Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

Construction et reconstruction de la nation

Huns et Hongrois, une seule nation…

Huns and Hungarians: A Single Nation

Edina Bozóky

Résumé

La théorie de la parenté, voire de l’identité des Huns et des Hongrois est une construction de l’historiographie hongroise médiévale. Déjà, selon la Chronique de l’Anonyme, vers 1210, les chefs des Hongrois conquérants, Almus et Árpád, descendent d’Attila. Les Hongrois occupent le bassin des Carpates comme une terre qui leur revient en héritage. Le chroniqueur Simon de Kéza (Gesta Hungarorum, vers 1282-1285) établit non seulement l’origine commune des Huns et des Hongrois, descendant de deux frères, Hunor et Magor, mais il formule l’identité des deux nations. Il souligne la continuité historique entre l’époque d’Attila et celle des Hongrois, et il présente l’installation des Hongrois en Pannonie comme la seconde venue des Huns. Cependant, chez Kézai, la nation stricto sensu se limite à la noblesse, et il situe l’apparition des inégalités sociales à l’époque hunnique. L’œuvre de Kézai exerce une influence considérable sur l’historiographie ultérieure jusqu’à l’époque moderne.

Hungarian Medieval Historiography has developed a theory positing the kinship between the Huns and the Hungarians and even goes as far as identifying them as essentially the same people. As far back as circa 1210, the Chronicle by Anonymous establishes the descent from Attila of the leaders of the Hungarian Conquest, Almus and Arpád. The Hungarians occupied the Carpathian basin which they saw as their inheritance. The chronicler, Simon Kéza, in his Gesta Hungarorum (circa 1282-1285) not only established the common origin of the Huns and the Hungarians, as descending from two brothers, Hunor and Magor, but also stresses how alike the two nations are. He points out the historical continuity between the period of Attila and the period of the Hungarians, and sees the settling of the Hungarians in Pannonia as the second arrival of the Huns. For Kéza however, the nation in the strictest sense is confined to the nobility and he shows social inequality emerging during the period of the Huns. Kéza’s considerable influence on subsequent historical writings has continued until the present day.

Texte intégral

  • 1 Le Monde, 19-20 août 2012.

1L’idée de la parenté, voire de l’identité des Huns et des Hongrois, est une construction de l’historiographie médiévale. L’influence de cette théorie subsiste jusqu’à nos jours, non seulement dans l’opinion publique des Hongrois, mais aussi dans la vie politique. En revendiquant ses racines orientales, le nationalisme hongrois met en relief sa différence avec les Occidentaux. Dans le passé, cela visait le pouvoir des Habsbourg ; aujourd’hui, c’est la communauté européenne qui est ciblée. Avec l’éveil des nationalistes extrémistes, Attila devient le personnage qui cristallise l’unité nationale, voire l’unité des peuples touraniens ! En 2012, sur une plaine de Hongrie, 80 000 personnes ont participé à une manifestation festive qui a réuni les représentants des peuples descendants ou parents des Huns, Turcs, Ouzbeks, Kazakhs, etc.1. À cette occasion, le parti d’extrême droite « Jobbik » a même demandé au gouvernement la constitution d’un comité d’experts, censé prouver que les Huns sont les véritables ancêtres des Hongrois !

  • 2 Chronicon Eberspergense, éd. W. Arndt, Hanovre, 1868 (MGH, Scriptores, 20), p. 10 : a. 933. Hoc te (...)
  • 3 Lupus Protospatarius, Annales Barenses, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1839 (MGH, Scriptores, 5), p. 53 (...)
  • 4 Sächsische Weltchronik, Hanovre, 1971 (MGH, Deutsche Chroniken, II-1), p. 147 : de Hunen, dat nu s (...)
  • 5 Godefroy de Viterbe, Memoria seculorum, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1872 (MGH, Scriptores, 22), p. 1 (...)

2Dès le début du xe siècle, les Hongrois sont désignés comme des Huns dans les chroniques occidentales. Cela n’a rien d’étonnant : les nouveaux peuples qui apparaissent sur la scène historique reçoivent souvent le nom de peuples déjà connus. Les Huns eux-mêmes ont été confondus ainsi avec les Avars. Le Chronicon Eberspergense (xie siècle) évoque les dévastations des « Huns qui sont des Hongrois » en 9332. Au xiie siècle, pour Lupus Protospatarius, Hungari est synonyme de Huni3. Cette confusion s’introduit aussi dans les sources en langue vernaculaire : la Chronique universelle saxonne, rédigée vers 1235, mentionne « les Huns qui sont maintenant les Hongrois4 ». D’une façon générale, dans les chroniques en langue allemande, les termes Hewnen (Huns) et Ungern (Hongrois) sont utilisés indifféremment. Godefroy de Viterbe parle de deux royaumes des Hongrois ; le premier, antique, se trouvait en Méotide, et le deuxième, le nouveau, situé en Pannonie, en nouvelle Hongrie ; il établit une équivalence entre les Hongrois (Ungari) et les Huns (Huni)5.

La terre d’Attila ou le droit à l’héritage des Hongrois

  • 6 Anonymus, Gesta Hungarorum, § 5, éd., trad. et notes M. Rady, L. Veszpremy, Budapest, 2010 (Centra (...)
  • 7 Ibid., § 12, p. 34-36 : Sclavi vero habitatores terre audientes adventum eorum, timuerunt valde et (...)
  • 8 Ibid., § 14, p. 40 : Licet praevus meus, potentissimus rex Athila habuerit terram, que iacet inter (...)
  • 9 Ibid., § 19, p. 50 : Dux vero Arpad […] legatos misit in castrum Byhor ad ducem Menumorout petens (...)
  • 10 Ibid., § 20, p. 52 :… quia omnes habitatores timebant eos ultra, quam dici potest, eo, quod audive (...)
  • 11 Ibid., § 33, p. 72 :… timuit eos omnis homo, et maxime ideo timebant eos, quia audierant ducem Arp (...)
  • 12 Ibid., § 46, p. 100 :… et facti sunt leti ultra, quam dici potest, eo, quod capere meruerunt sine (...)

