Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Philadelphie, un quart de siècle de dissidence, 1182-1206

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 Cf. Psellos, Mesaionikè Bibliothèkè, V, p. 459. Dans une lettre au kritès de Philadelphie, Psellos (...)
  • 2 Cf. V. Laurent, Corpus des sceaux de l’empire byzantin, V, 1, Paris, 1963 ; commentaire du sceau n (...)
  • 3 Cf. Anne Comnène, Alexiade, ed. Leib, Paris, 1945, III, p. 27.

1La ville de Philadelphie ne prit une grande importance stratégique qu’avec l’apparition du péril turc. Auparavant, elle était une modeste bourgade : Psellos en parle comme d’un chôrion1 ; elle est un simple évêché dépendant de la métropole de Sardes2. A la fin du xie siècle, elle est occupée par les Turcs comme le reste de l’Asie Mineure, et lorsque ces derniers, vers 1093-1094, en furent chassés par un général d’Alexis Comnène, Jean Doukas, la ville, confiée à Michel Kékaumènos3, devint le point d’appui le plus important de la défense byzantine en Asie Mineure. Son rôle était de s’opposer à la pression des nomades turcs qui occupaient la lisière du plateau anatolien, désormais zone frontière entre Byzantins et Seldjoukides pour deux siècles environ.

  • 4 Anne Comnène, III, p. 145.
  • 5 Anne Comnène, III, p. 157.
  • 6 Cf. Kinnamos, ed. Bonn, p. 5.
  • 7 Cf. Georges et Demetrios Tornikès, Lettres et Discours, ed. Darrouzès, Paris, 1970, p. 150-151, no (...)
  • 8 Kinnamos, Bonn, p. 176.
  • 9 Kinnamos, p. 288.
  • 10 Nicétas Chôniatès, Nicetae Choniatae Historia, ed. J.L. Van Dieten, Berlin, New York, 1975, p. 191 (...)

2Elle apparaît dans ce rôle durant tout le xiie siècle. Sous Alexis I, Philokalès repousse l’attaque des soldats de Arsan4, en 1109-1110. Un de ses successeurs, Constantin Gabras, partant de Philadelphie, battit les Turcs à Kelbianos en 11115. Sous Jean II, la ville servit de camp de départ pour l’empereur lorsqu’il alla reprendre Laodicée du Méandre et Sôzopolis aux Perses en 11196. Sous Manuel I, Alexis Gifardos, duc des Thracésiens, au début de 11567 participa activement aux luttes contre les Turcs8. La ville servit à nouveau de base d’opérations pour l’empereur lui-même à plusieurs reprises, en 1160, puis en 1174, alors qu’il était menacé par une coalition de l’ensemble des chefs turcs d’Asie Mineure9, et en 1176, Philadelphie lui permit de rallier les débris de son armée après le désastre de Myrioképhalon10.

  • 11 Philadelphie est défendue par une muraille renforcée de nombreuses tours, doublée d’un avant-mur : (...)
  • 12 Georges et Démétrios Tornikès, ibidem, p. 173. Georges Tornikès, qui séjourne à Ephèse, est obligé (...)
  • 13 Lorsqu’éclatèrent des incidents entre Grecs et Allemands devant Philadelphie, l’empereur Frédéric (...)

3Philadelphie, place-forte de première importance11, toujours menacée par les Turcs, est, semble-t-il, la résidence normale du duc des Thracésiens12. Ce rôle de Philadelphie comme ultime place chrétienne face à la menace turque est ressenti même par les Croisés allemands de Frédéric Barbe-rousse13. Sous Alexis II, celui qui occupe ce poste si important de duc des Thracésiens est Jean Comnène Batatzès ; il cumule ce commandement avec celui de grand domestique.

***

  • 14 Cf. Skylitzès, ed. Thurn, p. 343, Berlin, 1973.
  • 15 Cf. Skylitzès, ibidem, p. 441-442, et Michel Psellos, Chronographie, ed. Renaud, Paris, 1967, tome (...)

4Qui est ce Jean Comnène Batatzès ? Il est un des plus hauts personnages de l’empire, issu par sa mère Eudocie, sœur de l’empereur Manuel, de la famille des Comnènes, et par son père Théodore Batatzès, d’une famille de l’empire dont l’importance est antérieure même à celle des Comnènes. Depuis deux siècles, on trouve des Batatzès parmi les plus illustres personnages. Cette famille originaire d’Andrinople est mentionnée dès l’époque de Basile II, lorsqu’un Batatzès, par crainte d’une sanction, se réfugia chez le roi bulgare Samuel14. Au xie siècle, on trouve un Jean Batatzès comme principal soutien de Léon Tornikès révolté contre Constantin IX15.

  • 16 Cf. Michel Attaleiatès, ed. Bonn, p. 244-245.
  • 17 On connaît de lui un certain nombre de sceaux mentionnés dans V. Laurent, Deux nouveaux gouverneur (...)
  • 18 Cf. Tzetzès, ed. Leone, Leipzig, 1972, Lettre n° 47, p. 67.
  • 19 Cf. Kinnamos, p. 260.
  • 20 Cf. Kinnamos, p. 114 et p. 181.
  • 21 D’après la liste du synode de 1170, ed. Petit, V.V, XI, p. 479.
  • 22 D’après les listes synodales du 2 mars 1166 et du 6 mars 1166, dans P.G. tome 140, col. 236 et col (...)
  • 23 Ce dernier est connu seulement par une poésie conservée dans le Codex Markianos, 524, cf. N.E., to (...)
  • 24 Cf. Kinnamos, p. 300, et G. Zacos et A. Veglery, Byzantine lead Seals, Bâle, 1972, vol. I, part II (...)
  • 25 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 182.
  • 26 Βίος τοῦ ἁγίου ᾿Ιωάννου βασιλέως τοῦ ᾿Ελεήμονος ed. A. Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes der Ba (...)
  • 27 Cf. G. Schlumberger, Sigillographie, Paris, 1884, p. 713, n° 4, et Zacos et Veglery, op. cit., sce (...)
  • 28 Nicétas Chôniatès, p. 192. Atapakès n’est pas un patronyme, mais le titre d’atabeg. Cf. aussi la V (...)
  • 29 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 193, et Vie de Saint Jean, p. 202.

