Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

La fabrique de la nation andalouse au xie siècle, entre identités arabe, berbère et hispanique

The Creation of the Andalusian Nation in the 9th Century: Between Arab, Berber and Hispanic Identities

Emmanuelle Tixier du Mesnil

Resumen

Le cadre impérial auquel l’Islam reste fidèle tout au long du Moyen Âge est une véritable fabrique des nations. Des peuples émergent et prétendent un temps incarner sa direction : Arabes, Persans, Turcs, Berbères se succèdent, s’allient dans l’exercice du pouvoir. Ce ballet des nations entraîne un fréquent décrochage entre ethnie et territoire, qu’illustre bien l’exemple andalou. Les identités arabe, berbère et hispanique s’y croisent, donnant naissance à ce que l’historiographie contemporaine perçoit comme une nation andalouse à partir du xie siècle. L’idéologie omeyyade de la splendeur du califat de Cordoue laisse place à une interrogation inquiète sur le devenir de cette terre et sur la capacité de ses habitants à se constituer en nation, alors que débute la Reconquista chrétienne. L’identité arabe de la péninsule devient notamment un enjeu face au rôle croissant joué par les Berbères à partir du xie siècle.

Islam retained its imperial structure throughout the Middle Ages, becoming in the process a creator of nations. Peoples would emerge and aspire to its leadership for a time. The Arabs were followed by the Persians, the Turks and the Berbers. Alliances were formed in order to exercise power. In the course of this movement of peoples an ethnic group could become separated from its territory. The Andalusian example illustrates this. In Andalusia we find a mixing of Arab, Hispanic and Berber identities. Contemporary historiography sees these identities coalescing to form the Andalusian nation from the 11th century onwards. During the early stages of the Christian Reconquista, the Umayyad ideology with its exaltation of the splendor of the Cordoba Caliphate lost its hold on the people, to be replaced by a period of uncertainty, characterized by doubts over the future of the land and concerns about whether it was possible for its inhabitants to constitute a nation. Among other examples of this we see the Iberian Peninsula’s Arab identity somewhat compromised by the growing influence of the Berbers from the 11th century.

Texto completo

1S’intéresser à la constitution des nations dans le monde islamique tient de la gageure ; il est difficile de trouver un débat plus piégé, plus biaisé même, tant les très vives controverses actuelles recherchent constamment dans la période médiévale l’ancrage idéologique qui permet au « monde islamique » de penser son histoire. Le panarabisme, pas tout à fait mort, et le panislamisme pratiquent en permanence un jeu d’échelles assez périlleux qui permet tout à la fois de légitimer, quand ça les arrange, les constructions nationales apparues à l’époque contemporaine et d’affirmer l’existence d’une unité totalement fantasmée, celle de la umma éternelle, indissociable de l’islam universel. Le Moyen Âge islamique semble pourtant ne pas avoir connu le cadre des nations au sens où l’entendent les spécialistes de l’Occident latin, c’est-à-dire l’adéquation entre un pouvoir, un peuple et un territoire. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’il s’agit, dans le cas de l’Islam comme dans celui de Byzance, d’une histoire impériale. Que peut-on entendre par nation dans un tel cadre ?

2Les géographes arabes, du ixe au xve siècle, présentent les singularités de chaque province du dār al-islām, ses particularités géographiques ou historiques par exemple, mais c’est toujours au sein d’un tableau d’ensemble qui met en lumière leur complémentarité. Nul ne songerait ainsi à nier ce qui rend unique l’Égypte, la Perse, l’Arabie ou al-Andalus, par exemple. Mais les titres de ces traités de géographie sont significatifs : la plupart s’intitulent Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, « Livre des routes et des royaumes ». L’ossature même de ces ouvrages est constituée des itinéraires qui relient entre elles les provinces d’un monde pensé comme uni en dépit de l’existence, à partir du xe siècle, de trois califats rivaux. Un monde uni culturellement que parcourent inlassablement pèlerins, marchands, aventuriers, espions et simples voyageurs, et où l’arabe sert de lingua franca au sein des élites lettrées. Le paradoxe, cependant, c’est que l’empire est une véritable fabrique de nations, cette fois au sens de peuples. Des peuples émergent et prétendent un temps incarner sa direction : Arabes, Persans, Turcs, Berbères, relayés localement par d’autres groupes ethniques, se succèdent, s’opposent, s’allient dans l’exercice du pouvoir. Une fabrique des nations parce que les Arabes, par exemple, naissent dans la conquête des terres extérieures à la péninsule Arabique, constituant par là même une identité collective qui transcende les divisions tribales. C’est l’empire qui fait les Arabes. Plus tard, les Berbères à l’Ouest, les Turcs à l’Est se fédèrent également hors du berceau tribal, dans des entreprises de conquête qui font émerger une unité. Dans ce cadre impérial, les différentes nations qui coexistent se distinguent par les rôles qu’elles occupent au sein du dār al-islām ; dès le ixe siècle, les Turcs sont par exemple les combattants par excellence. L’une des principales conséquences de ce ballet des nations au sein de la structure impériale est un constant décrochage entre ethnie et territoire : les Arabes occupent une place qui excède de très loin l’importance géographique de la péninsule Arabique, les Turcs qui s’imposent tout au long du Moyen Âge central à la tête de l’Orient islamique (Égypte, Syrie, Iran) sont même originaires de zones extérieures à l’empire ; la sagesse des Persans, dépositaires d’une prestigieuse histoire, est présentée comme un modèle universel.

