Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Les remparts de Philadelphie

Annie Pralong

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Françoise Laroche-Traunecker et Charley Taïeb qui m’ont successivement accomp (...)
  • 2 E. Curtius a donné en 1872 une description sommaire des vestiges de la ville accompagnée d’un rele (...)

1Deux visites de la ville d’Alaşehir (en 1975 et 1982) sont à l’origine des lignes qui suivent1. Celles-ci se borneront à préciser l’état de conservation des remparts2, à en donner une description aussi précise que possible à partir de laquelle seront montrées les variantes observées dans la construction, et à proposer, sinon une chronologie, du moins une succession d’états tels qu’il est permis de les supposer.

Localisation du site

  • 3 C’est au 13e siècle qu’apparaît pour la première fois le nom d’Alaşehir, lors de la bataille qui o (...)
  • 4 Pour la localisation du site, cf. Feuille d’Eskişehir (342-B) dans Yeni Türkiye Atlasi, carte au 1 (...)
  • 5 Ce nom est sans doute à mettre en relation avec la présence de mines d’argent. Actuellement, seuls (...)
  • 6 Alaşehir est aujourd’hui classée parmi les villes de 3e catégorie, celles qui ont entre 20 000 et (...)
  • 7 L’acropole dominerait la plaine de plus de 120 mètres : l’estimation nous paraît excessive.

2Située dans le bassin moyen du Gediz (Hermos), la ville de Philadelphie-Alaşehir3 est installée au bas des pentes du massif du Boz Daǧ (qui culmine à 2 200 mètres), au centre de la plaine du même nom : l’Alaşehir Ovasi4. De part et d’autre de la ville coulent le Sankiz Çay (Cogamos) à l’est, et le Gümüş Dere à l’ouest5, deux affluents de la rive gauche de l’Alaşehir Çay (Phryx) qui se jette dans le Gediz quelques dizaines de kilomètres à l’ouest de la ville. Aujourd’hui Alaşehir est une grosse bourgade en plein essor qui se modernise rapidement et tire profit de la riche plaine agricole qui s’étale devant elle6. A la fois ville de plaine et ville de colline, elle n’a pas suivi avec exactitude les limites que lui proposaient les remparts : elle les déborde largement à l’ouest et n’occupe pas complètement l’espace qu’ils délimitent à l’est. Au SO, le site de l’acropole est devenu un « espace vert » où la fraîcheur et l’ombrage attirent les promeneurs et d’où l’on a une bonne vue générale de la topographie : selon Curtius, elle domine de 400 pieds le reste de la ville qui s’élève à 190 mètres d’altitude7.

  • 8 Avant Curtius les remparts ont été signalés par Evliya Çelebi qui notait, au 17e siècle, que ceux- (...)
  • 9 Le plan de Curtius a servi de guide à la description : beaucoup d’éléments notés ont disparu depui (...)
  • 10 La construction d’une route a mis au jour, en 1976, une nécropole sur les pentes situées au sud de (...)
  • 11 La présence de sources sulfureuses est attestée à l’ouest de la ville par R. Kiepert (cf. supra n. (...)

3Les vestiges conservés des remparts sont assez importants pour qu’on en puisse suivre le tracé8 (Pl. I) : celui-ci se présente sous la forme d’un quadrilatère presque régulier sur les côtés Ν et Ο avec de nombreux décrochements à l’Ε et au S. Son orientation est NO-SE et le côté nord, le plus lisible des quatre, mesurerait, selon le plan de Curtius9, 1 700 mètres de long. L’irrégularité du tracé méridional est déterminée par plusieurs facteurs : le relief et le développement urbain. En effet, il inclut, à l’ouest, l’acropole et plusieurs croupes déterminées par de petits ruisseaux intermittents qui descendent du Boz Daǧ ; de plus, on note au S.E., à proximité du Cogamos, la présence du cimetière moderne10 et d’installations liées aux sources thermales : une piscine à vocation thérapeutique avoisine une petite usine de mise en bouteille de l’eau minérale11.

  • 12 Pour la restitution du réseau antique cf. les cartes suivantes : W. M. Calder et G. E. Bean, Class (...)

4On est frappé par la stabilité de l’implantation des voies de communication : le passage de la vallée du Gediz proprement dite à celle du Méandre, au S., se fait par une toute petite route, depuis Kula (au N.) jusqu’à Saray Koÿ (au S.), ce qui surprend quand on sait que la ville d’Alaşehir constitue le point le plus oriental par lequel on peut aisément passer d’un bassin fluvial à l’autre. Aucune autre route n’a été tracée, et la liaison est-ouest n’est assurée que par la voie ferrée Izmir-Manisa-Alaşehir-Uşak-Konya installée parallèlement au mur nord12.

5Le tissu urbain est organisé suivant un quadrillage établi d’après l’orientation des murs ouest et nord, c’est-à-dire, NO-SE. Il déborde largement le périmètre ancien à l’ouest, où le rempart est inclus dans l’espace habité et sert de point d’appui aux maisons et non de limite au tracé des rues. La moitié occidentale du côté nord présente les mêmes caractéristiques, tandis qu’à l’est, au contraire, une sorte de terrain vague l’entoure : comme si l’urbanisme moderne avait volontairement laissé de côté l’angle NE de la ville antique. C’est d’ailleurs ce secteur qui a pu être le mieux examiné, pour des raisons évidentes de commodité. Le côté sud, enfin, avait été vaguement restitué en plan par Curtius, il y a un siècle : autant dire que les vestiges examinés récemment sont trop sporadiques, trop espacés pour que le tracé puisse en être effectivement suivi.

***

Secteur Nord

6Onze segments ont pu être dénombrés : ils s’étendent depuis l’angle NE de la muraille récemment mis au jour par la destruction de bâtiments et se perdent, à l’ouest, au milieu des jardins ou des cours. Un tiers seulement a pu être examiné, le reste n’a pu qu’être observé depuis l’acropole (cf. Pl. II,a). D’une manière générale, ils se présentent sous la forme de grands tronçons dont la hauteur estimée varie de 5 à 7 mètres et l’épaisseur avoisine les 2 mètres, à l’exception des segments 1 et 2 qui dépassent à peine les remblais et sont surtout visibles depuis l’extérieur des remparts (fig. 1).

7L’angle NE (segment 1) est marqué par une tour ronde qui n’est dégagée que sur sa partie septentrionale, les remblais qui masquent sa partie orientale n’ayant pas été enlevés (fig. 2). Elle présente deux états de construction, sous la forme de deux tours concentriques : la tour extérieure ne s’élève pas à plus de 1,50 m de hauteur. Elles sont construites avec des moellons bruts associés à de fines dalles de pierre (sans doute du schiste), le tout liaisonné avec un mortier contenant des fragments de briques. On note à la fois la présence de remplois — fragments de colonnes, en particulier dans la tour intérieure — et de briques employées de manière très fantaisiste.