5Une branche de la famille est installée à Rhaidestos où elle soutient la révolte de Nicéphore Bryennios contre Michel VII16. Nicéphore Batatzès exerça les plus grands commandements militaires dans la deuxième moitié du xie siècle17. Au siècle suivant sont mentionnés un Batatzès à la tête d’un thème non identifié18, Léon Batatzès, qui participa sous Manuel I à une campagne victorieuse contre les Hongrois19. Enfin, consécration suprême, Théodore Batatzès, le père de Jean Comnène Batatzès, a épousé la sœur même de l’empereur. Il est peut-être à identifier avec le Batatzès mentionné par Tzètzès. Ce Théodore Batatzès participa à plusieurs campagnes militaires, l’une contre les Hongrois, l’autre en Cilicie20. En tant que beau-frère de l’empereur, il est honoré du titre de pansébaste sébaste21 ou de pansébastohypertatos22. Il est mort avant 1166, étant qualifié de « makarios » dans la liste synodale du 6 mars 1166. Il a eu au moins quatre fils, Andronic, Alexis, Jean et Isaac23, dont les deux premiers sont appelés, dans les listes synodales, Comnènes, du nom de leur mère. Andronic fut chargé par son oncle Manuel I, lors de la campagne de 1176 contre les Turcs qui devait se terminer par le désastre de Myriokephalon, de les prendre à revers en attaquant par Néocésarée24. Il échoua dans cette mission, fut tué et sa tête jetée dans le camp byzantin pendant la bataille de Myrioképhalon25. Le troisième fils de Théodore Batatzès ne nous est pas mentionné par les listes des synodes, mais nous est connu par plusieurs autres sources : l’Histoire de Nicétas Chôniatès, la Vie de Saint Jean le Miséricordieux26, et quelques sceaux27. Jean Comnène Batatzès était probablement le cadet d’Andronic et d’Alexis. Lorsque son oncle Manuel régnait, Jean exerça des commandements militaires, en particulier face aux Turcs. Après Myrioképhalon, en 1177 ou en 1178, les Turcs voulurent exploiter la terrible défaite de Manuel, et envoyèrent une armée de vingt quatre mille hommes attaquer la vallée du Méandre, sous la direction d’un atabeg28. Manuel ayant appris cette attaque qui parvint jusqu’à la mer, confia des troupes à Jean Batatzès, à Michel Aspiétès et à Constantin Doukas. Quoique cela ne soit pas mentionné, il est clair que Jean Batatzès avait la prééminence sur les autres chefs, puisqu’il conçut le plan de bataille qui permit aux Byzantins de détruire presque complètement cette bande turque29.

  • 30 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 245 et p. 262.

6Il n’est plus fait mention de lui jusqu’au printemps de 1182, lorsqu’il manifesta son hostilité à Andronic Comnène. Il était alors grand domestique et duc des Thracésiens, et résidait à Philadelphie30. Depuis quand détenait-il ce poste ? Nous ne le savons pas, mais comme il semble que le prôtosébaste Alexis Comnène, qui avec Marie la veuve de Manuel exerçait le pouvoir à la place d’Alexis, trop jeune, à Constantinople, n’avait pas modifié les grands commandements mis en place par Manuel avant sa mort, Jean Comnène Batatzès a donc été nommé grand domestique par Manuel, et est probablement resté à Philadelphie après sa victoire de 1177-1178 contre les Turcs. Il semble certain que Jean Comnène Batatzès résidait à Philadelphie depuis plusieurs années, cinq ans sans doute.

***

  • 31 Nicétas Chômiatès place le récit de ces événements après l’abdication du patriarche Théodose, surv (...)

7Quand et pourquoi Batatzès se révolte-t-il ? Batatzès manifesta son hostilité à Andronic Comnène, le cousin de Manuel lorsque celui-là quitta la Paphlagonie pour marcher vers Constantinople, en refusant de se rallier à lui, de même que Jean Doukas qui commandait à Nicée. Dès ce moment là, Batatzès qualifia Andronic de « tyran ». Ces éléments nous permettent donc de dater du printemps 1182, mars-avril, le début de la rébellion de Batatzès. Ce dernier passa de la défiance envers Andronic, à l’hostilité la plus vive, lorsqu’Andronic atteignit son but : entrer dans Constantinople et avoir la haute main sur les affaires de l’Etat. Comme beaucoup d’autres, Batatzès comprit que la vie même de son cousin germain, le jeune Alexis II, était menacée, et il décida de se servir de sa position de grand domestique qui lui donnait la haute main sur la majeure partie des troupes d’Asie Mineure pour tenter d’influencer la politique dans la capitale. Andronic ne pouvait tolérer une telle opposition qui, combinée avec celle subsistant à Constantinople et en Bithynie, lui interdisait l’accès à la couronne impériale et l’élimination d’Alexis II, et donc Andronic se devait de réduire cette résistance. Les opérations militaires doivent se situer en 118231.

  • 32 Il s’agit de la prise de Sôzopolis, cf. Nicétas Chôniatès, p. 262.
  • 33 Vie de Saint Jean, p. 202.
  • 34 Vie de Saint Jean, p. 203. A propos du rôle des notables, il faut se rappeler aussi comment Théodo (...)

8Qui soutient Batatzès ? Les textes ne sont pas explicites. A coup sûr, la population de Philadelphie suivit le chef militaire qui lui avait assuré sa sécurité alors que de nombreuses villes de la vallée du Méandre avaient été ravagées par les attaques turques consécutives à la défaite de Myrio-képhalon et à la mort de Manuel32. De plus, la population pauvre de la ville avait bénéficié des distributions que Batatzès avait effectuées après sa victoire sur les Turcs33. Quant aux notables, on les voit aux côtés de Batatzès, refuser l’entrée de la ville aux ambassadeurs d’Andronic34.

  • 35 Vie de Saint Jean, p. 205.

9Comme Batatzès fut capable de s’opposer à Andronic Lappardas et à Andronic Comnène lui-même en rase campagne, on ne peut douter que l’ensemble des troupes sous ses ordres ne lui aient été fidèles, car elles étaient habituées depuis plusieurs années à remporter avec lui des succès continuels sur les Turcs. La Vie de Jean III Batatzès apporte des détails dont nous pouvons penser qu’ils sont fiables. Batatzès, appelé Constantin, aurait eu sous ses ordres 23 000 hommes, contre 50 000 à Andronic qui emmenait avec lui l’ensemble des troupes d’Occident et la partie des troupes d’Asie Mineure qui lui était restée fidèle (troupes paphlagoniennes). Ces chiffres peuvent sembler excessifs, mais on rappelle que les chiffres donnés aux forces turques lors de l’attaque de 1177-1178 par la Vie de Saint Jean étaient confirmés par Nicétas Chôniatès. Cette même source précise que Batatzès avait avec lui la force des Lydiens, quelques éléments d’Ionie, et nous apprend que lorsqu’Andronic, après la mort de Batatzès, reprit le contrôle de la région, il put s’emparer de Philadelphie, de Sardes, de toute l’Ionie, et des villes de Lydie35. C’est-à-dire que Batatzès contrôlait l’ensemble du thème des Thracésiens et en partie celui de Mylasa-Méla-noudion, si l’on suppose qu’il contrôlait toute ITonie ; en tout cas, Batatzès n’a jamais craint d’être pris à revers. Le thème de Néokastra était contrôlé par Andronic, puisque celui-ci, repoussé par Batatzès, put se réfugier à Pergame.

  • 36 Ultérieurement, ils tentèrent de passer en Occident, mais forcés par un vent contraire d’aborder e (...)

10L’attachement de la population de Philadelphie et de ses troupes à la personne de Jean Comnène Batatzès est soulignée par l’effort de celui-ci pour être présent physiquement sur le champ de bataille malgré sa maladie, et surtout par le fait que cet attachement ne s’est pas reporté sur ses fils, car eux n’avaient pas fait la preuve qu’ils pouvaient défendre la population de la ville. C’est pourquoi les gens de Philadelphie préférèrent négocier leur ralliement à Andronic. Jean Comnène mort, les forces qu’il avait réunies se désagrégèrent, ses fils furent obligés de s’enfuir de Philadelphie, de se réfugier chez le sultan d’Iconium36, dont, semble-t-il, ce fut la seule intervention dans la guerre civile qui a frappé l’Asie Mineure byzantine. La révolte de Philadelphie, qui s’est étendue sur l’ensemble du thème des Thracésiens, ne fut donc pas un mouvement autochtone, mais le soutien à un grand chef prestigieux qui souhaitait intervenir dans les affaires de Constantinople.

  • 37 Les liens de famille de ces Batatzès avec Jean Comnène restent inconnus ; parmi eux on peut citer  (...)

