Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Construction et reconstruction de la nation

Nation, identité, communauté ?

Quelques réflexions sur la littérature anglaise des xive et xve siècles

Nation, Identity, Community? Some Thoughts on the English Literature of the 14th and 15th Centuries

Aude Mairey

Résumé

Les débats sur l’identité de la nation anglaise à la fin du Moyen Âge sont porteurs de nombreuses controverses. Ils concernent notamment la langue et la littérature au sens large, en rapport avec le développement de l’anglais comme langue écrite et intellectuelle, mais dans un environnement marqué par le multilinguisme (latin-français-anglais). Dans ce cadre, l’identification d’une langue et d’une nation apparaît, en Angleterre, particulièrement problématique et un retour aux textes semble plus que jamais nécessaire. L’analyse de textes littéraires, politiques, didactiques ou historiques montre que le terme de « nation » est très peu employé. En revanche, les termes relevant de la notion de communauté sont de plus en plus fréquents et, dans la seconde moitié du xve siècle, une communauté anglaise est clairement identifiable dans ces textes et tend à constituer une culture spécifique que l’on peut sans doute, à l’extrême fin de la période, qualifier de nationale.

Discussions of the identity of the English nation at the end of the Middle Ages were rife with controversy. They especially concerned the language and the literature in the widest sense. At this point in time English was developing into an intellectual and written language within the context of a multilingual (Latin-French-English) environment. In such a context, it becomes problematic to identify a language with a nation, making it necessary to re-examine the texts. Analysis of the literary, political, didactic and historical texts shows that the term “nation” was seldom used. On the other hand we find an increasing use of terms referring to the idea of community. In the second half of the 15th century the texts show us a clearly identifiable English community which went to make up a specific culture that, right at the end of this period, can doubtless be called national.

Texte intégral

  • 1 B. Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres, (...)
  • 2 Ibid. Voir également H. Kohn, Nationalism : Its Meaning and History, Princeton, 1955.
  • 3 Voir notamment le récent ouvrage Cultural Reformations. Medieval and Renaissance in Literary Histor (...)

1Les débats sur l’existence et sur l’identité de la nation anglaise à la fin du Moyen Âge ont été, et sont toujours, porteurs de nombreuses controverses. Ils s’articulent avec des discussions nourries sur les notions d’englishness et de britishness, notamment dans le triple contexte de la conquête normande, des entreprises de conquête et/ou de colonisation des autres parties des îles Britanniques, et de la guerre de Cent Ans. La plupart des questionnements récents des médiévistes anglophones partent de la définition de la nation que donne Benedict Anderson dans son célèbre ouvrage Imagined Communities (1991) : « Une communauté politique imaginée – et imaginée à la fois comme limitée et souveraine, de manière inhérente1. » Si ces médiévistes s’en sont beaucoup inspirés, ils critiquent aussi régulièrement Anderson, dans la mesure où, pour ce dernier, la nation n’a pu apparaître qu’au xviiie siècle et constitue un phénomène intrinsèquement moderne, puisque le Moyen Âge serait uniquement dominé par l’universalisme chrétien2. En ce sens, les débats sur la possibilité de l’existence de la nation au Moyen Âge portent donc aussi sur l’épineuse question de la modernité et de la périodisation de cette dernière. Or, ces derniers aspects constituent également, dans l’historiographie anglophone actuelle, des nœuds importants de réflexion3.

  • 4 Concepts of National Identity in the Middle Ages, éd. S. Forde, L. Johnson, A. V. Murray, Leeds, 19 (...)
  • 5 J. Gillingham, The English in Twelfth-Century: Imperialism, National Identity and Political Values,(...)
  • 6 P. Crooks, « State of the Union : Perspectives on English Imperialism in the Late Middle Ages », Pa (...)

2Depuis la parution de l’ouvrage d’Anderson, donc, on assiste à une petite floraison d’études qui tentent de définir ce qu’aurait pu être la nation anglaise au Moyen Âge ; parmi d’autres, citons deux recueils importants, Concepts of national identity in the Middle Ages (1995) et Imagining a Medieval English Nation (2004)4 ; ou encore les travaux de John Gillingham ou d’Alfred Smyth5. La question des « origines » de la nation est évidemment très discutée : pour certains, on peut voir se dessiner les prémices d’une nation anglaise dès la période anglo-saxonne, à partir de la fin du ixe siècle ; pour d’autres, les origines seraient plutôt à placer au xiie siècle, après la conquête normande ; pour d’autres enfin, les deux derniers siècles du Moyen Âge sont la période centrale pour la constitution d’une « nation » anglaise. Ces questionnements sur la nation et ses origines sont parfois reliés à une réflexion sur les relations houleuses des Anglais avec les autres habitants des îles Britanniques – Gallois, Écossais, Irlandais – ainsi qu’avec le continent. Ils s’articulent donc avec une double réflexion, d’une part sur les notions d’empire et d’impérialisme, d’autant que, récemment, Peter Crooks a relancé le débat sur la question d’un « empire anglais » à la fin du Moyen Âge6 ; et d’autre part sur les notions d’identités, dans la mesure où la notion même d’identité anglaise, étant donné les apports différents issus des « invasions » successives (Anglo-Saxons, Danois, Normands…), est évidemment complexe.

