Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Notes pour l’histoire d’Alaşehir (Philadelphie) au xive siècle*

Irène Beldiceanu-Steinherr

Texte intégral

  • * Sigles et abréviations in fine.

1Nous nous proposons de traduire et de commenter ici chronologiquement un certain nombre de textes en arabe, persan et turc qui sont déjà publiés, mais dont on n’a pas toujours mesuré la portée en ce qui concerne le sort de Philadelphie, aujourd’hui Alaşehir. Notre étude se divisera en trois sections. La première sera consacrée au problème du paiement de la capitation par les habitants d’Alaşehir. La deuxième concernera l’arrivée des Mongols devant les murs de la cité ; la troisième, enfin, préparée en collaboration avec M.P. Nãsturel, soulignera l’importance du travail de la soie dans la-dite ville.

I. Alaşehir (Philadelphie) soumise à la capitation

  • 1 Il s’agit d’une école d’études supérieures qui préparait les cadres juridiques et religieux.
  • 2 Ḫalīl Edhem [Eldem], Al-i Germiyan kitābeleri (Les inscriptions de la dynastie de Germiyan), dans (...)

2A Kütahya, au-dessus de la porte d’entrée de la medrese1 dite Vacidiye, se trouve une inscription en arabe spécifiant que le bâtiment a été construit en 714 de l’hégire (17 avr. 1314 - 6 avr. 1315) grâce à des fonds provenant de la capitation d’Alaşehir. Bien que le texte arabe ait été publié à plusieurs reprises2, son importance justifie sa présence dans un recueil consacré principalement à la ville de Philadelphie. En voici le texte et sa traduction :

Inscription de la Vacidiye Medrese à Kütahya
Photo : Clive Foss.

  • 3 Savǧi signifie messager et, par extension, prophète: G. Doerfer, Türkische und mongolische Element (...)

3« Cette medrese bénie a été fondée par le maître reconnu pour sa grandeur, le roi des émirs et des grands, Mubāriz ed-Dīn Umur fils de Savǧi3 avec [l’argent de] la capitation d’Alašehir l’an 714 ».

  • 4 Varlik, Germiyan.
  • 5 Nous avons trouvé l’expression melik el-ümerā (roi des émirs) dans deux inscriptions : 1) inscript (...)
  • 6 Elle est présentée comme telle par Šihāb ad-Dīn al-’Umarī : ‘Umarī, p. 35.

4En dépit d’une récente monographie consacrée à l’émirat de Germiyan4, les premières décennies de son existence n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Tout ce que l’on sait sur Umur fils de Savǧi, fondateur de la medrese, se limite aux informations contenues dans cette inscription. Il s’agit d’un personnage de haut rang ayant sous sa dépendance d’autres émirs puisqu’il est « roi des émirs »5. Il dispose de la capitation d’Alaşehir et la medrese qu’il a fait construire, se trouve dans la capitale de la principauté de Germiyan6. Tous ces éléments montrent qu’il s’agit d’un chef politique et militaire auquel les habitants d’Alaşehir avaient versé à un moment donné la capitation en signe de reconnaissance de son autorité.

  • 7 Ahad désigne le chiffre un, mais yevm el-aḥad désigne le dimanche. Le mois de ǧemāzī’l-ūlā commenc (...)
  • 8 M.F. KöprülüzĀde [Köprülü], Aydin oġullari tā’rīḫine ’ā’id (Sur l’histoire de la dynastie d’Aydin) (...)

5En ce qui concerne les liens de parenté qui existeraient entre Umur b. Savǧi et différents personnages de l’émirat de Germiyan connus par d’autres inscriptions, une extrême prudence est requise. Nous connaissons d’une part un certain Ya’qūb fils d’Umur mentionné dans l’inscription de SandIili datée d’un dimanche du mois de ǧemāẕī’l-ūlā de l’année 7257. La pierre étant malheureusement brisée en deux, l’inscription présente une petite lacune8.

  • 9 Varlik, Germiyan, p. 68, 96.
  • 10 Inscription gravée sur la chaire de la mosquée Kizilbey à Ankara : Répertoire, t. XIII, n° 5080, p (...)

6Ya’qūb semble être le fils d’Umur. Etant donné que l’inscription précise que la forteresse fut mise en état par ordre du sultan de Germiyan, sans toutefois révéler son nom, on ne sait pas quel genre de lien existait entre le sultan et l’émir, — simple lien de vassalité ou également lien tribal ou de parenté —. M. Varlik suppose que le sultan de Germiyan était à l’époque Ya’qūb b. ’Alīšīr (appelé Ya’qūb Ier)9 dont on possède une inscription datée de 699 (c. 28 sept. 1299)10.

  • 11 L’inscription précise que la medrese fut ouverte en 814 (c. 25 avr. 1411), mais qu’elle fut saccag (...)
  • 12 M.F. Köprülüzade, art. cité, p. 425 ; Uzunçarşili, Kitabeler, p. 44 ; Varlik, Germiyan, p. 68.
  • 13 J.Th. Zenker, Dictionnaire turc-arabe-persan, Leipzig, 1866, p. 424.
  • 14 Cf. supra n. 11.
  • 15 Inscriptions à Denizli et Kütahya : cf. Varlik, Germiyan, p. 138.
  • 16 Varlik, Germiyan, p. 64, 138.
  • 17 Varlik, Germiyan, p. 66. Voici le tableau généalogique tel qu’il a été proposé. Nous avons ajouté (...)

7Nous avons d’autre part l’inscription de la medrese de Ya’qūb II, à Kütahya, qui doit dater de 817 (c. 23 mars 1414) environ11 et qui fait allusion à un parent appelé Umur. Le mot indiquant la parenté est dede. Ce passage a donné lieu à l’interprétation suivante12 : dede signifiant grand-père (mais il signifie aussi aïeul)13, Umur b. Savǧi doit être le grand-père maternel de Ya’qūb II, puisque l’on sait par le même texte14, ainsi que par d’autres sources15 que son grand-père paternel s’appelait Mehmed. Ainsi, une fille d’Umur b. Savǧi — et par conséquent une sœur de Ya’qūb b. Umur — se serait mariée à Süleymān Šāh, le père de Ya’qūb II. On peut objecter cependant qu’un trop grand laps de temps sépare Umur de Süleymān Šāh, à en juger par la date des inscriptions. Les inscriptions de Süleymān Šāh s’échelonnent de 1368 jusqu’à 137716 et il est décédé au début de l’année 1387 ou très peu avant17. Un mariage entre une fille d’Umur et Süleymān Šāh paraît peu probable. S’il existe effectivement quelque parenté entre Umur b. Savǧi et Ya’qūb II, il faudrait prendre le terme dede plutôt dans le sens d’aïeul, d’autant plus que Ya’qūb désigne son grand-père paternel par l’expression « le père de mon père ».

  • 18 Sur ce personnage voir ci-dessous p. 24-25.
  • 19 Aqsarayī (Kerīm ed-Dīn Mahmūd b. Mehmed), Müsāmeret ul-aḫbār, éd. O. Turan, Ankara, 1944, p. 311. (...)
  • 20 Sur la conception du pouvoir partagé entre les membres de la famille régnante voir O. Turan, Anato (...)
  • 21 Aqsarayī, op. cit., p. 311.
  • 22 Sur sa mort B. Spuler, Encyclopédie de l’Islam2, t. III, Leyde-Paris, 1971, p. 1148-1151, s.v. Ilk (...)
  • 23 O. Turan, Selçuklular zamaninda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, (...)

8Cet aperçu montre que nous sommes très mal renseignés sur les débuts de l’émirat de Germiyan. Pour saisir la situation politique qui régnait dans la première moitié du xive siècle, il faut se référer à la description de la convocation des émirs des marches frontières par Čoban18, telle qu’elle est présentée par un chroniqueur contemporain. Parmi les émirs qui firent alors acte de soumission aux Mongols, il y avait « les émirs de Germiyan et les fils de ’Alīšīr »19 venant de Kütahya et des forteresses des marches. Le territoire était, par conséquent, divisé entre plusieurs chefs, tous de la même tribu ou de la même famille et tous responsables envers le représentant de l’ilḫan, c’est-à-dire le souverain mongol de la Perse20. Le chroniqueur précise que l’arrivée de Čoban en Anatolie et la convocation des émirs des marches frontières avaient été provoquées par le désordre que ces derniers avaient causé21. Sous sa plume, l’événement n’est pas daté ; il en parle immédiatement après avoir évoqué la mort d’Olǧaytu (appelé aussi Ḫarbende ou Ḫudābende) survenue en 716 (c. 26 mars 1316)22. D’autres sources la placent en 714 (c. 17 avr. 1314) — c’est cette date qui est retenue — ou 715 (c. 7 avr. 1315)23.

  • 24 Parmi les revenus fiscaux qui alimentaient la medrese d’Atabeḡ et la mosquée du sultan ‘Alā’ ed-Dï (...)
  • 25 Schreiner, Philadelpheia, p. 404-411.
  • 26 E.H. Ayverdi, Istanbul mi’ mârî çaǧinin menşe’i ; I Osmanli mi’mârlsinin ilk devri, 630-805/1230-1 (...)
  • 27 Les registres de recensement ottomans abondent en exemples de fondations pieuses remontant à l’épo (...)

9Il est frappant que la mise au pas des émirs des marches frontières coïncide chronologiquement avec la date de l’inscription. Ce n’est peut-être pas là un hasard, puisque l’on sait qu’il existait une entente entre l’empereur Andronic II et les Mongols (cf. ci-dessous section II). Quoi qu’il en soit, nous ne pensons pas que les émirs de Germiyan aient joui longtemps de la capitation d’Alaşehir, sinon ils l’auraient léguée également — au moins en partie — pour l’entretien de la medrese24. Or, lorsque Bāyezïd Ier conquit Alaşehir en 139025, il légua la capitation de la ville à la fondation de bienfaisance qu’il avait fait élever à Brousse26 et l’on sait que les sultans ottomans, à l’exception de Mehmed II, n’ont pas touché aux legs pieux établis, par des souverains ou dignitaires musulmans qui les avaient précédés27.

