Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

IIe Partie : Etudes

L’administration de l’Illyricum septentrional a l’époque de Justinien*

Ljubomir Maksimović

Texte intégral

  • * Cet article avait été préparé pour le colloque « La géographie historique du monde proto-byzantin (...)
  • 1 Cf. A. H. M. Jones, The Later Roman Empire (284-602), III, Oxford 1964, 386 sq. ; P. Lemerle, Phil (...)
  • 2 Sur la Macédoine II, comme création instable, sujette aux changements même au temps de Justinien, (...)

1La Préfecture d’Illyricum (Praefectura praetorio per Illyricum) s’étendait au Nord jusqu’au Danube, c’est-à-dire jusqu’à la partie de son cours située entre les embouchures de la Save et du Vit, qui représentait en même temps la frontière de l’Empire avec le monde des barbares. A l’Ouest, l’Illyricum était limitrophe de la Préfecture italienne sur la Save et la Drina, ainsi que sur une ligne qui, courant un peu plus à l’Ouest du cours supérieur de la Drina, aboutissait dans les Bouches de Kotor. A l’Est, la limite avec la préfecture orientale empruntait une ligne, légèrement incurvée vers l’Ouest, à peu près de l’endroit où la rivière de Vit se jette dans le Danube, par le défilé dit la Porte de Trajan (col de Succi au sud-est de Serdica), jusqu’à l’endroit où le Néstos se jette dans la Mer Egée. Vers la fin du ive siècle et dans les premières décennies du ve siècle, le territoire de la préfecture était divisé en deux diocèses par la ligne Dyrrachium -Scupi - Serdica (en laissant Dyrrachium au Sud, Scupi et Serdica au Nord de cette ligne de démarcation) : le diocèse de Dacie, au Nord, avec les provinces Moesia Superior, Dacia Ripensis, Dacia Mediterranea, Dardania, Praevalitana et le diocèse de Macédoine, au Sud, avec les provinces Macae-donia, Epirus Nova, Epirus Vetus, Thessalia, Achaia et Creta1. Dans le cadre ainsi défini de la préfecture d’Illyricum, l’Illyricum Septentrional comprend non seulement les régions constituant le diocèse de Dacie, mais aussi la partie nord du diocèse de Macédoine, qui gravitait autour de la ville de Stobi et où, au cours du Ve siècle, la province de Macaedonia Secunda a été formée2.

  • 3 Cf. A. A. Vasiliev, Justin the First, Cambridge/Mass. 1950, 356-374 ; V. Velkov, Grad’t v Trakiya (...)
  • 4 Iustiniani Imp. Novellae, edd. R. Schoell-G. Kroll, Berlin 1912, 94 ( = Fontes Graeci Historiae Bu (...)

2Les régions de l’Illyricum Septentrional traversaient au cours du ve et au début du vie siècle une longue crise, dont les racines étaient profondes et variées : la baisse des possibilités économiques et des revenus de l’Etat, la stagnation et le déclin des villes, les indices d’un dépeuplement, étaient ici plus nets que dans les autres parties de l’Empire byzantin3. Ainsi, au commencement du règne de Justinien (527-565) cet héritage ne semblait pas ouvrir des perspectives favorables à l’Illyricum Septentrional. Pourtant, l’importance stratégique exceptionnelle de ces parties de l’Illyricum a dû intéresser le nouvel empereur, et l’a obligé à prendre des mesures pour améliorer leur situation. Celles-ci avaient, en premier lieu, un caractère militaire, mais aussi un caractère d’organisation administrative. On ignore les détails de la restauration et de la consolidation de l’autorité byzantine dans l’Illyricum Septentrional, mais il est certain que déjà au début des années trente, une partie considérable des travaux de fortification et, peut-être, des dispositions administratives avait été conçue et réalisée. Seule la rapidité de ces réalisations peut expliquer la promulgation de la fameuse Novelle XI de Justinien dès le mois d’avril de l’année 5354.

  • 5 Nov. XI, ed. cit., p. 94.14 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48). Sur le Viminacium byzantin, à la d (...)

3Cette Novelle est consacrée d’abord à la création de l’archevêché de Iustiniana Prima, à la définition de son territoire et de ses privilèges les plus importants. En expliquant les conditions qui avaient rendu possible cet événement important à divers titres, Justinien mettait avant tout en relief le fait que l’autorité de l’Empire sur la frontière danubienne de l’Illyricum avait été solidement établie par la restauration de villes, parmi lesquelles sont citées en particulier Viminacium, Recidiva et Litterata5.

  • 6 L’omission de Singidunum est d’autant plus frappante que cette ville était toujours d’une grande i (...)
  • 7 Cf. Procopii De aedif. IV, 1, p. 104-26-106.4. — V. Kondić-V. Popović, Caričin Grad - utvrdeno nas (...)

4On constate l’absence de Singidunum, dont la restauration, selon toute apparence, a été entreprise quelques années plus tard6. Cela signifierait qu’au début des années trente, toutes les anciennes forteresses principales du limes n’avaient pas la possibilité de se défendre. D’autre part, à cette époque, on commence déjà à remarquer les premiers signes des constructions défensives dans l’Illyricum. Justinien, en effet, n’en parle pas dans la Novelle XI, mais il suffit de se rappeler qu’à l’époque de sa publication la ville de Iustiniana Prima existait déjà, avec des fortifications dans ses environs immédiats7.

  • 8 Nov. XI, edd. Schoell-Kroll, p. 94.8 (= Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 47). Par méprise, dans le texte (...)

5L’édification de la Iustiniana Prima n’avait pas uniquement une importance militaire, mais devait aussi témoigner des modifications de l’organisation du pouvoir de la préfecture d’Illyricum. Nous ignorons, cependant, quels changements administratifs, et de quelle envergure, ont été réalisés par l’inauguration de la ville nouvellement construite. La grande innovation, absolument certaine et très importante, était la fondation du nouvel archevêché, dont, comme on l’a déjà dit, la Novelle XI parlait en premier lieu. Indépendant une dizaine d’années, ensuite vicariat pontifical, l’archevêché de Iustiniana Prima a assumé la responsabilité de diocèses, dépendants jusqu’alors du métropolite de Thessalonique, ou plus précisément, selon le texte de la Novelle, des provinces suivantes de la préfecture d’Illyricum : Dacia Mediterranea, Dacia Ripensis, Mysia Secunda (sic !), Dardania, Praevalitana, Macedonia Secunda, ainsi que la « ... pars secundae Pannoniae, quae in Bacensi est civitate »8.

  • 9 Nov. XI, ed. cit., p. 94.22-29 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48-49). Zeiller, op. cit., 389 sq., (...)