  • 1 L’apogée du régime correspond au règne du fils de ʿAbd al-Rahmān III, al-Ḥakam II (961-976), qui s’ (...)

3S’il est une terre au sein de cet empire islamique où le lien entre peuple et territoire est particulièrement complexe tant les identités y sont emboîtées, c’est bien al-Andalus. Sise à l’extrême Occident, à la limite de l’œkoumène, c’est une terre bien éloignée du vieux cœur oriental de l’Islam. Elle devient pourtant, à partir de 756, le lieu d’exil de la dynastie omeyyade chassée d’Orient par la révolution abbasside. Cette glorieuse famille, issue de la même tribu que le prophète Muḥammad, fonde littéralement al-Andalus. Au début du xe siècle, à l’issue d’une longue fitna, une guerre civile qui a failli l’emporter, elle se maintient au pouvoir grâce au jeune émir ʿAbd al-Rahmān III. En 929, il reprend officiellement le titre de commandeur des croyants, de calife, qu’avaient porté ses ancêtres en Orient. Il affirme ainsi sa prétention à diriger l’ensemble de la communauté des croyants, tout en niant la légitimité des deux autres califats rivaux : celui des Abbassides de Bagdad et celui des Fatimides de Kairouan. En dépit d’une existence relativement brève (929-1031), le califat omeyyade de Cordoue fait figure d’âge d’or au sein de la longue histoire d’al-Andalus1.

  • 2 G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, Madrid, 1992.

4C’est le temps de l’élaboration d’une idéologie omeyyade, mise au jour par Gabriel Martinez-Gros2, qui exalte alors l’identité arabe de la dynastie, la noblesse de son origine quraïchite et sa non-compromission avec les éléments indigènes. Le paradoxe de ce discours est que la prétention au califat exige le non-enracinement dans le terroir hispanique. On ne peut décemment pas, lorsque l’on prétend exercer un pouvoir universel, adopter le discours de dynasties territoriales. Les œuvres qui défendent les droits au califat des Omeyyades ne présentent donc pas l’Espagne comme une terre désirée mais comme le lieu d’un exil temporaire, prélude à la reconquête de l’Orient. La poésie du temps de l’émirat comme du califat répète inlassablement la nostalgie de la Syrie et de l’Arabie. La langue et le style sont ceux de l’Orient, non par simple imitation mais par fidélité à la culture arabe. À cet égard comme à d’autres, al-Andalus est une île arabe entre chrétienté franque et Maghreb berbère. L’arabité y est bien plus profondément ancrée que dans une large partie de l’Afrique du Nord. Et cette identité andalouse, qui est une identité arabe, doit beaucoup à l’empreinte laissée par les Omeyyades. Dès le début donc, il est difficile de trouver une adéquation entre un peuple, une terre et un pouvoir, lequel se pose d’emblée comme étranger. Ce n’est cependant pas une originalité andalouse : la plupart des gouvernants dans le monde islamique médiéval ne sont pas de la même ethnie que les peuples qu’ils dirigent.