3Mais ce sont les historiens hongrois du xiiie siècle qui donnent forme à la parenté puis à l’identité des deux peuples. L’auteur anonyme de la Gesta Hungarorum, rédigée vers 1210, développe deux éléments de cette future idéologie : le lignage de la dynastie arpadienne, descendant d’Attila, et la terre d’Attila, qui revient aux Hongrois par le droit d’héritage. Quand la terre de Scythie devient trop étroite pour les Hongrois et qu’ils cherchent un nouveau pays, ils choisissent la Pannonie car, selon la rumeur, c’était la terre du roi Attila dont le duc Almus, père d’Árpád, descend6. Dès que les Hongrois pénètrent sur cette terre, les habitants slaves sont effrayés et se soumettent au duc Almus, car ils ont entendu qu’il descendait du lignage du roi Attila7. Lorsque Salan, le prince des Slaves, envoie un message menaçant au fils d’Almus, Árpád, celui-ci lui répond que son illustre aïeul, le puissant roi Attila, possédait jadis toute la terre sise entre le Danube et la Tisza ; pour son bétail, il ne réclame qu’une portion de cette terre ainsi que deux cruches d’eau du Danube et un sac d’herbe provenant des sables d’Alpar8 – matériaux symbolisant la terre dont les Hongrois veulent prendre possession. De même, c’est au nom du droit de son ancêtre Attila qu’Árpád exige du prince Ménmarot une partie de sa terre9. Mais Ménmarot ne veut pas lui céder la moindre parcelle ; les Hongrois se mettent en route pour l’attaquer et avancent vers le fleuve Szamos. Les habitants prennent peur en apprenant que le père d’Árpád, Almus, descend d’Attila ; ils pensent qu’ils ne pourront rester en vie que par la grâce d’Árpád, fils d’Almus, et de ses nobles, et c’est ainsi que la plupart se soumettent à eux de leur plein gré10. De nouveau, lorsque les Hongrois traversent la rivière Verőce, tout le monde les craint, ayant entendu qu’Árpád appartenait au lignage du roi Attila ; effrayés, les Slaves assujettis jusqu’alors au prince Salan se soumettent sans résistance aux Hongrois11. De même, les Hongrois entrent sans coup férir dans la ville d’Attila (Buda) et font bombance vingt jours durant dans le palais d’Attila12.

4Si le chroniqueur anonyme insiste sur la légitimité de l’installation des Hongrois en Pannonie, terre qui leur revient par héritage, il ne formule pas encore la légende de l’origine commune des Huns et des Hongrois.

Origine commune des Huns et des Hongrois

  • 13 Simon de Kéza, The Deeds of the Hungarians [Gesta Hungarorum], éd. et trad. L. Veszprémy, F. Schae (...)

5Vers 1282-1285, c’est Simon Kézai – ou de Kéza – qui développe dans les Gesta Hungarorum13 la théorie selon laquelle les Huns et les Hongrois forment une seule et même nation. Son ouvrage est très important pour la définition du concept de nation. Il emploie le terme une vingtaine de fois, mais presque toujours quand il évoque des nations étrangères.

6Il dédie son œuvre au roi Ladislas IV, dit le Couman (1272-1290), dont il est prêtre. Il a une bonne connaissance des écrits des historiens antiques et médiévaux, mais aussi du droit ; il a probablement étudié et voyagé en Occident, en Italie et en France.

  • 14 Ibid., p. 6 : Quocirca patet, sicut mundi nationes alias, de viro et faemina Hungaros originem ass (...)

7Dans le prologue de son œuvre, qu’on qualifie souvent de « chronique hunnique », il réfute d’abord l’origine démoniaque des Huns, qu’il connaît par Jordanès : il souligne que les Hongrois, comme les autres nations du monde, tirent leur origine d’un homme et d’une femme, et non pas des esprits mauvais14. Puis il expose son but, à savoir décrire l’origine de la nation (ortus nationis) des Hongrois : où ils vivaient, quels royaumes ils ont occupés et combien de fois ils ont changé de lieux d’habitation. Trois éléments composent la légende de l’identité hunno-hongroise construite par Kézai : l’origine commune de cette nation ; la continuité historique ; l’occupation de la Hongrie en deux vagues.

  • 15 Jordanès, Getica, éd. Th. Mommsen, Berlin, 1882 (MGH, Auctores Antiquissimi, V-1), p. 90.
  • 16 La Méotide est la région située entre la mer Noire, la mer Caspienne et le Caucase.
  • 17 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 5, p. 16 : Accidit autem principis Dulae Alanorum duas filias int (...)

8La première étape est l’élaboration de la légende de l’origine commune. Par leur filiation, les Huns/Hongrois remontent aux temps bibliques : ils ont pour ancêtre Japhet, un des fils de Noé. Selon Kézai, Japhet a un fils, le géant Menrot. Il correspond au personnage biblique de Nimrod ; mais, dans la Bible, le fils de Japhet s’appelle Magog. Chez Kézai, Menrot, qui fut à l’initiative de la construction de la tour de Babel, part en Perse après l’échec de l’entreprise. C’est là que sa femme Eneth donne naissance à deux fils, Hunor et Mogor. S’ensuit le récit de l’animal-guide, présent déjà chez Jordanès mais modifié par Kézai. Jordanès a déjà raconté le déplacement des Huns poursuivant une biche, qui les conduit des marécages de Méotide en Scythie15. Mais Kézai précise que ce sont Hunor et Mogor qui suivent sa trace dans la Méotide16, où ils s’installent et épousent deux filles de Dula, prince des Alains. Tous les Huns ou Hongrois (Huni sive Hungari) descendent d’elles17. S’étant multipliés, les Huns/Hongrois quittent la Méotide pour la Scythie.

  • 18 Ibid., § 6, p. 22-23 : Habet etiam provincias centum et octo propter centum et octo progenies, qua (...)
  • 19 Ibid., § 76, p. 158 : Cum pura Hungaria plures tribus vel progenies non habeat quam generationes c (...)

