Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Construction et reconstruction de la nation

L’image de la nation lombarde dans la Petite Histoire des Lombards de Bénévent : dissolution et mutation d’une identité nationale

The Image of the Lombard Nation in the History of the Lombardians of Benevento: Dissolution and Mutation of a National Identity

Aurélie Thomas

Résumé

La Petite Histoire des Lombards de Bénévent est une courte chronique méridionale lombarde, composée à la fin du ixe siècle par un moine du Mont-Cassin, Erchempert. Cette continuatio de l’Histoire des Lombards de Paul Diacre, son modèle, repose sur un paradoxe. Erchempert prétend y décrire la décadence et la disparition du peuple des Lombards, alors même qu’il raconte sa survie et sa mutation au sein de l’ancien duché de Bénévent, érigé en principauté indépendante après la disparition, en 774, du regnum Langobardorum sous les coups de Charlemagne. Le récit d’Erchempert, observateur attentif des divisions politiques de la société méridionale lombarde au cours du ixe siècle, est un témoignage original de la mutation identitaire d’un peuple et de sa capacité d’adaptation et de résistance à la défaite.

The History of the Lombardians of Benevento is a short chronicle from southern Lombardy completed at the end of the ninth century. It is the work of a monk from the monastery of Monte Cassino, Erchempert. While a continuatio of the History of the Lombards by Paul Diacre, the author’s model, it is somewhat paradoxical in nature. Erchempert purports to narrate the decadence and disappearance of the Lombardy people while simultaneously telling of their survival and mutation in the former duchy of Benevento. This territory became an independent principality after Charlemagne’s onslaught brought about the disappearance of regnum Langobardorum in 774. Erchempert’s narrative shows him to be a careful observer of the political divisions prevalent within southern Lombard society over the 9th century. It bears witness with originality to the transformation that took place in this people’s identity and to its ability to adapt and remain undefeated.

Texte intégral

  • 1 Sur la diffusion du manuscrit de Paul Diacre, cf. W. Goffart, The Narrators of Barbarian History, (...)
  • 2 Sur le Codex Vaticanus 5001, H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Salerne : ixe- xie siè (...)

1Autant l’Histoire des Lombards de Paul Diacre a connu une extraordinaire postérité1, tant manuscrite qu’historiographique, autant l’Ystoriola Langobardorum Beneventi degentium ou « Petite histoire des Lombards de Bénévent » du moine cassinien Erchempert est longtemps restée et demeure encore peu connue. Fortune manuscrite différente : cette courte chronique méridionale, composée à la fin du ixe siècle, ne nous est parvenue que par un seul manuscrit cassinien, du début du xive siècle, le Codex Vaticanus 5001. Ce manuscrit, sorte de pot-pourri historiographique méridional lombard, contient plusieurs continuations de Paul Diacre, dont les plus importantes sont le texte d’Erchempert et le Chronicon Salernitanum, une autre chronique méridionale lombarde, rédigée elle à la fin du xe siècle et centrée sur l’histoire de la principauté lombarde de Salerne2.

  • 3 La bibliographie sur cette chronique est extrêmement succincte, N. Cilento, « I Cronisti della Lon (...)

2Le récit d’Erchempert qui nous intéresse ici est un texte assez court, une dizaine de feuillets, mais extrêmement dense et riche d’informations. Il est surtout le seul témoignage contemporain des événements survenus dans les principautés lombardes au ixe siècle3.

Un prologue original

3La « petite histoire » d’Erchempert s’inscrit clairement dans la filiation de l’œuvre de Paul Diacre, modèle du récit historique, dont elle reprend le titre en mode mineur. Son prologue en fixe le programme :

  • 4 L’édition de référence est celle des MGH : Erchempert, Historia Langobardorum Beneventanorum, Hano (...)

