Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Construction et reconstruction de la nation

Les stéréotypes « nationaux »

Usages rhétoriques et systèmes de pensée dans l’Europe du xiiie siècle

“National” Stereotypes. Rhetorical Usages and Systems of Thought in the Europe of the 13th Century

Benoît Grévin

Résumé

La documentation du bas Moyen Âge permet de suivre le développement d’une pensée des stéréotypes nationaux toujours plus complexe à partir de la fin du xiie siècle. Si l’histoire de ces stéréotypes plonge ses racines dans la culture classique, biblique et patristique, tout comme dans les cultures textuelles du haut Moyen Âge, le xiiie siècle semble bien un temps d’inflexions, avec l’apparition de nouvelles formes de catalogues en rapport étroit avec la culture universitaire. La présentation d’une série de textes liés à l’enseignement et à la pratique de la rhétorique, de Paris à Bologne, de Naples à la Bohême, donnera une idée de la richesse de sources qui permettent d’aborder à nouveaux frais la question de la « rationalisation » d’une pensée des stéréotypes à mi-chemin entre rhétorique ludique universitaire et conceptualisation politique ou scientifique des nationes médiévales.

The literature of the Lower Middle Ages allows us to follow the increasingly complex development of current thinking concerning national stereotypes from the end of the 12th century. While the history of these stereotypes takes us back to classical, biblical and patristic culture as well as the textual cultures of the High Middle Ages, the 13th century seems to constitute a turning point–for it is here we find the appearance of new forms of catalogues that were closely linked to the culture of the university. The article presents a series of texts used for the teaching and practice of rhetoric from Paris to Bologna and from Naples to Bohemia. This rich cornucopia of sources allows us a fresh look at the “rationalization” of the current thinking about stereotypes. In it we find a mixture of playful university rhetoric and political and scientific conceptualizations of the medieval nationes.

Texte intégral

  • 1 Parmi les exceptions, cf. H. Walther, « Scherz und Ernst in der Völker-und Stämme-Charakteristik in (...)

1La pensée européenne des stéréotypes « nationaux » possède une longue histoire. Elle n’a pas encore été retracée dans sa totalité en ce qui concerne le Moyen Âge. Les causes de cette carence ne sont pas nécessairement au déshonneur des médiévistes. Il s’agit d’une part d’un thème de recherche dont les sources sont difficiles à répertorier, car elles peuvent surgir dans n’importe quel type de texte, même si l’on verra qu’il existe au bas Moyen Âge des « gisements » localisables de listes stéréotypiques encore sous-exploités. D’autre part, la recherche en histoire médiévale s’est efforcée depuis l’après-guerre de rejeter les conceptions anachroniques de la pensée médiévale des « nations » qui prévalaient à l’apogée des nationalismes (1870-1945), pour redécouvrir les sens multiples, généralement éloignés de la notion contemporaine, que le terme de natio et ses doublets latins et vulgaires pouvaient recouvrir au Moyen Âge. On comprend que l’examen d’une pensée des « stéréotypes » évoquant les folklores modernes des qualités et défauts « nationaux » ait pu rebuter nombre de chercheurs attachés à déconstruire la notion en l’isolant de ses anachronismes1.

  • 2 Cf. pour l’analyse d’une liste des qualités nationales du xviiie siècle dans une perspective anthro (...)

2À présent que ces malentendus sont dissipés, il semble possible de rompre avec cette prudence pour redécouvrir la complexité d’une pensée classificatoire dont la difficulté d’analyse a pour pendant la richesse et, partant, l’intérêt. La pensée des stéréotypes nationaux, quand les sources nous permettent de l’étudier (pour l’essentiel à partir du xiie siècle), ne touche en effet pas seulement à l’histoire des représentations, en prise directe avec les modes de structuration de l’espace et du politique, ainsi qu’avec l’organisation des institutions universitaires. À l’intersection entre la pensée folklorique, le jeu littéraire, la culture savante d’origine classique ou biblique et l’effort de scientificisation, cette pensée permet également de combiner une approche anthropologique souvent utilisée pour analyser les modes classificatoires2 préscientifiques avec une réflexion historique et littéraire sur l’évolution des « discours sur les nations » d’un Moyen Âge en transition vers le monde moderne. Le revers de cette richesse est une difficulté d’analyse qui ne tient pas seulement à la complexité de l’objet, mais aussi à son caractère hybride, à mi-chemin entre l’histoire et l’histoire littéraire. Au Moyen Âge comme à l’époque moderne, la pensée des nations possède en effet une dimension rhétorique : pensée de l’amplification et de l’exagération, elle oscille entre l’éloge et la dérision. C’est dans ce contexte que les sources d’enseignement rhétorique du xiiie siècle révèlent leur intérêt.