  • 7 K. Lavezzo, Angels on the Edge of the World: Geography, Literature and English Community, 1000-1534 (...)

3Pour la fin du Moyen Âge, l’éditrice du recueil Imagining a Medieval English Nation, Kathy Lavezzo, qui a également écrit un ouvrage important sur les représentations de l’espace de l’Angleterre à la fin du Moyen Âge7, résume le programme de ces recherches pour ce qui concerne spécifiquement les éléments internes de la constitution d’une « nation anglaise » sur lesquels je me concentrerai dans les pages qui suivent :

  • 8 Imagining a Medieval English Nation, op. cit. n. 4, p. xviii.

Il est essentiel de considérer la manière dont une variété de phénomènes a œuvré concomitamment pour permettre d’imaginer une nation anglaise à la fin du Moyen Âge. Insérer le problème du nationalisme dans les études médiévales anglaises impliquerait ainsi d’explorer les conceptions d’une communauté anglaise au sein de nombreux domaines culturels et politiques, tels que la loi (le développement de la Common law), l’Église (Wyclif, l’ecclesia anglicana, le nationalisme monastique), le scriptorium (l’historiographie nationale, la montée du vernaculaire), le militaire (le sentiment anglais et la guerre de Cent Ans) et la cour (le culte d’Arthur, le fin amor anglais)8.

4Elle appelle donc à une appréhension globale du phénomène, qui paraît effectivement indispensable. Notons toutefois qu’elle introduit là un terme encore plus problématique que celui de nation, le nationalisme, dont les connotations contemporaines rendent, me semble-t-il, l’usage malaisé.

  • 9 Th. Turville-Petre, England the Nation. Language, Literature, and National Identity, 1290-1340, Oxf (...)

5Cela dit, la langue et la littérature tiennent évidemment une place essentielle dans cette approche globale et dans les débats historiographiques, et d’abord en rapport avec le développement de l’anglais comme langue écrite et intellectuelle à partir de la seconde moitié du xiiie siècle. En 1996, Thorlac Turville-Petre a montré l’existence d’un lien fort entre l’affirmation de l’anglais et celui d’un nationalisme – là encore – au tournant des xiiie et xive siècles, en s’appuyant sur un certain nombre de textes écrits en anglais durant cette période, en particulier les œuvres de Robert Mannyng († ca. 1338), auteur d’une chronique et d’un manuel dévotionnel9. Sans même entrer dans les détails de l’interprétation des textes et des manuscrits qu’il a utilisés, cette affirmation est problématique car il semble ne pas faire de distinction entre nationalisme, sentiment national et identité nationale, ce qui n’est évidemment pas tout à fait la même chose.

  • 10 D. Speed, « The Construction of the Nation in Medieval English Romance », Readings in Medieval Engl (...)
  • 11 Sur ce point, voir par exemple N. Saul, For Honour and Fame. Chivalry in Medieval England, 1066-150 (...)

6D’autres auteurs, telle Diane Speed, sans employer le terme de nationalisme, ont cependant tenté de montrer, en s’inspirant d’analyses portant sur la période moderne ou contemporaine, que certains romans appartenant à la « matière d’Angleterre », tel Havelok the Dane, probablement composé à l’extrême fin du xiiie siècle, constituent bien une littérature nationale anglaise10. Mais c’est sans aucun doute la littérature arthurienne, de Geoffrey de Monmouth à Thomas Malory, qui a fait l’objet des attentions les plus soutenues, notamment dans le cadre de la « récupération » d’Arthur par Édouard Ier à la fin du xiiie siècle, puis par Édouard III au xive siècle11. Patricia Ingham et Felicity Riddy ont largement insisté sur l’importance de la littérature arthurienne pour la constitution d’une nation, sans négliger toutefois le fait que le mythe arthurien est un lieu de tension dans les îles Britanniques, du fait de ses racines galloises. Felicity Riddy souligne en effet que :

  • 12 F. Riddy, « Reading for England : Arthurian Literature and national consciousness », Bibliographica (...)

L’histoire arthurienne, dans les textes historiques et les romans […], a traversé les frontières culturelles créées par l’imbrication du langage, de la géographie, du genre, de la vocation et de la classe, et a offert une sorte d’unité culturelle dans la vision d’un passé national partagé. Les lecteurs arthuriens, plus que tous les autres, peuvent être considérés comme lisant pour l’Angleterre : les textes arthuriens, en un sens, créent une nation12.

