Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

Grecs et Byzantins dans les sources latines de l’Italie (ixe-xie siècle)

Greeks and Byzantines in Italian Latin Sources (9th-11th Centuries)

Annick Peters-Custot

Résumé

On explore les significations du terme Grecus dans les sources italiennes entre ixe et xie siècle, à une époque cruciale pour les relations entre l’Occident, la papauté et l’empire d’Orient. À côté d’une littérature polémique conjoncturelle qui refuse à l’Empire d’Orient le qualificatif de Romanus, certaines chroniques et hagiographies, ainsi que les actes de la pratique en latin livrent une conception plus apaisée, où la « grécité » est surtout un particularisme liturgique et un moyen de contourner la difficulté que pose la construction impériale à l’historiographie occidentale qui, depuis le vie siècle, raisonne en termes de peuples : le terme Grecus permet de placer les « Byzantins » dans un genus. L’étude conclut à la conscience persistante, malgré tout, de l’unité dans le christianisme.

In the Italian sources dating from the period of the 9th to the 11th century we find an exploration of the term Grecus. This is a crucial period in the relations between the West, the papacy and the Eastern Empire. While we find a number of polemical texts characteristic of the period that will not allow the Eastern Empire the title of Romanus, certain chronicles and hagiographies as well as written records in Latin provide us with a far less aggressive conception of the term. Here “Greekness” mainly designates a liturgical particularity. It is also a way of dealing with the fact that the formation of Empires has been a problem for Western historiography, which, ever since the 6th Century has seen history in terms of peoples. The term Grecus allows us to get around this problem by designating the Byzantines as part of a genus. The study concludes by pointing out that despite everything there remained throughout the period a persistent sense of the unity of Christendom.

Texte intégral

  • 1 A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine ; Une acculturation en douceur,(...)
  • 2 C. Colafemmina, « Gli ebrei nel Salernitano (sec. iv-xvi) », Documenti e realtà nel Mezzogiorno it (...)
  • 3 H. Bresc et A. Nef, « Les Mozarabes de Sicile (1100-1300) », Cavalieri alla conquista del Sud. Stu (...)
  • 4 H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion : l’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnem (...)
  • 5 A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles, Rome, 2011 (Bibliothèq (...)
  • 6 T. Di Carpegna Falconieri, « La militia a Roma : il formarsi di una nuova aristocrazia (secoli vii (...)
  • 7 A. Nef, « Les groupes religieux minoritaires et la question de leur structuration en communautés d (...)

1L’Italie méridionale et la Sicile médiévales constituent des laboratoires pour l’analyse des communautés méditerranéennes : Grecs1, juifs de Pouille2, « Mozarabes3 » et juifs arabophones de Sicile4. Ces objets stimulent les renouvellements historiographiques sur l’identité juridique5, les notions d’acculturation, d’identité et de communauté6 : le destin des minorités y paraît surtout déterminé par les constructions politiques et, quand elle existe, la force de l’idéologie impériale7.

  • 8 A. Guillou, « L’Italia bizantina, douleia e oikeiosis », Bollettino dell’Istituto di Studi Italian (...)
  • 9 Ainsi Liutprand de Crémone à l’empereur ottonien dans sa Relatio de legatione Constantinopolitana  (...)

2On ne saurait dire que les nations ou les peuples n’existent pas pour les empires : ce sont souvent les empires qui donnent à ces peuples une existence historique, ne serait-ce qu’en les nommant. Les groupes qui composent la population d’un empire sont reconnus, avec leurs différences linguistiques, juridiques ou religieuses, mais ces distinctions sont subsumées par la soumission à l’empereur : dans l’Empire d’Orient, la douléia qui unit les sujets du basileus8 implique que ces derniers sont des Romains car leur empereur est le successeur des empereurs romains de l’Antiquité. La nature du pouvoir impérial détermine l’identité politique des sujets : à empereur des Romains, population de Romains – qui le sont sans cesser d’être géorgiens, arméniens, grecs ou calabrais. Cette caractéristique de la vision des peuples dans un Empire n’est pas propre au monde byzantin9.

  • 10 A. Peters-Custot, « L’identité des Grecs de l’Italie méridionale byzantine », Νέα Ῥώμη, 3 (2006) [ (...)
  • 11 Sur les « mixo-barbares » : H. Ahrweiler, « Recherches sur la société byzantine au xie siècle : no (...)

3Cependant, la conception que les Grecs de l’Italie byzantine ont d’eux-mêmes n’est pas claire10. Ils se soumettent à l’idéologie politique byzantine et au basileus (bien qu’ils soient placés, au xie siècle, dans la catégorie des mixobarbares11) ; toutefois l’idée de « Romain » est évanescente dans les sources, effet de l’autonomie de la Calabre et du brouillage induit par la proximité de Rome et de la papauté. La « patrie » régionale est leur référent essentiel.

  • 12 Peters-Custot, Les Grecs…, op. cit. n. 1, p. 141-154.

4Si les « Grecs » de l’Italie byzantine se considèrent comme des sujets de l’empereur, si les élites de Constantinople leur retirent à moitié cette reconnaissance, si les études les appellent « Italo-Grecs » pour souligner leur particularisme12, de quelle manière sont-ils vus par leurs contemporains latins ? Les « Byzantins » se disent « Romains », mais les sources latines y répugnent : que signifie, dès lors, la substitution du terme de Grecus à celui de Romanus ? Les sources latines ne tendent-elles pas à substituer une logique « nationale » à la logique universelle de l’Empire ?