Un tournant au xiiie siècle ?

  • 3 G. J. J. Walstra, Les cinq épîtres rimées dans l’appendice des formules de Sens. Codex Parisinus la (...)
  • 4 Cf. sur ce problème D. Sansy, L’image du juif en France du Nord et en Angleterre du xiie au xve siè (...)
  • 5 Lucain, Pharsale, I, 254-256: Cimbrumque ruentem/vidimus et Martem Libyes cursumque furoris/Teutoni (...)
  • 6 Sur les actualisations des prophéties isaïennes contre les nations dans les prophéties pseudo-joach (...)
  • 7 Cf. en particulier le livre des Étymologies d’Isidore de Séville consacré aux langues et aux noms d (...)

3La « pensée stéréotypique » des « nations » n’est pas une création du bas Moyen Âge. Des traces de caractérisations dépréciatives de « peuples » définis par un ethnonyme ou par une région d’origine se rencontrent épisodiquement au haut Moyen Âge. La savoureuse mention en latin évolutif ut Escotus mentit (« il ment comme un Scot/Irlandais ! »), employée dans la correspondance de Frodebertus et Importunus, livre ainsi un reflet des stéréotypes formés à la suite de « l’invasion » du continent par les moines « scots » de tradition irlandaise au viie siècle3. Ce motif du « Scot menteur » introduit également à la problématique de la persistance de ces stéréotypes dans le temps long, puisque nous retrouverons l’association entre les Scoti et le mensonge chez Boncompagno da Signa, en 1198 (cf. infra). Il serait pourtant trompeur de renvoyer la naissance des stéréotypes du bas Moyen Âge à un lent phénomène de formation de lieux communs fondés sur la seule transmission orale et/ou folklorique. Les sources qui nous renseignent sur cette pensée classificatoire sont par définition des témoignages lettrés (si l’on met à part le cas des sources iconographiques, lesquelles concernent surtout les représentations de l’altérité physique « pré-raciste4 »). Ces sources lettrées charrient bon nombre de stéréotypes et lieux communs « territoriaux » et « ethniques » remontant en fait à l’Antiquité. Le furor teutonicus qui surgit régulièrement au bas Moyen Âge à l’évocation des Allemands a ainsi pour origine un vers de la Pharsale5. Les descriptions ethnographiques classiques (comme celle du De Bello Gallico), tout comme les listes de peuples du début de la Genèse ou les « prophéties contre les nations » isaïennes influencent les modes de pensée classificatoires6. La pensée des stéréotypes nationaux, telle qu’elle apparaît au xiiie siècle, dépend donc d’un mouvement dialectique. Des stéréotypes « modernes » apparaissent bien au cours du Moyen Âge central (parfois déjà du haut Moyen Âge), en liaison avec la (trans)formation d’identités régionales ou suprarégionales, coïncidant approximativement avec des découpages politiques et/ou linguistiques, inexistants dans l’Antiquité (Picards, Flamands, Normands, Bourguignons, en France, peuples slaves divers et Hongrois pour la Mitteleuropa, par exemple…). Mais ils sont intégrés dans une pensée des peuples plus générale, qui s’organise souvent en fonction de paramètres classificatoires hérités de différentes strates textuelles, classiques, bibliques, patristiques7. Cette pensée héritée permet notamment de poser des équivalences fonctionnelles entre les peuples de l’Antiquité et plusieurs des divisions régionales et suprarégionales médiévales (Galli = Français ; Allobroges = peuples du royaume d’Arles ; Teutonici = Allemands…), avec toutes les possibilités de combinaisons entre stéréotypes passés et récents que l’on peut imaginer. Le jeu de tensions qui caractérise la redéfinition permanente des « stéréotypes nationaux » au cours du bas Moyen Âge résulte donc en partie de l’interférence entre une pensée de type folklorique, en prise directe sur des littératures fortement oralisées et des schèmes classificatoires correspondant aux divisions régionales majeures de l’Europe féodale et postféodale d’une part, et une pensée lettrée des « races et des nations » à prétention scientifique et normative, riche de motifs divers, mais médiatisée par le temps d’autre part.