9Kézai rapporte ensuite la division de la Scythie en 108 districts, correspondant à 108 lignages (ou clans ?), qu’il met en perspective : il souligne que la Hongrie « pure » [la nation hongroise] se compose de 108 clans, les autres étant des immigrés ou des prisonniers18. Cette distinction fait écho à la législation des villes-États italiennes de l’époque, qui établissaient une différenciation entre les citoyens d’origine (cives veri, originarii) et les nouveaux venus. Dans cette première acception, la « nation » signifie donc pour Kézai les descendants sans mélange des Huns/Hongrois. La « nation » constitue ainsi une unité ethnique organique, basée sur le sang, à l’exclusion des « étrangers ». D’ailleurs, à la fin de sa chronique, l’auteur consacre une partie entière à la présentation des nobles d’origine étrangère (de nobilis advenis) : « Puisque la pure Hongrie n’a que 108 tribus ou lignages, voyons d’où sont originaires les lignages qui descendent de la terre latine [l’Italie] ou de l’Allemagne, ou d’autres régions19. »

Continuité historique

  • 20 Ibid., § 8, p. 32.
  • 21 Voir M. Coumert, Origines des peuples. Les récits du haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris, 2 (...)

10Le deuxième élément essentiel est l’affirmation de la continuité historique des Huns/Hongrois, et ceci sans interruption depuis le Déluge… Reprenons le fil du récit de Kézai. En 700 (sic), les Huns s’étant multipliés en Scythie comme le sable, sous la conduite de leurs capitaines, à savoir des princes ou ducs, dont Attila, ils décident de conquérir des pays occidentaux. Passant par les pays des Petchénègues et des Coumans blancs, ils traversent Souzdal, la Ruthénie et le pays des Coumans noirs pour arriver à la rivière Tisza20. La description de cet itinéraire reflète la réalité ethnique et géographique de l’époque de l’auteur. À l’arrivée des Huns aux confins de la Pannonie, aux dires du chroniqueur, la Pannonie et d’autres provinces sont gouvernées par un certain Macrinus, un Lombard. Il demande des renforts aux Romains. Dietrich de Vérone, un Allemand, qui a été élu roi par les Romains, arrive avec une armée composée d’Italiens, de Germains et d’autres peuples occidentaux. La bataille entre les Romains et les Huns a lieu au-delà – à l’ouest – du Danube. Malgré des pertes sévères, les Huns sont victorieux. Cet événement fait partie des thèmes qui caractérisent les récits d’origine des peuples du haut Moyen Âge, à savoir une confrontation victorieuse21 qui rend les Huns/Hongrois dignes de s’installer sur le territoire de la Pannonie.

11C’est après cette victoire que les Huns élisent Attila pour leur roi. À partir de cette étape, on assiste à l’appropriation des hauts faits d’Attila pour en faire une partie intégrante de l’histoire hongroise. En plus d’établir la continuité historique des Huns/Hongrois, Kézai ambitionnait de rivaliser avec l’histoire des autres nations européennes et d’attribuer un passé glorieux aux Hongrois. Cela nécessitait une révision du portrait et des actions d’Attila, en le blanchissant et en le grandissant.

12Kézai modifie même la description physique d’Attila héritée de Jordanès – un teint foncé ( ?), des yeux noirs et furieux, une poitrine large, une démarche fière – : il ajoute que le roi portait une barbe longue à la manière des Huns ; bien entendu, il s’agit de la mode des Hongrois de l’époque de l’auteur. Quant à son caractère, Kézai lui accorde des vertus princières : l’audace tempérée, la ruse et la vigilance au combat, la force physique, la magnanimité et, surtout, une générosité extraordinaire qui le faisait aimer des nations étrangères, tandis que les Huns le craignaient à cause de sa sévérité.

  • 22 Voir E. Bozóky, Attila et les Huns. Vérités et légendes, Paris, 2012.

13Priscos avait décrit un Attila qui se distinguait par son austérité parmi l’élite des Huns. Kézai en fait au contraire un roi immensément riche, comparable au roi légendaire connu sous le nom de Prêtre Jean. Toutefois Attila (Etzel) est déjà représenté dans les poèmes épiques germaniques – la Chanson des Nibelungen (début du xiiie siècle), Biterolf (entre 1250-1260) – comme un roi immensément riche et généreux, dont la cour attire des hôtes venant du monde entier22. Kézai décrit en détail les richesses du roi hun. Il possédait une tente démontable, constituée de lames et de colonnes d’or, ainsi que toutes sortes d’autres tentes, fabriquées selon la mode de différents pays. Sa table, sa vaisselle et son lit étaient aussi en or. Ses écuries, pleines de chevaux originaires de divers pays, étaient parées de pourpre et de fine toile ; les selles, décorées d’or et de pierres précieuses. La démesure caractérisait également l’armée d’Attila. Elle comprenait dix fois 100 000 hommes armés, 10 000 chars à faux, et, pour le siège des villes et châteaux, toutes sortes de machines de guerres et d’outils.

14Quant aux guerres occidentales d’Attila, le chroniqueur effectue des retouches significatives par rapport à la tradition et présente Attila sous un éclairage avantageux. Dans le déclenchement des hostilités, il rejette la responsabilité sur des étrangers. Selon son récit, c’est Dietrich de Vérone, devenu vassal du roi hun, qui lui a suggéré d’envahir les royaumes occidentaux.

15À l’itinéraire des campagnes d’Attila, Kézai ajoute ceux des raids hongrois du xe siècle. Cela souligne la similarité de l’itinéraire suivi par Huns et Hongrois, mettant en relief un autre trait commun de leur histoire. Nombre de curieux anachronismes marquent ces passages : il est question par exemple de la victoire des Huns sur les troupes du roi Sigismond (roi des Burgondes de 516 à 523…) à Bâle ou encore, dans la liste des peuples assujettis aux Huns, des Danois, Norvégiens, Frisons, Lituaniens et Prutènes…

16La confrontation qui eut lieu aux Champs catalauniques est présentée non seulement comme la plus grande bataille de tous les temps, mais aussi comme la victoire d’Attila. Après la mort du roi Alaric, les autres rois occidentaux s’enfuient ; à partir de ce jour, la terre entière se met à craindre le roi hun. Après cette bataille, Attila et ses Huns descendent jusqu’à Toulouse, puis ils dévastent le Nord, en commençant par la ville de Reims, avant de poursuivre par la Francie et la Flandre.

17C’est après cette campagne que, rentré dans sa capitale, Sicambria, Attila tue de ses propres mains son frère Buda. Ici aussi, Kézai dédouane Attila. Il explique qu’en son absence, Buda avait transgressé les limites qu’il lui avait imposées ; il avait donné son propre nom à Sicambria.