6Comme on le voit, l’Illyricum Septentrional se retrouvait tout entier dans les limites du nouvel archevêché, à savoir : non seulement le territoire de l’ancien grand diocèse de Dacie, mais aussi une considérable partie de la Macédoine, d’une part, et une partie de Sirmium, d’autre part. C’étaient précisément les régions les plus sérieusement frappées par les incursions des barbares au ve siècle. L’existence de l’organisation ecclésiastique fut alors souvent mise en question et son intégrité de toute façon atteinte. Pour cette raison, l’apparition de Iustiniana Prima a marqué non seulement la réforme de l’administration ecclésiastique existante, mais aussi l’établissement de cette administration en de nombreuses régions. Les attributions de son chef ont été accordées en général au détriment de celles de l’archevêque de Thessalonique : il avait le droit exclusif de nommer les évêques, de rendre la justice et d’exercer le pouvoir archiépiscopal sur le clergé entier de l’archevêché9. On soulignait par là l’importance attribuée à l’organisation particulière des régions mentionnées ci-dessus, pour lesquelles était aussi prévue la réorganisation du siège des autorités séculières.

  • 10 Nov. XI, ed. cit., p. 94.13-22 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48). Sur les motifs ecclésiastico-po (...)
  • 10a Nov. XI, ed. cit., p. 94.15, 19-20 ( = Fontes GHB II, 48).

7C’est que la Novelle XI, en expliquant la nécessité de créer l’archevêché de Iustiniana Prima, évoque comme raison principale le transfert du siège de la préfecture d’Illyricum de Thessalonique vers le Nord, en Dacia Mediterranea, nettement plus proche de la frontière danubienne déjà sous le contrôle réel de l’Empire10. On pourrait supposer que le transfert de la préfecture et la fondation de l’archevêché furent effectués en même temps, mais le cours des événements a pris, très probablement, une direction entièrement différente. Justinien lui-même, ne parle pas expressément dans la Novelle du transfert du siège de la préfecture comme d’une mesure déjà faite ou d’une opération en cours, comme il le fait lorsqu’il s’agit de l’archevêché, mais il annonce qu’il considère comme indispensable (neces-sarium duximus) et qu’il décide le transfert vers le Nord de l’autorité suprême de l’Illyricum (ideo necessarium nobis visum est ipsam praefecturam ad superiores partes trahere)110a0a. Cette nuance, entre le souhait et la réalisation, très subtile au premier abord, peu paraître peu significative, mais pour l’historien, lecteur des sources postérieures, elle traduit la reconnaissance d’une réalité capitale.

  • 11 Cassiodori Variae, éd. Th. Mommsen, MGH AA XII, Berolini 1894, X, 35. Cf. E. Stein, Histoire du Ba (...)
  • 12 Edd. Schoell-Kroll, pp. 728.13-729.16 (= Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 78-80). Cf. Lemerle, op. cit.,(...)
  • 13 De aedif. IV, 1, p. 105.18-23 ( = Fontes GHB II, 156).
  • 14 Pour la manière de s’exprimer de Procope cf. Lemerle, op. cit., 268 n. 4 ; Vizan-tijski izvori za (...)
  • 15 Dj. Stričević, Uvod u ispitivanje unutrasnjosti romejskog limesa u Iliriku, Limes u Jugoslaviji I, (...)

8Ainsi, il est significatif que, presque deux ans après la publication de la Novelle XI, en hiver 536/37, le roi des Goths Vitigès ait qualifié le préfet Dominique, dans une lettre adressée à celui-ci, de praefectus thessa-lonicensis11. Quelques années plus tard, au mois de décembre 541, a été publiée la Novelle CLIII, adressée « à l’illustre éparque (préfet) de l’Illy-ricum » Ilias ; la teneur et le style révèlent, assez clairement, que Thessa-lonique était la résidence du destinataire12. Le rapport de Procope concernant la Iustiniana Prima, rédigé succinctement dans le De aedificiis, est également significatif : « C’était tout simplement une ville grande et peuplée et de tout point de vue digne d’être la métropole de toute la région (sc. des Dardaniens de l’Europe) ; en effet elle est arrivée à une si grande importance. En outre, elle a été choisie pour être le siège archiépiscopal de l’Illyricum (τῶν ‘Iλλυριῶν), puisque les autres villes restaient en arrière d’elle, comme première ville par sa grandeur »13. Les expressions « métropole de la région des Dardaniens de l’Europe » et « archevêché des Illyriens » impliquent l’Illyricum Septentrional entier, mais non toute la préfecture d’Illyricum. Par conséquent, elles ne parlent pas du transfert du siège du préfet de Thessalonique à la ville nouvellement construite14. Il est frappant, en outre, que, lors de l’énumération des places fortes de l’Illyricum Septentrional autour de leurs centres de groupement ou dans les provinces anciennes, il manque le nom de Iustiniana Prima, mentionnée uniquement à titre honorifique au début de l’exposé, ce qui n’aurait certainement pas eu lieu si la ville était devenue le centre de l’administration séculière avec un caractère par excellence militaire15.

  • 16 On a depuis longtemps déjà émis l’opinion que le transfert de la préfecture de Thessalonique avait (...)
  • 17 Cette identification a été beaucoup contestée et défendue, de sorte que je ne puis que renvoyer au (...)
  • 18 Les principes généraux de ces réformes se trouvent dans les Nov. VIII (15 avril 535), Nov. XVII (1 (...)

9De ce que l’on vient d’exposer, il résulte un doute sérieux sur la réalisation du projet de Justinien de transférer le siège de la préfecture d’Illyricum, projet sur lequel, à l’exception du souhait exprimé par son auteur, nous ne disposons d’aucune donnée précise fondée sur les sources16. Selon toute vraisemblance, la Iustiniana Prima n’est jamais devenue la résidence du préfet. Cette constatation paraît renforcée par l’identification de la nouvelle ville de Justinien avec le site actuel de Caričin Grad. Sur ce site on ne peut pas reconnaître un groupe de vastes bâtiments qui représenterait la résidence du préfet, avec les locaux de nombreux services administratifs17. Cette constatation ne diminue pas l’importance que l’établissement du nouvel archevêché avait pour les régions centrales de la Péninsule Balkanique, mais il devient plus clair que des changements importants dans l’organisation administrative de l’Illyricum ne s’étaient pas produits à l’époque de Justinien. Qui plus est, cette préfecture semble être en général restée à l’écart des efforts bien connus de Justinien pour réformer l’administration provinciale, efforts que l’on observe dans les différentes parties de l’Empire18.

  • 19 L’ouvrage géographique de Hiéroclès a été rédigé en 527/28, mais sa terminologie toponomastique mo (...)
  • 20 Cf. Lemerle, op. cit., 267 ; Popović, Témoins archéol., 446 n. 1.
  • 20a Il se peut que la Macédoine II ait été abolie entre 535 et 545 déjà. Cf. Papa-zoglou, op. cit., pas (...)
  • 21 Pour la Pannonie II v. ci-dessus, n. 19. Sur le statut spécial des provinces conquises sur les Ost (...)

