Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Philadelphie et l’émirat d’Aydin

Paul Lemerle

Texte intégral

  • 1 Matoula Couroupou, Le siège de Philadelphie par Umur pacha d’après le manuscrit de la Bibl. patria (...)
  • 2 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident, Recherches sur « la geste d’Umur pacha », Par (...)

1La publication par Matoula Couroupou, dans le récent volume des Geographica byzantina, du récit inédit d’un siège de Philadelphie par l’émir d’Aydin, Umur Pacha1, m’amène à considérer la façon dont ce nouvel épisode s’insère dans les relations entre Philadelphie et Aydin, que j’avais autrefois tenté de reconstituer2.

  • 3 Lemerle, Aydin, p. 107, n. 2. Mais Hélène Ahrweiler m’a signalé qu’elle établirait l’impossibilité (...)
  • 4 Ibid., p. 106-107 et 110-115. Une discussion s’est élevée à propos du vers 1026, qui exprime le so (...)
  • 5 En particulier il n’est pas certain qu’il ait renoncé à lever un tribut ou que celui-ci n’ait pas (...)
  • 6 Lemerle, Aydin, p. 107, n. 2 : cf. aussi n. 5.
  • 7 Ibid., p. 236-237.
  • 7bis Elisabeth Zachariadou considère maintenant que Hizir était probablement devenu l’émir principal d’A (...)
  • 8 Faut-il voir dans ces événements une initiative de Makarios Chrysoképhalos, qui fut métropolite de (...)

2Je rappelle d’abord les événements dont j’avais fait état il y a un quart de siècle. S’il est contesté que Philadelphie (Alașehir), qui se trouvait dangereusement placée au point de rencontre des trois émirats turcs de Germian, Aydin et Saruhan (Destān, v. 981-982), ait déjà en 1314 été attaquée par le beg de Germian et ait dû consentir à payer tribut3, il est sûr qu’Umur d’Aydin lança contre la ville une attaque que raconte le Destān aux v. 977-10844 : il apparaît qu’il échoua à s’emparer de force de la ville, mais qu’il se montra assez puissant et assez menaçant pour que les habitants se résolvent à traiter, sans doute à de dures conditions. Dans l’entrevue qu’un peu plus tard Cantacuzène eut avec Umur à Clazomènes, nous savons par le récit de Cantacuzène lui-même qu’il intervînt en faveur des Philadelphiens auprès de l’émir, pour qu’il soit « leur ami » et renonce à leur faire payer tribut. Il est cependant probable qu’Umur conservait quelque droit de regard ou moyen de pression sur Philadelphie5, car le Destān a sûrement raison quand il met dans la bouche d’Apokaukos l’accusation contre Cantacuzène, mensongère mais à laquelle il fallait bien quelque fondement, d’avoir « donné Alașehir aux Turcs » (v. 1329-1330). Il existe d’ailleurs une tradition selon laquelle Umur aurait construit une mosquée à Philadelphie6. Je crois avoir montré que l’entrevue plus ou moins secrète de Clazomènes (qui suivait une entrevue officielle d’Umur avec Andronic III à Kara Burun, c’est-à-dire Mélaina Akra) doit être placée dans le second semestre de l’année 1335, et par conséquent l’entreprise d’Umur contre Philadelphie un peu plus tôt, dans la première moitié ou vers le milieu de la même année. Puis le Destàn ne parle plus de Philadelphie, et je me suis borné à rappeler7 un événement remarquable de son histoire, survenu en 1352, donc après la mort d’Umur devant Smyrne et alors que son frère Hizir était à la tête de l’émirat d’Aydin77bisbis : les Philadelphiens, encore indépendants (Bayezid ne s’emparera de la ville qu’en 1390), mais étroitement pressés par les Turcs, envoyèrent une ambassade à Avignon auprès de Clément VI pour implorer du secours. C’est le successeur de Clément VI, mort entre temps, Innocent VI, qui la reçut et lui remit la réponse de la papauté, datée du 19 janvier 1353 : qu’avant toute chose les Philadelphiens abjurent leur croyance schismatique, professent la foi romaine et se soumettent entièrement au pape8 !

3Avant d’en venir au nouveau document récemment édité, jetons un coup d’œil sur les publications des vingt cinq dernières années concernant, sinon l’épisode du Destati — à ma connaissance il n’y en a pas eu — du moins Philadelphie ou Aydin.

  • 9 Elisabeth Zachariadou, Sept traités inédits entre Venise et les émirats d’Aydin et de Menteșe (133 (...)
  • 10 É. Zachariadou a versé à ce dossier un autre document : Μία ἑλληνόγλωσση συνϑήϰη τοῦ Χηδὴρ ᾿Αïδνογ (...)

4La plus importante « découverte » est probablement celle, par Elisabeth Zachariadou, d’une dizaine de traités conclus de 1331 à 1414 entre Venise et les émirats de Menteșe et d’Aydin. On en attend la publication, mais on sait déjà9 qu’il s’agit de documents conservés par deux manuscrits (à Yale et à Venise) dont l’un est peut être l’apographe de l’autre, et qui « semblent provenir des archives de la noble famille Crétoise des Callerghis ». Ils donnent, dit leur futur éditeur, la traduction du grec en latin d’accords conclus entre le duché de Candie d’une part, de l’autre des princes de Menteșe ou d’Aydin. Ces derniers sont une fois, en 1337, les deux frères Hizir et Umur : ils accordent aux Vénitiens le droit de commercer sur leur territoire, d’installer un consul à Théologo (Ephèse), d’y avoir une église et un emplacement pour leurs marchands ; une autre fois, en 1353, Hizir seul : les relations commerciales entre la Crète et Aydin étaient renouées après une interruption d’au moins dix ans, note E. Zachariadou, et devaient se poursuivre jusqu’à la conquête d’Aydin par les Ottomans en 1389-1390. C’est donc l’histoire économique que ces textes intéressent, et la politique commerciale vénéto-crétoise envers les émirats côtiers ; mais on sait assez quelles en furent les incidences sur la politique générale des États d’Occident à l’égard des Turcs, et sur les tentatives de la papauté pour reconstituer une union de ces États contre les Turcs10.

