Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

De l’empire des Romains à la nation des Hellènes

Évolution identitaire des Byzantins de la fin du xie au xve siècle

From the Empire of the Romans to the Nation of the Hellenes. The Development of the Identity of the Byzantines from the end of the 11th to the 15th Century

Élisabeth Malamut

Résumé

En 1204, l’idéologie traditionnelle des Byzantins d’un empire œcuménique chrétien est ébranlée. La perte de Constantinople et l’exil des Byzantins sont à l’origine d’une recomposition politique. Deux empires concurrents, l’un à Nicée, l’autre à Thessalonique, font douter de la basileia unique. L’Empire de Nicée, qui se pose comme l’héritier de l’empire des Romains, est dominé par l’aristocratie des Doukas-Comnènes, dont le seul but est Constantinople. Le dernier empereur de Nicée, Théodore II Laskaris, rompt avec l’idéologie millénaire et tente une renovatio imperii en Anatolie sur un modèle national grec. La reconquête de Constantinople entérine le rétablissement de l’empire traditionnel avec Michel VIII, dit « nouveau Constantin », tandis que le renouveau culturel, la déliquescence de l’Empire et la faiblesse du pouvoir impérial vont entraîner des réactions divergentes. L’homo byzantinus de la première moitié du xve siècle se dit Hellène avant tout. La synthèse des possibles dans une nation grecque orthodoxe est ensevelie par la conquête ottomane.

In 1204 the traditional Byzantine ideology of an ecumenical Christian Empire collapsed. The loss of Constantinople and the exile of the Byzantines brought about a redrawing of the political map. There were now two competing empires–one situated in Nicaea the other in Thessalonica, a situation that cast doubt on the notion of a single basileia. The Empire of Nicaea, which saw itself as the successor to the Roman Empire, was dominated by the aristocratic house of the Komnenos-Doukas whose only raison d’être was to retake Constantinople. With the last emperor of Nicaea, Theodore II Laskaris, we see an attempt to break with the thousand-year ideology and establish a renovatio imperii in Anatolia on a national Greek model. The reconquest of Constantinople led to the reestablishment of the traditional empire under Michael VIII who was called the “new Constantine”. There ensued a period of cultural renewal while the Empire declined and imperial power weakened bringing about divergent reactions. The homo byzantinus of the first half of the 15th century saw himself as first and foremost a Hellene. The Ottoman Conquest brought an end to the possibility of synthesis within the context of a Greek Orthodox Nation.

Texte intégral

  • 1 Laonikos Chalkokondylès, Démonstrations historiques, éd. I. Bekker, Bonn, 1843, p. 426, 428.
  • 2 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, éd. Gy Moravcsik-R. J. H. Jenkins, Washingto (...)
  • 3 Voir le discours de Démétrios Cydonès sur l’ancienne Rome au secours de la nouvelle en 1366, quand (...)
  • 4 Doukas XXXVII, 10, éd. V. Grecu, Istoria Turco-Bizantina (1341-1462), Bucarest, 1958, p. 329. Louka (...)

1De la conscience de soi comme appartenant à un empire œcuménique fondé sur les valeurs romaines et sur le christianisme tel que le concevaient les Byzantins aux xe-xie siècles à Laonikos Chalkokondylès, au xve siècle, qui se définit comme Hellène, conçoit l’Empire des Romains comme étant celui des Habsbourg et désigne Albert II « autokratôr des Romains1 », que s’est-il passé ? De la tradition attestée au milieu du xe siècle qui faisait des Romains de la nouvelle et de l’ancienne Rome des homogeneis2, le grand Constantin étant en quelque sorte le relais et l’héritier d’un Empire qui avait connu la naissance du Christ sous le règne d’Auguste, que subsiste-t-il après 1204 et le sac des Latins ? Qu’en est-il, enfin, de l’idéologie qui faisait encore au milieu du xive siècle de l’ancienne Rome un recours ultime pour la nouvelle3, quand, un siècle plus tard, l’historien Doukas relate la célèbre sortie de Notaras à la veille de la prise de Constantinople par les Ottomans : « mieux vaut voir régner sur la Ville le turban turc plutôt que la mitre latine4 » ?

  • 5 La bibliographie sur le sujet est vaste. Nous donnons ici un aperçu de la problématique.

2Le cours de l’histoire a-t-il conduit les Byzantins à abandonner leur idéologie séculaire d’appartenance à un Empire romain œcuménique ? Une telle évolution est-elle allée de pair avec la conscience d’une identité grecque ou mieux encore avec le sentiment d’appartenir à une nation grecque ? Quelles en furent les étapes ? Quels furent les courants qui, du xiiie au xve siècle, animèrent la pensée politique ? Et en quoi la chute de Constantinople en 1453 marqua une fin, et pourquoi5 ?

  • 6 Plus rarement au laos dont le sens est encore multiple, mais qui est dans le cas de l’identificatio (...)
  • 7 Les Byzantins n’emploient donc pas le terme « ethnos des Romains », mais « basileia des Romains », (...)
  • 8 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, op. cit. n. 2, chap. 13, l. 121-122.
  • 9 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Travaux et Mémoi (...)
  • 10 B. Flusin et J.-Cl. Cheynet, Jean Skylitzès. Empereurs de Constantinople, Paris, 2003, p. 378-380.
  • 11 Digénis Akritas, IV, 29-60 : [Basile] « On l’appelait aussi Digénis à cause de ses parents, parce q (...)
  • 12 Voir à ce sujet É. Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift, 88/1 (...)

3L’analyse des termes permettant aux Byzantins de s’identifier par rapport aux autres – peuples, nations, individus – n’est pas si aisée. On se réfère tantôt à l’ethnos, tantôt au génos6. Michel Kaplan a analysé ici le sens du terme ethnos/ethnè, je n’y reviendrai pas. Un second terme important pour notre propos est celui de génos, qui peut se traduire également par nation. Alors qu’il n’est jamais fait référence à l’ethnos des Romains7, il est en revanche fait mention très souvent de leur génos. Le génos se réfère à l’origine ou au lignage. Les Francs ont, du fait de leur passé, un illustre et noble génos semblable à celui des Romains (Byzantins)8. Le génos transmet un ensemble de critères culturels qui lui sont intrinsèques : au xie siècle, les Petchénègues appartenaient au génos très souillé des Scythes ; aussi s’adonnaient-ils au pillage et au meurtre, mais certains ont pu changer de nature grâce au baptême9. Le chroniqueur Jean Skylitzès souligne la possibilité d’intégration de la nation scythe par l’établissement dans l’empire, la soumission à l’impôt, la promotion aux dignités romaines et le baptême10. De l’union des génè résulte un melting pot plus ou moins réussi : la littérature a consacré le célèbre héros appelé Digénis, qui avait hérité de deux origines, arabe et byzantine11. En revanche, les génè mêlés du Danube étaient appelés « mixobarbares », un génos inférieur à celui des Romains : ni étrangers, ni Romains. Néanmoins l’élite des Romains et celle des mixobarbares avaient en commun l’amitié, les serments qui les liaient, le respect des conventions, toutes valeurs romaines12.