5Le califat, cependant, fait long feu et disparaît à l’issue d’une longue guerre civile, une fitna, qui a déchiré al-Andalus entre 1009 et 1031. Paradoxe là encore, cette disparition a engendré l’accouchement dans la douleur d’une identité andalouse qui, d’une certaine façon, est une étape sur le chemin qui mène à la constitution d’une nation. La raison en est simple : la fitna puis la division politique du territoire andalou en plusieurs principautés, les mulūk al-Ṭawā’if, les royaumes des Taïfas, ont rendu fragile la présence de l’islam dans la péninsule et ont fait prendre conscience de cette précarité. C’est alors que s’amorce la Reconquista chrétienne, menée par les petits États chrétiens du Nord de la péninsule. De nombreux lettrés, ulémas, historiens, géographes et autres savants s’interrogent sur l’identité andalouse. L’idéologie omeyyade du siècle précédent, celle de la splendeur du califat de Cordoue, laisse place à un questionnement inquiet sur le devenir de cette terre, mais aussi sur la capacité de ses habitants à se constituer en nation. Comment al-Andalus pouvait-elle survivre aux Omeyyades, ou plus justement sans les Omeyyades ? Elle pouvait, sous leur règne, prétendre être l’un des centres du dār al-islām et son ancrage à l’Orient et à son histoire n’était pas même contesté par ses adversaires. Sans eux, c’est un autre temps qui s’ouvre.

  • 3 À la mort du calife al-Ḥakam II en 976, son fils et héritier Hišām, âgé de 11 ans, fut rapidement m (...)
  • 4 Une existence pour le moins mouvementée qui nourrit cependant une prodigieuse fécondité intellectue (...)

6L’une des principales voix de cette époque est celle du célèbre auteur cordouan Ibn Ḥazm (384/994-456/1064). En 1013, Cordoue est mise à sac par les troupes berbères qui avaient été recrutées massivement par les derniers Omeyyades et leurs chambellans amirides3. Ibn Ḥazm, contraint de quitter cette ville qui l’a vu naître, se voue désormais à l’écriture4, allant de cour en cour. Il n’a de cesse, sa vie durant, par fidélité aux Omeyyades, de critiquer la fin de l’unité politique d’al-Andalus et de dénoncer de manière particulièrement virulente les pouvoirs, à ses yeux illégitimes, qui les ont remplacés. Le titre de l’une de ses œuvres s’avère, dans le cadre de notre problématique, particulièrement intéressant puisqu’il s’agit de l’Epître sur les mérites des habitants d’al-Andalus (Risāla fā-faḍl Ahl al-Andalus). En choisissant ce type de composition, il n’innove pas. Le genre littéraire s’attachant à décrire les « mérites » (Faḍāʾil) de personnages ou de certains lieux privilégiés est un genre très fécond dans le domaine arabo-musulman. Les traités vantant les mérites d’une ville ou d’un pays voient le jour au cours du ixe/ iiie siècle. Ils concernent en premier lieu des villes opposées par une longue rivalité, telles que La Mecque et Médine, Basra et Koufa, Damas et Le Caire. On aurait pu penser trouver dans cette épître l’une des premières manifestations d’une conscience nationale. Ce n’est pas le cas. Les termes employés dans le titre, Ahl al-Andalus, pourraient désigner la population d’al-Andalus, mais le terme d’ahl est suffisamment générique pour désigner un groupe ou une population quelle qu’elle soit ; on peut ainsi appeler les habitants d’une ville, ou les chrétiens et les juifs (Ahl al-Kitāb : les Gens du Livre). Ce n’est pas à proprement parler un vocable susceptible de désigner une nation. De plus, Ibn Ḥazm ne prête attention qu’à une étroite partie des Andalous : la population des savants. La particularité de l’épître est d’être entièrement consacrée à l’évocation de la production intellectuelle. Ce n’est pas tant la nation andalouse qu’elle célèbre que les mérites de ses savants. Néanmoins, le thème est intéressant car il est récurrent dans la construction progressive de l’identité andalouse : l’Espagne est une terre d’élection pour le savoir, religieux comme profane, en raison notamment de la profondeur de l’empreinte arabe et islamique.

  • 5 Nous n’avons qu’un seul manuscrit de cet ouvrage, retrouvé au début des années 1930 par Évariste Lé (...)