8Le parement de la tour extérieure est difficile à discerner : sans doute a-t-il été partiellement détruit lors du nivellement du sol, devant le rempart, par surcreusement. Immédiatement à l’ouest, dans le segment 2, on en distingue quelques fragments : il s’agit d’un opus incertum très irrégulier dans lequel alternent maladroitement des rangées de pierres brutes et de petites dalles, avec quelques fragments de briques, le tout recouvrant un blocage composé, en cet endroit, de matériau de petit calibre lié avec beaucoup de mortier auquel de fines particules de briques donnent une couleur légèrement rosée.

  • 13 Les arcs de briques sont attestés dans beaucoup de remparts, proches ou éloignés de ceux-ci : à Ni (...)

9Au-delà, à la base de ce segment 2, pratiquement arasé lui aussi, à moins de 10 mètres de distance est conservé un très bel arc de décharge13 en briques surmontant un linteau de pierre appuyé, à l’est, sur un fragment de colonne (fig. 3). Le sommet de l’arc a souffert et on note une déformation de son rayon de courbure. Le remblai qui affleure à la base de cet arc ne permet pas de voir l’articulation de celui-ci avec le reste du mur. Situé à hauteur d’homme actuellement, on peut supposer qu’il se trouvait dans la partie médiane du mur et qu’en conséquence, la base de celui-ci doit se trouver à près de 3 mètres sous le niveau du sol. A 2 mètres de cette ouverture — dont on peut estimer la largeur à 1,40 m, la hauteur de l’arc, linteau compris, pouvant quant à lui être de 0,80 m — on note un dispositif semblable bien que l’état de conservation ne laisse plus voir que l’aménagement en éventail des briques cassées : le linteau a en effet disparu et l’ouverture originelle a été bouchée de manière très grossière — à l’inverse de l’arc décrit plus haut. Ce dispositif est situé à la même hauteur que le précédent et est inclus dans le segment 3 qui, en cet endroit, doit atteindre 5 mètres de haut (fig. 4).

Fig. 1. Vue de la face extérieure des segments 1, 2 et 3 vers l’Ouest.

Fig. 2. Les deux états de la tour d’angle NE : face nord.

  • 14 Les remblais, à l’intérieur, atteignent le haut du mur conservé : l’ouverture n’est pas visible de (...)

10Quelle était la fonction de ces petites ouvertures si proches l’une de l’autre ainsi que de la tour d’angle ? Sans doute des petites poternes, mais rien n’est sûr dans l’état actuel de notre connaissance des remparts14. En revanche il est important de noter la présence relativement abondante de la brique dans cette partie du mur, que ce soit comme élément de construction, de « décoration » ou comme composant du mortier ; c’est aussi le seul endroit où les remplois de morceaux de colonnes ont été observés : il y a manifestement eu plusieurs périodes de construction comme l’attestent les deux tracés concentriques de la tour, comme peuvent aussi le suggérer les deux ouvertures dont le mode de construction et la localisation tranchent avec le reste du mur en cet endroit.

11Plus à l’ouest se prolonge le segment 3 : la face extérieure a pratiquement été complètement dépouillée de son parement et le blocage apparaît comme une accumulation très dense de petites pierres brutes liées avec un mortier légèrement rosâtre sans trace de système de construction par tranches.

  • 15 Sur les tours triangulaires, voir J. M. Spieser : Recherches sur Thessalonique de la Tétrarchie à (...)
  • 16 A Milet, le tracé inclut des segments obliques qui se terminent par une tour et ménagent un passag (...)
  • 17 Cf. Philon de Byzance, texte traduit et commenté par Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecqu (...)

12Le segment 4 présente une double particularité, à la fois dans son tracé et dans son mode de construction. Aux deux tiers de sa longueur, en partant de l’ouest (fig. 5), il décrit un angle obtus de 150° environ (ce qui dévie sa direction vers le nord-est) et par ce décrochement, atteste la présence soit d’une tour15, soit d’une ouverture en chicane16 — le tracé en zig-zag fortement recommandé par Philon de Byzance ne pouvant être évoqué car la proximité immédiate du segment précédent ne laisse pas la place nécessaire à un nouveau changement de direction17. Cet important changement de direction mérite l’attention car c’est le seul que l’on puisse observer (fig. 6) de manière tout à fait tangible, alors que le plan de Curtius en suggère un grand nombre — surtout pour les autres côtés des fortifications. Il faut noter que Curtius proposait, dans le cas présent, un tracé en zig-zag à une distance de la tour d’angle nord-est qui nous paraît erronée (trop à l’ouest) et suivant une direction fausse, puisqu’il propose un angle droit. Pour ce qui est du mode de construction, on note, à la base du décrochement, trois assises de gros blocs assez régulièrement taillés qui constituaient le parement de la partie inférieure du mur. En effet, bien que le parement ait disparu immédiatement au-dessus de ces pierres, le blocage ne porte aucune empreinte de scellement de tels blocs et semble même être posé sur ceux-ci. Certes le mur a été particulièrement détérioré à cette hauteur, mais il semble clair que nous sommes devant deux phases de construction, même si le parement de la partie supérieure du segment semble être à l’aplomb. Celui-ci présente quelques différences, en particulier l’utilisation de moellons bruts de tailles très diverses, et même assez importantes. Cette partie du rempart est sans doute la seule qui nous donne une idée de la nature du niveau inférieur du mur, grâce au surcreusement du terrain devant celui-ci. La hauteur totale visible semble dépasser largement les 6 mètres. Le parement interne présente les mêmes caractères que le parement extérieur : les assises de pierres bien taillées n’apparaissent pas ici ; en revanche on en suit les traces, sur la face externe sur toute la longueur du segment, vers l’ouest.

Fig. 3. Arc de décharge du segment 2.

Fig. 4. Détail du segment 2 : ouverture détruite.

Fig. 5. Face extérieure du segment 4 avec décrochement.

13Coupé en ce point par la route moderne qui conduit au centre de la ville, le rempart reprend, plus à l’ouest, enserré par les habitations et cesse bientôt d’être aisément accessible. Néanmoins on note (fig. 7) la persistance des blocs de pierre, à la base du segment 5 sur lequel s’appuie le blocage, puis le parement en opus incertum dans la partie médiane et supérieure du mur.

Fig. 6. Face interne du segment 4 : détail de l’appareil.

Fig. 7. Segment 7 : détail du blocage et des assises de pierre de la base.

14Six autres tronçons de mur ont pu être observés depuis l’acropole, se répartissant sur pratiquement toute la longueur de la face nord du rempart proposée par Curtius : malheureusement on ne peut dire si les deux phases de construction que nous supposons sont attestées. La même incertitude existe quant aux aménagements annexes.

15Dès à présent il faut remarquer que les segments se présentent comme des blocs de construction homogène qui ne semblent pas avoir souffert d’éventuels tremblements de terre : pas de fissures notoires et de pans de mur en réel état de délabrement ; les seules dégradations générales sont le fait du vol des pierres du parement. De plus nous n’avons remarqué les traces d’aucune tour, hormis la tour d’angle et le décrochement oblique (si tant est qu’il s’agisse d’une tour) ; enfin la partie sommitale ne semble pas être conservée dans son état originel : là encore un examen effectué avec le matériel approprié serait nécessaire pour atténuer le caractère hypothétique de ces constatations.