  • 13 Voir la célèbre lettre du pape Nicolas Ier à Michel III : « Vous devez comprendre qu’il est ridicul (...)
  • 14 , Le « byzantinisme » est la foi en un seul empire chrétien qui embrasse l’ensemble de la communaut (...)

4Avant 1204, les Byzantins ont le sentiment d’appartenir au génos des Romains, même si cet héritage leur est contesté par l’Occident qui, depuis le ixe siècle, les appelle Graikoi13. Quand les Byzantins se percevaient comme habitants et citoyens de l’empire des Romains, il n’existait pas de frontières autres que celles des barbares qui, à terme, seraient intégrés. L’empire des Romains était l’empire des chrétiens gouverné par le basileus. Le basileus était unique dans la sphère terrestre, comme Dieu dans la sphère céleste14.

  • 15 Certains historiens grecs ont même vu en 1204 le début de l’histoire néo-hellénique, cf. A. Vacalop (...)

5Tous les historiens s’accordent à dire que 1204 a marqué pour les Byzantins une coupure dans la conscience culturelle et politique de leur identité15.

6Tout d’abord il y eut une rupture dans la construction idéologique des Byzantins avec la perte de Constantinople, la nouvelle Rome et la nouvelle Jérusalem, avant la venue de l’Antéchrist. Le Peuple Élu était désormais réfugié à Nicée et en Épire.

  • 16 Eustathe de Thessalonique, éd. W. Regel, Fontes rerum Byzantinarum, t. 1, Saint-Pétersbourg, 1892, (...)
  • 17 Robert de Clari, La conquête de Constantinople, LXXIII, LXXIV, trad. J. Dufournet, dans Croisades e (...)
  • 18 Ibid., p. 575-576, 578, 585, 587.

7En second lieu les Latins sont perçus comme des ennemis et donc la construction du xe siècle des homogeneis s’effondre : mieux elle entraîne une nouvelle idée-force, qui n’est plus celle de la chrétienté unie dont l’empire byzantin serait le gouvernail. Dès la seconde croisade, la voix d’Eustathe de Thessalonique annonçait que les Latins « conduits par l’appât du gain, ne visaient en vérité qu’à s’emparer de l’empire […] espéraient faire sombrer le grand navire de l’univers16 ». La prise de Constantinople par les Latins scelle la scission des deux mondes chrétiens. La propagande occidentale visait à faire des « Grecs » des ennemis de Dieu et soutenait que la croisade contre eux était légitime17. Les auteurs byzantins voient désormais les Latins, qui sont leurs compagnons dans la foi, comme leurs propres ennemis, qui ont détruit, pillé la ville de Constantinople, l’orgueil des nations, et souillé les sanctuaires de Constantinople, laquelle était auparavant le guide de la foi et de l’orthodoxie18.

  • 19 Ibid., p. 578 ; voir aussi le discours du trône de Théodore Ier Laskaris (1205), cf. Nicétas Chonia (...)
  • 20 Par exemple Ahrweiler, L’idéologie politique, op. cit. n. 15, p. 110-112. Pour l’ensemble de la bib (...)
  • 21 P. Kitromilidès, « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, Byzantium an (...)

8Enfin, le Peuple Élu est exilé, mais il est destiné à retourner à Constantinople, à avoir son Moïse, son Zorobabel19. Ce dernier thème constitua pendant un demi-siècle, jusqu’au règne de Théodore II Laskaris, le fondement idéologique de l’Empire de Nicée. Il permit à l’oikos Doukas-Comnène, qui avait régné pendant tout le xiie siècle, désormais réfugié à Nicée, de prétendre se rétablir à Constantinople en accaparant tous les leviers du pouvoir. Par ailleurs, ce thème eut, selon certains historiens byzantinistes, des répercussions bien plus lointaines20. Il aurait été, en effet, le creuset de « la Grande Idée » et du « patriotisme grec » qui, selon les mêmes auteurs, furent des composantes de la nation grecque au xixe siècle. Nous n’entamerons pas cette discussion, renvoyant à l’article historiographique de Paschalis Kitromilidès21.

  • 22 Acropolitès, Annales, chap. 7, éd. I. Bekker, Bonn, 1836, p. 13.
  • 23 Ibid., chap. 21, p. 36.

9La proclamation à Nicée de Théodore Ier Laskaris comme empereur et son couronnement par le patriarche Michel IV Autoreianos impliquaient que l’Empire de Nicée avait pris la succession de celui des Romains22. Le peuple des Romains était exilé en plusieurs lieux, mais la basileia restait unique. Or, en 1226, Jean Vatatzès, successeur de Théodore Ier, eut à subir les prétentions d’un Empire concurrent, établi à Thessalonique, laquelle avait été de tout temps la seconde ville de l’Empire. En effet, le despote d’Épire, Théodore Ange Doukas Comnène, une fois maître de la ville, revêtit la pourpre et les chaussures rouges23. Il fut couronné et oint par l’archevêque d’Ochrid Démétrios Chomatianos, qui refusait au patriarche de Nicée l’exclusivité du « myrrhon » avec lequel le patriarche bénissait usuellement les empereurs. Il y ajoutait même l’onction, ce sacrement inconnu jusque-là des usages byzantins.

  • 24 A. Stauridou-Zafraka, Nicée et l’Épire au xiiie siècle. Confrontation idéologique dans leur effort (...)
  • 25 R. J. Loenertz, « Lettre de Georges Bardanès, métropolite de Corcyre au patriarche œcuménique Germa (...)
  • 26 G. Prinzing, Demetrii Chomateni Ponemata Diaphora, Berlin, 2002 (Corpus Fontium Historiae Byzantina (...)
  • 27 Ioannès Apokaukos, Lettres 17 et 27, éd. V. Vasiljevski, « Epirotica saeculi xiii », Vizantiskij Vr (...)
  • 28 G. Prinzing, « Die Antigraphe des Patriarchen Germanos II. an Erzbischof Demetrios Chomatenos von O (...)
  • 29 Nicéphore Blemmydès, Diègèsis merikè, i, 23, éd. J. A. Munitiz, Louvain, 1984, 13, p. 14 ; Nikephor (...)
  • 30 Acropolitès, Annales, op. cit. n. 22, chap. 21, p. 37.
  • 31 Ibid., chap. 40, p. 72.