  • 11 Sur Théolepte, deux articles de V. Laurent sont à signaler : 1) « La direction spirituelle à Byzan (...)
  • 12 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), Orient. Christ. Per., (...)
  • 13 R. Devreesse, Codices Vaticani graeci, II, Rome 1937, p. 9-11, 338. C’est une notice du prêtre Kyr (...)
  • 14 C’est une lettre conservée dans le Vindob. Theol. gr. 174, adressée au fils d’Alexis Philanthropèn (...)

5En ce qui concerne Philadelphie, ce sont surtout deux grandes figures de son Église, les prélats Théolepte (1283-ca 1324) et Makarios (1336-1382) qui ont retenu l’attention, et l’on trouve parfois dans les pages qui leur ont été consacrées des indications sur l’état de la ville11. Mais l’étude importante est celle qu’a publiée P. Schreiner sur l’histoire de Philadelphie de 1293 à 139012. Elle traite d’abord (p. 376-388) de la défense de l’Asie Mineure entre 1293 et 1324, et du rôle d’Alexis Philanthropène, éclairé par un groupe de vingt-six lettres que Maxime Planude lui adressa ; deux dates importantes selon Schreiner : 1304, Philadelphie attaquée par les Turcs de Germian conduits par Alīshir, et dégagée par les Catalans de Roger de Flor ; 1314, Philadelphie de nouveau attaquée et contrainte à payer tribut, à quoi se rapporterait peut-être un passage de l’éloge funèbre de Théolepte par Nicéphore Choumnos auquel j’ai déjà fait allusion plus haut (cf. la note 11). Mais on a vu (ci-dessus, n. 3) que cette attaque de 1314 fait difficulté. Puis Schreiner (p. 388-395) traite des événements de 1322-1324 intéressant Philadelphie et les places de la région, en partant de l’importante notice du Vatic. gr. 33813, qui nous apprend que les Turcs de Germian et d’Aydin les assiégèrent pendant un an et sept mois avant que Philanthropène ne vînt les délivrer. Enfin Schreiner donne un « aperçu » du sort de Philadelphie de 1324 à 1390 (p. 395-411), en commençant par l’attaque d’Umur d’Aydin dans l’été de 1335, dont il confirme l’existence et la date, en même temps qu’il établit, grâce à une lettre de Matthieu d’Ephèse14, qu’Alexis Philanthropène joua un rôle aussi dans cette affaire. Après quoi il passe directement à l’ambassade que les Philadelphiens envoyèrent en Avignon en 1352, car il n’a pas connaissance du texte qui fait l’objet de cette note et des événements, jusqu’à présent ignorés, qu’il rapporte.

  • 15 Par les publications de M. Manousakas et Al. Turyn citées ci dessus, n. 11.
  • 16 Le manuscrit, qui mériterait un examen et une notice détaillés, comporterait quatre mains, dont au (...)
  • 17 Je signalerai, dans la traduction proposée par l’éditeur, trois passages qui appellent, à mon avis (...)

6Venons à ceux-ci. La chronique que Matoula Couroupou a fait connaître provient du manuscrit Panaghias 58 de la Bibliothèque patriarcale d’Istanbul, qui est un synaxaire pour les mois de mars à août. Il porte, au bas du f. 1, le nom du ou d’un possesseur, le prêtre Michel Doukas, sakellarios de Philadelphie ; et en haut du f. 86, avec le nom d’un prôtohiérakarios dont on ne sait pour quelle raison il figure là, la date 6894 = 1385-86. Le manuscrit, nécessairement postérieur à 1348, comme nous le verrons plus loin, mais presque certainement antérieur à 1385-1386, et sans doute beaucoup plus proche de la première date que de la seconde, tombe donc dans l’épisco-pat de Makarios Chrysoképhalos. Il importait en premier lieu de vérifier s’il ne serait pas de son écriture, maintenant bien connue15 : cette vérification, faite à ma demande à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (Paris) qui possède un microfilm, a été négative16. La notice occupe les ff. 11-12v. En voici une analyse proche d’une traduction17.

