Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Construction et reconstruction de la nation

Le lexique de la « nation » dans l’historiographie royale française (xiie-xive siècle)

The Lexicon of the “Nation” in French Royal Historiography (12th-14th Centuries)

Isabelle Guyot-Bachy

Résumé

L’étude envisage le lexique ethnique et identitaire de Primat dans le creuset de l’intertextualité constitutive des Grandes chroniques de France. Plus qu’une traduction à proprement parler, le travail de réécriture, amorcé dès Aimoin de Fleury et la compilation du manuscrit BnF lat. 5925, progressant tout au long du xiiie siècle chez les auteurs qui, avant Primat, s’efforcent de donner pour la première fois un récit continu de l’histoire du royaume, témoigne d’une conscience partagée que le royaume de France correspond à une communauté et possède une identité particulière. Vers 1350, Richard Lescot révise et prolonge le récit de Primat. Sa pratique lexicale tend à faire disparaître systématiquement le terme de « nation » du récit. Non que Richard Lescot ait été insensible à l’idée que le royaume de France était une « nation », bien au contraire. Mais dans l’univers mental qui était le sien, ce terme ne lui apparaît sans doute pas comme le plus adéquat pour dire cette réalité.

This study envisages the ethnic and identity lexicon of Primat amidst the intertextual riches of the Grandes chroniques de France. Primat’s predecessors, starting with Aimon de Fleury and the compilation of the manuscript BnF lat. 5925 already were not content to translate the original Latin. Rather they rewrote it. Throughout the whole of the 13th century these authors, imbued with the sentiment that the kingdom of France was a true community with its own identity, sought to mold the history of the kingdom into one continuous narrative. Towards 1350 Primat’s original narrative was revised and extended by Richard Lescot. His lexicon does not seem to contain the word “nation” which disappears from the text of the narrative. This is not to say that Richard Lescot did not regard the kingdom as a “nation.” He certainly did. Nevertheless, it seems that, to his mind, this term was not the most appropriate to express this particular reality.

Texte intégral

  • 1 G. M. Spiegel, « Les débuts français de l’historiographie royale : quelques aspects inattendus », (...)

1« Tout autant saga de la nation française que chronique des rois de France », pour reprendre l’expression de Gabrielle Spiegel1, les Grandes chroniques de France constituent la pièce maîtresse de l’histoire royale française. Si leur contribution à l’élaboration d’une idéologie royale est avérée, dans quelle mesure furent-elles le lieu de l’élaboration d’un discours sur la « nation » que l’on pourrait saisir, au fil de la lecture et du champ lexical ?

  • 2 É. Andrieu, Les Grandes chroniques de France dans la forge dionysienne (Genèse d’un texte d’histoi (...)

2Pour tenter de répondre à cette question, on ne saurait pourtant se contenter de lire le texte, même avec la plus grande attention. Car nous le savons bien, le texte que Primat offrit à Philippe III en 1274 sous le titre de Roman aux rois est avant tout la translation en français d’un corpus latin réuni et constitué en une chaîne de textes à partir du début du xiie siècle, à Saint-Denis mais aussi ailleurs (notamment à Fleury et Saint-Germaindes-Prés). Il est donc un réceptacle de traditions et de pratiques lexicales diverses, susceptibles, à chaque étape, d’être retenues et diffusées dans le texte compilé ou, au contraire, d’en être rejetées2. Nœud de cette transmission, le « recueil » dionysien (Paris, BnF, lat. 5925) fut pour Primat essentiel, il n’exclut pas le recours à d’autres sources ni la confrontation avec d’autres tentatives menées dans la première moitié du xiiie siècle, pour composer un récit continu de l’histoire des rois et du royaume. Enfin, ni Primat, ni l’atelier de Saint-Denis, ni sans doute le royal destinataire du manuscrit offert en 1274, ne considéraient le Roman aux rois comme une histoire achevée une fois le livre refermé. Tous y lisaient plutôt une histoire en devenir, qu’il conviendrait de compléter au fil des successions royales. Dès la fin du xiiie siècle, on vit effectivement les premières ébauches de continuation, avant qu’aux alentours de 1350 Richard Lescot n’entreprenne de réviser le texte de Primat et de le prolonger. Ce n’est finalement qu’à la fin du règne de Charles V que les Grandes chroniques de France connurent leur édition définitive.

3Une fois rappelée cette structure profondément intertextuelle, je vous proposerai dans un premier temps d’observer et d’évaluer le lexique ethnique et identitaire de Primat ; nous le replacerons ensuite dans la perspective du travail compilatoire, de la translation du latin au français et de la confrontation avec les récits élaborés dans la première moitié du xiiie siècle ; enfin, nous verrons comment la version proposée par Richard Lescot, au milieu du xive siècle, laisse percevoir des inflexions du champ lexical envisagé.

Le lexique ethnique et identitaire de Primat

4Il y a chez Primat plusieurs manières de dire l’identité ethnique. La plus fréquente est l’ethnonyme. Rarement développé à l’aide d’adjectifs ou de périphrases, sa simplicité masque l’imprécision et l’importance numérique du groupe désigné, mais offre une dynamique sémantique qui en fait assurément le point d’ancrage le plus solide de l’identité ethnique.

  • 3 Les citations des Grandes chroniques de France renvoient à l’édition de J. Viard, Les Grandes Chro (...)
  • 4 GCF, III, p. 32 [Éginhard, Annales, éd. G. H. Pertz, F. Kurze, Hanovre, 1895 (MGH, Scriptores reru (...)
  • 5 GCF, IV, p. 253.

