Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philadelphie et autres études

IIe Partie : Etudes

Géographie administrative et géographie humaine de la Sicile byzantine (vie-ixe s.)*

André Guillou

Texte intégral

  • * Cette communication a été lue au colloque sur « La géographie historique du monde protobyzantin » (...)
  • 1 On observera que les historiens de l’art ont plus d’une fois, par leurs attributions d’objets à te (...)

1L’idée de cette recherche est venue de la constatation que l’histoire de la civilisation du monde byzantin manque gravement d’études régionales : tout complexe, en effet, demande à être étudié dans sa diversité avant de pouvoir être appréhendé dans son unité. Comment comprendre les évolutions régionales ou locales sans une recherche approfondie à ces niveaux ? L’enquête porte, cette fois, sur la Sicile1.

  • 2 Ad. Holm, Geschichte Siziliens im Alterthum, t. III, Leipzig, p. 499 ; B. Pace, Arte e civiltà del (...)
  • 3 V. Laurent, Une source peu étudiée de l’histoire de la Sicile au Haut-Moyen Age : la sigillographi (...)

2Les cadres institutionnels de l’île reflètent, bien sûr, l’évolution connue de l’administration byzantine entre le vie et le ixe siècle, mais l’île garde le statut particulier qu’elle avait depuis l’époque de la domination d’Odoacre dans la deuxième moitié du ve siècle : sorte de domaine privé de l’empereur (Justinien, Νου. 75 de 537), elle était administrée par un préteur, qui relevait pour les questions politiques et judiciaires du « questeur du Palais sacré » et pour les questions financières du « comte du Patrimoine pour l’Italie », qui résidaient l’un et l’autre à Constantinople. Le préteur pouvait avoir des représentants dans le pays. Le commandement militaire était exercé par un duc, qui avait aussi, selon la règle administrative byzantine, des fonctions de juge, et l’on faisait appel de ses sentences comme de celles du préteur aux décisions du « questeur du Palais sacré ». La Sicile n’appartenait donc pas à la juridiction du Préfet du Prétoire d’Italie et elle restera indépendante de celle des exarques d’Italie et d’Afrique dans le troisième quart du vie siècle2. Cet état d’apparente et relative autonomie de la Sicile y prolongea longtemps l’existence de plusieurs institutions municipales ; je citerai, pour exemple, le sceau d’un « Père de la ville de Syracuse » du début du viiie siècle, successeur du curateur de la ville, chargé seulement de fixer le prix des céréales3.

  • 4 Voir A. Guillou, La Sicile byzantine. Etat de recherches, in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, p (...)

3La base de l’administration reste la ville, même si celle-ci a totalement changé de nature. La géographie de l’île explique, pour une part, cette continuité. La communauté des habitants gère encore les affaires, même si les gros propriétaires y occupent une place de choix. Le defensor y a perdu son rôle éminent : choisi par l’évêque et les notables il est devenu un simple juge de première instance. Les curiales n’ont plus d’autres fonctions que celle de magistrats aux contrats en cas de mutations des propriétés. L’homme le plus puissant de la ville dès l’époque de Justinien, en Sicile comme dans toutes les provinces de l’Empire, est l’évêque4.

  • 5 B. Pace, op. cit., pp. 49-52.
  • 6 Voir A. Guillou, art. cit., pp. 99-102.
  • 7 H. Antoniadis-Bibicou, Recherches sur les douanes à Byzances (Cahier des Annales, 20), Paris, 1963 (...)
  • 8 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, t. I, Paris, 1955, p. 389.
  • 9 Grégoire le Grand, Registrum epistolarum, t. I, éd. P. Ewald, L. M. Hartmann (Mon. Germ. Hist., Ep (...)

4Au vie siècle, la Sicile, qui relève du patriarcat de Rome, compte douze sièges épiscopaux : Syracuse, Léontinoi, Catane, Taormine, Messine, Tyndarion, Palerme, Lilybaion ( = Marsala), Trokalis, Agrigente, Lipari, Malte, auxquels viennent s’ajouter au viie siècle Thermai ( = Termini Imerèse) et Mylae. Le représentant du patriarche de Rome est l’évêque de Syracuse, mais le siège n’est pas métropole5. L’évêque est responsable de grands domaines fonciers, de leur cadastre et de la perception de l’impôt, comme les autres grands propriétaires de l’île, Etat compris6. Les droits de douane ou certains d’entre eux étaient levés par des kommerkiarioi, autres sous-traitants, dont on a conservé plusieurs sceaux du viie siècle7. Je ne sais rien sur l’armée de Sicile (exercitus Siciliae)8, sur l’évolution de son recrutement et de son organisation. Je sais seulement, que les propriétaires pour conserver la main-d’œuvre rurale, encore rare à la fin du vie siècle, n’hésitaient pas à acheter les faveurs des scribons impériaux recruteurs9.