  • 28 Irène Beldiceanu-Steinherr, Fiscalité et formes de possession de la terre arable dans l’Anatolie p (...)
  • 29 Cl. Cahen, H. Inalcik, Encyclopédie de l’Islam2, Leyde-Paris, t. II, p. 573-581, s.v. Djizya.
  • 30 Le terme harāǧ a plusieurs sens. Il désigne le tribut versé par les pays vassaux : M. Guboglu, Le (...)
  • 31 Cl. Cahen, H. Inalcik, Encyclopédie de l’Islam2, Leyde-Paris, 1965, p. 577, s.v. djizya.
  • 32 Voir ci-dessous section II.

10Pour ce qui est de l’histoire byzantine, on retiendra que la capitation (ǧizye) était un impôt de la catégorie des droits religieux28 et qu’elle frappait seulement les ẕimmï, c’est-à-dire les sujets non musulmans d’un Etat musulman29. Le vocable ǧizye implique par conséquent que le territoire de Philadelphie avait fait à un moment donné partie intégrante d’un pays musulman, notion qui n’est pas contenue dans le terme tribut (ḫarāǧ ou verim)30. La dépendance directe d’un Etat musulman n’entraîne pas cependant nécessairement la présence d’agents sur le territoire en question. Les autorités musulmanes accordaient parfois à certaines communautés le privilège de s’administrer elles-mêmes en échange du versement d’une somme forfaitaire31. Nous supposons que la dépendance directe de l’émir de Germiyan fut de courte durée, car, une dizaine d’années plus tard, la guerre fait rage entre les Philadelphiens et les émirs de Germiyan et d’Aydin32.

II. Les Mongols devant Alaşehir (Philadelphie)

  • 33 Edition en facsimilé et traduction en turc : F.N. Uzluk, Anadolu Selçuklulart devleti tarihi (Hist (...)

11La Bibliothèque Nationale de Paris possède sous la cote suppl. pers. 1553 une chronique anonyme intitulée Tā’riḫ-i al-i Selčuq (Histoire de la famille de Selcuq) qui compte 47 feuillets33. La ville d’Alaşehir est mentionnée au fol. 46 r°.

  • 34 K.V. Zettersteen, Encyclopédie de l’Islam, t. III, Leyde-Paris, 1936, p. 924-926, s.v. al-Nāṣir.
  • 35 Elle se traduit par le mot šehid (martyre).

12Cette partie de l’ouvrage se présente comme une chronique brève. On y trouve seulement une succession de faits suivis d’une date, le dernier événement mentionné étant la mort du sultan mamelouk Melik en Nāsir survenue en 74134 (fol. 46 v°). A la fin, une autre main a consigné la mort violente35 d’un descendant de la famille de Selčuq, à savoir ‘Alā ed-Dïn b. Suleymân Šāh b. melik Rukn ed-Dïn b. sulṭān Ġiyās ed-Dïn Keyḫusrev b. ‘Alā ed-Dïn Keyqubād un dimanche, le 6 du mois de muḥarrem de l’année 765 (15 oct. 1363).

  • 36 Le 11 ẕi’l-qa’de était en effet un jeudi, voir ci-dessous texte p. 23.
  • 37 Voir ci-dessous p. 25 et n. 55.

13En ce qui concerne les données chronologiques, l’ouvrage paraît digne de foi puisque les sondages que nous avons effectués montrent que certaines d’entre elles se trouvent confirmées par d’autres sources36 et lorsque le chroniqueur ajoute également le jour de la semaine, il y a concordance37.

  • 38 Notre traduction diffère légèrement de celle de F.N. Uzluk (op. cit., p. 68). Nous remercions Mme (...)

14Voici le texte et la traduction du passage concernant Alaşehir38 : Ms. fonds suppl. pers. 1553, fol. 46 r°.

  • 39 Aujourd’hui Beyşehir sur les bords du lac de même nom.
  • 40 Hezäre dans le sens d’unité de mille guerriers se trouve aussi dans d’autres textes contemporains  (...)

15« Prise de Beḡšehri39 par Timurtaš et capture de Süleymān Šāh, le jeudi 11 ẕϊ’-qa‘de de l’année 726 (jeudi 9 oct. 1326). Arrivée de la nouvelle de Čoban et de Dimašq Ḫwāge à Alašehir. Capture de Sulṭān Šāh et de Melik Šāh qui sont les fils de Baltu, par Timurtaš et mise à mort de douze autres émirs faisant partie des unités mongoles de mille hommes40 du fait de Timurtaš. Son départ en direction de Qayṣeriye et la fuite d’Ertena beḡ et de Sunqur Aġa dans le pays de Qaraman au début de ẕϊ’l-ḥiğğe de l’année 727 (18 oct. 1327). Fuite de Timurtaš en Syrie, début de ẕϊ’l-hiğğe de l’année 727 (18 oct. 1327) ».

  • 41 B. Spuler, Encyclopédie de l’Islam2, t. III, Leyde-Paris, 1971, p. 1148-1151, s.v. Ilkhans.
  • 42 R.M. Savory, Encyclopédie de l’Islam2, t. II, Leyde-Paris, 1965, p. 69 s.v. Čübanides.
  • 43 Plusieurs sources soulignent la toute puissance de la famille des Čobanides : Shaikh Uwais, texte (...)
  • 44 Mïrḫwand, p. 507, 526-527.
  • 45 Hamdu’llāh Mustawfï’-l-Qazwïnï, Ta’riḫ-i guzide, éd. E.G. Browne sous le titre The Ta’rikh-i Guzid (...)
  • 46 Hamdu’llāh Mustawfï, op. cit., p. 150 ; Hāfiz-i Ābrū, Zeyl ǧāmi’ et-tevāriḫ-i Rešidi, éd. Hanbaba (...)
  • 47 Mīrḫwand, p. 524; R.M. Savory, art. cité, p. 69; B. Spuler, op. cit., p. 125.

16Traçons d’abord le cadre historique. Nous sommes sous le règne du souverain mongol de Perse Ābū Sa’ïd (1316-1335)41. Čoban est un émir puissant, marié à une sœur du souverain. Il a plusieurs fils ; le texte n’en énumère que deux, Dimašq Ḫwāǧe et Timurtaš. Il a aussi une fille, Baġdād Ḫatun, épouse de Ḥasan Buzurg, de la famille des Ğelair42. Tous ces personnages se trouvent impliqués dans un drame qui finit par la mort violente de la plupart d’entre eux. Il est certain que c’est la jalousie, suscitée par la toute-puissance de la famille des Čobanides, qui avait scellé le sort de celle-ci43, les événements qui amenèrent sa perte ne devant être considérés que comme des détonateurs. Ābū Sa‘īd tenait rigueur à Čoban parce que ce dernier avait déjoué son intention de se marier avec Baġdād Ḫatun. Après la mort de Čoban, il obligea d’ailleurs Ḥasan Buzurg à divorcer pour pouvoir l’épouser44. La première victime fut cependant Dimašq Ḫwāǧe. Accusé d’avoir pénétré dans le harem du souverain, il fut tué le 5 ševvāl 727 (24 août 1327)45. Ordre fut donné aussitôt d’arrêter les autres membres de la famille. Čoban se réfugia à Hérat auprès de Melik Ġiyās ed-Dïn, qui le fit cependant mettre à mort en muharrem 728 (c. 17 nov. 1327)46. Timurtaš, qui se trouvait au moment de ces événements en Anatolie, quitta précipitamment le pays et s’enfuit en Egypte où il fut exécuté une année plus tard par ordre du sultan mamelouk47.

  • 48 Šihāb ad-Dīn al-’Umarī dit que le « fils d’Ešref » (ibn Ešref), c’est-à-dire Süleymān Šāh, fut tué (...)
  • 49 Uzunçarşili, Beylikler, p. 155-160.
  • 50 Il fit construire une mosquée à Niǧde. La date de la construction - 736 (c. 21 août 1335) - est in (...)
  • 51 B. Spuler, op. cit., p. 354 ; O. Turan, Selçuklular zamaninda Türkiye (La Turquie à l’époque des S (...)
  • 52 Ahmet Tevhit, Sivrihisar kasabasile Pessinuntus harabeleri hakkinda rapor (Rapport sur la bourgade (...)

17Les autres personnages mentionnés dans le texte sont Süleymān Šāh de la dynastie des Ešref qui fut tué par Timurtaš48, Ertena (ou Eretna), beau-frère de Timurtaš qui fonda par la suite un Etat indépendant en Anatolie49, et Sunqur Aġa dont nous possédons une inscription à Niǧde50. Baltu était un chef militaire qui s’était révolté contre Ġazan Ḫan et qui fut exécuté à Tebriz en 129651. Il avait deux fils, Sultan Šāh et Melik Šāh qui furent capturés par Timurtaš, mais seul le premier, le plus jeune, périt alors, comme nous l’apprend l’inscription apposée sur l’oratoire dit d’Alemşah à Sivrihisar, datée de muḥarrem 728 (c. 17 nov. 1327)52.

  • 53 F.N. Uzluk, op. cit., p. 68.
  • 54 Uzunçarşili, Beylikler, p. 43, 151. L’auteur ne cite pas sa source, mais il ne fait aucun doute qu (...)

18Revenons au texte. La deuxième phrase est tellement laconique qu’elle a donné lieu à des interprétations différentes. F.N. Uzluk, auquel nous devons une traduction turque de la chronique, a compris que Čoban et Dimasq Ḫwāǧe s’étaient déplacés à Alaşehir53, mais cette interprétation ne tient compte ni des faits historiques, ni de la grammaire. Quant à I.H.Uzunçarşili, il a tiré de ce passage la conclusion que Timurtaš s’apprêtait à conquérir la ville54. Or les sources byzantines sont muettes sur ce point.

  • 55 Les chronologies mentionnent l’arrivée d’Eretna et de Sunqur Aġa auprès de Bedr ed-Dīn, [l’émir de (...)
  • 56 Hāfiz-i Ābrū, op. cit., p. 170; Mīrḫwānd, p. 514.

19Compte tenu des événements et de la date à la fin du passage, « la nouvelle de Čoban et de Dimašq Ḫwāǧe » ne peut être que la nouvelle concernant la mort de Dimašq Ḫwāǧe et la fuite de Čoban, en un mot l’annonce de la chute de la famille. Il ne fait pas non plus de doute que la nouvelle était destinée à Timurtaš, car le texte évoque son départ pour Kayseri (Césarée) et sa fuite en Syrie. La nouvelle provoque aussi la fuite de son beau-frère Eretna et de Sunqur Aġa55. N’oublions pas qu’Ābū Sa’īd avait ordonné de poursuivre tous les membres de la famille56.

