Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Recherches sur le testament de Maxime de Skoteinè (1247)1

Petre Ş. Năsturel

Texte intégral

  • 1 Abréviations : nous désignerons dans tout le corps de ce travail (texte et notes) par les sigles E, (...)

A la mémoire de mon professeur Lysimaque Œconomos
(† 11.XI. 1973)

1Le document byzantin que nous examinerons ici, a déjà connu trois éditions (dont une partielle). Et pourtant, faute d’une édition diplomatique de bon aloi, on n’en possède pas encore la teneur exacte.

  • 1 M. Goudas, Βυζαντιαϰὰ γγραφα τῆς ἐν Αθῳ ʽΙερς Μονς τοῦ Βατοπεδίου dans ‘Eπετηρίς ʽΕταιρείας Βυζ (...)

2C’est au Mont Athos, dans les archives du monastère de Vatopédi, que M. Goudas découvrit la partie finale d’un acte sur parchemin portant encore les traces du collage de la feuille qui avait servi pour la partie antérieure. Au bas du texte, il déchiffra une signature impériale et remarqua des traces de perforations par où passaient autrefois les lacets d’un sceau pendant, aujourd’hui disparu. Tenant cette signature pour authentique, Goudas l’attribua à Michel II Ange Comnène Doucas d’Épire (1237-1259 ; † 1272). De prime abord, la date portée sur l’acte — novembre 6756 = 1247 — semble coïncider avec cette identification qui, néanmoins, a escamoté le nom inattendu de Paléologue. Le fragment publié par Goudas en 1927 l’a été en édition diplomatique ; chaque ligne du texte est marquée d’une barre, mais sans numérotation : notre propre décompte donne 21 lignes, plus 7 autres pour la signature1.

  • 2 Sophronios Eustratiadès, Ή ἐν Φιλαδελφεια μον τῆς ʽϒπεραγίας Θεότοκου τῆς Κοτεινῆς dans ʽΕλληνικά, (...)

3En 1930, l’ancien métropolite de Léontopolis, Mgr Sophronios Eustratiadès, livra à l’impression le texte intégral dudit document. Sa préface critique judicieusement l’attribution du parchemin au despote épirote, attendu que la signature renferme aussi le nom de Paléologue. L’érudit prélat reconnut là un testament écrit à Philadelphie, en Asie Mineure, et non un chrysobulle. Il signala que Vatopédi possédait en effet, sous une autre cote (n° 106), un parchemin se raccordant parfaitement à tous égards au texte édité par Goudas : les deux fragments ont en commun, outre l’écriture, certains anthroponymes et toponymes et la logique même de l’exposé démontre que le texte est bien conservé in extenso. Selon Eustratiadès, le document ainsi reconstitué mesure 3,26 m de long sur 0,26 de large. C’est le testament officiel du hiéromoine Maxime, higoumène et fondateur (ktitôr) du monastère de Koteinè — recte Skoteinè, comme on le verra plus loin —, dans l’éparchie de Philadelphie. Détail à ne pas perdre de vue, l’édition donnée par l’érudit métropolite repose sur une copie effectuée à son intention par le moine Arkadios de Vatopédi2.

  • 3 M. I. Gedeon, Διαθήκη Μαξίμου μοναχο ϰτίτορος τῆς ἐν Λυδί μονῆς Κοτινῆς (1247), dans Μιϰρασιατιϰ(...)

4Quelques années plus tard, en 1939, parut une nouvelle édition (moins connue, semble-t-il) de ce document, cette fois par les soins de l’inlassable historien constantinopolitain que fut Manuel Gedeon. Le testament de Maxime lui avait été signalé par son ami le Père Pancrace, prohigoumène de Vatopédi. Gedeon déclare avoir eu l’original sous les yeux, et sans doute en tira-t-il copie lui-même. Il donne un facsimilé de quelques mots du document, ainsi que celui de la signature impériale. Ce sont là certainement des copies figurées, tracées sur papier-calque, ce qui déforme passablement le ductus des lettres de l’original. Néanmoins, à en juger d’après ces échantillons, le testament semble être d’une lecture aisée qui ne justifie pas les divergences de lectures que l’on relève d’un éditeur à l’autre3.

  • 4 Le compte rendu, par A. Sigalas, de l’édition Eustratiadès a été publié dans ‘Eπετηρς ʽEταιρείας Β (...)

5Déjà, en 1931, A. Sigalas signalait, dans un compte rendu, une foule de bévues ou de mélectures chez Eustratiadès. L’éminent paléographe précisait aussi les cotes des fragments du document de Vatopédi (3,8 et 3,100), détail qu’omettra Gédéon. C’est ce classement séparé des deux parties du même acte qui avait empêché Goudas d’observer que le monastère athonite possédait en réalité le testament intégral. Quant à Gedeon, il semble avoir ignoré les travaux et recherches de ses prédécesseurs4.

6L’examen des éditions mentionnées ci-dessus de cet acte, ainsi que leur confrontation avec le compte-rendu de Sigalas, nous a montré, dès les premières lignes, que de graves différences les déparent. Ce qui impose la conclusion que l’on ne possède pas encore la teneur exacte du document. Des mots, des phrases même, ont été sautés par l’un ou l’autre des éditeurs, qui à l’occasion divergent dans le déchiffrement de tel ou tel vocable. Dans ces conditions une étude complète du testament de Maxime est présentement impossible, à commencer par sa traduction intégrale. Pour ce faire, il faudra patienter jusqu’à la publication de l’ensemble des archives de Vatopédi. Nonobstant cela, il nous faut constater que l’édition Gedeon est meilleure, en général, que celle d’Eustratiadès. Malheureusement le texte publié d’un seul tenant par Gedeon n’offre pas les avantages de la division en paragraphes et lignes d’impression numérotées que l’on doit à Eustratiadès. Pour des commodités de citation, c’est donc au texte que l’on doit au défunt métropolite que nous nous référerons le plus souvent, non sans recourir au besoin à l’édition Gedeon pour en corriger les manquements. Le lecteur voudra bien nous pardonner ce paradoxe de méthode !

7C’est encore pour ces motifs que nous limiterons notre contribution à un résumé détaillé du testament et à un commentaire restreint.

I. L’appellation du monastère de la Théotokos

  • 5 Voir E, p. 325 ; G, p. 271 (qui ajoute la croisette oubliée par Ε après la signature) ; S, p. 379 ( (...)
  • 6 Hélène Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations tur (...)
  • 7 H. Ahrweiler, op. cit., p. 71 traduit le toponyme par « La Sombre ». Le Σύγχρονον ὀρθογραφιϰòν-ἑρμη (...)
  • 8 Le terme ϰότινος, ʽOlivier sauvage’ a pris aussi l’acception de ʽcouronne d’olivier sauvage, dont o (...)

8Eustratiadès et Gedeon parlent du monastère de la Toute-Sainte Mère de Dieu de Koteinè (τῆς Κοτεινῆς, selon le premier) ou de Kotinè (Κοτινῆς, d’après le second)6. Mais Sigalas écrit à plusieurs reprises le monastère de Skoteinè (τῆς Σϰοτεινῆς) ; ce faisant, il se fonde manifestement sur son propre apparat critique : « 325, lignes 1 et 2 Σϰοτεινῆς, pas Κοτεινῆς »5. Ce menu détail ne laisse pas d’embarrasser. S’il nous faut choisir, nous suivrons de préférence l’érudit byzantiniste de Thessalonique, comme l’ont fait aussi Hélène Ahrweiler et d’autres chercheurs6, et notre dévolu se portera sur la forme Skoteiné ʽLa Sombre’ ou ʽPlongée dans l’obscurité, dans les ténèbres’7. C’est que cette épithète cadre, semble-t-il, avec la description des lieux, tels qu’ils sont évoqués par le ktitôr (nous y reviendrons plus loin). Mais peut-être ne faut-il pas non plus perdre de vue ce détail qu’en grec ϰότινος désigne l’olivier sauvage8. Or, comme le montrera notre commentaire, le monastère possédait de nombreux oliviers domestiques. Il serait donc intéressant de connaître l’original de Vatopédi pour trancher la question de l’initiale, celle aussi de l’article et de la désinence du terme.

II. Nature du document

  • 9 Au hasard d’une lecture je citerai Fr. Halkin, La Vie de saint Niphon, ermite au Mont Athos (xive s (...)

9La terminologie dont use Maxime indique très clairement qu’il s’agit d’un testament. L’expression οἰϰεί χειρὶ προέταξα (Ε, p. 325) ʽj’ai de ma propre main disposé’, qui se lit dans l’intitulé de l’acte le suggère d’emblée (E, § 2, lignes 16-17). Puis, dans le préambule, Maxime exprime « aux bons chrétiens » (mot-à-mot « aux orthodoxes ») l’amour qu’il leur porte dans le Christ, ainsi que son pardon : or il est dans la tradition orthodoxe de se pardonner réciproquement les torts quand il y a danger de mort9. Après quoi, on rencontre immédiatement la formule caractéristique « ensuite, je prends la disposition testamentaire (διατίθημι) suivante » (E, § 2, 1. 17).

10C’est donc bien un acte juridique, un testament de fondateur. Du reste Maxime utilise aussi le vocable δίαταξις, synonyme de διαθήϰη ʽtestament’ (E, notamment § 44 1. 32 ; cf. aussi p. 339, 1. 3 l’équivalence).

  • 10 On lira avec profit les explications que donne K. Manaphès, op. cit., passim sur les mots diathèkè,(...)

11D’autres passages du document confirment ce point de vue. Ainsi, la partie finale de l’acte reprend l’idée de testament : « ayant donc testé (διαθμενος) de la sorte » (E, § 44,1. 29). Suit encore l’imprécation de règle à l’adresse d’éventuels violateurs de ses volontés, ainsi que cette ultime clause : « Je veux que mon présent testament ouvert ν φανερὰν διαθήϰην Ε, p. 339,1. 1-2, qui reprend § 44,1. 32)10 etc. etc. ». Enfin, on apprend encore que l’acte en question a été écrit, sur l’engagement exprès ροτροπῆ E, p. 339, 1. 3) du testateur, par l’hypomnèmatographe de la métropole de Philadelphie « en présence des témoins assignés plus bas (νώπιον τν ποτεταγμένων μαρτύρων ibid., 1. 5) ». Mais, contre toute attente, leurs noms font défaut et sont remplacés par la signature post-factum (vraie ou fausse) de Michel Paléologue, lequel, en 1247, était encore loin de la couronne impériale !

  • 11 Maxime lui-même déclare avoir, enfant, appris à lire et à écrire : voir plus bas, p. 76, § 7.
  • 12 S, p. 377-378 estime que le document de Vatopédi n’est pas l’original proprement dit du testament, (...)
  • 13 On est en droit de se demander si la signature est ou non authentique. C’était l’opinion de S, p. 3 (...)
  • 14 Il semblerait cependant que S, p. 378, la tenait pour autographe.
  • 15 Envoyé en mission au Mont Athos par le CNRS, en août 1979, nous y fîmes en général partout de fruct (...)

12A notre avis, Maxime aura peut-être rédigé d’abord par ses propres moyens — car il avait des lettres !11 — un texte calligraphié ultérieurement, sur son ordre, par un fonctionnaire officiel de la métropole lydienne, dont dépendait le monastère de la Théotokos12. L’original, de la main de Maxime, aura été revêtu des signatures de témoins, sans doute certains de ses moines, la copie faite à Philadelphie (qui ne porte même pas la signature de l’hypomnèmatographe Michel Paximadès !) devant être soumise à l’apposition de signatures (il pouvait même exister plusieurs exemplaires). Puis, plus tard, dans des conditions que nous ignorons, ladite copie reçut la signature de Michel VIII, à moins qu’un intérêt quelconque n’ait incité un moine de Skoteinè — dans les années 1259-1282, celles du règne de cet empereur, sinon après — à lui assurer un caractère officiel en y ajoutant une signature bien imitée13. Les éditeurs ne précisent pas si la signature de Maxime, en tête du testament, est d’une autre main que celle de l’hypomnématographe (ou du copiste)14. Le jour où les moines de Vatopédi permettront l’examen de l’acte déposé dans leurs archives15, ces hypothèses se décanteront quelque peu.

  • 16 K. Manaphès, op. cit., p. 33-59 et passim.

13De toute manière le caractère de ce document est bien celui d’un testament. Comme tel, il tient le milieu entre les testaments byzantins proprement dits, et les actes de fondation, les typika16, les règles à suivre instituées par les fondateurs de monastères à l’intention et à l’usage de ceux appelés à perpétuer leur œuvre.

III. Analyse détaillée du testament de Maxime

  • 17 Par humilité, sans doute, Maxime ne se donne pas son titre d’higoumène mais simplement celui, ineff (...)
  • 18 Ou Koteinè, chez Ε et G : supra, p. 71-72.

14† Moi, Maxime, hiéromoine17 et fondateur de la Très-Sainte Mère de Dieu de Skoteinè18, j’ai [ainsi] disposé, de ma propre main †.

  • 19 Psaume 102,15.
  • 20 Cf. Généalogie du Christ, au début de l’Évangile selon Matthieu, verset 6.
  • 21 Ps. 115,2.
  • 22 Cf. Genèse 1.26.

15§ 1. « L’homme est comme un brin d’herbe ; ses jours, comme les fleurs des champs ; ainsi fleurira-t-il »19, s’écrie David, l’ancêtre de Dieu20, reconnaissant que toutes les actions humaines, le succès et la puissance sont mensonges. « Tout homme est menteur »21. La gloire de l’homme est une brindille semblable à la vanité, sa seule force étant sa ressemblance avec Dieu22. Mais si je n’ai point gardé intacte l’image de Dieu ni conservé en moi l’homme véritable [lacune], j’ai voulu néanmoins rendre publiques à tout le monde mes actions, de peur que la décrépitude habituelle de l’humaine nature ne m’atteigne et ne me laisse mourir intestat.

  • 23 Luc 11.10 ; cf. aussi Mat 7.8 et Jean 16.24.

16§ 2. Mon père, feu le moine kyr Grégoire escalada un jour avec ses disciples la montagne où fut fondé le monastère. C’était soi-disant pour y charbonner. Ayant jeté ses regards de part et d’autre du site, il se mit à prier : si jamais Dieu lui permettait d’y planter une vigne, il y bâtirait un oratoire ϰτήριον) consacré à la Toute-Pure Mère de Dieu ; Dieu aidant, liturgie et offices sacrés y seraient célébrés sans discontinuer. Cette prière fut exaucée, selon la parole de l’évangile que « quiconque demandera, recevra et qui demande, trouve et à celui qui frappe, il sera ouvert »23.