Paul, homme remarquablement instruit a rapporté la suite des Lombards, leur venue et l’installation de leur royaume, c’est-à-dire leur origine, ou comment ils sont venus de l’île de Scandinavie jusqu’en Pannonie, puis de Pannonie jusqu’en Italie. Il a raconté cette histoire en deux livres qui remontent depuis Gammara jusqu’au règne de Ratchis. Ce n’est pas pour rien qu’il a exclu l’âge que nous vivons, car c’est celui-ci qui a vu la fin du royaume des Lombards. Il est de coutume pour l’historien de parler avant tout de sa gens et d’en rapporter uniquement les faits connus qui ont contribué à lui conférer le maximum de gloire. À la fin, moi, Erchempert, poussé par plusieurs, j’entreprends de narrer depuis les origines, surtout depuis le temps d’Adelchis, homme illustre et sage, la petite histoire des Lombards de Bénévent, de qui en ces jours on ne remarque rien de digne ni de louable qui mériterait d’être raconté en beau style, donc je raconterai non pas le règne mais la destruction, non pas la prospérité mais le malheur, non pas le triomphe mais la ruine, non pas qui ils ont vaincu mais par qui ils ont été vaincus. Je raconterai cela brièvement et sans effet de style, en soupirant dans le fond de mon cœur, pour servir d’exemple à la postérité4.

4L’entrée en matière d’Erchempert est inhabituelle et repose sur une contradiction apparente. Son Histoire des Lombards se veut à la fois fidèle au modèle de Paul Diacre et au récit des origines, en même temps qu’elle en est la négation, à travers la posture de déploration du temps présent qu’elle adopte. Le récit d’Erchempert est à la fois une chronique très détaillée sur l’histoire politique des principautés lombardes méridionales au ixe siècle et une illusion littéraire, contredite par la réalité qu’elle décrit elle-même. En effet, la chronique d’Erchempert ne raconte pas la « ruine » des Lombards de Bénévent, comme son auteur l’affirme, mais bien comment survit une nation lombarde dans le Sud, une fois disparu le royaume sur l’appartenance duquel elle fondait son identité.

5Les divisions et les « défaites » que rapporte le chroniqueur méridional sont donc avant tout les marques de la profonde transformation que connaît la société bénéventaine au ixe siècle, en dehors du cadre du royaume lombard, mais également en dehors du cadre de l’ancien duché-principauté de Bénévent, éclaté à partir du milieu du ixe siècle en une série de petites principautés rivales, Bénévent, Capoue et Salerne. La Petite Histoire des Lombards de Bénévent mise en regard de L’Histoire des Lombards de Paul Diacre pose clairement la question des fondements sur lesquels repose une « nation » au haut Moyen Âge. Que signifient la défaite et la disparition du regnum du Nord pour les Lombards du Sud ? Comment une nation peut-elle subsister en dehors de tout regnum ? Quel sens enfin donner à la défaite du dernier roi lombard Didier face à Charlemagne : événement fondateur ou fin de la gens Langobardorum ? Nous touchons ici à une question qui est au cœur du récit d’Erchempert : comment une nation disparaît-elle ou survit-elle ?

Le contenu de la chronique

Une défaite comme événement fondateur

  • 5 Sur cette identité régionale propre dès l’époque ducale, cf. W. Pohl, « Le identità etniche nei du (...)
  • 6 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. F. Bougard, Turnhout, 1994, vi, 40. L’édition qui fait a (...)