7Les mulūk al-Ṭawā’if, les royaumes des Taïfas, se constituent durablement sur les décombres du califat. Une vingtaine de principautés aux légitimités chancelantes, sans cesse en guerre les unes contre les autres, ont occupé l’histoire du xie siècle. Parmi les plus importantes d’entre elles, Séville, Valence, Grenade, Tolède, Saragosse ou Badajoz. Par commodité, Évariste Lévi-Provençal, grand historien d’al-Andalus de la première moitié du xxe siècle, distingue parmi les Taïfas trois groupes : les Taïfas berbères, c’est-à-dire dirigées par des souverains d’origine berbère arrivés récemment dans la péninsule ; les Taïfas esclavones, dont les maîtres sont d’anciens hauts fonctionnaires califaux d’origine servile qui ont profité des troubles pour devenir des princes indépendants ; et enfin les Taïfas andalouses, c’est-à-dire gouvernées par des familles d’origine arabe ou berbère arrivées dans la péninsule aux tout premiers temps de la conquête. Cette distinction, que l’on retrouve jusque dans les ouvrages les plus actuels, est bien factice car tous sont andalous, bien conscients d’être unis dans un destin commun et confrontés à un avenir incertain alors que s’amorce la Reconquista chrétienne. Castillans, Aragonais et Catalans imposent aux princes andalous, dès les années 1030, le paiement de tributs, les parias, pour prix de leur intervention ou de leur neutralité dans les conflits qui déchirent entre eux les musulmans. Les souverains andalous pressurent leurs sujets pour pouvoir payer ces tributs et, partant, financent eux-mêmes la Reconquista qui les menace. Les mémoires du souverain grenadin ʿAbd Allāh b. Zārā (1073-1090)5 s’en font l’écho. Ce prince, classé dans la catégorie des souverains berbères, est en fait andalou jusqu’au bout de la barbichette : riche, lettré et incapable de combattre véritablement.

8Le grand géographe andalou al-Bakrā (1014-1094) est également aux premières loges pour observer tout au long du xie siècle la modification du rapport des forces entre Espagne chrétienne et Espagne musulmane. Loin de la tranquille assurance de la géographie du temps du califat, celle écrite au temps des Taïfas, et au premier rang celle de Bakrā, prend acte du fait qu’al-Andalus est désormais un lieu de séjour en ribāt, un territoire où l’on combat pour la foi. Sous la plume de notre géographe, la partie musulmane de la péninsule n’est plus un centre, c’est une frontière dans son intégralité, un avant-poste de l’Islam situé en plein territoire des Rām. C’est au Maghreb, présenté comme un réservoir de forces vives, qu’il consacre l’essentiel de ses chapitres sur l’Occident musulman. L’histoire politique du dernier tiers du xie siècle donne raison au géographe, d’autant qu’un acteur devient essentiel dans le jeu andalou : il s’agit du roi Alphonse VI de Castille, qui oblige les princes musulmans, dont ʿAbd Allāh, à payer des tributs énormes. En 1085, Alphonse prend Tolède presque sans coup férir ; le symbole est fort dans les deux camps car Tolède avait été la capitale des souverains wisigoths, ceux-là mêmes qui avaient perdu l’Espagne en 711. C’était en outre l’une des plus importantes Taïfas. La frontière entre Islam et chrétienté recule très nettement vers le Sud ; désormais Séville et même Grenade sont à découvert. Le territoire andalou diminue comme peau de chagrin.

  • 6 G. Martinez-Gros, « L’interprétation des campagnes d’al-Mansur contre l’Espagne chrétienne », Les C (...)

91. L’incapacité des princes andalous à résister repose en partie sur l’impossibilité dans laquelle ils sont de trouver des combattants. Leurs prédécesseurs Omeyyades et Amirides recrutaient des mercenaires dans les zones « barbares », non civilisées si l’on s’en tient au schéma khaldunien, c’est-à-dire l’Espagne chrétienne et le Maghreb6. Les Andalous, population productive d’agriculteurs, de commerçants, de lettrés, ne peuvent assurer la défense de leur territoire. Au cœur des terres sédentaires, il ne peut y avoir de nation combattante. Dans le monde islamique, l’exercice des armes est le plus souvent délégué à des esclaves soldats, des mamluks ou à des mercenaires. La population andalouse, désarmée, ne peut résister. Or les deux sources d’approvisionnement que nous venons de citer ne sont plus accessibles aux souverains andalous : dans le Nord de la péninsule, les hommes se battent désormais aux côtés d’Alphonse ou du roi de Navarre. Au Maghreb, la situation a considérablement évolué avec les débuts de la prédication almoravide. Celle-ci est animée par les Lamtuna, grands nomades chameliers du Sahara occidental, qui ont réussi à fédérer une partie des tribus berbères. Leur légitimité repose sur la défense militaire du sunnisme malikite. Ces hommes sont devenus en quelques années les maîtres du centre et de l’Ouest du Maghreb. Ils ont fondé Marrakech en 1070 et leur territoire s’étend jusqu’à Alger, conquise en 1083. Al-Andalus est prise en tenailles, ce qui met en lumière ses singularités et, partant, contribue à définir ce qui en fait une terre différente de celles de ses voisins.