  • 24 Cf. Eccl. 3.20 et 12.7.

17§ 3. Ayant donc défriché l’endroit qui était boisé, mon père y planta une petite vigne. Avant de m’avoir, mon père avait perdu un petit enfant de sexe féminin. Ma mère mourut à ma naissance, donnant sa poussière à la poussière24, et fut enterrée auprès de ce bébé.

18§ 4. Quant à moi, je fus laissé à ma grand’mère, qui me nourrit de laitages et m’éleva. Mon père, lui, gravit la montagne où il avait élevé l’oratoire de la Vierge. Là, s’étant fait une cellule, il demeura en solitaire.

  • 25 Sur les variantes orthographiques Niphon et Nèphon (celle-ci chez Maxime) : Fr. Halkin, op. cit., X (...)
  • 26 C’est ainsi que nous croyons devoir entendre ici le mot prôtos. Mais peut-être Maxime veut-il dire (...)

19§ 5. Quand j’eus atteint le premier âge et alors que je fréquentais l’école, mon père fut préoccupé de la pensée de remettre à un moine instruit son oratoire et la vigne d’alentour. Plusieurs moines se présentèrent : mais ils s’en retournèrent en raison du caractère sauvage de la montagne, de ses difficultés et de l’absence de toute consolation. Seul mon père persista à rester sur place, tel un oiseau, et, recevant de Dieu consolation et exhortation, il y vivait avec mon grand-père, le moine Niphon25. Peu de temps après, mon oncle paternel grimpa les rejoindre ; puis un autre encore, qui était leur aîné26.

20§ 6. Leur nombre ayant augmenté jusqu’à six moines environ, la vieille idée les préoccupait de remettre le monydrion à un prêtre (μυστηπόλος) qui en fût digne, lequel officierait la doxologie du matin et du soir, ainsi que la sainte liturgie.

  • 27 Selon St. I. Kourousès, op. cit., p. 304, Maxime aura suivi les leçons de l’école de Philadelphie. (...)
  • 28 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 6, n. 27 rappelle que cette Chôra de Samson était, comme l’a montré (...)
  • 29 La Néa Monè est le célèbre monastère de l’île de Chio, fondé par l’empereur Constantin Monomaque ap (...)

21§ 7. Pour moi, j’étais libre un jour par semaine et allais à l’école le reste du temps27. Or mon père apprit qu’un homme de Dieu habitait la Chôra de Samson28 ; il s’y rendit pour prendre conseil du très révérend moine de la Néa Monè, feu kyr Basile29. Il se rendit chez lui, le trouva dans sa cellule et lui fit part des motifs de son voyage. Le saint homme accéda à son désir et entreprit l’ascension de la montagne jusqu’au monastère (μοναστήριον), accompagné de deux moines d’entre ses disciples.

  • 30 On pratiquait donc l’hésychasme à Skoteinè.

22§ 8. Emerveillé, comme de juste, par le site, en raison du calme qui y régnait et que rien ne troublait (τòσυχον ϰα τάραχον), le Père Basile se prit d’affection pour cette hésychie sans mélange30 : il y avait déjà séjourné bien longtemps auparavant et connaissait les avantages qu’elle offrait. Sous la direction du Père Basile qui s’adonnait à l’étude de la Sainte Écriture, mon père lui marquait un profond respect et le tenait à l’égal d’un ange.

  • 31 L’absence presque complète de sommeil constituait l’une des pratiques de l’ascèse.

23§ 9. Tandis que le temps s’écoulait, je vivais auprès du saint homme qui pratiquait la vertu de l’agrypnie31, de l’amour de Dieu, de l’indifférence à l’aiguillon de la chair et encore d’autres vertus innombrables, et, piqué à mon tour par l’aiguillon divin, je désirais demeurer auprès de lui et partager son existence afin de me nourrir de la douceur de ses propos divins.

  • 32 Le 14 septembre, selon le calendrier orthodoxe.

24§ 10. Le saint homme avait instructions de mon père de me modeler et de me conférer la tonsure monacale. Et, quotidiennement, il ne manquait pas de m’exhorter, en me faisant valoir combien le monde était plus amer que les poisons. Mais moi, je n’étais pas encore sorti de l’enfance et j’ignorais la douceur spirituelle. Néanmoins le Père Basile ne cessait de m’exhorter et de me représenter les périls du Jugement dernier, l’amour de l’obéissance à la raison, et il me travaillait telle une figure de cire. Ses propos portèrent et il remercia la Mère de Dieu quand j’embrassai la douceur de la vie spirituelle. Ce fut en la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix32 qu’il me tonsura et me revêtit des vêtements sacrés. Et je fus alors empli d’une joie ineffable, non pas comme si j’allais m’engager dans une lutte, mais bien à l’instar d’un jeune marié qui pénètre dans la chambre nuptiale. J’ai, depuis lors, connu des combats spirituels, en tant que compagnon de ce saint homme, luttant ensemble pour observer les commandements divins.

  • 33 Localisation peu claire (en Lydie) : R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byz (...)

25§ 11. Après que j’eus été tonsuré, le Père Basile demeura avec moi encore deux années. Puis, appelé à l’honneur de diriger le monastère de Kounion33, il me laissa ici pour conduire le monastère.

26§ 12. Le monastère (μονή) marquait des progrès. Le plus grand nombre de moines possible s’y réunissait chaque année : tantôt douze, tantôt dix-huit, et même jusqu’à vingt-quatre.

27§ 13. C’est dans cette situation que je m’efforçai d’acquérir des biens immeubles et des animaux (ϰίνητα ϰα ατοϰίνητα), attendu que les frères ( λαòς) avaient besoin au fur et à mesure de nourriture et de vêtements.

  • 34 Infra, p. 82, § 43 et p. 97.

28§ 14. L’église (ναός) bâtie par mon père étant exiguë, il n’y avait place pas même pour trois moines. Je m’empressai alors d’en édifier une autre plus spacieuse. Dieu qui veille à tout et qui dispose de toute chose en vue de l’utile, ne se détourna pas devant notre faiblesse ni notre pauvreté. J’élevai la splendide église (ϰϰλησία) actuelle à l’aide des matériaux rassemblés dans ce but. Comme elle était dépourvue de saintes icônes, voici que, guidé par Dieu, messire l’allagatôr Phocas34 la décora de peintures faites à ses frais uniquement ; la nourriture des peintres et leur entretien furent assurés par le monastère quotidiennement. C’est encore lui qui donna l’argent pour le réfectoire nouvellement bâti, ainsi que pour la cuisine et la boulangerie édifiées en même temps. Lui encore amena l’eau à l’intérieur du monastère (μονή). Que fassent mémoire de lui ceux qui en tireront profit. Et que les bienfaiteurs du monastère soient ensevelis à l’endroit qu’ils se seront choisi.

29§ 15. Mais le monastère ne possédait pas de métoque ni n’avait le répit nécessaire pour en obtenir un. Les frères se mirent alors à construire un petit oratoire ϰτήριον) placé sous le vocable de saint Nicolas le Thaumaturge, sur l’emplacement des maisons que m’avait données l’épouse de feu Berges : c’est là que nous avons habité un certain temps.

  • 35 Infra, p. 86-87. (Il s’agit de droits spirituels à des prières).

30§ 16. Puis la nonne Athanasia Mangaphaina me fit don de toutes les maisons lui appartenant ; avec son assistance, j’élevai une église à saint Jean le Miséricordieux. De même, elle me donna l’ensemble des divers biens qui lui appartenaient, la vigne d’Agridion ( = du Petit-Champ), une autre encore à Kovéna avec ses mûriers, le moulin à eau qui se trouve dans la zone du fleuve et qu’elle avait acheté elle-même. Nous avons stipulé ses droits à elle et à son défunt époux Mangaphas35.

  • 36 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), dans Orientalia Christi (...)

31§ 17. Nous avons également reçu dans la Potamia d’Avlax36 un autre métoque, que nous avons entouré d’une clôture avec l’aide du moine Hilarion appelé aussi Isaac. Cet Isaac a consacré au monastère, sur les champs lui appartenant de famille à Épizygia et dont il détenait des parcelles, la moitié, soit le quart de tout l’ensemble. Feu sa belle-sœur procéda de même avec sa part à elle. Mais laissons pour une autre fois de parler des différentes propriétés du monastère. En effet, je songe, en premier lieu, à celui qui, après moi, devra être higoumène, ainsi qu’à la règle (δίαιτα) que lui et les moines qui lui seront soumis devront recevoir, et que je place en second lieu.

  • 37 Il s’agit de la règle des monastères dite règle de saint Sabbas, et non du règlement propre à Skote (...)
  • 38 La vie cénobitique est celle où les moines vivent ensemble, possédant tout en commun. Selon la règl (...)

32§ 18. C’est pourquoi je désire que la louange de Dieu soit chantée comme suit. On ne commencera pas la doxologie du soir avant que l’ecclésiarque désigné par le kathigoumène et portant dans ses mains le typikon37 — et ce, avant le son de la simandre — n’ait fait ce qui y est ordonné, et sans en rien omettre. Pareillement, lors des doxologies de l’aurore : là, le silence sera observé par tous les frères et on ne parlera sous aucun prétexte. Le supérieur ροεστώς) a le devoir d’amener les moines pratiquant l’ascèse, à vivre selon la règle cénobitique ; nul ne vivra à sa guise ou dans l’idiorythmie38, ni n’amassera d’avoir, mais toujours et tous ensemble ils participeront à la même table. C’est ainsi que seront préservées la communauté d’esprit et de pensée et la charité fraternelle. Celui qui vit à l’écart se retranche des autres.

33§ 18. Les gens d’église ont droit à une marque de considération exprimée dans l’ordre des sièges, les places qu’ils occupent et les titres d’honneur : c’est qu’ils ont l’obligation de prier davantage pour tous et de renforcer leur vigilence, ainsi que celle de veiller, dans l’intérêt général, à la paix et au calme.

  • 39 Cf. Mat 11.29.
  • 40 Mat 20.28.
  • 41 Jérémie 15.19 (là aussi, Maxime cite de mémoire, comme dans plusieurs de ses allusions au texte sac (...)
  • 42 Ce terme signifie métropolite quand il est accompagné du nom du siège du titulaire : voir là-dessus (...)

34§ 19. J’ordonne au kathigoumène de pratiquer la douceur39, la bienveillance, la componction et d’avoir une humeur pacifique. Qu’envers tous il oublie le mal ; qu’il ne s’élève point au-dessus de ses ouailles ; qu’il ne se considère que comme le plus humble des moines du monastère ; qu’il soit à la disposition de tous et que, le cas échéant, il les serve, car, comme le dit la Vérité en Soi, le Christ, « Je ne suis pas venu pour être servi mais pour servir et offrir Mon âme ( = Ma vie) pour beaucoup »40. Il doit acquérir l’art d’exhorter et d’enseigner, car il est dit « Celui qui d’un homme indigne tirera un homme digne, sera comme Ma bouche »41. Qu’il pratique lui le premier ce qu’il enseigne aux autres. Quiconque des membres de la communauté se dressera contre son propre higoumène, sera rappelé à l’ordre et exhorté. Si, après trois admonestations, il persiste, on le chassera du monastère comme fauteur de scandale. L’higoumène doit, comme tout le monde, user de modération (νηφάλιον) en ce qui concerne les biens monastiques et ne pas se comporter nonchalamment à leur détriment et pour leur perte. S’il agit autrement, des moines ont le devoir d’aller trouver ensemble le métropolite (ἀρχιερεύς)42 en exercice à Philadelphie et de l’informer exactement de ce qui se passe. Si l’higoumène met alors un terme à sa nonchalance première, il conservera ses fonctions ; mais s’il récidive et persiste, on le chassera, conformément aux saints canons. S’il survient quelque incident entre les moines et l’higoumène, il y sera porté remède par les pères spirituels venus du dehors ; mais si les choses s’enveniment, c’est le métropolite qui les remettra dans le droit chemin.

  • 43 C’est là une règle générale et indispensable pour assurer la canonicité de l’élection. A cette occa (...)

35§ 21. Voici les conditions auxquelles doit répondre celui qui est appelé à l’higouménat : si le monastère compte une personne digne de devenir higoumène, ce sera avec l’assentiment du collège des autres moines qu’il descendra du monastère pour aller recevoir bénédiction et consécration des mains du métropolite en exercice43. Si le monastère ne compte pas dans son sein un moine digne d’en devenir le supérieur, on en prendra un ailleurs menant une vie irréprochable, lequel devra recevoir pleine autorité. Nul ne tentera de lui opposer résistance sous quelque forme que ce soit, car il n’est pas permis au moine de se mettre en travers de ses dispositions.

  • 44 Sous ce terme on doit entendre le vin : Skoteinè possédait du reste force vignobles, ainsi que l’at (...)

36§ 22. Le portail du monastère restera ouvert en tout temps et les moines y recevront ceux qui s’y rendent, sans distinguer entre hôtes et nécessiteux ; ils les accueilleront absolument tous avec libéralité et leur accorderont l’hospitalité dans la mesure où le monastère disposera de ressources en boisson44 et en pain.

  • 45 C’est la fête de la Présentation — mot-à-mot de l’Entrée — de la Sainte Vierge au Temple.

37§ 23. La fête de la Toute-Pure Mère de Dieu sera célébrée sans faute le 21 novembre, chaque année45. Sa célébration aura lieu, comme il se doit, avec faste : grande illumination et, le lendemain, table somptueuse. Le soir même, services à la mémoires des fondateurs défunts, cela aussi libéralement.

  • 46 Sur ces termes on consultera : P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris, 1977, p.  (...)

38§ 24. Je laisse le monastère libre à tous égards, ni asservi à qui que ce soit, ecclésiastique, seigneur ou autres laïcs, maître souverain de ses biens (διοδέσποτος) comme de lui-même τοδέσποτος), hors de toute ingérence (πάσης χειρòς ϰτός)46. L’higoumène qui le reçoit libre, le transmettra absolument libre à son successeur élu, lequel à son tour procédera de même avec le sien, et ainsi de suite. Le monastère ne sera possédé par aucune personne laïque privée, membre de ma famille ou étranger. Au métropolite de Philadelphie en exercice est réservée la bénédiction (σφραγίς) de l’higoumène, conformément à la tradition, ainsi que l’amendement et la guérison des âmes. Ni lui ni personne d’autre n’aura le moindre droit [sur le monastère] sous prétexte de fortune ou de titres : telle est ma volonté.

