Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Nations : jeu d'échelles

Empire et nations à Byzance du ve au xie siècle

Empire and Nations in Byzantium from the 6th to the 11th Centuries

Michel Kaplan

Résumé

L’Empire romain, puis byzantin se veut universel. Devenu chrétien, il est, aux yeux de ses gouvernants, le nouveau Peuple Élu, et son territoire, l’œkoumène, doit correspondre avec le monde habité. À la distinction antique entre Romains et barbares, d’ailleurs mise à mal par l’installation de barbares dans l’Empire, succède la distinction entre les Romains et les ethnikoi, ceux qui sont d’une autre nation, qui ne font pas partie de l’Empire. Cette distinction nous est bien transmise par les sources. Le système est toutefois plus souple qu’il n’y paraît : les chrétiens qui ne font pas partie de l’Empire, comme les Carolingiens et les princes qui leur succèdent, ne sont pas des ethnikoi. Mais, du ve au xie siècle, la perspective de départ n’a pas beaucoup changé aux yeux des Romains. Soit on est dans l’Empire, soit on est une nation. L’Empire est au-dessus des nations.

The Roman Empire saw itself as universal as did the Byzantine Empire, its successor. When it became Christian, it became in the eyes of its rulers the new Chosen People and its territory, the oikumen, had to fill all of the inhabited world. From the early distinction between the Romans and the Barbarians, which had been somewhat compromised when the Barbarians joined the Empire, they moved towards the distinction between the Romans and the ethnikoi, a term which designated the members of another nation that was not part of the Empire. This distinction is clear from the sources. But the system is not as rigid as it seems– for instance the Christians, like the Carolingians and the princes who came after them, were not classed as ethnikoi. But during the period from the 5th to the 11th centuries the original perspective hardly varied as far as the Romans were concerned. Either you were a citizen of the Empire or you were part of a nation. The Empire was above the nations.

Texte intégral

1Au départ de la période considérée, l’Empire « byzantin » n’existe pas. L’Empire romain continue, avec deux capitales, Rome et Constantinople, depuis Constantin. Il est marqué par le triomphe progressif du christianisme. Celui-ci fait des chrétiens, notamment aux yeux de ses gouvernants, le nouveau Peuple Élu et de l’Empire l’œkoumène qui, par définition, doit correspondre au monde habité. L’universalisme s’en trouve renforcé, du moins au plan idéologique de la vision du monde.

  • 1 Matt. 28, 19 : πορευθέντες οὖν μαθητεύσατε πάντα τὰ ἔθνη.

2Le point de départ, c’est l’opposition simple sinon, sur bien des plans, simpliste, entre les Romains et les barbares. En principe, cette différence n’est nullement ethnique mais repose sur le fait que ces barbares parlent une langue que l’on ne comprend pas. Elle est d’autant moins ethnique que le christianisme admet que chacun peut pratiquer la religion dans sa langue : « allez et instruisez toutes les nations (ἔθνη)1 », qui sont maintenant unifiées dans le nouveau Peuple Élu. Le christianisme admet que les Égyptiens prient, disent la messe et prêchent en copte et les Syriens en syriaque, entre autres. L’Empire se veut donc pluriethnique, même quand cela fragilise son unité.

  • 2 Teodoricoe i goti tra Oriente e Occidente, éd. A. Carile, Ravenne, 1995.

3De plus, l’Empire fait appel à des soldats barbares qu’il installe comme fédérés, ce qui est une manière de les reconnaître comme nations à l’intérieur même de l’Empire. Dans une étape suivante, nombre des officiers originellement barbares mais installés dans l’empire finissent par y occuper les fonctions les plus élevées, ce qui ne va pas toujours sans provoquer des contestations : par exemple, le Vandale Stilicon, principal général de Théodose Ier, puis homme fort de la partie occidentale de l’Empire après 395, ou l’Alain Aspar, magister militum à Constantinople au milieu du ve siècle et son fils Ardabour, qui occupa ce même poste, tous deux ardents supporteurs de Léon Ier, dont la fille épouse un fils d’Aspar. En 471, l’empereur Zénon, autre gendre de Léon, les fait assassiné pour mettre fin aux récriminations contre ces Germains ariens. L’exemple le plus significatif d’une relative ambiguïté est sans doute l’Ostrogoth Théodoric2, dix ans otage à Constantinople avant de prendre la tête de son peuple ; ayant aidé Zénon à venir à bout de Basiliskos en 476, il est nommé patrice et magister militum, puis envoyé par ce même empereur reconquérir l’Italie. Bien que totalement indépendant politiquement, il maintient la fiction qu’il gouverne l’Italie au sein de l’empire et par délégation, que l’Empire peut donc déléguer à un homme qui n’est que marginalement romain mais agit en son nom.

  • 3 Grégoire de Tours, Libri Historiarum X, II, 38, éd. B. Krusch, Hanovre, 1951 (MGH, Scriptores reru (...)
  • 4 Constitution Omnem (16 décembre 533), Corpus Juris Civilis, I, Justiniani Digesta 13, éd. Th. Momm (...)
  • 5 Corpus Juris Civilis, III, Novellae 13, éd. R. Schoell, G. Kroll, Hildesheim, 2000, p. 701-703. L’(...)