  • 13 Voir M.-F. Alamichel, « Brutus et les Troyens, une histoire européenne », Revue belge de philologie (...)
  • 14 Voir L. M. Matheson, The Prose Brut : The Development of a Middle English Chronicle, Temple, Ariz., (...)

7Mais la littérature arthurienne soulève un point crucial, tout comme d’ailleurs les textes présentant le mythe de la fondation troyenne de l’Angleterre incarné par le petit-fils d’Énée, Brutus13, et plus largement les chroniques anglaises : tous les textes arthuriens ne sont pas écrits en anglais, loin de là, de même que la chronique d’Angleterre la plus populaire, le Brut, a d’abord été écrite en français (à la fin du xiiie siècle) et n’a été traduite que relativement tard en anglais (à la fin du xive siècle)14. Ces textes soulèvent donc le problème de l’adéquation entre une langue et une nation.

  • 15 Voir A. Mairey, « Multilinguisme et code-switching en Angleterre à la fin du Moyen Âge. Approche hi (...)
  • 16 Pour une synthèse récente en français, voir C. Fletcher, « Langue et nation en Angleterre à la fin (...)
  • 17 Voir Language and Culture in medieval Britain : The French of England, c. 1100-c. 1500, éd. J. Woga (...)
  • 18 Voir notamment J. Fisher, The Emergence of Standard English, Lexington, 1996 ; B. Cottle, The Trium (...)
  • 19 A. Butterfield, The Familiar Enemy : Chaucer, Language and the Nation in the Hundred Years War, Oxf (...)

8Ce problème préoccupe aujourd’hui un certain nombre de littéraires et d’historiens, dans la mesure où des travaux récents sur le multilinguisme de l’Angleterre médiévale ont effectivement montré que cette identification d’une langue et d’une nation y était alors problématique15. De fait, Kathy Lavezzo, on l’a vu, cite « la montée du vernaculaire », l’anglais en l’occurrence, comme un des éléments significatifs de la constitution d’une nation anglaise durant cette période. Or, si l’anglais prend de fait une importance croissante, surtout à partir de la fin du xive et au xve siècle, pour des raisons qui restent d’ailleurs discutées16, l’autre vernaculaire du royaume depuis la conquête de 1066, le français, reste essentiel jusqu’à la fin de la période17. Cela a conduit certains spécialistes, en particulier Ardis Butterfield, à contester, au moins dans une certaine mesure, les travaux sur la nation anglaise, et en particulier ceux qui sont fondés sur un hypothétique « triomphe de l’anglais », que ce soit dans le domaine littéraire ou institutionnel, au détriment du français18. Car ce dernier est paradoxalement tout aussi constitutif de la culture anglaise, même si cela provoque de plus en plus de tensions dans le cadre de la guerre de Cent Ans19.

9On le voit, donc, les débats sont loin d’être tranchés et, comme souvent un retour aux sources et à leur lexique paraît d’autant plus nécessaire. Qu’en est-il, par exemple, dans la littérature politique en langue anglaise de la fin du Moyen Âge, qui constitue alors un champ très important de l’expression d’un dialogue politique, ainsi qu’un champ essentiel du développement de l’anglais à l’ombre de la figure tutélaire de Chaucer, développement indéniable même s’il faut le considérer en rapport avec les textes composés dans les autres langues ? Je propose là le début d’une enquête, dans la mesure où la comparaison avec d’autres sources est indispensable. Deux corpus ont été retenus pour cette enquête préliminaire. Le corpus principal comprend des œuvres poétiques signées ou anonymes allant des années 1360 aux années 1470 :

  • Des poèmes allitératifs de la fin du xive et du début du xve siècle, incluant le Piers Plowman de William Langland et les poèmes dits de sa tradition.

  • Des miroirs au prince poétiques, en particulier la Confessio amantis de John Gower, le Regement of Princes de Thomas Hoccleve et, plus tardivement, l’Active Policy of a Prince de George Ashby.

  • Des textes de John Lydgate, le poète le plus prolifique du xve siècle, incluant de larges extraits de sa Fall of Princes et de nombreux poèmes composés pour des occasions variées.

  • Des poèmes de circonstances, lancastriens et yorkistes, composés tout au long du xve siècle.

  • 20 Pour le détail, voir A. Mairey, « William Caxton : auteur, éditeur, imprimeur », Cahiers de recherc (...)

10Le second corpus, de moindre ampleur et en prose, regroupe les 32 prologues et épilogues de William Caxton, premier imprimeur anglais et traducteur prolifique dans les années 1470-148020.