6Le récit d’Erchempert s’ouvre sur la conquête du regnum Langobardorum par Charlemagne en 774. Il s’agit d’un événement fondateur pour ce qui n’est alors que le duché lombard de Bénévent. Dès le départ, nous sommes donc face à un paradoxe : c’est une défaite qui est l’événement fondateur pour la nation des Lombards de Bénévent, son origo gentis. Rappelons que le duché méridional de Bénévent a toujours joui d’une situation particulière au sein du regnum lombard et possède une identité régionale propre dès avant la conquête carolingienne5. Paul Diacre mentionne d’ailleurs à plusieurs reprises dans son récit les Longobardi Beneventani, la puissance de leurs ducs et leurs fréquentes révoltes contre le pouvoir de Pavie6. Cette identité tient, à l’époque du royaume, à l’autonomie bien réelle du duché par rapport au pouvoir royal du Nord, autonomie renforcée par l’éloignement géographique de Bénévent, séparé jusqu’au milieu du viiie siècle du reste du regnum par les terres du duché de Rome et de l’exarchat de Ravenne. Avant même la conquête carolingienne, le duc de Bénévent est déjà comme un prince en son duché. Le basculement de 774 avec la disparition du royaume au Nord et la prise du titre princier par le dernier duc bénéventain, Aréchis, n’est donc pas une révolution, mais sanctionne l’évolution déjà ancienne de l’ancien duché indépendamment du regnum lombard.

  • 7 Sur les critères de distinction ethnique, cf. W. Pohl, « Telling the Difference : Signs of Ethnic (...)

7Le duché de Bénévent partage cependant avec le reste du royaume une identité lombarde qui, dès le viiie siècle, est avant tout un sentiment d’appartenance à une communauté qui, déjà, ne se définit plus tant sur des critères ethniques de vêtement, de langue ou de rite d’inhumation que sur les critères politiques et culturels que sont l’obéissance à la loi lombarde, une certaine unité politique et enfin une forme de communauté religieuse à travers certains cultes, notamment celui du patron tutélaire des Lombards, saint Michel7.

L’âge d’or de la dynastie aréchisienne

  • 8 Erchempert, op. cit. n. 4 § 4.

8Le récit d’Erchempert fait des règnes d’Aréchis et de son fils Grimoald le véritable âge d’or de la provincia beneventana. Tout le début de sa chronique est construit sur la nostalgie de cette époque, marquée par la lutte victorieuse contre l’ennemi franc, succès guerrier qui transforme en quelque sorte le sens de la défaite de 774 et permet d’en faire un moment fondateur. Erchempert dépeint un combat inégal, celui du petit David bénéventain contre le Goliath franc et ses immenses armées. L’enjeu n’est rien moins que l’affirmation identitaire des Lombards de Bénévent. Un épisode le montre particulièrement bien : celui des conditions imposées par Charlemagne, à la mort d’Aréchis en 788, pour libérer son fils et héritier, le prince Grimoald, alors otage à Aix. « Mais avant de le libérer, il le lia par serment : que les Lombards se rasent le menton et que les chartes et monnaies portent son nom8. » Grimoald accepte alors de faire figurer le nom de Charlemagne sur les chartes et monnaies de la principauté. La présence très momentanée du nom de Charlemagne dans les préceptes bénéventains est bien corroborée par les sources diplomatiques. Cet usage diplomatique était par ailleurs conforme à la tradition bénéventaine, dans laquelle les noms des souverains lombards figuraient régulièrement sur les diplômes ducaux, suivant le plus ou moins grand degré de dépendance du duché à l’égard du pouvoir royal pavesan.

  • 9 Sur cet épisode, cf. A. Thomas, « Hildeprand de Spolète, un duc lombard face à l’avènement du pouv (...)

9Il en va tout autrement pour la question de la barbe : d’après Erchempert, Grimoald refusa d’observer cette dernière condition et « bientôt commença à initier la rébellion ». Cette exigence de tondre les barbes lombardes n’est pas anodine, il s’agit ici de renoncer à un critère de distinction identitaire dont l’usage semble avoir perduré au viiie siècle, comme le montre un autre épisode, presque contemporain, celui des barbes spolétines. En 774, le duché lombard de Spolète, généralement considéré comme une sorte d’alter ego de Bénévent, se retourne contre le roi Didier et passe sous la tutelle pontificale. En échange de la protection romaine, le duc Hildeprand prête alors serment au pape et accepte avec ses hommes d’être tondu more romanorum, c’est-à-dire de renoncer à ce qui les désigne comme Lombards9. Le précédent est intéressant. À l’inverse du duc Hildeprand, le prince Grimoald refuse, lui, d’abandonner ce symbole identitaire fort. Dès lors, le caractère « national » de la révolte initiée par le jeune prince bénéventain contre les Francs se trouve bien affirmé.