4La reconquête de Justinien met fin à cette ambiguïté. La titulature qu’adopte cet empereur reprend la tradition abandonnée au ive siècle des cognomina tirés des nations vaincues, supposées s’être soumises à l’Empire : toutes n’en font pas, ou pas encore, partie, mais, selon la visée universaliste de l’Empire, elles sont appelées à y être intégrées, de gré ou de force. Au reste, en 508, Anastase avait envoyé à Clovis les insignes consulaires3. Dans les constitutions Omnem et Tanta, par lesquelles il promulgue les Digestes, le 16 décembre 533, Justinien se nomme lui-même Alamannicus, Gotthicus, Francicus, Germanicus, Anticus, Alanicus, Vandalicus, Africanus4. Bref, la volonté d’intégrer à terme dans l’empire ces nations désignées par leur nom, et qui sont en principe chrétiennes, même si la plupart de leurs rois sont ariens, est ici manifeste ; mais elle est purement théorique, sauf pour les Vandales et les Goths. La version latine de l’une des novelles de Justin II contenue dans l’Authenticum, la novelle 140 du 15 septembre 5665, qui est la seule dont nous ayons la titulature, montre que cet empereur a renoncé au Germanicus et à l’Anticus, mais que le principe reste le même. Mais nous ne pouvons pas suivre cette évolution ultérieurement.

5Dès Justinien, le grec est devenu la langue officielle de l’Empire en plus du latin, et la plupart des auteurs byzantins, à commencer par le législateur, s’expriment en grec. Cette langue offre deux mots pour désigner l’étranger. Le ξένος, celui que l’on accueille dans les ξενῶνες ou les ξενοδοχεῖα, c’est simplement celui qui est étranger au lieu d’accueil parce qu’il est originaire d’une autre partie de l’empire, une personne déplacée volontairement ou involontairement mais qui appartient à l’empire. En revanche, celui qui appartient à une autre nation (ἔθνος), qui n’est donc pas partie prenante de l’empire, est un ἐθνικός. Le sens s’est d’ailleurs conservé, puisque aujourd’hui encore nationalité se dit en grec ἐθνικότης.

6En 614, le roi de Perse a conquis Jérusalem et emporté la Croix à Ctésiphon pour l’offrir à une de ses épouses, chrétienne. La réinstallation de cette relique suprême à Jérusalem à Pâques 630 constitue un grand moment de fierté et d’unité impériale, après la victoire sur l’autre empire, l’ennemi héréditaire perse. Celui-ci est bien ressenti comme Empire et non comme nation, même si les sources byzantines désignent souvent les Perses par le nom de l’un des peuples, des nations, qui constituent cet Empire.

  • 6 H. Ahrweiler, « L’Asie Mineure et les invasions arabes, vie-ixe siècles », Revue historique, 227 ( (...)
  • 7 C. Foss, « The Persians in Asia Minor and the End of Antiquity », English Historical Review, 90 (1 (...)

7Passé ce moment, les transformations engendrées par les événements du viie siècle modifient profondément les données de base. L’Empire est débarrassé par l’absurde des facteurs les plus importants de diversité, les populations de langue syriaque et copte, de plus majoritairement monophysites. En Asie Mineure subsistait le souvenir de particularismes accentués : par exemple, les Isauriens passaient pour de remarquables combattants, mais des gens globalement peu recommandables. La désastreuse invasion perse, ouverte par le renversement de Maurice par Phocas en 602, qui ravage l’Asie Mineure durant un quart de siècle et dont les conséquences ont été bien montrées par Hélène Ahrweiler6 et Clive Foss7, provoque des exodes massifs de populations, qui ne reviendront pas toutes, et donc un brassage qui, d’une certaine façon, unifie le pays au profit de l’hellénisme chalcédonien, pour faire court.

  • 8 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Leipzig, 1883, p. 232, pour l’année 557-558. C’est alors (...)
  • 9 Nicéphore, Histoire brève, éd. C. Mango, Nikephoros, Patriarch of Constantinople, Short History, Wa (...)
  • 10 Éd. P. Lemerle, Les plus anciens recueils des miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Sl (...)
  • 11 Nicéphore fait de même : sous Constantin IV (668-685), il nous décrit comment les Bulgares « domin (...)
  • 12 Miracles de saint Démétrius, op. cit. n. 10, t. 1, p. 175.
  • 13 P. Lemerle, « La chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire  (...)
  • 14 Lemerle, Les plus anciens recueils des miracles…, op. cit. n. 10, t. 1, p. 214.
  • 15 Ibid., t. 1, p. 215.
  • 16 Ibid., t. 2, p. 32.

8Les Balkans sont submergés par les vagues successives de populations slaves païennes. Lorsque celles-ci sont fédérées par les Avars et que ces derniers assiègent Thessalonique puis même Constantinople en 626, la gravité de la menace fait bien ressentir l’existence d’un ἔθνος des Avars, d’ailleurs rapprochés des Huns ou qualifiés de tels par Théophane (l’auteur n’établit qu’une fois l’équivalence stricte8) et appelés τῶν Ἀβάρων ἔθνος par Nicéphore9. Les Miracles de saint Dèmètrios10, patron de Thessalonique, qualifient également des Sklavènes de ἔθνη11. Quand ils donnent la liste des tribus, ils ajoutent καὶ λοιπὰ ἔθνη12 : chacune de ces tribus, telles que les Drogoubites ou les Sagoudates, constituent un ἔθνος. Même chose dans la chronique dite de Monemvasie, qui parle de l’arrivée à Constantinople de πρέσβεις ἔθνους παραδόξου τῶν Ἀβάρων λεγομένων13. Toujours est-il que les choses sont claires : les envahisseurs organisés sont qualifiés d’ἔθνη. Les Drogoubites sont dotés d’un roi. Dans le même paragraphe des miracles de saint Dèmètrios, l’auteur mentionne les « Sklavènes de l’ἔθνος des Ruchines avec les Sagoudates14 ». Deux paragraphes plus loin, il parle « dudit ἔθνος (sous-entendu des Ruchines) et de ceux qui les accompagnent et des autres espèces de barbares (τὰ λοιπὰ βάρβαρα γένη) avec les Sagoudates15 ». Il établit ainsi une équivalence entre ἔθνη et barbares. D’une façon générale, Paul Lemerle traduit ἔθνος par nation, ce qui, si nous acceptons cette interprétation, répond donc à la question que nous nous posions. Dès la première moitié du viie siècle, date assignée à l’épiscopat thessalonicien de Jean16, auteur du premier recueil de miracles de saint Dèmètrios, un homme de sa culture s’exprime en ces termes et qualifie cet ἔθνος de barbare, signifiant ainsi qu’il ne fait pas partie de l’Empire, par définition même. Au reste, vu le comportement de ces Sklavènes, l’hostilité est manifeste.