10Les cadres essentiels de la division administrative de l’Illyricum au cours de la première moitié du règne de Justinien (jusqu’à 550 environ) ressortent de trois sources, dont les données coïncident en dernière analyse : le Synekdèmos de Hiéroklès, la Novelle XI de Justinien, le De aedificiis de Procope19. D’une comparaison de leurs renseignements, il résulte que la préfecture d’Illyricum était constituée à cette époque par les provinces Moesia I (avec son centre à Viminacium), Dacia Ripensis (Ratiaria), Dacia Mediterranea (Serdica), Dardania (Scupi), Praevalitana (Doclea), Macae-donia I (Thessalonica) et Macaedonia II (Stobi), Thessalia (Larissa), Epirus Nova (Dyrrachium) et Epirus Vetus (Nikopolis), Hellas resp. Achaia (Corinthos), Creta (Gortina)20. Comme on le voit, il s’agit des mêmes provinces qui constituaient déjà la préfecture d’Illyricum lors de sa création, à l’exception de l’ancienne Macédoine divisée entre-temps en deux provinces homonymes20a Les grands succès remportés par les armées byzantines sous Justinien n’ont eu que peu de répercussions sur le changement de cette structure. De tous les pays, périodiquement conquis dans le voisinage de l’Illyricum, seule la partie syrmienne de l’ancienne Pannonia II a. été introduite dans la composition de la préfecture, tandis que la Dalmatia et la Pannonia Savia semblaient jouir d’un statut particulier21.

  • 22 Cf. Jones, op. cit., I, 280, 374. L’abolition de la fonction des vicaires diocésains, qui était ce (...)
  • 23 Miracula S. Demetrii, I, 12, ed. Migne, PG 116, col. 1276, n° 97 ( = Lemerle, Miracles, I, 126.2-3 (...)

11D’après les sources citées, il est évident que dans la préfecture d’Illyricum à l’époque de Justinien, il n’y a plus de diocèses. Durant la dernière période de l’Empire romain, ces unités administratives se trouvaient au-dessus des provinces sur l’échelle hiérarchique de l’organisation de l’Etat. Leur disparition, cependant, est le résultat du développement antérieur, pré-justinien, de l’administration provinciale. Déjà le Synekdèmos de Hiéroklès, œuvre rédigée au commencement même du règne de Justinien et fondée en partie sur les données fournies par des sources antérieures, ne comprend aucune mention de diocèse, bien qu’il énumère en détail les provinces, non seulement dans la préfecture d’Illyricum, mais aussi en dehors de son territoire. Ce fait coïncide avec nos connaissances actuelles sur le déclin de l’importance des diocèses et sur leur disparition progressive au cours du ve siècle dans les différentes parties de l’Empire, en premier lieu dans la préfecture Orientale22. Pour cette raison aussi la phrase « un homme, digne de mention, qui avait servi dans le célèbre scrinium nommé dace des préfets illustres de l’Illyricum », vers l’année 584, ne représente qu’une survivance terminologique et honorifique de l’époque antérieure, qui n’implique pas l’existence du diocèse organisé de Dacie vers la fin du vie siècle23.

  • 24 Procopii BG III, 33-34, ed. cit., p. 443.10-453.3. Cf. Stein, Bas-Empire, II, 528; Barišić, Singid (...)
  • 25 Le déplacement du centre de gravité des invasions slaves de la Thrace vers l’Illyricum dans les an (...)
  • 26 Procopii, Hist. arcana, 18, p. 114.15-115.2; 23, p. 141.19-142.1. V. aussi ib., 11, p. 76.20-77.2; (...)
  • 27 Cf. Bury, op. cit., II, 296 sq.; K.M. Setton, The Bulgars in the Balkans and the Occupation of Cor (...)
  • 28 Cf. Stričević, Romejski limes, 177-79, qui a fait remarquer qu’aucun autre limes intérieur n’avait (...)
  • 29 Les chiffres qui seront présentés ici se rapportent exclusivement aux villes et aux fortifications (...)

12Les mesures prises par le gouvernement de Justinien dans les années trente du vie siècle n’ont apporté aucune consolidation réelle et plus durable des conditions dans l’Illyricum Septentrional. Le cours des événements a très vite montré qu’un véritable obstacle à la poussée des barbares n’avait pas été créé, ce qui aurait dû être la condition préalable et fondamentale pour le rétablissement de ces provinces exposées de l’Empire. Vers la fin des années trente (à partir de l’année 536) la Mésie Supérieure a été, à plusieurs reprises, victime des dernières aggressions des tribus germaniques24, tandis que dans les années quarante et au commencement des années cinquante, a eu lieu une série de campagnes de pillage des bandes bulgares et slaves, dont le centre de gravité se déplace progressivement de la Thrace vers l’Illyricum25. Après plusieurs années de graves dévastations26, ce pays tourmenté connut une certaine période de paix dans les années cinquante. Néanmoins, durant toute la période mentionnée, le pouvoir byzantin n’a pas été sérieusement ébranlé dans l’Illyricum Septentrional. Les villes, sans doute celles de moindre importance, tombaient rarement et toujours temporairement aux mains des barbares. Bien que le limes danubien n’ait pas réussi, pendant le règne de Justinien, à arrêter les grandes invasions, il reste qu’à cette époque-là on faisait des efforts particuliers en vue de défendre l’Illyricum Septentrional, ainsi, d’ailleurs, que les autres régions menacées de la Péninsule Balkanique. Le caractère défensif de ces efforts a conditionné les travaux de fortification de grande envergure et de longue durée, commencés après les incursions bulgaro-slaves des années 538-540 ; l’étape principale de cette grande entreprise était terminée au plus tard en 55427. L’accent avait été mis sur l’édification de l’arrière-pays fortifié du limes, avec les villes importantes qui servaient d’ossature et, en même temps, de points d’appui 28. Sur ce point les données du De aedificiis de Procope sont très éloquentes29.

  • 30 De aedif. IV, 1, ed. cit., p. 104.26-106.21.
  • 31 Ib., p. 118.36-119.30.
  • 32 Ib., p. 119.31-39.
  • 33 Ib., p. 119.40-120.54.
  • 34 Ib., p. 121.1-10.
  • 35 Ib., p. 121.11-29.
  • 36 Ib., p. 121.30-122.5.
  • 37 Ib., p. 122.6-14.
  • 38 Ib., p. 122.15-20.
  • 39 Ib., p. 122.21-26.
  • 40 Ib., p. 122.27-123.12.
  • 41 Ib., p. 123.13-43.
  • 42 Ib., p. 123.44-124.31.
  • 43 Ib., p. 116.23-118.35.
  • 44 Ib., IV, 5, p. 125.27-131.7.
  • 45 L’absence des données correspondantes pour les régions de la Grèce centrale et méridionale témoign (...)
  • 46 301 points peuvent indubitablement être rattachés à l’Illyricum septentrional, auxquels il faut pr (...)
  • 47 De aedif., IV, 8-11, p. 134.8-149.23.
  • 48 De aedif., IV, 7, p. 131.8-133.19 ; IV, 11, p. 147.52-148.49. — Diehl, Justinien, 239 ; L. Waldmül (...)