  • 10 A. Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’empire byzantin au viie siècle (Istituto storico i (...)
  • 11 N. Oikonomidès, Une liste arabe des stratèges byzantins du viie siècle et les origines du thème de (...)

5Le statut administratif de la Sicile est modifié avant la fin du viie siècle. L’exarchat d’Italie a pris le chemin de l’indépendance10. Les intérêts byzantins en Occident ont besoin d’être renforcés face aux Lombards et aux Arabes ; dans la province de Sicile, d’autre part, à la fin d’une lente mutation économique, l’Etat, pour atteindre les revenus de la production, doit installer de nouvelles structures de direction. Avant la fin du siècle la Sicile devient un thème de l’Empire qui comprenait la Sicile et le duché de Calabre. Elle est donc divisée en tourmai (au moins trois, Syracuse, Palerme, Agrigente, peut-être aussi Messine et Catane) et en drongariats ; les pouvoirs y sont exercés par un stratège, des tourmarques, des drongaires, des comtes, des topotérètes, des prôtonotaires, des notaires et des chartulaires dont on a conservé les sceaux, comme par plusieurs envoyés impériaux en mission je pense, inspecteurs des finances, scribons, spathaires etc.11.

  • 12 A. Guillou, art. cit., in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, pp. 104-107.

6Alignée sur l’administration générale de l’Empire, l’Eglise de Sicile reçut une organisation nouvelle, mesure administrative normale. La Sicile devient une province ecclésiastique avec un métropolite qui siège à Syracuse et compte quatorze évêchés suffragants : Catane, Taormine, Messine, Agrigente, Triokala (au nord de Sciacca), Lilybaion, Drépanon, Palerme, Thermai, Cefalu, Alésai (SE Cefalu), Tyndarion (E. de Patti), Malte et Lipari. Catane devint, ensuite, archevêché, puis métropole, plus tard Messine métropole, Taormine, archevêché. Avec l’occupation arabe de la Sicile, l’administration de l’Eglise grecque fut confiée au métropolite de Reggio et de Sicile, qui était secondé par le prôtopapas de Sicile, qui faisait partie du clergé de la métropole calabraise. Suite à la réforme de Léon III, l’Eglise comme les autres grands propriétaires se voit retirer sa part de régie des finances ; l’administration des finances est, en effet, désormais confiée dans le thème au prôtonotaire qui dépend du chartulaire τοῦ σαϰελλίου à Constantinople12.

  • 13 S. Borsari, art. cit., p. 158 et sceaux n° 1 et 27 (Syracuse) ; H. Ahrweiler, Fonctionnaires et bu (...)

7Sous le régime des thèmes la Sicile conserva enfin des kommerkiarioi et eut, en outre, probablement un ou plusieurs bureaux maritimes13.

  • 14 J. Gay, L’Italie méridionale et l’empire byzantin (Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et (...)
  • 15 B. Pace, op. cit., pp. 255-257 ; O. Parlangeli, Contributo allo studio dellia grecità siciliana, i (...)

8Sur la composition ethnique de la Sicile byzantine on s’en est tenu longtemps à deux opinions opposées : l’une affirmait une hellénisation poussée14, l’autre la niait avec force15. On confondait la langue de l’administration et la langue du culte, qui sont celles du pouvoir, et la ou les langues vernaculaires.

9Sur la répartition entre Latins et Grecs au vie-viie siècle les documents épigraphiques me semblent avoir donné une réponse assez claire : dans un port important comme celui de Syracuse, où les influences étrangères ont naturellement été grandes, les inscriptions funéraires montrent que l’élément grec est important, mais que le latin reste solidement implanté. Des Goths et des gens de Rome y furent transférés par Bélisaire, des Africains, ensuite, s’y transportèrent, fuyant les désordres et les incursions maures ; ces derniers, au moins, ne pouvaient être des paysans indigents, certains de leurs compatriotes choisirent, en effet de s’exiler à Constantinople. On connaît aussi en Sicile l’existence d’Alexandrins monophysites, qui s’y convertissent ; un négociant d’Alexandrie mort en 602 avait sa tombe à Palerme, elle porte une inscription latine. Un marchand syrien endetté nommé Kosmas est sauvé par un don du pape en 594. Des Grecs du Péloponnèse, enfin, fuient l’avance slave et viennent s’établir dans le nord de l’île. Quelle fut l’incidence de ces immigrations sur la composition ethnique de la population sicilienne, on l’ignore ; mais on notera qu’à la fin du vie siècle, Grecs et Latins s’unissent pour protester contre les modifications apportées par le pape au sacramentaire gélasien, tradition locale, parce qu’elles introduisaient, disaient-ils, des rites empruntés à l’Eglise de Constantinople.