5« Gent » est également un mot fort courant et polysémique : il renvoie aussi bien au lignage, à un groupe combattant ou à un peuple. La présence d’un possessif (« sa gent ») souligne le lien personnel, soit du groupe armé avec son chef, soit de l’ensemble de ceux sur lesquels règne un prince3. Précédé du déterminatif « la » et accompagné du nom d’une terre, le mot désigne un groupe ethnique ou habitant une région (« la gent de Saissoigne » ; « la gent d’Alemagne ») ; l’expression « la gent de France », rencontrée trois fois, est ambiguë : dans le premier cas, elle traduit le mot latin de praesidium (garnison) ; dans le second cas, Charlemagne impose en Aquitaine « contes et autres menistres de la gent de France » (ex gente Francorum), ce qui illustre la transplantation militaire ou administrative d’un groupe de Francs dans le cadre de la conquête4. Dans la vision de Charles le Chauve, lorsque Charlemagne promet à ce dernier qu’il sera délivré de ses tourments par les prières de « saint Père et par les prieres saint Denys et saint Remi, à cui Nostre Sires a doné grant pooir d’apostre sor touz les rois et sor toute la gent de France », la dimension identitaire est moins dans l’expression « toute la gent de France », qui traduit tout simplement le latin omnem gentem Francorum, que dans l’insertion de saint Denis, patron principal du roi et du royaume5.

  • 6 GCF, I, p. 45 : « Par pluseurs foiz, [Thierry] se combati à une maniere de gent que on apele les A (...)
  • 7 GCF, II, p. 34.
  • 8 Aimoinus Floriacensis, Historia Francorum, III, 82, éd. Patrologia latina, t. 139, col. 646 D-650  (...)

6Souvent accompagné de l’expression « manière de », « gent » désigne encore un groupe ethnique dont l’origine ou l’appellation demeure incertaine ou n’est plus d’actualité6. Comme s’il sentait l’insuffisance du terme, Primat l’associe une fois ou l’autre à la notion de « nom » : « Li rois Childebers envoia xx dux en lombardie et grant ost et fort pour destruire et defacier de tout en tout la gent et le non des Lombarz7. » Aimoin, à qui Primat emprunte ce passage, disait seulement : ad delendam Longobardorum gentem8.

  • 9 GCF, I, p. 18.

7Plus rare, le mot « peuple », tiré souvent de sources hagiographiques ou renvoyant au contexte ecclésial ou liturgique, dit aussi les rapports entre gouvernants et gouvernés. Associé à la présence des barons et des prélats, il tend à donner une image complète de la communauté politique du royaume. Associé à « gent », il en relève la dimension ethnique par une connotation politique : c’est avec l’établissement de Marchomir comme « governeor et defendeor dou païs » que les Francs « furent tout i poples et une gent9 ».

  • 10 B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237 (1967), p. 17-30.
  • 11 GCF, III, p. 174.

8Vient enfin le mot « nation », que l’on rencontre une cinquantaine de fois dans les six volumes de l’édition Viard correspondant au texte de Primat jusqu’en 1223, avec une plus forte densité dans les trois premiers volumes, soit des origines à la fin du règne de Charlemagne. On peut d’abord classer les occurrences selon que le mot est au singulier ou au pluriel (la proportion est à peu près égale, légèrement supérieure pour le pluriel). Commençons par le singulier. Renvoyant à son étymologie nasci = naître, il sert généralement à indiquer le lieu de naissance d’un individu, indifféremment pays, région ou ville10. En dehors de l’idée d’une origine commune, le mot de « nation » n’est guère plus défini et apparaît souvent comme un synonyme de « gent ». Tout juste peut-on deviner au détour d’une phrase qu’il renvoie implicitement à une langue commune : les chefs de l’armée de Charlemagne donnent leurs ordres chacun en sa langue « à sa gent, pour que il avoit genz de diverses nations11 ».

  • 12 GCF, I, p. 211.
  • 13 GCF, II, p. 63.
  • 14 GCF, II, p. 120.

9Au pluriel, le mot « nation » est systématiquement développé : les « diverses nations », les « autres nations », « toutes les nations ». Comme « gent », il est alors souvent employé pour dire qu’un peuple précisément nommé est accompagné par d’autres, dont l’énumération serait trop longue ou la nomenclature incertaine : « les Souabes et les autres nations qui marchissent [voisinent] aux Saxons entrèrent en leur terres12 » ; pour livrer bataille contre son frère, Theodebert appela à son aide « les Saines et les autres nations d’Alemagne la superior13 » ; la péninsule Ibérique est occupée par « les Gociens [Goths] et d’autres nations14 ».

  • 15 Respectivement GCF, II, p. 213, III, p. 56 et IV, p. 74.

10« Toutes les nations » permet d’exprimer l’idée d’une domination parachevée dans le cadre d’un empire et, avec elle, l’avènement de la paix : « Narsetes […] donta et souzmist toutes les nations qui estoient rebelles à l’empire » ; quand Dagobert « ot sozmises totes les estranges nations qui à li marchissoient, et [qu’] il ot pais mise par tout son roiaume, il appareilla son erre pour aler à Rome » ; Louis le Pieux assembla à Francfort « I parlement de toutes les nations que delà le Rim obeissent ou roiaume de France15 ». L’expression « les estranges nations » est familière et souvent propre à Primat. Le contexte est presque toujours celui d’un affrontement opposant les Francs aux « autres » ou celui d’une menace extérieure contre laquelle ils doivent se prémunir. Ainsi, Dagobert, Pépin, Charlemagne, plus tard Louis VI combattent-ils pour défendre leur royaume « contre les envaïes et les assauz des estranges nations ». Ce faisant, implicitement, Primat affirme que les Francs forment eux aussi une nation qui prend conscience d’elle-même dans le miroir que lui tendent ces « autres et estranges nations ».