Nous fêtons aujourd’hui [7 mars] le souvenir du bienfait dont nous a gratifiés le Christ, le jour où il nous sauva de la captivité des Turcs impies, par l’intercession de la Vierge Marie et grâce à la protection de l’archistratège Michel, notre gardien (71, 1-5). Umur (᾿Αμούρης) dit aussi Aydin (᾿Ατίνης) avait déployé mille machinations contre notre ville de Philadelphie, par trahison, attaque ouverte, ruses de toute sorte, si bien qu’il dépassa la scélératesse de son père [Mehmed Aydinoglu] (6-10). Il persuada quelques uns des nôtres d’occuper l’acropole, c’est-à-dire le château de défense ( τὸ ϰαστέλλιον τῆς φυλάξεως ), puis de faire monter par des échelles dans la tour Saint-Alexandre trois cents de ses satrapes conduits par un certain Σαχάτους (forme au génitif) (10-13). Il échoue honteusement (13-17). Il fait une nouvelle tentative par une nuit sans lune, fait monter par des échelles près de cent Turcs sur le rempart des « palais » (ς τὸ τεῖχος τῶν παλατίων) : ils s’emparent de deux tours, la grande appelée ᾿Αχόρταστος (« l’Insatiable ») et la tour voisine, ainsi que de la muraille intermédiaire, et combattent avec vigueur, soutenus par l’armée innombrable qui était au dehors, car les frères d’Umur [Hizir, et peut-être Suleyman et Isa : cf. Destān, v. 1993-94] avaient uni leurs forces aux siennes pour s’emparer de la ville (18-25). Nouvel échec : des assaillants, les uns sont tués à coups de flèches en haut de la tour, d’autres sont précipités et périssent, d’autres se rendent et ne sont pas épargnés ; une sortie d’une troupe de valeureux Philadelphiens met en fuite les ennemis qui étaient dans la défense extérieure [ἐν τῷ ἐξωϰάστρῳ : entre le rempart principal et l’avant-mur ?] et détruit les échelles (25-32). Les barbares portent l’assaut sur un autre point de la ville, la porte dite d’en bas (τὴν ϰάτω λεγομένην πόρταν), réussissent à percer en plusieurs points l’avant-mur ( τὸ ἔξω τεῖχος ) et sont tout près de mettre le feu à la porte : mais quelques hommes et femmes qui se trouvaient là font échouer cette tentative (32-72,3). Toute l’action se concentre alors sur ceux qui avaient pris pied « dans le palais » (ἐv τῷ παλατίῳ ), pour le triomphe de ceux que Dieu secourt et la perte des ennemis : si bien que ceux qui étaient montés dans la tour supplient l’émir (τὸν ᾿Αμιρᾶν : Umur) de les épargner et de faire la paix avec les Philadelphiens (3-8). Umur y consent, demande aux nôtres de traiter, et de laisser sortir sains et saufs les survivants. Confiants dans l’aide de Dieu, insultant Mahomet, les Philadelphiens poursuivent le combat. Mais à l’approche du soir, et comme il paraissait inutile de continuer la lutte, ils écoutent les conseils d’hommes pieux et consentent à négocier la paix (8-14). Les conditions étaient que nous rendrions les survivants et les corps des tués, et qu’Umur à l’avenir observerait une paix inviolable et se comporterait en ami de notre ville. Ainsi les corps furent rendus et les survivants sortirent en sûreté (14-17).
Mais l’émir, faisant peu de cas des traités et de son serment, rentré honteusement chez lui veut aussitôt prendre sa revanche : il met toute son armée sur le pied d’attaquer Philadelphie à Pâques ; il a le projet d’approcher secrètement de la ville le soir du Samedi saint, et la nuit venue de se lancer à l’assaut des remparts (17-25). En attendant et pendant tout le carême, il faisait le blocus de notre ville et empêchait l’arrivée du ravitaillement, nous réduisant à la dernière pénurie (25-28). Mais Dieu rendit tout cela vain, ou plutôt le retourna contre lui : Umur tomba dans l’erreur de laisser le gros de son armée attendre de pied ferme au lieu qu’il avait fixé, et de partir lui-même pour Smyrne avec les meilleurs, afin de rabaisser si possible par une victoire l’orgueil [des Latins], puis de se retourner contre nous alors que nous serions démoralisés par les nouvelles reçues (28-35). Or il tombe dans la fosse qu’il avait lui-même creusée : il est tué par une flèche très acérée, comme le sont celles des Latins, reçue en plein visage, ou plutôt par un coup décidé par Dieu et qu’une vision nous avait révélé à l’avance (quelle fut cette vision et à qui elle fut donnée, ce n’est pas le lieu de le dire). Il meurt, toutes ses machinations sont renversées, et notre accablement se change en joie (30-42). Au lieu de la mort et de la captivité que nous redoutions, nous célébrons dans l’allégresse le jour de Pâques, fêtant la double victoire du Christ sur le démon et sur son adorateur [Umur], par laquelle il nous a donné non seulement la vie terrestre et la liberté, mais aussi la vie éternelle que la pratique ici-bas de la piété chrétienne nous fait espérer (42-73,8).
C’est ce bienfait, qui dépasse l’entendement et les mots, que nous fêtons aujourd’hui en ce septième jour de mars, où eut lieu « dans le palais » (ἐν τῷ παλατίῳ) l’éclatante victoire du Christ que j’ai dite, en l’an de la création 6856, première indiction [7 mars 1348] (9-13). Nous célébrons la délivrance de nos âmes et de nos corps, le rétablissement des églises et des saints mystères, toutes choses que cet instrument du diable voulait asservir et insulter (13-17). En procession nous sortons de la Grande Église et nous nous rendons « au palais » (ἐν τῷ παλατίῳ), où nous célébrons la divine mystagogie dans le sanctuaire du monastère de la Théotokos dite Boreinè, à la gloire du Christ et à la mémoire des hommes courageux qui sont alors glorieusement morts pour nous (17-22). Car ceux qui allaient combattre pour notre foi et pour le salut de la ville se confessaient d’abord et communiaient, puis partaient pour mourir au nom du Christ. Selon la volonté divine, les uns étaient sauvés, les autres périssaient et étaient reçus dans son royaume éternel. Ceux à qui Dieu accorda de continuer à vivre parmi nous, qu’ils reçoivent la grâce d’un juste salaire ici-bas et celle des divins charismes. Ceux qui ont péri, que le Seigneur les reçoive avec ses saints et les couronne, et qu’ils jouissent, en même temps que de cette gloire éternelle, de louange et acclamation ici-bas (22-33). En voici les noms : [suivent seize noms, tous grecs, sauf ’Αϊτάνης ὁ ἰγύπτιος]. Eternelle soit leur mémoire dans le Seigneur. Amen (33-40).

7Ce texte est manifestement l’œuvre d’un dignitaire de l’Eglise de Philadelphie (proche de Makarios Chrysoképhalos si ce n’est lui-même), témoin des événements ; il est en tout cas très proche de ceux-ci dans le temps, au point qu’on se demande s’il ne fut pas composé pour le premier anniversaire du 7 mars 1348. Il a pour objet d’introduire dans le synaxaire de la métropole la commémoraison de seize combattants qui périrent en luttant contre les Turcs, dans une bataille qui ne fut qu’un engagement limité, mais duquel pouvait dépendre le sort de la ville. Quant aux événements, ils sont rapportés avec une emphase tout ecclésiastique et, bien sûr, dans un esprit partisan, mais avec précision. Umur, qui s’était ménagé des intelligences dans la place, a tenté contre Philadelphie un premier coup de main confié à Sachat(ous ?) et qui vise l’acropole, plus précisément le kastellion et la tour Saint-Alexandre. Il échoue. Il récidive par une nuit sans lune, dans la région dite des palatia ou du palation et de la grande tour dite Achortastos (« l’Insatiable »), que réussissent à occuper une centaine de Turcs : mais ils ne peuvent progresser, certains sont tués, les autres sont bloqués, et une diversion du côté de la « porte d’en-bas » échoue. A la suite de pourparlers dont l’initiative est attribuée par le narrateur à Umur, et auxquels les Philadelphiens vers la fin de la journée se montrent favorables, un accord est conclu : Umur s’engage à respecter la paix, les Grecs laissent sortir les Turcs survivants et rendent les corps des morts. Ceci, c’est-à-dire le second engagement, le seul où il y ait eu vraiment combat, se passe le 7 mars 1348. Umur se retire, mais prépare, au mépris des accords, une nouvelle attaque, qu’il fixe pour la nuit du Samedi saint au dimanche de Pâques de la même année 1348, et qu’il fait précéder d’un blocus de la ville pendant le carême. Mais soudain il quitte le gros de son armée et, avec une troupe d’élite, va attaquer les Latins qui occupent le château du port de Smyrne, pensant se retourner ensuite contre les Philadelphiens démoralisés. Or à Smyrne il est tué par un trait acéré, sans doute un carreau d’arbalète. L’attaque contre Philadelphie n’a pas lieu : les habitants célèbrent dans la joie Pâques, qui tombait cette année-là le 20 avril.