11Il faut souligner que l’échec personnel de Batatzès n’entraîna pas l’éclipse de la famille tout entière, car on connaît plusieurs Batatzès ayant occupé de hautes fonctions à la fin du xiie siècle et au début du siècle suivant37.

***

  • 38 Nicétas Chôniatès, p. 399.

12Sept ans après la révolte de Jean Batatzès, Philadelphie à nouveau, n’est plus contrôlée par l’empereur de Constantinople, alors Isaac II. En effet, lorsque les soldats de la IIIe croisade entrèrent dans l’empire byzantin, en juillet 1189, l’empereur de Constantinople n’était pas dans sa capitale, mais en train d’assiéger en vain Philadelphie, où, nous disent les chroniqueurs occidentaux, un certain Théodore s’était révolté. Nicétas Chôniatès confirme qu’Isaac II fut obligé d’aller lui-même réduire la révolte de Théodore Maggaphas dit Maurothéodore38.

  • 39 Ibidem, p. 399 et Ephraem, vers 5908-5910.
  • 40 Miklosich-Müller, VI, p. 151, acte de 1207.
  • 41 Miklosich-Müller, IV, p. 61.
  • 42 S. Eustratiades, Hellenika III, 1930, p. 328.
  • 43 Sceau inédit de la Collection Fogg n° 3124.
  • 44 Sceau de la Collection Fogg n° 184.
  • 45 Sceau de la Collection Fogg n° 413.
  • 46 Sceau de l’Institut Français d’Etudes Byzantines n° 1028. Ce sceau n’est pas complètement déchiffr (...)

13Ce Maggaphas est originaire de Philadelphie39. Les sources nous font connaître d’autres Maggaphas installés dans la région à l’époque de l’empire de Nicée : Basile Maggaphas et son neveu Georges possèdent des biens dans la topothesia de Pégè40, située dans la région de Milet. Jean Maggaphas achète des oliviers dans la topothesia de Parakalamou41, sise dans la région de Smyrne. A Philadelphie même, en 1247, les biens donnés par Athanasia, veuve d’un Maggaphas, avaient permis au fondateur de la Skoteinè d’élever une église dédiée à Saint Jean42, ce qui laisse supposer à cette Athanasia une certaine fortune. Quoique les sources ne nous disent rien de la position sociale de Théodore Maggaphas, la famille a une certaine importance depuis au moins le xie siècle. Car nous connaissons le sceau d’un Nicé-(phore ou -tas) Maggaphas, spatharocandidat et comte au xie siècle43, un autre de Léon Maggaphas, prôtospathaire et catépanô, datable aussi du xie siècle au plus tard44, puisque les dignités de spatharocandidat et prôtospathaire disparaissent dès le règne d’Alexis Comnène. Un troisième sceau d’un Maggaphas, qui ne peut être lu complètement, indique du moins à coup sûr que Jean Maggaphas était sébaste, mais on ne peut déchiffrer le nom du génos dont il veut aussi tirer gloire45 ; il est daté par V. Laurent de la fin du xiie siècle, mais il n’est pas impossible de l’attribuer à l’époque des Lascarides. Enfin, un sceau d’un Théodore Maggaphas nous est parvenu, dont V. Laurent pense qu’il est antérieur à 115046. La famille Maggaphas, implantée à Philadelphie et dans toute la région, occupa durant plusieurs siècles une position sociale élevée, comprenant des postes dans l’armée, comte, catépanô, assez importants.

  • 47 Cf. H.W. Bell, Sardis, XI, 1916, p. 104, n° 964 ; M. de Guadan, Nomisma d’argento di Isaac Angelo (...)
  • 48 Nicétas Chôniatès, p. 399 « ὡς πρότερον πολιτεύεσθαι ».
  • 49 Ibidem, p. 399. Nicétas Chôniatès dit qu’il règnera « βασιλεύεσθαι ». sur les gens de Philadelphie (...)
  • 50 Miklosich-Müller, IV, p. 292.

14La position personnelle de Théodore Maggaphas est plus difficile à cerner. Il faut éliminer la possibilité qu’il ait été lié aux Doukas, comme auraient pu le laisser croire deux monnaies trouvées à Sardes et attribuées faussement à Théodore Maggaphas47. Avant sa révolte, on ne peut affirmer qu’il occupait une position officielle à Philadelphie. Nous ne connaissons aucun duc des Thracésiens entre 1182 et 1189. Maggaphas occupait-il ce poste ? La position sociale de sa famille ne le lui interdisait pas. Lorsque Isaac fut contraint de traiter avec lui, il fut décidé que la population de Philadelphie obéirait à Maggaphas comme auparavant, mais que lui-même serait de nouveau un simple citoyen48. Il faut entendre par Jà que Maggaphas gardait la même autorité que lorsqu’il s’était proclamé basileus, et non pas qu’il retrouvait un poste de commandement antérieur49. Il faut comprendre qu’en juillet 1189, Isaac II n’enlevait aucun pouvoir à Maggaphas, mais le faisait symboliquement rentrer dans le cadre de l’empire, lui donnant selon toute vraisemblance la responsabilité de duc des Thracé-siens qu’il occupait de fait, tandis qu’il confiait le thème situé plus au sud de Mylasa-Melanoudion à l’un de ses plus fidèles partisans, Basile Batatzès, puisqu’en août 1189, ce dernier confirme à Saint Paul de Latros la possession de certains biens50.

  • 51 Cf. G.L.F. Tafel et G.M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik V (...)
  • 52 Cf. Ansbert, p. 74 et Historia Peregrinorum, p. 154. Il n’est pas surprenant que les auteurs occid (...)
  • 53 Nicétas Chôniatès, p. 400.
  • 54 Ibidem, p. 400.
  • 55 Cf. Cl. Cahen, Pre-Ottoman Turkey, Londres, 1968, p. 114 ; Encyclopédie de l’Islam, tome V, Paris- (...)
  • 56 Nicétas Chôniatès, p. 420. Cet événement est datable de 1191.
  • 57 Ibidem, p. 422.
  • 58 Ibidem, p. 400.
  • 59 Cf. note (31) supra p. 43, sur la façon de Nicétas Chôniatès de traiter la chronologie ; comment, (...)
  • 60 Nicétas Chôniatès, p. 401 : « δεμά ϰαταϰέϰριτο χρόνια ». Les frères du sultan Kaichosroès lui repr (...)