10Après la période d’âge d’or des règnes d’Aréchis et de Grimoald, Erchempert raconte ce qui pour lui n’est plus que le temps de la division et de la décadence. Dans un saisissant contraste avec la période précédente, Erchempert dresse un tableau extrêmement noir de l’époque qui suit la disparition de la dynastie aréchisienne et de son dernier prince, Grimoald III en 806. Sa disparition inaugure en effet une période de guerre civile larvée entre prétendants au pouvoir, qui s’achève par la Divisio de la principauté, en 849, entre la principauté de Bénévent d’une part, au nord et à l’est, et la principauté de Salerne au sud et à l’ouest d’autre part.

  • 10 Le comté capouan ne deviendra une principauté à part entière qu’à compter du début du xe siècle, m (...)

11C’est à contrario que l’importance de l’unité de la provincia beneventana apparaît comme un élément fondamental de l’âge d’or de Bénévent. Autant Erchempert montrait l’unanimité des cives bénéventains réclamant à Charlemagne le retour de leur prince légitime à Bénévent, autant il montre leur désunion à l’époque suivante et la division des principaux gastalds et nobiles de la principauté entre les partisans des différents rivaux dans la lutte pour l’accession au principat, une fois disparu le dernier héritier de la dynastie légitime10. La peinture la plus noire est celle des luttes intestines des cousins capouans, descendants de Landolf l’Ancien, dont les combats fraternels, retournements, trahisons occupent l’essentiel du récit d’Erchempert, qui porte un jugement extrêmement sévère sur la responsabilité des comtes de Capoue depuis Landolf l’Ancien dans la situation de la provincia beneventana à la fin du ixe siècle, c’est-à-dire une région divisée par ses luttes intestines, incapable de s’opposer aux incursions extérieures, celles des Francs et des Spolétins d’abord, puis celles des Sarrasins et des Grecs.

Le contexte d’écriture

12Pour comprendre le contenu du récit d’Erchempert, il est important de revenir sur l’identité du chroniqueur et surtout sur le contexte dans lequel il écrit. Pour Erchempert, la Divisio de 849 et les guerres intestines entre Lombards qui lui succèdent sont vécues comme autant de drames. La seconde moitié du ixe siècle, dont Erchempert est le contemporain, est marquée par les conflits récurrents entre les trois principautés lombardes : Bénévent, Capoue et Salerne. C’est une période également marquée par les conflits internes à ces principautés et notamment ceux qu’Erchempert connaît particulièrement bien pour en être un proche témoin, à Capoue entre les héritiers du gastald Landolf l’Ancien.

  • 11 Sur ces événements et l’histoire du Mont-Cassin, cf. H. Bloch, Montecassino in the Middle Ages, Ca (...)

13C’est également à cette époque que commencent les premières incursions sarrasines en Italie méridionale et jusqu’à Rome. Les grands monastères bénédictins de la région, dont la richesse est connue, sont tout particulièrement visés par ces raids dévastateurs, les princes lombards n’hésitant pas à s’allier avec les bandes sarrasines en présence, qui forment autant de mercenaires potentiels contre leurs rivaux. Dans ce contexte complexe, les souverains francs interviennent de nouveau dans le sud de la péninsule, notamment au moment de la Divisio de la principauté en 849 puis, par la suite, lorsqu’ils sont poussés par la nécessité de mettre un terme aux raids sarrasins qui menacent jusqu’à Rome. Ce contexte politique, qui voit la fin de l’unité bénéventaine et le début des incursions étrangères, marque aussi la fin d’une période de grande prospérité pour l’abbaye du Mont-Cassin. Lors de la guerre civile de 839-849 entre Radelchis et Siconolf, le trésor du Mont-Cassin est « emprunté » par le prince salernitain et ses alliés capouans. Par la suite, la grande abbaye bénédictine souffre constamment des incursions sarrasines, qui contraignent la communauté à l’exil. En 883, deux ans après Saint-Vincent-au-Volturne, la catastrophe très prévisible survient : le monastère est entièrement détruit par une bande sarrasine. Les moines trouvent alors refuge d’abord à Teano, sur le territoire de Capoue, puis à Capoue même11.