8Ce texte appelle une comparaison avec deux passages du Destān : celui qui raconte une attaque de Philadelphie par Umur, et le récit de la mort d’Umur à Smyrne.

  • 18 Destān, v. 977-1032 ; Lemerle, Aydin, p. 106-107.

9Avec le premier18, la comparaison est négative. Le Destān ne contient aucune des données topographiques de la chronique ; il nomme Saïd le guerrier qui conduit l’escalade, et non Sachat(ous ?), et il le fait périr dans l’action ; il déclare qu’Umur fut blessé en trois endroits, ce que la chronique n’aurait pu ignorer ; le récit, d’allure tout épique, ne fait état d’aucune péripétie (sauf une tentative de sortie des assiégés facilement repoussée), et se termine par la reddition de Philadelphie, qui est pillée ou rançonnée par Umur, contrainte à payer tribut, et sans doute à recevoir une garnison turque ; Umur victorieux repart pour Birgi. Enfin le récit, par les historiens, de l’entrevue d’Umur avec Cantacuzène à Clazomènes conduit à dater, avec une quasi certitude, ces événements de la première moitié ou du milieu de 1335, alors que la chronique donne la date du 7 mars 1348. Il est clair qu’Umur a dirigé au moins deux attaques contre Philadelphie, et que celle du Destān et celle de la chronique, séparées par un intervalle de treize ans, n’ont rien à voir l’une avec l’autre.

  • 19 Destān, v. 2427-2512 ; Lemerle, Aydin, p. 226-229.

10La question se pose alors de savoir, non pas pourquoi la chronique ne parle pas de l’attaque de 1335 : elle n’avait aucune raison de le faire, et se borne (p. 71, 6 sq.) à évoquer les mille machinations d’Umur contre Philadelphie ; mais bien pourquoi le Destān, dans le récit de l’affaire de Smyrne où Umur trouva la mort, ne fait aucune mention de l’affaire, pratiquement contemporaine, racontée par la chronique. Considérons en effet le récit du Destān19 : c’est celui de la mort héroïque, du martyre d’un « gazi », tout enveloppé de merveilleux. Mais les faits se ramènent à très peu : une embuscade montée par Umur contre les Latins qui occupent à Smyrne le château du port. Le déroulement en est peu clair, mais il est dit qu’Umur « releva son heaume et découvrit son visage », en s’écriant « je prendrai cette forteresse aujourd’hui, sinon je mourrai en martyr », et qu’alors une flèche latine l’atteignit au front et le tua net. Ainsi pour l’essentiel, à savoir les circonstances de la mort d’Umur, le Destān et la chronique sont d’accord. J’avais daté cette mort de mai 1348 : la chronique oblige maintenant à admettre qu’elle est postérieure au 7 mars 1348, date de la tentative contre Philadelphie, mais antérieure à Pâques de la même année, 20 avril, date fixée par Umur pour la nouvelle attaque contre Philadelphie, que sa mort empêcha. Le récit de la chronique est vraisemblable, et n’est pas contredit par le Destān. Il n’est pas surprenant que le récit du Destān, tendu vers l’héroïque et le surnaturel, n’ait pas fait place — en admettant qu’il l’ait connu — à l’épisode peu important et peu glorieux de Philadelphie (fut-ce un demi-succès, fut-ce un échec pour Umur ?), précisément parce qu’il ne s’accordait pas au merveilleux dont toute la fin, très conventionnelle, de l’épopée est empreinte.

  • 20 Lemerle, Aydin, p. 219 sq. Pendant ce temps, Umur est plus ou moins prisonnier dans son émirat, le (...)
  • 21 Ibid., p. 224. La réponse, d’ailleurs dilatoire, du pape à l’ambassade de Cantacuzène est du 15 av (...)
  • 22 Ibid., p. 226-227.
  • 23 Cela me semble plus satisfaisant qu’une autre hypothèse, d’après laquelle Umur aurait voulu en fin (...)

11Ainsi les événements que rapporte la chronique prennent place dans le grand vide que le Destān laissait subsister entre l’été de 1346 et le printemps de 134820. Ils s’éclairent, d’autre part, à la lumière du jeu diplomatique extrêmement complexe qui se développait dès la fin de 1347 sans doute, en tout cas au début de 1348. Des négociations très actives s’étaient nouées entre Cantacuzène et Clément VI pour une entreprise commune des Latins et des Grecs contre les Turcs, notamment ceux d’Aydin21 : Umur en avait-il eu connaissance ? Parallèlement, des pourparlers de paix avaient eu lieu, en janvier-février 1348, entre les Latins d’une part, Umur et Hizir de l’autre, pourparlers qui n’aboutirent pas, probablement parce que les Turcs exigeaient que les Latins détruisissent, en tout cas abandonnassent le château du port de Smyrne : j’ai considéré que le refus du pape dut être connu à Smyrne au plus tôt en mars 134822 ; la coïncidence est remarquable, et il est séduisant de penser que c’est cela qui a brusquement décidé Umur à lancer une nouvelle tentative contre cette forteresse23, repoussant jusqu’au 20 avril l’attaque de Philadelphie. Il n’y a aucune contradiction, et l’on trouve au contraire une convergence, entre ce que nous savions par les sources déjà connues, et ce que nous apprend la chronique.