  • 16 GCF, I, p. 11-12, 15-16, 18.
  • 17 GCF, I, p. 135 : « … se departirent li Lombart de la terre de Golande, et entrerent en une autre q (...)
  • 18 GCF, I, p. 29-30.

11Le traitement de cette nation des Francs diffère-t-il de celui accordé aux autres ? Pas à première vue. Les Francs sont une « nation », la chose est entendue dès le début du récit : une nation « assez petite » mais comme les autres d’abord tributaire des Romains, voulant très vite avoir un roi pour être « comme les autres nations16 ». Disant cela, Primat ne signifie pas pour autant que la nation des Francs se fond dans l’anonymat des nations. Au contraire, il ne rate pas une occasion d’affirmer qu’elle s’en distingue pour finalement les surpasser. Elle s’en distingue d’abord par une langue17 et des qualités que les Francs ne partagent guère avec les autres nations : la franchise, la hardiesse, la force. La nation des Francs se distingue encore par le choix d’un roi tiré d’elle-même. Après avoir chassé le roi Childéric, les Francs ont élu Egidius, patrice des Romains, et s’en repentent amèrement. Et Guinemenz, conseiller du roi exilé, de leur expliquer quelle fut leur folie de se soumettre « à un orguelleus d’aliene nation, […] un tyrant que vous deussiez eschiver et douter pour ce que il est nez d’estrange nation18 ». Le roi légitime est celui qui partage avec les siens la « nation », une même origine. Elle s’en distingue encore par la foi commune qui constitue son unité. Les Francs se distinguent finalement des autres nations, tout simplement parce que Dieu l’a voulu ainsi. S’appuyant sur la théorie déjà posée par Aimoin, mais la développant dans des lignes qui lui sont propres, Primat expose dès son prologue la vocation de la « nation France », établie par Dieu, comme Israël au milieu des nations païennes, pour que son nom soit connu et glorifié :

  • 19 GCF, I, p. 3-6. Lat. 5925, Prohemium, fol. 6, voir l’édition en ligne des chroniques latines de Sa (...)

Si li a Nostre Sires donné par sa grace une prerogative et un avantage seur toutes autres terres et seur toutes autres nations, car onques pui que ele fu convertie et ele commança à servir son creatour, ne fu que la foi n’i fust plus fervemment et plus droitement tenue que en nule autre terre ; par li est moutepliée, par lie est soustenue, par lie est deffendue. Se nule autre nation fait à sainte Eglise force ne grief, en France en vient fere sa complainte, en France vient à refui et à secors ; de France vient l’espée et li glaives par quoi ele est vengiée, et France comme loiaux fille secourt sa mere en touz besoinz ; si a touz jors la sele mise pour li aidier et secorre19.

  • 20 P. Riché, « La Bible et la vie politique dans le haut Moyen Âge », Le Moyen Âge et la Bible, éd. P (...)
  • 21 Cité par P. Riché, loc. cit. n. 20, p. 392.
  • 22 B. Guenée, « Les “Grandes Chroniques de France”. Le Roman aux roys, 1274-1518 », Les lieux de Mémo (...)
  • 23 M. Chazan, « Guillaume de Nangis et la translation de l’Empire aux rois de France », Saint-Denis e (...)

12L’idée est moins neuve qu’il n’y paraît. Elle reprend finalement la lecture des clercs qui, dès la seconde moitié du viiie siècle, saluaient le triomphe des Carolingiens comme une victoire du nouveau peuple élu et comparaient l’alliance passée avec l’Église romaine à celle de Dieu et du peuple juif20. Étienne II, écrivant à Pépin le Bref, n’avait-il pas déclaré « qu’au-dessus de toutes les nations qui sont sous le ciel, a été placée votre nation franque qui m’est favorable à moi, Pierre, c’est pourquoi je vous ai confié l’Église que j’ai reçue de Dieu21 ». La tonalité de cette lettre trouve dans le prologue de Primat un écho qui n’est aucunement fortuit. Car, si la France des Capétiens peut revendiquer l’exclusivité de cette mission de protection de l’Église, c’est bien en raison de la continuité dynastique qu’elle entretient avec celle des Carolingiens, continuité que le reditus ad stirpem Karoli, un des nœuds principaux de la chronique de Primat, réaffirme avec force22. Quelques années plus tard, dans un contexte marqué par l’ambition impériale des Capétiens, Guillaume de Nangis, dans ses Gesta Ludovici, reprendra à son retour ce thème de la défense de l’Église pour asseoir la réputation de la « nation, marteau du monde23 ».

Traduction et travail de réécriture

  • 24 G. Labory, « Essai d’une histoire nationale au xiiie siècle : la chronique de l’Anonyme de Chantil (...)

13Voyons maintenant si ce champ lexical repéré dans le Roman aus rois est directement hérité par Primat de ses prédécesseurs dont il compile les œuvres ou s’il est le résultat d’une réflexion et d’un retravail personnels. Afin de vérifier s’il existe ou non un système de traduction propre à Primat, on recourra parallèlement au corpus latin qui lui a servi de source (Lat. 5925), ainsi qu’à la chronique de l’Anonyme de Chantilly, autre essai d’histoire royale continue connu de Primat24.

