Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

IIe Partie : Etudes

Les « Archives de l’Athos » et l’étude comparative des écritures personnelles des scribes de livres et de documents grecs

B.L. Fonkič
Traduction de Serge Mouraviev

Texte intégral

1L’identification, d’après leur écriture, des scribes de manuscrits grecs est depuis longtemps une des principales méthodes utilisées par les codicologues s’occupant de livres des ixe-xviiie siècles. Elle permet de surmonter la précarité des renseignements fournis par les colophons relativement rares des codices grecs et d’obtenir des données, si nécessaires pour « donner vie » au manuscrit, sur la date et le lieu de son exécution. Laissant pour l’instant de côté l’aspect méthodologique de l’identification et les difficultés, parfois considérables, que présentent tant cette opération elle-même que l’énoncé de son déroulement et de ses résultats à des personnes étrangères à la graphologie, nous aimerions souligner seulement l’exceptionnelle fécondité de cette méthode d’étude des manuscrits.

  • 1 J. Bompaire, Quelques problèmes de la paléographie des actes d’archives d’époque byzantine d’après (...)

2En règle générale, l’identification d’un scribe au moyen de l’analyse graphologique résulte de la comparaison d’écritures de livres. Or nous avons vu ces dernières années paraître une série d’études démontrant l’utilité d’une analyse graphologique des documents grecs, et cela non seulement en confrontant entre elles des écritures de documents, mais aussi en confrontant des écritures de documents avec des écritures de livres manuscrits1.

  • 2 Cf. par ex.: N. Wilson, Mediaeval Greek Bookhands. Examples selected from Greek manuscripts in Oxf (...)
  • 3 Cf. par ex. : F. Dölger, Aus den Schatzkammern des Heiligen Berges, Munich, 1948, description palé (...)

3Cette idée n’est pas neuve : de même que les codicologues désireux d’établir l’origine de tel ou tel manuscrit en comparent parfois la main à celles de documents2, de même aussi les diplomatistes se fondent quelquefois, pour dater des documents, sur des particularités paléographiques puisées dans des livres manuscrits3. Cependant, jusqu’à une époque récente, de telles comparaisons n’étaient qu’occasionnelles ; le mérite des études nouvelles est justement de défendre l’idée d’une comparaison non plus épisodique mais systématique des écritures de livres et de documents, de leur étude en tant qu’éléments d’un même ensemble.

4L’étude comparative des écritures des manuscrits et des documents grecs fournit des résultats d’importance égale tant pour l’étude du destin des livres que pour l’élucidation de la vie des documents. Cela à cause du genre de renseignements que contiennent ces deux types de monuments : les livres peuvent nous informer des noms du copiste et du client, de la date et du lieu d’exécution ; la grande majorité des documents portent une date précise et soit renferment des indications directes sur le lieu de leur publication, soit se laissent localiser par d’autres moyens.

5La possibilité pour un chercheur de confronter des écritures de livres et de documents et les résultats de son travail dépendent directement du matériel paléographique dont il dispose, c’est-à-dire du nombre et de la qualité des publications reproduisant des écritures tant livresques que diplomatiques. En ce qui concerne les codices, nous possédons un matériel considérable pour l’étude des écritures de livres des ixe-xviiie s., grâce avant tout à la parution, au cours des années 30 à 70 de ce siècle, des albums édités par K. et S. Lake, A. Turyn, M. Wittek, E. Follieri, N. Wilson, A. Kominis, D. Harlfinger, ainsi qu’aux catalogues et à diverses études richement illustrées. De plus, tout paléographe est généralement en rapports assez étroits avec telle ou telle collection de « vrais » manuscrits.

  • 4 Cf. par ex. notre étude citée supra, n. 1.
  • 5 Archives de l’Athos : Actes de Lavra, vol. I, V, VIII, X, 1937, 1970, 1977, 1979 ; Actes de Kutlum (...)