Philadelphie d’après Curtius

  • 24 E. Curtius, Philadelpheia, Nachtrag zu den Beiträgen zur Geschichte und Topographie Kleinasiens, P (...)
  • 24bis C’est là, bien entendu, pure hypothèse. Clive Foss, que je prie de trouver ici mes remerciements, a (...)

12Je voudrais pour terminer dire quelques mots des données topographiques intéressant Philadelphie fournies par la chronique. Je ne peux malheureusement pas les mettre en relation avec l’état actuel des ruines, que je n’ai pas visitées, et sur lesquelles je ne connais pas d’étude récente. Les renseignements les moins imprécis sont encore, je crois, ceux qu’avait donnés E. Curtius, dans une courte note qui date déjà de plus d’un siècle24, où il utilisait les informations et la carte très sommaire que lui avait communiquées un ingénieur de Pergame, C. Humann, correspondant de l’Institut archéologique allemand. En ce temps le mur d’enceinte était encore partout visible, parfois sur une notable hauteur, avec l’alignement des tours semi-circulaires (sauf une, carrée, à la pointe de l’acropole), qui le flanquaient tous les 70 à 90 mètres. La forme générale de l’enceinte est très grossièrement celle d’un carré dont l’un des angles serait orienté vers Je nord, de sorte que les quatre côtés peuvent être approximativement désignés comme NO, SO, SE, NE. Le plan de Humann marque deux portes, l’une vers le milieu du côté NO, et l’autre à l’opposé, au S-SE. Cette dernière, et l’ensemble de la muraille dans cette région, paraissent comporter un avant-mur : c’est à cet endroit, en raison aussi de la pente du terrain, que je serais tenté de placer ἠ ϰάτω λεγομένη πόρτα et τò ἔξω τείχος mentionnés par la chronique (p. 71, 32 sq.)224bis4bis. Quant à l’acropole, elle est au point de rencontre des deux portions NO et SO de l’enceinte, et il semble qu’elle ait dessiné un fort saillant. Mais ni le plan ni les indications succinctes de C. Humann ne permettent de reconnaître les palatia (ou le palation), la tour Saint-Alexandre, la tour Achortastos, l’exôkastron que mentionne la chronique.

  • 24ter On ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit de la grandiose basilique, sans doute d’époque justini (...)
  • 25 Pour une bonne édition de ce document, il faut attendre la publication des actes grecs de Vatopédi (...)
  • 26 P. 327,1. 40, et p. 333,1. 24, de l’édition Eustratiadès ; p. 275,1. 17 et p. 283,1. 23, de l’édit (...)
  • 27 Eustratiadès, p. 336, 1. 28 sq. ; Gédéôn, p. 287, 1. 11 sq.

13A plus forte raison ne permettent-ils pas non plus de situer la Grande Eglise224ter4ter, et le monastère de la Théotokos Boreinè, qui semble en relation étroite avec l’acropole. Curtius déclare en effet, d’après Humann, à propos de l’acropole : « Der grosse Platz hier oben ist ganz eben und leer an baulichen Resten ». Cependant l’existence d’un lieu-dit Βορεινή est attestée par un document de novembre 1247, conservé à Vatopédi, qui est le testament d’un moine Maximos, fondateur d’un monastère τῆς Θεοτόκου τῆς Κοτινῆς (ou Κοτεινῆς) à Philadelphie ou tout près de Philadelphie25. Signalons que parmi les personnages qui y sont mentionnés figurent un allagatôr nommé Phokas et un Prôximos26 : or on retrouve ces patronymes un siècle plus tard dans la chronique, dans la liste des Philadelphiens qui ont péri au combat (p. 73,36). Mais surtout on lit dans le testament de Maximos27 : ἐν τῷ ὄρει τοῦ Κισσοῦ χωράφιον ϰαθώς ἀνέρχεται, ὁ βασιλιϰòς δρόμος ϰαὶ ἀπέρχεται μέχρι τοῦ τόπου τοῦ ἐπιλεγομἐνου Λιβαδίτζια τὰ ἀριστερὰ ἅπαντα, μετὰ δὲ τò ϰαταντῆσαι εἰς τò μονοπάτιον τò ἐρχόμενονἀπο τοῦ ϰάστρου ϰαὶ ἀνέρχεται πρòς τὴν Βοϱεινήν, τò δὲ ἄλλο πρòς τò ἀλώνιον etc. C’est là, à défaut d’une localisation précise, une confirmation de la véracité de la chronique.

14Concluons. La « Chronique Couroupou », qui provient sans doute de l’entourage de Makarios Chrysoképhalos sinon de celui-ci même, et qui a dû être composée pour l’anniversaire du 7 mars 1348 (en 1349 ?), nous fait connaître, avec des précisions topographiques qui seront fort utiles lorsqu’on étudiera les vestiges byzantins de la ville, une attaque de Philadelphie par Umur en mars 1348, et les préparatifs d’une autre attaque prévue pour la nuit pascale de la même année (19/20 avril). Cette attaque est donc différente de celle que raconte le Destān, qu’il faut dater de 1335. La mort d’Umur, dans sa tentative pour s’emparer du château du port de Smyrne tenu par les Latins (tentative qui se produit dans un contexte de négociations manquées entre Aydin, Byzance, les Latins et surtout la papauté), doit désormais être placée entre les deux termes extrêmes du 7 mars et du 20 avril 1348.

15Février 1982

16P. S. — Pendant l’impression de cet article, j’ai pris connaissance (en manuscrit) d’une étude de Annie Pralong, qui a récemment visité deux fois Philadelphie, sur les remparts de la ville. Elle est publiée dans le présent volume, et je prie qu’on s’y reporte, bien que sur les points que j’ai traités, en particulier les rapports avec l’émirat d’Aydin, elle n’apporte pas de données nouvelles, qui ne pourraient être obtenues que par des fouilles.

17D’autre part je regrette de n’avoir pu mettre à profit, en raison de sa publication récente, l’important ouvrage de Elisabeth Zachariadou, Trade and Crusade, Venetian Crete and the Emirates of Menteshe and Aydin (1300-1415), Venise (Library of the Hellenic Institute of Byzantine and post-Byzantine Studies, n° 11), 1983. Il donne, en effet, l’édition et le commentaire des traités mentionnés ci-dessus, p. 57.