20En ce qui concerne la chronologie, une seule date clôt le passage, à savoir le début de ẕi’ l-ḥiǧǧe 727 (18 oct. 1327), or il est certain que tous les événements — l’arrivée de la nouvelle, la capture des fils de Baltu, la mise à mort des douze émirs et la fuite de Timurtaš —, n’ont pas eu lieu en un seul jour.

  • 57 Le départ de Kayseri eut lieu plus tard (6 ṣefer 728/22 déc. 1327) : O. Turan, Selçuklular zamamnd (...)

21Cette date s’applique certainement au dernier événement, le départ de Timurtaš d’Alaşehir provoqué par la mauvaise nouvelle reçue57. Celle-ci n’a pu cependant parvenir à Alaşehir que de quinze à vingt jours après le 24 août 1327 (date de la mort de Dimašq Ḫwāge à Sultaniye), en raison de la distance séparant les deux villes. Timurtaš se trouvait donc avant le 18 oct. 1327 à Alaşehir. Soulignons que nous ne connaissons pas une ville homonyme en Anatolie et qu’il s’agit par conséquent bien de Philadelphie.

  • 58 B. Spuler, op. cit., p. 355.
  • 59 ‘Umarï, p. 32 ; Hāfiz-i Ābrū, op. cit., p. 160 (hiver de l’année 722/c. 20 janv. 1322) ; Shaikh Uw (...)
  • 60 ‘Umarī, p. 51.
  • 61 F.N. Uzluk, p. 94 ; ‘Umarī, p. 21 ; Uzunçarşili, Beylikler, p. 63.
  • 62 Voir ci-dessus p. 24 et n. 48.
  • 63 Voir ci-dessus p. 25 et n. 52.
  • 64 Voir ci-dessus p. 23.

22Une question reste à résoudre : pourquoi Timurtaš se trouvait-il à Alaşehir ? Pour y répondre, il faut revenir un peu en arrière afin de saisir la situation politique de l’Anatolie à cette époque. Timurtaš fut nommé gouverneur de Rum58 en 1316. Faisant preuve d’une trop grande indépendance vis-à-vis d’Ābū Sa’īd — les chroniques disent qu’il avait fait battre monnaie à son propre nom et s’était proclamé Mahdi59 —, il dut se rendre auprès de l’ilḫan et il ne fut pardonné que grâce à l’intervention de son père. Šihāb ad-Dīn al-’Umarī raconte que ce sont les beḡ turkmènes qui avaient alerté Čoban sur les agissements de son fils60. Réinstallé peu après dans le poste de gouverneur de Rum, il entreprend un certain nombre d’opérations militaires pour consolider et élargir son pouvoir en Anatolie, mais peut-être aussi pour se venger de ceux qui avaient souhaité sa perte. En 723 (c. 10 janv. 1923), il capture Dündar, l’émir de Hamīd, et le met à mort61. Le 9 oct. 1326, il tue Süleymān Šāh, de la dynastie des Ešref, et prend l’émirat sous son contrôle62. En 1327, il capture les deux fils de Baltu dont le plus jeune trouve la mort. Nous ne savons pas où s’est déroulé le combat, mais il est certain que leur point d’attache était Sivrihisar puisque Melik Šāh fît enterrer son frère dans cette ville63. Timurtaš fit mettre à mort également douze émirs qui se trouvaient à la tête des unités mongoles de mille hommes, nous dit le chroniqueur, sans préciser toutefois leurs noms64.

  • 65 ‘Umarī, p. 36.
  • 66 La première action militaire après son retour est la conquête de l’émirat de Ḥamid en 723 (c. 10 j (...)
  • 67 Uzunçarşili, Beylikler, p. 43 n. 3, 4 et p. 151. En s’appuyant sur le ms. n° 3271 de la bibliothèq (...)
  • 68 O. Turan, qui malheureusement ne cite aucune source, semble arriver à la même conclusion : O. Tura (...)
  • 69 Voir ci-dessus n. 19, 23 et ci-dessous n. 82.

23Timurtaš était également en guerre avec l’émir de Germiyan. On sait qu’il attaqua le gendre de l’émir, maître d’Afyon Karahisar (Qarasari), qui ne dut son salut qu’à son beau-père65. Cette campagne n’est pas datée, mais elle eut lieu certainement après son retour en Anatolie66, au moment de l’offensive contre les marches frontières. I.H. Uzunçarşili la place en 132767. Quoi qu’il en soit, lorsque Timurtaš campe en sept.-oct. 1327 à Alaşehir, la cible ne semble pas être la ville elle-même, mais l’émir de Germiyan et ses alliés68 qui s’étaient soustraits à l’obédience des Mongols de Perse depuis la convocation de 131469. Un siège d’Alaşehir par les Mongols nous semble peu probable, d’autant plus que la ville avait été peu auparavant délivrée des attaques de l’émir de Germiyan et de celui d’Aydm et que les sources byzantines ne connaissent pas un autre siège.

  • 70 Inegöl (aujourd’hui Sarigöl), qu’on identifie avec la forteresse St. Nicolas, était encore au xve (...)
  • 71 Titre décerné aussi à des chefs militaires : R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantin (...)
  • 72 Schreiner, Philadelpheia, p. 388 et n. 3, p. 389-390; J.L. van Dieten, Nikephoros Gregoras, Rhomäi (...)
  • 73 Schreiner, Philadelpheia, p. 388 n. 3; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 65.
  • 74 D. Reinsch, Die Briefe des Matthaios von Ephesos im Codex Vindobonensis Theol. Gr. 174, Berlin, 19 (...)
  • 75 Schreiner, Philadelpheia, p. 391; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 172-173 n. 137.
  • 76 D. Reinsch, op. cit., lettre B 16 (66), p. 106, trad. p. 255.
  • 77 N. Gregoras, livre VIII, 12, éd. Bonn, t. I, p. 360 et suiv. ; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1 (...)
  • 78 N. Gregoras, livre VIII, 12, éd. Bonn, t. I, p. 363; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 65.
  • 79 G. Pachymère, livre V, 16, éd. Bonn, t. II, p. 402.
  • 80 G. Pachymère, livre VI, 1, éd. Bonn, t. II, p. 460.
  • 81 W. Hinz, Die Resālä-ye Falakiyyä des ’Abdolläh ibn Moḥammed ibn Kiyā al-Māzandarānï, Wiesbaden, 19 (...)
  • 82 ‘Ali Yaziǧioġlu, Tevāriḫ-i āl-i Selčuq (Chronique de la dynastie des Seldjouqides), Bibliothèque N (...)

24On sait, en effet, par une notice du cod. Vat. gr. 338 datée du 2 févr. 1327, qu’une forteresse toute proche de Philadelphie (Alaşehir), à savoir la forteresse St. Nicolas70, avait été assiégée pendant un an et sept mois par les forces de la dynastie de Aliserè (’Alïšïr) et At[è]n (Aydin) et qu’elle avait été délivrée par le pinkernès (échanson)71, c’est-à-dire Alexios Philan-thrôpènos72. L’information est confirmée par Grégoras qui précise qu’Alexios Philanthrôpènos avait été rappelé de son lieu d’exil par l’empereur sur le conseil du patriarche Isaïe nouvellement élu. La date post quem est par conséquent le 30 (ou 11) nov. 1323, date de la consécration (ou de la nomination) du patriarche73 et la date ante quem le 2 févr. 1327, date de la notice du manuscrit. Nous savons en outre par une lettre de Matthieu d’Ephèse que les dix-neuf mois du siège doivent être répartis sur trois ans74. De ces données on a déduit que le siège avait commencé probablement en 1322 et cessé au printemps 1324 avec l’arrivée d’Alexios Philanthrôpènos75. La notice du ms. Cod. Vat. gr. 338 semble cependant avoir été écrite sous le coup de l’émotion de la délivrance presque miraculeuse de la ville et on préférerait une date plus proche de sa rédaction. Quant aux moyens par lesquels Alexios Philanthrôpènos réussit à éloigner les assaillants, une lettre de Matthieu d’Ephèse nous apprend qu’il avait conclu un traité avec le « chef des barbares »76. Grégoras affirme aussi que la réussite d’Alexios Philanthrôpènos était le résultat d’une entente avec les Turcs, entente largement facilitée par le fait que le camp adverse comptait parmi les combattants des personnes qui avaient servi jadis sous ses ordres77. Les sources byzantines ne parlent pas d’une autre attaque. Bien au contraire, Grégoras raconte que la ville se remit rapidement des suites de la guerre et fut à nouveau très prospère78. Pour cette raison on peut se demander si l’empereur n’a pas mené une double politique. D’une part, pour parer au plus pressé, il misa sur les bons rapports qu’Alexios Philanthrôpènos avait entretenus dans le temps avec ses troupes turques, d’autre part, il fit appel aux Mongols, afin que ceux-ci contrôlassent les marches frontières. Cette politique, Andronic II l’avait déjà appliquée avec plus ou moins de succès une vingtaine d’années plus tôt, puisque nous savons qu’il s’était plaint auprès de Ġazan Ḫan des incursions turques79. Pachymère dit également que les chefs turcs craignaient Ḫarbende, le successeur de Gazan Ḫan80. N’oublions pas que les ilḫan de Perse considéraient jusqu’en 750 (c. 22 mars 1349) les marches-frontières comme partie intégrante de leur empire — même si cette dépendance était devenue plutôt illusoire à cette date — puisqu’on trouve dans un livre de compte la mention des impôts versés par « Qaraman, les descendants de Ḥamïd, Toġuzlu (Denizli), Umur beḡ [d’Aydin], Germiyan, Orḫan, Gerdeboli, Qasṭamoniye, Egridir et Sinob »81. Si les liens étaient pratiquement rompus en 1349, ils étaient encore très forts sous Coban et son fils Timurtaš, représentants de l’ilḫan, qui gouvernaient tous deux l’Anatolie avec une main de fer. La chronique de Yaziǧioġlu contient d’ailleurs un passage très curieux. Il y est rapporté que Timurtaš réclama le ḫarāǧ à Umur et que celui-ci refusa en arguant que ce n’est qu’aux chrétiens qu’on réclame le ḫarāǧ82 . Par conséquent lorsque Timurtaš campa en 1327 devant Philadelphie, son but n’était pas la conquête de la ville mais un rappel à l’ordre des émirs d’Aydin et de Germiyan. Le choix de Philadelphie était certainement déterminé par sa situation stratégique. Placée à un carrefour de routes, elle contrôlait l’accès vers l’émirat d’Aydin et vers l’émirat de Germiyan.