6Pour ce qui est des documents grecs, on peut les diviser en deux grands groupes : 1) ceux de la période byzantine et 2) ceux allant de la seconde moitié du xve au xixe s. Le second groupe, numériquement supérieur et fort prometteur sur le plan des recherches de graphologie comparée4, n’a pratiquement pas encore fait l’objet d’études paléographiques. Les documents byzantins, beaucoup mieux étudiés dans l’ensemble que ceux de l’époque post-byzantine, n’ont pas non plus, jusqu’à ces derniers temps, pu servir, dans leur grande masse, de matériau paléographique. Mais les publications et études de documents byzantins assez nombreuses ayant vu le jour ces dix dernières années ont modifié la question de l’étude paléo-archives de l’athos et écritures des scribes graphique des matériaux documentaires et permis de concevoir les documents comme des appuis solides dans l’analyse comparative de l’écriture non seulement d’autres documents, mais aussi de livres manuscrits grecs. La palme appartient incontestablement à la publication systématique des documents des monastères de l’Athos dans la série Archives de l’Athos5.

  • 6 Cf. par ex. les ouvrages cités supra, dans la n. 1.

7Les multiples reproductions photographiques de documents des x-xvie s. publiées dans les dix volumes parus de la série sont une source inépuisable d’observations paléographiques. Les albums des Archives de l’Athos sont déjà devenus un des principaux outils d’étude de l’écriture livresque et d’affaires6. Lorsque, ces prochaines années, la publication de la série s’achèvera, sa valeur paléographique s’en trouvera encore accrue.

8Pour illustrer l’importance de cette série pour l’étude comparative de l’écriture des livres et documents manuscrits grecs, prenons les planches XI et XIV du tome V et I et X du tome IX.

91. La publication des originaux préservés des actes n° 17 (1012) et 19 (1016) des archives de Lavra de St. Athanase (tables XI et XIV) est d’un grand intérêt pour l’étude de l’exécution de livres grecs au monastère Iviron de l’Athos, au début du xie s., à l’époque de l’intense activité de traduction d’Euthyme Hagiorite. Auparavant nous n’avions pas la possibilité d’étudier l’écriture grecque d’Euthyme l’Ibère : l’original de la lettre de donation par Euthyme à son fils spirituel Jean (1012), entièrement écrite de la main du célèbre traducteur, ne s’est malheureusement pas conservé, et ne nous est parvenu que sous forme de copies récentes (xviiie-xixe s.). Désormais, grâce aux tables XI et XIV de la nouvelle édition des actes de Lavra, nous pouvons analyser deux signatures grecques authentiques d’Euthyme. C’est, il est vrai, un matériau trop réduit, qui ne nous garantit pas pleinement de nous permettre d’identifier à leur écriture d’autres autographes d’Euthyme Hagiorite — livres entiers, corrections, notices de toutes sortes, etc. —, mais il n’est pas exclu que de telles tentatives, ne s’appuyant que sur les deux signatures publiées, soient quand même fructueuses. En effet, les signatures présentent des caractères identifiables (écriture fine, soignée, légèrement inclinée vers la droite, pouvant être classée dans la catégorie des « écritures perlées » ; formes caractéristiques de l’ε et de la ligature ευ ; θ avec barre transversale inclinée à gauche vers le bas ; abréviations, quoique assez communes ; etc.) qui, joints à d’autres données (l’histoire du codex, notes marginales et signatures en géorgien, etc.), pourraient permettre de découvrir des autographes grecs d’Euthyme l’Ibère.

  • 7 J. Irigoin, Pour une étude des centres de copie byzantins, Scriptorium 13, 1959, pp. 200-204 ; B. (...)
  • 8 La Vie de St. Jean et de St. Euthyme ne mentionne pas de disciple d’Euthyme du nom d’Antoine : Ana (...)

10Jusqu’à une époque récente, les chercheurs qui ont étudié l’exécution de livres grecs au monastère Iviron n’avaient analysé que des manuscrits écrits au début du xie s. par le moine Théophane7. La publication de photocopies des actes n° 17 et 19 de Lavra permet d’élargir le cercle des scribes grecs du monastère géorgien de l’Athos. Si auparavant on ne pouvait que supposer que Théophane n’était pas le seul scribe grec d’Iviron, étant donné que le volume considérable du travail de traduction par Euthyme d’ouvrages grecs en géorgien exigeait la présence d’un nombre considérable de livres grecs, et donc une importante activité d’exécution de livres, nous pouvons désormais affirmer que le scribe du document n° 17, le « moine, prêtre, disciple de kyr Euthyme » Jean, et le scribe de l’acte n° 19, le « moine, disciple de kyr Euthyme » Antoine8, dont les écritures sont des écritures livresques typiques du début du xie s., ont également travaillé dans le scriptorium du monastère Iviron.