  • 12 Sur le contexte cassinien de cette époque, cf. W. Pohl, « History in Fragments : Montecassino’s Po (...)

14Ces circonstances particulières expliquent à la fois l’excellente connaissance des vicissitudes politiques capouanes par Erchempert, puisque la communauté y a trouvé refuge, et son horreur de la division de la provincia beneventana, responsable pour le moine cassinien des malheurs qui accablent sa communauté, les princes lombards occupés à leurs luttes intestines n’offrant plus aucune protection efficace au monastère, bien au contraire12.

15Si Erchempert écrit son historiola dans un contexte politique particulier, il l’écrit également dans un contexte culturel donné, marqué par l’héritage au Mont-Cassin de l’œuvre de Paul Diacre, véritable modèle de tous les chroniqueurs lombards jusqu’à Aimé au xie siècle. Après la disparition du regnum lombard en 774, on assiste au sein de l’ancien duché bénéventain à une reviviscence de l’identité lombarde de la principauté, à travers tout un discours de propagande destiné à asseoir le pouvoir de la nouvelle dynastie princière fondée par Aréchis II. Ce discours identitaire véhiculé par le pouvoir princier repose sur plusieurs éléments :

  • Une rhétorique patriotique anti-franque, qui fait de la disparition du regnum en 774 l’événement fondateur marquant le début de la lutte contre les Francs.
  • Une exaltation de l’unité et de l’identité de la provincia beneventana à travers la promotion de certains cultes (saint Michel, le culte lombard par excellence, mais également d’autres saints liés plus spécifiquement à la province de Bénévent comme saint Mercure13).
  • Une exaltation des caractères lombards de la principauté, à travers notamment l’œuvre législative d’Aréchis, qui se pose ainsi en successeur légitime des derniers rois lombards, dont il est bien l’héritier par son mariage avec Adalperga, la fille du dernier roi lombard Didier.

16L’œuvre historique de Paul Diacre est l’un des vecteurs de la propagande aréchisienne et de la translatio regni qui s’opère en 774 entre le regnum Langobardorum et la provincia beneventana, promue gardienne du reste de la nation lombarde après la disparition du royaume au nord. En tant que moine cassinien, Erchempert est un porteur de ce discours propagandiste aréchisien et son récit témoigne a contrario de l’efficacité de la propagande identitaire lombarde véhiculée par le pouvoir princier, mais également de ses limites.

L’idéal de la nation lombarde selon Erchempert

Le modèle aréchisien : un absolu inatteignable

17Le récit d’Erchempert est en fait un véritable plaidoyer pour le retour à l’unité de la nation lombarde de Bénévent, sous la conduite d’un seul prince légitime, suivant le modèle aréchisien. Tous les personnages qui interviennent dans le récit du chroniqueur bénéventain sont jugés à l’aune de leur capacité à incarner ce modèle du prince lombard et à restaurer l’unité et la puissance de la provincia beneventana. Parmi les acteurs de l’histoire favorablement dépeints par Erchempert, on trouve au moins deux princes de Bénévent.

  • 14 Erchempert, op. cit. n. 4, p. 231 : Vir bone, amans, mitis, serenissime princeps, Armis, Aio, Dei (...)
  • 15 Sur l’histoire politique de la région, N. Cilento, Italia meridionale longobarda, Milan-Naples, 19 (...)