39§ 25. Le kathigoumène doit être une personne au-dessus de tout soupçon. Sa gestion ne s’exercera pas sans témoins, mais c’est avec la collaboration de moines signalés pour leur sagesse (έν γνώσει) et leur conscience que seront administrées toutes les affaires du monastère jusque dans le moindre détail.

40§ 26. Les biens de l’église doivent être certifiés par le témoignage de l’ecclésiarque ; les aliments, par le cellerier ; les revenus et contributions collectives (συνεισφοραί), quels qu’ils soient, seront soumis au contrôle du docheiarios (récipiendaire). De tout cela le kathigoumène sera le maître à discrétion (χέτω τ αθεντιϰὸν ϰαι ξουσιαστιϰόν).

41§ 27. J’ordonne aux moines de ne rien vendre de leurs vêtements, ni de les échanger à l’insu de l’higoumène. Ils ne disposeront pas de ce dont ils ont l’usage pour renverser la discipline commune, la décence et le régime spirituel.

42§ 28. Attendu qu’on nous a prié d’indiquer dans les présentes dispositions testamentaires (ν τ παρούσ διατάξει) les biens et les acquisitions du monastère, les voici. Premièrement, les biens de l’église (liste de livres, objets et vêtements liturgiques : voir plus loin, p. 91-94). [§ 29 non marqué !].

43§ 30. Inventaire du métoque (livres et vêtements liturgiques : voir plus bas, p. 92).

44§ 31. Métoque : vêtements liturgiques (plus bas, p. 93-94).

45§ 32. Vêtements liturgiques (plus bas, p. 90, n. 79 et p. 93-94.).

46§ 33. Objets en cuivre (plus bas, p. 88).

47§ 34. Literie (plus bas, p. 88).

  • 47 Il s’agit de la route de Smyrne à Philadelphie et à Laodicée, portée sur la carte de P. Schreiner, (...)

48§ 35. Acquisitions faites à diverses dates de champs au lieu-dit Avlax, à Kyamitos, sur la Voie Impériale47 (plus bas, p. 85-88).

49§ 36. Métoque d’Avlax, élevé par Maxime depuis ses fondations et où se dresse l’église Saint-Procope. Dans la zone du fleuve (Potamia) d’Avlax, des moulins à eau construits par lui (plus bas, p. 88-89).

50§ 37. Métoque Saint-Constantin : unité fiscale avec sa vigne et domaine continu.

51§ 38. Les champs d’Epizygia dits des Kastellia, divisés en trois lots. Copropriété. Terre des Domenakatès etc. Divers autres biens (champs etc. Moulins à eau. Oliviers (voir plus bas, p. 89).

52§ 39. Délimitation des vignobles et terres en friche du monastère. Métoque des Saints.

53§ 40. Inventaire des livres du métoque des Saints et d’objets liturgiques (plus bas, p. 92).

54§ 41. Autres biens fonciers (plus bas, p. 88-90).

55§ 42. Inventaire des chariots, des bœufs, bufles, vaches, moutons, ruches, etc. (plus bas, p. 90).

56§ 43. Biens laissés au monastère par dame Irène, veuve de l’allagatôr Phôkas (animaux, chariots). Erection de l’église du métoque d’Avlax et de Saint-Procope par elle-même ; leurs peintures. Moulins à eau. Vignes. Irène a fait peindre également le réfectoire du monastère. Cellules, champs, etc. (plus bas, p. 97 et supra, p. 77, § 14).

  • 48 Voir Ducange, Glossarium..., Lyon, 1688, c. 1646 ; J. Darrouzès, Recherches sur les ὀφφίϰια de l’Eg (...)

57§ 44. Imprécations d’usage à l’adresse de ceux qui enfreindraient ce testament public (φανερ διάταξις) et malédictions proférées par Maxime. Le testament demeurera sans modifications à tout jamais. Il a été écrit, sur l’invitation de Maxime, par l’hypomnèmatographe48 de la métropole de Philadelphie, le diacre Michel Paximadès, en présence des témoins ci-dessous, au mois de novembre, 6e indiction, de l’an 6756 ( = 1247).

58[Signature de] † Michel dans le Christ Dieu fidèle basileus et autocratôr des Rhomées Doucas Ange Comnène Paléologue †.

IV. Vers la localisation du monastère de Skoteinè

59L’intitulé du testament de l’higoumène Maxime ne précise pas l’emplacement de son monastère. Les références qui s’y trouvent sur le rôle du métropolite de Philadelphie prouvent seulement qu’il se dressait quelque part sur le territoire de l’éparchie, c’est-à-dire en Lydie. Le fait que le testateur ait eu recours à la plume d’un fonctionnaire de ladite métropole en est la confirmation. C’est sans doute un peu vite que dans le titre donné par lui à sa publication, Sophronios Eustratiadès parle du monastère de la Théotokos « à Philadelphie ». Gedeon, plus circonspect, a intitulé la sienne « Testament du moine Maxime, fondateur du monastère de Koteinè, en Lydie ». Il nous appartient donc d’essayer, à la faveur de détails que l’on peut glaner de ci de là à travers le testament, d’en préciser grosso modo l’emplacement. Mais l’enquête dont nous livrons ici les résultats a été entreprise en bibliothèque ; or, sans une connaissance de visu des lieux eux-mêmes, il est évident que nous ne pouvons émettre qu’une hypothèse de travail et seule une reconnaissance sur le terrain pourra juger objectivement pour la confirmer ou la rejeter, notre tentative de localisation, cela sans présumer du résultat de fouilles archéologiques.

  • 49 Supra, §§ 2, 7 et 21.
  • 50 Supra, § 3.
  • 51 Supra, § 14.
  • 52 E, p. 326,1. 15.

60Que peut-on remarquer en lisant le texte de Maxime ? C’est tout d’abord une évocation du paysage, plus qu’une description. Pour atteindre le monastère, il est nécessaire de gravir une montagne ; et c’est de là qu’il faut que l’higoumène ou les moines descendent, s’ils ont l’impérieux besoin d’aller trouver le métropolite de Philadelphie49. Voilà qui exclue d’emblée la localisation de Skoteinè à Philadelphie. Le site était boisé : en effet le père de Maxime entreprit de le défricher pour y édifier une chapelle et y planter des ceps de vigne à flanc de coteaux50. Le monastère ne fut pas établi au sommet d’une montagne : sans quoi on n’aurait pu y amener l’eau51. Aucune agglomération n’est signalée dans le voisinage : la solitude, en effet, cette hésychia sans mélange dont parle le testament, entoure le nouveau sanctuaire de la Théotokos. Et pour bien exprimer l’altitude des lieux, Maxime déclare que son père y demeure en solitaire, « tel un oiseau »52. La comparaison suggère bien un endroit quasiment inaccessible, abrupt. Et l’auteur souligne du reste le caractère sauvage de cette montagne.

  • 53 Supra, note 36. Le mot désigne un canal. Cf. aussi infra, note 58.
  • 54 Supra, note 47.

61Autres détails pour localiser Skoteinè : c’est tout d’abord le toponyme d’Avlax53. Or l’endroit se trouve entre Philadelphie et Sardes, au bord d’une rivière, le Kogamos, et d’une grand’route, qui ne peut-être que la Voie Impériale54 citée dans le document.

  • 55 Madame Irène Beldiceanu-Steinherr, à qui nous sommes redevable de diverses précisions capitales pou (...)
  • 56 Sur ces derviches qui fondaient, dans leurs us et coutumes, pratiques préislamiques, islam et chris (...)
  • 57 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 22 traite de l’ethnie turque (seldjoucide) installée dans la contrée (...)

62Un coup d’œil sur une carte détaillée permet de constater l’existence de montagnes au Sud-Ouest de Philadelphie, la chaîne du Tmôlos. Des réminiscences de l’Antiquité rappellent à l’enquêteur qu’il y avait déjà des vignes en ce temps-là sur les pentes de cette montagne de Lydie. Alors, une première conclusion, un peu rapide peut-être, c’est qu’il y a chance d’identifier un jour Skoteinè dans ces parages-là. Mais où ? Très hypothétiquement, nous posons la question que nous suggère l’examen d’une carte : Skoteinè n’aurait-elle pas fait place, à l’époque ottomane, à un monastère de bektachis ? C’est que l’on y lit le nom de Bektaşlar, quelque part dans la montagne, au Sud-Ouest de la ville d’Alaşehir (Philadelphie)55. Ces sortes de moines musulmans dissidents qu’étaient les bektachis56 ne cachaient pas une certaine note de sympathie pour les chrétiens. Or la population des environs de Philadelphie était partagée entre Grecs et Turcs chrétiens, comme nous le montrerons plus loin, à l’aide de l’analyse des noms portés par les bienfaiteurs de Skoteinè ou par les lieux-dits lui appartenant57. On conçoit que, par la suite une partie de ces chrétiens d’origine soient venus grossir les rangs des derviches bektachis. Ce n’est là, répétons-le, qu’une hypothèse, dans l’attente d’une reconnaissance en règle de la région, opération qui dépasse nos possibilités.

  • 58 Boz ‘gris ; terre non cultivée’ (apud H.C. Hony, A turkish-english dictionary, 2e éd., Oxford, s.v. (...)
  • 59 H. Ahrweiler, op. cit., p. 70.
  • 60 Ceci nous est suggéré par l’étude de Madame Irène Beldiceanu-Steinherr, Notes pour l’histoire d’Ala (...)
  • 61 L. Robert, Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie. Philologie et réalité, dans Journal des Sav (...)

63Ce n’est pas tout. Skoteinè, nous l’avons rappelé plus haut, semble signifier « Sombre, Ténébreux, Enfoui dans les Ténèbres ». Or le Tmôlos s’appelle depuis l’instauration de la domination turque le Boz dağ, la Montagne Grise (ou Sombre)58. Voilà qui cadre à merveille avec le monastère de la Théotokos. Nous aurions donc à faire au monastère de la Montagne Grise — à la Théotokos des Grisons ! ·—, tout comme on dit les monastères du Mont Athos, ou ceux de l’Olympe de Bithynie. Ce détail troublant doit même être confronté, hélas ! hypothétiquement, à un toponyme mentionné par l’empereur de Nicée, Théodore II Lascaris dans sa correspondance, la bourgade de Mountokômè, mot-à-mot « le village sombre ». Mais cette dernière n’a pas été localisée59. A moins qu’un registre ottoman concernant les villages des environs de Philadelphie (Alaşehir) ne nous permette de penser que la Mountokômè de Théodore Lascaris serait la même chose que Moundanya60. Tout cela n’est qu’un faisceau d’hypothèses, mais ces coïncidences nous semblent par trop troublantes pour ne pas les livrer à la sagacité d’autres chercheurs. Si nous avons par chance réussi à approcher quelque peu l’emplacement de Skoteinè, c’est à la règle d’or énoncée par Louis Robert que nous le devons : « ... toute philologie, comme toute histoire et comme toute archéologie, doit être pénétrée de géographie ; tout nom doit évoquer un site, une région, avec sa position, son climat, ses ressources... »61.

V. Les biens du monastère de Skoteinè

64La variété des possessions qui composaient le domaine de Skoteinè est impressionnante : un monastère avec son église et ses objets sacrés, plusieurs métoques, des champs, des vignes, des bestiaux de toute sorte, des cultures de blé, d’oliviers, de mûriers, ici un lac, là des canaux, là-bas la route ou le fleuve. Et tous ces biens sont le résultat des efforts de Maxime et de sa famille, de ceux des moines venus les rejoindre, à moins que ce ne soient des donations consenties par de grands seigneurs de l’aristocratie nicéenne et surtout philadelphienne, par des paysans libres aussi. Ce domaine n’est pas d’un seul tenant, mais il est immense. Nous ne saurions évaluer sa superficie, même si parfois Maxime a indiqué l’étendue de telle ou telle terre. Les informations consignées dans son testament permettent d’évoquer la formation de ce domaine, ses aspects, sa nature physique et économique. Les toponymes aussi ne sauraient être négligés. Il y aurait là matière à une très ample étude que nous ne ferons qu’effleurer.

65La formation du domaine monastique de Skoteinè nous oblige à retracer, même brièvement, les étapes qu’elle a connues.

  • 62 E, p. 326,1. 4. Citation inspirée de Job 3.18, mais d’assez loin pour nous permettre de douter qu’i (...)
  • 63 V. par ex. L. Bréhier, Vie et mort de Byzance, [Paris, 1969], p. 285-296 ; G. Ostrogorsky, Histoire (...)

66C’est tout d’abord un paysan — plus ou moins charbonnier de son état — qui décide d’aller planter une petite vigne sur un lopin de terre qu’il entreprend de défricher. L’homme est pieux, et il y construit aussi une humble chapelle, un oratoire, comme il en existe encore à foison aujourd’hui dans la campagne grecque. Le voilà veuf, avec un petit enfant à sa charge. Notre homme « craque » : il confie l’enfant à sa grand’mère et se fixe dans la montagne. Selon le mot de Salomon, dit Maxime — mais il confond avec Job — son père — c’était ce paysan — « se moquant des cris des percepteurs d’impôts » (μυϰτηρίσας φωνς φορολόγων)62 alla chercher refuge dans la montagne, là où il avait une petite vigne et une chapelle ; il s’y fit une cellule et l’entoura d’une clôture. Ce père de famille frappé par le sort semble avoir eu des démêlés avec le fisc byzantin : autrement, on ne comprendrait pas son mépris pour ses agents. Devant les sommes exorbitantes qu’ils exigeaient de lui, il se cabra et disparut dans la nature et sous la robe monacale. Il vécut là en compagnie de deux ou trois autres paysans de sa famille, ses disciples. Cette solution radicale permit à ce pauvre père devenu veuf de sortir de l’impasse morale et matérielle où il se débattait. Cette constatation soulève la question de la chronologie des premiers débuts de ce qui allait devenir le monastère de la Théotokos de Skoteinè. Supposons un moment que le futur higoumène Maxime naquît avec le siècle : en 1247, date de son testament, il aurait eu 47 ans. Cet âge ne concorde guère avec ses appréhensions de mourir intestat du fait de la déchéance physique qui menace tout homme. Donnons lui alors une soixantaine d’années lors de la rédaction de sa diathèkè. Maxime, dans ces conditions, serait né dans l’avant-dernière décennie du xiie siècle, c’est-à-dire, vraisemblablement, sous la dynastie des Anges (1185-1204). Cette date est approximativement aussi celle de la fondation du premier noyau de Skoteinè. Or le règne des Anges a été marqué, comme on sait, entre autres plaies, par les abus fiscaux et la détérioration économique de l’empire. L’état déplorable des finances publiques sous Isaac II (1185-1195) entraîna une augmentation impitoyable des impôts ; l’empereur laissa les mains libres à des fonctionnaires véreux et alla même jusqu’à altérer la monnaie. Sous son fils Alexis III (1195-1203), la situation se dégrada63. C’est, à notre avis, du temps de l’un ou de l’autre de ces deux basileis, que Skoteinè fut fondée.

