Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nation et nations au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1En ce 1er avril 2014 où je rédige cet avant-propos à la publication des actes du XLIVe Congrès de la SHMESP, les médiévistes apprennent le décès de Jacques Le Goff. S’il n’y a pas lieu ici de dresser la biographie ni la bibliographie de Jacques Le Goff, qui avait demandé à Martin Nejedlý de saluer les médiévistes réunis à Prague, il importe de relever que dès l’été 1946, l’historien qui vient de disparaître voyagea en Europe de l’Est pour des vacances à Prague et rédigea son premier mémoire sur l’université Charles. Il fut plus tard, à Paris, le maître et directeur de la thèse de Martin Nejedlý (1995), aujourd’hui professeur d’histoire médiévale à l’université Charles, en la capitale de la République tchèque, et responsable du très actif Atelier franco-tchèque en sciences historiques, organisé par le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) en partenariat avec la faculté des lettres de l’université Charles, notamment son Institut d’histoire tchèque. Nous devons, en effet, aux liens tissés par le biais du programme Erasmus entre Martin Nejedlý et de nombreux universitaires français, ainsi qu’à l’amitié entre notre collègue tchèque et Pierre Monnet, directeur d’études à l’EHESS et directeur de l’Institut français d’histoire en Allemagne (IHFA), le choix de Prague pour notre congrès sur le thème Nation et nations au Moyen Âge. Le choix n’est pas fortuit puisque la ville elle-même était au début du xve siècle le théâtre de confrontations au sein desquelles chacune des deux parties argumentait à partir d’une nouvelle conception de la nation. Traiter ce thème au cœur de l’Europe, où la question de la nation et/ou des nations reste vive, s’est imposé à notre communauté de médiévistes.

2Par ailleurs, et surtout, les médiévistes se sont depuis peu réapproprié ce thème un temps délaissé par un légitime rejet des dérives nationalistes déformant et instrumentalisant les « nations » médiévales, en investissant le champ des identités nationales. Le thème choisi pour cette rencontre, apparemment désuet au prisme de l’historiographie du xxie siècle et risqué à l’heure de la mondialisation, a réuni vingt-trois communications retenues par le conseil scientifique du congrès, organisées autour de trois axes choisis de façon assez classique – Construction et reconstruction de la nation ; Nations. Jeu d’échelles ; Des nations hors territoire. Bon nombre des contributions se sont appuyées, en partie, sur une approche lexicographique féconde, et plusieurs ont envisagé le traitement du sujet sous l’angle du rapport entre nation et territoire. Si, comme le souligne Patrick Gilli – lequel quitte la vice-présidence de la Société et que nous remercions pour les années passées au Bureau –, la nation n’est pas sortie « renforcée » du colloque, elle a donné lieu à de riches contributions et largement renouvelé le thème.

3Le congrès a été précédé par les passionnantes visites du Karolinum, les bâtiments historiques de l’université Charles, et du Klementinum, le département des manuscrits de la Bibliothèque nationale. La première session s’est tenue à l’Institut français de Prague où nous fûmes accueillis par son directeur, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, Olivier Jacquot, et par le directeur du CEFRES, Philippe Rusin. Nous devons à l’appui d’Olivier Jacquot la somptueuse réception offerte par l’ambassadeur de France en République tchèque, M. Pierre Lévy, dans le salon de musique du Palais Buquoy. Son discours, qui a notamment évoqué Marc Bloch, a résonné à nos oreilles de médiévistes. Les sessions suivantes se tinrent au cloître Na Slovanech (Aux Slaves), dit Emmaüs, et à la faculté des lettres de l’université Charles, sur les bords de la Vltava. Le banquet eut lieu dans une vieille brasserie pragoise. Ce fut l’occasion pour Martin Nejedlý d’insister sur les amitiés entre collègues, les lectures réciproques, les discussions lors de colloques ou de rencontres qui sont le vrai moteur de la collaboration universitaire, une collaboration qu’il souhaite vivement voir poursuivie. L’excursion préparée par Martin Nejedlý, cheville ouvrière du XLIVe Congrès de la SHMESP, et par ses deux élèves, Jaroslav Svátek et Vaclav Zůrek, nous a menés à Kutná Hora, ville de Bohème centrale célèbre pour ses mines d’argent. Que nos amis tchèques de l’université Charles soient félicités pour leur disponibilité chaleureuse, pour l’accompagnement à Prague et à Kutná Hora et finalement pour la réussite complète de notre XLIVe Congrès, dont ce volume est le témoignage.

4Nation et nations au Moyen Âge est le premier ouvrage de la SHMESP dont le travail éditorial a été réalisé par un nouveau duo composé de Laurent Jégou et de Nicolas Drocourt. Tous deux poursuivent avec efficacité et en collaboration avec le conseil scientifique du congrès et les Publications de la Sorbonne un travail qui fait honneur aux médiévistes français. Sur la proposition de Pierre Monnet, l’atelier des jeunes chercheurs fait l’objet d’une publication concomitante et complémentaire avec celle des actes du congrès par la Société aux Publications de la Sorbonne, dans la Revue de l’IFHA, qui accueillera les contributions au début du mois de décembre 2014, sous une forme entièrement électronique sur la page dédiée aux publications de l’IFHA sur le portail Revues.org.

5Que tous ceux qui ont contribué au succès de ce XLIVe Congrès soient profondément remerciés.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site