18Le premier est le prince Aion (884-890), contemporain d’Erchempert, qui lui dédie son œuvre. L’Historiola est en effet précédé par un chant à la gloire d’Aion, « bon prince doux et aimable/Soutien puissant de Dieu par ses armes14 ». Sous son règne la désormais petite principauté bénéventaine renoue avec une politique extérieure victorieuse, contre les Byzantins et les Napolitains d’une part, contre les Sarrasins d’autre part. Victorieux à l’extérieur, le règne d’Aion voit également la mise au pas des grands gastalds de la principauté tel Marinus de Sant’Agata dei Goti en 88715.

  • 16 Erchempert, § 20, p. 242 : vir quippe mittissimus et amabilis cunctis tantaque mansuetudine ut eti (...)
  • 17 Ibid., § 34, p. 247.
  • 18 Ibid.

19Autre prince bénéventain à trouver grâce aux yeux d’Erchempert : Adelchis de Bénévent, qui règne de 853 à 878. Il est mentionné dans le prologue de l’Historiola et Erchempert en fait un portrait très flatteur, bien qu’extrêmement court, plus loin dans le récit : « Homme très doux, aimable à tous et d’une telle bonté qu’il était apprécié même des étrangers16. » Peu après la Divisio de la principauté, il est l’instigateur d’une politique de restauration du pouvoir princier à Bénévent par imitation d’Aréchis II, sous les auspices duquel il place son œuvre législative. La chronique d’Erchempert ne mentionne pas les lois d’Adelchis, qui figurent dans le corpus des lois lombardes à la suite de celles du premier prince de Bénévent, mais il est évident qu’il les connaît. L’œuvre législative d’Adelchis, en l’occurrence fort modeste, est surtout importante sur le plan politique. Le prologue de ces lois est en effet un panégyrique du règne d’Aréchis II, le défenseur du « reliquat de sa nation », suae gentis reliquiae, et véritable modèle du prince lombard. Ce prologue législatif précède de peu un retournement du prince bénéventain contre l’empereur Louis II, qu’il emprisonne à Bénévent en 871, au retour de son expédition victorieuse contre les Sarrasins de Bari17. Nous retrouvons alors dans la politique d’Adelchis les fondements de l’idéal national selon le modèle aréchisien, c’est-à-dire une affirmation de la « lombardité » de la province et de sa filiation avec l’ancien regnum lombard, à travers le corpus des lois et son prologue, et une politique antifranque, qui n’est cependant pas dénuée de contradictions. L’éloge d’Adelchis par Erchempert conserve en effet une certaine ambiguïté, notamment lorsqu’il est question de l’empereur Louis II dont le chroniqueur cassinien rapporte l’emprisonnement en ces termes : « Les Francs commencèrent à gravement persécuter les Bénéventains. À cause de cela le prince Adelchis se dressa avec les siens contre l’empereur Louis. Il s’empara par ruse du très saint homme, le sauveur assurément de la province de Bénévent18. » Le titre de salvator provinciae beneventanae employé ici fait écho à celui de salvator reliquiae gentis suae attribué à Aréchis II ; or, il est attribué à un Franc, un Caroligien de surcroît, et non au prince de Bénévent, Adelchis.

20Cette contradiction apparente témoigne en fait des tensions entre les identités multiples du chroniqueur, lombard et bénéventain d’une part, moine cassinien d’autre part, c’est-à-dire représentant d’un monastère toujours traditionnellement protégé par les Carolingiens. Elle montre enfin les tensions entre l’idéal identitaire aréchisien véhiculé par la tradition cassinienne et la réalité plus décevante, à savoir l’incapacité des princes de Bénévent à maintenir l’unité de la provincia beneventana et à lutter efficacement contre les incursions sarrasines.

Une identité bénéventaine

  • 19 Sur ce point, cf. A. Thomas, Stratégies politiques et stratégies familiales à Bénévent, Capoue et (...)