  • 9 N. Oikonomidès, ‛Ιερὰ μονή Κωνσταμονίτου. Κατάλογος τοῦ ἀρχείου, Σύμμειϰτα 2, 1970, p. 422/Ν 3/, 4 (...)

11Bien que beaucoup moins riches que les archives de grands monastères de l’Athos, les petites archives de Kastamonitou n’en possèdent pas moins des matériaux intéressants pour l’histoire de la culture grecque des xve-xvie s. Nous songeons à deux documents décrits par N. Oikonomidès en 1970 et publiés pour la première fois par lui dans le tome IX des Archives de l’Athos (nos 1 et 6)9.

  • 10 Notre identification se fonde sur les manuscrits suivants copiés de la main de Jean Eugenikos : B. (...)

122. Le document n° 6 est une missive du patriarche de Constantinople Joseph II donnée en octobre 1426 et confirmant le monastère Kastamonitou en tant que propriétaire de tous ses métoques. Bien qu’une grande partie du document ait souffert de l’humidité, les traits particuliers caractéristiques de l’écriture du notaire qui l’a rédigé se manifestent avec suffisamment de netteté dans les parties préservées du texte pour qu’il soit permis de conclure que la missive a été recopiée par Jean Eugenikos10. Ce dernier, archives de l’athos et écritures des scribes autant que nous sachions, n’était connu jusqu’ici qu’en tant que copiste de livres.

  • 11 Cf. Β. L. Fonkič, Un nouvel autographe de Maxime le Grec, BS, 1969, pp. 77-82, ill. I-VI (avec lis (...)
  • 12 Les lettres de Michel Trivolis à Nicolas de Tarse et à Jean Griégoropoulos, éditées encore au xixe(...)

133. Le document n° 1 est une copie du xvie s. d’un acte publié en mars 1047 par le prôtos Théophylacte, en vertu duquel le moine Arsène était confirmé propriétaire et hégouménos du monastère St. Antoine Neakitou. Les lignes 26-27 de cette copie présentent un intérêt exceptionnel, car elles nous apprennent que l’antique document avait été copié, à la demande des moines de Kastamonitou, en 7021 (1512/3) par un moine de Vatopedi, Maxime. L’hypothèse venant immédiatement à l’esprit qu’il s’agit du célèbre Maxime le Grec trouve confirmation dans l’analyse de l’écriture ; l’identification se fonde non seulement sur les livres copiés par Maxime (Paris, gr. 1994 ; Biblioth. Publ. de Leningrad, Sof. 78 et KB 120/125)11, mais surtout sur les lettres de Michel Trivolis - Maxime le Grec datées de 1498 à 150412, car, chronologiquement proches du nouvel autographe, elles s’en rapprochent aussi par le caractère de l’écriture, plus cursive, plus documentaire dans les lettres et la copie de 1512/3 que la « variante livresque » beaucoup plus soignée et calligraphique des manuscrits de Paris et de Leningrad.

  • 13 N. Oikonomidès, op. cit., p. 30.

14Un témoignage indirect en faveur de notre identification est fourni par les mots suivants que Maxime a ajouté à la copie du document de Kastamonitou : Τὰ δὲ έξαληφϑέντα χωρία ἐϰ τοῦ διαβεβρῶσϑαι τò ἀρχέτυπον ϰαὶ τὴν ἀϰολουϑίαν τοῦ λόγου μή διασώζειν ἀϰριβῶς παρελείφϑη13

  • 14 Ibid., pp. 28, 64-68.

15« Aux endroits où des lacunes sont apparues à cause de la corruption de l’original et où la continuité du texte a été rompue, des vides ont été laissés ». Le texte de l’acte de 1047 était d’une importance particulière pour le règlement du différend qui avait surgi en 1512/3 sur les propriétés des monastères Kastamonitou et Zographou14, aussi l’exécution d’une copie conforme de ce document avait été confiée à un homme réputé dans l’Athos en tant que scribe, philologue, éditeur de textes et écrivain, capable de déchiffrer et de copier soigneusement un original ancien et, de surcroît, mal conservé.