  • 13 Cl. Rapp, « Hellenic Identity, Romanitas, and Christianity in Byzantium », Hellenisms : Culture, I (...)
  • 14 Ainsi, une lettre de Nicolas Ier adressée au basileus Michel III : Nicolai I. papae epistolae, éd. (...)
  • 15 On trouve la « kakodoxie » des Grecs dans la lettre de Louis II pour Basile Ier (Graeci propter ka (...)
  • 16 Anastase le Bibliothécaire expose une nouvelle définition de l’empereur romain : celui qui a été s (...)
  • 17 On peut citer Agnellus et son Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. D. Mauskopf Deliyannis, (...)
  • 18 Cf supra n. 15 et 16. Chris Wickham a dégagé les ressorts de cette lettre unique, rédigée par un l (...)
  • 19 Ibid., p. 254 et suiv. L’auteur relie l’usage croissant, à partir de la fin du ixe siècle, des sté (...)
  • 20 Même Liutprand de Crémone trouve excessive la provocation du pape Jean XII, dans une lettre au bas (...)
  • 21 L’usage des qualificatifs archaïques (« Argiens », « Achéens »), permet à Liutprand de Crémone de (...)
  • 22 Relatio de legatione, op. cit. n. 9, chap. 1, le Grecorum vinum est infect. Le garum est immangeab (...)
  • 23 Ibid., chap. 3.

5La plupart des sources latines qui utilisent le terme de Grecus sont des textes polémiques, dans lesquels cet usage sert à interdire à l’Empire d’Orient le terme Romanus dont ce dernier réclame le monopole13. Cette documentation acerbe, aux arguments récurrents – l’abandon du latin, « langue des Romains14 », la « kakodoxie des Grecs15 », la romanisation de la dignité impériale16 –, est constituée quasi exclusivement de textes romains et pontificaux écrits dans des contextes de friction avec l’Orient byzantin : la querelle photienne, la concurrence pour l’évangélisation des Bulgares, la primauté pontificale. L’environnement d’émergence du discours romain (et italien17) est aussi envahi par la question des successeurs de la Rome antique, notamment sous la plume d’Anastase le Bibliothécaire, à qui on doit l’un des plus beaux exemplaires d’un tel discours18. La fin du ixe siècle est fondatrice d’un discours de diatribe envers l’Empire d’Orient19, relancé après le rétablissement d’un empire occidental en 96220. Le recours à des stéréotypes sur les « Grecs », piochés chez Virgile et Juvénal, qui qualifiaient les Grecs de pleutres, fourbes et hypocrites21, montre qu’il existe un stock d’insultes prêtes à l’emploi, qu’utilise Liutprand de Crémone pour narrer sa seconde ambassade à Constantinople : la Relatio de legatione Constantinopolitana regorge d’une haine normée des Grecs. Tout ce qui est Grecus est mauvais, le vin, la cuisine22, et les habitants de l’empire, dont l’empereur – d’une laideur repoussante23 –, font l’objet d’un catalogue féroce, faire-valoir des vertus des « Francs ». Pour sa première ambassade, en 949-950, le discours du prélat, impressionné par le faste impérial, ne comporte aucun de ces stéréotypes ; le terme Grecus y désigne les lettres et savoirs grecs, et les Grecas nationes la variété des peuples dont le souverain est empereur « tout court » : il n’y a alors pas, il est vrai, d’empereur en Occident. Bref, on ne saurait tirer de ces discours conjoncturels de conclusions sur la vision occidentale de l’Empire d’Orient.

6Pour examiner la notion de Grecus en contexte apaisé, on dispose d’un ensemble varié de sources écrites entre le ixe et le xie siècle : chroniques, actes de la pratique, hagiographies, permettent de contextualiser le discours dans son environnement politique et en fonction du cadre de construction de la source.

  • 24 Chronicon Salernitanum, op. cit. n. 14, chap. 80, p. 112, l. 26.
  • 25 Ibid., chap. 106, p. 156, l. 27-28 (codices grecos) ; p. 160, l. 13 (in Grecis voluminibus) ; p. 1 (...)
  • 26 Wickham, « Ninth-Century Byzantium… », loc. cit. n. 18, p. 248.
  • 27 Chronicon Salernitanum, op. cit. n. 14, p. 4-5, l. 41 et suiv. : Postea dominaverunt principatu Be (...)
  • 28 Ibid., chap. 158, p. 240-244, et chap. 173, p. 258, l. 27-28 (Grecorum falanx). En revanche, l’arm (...)
  • 29 Ibid., p. 3, l. 19 et suiv. ; p. 17, l. 14-19 (le regnum Romanum équivaut au regnum Constantinopol (...)
  • 30 Constantinople est qualifiée d’urbs Regia dans le passage de la Chronique qui fait état de la mort (...)
  • 31 Wickham, « Ninth-Century Byzantium… », loc. cit. n. 18, p. 254.

7Exemplaire des chroniques sud-italiennes en latin, le Chronicon Salernitanum présente, en dehors de la lettre d’Anastase le Bibliothécaire, une vision assez neutre de la « grécité ». Le terme de Grecus y est bien souvent associé à la langue, aux textes et à la littérature, comme dans l’Antapodosis de Liutprand24 et, d’ailleurs, la lettre d’Anastase25. La culture grecque jouit d’un considérable prestige à Rome et dans le monde carolingien, et la connaissance des lettres grecques, qui est un marqueur de l’élite, a servi la carrière de ceux qui l’avaient, comme certains Irlandais tel Jean Scot26. Par ailleurs, le terme de Grecus sert, dans le Chronicon Salernitanum, à qualifier les agents de l’empereur d’Orient27 et en particulier tout ce qui relève de l’armée28, mais aussi les dignitaires envoyés pour faire appliquer la politique de l’empereur d’Orient. Ce dernier est l’« empereur de Constantinople29 ». La réduction de sa dignité à une ville n’est pas péjoratif : il est l’empereur de la nouvelle Rome30 et l’empire de Constantinople équivaut à l’Empire romain, mais non à l’Empire des Romains. Le Chronicon Salernitanum contribue à mettre en valeur une appréhension neutre de ce qui est Grecus pour l’Occident latin : la relation entre l’Italie, le monde franc et Byzance est routinière et les Byzantins ne sont pas les Soviétiques d’une guerre froide altimédiévale31. Grecus ne désigne ni une natio, ni un genus, mais d’un côté le service de l’empereur de Constantinople, et de l’autre la culture qui s’est écrite en grec.