11Les remarques qui suivent n’ont évidemment aucun caractère exhaustif et n’ont d’autre objet que de présenter quelques pistes. En particulier, je n’aborderai pas la question de la perception de l’anglais et de ses usages par les auteurs de la période en lien avec cette question de la nation. Je me concentrerai plutôt sur les significations et les usages de quelques termes importants, afin de tenter de cerner un peu mieux la perception de l’Angleterre comme espace vécu par une communauté spécifique : la nation, le lexique des types d’espaces vécus, et le terme commune et ses dérivés.

12Qu’en est-il, tout d’abord, du terme nacion lui-même ? Dans l’ensemble du corpus principal, il n’apparaît qu’à 14 reprises. Il est toutefois intéressant de souligner qu’il est employé dans le sens général d’un peuple ou d’un pays, et non comme une catégorie particulière. Et ce n’est que dans les textes les plus tardifs, et en particulier l’Active Policy de George Ashby, que la nation qualifie l’Angleterre :

  • 21 George Ashby, Active Policy of a Prince, éd. M. Bateson, George Ashby’s Poems, Londres, 1899 (Early (...)

Maîtres Gower, Chaucer et Lydgate, premiers poètes de cette nation, [vous avez] pour toujours embelli l’anglais, premiers fondateurs, pour notre réconfort, d’un anglais doux et vivifiant, pour la formation de nouvelles balades – ce qui n’était pas le cas auparavant – par lesquelles nous pouvons tous acquérir savoir et instruction21.

13On notera, bien sûr, le lien qui est ici fait entre langue, littérature et nation… Le terme reste rare, toutefois, même à la fin du xve siècle ; il n’apparaît qu’une seule fois, au pluriel, chez Caxton. Le mot existe donc, mais n’est employé que de manière très anecdotique et, à l’exception d’Ashby, dans un sens très général.

14Mais d’autres termes définissant un espace spécifique, et en particulier l’espace anglais, apparaissent plus fréquemment dans les textes : contree (98 occurrences), lond (295), kyngdom (46), reaume (136) et bien sûr Englond (142).

Graphique 1 — La distribution des termes spatiaux

  • 22 Rappelons qu’une analyse factorielle par correspondance permet de visualiser les oppositions relati (...)

15La distribution de ces termes dans le corpus montre d’emblée que Lydgate est le poète qui les utilise le plus souvent ; surtout, Englond est employé de manière croissante dans le courant du xve siècle, alors qu’il n’apparaît que rarement dans les œuvres de la fin du xive et du début du xve siècle. Avant de revenir sur ce dernier point, précisons un peu la nature des associations de ces termes, par l’analyse de leurs cooccurrences, c’est-à-dire, pour faire simple, des mots situés dans leur environnement immédiat. Pour une visualisation plus aisée des résultats, j’ai effectué une analyse factorielle par correspondance pour le corpus principal22.

Graphique 2 — Analyse factorielle des cooccurrences des termes spatiaux

16Le premier facteur, qui montre les principales oppositions, contribue pour 32,76 % à la variance totale, ce qui signifie qu’il représente pratiquement un tiers des oppositions relatives. Les textes en opposition sont, à l’est du graphique, Piers Plowman et les poèmes du Digby 102 ; et, à l’ouest du graphique, les poèmes de Lydgate ainsi que les poèmes yorkistes. Du côté est, on trouve le terme kyngdom, surreprésenté dans les poèmes du Digby 102 ; les autres termes importants renvoient à la prospérité du royaume (richesse, hungry) et à son gouvernement (rulen, lawe). Du côté ouest, on trouve Englond, surreprésenté dans les textes les plus tardifs, mais aussi d’autres espaces spécifiques : Londres, la France, ainsi que des espaces plus lointains – Carthage, l’Afrique – du côté de Lydgate. Il y a aussi d’autres termes géographiques : les cités, les villes, la mer notamment ; des noms propres : Edward, Henry, Kateryn, mais aussi Mordred ; et enfin des mots liés à la préservation d’un espace, comme preserven ou concord. Le lien est fort, bien sûr, dans le contexte politique trouble dans lequel ces textes ont été produits. Mais au total, les espaces semblent bien plus ancrés dans une réalité toponymique et géographique dans les textes de Lydgate et de la guerre civile que dans les autres, pour des raisons toutefois un peu différentes.

  • 23 Voir A. Mairey, « Les poètes lancastriens : quel engagement pour la paix ? », dans De Dante à Ruben (...)

17Le second facteur (24,16 %) oppose cette fois les textes de Lydgate, au sud, et les textes yorkistes, au nord. Au sud, le vocabulaire géographique déjà noté autour de Lydgate s’accompagne cette fois de notions plus larges, mais essentielles pour l’intégrité de l’espace, la paix, la guerre, la lutte (strif), que l’on retrouve aussi du côté des textes de Gower. De fait, la question de la guerre et de la paix est très importante dans ces œuvres23.