Secteur Ouest

16La ville s’étant développée au-delà du tracé des remparts, il est très difficile de les suivre dans la partie nord de ce secteur. Ici encore c’est l’observation effectuée depuis le sommet de l’acropole qui a permis la description suivante (Pl. II,b). Aucun fragment ne semble être conservé dans l’angle nord-ouest de la ville, celui qui a été profondément remanié par la modernisation de la cité. Les cinq segments repérés, répartis sur environ 500 mètres, sont situés dans la partie méridionale du quadrilatère, entre deux rues de direction N-S : la Camlibel Caddesi et la Kuv. kiliye Cad. Les brèches ouvertes dans la muraille coïncident avec le passage des rues de direction E-O qui coupent les précédentes à angle droit (fig. 8). Seule la ruelle la plus méridionale, la Sari Su Caddesi, située presqu’en bas des pentes de l’acropole, n’obéit pas au quadrillage général du quartier. Le segment 12, le premier rencontré lorsqu’on va vers le sud, présente, sur la face interne du mur, un rentrant semi-circulaire qui constitue l’aménagement du mur pour la porte occidentale de la ville (fig. 9). Celle-ci est signalée par Curtius immédiatement au nord d’un rentrant de la muraille, ce qui doit être légèrement corrigé en lui donnant une position plus septentrionale encore et donc un emplacement plus médian dans la face ouest. En cet endroit, le rempart semble être conservé sur une hauteur dépassant largement les 6 mètres pour une largeur apparemment équivalente à celle qui a déjà été signalée (2 m). On note, sur la face interne du segment quelques trous de boulins qui ont dû servir à l’édification des échafaudages. Le parement est vide de toute trace de brique ; le mortier est franchement grisâtre. Ces deux derniers traits le distinguent du mur nord, ainsi que la manière précise dont l’alternance des pierres brutes et des dalles de schiste est effectuée. L’encastrement dans le tissu urbain ne permet pas de savoir si la base du mur possède ou non des assises de pierres travaillées.

Fig. 8. Segments 12 et 13 (face interne).

Fig. 9. Segment 12 : détail de la partie droite de la porte (face interne).

  • 18 Cette information m’a été fournie en 1975 par des habitants du quartier et n’a pu être confirmée.

17Les deux segments 13 et 14 ont été arasés à mi-hauteur sur une assez grande longueur : à noter aussi un énorme trou bouché, au centre du segment 13 qui fait suite à la porte, avec un matériau de couleur beaucoup plus claire : cette partie du mur qui sert d’appui aux habitations a été assez fortement abîmée. C’est à ce secteur qu’appartenait l’inscription qui décorait le linteau de la porte occidentale et qui aurait été déposée au musée de Manisa18.

18Quant aux segments 15 et 16, ils semblent être de moindre taille, en hauteur comme en longueur et ne pas se différencier des précédents par leur maçonnerie.

Secteur Sud

19L’acropole étant désaxée par rapport au tracé d’ensemble du rempart (elle est située à l’extrémité occidentale du côté sud), l’examen a donc porté sur les terrains accidentés qui la relient à l’extrémité du côté est des fortifications.

20Très peu de vestiges sont conservés : la pente et le ravinement provoqué par le ruissellement des eaux descendant de l’acropole même ou des montagnes situées au sud de la ville sont sans doute en grande partie responsables de cette situation (fig. 10). De plus la topographie même peut justifier la destruction de toute fortification dans cette région. En effet la ville, fortement défendue dans ses parties basses, devait pouvoir aisément être prise à revers, grâce aux vallées des deux rivières qui l’encadrent, grâce aussi à l’absence d’escarpement en arrière de l’acropole.

  • 19 Curtius notait cette particularité en précisant que les parpaings étaient en pierre jaune et mesur (...)
  • 20 Sur cette technique utilisée à l’époque byzantine, cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa (...)

21Deux types de blocage caractérisent ce secteur. Au pied même de l’acropole, bien avant les premières maisons, quelques noyaux présentent un blocage à très forte proportion de mortier, les pierres ayant été jetées pêle-mêle dans le liant ; celui-ci est très blanc (fig. 11). Plus au sud le même type d’appareil apparaît dans quelques vestiges dont la disposition laisse supposer qu’ils appartenaient à un ensemble ceinturant l’acropole sur sa face est : s’agit-il d’une installation de défense ou bien des aménagements du stade que Curtius avait localisé dans cette partie de la ville ? Plus bas, au-dessus des premières maisons, plusieurs segments de mur en blocage de plus petit module subsistent le long de la ruelle qui dévale la pente. Le mortier, plus gris et beaucoup plus abondant, ainsi que la taille des matériaux utilisés permettent de bien les différencier des précédents. De plus il faut signaler sur la face extérieure de la partie supérieure du segment 17 la présence d’un parement très fragmentaire, composé de pierres de section carrée mises en boutisses alternant avec des parpaings bien taillés19 (fig. 12). Ce système, apparenté à l’emplecton décrit par Vitruve20, surprend par sa localisation aussi bien que par sa rareté : c’est le seul exemple qui semble avoir été conservé à Philadelphie. Faut-il y voir les restes d’un édifice construit suivant une technique de blocage identique aux remparts mais dont la face extérieure aurait été soigneusement terminée ? L’hypothèse de « l’annexion » par les remparts d’un mur ayant appartenu à un monument préexistant est aussi peu plausible que la proposition de la présence d’un tronçon de mur différant par son décor du reste du rempart. Là encore, faute de sondage, on ne peut trancher.

Fig. 10. Secteur sud : vestiges sur les pentes de l’acropole.

Fig. 11. Détail du blocage à forte proportion de mortier.

  • 21 Ils n’ont pas été numérotés.

22Les segments conservés plus bas dans la pente, s’apparentent aux vestiges des côtés nord et ouest décrits plus haut21 : les pierres du parement sont assez grosses dans la partie haute des tronçons de mur ; quand elles ont disparu, elles laissent apparaître un blocage à forte charge en pierres noyées dans un mortier blanc-gris sans parcelles de tuileau, sans aucun indice permettant de reconstituer la présence de tranches limitées par quelque dispositif de séparation que ce soit. Curieusement aucun segment n’a été conservé sur le replat séparant le bas de la pente de l’acropole du lit du petit ruisseau orienté nord-sud. En revanche, de l’autre côté de celui-ci, au milieu et au sommet de la petite croupe qui constitue le dernier éperon avant que ne soit atteint l’alignement constituant le côté est des remparts, un énorme massif à très forte proportion de mortier blanchâtre (segment 18) devait constituer la base d’une tour : il rappelle par sa compacité, sa couleur et sa charge en pierrailles les éléments vus sous l’acropole (fig. 13). Très fortement entamé par le passage d’une ruelle, il est complètement défiguré et il est difficile de proposer une solution de raccordement avec les autres pans de mur.

23Trois techniques de construction subsistent donc ici dont une, sur le segment 17, qui présente un vestige de parement tout à fait particulier.

Secteur Est

  • 22 Curtius notait déjà, en 1872, que les parties sud et sud-est du rempart étaient détruites.