  • 32 J.-M. Sansterre, Les moines grecs et orientaux à Rome aux époques byzantines et carolingiennes (mi (...)
  • 33 Voir G. Troupeau, « Églises et chrétiens dans l’Orient musulman », Évêques, moines et empereurs (6 (...)

8Deux genres de discours délivrent une vision encore différente de la « grécité » entre ixe et xie siècle : les textes hagiographiques et les actes de la pratique de l’Italie méridionale latine emploient le qualificatif de Grecus avec une dimension qui hésite entre sens linguistique et liturgique. Or, si langue et liturgie doivent être différenciées32, au sens où une liturgie n’est pas attachée à une langue, ainsi que l’attestent les traductions liturgiques en grec, latin voire arabe33, il est vrai qu’au haut Moyen Âge, la liturgie de l’Église de Constantinople est en grec, tandis que la liturgie des églises sous juridiction romaine est en latin.

  • 34 Sansterre, Les moines grecs et orientaux, op. cit. n. 32 (chap. iii, « Le facteur linguistique »), (...)
  • 35 Ibid., vol. I, p. 63. Pour Paul Ier et Saint-Silvestre, voir Le Liber Pontificalis, éd. L. Duchesn (...)
  • 36 Sansterre, Les moines grecs et orientaux, op. cit. n. 32, vol. I, p. 46-47.

9Dans son étude fondamentale sur les moines grecs et orientaux dans la Rome du haut Moyen Âge, Jean-Marie Sansterre affirme que le facteur de distinction des moines « grecs » y est de nature linguistique34 : « Il est également significatif de voir les biographes de Paul Ier (757-767) et de Pascal Ier (817-824) préciser que le grec fut la langue rituelle des communautés installées par ces papes à Saint-Silvestre et à Sainte-Praxède, mais ne pas souffler mot du rite lui-même35. » De fait, le terme Grecus dans les sources romaines concerne des moines issus d’horizons très divers : les Greci de Rome sont des Arméniens, des Palestiniens, des Syriens, des Constantinopolitains, des Calabrais, des Siciliens, voire des Romains nés de familles issues de ces régions36. On peut l’interpréter de deux manières : soit, comme le fait Sansterre, en concluant que la langue grecque est de fait le facteur unifiant de ces populations, même si la documentation atteste la présence de moines orientaux de langue syriaque ; soit, selon le point de vue du producteur de la source, en estimant qu’il s’agit d’un fait de nomenclature qui dépasse les subtilités de langue, d’origine et de culte pour englober dans un même groupe tout ce qui n’est pas Latin de Rome.

  • 37 Qu’est-ce qui importait aux nombreux papes qui, d’Adéodat II à Léon IV, installèrent des moines «  (...)
  • 38 Dans la Vie de Grégoire le Grand par Jean Hymmonide, à propos du monastère de Saint-André in Clivo (...)

10Il n’existe pas une unique liturgie orientale de langue grecque – de même qu’il n’existe pas une liturgie occidentale en latin. Autant il existe avant les réformes de Charlemagne, à côté de la liturgie romaine, bien d’autres liturgies (ambrosienne, gallicane, wisigothique…), toutes en latin, autant en Orient sont en usage des liturgies différentes, tant en grec – liturgies de saint Jacques, Basile, Jean Chrysostome – qu’en copte, syriaque, arménien, géorgien, arabe, etc. Aussi, pour les papes, était-il plus simple de s’arrêter au critère linguistique, en mettant derrière ce terme une signification liturgique peu maîtrisée mais alliant, pour le prestige du pape, l’exotisme, la préciosité, et l’universalité37. Le terme grecus permet d’unifier ce qui est divers dans une catégorie immédiatement compréhensible, de même que les sources romaines désignent par latinitatis cultum la liturgie romaine38.

  • 39 Dans son Historia Ecclesiastica, Bède le Vénérable précise que Théodore de Tarse, à qui le pape Ha (...)
  • 40 Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, C. redactio Casinensis, éd. J. Karwasi (...)

11In fine, dans la majorité des occurrences rencontrées, Grecus ressortit à un contexte liturgique, ou du moins de pratique religieuse, plus que linguistique. C’est particulièrement valable dans les textes qui évoquent le monde monastique oriental, celui que Sansterre désigne par le qualificatif de « grec ». Le terme grecus y met en exergue une diversité, sinon un exotisme, relatifs à de petits détails qui relèvent de la coutume. Ainsi, Bède le Vénérable distingue les moines « grecs » de Rome à la forme de leur tonsure39, une précision qui rappelle comment Nil de Rossano, moine italo-grec, se présente à Adalbert de Prague : Etenim, ut iste habitus et intonsi barbe pili testantur, non indigena, sed homo Grecus sum40. Que ce soit un stéréotype ou une réalité, le terme Grecus précise des traditions religieuses.

  • 41 Codex Diplomaticus Cavensis II, éd. M. Morcaldi et alii, Milan/Naples, 1875, no 382, p. 233-234.
  • 42 […] omelia gregoriale unam, codices de quadtuor evvangelia una, interpretationem evvangelii unum, (...)
  • 43 Σαύας ἁμαρτολὸς ἡγούμενος//Ἐγὼ Κόσμας πρεσβύτερος. L’historiographie a identifié ce Sabas avec le (...)
  • 44 Sur les Grecs de Naples : J.-M. Martin, « Hellénisme politique, hellénisme religieux et pseudohell (...)
  • 45 Sur les ecclesiae villanae, voir P. Cherubini, Le pergamene di S. Nicola di Gallucanta (sec. ix-xi (...)
  • 46 Ibid., acte no 76 (janvier 1058), p. 193-196, ici p. 195.
  • 47 Ibid., no 77, p. 197-200.
  • 48 Ibid., p. 197 : Memoratorium factum a me Theophilo monacho et sacerdote, filio quondam Ieorgii…
  • 49 Ibid., p. 199 :… et in ipsa ecclesia diurnis et nocturnis horis cotidie Dei officium peragam et pe (...)
  • 50 Ibid., no 76 et 77 (1058) et 126-127 (1109-1110).
  • 51 Peters-Custot, « L’identité d’une communauté minoritaire… », loc. cit. n. 5.

