodoxie (cité supra n. 65), p. 214-216.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search