  • 17 Nicéphore, Histoire brève, op. cit. n. 9, p. 92.
  • 18 Ibid., p. 98.
  • 19 Ibid., p. 116.
  • 20 Ibid., p. 120.
  • 21 Ibid., p. 130.

9S’agissant de l’établissement des Bulgares dans les Balkans au viie siècle, Nicéphore utilise le même terme, mais ne leur accole pas le caractère barbare. Constant II (641-668) se décide à tenter de repousser ce peuple (ἔθνος) qui tente de franchir le Danube. Constantin IV (668-685) mène des campagnes contre le γένος des Slaves17 ; par opposition, Nicéphore signifie ainsi que les Slaves sont non un peuple, mais des tribus inorganisées, n’appartenant pas au γένος des Romains. Plus loin, autour de Carthage, les armées de Justinien II (685-695 pour son premier règne ici concerné) se battent contre l’ἔθνος des Arabes18 ; ce même ἔθνος prépare le deuxième siège de Constantinople sous le règne d’Anastase II (713-715)19. Plus intéressant encore : pour assiéger Constantinople, ils ont recruté cavaliers et fantassins dans les différents ἔθνη qu’ils dominent20 et nous avons donc un emboîtement d’ἔθνη, dont les uns dominent et les autres obéissent. Enfin, pour marier son fils Constantin (le futur Constantin V), Léon III (717-741) envoie une ambassade auprès du chef de l’ἔθνος des Khazars21, ce qui va donner lieu, nous le verrons, à quelques considérations bien senties de Constantin Porphyrogénète dans le De Administrando Imperio.

  • 22 G. Ostrogorsky, « The Byzantine Emperor and the Hierarchical Order of the World », The Slavonic an (...)
  • 23 Théophane Continué, VI, 23, éd. E. Bekker, Bonn, 1838 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. (...)
  • 24 Constantin Porphyrogénète, De Cerimoniis Aulae Byzantinae, éd. et trad. A. Vogt, Le Livre des Céré (...)

10Tous ces ἔθνη ont un point commun : ils ne sont pas chrétiens. La situation devient beaucoup plus délicate dès lors que l’un de ces peuples, en l’occurrence les Bulgares, se convertit. Qu’ils le veuillent ou non, ils entrent dès lors dans l’oikoumène byzantin. Nous voyons alors mis en place ce que Georges Ostrogorsky a appelé l’ordre hiérarchique du monde22, où chaque nation a sa place, l’empereur des Romains étant la tête de la famille des princes supposés plus ou moins indépendants. Dans les lettres qu’établit la chancellerie impériale, cette hiérarchie subtile apparaît ; elle varie d’ailleurs en fonction du rapport des forces et des intérêts de la diplomatie impériale. L’empereur est évidemment le pater familias. L’empereur germanique aura droit d’être appelé frère (cadet, s’entend) ; le tsar des Bulgares a droit à l’appellation de fils, et ce d’autant plus que Pierre, fils de Syméon (893-927), pour sceller la paix retrouvée, a épousé une princesse byzantine, en l’occurrence Marie, petite-fille de Romain Lécapène (919-944)23. Le mariage se fait d’ailleurs adroitement non pas dans une église de la capitale, mais dans le sanctuaire impérial de Pègè, qui accueillait la procession impériale de l’Ascension24, voisin du monastère de la Théotokos (Mère de Dieu) de Pègè, que Syméon avait dévasté, sanctuaire qui se trouve près de Constantinople, mais hors les murs. Et Pierre peut être à bon escient qualifié de (petit-) fils de l’empereur. Des princes de moindre importance sont qualifiés d’amis, selon le système de la familia romaine.

  • 25 Mise au point sur cette politique et ses limites dans Le monde byzantin, 2. L’Empire byzantin (641 (...)

11Le système devient conflictuel avec les Bulgares, d’autant que Syméon a été élevé à la cour de Constantinople. Il a parfaitement intégré le système et rêve, les armes à la main, de remplacer l’Empire des Romains par un autre, le sien, qui lui succéderait comme Peuple Élu. La paix que procure le règne de Pierre (927-969) ne peut pas durer et, face à Samuel (997-1014), Basile II décide d’en finir. Basile en tira son surnom de Bulgaroctone, mais, pour presque deux siècles, la Bulgarie cessa d’être une nation pour intégrer l’Empire, fût-ce au prix de concessions majeures qui conservaient aux membres de l’ancienne nation quelques usages particuliers sur le plan fiscal et une relative indépendance pour l’archevêque d’Ochrid25.