10L’étude d’Alkmini Zafraka témoigne de l’impact idéologique de l’existence de deux États byzantins issus de la fracture de la Romanie, revendiquant la suprématie impériale et privés l’un et l’autre de Constantinople24. L’hégémonie que revendiquait l’Empire de Nicée est ébranlée, car l’Empire de Thessalonique se définit comme indépendant et autonome, avec sa capitale et son empereur. Il y eut alors au sein de l’Empire éphémère de Thessalonique des ecclésiastiques qui pensaient qu’il fallait abandonner les prétentions à l’universalité. Ainsi, Georges Bardanès, métropolite de Corfou, mentionne Théodore Doukas comme l’autokratôr qui règne sur les régions occidentales : « Les terres, les villes, les îles, les extrémités qui sont sous notre domination », tandis que l’empereur de Nicée règne sur l’Asie. Et il ajoute : « Que chacun se satisfasse de la Sparte qui lui est échue et ne tourne pas inconsidérément les yeux vers les extrémités de la terre25. » Cette dualité d’autokratores, établis l’un en Occident et l’autre en Orient, était finalement acceptée par la partie occidentale. L’archevêque d’Ochrid, Démétrios Chomatianos, écrivait au patriarche de Nicée, Germain, qu’il fallait que les deux parties soient unies par la concorde et la paix afin que l’unité de l’Église reste inattaquable26. Jean Apokaukos, métropolite de Naupacte, dans sa lettre adressée au patriarche après le couronnement de Théodore, souhaitait que les liens de confiance, de paix et d’amitié entre les deux pouvoirs d’Orient et d’Occident servent à combattre les ennemis communs27. En revanche, la partie orientale était loin d’admettre la double autokratoria, comme en témoigne, dans sa lettre à l’archevêque d’Ochrid, le patriarche de Nicée, qui disait exactement le contraire et souhaitait la jonction et l’union des deux parties28. La proclamation et le couronnement de Théodore Doukas étaient considérés comme un écart par rapport à la taxis et une usurpation de la basileia et appelaient une réaction immédiate du pouvoir politique et ecclésiastique de Nicée, avec la convocation du synode. Lequel condamna Théodore Doukas pour s’être investi de la basileia en Thessalie, proclama que des homogeneis ne pouvaient avoir deux autokratores et réclama par lettre la déposition de la pourpre29 tandis que Jean Vatatzès « exigeait qu’il fût le second dans l’empire30 ». Finalement, en 1238, Jean, le fils de Théodore Doukas, accepta sous la menace que les chaussures rouges et la couronne surmontée d’un cabochon pourpre lui fussent retirées31. Désormais il portait le titre de despote, ce qui était la marque de son intégration dans l’Empire de Nicée, qui restait désormais la seule autokratoria.

  • 32 Voir à ce sujet L. Delobette, « Oublier Constantinople ? L’Éloge de Nicée par Théodore II Lascaris  (...)
  • 33 Ibid., p. 369 ; Kaldellis, Hellenism in Byzantium…, op. cit. n. 13, p. 373-379 ; M. Angold, « Byzan (...)

11Théodore II Laskaris, le dernier empereur de Nicée (1254-1258), né en Asie en 1222, bouleverse l’idéologie traditionnelle par une Renovatio imperii dont le centre est Nicée32. Nicée devient la Ville sainte, à l’instar de Jérusalem. Elle se substitue à Constantinople, qui a « fui devant l’armée italienne » et a été réduite en esclavage. Nicée a recueilli le pouvoir impérial et elle est la reine des villes. Quant à l’Empire, il se confond avec la patrie grecque, To Hellenikon ou Hellas. Nicéphore Blemmydès désigne l’Anatolie comme sa « mère Hellas » et donne à l’Empire de Nicée le nom d’Hellenis épikrateia33. Les Hellènes, pour Théodore Laskaris, sont ceux qui se disaient Romains : ce sont les Byzantins.

  • 34 Ibid., p. 215-226 : l’empereur a trouvé sa source d’inspiration dans l’Éthique à Nicomaque d’Aristo (...)
  • 35 Sur la nouvelle génération nicéenne, cf. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne… », loc. cit. n. 15, p. (...)
  • 36 Theodori Ducae Lascaris Epistulae, éd. N. Festa, Florence, 1898, Lettres 44, p. 58-59, et 49, p. 28 (...)

12Le même empereur tenta une transformation en profondeur de son État. Il émit des idées de réforme sur l’administration de l’empire dont il excluait les privilèges fondés sur la parenté pour les remplacer par des liens d’amitié34. De fait, cette nouvelle convention sociale ne changeait pas grand-chose à la hiérarchie, la taxis, au-dessus de laquelle il se situait comme prince et empereur, mais en créant de nouvelles relations personnelles fondées sur la loyauté, elle excluait l’oikos Doukas-Comnène qui avait comme objectif la reconquête de Constantinople, la mère de la basileia. Or, Théodore II Laskaris s’éloignait de cette conception romaine de l’Empire de plus en plus étrangère désormais aux habitants de son État et, dans les faits, il tendait à éliminer cette aristocratie héréditaire pour la remplacer par une élite nouvelle qui ne fût pas liée par le sang mais par la « vertu », préfigurant en cela les représentants de la première renaissance italienne35. Il voulait également remplacer les chefs d’armée et leurs mercenaires par une armée locale, hellénique, et se heurtait aux représentants de l’ancienne génération36. Grécité rimait de fait avec l’indépendance d’un État-nation débarrassé de ses anciennes élites comme de ses mercenaires.

  • 37 I. Sakellion, « The Unpublished Letter of the Emperor John Doukas Vatatzes », Athenaion, 1/6 (1889) (...)

13Mais la reconquête de Constantinople allait changer la donne et on en revint au rétablissement de l’empire universel, une renovatio Imperii Romani plus conforme aux idées des fondateurs de l’Empire de Nicée, pour lesquels seule Constantinople pouvait légitimer la basileia, et c’est pourquoi sa reconquête avait paru si essentielle aux exilés de Nicée. C’est ce que dit très précisément Jean Vatatzès dans sa lettre au pape Grégoire IX en 1237, dans laquelle il revendique le trône impérial assigné au génos des Romains par Constantin le Grand, dont les empereurs de Nicée sont les successeurs légitimes et les héritiers, et non les Latins qui occupent Constantinople. S’ils ont dû, par contrainte, s’établir ailleurs, leurs droits sont intacts et inébranlables. « Car un empereur, dit-il, règne sur une nation et un peuple et non sur des pierres et des poutres de bois qui font les murs et les tours37. »

  • 38 Georges Pachymérès, Relations historiques, II, 30, éd. A. Failler, Paris, 1984, t. 1, p. 209-213.
  • 39 D. A. Zakythinos, « Rome dans la pensée politique de Byzance du 13e au 15e s. : la théorie romaine (...)
  • 40 Georges Pachymérès, Relations historiques, IV, 21, éd. A. Failler, Paris, 1984 (Corpus Fontium Hist (...)

14Le 25 juillet 1261, un petit corps d’armée s’empare de Constantinople de façon inattendue et Michel VIII, encore à Nicée, adresse une harangue « aux sujets de l’empire des Romains38 ». Il affirme que désormais, la patrie, c’est-à-dire Constantinople, la reine des villes, étant leur, « il est impossible que le reste ne soit pas recouvré », faisant allusion à l’espace occupé par leurs ancêtres avant 1204. Il évoque le retour du Peuple Élu comme celui d’Israël : « Le moment est venu d’émigrer sur l’ordre de Dieu. » Les deux thèmes de reconquête de la « patrie » et de retour après l’exil sont donc présents, renouant avec la rhétorique de Nicétas Choniatès après la prise de Constantinople par les Latins et rompant définitivement avec la renovatio avortée du dernier empereur laskaride. Michel VIII porte la titulature, immuable jusqu’en 1453, de « fidèle empereur en Christ le Dieu et autocrator des Romains », comme il en fut de tous les empereurs byzantins, associant l’idée romaine et la religion chrétienne39. S’y ajoutait l’épithète de « nouveau Constantin », dont l’aurait acclamé avant tous les autres le futur patriarche Germain40.