25Pour conclure : que Timurtaš se soit rendu à Philadelphie de sa propre initiative pour châtier les velléités d’indépendance des émirs d’Aydin et de Germiyan ou qu’il soit venu à l’appel d’Andronic II, sa campagne militaire débarrassa Philadelphie de ses assaillants. C’est finalement grâce aux Mongols que la ville put jouir de plusieurs années de paix.

III. Le travail de la soie à Alaşehir (Philadelphie) (avec la collaboration de M.P. Năsturel - CNRS)

  • 83 Il s’agit d’un caftan que les docteurs de la loi portaient par-dessus leurs habits : Tarama Sözlüǧ (...)
  • 84 F. Giese, Die altosmanische Chronik des ‘ Āšiḳpašazāde, Leipzig, 1929, p. 52 ; cf. R.F. Kreutel, V (...)
  • 85 F. Giese, op. cit., p. 54; T. Menzel, F. Taeschner, op. cit., p. 57.

26Les chroniques ottomanes renferment un passage où il est question d’une alliance matrimoniale nouée entre l’émir de Germiyan et la maison de ’Osman. Süleymān Šāh, voyant l’indépendance de sa principauté menacée, décide de marier l’une de ses filles à un fils de Murād Ier, en l’occurrence le futur Bāyezīd Ier. Pour entamer les pourparlers, il envoie à la cour ottomane Ishāq faqih avec des présents, chevaux et robes d’honneur. Le chroniqueur éprouve le besoin d’expliquer qu’à l’époque l’or et l’argent étaient rares et qu’on offrait pour cette raison des robes d’honneur (tekele ou tekle)83 confectionnées dans du tissu blanc provenant de Tonuzli (Laodicée) et bordées d’un tissu rouge appelé ivladi, fabriqué à Alaşehir84. Ivladi n’étant pas un mot d’origine turque et Alaşehir étant à l’époque encore sous administration byzantine — le mariage eut lieu selon les chroniques en 783 (c. 28 mars 1381) —85, c’est aux études byzantines que nous avons eu recours pour résoudre le problème.

  • 86 Ducange, Clossarium ad scriptores mediae et infimae graecitatis, Lyon, 1688, col. 206; G. Demetrak (...)
  • 87 F. Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, 1934, p. 221. Chantraine parle d’un « emp (...)
  • 88 Ch. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de Patmos, dans (...)
  • 89 J. Ebersolt, op. cit., p. 22, n. 1.
  • 90 Ph. Koukoulès, Βυζαντινῶν βίος ϰαì πολιτισμòς, t. II, 2, Athènes, 1948, p. 39.
  • 91 Eleuthéroudakès, Έγϰυϰλοπαιδιϰòν Λεξικòν, t. III, Athènes, [1928], p. 327.
  • 92 ’Āšiqpašazāde, Tevārih-i āl-i osmān, éd. ’Ālï, Istanbul, 1332, p. 56.
  • 93 Khan Bahadur Moḥammad Shafī’, Letters of Rashīd al-Dīn Fadl Allāh, Lahore, 1947, p. 186, 187, 190; (...)

27Le grec connaît les vocables βλάτιον, βλαττί(ν) ou encore βλαντίον, βλαντί(ν), ainsi que βλατή pour désigner des étoffes en soie de couleur pourpre et brodées d’or (cf. le laticlave). Mais il y en avait aussi qui étaient des tissus de laine, teints en pourpre86. Le mot dérive de blatta qui désigne en latin non seulement un insecte, la blatte, mais également la pourpre extraite du pourpre, mollusque gastéropode87. Le vocable s’applique en outre à des tentures somptuaires, ordinairement en soie et rehaussées de fils d’or, dont la cour byzantine et les églises faisaient usage. De même des blattia aux dimensions les plus variables étaient placés devant les icônes88. On trouve dans les sources byzantines également les termes διβλάττιον et τριβλάττιον89 pour des tissus fabriqués respectivement avec des fils de deux et trois couleurs. La forme médio-grecque βλαντί(ν), prononcée vladi, circule encore en grec moderne et y désigne des tissus en soie précieux90. En néo-grec, enfin, il existe aussi la forme βλαττί. Notons que le fabricant ou le marchand de blattia s’appelait βλαττᾶς, d’où le nom du monastère de Blattadon à Thessalonique91. Il ne fait par conséquent aucun doute que les Ottomans ont emprunté le terme aux Byzantins en ajoutant au début un i, un mot turc ne pouvant commencer par deux consonnes. A côté d’ivladi, on rencontre aussi la forme ifladi (ou efladi)92. Signalons que deux sources écrites en persan de la première moitié du xive siècle contiennent le terme valad, qui semble remonter au même étymon. Il s’applique à un tissu originaire de Bagdad, de Hilla ou de Yezd93.

  • 94 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig, 1936, t. II, p. 674. L’auteur s’appuie sur l’ouv (...)
  • 95 Sophronios Eustratiadès, Ή ἐv Φιλαδελφεíα μονὴ τῆς Ύπεϱαγίας Θεοτόxου τῆς Κοτεινῆς, dans ‘Ελληνιϰά (...)
  • 96 Article cité, p. 332, 1. 29.
  • 97 Article cité, p. 338, 1. 18.
  • 98 Sophronios Eustratiadès, art. cité, p. 328, 1. 21 ; p. 337, 1. 15 ; voir aussi, dans le présent vo (...)

28Pour ce qui est de Philadelphie, l’on sait, par un acte daté de 1284, que la ville exportait des tissus de soie94. Le testament de Maxime de Skoteinè, qui date de 1247, mentionne des blattia, mais sans en préciser l’origine. « Deux blattia brodés d’or avec des lions ; un autre or et rouge ayant en son milieu un griffon ; un autre, brodé d’or ; un autre blanc et or » (argent et or ?) dans l’église principale du monastère situé à proximité de Philadelphie95. De même « deux blattia » à son métoche d’Avlax96 et « deux blattia » à celui de l’église Saint-Procope, don de dame Irène, la veuve de l’allagator Phocas97. En outre, le testament fait mention de mûriers sur le domaine du monastère de Skoteinè98.

  • 99 Pour la description des deux registres voir Irène Beldiceanu-Steinherr, Kordoleôn et Mantaia (1467 (...)
  • 100 MM 232, p. 201-202 (Šehriyar) ; MM 232, p. 205, 217 ; TT 8, p. 244-245 (Mundanya) ; TT 8, p. 235-2 (...)
  • 101 Carte de Turquie à l’échelle de 1/200 000, publiée par la Direction générale de cartographie, 2e é (...)
  • 102 MM 232, p. 205, 217 (le revenu fiscal est divisé entre deux ayants droits). Sur le taux de change (...)
  • 103 MM 232, p. 103 (Tutlu Viran) ; TT 8, p. 219 (Dutlu Viran).
  • 104 Carte citée, feuille Alaşehir Im/22.
  • 105 TT 8, p. 219.
  • 106 MM 232, p. 99; TT 8, p. 220.

29Moins d’un siècle après l’occupation ottomane, on continuait à fabriquer de la soie dans la région d’Alaşehir. Deux registres de recensement de la province d’Aydin, le MM 232 de 1467 et le TT 8, de 147699, nous en donnent une preuve indirecte. En effet, dans plusieurs villages proches d’Alaşehir, à savoir Šehriyar, Mundanya, Bostlu et Türkmanlu, le fisc percevait un impôt sur les feuilles de mûrier100. Šehriyar (aujourd’hui Şahyar), se trouve à environ 7 km au nord-ouest d’Alaşehir101. Quant aux autres villages, ils ne figurent plus sur nos cartes. A Mundanya, en 1467, l’impôt sur les feuilles de mûrier rapportait au fisc deux cents aspres, soit environ cinq pièces d’or102. Signalons un lieu-dit « les ruines aux mûriers »103 qui dépendait de Badinǧa (aujourd’hui Badinca), village situé à 6 km au sud-est d’Alaşehir104. Il était habité par des yürük (nomades) qui hivernaient à Ṭazqiri105 (aujourd’hui Dazkiri entre Denizli et Afyon). Du même village dépendait aussi la communauté du tisserand Muṣtafā106. Il n’est malheureusement pas possible de connaître les activités auxquelles elle s’adonnait. Certains de ses membres possédaient des tenures, mais au xve siècle, même les citadins pratiquaient la culture de la terre.

  • 107 Barkan, Kanunlar, p. 15 (lök) ; p. 16 (qizil boya) ; H. Akin, Aydin oǧullart tarihi hakkinda bir a (...)
  • 108 R. Chandler, Voyages dans l’Asie mineure et en Grèce, faits aux dépens de la Société des dilettant (...)

30On ignore si les gens d’Alaşehir se servaient encore de la pourpre au xve siècle pour teindre la soie. Les règlements concernant les transactions commerciales dans la province d’Aydin mentionnent en tout cas des colorants rouges tels que la garance (qizil boya, en latin rubia tinctorum) et la gomme laque (lök)107. En outre, le témoignage, tardif mais précieux, du voyageur anglais Chandler rapporte que les eaux d’Alaşehir étaient particulièrement indiquées pour la teinture108.

  • 109 G. Doerfer, Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, t. II Tiirkische Elemente im Neup (...)
  • 110 H.W. Duda, Die Seltschukengeschichte des Ibn Bïbï, Copenhague, 1959, p. 48. Description de la bata (...)
  • 111 TT 1/1 M, p. 267 (ce registre est le complément du MM 232;TT 8, p. 113.

31Fort probablement, Alaşehir doit son nom turc, qui signifie « la Ville Rouge »109, à sa spécialisation dans la fabrication de tissus de cette couleur. Le nom est très ancien. Il apparaît déjà dans la chronique seldjouqide d’Ibn Bibi (fin xiiie siècle)110, puis dans l’inscription mentionnée ci-dessus (cf. section I). Ceci montre que la ville était très connue des Turcs bien avant sa conquête. Signalons enfin que les registres ottomans mentionnent un village nommé Ivladi, qui dépendait de Tire111 Dans la liste des revenus fiscaux, qui regroupe toutefois ceux d’autres villages également, figure l’impôt sur les « feuilles », sans aucun doute celles de mûrier. Il existe encore en Grèce des localités dont le nom a le même étymon. Ainsi Blatos est celui d’une commune de Crète et Blattè, celui d’une localité de Macédoine, dans le département de Kozani.