  • 26 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, éd. G. Moravscik, trad. angl. R. J. H. Jenkin (...)

12Reste une situation particulière, celle des empires qui se succèdent en Occident. Dans le De Administrando Imperio, Constantin Porphyrogénète (913-959) traite de cette difficulté26. Prenant pour cible le mariage de l’iconoclaste Constantin V (741-775) avec une princesse khazare, dont nous avons parlé, voilà ce qu’il déclare à son fils, à propos des peuples du Nord :

  • 27 Ibid., chap. 13, p. 70.

Si d’aventure l’un des ἔθνη de ces γενῶν infidèles et peu honorables demande une alliance avec l’empereur des Romains, et qu’il s’agisse [qu’un de leurs princes] veuille prendre la fille de l’empereur pour femme ou de donner une de ses filles pour devenir la femme de l’empereur ou d’un fils de l’empereur, tu devras aussi repousser une telle monstrueuse demande en disant : « S’agissant de ce sujet, une instruction et une prescription formidable et infrangible du grand et saint Constantin [Constantin le Grand, fondateur mythique de l’Empire] est gravée dans la table sainte de l’église universelle des Chrétiens, Sainte-Sophie : en aucun cas un empereur des Romains ne s’alliera avec un ἔθνος usant de coutumes contraires et étrangères (ξένοις) à l’ordre romain des choses, surtout s’il s’agit d’étrangers à la foi et non baptisés, à l’exception des seuls Francs ; en effet saint Constantin a fait pour eux seuls une exception, car il était lui-même originaire de ces régions. En effet, il y a beaucoup de parenté et de relation entre les Francs et les Romains. Et pourquoi a-t-il ordonné aux empereurs des Romains de tisser des liens de mariage avec ceux-là seulement ? À cause de l’ancienne illustration et noblesse (εὐγένεια) de ces régions et de leurs familles (γενῶν)…27 »

  • 28 Gisèle, file de Pépin III, fiancée à Léon IV en 765 (A.-M. Helvétius, « Pour une biographie de Gis (...)
  • 29 Constantin Porphyrogénète établit toute la généalogie de Hugues de Provence, à qui il consacre tou (...)
  • 30 Sur cette politique, voir en dernier lieu, J. Shepard, « Western Approaches (900-1025) », The Camb (...)
  • 31 Berthe de Sulzbach et Marie d’Antioche. Sur les mariages de Manuel Ier Comnène, cf. P. Magdalino, (...)

13De fait, deux projets de mariage de princesses franques avec des empereurs avaient vu le jour respectivement à l’époque de Pépin III et de Charlemagne, avant son couronnement impérial28. Celui-ci a freiné les relations. Mais, à l’époque où Constantin Porphyrogénète écrit, l’empire carolingien s’est morcelé au point de disparaître, l’empire byzantin, presque au faîte de sa puissance, apparaît comme un possible arbitre de la chrétienté tandis que les divergences religieuses de l’époque iconoclaste et de celle qui a suivi se sont largement estompées. Constantin Porphyrogénète fait ici un plaidoyer pro domo : en 944, il marie en effet son fils, le futur Romain II, à Berthe (renommée Eudocie à la cour de Constantinople), fille de Hugues, duc de Provence et roi d’Italie29, et donc arrière-arrière-petite-fille de l’empereur Lothaire Ier. Un peu plus tard, une princesse liée aux empereurs régnants, Théophano30, alliée à la fois vraisemblablement à Nicéphore Phocas (963-969) et à Jean Tzimiskès (969-976), épouse en 972 Otton II, déjà couronné empereur par son père Otton Ier. Les Francs, par quoi il faut entendre tous les héritiers des États de Charlemagne, sont donc singulièrement différents de simples « nations ». Manuel Ier Comnène (1143-1180) épousera successivement deux princesses « franques31 » ; son père Jean II (1118-1143) avait, lui, épousé une princesse hongroise, dont le royaume est chrétien depuis plus d’un siècle et souvent allié de l’Empire.

  • 32 De Administrando Imperio, op. cit. n. 26, chap. 2, p. 50 ; chap. 13, p. 66.
  • 33 Le propos du livre est « d’abord en quoi chaque ἔθνος peut être de quelque aide aux Romains », ibi (...)
  • 34 Objets du chapitre 31, ibid., p. 146-152.
  • 35 Objets du chapitre 32, ibid., p. 152-160.

14La distance entre Constantinople et Kiev permet d’éviter à tout le monde de se poser la question de savoir si l’ἔθνος des Russes, qualifié ainsi dans le De Administrando Imperio32, est appelé à intégrer l’Empire. D’une façon générale et sans entrer dans tous les détails, cet ouvrage pourrait être qualifié de “livre des ἔθνη”33, car l’essentiel des peuplades qui sont présentées dans l’ouvrage sont ainsi définies. En revanche, les nations slaves christianisées, qu’elles dépendent de Rome comme les Croates34 ou de Constantinople comme les Serbes35, ne sont pas ainsi qualifiées, du moins pour celles qui sont déjà baptisées. Même si la souveraineté sur les Serbes est, sous Constantin Porphyrogénète, tout à fait théorique, ils sont considérés comme sujets de l’empereur et font donc partie de l’Empire. Les Serbes, membres théoriques de l’Empire, ne sont donc pas un ἔθνος. Il en va de même pour les Croates, dont on comprend que les Bulgares menaçaient l’indépendance. Quant aux Serbes et aux Croates non encore christianisés, l’empereur ne précise pas leur statut, mais l’existence de leurs congénères, sujets théoriques de l’Empire, fait qu’ils sont traités avec retenue.