18Dans le récit de la campagne d’Italie, Kézai cherche aussi à atténuer la responsabilité d’Attila. Selon sa version, après avoir soumis toute une série de villes lombardes, Attila arrive devant Ravenne. L’évêque a rien fait entrer les Huns dans la ville et les laisse massacrer les catholiques. Puis il promet à Attila que, s’il adhère à sa secte et persécute les chrétiens, il dominera toute l’Italie, Rome et l’Afrique… Lors de sa rencontre avec le pape Léon, le roi hun accepte les conditions des Romains, puis il se venge sur le perfide archevêque arien de Ravenne, qu’il capture avec ses disciples, et il leur soutire 60 000 marcs d’or.

19Au moment où Attila est sur le point de soumettre à son pouvoir le reste du monde, l’Égypte, l’Assyrie et l’Afrique, il meurt en s’étouffant dans son sang lors de sa nuit de noces avec une nouvelle épouse.

  • 23 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 10, p. 42 : Banerium quoque regis Ethelae, quod in proprio scuto (...)
  • 24 Ibid., § 12, p. 50 : Ex his etiam Hunis plures fuerant in exercitu capitanei constitute, qui Hunor (...)
  • 25 Ibid., § 13, p. 52 : Et quamvis Hunis et caeteris suis gentibus interdictum rex Ethela posuisset, (...)

20L’histoire d’Attila est aussi parsemée d’indices de la continuité (et de l’identité) linguistique des Huns/Hongrois. Kézai décrit les armes qu’Attila portait sur son bouclier : elles représentaient une sorte de faucon, appelé touroul en hongrois, avec une couronne sur la tête. Kézai en fait un motif de continuité historique : il souligne que les Huns utilisaient ces armes jusqu’à l’époque du prince Géza, père du roi saint Étienne23. Dans un curieux épisode situé avant la bataille de Catalaunum, il raconte qu’Attila avait envoyé un tiers de son armée contre le sultan. Ces Huns auraient été en retard pour participer à la bataille des Champs catalauniques et seraient restés en Catalogne. Certains d’entre eux furent nommés capitaines, en langue hunnique – en réalité, en hongrois – spani, mot dont dérive le nom d’Ispania (Espagne) selon l’étymologie fantaisiste de Kézai24. Selon un troisième passage, Attila a interdit qu’on utilise le nom de son frère, Buda, pour sa capitale. Les Allemands l’appelèrent désormais Ecylburg mais les Huns continuèrent à la nommer Óbuda (« Vieille Buda ») jusqu’à l’époque de l’auteur25.

Installation en deux vagues des Huns/Hongrois

21Le troisième élément de la légende assimilant Hongrois et Huns concerne l’installation des Hongrois en Pannonie, sur le territoire des Huns, que Kézai présente comme la seconde venue des Huns dans le pays. Il s’agit d’une modification importante par rapport à la chronique anonyme : le retour du même peuple légitime pleinement l’occupation du sol. Derrière cette construction légendaire, on peut deviner une réminiscence biblique : le retour en Palestine du peuple d’Israël sous la conduite de Moïse, puis celui qui a lieu après l’exil à Babylone.

  • 26 Ibid., § 20, p. 68-70 :… rediens in Scitiam ad patris nationem ac cognatos.
  • 27 Ibid., § 21, p. 70 : Remanserunt quoque de Hunnis virorum tria millia ex praelio Crimildino erepti (...)

22La mort d’Attila, d’après la version de Kézai, mène à la désintégration du royaume hunnique. Il en attribue la cause principale aux dissensions provoquées par les étrangers, notamment par Dietrich de Vérone et d’autres princes germaniques. Certains suivent Aladar, fils de la princesse germanique Kriemhild, et d’autres, Chaba (en hongrois Csaba), fils qu’Attila aurait eu de la fille de l’empereur grec. Après une confrontation sanglante, que les Huns appellent la « bataille de Krimhild », 15 000 Huns quittent avec Chaba la Pannonie, d’abord pour la Grèce, puis ils retournent en Scythie, nation de son père et de ses parents (ad patris nationem ac cognatos26). Cependant, une faction de 3 000 Huns, rescapée de la bataille de Kriemhild, reste en Pannonie jusqu’à l’époque d’Árpád (le chef des Hongrois qui les conduit dans leur pays), sur le champ Chigle (identifié comme étant la région transdanubienne de Csiglamezö). Ceux-ci ne se sont pas fait appeler Huns, mais Sicules (Zaculos ; en hongrois Székely[ek], habitants hongrois de la Transylvanie) ; mais, de fait, les Sicules sont les restes des Huns. Cette légende sert à légitimer le droit au sol des Sicules en Transylvanie. Selon Kézai, les Sicules ont attendu la seconde venue des Huns/Hongrois et ils les ont accueillis à la frontière de la Ruthénie, participant à leur nouvelle – seconde – conquête de la Pannonie. Ils obtiennent une partie du pays, non pas dans la plaine de Pannonie, mais dans les montagnes qu’ils partagent avec les Valaques27.

  • 28 Ibid., § 20, p. 70 : Qui dum Scitiam introisset, mox incepit suadere, quod penitus redirent in Pan (...)
  • 29 Ibid., § 25, p. 76 : … DCCCLXXII anno ab incarnatione Iesu Christi Hunni sive Hungari denuo ingres (...)
  • 30 Ibid., § 24, p. 76 : … nunc videndum est, quo tempore redierint in Pannoniam iterato et qui fuerin (...)
  • 31 Ibid., § 25, p. 78.

23Car, une fois retourné en Scythie, Chaba veut revenir en Pannonie pour se venger des Allemands28. Mais le retour a lieu seulement en 87229. Kézai emploie à dessein le verbe « retourner » (redierint) et parle des Huns « revenus » (redeuntium) en Pannonie30. Soulignons que l’itinéraire des Huns/Hongrois est pratiquement le même – passage par le royaume des Petchenègues, des Coumans blancs et par Kiev31 – que celui de la première venue des Huns à l’époque d’Attila. Cette seconde venue des Huns/Hongrois en Pannonie est clairement présentée comme la conquête du pays des ancêtres. Ayant vaincu le prince polonais Svatopluk, souverain des Bulgares, Moraves et de la Pannonie, les Hongrois continuent leurs expéditions dans les pays voisins d’abord, puis dans les régions plus lointaines.