10La population de langue grecque s’est accrue au viie siècle de façon notable. Je pense aux éloges prodigués par les milieux romains au pape Léon III, un Sicilien, pour pouvoir parler aussi bien le latin et le grec, mais surtout au fait que les sièges épiscopaux de Syracuse et d’Agrigente sont alors occupés par des prélats grecs, que des monastères de Syracuse, latins à la fin du vie, sont grecs au viie siècle, que Maxime le Confesseur, enfin, peut avoir de la correspondance en grec avec le clergé séculier ou régulier de l’île. La venue de l’empereur Constant II et son installation à Syracuse n’a pu qu’y gonfler le nombre des résidents de langue grecque. Et les chancelleries épiscopales siciliennes étaient tout à fait hellénisées dès le début du viiie siècle, au contraire de celles de Calabre et de Naples.

11Mais quand on parle de Grecs, administrateurs civils ou militaires, clercs, moines ou commerçants attirés alors en Sicile, ou chassés par l’invasion perse, qui avait donné le pouvoir aux Monophysites, ou la grande migration arabe, il faut entendre des Orientaux de langues maternelles diverses, mais parlant le grec. Beaucoup, je pense, étaient venus de Syrie et c’est la raison pour laquelle, lorsque les Arabes au milieu du viie siècle ravagèrent pour la première fois une partie de la Sicile et y firent des prisonniers, ces derniers choisirent d’être déportés à Damas. On se rappellera aussi que le pape Serge (687-701) était né à Palerme de parents syriens.

  • 16 Voir A. Guillou, art. cit., in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, pp. 107-111.

12A partir du viiie siècle la Sicile voit arriver des exilés de marque : Stavrakios, conseiller de l’impératrice Irène y est envoyé par Constantin VI, le prôtospathaire Jean Pikridios par Irène, peu après et à la même époque une partie des 1 000 soldats du thème des Arméniaques révolté pris pour l’exemple y sont déportés : ils avaient été recrutés sur la côte sud-est de la Mer Noire, en Cappadoce et sur la frontière orientale de l’Asie Mineure, mais ils n’étaient certainement pas tous arméniens. Est-ce une conclusion ? Les évêques siciliens présents au concile de Constantinople, en 869-870, souscrivent en grec les actes du concile. Mais les premiers marchands arabes se sont établis en Sicile au début du ixe siècle et l’existence de communautés juives est attestée à Palerme, Agrigente, Catane, etc. depuis le vie siècle16.

13En l’absence de toute fouille byzantine, on ne peut qu’esquisser le cadre de vie de cette population, de façon statique, maigre résultat d’une prospection en surface.

14Des centres « urbains » on sait peu de choses : les noms connus sont ceux des sièges épiscopaux. Syracuse, repliée dans l’île d’Ortigia était, peut-être, encore fortifiée, ses faubourgs comptaient des oratoires et des monastères ; Palerme, derrière ses murs restaurés, avait conservé son extension punico-romaine mais on ignore comment cet espace était habité. De la Catane byzantine on cite seulement quelques églises. Le site de Raguse dans le S.E. de l’île, est un peu plus visible : établi sur une colline, il était entouré à mi-hauteur de puissantes fortifications construites en gros blocs appareillés ; tout près sur la hauteur, se trouvaient plusieurs villages, de même qu’entre Raguse et la mer dans la vallée du Buttino on a relevé un habitat fait de maisons rectangulaires isolées les unes des autres, situées à peu de distance d’une cinquantaine de puits. Ces centres n’ont plus rien de commun avec le cadre de la vie antique. Agrigente s’est divisée en un certain nombre de villages groupés autour de celui de l’acropole et le temple de la Concorde transformé est devenu l’église épiscopale, la ville antique de Gela a disparu, mais sa campagne est très habitée, Acireale est aussi composée de plusieurs villages, bien d’autres, qui ne recouvrent pas des sites antiques connus ont été identifiés grâce à leurs cimetières ; tous ont changé de nom.