15La renovatio de Michel VIII se caractérise par la réintroduction plus ou moins conforme d’un ensemble de cérémonials, de pratiques, de dénominations des empereurs des siècles passés, qui étaient liés d’une manière ou d’une autre à Constantinople. Peut-on dire alors que tout redevint comme avant ? Que l’empire s’enroula sur lui-même jusqu’en 1453 en une sorte de spirale qui tournait sur elle-même ? Jusqu’où l’idée romaine prit-elle un caractère sacré et quasi mystique ?

16Alors que l’Église se renforce de la reconnaissance des sièges orthodoxes extérieurs – dès 1219, Savas, le frère d’Étienne le Premier Couronné, venait à Nicée recevoir son ordination comme premier archevêque de Peç et de toute la Serbie –, l’idée romaine se dissocie de la notion d’empire universel. Dès la fin du xiiie siècle, les contemporains entérinent la perte de l’Asie Mineure, qui fut longtemps considérée comme le poumon de l’empire. Les frontières de l’empire se rétrécissent inexorablement en même temps que l’empereur byzantin devient un vassal du sultan ottoman. Ce qui change, donc, à la fin du xive siècle, c’est le rapport entre l’Église et l’État. La force de l’Église orthodoxe grandit, s’appuyant sur l’idéologie traditionnelle impériale. En témoigne la réponse du patriarche Antoine IV en octobre 1393 au prince de Russie Basile Ier, qui aurait formulé une idée répandue de son temps : « nous avons une Église, mais nous n’avons pas d’empereur », mettant fin aux prétentions d’universalité de l’empire des Romains :

  • 41 F. Miklosich, I. Müller, Acta et Diplomata Graeca Medii Aevi Sacra et Profana, II, Actes du Patriar (...)

Si, par la permission divine, les nations (ethnè) infidèles ont encerclé le royaume (archè) et le pays, le basileus, jusqu’au jour présent, continue à recevoir de l’Église le même sacre, le même ordre et les mêmes prières : il reçoit l’onction du grand chrême et est sacré basileus et autokratôr des Romains, c’est-à-dire de tous les chrétiens […] Pour les chrétiens il n’est pas possible d’avoir une Église, et de ne pas avoir d’empereur car l’Empire et l’Église ont une grande unité et communauté et il est impossible de les séparer41.

  • 42 C. Rapp, « Hellenic Identity, Romanitas, and Christianity in Byzantium », Hellenisms. Culture, Iden (...)

17Progressivement l’identité « Romain » et « orthodoxe » devient inextricable : c’est la fusion de romanitas et christianitas, qui prend une dimension eschatologique au fil du temps42. Cette rive-là ne sera jamais abandonnée, y compris à la veille de la prise de la ville quand, le 29 mai 1453, Constantin XI s’adresse à son entourage et surtout à ses soldats :

  • 43 Léonard de Chios, Lettre au pape Nicolas V sur la conquête de Constantinople par Mehmed II, éd. Pat (...)

L’ennemi impie et infidèle […] menace de capturer la ville de Constantin le Grand, la terre de vos pères, le lieu de refuge pour tous les chrétiens, la gardienne de tous les Grecs, et de profaner ses saints sanctuaires de Dieu en les transformant en étables et en écuries. Ô mes seigneurs, mes frères, mes fils, l’éternel honneur des chrétiens est entre vos mains43.

18Parallèlement on assistait néanmoins à la résurgence de l’hellénisme et à la propagation d’idées nouvelles.

  • 44 Politico-Historical Works of Symeon Archbishop of Thessalonica (1416/17 to 1429), éd. D. Balfour, V (...)
  • 45 Georges Tornikès, Discours sur la mort de la porphyrogénète Anne la Kaisarissa [fin 1154/début 1155 (...)
  • 46 Pour le rôle de la paideia dans l’identité hellénique sous les Comnènes, voir A. Kaldellis, Helleni (...)

19Depuis Héraclius les Byzantins avaient adopté comme langue le grec, aussi bien dans le vocabulaire institutionnel que pour la langue juridique, mais le grec était aussi celui de la koinè, celui des Évangiles. Pourtant, les auteurs du xve siècle – Syméon de Thessalonique, Critoboulos – continuent d’employer les expressions couramment utilisées pendant l’empire : le « basileus des Romains », les « en telei des Romains », les pragmata des Romains, le génos des Romains44. Les Byzantins étaient, en effet, à la fois les héritiers de l’Empire romain et les propagateurs de la langue grecque. La culture grecque transmise par la paideia s’harmonisait parfaitement aux cadres hérités de Rome et au christianisme. L’éloge funèbre d’Anne Comnène par Georges Tornikès permet de comprendre quelles en étaient les voies : « S’adonner à Homère et se préserver du breuvage magique de Circé et du chant des Sirènes45 … » Cette instruction permettait le maintien d’une élite au sommet de l’État, mais ne posait pas la question, saugrenue à l’époque, d’identification des Romains aux Hellènes, terme qui fut longtemps synonyme de « païens », même si, au xiie siècle, émerge une identité culturelle hellène46.

  • 47 Voir à ce sujet l’avis nuancé de Dimiter Angelov (Imperial Ideology…, op. cit. n. 35, p. 95-98). Su (...)
  • 48 Delobette, « Oublier Constantinople… », loc. cit. n. 32, p. 368.
  • 49 Sur la remise en cause de l’autorité fiscale et ses conséquences sur l’autorité impériale, voir É. (...)
  • 50 N. Svoronos, « Le serment de fidélité à l’empereur byzantin et sa signification constitutionnelle » (...)

20Il semble que 1204 marque un tournant : non seulement les Byzantins forgent leur identité par l’orthodoxie face aux Latins, mais les intellectuels commencent à chercher dans la Grèce classique leurs origines et ceci en partie aussi par opposition aux Latins, qui proclament leurs origines romaines47. Comme nous l’avons vu, Théodore II Laskaris, dans son Éloge de Nicée, emploie volontiers le terme Hellènes pour désigner les sujets de son empire, compare Nicée à Athènes pour son goût de la culture et revendique son héritage48. Cette révolution rampante gagne peu à peu les historiens, les philosophes et même les théologiens qui veulent asseoir leur supériorité culturelle sur les Latins, leurs maîtres à Constantinople. Au début du xive siècle, à Constantinople et à Thessalonique, nombre d’érudits se consacrant à l’édition et au commentaire des œuvres de l’Antiquité vont chercher dans les auteurs antiques, en particulier Aristote et Platon, des idées nouvelles. Ainsi Thomas Magistros remet en cause l’autorité fiscale de l’empereur et le recours aux mercenaires, et prône le recrutement d’une armée hellénique faite de possédants car il se défie du peuple, tout comme Aristote se défiait de la démocratie49. À la même époque, Manuel Moschopoulos, qui conçoit la société à l’égal de Platon, est d’avis que la monarchie est instable et introduit l’idée d’un serment d’allégeance de tous les sujets à l’empereur et d’un second serment, que Nicolas Svoronos qualifie de féodal, de réciprocité entre l’empereur et les sujets qui lui rendent un service et reçoivent une récompense50. Que l’on prenne tel ou tel auteur de traité politique, on constate qu’au début du xive siècle, quelque chose craque dans l’idéologie de l’imperium romain universel et dans l’allégeance des sujets à l’empereur. On constate également que les sources utilisées par ces érudits sont celles de l’Antiquité grecque, et que le terme Hellènes est de plus en plus utilisé pour faire référence aux Byzantins.