  • 64 J. Hoffmann, Rudimente von Territorialstaaten im Byzantinischen Reich (1071-1210), Munich, 1974, p. (...)
  • 65 Ici même, p. 77, § 14 et p. 82, § 43.

67Mais il y a mieux, à regarder les choses de plus près. C’est qu’en 1188 les gens de Philadelphie firent sécession sous le commandement de Théodore Mangaphas, auquel la Lydie ne tarda pas à se rallier64. Or l’existence de liens étroits entre le monastère de Skoteinè et la famille de l’usurpateur est clairement démontrée par le testament de Maxime65.

68Ce sont là des faits qui nous poussent à croire que le père de Maxime aura pris la montagne pour s’opposer aux abus des percepteurs d’Isaac II, dans le contexte de la révolte de Mangaphas, ou de ses préliminaires. Auquel cas, c’est vers 1188, peu après la naissance de son fils, que kyr Grégoire aura édifié son oratoire. Ainsi, en 1247, Maxime frisait au moins la soixantaine. Cet âge concorde à souhait avec l’état d’esprit d’un homme qui, sur le soir de sa vie, décide prudemment de dresser son bilan et prend la précaution de rédiger son testament.

  • 66 Ici-même, p. 82, § 43.

69La naissance, puis le développement petit à petit du monastère et de ses dépendances ressortent très nettement du testament. Le résumé que nous en avons donné précédemment permet de retenir les faits suivants. L’église proprement dite de Skoteinè, son katholikon (même si le terme ne figure pas dans le texte), était dédiée à la Présentation de la Vierge (Ta Eisodia), célébrée le 21 novembre. Oratoire à l’origine, tout juste suffisant, et encore ! pour trois personnes, il fut remplacé par une église en règle, belle et spacieuse : elle était l’œuvre de Maxime, aidé, financièrement, par un officier de la garde impériale de Nicée, l’allagatôr Phôkas. Ce dernier fait figure de cofondateur de Skoteinè, de même que sa veuve, dame Irène, dans le cas du métoque d’Avlax66.

  • 67 Ici-même, p. 96.

70Ultérieurement, la communauté s’étant développée, on commença à détenir des métoques, sortes de filiales ou d’ermitages situés au-dehors du couvent. Le premier en date semble avoir été celui que l’on éleva à l’emplacement de demeures données par un certain Bergès67. On y installa un oratoire en l’honneur de saint Nicolas.

  • 68 E, p. 331, 1. 19-20. Cf. O. Volk, op. cit., p. 175, n. 280 et P. Schreiner, art. cit. p. 429.

71Puis l’aide matérielle d’une noble dame — Maxime l’appelle kyra — devenue la moniale Athanasia Mangaphaina — la veuve donc d’un Mangaphas — permit à l’higoumène de construire une église sous le vocable de saint Jean l’Aumônier. La bibliothèque de Skoteinè possédait même un manuscrit renfermant la Vita de ce patriarche d’Alexandrie (mort en 620 et fêté au 12 novembre)68. Ce fut là le second métoque du monastère.

72Le troisième métoque se constitua grâce à la veuve de ce Phôkas déjà mentionné, dame Irène. On le construisit dans la zone même du fleuve (la Potamia) qui arrose la vallée sur laquelle veille la chaîne du Tmôlos, le Kogamos, à Avlax. Le nom suggère l’existence de canaux d’irrigation. Saint-Procope fut le nom de ce métoque. Le choix de ce vocable donne à penser que la famille de l’allagatôr Phôcas, un militaire, nourrissait une dévotion particulière pour le grand martyr de Césarée de Palestine, considéré comme l’un des premiers et des plus illustres saints militaires de l’Eglise d’Orient.

73Enfin, Skoteiné possédait encore deux autres métoques, l’un dédié à Saint-Constantin et l’autre placé sous la protection de Tous-les-Saints.

  • 69 Au vrai, le métoque Saint-Constantin semble avoir détenu un autre métoque homonyme : E, p. 335, § 3 (...)

74Au total cinq métoques69. Ce sont là des réalisations qui nous obligent à considérer kyr Maxime comme un bon organisateur de la vie monastique et un administrateur à tous crins de l’avoir terrestre de sa communauté.

  • 70 Achat d’un champ contre 10 moutons : E, §. 35, 1. 5-6.
  • 71 E, § 35, p. 334, 1. 35-38.

75Voyons rapidement les terres qui constituaient les possessions de notre monastère. Il y a d’abord le foyer même d’où prit naissance dans la montagne cette fondation. Si le père de Maxime y défricha un coin de forêt c’est que l’endroit n’appartenait pas à un tiers. C’est là, évidemment, que se constitua petit à petit l’ensemble du domaine monastique. Le § 35 du testament (édition E, p. 333-334) n’énumère pas moins de 26 champs dans la localité (τοποθεσία) d’Avlax, plus des champs encore — on ne nous précise pas leur nombre — à Epizygia, nom qui suggère la crête d’une colline ou d’une montagne, avec, là encore, plusieurs autres lopins. Certains furent achetés à prix d’argent, ou échangés contre des moutons70, ou encore donnés au monastère. Dans la zone fluviale d’Avlax il y avait même des maisons acquises pour trente hyperpères, avec le champ attenant71. Par la même occasion, Maxime signale aussi en certains points l’existence de moulins. A son tour, le § 38 (E, p. 335-336) renferme d’autres champs, à savoir 13, dûment dénombrés d’après leur appellation à chacun et un certain nombre d’autres indiqués comme se trouvant dans la Montagne de Kissos (sans doute était-elle recouverte par les racines-crampons du lierre), quelque part sur la Voie Impériale. Ces champs portent parfois le nom d’un saint : champ de Saint-Pierre, du Théologien (saint Jean l’Evangéliste), de saint Acindyne... Nous serions tenté d’y voir une allusion à de minuscules chapelles élevées à tel ou tel de ces saints par des paysans, chapelles où l’on officiait tout au plus une fois l’an, comme s’en est encore perpétuée la coutume à travers la Grèce contemporaine. Outre ces champs, le paragraphe mentionne aussi des oliviers, c’est-à-dire des plantations, avec indication du nombre d’arbres.

  • 72 E, § 41, 1. 37-39.
  • 73 E, § 41, 1. 39-40 et p. 338, 1. 1-2.

76Au § 39 vignes et terres en friche sont dûment énumérées. Quant au § 41, il est consacré aux dons du sébaste Mytas (un zeugèlateion et des champs), partagés entre Skoteinè et la Néa Monè de Chios72, et à ceux de dame Mangaphaina, plusieurs champs, ensoleillés sans doute, à Héliotopos : mais ces champs doivent être partagés avec la très noble vestiaritissa, l’épouse anonyme d’un prôtovestiaire, qui était probablement la fille de la donatrice73.

77Grosso modo, nous avons exposé les biens immeubles du monastère de la Théotokos. Nous montrerons dans un instant ce qu’ils produisaient.

78Ces biens proviennent de grands seigneurs, comme de paysans libres. Au chapitre de la prosopographie on pourra trouver certaines informations à leur sujet.

  • 74 E, § 38, 1. 26-29.
  • 75 E, § 35, p. 333, 1. 32 ; § 38, p. 336, 1. 32.

79Que produisaient les terres appartenant à Skoteinè ? Maxime est loin de le préciser. Néanmoins, certains détails permettent d’inférer que l’on cultivait notamment le blé. En effet, on rencontre, en divers points du domaine, différents moulins à vent ; de plus, dame Mangaphaina avait donné, dans la zone d’un cours d’eau appelée la Potamia de Kovèna, une minoterie (δρομυλιϰὸν ργαστήριον) dont le meunier (μυλάριος) était astreint à fournir aux moines de la mouture (λεστιϰή) à discrétion et selon leurs besoins74. Mentions sont faites encore d’aires à battre le blé (λώνιον)75. La nourriture reposait avant tout sur cette céréale. Le § 22 stipule bien que les moines accueilleront quiconque viendra au monastère et lui fourniront boisson et pain.

  • 76 Sur les oliviers, v. notamment E, § 38, p. 335, 1. 31-40 et p. 336, 1. 1-3. Sur les oliviers laissé (...)

80Les oliviers étaient une autre richesse. Il est dommage que leur nombre total n’ait pas été précisé. Tantôt Maxime en parle sans donner davantage d’indications, et tantôt il est question de bouquets d’oliviers avec le nombre de pieds. Ainsi l’higoumène parle quelque part de 11 oliviers détenus par Skoteinè à titre de gage ; de 15 autres achetés au prix de 17 hyperpères d’or, plus 57 autres, soit un total minimum de 83 arbres76.

81Les oliviers qui avaient été achetés par les moines — 15 arbres pour 17 hyperpères — revenaient à environ 1,133 hyperpère l’un. En revanche ceux engagés par leur propriétaire n’avaient coûté à Skoteinè que 0,638 hyperpère chaque ; ce qui représente un peu plus de la moitié du prix moyen d’achat. Ce petit détail trahit chez nos caloyers un certain esprit de lucre. Autrement dit les moines de Skoteinè en la personne de leur higoumène pratiquaient l’usure sous la forme du prêt à gage !

82A eux seuls les oliviers que l’on peut dénombrer (83 arbres) valaient déjà, en gros, 110 hyperpères d’or. Compte tenu de la présence d’autres pieds, il est évident que l’huile produite par ces olivettes renforçait l’économie monastique. C’est ainsi qu’elle alimentait le réfectoire des caloyers, mais aussi le luminaire de l’église et des chapelles, celui également des lampes brûlant devant les icones. L’éclairage des cellules des caloyers en absorbait sans doute une certaine quantité, concomitamment avec les cierges. Il ne faut pas non plus perdre de vue l’huile pour les onctions des malades. On comprend dans ces conditions l’importance des oliveraies dans l’économie du monastère.

  • 77 E. Janselme et L. Œconomos, La Satire contre les higoumènes. Poème attribué à Théodore Prodrome, ex (...)

83Des potagers et des vergers sont mentionnés dans le testament. On y faisait pousser toutes sortes de légumes et de fruits pour l’alimentation des moines et des pélerins. Certainement des fèves, mais aussi des oignons, des salades et des herbes aromatiques pour la cuisine. La Satire des Higoumènes nous permet de nous faire quelque idée de ce qui pouvait être servi même dans la trapézaria d’un petit couvent d’Asie Mineure77.

  • 78 E, §§ 39, 1. 15. Sur cette question v. l’étude suggestive d’Irène Beldiceanu-Steinherr, Notes..., i (...)
  • 79 Irène Beldiceanu-Steinherr, art. cit., p. 30-32. Nous reviendrons ailleurs sur les broderies religi (...)

84De leur côté les mûriers ne sont pas enregistrés par Maxime sous l’empire d’un faible quelconque pour les beautés de la nature78. Outre leurs fruits, ces arbres sont précieux pour la nourriture des chenilles du bombyx du mûrier. Or la proche ville de Philadelphie produisait des étoffes de prix sur une grande échelle ; les cocons des vers à soie en assuraient la production aussi bien du temps de Byzance qu’après la conquête ottomane. Sous les Turcs, on sait que les feuilles de mûriers étaient soumises à un impôt spécial. Peut-être existait-il déjà avant leur venue. De toute façon, les mûriers du domaine de Skoteinè permettaient l’élevage des larves séricigènes. La soie ainsi obtenue constituait une insigne ressource économique pour la région. Et la profusion de blattia dans l’inventaire de l’église de la Théotokos et même de ses métoques s’explique précisément par la présence abondante sur le marché local de ce produit indigène, relativement accessible à des donateurs fortunés et même à la bourse commune du monastère79.

85Par ailleurs, la montagne devait produire du bois en grande abondance. Le matériel ligneux servait aussi bien aux constructions qu’au chauffage de la cuisine des caloyers, peut-être même à celui des cellules. Sans doute une partie était-elle vendue. Si autrefois le propre père de Maxime faisait du charbon de bois dans la forêt, sans doute d’autres de ses congénères pratiquaient-ils la même activité, et l’on ne voit pas pourquoi les moines n’en auraient pas fabriqué eux aussi pour leurs propres besoins ou pour le revendre ailleurs, à Philadelphie par exemple.

  • 80 E, § 39, 1. 20 ; § 35, p. 333,1. 25 « le trou — la mare — aux Oies ». A la ligne 7, le champ de Pél (...)

86Enfin, au nombre des ressources naturelles du domaine, il y avait même une source thermale et un lac ou deux80. Les rivières de montagnes, de même que le Koganos et les canaux d’irrigation étaient eux aussi une invite à la pêche. Et le poisson est de temps à autre permis aux moines.

  • 81 Ce paragraphe accuse de graves divergences dans les lectures de Gedeon et d’Eustratiadès. Après réf (...)
  • 82 Ne pas perdre de vue l’élément nomade seldjoucide dans la contrée (infra, p. 95-96) : les πιστιϰοί (...)
  • 83 Monsieur Nicoară Beldiceanu nous assure de leur présence dans la région : Cevdet Türkay, Başbakanli (...)

87Il est temps de jeter un coup d’œil sur le cheptel de Skoteinè. C’est surtout le § 42 (cf. E, p. 338, ou plutôt G, p. 289, que nous préférons suivre)81 qui va nous renseigner à ce propos : 9 paires de bœufs ou de bufles, 15 chevaux, 8 juments, 15 mulets mâles et femelles, 2 chevaux de selle, 300 porcs, 100 vaches, petites et grandes, 55 bufles, 1 500 moutons. Seuls les moutons donnent à Maxime l’occasion de faire allusion à un personnel engagé par le monastère : en effet, ils sont confiés à la garde et aux soins de maîtres bergers et de leur suite de valets82. Même si les chiens ne figurent pas à l’inventaire, on ne saurait douter de leur existence. La porcherie aussi nécessitait manifestement la présence et le labeur compétent de nombreux serviteurs. De même, on se demandera si Skoteinè, située dans une contrée où vivaient des nomades turcs, ne connaissait pas aussi les chameaux83.