15Un chôrion, selon la dénomination qui lui est donnée par Procope, est situé sur la côte S.E. de la province de Raguse, Kaukana, le site est connu par les sources écrites depuis l’époque du débarquement des Byzantins au vie siècle jusqu’à l’époque normande au xiie siècle. Les découvertes archéologiques permettent de faire remonter l’habitat au ive siècle. Le site habité s’étend sur une superficie de 6 ha environ. Il comprend une installation portuaire constituée aujourd’hui encore, puisque le port est recouvert par la mer, de magasins à plusieurs étages séparés l’un de l’autre le long du rivage, puis, en arrière, d’un habitat qui montre plusieurs campagnes de constructions, et, enfin, plus loin, de faubourgs, ou de petits villages signalés par des lieux de culte. Les maisons dégagées ont vécu au moins du ive au viie siècle en s’amplifiant : elles sont composées de un ou deux étages auxquels on accède par un escalier parfois à deux rampes, et comprennent un certain nombre de pièces disposées autour d’une cour couverte (quelquefois à abside), type de construction que l’on retrouve par exemple en Syrie.

16D’autres « villages » en surface ont pu être identifiés grâce à des découvertes fortuites : le matériel peut toujours être daté du viie s.

17Ceci pour les constructions de surface.

  • 17 Voir A. Guillou, L’habitat nell’Italia bizantina : esarcato, Sicilia, catepanato (vi-xi secolo), i (...)

18Des villages rupestres d’autre part ont été édifiés partout, en Sicile, où le tuf favorisait ce genre de construction. L’inventaire n’en est pas encore dressé, mais il révélera que ces villages se trouvaient à l’Ε. comme à l’W. Ces sites ruraux, et ceci est important, ne sont pas toujours près des villes connues, car il y en a même fort loin de celles-ci : les inscriptions, les ruines des monuments cultuels et les établissements conservés permettent d’en dresser la carte. Un seul a été brièvement étudié celui de Pantalica, au sud de Lentini. L’antique ville sicule, abandonnée pendant les périodes grecque et romaine, reprend vie au plus tard au viie siècle, date des dernières pièces de monnaie qui y ont été ensevelies, sous la forme de trois groupes d’habitations creusés au flanc de la colline. Le plus grand a 150 domiciles environ, les autres moins ; tous trois ont leur lieu de culte, l’un a conservé son iconostase. Les habitations sont composées d’une ou plusieurs grandes pièces rectangulaires ou trapézoïdales ouvrant sur l’extérieur par des entrées faites de grosses piles entre lesquelles devaient se placer des clôtures de bois ; de grandes niches réservées dans les parois, comme en Egypte ou en Cappadoce, pouvaient servir d’armoires, d’autres plus petites permettaient de poser les torches, les objets de ménage, etc. Un type plus élaboré se rencontre à Pantalica et à Martorina (près de Comiso, W. de Raguse) : il s’agit de maisons de cinq pièces (dont une petite), rangées autour d’une plus grande qui atteint 8 m sur 4 m ; dans celle de Pantalica une citerne a été réservée sur une sorte de balcon ouvert sur un ravin. Cette disposition n’est pas sans rappeler le plan de quelques maisons de Kaukana17.

19Pour nous résumer sur l’habitat, nous pouvons dire que la Sicile byzantine construit sur ou près des villes antiques quelques sites agro-urbains, avec leurs ateliers d’orfèvres ou de tisserands, peu de bourgs importants, mais de nombreux villages et des maisons dispersées, les uns et les autres souvent rupestres, structure adaptée à la culture extensive des céréales et à la culture jardinière familiale que l’on voit apparaître dans les textes écrits dès la fin du vie siècle.

20Les cadres institutionnels que j’ai énumérés dans leur succession, l’environnement esquissé ensuite, ont été l’enveloppe et l’expression d’une société qui a connu des liens tout à fait notables avec la capitale de l’Empire : Constantinople jusqu’au ixe siècle enverra dans l’île de nombreux dignitaires palatins. Dans le même temps cette société, dont on a vu l’origine ethnique bigarrée, a nourri une psychologie collective, dont on reconnaît les effets par exemple dans l’existence de milices au ixe siècle, mais surtout dans le déroulement des grandes crises qui ont secoué la province byzantine, jusqu’à son rapprochement avec les Arabes d’Afrique qui s’y installent au ixe siècle. Psychologie collective soutenue par une production culturelle qui peut se vanter d’avoir eu un Grégoire d’Agrigente, un Joseph l’Hymnographe, et tant d’autres, hagiographes, érudits ou poètes, rendus célèbres par Constantinople, mais à qui l’on oublie souvent d’attribuer une activité architecturale abondante, civile, militaire et surtout religieuse de grande qualité. Spécificité ? Ce n’est pas sûr que l’on puisse l’atteindre. Richesse, certainement.