15Les débuts de la révolte de Maggaphas peuvent être datés de 1188. En effet, nous voyons qu’en 1189, Maggaphas est déjà installé solidement à Philadelphie. En 1187 en revanche, Isaac II cherche à obtenir éventuellement l’appui des Vénitiens installés dans cette ville51. Depuis 1188, jusqu’en 1206, désormais, le contrôle de Philadelphie est un enjeu de rivalité entre l’empereur de Constantinople et Maggaphas. Ce dernier, maintenu dans Philadelphie par Isaac en juillet 1189, est sans doute le duc que mentionnent les Allemands de la IIIe croisade52 lors du conflit qui oppose les gens de Philadelphie et les soldats croisés. Il serait invraisemblable qu’Isaac, ayant accepté un compromis médiocre avec Maggaphas, à cause de la venue des Croisés, ait rouvert les hostilités avant que ces derniers ne se soient éloignés des frontières de l’empire. On peut admettre qu’Isaac a repris la lutte dans l’été 1190, non pas en la menant lui-même, puisqu’il conduisit une grande expédition contre les Valaques, mais par l’intermédiaire de Basile Batatzès, qu’il nomma à ce moment duc des Thracésiens et domestique d’Orient53. Cette hypothèse est compatible avec l’affirmation de Nicétas Chôniatès estimant que ces événements ont eu lieu peu de temps après la convention de juillet 118954. Basile Batatzès agissant plus par des moyens financiers que militaires, expulse Maggaphas de Philadelphie, mais celui-ci se réfugie auprès du sultan d’Iconium et avec l’appui de Turcs nomades, attaque Laodicée de Phrygie et Chônes. Ces faits n’ont pu se produire avant l’été de 1190 puisqu’auparavant le sultan était trop occupé à défendre son territoire contre les Croisés allemands et à réparer les dégâts commis par eux jusque dans sa propre capitale d’Iconium. La révolte prend fin selon Nicétas Chôniatès, lorsque le nouveau sultan Kaichosroès, tout occupé à se défendre contre ses frères, et ne voulant pas être menacé en plus par les Byzantins, livre Maggaphas à Isaac II après la mort de son père Kilidj Arslan donc en 119255. Les négociations ont été longues puisqu’un ambassadeur byzantin est présent à la cour du sultan Kilidj Arslan, lorsque s’y présente un homme se prétendant Alexis le fils de l’empereur Manuel, ce que dément l’empereur byzantin56. De même, Nicétas Chôniatès, à l’occasion des ravages de ce Pseudo-Alexis dans la région de Chônes, mentionne que l’église Saint Michel de cette ville fut profanée par les Turcs à qui un Grec en état d’ébriété a ouvert les portes57. Or, il a déjà affirmé que les Turcs de Maggaphas avaient détruit cette église58 ; donc, il y a confusion dans l’esprit de Chôniatès, car il y a concomitance des deux révoltes59. Maggaphas, livré à Isaac II, ne subit aucun châtiment corporel mais fut condamné à être enfermé durant de longues années à Philadelphie même60.

  • 61 Nicétas Chôniatès, p. 603.
  • 62 Sur cette utilisation de la Partitio, cf. N. Oikonomidès, La décomposition de l’empire byzantin à (...)
  • 63 On remarquera que la Partitio mentionne Sampsôn comme reconnaissant encore l’autorité impériale, c (...)

16On ignore tout de la durée de l’emprisonnement de Maggaphas, mais il est fait de nouveau mention de lui après la prise de Constantinople, lorsqu’il tenta de s’opposer aux Croisés de Henri de Flandre à Atramyttion en 120561. A ce moment, Maggaphas a pu constituer une armée nombreuse, il est donc libre depuis un certain temps. Un indice du fait que Philadelphie avant avril 1204, n’est plus sous le contrôle de Constantinople, est l’absence de cette ville dans la Partitio Romaniae. Ce document est fort intéressant parce qu’il permet de déterminer les territoires qui dépendaient encore de l’empire de Constantinople, au moment où les Croisés menacent la capitale, et a contrario, par ses lacunes, ceux qui s’étaient déjà détachés de l’empire62 : ainsi manquent les régions conquises par Sgouros dans l’Hellade dès 1202, celles dont s’est emparé Théodore Lascaris dès le printemps 1204 avant la chute définitive de Constantinople. Philadelphie, absente de la Partitio, est donc déjà détachée de l’empire depuis au moins la fin de 120363.

  • 64 Nicétas Chôniatès, p. 435.
  • 65 Nicétas Chôniatès, p. 146.
  • 66 Ibidem, p. 446. Ils avaient interverti leurs postes, Gidos était domestique d’Occident auparavant, (...)
  • 67 Cf. G.L.F. Tafel et G.M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staats-geschichte der Republik (...)
  • 68 Tafel-Thomas, ibidem, p. 265 et p. 272.

17Quel fut le sort de Philadelphie entre 1192 et 1203 ? Nous ne connaissons aucun duc des Thracésiens pour cette période. Une fois l’affaire Maggaphas réglée, Basile Batatzès est transféré en Occident, car il occupe le poste de domestique d’Occident dès 1193, où il combat la révolte de son beau-frère Constantin Ange64, et il meurt l’année suivante à la bataille d’Arcadio-polis65. On ne sait si le successeur de Batatzès comme domestique d’Orient, Alexis Gidos66, fut aussi nommé duc des Thracésiens comme cela avait été le cas pour Basile Batatzès et Jean Comnène précédemment. Il faut remarquer qu’après la révolte de Maggaphas, Philadelphie n’est plus mentionnée dans l’Histoire de Chôniatès, notre source principale pour cette période, pas plus que le thème des Thracésiens. Cette absence ne constitue pas un indice sûr que Philadelphie n’est plus dans l’orbite de l’empire, mais plutôt un signe du désintérêt des empereurs Anges qui préfèrent concentrer leurs efforts militaires en Europe plutôt qu’en Asie Mineure. Un document, dont nous ne connaissons que la version latine, mentionne Philadelphie en 1198 : le chrysobulle en faveur de Venise dans lequel Alexis III cite Philadelphie parmi les lieux où les Vénitiens peuvent commercer67. Ce document est la reprise de celui d’Isaac II en faveur des mêmes Vénitiens en 1187 et il ne signifie pas nécessairement un contrôle effectif de la ville puisque l’empereur autorise aussi les Vénitiens à commercer à Chypre, à Antioche de Syrie, lieux qui ne sont plus depuis longtemps sous la domination byzantine68.

  • 69 Georges Akropolitès, p. 14, et Nicétas Chôniatès, Discours, p. 127 ; Lascaris se félicite d’avoir (...)
  • 70 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 136-137.
  • 71 Ibidem, p. 129 à 147.
  • 72 Cf. Geoffroy de Villehardouin, Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, Paris, 1961, H, p. 167.
  • 73 Nicétas Chôniatès, p. 626 et Idem, Discours, p. 136 ; date proposée : été 1205 ; la victoire a été (...)
  • 74 Chôniatès, p. 638 et Discours, p. 136 ; date proposée : automne 1205.
  • 75 Chôniatès, p. 626, qui confirme que la défaite de Maurozômès suit de peu celle de Synadènos.
  • 76 La date est donnée par F. Dôlger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-145 (...)
  • 77 Nicétas Chôniatès, p. 638 ; voir note (83) infra, p. 52.
  • 78 S’il n’a pas perdu la vie au cours de la lutte, il a pu conserver une certaine influence dans la r (...)
  • 79 Cf. supra page 45. Dans le cas de Jean Comnène Batatzès comme dans celui de Théodore Maggaphas, l’ (...)