  • 8 Pour une analyse plus poussée de ces deux sources, cf. B. Grévin, « De la rhétorique des nations à (...)
  • 9 Cf. à ce sujet le nouveau témoin d’une pensée « astrale » des nations discuté infra, p. 144-145.

4Un balayage des sources du xiiie siècle suggère en quoi cette pensée des stéréotypes interfère alors dans le monde des écoles avec des réflexions qui contribuent à la complexifier. La lecture d’un ouvrage scientifique comme les Questiones de animalibus attribuées à Albert le Grand (1258), ou d’un pamphlet politique tel que le Memoriale de prerogativa imperii d’Alexander von Roes (1281) suggère comment ces stéréotypes sont alors intégrés dans différents systèmes de pensée qui les instrumentalisent8. Albert le Grand et Alexander von Roes réfutent ainsi les discours de supériorité des « Franchi/Galli » grâce à des argumentations qui vont de l’exploitation des étymologies isidoriennes à la théorie des influences climatiques sur le comportement humain. Dans le cas d’Alexander, il s’agit avant tout de retrouver les vertus propres aux trois composantes essentielles du corps politique occidental (Galli, Italici, Teutonici), dont l’ordonnancement a été déréglé par l’expansion capétienne. Dans celui d’Albert le Grand, la pensée s’ouvre à des horizons plus vastes, puisque la réflexion sur les qualités des nations est intégrée dans une présentation générale de la transformation des caractéristiques humaines en fonction des climats, allant des Éthiopiens aux hommes des pôles, en passant par les peuples slaves, germaniques et latins. Les xive et xve siècles verront une complexification ultérieure de ces discours « climatologiques » sur les qualités natives des « nationes/gentes », faisant intervenir une gamme toujours plus riche d’arguments physiques, astronomiques/astrologiques et médicaux. Encore les pertes textuelles nous cachent-elles probablement la précocité de certains de ces efforts de rationalisation de la pensée des stéréotypes nationaux9.

Un gisement textuel sous-exploité : les nations dans l’enseignement rhétorique au xiiie siècle

5Les traités scolastiques de type scientifique ou politique ne sont pas les seules sources qui permettent d’appréhender la construction d’une pensée articulée des stéréotypes nationaux au xiiie siècle. Il existe en effet un ensemble de sources « para-universitaires » qui offre nombre de témoignages encore sous-exploités. Il s’agit de textes typologiquement variés (artes dictandi, artes poetriae, exercices de style) mais qui ressortissent tous à l’enseignement de la rhétorique. L’exploitation dans ces sources de ces thématiques s’explique par une volonté pédagogique. L’utilisation des stéréotypes nationaux y participe d’une pédagogie par le rire qui vise à « accrocher » l’attention des étudiants apprenant à manier différentes formules (constructions des sentences, procédés d’amplification, emploi de colores). L’intérêt particulier pour la question des nations dans ce contexte s’explique aussi par l’importance des divisions « nationales » dans les cadres institutionnels universitaires bolonais ou parisien.

  • 10 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, c. vii, dans J. F. Hinnebusch O. P., The Historia occident (...)
  • 11 Texte de la Palma dans K. Suttner, Aus Leben und Schriften Boncompagno da Signa. Ein Beitrag zur it (...)
  • 12 Le Boncompagnus a été partiellement publié dans L. von Rockinger, Briefsteller und Formelbücher des (...)
  • 13 Cf. Geoffroy de Vinsauf, Poetria nova, v. 1008-1009, éd. Ed. Faral, Les arts poétiques du xiie et d (...)
  • 14 Cf. B. Schaller, « Der Traktat des Heinrich von Isernia De coloribus rethoricis », Deutsches Archiv (...)