32Pour conclure, le terme ivladi est passé en ottoman par le byzantin. Il désigne un tissu précieux, en soie, dont l’un des centres de fabrication était Alaşehir, l’ancienne Philadelphie.

***

33Résumons les informations que nous livrent les sources orientales à propos de Philadelphie que les Turcs appelaient Alaşehir dès le xiiie siècle. Non seulement elles complètent d’une façon heureuse les sources byzantines qui passent certains faits sous silence, mais elles soulignent aussi la situation ambiguë de la ville au xive siècle. En effet, le premier texte que nous avons commenté ne laisse pas subsister le moindre doute : son territoire était regardé par les émirs environnants comme faisant partie intégrante d’un pays musulman. Quant aux Byzantins, ils ne se sont jamais rangés à l’idée que les versements qu’ils effectuaient à des intervalles plus ou moins réguliers pussent être interprétés de cette façon jusqu’au jour où Bāyezïd Ier mit fin à toute équivoque.

34Le deuxième texte montre que les Mongols ne doivent pas être considérés comme un facteur négligeable sur l’échiquier politique de l’époque. L’empereur et l’ilḫan entretenaient des relations suivies et si Timurtaš, le gouverneur mongol de l’Anatolie, apparut en automne 1327 devant les murs de Philadelphie, il ne s’agit point d’une attaque contre le territoire byzantin, mais d’une mise au pas des émirs turcs.

35Le troisième texte, enfin, révèle que Philadelphie était un important centre textile aux xiiie et xive siècles. La ville s’était spécialisée dans la fabrication de tissus en soie de couleur pourpre qui étaient appréciés aussi bien en Occident qu’en Orient où ils servaient à confectionner des robes d’honneur. L’exemple de Philadelphie prouve une fois de plus que les sources orientales sont indispensables pour éclairer certaines périodes de l’histoire byzantine.

Bibliographie

SIGLES ET ABRÉVIATIONS

Barkan, Kanunlar ö.L. Barkan, XV ve XVI-inci asirlarda osmanli impara-torluǧunda ziraî ekonominin hukukî ve malî esaslari ; kanunlar (Les bases juridiques et financières de l’économie agricole dans l’empire ottoman aux xve et xvie siècles ; les règlements), Istanbul, 1945.

c « c » placé devant une date de l’ère chrétienne indique que l’année ou le mois de l’hégire correspondant commence à la date indiquée.

Mïrhwand Muhammad Β. Sayyid Burhān Ad-Dīn Mïrḫwand, riḫ-I rawẓat aṣ-ṣafā, éd. ’Abbās Perwïz, t. V, Téhéran, 1339.

MM Istanbul, baçbakanhk arṣivi (Archives de la Présidence du Conseil), fonds Maliyeden Müdevver (registres transférés du Ministère des Finances).

Répertoire Et. Combe, J. Sauvaget, G. Wiet, Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, t. XIII et XV, Le Caire, 1944 et 1956.

Schreiner, Philadelpheia P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahr-hundert (1293-1390), dans Orientalia Christiana Periodica, t. XXXV, 2, Rome, 1969, p. 375-431.

Shaikh Uwais Abū Bakr Al-Qutbī Al-Ahrï, Ta’rïkh-ί Shaikh Uwais, éd. J.B. van Loon, ’s-Gravenhage, 1954.

Spuler, Mongolen B. Spuler, Die Mongolen in Iran, Berlin, 1968.

TT Istanbul, Başbakanhk Arşivi (Archives de la Présidence du Conseil), fonds Tapu ve Tahrir (registres de recensement).

Turan, Takvim O. Turan, Istanbul’un fethinden önce yazilmiş tarihî takvimler (Chronologies écrites avant la conquête d’Istanbul), Ankara, 1954.

Umarï Šihāb ad-Dīn al-’Umarī, Kitāb masālik al-abṣār fi mamālik al-amṣār, éd. F. Taeschner, Leipzig, 1929.

Uzunçarşili, Beylikler I.H. Uzunçarşili, Anadolu beylikleri ve Akkoyunlu, Kara-koyunlu devletleri (Les émirats anatoliens et les Etats du Mouton Blanc et du Mouton Noir), Ankara, 1969.

Uzunçarşili, Kitabeler I.H. Uzunçarşilioǧlu, Afyon Karahisar, Sandikli, Bohadin, Çay, Isakli, Manisa, Birgi, Muǧla, Milas, Peçin, Denizli, Isparta, Atabey ve Eǧirdir’deki kitabeler (Les inscriptions d’Afyon Karahisar, Sandikli, Bolvadin, Çay, Isakli, Manisa, Birgi, Muǧla, Milas, Peçin. Denizli, Isparta, Atabey et Eǧirdir), Istanbul, 1347 (1929).

Uzunçarşili, Kütahya I.H. Uzunçarşilioǧlu, Bizans ve Selçukiylerle Germiyan ve Osmanoǧullart zamanmda Kütahya şehri (Kütahya sous les règnes des Byzantins, des Seldjouqides, de l’émirat de Germiyan et des Ottomans), Istanbul, 1932.

Varlik, Germiyan M.Ç. Varlik, Germiyan-oǧullart tarihi (1300-1429) (L’histoire de l’émirat de Germiyan ; 1300-1429), Ankara, 1974.

Annexes

ANNEXE

I

Au mois d’août 1983, nous avons pu jeter un rapide coup d’œil sur le ms. n° 3271 conservé à la bibliothèque de la mosquée Nuruosmaniye à Istanbul. Une note précise qu’il s’agit d’un legs pieux du sultan ’Osmān [III] fils de Muṣṭafa [II] (fol. 1 r°). Le ms. compte 77 feuillets et mesure 18 cm sur 25. A première vue nous sommes en présence d’une copie de l’œuvre de Ḥāfiz-i Ābrū. Le passage auquel I.H. Uzunçarşili fait allusion (voir ci-dessus note 67) ne se trouve pas cependant dans la version imprimée de l’ouvrage. Dans le manuscrit, il occupe les feuillets 66 r° et v° et commence comme suit : der ān eyyām ki qaẓiyye-i Dimašq Ḫwāǧe wāqi’ šud, emïr Timurtaš der memālik-i Rum beḥawālï-i Egridür rewed... Le texte est précédé d’une brève présentation de la personnalité de Timurtaš sous le titre « Ẕikr-i Timurtaš b. emïr Čoban ». Les noms — qu’il s’agisse de personnes, de tribus ou de localités — sont souvent déformés et les points font bien des fois défaut. Voici un bref résumé : Timurtaš se rend d’abord dans la région d’Egridür (aujourd’hui Eǧridir). Son but est d’anéantir les rebelles (ḫavāriǧ) ainsi que tout le pays de Germiyan et celui de Menteše qui constituent les parties les plus éloignées du pays de Rum, et de conquérir Toġuzlu (aujourd’hui Denizli) et Alašehir. Laissant ses fils et ses proches à Egridür, il quitte la ville le 3 ševvāl 727 (22 août 1327), se rend dans les régions susdites et passe à l’action. En même temps, il envoie Eretna avec cinq mille hommes assiéger la forteresse de Qaraḥiṣār (aujourd’hui Afyon) dont les habitants étaient connus pour leur esprit de rébellion et de désobéissance. Sur ces entrefaits arrive de Diyarbekir un messager envoyé par Ḫwāǧe Muqbil qui fait part aux fils et aux proches de Timurtaš de l’assassinat de Dimašq Ḫwāǧe. Ceux-ci se sentent tout désemparés par la nouvelle et envoient le messager à l’émir Eretna. Dès réception, Eretna se met en marche avec ses soldats pour rejoindre Timurtaš. La rencontre a lieu devant la ville de Toġuslu. Les deux hommes font le point de la situation (longue discussion). Le 27 zï’l-qa‘de 727 (13 oct. 1327), Timurtaš retourne à Egridür et congédie l’armée. Il part avec ses serviteurs et ses proches et arrive le 11 ẕi’l-ḥiǧǧe [727] (28 oct. 1327) à Qayṣeriye d’où il se rend cinquante jours plus tard à Sivas... (Nous n’avons pas pu examiner davantage le manuscrit, les heures d’ouverture de la bibliothèque étant restreintes pendant les vacances d’été).

Le passage corrobore notre affirmation que les événements rapportés par Šihāb ad-Dīn al-‘Umarī doivent être datés de 1327 (voir ci-dessus p. 26). Timurtaš guerroyait entre fin août et début octobre 1327 en Anatolie de l’ouest dans les territoires appartenant aux émirs de Germiyan et de Menteše. Son apparition dans la région de Philadelphie doit se situer par conséquent entre le 22 août et le 13 octobre 1327.

II

A Alaşehir, dans la cour de la mosquée du cheikh Sinan, derrière le mausolée dudit cheikh*, se trouvent adossées au mur qui sépare la cour du cimetière adjacent, un certain nombre de plaques de marbre de même que quelques pierres tombales musulmanes. Selon les dires des gens de l’endroit, elles proviendraient des environs immédiats et attendent d’être transportées au musée de Manisa. Malheureusement nous n’avons pas pu obtenir d’autres précisions lors de notre visite en août 1983. Nous joignons ici la photo de l’une des plaques. Elle provient peut-être d’un mausolée, car nous avons trouvé dans la région d’Izmir des pierres tombales avec des motifs semblables (mosquée flanquée parfois de cyprès). Ce qui distingue le dessin des autres motifs est la présence d’une forteresse. S’agit-il d’une image stylisée de la forteresse de Philadelphie ? La plaque mérite une étude.

Photo : Nicolas Beldiceanu.

Notes

1 Il s’agit d’une école d’études supérieures qui préparait les cadres juridiques et religieux.

2 Ḫalīl Edhem [Eldem], Al-i Germiyan kitābeleri (Les inscriptions de la dynastie de Germiyan), dans Ta’rīh-i ’osmānī enǧümeni meǧmu’asi, 1re année, fasc. 2, Istanbul 1328/ 1910, p. 126 ; Uzunçarşili, Kütahya, p. 72 ; Répertoire, t. XIII, n° 5346, p. 93 ; Uzunçarşili, Beylikler, p. 42, n. 6 ; A. Sayili, Vâcidiyye Medresesi ; Kütahyada Bir Ortaçaǧ Türk Rasathânesi (La medrese dite Vacidiyye ; un observatoire turc au Moyen Age), dans Belleten, t. XII, fasc. 47, Ankara, 1948, p. 659 n. 24 ; Varlik, Germiyan, p. 33 n. 44, p. 138, 186 (reproduction photographique de l’inscription).