  • 36 Vita Basilii, éd. I. Ševčenko, Chronographiae quae Theophanis continuati nomine fertur liber quo V (...)
  • 37 Voir par exemple N. G. Garsoïan, « The Problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire » (...)

15La question des nations périphériques à l’Empire se pose à nouveau dans les années qui suivent la mort de Basile II (976-1025). Les armées byzantines annexent ainsi une bonne partie de l’Arménie et font des incursions en Géorgie. La comparaison avec les Bulgares pourrait tenter, mais elle n’est pas valide. D’abord, Arméniens et Géorgiens sont christianisés depuis fort longtemps. Au reste, en écrivant la vie de son grand-père Basile Ier (867-886), Constantin Porphyrogénète lui invente des origines arsacides36, qui ne sont d’ailleurs pas à proprement parler arméniennes, comme on l’a souvent dit. De plus, et surtout, les Arméniens ont émigré depuis longtemps dans l’empire, où ils se sont parfaitement intégrés, notamment au niveau de l’aristocratie37. Il y a même une immigration de masse, comme en témoignent les actions menées par Alexis Comnène contre les Arméniens installés dans la région de Philippoupolis, au motif de réprimer l’hérésie monophysite ; il existait également des colonies d’Arméniens en Italie méridionale. Mais, à l’intérieur de l’empire, ils ne sauraient constituer une nation.

  • 38 Constantin Porphyrogénète leur consacre deux chapitres de son De Administrando Imperio : chap. 45, (...)
  • 39 Les Géorgiens sont appelés Ibères dans les sources byzantines.
  • 40 P. Gautier, « Le typikon du sébaste Grégoire Pakourianos », Revue des études byzantines, 42 (1984) (...)

16Ce qu’on ne peut dénier, particulièrement aux Géorgiens38, c’est un fort esprit de corps et un certain particularisme, avec des aspects contradictoires. Le monastère athonite d’Iviron39 se forme par une sécession de Lavra sur une base ethnique (au sens moderne) et linguistique en 978. Mais l’exemple le plus célèbre, en tout cas le plus éloquent, est celui de Grégoire Pakourianos. Arrivé de Géorgie avec une troupe de cavaliers dans les années 1060 pour combattre au service de l’Empire, il se montre particulièrement fidèle à la monarchie, surtout après le coup d’État d’Alexis Comnène (1081-1118), auquel il a participé. Il devient ainsi Grand Domestique des Scholes d’Occident et combat efficacement Normands et Petchénègues pour le compte de l’Empire ; à tel point qu’il tombe au combat contre ces derniers, à vrai dire accidentellement, son cheval l’ayant conduit tout droit dans un arbre. Auparavant, il a fondé à Pétritzos, aujourd’hui Bačkovo en Bulgarie, dans les premiers défilés du Nord des Rhodopes, un monastère de la Théotokos destiné à constituer une maison de retraite pour ses compagnons. Cet officier supérieur byzantin réserve son monastère aux seuls Géorgiens, en excluant expressis verbis les Grecs, bavards et querelleurs. Ajoutons que Grégoire Pakourianos est un bel exemple de mixité ethnique : sa mère étant probablement arménienne, l’arménien est sa langue maternelle ; il sait l’écrire, car il signe en lettres arméniennes le typikon (charte de fondation) de son monastère, attesté en deux langues, le grec pour l’administration, la publicité et la conservation dans une église de Constantinople, le géorgien pour être lu au réfectoire. En revanche, l’existence d’une version arménienne n’est nullement certaine. Or, dans le typikon de 1083, il explique que la fondation est faite dans un village donné par l’empereur en reconnaissance du sang versé par Pakourianos et ses compagnons en combattant les « ennemis de la divine Croix et de la Romanie ». Plus loin, Pakourianos explique qu’il s’est battu contre les Petchénègues car ceux-ci « attaquaient non seulement la Romanie, mais encore toute la race (γένος) des chrétiens40 ». La notion d’État, que nous allons revoir, est ici bien présente et ce haut fonctionnaire militaire byzantin assume parfaitement lui appartenir.

  • 41 P. Gautier, « Réquisitoire du patriarche Jean d’Antioche contre le charisticariat », Revue des étu (...)
  • 42 Ibid., l. 581-587, p. 129. Pour les Francs, voir note suivante.
  • 43 La situation a grandement évolué depuis Constantin Porphyrogénète et le traitement particulier acc (...)

17Notons d’ailleurs que, à la même époque, dans son célèbre discours contre la concession de monastères à des laïcs41, le patriarche Jean l’Oxite d’Antioche utilise la même notion. Dans la péroraison de son discours, il explique que ce mal « domine depuis si longtemps la Romanie et la cité des chrétiens », poussant Dieu à exciter contre l’Empire « tantôt le peuple sauvage et très impie des Turcs qui pillent les régions de l’Orient, tantôt le peuple des Petchénègues, des Coumans et des Francs qui dévastent les régions de l’Occident42 » sans toutefois le laisser les détruire. Là encore, il s’agit bien de la Romanie comme entité politique, identique à ses yeux à la cité (πολιτεία) des chrétiens, Francs non compris, remarquons-le au passage ; mais les Francs sont ici les Normands43.

  • 44 Anne Comnène, Alexiade, VIII, 5, 8, éd. B. Leib, t. 2, Paris, 1943 (Collection des universités de (...)
  • 45 De Administrando Imperio, op. cit. n. 26, p. 48.
  • 46 Ibid., chap. 2-8, op. cit. n. 26, p. 48-56.