  • 84 E, § 42, 1. 7-8.

88Maxime, en revanche, n’a eu garde d’omettre une autre richesse, les ruches. Il y en avait dans les deux cents, disséminées en divers points du domaine84. Le testateur clôt ce paragraphe en reconnaissant qu’il n’a pas enregistré tous les autres biens matériels de sa communauté.

89Ce qui frappe dans l’énumération ci-dessus du gros et du petit bétail c’est le nombre des bêtes de somme que possédait Skoteinè : chevaux et mulets. Ce détail projette une certaine lumière sur le labeur et surtout sur le transport des produits obtenus par cette immense ferme qu’était notre monastère. Et même si Maxime ne parle que de quelque 24 moines comme effectif monastique maximum de sa fondation, ainsi que des pâtres engagés pour mener les moutons dans les pâturages de la montagne, il est évident qu’il devait employer une main-d’œuvre paysanne pour les travaux de la terre, les soins requis par les abeilles, la culture des vignes et la vinification. On ne peut que regretter son silence à leur sujet.

90Nous en viendrons maintenant aux biens meubles du monastère et de ses métoques. Commençons par les objets d’usage religieux.

  • 85 Les livres de Skoteinè ont déjà intéressé O. Volk, op. cit., loc. cit. (P. Schreiner, art. cit., re (...)
  • 86 E, § 28, p. 331, 1. 35-36 lit bizarrement μονομαχην ; G, p. 281 donne μονομαχ (repris par Schreiner (...)
  • 87 Infra, p. 97.

91Ce sont les livres qui semblent avoir préoccupé le plus l’esprit du testateur85. Il leur a consacré les paragraphes 28 (E, p. 331-332 !) — Eustratiadès a omis de marquer le § 29 ! —, 30, 31 et 40. Ces livres étaient répartis entre le monastère à proprement parler et certains de ses métoques. Nous avons pu dénombrer 130 manuscrits à travers les paragraphes 28, 30, 31, 40 et 43. Le gros se trouvait au monastère même ; à quoi s’ajoutaient ceux conservés au métoque de Saint-Constantin (19 mss, dont un prêté au monastère), à celui d’Avlax (10 mss) et à celui de Tous-les-Saints (20 mss). Il est probable que les autres métoques en possédaient aussi pour la célébration des offices, ne fût-ce que quelques-uns. Ces livres sont de caractère liturgique, théologique, ascétique. Rien ne prouve que Skoteinè ait possédé aussi des manuscrits de caractère profane. Il serait fastidieux d’examiner ici en détail tous les ouvrages recensés par le testateur. Quelques remarques cependant nous paraissent utiles. C’est d’abord l’absence des ouvrages appartenant à l’Ancien Testament, les psaumes exceptés, qui figurent en plusieurs exemplaires, avec aussi leur commentaire par saint Basile. L’un de ces psautiers a embarrassé les éditeurs : ψαλτήριον μονομαχ...86 ; nous proposons d’y voir un présent de ce Monomachos cité par Maxime parmi les bienfaiteurs de sa fondation87. Outre les Psaumes, est attesté aussi le Livre des Prophètes.

92La liturgie de saint Jean Chrysostome et celle de saint Basile sont désignées du nom de ϰοντάϰια.

93On trouvait plusieurs Vies de saints, notamment d’ascètes : sainte Marie l’Egyptienne, Jean le Miséricordieux, Jean Chrysostome, Euthyme le Grand et le roman religieux de Barlaam et Joasaph.

94Mais de tous les manuscrits que Skoteinè possédait, il en est deux qui nous semblent être du plus haut intérêt : ils concernent l’histoire de la musique byzantine et nous permettent d’exposer ici brièvement les résultats d’une enquête qui, nous l’espérons, pourront intéresser aussi les musicologues.

  • 88 G, p. 268-269 disserte sur les formes stichèrarion ou stichérarion. A ce propos il fait allusion à (...)
  • 89 E, § 28, p. 331, 1. 13 et § 40, 1. 31.
  • 90 I. Petrescu, Les idiomèles et le Canon de l’Office de Noël, Paris, 1932, p. 52 et, du même, Études (...)
  • 91 E. Wellesz, op. cit., pl. V.
  • 92 Ch. Diehl, Le trésor de la bibliothèque de Patmos au commencement du xiiie siècle, dans Byzantinisc (...)
  • 93 Nous utilisons Ch. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de (...)
  • 94 Ch. Astruc, loc. cit., 1. 121.
  • 95 Op. cit., p. 28,1. 194.

95Il s’agit d’un stichérarion88 qualifié de « néophonon », à côté d’un autre exemplaire désigné comme étant « palaiophonon »89. Le manuscrit en nouvelle notation se trouvait dans l’église de Skoteinè ; l’autre au métoque des Saints. Or, on le sait, les savants sont en désaccord au sujet de la classification chronologique des genres de la musique byzantine. Alors que, selon le regretté Père I. Petrescu, la musique paléobyzantine remonte aux xe-xiie siècles, tandis que la néobyzantine appartient, dit-il, aux xiiie-xve siècles, Egon Wellesz attribue cette musique néobyzantine qu’il préfère appeler moyenne (ou encore hagiopolite, ou ronde), aux xiie-xive siècles90. Le témoignage de Maxime est important : il prouve que la néophonie existait déjà au milieu du xiiie s., et les historiens de la musique byzantine l’ont ignoré. Peut-on, ou doit-on croire que la musique néobyzantine vit le jour au xiiie s. ? En bonne méthode on croirait devoir répondre affirmativement, surtout que Wellesz cite un manuscrit daté de 1221 (le cod. Vindobonensis theologicus gr. 181)91. Or, il existe un autre témoignage publié depuis quatre-vingt-dix ans déjà et que personne ne semble avoir remarqué, celui de l’inventaire des livres de la bibliothèque du monastère de Patmos92. Là, il est encore question d’un stichérarion, et même de deux : l’un des exemplaires est dit « néotonon », et l’autre « palaiotonon »93. Comme cet inventaire a été dressé en 1200, il est manifeste que la musique néophonique ou néotonique fut créée antérieurement, c’est-à-dire au xiie s., comme l’avait pressenti Wellesz avec raison. Serait-ce à dire sous les Anges ? ou sous les Comnènes ? C’est plutôt à la brillante dynastie des Comnènes, protecteurs des lettres et des arts, qu’il nous semble plus judicieux d’attribuer, hypothétiquement, l’apparition de ce nouveau courant musical. Patmos possédait aussi une théorie de l’art musical « néotone »94, puisque le même dénombrement de ses trésors parle encore d’un ψαλτιϰόν μοιον95, c’est-à-dire « semblable » [au stichérarion néotonon]. Ce psaltikon n’est pas un psautier ; le mot équivaut à celui, plus accoutumé, de ψαλτιϰή, un traité de psaltique.

  • 96 E, § 29, p. 332,1. 1-2.
  • 97 Voir Irène Beldiceanu-Steinherr, art. cité, ici-même, p. 31-32.

96Aussitôt après ses manuscrits, Maxime a inventorié les ornements liturgiques de son couvent. Comme de juste, il s’y trouve des épitrachilia, des épimanikia, des ceintures (l’une brodée au type de l’Annonciation, l’autre à celui de la Résurrection)96, des voiles liturgiques pour le calice et la patène, et un certain nombre d’étoffes précieuses en soie, décorées de lions, ou d’un griffon, etc., appelées blattia97.

  • 98 C’est ce que nous escomptons entreprendre à une autre occasion.

97Pour les nécessités liturgiques on cite aussi différents objets, mais, chose tout à fait surprenante et attribuable à une distraction de Maxime, il n’est question nulle part de calices et de disques (patènes) ! Mention est faite aussi d’icônes, de chandeliers (ou plutôt de lampadaires, dits manoualia). Il y aurait là toute une étude à faire en comparant cet inventaire d’objets religieux à ceux renfermés dans d’autres testaments et typika de fondateurs98.

VI. Prosopographie

98La prosopographie constitue, croyons-nous, l’un des éléments les plus intéressants du testament de Maxime. Notons tout de suite que les noms qu’il cite sont ceux de donateurs ou de vendeurs, ceux aussi de moines et que les toponymes également, disons pour plus de précision les lieux-dits, alimentent cette contribution.

  • 99 Madame Irène Beldiceanu-Steinherr nous communique libéralement cette information — qu’elle détenait (...)

99Or nombre de ces noms ne sont pas grecs mais turcs, comme nous allons le montrer d’après leur étymon. Naturellement un Grec peut porter un nom dont l’étymologie est étrangère, mais comme la région renferme des éléments ethniques turcs, nomades ou sédentarisés, il est impossible de croire que ceux qui les ont portés étaient tous grecs ou grécisés. Le lien qui les rattachait les uns aux autres était celui de la religion orthodoxe99. Notons aussi quelques noms occidentaux.

  • 100 Hélène Ahrweiler, op. cit., passim.

100Certains noms grecs ou turcs appartiennent à des familles byzantines bien connues. Plusieurs de leurs membres avaient aussi des possessions dans la région de Smyrne, ainsi que l’a montré Hélène Ahrweiler100. D’autres se rattachent davantage à Philadelphie.

  • 101 Supra, note 64.
  • 102 M. N. Beldiceanu nous a, avec une patience extrême, aidé à repérer les noms turcs disséminés à trav (...)
  • 103 Nicétas Chôniatès (Corpus de Bonn), p. 522, 1. 11-12.
  • 104 Sur ce nom : Ch. Samy bey Freschery, Dictionnaire turc-français, Constantinople, 1885, p. 143.
  • 105 G. Doerfer, Türkische und Mongolische Elemente im Neupersischen, III, Wiesbaden, 1967, p. 387 n° 13 (...)
  • 106 Redhouse, op. cit., p. 50.
  • 107 Doerfer, op. cit., I, Wiesbaden, 1963, p. 471; 472 n° 335 ‘traducteur’.
  • 108 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 165 ; N. Beldiceanu et P.Ş. Năsturel, La Thessalie entre 1454/55 et (...)
  • 109 Samy bey, op. cit., p. 1056; K. Steuerwald, Türkisch-deutsches Wörterbuch, Wiesbaden, 1972, p. 614.
  • 110 K. Steuerwald, op. cit., p. 615; Samy bey, op. cit., p. 953.
  • 111 Redhouse, op. cit., p. 1809-1810.
  • 112 Explication fournie par N. Beldiceanu.
  • 113 Samy bey, op. cit., p. 578.
  • 114 Doerfer, op. cit., III, p. 248, n° 1240; p. 249, n° 1241; p. 250, n° 1242.
  • 115 Ainsi que nous le fait observer N. Beldiceanu.
  • 116 G. Moravcsik, Byzantinoturcica, II, Berlin, 1958, p. 335-336.
  • 117 K. Steuerwald, op. cit., p. 988 (selon une suggestion de M. N. Beldiceanu, que nous ne partageons t (...)
  • 118 J. H. Redhouse, op. cit., p. 377 et 451 ; Tarama Sözlügü (Dictionnaire de la langue turque contempo (...)

101De tous les noms de familles nobles cités dans le testament de Maxime, le plus caractéristique, vu la région où se dressait le monastère, est celui de Mangaphas. Nous ignorons qui aura été l’époux défunt de la personne mentionnée comme la nonne Athanasia Mangaphaina. Nous n’osons prétendre que ce pourrait être l’usurpateur lui-même101, mais, sans doute aucun, il s’agit d’un membre de la même famille. Hélène Ahrweiler considère qu’il s’agit de propriétaires fonciers de la région de Philadelphie. Le nom est caractéristiquement turc : il signifie « stupide, grosse tête »102. Curieusement, cette appellation nous remémore un passage des Histoires de Nicétas Chôniatès où, parlant de Théodore Mangaphas qui se rebella contre Isaac II Ange, on lit que ce personnage reçut le sobriquet de Môrothéodoros, « Théodore le Fol »103. Fut-ce par traduction de son nom de famille ? était-ce un penchant hérité de ses ancêtres à commettre des actions inconsidérées ? on ne saurait répondre, mais le rapprochement est troublant. Sur Mangaphas on a tout naturellement, selon l’habitude byzantine perpétuée en grec moderne populaire, forgé, à l’aide d’un suffixe, une forme féminine Mangaphaina. Les autres noms du testament s’expliquant par le turc ou par l’arabe sont les suivants : Amirasanis (E, § 35, p. 334, 1. 12), arabe amīr ‘émir, commandant’ et Hasan, anthroponyme arabe104 ; le contexte l’indique comme le beau-père d’un certain Nicolas fils de Kazanès, dont Maxime acheta un champ (E, § 35, p. 334,1. 11-12) ; Kazanès lui-même est turc : qazan (ou qazġan)chaudron’105. Amiras (E, § 43, 1. 21) est lui aussi l’arabe amīr, comme ci-dessus. Un moine du nom de Bartholomaios est le fils d’Intrès, Idris (E, § 38, p. 336, 1. 12-13) : Idrīs est la forme arabe d’Enoch106. Kalamoudès (E, § 35, p. 333, I. 19 semble répondre au mongol Kelämäči107. Feu Kalambakès (E, § 39, 1. 28), dont provenait le métoque des Saints, appartenait certainement à la famille qui donna un duc de Néokastra et le tatas (précepteur) de la cour de Théodore II Lascaris ; son nom désigne en turc un bonnet de moine (qalabaq)108. Maidonis (cf. G, p. 284 et S, p. 381 qui corrige le Maèdonès de E, 35, p. 334, 1. 5) est un paysan dont le nom répond au turc maydanoz ‘persil’109. Mazarina, la femme de Mazaris (E, 35, p. 333,1. 11 et 13) évoque par ce nom une autre plante, le thym (arabe mazariyun)110. Morzaftos (E, 39, 1. 16, et non Marzaftos G, p. 288) de qui Skoteinè possédait un champ transformé en vigne par son higoumène, rappelle le persan merzubān ou merzvān ‘chef d’une marche frontière’ ; c’est aussi un nom de personne, selon Redhouse111. Pasanalis (E, 38, p. 336,1. 1, sans doute préférable à S, p. 381 et à G, p. 286) serait Paša ‘Ali112 (une sorte de pacha Ali). Dans Saratzès. (E, 39,1. 6-7) il pourrait y avoir le turc (d’origine arabe) sarrāğ ‘sellier’113. De même dans Sourmès (E, 38, 1. 11) on retrouverait sirma, fil de métal (cf. σύρμα), ou sorma ‘bière’ ou encore sürmä ‘collyre’114 ! Tourtourès (-os ?) serait l’arménien derder ‘prêtre’115 (E, 38, p. 335, 1. 40) : mais l’individu en question était parent d’un certain Chazarès (ibidem) dont le nom rappelle celui du peuple des Khazares (cf. turc Qazar) et qui était utilisé comme sobriquet ou même comme nom de famille par les Byzantins116. Nous hésitons à adjoindre à cette liste le nom de Bergès117(E, 15,1. 14) : nous préférons y voir un dérivé de βέργα (cf. Chrysobergès), plutôt que le turc vergi ‘présent, cadeau’. Enfin, le patronyme du diacre de Philadelphie Michel Paximadès serait la forme grécisée du turc peksimat (beksimad)biscuit’118.