18Après la chute de Constantinople, Maggaphas conserva son indépendance jusqu’à ce qu’il soit vaincu par Théodore Lascaris. Akropolitès nous dit que ce dernier vainquit facilement Sabas Asidènos et Maggaphas, sans nous préciser la date69. Dans un discours adressé à Théodore Lascaris lui-même, Nicétas Chôniatès le félicite d’avoir abattu le nouvel Achito-phèle qui par sa race était lié aux Byzantins, mais leur était étranger par ses pensées : il s’agit de Maurozômès, gendre du sultan, un Byzantin allié aux Perses70. Pour attaquer et vaincre Maurozômès qui occupait la haute vallée du Méandre, il fallait que Lascaris eût absorbé les possessions de Maggaphas qui séparaient ses territoires de ceux de Maurozômès. En datant la défaite de Maurozômès, nous aurons le terminus post quem de celle de Maggaphas. L’essentiel de la chronologie de cette période 1205-1207 est contenu dans un discours de Nicétas Chôniatès71, où celui-ci expose toutes les activités de Lascaris depuis son départ de Constantinople pour justifier ses prétentions à la couronne impériale. Lascaris n’a pu songer à s’étendre vers le sud que si les périls venant du nord étaient momentanément conjurés. Or, le 14 avril 1205, les Latins subirent une défaite sévère à Andrinople, ce qui les écarta de l’Asie Mineure pour un an et demi72. Ce délai permit à Lascaris de se débarrasser de David Comnène en battant et capturant le chef de ses troupes, Synadènos73. Lascaris eut ensuite le loisir de repousser les Turcs qui avaient profité de son absence pour attaquer son territoire74, et dans la contre-attaque qui s’ensuivit, il balaya toutes les résistances dont celle de Maurozômès75 au sud de son territoire, et traita avec les Perses en février-mars 120676. En conséquence de toutes ces victoires, les villes d’Orient reconnurent Lascaris empereur77. Donc Maggaphas perdit son indépendance au cours de l’été 1205, ou au plus tard au printemps de 1206. Nous ignorons tout de son destin ultérieur78, mais nous avons vu que sa famille conservait une position sociale importante à Philadelphie sous les Lascarides79.

Les objectifs

  • 80 Nicétas Chôniatès, p. 399. Cf. note (47) supra, p. 46.
  • 81 Nicétas Chôniatès, p. 420.

19Théodore Maggaphas, nous dit clairement Nicétas Chôniatès, revêtit les insignes impériaux, et même frappa une monnaie d’argent à son effigie80. Il compte ensuite le Lydien Théodore avec Alexis Branas, parmi ceux qui ont aspiré à l’empire au temps de Isaac II Ange81. Nicétas semble aussi indiquer que Maggaphas cherchait à remplacer Isaac sur le trône de Constantinople. Cependant, rien dans le comportement de Maggaphas ne permet de déceler une telle ambition. On voit bien l’incompréhension suscitée dans la capitale par ce type de révolte ; si Isaac voyait en Maggaphas un compétiteur de plus pour l’empire, la révolte pouvait bien lui sembler risible, puisque Maggaphas n’aurait jamais les moyens militaires de faire le siège de Constantinople, à la différence d’Alexis Branas deux ans plus tôt. Seulement lorsqu’avec le temps, le territoire contrôlée par Maggaphas s’élargit, la menace dut être prise plus au sérieux. Ceci nous amène à poser la question des limites du territoire tenu, à partir de Philadelphie, par Maggaphas en 1189.

Le territoire contrôlé

  • 82 Ibidem, p. 399. Le terme « chôra » employé par Nicétas Chôniatès est un équivalent des plus fréque (...)
  • 82bis On ne peut habituellement déduire de la présence d’une monnaie dans une ville, que l’émetteur de la (...)

20Son autorité s’étendit sur les régions voisines de Philadelphie après avoir rallié tous les Lydiens à sa sédition82. Maggaphas tenait donc la majeure partie, si ce n’est la totalité du thème des Thracésiens encore qu’on ne puisse savoir si son autorité s’étendait jusqu’à la mer Egée. Il communiquait librement avec ses alliés turcs, ce qui suppose que la route de Laodicée du Méandre et de Chônes lui était libre. Peut-être même aurait-il contrôlé aussi la vallée du Méandre — dans ce cas, tout le thème des Thracésiens se serait rallié à lui82bis

21Plus au sud, il ne pouvait s’étendre vers le thème de Mylasa et Mélanoudion, tenu par Basile Batatzès. Au nord, Maggaphas chercha à coup sûr à contrôler la route qui menait à Philadelphie par Sardes, Achyraos etc., mais le contrôle du thème de Néokastra n’aurait pu se faire sans déclencher une réaction d’Isaac II Ange. Peut-être celui-ci se dirigea-t-il sur Philadelphie précisément parce que Maggaphas s’étendait trop vers le nord.

  • 83 N. Chôniatès, p. 638, dit que les deux villes côtières d’Ephèse et de Smyrne se rallièrent à Lasca (...)
  • 84 Georges Akropolitès, p. 14 : ce sont les territoires récupérés, selon lui, par Lascaris, lors de s (...)
  • 85 Villehardouin, op. cit., II, p. 133.

22Dès avril 1204, Maggaphas avait récupéré une partie du territoire contrôlé quinze ans auparavant, mais avec des modifications. D’après les lacunes de la Partitio Romaniae, il avait repris l’ensemble du duché des Thracésiens, dont pas une ville n’est citée, et il occupait tout le thème jusqu’à la mer, puisqu’on ne mentionne pas Ephèse ni Smyrne83. L’absence d’une flotte de guerre interdisait à Maggaphas d’occuper l’île de Chio. En revanche, les thèmes de Néokastra et de Mylasa et Mélanoudion restèrent hors de son contrôle. Après la chute de Constantinople, son autorité se heurtait au sud à celle d’autres dynastes, qui lui interdirent l’accès à la vallée du Méandre : Sabas Asidènos à Sampsôn occupait l’embouchure du Méandre, et Maurozômès la haute vallée de ce fleuve. En revanche, il put alors s’étendre librement vers le nord et contrôler les thèmes de Kelbianos et de Néokastra84, et dans cette expansion, il ne fut arrêté que par les Latins de Henri de Flandre à la bataille d’Atramyttion85.

Les soutiens de Maggaphas

  • 86 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 92 et Id., Histoire, p. 399 affirme qu’il commença par se gagner l (...)
  • 87 Nicétas Chôniatès, p. 400.

23Il disposa d’un soutien populaire, attesté au moins pour la ville de Philadelphie86. Basile Batatzès, pour éliminer Maggaphas, ne put compter sur aucune faction favorable à Isaac II et dut la susciter en soudoyant des amis de Maggaphas. Le rebelle disposa également d’éléments de l’armée byzantine, à coup sûr la garnison de Philadelphie puisqu’il put résister à un siège en règle de sa ville et que dans les combats tombèrent des deux côtés des guerriers expérimentés87. En revanche, ses forces militaires, assez nombreuses pour résister à Isaac II, étaient plus limitées que celles de Jean Comnène Batatzès, puisqu’il ne se risqua pas à un affrontement en rase campagne avec l’armée impériale.

  • 88 Villehardouin, op. cit., II, p. 133 parle de « la très grande armée qui paraît devant Atramyttion  (...)
  • 89 Le corps de bataille latin type est d’une centaine de chevaliers, plus quatre à cinq sergents à ch (...)
  • 90 Villehardouin, II, p. 189. Henri de Flandre quitte Atramyttion « avec lui avaient passé les Hermin (...)
  • 91 On rappelle que Michel Ange opposa aux Croisés dans le Péloponnèse une armée de 5 000 hommes, cf. (...)

24Au printemps 1205, on peut avoir une estimation très approximative des forces commandées par Maggaphas, en les comparant à celles de son adversaire latin. Celui-là disposait manifestement de la supériorité numérique88 ; on peut fixer à un minimum de cinq cents cavaliers89 le nombre des Latins, et ces derniers furent renforcés par les Arméniens de Troade90. On peut accorder à Maggaphas, compte tenu de l’importance de son infanterie, une armée de cinq mille hommes avec une marge d’erreur qui ne doit pas être trop forte91.

  • 92 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 92.
  • 93 Nicétas Chôniatès, p. 400.