24Une fois encore la jonction avec le mur précédent n’apparaît pas, à la fois parce que le quartier sud-est de l’ancienne ville a été très remanié et parce que c’est le seul où l’on puisse encore voir en plusieurs endroits des fragments éboulés : c’est là aussi qu’a été installé le cimetière moderne. A proximité de celui-ci les vestiges s’apparentent au fragment 17 : blocage avec mortier blanc liant des pierres de petit module et constituant un ensemble très rigide. Deux tas d’éboulis situés dans le secteur où Curtius plaçait une porte et où il avait indiqué un avant-mur (c’est-à-dire dans le renflement qui constitue l’angle sud-est de la ville) sont seuls aujourd’hui visibles : le plan de Curtius (cf. Pl. I) reste donc l’unique document tangible, sans qu’il soit possible de le vérifier22.

Fig. 12. Segment 17 : détail du parement.

Fig. 13. Segment 18.

25Plus au nord, dans le secteur de la ville qui se trouve au bas de toute pente, apparaît un important segment (n° 19) qui se dresse au sommet d’une butée nord-sud, précédée, à l’extérieur, par un surcreusement emprunté aujourd’hui par une piste (fig. 14). Ce segment porte la trace d’un arrachement de mur sur toute sa hauteur : il s’agit d’une tour : la seule dont nous avons trouvé trace, avec celle de l’angle NE. Celle-ci, s’articulait sur le rempart par un mur épais d’1,5 mètre environ. Les traces qui subsistent laissent supposer que la tour se développait vers le sud, car à gauche de cet arrachement on note la présence d’une sorte d’enduit posé sur l’ensemble du parement qui tend à en dissimuler le détail et qui a été protégé de ce fait de toute dégradation. Ce procédé, moins visible à droite de l’arrachement, s’apparente au parement à assises dissimulées ; il est fait, sous le crépi, de pierres brutes et de petites dalles de schiste recouvrant un blocage très proche de celui du mur nord. La face extérieure présente des trous de boulins distants de 60 à 80 cm environ sur quatre rangs. Le mortier est rosâtre, aussi bien dans le blocage que sur le parement (fig. 15).

26Le segment 19 présente un autre intérêt : celui d’être placé sur une sorte de terre-plein qui domine nettement une zone surcreusée, à l’est de celui-ci : s’agit-il de l’espace ménagé entre le mur proprement dit et l’avant-mur restitué à cet endroit par Curtius ? Ce segment placé au nord de la porte proposée par Curtius pourrait coïncider avec le raccordement de l’avant mur qu’il suggère.

  • 23 La hauteur estimée dépasse les 6 mètres, pour les segments 20, 21 et 23. Le segment 22 dont la bas (...)

27A 100 ou 200 mètres de la tour ronde (segment 1) qui forme l’angle nord-est (Pl. II,c), 4 segments de taille imposante sont conservés (segments 20 à 2323). Les composants en sont les mêmes : blocage avec mortier plutôt grisâtre ici, charge de pierres de petite taille mais le principe de construction semble avoir légèrement changé.

28On devine de manière confuse, la présence dans l’épaisseur du mur, d’assises traversant le mur qui sont faites de petites dalles. Celles-ci apparaissent sur le parement. Il est assez régulier dans la partie inférieure du mur tandis que la partie supérieure a manifestement été refaite ultérieurement. Le segment 20 porte la trace d’une construction étagée, soulignée par la pose d’une assise intermédiaire bien serrée délimitant nettement deux états du mur. Quatre décrochements horizontaux sont visibles sur la face externe de ce segment, qui, partant du milieu du segment dans sa partie droite, atteignent le quart supérieur de celui-ci dans sa partie gauche (fig. 16). Il semble qu’il faille attribuer ce détail de maçonnerie à une réfection faite méthodiquement par arasement progressif des parties en ruines, et ancrage des restaurations sur un élément stable : l’assise transversale la plus proche. Un léger redent du mur coïncide avec le dernier décrochement à l’extrémité gauche du segment. De très faible épaisseur (environ 50 cm) il doit correspondre à un renforcement du mur. Curtius propose plusieurs redents au tracé de ce secteur, mais celui qui correspondrait au segment 20 est beaucoup trop important et placé trop au Sud. Aucun remploi n’apparaît dans la partie ancienne du mur, tandis que parmi les pierres brutes de la réfection, on note la présence d’un voussoir de calcaire (fig. 17). A noter aussi la présence éparse d’un crépi qui unifiait le parement comme on l’a signalé pour le segment 19.

Fig. 14. Segment 19 (face externe).

Fig. 15. Détail de l’arrachement de la tour.

  • 24 L’hypothèse d’un escalier de bois venant s’ajuster à la base de l’escalier aménagé dans la paroi i (...)

29Le segment 21, de même nature, présente sur la face interne de son extrémité méridionale trois blocs superposés de manière décalée et appuyés sur des petites pierres qui constituent le parement interne du mur réduit de la largeur de ceux-ci (fig. 18). Large de 70 cm pour 20 à 30 cm de hauteur environ, ces trois blocs situés à 2 mètres au-dessus du sol actuel devaient appartenir à un escalier qui conduisait à la partie supérieure du mur. Placé actuellement en surplomb à la suite des détériorations subies par la base du mur, on ne peut dire si cet escalier partait ou non du sol24 (fig. 19). Peut-être faut-il mettre cet escalier en relation avec la brèche ouverte dans le rempart en cet endroit et y voir un moyen d’accès à une tour aujourd’hui détruite : le parement externe semble être arraché d’une manière trop régulière à l’extérieur pour ne pas interdire cette hypothèse. L’escalier pouvait enfin conduire à la porte qui se trouvait quelques dizaines de mètres plus loin, au nord (fig. 20). La face du segment, côté ville, permet de restituer son prolongement vers le haut, de constater aussi qu’une partie importante de haut du mur a disparu mais n’autorise pas à proposer un dispositif plus élaboré.

Fig. 16. Segment 20 : le décrochement.

Fig. 17. Détail de la réfection par paliers.

Fig. 18. Segment 21 : traces d’escalier (face interne).

Fig. 19. Segment 21 : traces d’escalier (face externe).

Fig. 20. Segments 22 et 23 : la porte orientale.

  • 25 Le massif de maçonnerie qu’on devine en avant de l’extrémité gauche du segment 23 atteint 2 mètres (...)
  • 26 Pour le schéma de ce type d’ouverture, cf. Schneider-Karnapp, op. cit., pl. 16. Winter donne plusi (...)

30Le segment 22, en effet, présente la particularité d’être nettement en avant de l’alignement général et d’être percé en sa partie inférieure d’une ouverture en berceau fortement liée au mortier. Les traces d’arrachement que portent les côtés de la face externe, les restes de parement visibles sur l’épaisseur nord du segment, les vestiges notés sur le sol, en avant des deux segments 21 et 23, d’une construction en saillie25 conduisent à voir ici les vestiges d’une porte en retrait flanquée certainement de deux tours dont le raccordement avec l’enceinte était perpendiculaire à celle-ci, comme on peut le voir sur le côté nord de cet aménagement26. L’ouverture centrale est actuellement à 1,50 mètre environ au-dessus du niveau du sol actuel. L’intrados de l’arc dont la courbure est irrégulière est lié avec un mortier rosâtre. Le parement qui borde celui-ci a été arraché sur toute la largeur de l’arc, ce qui ne permet pas d’en préciser l’état d’origine. Curtius ne signale aucun dispositif semblable dans ce secteur : il s’est contenté de proposer un tracé à redent qui permet de rattraper progressivement l’alignement de l’extrémité du mur nord et de le ponctuer de tours.