  • 51 Nicolas Kabasilas, « Prosphônèma eis ton endoxon tou Cristou megalomartyra Dèmètrion ton Myroblitèn (...)
  • 52 St. Runciman, The Last Byzantine Renaissance, Cambridge, 1970, p. 21.
  • 53 Ibid., p. 22.

21Progressivement le territoire byzantin se rétrécissait à des lambeaux de l’ancien empire. Ce fut le temps où les intellectuels se vantaient d’être membres de « la nation hellénique » et assuraient être « ce qui subsistait des Hellènes ». Dans son Éloge de Saint-Démétrius, patron de la ville, Nicolas Cabasilas, en 1348, décrit Thessalonique comme une seconde Athènes, comme le foyer des Hellènes de son époque51. Démétrius Cydonès, également originaire de Thessalonique, utilise le terme « Hellas » pour désigner l’empire byzantin52. Au xve siècle, cet usage du terme Hellène était généralisé : en 1440, le philosophe Jean Argyropoulos parle de la lutte pour la liberté de l’Hellas et, dans une lettre adressée à l’empereur Jean VIII, il nomme ce dernier « empereur de l’Hellas53 ».

  • 54 Georges Gémisthos dit Pléthon, Lettre à Manuel II, Palaiologeia kai Peloponnèsiaka, éd. Sp. Lampros (...)

22Le cas connu de Gémiste Pléthon mérite d’être évoqué, car tout exilé qu’il fût dans sa terre du Péloponnèse, il fut le professeur de beaucoup de savants et d’hommes politiques célèbres, y compris de Bessarion. Il fut l’initiateur de l’Académie florentine de Cosme de Médicis, l’interlocuteur de nombreux intellectuels et personnalités latines qu’il rencontra lors du concile de Florence en 1438-1439 et de personnalités grecques qu’il connut à Mistra. Et surtout, il fut l’ami de l’empereur Manuel II, qu’il appelait « chef et empereur des Hellènes » dans les lettres qu’il lui adressait. Il n’y avait pour lui qu’un seul génos, celui des Hellènes, comme en témoignaient la langue et la culture ancestrale. Leur foyer était le Péloponnèse qui, disait-il en se référant aux despotes de Morée, a apporté le dernier et le plus célèbre lignage au génos des Hellènes54.

  • 55 Sp. Vryonis, « Byzantine Cultural Self-Consciousness in the Fifteenth Century », The Twilight of By (...)

23Si Pléthon, célébré comme le nouveau Platon, incarne une figure originale et peu répandue à l’époque comme néoplatonicien et païen, toute l’élite byzantine pensait « Hellènes » au lieu de « Romains » en ce xve siècle, Laonikos Chalkokondylès étant le dernier maillon de cette chaîne qui oppose, comme nous l’avons vu en début de cette étude, le basileus des Hellènes au basileus des Romains, Albert de Habsbourg55.

  • 56 D. Livanios, « The Quest for Hellenism : Religion, Nationalism, and Collective Identities in Greece (...)
  • 57 Scholarios, dans Œuvres complètes de Gennadios Scholarios, éd. L. Petit, X. A. Sidéridès, M. Jugié,(...)
  • 58 Scholarios, op. cit. n. 57, i, p. 382.
  • 59 Ibid., iv, p. 453 ; Vryonis, « Byzantine Cultural Self-Consciousness… », loc. cit. n. 55, p. 11.
  • 60 Scholarios, op. cit. n. 57, iv, p. 292.
  • 61 Ibid., iv, p. 220.

24Georges Gennadios Scholarios, opposant à l’Union, défenseur de la chrétienté orthodoxe contre l’Église latine, l’islam et le renouveau du paganisme – on rappellera qu’il fit brûler Le Traité des Lois de Pléthon –, se définissait d’abord comme un chrétien se distinguant des Hellènes. Mais, comme l’a bien souligné Dimitris Livanios, le contexte était particulier56. De façon plus habituelle, Gennadios utilisait le terme « Hellènes » concurremment avec le terme « Romains ». Ainsi, dans un sermon sur la Nativité de 1467, il informe « son troupeau de chrétiens que leur ancien foyer (patris) était l’Hellas57 ». Il mentionne aussi les Byzantins de son temps comme « les Hellènes d’aujourd’hui », employant le terme nun dans l’expression oi nun Hellenes, les distinguant de ceux d’autrefois (palaioteroi)58. En 1449-1450, il adresse une lettre de flatterie en ces termes au souverain de Trébizonde : « tu ornes le génos tout entier des Hellènes59. » En 1451-1452, il écrit une lettre à Notaras, dans laquelle il parle du malheureux sort des « Hellènes60 ». Enfin, dans sa lettre pastorale, après la chute de Constantinople et sa première abdication, il évoque le sort misérable des Hellènes61.

25La conclusion est que le terme Hellènes se propageait au moment de la chute de Constantinople, à tel point que même un religieux traditionnaliste comme Gennadios ne trouvait aucune difficulté ni aucun paradoxe à l’employer et à différencier ceux d’hier et d’aujourd’hui : une nation grecque et orthodoxe était-elle en train de naître ?

  • 62 I. Sevcenko, « The Decline of Byzantium Seen through the Eyes of its Intellectuals », Dumbarton Oak (...)
  • 63 Nevra Necipoglu, Byzantium between the Ottomans and the Latins. Politics and Society in the Late Em (...)
  • 64 Voir É. Malamut, « Les discours de Démétrius Cydonès comme témoignage de l’idéologie byzantine vis- (...)
  • 65 C. G. Patrinelis, « An Unknown Discourse of Chrysoloras adressed to Manuel II Paleologus », Greek, (...)

26Pendant le dernier siècle de son existence, Byzance n’a pas cessé d’hésiter entre la résistance et la soumission consentie aux Ottomans qui se rapprochaient de plus en plus des « restes » de l’empire62 – les partis divisant l’aristocratie, le pouvoir impérial63 et même le peuple –, entre une culture partagée avec l’Occident et l’alliance avec les peuples balkaniques dans l’orthodoxie. Constantinople était exactement le reflet de cette hésitation, parfois, ce qui est le plus extraordinaire, venant des mêmes, tel Démétrios Cydonès prônant d’abord l’appel aux Latins pour la défense de Gallipoli, reprenant alors le thème de la métropole (Presbytera) et de sa colonie (nouvelle Rome), et d’un seul peuple (dèmos), puis exhortant tout aussi brusquement ses concitoyens à accepter l’aide des Serbes, leurs frères orthodoxes, ce que les Byzantins refusèrent jusqu’à laisser seuls ces derniers sur le champ de bataille de la Maritsa en 137164. Manuel Chrysoloras, dans sa lettre à l’empereur Manuel II en 1414, fait l’éloge d’un génos double car issu de deux nations, les plus puissantes et les plus sages, s’enorgueillissant des lettres et des arts, les Romains et les Hellènes, et pour cette raison : « Si on les appelait Romellènas, on aurait bien dit65. » Il presse alors l’empereur, pour le salut de ce génos si menacé, d’œuvrer pour une Renaissance byzantine en créant des écoles, en fournissant des moyens aux érudits, en faisant revivre l’étude des trésors littéraires de l’Antiquité, païens et chrétiens. Il serait absurde, ajoute Chrysoloras, de laisser aux Italiens la gloire de cet héritage.