18Défendre le territoire contre les Petchénègues était une des préoccupations d’Alexis Comnène, décrite avec enthousiasme par sa fille Anne, dont le récit se termine ainsi : « On put alors contempler un spectacle nouveau : tout un peuple (ἔθνον ὅλον), non pas très nombreux mais proprement innombrable, avec femmes et enfants, fut complètement exterminé en un seul jour. C’était en avril, le vingt-neuvième jour, et le troisième de la semaine », en l’occurrence le mardi 29 avril 109144. Anne Comnène nous confirme que les Petchénègues formaient bien une nation, un ἔθνος. Ceux-ci occupaient déjà le chapitre 37 du De Administrando Imperio, ouvrage dans lequel ils apparaissent à de nombreuses reprises sous la forme Πατζικανιταῖ, puisqu’on les retrouve dans le nombre record de quinze autres chapitres. De façon significative, l’ouvrage supposé transmettre au futur Romain II (959-963) les préoccupations diplomatiques de son père s’ouvre sur un chapitre intitulé « sur les Petchénègues et sur tous les avantages que l’on tire à ce qu’ils soient en paix avec l’empereur des Romains45 ». Et les chapitres 2 à 8 traitent des relations entre les Petchénègues et respectivement les Russes, les Turcs, Russes et Turcs ensemble, les Bulgares, les Chersonites, ainsi que la façon de les faire surveiller par des agents venus de Cherson ou venus par bateau de Constantinople pour remonter le Danube, le Dniepr et le Dniestr46. Bref, Alexis Comnène met fin à la menace d’une nation qui inquiétait déjà fortement deux siècles auparavant.

  • 47 Par exemple, dans le chrysobulle de mai 1086 par lequel Alexis Ier Comnène donne un village à Léon (...)

19Ajoutons que dans l’armée byzantine, on fait la distinction entre les contingents formés de Byzantins et ceux formés chacun d’un peuple étranger. Lorsque l’empereur accorde à un contribuable une exemption de certaines levées en argent ou en nature en faveur d’un contribuable, il précise quels étaient les contingents bénéficiaires de ces levées et classe séparément les contingents romains et les contingents étrangers (ἐθνικοί)47.

20Ainsi donc, à la fin du xie siècle, la perspective de départ n’a pas beaucoup changé aux yeux des Romains. Soit on est dans l’Empire, soit on est une nation. L’Empire est au-dessus des nations, géré par un empereur isapostolos, donc supposé, comme les Apôtres, aller et enseigner toutes les nations pour les baptiser, ce que traduit bien la façon de traiter différemment la partie des nations non baptisée de celle qui est baptisée, officiellement intégrée à l’Empire, tandis que celle qui ne l’est pas n’est plus qualifiée d’ἔθνος. Pour autant, le réalisme l’emporte, comme le montre l’attitude adoptée envers les Francs et la discrétion adoptée envers les Russes, certes devenus chrétiens en 988 mais trop éloignés pour que l’on puisse songer à les faire entrer de façon autre que symbolique dans l’œkoumène chrétien de l’empereur des Romains, titulature qui est en soi un programme politique, mais qui n’apparaissait pas lorsqu’il énumérait les nations vaincues pour les incorporer réellement ou symboliquement à l’Empire.

  • 48 Ibid., no 55, p. 282-287, l. 49-57. L’utilisation de Ῥωμανία dans les sources historiographiques b (...)

21Examinons enfin une évolution sémantique notable sous la plume même de la chancellerie impériale. Dans un chrysobulle accordé en 1102 par Alexis Ier Comnène au monastère de Lavra, l’empereur accorde au monastère pour quatre navires jaugeant 6 000 modioi l’exemption de taxes et de réquisitions pour le service de l’État, qualifié de Romania (Ῥωμανία) ; et les moines ne devront subir aucun dommage de la part non seulement des fonctionnaires, mais aussi, dit l’empereur, « d’aucun homme de ma grandeur impériale, ni personne de ceux qui appartiennent à un peuple étranger ou romain (οὔ τις τῶν ἀπὸ ἐθνικοῦ ἢ ῥωμαϊκοῦ λαοῦ)48 ». Là encore, même si cette appellation géographique de Romanie est d’une certaine façon une limitation de l’universalité, une personne est donc bien soit romaine soit étrangère, appartenant à une autre nation.

22Bref, l’idéologie politique de l’Empire byzantin est pour l’essentiel simple : il y a l’Empire des Romains et les autres. Ceux qui sont dans l’empire, quelle que soit leur origine, appartiennent au peuple romain ; les autres sont des ἐθνικοί, des gens, « des peuples ». Cela n’entraîne pas forcément d’hostilité, mais à l’évidence une altérité. Mais cette simplicité toute théorique connaît bien des variations qui mériteraient assurément une étude plus approfondie.

Notes

1 Matt. 28, 19 : πορευθέντες οὖν μαθητεύσατε πάντα τὰ ἔθνη.

2 Teodoricoe i goti tra Oriente e Occidente, éd. A. Carile, Ravenne, 1995.

3 Grégoire de Tours, Libri Historiarum X, II, 38, éd. B. Krusch, Hanovre, 1951 (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, I-1), p. 88-89 : Igitur ab Anastasio imperatore codecillos de consolato accepit, et in basilica beati Martini tunica blattea indutus et clamide, inponens vertice diademam. Sur la cérémonie et le titre de patrice associé au consulat honoraire en cette circonstance, cf. R. Mathisen, « Clovis, Anastase et Grégoire de Tours : Clovis, patrice et roi », Clovis, histoire et mémoire, 1. Clovis et son temps, l’événement, éd. M. Rouche, Paris, 1997, p. 395-408.