  • 32 Ibid., § 22, p. 72 : Edemen autem, cum Hungari in Pannoniam secundario sunt reversi, cum maxima fa (...)
  • 33 Ibid., § 33, p. 84 : Pro eo enim Werbulchu est vocatus, quia cum avus eius in praelio Crimildino p (...)

24Un rapprochement chronologique réduit l’écart entre la première occupation de la Pannonie par les Huns, que Kézai situe en 700, et la seconde, en 872… Cela est d’autant plus curieux que la date de la mort d’Attila était bien connue des historiographes. Au moins deux autres éléments servent à établir la proximité entre les deux avènements des Huns/Hongrois : le fils aîné de Chaba, Edemen, quitte la Scythie avec toute sa grande famille lors de la seconde venue des Hongrois en Pannonie32. Et l’un des sept ducs des Hongrois conquérants, Verbulcsu (Werbulchu), devient particulièrement féroce car son grand-père (avus) avait été tué après la mort d’Attila par les Allemands33.

  • 34 Rigord, Gesta Philippi Augusti, § 39-40, éd., trad. et notes É. Carpentier, G. Pon, Y. Chauvin, Pa (...)
  • 35 Les Grandes Chroniques, op. cit. n. 34, t. I, p. 18-19.

25Rappelons que la légende de l’occupation du sol en deux vagues existe aussi dans l’historiographie française. Ce thème apparaît dès la fin du xiie siècle dans les légendes d’installation des Troyens. Rigord dans son Histoire de Philippe Auguste, puis les Grandes Chroniques de France décrivent l’arrivée en Gaule des exilés troyens, après un séjour en Sicambria, sous la conduite du duc Ybor, dans un premier temps, 895 ans avant l’Incarnation (!). Leurs descendants accueillent 1 270 ans plus tard, à l’époque de l’empereur Valentinien, une autre branche issue des Troyens, conduite par Marcomir34. Les Grandes Chroniques soulignent que Marcomir, avec tous les siens, fut reçu par les descendants d’Ybor « moult honorablement », entre autres « pour ce meismement que il estoit descenduz de la lignie de troie aussi com il estoient ; si furent tout I poples et une gent35 » !

La représentativité de la nation : la noblesse

26Mais chez Kézai, la nation stricto sensu se limite à la noblesse. Cela est formulé par son récit sur la genèse des différences sociales et par la définition de la communitas – communauté des hommes libres. Le chroniqueur situe l’apparition des inégalités à l’époque hunnique, légitimant leur existence par leur ancienneté.

  • 36 R. W. Carlyle, A History of Mediaeval Political Theory in the West, Édimbourg/Londres, 19503, t. 2 (...)
  • 37 Rathier de Vérone, Praeloquiorum, I, X, 23, éd. P. L. D. Reid, Turnhout, 1984 (Corpus Christianoru (...)
  • 38 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvoisis, XIV, § 1453, éd. A. Salmon, Paris, 1900, t. 2, p.  (...)

27Selon le chroniqueur, la société hunnique (qu’il qualifie de « hongroise ») était à l’origine égalitaire. La conception de la société naturelle originelle, où chacun était libre et égal aux autres, est attestée déjà chez les Pères de l’Église ; on la retrouve aussi chez les canonistes, puis chez les légistes du Moyen Âge36. Par exemple, au xe siècle, Rathier de Vérone rappelle que Dieu a créé tous les hommes égaux et que tous les hommes sur la terre ont la même origine37. À l’époque de Kézai, en 1280, Philippe de Beaumanoir définit dans les mêmes termes les caractères de la société primitive : « Au commencement tuit furent franc et d’une meisme franchise ; car chascune set que nous descendismes tuit d’un pere et d’une mere38. »

28Kézai attribue la disparition de la société égalitaire au refus d’effectuer le service d’ost. Il décrit comment l’armée fut convoquée par des hérauts au nom de Dieu et du peuple hongrois. Cet épisode se situe dans la partie de la chronique qui raconte le départ des Huns de Scythie.

  • 39 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 7, p. 28-29 : Antequam ergo baptizati fuissent Hungari et effecti (...)

Quiconque méprisait cet ordre sans en donner la raison, selon la loi scythique, était soit coupé en deux, soit on l’exposait aux causes désespérées, soit on le réduisait en servitude commune. Ce sont les fautes (vitia) et ce genre de transgression qui séparèrent un Hongrois de l’autre, puisque un seul père et une seule mère avaient engendré tous les Hongrois ; comment pourrait-on qualifier l’un de noble et l’autre de non noble, sinon en conséquence de ces cas criminels ?39

  • 40 H. Lemaitre, « Le refus de service d’ost et l’origine du servage », Bibliothèque de l’École des Ch (...)
  • 41 Chanson de Gui de Bourgogne, éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, 1859 (Anciens poètes de la Fr (...)
  • 42 Philippe de Beaumanoir, op. cit. n. 38, XIV, § 1438 : Servitudes de corps sont venues en mout de m (...)

29Désormais les Huns/Hongrois sont divisés en esclaves et en nobles. L’explication de l’origine de la servitude par le refus du service armé apparaît d’abord dans la littérature épique française40. Selon la Chanson de Gui de Bourgogne (premier quart du xiiie siècle), Charlemagne et ses guerriers menèrent une guerre contre les Sarrasins en Espagne pendant vingt-sept ans. Charlemagne laissa partir en France ceux qui le désiraient, mais à une condition : ils seraient réduits au servage avec leurs descendants41. Dans ses Coutumes de Beauvaisis, Philippe de Beaumanoir donne plusieurs explications à l’origine des serfs, dont la première est le refus de participer à l’ost42.

  • 43 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 7, p. 28.
  • 44 Ibid., § 47, p. 110.
  • 45 Ibid., § 10, p. 38.

30Étroitement liée à la théorie de l’origine des inégalités, la représentativité de la nation est limitée chez Kézai à la noblesse. Plusieurs passages suggèrent que, pour lui, les véritables représentants de la nation sont les nobles qui, ayant obéi à l’ordre de participer à la guerre, sont restés dans la communitas des Huns. Ce sont les membres de la communitas qui ont eu le droit de révoquer le juge, choisi à l’époque hunnique pour l’exercice de la justice, ayant pour fonction d’apaiser les litiges, de châtier les malfaiteurs, voleurs et larrons. Il pouvait être destitué par la « communauté » s’il avait prononcé une sentence excessive. De même, les capitaines pouvaient être déposés. Kézai prétend que cette coutume fut maintenue jusqu’à l’époque du prince Géza (fin du xe siècle)43. De même, dans la partie consacrée à l’histoire hongroise du xie siècle, Kézai raconte que les princes et les nobles (principes et nobiles) élurent roi Aba Samuel44. Cela n’est pas sans rappeler l’élection d’Attila45.