25A ces soutiens que Maggaphas a trouvé localement, il faut ajouter le secours prêté par les Turcs. Il en bénéficia dès l’époque du siège de Philadelphie par Isaac II92, et lorsqu’il en fut expulsé, le sultan l’autorisa à lever des troupes parmi les Turcs nomades de la frontière93.

***

  • 94 Hélène Ahrweiler, La frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du XIVe Congrès Inter (...)

26Philadelphie en un quart de siècle fut donc le centre de deux mouvements de dissidence, de nature fort différente. Dans le premier cas, un grand chef militaire, très populaire dans la région, Jean Comnène Batatzès se servit du territoire où il exerça son commandement pour influer sur la politique constantinopolitaine. A cette occasion les gens de Philadelphie prirent conscience de leur force puisque l’empereur de Constantinople fut incapable de réduire la révolte par la force, et ouvrirent ainsi la voie à un tout autre type de révolte, celle de Maggaphas. Ce dernier voulut profiter du désintérêt des empereurs de Constantinople pour leurs provinces d’Asie Mineure, pour établir une « principauté grecque » indépendante de la capitale, qui assure la sécurité de ses habitants en traitant directement avec les Turcs. Le déplacement imprévu du centre de l’empire byzantin en Asie Mineure, conséquence de la chute de Constantinople en 1204, mit fin à cette expérience, mais lorsque les Byzantins eurent retrouvé leur capitale et se désintéressèrent de nouveau de l’Asie Mineure au xive fut recréé autour de Philadelphie ce qu’on a pu appeler « un émirat grec d’Asie Mineure »94.

Notes

1 Cf. Psellos, Mesaionikè Bibliothèkè, V, p. 459. Dans une lettre au kritès de Philadelphie, Psellos appelle la ville un « chôrion », qu’il a visité à plusieurs reprises, en particulier lorsqu’il avait pris la route directe vers la Mésopotamie quand il était jeune. Il est vrai qu’on peut voir aussi en cette expression l’ironie d’un constantinopolitain, pour qui toute province est un lieu sauvage et barbare.

2 Cf. V. Laurent, Corpus des sceaux de l’empire byzantin, V, 1, Paris, 1963 ; commentaire du sceau n° 369.

3 Cf. Anne Comnène, Alexiade, ed. Leib, Paris, 1945, III, p. 27.

4 Anne Comnène, III, p. 145.

5 Anne Comnène, III, p. 157.

6 Cf. Kinnamos, ed. Bonn, p. 5.

7 Cf. Georges et Demetrios Tornikès, Lettres et Discours, ed. Darrouzès, Paris, 1970, p. 150-151, note 1.

8 Kinnamos, Bonn, p. 176.

9 Kinnamos, p. 288.

10 Nicétas Chôniatès, Nicetae Choniatae Historia, ed. J.L. Van Dieten, Berlin, New York, 1975, p. 191 et Ephraem, Bonn, vers 4636 et 4637.

11 Philadelphie est défendue par une muraille renforcée de nombreuses tours, doublée d’un avant-mur : cf. Nicétas Chôniatès, Orationes et epistulae, ed. J.L. Van Dieten, Berlin, New York, 1972, p. 93 ; ouvrage cité désormais : N.C. Discours.

12 Georges et Démétrios Tornikès, ibidem, p. 173. Georges Tornikès, qui séjourne à Ephèse, est obligé, pour aller voir le duc des Thracésiens, Alexis Kontostéphanos, de traverser les montagnes qui séparent Ephèse de Philadelphie.

13 Lorsqu’éclatèrent des incidents entre Grecs et Allemands devant Philadelphie, l’empereur Frédéric refusa de tenter un assaut contre la ville, car il savait que « quia locus ille solus in illis partibus ab incursibus turcorum christianis erat refugium et tutamen », Historia Peregrinorum, MGH SS, Nouvelle Série, V, p. 154, ed. Chroust ; et le même fait est rapporté par Ansbert, ibidem, p. 74.

14 Cf. Skylitzès, ed. Thurn, p. 343, Berlin, 1973.

15 Cf. Skylitzès, ibidem, p. 441-442, et Michel Psellos, Chronographie, ed. Renaud, Paris, 1967, tome II, p. 28-29.

16 Cf. Michel Attaleiatès, ed. Bonn, p. 244-245.

17 On connaît de lui un certain nombre de sceaux mentionnés dans V. Laurent, Deux nouveaux gouverneurs de la Bulgarie byzantine : le proèdre Nicéphore Batatzès et le protoproèdre Grégoire, R.S.E.E., tome VII, 1969, p. 143-150, et dans Werner Seibt, Die Byzantinischen Bleisiegel in Osterreich, t. 1 : Kaiserhof, Vienne, 1978, p. 243, n° 113 : Nicéphore Batatzès fut successivement vestarque et stratège ; magistre, vestès et duc de tout l’Occident ; magistre, vestarque, duc et prêteur de la mer Egée ; puis proèdre et duc de Bulgarie, enfin curopalate.

18 Cf. Tzetzès, ed. Leone, Leipzig, 1972, Lettre n° 47, p. 67.

19 Cf. Kinnamos, p. 260.

20 Cf. Kinnamos, p. 114 et p. 181.

21 D’après la liste du synode de 1170, ed. Petit, V.V, XI, p. 479.

22 D’après les listes synodales du 2 mars 1166 et du 6 mars 1166, dans P.G. tome 140, col. 236 et col. 253.

23 Ce dernier est connu seulement par une poésie conservée dans le Codex Markianos, 524, cf. N.E., tome VIII, p. 162.

24 Cf. Kinnamos, p. 300, et G. Zacos et A. Veglery, Byzantine lead Seals, Bâle, 1972, vol. I, part III, sceau n° 2730.

25 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 182.

26 Βίος τοῦ ἁγίου ᾿Ιωάννου βασιλέως τοῦ ᾿Ελεήμονος ed. A. Heisenberg, Kaiser Johannes Batatzes der Barmherzige. Eine mittelgriechische Legende, in B.Z., tome 14, 1905, p. 160 à 233 ; cité désormais ici : Vie de Saint Jean. C’est une source tardive du xive siècle qui donne une généalogie fantaisiste à l’empereur Jean III Batatzès en le rattachant à la lignée glorieuse des Batatzès. Le père de Jean III, Basile Batatzès, fut un des chefs militaires les plus glorieux et les plus fidèles de Isaac l’Ange. Nous savons par Nicétas Chôniatès, p. 400, qu’il était d’humble origine, ce qui exclut qu’il ait pu être le fils de Jean Comnène Batatzès. Basile devait sa gloire à ses qualités militaires et à son mariage avec une proche parente de l’empereur Isaac Ange. Si cette source présente une prosopographie fantaisiste, en revanche, elle retrace assez fidèlement les événements concernant la révolte de Jean Comnène Batatzès, qu’elle appelle Constantin. Les renseignements qu’elle fournit peuvent être en effet recoupés par ceux que donne Nicétas Chôniatès.