  • 15 Cf. par ex. : Α. I. Ivanov, Maxime le Grec et la Renaissance italienne, Vizantijskij Vremennik 33, (...)
  • 16 E. Denissoff, op. cit., pp. 273-329, 412-415.
  • 17 Le texte des deux épitaphes à la mémoire du patriarche Niphon II reproduit par Denissoff (op. cit. (...)

16Les chercheurs qui ont étudié les activités de Maxime le Grec en se fondant sur son héritage littéraire estiment que la période de sa vie passée dans l’Athos (1505-1516) devait avoir eu une grande importance pour la genèse de la conception du monde de ce remarquable traducteur et auteur15. Or c’est justement sur cette période plus que décennale de sa vie que nous sommes le moins renseignés : tout juste connaissions-nous les épitaphes composées par Maxime Trivolis à la mémoire des patriarches Joachim Ier et Niphon II et son épigramme en l’honneur de Manuel, le grand rhéteur, plus quelques faits insignifiants qui ne permettaient pas de reconstituer avec suffisamment de détails cette page importante de sa biographie16. Il est quasi certain que les bibliothèques de l’Athos, avant tout celle de Vatopedi où résidait Maxime, possèdent, dans les livres ou, comme c’est le cas pour le document de Kastamonitou, dans les archives, de nombreuses traces non encore reconnues de sa grande activité littéraire et scribale. La copie du document de 1047, exécutée par « le moine Maxime de Vatopédi » en 1512/3, est le premier autographe écrit par Maxime le Grec identifié dans l’Athos17.

17novembre 1979

Notes

1 J. Bompaire, Quelques problèmes de la paléographie des actes d’archives d’époque byzantine d’après les dossiers du Mont Athos, Colloques Internationaux du C.N.R.S., n° 559, La paléographie grecque et byzantine, Paris, 1977, pp. 417-422 ; E. Vranoussi, Contribution à l’étude de la paléographie diplomatique : les actes de Patmos, ibid., pp. 435-457 ; N. Wilson, Scholarly hands of the Middle Byzantine period, ibid., pp. 221-239. Cf. aussi : B.L. Fonkič, De l’étude comparative des écritures des scribes de livres et documents manuscrits grecs, Vizantijskij Vremennik 39, 1978, pp. 110-113 (en russe).

2 Cf. par ex.: N. Wilson, Mediaeval Greek Bookhands. Examples selected from Greek manuscripts in Oxford libraries, Cambridge, Mass., 1973, 25 pp. de texte; Idem, Three Byzantine scribes. III. The autographs of Eustathius, GRBS 14, 1973, p. 228.

3 Cf. par ex. : F. Dölger, Aus den Schatzkammern des Heiligen Berges, Munich, 1948, description paléographique des documents.

4 Cf. par ex. notre étude citée supra, n. 1.

5 Archives de l’Athos : Actes de Lavra, vol. I, V, VIII, X, 1937, 1970, 1977, 1979 ; Actes de Kutlumus, vol. II, 1945 ; Actes de Xéropotamou, vol. III, 1964 ; Actes de Diony-siou, vol. IV, 1968 ; Actes d’Esphigménou, vol. VI, 1973 ; Actes du Prôtaton, vol. VII, 1975 ; Actes de Kastamonitou, vol. IX, 1978.

6 Cf. par ex. les ouvrages cités supra, dans la n. 1.

7 J. Irigoin, Pour une étude des centres de copie byzantins, Scriptorium 13, 1959, pp. 200-204 ; B. L. Fonkič, L’activité de traducteur d’Euthyme Hagiorite et la bibliothèque du monastère Ibérique de l’Athos au début du xie s., Palestinskij sbornik 19/82, 1969, pp. 165-170 (en russe).

8 La Vie de St. Jean et de St. Euthyme ne mentionne pas de disciple d’Euthyme du nom d’Antoine : Anal. Boll. 36-37, 1917-1919, 1922, pp. 8-68.