Notes

1 Matoula Couroupou, Le siège de Philadelphie par Umur pacha d’après le manuscrit de la Bibl. patriarcale d’Istanbul Panaghias 58, dans Geographica byzantina, sous la direction d’Hélène Ahrweiler (Byzantina sorbonensia, 3), Paris 1981, p. 67-77.

2 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident, Recherches sur « la geste d’Umur pacha », Paris 1957 (désormais cité : Lemerle, Aydin). Le texte du poème turc avait été édité par Irène Mélikoff-Sayar, Le destân d’Umūr pacha (Düstūrnāme-i Enverī), Texte, traduction et notes, Paris 1954 (désormais cité Destān, suivi du numéro du vers).

3 Lemerle, Aydin, p. 107, n. 2. Mais Hélène Ahrweiler m’a signalé qu’elle établirait l’impossibilité de cette attaque en 1314. Elisabeth Oikonomidès Zachariadou m’a de son côté informé qu’elle ne connaissait aucun texte mentionnant une attaque turque contre Philadelphie en 1314 : elle suppose que cette date peut venir du fait qu’une inscription turque de 1314 mentionne la construction à Kutahya d’un medrese grâce aux recettes du djizije de Philadelphie (M. Ç. Varlik, Germiyan oǧullari tarihi 1300-1429, Ankara, 1974, p. 39) ; mais 1314 est la date de l’inscription, non de l’attaque (communication personnelle).

4 Ibid., p. 106-107 et 110-115. Une discussion s’est élevée à propos du vers 1026, qui exprime le sort réservé par Umur à la ville après que celle-ci eut consenti à traiter. L’éditeur traduit : « Les Musulmans s’emparèrent des biens, y placèrent des hommes et repartirent » (sans d’ailleurs que soit mentionné le tribut que, nous le savons, les Philadelphiens s’engagèrent à payer). M. Louis Bazin estimait qu’il fallait comprendre : « Les Musulmans s’emparèrent des biens, laissèrent les hommes tranquilles et repartirent » (cf. Lemerle, Aydin, p. 106-107 et note) : ils n’auraient donc pas fait de prisonniers et ne seraient peut-être même pas entrés dans la ville. Mais récemment Élisabeth Zachariadou, dans une « Note sur l’article de Matoula Couroupou » publiée à la suite de ce dernier (Geographica byzantina, op. cit., p. 78-80, cf. p. 78 et n. 3), a soutenu qu’il faut bien traduire : « placèrent des hommes », c’est-à-dire une garnison, dans Philadelphie.

5 En particulier il n’est pas certain qu’il ait renoncé à lever un tribut ou que celui-ci n’ait pas été bientôt rétabli : Élisabeth Zachariadou (op. cit. à la note précédente, p. 79, n. 4 et 5), rappelle qu’un acte patriarcal de 1342 mentionne que les Philadelphiens versaient entre autres impôts τὸ βιρίμιον, forme grécisée du turc verim ou virim, employé pour désigner le tribut annuel payé par des chrétiens.

6 Lemerle, Aydin, p. 107, n. 2 : cf. aussi n. 5.

7 Ibid., p. 236-237.

7bis Elisabeth Zachariadou considère maintenant que Hizir était probablement devenu l’émir principal d’Aydin (ulu-beǧ) dès la mort de son père Mehmed, et qu’Umur fut donc toujours en quelque sorte son subordonné (communication personnelle).

8 Faut-il voir dans ces événements une initiative de Makarios Chrysoképhalos, qui fut métropolite de Philadelphie de 1336 à 1382 ? P. Schreiner, dans son étude sur Philadelphie au xive siècle dont nous allons parler, p. 426-427, a publié un texte de lui qui est un ardent appel à l’union de l’Occident et des Grecs, et qui contient d’ailleurs une allusion à une aide que des occidentaux auraient tenté d’apporter à Philadelphie. Schreiner se demande si ce secours venait de Génois, des Hospitaliers ou d’autres, et à quelle date, car le texte de Makarios, comme il le constate, pose beaucoup plus de questions qu’il n’en résout.

9 Elisabeth Zachariadou, Sept traités inédits entre Venise et les émirats d’Aydin et de Menteșe (1331-1407) : Studi preottomani e ottomani, Atti del convegno di Napoli (24-26 settembre 1974), Naples 1976, p. 229-240. [PS. : cf. maintenant, du même auteur, la publication et le commentaire de ces traités dans l’ouvrage cité en post-scriptum du présent article.]

10 É. Zachariadou a versé à ce dossier un autre document : Μία ἑλληνόγλωσση συνϑήϰη τοῦ Χηδὴρ ᾿Αïδνογλου, Byz. Zeitschr., 55, 1962, p. 254-265. Il s’agit cette fois du texte grec d’un accord de réciprocité, principalement commercial, entre Hizir et une puissance chrétienne non nommée : les Génois ? les Hospitaliers de Rhodes ? La date pourrait être 1346-47 (indiction 15).