18Mais si les oppositions sont intéressantes, les termes neutres, qui n’apparaissent pas sur ce graphique, le sont aussi car ils forment un socle commun aux textes. On retrouve en premier lieu les autres termes qui ont servi à construire l’analyse : contree, lond, reaume ; les notions d’unité, de droit et de défense ; et enfin, du côté des acteurs, le roi et les communes. La nécessité de l’unité et de l’intégrité d’un espace donné, dans un cadre politique, constitue de fait un élément essentiel de ces textes, même s’ils ne l’expriment pas forcément de la même manière.

19Toutefois, l’évolution la plus nette est l’usage croissant du mot Englond au cours du xve siècle. Cela ne signifie pas, bien sûr, qu’il soit inconnu auparavant – Gower écrit sa Confessio amantis, par exemple, for Englond’s sake – mais simplement que l’on préfère de plus en plus ce terme à d’autres plus généraux, tels que kyngdom ou reaume, encore que, chez Caxton, on trouve fréquemment l’expression royaume of Englond ou noble royaume of Englond.

Tableau 1 — Les principales cooccurrences d’Englond dans le corpus poétique

Occurrences

Fréquence

Cofréquence

Indice

Fraunce

90

30

1 000

Henry

64

11

8,7

Rose

53

10

8,3

Rejoisen

28

8

8,3

Binden

79

11

7,7

Concord

15

6

7,4

Edward

53

9

7,1

Regent

7

4

5,8

Preien

188

13

5,3

Unite

52

7

5

Spreden

42

6

4,5

Langoure

20

4

3,7

Queen

37

5

3,7

Title

38

5

3,6

Crounes

10

3

3,4

Kateryn

11

3

3,3

Reaume

79

6

3

20Si l’on y regarde de près, on s’aperçoit que le couple Angleterre/France domine – Fraunce est la première cooccurrence d’Englond, et de loin. Il est très prégnant dans les poèmes courts de Lydgate, notamment, écrits dans les années 1420-1440. Les concordances d’Englond montrent bien que nous sommes là dans le contexte de la double monarchie issue du traité de Troyes de 1420 et de la justification anglaise sur ce thème. Toutefois, dans les textes les plus tardifs, ce couple est moins dominant, en particulier dans le contexte de la guerre des Roses. Certains poèmes lancastriens, et pratiquement tous les poèmes yorkistes, mettent d’abord l’accent sur la concorde et l’unité – cela tourne parfois au leitmotiv. Les problèmes intérieurs jouent un rôle aussi important dans le développement de l’emploi d’Englond que les relations avec la France.

21Au-delà de cette rapide analyse du lexique, certains passages permettent de préciser les choses sur le plan de la perception de l’Angleterre comme espace vécu au xve siècle. Deux exemples issus de chacun des corpus seront envisagés. Au début de l’histoire d’Arthur, narrée dans le livre VIII de Fall of Princes de Lydgate, une adaptation du De casibus de Boccace par le biais de la traduction de Laurent de Premier fait, se trouve une description de l’Angleterre qui constitue à l’origine un ajout de Laurent au texte de Boccace, mais à laquelle Lydgate apporte des changements. En voici le début :

  • 24 John Lydgate, Fall of Princes, part III, éd. H. Bergen, Londres, 1924 (Early English Texts Society, (...)

Et il [Boccace] commence d’abord à décrire brièvement la vision de la Bretagne et de ce pays, enclos par une vaste mer, placé loin à l’Ouest, comme vous pouvez le voir, avec l’Espagne située à l’opposé d’un petit angle appelé Angleterre, avec la France en face. Ainsi décrit-il cette vision, avec de nombreuses rivières plaisantes et délicieuses, les bains chauds et les sources que l’on y trouve, des minerais variés et des métaux en abondance24.

  • 25 Lavezzo, Angels on the Edge of the World, op. cit. n. 7, passim.

22Suivent encore trois strophes où Lydgate décrit d’autres merveilles et notamment les atouts des principales villes du pays – presque à la manière d’un guide touristique – contrairement à Laurent de Premier fait, qui se contente de terminer sa description par l’explication de propriétés de ressources précieuses que l’on peut trouver dans l’île. Outre ces transformations, qui soulignent que Lydgate est plus attentif que Laurent à une géographie précise de l’Angleterre, l’auteur anglais se distingue également par le fait qu’il ne reprend pas l’étymologie du mot Angleterre donnée par Laurent (ce dernier relie l’angle géométrique et l’Angleterre) ; en outre, il met davantage en valeur la position périphérique de l’île et ce, dans un sens positif. Ainsi s’inscrit-il dans une tradition bien marquée de description géographique de l’île, comme l’a montré Kathy Lavezzo25. Cette tradition est, à la fin du Moyen Âge, en grande partie assurée par une cartographie particulièrement dynamique en Angleterre, comme en témoigne par exemple la Gough Map produite au milieu du xive siècle, mais aussi par des chroniques, notamment le Polychronicon de Ranulf Higden, célèbre chronique universelle de la première moitié du xive siècle, dont le dernier tiers du premier livre est consacré à une description minutieuse de la géographie de l’Angleterre. Caxton l’a édité séparément dans un opuscule intitulé A description of Britain en 1480, alors même qu’il publie deux ans plus tard l’intégralité de la traduction du Polychronicon. Cette description est accompagnée de l’épilogue suivant :

  • 26 The Prologues and Epilogues of William Caxton, éd. W. J. Crotch, Londres, 1928, p. 40.