6On connaît l’exemple fameux de la présentation des défauts des étudiants parisiens rangés par nations dans l’Historia Occidentalis (achevée ca 1226) de Jacques de Vitry (Anglais « coués », Français superbes, Teutons furieux, Poitevins traîtres, Bourguignons mal dégrossis, Bretons légers, Lombards avares, Romains vantards, Siciliens cruels, Brabançons sanguinaires, Flamands luxurieux…10). On peut lui associer d’autres textes dont au moins trois sont liés à l’enseignement de la rhétorique à Bologne, Naples et Prague. Le premier d’entre eux est contenu dans la Palma (1198), un traité de dictamen de Boncompagno da Signa, fameux maître de rhétorique à Bologne au tournant du xiiie siècle. Ce manuel épistolographique exploite d’une manière intensive la thématique des défauts et qualités des nations dans une présentation des différents types de clausules (phrases complexes). Sont ainsi examinées les caractéristiques d’une trentaine de « nations », correspondant à des unités régionales (Toscans, Lombards, Romains, Romagnols…) ou suprarégionales (Bohémiens, Polonais et Ruthènes pour l’Europe centrale…), européennes, africaines ou proche-orientales (Marocains, Sarrasins, Syriens, Arméniens…)11. On peut rapprocher ce texte d’une liste des coutumes funéraires de différents peuples incluse par Boncompagno dans son traité Boncompagnus (Padoue 1226-1227)12. Un témoignage plus ponctuel est représenté par deux vers de la Poetria Nova de Geoffroy de Vinsauf (actif vers 1190-1210 entre Paris, où il étudie à la fin du xiie siècle, l’Italie et l’Angleterre). La Poetria nova, ouvrage didactique versifié, était utilisée comme manuel de rhétorique. Geoffroy s’y sert brièvement de la thématique des nations pour illustrer les méthodes d’amplification de termes au moyen d’adjectifs, en qualifiant l’Angleterre de buveuse, la Normandie de vantarde et la Flandre de tisseuse (Insere sic fixum : Potatrix Anglia Textrix/Flandria ; Jactatrix Normannia…)13. Un quatrième exemple analogue est fourni par un traité sur les couleurs de rhétorique composé vers 1275 par Enrico da Isernia, un rhéteur italien formé à Naples et fondateur d’une école de rhétorique dans les faubourgs de Prague (à Vyšehrad). Pour présenter la figure de l’intellectio (synecdoque), il recourt à la même technique que Geoffroy, en parlant de la Bohême moissonneuse (?), de la France orgueilleuse, de la Grèce ordonnée et de l’Italie dominatrice (Comissans Boemia, superba Francia, disciplinata Grecia, dominatrix Ytalia14).

  • 15 Édition de ce texte dans Die kampanische Briefsammlung (Paris Lat. 11867), éd. S. Tuczek, Hanovre, (...)

7On le voit, la présentation des stéréotypes nationaux est aussi bien conditionnée par l’origine du rédacteur que par son lieu d’enseignement et son public ; l’Anglo-Normand Geoffroy se situe dans un triangle Normandie-Angleterre-Flandres, alors qu’Enrico, originaire du Molise et actif en Bohême, ordonne sa démonstration dans un carré Bohême-France-Grèce-Italie. On peut ajouter à ces textes un témoin sorti de l’obscurité en 2011. Il s’agit d’un passage d’une longue commendatio nature in creaturis, qualifiée par son auteur de « petit livre » (libellus), écrite par un élève pour que son maître puisse juger de ses progrès dans l’art de la rédaction. Le texte, anonyme, a été conservé dans une collection de dictamina (dite « collection campanienne ») pour la plupart écrits en Campanie, entre Capoue, Naples et Aversa entre 1190 et 1220. Sur la base de certains indices, il pourrait dater des années 1209-121115. Il participe de cet enseignement campanien de la rhétorique qui prend sa source au Mont-Cassin à la fin du xie siècle, et s’épanouira bientôt à Naples. Dans ce traité sur la machina mundialis, le rédacteur, immédiatement après avoir passé en revue les qualités des planètes, décrit les caractéristiques des Gaulois, des Italiens, des Teutons, des Anglais, des Grecs et des Siciliens (comprendre, des habitants du royaume de Sicile).

  • 16 P. Sambin, Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260). Lettere inedite di Giordano da Ter (...)

8Ces exemples « universitaires » ou « para-universitaires » (les écoles de rhétorique fonctionnant souvent en fait en marge de l’université) trouvent des dizaines d’échos dans les milliers de textes (dictamina) composés selon les normes de ces cultures rhétoriques dans l’Europe des xiiie et xive siècles. On trouve ainsi par exemple des allusions humoristiques à l’ivrognerie des Anglais (et des Français…) dans une correspondance facétieuse échangée par le vice-chancelier Giordano da Terracina et un notaire de la chancellerie pontificale durant l’été 126016. Il faudra encore mainte recherche pour établir un catalogue exhaustif de ces échos littéraires ou politiques. L’étude préliminaire des listes contenues dans les traités et exercices purement rhétoriques permet pour le moment d’introduire à certains aspects de cette « pensée rhétorique moyenne » des stéréotypes nationaux, telle qu’elle se révèle au début du xiiie siècle.