31Le segment 23, nettement en retrait par rapport au segment 22 est le dernier élément conservé du mur est. Très endommagé sur ses deux faces, il s’apparente plus volontiers à la phase de réfection des segments précédents qu’à la phase initiale de construction de ceux-ci. De plus on note, au milieu de la face extérieure, la juxtaposition suivant une ligne oblique de deux états de construction certainement tardifs l’un et l’autre.

32Jusqu’à la tour ronde de l’angle NE, aucun segment n’est conservé en élévation mais la butée de terre qui recouvre la base du rempart permet de restituer le raccordement des deux côtés sans difficulté.

***

  • 27 Pour l’histoire de la ville dans l’Antiquité depuis sa fondation par Attale II Philadelphe, voir C (...)
  • 28 L’étude de C. Foss a servi de base à l’établissement des comparaisons (cf. supra, n. 12). A titre (...)

33A partir de la description qui vient d’être faite, il nous semble utile de proposer une succession d’états dans la construction du rempart. Celle-ci se fondera uniquement sur les différences indiquées au cours de ce « tour de rempart » et faute de fouilles, de sondages ou d’investigations méthodiques, il ne peut être question de proposer une chronologie sûre. Certes l’histoire de la ville, telle qu’elle nous est connue depuis l’Antiquité et surtout à la fin de la période byzantine, nous fournit des indications susceptibles de justifier destructions et donc reconstructions27. Mais c’est bien davantage les comparaisons avec des remparts de la région qui serviront de fondement aux propositions qui suivent28.

  • 29 On retrouve le système de décrochements tels qu’on les a signalés à Milet et Argos et tels qu’ils (...)

34Ainsi, il semble plausible de faire remonter à l’époque hellénistique ou romaine le premier état des remparts dont subsisteraient des vestiges conservés dans la partie sud-est de la ville (les segments proches du fragment 17, le segment 18, les éboulis voisins du segment 19) et dans la partie orientale du côté nord (soubassement des segments 4 et 5). Malheureusement leur nombre est trop réduit pour qu’on puisse affirmer que le premier tracé coïncidait exactement avec celui qu’on peut suivre aujourd’hui et faute de moyens sérieux d’investigation, on ne peut vérifier si les fragments appartenant au groupe des segments 4 et 5 sont eux aussi édifiés sur les restes du premier rempart. Néanmoins si tel était le cas, on constaterait, avec Curtius, qu’à l’intérieur d’une enceinte illustrant par son tracé en zig-zag les principes de Philon de Byzance29, la superficie de la ville dépassait les 1 500 ha et classait Philadelphie parmi les villes de grande importance.

35L’observation de l’ensemble du plan de la ville antique proposé par Curtius soulève cependant une question : comment se fait-il que le rempart, au sud, isole le stade hors de la zone fortifiée tandis que le théâtre est intra muros (cf. Pl. I) ? Première hypothèse : le tracé de la muraille reliant l’acropole au segment 18 est le tracé primitif. L’ensemble du rempart aurait été édifié à une époque tardive puisque tous les monuments publics ne sont pas à l’intérieur de la zone protégée, ce qui implique que ces édifices étaient tombés en désuétude : c’est à exclure (cf. supra p. 108). Deuxième hypothèse : le tracé de ce côté a été modifié à la même époque tardive pour améliorer la sécurité de la ville et la surveillance de l’arrière-pays. Le rempart prit alors le stade à l’ouest et un édifice public à l’est comme supports, avant de retrouver le premier tracé, au segment 18, bien campé au sommet d’une croupe. L’énorme rentrant vers le nord constitué par cette portion de mur peut être interprété dans ce sens, d’autant plus que le replat méridional (cf. supra p. 112) constituait certainement une zone faible dans la défense de la ville.

  • 30 M. Frizot, Mortiers et enduits peints antiques. Etude technique et archéologique, Dijon, Faculté d (...)

36L’examen minutieux des segments a montré que la partie inférieure de la grande majorité d’entre eux, sur les côtés nord, ouest et est, peut être attribuée à une même phase de construction, là encore pour des raisons de technique de maçonnerie. Certes des différences dans la teinte des mortiers ont été notées, mais il semble que cette caractéristique déterminée bien souvent par la présence ou non de tuileau pilé ne joue pas un rôle déterminant dans la définition de critères chronologiques30. Il semble donc vraisemblable de proposer un deuxième état des remparts à une époque tardive, ceux-ci étant fidèles au tracé primitif pour les côtés nord, ouest et est, et innovant dans le secteur sud. Reste à définir cette « période tardive ».

  • 31 B. Gille, Les mécaniciens grecs, Paris, 1980.
  • 32 J.M. Spieser, Philon de Byzance et les fortifications paléochrétiennes, Colloque sur la fortificat (...)
  • 33 Les fouilles dont les remparts de Sardes ont fait l’objet n’ont pas déterminé de façon décisive le (...)
  • 34 C. Foss, JOB 28, (1979), p. 318 et fig. 6 propose cette datation parce qu’il est totalement dépour (...)
  • 35 Cf. Schneider-Karnapp, op. cit., pl. 42 et 43.
  • 36 Par exemple la forteresse d’Agbia en Tunisie : cf. D. Pringle, op. cit., p. 253 et pl. LIX a).
  • 37 H. Ahrweiler, L’Asie Mineure et les invasions arabes (7e-9e s.), Revue Historique, t. 227, 1 (1962 (...)

37Si l’on reprend la question du tracé, il semble de plus en plus communément admis qu’on décèle une sorte « d’immobilisme technologique » entre la période hellénistique et l’antiquité tardive31, et que les principes de poliorcétique de Philon de Byzance, en particulier l’utilisation du tracé en zig-zag, ont fait école même à l’époque byzantine, « l’art de la fortification ne se renouvelant pas dans le monde byzantin »32. Quant à la technique, il est évident que nous sommes en présence d’une tradition locale qui s’est maintenue ici tout au long de la période byzantine et dont on trouve des témoins très dispersés aussi bien dans le temps que dans l’espace. Ainsi en Lydie, les remparts de Sardes ont été attribués à la fin du iiie-fin du ive s. voire même vers 40033, tandis que le mur sud de la forteresse de Tabala est attribué « aux siècles obscurs »34 ; en Bithynie, on note dans les remparts de Nicée, entre les tours 94 et 95, un segment de courtine dont le parement est semblable et qui est daté de 106535. Plus loin, en Afrique du Nord cette technique apparaît à la fin de l’époque byzantine, quand l’Islam réoccupe les forteresses qui ont été abandonnées36. Sans aller jusqu’au milieu du xie siècle, il ne paraît pas impossible de mettre leur réfection en relation, non pas avec la période où les Goths menaçaient la région, mais plutôt avec les invasions arabes37. En effet pendant ces « siècles obscurs », la physionomie de l’Asie Mineure fut profondément modifiée : les destructions et ravages consécutifs aux raids musulmans entraînèrent, outre la dévastation des campagnes, le déclin des villes du littoral au profit de celles de l’arrière-pays qui servaient de refuge aux populations et qui étaient en général dotées de fortifications. Est-ce le cas de Philadelphie ? Sa position de ville-carrefour entre les bassins de l’Hermos et du Méandre conduit à supposer qu’elle servit de ville-refuge et qu’elle conserva, pour cette raison d’ordre géographique entre autres, une importance dont témoigne sa superficie.