102. Les princes des Taïfas sont aux abois ; convaincus qu’ils n’ont pas le choix, ils oublient un temps leurs désaccords et appellent à l’aide les Almoravides. Le chef de ces derniers, Yūsuf Ibn Tāšfīn, débarque en al-Andalus en juillet 1086, à la tête de forts contingents berbères. L’extrait qui suit témoigne de la différence entre Andalous et guerriers africains ; il a théoriquement été rédigé par Yūsuf lui-même, mais comme il ne savait ni parler, ni écrire l’arabe, il va de soi qu’il a été écrit après coup, par l’un de ses secrétaires andalous :

  • 7 Le texte intégral de la lettre, en arabe, a été publié par É. Lévi-Provençal, Al-Andalus, 15 (1950) (...)

Nous envoyâmes contre l’ennemi des lions cruels et des bêtes fauves, des vieux et des jeunes, aux bras robustes et aux cœurs purs au service de Dieu, qui connaissaient ce qu’était la guerre et l’avaient expérimentée au point d’en être ses fils, qui se léchaient les babines comme des panthères et rugissaient comme des lions. […] De tous les horizons, des gens venaient voir nos guerriers, ils accouraient vers eux des régions les plus diverses, étonnés de leurs aspects et méprisant leurs atours et leur façon de parler, car rien en eux n’était à leur goût, sauf les chevaux et les boucliers. Les Andalous n’auraient pu les vaincre qu’après s’être desséché la salive et essuyé la sueur […]7.

113. On ne pourrait mieux illustrer l’opposition khaldunienne entre bédouins et sédentaires. Le 23 octobre 1086, les Almoravides, appuyés par quelques contingents andalous, remportent contre Alphonse VI de Castille la grande victoire de Zallāqa. Les Almoravides repartent ensuite au Maghreb, puis reviennent, à l’appel des populations andalouses inquiètes devant les éternelles divisions de leurs princes. En 1090, Yūsuf Ibn Tāšfīn lance une consultation juridique, une fatwa, laquelle déclare que les Almoravides sont autorisés à démettre les souverains andalous et à étendre leur domination sur la péninsule. C’est la fin des Taïfas et le début de la domination almoravide en al-Andalus.

12La plupart des sources qui dépeignent l’arrivée des Berbères almoravides dans la péninsule insistent sur l’enthousiasme des Andalous à l’arrivée de ces renforts musulmans. Cependant, toutes sont rédigées après la victoire des Almoravides, ce qui change quand même nettement l’éclairage apporté.

13L’identité arabe de la péninsule devient un enjeu face au rôle croissant joué par les Berbères, peuple nouveau dans l’islam, assez récemment converti, peu familier avec la langue arabe et, à ce titre, considéré comme barbare. Les habitants des grandes villes d’al-Andalus, en revanche, incarnent le raffinement urbain et surtout l’arabité, tant par leur maîtrise de la langue du Coran que par leur talent à composer de la poésie, art arabe par excellence. La figure du plus grand prince de l’époque des Taïfas, le roi poète de Séville al-Muʿtamid ibn ʿAbbād, qui règne de 1069 à 1091, est ainsi souvent mise en regard avec celle de Yūsuf Ibn Tāšfīn, qui finit par le renverser. Ils sont l’un et l’autre présentés dans les sources comme représentatifs de leurs nations respectives, et plus généralement comme les stéréotypes du bédouin et du sédentaire : Yūsuf, endurci par des années de jihād dans le désert, tombeur de villes, analphabète et fin stratège, s’oppose point par point à al-Muʿtamid, qui passe ses nuits à boire et à composer des vers avec ses esclaves chanteuses, ses éphèbes et ses poètes ; guerrier arabe d’ailleurs présenté comme courageux au combat, mais mauvais politique. Il est le cliché du héros littéraire chanté par la tradition arabe, capable de tout perdre par sens de l’honneur, contrairement au rusé berbère.