14La première constatation à l’issue d’une lecture comparative avec le corpus latin est que Primat suit en règle générale le vocabulaire proposé par celui-ci. Mais quand il le modifie, cela a-t-il une signification ? Prenons un premier exemple à propos de l’origine des Lombards :

de quiex genz Lombart descendirent
Mais puisque ci avons fait des Lombarz mention, nos raconterons briement ci endroit l’original de cele nation et reprendrons aucunes choses qui là desus ont esté determinées. Cele gent, qui or sont apelé Lombart, furent premierement dit Guime ; d’une isle d’Alemagne vindrent qui en leur langue est dite Scandinave. […] mais après la bataille qui fu entre Oudouacre et Felethée, dont nous parlasmes là desus, se departirent li Lombart de la terre de Golande […] (GCF, I, p. 134-135)

15Le passage vient du livre I de l’Historia Longobardorum de Paul Diacre. Celui-ci n’employait ni le terme de gens ni celui de natio, mais seulement l’ethnonyme Longobardi. Le compilateur du recueil dionysien lat. 5925 ne changea rien. C’est donc Primat qui introduisit le terme de « nation » pour désigner les Lombards au début de l’incidence. Mais un peu plus loin, il use du terme de « gent », puis finalement de l’ethnonyme. L’équivalence entre les termes semble confirmée par l’Anonyme de Chantilly qui, lui, n’emploie dans ce même passage que le seul terme de « gent ».

  • 25 GCF, I, p. 118-123 ; BnF., lat 5925, II, fol. 24r-v ; Jérôme, Vita sancti Hilarionis, éd. Patrolog (...)
  • 26 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 30 : « Monseigneur saint Hierosme fait mencion de ces ge (...)

16Voici un second exemple, au livre II chapitre VI. La pointe du récit entend montrer que la victoire de Thierry sur les Thuringiens rendit aux Francs une région dont ils avaient été autrefois les maîtres. L’élément-clé de la démonstration est le renvoi à un passage de la Vita sancti Hilarionis, dans laquelle saint Jérôme racontait la guérison d’un jeune homme dont la gens, « plus forte que nombreuse, était installée au voisinage des Saxons et des Alamans, dans une région appelée par les historiens Germanie mais dénommée à présent Francia25 ». C’est Aimoin de Fleury qui, le premier, avait inséré ce passage dans l’Historia Francorum. C’est lui encore qui avait introduit le terme de natio absent de la source. De là, natio était passé dans le lat. 5925, que Primat suit assez fidèlement, du moins pour le début du passage. Examinons à présent le traitement du même récit par l’Anonyme de Chantilly, travaillant sur le même corpus latin26. Les choix de traduction diffèrent quelque peu, sans pour autant que le sens en soit modifié : l’Anonyme reprend comme le lat. 5925 par deux fois le mot « gent » et traduit le mot « nation » par « il estoit ne des Francoys ». Cette comparaison à trois entrées confirme l’impression d’une synonymie entre « gens » et « natio », comme elle confirme aussi qu’au xiiie siècle le sens de « nation » ne va pas au-delà de l’étymologie que lui assignait déjà Isidore de Séville. L’exercice souligne enfin les limites de l’enquête sur la traduction du champ lexical. Ou plutôt il incite à en élargir le spectre au travail global opéré sur la source latine. Dans le cas que nous venons d’exposer, le recueil dionysien avait retenu la version proposée par Aimoin, qui entendait à travers cette digression mettre en valeur un miracle opéré par Dieu chez un peuple païen. L’Anonyme minorait fortement la motivation hagiographique du texte-source au profit de la mise en valeur des qualités inhérentes au peuple franc. Il ne resta plus à Primat qu’à supprimer totalement l’allusion au miracle pour ne conserver que la description doublement valorisante des Francs car authentifiée par saint Jérôme.

17Voyons un troisième exemple en reprenant le chapitre VIII du livre I où Primat rapporte le discours de Guinemenz : les termes de « gens » et de « nation » se repèrent déjà dans la source latine, employés l’un pour l’autre. La traduction de Primat maintient cette ambivalence. Mais, en répétant par trois fois le terme de « nation », Primat lui confère un impact qu’il n’avait pas dans la source latine. La présentation d’Egidius est l’occasion d’un premier déplacement d’accent : il n’est plus seulement un « patrice qui avait reçu des Romains le soin de garder la Gaule », il « estoit Romains de nation ». C’était, de la part de Primat, dire bien sûr l’origine du personnage, mais c’était plus encore souligner son statut péjoratif d’étranger. En le choisissant, les Francs s’étaient livrés « à un orguelleus d’aliene nation […] à un tyrant […] nez d’estrange nation ». Nous avons dit plus haut le sens que Primat donnait à ce passage ; nous voyons ici comment le travail stylistique sur la source latine permettait de parvenir à une telle lecture.

  • 27 L’Historia regum Francorum usque ad annum 1214 a fait l’objet d’éditions fragmentées dans les RHF,(...)
  • 28 Sur cette question de l’amour entre le roi et le peuple, voir dans ce même volume la communication (...)

18Plus donc que la traduction en elle-même, c’est le travail de réécriture qu’il faut interroger, celui de Primat bien sûr, mais en le replaçant dans la chaîne de ces compilateurs du xiiie siècle qui s’efforcent de donner pour la première fois un récit continu de l’histoire du royaume. Premier maillon de cette chaîne, l’auteur d’une Historia regum Francorum allant jusqu’en 1214, dont la première rédaction remonte à 120527. Son récit est assez ramassé, organisé strictement autour de la succession et des figures royales. Le terme de natio n’y apparaît qu’exceptionnellement et toujours pris dans son sens étymologique. D’ailleurs, le récit s’intéresse fort peu aux autres « nations ». Mais dans son prologue, l’auteur dit que son entreprise fut motivée par « l’amour de notre peuple » (nostrae amor gentis)28. Un récit somme toute encore très fruste mais dont on perçoit déjà la tonalité d’appartenance à une communauté.