3 Savǧi signifie messager et, par extension, prophète: G. Doerfer, Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, t. III Tiirkische Elemente im Neupersischen, Wiesbaden, 1967, p. 226-227; G. Clauson, An Etymological Dictionary of Pre-thirteenth-Century Turkish, Oxford, 1972, p. 782-783. Le mot est composé de sav (parole) et du suffixe ǧi qui sert à former des noms de métier.

4 Varlik, Germiyan.

5 Nous avons trouvé l’expression melik el-ümerā (roi des émirs) dans deux inscriptions : 1) inscription apposée sur la medrese de Dündar de la dynastie de Ḥamīd à Eǧridir datée de 701 (c. 6 sept. 1301), Uzunçarşili, Kitabeler, p. 229 ; Uzunçarşili, Beylikler, p. 65 ;2) inscription placée par l’émir Eretna au-dessus de la porte de la Köšk medrese à Kayseri, Répertoire, t. XV, n° 5812, p. 132.

6 Elle est présentée comme telle par Šihāb ad-Dīn al-’Umarī : ‘Umarī, p. 35.

7 Ahad désigne le chiffre un, mais yevm el-aḥad désigne le dimanche. Le mois de ǧemāzī’l-ūlā commence le 15 avr. 1325. Les quatre dimanches du mois tombent les 21 et 28 avril et les 5 et 12 mai 1325.

8 M.F. KöprülüzĀde [Köprülü], Aydin oġullari tā’rīḫine ’ā’id (Sur l’histoire de la dynastie d’Aydin), dans Türkiyāt meǧmu’asi, t. II, Istanbul, 1928, p. 425 ; Uzunçarşili, Kitabeler, p. 42 et pl. 10 ; Uzunçarşili, Kütahya, p. 73 et fig. 31-32 ; Répertoire, t. XIII, n° 5517, p. 215 ; Varlik, Germiyan, p. 67, 138, 187.

9 Varlik, Germiyan, p. 68, 96.

10 Inscription gravée sur la chaire de la mosquée Kizilbey à Ankara : Répertoire, t. XIII, n° 5080, p. 194 ; Varlik, Germiyan, p. 31, 137. 11 faut tenir compte de ce que le vocable ibn (fils) doit être pris parfois dans le sens de descendant.

11 L’inscription précise que la medrese fut ouverte en 814 (c. 25 avr. 1411), mais qu’elle fut saccagée après un mois de fonctionnement par l’émir de Qaraman. Sa réouverture eut lieu seulement deux années et demie plus tard : Ḫalīl Edhem [Eldem], op. cit., p. 116-120 ; Uzunçarşili, Kütahya, p. 79 et suiv. ; Varlik, Germiyan, p. 147.

12 M.F. Köprülüzade, art. cité, p. 425 ; Uzunçarşili, Kitabeler, p. 44 ; Varlik, Germiyan, p. 68.

13 J.Th. Zenker, Dictionnaire turc-arabe-persan, Leipzig, 1866, p. 424.

14 Cf. supra n. 11.

15 Inscriptions à Denizli et Kütahya : cf. Varlik, Germiyan, p. 138.

16 Varlik, Germiyan, p. 64, 138.

17 Varlik, Germiyan, p. 66. Voici le tableau généalogique tel qu’il a été proposé. Nous avons ajouté entre parenthèses les dates des inscriptions par lesquelles ces personnages sont connus.
Image

18 Sur ce personnage voir ci-dessous p. 24-25.

19 Aqsarayī (Kerīm ed-Dīn Mahmūd b. Mehmed), Müsāmeret ul-aḫbār, éd. O. Turan, Ankara, 1944, p. 311. Le vocable « fils » — ici au pluriel — doit être pris dans le sens de descendants.

20 Sur la conception du pouvoir partagé entre les membres de la famille régnante voir O. Turan, Anatolia in the period of the Seljuks and the Begliks, dans The Cambridge History of Islam, t. I, Cambridge, 1970, p. 252 ; Varlik, Germiyan, p. 95-96.

21 Aqsarayī, op. cit., p. 311.

22 Sur sa mort B. Spuler, Encyclopédie de l’Islam2, t. III, Leyde-Paris, 1971, p. 1148-1151, s.v. Ilkhans.

23 O. Turan, Selçuklular zamaninda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, p. 639-640 et n. 63. L’auteur s’appuie sur plusieurs ouvrages manuscrits. Il explique la différence entre les dates par la durée de la campagne contre les Qaramanides, ces derniers n’ayant pas fait acte de soumission. Cf. F.N. Uzluk, Anadolu Selçuklulart devleti tarihi (Histoire des Seldjouqides d’Asie Mineure), Ankara, 1952, p. 67 et texte p. 94 (fol. 46 r°) : « Coban beg arrive en Rum et assiège Qonya : 715 » (c. 7 avr. 1315).

24 Parmi les revenus fiscaux qui alimentaient la medrese d’Atabeḡ et la mosquée du sultan ‘Alā’ ed-Dïn à Konya figure aussi la capitation : Ν. Beldiceanu, Irène Beldi-ceanu-Steinherr, Recherches sur la province de Qaraman au xvie siècle, Leyde, 1968, p. 73 et n. 3, 6.

25 Schreiner, Philadelpheia, p. 404-411.

26 E.H. Ayverdi, Istanbul mi’ mârî çaǧinin menşe’i ; I Osmanli mi’mârlsinin ilk devri, 630-805/1230-1402 (L’origine de l’architecture constantinopolitaine. I. Les débuts de l’architecture ottomane), Istanbul, 1966, p. 365, 367, 422, 462. Le registre qui contenait entre autres une copie de l’acte de legs pieux de Bāyezīd Ier a brûlé en 1957, op. cit., 365 n. 1.

27 Les registres de recensement ottomans abondent en exemples de fondations pieuses remontant à l’époque des émirats anatoliens, voire à l’époque seldjouqide, qui continuaient à bénéficier sous les Ottomans des revenus dont elles avaient été dotées à l’origine ; citons à titre d’exemple F.N. Uzluk, Fatih devrinde Karaman eyaleti vakiflari fihristi (Répertoire des legs pieux du gouvernorat de Qaraman à l’époque de Mehmed II), Ankara, 1958.

28 Irène Beldiceanu-Steinherr, Fiscalité et formes de possession de la terre arable dans l’Anatolie préottomane, in Journal of the Economic and Social History of the Orient, t. XIX/3, Leyde 1976, p. 264-267. Les Archives de la Présidence du Conseil à Istanbul conservent un fonds de registres de gizye : A. Çetin, Başbakanlik Arşivi kilavuzu (Guide des Archives de la Présidence du Conseil), Istanbul, 1979, p. 133. Il en existe cependant aussi dans d’autres fonds : registre de capitation de plusieurs régions de Roumélie (1502-1522), Archives de la Présidence du Conseil, fonds Maliyeden Müdevver n° 37 (1105 p.). Présentation d’un registre de capitation sous forme de tableaux : Ö.L. Barkan, 894 (1488/89) yili cizyesinin tahsilatina âit muhasebe bilançolari (Bilans concernant le recouvrement de la capitation pour l’année 894/1488-1489), dans Belgeler, t.I/1, Ankara, 1964, p. 5-8.

29 Cl. Cahen, H. Inalcik, Encyclopédie de l’Islam2, Leyde-Paris, t. II, p. 573-581, s.v. Djizya.

30 Le terme harāǧ a plusieurs sens. Il désigne le tribut versé par les pays vassaux : M. Guboglu, Le tribut payé par les principautés roumaines à la Porte jusqu’en début du xvie siècle d’après les sources turques, dans Revue des études islamiques, t. XXXVII/1, Paris, 1969, p. 49-80 ; A.L.S. Lambton, Cl. Cahen, C. Orhonlu, A. Subhan, Encyclopédie de l’Islam2, t. IV, Leyde-Paris, 1978, p. 1062-1087, s.v. kharadj. Le terme verim est employé dans le même sens dans un acte notarial génois de l’île de Chios daté de 1398 : Elizabeth A. Zachariadou, Note sur l’article de Matoula Couroupou, dans Geographica Byzantina, Centre de recherches d’histoire et de civilisation byzantines, série Byzantina Sorbonensia-3, éditée par Hélène Ahrweiler, Paris, 1981, p. 79 et n. 5. Le terme est tombé très tôt en désuétude. Au xve siècle verim apparaît avec le sens général d’impôt : Tarama Sözlüǧü, t. VI, Ankara, 1972, p. 4172. Les autres sens de ḫarāǧ sont les suivants : impôt foncier, en particuler sur les vignes, cf. Barkan, Kanunlar, p. 4 § 21 ; 25 § 15 ; 60 § 21 et index sous harac-i arazi, harac-i arziye, harac-i zemin. A.L.S. Lambton, Cl. Cahen, C. Orhonlu, A. Subhan, art. cité, p. 1085. Ḫarāǧ (ou baš ḫarāǧ) enfin, désigne la capitation, cf. ci-dessus n. 28.

31 Cl. Cahen, H. Inalcik, Encyclopédie de l’Islam2, Leyde-Paris, 1965, p. 577, s.v. djizya.

32 Voir ci-dessous section II.

33 Edition en facsimilé et traduction en turc : F.N. Uzluk, Anadolu Selçuklulart devleti tarihi (Histoire des Seldjouqides d’Asie Mineure), Ankara, 1952.

34 K.V. Zettersteen, Encyclopédie de l’Islam, t. III, Leyde-Paris, 1936, p. 924-926, s.v. al-Nāṣir.

35 Elle se traduit par le mot šehid (martyre).

36 Le 11 ẕi’l-qa’de était en effet un jeudi, voir ci-dessous texte p. 23.

37 Voir ci-dessous p. 25 et n. 55.

38 Notre traduction diffère légèrement de celle de F.N. Uzluk (op. cit., p. 68). Nous remercions Mme B. Simone et M. A. Calmard pour leurs conseils et suggestions au sujet de la deuxième phrase du passage.