102Nous renonçons à donner la liste des noms grecs, très nombreux, que renferme le testament de Maxime. Nous n’établirons pas non plus une statistique comparée et proportionnelle de ces noms par rapport à ceux d’origine orientale. Des gens qui se sentaient grecs pouvaient porter des noms d’origine étrangère, conservés depuis des générations ; en revanche, des personnes baptisées par le clergé byzantin ou entrées dans le monachisme portaient des noms grecs, même si elles avaient le sentiment d’être des Turcs, tel ce Barthélémy, fils d’Idrīs, dont il a été question plus haut.

  • 119 Sur la famille : H. Ahrweiler, op. cit., p. 148 et 168. Sur les titres d’allagator et de protallaga (...)
  • 120 H. Ahrweiler, op. cit., p. 156. V. aussi supra, p. 92.
  • 121 Op. cit., p. 157-158.
  • 122 Op. cit., index.
  • 123 Op. cit., p. 150-160.
  • 124 Op. cit., p. 170.
  • 125 Irène Beldiceanu-Steinherr, Recherches sur les actes des règnes des sultans Osman, Orkhan et Murad (...)

103Mais ce que nous ne saurions laisser de côté ce sont certains noms grecs portés par des personnages plus ou moins notables. Nous avons retenu le nom de Mangaphas et de sa femme la nonne Anastasia, celui de l’allagatôr Phôkas et de son épouse Irène. Ajoutons-y le protoallagatôr Bardachlas119(E, 39, 1. 3), ou encore un Monomachos dont les enfants avaient vendu au monastère des maisons sises dans la zone fluviale d’Avlax (E, 35, p. 334, 1. 36)120 ; de même, Kaloeidès (E, 35, p. 333, 1. 36)121 ; un Comnène122apparaît aussi (E, 38, p. 335, 1. 36), de même qu’un moine Kostomyrès (E, 38, p. 336, 1. 10 ; cf. G, p. 286 Kostomorès), ainsi désigné de son seul nom patronymique, rappelle celui de la famille Konstomyrès123. On retiendra tout particulièrement les mentions de Rôselès (cf. le Franc Roussel) Tyrannos (E, 38, p. 336, 1. 24), et sans doute de sa femme, dite Tyranninè (E, 39, 1. 21) : on sait que la famille Goudélès avait Tyrannos pour nom patronymique124 ; et l’on se demandera l’origine du nom Domenakatès (E, 38, p. 335, 1. 12) : est-ce une déformation de Dominique ou existe-t-il un lien avec le nom des montagnes dites Domaniç125 ?

  • 126 G. Moravcsik, op. cit., I, Berlin, 1958, p. 445.

104La mention d’un « feu Chôniatès » (E, 39,1. 4) nous fait nous demander, sans pouvoir répondre, s’il ne s’agirait pas du chroniqueur Nicétas (ou d’un autre membre de sa famille) ; on sait qu’il s’était réfugié à Nicée auprès du basileus Théodore Lascaris126. Il aura sûrement acquis des biens dans l’empire des Lascarides.

  • 127 H. Ahrweiler, op. cit., p. 172.
  • 128 Op. cit., index.

105Autres noms insignes rencontrés sous la plume de Maxime : celui d’un sébaste Mytas (sauté par E, § 38, p. 337 mais signalé par G, p. 286 ; présent dans E, § 41, 1. 38), d’un Stratègès (E, § 35, p. 333, 1. 3), d’un Tzykandylès prénommé Laurent (E, 38, p. 335,1. 24 ; mais Tzakandylès, selon S, p. 381). Un Pothos127 (E, 35, p. 334, 1. 2) ; une Grammatikè (E, 38, p. 336, 1. 11). Faut-il relever encore le nom de Botaneiôtès (pas Botaniate ; E, 39, 1. 10 : « le Sentier épineux de B. »). Un Branas128 (E, 35, p. 334, 1. 34), sans doute un paysan qui vendit à Maxime pour 6 hyperpères un moulin délabré et le champ attenant.

  • 129 Supra, p. 88.

106Avec le regret de n’en pas savoir davantage, nous retiendrons que « la très noble vestiaritissa » — donc l’épouse d’un vestiaire de l’entourage impérial, — (cf. E, 41, p. 338,1. 1 : G, p. 289 estropie le titre !) — était la fille de la veuve de ce Mangaphas, bienfaiteur de Skoteinè, et que les champs que le monastère possédait à Héliotopos devaient être partagés avec elle129.

  • 130 P. Lemerle, op. cit., p. 217 (‘directeur adjoint d’une école’) ; voir encore p. 228-229. Selon Duca (...)
  • 131 St. I. Kourousès, op. cit., p. 304. Cf. supra, p. 76, § 7 pour les études faites par Maxime dans so (...)

107On retiendra aussi le nom d’un Prôximos ‘maître d’école’130 (E, 35, p. 333, 1. 24) et celui de Chrysochoos ‘orfèvre’ (E, 35, p. 334, 1. 16). La présence proche de Philadelphie qui avait ses écoles131 et certainement ses orfèvres explique assez bien ces deux noms.

108Les informations prosopographiques que nous avons fournies ici démontrent à souhait combien le testament de Maxime peut contribuer à une meilleure connaissance de l’onomastique byzantine au xiiie siècle.

  • 132 Voir Ducange, op. cit., c. 1685 ; M. F. Hendy, Coinage and money in the Byzantine Empire (1081-1261(...)
  • 133 Cf. E, §§ 33-34.
  • 134 Sans doute quelque moine de Skoteinè fuyant la menace ou l’occupation turque l’aura-t-il précieusem (...)
  • 135 Les travaux (cités par nous) de P. Lemerle, P. Gautier et K. Manaphès sont indispensables, car ils (...)
  • 136 St. I. Kourousès, op. cit., n. 3 fait remonter peu avant ou après la création de l’Empire de Nicée, (...)

109Le commentaire, très partiel, que nous venons d’esquisser, du testament de Maxime de Skoteinè appellerait encore nombre de recherches et de considérations : faute d’espace, nous avons renoncé à nous étendre davantage. Par exemple, il aurait fallu toucher mot des monnaies mentionnées dans la diathèkè, et notamment des trikephala132. De même, les mots servant à désigner les ustensiles de cuivre et autres, ou encore la literie133. La riche bibliothèque du monastère et de ses métoques réclame aussi un examen approfondi : nous nous sommes borné à relever l’intérêt de deux manuscrits pour une meilleure chronologie des genres musicaux byzantins, en nous aidant aussi de l’inventaire des livres-manuscrits de Patmos. Nous nous estimerions satisfait si un jour quelque archéologue entreprenait la vérification de notre hypothèse du site du monastère. Par ailleurs, avec Monsieur N. Beldiceanu, nous comptons reprendre plus en détail la question de l’onomastique turque du testament de Maxime : les données que nous avons utilisées montrent suffisamment déjà la présence d’éléments turcs chrétiens dans la contrée de Philadelphie. Enfin, nous croyons avoir réussi à établir que Skoteinè fut fondée à la fin du xiie siècle. Le jour où le document conservé à Vatopédi pourra être examiné et republié conformément aux règles de la philologie et de la diplomatique, peut-être comprendra-t-on mieux les circonstances de son transfert d’Asie Mineure au Mont Athos134. Tel est, dans ses grandes lignes, notre apport à l’étude d’un de ces témoins encore assez peu connus que sont les testaments de fondateurs et les typika byzantins et dont ces dernières années ont vu et voient la publication de travaux fondamentaux135. Et comme l’un des pionniers en la matière fut, en France, celui qui soutint notre passion d’adolescent pour le grec et qui nous parla le premier de Byzance et aussi du Mont Athos — j’ai nommé le regretté Lysimaque Œconomos — le lecteur voudra bien comprendre le sentiment qui nous a poussé à dédier à sa chère mémoire ces pages qui complètent un tant soit peu ce que sa thèse a évoqué à propos de La vie religieuse dans l’Empire byzantin au temps des Comnènes et des Anges (Paris 1918, 244 pages)136.

EPIMETRON

110La toute récente parution d’une communication de Madame Hélène Ahrweiler, La région de Philadelphie au xive siècle (1290-1390) dernier bastion de l’hellénisme en Asie mineure, dans Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Comptes rendus des séances de l’année 1983 janvier-mars, Paris, 1983, p. 175-197 (dont 3 cartes et 1 gravure) nous suggère quelques addenda à notre travail. Ainsi, on se représente mieux le site occupé par Philadelphie et Skoteinè, à la faveur d’une gravure anglaise du siècle dernier (art. cit., p. 185 ; voir aussi p. 197, n. 80) : la ville est adossée à des collines derrière lesquelles se profile une chaîne de montagnes, celle où était tapie la fondation de kyr Maxime (nos observations supra, p. 83-84).

111Madame Matoula Couroupou, Le siège de Philadelphie par Umur Pacha d’après le manuscrit de la Bibl. Patriarcale d’Istanbul, Panaghias 58, dans Geographica Byzantina (sous la dir. d’Hélène Ahrweiler), Paris, 1981, p. 173 et n. 1 signale le monastère de la Théotokos dit Βορεινή ; elle l’identifie à celui de Skoteinè (H. Ahrweiler, art. cit., p. 179 et p. 182, n. 5 se demande toutefois s’il s’agit bien d’un seul et même couvent). A notre avis, on a affaire à deux monastères bien distincts : Skoteinè, selon les témoignages laissés par son fondateur, était situé dans la montagne, donc dans la direction du sud-ouest par rapport à la ville, alors que l’autre monastère consacré aussi à la Vierge — tant était grande la dévotion byzantine envers la Mère de Dieu — se dressait, lui, du côté du nord (Βορεινς ‘septentrional’) de la ville même de Philadelphie, soit dans l’enceinte urbaine, soit en dehors, dans la plaine du Koganos (Ahrweiler, art. cit., p. 181, carte n° 3). L’usage local aura fait désigner ce monastère d’une épithète de localisation empruntée à l’un des points cardinaux, précisément afin de le différencier nettement de la fondation de Maxime qualifiée de Sombre.

112Pour la famille Monomaque, que l’higoumène Maxime cite parmi les bienfaiteurs de sa fondation, on notera qu’un descendant, Jean Monomaque, appartiendra, dans les années 1310-1325, à un parti rallié aux Francs et à Charles de Valois (H. Ahrweiler, art. cit., p. 188-189). Pareillement, au nombre des défenseurs de Philadelphie qui périront en défendant leur ville assiégée par Umur (« peu avant le 7 mars 1348 » : Elizabeth Zachariadou, Note sur l’article de Matoula Couroupou, dans Geogr. Byz., p. 78-80), on relève le nom d’un Phôkas et d’un Prôximos, issus vraisemblablement des familles mentionnées un siècle plus tôt par Maxime de Skoteinè. Sur ces trois familles, notre travail, supra, p. 97-98).

Notes

1 M. Goudas, Βυζαντιαϰὰ γγραφα τῆς ἐν Αθῳ ʽΙερς Μονς τοῦ Βατοπεδίου dans ‘Eπετηρίς ʽΕταιρείας Βυζαντινν Σπονδν, IV, 1927, p. 216-218 (document n° 9) ; en sous-titre, Goudas, p. 216, précise que la signature impériale a été tracée au cinabre.

2 Sophronios Eustratiadès, Ή ἐν Φιλαδελφεια μον τῆς ʽϒπεραγίας Θεότοκου τῆς Κοτεινῆς dans ʽΕλληνικά, 3, 1930, ρ. 317-339. Aux pp. 317-324 une introduction, assez détaillée, dont nous reprenons certaines informations. Arkadios de Vatopédi était lui-même un érudit, auquel on doit la publication de certains documents athonites : I. Doens, Bibliographie de la Sainte Montagne de l’Athos, dans Le millénaire du Mont Athos, II, Chevetogne, 1965, p. 357 (n° s 110-114).

3 M. I. Gedeon, Διαθήκη Μαξίμου μοναχο ϰτίτορος τῆς ἐν Λυδί μονῆς Κοτινῆς (1247), dans Μιϰρασιατιϰ Χρονιϰά, 2, 1939, p. 263-291 (nous exprimons ici notre vive gratitude à notre collègue de l’Université d’Athènes, Mademoiselle Kalliopi Bourdara, qui nous a aimablement procuré la photocopie de cet article). L’introduction rédigée par Gedeon occupe les pp. 263-270 et nous en avons également tiré profit. Les fac-similés que nous signalons figurent aux p. 269 et 291.

4 Le compte rendu, par A. Sigalas, de l’édition Eustratiadès a été publié dans ‘Eπετηρς ʽEταιρείας Βυζαντινν Σπουδν, VIII, 1931, p. 377-381 (aux pp. 379-381 le regretté savant donne un apparat critique où il relève les erreurs et omissions qui déparent le travail du métropolite).

5 Voir E, p. 325 ; G, p. 271 (qui ajoute la croisette oubliée par Ε après la signature) ; S, p. 379 (et partout à travers le compte rendu).

6 Hélène Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317), particulièrement au xiiie siècle, dans Travaux et Mémoires, I, Paris, 1965, p. 71, n. 375 (et index), se ralliant à S, loc. cit., et à O. Volk, Die byzantinischen Klosterbibliotheken von Konstantinopel, Thessalonike und Kleinasien, Munich, 1954, p. 173 (thèse de doctorat élaborée sous la direction de Fr. Dölger, dactylographiée, et dont Peter Schreiner nous a amicalement procuré les photocopies des pp. 173-178) ; St. I. Kourousès, Μανονλ Γαβαλς ετα Ματθαος μητροπολτῆς Εφέσου (1271/2-1355/60). A’ βιογραφιϰά, Athènes, 1972, p. 188, 360, 379, etc. En revanche, K. Manaphès, Μοναστηριαϰ τυπιϰά. Διαθñϰαι, Athènes, 1970, p. 122, 127, 137, 139, 142, 143, 145, 153-155, 172-173 et 186-187 (tous ces renvois pour compléter les déficiences de l’index !) conserve la forme Koteinè, sans paraître avoir eu vent de l’autre. Enfin, J. Bompaire, Les catalogues de livres-manuscrits d’époque byzantine (xie-xve s.), dans Byzance et les Slaves. Etudes de civilisation. Mélanges Ivan Dujčev, Paris, [1979], p. 67 (n° 13) parle du couvent de Κοτεινῆς, dont il fait suivre le nom d’un point d’interrogation prudent.