  • 38 H. Glykatzi-Ahrweiler, Les forteresses construites en Asie Mineure face à l’invasion seldjoukide, (...)
  • 39 Pour les sièges et attaques de la ville sous les Comnènes, cf. Anne Comnène, Alexiade, ed. Leib, v (...)
  • 40 Cf. C. Foss, JOB 28 (1979), p. 316 à 320.
  • 41 Ibid., p. 303 et fig. 7 pour Tabala ; p. 306-309 et fig. 16 pour Manisa.

38Enfin c’est à l’époque des Comnènes et des Lascarides que pourraient être attribués les derniers états des remparts : les deux états de la tour de l’angle nord-est, les petites ouvertures aménagées dans leur voisinage immédiat, la partie supérieure des segments 3, 4 et 5 (au nord), 12 et 13 (à l’ouest) 20, 21 et 22 ainsi que les deux phases du segment 23 (à l’est). On sait, en effet38, qu’à partir de la fin du xie siècle, la région servit de zone-frontière face aux Seldjoukides et que les empereurs Alexis, Jean et Manuel y livrèrent de nombreux combats contre les souverains d’Iconion ; de plus ils s’attachèrent, en particulier Manuel, à renforcer la capacité de résistance du territoire en édifiant des forteresses et en restaurant les remparts détruits. Philadelphie n’échappa pas au sort commun, comme en témoignent un grand nombre de textes — sans qu’il y soit précisé, toutefois, si les remparts sont ou non endommagés par les attaques décrites39. Il est vrai que les éléments les plus caractéristiques de l’architecture des forteresses et remparts de Lydie en cette période tardive apparaissent généralement dans les portes et tours, aménagements qui ont pratiquement disparu à Philadelphie40. Cependant on note des ressemblances avec le mur nord de la forteresse de Tabala, daté de l’époque des Comnènes, ainsi qu’avec le mur ouest de la citadelle de Manisa, dont les sources attribuent la construction à Vatatzès41.

39Février 1983

P1.I. Etat actuel des remparts (d’après le plan de la ville dressé par Curtius).

Pl. II a, b, c. Vues générales des remparts.
a : côté nord
b : côté ouest
c : côté est

Notes

1 Je tiens à remercier Françoise Laroche-Traunecker et Charley Taïeb qui m’ont successivement accompagnée.

2 E. Curtius a donné en 1872 une description sommaire des vestiges de la ville accompagnée d’un relevé des remparts au 1/25 000, cf. E. Curtius, Philadelpheia, Nachtrag zu den Beiträgen zur Geschichte und Topographie Kleinasiens, Abhandlungen der Deutschen Akademie der Wissenschaft zu Berlin, 1872, p. 93-95 et pl. VIII.

3 C’est au 13e siècle qu’apparaît pour la première fois le nom d’Alaşehir, lors de la bataille qui opposa Théodore Lascaris à Kay Khusraw 1er, en 1210, selon Ibn Bībī : cf. article Ala Shehr, dans Encyclopédie de l’Islam, nelle édition, 1960, t. I, p. 356-7. Pour les origines de Philadelphie, cf. article Philadelphia, dans Paulys Realencyclopädie des classischen Altertumwissenschaften, t. XIX, 2, col. 2091-2092.

4 Pour la localisation du site, cf. Feuille d’Eskişehir (342-B) dans Yeni Türkiye Atlasi, carte au 1/500 000, Ankara, 1977 ; Codex Kultur Atlas, feuille 38/38, carte au 1/300 000 ; R. Kiepert, Karte von Kleinasien, C II Afiun-Karahisar, 1/400 000, Berlin, 1912, 2e éd. ; carte d’état-major au 1/200 000, feuille d’Alaşehir F IV, Harta Genel Müdürlügü, Ankara, 1944. Les coordonnées géographiques de la ville sont les suivantes : 28°30’ Lat. E ; 38°21’ Long. N.

5 Ce nom est sans doute à mettre en relation avec la présence de mines d’argent. Actuellement, seuls l’or et le mercure sont exploités. Cf. Yeni Türkiye Atlasi, carte au 1/4 000 000 des Madenler ve Petrol. On peut d’ailleurs se demander si les hyperpères « de Filadelfa » attestées au début du 14e siècle par le florentin F. B. Pegolotti ne sont pas liées à cette richesse naturelle. Cf. F. B. Pegolotti, La Pratica della Mercatura, ed. Evans, Cambridge Mass. 1936, p. 289. Cf. aussi l’étude de M. Hendy, Coinage and Money in the Byzantine Empire, 1081-1261, Dumbarton Oaks Studies 12, Washington, 1969, p. 252 et pl. 46/2. D’après la description ces monnaies datent du règne d’Andronic II et Michel IX (1295-1320).

6 Alaşehir est aujourd’hui classée parmi les villes de 3e catégorie, celles qui ont entre 20 000 et 50 000 habitants. A noter qu’en 1873, elle comptait 3 000 maisons ; cf. C. Mostras, Dictionnaire géographique de l’empire ottoman, St Petersbourg, 1873, p. 24.

7 L’acropole dominerait la plaine de plus de 120 mètres : l’estimation nous paraît excessive.

8 Avant Curtius les remparts ont été signalés par Evliya Çelebi qui notait, au 17e siècle, que ceux-ci étaient en ruine mais qu’on y pouvait voir encore 5 portes, cf. Inönü Ansiklopedisi, Ankara, 1947, t. II, p. 4 et 5. Vers 1765, un voyageur anglais, Richard Chandler précise « il reste même encore plusieurs pans de la muraille qui la renfermait, mais avec de larges brèches, et les matériaux de ces remparts sont de petites pierres jointes ensemble avec un ciment très dur. Cette muraille est épaisse, haute et flanquée de tours rondes ». Cf. Voyages dans l’Asie Mineure et en Grèce, faits au dépens de la Société des Dilettanti dans les années 1764, 65 et 1766 par le Dr R. Chandler, traduits par J. Servois et Barbié du Bocage, Paris, 1806, t. 1, p. 159. Pour les textes anciens et médiévaux faisant référence à ceux-ci : cf. J.A. Cramer, A Geographical and Historical Description of Asia Minor, Oxford, 1832, (reprint Amsterdam, 1971), t. 1, p. 457. Récemment les archéologues responsables de la publication des remparts de Sardes ont fait une rapide description des murs de Philadelphie auxquels ils les comparent : cf. G. Hanfmann-J. Waldbaum, A Survey of Sardis and the Major Monuments outside the City Walls, Archaeological Exploration of Sardis, Report 1, 1975, p. 41-42, (désormais cité Sardis Report 1). Voir un dessin des remparts publié par T. Allom, L’empire ottoman illustré, 2e série, Paris-Londres, vers 1880, p. 11-12.