12Les actes de la pratique montrent un usage plus varié du terme Grecus, où le sens liturgique paraît bien ancré. Dans les zones latinophones de l’Italie méridionale, les occurrences les plus nombreuses de Grecus fonctionnent comme un cognomen ou un pré-cognomen. C’est le cas dans les actes latins de la région de Salerne ou dans ceux de Bari. Étant donné que les Italo-Grecs ne se désignent eux-mêmes jamais comme « Grecs », on y reconnaîtra la trace d’une identification extérieure due au milieu latin. En dehors de cet usage, le terme grecus apparaît quand le document intéresse un moine ou un monastère dit « grec », et dans ce cas, le sens du terme n’est pas univoque : un acte de janvier 986 émané des archives de l’abbaye de Cava, près de Salerne, sanctionne la donation, faite par deux propriétaires lombards, d’une église qu’ils ont fondée sous le vocable de Saint-Jean, à Saba, presbiter et abbas, et à Cosma, presbiter, qui fuerunt natibi ex genere grecorum41. Ces derniers avaient donné à l’église des livres liturgiques écrits en grec42 ainsi que du mobilier liturgique (un encensoir constantinopolitanum et dix candele constantinopolitane). Sabas et Cosmas, qui souscrivent en grec43, font partie de ces chrétiens de langue grecque venus de Sicile et de Calabre méridionale à partir des années 970-980, et qu’on retrouve alors à Naples, Salerne, en Basilicate, en Pouille latino-lombarde44. Les deux moines fournissent le matériel nécessaire au culte, et les propriétaires lombards précisent que les nouveaux propriétaires devront die noctuque officiare, sicut decet sacerdos grecos [sic] villanus45. Le terme est ici défini par la liturgie – même s’il est peu probable que les donateurs lombards sachent ce qu’était la manière « grecque » d’officier. On retrouve ces mêmes traits pour le monastère de Saint-Nicolas de Gallocanta, près de Salerne, une petite ecclesia confiée avant 1058 par des comtes de Salerne à des moines et prêtres « grecs ». Un acte de 1058 précise que l’abbé Théophile est ex genere Grecorum, et que les offices devront être célébrés comme doit le faire un prêtre Grecus46, associant genus et liturgie. Il est révélateur que dans un memoratorium de la même année 105847, l’higoumène Théophile ne se présente pas comme « grec48 », mais confirme le respect des usages liturgiques « grecs49 ». Les inventaires de biens rédigés à l’arrivée de Théophile puis à celle de l’higoumène Barthélemy50, avec leurs nombreux ouvrages de rituel byzantin, corroborent l’usage effectif du rite byzantin à Saint-Nicolas de Gallocanta aux xie et xiie siècles. Ce monastère polarise les donations des membres de la communauté grecque de Salerne, tant que celle-ci existe par la conscience et l’usage d’un droit propre51.

13Les actes de la pratique corroborent la dimension liturgique de Grecus, tout en usant aussi d’un sens « générique » qui atteste l’incapacité occidentale à concevoir l’ordre du monde sans genus, depuis que l’historiographie dans le monde latin, à partir du vie siècle, procède par peuples : il faut faire entrer les « Byzantins » dans la case « peuple ».

  • 52 À Saint-Jean-des-Amalfitains. À Iviron, moines grecs et géorgiens formaient des communautés distin (...)
  • 53 Les légats pontificaux envoyés à Constantinople en 870 exprimèrent une vision très unitaire de la (...)

14La force du facteur liturgique plaide-t-elle pour l’existence, en Occident, de communautés religieuses orientales, c’est-à-dire de groupes construits par une « identité » liturgique ? Le rite est objet de choix conscients, ceux des papes comme des seigneurs lombards, de confier telle église à des moines « grecs » ou à faire chanter les hymnes en grec. Il faut y voir le signe d’intérêts mutuels pour une tradition liturgique différente, témoin du profond sentiment d’unité dans le christianisme, que confirme l’existence de monastères « mixtes », tant à Rome qu’au Mont Athos52. La liturgie sépare moins qu’elle unit, même au moment de frictions53.

  • 54 Sur la dimension de l’événement, voir M. Kaplan, « La place du “schisme” de 1054 dans les relation (...)
  • 55 « Alors qu’on trouve, dans et hors de Rome, de très nombreux monastères ou églises de Grecs, aucun (...)
  • 56 Ainsi qu’on le constate dans la gestion pontificale du monachisme et la création de l’« Ordre de s (...)

15À la veille du « schisme » de 105454, le pape Léon IX adresse au patriarche de Constantinople Michel Cérulaire une lettre qui répète l’inaltérable unité de l’Église en mentionnant les monastères « grecs » de Rome et leur différence de coutume – et non de langue : Cum intra et extra Romam plurima Graecorum reperiantur monasteria sive ecclesiae, nullum eorum adhuc perturbatur vel prohibetur a paterna traditione, sive sua consuetudine ; quin potius suadetur et admonetur eam observare […]. Scit namque quia nil obsunt saluti credentium diversae pro loco et tempore consuetudines, quando una fides, per dilectionem operans bona quae potest, uni Deo commendat omnes55. Issue d’un des papes fondateurs de la réforme pontificale, dont l’une des conséquences fut non pas tant l’uniformisation des diversités que leur classement dans des catégories56, cette assertion atteste le fil rouge d’une pensée de l’unité chrétienne, que la conjoncture ne modifie pas substantiellement.