  • 66 Nous empruntons volontairement ce terme à Alexander Kazhdan, qui relève les contradictions de l’hom (...)
  • 67 G. T. Dennis, The Reign of Manuel II Palaelogus in Thessalonica, 1382-1387, Rome, 1960.
  • 68 Necipoglu, Byzantium between the Ottomans and the Latins…, op. cit. n. 63, p. 184-232.
  • 69 M.-H. Blanchet, Georges-Gennadios Scholarios (vers 1400-vers 1472). Un intellectuel orthodoxe face (...)
  • 70 Doukas, éd. Grecu, op. cit. n. 4, xxxvii. 10, xxxix. 19, p. 329, 365.

27La coexistence à Constantinople, sous le règne de Manuel II, de monastères comme celui du Stoudios, foyer des traducteurs bulgares et de copies de manuscrits ascétiques à destination des voisins orthodoxes, avec le Mouseion, qui attirait les intellectuels italiens et faisait de la capitale un centre de la Renaissance égal à ceux que l’on trouvait en Italie à l’époque, pose la question de l’homo byzantinus de ce siècle et de son soi binaire66 : les deux mouvements si distincts étaient l’un et l’autre stimulés par la soif de propager une culture byzantine. N’étaient-ils pas les deux pieds d’un homme de la Renaissance byzantine ? Jusqu’où cette quête identitaire aurait-elle pu devenir un mouvement politique ? Nous avons vu qu’il y avait, au début du xive siècle, des craquements dans l’édifice impérial. Dans les années 1380 à Thessalonique, sous l’impulsion de l’empereur Manuel Paléologue, naît même un patriotisme67. Il y avait des forces économiques et sociales qui allaient dans le sens d’un renouveau dans la première moitié du xve siècle68. Le concile de Florence en 1439 marqua certainement un point de non-retour dans les relations diplomatiques entre les Byzantins et les Ottomans et dans la division religieuse des Byzantins, les unionistes laissant au bord de la route le peuple encadré de moines et d’ecclésiastiques, et on notera ici le rôle éminent de Georges Scholarios, chef de file des anti-unionistes69. La catastrophe de Varna en 1444 fut le prélude de l’échec final des opposants aux Ottomans, qui continuaient à espérer envers et contre tout qu’ils seraient sauvés, car en même temps que la célèbre sortie de Notaras que nous avons mise en exergue de notre étude, il y avait ceux qui, lorsqu’ils virent les forces de Mehmed II sous les murs de Constantinople, crièrent : « Puisse la Ville être livrée aux mains des Latins qui en appellent au Christ et à la Mère de Dieu, et ne pas tomber dans les griffes des Infidèles70. »

  • 71 Livanios, « The Quest for Hellenism… », loc. cit. n. 56, p. 247, 251, 254.
  • 72 A. Politis, « From Christian Emperors to the Glorious Greek Ancestors », Byzantium and the Modern G (...)

28La question de la conscience des Byzantins d’une nation grecque à laquelle ils s’identifiaient ou de leur appartenance avant tout chrétienne et romaine se posait dans les termes que nous avons examinés à la veille de la domination ottomane. Les écrits des Byzantins donnent à penser que l’idée d’une nation grecque et orthodoxe était en train d’émerger dans la conscience identitaire des Byzantins, jusqu’à ce que 1453 change complètement la donne. En effet, l’établissement par les Ottomans du millet qui regroupait les hommes de même religion sous la juridiction d’un chef religieux, ici le patriarche de Constantinople, était justement antinomique de la nation puisque étaient regroupés Grecs, Bulgares, Serbes, c’est-à-dire les Grecs et tous les peuples des Balkans orthodoxes71. Donc, les Grecs de cette période s’identifièrent désormais jusqu’au début du xixe siècle comme « Chrétiens et Romains ». Ce qui était né après 1204 comme conscience de leur « grécité », leur rattachement à l’Hellas, et qui avait fait son chemin progressivement fut mort-né. Il n’existait plus qu’un seul génos, le « génos orthodoxe des Romains72 ».

Notes

1 Laonikos Chalkokondylès, Démonstrations historiques, éd. I. Bekker, Bonn, 1843, p. 426, 428.

2 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, éd. Gy Moravcsik-R. J. H. Jenkins, Washington, D. C., 1967, chap. 13, l. 116-121, 178.

3 Voir le discours de Démétrios Cydonès sur l’ancienne Rome au secours de la nouvelle en 1366, quand Amédée de Savoie s’apprête à entrer à Constantinople pour aider les Byzantins contre les Turcs, cf. éd. Patrologia graeca, t. 154, col. 978-982.

4 Doukas XXXVII, 10, éd. V. Grecu, Istoria Turco-Bizantina (1341-1462), Bucarest, 1958, p. 329. Loukas Notaras était alors grand-duc et mésazôn.

5 La bibliographie sur le sujet est vaste. Nous donnons ici un aperçu de la problématique.

6 Plus rarement au laos dont le sens est encore multiple, mais qui est dans le cas de l’identification des « peuples » toujours une référence aux peuples de la Bible.

7 Les Byzantins n’emploient donc pas le terme « ethnos des Romains », mais « basileia des Romains », qui a succédé aux basileiai des Assyriens, des Babyloniens, des Perses et des Macédoniens et à laquelle succédera la basileia de l’Antéchrist, voir Georges le Moine, Chronikon, éd. C. De Boor, Leipzig, 1904, p. 432.

8 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, op. cit. n. 2, chap. 13, l. 121-122.

9 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Travaux et Mémoires, 6 (1976), p. 267 ; La Vie de Saint Cyrille le Philéote moine byzantin († 1110), éd. Ét. Sargologos, Bruxelles, 1964, chap. 29, § 1, et chap. 47, § 7.

10 B. Flusin et J.-Cl. Cheynet, Jean Skylitzès. Empereurs de Constantinople, Paris, 2003, p. 378-380.

11 Digénis Akritas, IV, 29-60 : [Basile] « On l’appelait aussi Digénis à cause de ses parents, parce qu’il était étranger par son père et romain par sa mère » : C. Jouanno, Digénis Akritas, le héros des frontières. Une épopée byzantine, version de Grottaferrata, Brepols, 1998, p. 224.

12 Voir à ce sujet É. Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift, 88/1 (1995), p. 105-146, ici p. 126 et p. 129-131.

13 Voir la célèbre lettre du pape Nicolas Ier à Michel III : « Vous devez comprendre qu’il est ridicule de vous appeler empereurs des Romains, puisque vous ne savez pas la langue romaine », cf. Nicolas, Epistula viii, éd. G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence, 1770, vol. 15, col. 191 cd. Pour la désignation des Byzantins comme « Grecs » par les Occidentaux, voir A. Kaldellis, Hellenism in Byzantium. The Transformation of Greek Identity and the Reception of the Classical Tradition, Cambridge, 2007, p. 336-338.