14Après la conquête almoravide, al-Andalus est désormais solidement rattachée au Maghreb et régénérée dans sa résistance aux visées chrétiennes. Pour les lettrés andalous, juristes et secrétaires, la nécessité de collaborer avec les nouveaux maîtres afin de conserver honneurs et richesses rencontre l’exigence des Almoravides de s’entourer de tels hommes pour conforter leur légitimité. C’est un couple contre-nature mais assez complémentaire que forment les ulémas et les guerriers berbères, qui tient tant que les intérêts de l’une et de l’autre des parties sont ménagés. Les lettrés andalous apportent la caution de leur culture arabe et islamique à des souverains (c’est du moins vrai pour le premier d’entre eux) qui ne la maîtrisent pas.

15C’est une brillante période que celle de la domination de l’Espagne par les Almoravides ; seule cependant la poursuite du jihād peut leur procurer la légitimité dont ils ont besoin pour se maintenir au pouvoir. À partir des années 1110, l’armée almoravide subit d’importants revers militaires : le roi d’Aragon, Alphonse le Batailleur, prend Saragosse en 1118.

  • 8 Il rentre invaincu de ce raid de près de un an et en ramène plusieurs dizaines de milliers de chrét (...)

16En 1125-1126, il effectue une promenade militaire au cœur même d’al-Andalus, jusqu’à Grenade8.

17Les lettrés andalous dénoncent maintenant l’impuissance des Almoravides à défendre l’islam, comme en témoigne une lettre rédigée en 1139 par deux très célèbres secrétaires andalous, deux frères, Abā Marwān et Abā ʿAbd Allāh b. Abā Ḫiṣāl. Elle est écrite en théorie au nom du souverain almoravide et est adressée aux contingents almoravides de Valence pour les blâmer de leurs défaites répétées face à Alphonse le Batailleur, roi d’Aragon. Le contenu de la lettre, cependant, dépassa largement les souhaits du souverain almoravide : la virulence du ton et la violence des reproches ont été prises pour ce qu’elles étaient, c’est-à-dire une remise en cause profonde de la domination berbère par des Andalous qui ne s’estimaient plus protégés par ces guerriers almoravides.

18Ils écrivent ainsi :

  • 9 Texte arabe dans H. Mones, « Nusus siyâsiya », Revista del Instituto de Estudios Islamicos en Madri (...)

[…] Nous aimerions connaître la raison qui vous a poussés à vous ceindre de sabres indiens, à brandir des lances dures et solides, à enfourcher des pur-sang si rapides à la course, et à vous emparer d’un territoire si vaste, séjournant hors de vos tribus, bondissant sur vos ennemis, qui vous payaient tribut, et que vous écrasiez de votre morgue, alors que tout, en vous, leur était étranger : votre apparence, votre comportement et votre langue […]. Vous n’êtes pourtant rien d’autre qu’un groupuscule dénué de toute utilité, mais qui prospère cependant sur leur dos. Quelle étrange négligence, de la part tant de vos jouvenceaux que de celle de vos hommes mûrs, qui se repaissent des fruits de ce pays, mais n’en supportent pas les rigueurs guerrières, qui emportent ce qu’il a de plus beau, mais sont incapables de faire preuve de constance face aux malheurs qui le frappent !
[…] N’était la présence parmi nous de vos parents, qui nous ont humblement suppliés de vous épargner, nous vous aurions prestement renvoyés à votre désert, et aurions purifié la Péninsule de votre transpiration, non sans vous avoir auparavant administré moult châtiments, et vous avoir interdit de vous voiler le visage ; car vos turbans dissimulent votre ignominie, et la fermeté que vous affichez cache en réalité votre impuissance et votre déroute. Cependant, la nature nous ayant dotés d’une patience à toute épreuve, et étant enclins depuis toujours à tenter de réveiller les facultés [de nos gouvernants], nous préférons, plutôt que de vous extirper de nos terres, vous inciter à aiguiser vos lames9.

  • 10 L’art épistolaire est considéré comme l’une des formes les plus nobles et les plus abouties de l’éc (...)

19Ces secrétaires10, pas plus que les Andalous dont ils se font les hérauts, ne sont capables de mettre dehors les Almoravides ; mais ils contestent sur le seul terrain qu’ils occupent, celui de la culture arabe et islamique, un pouvoir qui n’assume pas la seule obligation qui lui revient, celle de protéger l’islam.