21S’il demeure inaccessible, l’idéal de la nation lombarde d’Erchempert est cependant davantage qu’une simple illusion littéraire, il reste le modèle vers lequel tendent tous les princes lombards du Sud jusqu’à la disparition des principautés méridionales. À la fin du xe siècle, les fondements symboliques du modèle identitaire mis en œuvre par la dynastie aréchisienne persistent surtout dans le discours, mais tendent à s’effacer dans les faits. La politique antifranque cesse peu à peu d’être un élément constitutif de l’identité bénéventaine. De même, ni Adelchis ni Aion, les princes modèles d’Erchempert, ne sont parvenus à rétablir l’unité de la provincia beneventana ; elle ne sera rétablie, de façon très éphémère, qu’un siècle plus tard, sous le règne d’un descendant de Landolf l’Ancien de Capoue, Pandolf Tête de fer, au prix de son entrée dans l’orbite impériale et franque dans la seconde moitié du xe siècle. Pour autant, si ses fondements traditionnels tendent à disparaître, le sentiment d’appartenir à la nation lombarde perdure encore bien après la disparition des principautés lombardes du Sud, puisque l’on retrouve encore dans Catalogus baronum au milieu du xiie siècle, la mention de l’origine lombarde de certains feudataires19.

22Comment comprendre cette nation des Lombards de Bénévent prise entre idéal et réalité ? L’étude de la terminologie employée par le chroniqueur nous éclaire beaucoup sur ce point. Le terme de Longobardi ne revient qu’à huit reprises dans le récit contre soixante-sept fois pour celui de Beneventum ou Beneventani. La terminologie révèle ici un véritable phagocytage de l’identité lombarde par ces Lombards du Sud que sont les Bénéventains. Lorsque Erchempert parle des Bénéventains, il sous-entend les Longobardi beneventani, suivant l’expression de Paul Diacre, mais dans neuf cas sur dix, il ne le précise pas tant cette fusion des deux identités est désormais évidente pour tous. Seuls les Bénéventains sont désignés sous le terme de Lombards, les Spoletini, pourtant lombards eux aussi, sont considérés dans le récit d’Erchempert comme des étrangers. Bénévent, patrie des Lombards du Sud, est devenue la seule véritable patrie des Lombards. Cette patria est désignée de façon générique sous l’expression provincia beneventana (à huit reprises) ou tellus ou terra beneventana, parfois même omnis Beneventana. Cette province bénéventaine transcende toutes les divisions politiques et définit plus sûrement les Bénéventains que l’expression de gens finalement assez peu employée et plus souvent pour désigner les exterri que les Lombards. Cette identité bénéventaine se fonde dans les faits sur deux critères : la lombardité, bien sûr, dont témoigne l’observance de la lex longobarda dans les actes de la vie courante ou le culte si lombard de saint Michel (rappelons que l’accès du grand sanctuaire de Saint-Michel-au-Gargano, situé en territoire bénéventain, reste garanti aux Salernitains d’après les termes du traité de divisio de 849, preuve que la division politique n’est pas une division culturelle), mais surtout le fait d’appartenir à l’ancien duché de Bénévent, devenu seul réceptacle légitime de l’identité lombarde.

23Le récit d’Erchempert à travers ses tensions et ses contradictions met en évidence un modèle national idéal, construit sur un passé mythifié, mais qui contribue toujours à définir, au xe siècle, l’horizon identitaire de ces Lombards du Sud, à la fois profondément lombards et profondément bénéventains. Son récit témoigne d’une nation en mutation, qui n’est plus politique mais surtout culturelle puisqu’elle survit non seulement à la disparition du regnum en 774, mais également à l’éclatement de la provincia beneventana.

Notes

1 Sur la diffusion du manuscrit de Paul Diacre, cf. W. Goffart, The Narrators of Barbarian History, A. D. 550-800, Princeton, 1988, p. 329.