14 , Le « byzantinisme » est la foi en un seul empire chrétien qui embrasse l’ensemble de la communauté chrétienne, le monde civilisé : C. Mango, « Byzantinism and Romantic Hellenism », dans Id., Byzantium and its Image, Londres, 1984 (Variorum Collected Studies Series, 191), p. 29-43, ici p. 30.

15 Certains historiens grecs ont même vu en 1204 le début de l’histoire néo-hellénique, cf. A. Vacalopoulos, Origins of the Greek Nation, The Byzantine Period, 1204-1461, New Brunswick NJ, 1970. Pour un point de vue plus nuancé, voir H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », Dumbarton Oaks Papers, 29 (1975), p. 21-40 et Ead., L’idéologie politique de l’empire byzantin, Paris, 1975, p. 103-114. Ce fut rien de moins qu’une « crise d’identité », cf. Kaldellis, Hellenism in Byzantium…, op. cit. n. 13, p. 353.

16 Eustathe de Thessalonique, éd. W. Regel, Fontes rerum Byzantinarum, t. 1, Saint-Pétersbourg, 1892, p. 106-107.

17 Robert de Clari, La conquête de Constantinople, LXXIII, LXXIV, trad. J. Dufournet, dans Croisades et pèlerinages, Récits, Chroniques et Voyages en Terre sainte, xiie-xvie siècle, éd. D. Régnier-Bohler, Paris, 1997 (Bouquins), p. 775-776. Nicétas Choniatès fait allusion aux clercs occidentaux lors de la prise de Constantinople, cf. Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, Berlin, 1975 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XI-1), p. 576.

18 Ibid., p. 575-576, 578, 585, 587.

19 Ibid., p. 578 ; voir aussi le discours du trône de Théodore Ier Laskaris (1205), cf. Nicétas Choniatès, Orationes et Epistula, éd. J. A. Van Dieten, Berlin, 1972 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 3), p. 120-128.

20 Par exemple Ahrweiler, L’idéologie politique, op. cit. n. 15, p. 110-112. Pour l’ensemble de la bibliographie, voir les références dans l’article cité ci-dessous.

21 P. Kitromilidès, « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, Byzantium and the Great Idea », Byzantium and the Modern Greek Identity, éd. D. Ricks, P. Magdalino, Aldershot, 1998, p. 25-33.

22 Acropolitès, Annales, chap. 7, éd. I. Bekker, Bonn, 1836, p. 13.

23 Ibid., chap. 21, p. 36.

24 A. Stauridou-Zafraka, Nicée et l’Épire au xiiie siècle. Confrontation idéologique dans leur effort d’acquérir l’autokratoreia, Thessalonique, 1990 [en grec].

25 R. J. Loenertz, « Lettre de Georges Bardanès, métropolite de Corcyre au patriarche œcuménique Germain II », Epetèris Hetereias Byzantinôn Spoudôn, 33 (1964), p. 87-118, ici p. 113, l. 283-284, p. 115, l. 375, p. 117, l. 413-416. Voir Stauridou-Zafraka, Nicée et l’Épire…, op. cit. n. 24, p. 207, 210.

26 G. Prinzing, Demetrii Chomateni Ponemata Diaphora, Berlin, 2002 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 38), Lettre 112, p. 370 ; Stauridou-Zafraka, Nicée et l’Épire…, op. cit. n. 24, p. 208.

27 Ioannès Apokaukos, Lettres 17 et 27, éd. V. Vasiljevski, « Epirotica saeculi xiii », Vizantiskij Vremennik, 3 (1896), p. 294, l. 26-29.

28 G. Prinzing, « Die Antigraphe des Patriarchen Germanos II. an Erzbischof Demetrios Chomatenos von Ochrid und die Korrrespondenz zum nikäisch-epirotischen Konflikt 1212-1233 », Rivista di Studi Bizantini e Slavi [Miscellanea Agostino Pertusi, t. 3], 3 (1983), p. 21-64, ici p. 36, 64-71 ; Stauridou-Zafraka, Nicée et l’Épire…, op. cit. n. 24, p. 209.

29 Nicéphore Blemmydès, Diègèsis merikè, i, 23, éd. J. A. Munitiz, Louvain, 1984, 13, p. 14 ; Nikephoros Blemmydes : A Partial Account, trad. J. A. Munitiz, Louvain, 1988, i. 23.

30 Acropolitès, Annales, op. cit. n. 22, chap. 21, p. 37.

31 Ibid., chap. 40, p. 72.

32 Voir à ce sujet L. Delobette, « Oublier Constantinople ? L’Éloge de Nicée par Théodore II Lascaris », Les villes capitales au Moyen Âge, XXXVIe Congrès de la SHMESP (Istanbul, 1er-6 juin 2005), Paris, 2006, p. 349-372.

33 Ibid., p. 369 ; Kaldellis, Hellenism in Byzantium…, op. cit. n. 13, p. 373-379 ; M. Angold, « Byzantine Nationalism and the Nicaean Empire », British and Modern Greek Studies, 1 (1975), p. 49-70.

34 Ibid., p. 215-226 : l’empereur a trouvé sa source d’inspiration dans l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

35 Sur la nouvelle génération nicéenne, cf. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne… », loc. cit. n. 15, p. 32-33 ; D. Angelov, Imperial Ideology and Political Thought in Byzantium, 1204-1330, Cambridge, 2007, p. 229-234.

36 Theodori Ducae Lascaris Epistulae, éd. N. Festa, Florence, 1898, Lettres 44, p. 58-59, et 49, p. 281. Pour la controverse à ce sujet avec Blemmydès, cf. Angelov, Imperial Ideology…, op. cit. n. 35, p. 295.

37 I. Sakellion, « The Unpublished Letter of the Emperor John Doukas Vatatzes », Athenaion, 1/6 (1889), p. 369-378. Voir Kaldellis, Hellenism in Byzantium…, op. cit. n. 13, p. 370-372.

38 Georges Pachymérès, Relations historiques, II, 30, éd. A. Failler, Paris, 1984, t. 1, p. 209-213.

39 D. A. Zakythinos, « Rome dans la pensée politique de Byzance du 13e au 15e s. : la théorie romaine à l’épreuve des faits », Aphierôma sto Andrea N. Strato, éd. N. A. Stratos, Athènes, 1986, t. 1, 207-221.

40 Georges Pachymérès, Relations historiques, IV, 21, éd. A. Failler, Paris, 1984 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 24), t. 2, p. 391 ; R. Macridès, « The New Constantine and New Constantinople, 1261 ? », British and Modern Greek Studies, 6 (1980), p. 13-41.

41 F. Miklosich, I. Müller, Acta et Diplomata Graeca Medii Aevi Sacra et Profana, II, Actes du Patriarche, Vienne, 1862, p. 190 ; voir J. Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, Cambridge, 1981, p. 254-256.

42 C. Rapp, « Hellenic Identity, Romanitas, and Christianity in Byzantium », Hellenisms. Culture, Identity and Ethnicity from Antiquity to Modernity, éd. K. Zacharia, Ashgate, 2008, p. 144-147.