Ici se termine la description de Bretagne, qui contient l’Angleterre, le pays de Galles et l’Écosse ; et aussi l’Irlande, parce qu’elle est soumise à l’Angleterre, et cela depuis longtemps. J’ai donc ajouté sa description après celle de la dite Bretagne, que j’ai prise dans le Polychronicon. Et parce qu’il est nécessaire que tous les Anglais connaissent les propriétés, leurs commodités et leurs merveilles, je les ai imprimées dans la traduction de Trévisa, qui avait traduit le livre du Polychronicon en anglais à la demande de lord Berkeley26.

23Notons que Caxton imprime la description de toutes les îles britanniques et pas seulement de l’Angleterre, même si cette dernière occupe l’essentiel du texte. Toutefois, il s’adresse spécifiquement aux Anglais qui doivent connaître la géographie de leur pays et des pays adjacents et ce d’autant plus que, l’Écosse exceptée, ils sont sous domination anglaise. Du point de vue de l’espace vécu, la dimension de l’englishness, y compris dans sa dimension impérialiste, semble ici indéniable. Qu’en est-il si l’on regarde du côté de la « communauté » ?

  • 27 Voir A. Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglai (...)

24Le dernier terme auquel je souhaiterais m’attacher est commune, avec ses dérivés. Le terme de commune est alors, en Angleterre, très chargé politiquement, et ce d’autant plus qu’il est doté d’une forte polysémie27. Comme l’a souligné John Watts dans un article essentiel :

  • 28 J. Watts, « Les ‘communes’ : le sens changeant d’un mot au cours du xve siècle », La société politi (...)

La « commune » ou la « communauté du royaume », ainsi que les termes apparentés – « la commune/les communes » en tant qu’incarnation ou représentation de cette communauté, et le common weal comme son bien commun – forment probablement la structure linguistique et idéologique la plus forte du discours politique anglais de la fin du Moyen Âge28.

  • 29 S. Reynolds, Kingdoms and Communities in Western Europe, 900-1300, Oxford, 1984.

25Et de fait, les études se sont multipliées ces dernières décennies, surtout depuis la parution en 1984 du livre de Susan Reynolds, Kingdoms and Communities29. Ces études portent aussi bien sur les communes, en parlement ou non, que sur le common profit et le bien commun, ou encore sur le common weal. Elles s’articulent généralement autour d’une double problématique, celle du resserrement, ou non, de la communauté politique anglaise à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle d’une part, et celle de son évolution sémantique et politique d’autre part, deux aspects évidemment essentiels pour une réflexion sur la conception d’une « nation » anglaise. En ce qui concerne le premier aspect, John Watts soutient qu’il se produit effectivement un resserrement indéniable de ce que l’on entend par commune au cours du xve siècle, et plus encore au tournant des xve et xvie siècles :

  • 30 Watts, « Les ‘communes’… », loc. cit. n. 28, p. 206.

Le terme commons, qui jusque-là signifiait communitas, et qui impliquait une certaine participation aux affaires communes de la « policie », se précise, si bien qu’il ne conserve ce sens que dans le cadre spécialisé du Parlement. Les commons en tant que groupe sont beaucoup plus manifestement et plus simplement les classes inférieures30.

  • 31 C. Shrank, « Community », dans Cultural Reformations, op. cit. n. 3, p. 441-458, ici p. 445.
  • 32 Voir M. Nolan, « The Art of History Writing : Lydgate’s Serpent of Division », Speculum, 78/1 (2003 (...)