9 Le plan de Curtius a servi de guide à la description : beaucoup d’éléments notés ont disparu depuis plus d’un siècle ; certains détails seront précisés, voire corrigés. Cf. Pl. I.

10 La construction d’une route a mis au jour, en 1976, une nécropole sur les pentes situées au sud de la ville où plusieurs hypogées paléochrétiennes avec fresques datée, du ive siècle ont été découvertes. Cf. M. M. Mellink, Archaeology in Asia Minors A.J.A., 81 (1977), p. 319-320 et fig. 37 et 38.

11 La présence de sources sulfureuses est attestée à l’ouest de la ville par R. Kiepert (cf. supra n. 4).

12 Pour la restitution du réseau antique cf. les cartes suivantes : W. M. Calder et G. E. Bean, Classical Map of Asia Minor, Ankara, 1958 ; Nazim Tarham, Tarihte Türkiye, Ankara, 1962. Cf. aussi la Table de Peutinger, fac-similé et commentaire par Ε. Weber, Graz, 1976, segment VIII, 4 et p. 27. Voir aussi, W. A. Ramsay, Historical Geography of Asia Minor, Royal Geographical Society, Supplementary Papers, vol. IV, Londres 1890 (reprint Amsterdam, 1962), p. 168 et carte p. 105 ; D. Magie, Roman Rule in Asia Minor to the End of the Third Century, Princeton, 1950, p. 40 et η. 20, p. 797-799 où l’auteur donne une abondante bibliographie sur le sujet. Voir enfin C. Foss, Late Byzantine Fortifications in Lydia, Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik 28 (1979), n. 58, p. 312 qui annonce une étude sur l’exploration du Mont Tmolus/Boz Daǧ (désormais cité JOB, 28).

13 Les arcs de briques sont attestés dans beaucoup de remparts, proches ou éloignés de ceux-ci : à Nicée, cf. A. M. Schneider-W. Karnapp, Die Stadtmauer von Iznik, Istanbuler Forschungen, 9, 1938, pl. 20 et 26 (tour 17) en particulier. Voir les citadelles de la région étudiées par C. Foss (cf. n. 12). Cependant l’arc de décharge tel qu’il apparaît ici ne trouve pas de parallèle dans la région, à notre connaissance.

14 Les remblais, à l’intérieur, atteignent le haut du mur conservé : l’ouverture n’est pas visible de ce côté. La présence de telles poternes impose la restitution de structures complémentaires : avant-mur ou tours avancées en protégeant l’accès. Il est impossible de proposer, dans l’état actuel de nos connaissances, de tels dispositifs même si, selon toute logique, il semble indispensable de concevoir en renforcement de ce point du rempart qui jouait, par sa position géographique, un grand rôle stratégique.

15 Sur les tours triangulaires, voir J. M. Spieser : Recherches sur Thessalonique de la Tétrarchie à l’Iconoclasme, sous presse (je remercie l’auteur de m’avoir communiqué le manuscrit de ce travail) ; voir aussi F. E. Winter, Greek Fortifications, Londres, 1971, p. 198, fig. 194, pour les tours pentagonales. Sur l’utilisation d’un tracé de tour formant un angle obtus avec la courtine, cf. la citadelle médiévale de Varna dans, Les villes bulgares médiévales, t. I, Les villes et les forteresses du Danube et de la Mer Noire, Varna, 1981, l’article de A. Kuzev, Varna, p. 293-311, illustré par un plan de la citadelle de la forteresse médiévale (en Bulgare).

16 A Milet, le tracé inclut des segments obliques qui se terminent par une tour et ménagent un passage en chicane vers l’intérieur des remparts. Cf. A. von Gerkan, Milet II, 3, Die Stadtmauern, Berlin, 1935, p. 53-54. Ce tracé avec chicane existe dès l’époque archaïque, cf. F. E. Winter, op. cit., p. 222 et fig. 224.

17 Cf. Philon de Byzance, texte traduit et commenté par Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974. Ce tracé est utilisé aussi à Sardes, cf. Hanfmann-Waldbaum, Sardis Report 1, p. 42. Il s’agit du 4e tracé type décrit par Philon. Cf. F. E. Winter, ibid., p. 121 et 122.

18 Cette information m’a été fournie en 1975 par des habitants du quartier et n’a pu être confirmée.

19 Curtius notait cette particularité en précisant que les parpaings étaient en pierre jaune et mesuraient 40 cm de long pour 12 cm de haut, art. cit., p. 94.

20 Sur cette technique utilisée à l’époque byzantine, cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa from Justinian to the Arab Conquest, B.A.R. International Series, 99, 1981, p. 138. Pour les différentes interprétations du texte de Vitruve, cf. ibid., p. 429, n. 46.

21 Ils n’ont pas été numérotés.

22 Curtius notait déjà, en 1872, que les parties sud et sud-est du rempart étaient détruites.

23 La hauteur estimée dépasse les 6 mètres, pour les segments 20, 21 et 23. Le segment 22 dont la base est prise dans une épaisse couche de remblais ne dépasse pas 4 mètres.

24 L’hypothèse d’un escalier de bois venant s’ajuster à la base de l’escalier aménagé dans la paroi interne du mur a été proposée par Hanfmann-Waldbaum (cf. n. 8) et signalée comme l’une des variantes existant entre Philadelphie et Sardes. Compte tenu de la détérioration de la partie inférieure du mur qui supporte à Philadelphie les trois marches, il est impossible d’affirmer que l’escalier se prolongeait jusqu’au sol ou bien que les trois marches conservées constituaient effectivement le point de raccord entre l’escalier de bois mobile et l’escalier de pierre. La fig. 18 montre bien en effet que ces trois marches sont actuellement à la limite du segment 21.

25 Le massif de maçonnerie qu’on devine en avant de l’extrémité gauche du segment 23 atteint 2 mètres de hauteur. Cf. fig. 19.

26 Pour le schéma de ce type d’ouverture, cf. Schneider-Karnapp, op. cit., pl. 16. Winter donne plusieurs exemples de portes flanquées de tours carrées : à Assos, op. cit., fig. 234, à Vidhavi en Locride occidentale, fig. 220 ; ou rondes : à Corinthe, fig. 232.