  • 29 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 24a : « Et [Clovis] se fist ce jour bien cognoistre a se (...)
  • 30 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 24a.

19Entre 1217 et 1230, l’Anonyme de Chantilly se livre à une seconde tentative pour composer une histoire continue du royaume, cette fois en langue vernaculaire. Cet auteur, qui à la fin de son premier livre s’excuse auprès de son lecteur des digressions à propos des autres royaumes qui l’écartent de la « droite matière des roys de France », ne rate pas une occasion d’exalter la valeur commune, identitaire des Français. Voici Clovis et la bataille contre Alaric29. À son récit élaboré sur la base de ce que disait le Liber historiae Francorum, transmise par le compilateur latin, l’Anonyme donne une tournure très personnelle. Il n’évoque pas de « nation », mais met en valeur des « coustumes », une manière de combattre, marqueur « naturel », qui distingue clairement les Francs et leur donne la supériorité sur les autres peuples ; il exalte aussi par l’expression « nos Francoys » un sentiment d’appartenance au groupe. Quelques folios plus loin, voici cette fois Clodomir, qui affronte les Bourguignons à Vézéronce30. « Or oyez, dit l’Anonyme, que fist le gentil chevalier francoys quonques Angloys ne lombart nosa oncques panser. » En dépit de sa vaillance, Clodomir succombe sous les coups de l’adversaire. Mais, dit l’Anonyme, quand les Français surent la mort du roi, « ne senfouirent pas comme font les gens des autres contrees quant ilz ont perdu leur chief », mais « en la maniere que la lyonne se fait qui enrage quant elle a ses enfans perdus ou quelle meurt de faing », ils coururent sur les ennemis et les déconfirent.

  • 31 Sur la comparaison du style des deux auteurs, C. Beaune, « Clovis dans les grandes chroniques de F (...)
  • 32 Liber historiae Francorum, éd. B. Krusch, Hanovre, 1885 (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 2), (...)

20Primat finalement reprend à son compte, dans un style plus sobre, la trame constituée par l’Anonyme31. Celle-ci relie des lieux du récit particulièrement propices à dire non pas qui sont les Français mais assurément ce qu’ils sont. La sélection de ces lieux est l’œuvre de l’Anonyme davantage que celle de Primat. Mais l’Anonyme disposait d’une source latine dans laquelle le compilateur avait sans doute déjà infléchi le sens de certains épisodes en vue d’une lecture identitaire. C’est le cas dans l’épisode du combat de Vézéronce déjà évoqué. La source s’en trouve dans les Histoires de Grégoire de Tours et dans le Liber Historiae Francorum32. On y lit effectivement que les Francs, voyant Clodomir mort, avaient préféré le combat à la fuite. Mais le compilateur dionysien voulut aller plus loin, en affirmant qu’en se comportant ainsi les Francs se distinguaient des autres nations (non ut nationes cetere subsidium quiesierunt fuge).

21Plus que la mise en évidence d’un travail propre à Primat, l’enquête sur le champ lexical de la « nation » dans l’écriture de l’histoire du royaume de France révèle avant tout la progression tout au long du xiiie siècle, au fil des textes et dans le creuset de l’intertextualité, d’une conscience partagée que le royaume de France correspond à une communauté et possède une identité particulière.

Les inflexions de la version « Richard Lescot »

22En 1274, le Roman aux rois s’arrêtait avec la mort de Philippe Auguste. Vers 1350, Richard Lescot entreprit d’en réviser et d’en continuer le récit. Or, on constate très nettement dans cette partie due au nouveau compilateur une moindre fréquence du mot « natio ». Elle est d’abord le fait des sources suivies par Richard. Pour couvrir les règnes de Louis IX et de Philippe III, celui-ci s’appuie essentiellement sur la traduction française de deux œuvres composées et traduites par Guillaume de Nangis. Or, l’observation des pratiques lexicales de Guillaume de Nangis dans la translation du latin vers le français révèle que le terme de « nation » est moins fréquent dans son texte français qu’il ne l’est en latin. Quant à la Chronique française abrégée, qui constitue la trame pour les règnes suivants, elle ignore complètement le mot « nacion ».

  • 33 Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la continuation de ce (...)

23À partir du règne de Charles IV et jusqu’à la mort de Philippe de Valois, Richard Lescot puise à la fois dans les continuations latines de Guillaume de Nangis et dans la chronique qu’il avait lui-même composée en latin. Dans ce dernier texte, le mot « natio » n’apparaît qu’une seule fois33. Pour situer les individus, Richard se réfère spontanément à d’autres cadres géographiques (diocèse, duché, ville, espace linguistique) ou institutionnels (siège, titre cardinalice, ordre religieux). C’est évidemment une nouvelle approche des individus, désormais désignés par leur statut, leur place dans la société, leurs fonctions. Et quand il lit pour les compiler les continuations latines de Guillaume de Nangis, il en efface systématiquement toutes les occurrences de « natio », comme le montre le tableau ci-dessous :

Continuation latine de Guillaume de Nangis (éd. H. Géraud)

Grandes chroniques de France (version Richard Lescot, éd. J. Viard)

I, p. 395 : Petrus de Gavastone, natione Gascus…

VIII, p. 271 : […] un chevalier qui estoit appellé Pierre de Gavastonne […]

I, p. 428 : Jacobum cardinalem, prius vero Avinionensem episcopum, virum siquidem in jure peritum et vita laudabilem, natione Caturcensem […]

VIII, p. 330 : c’est assavoir l’evesque jadis d’Avignon, une cité en Prouvence, cardinal de l’eglise de Romme, lequel Iic pape, fu appellé Jehan le XXII.