13Parlant des villes et des fortifications réparées, reconstruites et nouvellement bâties, Procope prête, avant tout, attention à 11 villes importantes de l’illyricum, sans tenir compte de leur emplacement30. Il commence ensuite à énumérer les places fortes par districts, soit des provinces entières ou des régions plus petites : Macédoine - 46 (nouvelles et restaurées)31, Thessalie - 7 (restaurées)32, Dardanie - 69 (8 nouvelles et 61 restaurées)33, la région de Serdica - 934, la région de Kavec - 17 (1 nouvelle et 16 restaurées)35, la région autour d’une ville dont le nom a été omis - 28 (5 nouvelles et 23 restaurées)36, la région de la ville de Germena -7(1 nouvelle et 6 restaurées)37, la région de la ville de Pauta - 538, la région de Skassetana (Kasseta) - 539, les environs de Naissus - 39 (32 nouvelles et 7 restaurées)40, la région de Remesiana - 3041, les environs de la ville Ad Aquas - 38 (1 nouvelle et 37 restaurées)42. En tout : 311 places fortes. A ces chiffres il faudrait ajouter 95 forteresses (45 nouvelles et 50 restaurées) dans les provinces de l’Epire Ancienne et de la Nouvelle Epire43, ainsi que 54 villes et forteresses sur le limes danubien lui-même44. Ainsi la liste complète des points de fortification importants dans la préfecture d’Illyricum atteint le chiffre de 46045. Plus de 300 de ces points étaient situés dans les régions de l’illyricum Septentrional et de la partie correspondante du limes46. En même temps, pour la Thrace entière, c’est-à-dire la partie orientale de la Péninsule Balkanique comprise dans la préfecture d’Orient, on a enregistré l’existence de 144 places fortes à l’intérieur47, ainsi que de 76 forteresse sur le limes du cours inférieur du Danube48, soit en tout 219 points importants (sans la longue muraille devant Constantinople).

  • 49 Cf. aussi Kondić-Popović, op. cit., 11 sq. Sur la frontière même, il y avait en Thrace plus de poi (...)
  • 50 Cf. aussi Stričević, Romejski limes, 179.
  • 51 Stričević, op. cit., 179, était d’avis que sur le limes il y avait plus de fortifications restauré (...)

14De tout ceci, il résulte avec certitude que l’Illyricum Septentrional occupait une place centrale dans la conception justinienne de la défense des Balkans49. A la différence des temps précédents, la défense en profondeur devenait à présent plus importante que la simple protection des frontières. Il a fallu protéger, en premier lieu, ces régions qui formaient l’arrière-pays de la frontière danubienne et fermaient l’accès aux provinces situées au bord de la Méditerranée. C’est pourquoi le nombre de forteresses augmentait en direction du Nord et diminuait vers le Sud50. Il est intéressant, cependant, de noter que même dans les régions au réseau de fortifications le plus dense, le pourcentage des points nouvellement construits n’était en général pas très élevé51. Comme on l’a démontré par rémunération ci-dessus, le nombre des fortifications restaurées était presque partout beaucoup plus grand. Prise dans son ensemble, la grande activité constructrice de Justinien dans l’Illyricum était orientée vers la restauration de tout ce qui était voué à l’abandon, plutôt que vers la création de nouvelles forteresses.

  • 52 Miracula II, 5, Migne PG 116, col. 1361, n° 195 ( = Lemerle, Miracles I, 227.18-228.1). Le comment (...)

15La fortification des Balkans était incontestablement une grande entreprise. Cependant, comme on l’a déjà vu dans le cas de la Iustiniana Prima, cette entreprise n’était pas accompagnée de ces traits qui avaient rendu les structures administratives dans leur ensemble plus résistantes aux dangers de cette période troublée. L’organisation administrative de l’Illyricum, telle qu’elle était connue au début du règne de Justinien, n’a, semble-t-il, pas été sérieusement réformée par le pouvoir central, de même que le système défensif a été plus souvent restauré qu’édifié sur de nouvelles bases. Au commencement du viie siècle, d’après les Miracula Sancti Demetrii, l’organisation provinciale (ἐπαρχίαι) était au fond la même qu’un siècle auparavant : les deux Pannonies (sic), les deux Dacies, la Dardanie, la Mésie, la Prévalitaine, la Rhodope (sic)52. Abstraction faite de la mention erronée de deux Pannonies et de Rhodope, il reste la structure complète de l’ancien diocèse de Dacie, telle qu’elle était connue aux temps pré-justiniens. Cela ne veut pas dire que cette structure ait également fonctionné sans modifications au cours de tout le vie siècle. Comme on l’a déjà observé dans le présent travail, les diocèses représentaient à cette époque une fiction et la préfecture l’Illyricum l’est devenue aussi au siècle suivant. C’était le résultat de la crise d’un système sur son déclin, crise qui, semble-t-il, n’épargnait même pas le système traditionnel des provinces de l’Illyricum.

  • 53 Cod. Iust. 1, 4, 17, ed. P. Krüger, Berolini 1906, p. 62. Cf. A.H.M. Jones, The Greek City from Al (...)
  • 54 Les curies municipales ont conservé une partie considérable de leurs fonctions jusqu’au vie siècle (...)

16L’étude des organes de l’administration provinciale dans l’Illyricum n’est pas toujours sûre à cause du manque de données concrètes provenant des sources, mais il est possible de remarquer certains phénomènes intéressants. Avant tout, l’accroissement permanent de l’importance du rôle de l’évêque dans la vie provinciale n’a pu manquer de se produire dans l’Illyricum. Au commencement même du vie siècle (505), par un décret de l’empereur Anastase il fut fixé que le soin de l’acquisition et de la distribution des grains devait passer sous la responsabilité de l’évêque, aidé par un corps formé de propriétaires terriens locaux et de quelques fonctionnaires53. Ainsi fut créée, d’une certaine façon, la concurrence aux curies municipales, dont les compétences étaient déjà menacées par les tendances des autorités provinciales à augmenter leur influence dans les villes, ainsi que par le droit de l’évêque de rendre la justice en qualité de pasteur de la communauté locale et de protecteur spirituel (audientia episcopalis)54.

  • 55 Nov. VIII, 4, edd. Schoell-Kroll, p. 68.31-36. Sur cette novelle v. Claude, op. cit., 146 sq.
  • 56 Nov. LXV, 1, ed. cit., p. 339.20-32. Cf. Velkov, op. cit., 70. Justinien, d’autre part, essayait d (...)
  • 57 Nov. CXXVIII, c. 4, ed. cit., p. 638.11-14; c. 16, p. 642.14, 25; c. 17, p. 642-643; c. 23, p. 654 (...)
  • 58 Cf. Claude, op. cit., 154.
  • 59 Cf. Dj. Mano-Zisi, Pogled na pitanja urbanizacije i urbanizma u Ilirikumu, Zbornik rad. Narodnog m (...)
  • 60 Cf. Zeiller, op. cit., 401, 584 sq., 592 sq. ; Diehl, op. cit., 357, 361 ; Bury, op. cit., II, 388 (...)