27 Pour l’histoire de la ville dans l’Antiquité depuis sa fondation par Attale II Philadelphe, voir Cramer, op. cit., p. 456 ; Ramsay, op. cit., p. 120-121, 130, 431 ; L. Robert, Etudes Anatoliennes, Paris, 1937, p. 161-165 ; Magie, op. cit., p. 124-125 et n. 17 p. 982 ; Hanfmann-Waldbaum, Sardis Report I, p. 18, 22 à 24. L’histoire de la ville de Philadelphie, en ces périodes anciennes, reste à écrire. Pour l’histoire médiévale de celle-ci, des travaux détaillés sur la ville ou la région environnante ont été publiés au cours des 25 dernières années, surtout pour la période tardive : P. Lemerle. L’émirat d’Aydin. Byzance et l’Occident. Recherches sur « la geste d’Umur Pacha », Paris, 1957, p. 106-107, p. 236 ; H. Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317) particulièrement au xiiie siècle, Travaux et Mémoires, 1, 1965, p. 1 à 204 ; P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheia im 14. Jarhundert (1293-1390), Orientalia Christiana Periodica, XXXV, 1969, p. 375 à 431; S. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor, Los Angeles, 1971, p. 117, 127-131, 140.

28 L’étude de C. Foss a servi de base à l’établissement des comparaisons (cf. supra, n. 12). A titre comparatif, il est utile de se référer à l’article de W. Müller-Wiener, Mittelalterliche Befestigungen im südlichen Jonien, Istanbuler Mitteilungen, 11, 1961, p. 5-122, pour évaluer l’extrême différence qui sépare les constructions militaires d’Ionie et de Lydie. L’étude systématique de l’architecture militaire de cette région reste à faire.

29 On retrouve le système de décrochements tels qu’on les a signalés à Milet et Argos et tels qu’ils apparaissent entre les segments 3 et 4. Cf. supra, n. 16.

30 M. Frizot, Mortiers et enduits peints antiques. Etude technique et archéologique, Dijon, Faculté des Sciences Humaines, Centre de Recherches sur les Techniques gréco-romaines, 1973, p. 21 à 32. L’auteur définit très clairement les différents éléments entrant dans la composition d’un mortier.

31 B. Gille, Les mécaniciens grecs, Paris, 1980.

32 J.M. Spieser, Philon de Byzance et les fortifications paléochrétiennes, Colloque sur la fortification et sa place dans l’histoire politique, sociale et culturelle du monde grec, Valbonne-Sophia-Antipolis, décembre 1982, p. 8.

33 Les fouilles dont les remparts de Sardes ont fait l’objet n’ont pas déterminé de façon décisive leur date de construction et, à défaut d’argument chronologique probant, ce sont les événements dont la région fut le théâtre : la présence menaçante des Goths qui ont milité en faveur de l’adoption de cette fourchette chronologique. Cf. C. Foss, Byzantine and Turkish Sardis, Cambridge Mass., 1976, p. 5-13. Pour des raisons de proximité géographique et de similitude dans le tracé et la technique de construction, les remparts de Philadelphie ont été considérés comme contemporains de ceux de Sardes : cf. supra, n. 8.

34 C. Foss, JOB 28, (1979), p. 318 et fig. 6 propose cette datation parce qu’il est totalement dépourvu de brique.

35 Cf. Schneider-Karnapp, op. cit., pl. 42 et 43.

36 Par exemple la forteresse d’Agbia en Tunisie : cf. D. Pringle, op. cit., p. 253 et pl. LIX a).

37 H. Ahrweiler, L’Asie Mineure et les invasions arabes (7e-9e s.), Revue Historique, t. 227, 1 (1962), p. 1-32. Voir aussi E. Kirsten, Die Byzantinische Stadt, Berichte zum XI. Internationalen Byzantinisten Kongress (München 1958), Munich 1960, V/3, p. 1-48. Il n’est pas fait allusion ici aux raids des Perses qui ont ravagé l’Asie Mineure pendant le premier quart du 7e siècle, et dont le passage en Asie Mineure occidentale a été attesté par l’étude des trésors enfouis mis au jour par les fouilles. Philadelphie n’a pas livré d’informations de cette nature, ce qui n’infirme ni ne confirme quoi que ce soit. Lire sur cette question des témoignages du passage des Perses en Asie occidentale, l’article de synthèse de C. Foss, The Persians in Asia Minor and the End of Antiquity, English Historical Review, 357 (octobre 1975), p. 721-747.

38 H. Glykatzi-Ahrweiler, Les forteresses construites en Asie Mineure face à l’invasion seldjoukide, Akten des XI. Internationalen Byzantinisten Kongress (München 1958) Munich 1960, p. 182-190 et H. Ahrweiler, Choma-Aggelokastron, Revue des Etudes Byzantines, Mélanges Grumel, t. XXIV, 1966, p. 278-283.

39 Pour les sièges et attaques de la ville sous les Comnènes, cf. Anne Comnène, Alexiade, ed. Leib, vol. III, 26, 6 ; 144, 5-6 ; 154 et 155 ; Kinnamos, ed. Bonn (et trad. Rosenblum, Paris, 1972), p. 18, 19 et 185 ; Nicétas Choniatès, Historia, ed. Van Dieten, Berlin, 1975, 191, 23-5 ; Michel le Syrien, Chronique, ed. et trad. J.B. Chabot, 1905, t. III, p. 395-6. Pour les siècles suivants : cf. Pachymère, ed. Bonn, 1835, t. II, 314-319, 421, 422 ; N. Choniatès, Historia, ed. cit., 399, 400. Matoula Couroupou, Le siège de Philadelphie d’après le manuscrit de la Bibliothèque patriarcale d’Istanbul, Panaghias 58, Geographica Byzantina, col. Byzantina-Sorbonensia 3, Paris, 1981, p. 67-77 ; voir supra, l’article de P. Lemerle, Philadelphie et l’émirat d’Aydin, p. 55 à 67, et plus particulièrement, la n. 11 p. 57-58.

40 Cf. C. Foss, JOB 28 (1979), p. 316 à 320.

41 Ibid., p. 303 et fig. 7 pour Tabala ; p. 306-309 et fig. 16 pour Manisa.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue de la face extérieure des segments 1, 2 et 3 vers l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Légende Fig. 2. Les deux états de la tour d’angle NE : face nord.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Légende Fig. 3. Arc de décharge du segment 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 4. Détail du segment 2 : ouverture détruite.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Fig. 5. Face extérieure du segment 4 avec décrochement.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 6. Face interne du segment 4 : détail de l’appareil.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende Fig. 7. Segment 7 : détail du blocage et des assises de pierre de la base.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende Fig. 8. Segments 12 et 13 (face interne).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Fig. 9. Segment 12 : détail de la partie droite de la porte (face interne).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Fig. 10. Secteur sud : vestiges sur les pentes de l’acropole.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende Fig. 11. Détail du blocage à forte proportion de mortier.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Légende Fig. 12. Segment 17 : détail du parement.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Légende Fig. 13. Segment 18.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 14. Segment 19 (face externe).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Légende Fig. 15. Détail de l’arrachement de la tour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende Fig. 16. Segment 20 : le décrochement.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 17. Détail de la réfection par paliers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 18. Segment 21 : traces d’escalier (face interne).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Fig. 19. Segment 21 : traces d’escalier (face externe).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Légende Fig. 20. Segments 22 et 23 : la porte orientale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende P1.I. Etat actuel des remparts (d’après le plan de la ville dressé par Curtius).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Légende Pl. II a, b, c. Vues générales des remparts.a : côté nordb : côté ouestc : côté est
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2148/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search