43 Léonard de Chios, Lettre au pape Nicolas V sur la conquête de Constantinople par Mehmed II, éd. Patrologia graeca, t. 159, col. 938-939. Voir D. M. Nicol, The Immortal Emperor, The Life and Legend of Constantine Palaiologos Last Emperor of the Romans, Cambridge, 1992, p. 67-68.

44 Politico-Historical Works of Symeon Archbishop of Thessalonica (1416/17 to 1429), éd. D. Balfour, Vienne 1979, p. 45 et 47 ; Critobuli Imbriotae Historiae, éd. D. R. Reinsch, Berlin, 1983 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 22), p. 17.

45 Georges Tornikès, Discours sur la mort de la porphyrogénète Anne la Kaisarissa [fin 1154/début 1155], dans Georges et Dèmètrios Tornikès, Lettres et Discours, éd. J. Darrouzès, Paris, 1970, p. 230.

46 Pour le rôle de la paideia dans l’identité hellénique sous les Comnènes, voir A. Kaldellis, Hellenism in Byzantium, op. cit. n. 13, p. 283-295.

47 Voir à ce sujet l’avis nuancé de Dimiter Angelov (Imperial Ideology…, op. cit. n. 35, p. 95-98). Sur la transformation d’un concept purement littéraire de l’hellénisme sous les Comnènes à une signification plus large fondée sur des arguments historiques et notamment le sentiment antilatin jusqu’au concept de nation grecque, voir Kaldellis, Hellenism in Byzantium, op. cit. n. 13, p. 317-388.

48 Delobette, « Oublier Constantinople… », loc. cit. n. 32, p. 368.

49 Sur la remise en cause de l’autorité fiscale et ses conséquences sur l’autorité impériale, voir É. Malamut, « Continuité et rupture : la fiscalité au début du xive siècle et la critique de l’autorité impériale par les contemporains », L’imperium Romanum en perspective. Les savoirs d’empire dans la République romaine et leur héritage dans l’Europe médiévale et moderne, Actes du colloque de Paris (ANHIMA-UMR 8210), 26-28 novembre 2012, éd. J. Dubouloz, S. Pittia, G. Sabatini (à paraître). Pour l’armée, voir ci-dessus.

50 N. Svoronos, « Le serment de fidélité à l’empereur byzantin et sa signification constitutionnelle », Revue des études byzantines, 9 (1951), p. 106-142. Sur Manuel Moschopoulos, voir Angelov, Imperial Ideology…, op. cit. n. 35, p. 310-347.

51 Nicolas Kabasilas, « Prosphônèma eis ton endoxon tou Cristou megalomartyra Dèmètrion ton Myroblitèn », Mnèmeia Hagiologika, éd. Th. Ioannou, Venice, 1884, p. 67-114, ici p. 70. F. Tinnefeld, « Intellectuals in Late Byzantine Thessalonikè », Dumbarton Oaks Papers, 57 (2003), p. 153-172, ici p. 154.

52 St. Runciman, The Last Byzantine Renaissance, Cambridge, 1970, p. 21.

53 Ibid., p. 22.

54 Georges Gémisthos dit Pléthon, Lettre à Manuel II, Palaiologeia kai Peloponnèsiaka, éd. Sp. Lampros, III, Athènes, 1926, p. 247-250. Bessarion écrivait à Constantin XI que depuis Sparte régénérée, la « nation grecque » serait capable à nouveau de dominer le monde, cf. Bessarion, Lettre à Constantin Paléologue, éd. Sp. Lampros, ibid., IV, 1930, p. 36.

55 Sp. Vryonis, « Byzantine Cultural Self-Consciousness in the Fifteenth Century », The Twilight of Byzantium : Aspects of Religious and Cultural History in the Late Byzantine Empire, Colloquium held at Princeton University 8-9 may 1989, éd. Sl. Curcic, D. Mouriki, Princeton, 1991, p. 5-14, ici p. 8-9.

56 D. Livanios, « The Quest for Hellenism : Religion, Nationalism, and Collective Identities in Greece, 1453-1913 », Hellenisms. Culture, Identity and Ethnicity…, op. cit. n. 42, p. 241-242.

57 Scholarios, dans Œuvres complètes de Gennadios Scholarios, éd. L. Petit, X. A. Sidéridès, M. Jugié, Paris, 1928-1936, 8 vol., i, p. 225 ; Vryonis, « Byzantine Cultural Self-Consciousness… », loc. cit. n. 55, p. 10.

58 Scholarios, op. cit. n. 57, i, p. 382.

59 Ibid., iv, p. 453 ; Vryonis, « Byzantine Cultural Self-Consciousness… », loc. cit. n. 55, p. 11.

60 Scholarios, op. cit. n. 57, iv, p. 292.

61 Ibid., iv, p. 220.

62 I. Sevcenko, « The Decline of Byzantium Seen through the Eyes of its Intellectuals », Dumbarton Oaks Papers, 15 (1961), p. 167-186, ici p. 173. Pour la soumission aux Ottomans, voir Notaras, mais aussi Jean Eugénikos (Jean Eugénikos, Lettre à Notaras, éd. Sp. Lampros, Palaiologeia…, op. cit. n. 54, IV, p. 137-146).

63 Nevra Necipoglu, Byzantium between the Ottomans and the Latins. Politics and Society in the Late Empire, Cambridge, 2009, en part. p. 119-148.

64 Voir É. Malamut, « Les discours de Démétrius Cydonès comme témoignage de l’idéologie byzantine vis-à-vis des peuples de l’Europe orientale dans les années 1360-1372 », Byzantina et Slavica Cracoviensia, 3 (2001), p. 203-219.

65 C. G. Patrinelis, « An Unknown Discourse of Chrysoloras adressed to Manuel II Paleologus », Greek, Roman and Byzantine Studies, 13/4 (1972), p. 497-502.

66 Nous empruntons volontairement ce terme à Alexander Kazhdan, qui relève les contradictions de l’homo byzantinus dans A. Kazhdan, G. Constable, People and Power in Byzantium. An Introduction to Modern Byzantine Studies, Washington, D. C., 1982, p. 27 (concernant le Patriarche Joseph Galèsiotes [seconde moitié du xiiie siècle] partagé entre l’ascétisme et son intérêt pour la « vertu » dans le sens Humanitas) et p. 138-139 (sur les renaissances avortées de Byzance).

67 G. T. Dennis, The Reign of Manuel II Palaelogus in Thessalonica, 1382-1387, Rome, 1960.

68 Necipoglu, Byzantium between the Ottomans and the Latins…, op. cit. n. 63, p. 184-232.

69 M.-H. Blanchet, Georges-Gennadios Scholarios (vers 1400-vers 1472). Un intellectuel orthodoxe face à la disparition de l’Empire byzantin, Paris, 2008, p. 444-449.

70 Doukas, éd. Grecu, op. cit. n. 4, xxxvii. 10, xxxix. 19, p. 329, 365.

71 Livanios, « The Quest for Hellenism… », loc. cit. n. 56, p. 247, 251, 254.

72 A. Politis, « From Christian Emperors to the Glorious Greek Ancestors », Byzantium and the Modern Greek Identity, op. cit. n. 21, p. 1-14.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540