Les « nationes » de la Palma : pensée des nations, ethnographie et rhétorique en contexte bolonais vers 1200

  • 17 Cf. supra, n. 11 pour le lieu d’édition.

9La grande séquences des clausules de la Palma, avec sa trentaine de nations, offre à cet égard un matériau de choix. On peut résumer ses données au moyen du tableau suivant (dans l’ordre d’apparition des « nations » dans le traité17) :

10La liste est instructive à plus d’un titre. La recomposition sous forme de tableau aide à distinguer les logiques classificatoires. Boncompagno procède par grands blocs. Une première section orientale (1-6) assume des caractéristiques ethnographiques, à la limite de la caractérisation des nations. Les Arméniens et les Grecs sont barbus, Babylone (Le Caire ou Bagdad) riche, le vieux de la montagne propose son paradis terrestre, les Syriens (poulains des États croisés, ou chrétiens orientaux ?) sont adultères. Une seconde section aux contours assez peu définis (7-Afrique, Italie du Sud italo-grecque, Provences) recentre le discours sur la Méditerranée occidentale et ses défauts (11-13), mêlant les caractérisations raciales (Ethiopiens horribles) et vestimentaires (Africains nus), à la critique des habitants de l’Italie du Sud (Apulie, Calabre, Sardaigne) ou de la Provence : autant de marges de l’Italie véritable pour un Toscan actif entre l’Émilie et la Vénétie tel que Boncompagno. La troisième section (15-22, moins 21) se focalise sur l’Italie centrale et septentrionale. C’est à la fois la plus régionalisée (de la Corse à la Marche de Vérone en passant par la Romagne…), et celle où l’ambivalence dans la présentation des qualités et des défauts s’affirme avec le plus de finesse. Si les Romains sont essentiellement séditieux, et les Lombards les « sénateurs de l’Italie », Corses ou Toscans sont ainsi crédités d’un ensemble de défauts et de vertus relativement équilibré. La quatrième section (21, 23-27) s’enfonce à travers la Dalmatie et les Balkans dans l’Europe hungaro-slave, jusqu’à la Russie (Ruthènes de Galicie). La description se refait ethnographique, présentant un mélange de défauts (sauvagerie) et de qualités (physiques : les Bohémiens sont superbes). Enfin, la cinquième section repart vers l’Europe occidentale en passant par l’Allemagne. La présentation des Français, Teutons, Anglais, Hispani et Allobroges (espace alpin, nord du royaume d’Arles) retombe dans une critique assez traditionnelle (furor teutonicus ; arrogance française, queue des Anglais…).

  • 18 Sur le motif de la queue attribuée aux Anglais ou aux juifs, cf. Grévin, « De la rhétorique des nat (...)
  • 19 Sur la structuration des nations à Bologne, cf. en particulier P. Kibre, The Nations in the Mediaev (...)