31En Hongrie, la théorie formulée par Kézai devient la référence pour justifier les privilèges de la noblesse au début du xvie siècle. István Werbőczy reprend l’argumentation de Kézai dans son code de droit [coutumier] (Opus tripartitum), publié en 1517, traduit en hongrois dès 1556, et qui sera utilisé jusqu’en 1848 :

  • 46 I. Werböczy, Opus tripartitum, Vienne, 1517, Pars I, art. 3, § 1-5: De exordio nostrae Nobilitatis (...)

… On dit que la noblesse, par laquelle on comprend en général les hommes libres, est née chez les Huns et Hongrois, lorsqu’ils partirent de Scythie en Pannonie, qu’on appelle maintenant la Hongrie d’après les Hongrois qui y habitent. […] Quand il y a des affaires qui concernent toute la communauté, où la levée générale des armées est nécessaire, on porte un poignard ou une épée trempée dans du sang autour des habitations et des camps des Huns et on annonce : « La voix de Dieu et l’ordre de toute la communauté est que chacun comparaisse armé, ou comme il peut, au lieu donné, afin d’entendre le conseil et l’ordre de la communauté. » […] On a décidé que les transgresseurs de cet ordre, s’ils n’en donnent pas une raison valable, soient coupés en deux par le glaive, ou soient condamnés à la servitude commune et perpétuelle. On affirme que cette décision a réduit beaucoup de Hongrois à l’état de paysannerie. Autrement comment aurait-il été possible que l’un soit serf, l’autre noble, le premier non noble et paysan, puisqu’ils descendent tous du même lignage, à savoir de Hunor et de Magor ?46

  • 47 Képes Kronika [Chronique enluminée ou Chronicum pictum], § 7, Budapest, 1964, p. 72 : Anno ab inca (...)
  • 48 Ibid., § 26, p. 84 : Anno ab incarnacione Domini sextentesimo LXXo VIIo, a morte vero Atyle regis (...)
  • 49 Ibid., § 22, p. 83 : Edemen autem cum Ungari in Pannoniam secundario sunt reversi, cum maxima fami (...)

32La chronique de Kézai a exercé une influence décisive sur l’historiographie hongroise. La Chronique enluminée, réalisée autour de 1360, reprend son texte avec quelques modifications. Notamment, elle corrige la date du départ des Huns de Scythie en 373 (au lieu de 700)47, mais le « raccourci » chronologique entre l’histoire des Huns et des Hongrois subsiste. La seconde migration des Hongrois est située cent quatre ans après la mort d’Attila, « roi des Hongrois », en 67748. De même, à ce reditus des Hongrois en Pannonie participe le fils de Chaba, Edemen, avec la grande famille de son père et de sa mère49.

  • 50 Johannes de Thurocz, Chronica Hungarorum, éd. E. Galantai et J. Kristo, Budapest, 1985 (Bibliothec (...)

33La Chronica Hungarorum de Jean Thuroczy50 (1486), rédigée à l’époque du roi Matthias, suit le récit de Kézai avec quelques développements nouveaux. L’auteur ajoute notamment des matériaux sur l’origine des peuples. L’Italien Antonio Bonfini, invité à la cour du roi Matthias, élabore une version encore plus détaillée de l’histoire hunno-hongroise dans sa monumentale œuvre intitulée Rerum Ungaricarum decades IV et dimidia (1496). Il fait sienne la théorie de la parenté des Huns et des Hongrois. Il évoque « les Huns qui plus tard sont appelés Hongrois » (Unni qui posthac Ungari dicti sunt), mais il les fait descendre du peuple iranien des Hephthalites (mentionnés aussi parfois comme « Huns blancs »). Il exprime aussi quelques doutes concernant la généalogie des Huns/Hongrois remontant jusqu’à Noé dans les chroniques de Hongrie.

  • 51 G. Heltai, Chronica a magyarok dolgairol, Kolozsvár, 1574.

34C’est l’œuvre de Bonfini qui sera la base de la chronique écrite en hongrois de Gáspár Heltai, imprimée en 1575 (« Chronique des gestes des Hongrois51 »). Ce texte est un important relais dans la diffusion de l’idée de la parenté des Huns/Hongrois et de la représentation d’Attila comme premier roi des Hongrois, véhiculée jusqu’à notre époque, et qui constitue l’une des formes d’expression de l’identité nationale.

Notes

1 Le Monde, 19-20 août 2012.

2 Chronicon Eberspergense, éd. W. Arndt, Hanovre, 1868 (MGH, Scriptores, 20), p. 10 : a. 933. Hoc tempore Hunis, qui et Ungri, orientalis terminus devastantibus, Eberhardus castrum muro circumdare, fossas ampliare caepit.

3 Lupus Protospatarius, Annales Barenses, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1839 (MGH, Scriptores, 5), p. 53 : a. 920. Introierunt Hungari, id est Hunni, in Italiam mense Februarii.

4 Sächsische Weltchronik, Hanovre, 1971 (MGH, Deutsche Chroniken, II-1), p. 147 : de Hunen, dat nu sint Unger.

5 Godefroy de Viterbe, Memoria seculorum, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1872 (MGH, Scriptores, 22), p. 102 : Ungarorum regna duo esse legimus, unum antiquum aput Meotidas paludes in finibus Asie et Europe, et alterum quasi novum a primo regno in Pannonia derivatur, quam Pannoniam nonnulli novam Ungariam vocant. Ungari etiam Huni sunt appellati.

6 Anonymus, Gesta Hungarorum, § 5, éd., trad. et notes M. Rady, L. Veszpremy, Budapest, 2010 (Central European Medieval Texts), p. 16 : Tunc elegerunt sibi querere terram Pannonie, quam audiverant fama volante terram Athile regis esse, de cuius progenie dux Almus pater Arpad descenderat.