17Ce transfert des compétences a été considérablement intensifié par trois novelles de Justinien. Par la première de celles-ci — Nov. VIII de l’année 535 — il a été défendu aux gouverneurs des provinces de nommer leurs représentants dans les villes55. Par la seconde — Nov. LXV de l’année 538 — il a été confirmé, que dans le territoire de la Mésie, le corps fonctionnant sous la direction de l’évêque pourrait devenir dans la pratique, si les circonstances l’exigeaient, organe de l’administration municipale56. Il est difficile de croire que cette disposition était spécifique d’une seule province. Finalement, la Nov. CXXVIII de l’année 545 organisait les choses sur une vaste base : les évêques ont obtenu le droit général de contrôler et, en cas de besoin, d’assumer les fonctions fiscales et quelques autres fonctions des curies municipales, le plus souvent avec l’aide de cinq citoyens éminents57. Comme presque chaque ville avait son propre évêque, dont la juridiction s’étendait seulement à titre exceptionnel sur deux ou trois villes, cette politique visait officiellement à reconnaître la prépondérance de la responsabilité épiscopale dans la vie entière des villes provinciales, en premier lieu dans les régions où la situation était irrégulière58. Les évêques devinrent ainsi, aidés par les circonstances, responsables même de la défense des villes et de leurs environs59. Il est impossible de découvrir comment les mauvaises relations entre Justinien et les évêques de l’Illy-ricum Septentrional, manifestées surtout au concile œcuménique de l’année 553, s’étaient répercutées sur cette situation. Bien qu’à la veille de la convocation du concile il y eût quelques desordres de caractère local, il semblerait que de grands bouleversements n’aient pas eu lieu60.

  • 61 En premier lieu De aedif., IV, 1, p. 105-107. Sur certaines différences dans la genèse de cette so (...)
  • 62 Sur le rôle des villes, Velkov, op. cit., 63 sq., 68 sq. (d’après lui aussi Stričević, Romejski li (...)

18Le raffermissement de l’autorité épiscopale sur le plan temporel signifie que les nouveaux centres du pouvoir rassemblent autour d’eux, d’une façon quasi-formelle, des régions qui commencent parfois à assumer le rôle des unités administratives-territoriales ayant existé jusqu’alors. Une telle évolution, semble-t-il, peut être observée précisément dans l’Illyricum Septentrional. Selon les données de la Novelle XI déjà, et ensuite, dans une plus grande mesure encore, selon celles du De aedificiis de Procope, des régions gravitent autour de certaines villes épiscopales et leurs forteresses représentent, avec ces villes, une zone entière de défense (Ad Aquas, Naissus, Remesiana, etc.)61. Parallèlement à ces régions, on cite aussi les provinces « classiques », mais leurs territoires ne coïncident pas — chez Procope ce sont d’un côté la Macédoine, la Thessalie, la Dardanie, et de l’autre les régions autour de Serdica, Naissus, Remesiana, Germena, Pauta, Ad Aquas, etc. En outre, les régions citées se trouvent, à la différence des provinces, aux points les plus exposés aux attaques des barbares. On a l’impression que, grâce au nouveau rôle de l’évêque, et à leur propre fonction de refuges dans un pays peu sûr, les villes commencent à remplacer, avec leurs territoires, l’administration provinciale, qui ne correspond plus aux exigences de l’époque62. Il ne faut, cependant, pas y voir un symbole des innovations introduites selon un projet concret, mais, plutôt, un symptôme de la crise profonde du système administratif qui ne sera dépassée par de nouvelles solutions qu’à l’époque de l’empereur Héraclius (610-641) et de ses successeurs, à travers des réformes essentielles de l’État et de la société.

Notes

1 Cf. A. H. M. Jones, The Later Roman Empire (284-602), III, Oxford 1964, 386 sq. ; P. Lemerle, Philippes et la Macédoine orientale à l’époque chrétienne et byzantine, Paris 1945, 76 sq. — V. Čapek, De influxu decretalium pro Illyrico in decretum Gratiani et codicem iuris canonici, Romae 1959, 2, voit, en ce temps-là déjà, l’existence de deux provinces de Macédoine, situation qui s’était certainement produite après les Notitia dignitatum.

2 Sur la Macédoine II, comme création instable, sujette aux changements même au temps de Justinien, v. J. Zeiller, Les origines chrétiennes dans les provinces danubiennes de l’empire romain, Paris 1918, 164 ; F. Papazoglou, La Macédoine Salutaire et la Macédoine Seconde, Bull. de la Cl. des Lettres et des sc. morales et politiques, Acad. Royale de Belg. 42-3 (1956), 115-124.

3 Cf. A. A. Vasiliev, Justin the First, Cambridge/Mass. 1950, 356-374 ; V. Velkov, Grad’t v Trakiya i Dakiya prez k’snata antičnost (V-VI v), Sofia 1959, 180, 208.

4 Iustiniani Imp. Novellae, edd. R. Schoell-G. Kroll, Berlin 1912, 94 ( = Fontes Graeci Historiae Bulgaricae, Sofia 1958, II, 47-49). Yu. Kulakovskij, Istoriya Vizantii II, Kiev 1913, 52 a déjà attiré dans une certaine mesure l’attention sur ces circonstances. Il va sans dire qu’il devait exister un arrière-plan plus large à la publication de cette novelle, étant donné que, précisément en 535/36, des réformes administratives ont eu lieu en différentes parties de l’Empire. Sur celles-ci v. J.B. Bury, A History of the Later Roman Empire II, London 1923, 339.

5 Nov. XI, ed. cit., p. 94.14 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48). Sur le Viminacium byzantin, à la différence du Viminacium antique, on est relativement peu renseigné — Vizantijski izvori za istoriju naroda Jugoslavije I, Beograd 1955, 67 n. 162. Pour les deux autres villes v. Fontes Gr. Hist. Bulg. II 48 n. 2 (Récidiva); Viz. izvori za ist. naroda Jugoslavije I, 67 n. 166 (Literata, Lederata).

6 L’omission de Singidunum est d’autant plus frappante que cette ville était toujours d’une grande importance stratégique pour Byzance (cf. F. Barišič, Vizantiski Singidunum, ZRVI 3, 1955, 13). Nombre d’autres villes, citées dans le De aedif. (Procopii Opera omnia I-IV, ed. J. Haury, corr. G. Wirth, Leipzig 1962-64) IV, 4, p. 119.14-124.16 font aussi défaut, mais leur omission n’est pas ainsi frappante, car on ne pouvait pas s’attendre à ce que Justinien citât toutes les villes du limes. D’autre part, il serait dangereux du point de vue méthodologique de faire des conjectures sur son choix.

7 Cf. Procopii De aedif. IV, 1, p. 104-26-106.4. — V. Kondić-V. Popović, Caričin Grad - utvrdeno naselje u vizantijskom Iliriku, Beograd 1977, 168 rattachent le début des grandes entreprises de construction dans les Balkans à la première décennie du règne de Justinien.