11Cette liste obéit, on le voit, à des logiques de description géographiques qui ménagent des transitions (de l’Orient à la Sicile et à l’Afrique, de la Provence et la Corse à l’Italie, de l’Italie aux pays slaves par les Balkans, des pays slaves à l’Atlantique par l’Allemagne). Elle est soumise à des torsions qui métamorphosent la teneur même du discours, passant d’une évocation quasi fabuleuse de l’Orient, de ses coutumes et de ses richesses (Inde, Babylone, vieux de la montagne) à la critique détaillée, « pré-dantesque », des coutumes des différentes régions de l’Italie du Nord (dans l’univers où se meut directement Boncompagno), tout en reprenant des stéréotypes traditionnels depuis l’Antiquité (furor teutonicus) ou bien ancrés dans l’Europe du xiiie siècle (Anglici caudati18) pour les peuples de la façade atlantique. Deux traits frappent en particulier : l’exhaustivité (de la Russie à la Corse) et l’organisation concentrique (le discours perd ou acquiert en complexité selon qu’on s’éloigne ou qu’on se rapproche de Bologne). Il ne s’agit pas d’une réflexion désincarnée, mais d’une classification qui puise son énergie dans la centralité de la plaine nord-italienne des années 1200 : Boncompagno travaille dans une ville dont le studium tend alors à s’organiser en un réseau de quatorze nations ultramontaines (non italiennes) et quatre (plus tard trois) nations cismontaines (italiennes), dont une bonne partie recoupe cette liste19. Il séjourne par ailleurs à Venise et Ancône, au contact des marchands et marins sillonnant le monde méditerranéen. La vigueur de cette pensée des stéréotypes nationaux doit être certainement mise en relation avec les statuts du studium bolonais du xiiie siècle interdisant de changer quoi que ce soit au nom ou au nombre des nations universitaires. La rhétorique des stéréotypes « nationaux » rencontre ici une culture institutionnelle dont les réseaux « nationaux » forment une part essentielle. Le comique estudiantin recouvre donc, comme chez Jacques de Vitry, des enjeux et des tensions qui sont tout sauf anecdotiques. Autant que Paris, Bologne est un lieu précoce de (re-)définition des « nations », et la Palma livre quelques indices sur certains aspects de cette maturation progressive.

Les six « nations » du De commendatione naturae in creaturis : un exemple sud-italien précoce de classification « scientifique » des caractéristiques nationales ?

  • 20 Tuczek, Die kampanische Briefsammlung…, op. cit. n. 15, no 230, p. 238 : Ergo sicut ad naturas homi (...)

12Avec le « libelle » anonyme campanien du début du xiiie siècle, c’est un autre aspect de cette précocité italienne qui peut être envisagé. Le rédacteur de ce traité procède, dans sa description du monde, selon une logique qui rappelle certains aspects de la pensée chartraine. Il décrit les qualités de groupes d’animaux, de végétaux, des planètes, puis des nations avant d’envisager les parties du corps humain : le microcosme reflète le macrocosme. Sa classification des nations est donc implicitement intégrée dans un réseau de concordances qui renvoie au fonctionnement « naturel » de la machina mundialis. Avant de décrire les Galli perdus dans leur arrogance et dénués d’intégrité, les Itali (Italiens du Nord) dignes de la domination (quoique dominés ?), les Teutons furieux et mauvais, les Anglais pleins de sagesse comme de tromperie, les Grecs astucieux et les Siciliens lascifs, le rédacteur précise en effet que « tout comme la puissance des étoiles influence la nature et les qualités des hommes, elle attribue des mœurs variées et particulières à chaque nation20 ». Dans la liste, seuls les Siciliens sont toutefois placés explicitement sous l’invocation de Vénus (Siculi blando veneris appetitu lascivi). Cette caractérisation apparemment négative ne prend son sens véritable que si l’on tient compte de l’adresse au couple royal qui suit, laquelle a toute chance de se rapporter à des vœux de fécondité ayant accompagné le mariage du jeune Frédéric II avec Constance d’Aragon en 1209. Il est possible de faire concorder le reste de la liste avec les qualités planétaires décrites un peu plus haut, selon le schéma suivant :

Planète

Qualité

Nation

Qualité

(Luna ?)

(splendorem usurpat)

Galli

superbi, nulla integritate laudandi

(Iupiter ?)

(felici auspicio)

Itali

totius servitutis scqualore decori, regali potestate prefulgidia

Mars

bellicosus

Teutonici

furiosi ; maligni

(Saturnus ?)

(avarus)

Anglici

sapientie studiis occupati ; fraude nocentes

Mercurius

eloquentis dominatione movetur, calidos efficit et astutos

Greci

astuti

Venus

faceta ; gratie splendore splendet, libidinem sideris maiestate transmittit

Siculi

veneris appetitu lascivi

a. L’expression totius servitutis scqualore decori, regali potestate prefulgidi est peu compréhensible. L’éditrice soupçonne une corruption du texte à cet endroit. Sur les problèmes de lecture du ms. BnF lat. 11867, cf. Grévin, « La collection campanienne… », loc. cit. n. 15.