  • 57 Un même souci d’unification présida à la réforme monastique de Louis le Pieux, qui promut l’usage (...)

16Pour conclure, le refus, dans la documentation latine au haut Moyen Âge, d’appliquer à l’Empire d’Orient le terme de Romanus, que ce soit par polémique ou par conception « générique » des acteurs de l’histoire à compter du vie siècle, a entraîné l’emploi récurrent du terme Grecus pour qualifier ce qui vient de l’Orient chrétien, hellénophone ou non. La montée en puissance de la papauté et de ses prétentions dans le jeu politique occidental et oriental, quand se combinent l’affaiblissement du pouvoir carolingien et la concurrence entre Rome et Constantinople, a justifié ce refus dans la littérature polémique ; ce poids de la papauté a parallèlement brouillé le lexique italo-grec, tandis que l’unification liturgique de l’Occident n’a pu que modifier la perception de tout ce qui se situait hors de la chrétienté latinophone57.

17Ainsi, la romanité monopolisée par la ville de Rome et par le pape était soustraite aux « Byzantins » et, en particulier, aux Italo-Grecs. Malgré la force de leur identité juridique, c’est leur particularisme liturgique qui a retenu l’attention de la documentation latine, sans créer de vision séparatiste des « Grecs ». Dans ces ensembles géopolitiques, dans lesquels la vision impériale résiste aux tentations « nationales », la seule natio reconnue est celle des chrétiens, Grecs et Latins ne constituant que des sous-groupes.

Notes

1 A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine ; Une acculturation en douceur, Rome, 2009 (Collection de l’École française de Rome, 420).

2 C. Colafemmina, « Gli ebrei nel Salernitano (sec. iv-xvi) », Documenti e realtà nel Mezzogiorno italiano in età medievale e moderna. Atti delle giornate di studio in memoria di Jole Mazzoleni, Amalfi, 1995, p. 167-193.

3 H. Bresc et A. Nef, « Les Mozarabes de Sicile (1100-1300) », Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull’Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, éd. E. Cuozzo, J.-M. Martin, Rome-Bari, 1998, p. 134-156.

4 H. Bresc, Arabes de langue, Juifs de religion : l’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, Paris, 2001.

5 A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles, Rome, 2011 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 346), introduction, notamment p. 3 et suiv. ; A. Peters-Custot, « L’identité d’une communauté minoritaire au Moyen Âge. La population grecque de la principauté lombarde de Salerne, ixe-xiie siècles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 121/1 (2009), p. 83-97.

6 T. Di Carpegna Falconieri, « La militia a Roma : il formarsi di una nuova aristocrazia (secoli vii-viii) », L’héritage byzantin en Italie ( viiie-xiie siècle), 2. Les cadres juridiques et sociaux et les institutions publiques, éd. J.-M. Martin, A. Peters-Custot, V. Prigent, Rome, 2012 (Collection de l’École française de Rome, 461), p. 559-583.

7 A. Nef, « Les groupes religieux minoritaires et la question de leur structuration en communautés dans les sociétés médiévales chrétiennes et islamiques », Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, 2. Passages et contacts en Méditerranée, éd. J. Dakhlia, W. Kaiser, Paris, 2013, p. 413-440.

8 A. Guillou, « L’Italia bizantina, douleia e oikeiosis », Bollettino dell’Istituto di Studi Italiano per il Medio Evo, 78 (1967), p. 1-20, réimpr. dans Id., Studies on Byzantine Italy, Londres, 1970.

9 Ainsi Liutprand de Crémone à l’empereur ottonien dans sa Relatio de legatione Constantinopolitana : scripsit et de imperio vestro et gente nostra – « nostram » nunc dico omnes quae sub vestro imperio est gentem : Liudprandi Cremonensis Antapodosis, Homelia paschalis, Historia Ottonis, Relatio de legatione Constantinopolitana, éd. P. Chiesa, Turnhout, 1998 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 156), chap. 40.

10 A. Peters-Custot, « L’identité des Grecs de l’Italie méridionale byzantine », Νέα Ῥώμη, 3 (2006) [Ἀμπελοκήπιον. Miscellanea Vera von Falkenhausen, III, éd. S. Lucà, Rome], p. 189-206.

11 Sur les « mixo-barbares » : H. Ahrweiler, « Recherches sur la société byzantine au xie siècle : nouvelles hiérarchies et nouvelles solidarités », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et de Civilisation de Byzance, 6 (1976), p. 99-124. En Italie méridionale byzantine : A. Peters-Custot, « Le barbare et l’étranger dans l’Italie méridionale pré-normande (ixe-xe siècles) : l’Empire à l’épreuve de l’altérité », Le barbare, l’étranger. Images de l’autre. Colloque de Saint-Étienne, 14-15 mai 2004, éd. D. Nourrisson, Y. Perrin, Saint-Étienne, 2005 (Travaux du CERHI, 2), p. 147-163 ; Ead., « L’identité des Grecs… », loc. cit. n. 10.

12 Peters-Custot, Les Grecs…, op. cit. n. 1, p. 141-154.

13 Cl. Rapp, « Hellenic Identity, Romanitas, and Christianity in Byzantium », Hellenisms : Culture, Identity, and Ethnicity from Antiquity to Modernity, éd K. Zacharia, Aldershot, 2008, p. 127-147, ici p. 141.