8 Nov. XI, edd. Schoell-Kroll, p. 94.8 (= Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 47). Par méprise, dans le texte est écrit Mysia Secunda au lieu de Moesia superior, vel prima. Cf. Zeiller, op. cit. 388 ; B. Granić, Osnivanje arhiepiskopije u gradu Iustiniana Prima 535. godine posle Hrista, Glasnik SND 1 (1925) 127. Après dix ans d’autonomie, l’archevêché fut placé sous la juridiction du pape comme vicariat particulier, agrandi par l’incorporation de toute la Pannonie romaine (probablement sans Sirmium), mais cette fois sans la Macédoine II (Nov. CXXXI du 18 mars 545 ; edd. Schoell-Kroll, p. 655.21). Cf. Zeiller, op. cit. 388 sq. ; Granić, op. cit 128 sq. ; Barišić, op. cit. 7 ; V. Popović, Les témoins archéologiques des invasions avaro-slaves dans l’Illyricum byzantin, Mélanges EFRA 87/1 (1975) 447 ; Kondić-Popović, op. cit. 13, 165. Ainsi, à partir de l’année 545, il existe dans l’Illyricum deux vicariats papaux, ce qui rappelle la situation avant le VIe siècle, lorsqu’il y avait deux métropolies principales : Serdica et Thessalonique. Cf. A. Fliche-V. Martin, Histoire de l’église depuis les origines jusqu’à nos jours, IV, Paris 1939, 537 sq. ; Čapek, op. cit., 3 sq.

9 Nov. XI, ed. cit., p. 94.22-29 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48-49). Zeiller, op. cit., 389 sq., souligne que, bien que l’archevêque de Iust. Prima ait obtenu de plus grands privilèges que le métropolite de Thessalonique, il s’agit plutôt de la division de la juridiction ecclésiastique, que de la domination de la ville nouvellement bâtie sur l’ancienne mégalopolis de la Macédoine. Cf. Popović, Témoins archéol., 447.

10 Nov. XI, ed. cit., p. 94.13-22 ( = Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 48). Sur les motifs ecclésiastico-politiques possibles de Justinien v. Granić, op. cit., 126.

10a Nov. XI, ed. cit., p. 94.15, 19-20 ( = Fontes GHB II, 48).

11 Cassiodori Variae, éd. Th. Mommsen, MGH AA XII, Berolini 1894, X, 35. Cf. E. Stein, Histoire du Bas-Empire, II, Paris-Bruxelles-Amsterdam 1959, 434 ; P. Lemerle, Invasions et migrations dans les Balkans depuis la fin de l’époque romaine jusqu’au viiie siècle, Rev. Hist., 211 (1954), 268.

12 Edd. Schoell-Kroll, pp. 728.13-729.16 (= Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 78-80). Cf. Lemerle, op. cit., 268.

13 De aedif. IV, 1, p. 105.18-23 ( = Fontes GHB II, 156).

14 Pour la manière de s’exprimer de Procope cf. Lemerle, op. cit., 268 n. 4 ; Vizan-tijski izvori za istoriju naroda Jugoslavije I, 55 n. 118 ; Kondić-Popović, op. cit., 165.

15 Dj. Stričević, Uvod u ispitivanje unutrasnjosti romejskog limesa u Iliriku, Limes u Jugoslaviji I, Beograd 1961, 183, explique par la seule lacune du texte cette circonstance ( !). Bien entendu, la Iustiniana Prima, en tant que ville archiépiscopale, devait être aussi très fortifiée. Cf. Kondić-Popović, op. cit., 148-154.

16 On a depuis longtemps déjà émis l’opinion que le transfert de la préfecture de Thessalonique avait été soit de courte durée soit, même, non réalisé. Cf. par ex. Lemerle, op. cit., 267 sq. ; aussi E. Stein, Untersuchungen zur spätrömischen Verwaltungsgeschichte, II : Zur Geschichte von Illyricum im V-VII Jh., Rheinisches Museum, 74 (1925), 359 sq. ; Idem, Bas-Empire II, 396, et ensuite Popović, Témoins archéol., 447 ; Kondić-Popović, op. cit., 165, 167. Les conceptions différentes sont beaucoup plus nombreuses, exprimées déjà par Ch. Diehl, Justinien et la civilisation byzantine au VIe siècle, Paris 1901, 128 ; Bury, op. cit., 363 sq., et ensuite par plusieurs auteurs.

17 Cette identification a été beaucoup contestée et défendue, de sorte que je ne puis que renvoyer aux articles qui résument les points de vue exprimés jusqu’ici : F. Barišić, Dosadasnji pokusaji ubikacije grada Iustiniana Prima, Zbornik Fil. fakulteta u Beogradu 7/1 (1963), 127-142 (aperçu des sources écrites : pp. 131-133) ; Kondić-Popović, op. cit., 163 sq. (aperçu de la littérature : 167-68). Certains auteurs ont manifesté quelques réserves au sujet de la solution Caricin Grad. Cf. B. Rubin, Das Zeitalter Justinians, I, Berlin 1960, 80, 82 ; Strićević, op. cit., 183 (pour les contre-arguments voir Kondić-Popović, op. cit., 17, 30). — D. Claude, Die byzantinische Stadt im 6. Jh., München 1969, 179, 203, 243, voit dans le faubourg de Car. Grad le lieu de naissance de Justinien et dans l’acropole — la forteresse voisine de Bederiana, ce qui voudrait dire que ces deux localités auraient constitué Iustiniana Prima ; il développe ainsi un point de vue ancien, selon lequel l’acropole de Caricin Grad serait l’ancienne Bederiana. Cf. Kondić-Popović, op. cit., 168 n. 69.
Les résultats des fouilles archéologiques effectuées jusqu’à présent montrent que l’acropole de Car. Grad était en premier lieu, et probablement aussi exclusivement, le siège du pouvoir spirituel. Cf. Stričević, op. cit., 181 ; Kondić-Popović, op. cit., 19-40, 166, 168 sq. Pour l’existence de services (scrinia) de la préfecture d’Illyricum à Thessalonique dans les années quatre-vingt du vie siècle, cf. Miracula S. Demetrii, I, 12, Migne PG 116, col. 1276, No 97 ( = P. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de Saint Demetrius, I. Le texte, Paris 1979, 126.2-3) ; I, 13, Migne PG 116, col. 1292-93, No 117 ( = P. Lemerle, op. cit., 137.21).

18 Les principes généraux de ces réformes se trouvent dans les Nov. VIII (15 avril 535), Nov. XVII (16 avril 535). — Bury, op. cit., 339 sq., avait déjà établi que Justinien, bien qu’il n’eût pas visé à la réorganisation totale de l’administration provinciale, faisait des interventions importantes dans son organisation. Cependant, pour la préfecture d’Illyricum on manque des données correspondantes. Sur la valeur des demi-mesures de Justinien v. Diehl, Justinien, 291 sq.