7 Ibid., § 12, p. 34-36 : Sclavi vero habitatores terre audientes adventum eorum, timuerunt valde et sua sponte se Almo duci subiugaverunt eo, quod audiverant Almum ducem de genere Athile regis descendisse.

8 Ibid., § 14, p. 40 : Licet praevus meus, potentissimus rex Athila habuerit terram, que iacet inter Danubium et Thysciam usque ad confinium Bulgarorum […], peto de mea iusticia unam particulam propter pecora mea, scilicet terram usque ad fluvium Souiou [Sajo] et insuper peto ab ipso duce vestro, ut mittat mihi gratia ipsius duas lagungulas plenas aqua Danubii et unam sarcinam de herbis sabulorum Olpar…

9 Ibid., § 19, p. 50 : Dux vero Arpad […] legatos misit in castrum Byhor ad ducem Menumorout petens ab eo, quod de iusticia atthavi sui Atthyle regis sibi concederet terram a fluvio Zomus [Szamos] usque ad confinium Nyr [Nyir] et usque ad portam Mezsynam [Meszes]…

10 Ibid., § 20, p. 52 :… quia omnes habitatores timebant eos ultra, quam dici potest, eo, quod audiverant Almum ducem patrem Arpadii a genere Atthile regis descendisse, unde nullus credebat se posse vivere, nisi per gratiam Arpad filii Almi ducis et suorum nobilium, unde plurime se sua sponte subiugabant eis.

11 Ibid., § 33, p. 72 :… timuit eos omnis homo, et maxime ideo timebant eos, quia audierant ducem Arpadium filium Almi ducis ex progenie Athile regis descendisse. Tunc omnes Sclavi habitatores terre, qui primo erant Salani ducis, propter timorem eorum se sua libera sponte subiugaverunt eis nullo manum sublevante.

12 Ibid., § 46, p. 100 :… et facti sunt leti ultra, quam dici potest, eo, quod capere meruerunt sine bello civitatem Atthile regis, ex cuius progenie dux Arpad descenderat et epulabantur cottidie cum gaudio magno in palatio Attile regis collateraliter sedendo…

13 Simon de Kéza, The Deeds of the Hungarians [Gesta Hungarorum], éd. et trad. L. Veszprémy, F. Schaer, avec une étude de J. Szücs, Budapest, 1999 (Central European Medieval Texts). Mon article s’appuie sur l’étude de J. Szücs, « Theoretical Elements in Master Simon of Kéza’s Gesta Hungarorum (1282-1285) », p. i-cii, publiée originellement en hongrois en 1975, qui analyse la théorie sociale de Kézai, en particulier son concept de nation et sa théorie de l’origine des inégalités.

14 Ibid., p. 6 : Quocirca patet, sicut mundi nationes alias, de viro et faemina Hungaros originem assumpsisse.

15 Jordanès, Getica, éd. Th. Mommsen, Berlin, 1882 (MGH, Auctores Antiquissimi, V-1), p. 90.

16 La Méotide est la région située entre la mer Noire, la mer Caspienne et le Caucase.

17 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 5, p. 16 : Accidit autem principis Dulae Alanorum duas filias inter illos pueros comprehendi, quarum unam Hunor et aliam Mogor sibi sumpsit in uxorem. Ex quibus mulieribus omnes Hunni originem assumpsere.

18 Ibid., § 6, p. 22-23 : Habet etiam provincias centum et octo propter centum et octo progenies, quae dudum per filios Hunor et Magor, quando Scitiam invaserunt, sunt divisae. Centum enim et octo generationes pura tenet Hungaria et non plures. Aliae autem, si quae ipsis sunt coniunctae, advenae sunt vel ex captivis oriundi, quoniam ex Hunor et Mogor in palude Meotida centum et octo progenies absque omni missitalia fuere generatae.

19 Ibid., § 76, p. 158 : Cum pura Hungaria plures tribus vel progenies non habeat quam generationes centum et octo, videndum est unde esse habent illorum progenies, qui de terra Latina vel de Alamannia, vel aliis regionibus descenderunt.

20 Ibid., § 8, p. 32.

21 Voir M. Coumert, Origines des peuples. Les récits du haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris, 2007.

22 Voir E. Bozóky, Attila et les Huns. Vérités et légendes, Paris, 2012.

23 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 10, p. 42 : Banerium quoque regis Ethelae, quod in proprio scuto gestare consueverat, similitudinem avis habebat, quae Hungarice turul dicitur, in capite cum corona. Istud enim banerium Hunni usque tempora ducis Geichae, dum se regerent pro communi, in exercitu semper secum gestavare.

24 Ibid., § 12, p. 50 : Ex his etiam Hunis plures fuerant in exercitu capitanei constitute, qui Hunorum lingua spani vocabantur, ex quorum nominibus tota Ispania postmodum est vocata, cum primo vocati essent Catalauni.

25 Ibid., § 13, p. 52 : Et quamvis Hunis et caeteris suis gentibus interdictum rex Ethela posuisset, ut urbs Ethelae vocaretur, Teutonici interdictum formidantes, eam Echulbuer vocaverunt, Hunni vero, curam parvam illud reputantes interdictum, usque ad hodie eandem vocant Oubudam sicut prius.

26 Ibid., § 20, p. 68-70 :… rediens in Scitiam ad patris nationem ac cognatos.

27 Ibid., § 21, p. 70 : Remanserunt quoque de Hunnis virorum tria millia ex praelio Crimildino erepti per fugae interfugium, qui timentes occidentis nationes in campo Chigle usque Arpad permanserunt, qui se ibi non Hunnos, sed Zaculos vocaverunt. Isti etenim Zaculi Hunorum sunt residui, qui dum Hungaros in Pannoniam iterato cognoverunt remeasse, redeuntibus in Rutheniae finibus occurrerunt, insimulque Pannonia conquestata partem in ea sunt adepti, non tamen in plano Pannoniae, sed cum Blackis in montibus confinii sortem habuerunt…

28 Ibid., § 20, p. 70 : Qui dum Scitiam introisset, mox incepit suadere, quod penitus redirent in Pannoniam ultionem de Germanicis accepturi.