27 Cf. G. Schlumberger, Sigillographie, Paris, 1884, p. 713, n° 4, et Zacos et Veglery, op. cit., sceau n° 2730 bis : « Σφραγὶς Κομνηοῦ ταῦτα χαριτωνύμου ὃς βατάτȜου προῆλθεν δεσποτοῦ ϰλάδος ϰαί πορφυραυγοῦς Κομνηνῆς Εῦδοϰίας ». Ce texte, ne mentionnant pas sa qualité de domestique, est datable d’avant 1177 selon les éditeurs. Il existe un autre sceau d’un Batatzès, en mauvais état, sur lequel il semble qu’on puisse lire que ce Batatzès était issu des palais impériaux, prôtosébaste et domestique. S’agit-il de Jean Comnène ? Ce sceau inédit du Cabinet des Médailles de Paris, n° 505, a été lu par V. Laurent. Ce sceau, ainsi que les autres sceaux inédits cités plus bas, m’ont été communiqués par J. Darrouzès et P. Gautier, des Assomptionnistes, que je remercie vivement ici.

28 Nicétas Chôniatès, p. 192. Atapakès n’est pas un patronyme, mais le titre d’atabeg. Cf. aussi la Vie de Saint Jean, III, p. 201, qui donne pour les troupes turques le chiffre de 22 000 hommes.

29 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 193, et Vie de Saint Jean, p. 202.

30 Cf. Nicétas Chôniatès, p. 245 et p. 262.

31 Nicétas Chômiatès place le récit de ces événements après l’abdication du patriarche Théodose, survenue en août 1183 ; mais Nicétas ne suit pas un ordre chronologique strict : quand il commence le récit d’un événement, tel le conflit d’Andronic et du patriarche, il poursuit jusqu’à la fin de l’affaire avant de reprendre un autre récit dont les prémices se situent antérieurement à la conclusion de l’affaire précédente.

32 Il s’agit de la prise de Sôzopolis, cf. Nicétas Chôniatès, p. 262.

33 Vie de Saint Jean, p. 202.

34 Vie de Saint Jean, p. 203. A propos du rôle des notables, il faut se rappeler aussi comment Théodore Lascaris, voulant contrôler une partie de l’Asie Mineure, s’efforça de rallier des notables : cf. Nicétas Chôniatès, Discours, p. 131.

35 Vie de Saint Jean, p. 205.

36 Ultérieurement, ils tentèrent de passer en Occident, mais forcés par un vent contraire d’aborder en Crète, ils furent reconnus, arrêtés et aveuglés sur ordre d’Andronic : cf. Nicétas Chôniatès, p. 264.

37 Les liens de famille de ces Batatzès avec Jean Comnène restent inconnus ; parmi eux on peut citer : Andronic Batatzès, vestiarite, chargé de la paradosis des Coumans à Lavra en 1181, cf. Actes de Lavra, éd. P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos, Denise Papachryssanthou, Paris, 1970, vol. I, p. 338 ; un Batatzès au prénom inconnu, tué sur l’ordre d’Alexis III, cf. Nicétas Chôniatès, p. 486. Un certain nombre de sceaux de la même période nous sont parvenus : ceux de Andronic Batatzès, sébaste : inédit de la Collection Fogg, n° 483 — (ce dernier pourrait être soit le frère de Jean Comnène, soit le vestiarite cité ci-dessus à une étape ultérieure de sa carrière, ou bien encore un troisième homonyme) ; Nicéphore Batatzès, sébaste, cf. Schlumberger, Sigillographie, p. 713, n° 5 ; Stephanos Batatzès, sébaste, inédit de la Collection de l’Institut Français d’Etudes Byzantines, n° 966.

38 Nicétas Chôniatès, p. 399.

39 Ibidem, p. 399 et Ephraem, vers 5908-5910.

40 Miklosich-Müller, VI, p. 151, acte de 1207.

41 Miklosich-Müller, IV, p. 61.

42 S. Eustratiades, Hellenika III, 1930, p. 328.

43 Sceau inédit de la Collection Fogg n° 3124.

44 Sceau de la Collection Fogg n° 184.

45 Sceau de la Collection Fogg n° 413.

46 Sceau de l’Institut Français d’Etudes Byzantines n° 1028. Ce sceau n’est pas complètement déchiffré ; outre une invocation à la Vierge, on peut lire que ce Maggaphas occupait une fonction militaire « stratègounta » mal définie, car l’expression « stratè-gounta » est rarement employée sur les sceaux. Deux explications sont possibles : ou ce Théodore Maggaphas fut un stratège de ville (Philadelphie par exemple) avant la réorganisation de l’Asie Mineure par les Comnènes, ou il s’agit du révolté avant qu’il ne prît le titre de basileus ; dans ce cas, il faudrait descendre la datation du sceau jusqu’à la seconde moitié du xiie siècle.

47 Cf. H.W. Bell, Sardis, XI, 1916, p. 104, n° 964 ; M. de Guadan, Nomisma d’argento di Isaac Angelo e le coniazioni di Teodoro Ducas Mankaphas, Italia Numismatica, XI, 1960, p. 117-120. Ce dernier lisait sur les monnaies trouvées à Sardes « Theodoros o doukas Maggaphas ». M. Hendy, Coinage and Money in the Byzantine Empire, 1081-1261, Dumbarton Oaks, 1969, p. 149, et Cécile Morrisson, Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque Nationale, Paris, 1970, p. 740, ont restitué ces monnaies à Théodore II Doukas Lascaris. Il faut noter qu’on a découvert, dans les fouilles d’Aphro-disias, un « trachy » de billon bien conservé, au nom d’un souverain appelé Théodore. Sur l’avers est représenté le Christ debout et sur le revers on voit un empereur tenant une croix patriarcale. Cette découverte apporte un élément nouveau dans la controverse qui oppose Pochitonov à Jordanov et Gerasimov à propos de l’attribution de pièces semblables découvertes en Bulgarie. Pochitonov les attribue à Théodore-Pierre Asen de Bulgarie, tandis que Gerasimov et Jordanov estiment qu’il s’agit de monnaies émises par Théodore Mangaphas. Dernières mises au point : E. Pochitonov, Théodore-Pierre Asen ou Théodore Mangaphas, Byzantinoslavica, t. 42, 1981, p. 52-56 et Ph. Grierson, Byzantine coins, Berkeley et Los Angeles, 1982, p. 235-236.

48 Nicétas Chôniatès, p. 399 « ὡς πρότερον πολιτεύεσθαι ».

49 Ibidem, p. 399. Nicétas Chôniatès dit qu’il règnera « βασιλεύεσθαι ». sur les gens de Philadelphie comme auparavant, c’est-à-dire à l’époque où il s’était déclaré basileus.

50 Miklosich-Müller, IV, p. 292.

51 Cf. G.L.F. Tafel et G.M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, Vienne, 1853, tome I, p. 199.

52 Cf. Ansbert, p. 74 et Historia Peregrinorum, p. 154. Il n’est pas surprenant que les auteurs occidentaux n’aient pas fait le rapprochement entre le Théodore qui s’est révélé en juin 1189 (seul l’auteur de l’Historia Peregrinorum connaît son nom) et celui qui gouverne Philadelphie en avril 1190.

53 Nicétas Chôniatès, p. 400.

54 Ibidem, p. 400.

55 Cf. Cl. Cahen, Pre-Ottoman Turkey, Londres, 1968, p. 114 ; Encyclopédie de l’Islam, tome V, Paris-Leyde, 1979, p. 106, col. 550-588, article « Kaykhusraw ».