13Seule la présence d’une indication explicite (pour les Siciliens), d’un adjectif commun à la planète et au peuple (Mercure et les Grecs « astucieux ») ou encore le caractère univoque de la planète de référence (Mars) permet de postuler une équivalence avec sûreté. Dans le cas des Anglais, des Italiens du Nord et des Français, le choix des planètes tutélaires reste fragile. Quoiqu’il en soit, l’analyse du schéma esquissé par le rédacteur n’est pas sans intérêt. Le jeu est cette fois opéré dans la perspective d’un « loyalisme dynastique siculo-centrique », probablement vers 1210. Dans le contexte d’un royaume dominé par une dynastie mi-allemande, minormande, à forte minorité grecque, aux portes de l’Italie du Nord, c’est cette fois autour d’une gens/natio sicilienne placée sous le signe de la fécondité que s’organise la présentation des cinq autres gentes représentatives, anglaise, gauloise, teutonne, (nord-) italienne et grecque. Gaulois et Teutons sont franchement traités comme des repoussoirs, Grecs et Anglais reçoivent des qualifications ambiguës (les Anglais étant à la fois savants et fraudeurs, et les Grecs « astucieux »), tandis que les Italiens du Nord semblent parés de vertus qu’explique peut-être l’origine campanienne d’un rédacteur « institutionnellement » sicilien, mais culturellement proche de certains aspects de la civilisation communale de l’Italie centro-septentrionale). Quant aux Siciliens « lascifs », la description de leurs qualités sert en fait d’introduction au déroulement d’une pompeuse prière appelant la prospérité sur le (jeune ?) couple royal. L’exercice trouve donc des limites qui, comme dans la plupart des textes examinés, sont essentiellement dues à son inclusion dans un travail rhétorique dont il n’est qu’un motif. Mais ce que cette présentation peut avoir de schématique s’efface, si l’on considère que ce texte est, avec la liste de la Palma, l’un des tout premiers témoignages d’une capacité des lettrés latins médiévaux à organiser leur « discours des nations » selon des schèmes cosmographiques ou ethnographiques qui leur donnent une véritable armature conceptuelle, indépendamment des modèles bibliques, classiques ou patristiques. La pensée des « stéréotypes nationaux » a indubitablement une dimension ludique. Elle doit pourtant être prise au sérieux, car elle a beaucoup à nous dire sur les nations médiévales.

Notes

1 Parmi les exceptions, cf. H. Walther, « Scherz und Ernst in der Völker-und Stämme-Charakteristik in mittellateinischen Verse », Archiv für Kulturgeschichte, 41/1 (1971), p. 263-301 ; A.-M. Bautier, « Peuples, provinces et villes dans la littérature proverbiale latine du Moyen Âge », Richesse du proverbe I. Le proverbe au Moyen Âge, éd. F. Suard, C. Buridant, Villeneuve d’Ascq, 1984, p. 1-22.

2 Cf. pour l’analyse d’une liste des qualités nationales du xviiie siècle dans une perspective anthropologique J. Goody, La raison graphique, Paris, 1977, p. 255-258.

3 G. J. J. Walstra, Les cinq épîtres rimées dans l’appendice des formules de Sens. Codex Parisinus latinus 4627, fol. 27v-29r. La querelle des évêques Frodebert et Importun (an 665/666), Leyde, 1962, lettre v, p. 80.

4 Cf. sur ce problème D. Sansy, L’image du juif en France du Nord et en Angleterre du xiie au xve siècle, thèse inédite, université Paris X-Nanterre, 1994.

5 Lucain, Pharsale, I, 254-256: Cimbrumque ruentem/vidimus et Martem Libyes cursumque furoris/Teutonici…

6 Sur les actualisations des prophéties isaïennes contre les nations dans les prophéties pseudo-joachimites en circulation au xiiie siècle, cf. textes dans O. Holder-Egger, « Italienische Prophetien des 13. Jahrhunderts », Neues Archiv für Erforschung des Mittelalters, 15 (1890), p. 141-178 ; 30 (1905), p. 321-386 ; 33 (1908), p. 95-187.

7 Cf. en particulier le livre des Étymologies d’Isidore de Séville consacré aux langues et aux noms des nations (Etymologiae, IX, 1-2), Isidore de Séville, Les Étymologies. Livre IX. Les langues et les groupes sociaux, éd. et trad. M. Reydellet, Paris, 1984.

8 Pour une analyse plus poussée de ces deux sources, cf. B. Grévin, « De la rhétorique des nations à la théorie des races. L’influences des théories scientifiques sur la pensée des stéréotypes nationaux à partir du xiiie siècle », article consultable en ligne sur le site du Groupe d’anthropologie scolastique (http://gas.ehess.fr/docannexe.php?id=107).