29 Ibid., § 25, p. 76 : … DCCCLXXII anno ab incarnatione Iesu Christi Hunni sive Hungari denuo ingressi in Pannoniam.

30 Ibid., § 24, p. 76 : … nunc videndum est, quo tempore redierint in Pannoniam iterato et qui fuerint redeuntium capitanei…

31 Ibid., § 25, p. 78.

32 Ibid., § 22, p. 72 : Edemen autem, cum Hungari in Pannoniam secundario sunt reversi, cum maxima familia patris sui et matris introivit…

33 Ibid., § 33, p. 84 : Pro eo enim Werbulchu est vocatus, quia cum avus eius in praelio Crimildino per Teutonicos fuisset interfectus, et ide ei pro certo constitisset, volens recipere vindictam super eos…

34 Rigord, Gesta Philippi Augusti, § 39-40, éd., trad. et notes É. Carpentier, G. Pon, Y. Chauvin, Paris, 2006, p. 194-203 ; Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Paris, 1920, t. 1, p. 9-19. Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, ch. 1 : « Trojani aut Galli ? ».

35 Les Grandes Chroniques, op. cit. n. 34, t. I, p. 18-19.

36 R. W. Carlyle, A History of Mediaeval Political Theory in the West, Édimbourg/Londres, 19503, t. 2, p. 35, 117-118 ; t. 3, p. 4-5.

37 Rathier de Vérone, Praeloquiorum, I, X, 23, éd. P. L. D. Reid, Turnhout, 1984 (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, XLVI A), p. 23 : Nota vero tu, quisquis es, qui de fastu alti gloriaris abusive sanguinis, cum omne hominum genus in terries simili surgat ab ortu, et non ex alia, sed eadem massa compositus, ex uno patre, ex eademque, qua servorum quilibet, sis matre creates.

38 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvoisis, XIV, § 1453, éd. A. Salmon, Paris, 1900, t. 2, p. 235.

39 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 7, p. 28-29 : Antequam ergo baptizati fuissent Hungari et effecti Christiani, sub tali voce precones in castris ad exercitum Hungaros adunabant : « Vox Dei et populi Hungarici, quod die tali unusquisque armatus in tali loco praecise debeat comparere communitatis consilium praeceptumque auditurus. » Quicunque ergo edictum contempsisset praetendere non valens rationem, lex Scitica per medium cultro huiusmodi detruncabat, vel exponi in causas desperatas, aut detrudi in communium servitutem. Vitia itaque et excessus huiusmodi unum Hungarum ab alio separavit, alias cum unus pater et una mater omnes Hungaros procreaverit, quomodo unus nobilis, alter innobilis diceretur, nisi victus per tales casus criminis haberetur.

40 H. Lemaitre, « Le refus de service d’ost et l’origine du servage », Bibliothèque de l’École des Chartes, 75 (1914), p. 231-238.

41 Chanson de Gui de Bourgogne, éd. F. Guessard et H. Michelant, Paris, 1859 (Anciens poètes de la France, 1), p. 6 : Qui or s’an veut en France ariere retorner, / Je lor doins bon congié, je ne lor puis véer / Mais une chose voil que sachent de verté : / Par la foi que je doi sainte crestienté, / Il et touz ses linages sera sers racheté, / Touz les jors de sa vie sera il sers clamé.

42 Philippe de Beaumanoir, op. cit. n. 38, XIV, § 1438 : Servitudes de corps sont venues en mout de manieres : Les unes pour ce que anciennement quant l’en semonnoit ses sougiés pour les os ou pour les batailles qui estoient contre la couronne, l’en i mettoit telle peine a la semonse que cil qui demouroient sans resnable cause, demouroient serfs a tous jours, aus et leurs oirs, et par ceste cause en est il mout. Voir aussi § 1453.

43 Simon de Kéza, op. cit. n. 13, § 7, p. 28.

44 Ibid., § 47, p. 110.

45 Ibid., § 10, p. 38.

46 I. Werböczy, Opus tripartitum, Vienne, 1517, Pars I, art. 3, § 1-5: De exordio nostrae Nobilitatis. […] Nobilitas, quae etiam Liberorum nomine plerumque intelligitur, primum inter Hunnos, sive Hungaros, post ingressum eorum ex Scythia in Pannoniam, quae nunc mutate nomine, ab Hungaris illam incolentibus, Hungaria vocitatur, orta fuisse perhibetur, hoc modo: […] communi omnium sententia, decretoque edictum fuit: ut dum aliquae res communitatem aequa forte tangentes occurreront, aut generalis expeditio exercitu incumberet, tunc mucro, vel ensis sanguinis aspergine tinctus media Hunnorum per habitacula, castraque deferretur, et vox praeconica subsequeretur dicens: «Vox Dei, et praeceptum communitatis universae est, ut unusquisque in tali loco (eundem designando locum) armatus, vel qualiter potest, compareat, communitatis consilium simul, et praeceptum auditurus. […] Nam statutum, et sancitum erat, ut transgressores ejuscemodi mandati, nisi rationabilem assignarent excusationem, cultro media per viscera scinderentur, aut communem, et perpetuam in servitutem redigerentur. Haec sanctio plurimos Hungarorum (ut praefertur) plebeae perhibetur effecisse conditionis. Nam cum una, et eadem de generatione, a quodam scilicet Hunnor, et Magor, unanimiter processerint, aliter fieri nequivisset, ut hic Dominus, ille servus, hic Nobilis, ille ignobilis, et rusticus efficeretur.

47 Képes Kronika [Chronique enluminée ou Chronicum pictum], § 7, Budapest, 1964, p. 72 : Anno ab incarnatione Domini CCCo LXXo IIIo, tempore Valentis imperatoris et Celestini primi, pape Romane ecclesie…

48 Ibid., § 26, p. 84 : Anno ab incarnacione Domini sextentesimo LXXo VIIo, a morte vero Atyle regis Hungarorum anno centesimo quarto, tempore Constantini imperatoris tercii et Zacharie pape, sicut scribitur in cronica Romanorum, Hungari de Scytia secundo egressi sunt…

49 Ibid., § 22, p. 83 : Edemen autem cum Ungari in Pannoniam secundario sunt reversi, cum maxima familia patris sui et matris introivit.

50 Johannes de Thurocz, Chronica Hungarorum, éd. E. Galantai et J. Kristo, Budapest, 1985 (Bibliotheca Scriptorum Medii Recentisque Aevorum, S. N., 7).

51 G. Heltai, Chronica a magyarok dolgairol, Kolozsvár, 1574.

Auteur

Université de Poitiers / CESCM

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540