56 Nicétas Chôniatès, p. 420. Cet événement est datable de 1191.

57 Ibidem, p. 422.

58 Ibidem, p. 400.

59 Cf. note (31) supra p. 43, sur la façon de Nicétas Chôniatès de traiter la chronologie ; comment, ayant ouvert un dossier jusqu’au bout, — ici celui de la révolte de Théodore Maggaphas, p. 399 à 401, — il en ouvre un autre, celui de la IIIe croisade, p. 401 à 415, puis celui de la révolte du Pseudo-Alexis, p. 420 à 422. Il respecte l’ordre chronologique, dans la mesure où le début de la révolte de Maggaphas est antérieur à l’arrivée des Croisés, elle-même antérieure à la révolte du Pseudo-Alexis ; mais cela n’implique nullement un ordre chronologique pour la fin de ces événements.

60 Nicétas Chôniatès, p. 401 : « δεμά ϰαταϰέϰριτο χρόνια ». Les frères du sultan Kaichosroès lui reprochèrent d’avoir livré Maggaphas « εἰς τὴν πατρίδα » — c’est-à-dire à la ville de Philadelphie, le nom « πατρὶς » désignant presque toujours chez les Byzantins la ville d’origine et non point l’empire dans son ensemble. De plus, il n’y a aucun indice qu’on ait transféré Maggaphas à Constantinople.

61 Nicétas Chôniatès, p. 603.

62 Sur cette utilisation de la Partitio, cf. N. Oikonomidès, La décomposition de l’empire byzantin à la veille de 1204 et les origines de l’empire de Nicée : à propos de la Partitio Romaniae, Rapport du XVe Congrès International d’Etudes Byzantines, Athènes, 1976.

63 On remarquera que la Partitio mentionne Sampsôn comme reconnaissant encore l’autorité impériale, cf. A. Carile, Partitio terrarum imperii Romanie, Studi Veneziani, 1, 1965, p. 218. Or on sait que Sabbas Asidènos s’empara de Sampsôn juste après que les Latins aient pris Constantinople, cf. Akropolitès, Opera, éd. A. Heisenberg, Leipzig, 1903, p. 14.

64 Nicétas Chôniatès, p. 435.

65 Nicétas Chôniatès, p. 146.

66 Ibidem, p. 446. Ils avaient interverti leurs postes, Gidos était domestique d’Occident auparavant, p. 403.

67 Cf. G.L.F. Tafel et G.M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staats-geschichte der Republik Venedig, Vienne, 1853, I, p. 271.

68 Tafel-Thomas, ibidem, p. 265 et p. 272.

69 Georges Akropolitès, p. 14, et Nicétas Chôniatès, Discours, p. 127 ; Lascaris se félicite d’avoir abattu celui qui avait changé l’Euxin en « kakoxeinon » : — il faut entendre David Comnène —, d’avoir capturé celui qui mêlait les races les unes aux autres, — il s’agit de Maurozômès —, et d’en avoir attaqué d’autres et réduit leurs bandes, comme on abat les constructions des enfants sur le sable, — il s’agit de Maggaphas et de Sabas Asidènos.

70 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 136-137.

71 Ibidem, p. 129 à 147.

72 Cf. Geoffroy de Villehardouin, Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, Paris, 1961, H, p. 167.

73 Nicétas Chôniatès, p. 626 et Idem, Discours, p. 136 ; date proposée : été 1205 ; la victoire a été acquise par Lascaris parce que celui-ci a fait franchir à son armée des cols difficiles et élevés pour surprendre Synadènos ; cela suppose que ces cols étaient praticables et donc une période estivale.

74 Chôniatès, p. 638 et Discours, p. 136 ; date proposée : automne 1205.

75 Chôniatès, p. 626, qui confirme que la défaite de Maurozômès suit de peu celle de Synadènos.

76 La date est donnée par F. Dôlger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453, Munich et Berlin, 1925, n° 1670, d’après Ibn Bibi. Elle est cohérente avec nos propositions précédentes.

77 Nicétas Chôniatès, p. 638 ; voir note (83) infra, p. 52.

78 S’il n’a pas perdu la vie au cours de la lutte, il a pu conserver une certaine influence dans la région qu’il commandait, comme son voisin Sabas Asidènos. Celui-ci, battu en même temps que Maggaphas par Lascaris, conserva une position élevée dans la hiérarchie de l’empire de Nicée : un acte de 1214 le qualifie de « sympenthèros du basileus et sébastocratôr » ; cf. N. Wilson et J. Darrouzès, Actes de Hiéra-Xérochôraphiou, REB XXVI, 1968, p. 14.

79 Cf. supra page 45. Dans le cas de Jean Comnène Batatzès comme dans celui de Théodore Maggaphas, l’échec personnel des révoltés n’entraîna pas la chute de leurs familles.

80 Nicétas Chôniatès, p. 399. Cf. note (47) supra, p. 46.

81 Nicétas Chôniatès, p. 420.

82 Ibidem, p. 399. Le terme « chôra » employé par Nicétas Chôniatès est un équivalent des plus fréquents du mot thème ; mais il faudra le prendre non dans son sens administratif, mais dans le sens de pays en général.

82bis On ne peut habituellement déduire de la présence d’une monnaie dans une ville, que l’émetteur de la monnaie ait contrôlé la ville ; cette monnaie peut témoigner de relations commerciales ou militaires (paiement de mercenaires). Dans le cas de Maggaphas, supposer de telles relations avec Aphrodisias conduit à penser que les habitants de la région préféraient entretenir avec le révolté de bonnes relations, sinon faire leur soumission, plutôt que d’obéir à l’empereur légitime Isaac II. On peut donc admettre que Maggaphas a contrôlé la vallée supérieure du Méandre. Cependant, on ne sait si le fait s’est produit pendant la première tentative ou la seconde pour se créer un territoire indépendant. La mention de frappe de monnaie au cours de sa première révolte ferait préférer la période de 1188/89, mais sans certitude.

83 N. Chôniatès, p. 638, dit que les deux villes côtières d’Ephèse et de Smyrne se rallièrent à Lascaris qui disposait à ce moment d’une marine soit qu’elles se soient spontanément détachées de la zone d’influence de Maggaphas, soit qu’elles aient été absorbées avec le reste des territoires de ce dernier après la victoire de Lascaris. Les autres villes de la liste citée par Chôniatès, Brousse, Nicée, toutes ralliées d’elles-mêmes à Lascaris, feraient pencher pour la première hypothèse.

84 Georges Akropolitès, p. 14 : ce sont les territoires récupérés, selon lui, par Lascaris, lors de sa victoire sur Maggaphas.

85 Villehardouin, op. cit., II, p. 133.

86 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 92 et Id., Histoire, p. 399 affirme qu’il commença par se gagner la nombreuse populace de la ville et lui fit prêter serment de fidélité.

87 Nicétas Chôniatès, p. 400.

88 Villehardouin, op. cit., II, p. 133 parle de « la très grande armée qui paraît devant Atramyttion » et Nicétas Chôniatès, p. 603 affirme que Maggaphas impressionna par son nombre.

89 Le corps de bataille latin type est d’une centaine de chevaliers, plus quatre à cinq sergents à cheval.

90 Villehardouin, II, p. 189. Henri de Flandre quitte Atramyttion « avec lui avaient passé les Hermins qui l’avaient aidé contre les Grecs, environ 20 000 avec leurs femmes et leurs enfants qui n’osaient pas rester au pays ».

91 On rappelle que Michel Ange opposa aux Croisés dans le Péloponnèse une armée de 5 000 hommes, cf. Villehardouin, II, p. 139.

92 Nicétas Chôniatès, Discours, p. 92.

93 Nicétas Chôniatès, p. 400.

94 Hélène Ahrweiler, La frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du XIVe Congrès International des Etudes Byzantines, 1971, Bucarest, 1974, p. 221.

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search