19 L’ouvrage géographique de Hiéroclès a été rédigé en 527/28, mais sa terminologie toponomastique montre qu’il se fondait en partie sur les sources du milieu du ve siècle. Cf. Fontes Gr. Hist. Bulg. II, 87 ; Popović, Témoins archéol., 445 sq. ; Idem, La descente des Koutrigours, des Slaves et des Avares vers la Mer Egée : le témoignage de l’archéologie, Acad. des inscr. et belles lettres, juillet-oct. 1978, 599 n. 4. Néanmoins, Lemerle, Invasions et migrations, 267, considère que la division administrative en provinces chez Hiéroclès correspond à la situation au début du règne de Justinien. — La Novelle XI n’énumère que les provinces de l’Illyricum Septentrional, mais elle coïncide avec la partie correspondante de l’écrit de Hiéroclès. — L’exposition de Procope dans le De aedificiis IV, 4, 5/1, 5/10-11 indique la même division administrative que les deux textes précédents.

20 Cf. Lemerle, op. cit., 267 ; Popović, Témoins archéol., 446 n. 1.

20a Il se peut que la Macédoine II ait été abolie entre 535 et 545 déjà. Cf. Papa-zoglou, op. cit., passim ; L. Bréhier, Les Institutions de l’Empire byzantin, Paris 19702, 94 sq.

21 Pour la Pannonie II v. ci-dessus, n. 19. Sur le statut spécial des provinces conquises sur les Ostrogoths (vers 538), à l’ouest de la Drina et de Srem, cf. Stein, Bas-Empire II, 801 sq. ; J. Ferluga, L’Amministrazione Bizantina in Dalmazia, Venezia 1978, 72 ; tandis que l’incorporation de ces pays dans la préfecture d’Illyricum est défendue sans arguments par F. Šišić, Povijest Hrvata u vrijeme narodnih vladara, Zagreb 1925, 172 sq. ; Čapek, op. cit., 11.

22 Cf. Jones, op. cit., I, 280, 374. L’abolition de la fonction des vicaires diocésains, qui était certainement l’étape finale de ce processus, a été aussi étudiée par Diehl, Justinien, 281 et Bury, op. cit., II, 339 sq., qui a mis en relief également le cas spécial du diocèse de Dacie, subordonné directement — sans son propre vicaire — au préfet de l’Illyricum. Cf. Bury, op. cit., I, 27 n. 2.

23 Miracula S. Demetrii, I, 12, ed. Migne, PG 116, col. 1276, n° 97 ( = Lemerle, Miracles, I, 126.2-3). Notre traduction se distingue par quelques détails des traductions existantes. Cf. Vizantijski izvori, I, 175 ; Fontes Gr. Hist. Bulg. VI, Sofia 1960, 110 ; Lemerle, op. cit., 122. Il n’est pas question ici de préfet ou de commandant du scrinium dace, mais d’un de ses fonctionnaires. Le fonctionnaire ici mentionné doit être, de toute façon, mis en rapport avec le fait qu’aux temps antérieurs, à côté du préfet pour chaque diocèse il y avait un département spécial - scrinium. Cf. Jones, op. cit., I, 449 sq. Bien que, vers la fin du vie siècle il n’y eût plus de diocèses, ces dignitaires s’étaient maintenus, ce qui n’était pas un phénomène insolite vu le caractère de l’administration byzantine. Quoi qu’il en soit, les différents scrinia de la préfecture d’Illyricum existaient encore vers la fin du vie siècle. V. ci-dessus, n. 17a. Une évolution similaire à celle du diocèse, bien qu’un peu plus lente, a été suivie par la préfecture d’Illyricum, dont les préfets sont mentionnés au cours des viie et viiie siècles encore, « ... mais ce n’est plus alors qu’une survivance » (Lemerle, Philippes, 83).

24 Procopii BG III, 33-34, ed. cit., p. 443.10-453.3. Cf. Stein, Bas-Empire, II, 528; Barišić, Singidunum, 5; M. Mirković, Sirmium - its History from the I Century A.D. to 582 A.D., Sirmium 1, Beograd 1971, 51 sq.

25 Le déplacement du centre de gravité des invasions slaves de la Thrace vers l’Illyricum dans les années quarante du vie siècle est particulièrement mis en relief par J.W. Barker, Justinian and the Later Roman Empire, Madison 1966, 196. Sur le fait qu’au cours de ces incursions, les Slaves se présentent pour la première fois comme un facteur indépendant d’une importance exceptionnelle, bien que les Bulgares aient représenté jusqu’en 558 le noyau principal des agresseurs, v. B. Grafenauer, Nekaj vprasanj iz dobe naseljavanja Juznih Slovanov, Zgodovinski časopis, 4 (1950), 82 sq.

26 Procopii, Hist. arcana, 18, p. 114.15-115.2; 23, p. 141.19-142.1. V. aussi ib., 11, p. 76.20-77.2; 21, p. 132.24-133.19; Iordanis, Romana, 388, MGH SS V, 1, p. 52; Iordanis, Getica, 119, MGH SS V, 1, p. 89.

27 Cf. Bury, op. cit., II, 296 sq.; K.M. Setton, The Bulgars in the Balkans and the Occupation of Corinth in the VII Century, Speculum, 25 (1950), 507; Barišić, op. cit., 6; Dj. Stričević, Ranovizantiska crkva kod Kuršumlije, ZRVI, 2 (1953), 193; Kondić-Popović, op. cit., 168 n. 71.

28 Cf. Stričević, Romejski limes, 177-79, qui a fait remarquer qu’aucun autre limes intérieur n’avait été construit, mais que l’on fortifiait les points-clés stratégiques sur tout le territoire dans l’arrière-pays de la frontière danubienne. Il va sans dire, et Procope le dit nettement (De aedif. IV, 1, p. 106.21-107.2 ; cf. aussi cap. 5-7), que le limes danubien lui-même reçut ultérieurement des annexes, mais il est évident que la fortification de l’intérieur du pays représentait l’entreprise principale (De aedif. IV, cap. 4-5, cap. 8-11). V. aussi Diehl, Justinien, 235 sq.

29 Les chiffres qui seront présentés ici se rapportent exclusivement aux villes et aux fortifications connues nommément. Ils sont un peu plus élevés que les chiffres qu’avait proposé en son temps Bury, op. cit., II, 308 sq. : environ 600 points en tout.

30 De aedif. IV, 1, ed. cit., p. 104.26-106.21.

31 Ib., p. 118.36-119.30.

32 Ib., p. 119.31-39.

33 Ib., p. 119.40-120.54.

34 Ib., p. 121.1-10.

35 Ib., p. 121.11-29.

36 Ib., p. 121.30-122.5.

37 Ib., p. 122.6-14.

38 Ib., p. 122.15-20.

39 Ib., p. 122.21-26.

40 Ib., p. 122.27-123.12.

41 Ib., p. 123.13-43.

42 Ib., p. 123.44-124.31.

43 Ib., p. 116.23-118.35.

44 Ib., IV, 5, p. 125.27-131.7.

45 L’absence des données correspondantes pour les régions de la Grèce centrale et méridionale témoigne probablement qu’elles n’étaient pas du tout incluses dans le système défensif décrit.

46 301 points peuvent indubitablement être rattachés à l’Illyricum septentrional, auxquels il faut probablement ajouter encore quelques autres à la localisation incertaine.