14 Ainsi, une lettre de Nicolas Ier adressée au basileus Michel III : Nicolai I. papae epistolae, éd. E. Perels, Berlin, 1925 (MGH, Epistolae, 6), p. 459, no 88, 28 septembre 865 : Iam vero, si ideo linguam Latinam barbaram dicitis, quoniam illam non intelligitis, vos considerate, quia ridiculum est vos appellare Romanorum imperatores et tamen linguam non nosse Romanam. Même idée dans la lettre de Louis II pour Basile Ier (871), rédigée par Anastase le Bibliothécaire et recopiée dans le Chronicon Salernitanum : Graeci […] deserentes videlicet non solum urbem et sedes imperii, set et gentem Romanam et ipsam quoque linguam penitus amittentes… : Chronicon, éd. et trad. italienne R. Matarazzo, Naples, 2002 (Thesaurus Rerum Beneventanarum, 4), p. 156 et 164, ou Chronicon Salernitanum, éd. U. Westerbergh, Stockholm, 1956 (Acta Universitatis Stockholmiensis. Studia Latina Stockholmiensia, 3).

15 On trouve la « kakodoxie » des Grecs dans la lettre de Louis II pour Basile Ier (Graeci propter kacodosiam, id est malam opinionem, Romanorum imperatores existere cessaverunt : Chronicon Salernitanum, op. cit. n. 14, p. 164 l. 1. 6-7) et chez Liutprand de Crémone, dans le récit de sa seconde ambassade (Relatio de legatione, op. cit. n. 9, chap. 22).

16 Anastase le Bibliothécaire expose une nouvelle définition de l’empereur romain : celui qui a été sacré à Rome par le pape, et a pour mission de défendre la Ville dans la tradition des patrices romains. On retrouve cette romanisation de la dignité impériale dans des lettres de Jean VIII pour Charles le Chauve : A. Peters-Custot, « Sancta Romana Ecclesia religioso utero vos genuit. Noël de l’empereur et incorporation de l’Église romaine », Le sacré dans tous ses états. Catégories du vocabulaire religieux et sociétés de l’Antiquité à nos jours, éd. M. De Souza, A. Peters-Custot, F.-X. Romanacce, Saint-Étienne, 2012 (Travaux du CERHI, 10), p. 243-258, ici p. 249-250.

17 On peut citer Agnellus et son Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. D. Mauskopf Deliyannis, Turnhout, 2006 (Corpus Christianorum. Continuatio Medievalis, 199) ainsi qu’Erchempert de Bénévent et son Histoire des Lombards, qui inspira fortement le Chronicon Salernitanum : Erchempert, Historia Langobardorum Beneventanorum, Hanovre, 1878 (MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. vi-ix , 1), p. 231-264 et Erchemperto, Storia dei Longobardi Beneventani, éd. et trad. italienne R. Matarazzo, Naples, 1999 (Thesaurus Rerum Beneventanarum, 1).

18 Cf supra n. 15 et 16. Chris Wickham a dégagé les ressorts de cette lettre unique, rédigée par un lettré érudit en grec comme en latin, ce qui lui permet d’user des arguments les plus agaçants contre le basileus (C. Wickham, « Ninth-Century Byzantium through Western Eyes », Byzantium in the Ninth Century : Dead or Alive ? Papers from the Thirteenth Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, March 1996, éd. L. Brubaker, Aldershot, 1998, p. 245-256, ici p. 253-254).

19 Ibid., p. 254 et suiv. L’auteur relie l’usage croissant, à partir de la fin du ixe siècle, des stéréotypes péjoratifs à l’égard des « Grecs » à la désagrégation de l’autorité centrale carolingienne : avec l’effacement de la culture aulique qui accompagne ce déclin, c’est une vision complexe de l’Empire d’Orient qui disparaît, remplacée par une vision « provinciale », sans nuance et mal renseignée.

20 Même Liutprand de Crémone trouve excessive la provocation du pape Jean XII, dans une lettre au basileus, dans laquelle le pape demandait à Nicéphore, « empereur des Grecs », de lier amitié avec Otton, « auguste empereur des Romains » (Relatio de legatione, op. cit. n. 9, chap. 47).

21 L’usage des qualificatifs archaïques (« Argiens », « Achéens »), permet à Liutprand de Crémone de conforter les stéréotypes contemporains par leurs antécédents antiques : les traits vicieux des « Grecs » sont inhérents à leur nature (Relatio de legatione, op. cit. n. 9, chap. 29 et 30). La valorisation des origines troyennes de Rome permet aussi de justifier l’idée d’un partage de la romanité avec les « Grecs » : c’est le sens du long inventaire réalisé dans les années 1130 par Pierre Diacre, le Catalogus regum, consulum, dictatorum, tribunorum, patriciorum ac imperatorum gentis Troianae, Mont-Cassin, 1894 (Bibliotheca Casinensis, V, 1), p. 34-45.

22 Relatio de legatione, op. cit. n. 9, chap. 1, le Grecorum vinum est infect. Le garum est immangeable (ibid., chap. 11).

23 Ibid., chap. 3.

24 Chronicon Salernitanum, op. cit. n. 14, chap. 80, p. 112, l. 26.

25 Ibid., chap. 106, p. 156, l. 27-28 (codices grecos) ; p. 160, l. 13 (in Grecis voluminibus) ; p. 162, l. 11 (si paginas revolvas Grecorum annalium) ; p. 170, l. 5-6, etc. La « grécité », pour un homme de culture tel qu’Anastase, est un élément valorisé, ainsi que le moyen de prétendre que l’Occident maîtrise la littérature grecque, alors que l’Orient a oublié le latin.

26 Wickham, « Ninth-Century Byzantium… », loc. cit. n. 18, p. 248.

27 Chronicon Salernitanum, op. cit. n. 14, p. 4-5, l. 41 et suiv. : Postea dominaverunt principatu Beneventi ann. 4 Sabbaticius stratigo et Georgius patricius, Greci, qui tunc in tempore preherant in Apulia pro parte imperatoris Constantinopolis. Ibid., chap. 120, p. 194 (tiré d’Erchempert) ; mention à Bari de Gregorium baiolum imperialem Grecorum ; ibid., chap. 129, p. 206, l. 12-13, tiré d’Erchempert.