Continuation latine de Guillaume de Nangis (éd. H. Géraud)

Grandes chroniques de France (version Richard Lescot, éd. J. Viard)

II, p. 24 : Circa istud tempus, cum Henricus dictus Taperel, natione Picardus […]

VIII, p. 354 : Et en ce meismes temps, comme Henri dit Taperel, né de Picardie et prevost de Paris […]

II, p. 47 : Eodem anno, frater Thomas de Aquino, ordinis Praedicatorum, natione Italicus, vir secundum saeculi dignitatem nobilis […]

IX, p. 19 : En ceste année meismes, saint Thomas d’Aquin, de l’ordre des Freres Prescheurs, noble de lignage selon le monde […]

II, p. 50 : […] per fratrem Mauritium deputatum per Papam in Aquitaniam praecipue inquisitorem super factis haeriticae pravitatis, ordine Praedicatorem sed natione Britonem, […]

IX, p. 25 : […] par l’inquisiteur qui estoit frere de l’ordre des Preescheurs.

II, p. 74 : venerunt Nurembergh de Studio Parisius duo filii diaboli, videlicet magister Johannes de Gonduno natione gallicus, et magister Marsilius de Padua natione italicus ;

IX, p. 58 : En ce temps se departirent de Paris II clers moult renommez : maistre Jehan de Gendun et maistre Martin de Pade, Lombart, anemis de sainte Eglise […]

II, p. 122 : et sic eam [dignitatem] dominus Papa contulit domino Guillelmo, fratri Roberti dicti Bertrandi, natione Normanno.

IX, p. 121 : Et donques la donna-il au frere messire Guillaume Bertran nez de Normendie.

  • 34 Le terme « nascions » apparaît cependant une fois (IX, p. 298), dans le récit du siège de La Roche (...)
  • 35 Quelques indices de cette vision unitaire : on relève dans la chronique latine par quatre fois l’e (...)
  • 36 Cf. le croquis historiographique que Bernard Guenée consacre à « Nations et sentiments nationaux » (...)
  • 37 GCF, IX, p. 270 : « De laquelle mort [Simon Poulliet] tant honteuse, France pot bien dire la parol (...)
  • 38 H. Millet, « La fin du Grand schisme d’Occident ; la résolution de la rupture des obédiences », Eu (...)

24On rencontre donc sous la plume de Richard Lescot, et pour la première fois depuis le début de cette enquête, une pratique lexicale systématique qui tend curieusement à faire disparaître le terme de « nation » du récit34. Non que Richard Lescot ait été insensible à l’idée que le royaume de France était une « nation ». Il a au contraire repris de ses prédécesseurs immédiats tous les lieux qui disaient cette identité commune : de Guillaume de Nangis, qui l’avait lui-même héritée de la chronique latine de Primat, il a repris par exemple l’idée de la « nation, marteau du monde ». De même, jamais Richard n’omet ni ne remplace les nombreuses expressions qu’offrait la Chronique française abrégée : « nostre roy de France », « les noz », « nostre gent françoyse ». Elles témoignent que dans la première moitié du xive siècle, l’idée d’une communauté de destin, rassemblée autour du roi, avait bel et bien gagné en puissance et que Richard Lescot se l’appropriait sans difficulté. Confronté depuis de nombreuses années déjà au conflit franco-anglais et très tôt sensible à la menace d’invasion du royaume, peutêtre même avait-il développé une vision du royaume plus unitaire que celle à laquelle Guillaume était parvenu vers 130035. Sans doute le concevait-il comme une nation dans un sens approchant celui où nous l’entendons depuis le xviiie siècle, à savoir « un groupe humain, politiquement organisé, un peuple », ce qui – du moins peut-on le suggérer – excluait qu’il y eût en son sein des « nations » concurrentes36. Ce peuple pouvait même quelquefois s’incarner et devenir « France37 ». Mais dans l’univers mental qui était le sien, intimement marqué par l’Écriture, le mot « nation » n’était de toute évidence pas le plus adéquat pour dire cette nouvelle réalité dont il percevait la force et les contours. Car le texte sacré, sans ignorer le terme, ne le valorisait aucunement38. Fréquent surtout dans l’Ancien Testament, il y désignait simplement un groupe d’hommes auquel on appartenait par ses origines. Et si Dieu avait promis à Israël de faire de lui « une nation sainte », distincte par élection divine des nations païennes, c’est avant tout en devenant le peuple de Dieu – un peuple appelé à dépasser le cadre des nations et à les comprendre toutes en son sein – qu’il devait réaliser sa vocation.

Conclusion

25Le Roman aux rois de Primat est un moment capital de la prise de conscience identitaire, mais il constitue surtout une étape d’une progression lente mais assurée, dont les premiers pas remontent sans doute à Aimoin de Fleury, et dont on peut suivre les traces dans l’ensemble du corpus latin et vernaculaire du xiiie siècle. Tout au long de ce siècle, la nation se dit moins par les mots qu’elle ne se donne à voir en des « lieux » signifiants du récit, par des images et des expressions qui soulignent l’appartenance commune à une identité qui distingue et exalte le roi et les régnicoles au milieu des nations. Dans la première moitié du xive siècle s’amorce une réflexion sur le champ lexical que l’on perçoit au cœur d’un récit que l’on commence à dénommer non plus Roman aux rois mais Chroniques de France.