7 H. Ahrweiler, op. cit., p. 71 traduit le toponyme par « La Sombre ». Le Σύγχρονον ὀρθογραφιϰòν-ἑρμηνευτιϰòν λεξιϰòν λληνιϰς γλώσσης. Kαθαρενούσης-Δημοτιϰς, Athènes, 1971 glosse le terme σϰοτεινός par ʽqui n’est pas éclairé, plongé dans l’obscurité’, mais aussi par ʽde couleur foncé’ (cf. c. 1692, s.v.). Nous relevons chez Pindare le mot ϰοτεινòς avec la conjecture σϰοτεινός (A. Bailly, Dictionnaire grec-français, p. 1126, s.v.). Voir aussi plus bas p. 84 nos arguments en faveur de l’explication par « Sombre ».

8 Le terme ϰότινος, ʽOlivier sauvage’ a pris aussi l’acception de ʽcouronne d’olivier sauvage, dont on récompensait les athlètes vainqueurs’ (Σύγχρονον..., c. 1080, s.v.). Par métonymie, en grec moderne, où le vocable a été repris, il signifie encore ʽprix, récompense’ (op. cit., c. 1080, s.v.).

9 Au hasard d’une lecture je citerai Fr. Halkin, La Vie de saint Niphon, ermite au Mont Athos (xive s.), reproduit dans son volume Saints moines d’Orient, Londres, 1973 (Variorum Reprints), ΧII, p. 20, lignes 18-20. De même, dans son troisième testament, de 1378, Chariton, métropolite de Hongrovalachie et prôtos du Mont Athos, demande pardon à tous ceux pour qui il aura été une cause de scandale et, de son côté, il accorde le sien à quiconque lui aura manqué : P. Lemerle, Actes de Kutlumus, Paris, 1946, p. 136, 1. 64-66. C’est là, en fait, l’application pure et simple de l’une des prescriptions de la Prière dominicale.

10 On lira avec profit les explications que donne K. Manaphès, op. cit., passim sur les mots diathèkè, diataxis etc. (voir l’index, en dépit de ses défauts). C’est le type de testament dont les témoins connaissent les clauses : op. cit., p. 141.

11 Maxime lui-même déclare avoir, enfant, appris à lire et à écrire : voir plus bas, p. 76, § 7.

12 S, p. 377-378 estime que le document de Vatopédi n’est pas l’original proprement dit du testament, mais une copie certifiée par la signature de l’higoumène testateur et par celle de Michel Paléologue. Eustratiadès est d’avis que le basileus aura authentifié l’acte en y apposant son seing après 1261 (E, p. 322 ; de même Manaphès, op. cit., p. 155). Mais à Nicée déjà il signait basileus des Rhomées (v. n. 13).

13 On est en droit de se demander si la signature est ou non authentique. C’était l’opinion de S, p. 378, qui s’appuie sur une comparaison avec la signature dont est revêtu un chrysobulle de Michel VIII pour le monastère de Patmos et daté de 1259 : Sigalas possédait la photographie du testament de Maxime et renvoie à l’album de Fr. Dölger, Facsimiles byzantinischen Kaiserurkunden, Munich, 1931, pl. XI et pl. XVI (n° 38). Nous avons refait l’opération en confrontant le fac-similé donné par G, p. 291 et la belle reproduction du document de Patmos éditée par Era Vranoussis, ῎Eγγραφα Πάτμου 1. Ατοϰρατοριϰά, Athènes, 1980, album, pl. XXIX (doc. 14 : voir aussi sa transcription dans le volume, p. 127-129). Or si les ressemblances sont à première vue frappantes, on ne comprend néanmoins pas pourquoi la signature que porte le testament de Maxime est, à ses lignes 1, 4-7, déliée, alors que les lettres des lignes 2, 3 et 8 sont bien plus appuyées. En outre, la croix qui précède et celle qui achève ladite signature dans le fac-similé sont tracées avec une hampe bien plus haute que dans l’acte conservé à Patmos. Enfin, les deux points du iota dans les mots Mïchael et basïleus ne se retrouvent pas dans le facsimilé. L’impression — en attendant de voir un jour l’original de Vatopédi ou du moins une bonne photographie — c’est que l’on a affaire à une imitation habile (je dirais même scrupuleuse, s’il n’était pas choquant d’utiliser pareil adjectif pour l’œuvre possible d’un faussaire). Il serait intéressant de connaître aussi le nombre des trous par où passait la mèrinthos du chrysobulle (Era Vranoussis, op. cit., p. 125 signale leur existence, sans préciser combien il y en a), afin de le comparer avec celui des trous pratiqués dans le testament. Madame Vranoussis ne mentionne pas le testament de l’higoumène de Skoteinè : est-ce par omission ou par incertitude quant à l’authenticité de la signature impériale qui y figure ?

14 Il semblerait cependant que S, p. 378, la tenait pour autographe.

15 Envoyé en mission au Mont Athos par le CNRS, en août 1979, nous y fîmes en général partout de fructueuses recherches. Notre seul échec — mais total celui-là ! — fut à Vatopédi. A la différence des moines des couvents où nous nous arrêtâmes, seuls les caloyers de ce monastères « mirent une invincible obstination à nous empêcher » de voir quoi que ce fût des trésors de leurs archives, bibliothèques et sacristies : nous paraphrasons ici les propos amers de P. Lemerle, op. cit., p. V à l’adresse des moines de Koutloumousiou des années ‘30. Leurs descendants spirituels en revanche, furent envers nous d’une intarissable gentillesse, qui nous valut une abondante moisson.

16 K. Manaphès, op. cit., p. 33-59 et passim.

17 Par humilité, sans doute, Maxime ne se donne pas son titre d’higoumène mais simplement celui, ineffaçable, de prêtre-moine. Aurait-il eu l’intention de résigner ses fonctions avant de mourir ? Il déclare, en effet, un peu plus loin qu’il fait son testament avant d’être irrémédiablement atteint par l’usure de l’âge : infra, § 1. Mais s’il parle de son futur successeur, il n’en indique pas le nom.

18 Ou Koteinè, chez Ε et G : supra, p. 71-72.

19 Psaume 102,15.

20 Cf. Généalogie du Christ, au début de l’Évangile selon Matthieu, verset 6.

21 Ps. 115,2.

22 Cf. Genèse 1.26.

23 Luc 11.10 ; cf. aussi Mat 7.8 et Jean 16.24.

24 Cf. Eccl. 3.20 et 12.7.

25 Sur les variantes orthographiques Niphon et Nèphon (celle-ci chez Maxime) : Fr. Halkin, op. cit., XII, p. 12, n. 1.

26 C’est ainsi que nous croyons devoir entendre ici le mot prôtos. Mais peut-être Maxime veut-il dire tout bonnement que cet oncle prit la direction de la petite communauté naissante.

27 Selon St. I. Kourousès, op. cit., p. 304, Maxime aura suivi les leçons de l’école de Philadelphie. La proximité de Skoteinè explique qu’il ait pu se rendre à la ville, sans doute en empruntant un sentier à flanc de montagne, plus court et plus rapide que le chemin menant au monastère.

28 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 6, n. 27 rappelle que cette Chôra de Samson était, comme l’a montré G. de Jerphanion, une ville — Priènè — de la région de Milet.

29 La Néa Monè est le célèbre monastère de l’île de Chio, fondé par l’empereur Constantin Monomaque après 1042. On retiendra qu’il avait une copropriété avec Skoteinè : ici-même, p. 88.

30 On pratiquait donc l’hésychasme à Skoteinè.

31 L’absence presque complète de sommeil constituait l’une des pratiques de l’ascèse.

32 Le 14 septembre, selon le calendrier orthodoxe.

33 Localisation peu claire (en Lydie) : R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins..., Paris, 1975, p. 174 et notes 3-6 signale deux monastères du même nom.

34 Infra, p. 82, § 43 et p. 97.

35 Infra, p. 86-87. (Il s’agit de droits spirituels à des prières).

36 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), dans Orientalia Christiana Periodica, XXXV/II, 1969, p. 386 fournit de précieuses indications quant à la localisation de ce toponyme cité dans diverses sources (dont Pachymère) ; il le pointe sur la carte de la p. 394, entre Sardes et Philadelphie.

37 Il s’agit de la règle des monastères dite règle de saint Sabbas, et non du règlement propre à Skoteinè.

38 La vie cénobitique est celle où les moines vivent ensemble, possédant tout en commun. Selon la règle idiorythmique chacun est libre de s’organiser comme il l’entend, continue de posséder des biens et des objets en propre, n’ayant d’autre obligation commune que la fréquentation des offices religieux aux grandes fêtes.

39 Cf. Mat 11.29.

40 Mat 20.28.

41 Jérémie 15.19 (là aussi, Maxime cite de mémoire, comme dans plusieurs de ses allusions au texte sacré disséminées à travers son testament).

42 Ce terme signifie métropolite quand il est accompagné du nom du siège du titulaire : voir là-dessus Denise Papachryssanthou, Hiérissos, métropole éphémère au xve siècle, dans Travaux et Mémoires, 4, Paris, 1970, p. 405, n. 79. Philadelphie étant à l’époque de Maxime un siège métropolitain confié au fameux Phôkas, ministre de Théodore Laskaris et son ambassadeur, nous le rendons ici par métropolite. Sur ce personnage : H. Ahrweiler, op. cit., p. 141-142 et V. Laurent, Les regestes des actes du Patriarcat de Constantinople I/4, Paris, 1971, p. 115-117 (Phôkas fut envoyé en ambassade, pendant l’hiver 1247/48 — soit à la date environ où Maxime rédigea son testament — auprès du roi et du catholikos de Petite Arménie pour essayer de les amener à l’union religieuse avec les Byzantins. Nous observons toutefois que l’Eglise arméno-cilicienne louvoyait alors entre les avances de Nicée et les appels de Rome : G. Dédéyan et Nicole Thierry dans le volume Histoire des Arméniens (sous la direction de G. Dédéyan), [Toulouse, 1982], p. 319. Sur le rôle de la Cilicie à l’époque dans le commerce international, des détails dans cet ouvrage, p. 316-317).

43 C’est là une règle générale et indispensable pour assurer la canonicité de l’élection. A cette occasion, l’évêque lisait une prière spéciale sur le nouvel higoumène. S’il n’était pas déjà prêtre, il lui conférait l’ordination sacerdotale ; l’était-il, on se contentait d’une bénédiction. Cette pratique continue d’être observée dans le monde orthodoxe.

44 Sous ce terme on doit entendre le vin : Skoteinè possédait du reste force vignobles, ainsi que l’atteste Maxime.

45 C’est la fête de la Présentation — mot-à-mot de l’Entrée — de la Sainte Vierge au Temple.

46 Sur ces termes on consultera : P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris, 1977, p. 81, n. 24 (voir aussi p. 103-105) (diataxis de Michel Attaliate) ; p. 147 et 185-186 (typikon de Grégoire Pakourianos) ; P. Gautier, Le typikon du Christ Sauveur Pantocrator, dans Revue des Etudes byzantines, 32, 1974, p. 126 (statut du monastère) et p. 127, 1. 1613 et suivantes) ; Idem, La diataxis de Michel Attaliate, revue citée, 39, 1981, passim, lignes 363, 394, 395, 399, 1617 du texte grec ; Idem, Le typikon de la Théotokos Evergétis, rev. cit., 40, 1982, lignes 537-539 du texte grec.

47 Il s’agit de la route de Smyrne à Philadelphie et à Laodicée, portée sur la carte de P. Schreiner, art. cit., p. 394. Sur cette route, ô combien difficile !, voir aussi J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès, Lettres et discours, Paris, 1970, p. 169-170, ligne 22, p. 172 et 173, 1. 13-14. L’emprunter, à en croire Georges Tornikès, était acte d’audace ! Sur les routes nationales et autres de la région : H. Ahrweiler, op. cit., p. 17, n. 73.

48 Voir Ducange, Glossarium..., Lyon, 1688, c. 1646 ; J. Darrouzès, Recherches sur les ὀφφίϰια de l’Eglise byzantine, Paris, 1970, p. 362-368. C’était un notaire, un secrétaire et un mémorialiste.

49 Supra, §§ 2, 7 et 21.

50 Supra, § 3.

51 Supra, § 14.

52 E, p. 326,1. 15.

53 Supra, note 36. Le mot désigne un canal. Cf. aussi infra, note 58.

54 Supra, note 47.

55 Madame Irène Beldiceanu-Steinherr, à qui nous sommes redevable de diverses précisions capitales pour notre travail, nous a signalé aussi la Carte de Turquie à l’échelle de 1/200 000, publiée par la Direction Générale de Cartographie, 2e éd., Ankara, 1951. On se reportera à la feuille Alašehir I1/21.

56 Sur ces derviches qui fondaient, dans leurs us et coutumes, pratiques préislamiques, islam et christianisme : R. Tschudi, dans Encyclopédie de l’Islam, I, Leyde-Paris, 1960, p. 1196-1197.

57 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 22 traite de l’ethnie turque (seldjoucide) installée dans la contrée de Smyrne. Le testament de Maxime vient ajouter au tableau celle de Philadelphie. De même, la conquête de Constantinople par les Latins contraignit nombre de Grecs à se réfugier en Asie mineure : ce que dit Madame Ahrweiler, op. cit., p. 23-25 est également valable dans le cas de la prosopographie philadelphienne vue à travers le testament de Maxime.

58 Boz ‘gris ; terre non cultivée’ (apud H.C. Hony, A turkish-english dictionary, 2e éd., Oxford, s.v.). Sur cette chaîne, voir la description laissée par Elisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes. IX) L’Asie antérieure, Paris, 1884, p. 606 (avec ce détail « la plaine est un vaste champ où se ramifient à l’infini les canaux d’irrigation », détail à rapprocher du nom d’Avlax : supra, notre note 53). Voir encore L. Robert, Villes d’Asie mineure. Etudes de géographie antique, Paris, 1935, pl. VIII et IX (p. 224, le blé, les vignes etc. ; pas d’eau dans la plaine, on l’y amène du Boz dağ à l’aide d’un aqueduc en bois, du même type, sans doute, que celui qui alimentait le monastère de Skoteinè).