28 Ibid., chap. 158, p. 240-244, et chap. 173, p. 258, l. 27-28 (Grecorum falanx). En revanche, l’armée de la ville de Rome est désignée par l’expression Romanorum exercitus (ibid., p. 18, l. 10 ; p. 250, l. 37…) tandis que les Romains sont les habitants de Rome (ibid., p. 8, l. 15 et suiv.).

29 Ibid., p. 3, l. 19 et suiv. ; p. 17, l. 14-19 (le regnum Romanum équivaut au regnum Constantinopolitanum).

30 Constantinople est qualifiée d’urbs Regia dans le passage de la Chronique qui fait état de la mort de Basile Ier, « pieux auguste » (ibid., p. 142, l. 14 et suiv.). La lettre d’Anastase s’adresse à Basile, gloriosissimus et piissimus imperator Nove Rome (p. 107, l. 30).

31 Wickham, « Ninth-Century Byzantium… », loc. cit. n. 18, p. 254.

32 J.-M. Sansterre, Les moines grecs et orientaux à Rome aux époques byzantines et carolingiennes (milieu du vie s.-fin du ixe s.), Bruxelles, 1980, vol. II, p. 115 n. 9.

33 Voir G. Troupeau, « Églises et chrétiens dans l’Orient musulman », Évêques, moines et empereurs (610-1054), éd. G. Dagron, P. Riché, A. Vauchez, Paris, 1993 (Histoire du christianisme des origines à nos jours, 4), p. 375-456. L’ensemble de la bibliographie sur les traductions liturgiques arabes du syriaque, du grec et du copte est dans M. Albert et alii, Christianismes orientaux. Introduction à l’étude des langues et des littératures, Paris, 1993, p. 56-58. Je remercie Bernadette Martin-Hisard de m’avoir donné cette référence. La pratique chrétienne en langue arabe est encore attestée dans la Sicile des années 1330, ainsi que le démontre ce témoignage : Tamen in Sicilia indifferenter ad tres ritus se habent : in una parte ad ritum latinum, in alia ad ritum Graecorum, in tertia ad ritum Sarracenorum ; attamen, omnes sunt Christiani, licet ritu differant et discordent (De Itinere Terrae Sanctae, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 20, cité dans Bresc et Nef, « Les Mozarabes… », loc. cit. n. 3, p. 137 et n. 17).

34 Sansterre, Les moines grecs et orientaux, op. cit. n. 32 (chap. iii, « Le facteur linguistique »), vol. I, p. 62-76.

35 Ibid., vol. I, p. 63. Pour Paul Ier et Saint-Silvestre, voir Le Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, Paris, 1955, réimpr. anastatique Paris, 1981 (désormais L. P.), I, p. 464, l. 5 et suiv. : Ubi et monachorum congregationem constituens grece modulationis psalmodie cynovium esse decrevit… Pour Pascal Ier et Sainte-Praxède, L. P., II, p. 54, l. 27-31 : construxit in eodem loco a fundamenta cenobium, […] in quo et sanctam Grecorum congregationem adgregans, quae die noctuque grece modulationis psalmodie laudes […] persolverent introduxit.

36 Sansterre, Les moines grecs et orientaux, op. cit. n. 32, vol. I, p. 46-47.

37 Qu’est-ce qui importait aux nombreux papes qui, d’Adéodat II à Léon IV, installèrent des moines « grecs » dans des établissements restaurés ou fondés : la langue ou le rite des offices ? Grâce à ces chrétiens d’Orient, les papes proclament l’œcuménicité de leur juridiction avec la chrétienté d’Orient, ses liturgies et son héritage, ainsi que la primauté romaine. La notice d’Hadrien II dans le Liber Pontificalis (L.P., II, p. 176-177) expose qu’en 868, le pape rassembla à un banquet cuncti famuli Domini, videlicet Hierosolimitani, Antiocheni, Alexandrini ac Constantinopolitani : cette énumération par patriarcats, dans le sens croissant de leur importance, exalte l’universalité de celui de Rome.

38 Dans la Vie de Grégoire le Grand par Jean Hymmonide, à propos du monastère de Saint-André in Clivo Scauri :… sicut constat Gregorianum monasterium a Latinitate in Graecitatem necessitate potius quam voluntate conversum, ita fideliter praestolatur in Latinitatis cultum favente Domino, denuo reversurum (Jean Diacre, Vita S. Gregorii, IV, 82, éd. Patrologia latina, t. 75, col. 229 b, cité dans Sansterre, Les moines grecs et orientaux, op. cit. n. 32, vol. II, p. 92, n. 269).

39 Dans son Historia Ecclesiastica, Bède le Vénérable précise que Théodore de Tarse, à qui le pape Hadrien offrit un siège épiscopal, dut adopter la tonsure en couronne des Occidentaux : Qui subdiaconus ordinatus quattuor exspectauit menses, donec illi coma cresceret, quo in coronam tondi posset ; habuerat enim tonsuram more orientalium sancto apostoli Pauli (Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. B. Colgrave, R. A. B. Mynors, Oxford, 1969 [Oxford Medieval Texts], IV, 1, p. 330).

40 Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, C. redactio Casinensis, éd. J. Karwasinska, Varsovie, 1962 (Monumenta Poloniae Historica, series nova, 4, 1), chap. 15, p. 78.

41 Codex Diplomaticus Cavensis II, éd. M. Morcaldi et alii, Milan/Naples, 1875, no 382, p. 233-234.

42 […] omelia gregoriale unam, codices de quadtuor evvangelia una, interpretationem evvangelii unum, liber comiti tres, antefanario uno, et uno allium codicem, et actum apostolorum, sacramentario unum, totum scriptos manibus ex genere grecorum.