26Ce déplacement sémantique conduirait progressivement à une diminution de la place centrale de cet ensemble de notions au profit de la respublica, conçue comme plus oligarchique. Toutefois, la notion de commonweal reste importante, même si elle change de nature et c’est le second aspect de cette problématique. Cette période verrait en effet le passage progressif du common weal, en deux mots, au commonweal, en un mot, qui selon Cathy Shrank signifierait à la fois le bien commun et la politique pour y parvenir31. Elle observe cette transformation en comparant la version manuscrite du Serpent of Division, une œuvre sur César composée en 1422 par Lydgate – son seul texte en prose32 – et sa réédition en 1590, marquée par quelques transformations, avec une des premières pièces historiques, écrite dans les années 1560 et intitulée Gordobuc. Elle conclut à un déplacement du commonweal au centre du débat politique dans la seconde moitié du xvie siècle alors que la communauté ne se trouverait qu’à la marge du Serpent. Mais revenons au xve siècle et soulignons que le Serpent of Division est loin d’être le texte le plus diffusé de Lydgate : il ne subsiste que dans quatre manuscrits, alors que son œuvre versifiée a connu une diffusion beaucoup plus large, qui se chiffre en dizaines de manuscrits. En outre, le poète bénédictin est le premier à utiliser régulièrement le terme de communalte, à 19 reprises, par exemple, dans les extraits sélectionnés de la Fall of Princes. Ce terme y est associé principalement à profit, substaunce ou foorthre, verbe qui signifie améliorer ou profiter à quelque chose ou quelqu’un. En fait, les associations ne diffèrent pas significativement des associations du terme commune en général – on reste dans le même registre sémantique, même si l’emploi de ce dérivé substantivé témoigne, à mon sens, de la grande importance de la notion de communauté dans les années 1420.

  • 33 A. Mairey, « Mythe des origines et contrat politique chez Sir John Fortescue », Avant le contrat so (...)

27Mais cet ensemble de termes reste encore essentiel dans la seconde moitié du xve siècle. En témoigne par exemple le traité politique le plus important de la période, On the Governance of England de sir John Fortescue, dans lequel il insiste sur la notion de communauté politique du royaume comme actrice à part entière d’un contrat politique anglais. Son insistance se manifeste notamment par le fait qu’il modifie légèrement, à cet effet, le mythe de fondation troyen du pays33.

  • 34 Mairey, « William Caxton… », loc. cit. n. 20.

28Chez Caxton toutefois, le terme communete n’apparaît pas et le terme commun est relativement peu fréquent dans les prologues – 19 occurrences en tout. Caxton emploie à 7 reprises l’expression commune peple dans des contextes où elle qualifie clairement les classes inférieures – ce qui est pratiquement inexistant dans le corpus poétique, et qui va donc dans le sens des hypothèses de John Watt sur un resserrement du terme. Le resserrement est toutefois relatif chez Caxton, puisqu’on retrouve également à 5 reprises l’expression common well. En outre, le projet général de Caxton, comme je l’ai suggéré ailleurs, est tourné vers une communauté anglaise – classes inférieures comprises – pour laquelle il entend produire un corpus de référence en anglais34.

29En conclusion, un certain nombre d’éléments peuvent finalement renvoyer à une communauté nationale dans les dernières décennies du xve siècle, mais plus ou moins présents, et plus ou moins articulés bien avant : une perception forte de l’entité « Angleterre », et pas seulement en opposition à la France et au reste des îles britanniques ; un discours politique articulé autour de la notion de communauté du royaume ; l’affirmation d’une littérature anglaise spécifique – de plus en plus en langue anglaise, même s’il faut encore compter avec le français ; et l’importance pérenne de deux grands mythes, ceux de Brutus et d’Arthur, encore peu contestés. Tout cela constitue une identité anglaise assez clairement définie – au moins pour la société politique active (la noblesse, la gentry, les élites urbaines, une partie du clergé), celle qui lit tous ces textes. Évidemment, cette construction n’implique pas pour autant une univocité ; les individus s’insèrent toujours dans de multiples communautés, aux niveaux locaux, régionaux, « nationaux » et internationaux et doivent donc jongler avec des identités multiples. Malgré son entreprise de construction d’une communauté anglaise, Caxton est avant tout un marchand londonien, qui loue tout autant, si ce n’est plus, Londres que le « noble royaume d’Angleterre ».

Notes

1 B. Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres, 1991, 2010, p. 224.

2 Ibid. Voir également H. Kohn, Nationalism : Its Meaning and History, Princeton, 1955.

3 Voir notamment le récent ouvrage Cultural Reformations. Medieval and Renaissance in Literary History, éd. B. Cummings, J. Simpson, Oxford, 2010.

4 Concepts of National Identity in the Middle Ages, éd. S. Forde, L. Johnson, A. V. Murray, Leeds, 1995 ; Imagining a Medieval English Nation, éd. K. Lavezzo, Minneapolis, 2004.

5 J. Gillingham, The English in Twelfth-Century: Imperialism, National Identity and Political Values, Woodbridge, 2000; A. P. Smyth, Medieval Europeans: Studies in Ethnic Identity and National Perspectives in Medieval Europe, Basingstoke, 1995.

6 P. Crooks, « State of the Union : Perspectives on English Imperialism in the Late Middle Ages », Past and Present, 212 (2011), p. 3-42.

7 K. Lavezzo, Angels on the Edge of the World: Geography, Literature and English Community, 1000-1534, Ithaca, 2006.

8 Imagining a Medieval English Nation, op. cit. n. 4, p. xviii.

9 Th. Turville-Petre, England the Nation. Language, Literature, and National Identity, 1290-1340, Oxford, 1996. Pour une critique de son usage de Mannyng, voir notamment D. Moffat, « Sin, Conquest, Servitude : English Self-Image in the Chronicles of the Fourteenth Century », The Work of Work : Servitude, Slavery and Labor in Medieval England, éd. A. Frantzen, D. Moffat, Glasgow, 1994, p. 146-168.