4 Constitution Omnem (16 décembre 533), Corpus Juris Civilis, I, Justiniani Digesta 13, éd. Th. Mommsen, P. Krueger, Hildesheim, 2000, p. 10-12 ; Constitution Tanta (16 décembre 533), ibid., p. 13-24. La première est adressée aux jurisconsultes qui ont compilé l’ouvrage, la seconde au Sénat et, expression notable par son pluriel, « à tous les peuples » (ad Senatum et omnes populos) ; la plus ancienne traduction grecque, quasi contemporaine, s’adresse, outre le Sénat, « au peuple et à toutes les cités de notre oikoumène ».

5 Corpus Juris Civilis, III, Novellae 13, éd. R. Schoell, G. Kroll, Hildesheim, 2000, p. 701-703. L’Authenticum est une traduction juxtalinéaire en latin des novelles promulguées en grec destinée à l’enseignement, quasi contemporaine des lois. La titulature, perdue dans les manuscrits grecs des novelles, ne nous est connue que par la traduction latine.

6 H. Ahrweiler, « L’Asie Mineure et les invasions arabes, vie-ixe siècles », Revue historique, 227 (1962), p. 1-32, repris dans Ead., Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres, 1971 (Variorum Collected Studies Series, 5), no IX.

7 C. Foss, « The Persians in Asia Minor and the End of Antiquity », English Historical Review, 90 (1975), p. 721-747, repris dans Id., History and Archaeology of Byzantine Asia Minor, Aldershot, 1990 (Variorum Collected Studies Series, 315), no XII.

8 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Leipzig, 1883, p. 232, pour l’année 557-558. C’est alors un peuple inconnu, qui se distingue par la coiffure, mais qui « pour le reste, était comme les autres Huns ».

9 Nicéphore, Histoire brève, éd. C. Mango, Nikephoros, Patriarch of Constantinople, Short History, Washington, D. C., 1990 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 13), c. 10, p. 50 (en 623). Par la suite, ils sont qualifiés simplement de « les Avars ».

10 Éd. P. Lemerle, Les plus anciens recueils des miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Slaves dans les Balkans, 2 vol., Paris, 1979-1981.

11 Nicéphore fait de même : sous Constantin IV (668-685), il nous décrit comment les Bulgares « dominaient les peuples (ἔθνοι) slaves voisins » : Histoire brève, op. cit. n. 9, c. 36, p. 90. Sous Justinien II, durant le premier règne de ce dernier (685-695), les Slaves font leur jonction avec les Arabes : « Le peuple (λαός) des Slaves », qualifié de « particulier », « se joignit aux Arabes », ibid., c. 38, op. cit. n. 9, p. 94.

12 Miracles de saint Démétrius, op. cit. n. 10, t. 1, p. 175.

13 P. Lemerle, « La chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire », Revue des études byzantines, 21 (1963), p. 5-43, repris dans Id., Essais sur le monde byzantin, Londres, 1980 (Variorum Collected Studies Series, 115), no II.

14 Lemerle, Les plus anciens recueils des miracles…, op. cit. n. 10, t. 1, p. 214.

15 Ibid., t. 1, p. 215.

16 Ibid., t. 2, p. 32.

17 Nicéphore, Histoire brève, op. cit. n. 9, p. 92.

18 Ibid., p. 98.

19 Ibid., p. 116.

20 Ibid., p. 120.

21 Ibid., p. 130.

22 G. Ostrogorsky, « The Byzantine Emperor and the Hierarchical Order of the World », The Slavonic and East European review, 35 (1956), p. 1-14.

23 Théophane Continué, VI, 23, éd. E. Bekker, Bonn, 1838 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 414 ; Jean Skylitzès, Synopsis Historiarum, éd. H. Thurn, Berlin, 1973 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 5), p. 223-224.

24 Constantin Porphyrogénète, De Cerimoniis Aulae Byzantinae, éd. et trad. A. Vogt, Le Livre des Cérémonies, t. 1, Paris, 1953 (Collection des Universités de France), c. 27, p. 101-105.

25 Mise au point sur cette politique et ses limites dans Le monde byzantin, 2. L’Empire byzantin (641-1204), éd. J.-Cl. Cheynet, Paris, 2006 (Nouvelle Clio), p. 457-458.

26 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, éd. G. Moravscik, trad. angl. R. J. H. Jenkins, Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, Washington, D. C., 1967 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 1).

27 Ibid., chap. 13, p. 70.

28 Gisèle, file de Pépin III, fiancée à Léon IV en 765 (A.-M. Helvétius, « Pour une biographie de Gisèle, sœur de Charlemagne, abbesse de Chelles », à paraître), et Rotrude (Erythro), fiancée à Constantin VI de 781 à 787 : Prosopographie der mittel-byzantinischen Zeit, 1. 861-867, éd. F. Wikelmanns, R.-J. Lilie, Cl. Ludwig, T. Pratsch, Berlin/New York, 1999, no 1166, p. 510, avec références aux sources orientales et occidentales et bibliographie. S’agissant de ce dernier mariage, on ne sait pas qui l’a fait échouer, Constantin VI ayant finalement épousé la petite-fille d’un aristocrate d’Asie Mineure, après un prétendu concours de beauté. Par la suite, à en croire Théophane, op. cit. n. 8, p. 475, Charlemagne, appuyé par le pape Léon ΙΙΙ, proposa d’épouser Irène, ce dont l’entourage de celle-ci l’aurait dissuadée.