59 H. Ahrweiler, op. cit., p. 70.

60 Ceci nous est suggéré par l’étude de Madame Irène Beldiceanu-Steinherr, Notes pour l’histoire d’Alaşehir (Philadelphie) au xive siècle, dans le présent recueil, p. 32.

61 L. Robert, Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie. Philologie et réalité, dans Journal des Savants, juillet-déc. 1961-janv.-juin 1962, p. 99.

62 E, p. 326,1. 4. Citation inspirée de Job 3.18, mais d’assez loin pour nous permettre de douter qu’il faille entendre ici ʻpercepteurs’ au sens de ʻdémons’, comme pourrait le laisser croire tel commentaire de Job par saint Jean Chrysostome, cité par Ducange, op. cit., c. 183 (appendix), s.v. τελώνια.

63 V. par ex. L. Bréhier, Vie et mort de Byzance, [Paris, 1969], p. 285-296 ; G. Ostrogorsky, Histoire de l’Etat byzantin (trad. J. Gouillard), Paris, 1969, p. 424-440.

64 J. Hoffmann, Rudimente von Territorialstaaten im Byzantinischen Reich (1071-1210), Munich, 1974, p. 66-68 (v. aussi l’index au nom Mangaphas).

65 Ici même, p. 77, § 14 et p. 82, § 43.

66 Ici-même, p. 82, § 43.

67 Ici-même, p. 96.

68 E, p. 331, 1. 19-20. Cf. O. Volk, op. cit., p. 175, n. 280 et P. Schreiner, art. cit. p. 429.

69 Au vrai, le métoque Saint-Constantin semble avoir détenu un autre métoque homonyme : E, p. 335, § 37 (« un autre métoque de Saint-Constantin [dit] Saint-Constantin »).

70 Achat d’un champ contre 10 moutons : E, §. 35, 1. 5-6.

71 E, § 35, p. 334, 1. 35-38.

72 E, § 41, 1. 37-39.

73 E, § 41, 1. 39-40 et p. 338, 1. 1-2.

74 E, § 38, 1. 26-29.

75 E, § 35, p. 333, 1. 32 ; § 38, p. 336, 1. 32.

76 Sur les oliviers, v. notamment E, § 38, p. 335, 1. 31-40 et p. 336, 1. 1-3. Sur les oliviers laissés en gage par Eudocie Kyminas (une nonne peut-être), 1. 33-35.

77 E. Janselme et L. Œconomos, La Satire contre les higoumènes. Poème attribué à Théodore Prodrome, extrait de Byzantion, I, 1924, passim ou encore, des mêmes, La règle du monastère de Saint-Nicolas de Casole près d’Otrante (1160), dans Bulletin de la Société d’Histoire de la Médecine, 16, 1922, 11 p.

78 E, §§ 39, 1. 15. Sur cette question v. l’étude suggestive d’Irène Beldiceanu-Steinherr, Notes..., ici-même, p. 32.

79 Irène Beldiceanu-Steinherr, art. cit., p. 30-32. Nous reviendrons ailleurs sur les broderies religieuses possédées par Skoteinè : à noter toutefois l’absence d’un épitaphios, détail éloquent, à notre avis, dans la question de l’époque de l’apparition de ce genre d’objets sacrés.

80 E, § 39, 1. 20 ; § 35, p. 333,1. 25 « le trou — la mare — aux Oies ». A la ligne 7, le champ de Pélékanos est-il ainsi appelé d’après un propriétaire, charpentier de son état, ou par allusion à des pélicans vivant dans les parages ? Peut-être le singulier plaide-t-il en faveur de l’anthroponyme.

81 Ce paragraphe accuse de graves divergences dans les lectures de Gedeon et d’Eustratiadès. Après réflexion, Gedeon paraissant plus scrupuleux dans ses déchiffrements, nous lui accordons une certaine préférence.

82 Ne pas perdre de vue l’élément nomade seldjoucide dans la contrée (infra, p. 95-96) : les πιστιϰοί ‘bergers à gages’ pouvaient provenir de leurs rangs. Eux et leurs acolythes fabriquaient aussi des laitages et des fromages, sans compter la laine et les peaux de moutons, dont l’économie monastique avait besoin.

83 Monsieur Nicoară Beldiceanu nous assure de leur présence dans la région : Cevdet Türkay, Başbakanlik Arşivi Belgeleri’ne göre osmanli imparatorluğu’nda oymak, aşiret ve cemaātlar, Istanbul, 1979, p. 329 (deveci, devecili ‘éleveurs de chameaux, nomades’, dans la région de Bursa) ; N. Beldiceanu, Les actes des premiers sultans..., I, Paris-La Haye, 1960, p. 95 (chameaux mentionnés dans un acte non daté de Mehmed II, élevés par des nomades de la région de Karasi).

84 E, § 42, 1. 7-8.

85 Les livres de Skoteinè ont déjà intéressé O. Volk, op. cit., loc. cit. (P. Schreiner, art. cit., reproduit toute la liste et s’occupe, p. 412-415 des manuscrits copiés à Philadelphie), de même que J. Bompaire, art. cit., loc. cit. Mais tout n’a pas été dit. C’est ainsi que les Margaritès ‘Les Perles’ — dont le monastère possédait deux exemplaires —, sont un recueil de textes appartenant principalement à saint Jean Chrysostome (et à Pseudo St. Jean Chrysostome), ainsi qu’à quelques autres grands théologiens grecs. Nous reprendrons ailleurs l’examen de la bibliothèque de Skoteinè.

86 E, § 28, p. 331, 1. 35-36 lit bizarrement μονομαχην ; G, p. 281 donne μονομαχ (repris par Schreiner à travers Volk). Nous proposons Μονομάχ[ου].

87 Infra, p. 97.

88 G, p. 268-269 disserte sur les formes stichèrarion ou stichérarion. A ce propos il fait allusion à une communication tenue par lui au Sylloge des Lettres Médiévales, à Constantinople, le 27 février 1938 : ce travail, sans doute inédit, est inconnu de la minutieuse bibliographie dressée par Chr. Patrinelis, Δημοσιεύματα Μανουὴλ Γεδεών, Athènes, 1974.

89 E, § 28, p. 331, 1. 13 et § 40, 1. 31.

90 I. Petrescu, Les idiomèles et le Canon de l’Office de Noël, Paris, 1932, p. 52 et, du même, Études de paléographie musicale byzantine, Bucarest, 1967, p. 14 ; E. Wellesz, A history of Byzantine music and hymnography, Oxford, 2e éd., [1961], p. 281 (nous avons consulté ce livre dans la réimpression de 1980, que nous a prêtée M. Borislav Gueorguiev).

91 E. Wellesz, op. cit., pl. V.

92 Ch. Diehl, Le trésor de la bibliothèque de Patmos au commencement du xiiie siècle, dans Byzantinische Zeitschrift, I, 1892, p. 498-526.

93 Nous utilisons Ch. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de Patmos. Edition diplomatique, dans Travaux et Mémoires 8 (Hommage à M. Paul Lemerle), Paris, 1981, p. 25, lignes 120-121 et 123.

94 Ch. Astruc, loc. cit., 1. 121.

95 Op. cit., p. 28,1. 194.

96 E, § 29, p. 332,1. 1-2.

97 Voir Irène Beldiceanu-Steinherr, art. cité, ici-même, p. 31-32.

98 C’est ce que nous escomptons entreprendre à une autre occasion.

99 Madame Irène Beldiceanu-Steinherr nous communique libéralement cette information — qu’elle détenait de Madame Annie Pralong — qu’au xviiie siècle, à Philadelphie, « le protopapas ne connaît que le turc et pas le grec » ; les 300 familles grecques qui y vivaient, ne connaissaient pas le grec et vivaient en bonne intelligence avec les Turcs : Voyages dans l’Asie mineure et en Grèce faits aux dépens de la Société des Dillettanti, dans les années 1764, 1765 et 1766, par le Dr Richard Chandler... (trad. de l’anglais... par J.-P. Servois et Barbié du Bocage...), II, Paris, 1806, p. 160.

100 Hélène Ahrweiler, op. cit., passim.

101 Supra, note 64.

102 M. N. Beldiceanu nous a, avec une patience extrême, aidé à repérer les noms turcs disséminés à travers le testament de Maxime. Nous le remercions ici très chaleureusement pour son concours aussi efficace que désintéressé. C’est à lui que nous devons les renvois aux dictionnaires ci-après. Sur le sens de Mangaphas : J. W. Redhouse, A Turkish and English lexicon, Constantinople, 1921, p. 1663 s.v. mangafa.

103 Nicétas Chôniatès (Corpus de Bonn), p. 522, 1. 11-12.

104 Sur ce nom : Ch. Samy bey Freschery, Dictionnaire turc-français, Constantinople, 1885, p. 143.

105 G. Doerfer, Türkische und Mongolische Elemente im Neupersischen, III, Wiesbaden, 1967, p. 387 n° 1390.

106 Redhouse, op. cit., p. 50.

107 Doerfer, op. cit., I, Wiesbaden, 1963, p. 471; 472 n° 335 ‘traducteur’.

108 Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 165 ; N. Beldiceanu et P.Ş. Năsturel, La Thessalie entre 1454/55 et 1506, dans Byzantion, XLIII/1, 1983, p. 143.

109 Samy bey, op. cit., p. 1056; K. Steuerwald, Türkisch-deutsches Wörterbuch, Wiesbaden, 1972, p. 614.

110 K. Steuerwald, op. cit., p. 615; Samy bey, op. cit., p. 953.

111 Redhouse, op. cit., p. 1809-1810.

112 Explication fournie par N. Beldiceanu.

113 Samy bey, op. cit., p. 578.

114 Doerfer, op. cit., III, p. 248, n° 1240; p. 249, n° 1241; p. 250, n° 1242.

115 Ainsi que nous le fait observer N. Beldiceanu.

116 G. Moravcsik, Byzantinoturcica, II, Berlin, 1958, p. 335-336.

117 K. Steuerwald, op. cit., p. 988 (selon une suggestion de M. N. Beldiceanu, que nous ne partageons toutefois pas).

118 J. H. Redhouse, op. cit., p. 377 et 451 ; Tarama Sözlügü (Dictionnaire de la langue turque contemporaine comprenant des références), I, Ankara, 1963, p. 485. On ignore l’origine lointaine de la famille Paximadès, sur laquelle voir D.Z. Sophianos, Ἡ οἰϰογένεια Παξιμάδη π τν Τνο (18-19 α), tiré à part deπετηρὶς ταιρείας Κυϰλαδιϰῶν Μελετν, XI (1979-1981), Athènes, ρ. 273, qui mentionne le diacre de Philadelphie mais sans pouvoir le rattacher aux Paximadès de Tinos... Autre étymologie possible — ne istuc Iuppiter sirit ! —. le néogrec παξιμάδα ‘femme de mœurs légères’...

119 Sur la famille : H. Ahrweiler, op. cit., p. 148 et 168. Sur les titres d’allagator et de protallagator : R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin, 1967, I, p. 313, 506, 522, 525-526 et II, p. 249 (l’index souffre d’omissions).

120 H. Ahrweiler, op. cit., p. 156. V. aussi supra, p. 92.

121 Op. cit., p. 157-158.

122 Op. cit., index.

123 Op. cit., p. 150-160.

124 Op. cit., p. 170.

125 Irène Beldiceanu-Steinherr, Recherches sur les actes des règnes des sultans Osman, Orkhan et Murad I, Munich, 1967, p. 61.

126 G. Moravcsik, op. cit., I, Berlin, 1958, p. 445.

127 H. Ahrweiler, op. cit., p. 172.

128 Op. cit., index.

129 Supra, p. 88.

130 P. Lemerle, op. cit., p. 217 (‘directeur adjoint d’une école’) ; voir encore p. 228-229. Selon Ducange, op. cit., c. 1246-1247 le mot désigne aussi un dignitaire ecclésiastique.

131 St. I. Kourousès, op. cit., p. 304. Cf. supra, p. 76, § 7 pour les études faites par Maxime dans son enfance.

132 Voir Ducange, op. cit., c. 1685 ; M. F. Hendy, Coinage and money in the Byzantine Empire (1081-1261), Dumbarton Oaks, 1969, p. 31-34 (et à l’index) ; sur les hyperpères de Philadelphie : V. Laurent, Les monnaies tricéphales de Jean II Comnène. Note de numismatique byzantine et d’histoire chypriote, dans Revue numismatique, 5e série, XIII, 1951, p. 99-105 notamment et M. F. Hendy, op. cit., p. 251 (selon Pegolotti les perperi de Philadelphie étaient de 12 carats). Des détails aussi chez Ph. Grierson, Byzantine coins, Londres, [1982], p. 218 et passim (index). Nous exprimons ici à Madame Cécile Morrisson nos remerciements pour nous avoir signalé certains de ces travaux. Y adjoindre maintenant S. Boutin, Collection N.K. Monnaies des empereurs de Byzance (texte et album), Maastricht, 1983, p. 87-88 et pl. XXXVII (nos 686-691).

133 Cf. E, §§ 33-34.

134 Sans doute quelque moine de Skoteinè fuyant la menace ou l’occupation turque l’aura-t-il précieusement emporté dans sa besace avant d’échouer au Mont Athos. On connaît le cas, suggestif pour nous, des manuscrits écrits soit à Ephèse, soit en Crète, par Michel Louloudis : P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident, Paris, 1957, p. 20, n. 4. Notons en passant que λουλούδι ‘fleur’ est un mot d’origine turque.

135 Les travaux (cités par nous) de P. Lemerle, P. Gautier et K. Manaphès sont indispensables, car ils renouvellent ce genre d’études par la méthode qu’ils préconisent et la bibliographie qu’ils fournissent.

136 St. I. Kourousès, op. cit., n. 3 fait remonter peu avant ou après la création de l’Empire de Nicée, les années d’école de Maxime : ce point de vue concerne donc aussi la discussion autour de la date approximative de la fondation de Skoteinè.

Notes de fin

1 Abréviations : nous désignerons dans tout le corps de ce travail (texte et notes) par les sigles E, G et Gou les éditions du testament données respectivement par Eustratiadès, Gedeon et Goudas, ainsi que par S le compte rendu, par Sigalas, du travail du premier de ces trois érudits (voir plus bas, notes 1-4).

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search