10 D. Speed, « The Construction of the Nation in Medieval English Romance », Readings in Medieval English Romance, éd. C. Meale, Cambridge, 1994, p. 135-157.

11 Sur ce point, voir par exemple N. Saul, For Honour and Fame. Chivalry in Medieval England, 1066-1500, Cambridge, Mass., 2011.

12 F. Riddy, « Reading for England : Arthurian Literature and national consciousness », Bibliographical Bulletin of the International Arthurian Society, 43 (1991), p. 314-332, ici p. 331. Voir aussi P. Ingham, Sovereign Fantasies : Arthurian Literature and the Making of Britain, Philadelphie, 2001.

13 Voir M.-F. Alamichel, « Brutus et les Troyens, une histoire européenne », Revue belge de philologie et d’histoire, 84/1 (2006), p. 77-106 ; A. Mairey, « Mythe des origines et contrat politique chez Sir John Fortescue », Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècles), éd. F. Foronda, Paris, 2011, p. 417-433.

14 Voir L. M. Matheson, The Prose Brut : The Development of a Middle English Chronicle, Temple, Ariz., 2001.

15 Voir A. Mairey, « Multilinguisme et code-switching en Angleterre à la fin du Moyen Âge. Approche historiographique », Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LAMOP, 2, 2009 (1re éd. en ligne 2011 : http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique218).

16 Pour une synthèse récente en français, voir C. Fletcher, « Langue et nation en Angleterre à la fin du Moyen Âge », Revue française d’histoire des idées politiques, 36 (2012), p. 233-252.

17 Voir Language and Culture in medieval Britain : The French of England, c. 1100-c. 1500, éd. J. Wogan-Browne, Woodbridge, 2009.

18 Voir notamment J. Fisher, The Emergence of Standard English, Lexington, 1996 ; B. Cottle, The Triumph of English, 1350-1400, Londres, 1969.

19 A. Butterfield, The Familiar Enemy : Chaucer, Language and the Nation in the Hundred Years War, Oxford, 2009.

20 Pour le détail, voir A. Mairey, « William Caxton : auteur, éditeur, imprimeur », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 19 (2010) [Identités britanniques. Espaces, langues, cultures, éd. J.-P. Genet], p. 123-142.

21 George Ashby, Active Policy of a Prince, éd. M. Bateson, George Ashby’s Poems, Londres, 1899 (Early English Texts Society, extraordinary series, 76), vers 1-7.

22 Rappelons qu’une analyse factorielle par correspondance permet de visualiser les oppositions relatives entre les textes et les mots d’un corpus donné.

23 Voir A. Mairey, « Les poètes lancastriens : quel engagement pour la paix ? », dans De Dante à Rubens : l’artiste engagé ? (vers 1300-v. 1640), éd. J.-P. Genet, P. Boucheron, E. Anheim, à paraître.

24 John Lydgate, Fall of Princes, part III, éd. H. Bergen, Londres, 1924 (Early English Texts Society, extraordinary series, 123), livre VIII, vers 2672-2681.

25 Lavezzo, Angels on the Edge of the World, op. cit. n. 7, passim.

26 The Prologues and Epilogues of William Caxton, éd. W. J. Crotch, Londres, 1928, p. 40.

27 Voir A. Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Âge », Médiévales, 57 (2009), p. 53-74.

28 J. Watts, « Les ‘communes’ : le sens changeant d’un mot au cours du xve siècle », La société politique à la fin du xve siècle dans les royaumes ibériques et en France occidentale : élites, peuples, sujets, éd. V. Chalet, H. R. Oliva Herrer, J. Valdeón Baruque, J.-P. Genet, Valladolid/Paris, 2007, p. 197-216, ici p. 207.

29 S. Reynolds, Kingdoms and Communities in Western Europe, 900-1300, Oxford, 1984.

30 Watts, « Les ‘communes’… », loc. cit. n. 28, p. 206.

31 C. Shrank, « Community », dans Cultural Reformations, op. cit. n. 3, p. 441-458, ici p. 445.

32 Voir M. Nolan, « The Art of History Writing : Lydgate’s Serpent of Division », Speculum, 78/1 (2003), p. 99-127.

33 A. Mairey, « Mythe des origines et contrat politique chez Sir John Fortescue », Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècles), éd. F. Foronda, Paris, 2011, p. 417-433.

34 Mairey, « William Caxton… », loc. cit. n. 20.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 — La distribution des termes spatiaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphique 2 — Analyse factorielle des cooccurrences des termes spatiaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540