Notes

1 G. M. Spiegel, « Les débuts français de l’historiographie royale : quelques aspects inattendus », Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, éd. Fr. Autrand, Cl. Gauvard, J.-M. Moeglin, Paris, 1999, p. 395-405, ici p. 402-403.

2 É. Andrieu, Les Grandes chroniques de France dans la forge dionysienne (Genèse d’un texte d’histoire médiévale : archéologie du sens et des formes de l’histoire des rois des Francs), présentation dans Perspectives médiévales, 31 (2007), p. 87-93. Il s’agit de la présentation de la thèse de doctorat de Lettres modernes soutenue par l’auteur en 2004.

3 Les citations des Grandes chroniques de France renvoient à l’édition de J. Viard, Les Grandes Chroniques de France, 10 vol., Paris, 1920-1953 (désormais abrégées GCF). GCF, III, p. 102-103 : « Poi de tens trespassa après que Cappanes [Cagan], li princes des Huns, vint à l’empereor por son besoing et por la necessité de son pople, et li requist que il li donast terre et region pour habiter, à lui et sa gent […] » ; III, p. 231, [Charlemagne répond à Aigolant] : « […] et pour ce, ai-je convertie ta gent sarrazine à nostre foi tant que come je poi. » ; V, p. 21 : conversion d’Olaf, roi de Norvège : « Mès avant que Olauns [Olaf] li rois de Noroie s’en repairast, guerpi-il la fause creance des ydoles, il et une partie de sa gent, par la predication Robert l’arcevesque de Roen, et fu baptiziez en la foi par la main celui Robert, et retorna en son païs moult liez pour la foi crestiene que il avoit receue ; puis la garda moult fermement touz jors. » ; Gent peut aussi signifier l’entourage, la cour, cf. GCF, IV, p. 69 : « Après ces choses, se parti de sa gent et s’en ala a petite compagnie chacer en la forest d’Ardenne. »

4 GCF, III, p. 32 [Éginhard, Annales, éd. G. H. Pertz, F. Kurze, Hanovre, 1895 (MGH, Scriptores rerum Germanicarum, 6), p. 41 : […] et in eo Francorum praesidio posuit].

5 GCF, IV, p. 253.

6 GCF, I, p. 45 : « Par pluseurs foiz, [Thierry] se combati à une maniere de gent que on apele les Avares. » ; II, p. 37 : « Cele maniere de gent qui lors estoient apelé Hum et la terre Pannonie est orendroit nomée Esclavonie et li poples Esclavon. »

7 GCF, II, p. 34.

8 Aimoinus Floriacensis, Historia Francorum, III, 82, éd. Patrologia latina, t. 139, col. 646 D-650 c.

9 GCF, I, p. 18.

10 B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237 (1967), p. 17-30.

11 GCF, III, p. 174.

12 GCF, I, p. 211.

13 GCF, II, p. 63.

14 GCF, II, p. 120.

15 Respectivement GCF, II, p. 213, III, p. 56 et IV, p. 74.

16 GCF, I, p. 11-12, 15-16, 18.

17 GCF, I, p. 135 : « … se departirent li Lombart de la terre de Golande, et entrerent en une autre qui estoit apelée Rugiland en leur langue, qui vaut autant en françois come païs de Rugiens, car cele sillabe land vaut autant come païs. » Primat emprunte ce récit de l’origine des Lombards à Aimoin (II, XIII) qui, reprenant lui-même l’Historia Longobardorum de Paul Diacre (I, 19), disait que latine Rugorum patria dicitur […] verbo latinorum ; ibid., IV, p. 193 : « et maintes autres viles et citez qui pas ici ne sont nommées pour eschiver la confusion, et pour ce que li non sont en langue Thyose où l’en ne puet pas assigner propre françois. » Primat abrège à cet endroit et par cette expression la liste donnée par les Annales de Saint-Bertin (MGH, Scriptores, 1, p. 488) des lieux relevant du roi Louis le Germanique aux termes de l’accord passé avec Charles le Chauve en 870 ; ibid., VI, p. 119 : « Li arcevesques de Treves conta lor parole ; hons sage et amesurez et bien savoit langue françoise… » Primat traduit ainsi l’expression de Suger gallicano coturno exercitatus (Vita Ludovici, éd. H. Waquet, p. 56) mais, plus que Suger, il joue sur le contraste, en évoquant un peu plus loin « cil Alemant [qui crioient] en lor Tyois, si espoentablement et si haut, que il sembloit que il deusent les ciex trespercier » (Suger, op. cit., p. 62 : et Alemannorum cantancium terribili clamore celos penetrante).

18 GCF, I, p. 29-30.

19 GCF, I, p. 3-6. Lat. 5925, Prohemium, fol. 6, voir l’édition en ligne des chroniques latines de Saint-Denis réalisée sous la direction de Pascale Bourgain (http://elec.enc.sorbonne.fr/chroniqueslatines/.Consultéle23octobre2013).

20 P. Riché, « La Bible et la vie politique dans le haut Moyen Âge », Le Moyen Âge et la Bible, éd. P. Riché, G. Lobrichon, Paris, 1984 (Bible de tous les temps, 4), p. 385-400, ici, p. 392.