20Nous terminerons avec l’évocation d’une dernière source, l’épître rédigée par al-Šaqundā, alors que les Almoravides ont été chassés non par les chrétiens du Nord, mais par d’autres Berbères, les Almohades de l’Atlas. Al-Šaqundā, lettré originaire des environs de Cordoue, doit essentiellement sa postérité à cette épître, rédigée au tout début du xiiie siècle, sous le règne du calife almohade al-Nāṣir, et qui compare les Andalous aux Maghrébins :

  • 11 Il s’agit de la rive maghrébine du détroit de Gibraltar.

S’évertuer à établir la supériorité du territoire de la ‘Udwa11 sur celui d’al-Andalus, c’est comme vouloir démontrer la supériorité de la gauche sur la droite, ou prétendre que la nuit est plus lumineuse que le jour. […] Nous aussi, nous avons eu des rois. Cependant, nous nous trouvons dans la situation décrite par le poète : « Les jours se suivent mais ne se ressemblent guère ; aujourd’hui, nous souffrons, mais demain nous nous réjouirons. »

21Cet éloge d’al-Andalus, rédigé à un moment où elle est depuis plus de cent ans sous domination berbère, est bien plus que la très convenue célébration de ses savants, ceux-là mêmes qui font la particularité d’al-Andalus. Al-Šaqundā n’hésite pas à chanter la gloire de l’histoire de l’Espagne musulmane, des dynasties et des hommes qui ont fait sa renommée militaire, ce qui ne manque pas de panache compte tenu du contexte de rédaction. Al-Andalus n’est plus seulement un lieu de savoir, c’est un lieu où les plus grands poètes ont célébré de grands souverains. Il écrit ainsi :

Si l’ensemble des régions du Maghreb se trouve aujourd’hui unifié sous la bannière du Califat des BanāʾAbd al-Muʾmin – Puisse Dieu le Très Haut le perpétuer ! –, nous avons, quant à nous, connu celui des Quraïchites. […] Les hommes de mérite et les poètes ayant vécu durant leur règne sont célèbres dans l’univers tout entier, et les colliers s’effaceront aux cous des colombes avant que leur renommée ne s’éteigne.

22Il poursuit par l’éloge de ce grand guerrier que fut al-Mansūr et célèbre même certains souverains des Taïfas, dont al-Muʿtamid ibn ʿAbbād.

  • 12 De Francisco Simonet, à la fin du xixe siècle, jusqu’à l’ouvrage d’Ignacio Olagüe, paru en 1969, au (...)

23Nous dirons, pour conclure, qu’al-Andalus, terre bien éloignée du vieux cœur oriental de l’Islam, a tout au long de son histoire été hantée par l’idée d’une acculturation indigène et d’un dépérissement de ses racines arabes. La forte conscience d’être un lieu essentiel du dār al-islām, conjuguée à la profondeur de la culture arabe, a donné une coloration particulière à l’identité andalouse, ou du moins aux facettes que nous livrent les sources. Les coups de boutoirs de la Reconquista, l’intervention des Berbères dans la péninsule, font certainement émerger la conscience d’être lié par un destin commun. Mais cela suffit-il à faire émerger une nation andalouse ? Les sources, nous l’avons vu, sont assez ambiguës. L’historiographie des xixe et xxe siècles apporte des réponses en revanche beaucoup plus tranchées. À cet égard, le véritable père de la nation andalouse est le grand orientaliste néerlandais Reinhard Dozy, qui écrit en français dans les années 1860 une Histoire des musulmans d’Espagne. Il préfère le terme plus neutre d’Andalous à ceux d’Arabes et d’Espagnols. Pour la pensée libérale du milieu du xixe siècle, l’existence d’une nation exige qu’il y ait un véritable État gouvernant un peuple. Le califat omeyyade, présidant aux destinées d’un peuple né de la fusion des « races » dans le creuset hispanique, conditionne l’existence, aux yeux de Dozy, de cette nation andalouse. En créant ce terme, Reinhard Dozy fut plus prudent que les défenseurs d’une nation hispanique éternelle que n’aurait fait qu’effleurer l’épisode islamique12, ou même que ceux qui s’acharnent à faire des Andalous de « purs » Arabes, notamment en repérant dans les sources les structures tribales caractéristiques de l’Orient, voire de l’Arabie, croyant par-là sur parole les sources omeyyades qui affirmaient cette arabité pour justifier les prétentions califales. Ce sont, dans un cas comme dans l’autre, les deux versants d’un même discours identitaire sur ce que devrait être une nation.