11 Sur Théolepte, deux articles de V. Laurent sont à signaler : 1) « La direction spirituelle à Byzance », REB, 14, 1956, p. 48-86, où il est fait état, en dehors de l’attaque turque de 1335, d’une autre antérieure de plus de dix ans, pour laquelle Laurent renvoie à R. Guilland, Correspondance de Nicéphore Grégoras, Paris 1927, p. 372-374 (il s’agit là d’Alexis Philanthropène, qu’Andronic II aurait envoyé en 1324 secourir Philadelphie menacée par les Turcs, qui levèrent le siège à son arrivée, selon Grégoras, VIII, 12), et à H.-G. Beck, Belisar-Philanthropenos, Das Belisar-lied der Palaiologenzeit, dans Serta Monacensia Franz Babinger (...) dargebracht, Leiden 1952, p. 47-52, cf. p. 50.
2) « Les crises religieuses à Byzance, Le schisme antiarsénite du métropolite de Philadelphie Théolepte », REB, 18, 1960, p. 45-54 : cf. p. 49, n. 19, pour le témoignage de Pachymère sur la résistance de Philadelphie aux Turcs ; p. 50, n. 25, sur un texte de Nicéphore Choumnos (édité par Boissonade, Anecdota graeca, V, p. 229-234) racontant que Théolepte réussit par la persuasion à détourner un émir turc ( ?) d’attaquer Philadelphie, alors que, selon Laurent, c’est Roger de Flor avec ses Catalans qui délivra la ville (cf. mon Emirat d’Aydin, p. 16 et n. 2 et ci-dessous à propos de l’étude de P. Schreiner) ; p. 51, n. 28, sur Manuel Tagaris, stratège de Philadelphie [la famille Tagaris pourrait bien être en effet de Philadelphie, et même y avoir noué des relations... avec des Turcs : Cantacuzène, Bonn II, p. 591] ; p. 52-53, sur Théolepte incarnant l’esprit de résistance aux Turcs. — Sur Makarios Chrysoképhalos, métropolite de Philadelphie de 1336 à 1382 (« oder warscheinlicher von 1326-1372 », selon Beck, Kirche und theolog. Literatur, p. 790 ?), cf. L. Petit, Dict. Theol. Cathol, 9, 1926, col. 1445-1449, complété par V. Laurent, Lex. f. Theol. und Kirche, 6, 1961, col. 1311 ; M. Manousakas, Mαϰα-ρίου Фιλαδελφείας τοῦ Χρυσοϰεφάλου ἀνέϰδοτα χρονιϰὰ σημειώματα (1344-1346) εἰς δύο αὐτογράφους Μαρϰιανοὺς ϰώδιϰας, Θησαυϱίσματα, 4, 1967, p. 7-19 et 223-224 (cod. 83 et 452, avec douze notices brèves datées, dont l’une, n° 5, dit que Makarios quitta Philadelphie pour Constantinople en janvier 1345 ; aucune de ces notices ne mentionne les Turcs) ; Al. Turyn, Dated Greek Manuscripts (...) in the Libraries of Italy, I, 1972, p. 156-164 (description du Marcianus 83, avec édition des notices chronologiques et commentaire important pour la biographie de Makarios). En dernier lieu sur Chrysoképhalos : R. Walther, Ein Brief an Makarios den Metropoliten von Philadelpheia, Jahrb. Österr. Byzantinistik, 22, 1973, p. 219-232. — A ce dossier ecclésiastique j’ajouterai encore une pièce : St. Kourousès, Παρατηρήσεις ἐπί τινων ἐπί τινων ἐπιστολῶν τοῦ πρωτονοταρίου Φιλαδελφείας Μανοὴλ Γαβαλᾶ, dans EEBS, 39-40 (Mélanges Tomadakis), 1972-73, p. 114-127 (cf. p. 116 et n. 3, sur la nécessité de chasser les Turcs d’Asie Mineure ; p. 117, lettre de Gabalas envoyée de Philadelphie après le siège de 1310-1311 ( ?) ; p. 120, Manuel Tagaris stratège et son différend avec Théolepte ; nouveau siège de Philadelphie par les Turcs en 1314 ; p. 121, n. 1 sur Alexis Philanthropène).

12 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), Orient. Christ. Per., 35, 1969, p. 375-431.

13 R. Devreesse, Codices Vaticani graeci, II, Rome 1937, p. 9-11, 338. C’est une notice du prêtre Kyriannis, chartophylax du kastron de Saint-Nicolas, que Schreiner identifie avec Inegöl, à 20 km de Philadelphie. Il parle des assauts d’Alīshir (de Germian) et d’Aydin (Mehmed Aydinoglu), où deux de ses trois frères périrent, et de la délivrance procurée par le pincerne (Alexis Philanthropène), Manuel Tagaris étant gouverneur de Philadelphie. C’est à cette notice que fait allusion Hélène Ahrweiler (« L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317), particulièrement au xiiie s. », Tr. et Mém., I, 1965, p. 1-204, cf. p. 10 et n. 49), ce qui a échappé à Schreiner (cf. p. 391, n. 1), mais elle donne la date de 1327, qui est celle de la naissance d’une fille de Kyriannis. Schreiner établit que les événements rapportés, qui se placent après 1322 et avant 1327, sont ceux de 1323-1324 : siège de Philadelphie et des places de la région par les Turcs de Germian et d’Aydin pendant un an et sept mois.

14 C’est une lettre conservée dans le Vindob. Theol. gr. 174, adressée au fils d’Alexis Philanthropène par Matthieu d’Ephèse (qui était né à Philadelphie), et que Schreiner, qui l’édite p. 422-425, croit avoir été écrite à Constantinople dans l’automne de 1336. Elle fait état de la défense de Philadelphie.

15 Par les publications de M. Manousakas et Al. Turyn citées ci dessus, n. 11.

16 Le manuscrit, qui mériterait un examen et une notice détaillés, comporterait quatre mains, dont aucune ne serait celle de Makarios Chrysoképhalos, mais néanmoins il serait lié d’une façon quelconque à Makarios, qu’il nomme à plusieurs reprises. C’est ce qu’ont bien voulu me dire Mme E. Zizica et le P. J. Paramelle, qui ont examiné pour moi le microfilm, et auxquels j’adresse tous mes remerciements. Grâce à eux je peux aussi, après collation, indiquer les endroits où l’édition doit être amendée (je cite la page et la ligne du texte Couroupou) : p. 71, en haut (non numéroté), τῷ αὐτῷ μηνὶ γ´ : lire ζ ! (le 7 mars) ; [1. 12, τὸν sic : corr. τῷ] ; 1. 31, ἔξω ϰάστρῳ ἐξωϰάστρῳ cod ; 1. 32, après ϰατέαξαν le ms. met, à juste titre, une virgule, non un point ; p. 72, 1. 4, corr. νίϰην ; 1. 6, après γίνονται le ms., avec raison, ne met pas de ponctuation (nous mettrions une virgule) ; 1. 22, nous supprimons la virgule après ἡμῖν ; 1. 34, le ms. ne ponctue pas devant ὡς δυνατόν ; 1. 35, οὔτω cod. ; 1. 40 (en réalité 42 !) post θνῄσϰει add. βληϑεὶς cod. ; p. 73, 1. 10, οἱ ἐν τῷ cod. male ; 1. 23, τῷ : τὸ cod. ; 1. 24, le ms. ne ponctue pas après πρότερον ; 1. 27, le ms. met une virgule après πρόϑεσιν ; I. 28, post μὲν add. οὖυ cod. ; 1. 32, le ms. met une virgule après Κύριος. En outre la ponctuation de l’éditeur appelle des changements en divers autres endroits, notamment p. 71, 1. 14-16 (virgule après δυνάμει, pas de virgule après ϰέρδος, simple virgule après μηχανήματα, pas de virgule après ἅπαρ).