43 Σαύας ἁμαρτολὸς ἡγούμενος//Ἐγὼ Κόσμας πρεσβύτερος. L’historiographie a identifié ce Sabas avec le saint sicilien homonyme, illustré par une hagiographie du patriarche Oreste (G. Cozza-Luzzi, Historia et Laudes SS. Sabae et Macarii iuniorum e Sicilia, auctore Oreste, patriarcha Hierosolymitano, Rome, 1893) : voir G. Da Costa Louillet, « Saints de Sicile et d’Italie méridionale aux viiie, ixe et xe siècles », Byzantion, 29-30 (1959-1960), p. 89-173, ici p. 137 et suiv., ainsi que S. Borsari, Il monachesimo bizantino nella Sicilia e nell’Italia meridionale prenormanna, Naples, 1963, p. 73.

44 Sur les Grecs de Naples : J.-M. Martin, « Hellénisme politique, hellénisme religieux et pseudohellénisme à Naples (viie-xiie siècle) », Νέα Ῥώμη, 2 (2005) [Ἀμπελοκήπιον. Miscellanea Vera von Falkenhausen, éd. S. Lucà], p. 59-77 ; Th. Granier, « Les moines “grecs” de Saints-Serge-et-Bacchus et Saints-Théodore-et-Sébastien dans la société napolitaine des viie-xiie siècles », Vivre en société au Moyen Âge, Occident chrétien, vie-xve siècle, éd. C. Carozzi et alii, Aix-en-Provence, 2008, p. 197-218 ; sur ceux de Salerne, Peters-Custot, « L’identité d’une communauté minoritaire… », loc. cit. n. 5. Dans le Latium, mentionnons, outre le monastère de S. Maria di Grottaferrata fondé par Nil de Rossano, celui de Pontecorvo et sa regula Attica : A. Nicosia, « La valle della Quesa e il monastero greco di S. Pietro (Pontecorvo-Esperia) », Benedictina, 24 (1977), p. 115-138, ici p. 121. Le privilège du comte de Pontecorvo pour Jacques, abbas et monachus de genere Grecorum, stipule : hanc regulam quod dicitur Atticam in Latinam convertere voluerit, maledictus et excommunicatus fiat a Deo patre omnipotente, etc.

45 Sur les ecclesiae villanae, voir P. Cherubini, Le pergamene di S. Nicola di Gallucanta (sec. ix-xii), Altavilla Silentina, 1990 (Fonti per la storia del Mezzogiorno medievale, 9), p. 29.

46 Ibid., acte no 76 (janvier 1058), p. 193-196, ici p. 195.

47 Ibid., no 77, p. 197-200.

48 Ibid., p. 197 : Memoratorium factum a me Theophilo monacho et sacerdote, filio quondam Ieorgii…

49 Ibid., p. 199 :… et in ipsa ecclesia diurnis et nocturnis horis cotidie Dei officium peragam et peragere faciam, sicut decet presbiteris grecis, et ipsam ecclesiam diem et noctem illuminem et illuminare faciam…

50 Ibid., no 76 et 77 (1058) et 126-127 (1109-1110).

51 Peters-Custot, « L’identité d’une communauté minoritaire… », loc. cit. n. 5.

52 À Saint-Jean-des-Amalfitains. À Iviron, moines grecs et géorgiens formaient des communautés distinctes célébrant les offices séparément : Actes d’Iviron, éd. J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssantou, 1. Des origines au milieu du xie siècle, Paris, 1985 (Archives de l’Athos, 14), p. 47.

53 Les légats pontificaux envoyés à Constantinople en 870 exprimèrent une vision très unitaire de la diversité linguistique et liturgique : L. P., II, p. 183 l. 9-11, […] linguarum diversitas ecclesiasticarum ordinem non confundit. Nam sedes apostolica, cum ipsa Latina sit, in multis tamen locis pro ratione patriae Grecos sacerdotes et semper et nunc usque constituens, privilegii sui detrimenta sentire nec debet nec debuit.

54 Sur la dimension de l’événement, voir M. Kaplan, « La place du “schisme” de 1054 dans les relations entre Byzance, Rome et l’Italie », Byzantinoslavica, 54 (1993) [Byzantium and its neighbours from the mid-9th till the 12th Centuries, éd. V. Vavrinek], p. 29-37, repris dans Id., Pouvoirs, Église et sainteté. Essais sur la société byzantine, Paris, 2012 ; G. Dagron, Évêques, moines et empereurs…, op. cit. n. 33, p. 338-348.

55 « Alors qu’on trouve, dans et hors de Rome, de très nombreux monastères ou églises de Grecs, aucun d’entre eux n’est troublé ou empêché dans sa tradition paternelle ou sa coutume ; bien plus au contraire, on l’engage et l’encourage à l’observer […]. Qu’il sache en effet qu’en rien les diverses coutumes, selon le lieu ou l’époque, ne font obstacle au salut des croyants, quand une unique foi, pratiquant par charité le bien qu’elle peut faire, recommande tous les hommes au Dieu unique » (Lettres de Léon IX, lettre 100, éd. Patrologia latina, t. 143, col. 764 a et b).

56 Ainsi qu’on le constate dans la gestion pontificale du monachisme et la création de l’« Ordre de saint Basile » au xiiie siècle : Peters-Custot, Les Grecs…, op. cit. n. 1, p. 458-472.

57 Un même souci d’unification présida à la réforme monastique de Louis le Pieux, qui promut l’usage de l’expression regula S. Basilii pour désigner le monachisme oriental, dès le xe siècle. A. Peters-Custot, « Construction de la norme monastique dans l’Italie méridionale, entre moines italo-grecs et moines latins aux ixe-xie siècles », La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident, ive-xe siècles, 2. Questions transversales, éd. O. Delouis, M. Mossakowska-Gaubert, sous presse.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540