9 Cf. à ce sujet le nouveau témoin d’une pensée « astrale » des nations discuté infra, p. 144-145.

10 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, c. vii, dans J. F. Hinnebusch O. P., The Historia occidentalis of Jacques de Vitry. A Critical Edition, Fribourg, 1972, p. 92.

11 Texte de la Palma dans K. Suttner, Aus Leben und Schriften Boncompagno da Signa. Ein Beitrag zur italienischen Kulturgeschichte im dreizehnten Jahrhundert, Fribourg-en-Brisgau/Leipzig, 1894, pour le passage concerné p. 121-123. Sur l’œuvre de Boncompagno, cf. V. Pini, « Boncompagno da Signa », Dizionario Biografico degli Italiani, 11, Rome, 1969, p. 720-725 ; le passage « ethnographique » de la Palma est commenté par P. Garbini, « La “Geografia” di Boncompagno da Signa », Fra Roma e Gerusalemme nel Medioevo : paesaggi umani ed ambientali del pellegrinagio meridionale. Atti del Congresso Internazionale di Studi, 2-29 ottobre 2000, éd. M. Oldoni, Salerne, 2005, p. 769-770.

12 Le Boncompagnus a été partiellement publié dans L. von Rockinger, Briefsteller und Formelbücher des eilften (sic) bis vierzehnten Jahrhunderts, 1, Munich, 1863, p. 128-174. Passage ethnographique, p. 141-143.

13 Cf. Geoffroy de Vinsauf, Poetria nova, v. 1008-1009, éd. Ed. Faral, Les arts poétiques du xiie et du xiiie siècles. Recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen Âge, Paris, 1924, p. 194-262. Sur la Poetria nova, cf. J.-Y. Tilliete, Des mots à la parole. Une lecture de la Poetria nova de Geoffroy de Vinsauf, Genève, 2000.

14 Cf. B. Schaller, « Der Traktat des Heinrich von Isernia De coloribus rethoricis », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 49 (1989), p. 113-153, ici p. 149.

15 Édition de ce texte dans Die kampanische Briefsammlung (Paris Lat. 11867), éd. S. Tuczek, Hanovre, 2010, no 230, p. 320-332 (liste ethnographique, p. 328). Commentaire sur la datation possible de ce libellus’dans B. Grévin, « La collection campanienne (Paris, BnF, lat. 11867). Réflexions sur la méthodologie d’édition des proses rythmées de la fin du Moyen Âge », Archivum Latinitatis Medii Aevi, 69 (2011), p. 237, n. 25.

16 P. Sambin, Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260). Lettere inedite di Giordano da Terracina e di Giovanni da Capua, Rome, 1955, texte no 2, p. 22-24 : « [locus] a desiderabili tamen vitalis vini copia, frementibus Anglicis et stridentibus Gallicis, est penitus alienus », et plus loin allusion aux Bretons et aux Éthiopiens.

17 Cf. supra, n. 11 pour le lieu d’édition.

18 Sur le motif de la queue attribuée aux Anglais ou aux juifs, cf. Grévin, « De la rhétorique des nations… », loc. cit. n. 8, p. 3 ; C.-V. Langlois, « Les Anglais du Moyen Âge d’après les sources françaises », Revue historique, 52 (1893), p. 298-315 ; P. Savy, « Les Juifs ont une queue. Sur un thème mineur de la construction de l’altérité juive », Revue des études juives, 166 (2007), p. 117-150.

19 Sur la structuration des nations à Bologne, cf. en particulier P. Kibre, The Nations in the Mediaeval Universities, Cambridge, Mass., 1948, en particulier p. 9-11. Parmi les quatorze nations « ultramontaines » et les quatre italiennes du début du xiiie siècle, dix ont des pendants dans la Palma. Bologne est déjà ouverte aussi bien sur la Mitteleuropa germano-hungaro-slave que sur l’Europe du Nord-Ouest et le bassin méditerranéen.

20 Tuczek, Die kampanische Briefsammlung…, op. cit. n. 15, no 230, p. 238 : Ergo sicut ad naturas hominum et qualitatem stellarum potestas operatur, sic et in singulis gentibus varios mores et singulares asscribit.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540