2 Sur le Codex Vaticanus 5001, H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Salerne : ixe- xie siècle, pouvoir et société en Italie lombarde méridionale, Rome, 1991, p. lv-lxv et W. Pohl, Werkstätte der Erinnerung Montecassino und die Gestaltung der langobardischen Vergangenheit, Vienne, 2001, p. 14.

3 La bibliographie sur cette chronique est extrêmement succincte, N. Cilento, « I Cronisti della Longobardia minore », Italia meridionale longobarda, éd. Id., Milan, 1966, p. 40-64.

4 L’édition de référence est celle des MGH : Erchempert, Historia Langobardorum Beneventanorum, Hanovre, 1878 (MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. vi-ix , 1), p. 231-264.

5 Sur cette identité régionale propre dès l’époque ducale, cf. W. Pohl, « Le identità etniche nei ducati di Benevento et di Spoleto », I Longobardi dei ducati di Spoleto e Benevento : atti del XVI Congresso Internazionale di Studi sull’Alto Medioevo ; Spoleto, 20-23 ottobre 2002, Benevento, 24-27 ottobre 2002, Spolète, 2004, vol. 1, p. 79-103.

6 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. F. Bougard, Turnhout, 1994, vi, 40. L’édition qui fait autorité reste Pauli Historia Langobardorum, éd. L. Bethmann et G. Waitz, Hanovre, 1878 (MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. vi-ix , 1), p. 12-187.

7 Sur les critères de distinction ethnique, cf. W. Pohl, « Telling the Difference : Signs of Ethnic Identity », Strategies of Distinction. The Construction of Ethnic Communities, 300-800, éd. W. Pohl, Leyde/Boston/Cologne, 1998, p. 17-69.

8 Erchempert, op. cit. n. 4 § 4.

9 Sur cet épisode, cf. A. Thomas, « Hildeprand de Spolète, un duc lombard face à l’avènement du pouvoir franc (774-788) », Puer Apuliae : mélanges offerts à Jean-Marie Martin, éd. E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent, Paris, 2009, p. 637-652.

10 Le comté capouan ne deviendra une principauté à part entière qu’à compter du début du xe siècle, mais dès le milieu du ixe siècle, il est de fait largement indépendant de la principauté salernitaine à laquelle il appartient en théorie.

11 Sur ces événements et l’histoire du Mont-Cassin, cf. H. Bloch, Montecassino in the Middle Ages, Cambridge-Rome, 1986.

12 Sur le contexte cassinien de cette époque, cf. W. Pohl, « History in Fragments : Montecassino’s Politics of Memory », Early Medieval Europe, 10/3 (2001), p. 343-374.

13 Sur l’utilisation de ces saints lombards à Bénévent, cf. D. Harrison, « The Duke and the Archangel : A Hypothetical Model of Early State Integration in Southern Italy through the Cult of Saints », Collegium Medievale, 6-1 (1993), p. 5-33 ; P. Delogu, Mito di una città meridionale, Salerno secoli viii-xi, Naples, 1977, p. 25.

14 Erchempert, op. cit. n. 4, p. 231 : Vir bone, amans, mitis, serenissime princeps, Armis, Aio, Dei auxiliove potens.

15 Sur l’histoire politique de la région, N. Cilento, Italia meridionale longobarda, Milan-Naples, 1966 ; S. Gasparri, « Il ducato e il principato di Benevento », Storia del Mezzogiorno, éd. G. Galasso, R. Romeo, vol. II-2, Rome, 1986, p. 85-146.

16 Erchempert, § 20, p. 242 : vir quippe mittissimus et amabilis cunctis tantaque mansuetudine ut etiam ab exteris diligeretur.

17 Ibid., § 34, p. 247.

18 Ibid.

19 Sur ce point, cf. A. Thomas, Stratégies politiques et stratégies familiales à Bénévent, Capoue et Salerne de la fin du viiie siècle à la fin du xie siècle, thèse, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012, p. 44 et suiv.

Auteur

LAMOP (CNRS/UMR 8589)

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540