47 De aedif., IV, 8-11, p. 134.8-149.23.

48 De aedif., IV, 7, p. 131.8-133.19 ; IV, 11, p. 147.52-148.49. — Diehl, Justinien, 239 ; L. Waldmüller, Die ersten Begegnungen der Slawen mit dem Christentum und den christlichen Völkern vom VI. bis VIII. Jh., Amsterdam 1976, 65, citent l’existence de 80 forteresses sur tout le limes danubien, en omettant environ 50 fortifications sur la partie thrace du limes.

49 Cf. aussi Kondić-Popović, op. cit., 11 sq. Sur la frontière même, il y avait en Thrace plus de points fortifiés qu’en Illyricum (75 :54), ce qui est compréhensible, vu que dans la première moitié du vie siècle la frontière thrace était plus exposée aux attaques des barbares que celle d’Illyricum.

50 Cf. aussi Stričević, Romejski limes, 179.

51 Stričević, op. cit., 179, était d’avis que sur le limes il y avait plus de fortifications restaurées qu’il n’y avait à l’intérieur du pays de fortifications nouvelles. Les données citées ici n’offrent pas de support à une telle conclusion. Sur la manière de restaurer les forteresses sur le limes v. V. Kondić-Lj. Zotović, Rimska i ranovizantijska utvrdjenja na Djerdapu, Arheološko blago Djerdapa, Beograd 1978, 64.

52 Miracula II, 5, Migne PG 116, col. 1361, n° 195 ( = Lemerle, Miracles I, 227.18-228.1). Le commentaire : F. Barišić, Čuda Dimitrija Solunskog kao istoriski izvori, Beograd 1953, 126-136 ; P. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de Saint Démétrius, II. Commentaire, Paris 1981, 138-140. Les inexactitudes qui apparaissent dans le texte (inclusion des deux Pannonies, depuis longtemps déjà perdues pour Byzance, et de Rhodopes dans l’Illyricum) peuvent être expliquées par les erreurs de l’auteur qui décrit une situation, qui en son temps n’existait plus. Cf. V. Beševliev, Randbemerkungen über die « Miracula Sancti Demetrii », Byzantina, 2 (1970), 287 sq.

53 Cod. Iust. 1, 4, 17, ed. P. Krüger, Berolini 1906, p. 62. Cf. A.H.M. Jones, The Greek City from Alexander to Justinian, Oxford 1940, 209. D’après Claude, op. cit., 107 sq., cette mesure a déjà mené à la disparition des curies municipales de type romain ; opinion réfutée avec raison par E.K. Chrysos, Die angebliche Abschaffung der städtischen Kurien durch Kaiser Anastasios, Byzantina, 3 (1971), 95-102, en se référant à Stein, Bas-Empire, II, 211 et à C. Capizzi, L’Imperatore Anastasio, I, Roma 1969, 148, qui ont considéré cette mesure comme l’abolition des compétences des curies sur les impôts.

54 Les curies municipales ont conservé une partie considérable de leurs fonctions jusqu’au vie siècle. Le Codex Theodosianus et la législation de Justinien renferment à peu près 200 lois concernant ces corps. Cf. G.I. Bratianu, Privilèges et franchises municipales dans l’Empire byzantin, Paris-Bucarest 1936, 36 ; Claude, op. cit., 107. Sur le recul des curies, mais aussi sur l’importance qu’elles avaient au ve siècle, v. Jones, op. cit., 148, 192-210 ; Idem, The Later Roman Empire, II, 757 sq. ; F. Dölger, Die frühbyzantinische und byzantinisch beeinflusste Stadt, Atti del 3° Congr. Int. di St. sull’Alto Medioevo, Spoleto 1959, 78 sq. ( = Παϱασπϱά, Ettal 1961, 120 sq.) ; Velkov, op. cit., 64 ; Chrysos, op. cit., 102.

55 Nov. VIII, 4, edd. Schoell-Kroll, p. 68.31-36. Sur cette novelle v. Claude, op. cit., 146 sq.

56 Nov. LXV, 1, ed. cit., p. 339.20-32. Cf. Velkov, op. cit., 70. Justinien, d’autre part, essayait de faire revivre les curies, mais en premier lieu, en tant qu’organss du fisc. Cf. Claude, op. cit., 110 sq., 113 sq.

57 Nov. CXXVIII, c. 4, ed. cit., p. 638.11-14; c. 16, p. 642.14, 25; c. 17, p. 642-643; c. 23, p. 654; c. 24, p. 655-56. Cf. Cod. Iust I, 4, 21, 31, ed. cit., p. 63, 69. Sur le développement de l’autorité de l’évêque à l’époque de Justinien, v. aussi Bury, op. cit., II, 361 sq. ; Dölger, op. cit., 88 sq. ( = Παϱασπϱά, 128 sq.) avec un aperçu de bibliographie.

58 Cf. Claude, op. cit., 154.

59 Cf. Dj. Mano-Zisi, Pogled na pitanja urbanizacije i urbanizma u Ilirikumu, Zbornik rad. Narodnog muzeja u Beogradu, 4 (1964), 108 sq. ; Waldmüller, op. cit., 143 ; V. Tăpkova-Zaimova, Našestviya i etničeski promeni na Balkanite, Sofia 1966, 79 sq. (Serdica).

60 Cf. Zeiller, op. cit., 401, 584 sq., 592 sq. ; Diehl, op. cit., 357, 361 ; Bury, op. cit., II, 388 ; GRANIĆ, op. cit., 130 sq. Il est évident que Justinien avait aussi établi sa suprématie absolue sur l’Église en Illyricum, malgré certaines difficultés ; on trouverait plus de détails chez : A. KNECHT, Die Religionspolitik Kaiser Justinians, I, Würzburg 1896, passim ; DIEHL, op. cit., 351 sq. ; H. GELZER, Das Verhältnis von Kirche und Staat in Byzanz, Ausgewählte kleine Schriften, Leipzig 1907, 70 sq. ; M. ANASTOS, Justinian’s Despotie Control over the Church..., ZRVI 8/2 (1964), 1-11.

61 En premier lieu De aedif., IV, 1, p. 105-107. Sur certaines différences dans la genèse de cette sorte d’unités administratives, v. S. DUSANIĆ, Aspects of Roman Mining in Noricum, Pannonia, Dalmatia and Moesia Superior, Aufstieg u. Niedergang der röm. Welt, éd. H. Temporini-W. Haase, II/6, Berlin-New York 1977, 74.

62 Sur le rôle des villes, Velkov, op. cit., 63 sq., 68 sq. (d’après lui aussi Stričević, Romejski limes, 180 sq.), mais avec des preuves concernant les questions sociales et de droit civil, et non les questions administratives.

Notes de fin

* Cet article avait été préparé pour le colloque « La géographie historique du monde proto-byzantin », qui a eu lieu en novembre 1979. Fondée sur ce texte, une étude plus vaste a paru entre-temps sous le titre « L’Illyricum Septentrional au vie siècle », ZRVI 19 (1980) 17-57. — Lj. M.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search