Notas

1 L’apogée du régime correspond au règne du fils de ʿAbd al-Rahmān III, al-Ḥakam II (961-976), qui s’illustre en rassemblant une bibliothèque constituée, dit-on, de 40 000 ouvrages dont la plupart viennent de l’Orient musulman et de Constantinople.

2 G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, Madrid, 1992.

3 À la mort du calife al-Ḥakam II en 976, son fils et héritier Hišām, âgé de 11 ans, fut rapidement mis sous tutelle par le ḥāğib Muḥammad ibn Abā ʿĀmir, que ses victoires firent surnommer al-Manṣār. Il exerça le pouvoir jusqu’à sa mort en 1002, ne laissant au calife Hišām qu’un rôle d’apparat. Il maintint néanmoins la fiction d’un pouvoir califal afin de se voir déléguer l’autorité. Son second fils, surnommé Sanchuelo car sa mère était la fille du roi Sanche de Navarre, n’eut pas la même prudence et, bien que n’étant pas de la famille omeyyade, se fit désigner héritier présomptif par Hišām. La population cordouane se souleva alors, déclenchant la guerre civile. Sanchuelo fut assassiné en 1009 et les troupes berbères recrutées par son père puis par lui firent le siège de Cordoue de 1010 à 1013 et mirent la ville à sac.

4 Une existence pour le moins mouvementée qui nourrit cependant une prodigieuse fécondité intellectuelle : on estime à 400 le nombre de ses ouvrages, totalisant environ 80 000 pages. Son œuvre embrasse tous les champs de la connaissance de son temps : fiqh, théologie, sciences du Hadith et de la généalogie, hérésiographie, histoire, adab, poésie… Une grand partie de ces ouvrages est perdue. Parmi ceux qui nous sont parvenus, citons, dans le domaine du fiqh, le Kitāb al-Muḥallā, en hérésiographie, le Kitāb al-faṣl fī-l-milal wa-l-ahwā’wa-l-niḥal, en science de la généalogie : la Ğamharat ansāb al-ʿArab, ainsi que le Naqṭ al-ʾarūs, et, dans le domaine éthique, le Kitāb al-aḫlāq wa-l-siyar fī-mudāwāt-al-nufūs.

5 Nous n’avons qu’un seul manuscrit de cet ouvrage, retrouvé au début des années 1930 par Évariste Lévi-Provençal.

6 G. Martinez-Gros, « L’interprétation des campagnes d’al-Mansur contre l’Espagne chrétienne », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 40 (2009) [Le monde d’Oliba, Arts et Culture en Catalogne et en Occident (1008-1046)], p. 91-100.

7 Le texte intégral de la lettre, en arabe, a été publié par É. Lévi-Provençal, Al-Andalus, 15 (1950), 1, p. 114 à 124, trad. fr. de V. Lagardère, Le Vendredi de Zallāqa (23 octobre 1086), Paris, 1989, p. 193-198.

8 Il rentre invaincu de ce raid de près de un an et en ramène plusieurs dizaines de milliers de chrétiens mozarabes, pour repeupler le royaume d’Aragon, dont le territoire a triplé en trente ans. Les contestations se font jour au sein de l’opinion andalouse comme en témoignent la révolte de Cordoue en 1121 et les soulèvements soufis en Algarve au début des années 1140.

9 Texte arabe dans H. Mones, « Nusus siyâsiya », Revista del Instituto de Estudios Islamicos en Madrid, 3 (1955), p. 114-118. Traduction française de B. Foulon dans Al-Andalus. Anthologie, éd. B. Foulon, E. Tixier du Mesnil, Paris, 2009.

10 L’art épistolaire est considéré comme l’une des formes les plus nobles et les plus abouties de l’écriture ; cf. la fine analyse de Bruna Soravia, dans P. Guichard, B. Soravia, Les royaumes de Taifas. Apogée culturel et déclin politique des émirats andalous du xie siècle, Paris, 2007, chap. X, p. 235-255.

11 Il s’agit de la rive maghrébine du détroit de Gibraltar.

12 De Francisco Simonet, à la fin du xixe siècle, jusqu’à l’ouvrage d’Ignacio Olagüe, paru en 1969, au titre provocateur : Les Arabes n’ont jamais envahi l’Espagne.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540