29 Constantin Porphyrogénète établit toute la généalogie de Hugues de Provence, à qui il consacre tout le chapitre 26 du De Administrando Imperio, terminant par Berthe, qui adopta le nom d’Eudocie en mémoire de la grand-mère de Constantin : De Administrando Imperio, op. cit. n. 26, chap. 26, p. 108-112. Théophane Continué, op. cit. n. 23, p. 430 et Skylitzès, op. cit. n. 23, p. 231 mentionnent également ce mariage. Hugues (Ougôn en grec) est qualifié de roi de Francie.

30 Sur cette politique, voir en dernier lieu, J. Shepard, « Western Approaches (900-1025) », The Cambridge History of Byzantium, éd. Id., Cambridge, 2008, p. 546-553.

31 Berthe de Sulzbach et Marie d’Antioche. Sur les mariages de Manuel Ier Comnène, cf. P. Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos, Cambridge, 1993, p. 209-217.

32 De Administrando Imperio, op. cit. n. 26, chap. 2, p. 50 ; chap. 13, p. 66.

33 Le propos du livre est « d’abord en quoi chaque ἔθνος peut être de quelque aide aux Romains », ibid., prologue, p. 44.

34 Objets du chapitre 31, ibid., p. 146-152.

35 Objets du chapitre 32, ibid., p. 152-160.

36 Vita Basilii, éd. I. Ševčenko, Chronographiae quae Theophanis continuati nomine fertur liber quo Vita Basilii Imperatoris amplectitur, Berlin, 2011 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 42), chap. 2, p. 10-12.

37 Voir par exemple N. G. Garsoïan, « The Problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire », Studies in Internal Diaspora of the Byzantine Empire, éd. H. Ahrweiler et A. E. Laiou, Washington, D. C., 1997, p. 53-124, repris dans Id., Church and Culture in Early Medieval Armenia, Aldershot, 1999 (Variorum Collected Studies Series, 648), no XIII.

38 Constantin Porphyrogénète leur consacre deux chapitres de son De Administrando Imperio : chap. 45, « sur les Ibères », op. cit. n. 26, p. 204-214 ; chap. 46, « sur la généalogie des Ibères et du kastron (ville) d’Ardanoutzi », op. cit. n. 26, p. 214-222. Aujourd’hui, Ardanuç est située en Turquie, dans le département limitrophe de la Géorgie ; cette ville fut le point de développement du royaume géorgien de T’ao K’larjeti.

39 Les Géorgiens sont appelés Ibères dans les sources byzantines.

40 P. Gautier, « Le typikon du sébaste Grégoire Pakourianos », Revue des études byzantines, 42 (1984), l. 247, p. 35 et l. 409, p. 43. Plus loin, l. 1223, p. 93, le terme est employé pour désigner, comme c’est toujours le cas dans le De Administrando Imperio, le territoire romain. Outre l’introduction de cet article, on se reportera à P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris, 1977, p. 113-191 pour l’étude du personnage et de sa fondation.

41 P. Gautier, « Réquisitoire du patriarche Jean d’Antioche contre le charisticariat », Revue des études byzantines, 33 (1975), p. 77-132. L’éditeur date le texte des années 1088-1092.

42 Ibid., l. 581-587, p. 129. Pour les Francs, voir note suivante.

43 La situation a grandement évolué depuis Constantin Porphyrogénète et le traitement particulier accordé aux Francs. Les « Francs qui dévastent les régions de l’Occident » sont sûrement les Normands, qui ont chassé l’Empire d’Italie (prise de Bari en 1071), puis envahi les Balkans en 1081. Ce qui pourrait les placer hors de l’Empire.

44 Anne Comnène, Alexiade, VIII, 5, 8, éd. B. Leib, t. 2, Paris, 1943 (Collection des universités de France), p. 143.

45 De Administrando Imperio, op. cit. n. 26, p. 48.

46 Ibid., chap. 2-8, op. cit. n. 26, p. 48-56.

47 Par exemple, dans le chrysobulle de mai 1086 par lequel Alexis Ier Comnène donne un village à Léon Képhalas, katépanô (gouverneur) d’Abydos, il exempte les paysans qui y vivent du logement des officiers des contingents tant romains qu’étrangers (ἐθνικοί), ainsi énumérés : Russes, Varangues, Koulpingues, Anglais, Francs, Allemands, Bulgares, Arabes, encore que ces appellations ethniques soient discutables en termes d’identification modernes. Actes de Lavra, 1. Des origines à 1204, éd. P. Lemerle, A. Guillou, D. Papachryssanthou, N. Svoronos, Paris, 1970 (Archives de l’Athos, 5), no 48, p. 255-259, l. 26-28. Ceci confirme un recentrage de la notion de « Romains », déjà vue chez Jean l’Oxite : pour ne pas parler des Francs, qui désignent ici tous ceux originaires en gros de ce qui constitue aujourd’hui la France, nous trouvons dans cette liste les Bulgares, qui sont alors, depuis 1018, sujets de l’empereur. D’une certaine façon, la vision universaliste se rétracte.

48 Ibid., no 55, p. 282-287, l. 49-57. L’utilisation de Ῥωμανία dans les sources historiographiques byzantines remonte au moins au vie siècle, pour désigner le territoire de l’Empire ; Constantin Porphyrogénète l’utilise à neuf reprises dans le De Administrando Imperio. La nouveauté vient ici de sa signification non plus territoriale ou d’entité politique, mais institutionnelle.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540