21 Cité par P. Riché, loc. cit. n. 20, p. 392.

22 B. Guenée, « Les “Grandes Chroniques de France”. Le Roman aux roys, 1274-1518 », Les lieux de Mémoire, éd. P. Nora, t. 1, Paris, 1997, p. 739-758, ici p. 742-743.

23 M. Chazan, « Guillaume de Nangis et la translation de l’Empire aux rois de France », Saint-Denis et la royauté, op. cit. n. 1, p. 463-480, ici p. 470-472.

24 G. Labory, « Essai d’une histoire nationale au xiiie siècle : la chronique de l’Anonyme de Chantilly-Vatican », Bibliothèque de l’École des chartes, 148 (1990), p. 301-354.

25 GCF, I, p. 118-123 ; BnF., lat 5925, II, fol. 24r-v ; Jérôme, Vita sancti Hilarionis, éd. Patrologia Latina, t. 23, chap. XXII, col. 39 : Inter Saxones quippe et Alemanos gens ejus non tam lata quam valida ; apud historicos Germania, nunc Francia vocatur.

26 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 30 : « Monseigneur saint Hierosme fait mencion de ces gens, cest des Francoys, en ung livret quil fait de la vie monseigneur saint Hylarion et dit que ces gens qui moult son a louer que de beauté que de corsaige que le grant prouesce habiterent jadis sur les marches de Sessoigne et de l’Alemaigne et si fait encores mencion dun ieune varlet gentil homme et de grant beaulté […] et quil estoit ne des Francoys et fut puis guery par monseigneur saint Hylarion si comme dit messire saint IHerosme […] lesquels gens dont cestui varlet fut demouroient iadis entre Saissongne et Alemaigne et celle terre ou ilz demouroient les hystoriographes lappelent Germanie et en ce temps lapelle lon lancienne France. »

27 L’Historia regum Francorum usque ad annum 1214 a fait l’objet d’éditions fragmentées dans les RHF, VII, IX, X, XI, XII, XVII. Le prologue a été édité par N. de Wailly, « Examen de quelques questions relatives à l’origine des chroniques de Saint-Denys », Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Mémoires de l’Institut de France, 17 (1847), p. 379-407, p. 403-405. On conserve de cette œuvre deux manuscrits : BnF, lat. 14663 et lat. 17008.

28 Sur cette question de l’amour entre le roi et le peuple, voir dans ce même volume la communication de Lydwine Scordia, que je remercie chaleureusement pour la richesse de nos échanges.

29 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 24a : « Et [Clovis] se fist ce jour bien cognoistre a ses ennemys par la juste prouesce qui en lui estoit. Que vous feroye je longue demourée : nos Francoys furent montez et orent leurs heaumes laciez et sen alerent contre leurs ennemis leurs escuz aux cols et les lances levees […] noz Francoys les requeroient par grant vigor […] Et celui qu’il [Clovis] ataignoit du coup de la mort estoit seur. Car ses coups nestoient pas coups de lombart mais de naturel Francoys. »

30 Anonyme de Chantilly, ms. Condé 869, fol. 24a.

31 Sur la comparaison du style des deux auteurs, C. Beaune, « Clovis dans les grandes chroniques de France », Clovis, histoire et mémoire. Le baptême de Clovis, son écho à travers l’histoire, éd. M. Rouche, Paris, 1997, p. 191-211.

32 Liber historiae Francorum, éd. B. Krusch, Hanovre, 1885 (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, 2), p. 276.

33 Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la continuation de cette chronique, éd. J. Lemoine, Paris, 1896 (SHF), p. 23. Il s’agit sans doute d’une faute d’attention dans la compilation de la Continuation de la chronique latine de Guillaume de Nangis (II, p. 122) puisque la correction est bien effectuée à l’occasion de la révision des Grandes chroniques de France (voir dernier exemple du tableau).

34 Le terme « nascions » apparaît cependant une fois (IX, p. 298), dans le récit du siège de La Roche-Derrien où le duc de Bretagne, Charles de Blois, « avoit aveques li grant quantité de peuple, tant de Bretons que de François et d’autres nascions ». « Nascions » désigne ici les mercenaires étrangers.

35 Quelques indices de cette vision unitaire : on relève dans la chronique latine par quatre fois l’expression in toto regno ou encore celle d’omnia regni sui confinia ; voir aussi l’annonce des dispositions prises par le duc de Bretagne Jean III considerans bonum regni Francie, periculum eciam quod eidem regno posset in futuro evenire […].

36 Cf. le croquis historiographique que Bernard Guenée consacre à « Nations et sentiments nationaux » dans L’Occident aux xive et xve siècles, les États, Paris, 1971, rééd. 1993, p. 296-302.

37 GCF, IX, p. 270 : « De laquelle mort [Simon Poulliet] tant honteuse, France pot bien dire la parole de Jhesu Crist qui disoit : “Ci sont les commencemens des douleurs, si comme il sera monstré par après.” » ; ibid., p. 283 [après Crécy] : « En ycelle journée, toute France ot confusion telle qu’elle n’avoit onques mais par le roy d’Angleterre soufferte, dont il soit mémoire à présent. »

38 H. Millet, « La fin du Grand schisme d’Occident ; la résolution de la rupture des obédiences », Europa e Italia. Studi in onore di Giorgio Chittolini, éd. P. Guglielmotti et alii, Florence, 2011, p. 309-327. Dans cette étude, l’auteur, sur la base d’une interrogation des versions numérisées, compte 99 occurrences du terme natio dans la Vulgate, dont sept seulement dans le Nouveau Testament.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540