Notes

1 On observera que les historiens de l’art ont plus d’une fois, par leurs attributions d’objets à telle ou telle région de l’Empire, reconstitué des profils régionaux, mais toujours sans se soucier de leur assise sociale et économique.

2 Ad. Holm, Geschichte Siziliens im Alterthum, t. III, Leipzig, p. 499 ; B. Pace, Arte e civiltà della Sicilia antica, t. IV, Barbari e Bizantini, Rome, 1949, pp. 203-211 ; E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. Il, Paris, 1949, pp. 51, 423.

3 V. Laurent, Une source peu étudiée de l’histoire de la Sicile au Haut-Moyen Age : la sigillographie byzantine, in Byzantino-Sicula, Palerme, 1966, pp. 34-35.

4 Voir A. Guillou, La Sicile byzantine. Etat de recherches, in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, pp. 98-99.

5 B. Pace, op. cit., pp. 49-52.

6 Voir A. Guillou, art. cit., pp. 99-102.

7 H. Antoniadis-Bibicou, Recherches sur les douanes à Byzances (Cahier des Annales, 20), Paris, 1963, p. 238, n° 152 ; G. Zacos, A. Veglery, Byzantine Lead seals, vol. I, P. 3, Bâle, 1972, n° 2870.

8 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, t. I, Paris, 1955, p. 389.

9 Grégoire le Grand, Registrum epistolarum, t. I, éd. P. Ewald, L. M. Hartmann (Mon. Germ. Hist., Ep., t. I), Berlin, 1891, p. 137.

10 A. Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’empire byzantin au viie siècle (Istituto storico italiano per il Medio Evo. Studi storici, 75-76), Rome, 1969, pp. 216-218.

11 N. Oikonomidès, Une liste arabe des stratèges byzantins du viie siècle et les origines du thème de Sicile, in Rivista di studi bizantini e neoellenici, n.s., 1, 1964, pp. 127-130 ; V. Laurent, art. cit., p. 39 ; S. Borsari, L’amministrazione del tema di Sicilia, in Rivista storica italiana, 66, 1954, pp. 131-158 ; A. Guillou, Régionalisme et administration dans l’empire byzantin du vie au viiie siècle, in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet (Actes du colloque de Strasbourg, 1979 = Travaux du Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques, 6), s.d., pp. 302-305.

12 A. Guillou, art. cit., in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, pp. 104-107.

13 S. Borsari, art. cit., p. 158 et sceaux n° 1 et 27 (Syracuse) ; H. Ahrweiler, Fonctionnaires et bureaux maritimes à Byzance, in Revue des Etudes byzantines, 19, 1961, p. 245 ( = Etudes sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres, Variorum Reprints, 1971, II, 245).

14 J. Gay, L’Italie méridionale et l’empire byzantin (Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 90), Paris, 1904, pp. 8-10 ; Fr. Giunta, Bizantini e bizantinismo nella Sicilia normanna, Palerme, 1950, pp. 12-17 ; L. T. White, The byzantinization of Sicily, in The american historical review, 42, 1936, pp. 1-21 ; A. Guillou, art. cit., in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, p. 107.

15 B. Pace, op. cit., pp. 255-257 ; O. Parlangeli, Contributo allo studio dellia grecità siciliana, in Kôkalos, 5, 1959, pp. 62-106.

16 Voir A. Guillou, art. cit., in Byzantinische Forschungen, 5, 1977, pp. 107-111.

17 Voir A. Guillou, L’habitat nell’Italia bizantina : esarcato, Sicilia, catepanato (vi-xi secolo), in Atti del colloquio internazionale di archeologia medievale (1974), Palerme, 1976, pp. 169-183 ( = Culture et société en Italie byzantine (vie-xie s.), Londres, Variorum Reprints, 1978, V).

Notes de fin

* Cette communication a été lue au colloque sur « La géographie historique du monde protobyzantin » (Paris, novembre 1979).

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.