17 Je signalerai, dans la traduction proposée par l’éditeur, trois passages qui appellent, à mon avis, une modification : παρεδίδουν ἑαυτοὺς ϰαὶ οὐϰ ἠξιοῦντο φειδοῦς (p. 71, 29) ne signifie pas « ils se rendent sans condition », mais « se rendaient et n’étaient pas épargnés », c’est-à-dire « étaient mis à mort » ; μιϰρὰ φροντίσας τῶν συνϑηϰῶν (p. 72, 18-19) ne signifie pas « ayant pendant une courte période pris soin des traités », mais « faisant peu de cas des traités » ; τοὺς ἀναιρεϑέντας (p. 73, 31) ne signifie pas « ceux qui sont montés dans les cieux », mais simplement « ceux qui ont péri ».

18 Destān, v. 977-1032 ; Lemerle, Aydin, p. 106-107.

19 Destān, v. 2427-2512 ; Lemerle, Aydin, p. 226-229.

20 Lemerle, Aydin, p. 219 sq. Pendant ce temps, Umur est plus ou moins prisonnier dans son émirat, les Latins (qui occupent toujours le château du port de Smyrne) lui interdisant la mer, et l’émir de Saruhan, avec qui il est brouillé, la principale route terrestre (ibid., p. 221 et η. 1). Un acte du patriarche Isidore Ier de août 1347 (Darrouzès, Regestes, n° 2282), qui confère au métropolite de Philadelphie des droits à l’intérieur de l’émirat d’Aydin, tend à établir qu’à ce moment les relations sont assez bonnes entre Philadelphie et l’émirat.

21 Ibid., p. 224. La réponse, d’ailleurs dilatoire, du pape à l’ambassade de Cantacuzène est du 15 avril 1348, mais les négociations duraient depuis plusieurs mois.

22 Ibid., p. 226-227.

23 Cela me semble plus satisfaisant qu’une autre hypothèse, d’après laquelle Umur aurait voulu en finir avec Smyrne avant de participer à une campagne contre les Serbes pour laquelle Cantacuzène, peu embarrassé de jouer double jeu, lui avait demandé son aide : ibid., p. 227-228.

24 E. Curtius, Philadelpheia, Nachtrag zu den Beiträgen zur Geschichte und Topographie Kleinasiens, Philolog. und histor. Abhandlungen der Königl. Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1872, Berlin 1873, p. 93-95, avec une carte.

24bis C’est là, bien entendu, pure hypothèse. Clive Foss, que je prie de trouver ici mes remerciements, a bien voulu lire pour moi le passage d’Evliya Çelebi consacré à Alaşehir (éd. d’Istanbul, vol. IX, p. 53) : il ne semble pas qu’il contienne rien capable d’éclairer notre chronique. Il mentionne cinq portes, dont il ne donne naturellement que les noms turcs. A la fin du siècle dernier, l’abbé Emile Le Camus, qui a pénétré dans Philadelphie « par une des nombreuses brèches ouvertes dans ses vieux remparts byzantins », ajoute qu’« on retrouve encore la trace de quatre portes : jadis il y en eut sept » (Voyage aux Sept Eglises de lApocalypse, Paris, 1896, p. 207-208, avec un plan sommaire).

24ter On ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit de la grandiose basilique, sans doute d’époque justinienne, dont des piliers imposants, avec les départs d’arcs puissants et de voûtes, existent encore (j’en ai vu des photographies prises récemment par Annie Pralong). Au témoignage de V. J. Arundell, elle était connue au début du siècle dernier sous le vocable de Saint-Jean-Théologien. Cf. Hans Buchwald, The Church of St. John the Theologian in Alaşehir (Philadelphia), Jahrb. Österr. Byzantinistik, 30, 1981, p. 301-318.

25 Pour une bonne édition de ce document, il faut attendre la publication des actes grecs de Vatopédi dans les « Archives de l’Athos ». Il a cependant été deux fois édité : par Sophronios Eustratiadès, ʽH ἐν Φιλαδελφεία μονὴ τῆς ὑπεραγίας Θεοτόκου τῆς Κοτεινῆς, dans ʽΕλληνικά, 3, 1930, ρ. 317-339 (d’après une copie exécutée par Arkadios Vatopédinos) ; et par Manuel Gédéôn, Διαθήϰη Μαξίμου μοναχοῦ ϰτίτορος τῆς ἐν Λυδίᾳ μονῆς Κοτινῆς (1247), dans Μɩϰρασιατικ Χρονικά, 2, 1939, p. 263-291 (qui ignore l’édition d’Eustratiadès et doit la connaissance du document à Pankratios, prohigoumène de Vatopédi). — Signalons que P. Schreiner, dans son étude sur Philadelphie au xive siècle (ci-dessus, n. 12), p. 428-431, reproduit, mais apparemment d’après la dissertation non imprimée de O. Volk sur les bibliothèques monastiques à Byzance (cf. ibid., p. 413, n. 2), le catalogue des livres se trouvant en 1247 au monastère τῆς Θεοτόϰου τῆς Σϰοτεινῆς (sic). A propos de cette dernière forme, qu’au premier abord on aurait tendance à rejeter comme lectio facilior, je signale que A. Sigalas, qui a comparé l’édition Eustratiadès avec la photographie du document qu’il avait en sa possession, dit que la protaxis initiale de Maximos donne la forme Σϰοτεινῆς : EEBS, 8, 1931, p. 377-381.

26 P. 327,1. 40, et p. 333,1. 24, de l’édition Eustratiadès ; p. 275,1. 17 et p. 283,1. 23, de l’édition Gédéôn.

27 Eustratiadès, p. 336, 1. 28 sq. ; Gédéôn, p. 287, 1. 11 sq.

Table des illustrations

Légende Philadelphie d’après Curtius
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search