39 Aujourd’hui Beyşehir sur les bords du lac de même nom.

40 Hezäre dans le sens d’unité de mille guerriers se trouve aussi dans d’autres textes contemporains : Shaikh Uwais, texte p. 154 : « ve diger-i umerä-i tumän ve hezäre » (et les autres émirs des unités de dix-mille et mille) ; traduction p. 55.

41 B. Spuler, Encyclopédie de l’Islam2, t. III, Leyde-Paris, 1971, p. 1148-1151, s.v. Ilkhans.

42 R.M. Savory, Encyclopédie de l’Islam2, t. II, Leyde-Paris, 1965, p. 69 s.v. Čübanides.

43 Plusieurs sources soulignent la toute puissance de la famille des Čobanides : Shaikh Uwais, texte p. 152, trad. p. 54 ; ‘Umarï, p. 29 ; Mïrḫwand, p. 512.

44 Mïrḫwand, p. 507, 526-527.

45 Hamdu’llāh Mustawfï’-l-Qazwïnï, Ta’riḫ-i guzide, éd. E.G. Browne sous le titre The Ta’rikh-i Guzida or « Select History » of Hamdu’lláh Mustawfi-l-Qazwini, 2e partie, Leyde, 1913, p. 150; Shaikh Uwais, p. 55, 154. Le scribe a écrit 828 ; l’éditeur n’a pas remarqué que le scribe a confondu les chiffres 7 et 8 qui sont représentés par le même signe, à savoir un angle aigu. La pointe vers le bas, il désigne le 7, la pointe vers le haut, il signifie huit. Il faut par conséquent corriger la date en 727. Mïrhwand, p. 512-513 ; Turan, Takvim, p. 71 (ševvāl 727) ; R.M. Savory, art. cité, p. 69 ; B. Spuler, Die Mongolen in Iran, Berlin, 1968, p. 125.

46 Hamdu’llāh Mustawfï, op. cit., p. 150 ; Hāfiz-i Ābrū, Zeyl ǧāmi’ et-tevāriḫ-i Rešidi, éd. Hanbaba Bayānï, Teheran 1350, p. 177 et suiv. ; Shaikh Uwais, p. 56 (le souverain se nomme Nāsir ed-Dīn) ; Mīrḫwand, p. 521 ; R.M. Savory, art. cité, p. 69 ; B. Spuler, op. cit., p. 125.

47 Mīrḫwand, p. 524; R.M. Savory, art. cité, p. 69; B. Spuler, op. cit., p. 125.

48 Šihāb ad-Dīn al-’Umarī dit que le « fils d’Ešref » (ibn Ešref), c’est-à-dire Süleymān Šāh, fut tué et mutilé : ‘Umarī, p. 31. Quant à Eflāki, il rapporte que Süileymān Šāh fut noyé dans le lac de Beyşehir : Šems ed-Dīn Aḥmed el-Eflākï, Menāqib el-’arifin, éd. T. Yazici, t. II, Ankara, 1961, p. 925. La prise de Beyşehir par Timurtaš est mentionnée également dans trois chronologies. Soulignons en une particularité. Au lieu de donner la date de l’hégire, elles précisent le nombre d’années qui se sont écoulées depuis l’événement considéré et il faut calculer soi-même la date. Turan, Takvim, p. 13 : 724 (c. 30 déc. 1323) ; p. 47 : 762 (c. 8 déc. 1325) ; [N.] Atsiz, Osmanh tarihine ait takvimler (Chronologies concernant l’histoire ottomane), Istanbul, 1961, p. 19.

49 Uzunçarşili, Beylikler, p. 155-160.

50 Il fit construire une mosquée à Niǧde. La date de la construction - 736 (c. 21 août 1335) - est inscrite sur la base du minaret, F.N. Uzluk, Anadolu Selçuklulart devleti tarihi (Histoire des Seldjouqides d’Asie Mineure), Ankara, 1952, p. 66. Sur la mosquée : A. Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie, t. I, Paris, 1931, p. 123-135.

51 B. Spuler, op. cit., p. 354 ; O. Turan, Selçuklular zamaninda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, p. 618.

52 Ahmet Tevhit, Sivrihisar kasabasile Pessinuntus harabeleri hakkinda rapor (Rapport sur la bourgade de Sivrihisar et les ruines de Pessinonte dans Maarif Vekâleti Mecmuasi, fasc. 17, s.l., 1929, p. 132. Sur la capture de Sultān Šāh et de Melik Šāh voir ci-dessus p. 23.

53 F.N. Uzluk, op. cit., p. 68.

54 Uzunçarşili, Beylikler, p. 43, 151. L’auteur ne cite pas sa source, mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une allusion à ce passage.

55 Les chronologies mentionnent l’arrivée d’Eretna et de Sunqur Aġa auprès de Bedr ed-Dīn, [l’émir de Qaraman], sans en indiquer cependant la raison : Turan, Takvim, p. 13, 47 ; [N.] Atsiz, op. cit., p. 19.

56 Hāfiz-i Ābrū, op. cit., p. 170; Mīrḫwānd, p. 514.

57 Le départ de Kayseri eut lieu plus tard (6 ṣefer 728/22 déc. 1327) : O. Turan, Selçuklular zamamnda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, p. 649.

58 B. Spuler, op. cit., p. 355.

59 ‘Umarï, p. 32 ; Hāfiz-i Ābrū, op. cit., p. 160 (hiver de l’année 722/c. 20 janv. 1322) ; Shaikh Uwais, p. 53, texte p. 152 ; Mīrḫwand, p. 504 ; B. Spuler, op. cit., p. 355.

60 ‘Umarī, p. 51.

61 F.N. Uzluk, p. 94 ; ‘Umarī, p. 21 ; Uzunçarşili, Beylikler, p. 63.

62 Voir ci-dessus p. 24 et n. 48.

63 Voir ci-dessus p. 25 et n. 52.

64 Voir ci-dessus p. 23.

65 ‘Umarī, p. 36.

66 La première action militaire après son retour est la conquête de l’émirat de Ḥamid en 723 (c. 10 janv. 1323) ; voir ci-dessus n. 61.

67 Uzunçarşili, Beylikler, p. 43 n. 3, 4 et p. 151. En s’appuyant sur le ms. n° 3271 de la bibliothèque de Nuruosmaniye (fol. 66 et suiv.), Uzunçarşili affirme que Timurtaš, stationné à Eǧridir, avait envoyé Eretna à Afyon Karahisar et s’apprêtait à conquérir le pays de Germiyan, Denizli, Alaşehir et le pays de Menteşe, lorsqu’il décida brusquement d’abandonner son plan. L’historien met l’abandon de la campagne militaire en rapport avec la mort de Dimašq Ḫwāǧe. D’après le catalogue de la bibliothèque susdite (defter-i kütübḫâne-i Nūr-u ’Osmāniye, Istanbul, 1303), le ms. contient le Ǧāmi’ et-tevāriḫ de Rašīd ed-Dīn. Le « zeyl » (continuation) dont parle Uzunçarşili n’est pas celui composé par Ḥāfiz-i Ābrū — puisqu’on ne trouve pas chez cet auteur les détails sus-mentionnés —, mais un texte écrit par un autre continuateur. Nous remercions vivement M.J. Aubin pour avoir bien voulu se charger de cette vérification dans l’édition de Ḥāfiz-i Ābrū.

68 O. Turan, qui malheureusement ne cite aucune source, semble arriver à la même conclusion : O. Turan, Selçuklular zamamnda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, p. 648.

69 Voir ci-dessus n. 19, 23 et ci-dessous n. 82.

70 Inegöl (aujourd’hui Sarigöl), qu’on identifie avec la forteresse St. Nicolas, était encore au xve siècle désignée comme une forteresse (qal’e) : MM 232 (registre de la province d’Aydin de 1467), p. 46.

71 Titre décerné aussi à des chefs militaires : R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, t. I, Berlin-Amsterdam, 1967, p. 396.

72 Schreiner, Philadelpheia, p. 388 et n. 3, p. 389-390; J.L. van Dieten, Nikephoros Gregoras, Rhomäische Geschichte, t. II, 1, Stuttgart, 1979, p. 65.

73 Schreiner, Philadelpheia, p. 388 n. 3; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 65.

74 D. Reinsch, Die Briefe des Matthaios von Ephesos im Codex Vindobonensis Theol. Gr. 174, Berlin, 1974, lettre A 18, p. 207, traduction p. 391 ; J.L. van Dieten, op. cit., t. Il, 1, p. 172-173 n. 137.

75 Schreiner, Philadelpheia, p. 391; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 172-173 n. 137.

76 D. Reinsch, op. cit., lettre B 16 (66), p. 106, trad. p. 255.

77 N. Gregoras, livre VIII, 12, éd. Bonn, t. I, p. 360 et suiv. ; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 65 ; cf. G. Pachymère, livre III, 14, éd. Bonn, t. II, p. 232 (massacre des mercenaires turcs qui avaient servi sous Alexios Philanthrôpènos) ; Schreiner, Philadelpheia, p. 384.

78 N. Gregoras, livre VIII, 12, éd. Bonn, t. I, p. 363; J.L. van Dieten, op. cit., t. II, 1, p. 65.

79 G. Pachymère, livre V, 16, éd. Bonn, t. II, p. 402.

80 G. Pachymère, livre VI, 1, éd. Bonn, t. II, p. 460.

81 W. Hinz, Die Resālä-ye Falakiyyä des ’Abdolläh ibn Moḥammed ibn Kiyā al-Māzandarānï, Wiesbaden, 1952, p. 161. Il faut souligner qu’Umur d’Aydin ne vivait étaient encore très forts sous Coban et son fils Timurtaš, représentants de l’ilḫan, qui gouvernaient tous deux l’Anatolie avec une main de fer. La chronique de Yaziǧioġlu contient d’ailleurs un passage très curieux. Il y est rapporté que Timurtaš réclama le ḫarāǧ à Umur et que celui-ci refusa en arguant que ce n’est qu’aux chrétiens qu’on réclame le ḫarāǧ82. Par conséquent lorsque Timurtaš campa en 1327 devant Philadelphie, son but n’était pas la conquête de la ville mais un rappel à l’ordre des émirs d’Aydin et de Germiyan. Le choix de Philadelphie était certainement déterminé par sa situation stratégique. Placée à un carrefour de routes, elle contrôlait l’accès vers l’émirat d’Aydin et vers l’émirat de Germiyan plus en 750 (c. 22 mars 1349) ; il est décédé peu avant le 20 avril 1348 : Elizabeth A. Zachariadou, Note sur l’article de Matoula Couroupou, dans Geographica Byzan-tina, Centre de recherches d’histoire et de civilisation byzantines, série Byzantina Sor-bonensia-3, éd. Hélène Ahrweiler, Paris, 1981, p. 80.