9 N. Oikonomidès, ‛Ιερὰ μονή Κωνσταμονίτου. Κατάλογος τοῦ ἀρχείου, Σύμμειϰτα 2, 1970, p. 422/Ν 3/, 423-424/Ν 6/. Ν. Oikonomidès, Actes de Kastamonitou, Paris, 1978, pp. 25-30, 56-59, pl. I, X.

10 Notre identification se fonde sur les manuscrits suivants copiés de la main de Jean Eugenikos : B.A. van Groningen, Short’Manual of Greek Palaeography, Leiden, 1955, pl. X; R. Merkelbach & H. van Thiel, Griechisches Leseheft zur Einführung in Paläographie und Textkritik, Göttingen, 1965, Taf. 1-5; D. Harlfinger, Zu griechischen Kopisten und Schriftstilen des 15. und 16. Jahrhunderts, Colloques internationaux du C.N.R.S., n"°559, La paléographie grecque et byzantine, Paris, 1977, p. 335, fig. 12 ; Griechische Handschriften und Aldinen. Eine Ausstellung anlässlich der XV. Tagung der Mommsen-Gesellschaft in der Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Braunschweig, 1978, fig. 22.

11 Cf. Β. L. Fonkič, Un nouvel autographe de Maxime le Grec, BS, 1969, pp. 77-82, ill. I-VI (avec liste des publications antérieures d’autographes de Maxime le Grec) (en russe) ; Idem, Un autographe russe de Maxime le Grec, Istorija SSSR, 1971, n° 3, pp. 153-158 (en russe) ; Idem, Les relations culturelles gréco-russes aux XVe-XVIIe ss. (Manuscrits grecs en Russie) Moscou, 1977, fig. 1, 8, 9 (en russe) ; Α. I. Ivanov, L’héritage littéraire de Maxime le Grec, Leningrad, 1969, fig. 8, 9, 12, 16-19 (en russe) ; cf. également les illustrations du livre : Ν. V. Sinicyn, Maxime le Grec en Russie, Moscou, 1977 (en russe).

12 Les lettres de Michel Trivolis à Nicolas de Tarse et à Jean Griégoropoulos, éditées encore au xixe s. (A. Firmin-Didot, Alde Manuce et l’hellénisme à Venise, Paris, 1875, pp. 540-541, n° 16 ; E. Legrand, Bibliographie Hellénique, ou description raisonnée des ouvrages publiés en grec par des Grecs aux xve et xvie siècles, t. II, Paris, 1885, pp. 301-303, nos 2 à 4) et rééditées par E. Denissoff (E. Denissoff, Maxime le Grec et l’Occident. Contribution à l’histoire de la pensée religieuse et philosophique de Michel Trivolis, Paris-Louvain, 1943, pp. 396-404) ont été étudiées par nous sous forme de xérocopies exécutées à partir de photographies du manuscrit authentique (ce précieux autographe, qui avait disparu il y a plus de 100 ans, a récemment été retrouvé en Italie ; cf. M. Manoussacas, Sept lettres inédites (1492-1503) du recueil retrouvé de Jean Grégoropoulos, Θησαυϱίσματα 13, 1976 pp. 7-39) aimablement mises à notre disposition par M. le professeur M. I. Manoussacas, directeur de l’Institut grec de recherches byzantines et postbyzantines de Venise. L’écriture de la lettre de Michel Trivolis à Scipion Cartéro-machos (Vatic. cod. lat. 4103) a été étudiée d’après la reproduction publiée par Denissoff (op. cit., pl. VI).

13 N. Oikonomidès, op. cit., p. 30.

14 Ibid., pp. 28, 64-68.

15 Cf. par ex. : Α. I. Ivanov, Maxime le Grec et la Renaissance italienne, Vizantijskij Vremennik 33, 1972, pp. 154-157 (en russe).

16 E. Denissoff, op. cit., pp. 273-329, 412-415.

17 Le texte des deux épitaphes à la mémoire du patriarche Niphon II reproduit par Denissoff (op. cit., pl. VIII) d’après un manuscrit de Dionysiou n’est pas un autographe de Maxime le Grec, contrairement à ce qu’affirme l’éditeur. Ivanov (op. cit. supra, n. 11) répète cette erreur (fig. 13).

Auteur

Serge Mouraviev (Traducteur)

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search