82 ‘Ali Yaziǧioġlu, Tevāriḫ-i āl-i Selčuq (Chronique de la dynastie des Seldjouqides), Bibliothèque Nationale de Paris, ms. fonds turc suppl. 737, fol. 445 r°-v°. L’auteur joue évidemment sur le sens du mot ḫarāǧ ; voir ci-dessus n. 30. Le récit des démêlés de Timurtaš avec les émirats anatoliens est entrecoupé par celui sur les Turcs de Dobroudja. Seule cette dernière partie est publiée d’après un autre manuscrit, celui de la bibliothèque de Topkapi (Istanbul), fonds Revan Köşkü n° 1391, fol. 444 r° par P. Wittek, Yaziǧioghlu ’Ali on the Christian Turks of the Dobruja, dans Bulletin of the School of Oriental and African Studies, t. XIV, 3, Londres, 1952, p. 651.

83 Il s’agit d’un caftan que les docteurs de la loi portaient par-dessus leurs habits : Tarama Sözlüǧü (Dictionnaire de mots puisés dans différents monuments littéraires turcs), t. V, Ankara, 1971, p. 3787.

84 F. Giese, Die altosmanische Chronik des ‘ Āšiḳpašazāde, Leipzig, 1929, p. 52 ; cf. R.F. Kreutel, Vom Hirtenzelt zur Hohen Pforte ; Frühzeit und Aufstieg des Osmanen-reiches nach der Chronik « Denkwürdigkeiten und Zeitläufte des Hauses ‘Osman » vom Derwisch Ahmed, genannt ‘Asik-Paşa-Sohn, Graz-Vienne-Cologne, 1959, p. 87. Le traducteur n’a pas senti le besoin de maintenir le terme technique. T. Menzel, F. Taeschner, Ǧihānnüm. Die altosmanische Chronik des Mevlānā Mehemmed Neschrï, t. I, Leipzig, 1951, p. 55.

85 F. Giese, op. cit., p. 54; T. Menzel, F. Taeschner, op. cit., p. 57.

86 Ducange, Clossarium ad scriptores mediae et infimae graecitatis, Lyon, 1688, col. 206; G. Demetrakopoulos, Μέγα λεξικòν ὅλης τῆς έλληνικῆς γλώσσης t. III, Athènes [1964], p. 1427; Em. Kriaras, Λεξικò τῆς μεσαιωνικῆς έλληνικῆς δημώδους γϱαμματείας (1100-1669), t. IV, Thessalonique, 1975, p. 130; cf. aussi Constantin Porphyrogénète, De cerimoniis, éd. I.I. Reiske, t. II, 1830, p. 91 ; Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies. Commentaire par A. Vogt, t. I, Paris, 1935, p. 53. J. Ebersolt, Les arts somptuaires de Byzance, Paris, 1923, p. 21-22 ; D.A. Zakythinos, Le chrysobulle d’Alexis III Comnène, empereur de Trébizonde, en faveur des Vénitiens, Paris, 1932, p. 67-68 ; J. Nicole, Le livre du Préfet ou l’édit de l’empereur Léon le Sage, texte grec du Genevensis 23, Genève, 1893, p. 27, 151 ; E.H. Freshfield, Ordinances of Leo VI, c. 895 from the Book of the Eparch, Cambridge, 1938, p. 236 § 3 et n. 2. Réimpression des deux textes dans Variorum Reprints avec une introduction de I. Dujčev, Londres-Genève, 1970.

87 F. Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, 1934, p. 221. Chantraine parle d’un « emprunt tardif d’origine obscure » : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, t.I, Paris, 1968, p. 179. Le mot apparaît dans l’Edit de Dioclétien, 24, 2.

88 Ch. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de Patmos, dans Travaux et Mémoires, Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, t. VIII, Paris, 1981, p. 21-22, lignes 33, 34, 39 du texte grec ; 1. 41 diminutif βλαττίτζιν.

89 J. Ebersolt, op. cit., p. 22, n. 1.

90 Ph. Koukoulès, Βυζαντινῶν βίος ϰαì πολιτισμòς, t. II, 2, Athènes, 1948, p. 39.

91 Eleuthéroudakès, Έγϰυϰλοπαιδιϰòν Λεξικòν, t. III, Athènes, [1928], p. 327.

92 ’Āšiqpašazāde, Tevārih-i āl-i osmān, éd. ’Ālï, Istanbul, 1332, p. 56.

93 Khan Bahadur Moḥammad Shafī’, Letters of Rashīd al-Dīn Fadl Allāh, Lahore, 1947, p. 186, 187, 190; W. Hinz, Die resālä-ye falakiyyä des ’Abdolläh ibn Kiyä al Mäzandäränï, Wiesbaden, 1952, p. 14.

94 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig, 1936, t. II, p. 674. L’auteur s’appuie sur l’ouvrage de Telesforo Bini, I Lucchesi a Venezia ; alcuni studi sopra i secoli xiii e xiv, Lucca, 1853, p. 48. En voici le texte : « in ser Tegrimo e Bartolommeo Fulceri del 1284 trovo lire trecento trentasei e soldi quattro di piccioli per libre settantacinque de seta de smirro d’allara ad pondus Jannuense quam constitit in civitate Janue solidos triginta unum de Janua per libram : più seta de Smirro et de Filadelfi ». Nous remercions vivement M. P. Schreiner de nous avoir envoyé une photocopie de ce passage.

95 Sophronios Eustratiadès, Ή ἐv Φιλαδελφεíα μονὴ τῆς Ύπεϱαγίας Θεοτόxου τῆς Κοτεινῆς, dans ‘Ελληνιϰά, t. Ill, Athènes, 1930, p. 332, 1. 3-4.

96 Article cité, p. 332, 1. 29.

97 Article cité, p. 338, 1. 18.

98 Sophronios Eustratiadès, art. cité, p. 328, 1. 21 ; p. 337, 1. 15 ; voir aussi, dans le présent volume, l’étude de P. Nǎsturel, Recherches sur le testament de Maxime de Skoteinè (1247), p. 69-100.

99 Pour la description des deux registres voir Irène Beldiceanu-Steinherr, Kordoleôn et Mantaia (1467-1476), essai de géographie historique, dans Geographica Byzantina, Centre de recherches d’histoire et de civilisation byzantines, série Byzantina Sorbonensia-3, éd. Hélène Ahrweiler, Paris, 1981, p. 46.

100 MM 232, p. 201-202 (Šehriyar) ; MM 232, p. 205, 217 ; TT 8, p. 244-245 (Mundanya) ; TT 8, p. 235-236 (Bostlu) ; TT 8, p. 236-237 (Türkmanlu).

101 Carte de Turquie à l’échelle de 1/200 000, publiée par la Direction générale de cartographie, 2e éd. Ankara, 1951, feuille Alaşehir 11/21.

102 MM 232, p. 205, 217 (le revenu fiscal est divisé entre deux ayants droits). Sur le taux de change voir N. Beldiceanu, Les actes des premiers sultans conservés dans les manuscrits turcs de la Bibliothèque Nationale à Paris, I Actes de Mehmed II et de Bayezid II du ms. fonds turc ancien 39, Paris-La Haye, 1960, p. 175.

103 MM 232, p. 103 (Tutlu Viran) ; TT 8, p. 219 (Dutlu Viran).

104 Carte citée, feuille Alaşehir Im/22.

105 TT 8, p. 219.

106 MM 232, p. 99; TT 8, p. 220.

107 Barkan, Kanunlar, p. 15 (lök) ; p. 16 (qizil boya) ; H. Akin, Aydin oǧullart tarihi hakkinda bir araştirma (Recherche sur l’histoire des Aydinoǧullart), Ankara, 1968, p. 211, 212.

108 R. Chandler, Voyages dans l’Asie mineure et en Grèce, faits aux dépens de la Société des dilettanti, dans les années 1764, 1765 et 1766 par le Dr Richard Chandler... Trad, de l’anglais et accomp. de notes géographiques, historiques et critiques par MM. J.-P. Servois et Barbié du Bocage, Paris, 1806, t. II, p. 162. Nous devons ce renseignement à Mme Annie Pralong. Qu’elle trouve ici l’expression de nos plus vifs remerciements.

109 G. Doerfer, Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, t. II Tiirkische Elemente im Neupersischen, Wiesbaden, 1965, § 518, p. 95.

110 H.W. Duda, Die Seltschukengeschichte des Ibn Bïbï, Copenhague, 1959, p. 48. Description de la bataille entre Théodore Laskaris et Ġiyās ed-Dïn Keyhüsrev dans laquelle le sultan seldjouqide trouva la mort. La chronique anonyme donne comme date le vendredi 23 ẕi’l-ḥiǧǧe 607 (7 juin 1211) : F.N. Uzluk, Anadolu Selçuklulari devleti tarihi (Histoire des Seldjouqides d’Asie Mineure), Ankara, 1952, p. 43 (texte), p. 28 (traduction). Le 23 ẕi’l-ḥiǧǧe 607 n’est pas un vendredi, mais un mardi. O. Turan signale que les sources byzantines placent la bataille en l’année 1210 au mois de juin ou de juillet : O. Turan, Selçuklular zamaninda Türkiye (La Turquie à l’époque des Seldjouqides), Istanbul, 1971, p. 290-291. Si on corrige l’année 607 en 606, le 23 ẕi’l-ḥiǧǧe tombe effectivement sur un vendredi, à savoir sur le 18 juin 1210.

111 TT 1/1 M, p. 267 (ce registre est le complément du MM 232;TT 8, p. 113.

Notes de fin

* Sigles et abréviations in fine.

* Sur la mosquée et le mausolée voir : E.H. Ayverdi, Osmanli mi’mârîsinde Fâtih devri 855-886 (1451-1481) (L'architecture ottomane à l'époque de Mehmed II, le Conquérant 855-886/1451-1481), t. III, Istanbul, 1973, p. 22-26.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Inscription de la Vacidiye Medrese à KütahyaPhoto : Clive Foss.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Photo : Nicolas Beldiceanu.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search